Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les paradoxes de l’empathie

 | 
Patricia Attigui
, 
Alexis Cukier

Partie I. Les mécanismes de l’empathie

Chapitre 2. La simulation incarnée et son rôle dans l’intersubjectivité1

Vittorio Gallese

Texte intégral

  • 1 L’article « Embodied Simulation and its Role in Intersubjectivity », dont ce chapitre est la tradu (...)

1Les primates, et notamment les êtres humains, sont des animaux sociaux dont le développement cognitif se nourrit des interactions avec les autres animaux de leur espèce (les adultes, la fratrie, etc.). Lors des interactions sociales, nous manifestons en effet nos intentions, dispositions et pensées intérieures par la médiation de notre comportement. De manière similaire, nous essayons de deviner ce que sont les intentions, dispositifs et pensées des autres quand nous observons leur comportement. Détecter les intentions ou les états intérieurs d’une autre personne nous aide à anticiper ses actions futures, qui peuvent s’avérer coopératives ou non, ou même menaçantes à notre égard. La juste compréhension et l’anticipation permettent à l’observateur d’ajuster ses réponses de manière appropriée. Détecter avec précision et comprendre la conduite intentionnelle des autres, anticiper leurs actions à venir et ajuster de manière corrélative notre propre comportement sont des capacités sociales fondamentales.

2Or les origines phylogénétiques et le développement ontogénétique de cette capacité font l’objet de nombreux débats actuels au sein de la psychologie comparative et de la psychologie du développement.

3En ce qui concerne l’évolution phylogénétique, la conception dominante pose l’existence d’une nette discontinuité cognitive entre les primates humains et non humains. Les humains sont ainsi supposés comprendre les autres au moyen de leur capacité de lire dans leur esprit [mind-reading], c’est-à-dire d’attribuer à leurs états mentaux internes un rôle causal. Dans cette perspective, toutes les autres espèces animales seraient, quant à elles, confinées à l’appréhension de la causalité observable, et s’en tiendraient donc seulement à la lecture des comportements. D’un point de vue ontogénétique, les théories divergent au sujet de l’explication des moyens et du moment d’émergence de cette capacité supposée de lecture de l’esprit durant le développement cognitif de l’enfant.

4Cependant, des découvertes récentes en neurosciences cognitives ont mis au jour l’existence d’un mécanisme neural commun qui pourrait rendre compte des capacités de compréhension des actions et intentions à la fois chez les primates humains et non humains. Ces découvertes révèlent que le cortex moteur, longtemps restreint exclusivement au rôle d’exécution et de programmation de l’action, joue en réalité un rôle crucial dans des capacités cognitives complexes comme la compréhension des intentions et des buts des actions d’autrui. Lorsque nous observons d’autres personnes agir, et que nous envisageons la gamme entière de leur puissance expressive (la manière dont ils agissent, les émotions et sentiments qu’ils manifestent), s’établit donc entre nous, de manière automatique, un lien interpersonnel, ancré dans les corps, et signifiant [meaningful embodied interpersonal link].

5La découverte des neurones miroirs et d’autres mécanismes de mirroring dans le cerveau humain montre que ce sont les mêmes substrats neuraux qui sont activés quand ces actes expressifs sont exécutés et lorsqu’ils sont perçus. Ainsi, nous avons en commun un espace « nous-centré » [we-centric space], qui est neuralement instancié. Je postule qu’un mécanisme fonctionnel commun — « la simulation incarnée [embodied simulation] » — sous-tend et intermédie notre capacité à partager le sens des actions, intentions, sentiments et émotions, mécanisme qui constitue le fondement de l’identification et de la communication avec les autres individus.

6Dans ce chapitre, je propose tout d’abord de résumer les données neuroscientifiques récentes qui mettent au jour les mécanismes neuraux qui sous-tendent très probablement des dimensions importantes de l’intersubjectivité et la cognition sociale. Ces données se sont accumulées depuis que nous avons découvert dans le cortex prémoteur du macaque une classe particulière de neurones connus sous le nom de « neurones miroirs ». Je discute ensuite ces données en relation avec la question de l’empathie et présente mon modèle de la simulation incarnée, qui constitue un des mécanismes fonctionnels principaux de l’intersubjectivité ; par lequel les actions, émotions et sensations des autres sont cartographiées [mapped] dans les mêmes mécanismes neuraux qui sont aussi normalement activés lorsque nous agissons ou faisons l’expérience d’émotions et de sensations similaires. Je soutiens enfin que la simulation incarnée offre un modèle susceptible d’intéresser non seulement l’explication du fonctionnement des relations interpersonnelles, mais aussi celui de certains aspects psychopathologiques notables de l’intersubjectivité.

Les neurones miroirs

  • 2 Cf. Gallese V. et al., 1996, « Action recognition in the premotor cortex », Rizzolatti G. et al., (...)
  • 3 Gallese V. et al., 2002, « Action representation and the inferior parietal lobule », Fogassi L. et (...)

7Les neurones miroirs sont des neurones prémoteurs qui s’activent aussi bien lors de l’exécution d’une action que lors de son observation par une autre personne2. Des neurones possédant des propriétés similaires ont également été découverts dans un secteur du cortex pariétal postérieur3. Les mêmes neurones moteurs qui déclenchent lorsque le singe saisit une cacahuète sont également activés lorsque le singe observe un autre individu en train d’effectuer la même action.

  • 4 Gallese V. et al. 1996, op. cit., Rizzolatti G. et al., 1996, op. cit.

8L’observation de l’action cause chez l’observateur l’activation automatique du même mécanisme neural qui est également déclenché par l’exécution de l’action. L’originalité de ces découvertes consiste dans le fait que, pour la première fois, un mécanisme neural permettant une cartographie et une mise en relation directe entre la description visuelle de l’acte moteur et son exécution fut identifié. Ce système de cartographie offre ainsi une solution simple et théoriquement peu coûteuse au problème de la transposition des résultats de l’analyse visuelle d’un mouvement observé (en principe, dénué de signification pour l’observateur) dans une entité (un acte) que l’observateur est capable de comprendre4.

9L’hypothèse selon laquelle l’activité des neurones miroirs reflète une description motrice interne de l’action perçue plutôt qu’une description seulement visuelle de ses caractéristiques a été démontrée dans deux expérimentations majeures.

  • 5 Umilta M. A. et al., 2011, « "I know what you are doing" : A neurophysiological study ».

10Dans la première, Umilta et ses collaborateurs5 ont mis au jour un sous-ensemble de neurones miroirs prémoteurs qui s’activent également lors de l’observation d’une action partiellement dissimulée, codant ainsi l’action à venir même en l’absence de l’information visuelle complète la concernant. Les neurones miroirs des macaques ne répondent donc à l’acte observé pas seulement sur la base de la description visuelle, mais sur la base de l’anticipation de leur état final, simulé au moyen de l’activation de sa « représentation » neuromotrice dans le cortex prémoteur de l’observateur.

  • 6 Gallese V. et al., 2009, « Motor Cognition and its role in the phylogeny and ontogeny of intention (...)

11Ces données, bien entendu, n’excluent pas la coexistence d’un système d’analyse et de description visuelle des actes des autres individus, très probablement effectuée au moyen de l’activation de neurones visuels, situés hors du neostriatum, qui sont sensibles au mouvement animé. Quoi qu’il en soit, une telle analyse visuelle ne suffit vraisemblablement pas en elle-même à fournir une compréhension de l’acte observé. Sans référence au « savoir moteur » interne de l’observateur, cette description reste dénuée de signification pratique pour l’observateur individuel6.

  • 7 Kohler E. et al., 2002, « Hearing Sounds, Understanding Actions : Action Representation in Mirror (...)

12Une seconde expérimentation7 démontre que les neurones miroirs codent également la signification des actions sur la base des sons qui leur correspondent. Une classe particulière de neurones miroirs de l’aire F5 (les « neurones miroirs audiovisuels ») répondent ainsi non seulement lorsque le singe exécute et observe un mouvement particulier de la main, mais aussi lorsqu’il entend le son particulier produit par la même action. Ces neurones répondent au son, et différencient les sons d’actions différentes, mais ne répondent pas aux bruits environnants, même lorsqu’ils sont remarquables dans le contexte de l’action, pas plus qu’aux vocalisations, par exemple, d’autres singes ou d’autres animaux.

13L’activité des neurones miroirs révèle l’existence d’un mécanisme grâce auquel des événements perçus aussi différents que des sons ou des images sont cependant codés comme similaires dans la mesure où ils représentent des aspects sensoriels correspondant aux mêmes actes moteurs finalisés.

  • 8 Gallese V., 2005, « Embodied simulation : from neurons to phenomenal experience », Gallese V., 200 (...)

14J’ai donc proposé de considérer que les neurones miroirs, en cartographiant les actes moteurs dirigés vers un but — qu’ils soient, donc, véritablement observés, devinés ou entendus — dans le système neuromoteur de l’observateur, permet une forme de compréhension directe de l’action, au moyen d’un mécanisme que j’ai appelé « la simulation incarnée8 ».

Les neurones miroirs et la compréhension des intentions d’action

15Nous avons donc vu que les neurones miroirs des macaques sous-tendent très probablement une forme directe de compréhension du sens des actions. Cependant, il ne fait pas de doute que la cognition sociale humaine est bien plus sophistiquée. Nous ne comprenons pas seulement ce que les autres sont en train de faire, mais aussi pourquoi, c’est-à-dire que nous pouvons attribuer des intentions aux autres individus. En effet, la conception dominante de la compréhension des actions et des intentions pose que les êtres humains, quand ils se comprennent mutuellement, commencent par l’observation d’un comportement dont l’intentionnalité est opaque, un mouvement biologique, qui doit ensuite être interprété et expliqué dans des termes mentaux. Ce processus d’interprétation renvoie à ce qu’on appelle « la lecture (ou interprétation) de l’esprit [mind-reading] », c’est-à-dire l’attribution aux autres individus d’états mentaux internes, cartographiés dans l’esprit de l’observateur comme de représentations internes de format propositionnel. Ces représentations sont supposées jouer un rôle causal dans la détermination et la compréhension du comportement observé.

16Je conteste pour ma part cette conception purement mentaliste de l’intersubjectivité. Je pose au contraire qu’au fondement (à la fois phylogénétique et ontogénétique) de notre capacité de compréhension de l’intention à l’œuvre dans le comportement des autres individus se trouve un mécanisme fonctionnel plus simple, qui s’appuie sur l’organisation fonctionnelle intrinsèque des circuits pariétaux prémoteurs du cerveau, tels que ceux qui contiennent donc des neurones miroirs. Cette hypothèse est basée sur la mise au jour d’homologies remarquables entre les mécanismes neuraux qui sous-tendent la compréhension des actions chez les primates et chez les humains.

  • 9 Fogassi L. et al., 2005, « Parietal lobe : From action organization to intention understanding ».
  • 10 Gallese V. et Goldman A., 1998, « Mirror neurons and the simulation theory of mindreading », ainsi (...)

17Ainsi, une étude récente de Fogassi et ses collaborateurs9 a montré que les neurones miroirs prémoteurs ne permettent pas seulement au singe la reconnaissance du but de l’acte moteur observé, mais également de prédire l’action suivante de l’agent observé, et donc son intention globale. Ces mécanismes neuraux, présents donc dans une espèce incapable de langage, pourraient constituer la base de capacités cognitives et sociales plus sophistiquées, telles que celles qui caractérisent l’espèce humaine10.

  • 11 Gallese V. et al., 2009, op. cit.

18Il faut bien entendu souligner que les neurones miroirs ne sont pas des « cellules magiques ». Leurs propriétés fonctionnelles sont le résultat de l’intégration et du traitement des inputs reçus par l’intermédiaire d’autres aires cérébrales. Cependant, ce qui fait la spécificité des propriétés fonctionnelles des neurones miroirs, c’est le fait que le traitement auquel ils procèdent a lieu au sein même du système moteur. Loin donc d’être simplement une nouvelle forme de neurones multimodaux d’association, les neurones miroirs ancrent leur traitement multimodal dans les mécanismes neuraux qui président à notre relation pratique au monde des autres agents. C’est pour cette raison qu’ils permettent la communication sociale, parce qu’ils réduisent le fossé entre le soi et les autres11.

Les mécanismes de mirroring chez les êtres humains

  • 12 Cf. Rizzolatti G. et al., 2001, « Neurophysiological mechanisms underlying the understanding and i (...)
  • 13 Buccino G. et al., 2001, « Action observation activates premotor and parietal areas in a somatotop (...)

19De nombreuses études, qui utilisent des méthodologies et techniques expérimentales diverses, ont démontré l’existence de mécanismes de cartographie directe commune à l’action, la perception et l’exécution, qu’on a appelé le « Mécanisme Miroir » (MM), également chez les humains12. Lors de l’observation de l’action, on constate une activation importante des aires prémotrices et pariétales postérieures, qui constituent très probablement l’homologue humain des aires cérébrales des singes au sein desquelles les neurones miroirs ont été initialement découverts. Le mécanisme de mirroring de l’action chez les humains est organisé de façon « somatotopique » : les mêmes régions des cortex prémoteurs et pariétaux postérieurs qui s’activent normalement quand nous exécutons des actes liés aux mouvements de la bouche, des mains et des pieds sont également activés quand nous observons les mêmes actes moteurs effectués par d’autres individus13. Regarder quelqu’un saisir une tasse de café, mordre dans une pomme ou frapper dans une balle, active dans notre cerveau les mêmes neurones qui s’activeraient si nous effectuions les mêmes actes.

  • 14 Iacoboni M. et al. 1999, « Cortical mechanisms of human imitation ».
  • 15 Buccino G. et al. 2004a, « Neural circuits involved in the recognition of actions performed by non (...)
  • 16 Iacoboni M. et al., 2005.
  • 17 Hauk O. et al., 2004 ; Tettamani M. et al., 2005 ; Buccino G. et al., 2005, voir également Pulverm (...)
  • 18 Gallese V. et Lakoff G., 2005 ; Gallese V., 2007 et 2008.

20Le Mécanisme Miroir des êtres humains est directement impliqué dans l’imitation de mouvements simples14, l’apprentissage par imitation de tâches complexes15, la perception d’actes de communication16. Plus encore, le cortex prémoteur qui contient le Mécanisme Miroir est également impliqué dans les processus de verbalisation de mots et de phrases liés à des actions17, suggérant ainsi — comme j’y reviendrai dans la dernière partie du chapitre — que les neurones miroirs, alliés à d’autres parties du système sensori-moteur, pourraient jouer un rôle significatif dans la dimension sémantique du langage18.

  • 19 En moyenne, la réponse des neurones miroirs des singes est plus intense lors de l’exécution que lo (...)

21L’architecture neuro-fonctionnelle du système prémoteur structure l’exécution et la perception des actions, l’imitation et l’imagination, au moyen de connexions neurales et/ou d’autres aires corticales sensorielles. Quand l’action est exécutée ou imitée, la voie cortico-spinale est activée, ce qui conduit à l’excitation des muscles et les mouvements qui s’ensuivent. Quand l’action est observée ou imaginée, son exécution réelle est inhibée. Mais si le réseau cérébro-moteur est ainsi activé, ce ne sont pas toutes ses composantes, et probablement pas avec la même intensité19 : l’action n’est pas effectuée, mais seulement simulée.

  • 20 Gallese V., 2001, « The "Shared Manifold" Hypothesis : from mirror neurons to empathy », ainsi que (...)
  • 21 Wicker B. et al., 2003, « Both of us disgusted in my insula : The common neural basis of seeing an (...)
  • 22 Hutchinson W. D. et al., 1999, « Pain related neurons in the human cingulate cortex » ; Singer T. (...)
  • 23 Keysers C. et al., 2004, « A Touching Sight : SII/PV Activation during the Observation and Experie (...)

22D’autres mécanismes miroirs semblent impliqués dans notre capacité à partager nos émotions et nos sensations avec les autres20. Quand nous percevons autrui exprimer une émotion primaire comme le dégoût, les mêmes aires cérébrales que celles qui sont impliquées dans l’expérience subjective de la même émotion s’activent21. Des mécanismes similaires de correspondance directe [direct matching] ont été décrits dans le cas de la perception de la douleur22 et du toucher23.

  • 24 Voir, déjà cités, Gallese V., 2005a, 2005b, 2006, ainsi que Gallese V. et al., 2004.

23Ces résultats suggèrent de manière convergente que notre capacité à être en empathie avec autrui est intermédiée par des mécanismes de simulation incarnée, c’est-à-dire par l’activation des mêmes circuits neuraux qui sous-tendent aussi nos propres expériences émotionnelles et sensorielles24. Dans cette optique, l’empathie doit être conçue comme le résultat de notre tendance naturelle à éprouver nos relations personnelles d’abord et avant tout à un niveau intercorporel implicite, celui de la résonance mutuelle d’attitudes sensori-motrices intentionnelles et signifiantes [mutual resonance of intentionnally meaningful sensory-motor behaviors] (cf. supra).

  • 25 Voir Gallese V., 2003 b, op. cit., et 2006, op. cit. ; et aussi Oberman L. M. et Ramachandran V. S (...)

24Des études récentes suggèrent également que ces mécanismes pourraient être déficients ou altérés chez des individus atteints de troubles du spectre autistique. De fait, les enfants autistes éprouvent d’importantes difficultés dans l’expression de leurs émotions et la compréhension de celles des autres. Ils ne font pas preuve de mimétisme automatique des expressions faciales d’émotions primaires, comme les enregistrements électro-encéphalographiques (EEG) l’ont révélé. Quand on leur demande d’imiter un trait facial exprimant une émotion, ils ne présentent pas d’activation du système-miroir dans la pars opercularis du gyrus frontal inférieur25.

Simulation incarnée et intercorporéité

  • 26 Gallese V., 2007, op. cit., et Gallese V. et al., 2009, op. cit.

25Toutes ces données étonnantes ont également une portée pour la compréhension des contours plus larges de l’intersubjectivité, en éclairant la manière dont elle est basée sur un mécanisme d’incarnation à plusieurs niveaux qui s’appuie sur des circuits neuraux partagés. La découverte des neurones miroirs offre une nouvelle image, empiriquement fondée, de l’intersubjectivité, considérée d’abord et avant tout comme une intercorporéité — c’est-à-dire la résonance mutuelle d’attitudes sensori-motrices intentionnelles et signifiantes — qui est la source de la connaissance directe d’autrui26. L’intercorporéité ne constitue donc pas une dimension fondamentale de l’intersubjectivité seulement parce qu’elle s’appuierait essentiellement sur la perception, phylogénétiquement et ontogénétiquement fondée, de similarités entre notre corps et celui des autres, mais plutôt parce que les êtres humains partagent en effet les mêmes objets intentionnels et parce que leurs systèmes sensori-moteurs sont connectés de manière similaire afin de pouvoir réaliser le même type d’actions finalisées et éprouver des émotions et des sensations semblables.

26À chaque fois que nous rencontrons quelqu’un, nous sommes implicitement informés de sa similarité avec nous, parce que, au sens littéral, nous l’incarnons. Les mêmes substrats neuraux s’activent quand nous exécutons des actions ou éprouvons des émotions et des sensations en première personne et quand les mêmes actions, émotions et sensations sont vécues par d’autres individus. Un mécanisme fonctionnel sous-jacent commun — la simulation incarnée — intermédie notre capacité à partager avec les autres le sens des actions, intentions, sentiments et émotions, et constitue donc le fondement de l’identification et de la communication avec autrui.

  • 27 Voir Goldman A., 2006, Simulating Minds : The Philosophy, Psychology and Neuroscienceof Mindreadin (...)

27La notion de simulation est employée dans divers domaines, souvent avec des sens différents, qui ne se recouvrent pas nécessairement. La simulation est un processus fonctionnel qui possède un certain contenu, généralement orienté vers les états possibles des objets qu’il vise. Dans la théorie de l’esprit, la notion de simulation a été utilisée par les tenants de la théorie de la simulation de l’esprit d’autrui27 pour caractériser l’attitude de « faire semblant » adoptée par celui qui cherche à comprendre le comportement d’autrui. En bref, selon cette conception, nous employons notre esprit pour nous mettre à la place d’autrui.

  • 28 Voir, déjà cités, Gallese V., 2003, 2005a, 2006, ainsi que Gallese V. 2005b, « “Being like me” : s (...)
  • 29 Gallese V., 2007, op. cit.

28À la différence des versions standards de la théorie de la simulation, je qualifie cette simulation de corporelle, pour mettre en lumière son caractère non intentionnel, pré-rationnel et non introspectif. Le modèle de la lecture de l’esprit d’autrui proposé par ces versions standards de la théorie de la simulation (cf. ibid.) ne convient donc pas à la simulation incarnée, qui est pré-linguistique et qui n’est pas méta-représentationnelle28. Mon modèle de la simulation incarnée conteste notamment l’idée qu’on peut rendre compte de la compréhension interpersonnelle par la seule attribution à autrui d’attitudes propositionnelles, telles que les croyances et les désirs, compris comme des représentations symboliques. Avant et en deçà de la lecture des esprits se trouve l’intercorporéité, qui est la source principale de la connaissance que nous avons d’autrui29.

29Une forme de compréhension directe, en quelque sorte « de l’intérieur », des autres individus, que j’appelle « l’accordage intentionnel [intentional attunement] », est permise par l’activation des systèmes neuraux qui sous-tendent ce que moi et autrui faisons et ressentons. Parallèlement à la description sensorielle en troisième personne des stimuli sociaux observés, des « représentations » internes et non linguistiques des états corporels associés aux actions, émotions et sensations sont évoquées chez l’observateur, comme s’il était précisément en train d’accomplir la même action ou d’éprouver une émotion ou une sensation similaires.

30Il faut insister cependant sur le fait que le terme de « représentation » est ici employé dans un sens très différent de sa signification habituelle dans les sciences cognitives classiques et la philosophie analytique. Il renvoie ici à un certain type de contenu, généré par les relations que notre système cérébro-corporel, toujours en situation et en interaction, institue avec le monde des autres individus. De tels contenus sont toujours pré-linguistiques et pré-théoriques et possèdent pourtant des caractéristiques qu’on attribue habituellement uniquement aux contenus conceptuels.

31Grâce à notre « formatage » corporel isomorphe, nous pouvons cartographier les actions des autres individus dans nos propres représentations motrices, ainsi que leurs émotions et sensations dans nos représentations viscéro-motrices et somato-sensorielles. C’est ce que j’entends par « simulation incarnée ». Et je postule donc qu’elle est un mécanisme fonctionnel fondamental de l’empathie.

Simulation incarnée et empathie

  • 30 Cf., notamment, Smith A., 1759/1976, The Theory of Moral Sentiments.

32Le modèle de la simulation incarnée, qui s’ancre donc dans des données neuroscientifiques récentes, a des antécédents philosophiques bien connus. La dimension affective des relations interpersonnelles a très tôt attiré l’attention des philosophes, dans la mesure où ils y voyaient un trait distinctif des êtres humains. Au xviiie siècle, la philosophie morale écossaise a qualifié notre capacité d’interpréter les sentiments des autres de « sympathie30 ». Dans la seconde moitié du xixe siècle, cette question prit une dimension multidisciplinaire, en étant abordée parallèlement par les philosophes et par les tenants d’une nouvelle discipline, la psychologie.

  • 31 Voir Titchener E., 1909, Lectures on the Experimental Psychology of the Thought-Processes.
  • 32 Pigman G. W., 1955, « Freud and the history of empathy ».
  • 33 [Note du traducteur] Vischer R., 1927, Drei Schriften zum ästhetischen Formproblem. Au sujet de R. (...)
  • 34 Au sujet de la relation entre empathie et expérience esthétique, voir Freedberg D. et Gallese V., (...)

33Le terme d’empathy est une traduction anglaise tardive31 de l’allemand Einfühlung. Comme l’a bien souligné Pigman32, Robert Vischer a introduit le terme en 187333 pour rendre compte de notre capacité à symboliser les objets inanimés de la nature et de l’art34.

  • 35 Lotze R.H., 1854-64/1923, « Mikrokosmos, Ideen zur Naturgeschichte und Geschichte der Menschheit. (...)

34Vischer était fortement influencé par les idées de Lotze35, qui avait déjà proposé un mécanisme au moyen duquel les êtres humains sont capables de comprendre des objets inanimés et d’autres espèces animales en « se transposant en eux [sich mitlebend… versetzen] ».

  • 36 Lipps T., 1903, « Einfühlung, innere Nachahmung und Organenempfindung ».

35Theodor Lipps, qui consacra de nombreuses analyses à l’empathie, étendit le concept d’Einfühlung au domaine de l’intersubjectivité, qu’il caractérisa dans les termes d’une « imitation intérieure [innere Nachahmung] » des mouvements perçus des autres individus36. Lorsque je regarde un acrobate marcher sur un fil suspendu, Lipps constate ainsi que « je me sens comme en lui-même [Ich fühle mich so in ihm] ». Nous voyons ainsi la première suggestion d’une relation entre l’imitation (qui est qualifiée par Lipps d’« intérieure ») et la capacité de comprendre les autres individus en leur attribuant sentiments, émotions et pensées.

  • 37 Husserl E., 1931/1998, Méditations cartésiennes.
  • 38 Husserl E., Husserliana Band IV et V.

36La phénoménologie développa ensuite plus avant la notion d’Einfühlung. Un des aspects cruciaux de la théorie husserlienne est l’importance qu’elle accorde à l’intersubjectivité dans la constitution de notre monde cognitif. Le rejet husserlien du solipsisme est clairement résumé dans la cinquième méditation cartésienne37 et plus encore dans son ouvrage posthume Ideen II38, où il insiste sur le rôle d’autrui dans la constitution du monde « objectif ». C’est à travers une « expérience partagée » du monde, assurée par la présence d’autres individus, que l’objectivité se constitue.

37Plus intéressante encore est l’idée husserlienne selon laquelle le corps propre et le corps des autres sont des vecteurs essentiels de cette capacité de partager nos expériences avec les autres. Ce qui rend le comportement des autres agents intelligible, c’est le fait que leur corps est éprouvé non comme un objet matériel (Körper), mais comme quelque chose de vivant (Leib), qui est analogue à notre propre corps vécu et agissant. Les neurosciences contemporaines montrent que l’étude scientifique du Körper (le système corps-cerveau) peut éclairer le Leib (le corps vivant vécu), dans la mesure où le Leib est l’expression vivant du Körper.

38Dès la naissance, le « Lebenswelt », notre monde environnant vécu et habité par des choses vivantes, constitue ainsi la trame de nos interactions. L’empathie se fonde donc en profondeur dans l’expérience de notre corps vivant, et c’est cette expérience qui nous permet de reconnaître directement les autres non comme des corps doués d’esprit, mais comme des personnes comme nous. Selon Husserl, il ne peut y avoir de perception sans une conscience du corps agissant.

  • 39 Stein E., 1917/2008, Zum Problem der Einfühlung.

39Cette relation entre l’action et les relations empathiques intersubjectives devient plus évidente encore dans les travaux d’Edith Stein et de Maurice Merleau-Ponty. Dans son ouvrage Sur le problème de l’empathie39, Edith Stein, ancienne étudiante de Husserl, clarifie encore ce concept d’empathie en montrant qu’il ne se borne pas à une simple appréhension des sentiments et émotions d’autrui. L’empathie implique quelque chose de plus simple : nous faisons l’expérience d’autrui comme un alter ego en vertu de la saisie de similarités. Une composante importante de cette similarité réside dans l’expérience partagée de l’action. Comme Edith Stein y insiste, si la taille de ma main était donnée à une échelle fixe, comme quelque chose de prédéterminé, il deviendrait très difficile d’entrer en empathie avec un autre type de main qui ne correspondrait pas à ces spécificités physiques prédéterminées.

  • 40 Voir Cutting J. E. et Kozlowski L. T., 1977, « Recognizing friends by their walk : gait perception (...)

40Or nous pouvons parfaitement reconnaître les mains d’enfants ou de singes en tant que mains, malgré leurs différences visuelles et tactiles. Plus encore, nous pouvons reconnaître des mains en tant que telles même lorsque les détails visuels ne sont pas disponibles ou lorsque notre perspective se modifie, voire qu’aucune spécification de forme visuelle n’est fournie. Même quand, par exemple, nous ne pouvons voir du comportement d’autrui que des points de lumière mobiles sur un écran, nous pouvons non seulement reconnaître qu’il est en train de marcher, mais encore reconnaître s’il s’agit de nous-mêmes ou d’une autre personne40. Or, puisqu’habituellement nous ne nous voyons jamais en train de marcher, on peut rendre compte de ce processus de reconnaissance de manière bien plus satisfaisante que par un processus seulement visuel, au moyen d’un tel mécanisme dans lequel les stimuli mobiles observés activent les schèmes moteurs de la marche chez l’observateur. Ici encore, on voit que notre compréhension d’autrui ne peut être réduite à une activité dirigée purement par la vision.

41Cela semble suggérer que notre « appréhension » du sens du monde ne repose pas exclusivement sur son herméneutique cognitive ou sa « représentation visuelle » mais est fortement influencée par les processus sensori-moteurs reliés à l’action, et donc repose sur notre propre « connaissance personnelle incarnée ». Le caractère monolithique de la perception doit être réfuté. Il y a différentes manières de percevoir les autres, et parmi elles seules certaines permettent le type de communication que je définis comme un accordage intentionnel.

42Maurice Merleau-Ponty, dans sa Phénoménologie de la perception, écrit ainsi :

« Le sens des gestes n’est pas donné, mais compris, c’est-à-dire ressaisi par l’acte du spectateur. Toute la difficulté est de bien concevoir cet acte et de ne pas le confondre avec une opération de connaissance. La communication ou la compréhension des gestes s’obtient par la réciprocité de mes intentions et des gestes d’autrui, de mes gestes et des intentions lisibles dans la conduite d’autrui. Tout se passe comme si l’intention d’autrui habitait mon corps ou comme si mes intentions habitaient le sien. » (Merleau-Ponty M., 1976, Phénoménologie de la perception, p. 215, je souligne)

43Au moyen de l’Einfühlung, nous en venons à connaître la présence des autres et la nature spécifique de leurs expériences de manière directe plutôt qu’au moyen d’une « opération cognitive ». Cette voie d’entrée dans l’intersubjectivité est la plus simple : elle inclut le domaine de l’action, embrasse et intègre les modalités variées d’appréhension des autres et de communication avec eux. C’est le noyau de notre expérience de soi et des autres, la racine de l’intersubjectivité.

  • 41 Zahavi D., 2001, « Beyond empathy. Phenomenological approaches to intersubjectivity ».

44On doit cependant ajouter que même s’il est certainement vrai que les neurones miroirs s’activent aussi bien lorsque l’action est exécutée que lorsqu’elle perçue, il n’est pas moins vrai que l’intensité de leur réponse n’est pas la même dans ces deux situations. En moyenne, la décharge motrice présentée par les neurones miroirs des macaques lors de l’exécution d’une action est significativement plus forte que celle qui est évoquée dans l’observation d’une action similaire accomplie par un autre individu. De manière générale, on doit noter que la simulation incarnée n’implique pas que nous fassions l’expérience d’autrui de la même manière que de nous-mêmes. La relation d’identité entre Je et Tu ne constitue qu’une face de la pièce de l’intersubjectivité. Comme Husserl l’avait posé, et comme l’a souligné à nouveau Dan Zahavi récemment41, c’est l’altérité d’autrui qui garantit en effet l’objectivité que nous attribuons normalement à la réalité.

  • 42 Voir Blakemore S. J. et al., 2005, op. cit.
  • 43 Voir Jabbi M. et al., 2008, op. cit.

45L’expérience de l’altérité des autres individus est également cartographiée au niveau neural sub-personnel, dans la mesure où les circuits corticaux à l’œuvre quand nous agissons ne recouvrent pas entièrement, pas plus qu’elles ne présentent la même intensité d’activation, que ceux qui sont impliqués quand c’est autrui qui agit et que nous observons ses actions. La même logique vaut également pour les sensations42 et les émotions43. L’étude de Jabbi est particulièrement significative à cet égard, parce qu’elle montre que des expériences aussi différentes que faire l’expérience en première personne du dégoût, imaginer être dégoûté par un objet et regarder l’expression de dégoût d’un autre individu, impliquent non seulement l’activation du même réseau d’aires cérébrales (l’insula antérieure et le cortex cingulaire antérieur), mais également l’activation d’aires cérébrales différentes, en fonction de la modalité spécifique (effective, imaginée, observée chez autrui) de l’expérience du dégoût.

46On doit encore ajouter que le mécanisme fonctionnel de la simulation incarnée ne doit pas être conçu comme rigide, semblable au couplage d’entrée [inputs] et de sorties [ouputs] dans les actes réflexes. De nombreuses études d’imagerie cérébrale ont montré que l’intensité de l’activation du système des neurones miroirs lors de l’observation d’actions dépend des similarités entre l’action observée et le répertoire d’action de l’observateur.

  • 44 Hurley S., 2007, « Simulating minds. Commentary on Alvin Goldman’s Simulating Minds » et Hurley S. (...)

47Toutes considérations qui me conduisent à contester l’idée que la simulation devrait nécessairement être caractérisée par la ressemblance entre le simulateur et sa cible. Comme l’a défendu récemment Susan Hurley44, la simulation doit être plutôt caractérisée par la notion de « recyclage [reuse] ». Suivant cette conception de la simulation, ce qui distingue vraiment la simulation de la théorisation, c’est précisément ce recyclage d’un processus afin de générer des informations au sujet de ce processus. En effet, les données neuroscientifiques sur lesquelles elle s’appuie montrent que les êtres humains recyclent les processus moteurs afin de comprendre directement les actions des autres, mais aussi, de manière similaire, les processus émotionnels dans le but de comprendre leurs émotions.

  • 45 [Note du traducteur] L’auteur fait ici référence à la théorie des « émotions comme si » de Robert (...)
  • 46 Gallagher S., 2001, « The practice of mind », p. 102.

48Ce qui permet de qualifier la simulation d’« incarnée », c’est précisément cette notion de recyclage, qu’on peut décrire comme un type de cartographie corporelle isomorphe entre le simulateur et sa cible. Ce qui fait de l’activation des neurones miroirs, lors de l’observation de l’action d’autres individus, un processus de « comme si45 », ce n’est pas la dimension de ressemblance qu’elle impliquerait, mais le fait que, en dépit de l’activation du système moteur dans le cerveau de l’observateur, l’action n’est pas effectuée mais seulement simulée. C’est pourquoi je suis en désaccord avec Shaun Gallagher quand il affirme que, pour pouvoir parler de simulation, il faudrait que les neurones miroirs « génèrent une copie supplémentaire des actions identique à ce que serait celle de l’action de l’observateur lui-même46 ».

  • 47 Gallese V., 2007, op. cit.
  • 48 Ibid., p. 659.

49Cela étant dit, je pense que la perspective de Gallagher et la mienne sont bien plus proches que ce qui apparaît dans la critique qu’il adresse à l’embodied simulation. Gallagher et moi-même estimons tous deux que le rôle traditionnellement assigné par le cognitivisme classique à la folk psychology est excessif, trop large et injustifié. Nous pensons tous deux que la lecture de l’esprit d’autrui ne devrait pas être identifiée avec le processus essentiellement théorique habituellement décrit sous le nom de « théorie de l’esprit ». C’est la raison principale pour laquelle j’ai intitulé un texte de 2007 « Avant et en deçà la théorie de l’esprit [Before and below theory of mind]47 », où j’écrivais que « la cognition sociale n’est pas seulement la “métacognition sociale”, c’est-à-dire le fait de penser explicitement aux contenus d’un autre esprit au moyen de symboles et d’autres représentations de forme propositionnelle48 ». En définitive, Gallagher et moi pensons tous deux que la voie essentielle pour comprendre autrui est de nature immédiate. Cependant, je crois en effet, n’en déplaise à Gallagher, que cette immédiateté est tout à fait compatible avec l’idée que je défends d’un recyclage à l’œuvre dans la simulation, parce que je pense que soutenir que la compréhension d’autrui est intermédiée par une embodied simulation qui s’appuie sur les neurones miroirs ne revient pas à dire qu’une forme de « faire semblant [pretense] » intervient dans la perception du comportement des autres. Toutes ses considérations rendent finalement difficiles l’entreprise de rendre compte de phénomènes miroirs comme de formes de « perception directe ».

50La vue d’ensemble synthétique de la tradition phénoménologique en philosophie que j’ai proposée dans cette section, ainsi que les données neuroscientifiques présentées au long de ce chapitre, convergent pour suggérer que l’approche défendue et proclamée par le cognitivisme classique, qui considère la cognition sociale comme une entreprise exclusivement théorique, est bornée, arbitraire et réductrice. Par ailleurs, la nouvelle perspective, empiriquement fondée, de l’empathie que je propose peut s’avérer bénéfique non seulement pour une nouvelle approche de l’intersubjectivité humaine, mais peut-être aussi pour de nouveaux développements en psychopathologie.

La simulation incarnée et l’accordage intentionnel

  • 49 Cf., déjà cités, Gallese V., 2001, 2003a, 2003b, 2005a et 2005b.

51Notre capacité à concevoir les corps agissants des autres personnes comme des soi, des alter ego, dépend finalement de la constitution d’un espace interpersonnel signifiant partagé [shared meaningful interpersonal space]. Cette « variété partagée [shared manifold]49 » peut être caractérisée au niveau fonctionnel comme une simulation incarnée, un mécanisme spécifique qui constitue le trait fonctionnel basique au moyen duquel notre système cerveau/corps modèle ses interactions avec le monde. Les divers mécanismes miroirs décrits dans ce chapitre constituent des instances sub-personnelles de la simulation incarnée.

52Si l’on suit mon modèle, quand nous sommes témoins de comportements intentionnels d’autres individus, la simulation incarnée génère chez nous un état phénoménal spécifique d’« accordage intentionnel [intentional attunement] ». Ce phénomène mis en œuvre génère à son tour une variété particulière d’identification avec les autres individus, produite par l’établissement d’une dynamique relationnelle de réciprocité entre le « Je » et le « Tu ». Au moyen de la simulation incarnée, nous ne faisons pas que « voir » une action, une émotion, une sensation. Au fur et à mesure de la description sensorielle des stimuli sociaux observés, des représentations internes des états corporels associés à ces actions, émotions et sensations, sont évoquées chez l’observateur, « comme si » il était lui-même en train de faire l’expérience en première personne d’une action, émotion ou sensation similaire. C’est ce qui permet l’identification sociale avec les autres individus. Voir le comportement d’autrui comme une « action » ou une expérience émotionnelle ou sensorielle requiert ainsi spécifiquement que ces comportements soient cartographiés dans une structure de format isomorphe. Une telle cartographie n’est autre que la simulation incarnée.

53Toute relation intentionnelle peut ainsi être cartographiée comme une relation entre un sujet agissant et un objet. Le mécanisme miroir décrit ici cartographie les différentes relations intentionnelles d’une manière qui, à un certain degré, est neutre quant à l’identité de cet agent/sujet. Peu importe qui est le sujet, au moyen de cet état fonctionnel partagé par deux corps différents qui obéissent cependant aux mêmes règles fonctionnelles, « l’autre comme objet » devient « un autre soi », un alter ego, qui conserve cependant son caractère d’altérité.

54Lorsque nous sommes exposés aux actions effectuées par d’autres individus ou à la manière dont ils expriment les émotions et sensations qu’ils éprouvent, nous ne partons pas nécessairement d’une description sensorielle opaque d’un comportement donné qui devrait être interprété et analysé logiquement au moyen de notre appareil cognitif (et donc désincarné). Si dans de nombreuses situations quotidiennes le comportement des autres est immédiatement signifiant, c’est parce qu’il permet une connexion directe avec notre propre expérience, vécue et en situation, des mêmes comportements, grâce au traitement de ce que nous percevons des autres (actions, émotions, sensations) par les mêmes ensembles neuraux qui président à l’instanciation de nos propres actions, émotions et sensations.

Les mécanismes plus complexes de la cognition sociale

  • 50 [Note du traducteur] Pour une présentation de cette hypothèse d’un « module de la théorie de l’esp (...)

55Bien entendu, la simulation incarnée n’est pas le seul mécanisme fonctionnel qui sous-tend la cognition sociale. Les stimuli sociaux peuvent aussi être compris sur la base de l’élaboration cognitive explicite de leurs caractéristiques contextuelles perçues, en utilisant la connaissance préalablement acquise au sujet des aspects remarquables de la situation qui doit être analysée. Notre capacité d’attribution de croyances erronées, qui constitue l’une de nos capacités mentales les plus sophistiquées, implique très probablement de nombreuses aires cérébrales, certainement plus étendues d’ailleurs que le prétendu domaine spécifique du « module de la théorie de l’esprit [Theory of Mind module]50 ».

  • 51 Onishi K. H. et Baillargeons R., 2005, « Do 15-month-old infants understand false beliefs ? »

56On doit ajouter à cet égard qu’on est encore loin de comprendre les mécanismes neuraux sous-jacents à de telles capacités mentales complexes. Plus encore, de récentes données démontrent que, lorsqu’on examine des tâches pré-verbales comme l’orientation préférentielle du regard51, des enfants de seulement quinze mois se comportent comme s’ils étaient capables d’attribuer des croyances erronées aux autres individus. Cela montre que des aptitudes mentales apparemment très sophistiquées — comme l’attribution de croyances erronées aux autres individus — pourraient s’appuyer sur des mécanismes de bas niveau, dont l’exploration minutieuse doit être continuée.

Le développement ontogénétique des mécanismes miroirs

  • 52 Zoia D. et al., 2007, « Evidence of early development of action planning in the human foetus : a ki (...)

57Une question cruciale, et non encore clarifiée, concerne la manière dont le mécanisme miroir évolue au cours du développement ontogénétique. Nous ne savons pas dans quelle mesure les mécanismes miroirs décrits dans ce chapitre sont innés et comment ils sont formés et modelés au cours du développement. Ce que nous savons, cependant, c’est que les aptitudes motrices se développent bien plus précocement que ce que nous pouvions penser auparavant. Dans une étude récente52, la cinématique des mouvements des mains de fœtus a été mesurée. Les résultats ont montré que les caractéristiques temporelles et spatiales des mouvements fœtaux n’étaient en aucun cas non coordonnés et non systématiques. Au cours de la vingt-deuxième semaine de gestation, les mouvements des mains des fœtus présentent des schèmes kinétiques qui dépendent du but des différents actes moteurs que les fœtus effectuent. Ces résultats conduisent les auteurs à défendre l’hypothèse selon laquelle ces fœtus de 22 semaines présentent un niveau d’avancement surprenant dans l’aptitude de planification motrice, qui est déjà compatible avec l’exécution d’actions intentionnelles. Cette sophistication du développement du système moteur prénatal permet d’émettre l’hypothèse que, lors du développement prénatal, des connexions spécifiques pourraient s’effectuer entre les centres moteurs qui dirigent les mouvements finalisés de la bouche et des mains et les régions cérébrales qui recevront après la naissance les inputs visuels. Une telle connectivité pourrait fournir des modèles fonctionnels (par exemple des modèles spatio-temporels d’activation neurale) à des aires cérébrales qui, une fois atteintes par les informations visuelles, pourraient être déjà prêtes à répondre de manière spécifique à l’observation de mouvements animés, tels que les gestes des mains et du visage, et donc permettre, par exemple, l’imitation néonatale.

  • 53 Voir Gallese V. et al., 2009, op. cit.

58Au moyen de cette connectivité spécifique — développée durant la dernière phase de gestation — entre les aires cérébrales motrices et les aires destinées à la vision, les nouveaux-nés et les enfants seraient ainsi prêts à imiter les gestes effectués par les adultes qui s’occupent d’eux et leur font face, et seraient donc dotés des ressources neurales permettant les comportements de réciprocité qui caractérisent la vie postnatale dès ses premiers commencements53.

  • 54 Shimada S. et Iraki K., 2006, « Infant’s brain responses to live and televised action ».

59La première preuve indirecte disponible faisant état d’un système de neurones miroirs chez les enfants a été fournie par une étude de Shimada et Iraki qui ont mis en évidence, au moyen d’une spectroscopie proche infrarouge (NIRS) la présence d’un système de correspondance entre l’observation et l’exécution d’actions chez des enfants de 6 mois54. Il faut remarquer que cette étude montre en outre que le cortex sensori-moteur des enfants (et non des participants adultes) était également activé lors de l’observation d’un objet mobile présenté sur un écran de télévision. Ces données suggèrent que lors des premières phases du développement, même des objets mobiles non animés sont « anthropomorphisés » au moyen de leur cartographie par des représentations motrices pertinentes pour les schémas moteurs de l’observateur.

  • 55 Lepage J. F. et Theoret H., 2007, « The mirror neuron system : grasping other’s actions from birth (...)

60On peut donc émettre l’hypothèse qu’un système de neurones miroirs inné est déjà présent à la naissance, qui peut ensuite être modelé par l’expérience motrice et qu’enrichit graduellement l’apprentissage visuomoteur. Lepage et Theoret ont récemment proposé de postuler que le développement du système de neurones miroirs peut être conçu comme un processus au moyen duquel l’enfant apprend à inhiber l’exécution motrice des mécanismes de cartographie automatique qui relient la perception et l’exécution des actions55. Le développement de mécanismes d’inhibition pré-frontaux permet ainsi probablement la transformation de la contagion motrice en simulation motrice. Un tel développement conduit la transition graduelle de l’automatisme de la ré-émergence [re-enactment] à l’automatisme de la simulation incarnée.

L’intersubjectivité au de la condition humaine

61L’espace intersubjectif nous-centré et partagé [the shared intersubjective we-centric space], cartographié par les mécanismes miroirs, est très probablement un élément fondamental de la relation des nouveaux-nés et des enfants au monde social, mais il acquiert aussi progressivement un rôle différent. Il fournit en effet au soi la capacité d’entretenir avec autrui des rapports d’identification et de différenciation.

62Une fois que les liens fondamentaux avec le monde des autres sont établis, cet espace partagé conduit à la faculté conceptuelle adulte de cartographier socialement la similitude et la différence (« je suis un soi distinct »). L’identification sociale, la communauté que nous attribuons aisément aux autres individus, le sentiment intérieur d’être « comme toi » provoqué par la rencontre avec les autres, sont le résultat du maintien de cet espace partagé et nous-centré. Les interactions entre soi et autrui, qu’ils soient physiques ou épistémiques, sont formés et conditionnés par les mêmes contraintes corporelles et environnementales. Cette caractéristique relationnelle commune est sous-tendue, au niveau cérébral, par des réseaux neuraux de mirroring partagés [shared mirroring neural networks]. Ces mécanismes neuraux partagés permettent le partage des actions, des émotions et des sensations, qui sont la matière première de notre vie sociale. Si l’on suit mon modèle, le « nous » [we-ness] et l’intersubjectivité constituent ainsi le sol ontologique de la condition humaine, et c’est la réciprocité qui fonde et définit l’existence humaine.

Notes

1 L’article « Embodied Simulation and its Role in Intersubjectivity », dont ce chapitre est la traduction, est paru dans l’ouvrage de T. Fuchs, H. C. Sattel et P. Henningsen (sous la direction de), The Embodied Self, Schattauer, Stuttgart, 2010, p. 78-92. Nous remercions l’auteur, les directeurs de l’ouvrage et l’éditeur, pour leur aimable autorisation. Traduit de l’anglais par Alexis Cukier.

2 Cf. Gallese V. et al., 1996, « Action recognition in the premotor cortex », Rizzolatti G. et al., 1996, « Premotor cortex and the recognition of motor actions ».

3 Gallese V. et al., 2002, « Action representation and the inferior parietal lobule », Fogassi L. et al., 2005, « Parietal lobe : From action organization to intention understanding ».

4 Gallese V. et al. 1996, op. cit., Rizzolatti G. et al., 1996, op. cit.

5 Umilta M. A. et al., 2011, « "I know what you are doing" : A neurophysiological study ».

6 Gallese V. et al., 2009, « Motor Cognition and its role in the phylogeny and ontogeny of intentional understanding. Developmental Psychology ».

7 Kohler E. et al., 2002, « Hearing Sounds, Understanding Actions : Action Representation in Mirror Neurons ».

8 Gallese V., 2005, « Embodied simulation : from neurons to phenomenal experience », Gallese V., 2006, « Intentional attunement : A neurophysiological perspective on social cognition and its disruption in autism » et Gallese V. et al., 2009, op. cit.

9 Fogassi L. et al., 2005, « Parietal lobe : From action organization to intention understanding ».

10 Gallese V. et Goldman A., 1998, « Mirror neurons and the simulation theory of mindreading », ainsi que Gallese V., 2006, op. cit., et Gallese V., 2007, « Before and below Theory of mind : Embodied simulation and the neural correlates of social cognition ».

11 Gallese V. et al., 2009, op. cit.

12 Cf. Rizzolatti G. et al., 2001, « Neurophysiological mechanisms underlying the understanding and imitation of action », Gallese V., 2003a, « The manifold nature of interpersonal relations : The quest for a common mechanism », Gallese V., 2003b, « The roots of empathy : the shared manifold hypothesis and the neural basis of intersubjectivity », Gallese V., 2006, op. cit., Gallese V. et al., 2004, « A unifying view of the basis of social cognition » ; Rizzolatti G. et Craighero L., 2004, « The mirror neuron system ».

13 Buccino G. et al., 2001, « Action observation activates premotor and parietal areas in a somatotopic manner : an fMRI study ».

14 Iacoboni M. et al. 1999, « Cortical mechanisms of human imitation ».

15 Buccino G. et al. 2004a, « Neural circuits involved in the recognition of actions performed by nonconspecifics : An fMRI study ».

16 Iacoboni M. et al., 2005.

17 Hauk O. et al., 2004 ; Tettamani M. et al., 2005 ; Buccino G. et al., 2005, voir également Pulvermueller F., 2002.

18 Gallese V. et Lakoff G., 2005 ; Gallese V., 2007 et 2008.

19 En moyenne, la réponse des neurones miroirs des singes est plus intense lors de l’exécution que lors de l’observation de l’action.

20 Gallese V., 2001, « The "Shared Manifold" Hypothesis : from mirror neurons to empathy », ainsi que, déjà cités, Gallese V., 2003a, 2003b, 2006 ; De Vignemont F. et Singer T., 2006, « The empathic brain : how, when, and why ? ».

21 Wicker B. et al., 2003, « Both of us disgusted in my insula : The common neural basis of seeing and feeling disgust ».

22 Hutchinson W. D. et al., 1999, « Pain related neurons in the human cingulate cortex » ; Singer T. et al., 2004, « Empathy for pain involves the affective but not the sensory components of pain » ; Jackson P. et al., 2005, « How do we perceive the pain of others : A window into the neural processes involved in empathy » ; Botvinick M. et al., 2005, « Viewing facial expressions of pain engages cortical areas involved in the direct experience of pain ».

23 Keysers C. et al., 2004, « A Touching Sight : SII/PV Activation during the Observation and Experience of Touch » ; Blakemore S.-J. et al., 2005, « Somatosensory activations during the observation of touch and a case of vision-touch synaesthesia » ; Ebisch S.J.H. et al., 2008, « The sense of touch : embodied simulation in a visuo-tactile mirroringmechanism for the sight of any touch ».

24 Voir, déjà cités, Gallese V., 2005a, 2005b, 2006, ainsi que Gallese V. et al., 2004.

25 Voir Gallese V., 2003 b, op. cit., et 2006, op. cit. ; et aussi Oberman L. M. et Ramachandran V. S., 2007, « The simulating social mind : Mirror neuron system and simulation in the social and communicative deficits of Autism Spectrum Disorder ».

26 Gallese V., 2007, op. cit., et Gallese V. et al., 2009, op. cit.

27 Voir Goldman A., 2006, Simulating Minds : The Philosophy, Psychology and Neuroscienceof Mindreading.

28 Voir, déjà cités, Gallese V., 2003, 2005a, 2006, ainsi que Gallese V. 2005b, « “Being like me” : self-other identity, mirror neurons and empathy ».

29 Gallese V., 2007, op. cit.

30 Cf., notamment, Smith A., 1759/1976, The Theory of Moral Sentiments.

31 Voir Titchener E., 1909, Lectures on the Experimental Psychology of the Thought-Processes.

32 Pigman G. W., 1955, « Freud and the history of empathy ».

33 [Note du traducteur] Vischer R., 1927, Drei Schriften zum ästhetischen Formproblem. Au sujet de R. Vischer, voir également l’introduction du chapitre 3.

34 Au sujet de la relation entre empathie et expérience esthétique, voir Freedberg D. et Gallese V., 2007, « Motion, emotion and empathy in esthetic experience ».

35 Lotze R.H., 1854-64/1923, « Mikrokosmos, Ideen zur Naturgeschichte und Geschichte der Menschheit. Versuch einer Anthropologie ».

36 Lipps T., 1903, « Einfühlung, innere Nachahmung und Organenempfindung ».

37 Husserl E., 1931/1998, Méditations cartésiennes.

38 Husserl E., Husserliana Band IV et V.

39 Stein E., 1917/2008, Zum Problem der Einfühlung.

40 Voir Cutting J. E. et Kozlowski L. T., 1977, « Recognizing friends by their walk : gait perception without familiarity cues ».

41 Zahavi D., 2001, « Beyond empathy. Phenomenological approaches to intersubjectivity ».

42 Voir Blakemore S. J. et al., 2005, op. cit.

43 Voir Jabbi M. et al., 2008, op. cit.

44 Hurley S., 2007, « Simulating minds. Commentary on Alvin Goldman’s Simulating Minds » et Hurley S., 2008, « The shared circuits model (SCM) : how control, mirroring, and simulation can enable imitation ».

45 [Note du traducteur] L’auteur fait ici référence à la théorie des « émotions comme si » de Robert Gordon, qui résulte pour ce dernier d’un « raisonnement hypothético-émotionnel » qu’il rapproche de l’empathie. Voir R. Gordon, 1987, The structures of emotions. Investigations in cognitive philosophy (notamment le chapitre 7).

46 Gallagher S., 2001, « The practice of mind », p. 102.

47 Gallese V., 2007, op. cit.

48 Ibid., p. 659.

49 Cf., déjà cités, Gallese V., 2001, 2003a, 2003b, 2005a et 2005b.

50 [Note du traducteur] Pour une présentation de cette hypothèse d’un « module de la théorie de l’esprit », cf., notamment, Leslie A. M., « Pretense, autism, and the theory of mind module », Current Directions in Psychological Science, 1, 1992, et Gerrans Ph., « The theory of mind module in evolutionary psychology », Biology and philosophy, 17, 2002.

51 Onishi K. H. et Baillargeons R., 2005, « Do 15-month-old infants understand false beliefs ? »

52 Zoia D. et al., 2007, « Evidence of early development of action planning in the human foetus : a kinematic study ».

53 Voir Gallese V. et al., 2009, op. cit.

54 Shimada S. et Iraki K., 2006, « Infant’s brain responses to live and televised action ».

55 Lepage J. F. et Theoret H., 2007, « The mirror neuron system : grasping other’s actions from birth ? »

Auteur

Professeur de neurosciences et de physiologie, chercheur à l’université de Parme, Italie.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540