Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le darwinisme social en France (1859-1918)

 | 
Jean-Marc Bernardini

Partie III. De 1900 à 1918 : la récession du darwinisme social

Chapitre 3. 1914-1918 : le darwinisme dans l’œil du cyclone

Texte intégral

Avant-propos – La guerre : frein ou accélérateur du progrès scientifique ?

1La communauté des biologistes français fut longtemps partagée entre les théories néolamarckiennes et néodarwiniennes. Au sortir de la Première Guerre mondiale, le néolamarckisme était d’ailleurs la théorie dominante enseignée dans les universités françaises alors que le néodarwinisme restait minoritaire jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale malgré les remarquables travaux de L. Cuénot, E. Guyénot, M. Caullery ou J. Rostand. Puisque le néodarwinisme naquit à la suite des travaux de l’Allemand A. Weismann (après 1883), il convenait de s’interroger sur les possibles liens entre les turbulences idéologiques provoquées par la Première Guerre mondiale et cette singulière induration du néolamarckisme en France. La question est de savoir dans quelle mesure la guerre a freiné, favorisé ou orienté la production des savoirs et plus spécifiquement l’acculturation de la communauté scientifique française aux thèses darwiniennes dans les domaines de l’évolutionnisme et de la génétique.

2Pour certains auteurs, la guerre de 1914-1918 a consacré le passage d’une civilisation industrielle à une civilisation technique (Fuller : 1948, p. 152). La formule est ramassée mais un peu caricaturale car dans le cas français, il est nécessaire de dissocier l’état de l’industrie et celui des universités ou encore l’état des sciences appliquées et celui des sciences fondamentales. À la veille du conflit, la France s’illustrait dans quelques domaines des sciences appliquées (l’électrométallurgie, l’aviation, l’automobile, etc.) avec pour effet d’entrainer et de développer les secteurs industriels liés à la production du caoutchouc, de l’acier, de l’aluminium, etc. Cet essor était sous-tendu par les laboratoires d’industries et une pépinière d’écoles d’ingénieurs. Vingt-six d’entre elles virent le jour précisément entre 1900 à 1919. Cet état des lieux relatif au parc industriel français contrastait avec la recherche universitaire, globalement peu aidée et faiblement encadrée et souffrant de la centralisation parisienne. Pour preuve, la science française déclinait sur la scène internationale, hormis dans certains secteurs précis et grâce à quelques équipes dynamiques : dans le domaine des mathématiques (Poincaré, Borel, etc.), de la physique (avec les Curie), de la médecine (Carrel, Richet, Roux). En revanche, à la différence des prestigieux instituts de recherche de l’Allemagne impériale, la France était absente des domaines de la physico-chimie et de certains secteurs de la chimie organique et particulièrement en retard dans le champ des sciences naturelles et de la biologie.

3Dès les premiers mois du conflit, deux faits s’imposent. Selon la formule de Raymond Aron, « la guerre comme les autres » est entravée par « la surprise technique » (Aron : 1951, p. 22-23). En trente jours, la moitié des stocks prévus est consommée et en raison de l’invasion des régions Nord et Est, la France perd la moitié de sa production de charbon et 64 % de la production de son acier. Enfin, le système de recherche français révèle ses faiblesses au gouvernement. L’industrie est par trop dépendante des techniques étrangères et un secteur stratégiquement crucial est particulièrement faible : celui de la chimie (les dérivés azotés sont indispensables pour les munitions). Ce constat eut quelques incidences sur le plan institutionnel, préludes d’une certaine politique de la science. L’évolution du conflit nécessita de mobiliser des recherches utiles à la Défense nationale. Ainsi le 11 août 1914 fut créée la « Commission supérieure des inventions » qui devint en novembre 1915 la « Direction des inventions intéressant la défense nationale » rattachée au ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts. De même, en 1916, pour pallier les carences de l’industrie chimique fut créé le « Comité interministériel pour les colorants » qui devint en 1917 la « Compagnie nationale pour les matières colorantes ». Dans l’histoire des politiques françaises de la science, c’est la première fois que des organismes ministériels s’occupaient de la « Recherche et du Développement. » (Chatelet : 1959, p. 13)

4Au final, de ces liens entre les activités scientifiques et la guerre de 1914-1918, un bilan contrasté peut être établi. La guerre a nécessité le recours à la production de masse, a accentué les réformes quant à l’organisation du travail (essor du taylorisme), a donc souligné l’importance de la science appliquée et par conséquent a accéléré la mise au point des techniques et plus globalement du système technique antérieur à 1914 (Caron : 1985, pp. 154-155 ; Gille : 1978, pp. 843, 864 ; Salomon : 1970, p. 67). S’il n’y eut pas de découverte dans les sciences fondamentales durant la guerre, la focalisation sur des sciences « utiles » (mathématiques, chimie, physique, médecine) et la mobilisation de savants dans certaines sciences appliquées permirent de développer des innovations effectuées avant la guerre (dans les domaines de la toxicologie des gaz de combat, des procédés du dosage du brome, de la balistique, de l’asepsie, etc.) ou d’inaugurer une ère nouvelle entre les armées et les universités (liens entre le service des poudres des armées et les écoles de pharmacie ou les laboratoires de chimie des facultés des sciences). À noter deux innovations techniques importantes, puisant dans la science antérieure à 1914 et rendues possibles par la mobilisation d’équipes techniques œuvrant sur les sujets à implication militaire : les équipes de Langevin et de Perrin découvrirent la piézo-électricité du cristal de quartz en 1917, ce qui permit le développement du sonar pour les sous marins et l’équipe du général Ferrié, ingénieur militaire, créa la technique de la radiophonie sans fil en employant pour la première fois la lampe à trois électrodes inventée en 1906 par De Forest. Selon le major J.F.C. Fuller, ce furent deux innovations techniques qui transformèrent radicalement la guerre, quoique tardivement, en introduisant le couple radio / avion (Fuller : 1948).

  • 1 Faisant l’éloge funèbre de scientifiques morts au combat (Garreta ; G. de la Baume Pluvinet ; M. B (...)

5En revanche, si on décèle un intérêt, en vérité timide, de la part de l’État pour les sciences appliquées et la production technique, les sciences fondamentales et leurs activités furent sérieusement perturbées par ce conflit, en raison du coût humain de la guerre de 1914-1918, de la désorganisation de la vie scientifique internationale et des ravages de l’idéologie pendant le conflit. Au plan du coût humain, l’hécatombe est aujourd’hui connue (un million quatre cent mille morts et trois millions de blessés) n’épargnant pas l’élite scientifique (disparition de huit cent trente-trois polytechniciens, de deux cent trente-neuf élèves de l’École normale supérieure, de trois cent quarante élèves de l’École libre des sciences politiques de Paris, etc.) (Rousseau : 1969, p. 38 ; Ory : 1986, pp. 62-64). Ce sacrifice d’une génération obéra le recrutement scientifique de l’après guerre et par conséquent le développement des sciences en France1. De surcroît, l’intérêt de l’État pour la mobilisation des scientifiques fut tardif. Faut-il rappeler que le prix Nobel de Chimie Victor Grignard fut envoyé en front comme simple garde-voie de deuxième classe ? (Rousseau : 1969, p. 38) Le conflit désorganisa de facto la vie scientifique internationale en perturbant la circulation des informations ou la tenue de congrès. Ainsi en 1916, après quinze ans de diffusion régulière, le répertoire du Catalogue international de la littérature scientifique cessa d’être publié. Certaines disciplines ne progressaient que par l’échange international ; le cas est patent en physique atomique où le progrès était dû aux travaux des Becquerel, Curie, Planck, Einstein, Bohr, Rutherford. Cette désorganisation perdura puisque les deux premières rencontres internationales entre les représentants des Académies des sciences, en octobre et novembre 1918 exclurent les allemands. En 1922 encore, lorsque la SDN créa le comité de coopération intellectuelle, elle appela à siéger Marie Curie et Einstein... malgré les objections françaises. Einstein démissionna d’ailleurs de ce comité car les savants belges et français refusaient d’inviter ses collègues allemands à Bruxelles (Daumas : 1957, pp. 157, 170-172 ; Kourganoff : 1965, pp. 73-74 ; Bernard : 1975, pp. 201-202 ; Paul : 1972, pp. 79-86).

6Que ce soit au plan des sciences fondamentales, des institutions scientifiques, ou des politiques scientifiques des gouvernements, l’après 1918 offre un bilan négatif et confirme la récession globale de l’activité scientifique en France. Cet état des lieux contraste avec l’effort de reconstruction industrielle relevant des sciences appliquées et avec l’action moderniste et volontariste de technocrates typiques des années 1920. Il suffit de rappeler les secteurs industriels en net essor soulignant le rôle crucial du couple technologies / sciences appliquées : automobile, aviation, production et distribution d’électricité (construction de la plus puissante centrale thermique du monde à Gennevilliers), électrotechnique radio (création d’Alsthom en 1928), distribution pétrolière (création de la compagnie française de pétrole en 1923). Cet effort est une réaction du traumatisme de la Première Guerre mondiale... Il devait nettement s’émousser à partir de 1931 (Salomon : 1970, p. 71 ; Caullery : 1933 ; Bernard : 1975, pp. 201-202). Cette intense quoique courte activité industrielle ne reflétait pas l’état des sciences fondamentales, préoccupant peu les politiques. Certes, la « Direction des Inventions » créée en 1915 perdura en 1922 dans un « Office national des recherches scientifiques, industrielles et des inventions » lié au ministère de l’Instruction publique. Cet Office constitué de cent quarante-cinq membres avait pour but d’encourager les recherches dans tous les secteurs (Chatelet : 1959, p. 13). Son action réelle fut plus modeste... en fait il géra le laboratoire de Bellevue établi pendant la guerre, lequel était équipé d’un électro-aimant de l’Académie des sciences à la suite d’une campagne de M. Barrès. Il fallut attendre le début des années 1930 pour assister à un timide renversement de tendance, pour que des scientifiques (J. Perrin, P. Auger, P. Langevin, etc.), par idéalisme, puissent convaincre des politiques que la science pouvait être génératrice de progrès social (Salomon : 1970, p. 87). En 1938, l’intérêt économique voire social des sciences fondamentales et de la recherche scientifique était perçu comme secondaire par la majorité de la classe politique.

7Après ce long détour, revenons à ces années de la Première Guerre mondiale pour constater les ravages de l’idéologie et du nationalisme qui n’ont pas épargné la communauté scientifique française. L’état d’esprit pendant ce conflit ne favorisa pas l’honnêteté intellectuelle et révéla sans doute dans certaines disciplines la sclérose de scientifiques français voire accoucha de révisions critiques. Les débats autour du darwinisme et du darwinisme social furent de ce point de vue exemplaires.

La contribution des biologistes français aux manifestations chauvines

8Sans soutenir la comparaison avec le second conflit mondial mais d’une manière néanmoins sensible, les théories biologiques – et en l’espèce le néodarwinisme et le néolamarckisme – ont irrigué les « élites » et le corps social allemand au début de ce siècle. Certaines doctrines de circonstance, tel le pangermanisme, témoignent de cette imprégnation. De nombreuses études relatives au darwinisme social en Allemagne établissent ce constat de sorte qu’il est possible aujourd’hui d’établir un bilan historiographique de ces moments de turbulence idéologique de l’histoire allemande (Kelly : 1981 ; Zmarzlik : 1961 ; Rupp-Eisenreich in Tort : 1992, pp. 179, 189). Il n’entre pas dans nos objectifs d’étudier les caractéristiques et l’audience du darwinisme social en Allemagne mais en guise d’introduction, il est sans doute utile de brosser à grands traits un état des lieux afin de mieux comprendre et de mesurer les réactions et la production idéologique des scientifiques français durant ce conflit.

9Quelle que soit leur méthodologie, l’ensemble des historiens du darwinisme social en Allemagne s’accorde à reconnaître deux phases, deux vagues d’imprégnation et de diffusion idéologique. Le premier moment de darwinisme social, un darwinisme social « primitif » selon la terminologie de H. G. Zmarzlik, à dominante libérale ou socialiste est d’inspiration haëckelienne. Il s’incarne dans une sociologie biologique optimiste, confiante dans les lois de la nature et de l’évolution. En revanche, le deuxième moment postérieur à 1890 est plutôt dominé par un darwinisme social s’inspirant du néodarwinisme de Weismann. Il présente un visage plus radical, plus pessimiste préférant des solutions eugéniques et promouvant une anthropologie raciale afin de préserver la race ou la nation de toute dégénérescence. Cette typologie est une reconstruction a posteriori établie par les historiens car pour les contemporains les tenants de ces deux mouvances cohabitèrent après 1890. Néanmoins, ces deux figures du darwinisme social se réfractèrent à la fin du xixe siècle sous le prisme de la question sociale et ce furent précisément d’anciens socialistes qui opposèrent et développèrent une vision néodarwinienne à l’encontre du socialisme scientiste alors dominant. Remarquons au passage que dans le cas allemand, l’apparition, dans le champ scientifique, du néodarwinisme de Weismann a rapidement créé une rupture dans l’histoire des idéologies. Suivant presque le même rythme que l’évolution des idées scientifiques, le darwinisme eugéniste, pessimiste a succédé ou s’est ajouté à un darwinisme social, optimiste, progressiste ou évolutionniste. Notons encore que la question sociale et le scientisme des socialistes fut le catalyseur d’une réaction darwinienne sociale pessimiste. La chronologie des ruptures idéologiques fut quasi identique en France à ceci près que le lamarckisme social ou un eugénisme lamarckien prédominèrent largement... même si ces systèmes de pensée se délitèrent quelque peu à l’approche de la guerre. Bien que le darwinisme social en Allemagne ne soit pas une idéologie unitaire mais « un entrecroisement d’affiliations personnelles dans un large éventail des idéologies existantes », certaines figures tutélaires de ces grands courants dominants peuvent néanmoins être dégagées :

  • Pour la période antérieure à 1890, les auteurs viennent de la tradition matérialiste du libéralisme de gauche (C. Vogt, L. Büchner, E. Haëckel, F. Von Hellwald, C. Sterne, A. Dodel, B. Wille, O. Zacharias, W. Bölsche) ou d’une variante socialiste au sein de la gauche (G. Stiebeling, A. Bebel, K. Kautsky, L. Jacoby, E. Bernstein, E. Aveling, H. Cunow ).
  • Pour la période postérieure à 1890, les théoriciens sont peu nombreux ; ainsi repère-t-on les zélateurs de l’eugénisme et de l’hygiène raciale (les médecins A. Ploetz et W. Schallmayer, le zoologiste L. Plate, le juriste A. Nordenholz, le sociologue R. Thurnwald), des promoteurs d’une anthropologie politique fondée sur « une raciologie esthétisante » (les anthroposociologues 0. Ammon et L. Woltmann, le zoologiste H. Ziegler et l’expert industriel A. Tille) (Rupp-Eisenreich in Tort : 1992, pp. 181, 182, 189).

10Ce bref rappel des principaux émetteurs allemands des diverses variantes du darwinisme social était nécessaire car il permet de mieux mesurer la crédibilité, le fondement ou la nature des critiques portées à leur encontre par les « notables » scientifiques français durant le conflit international de 1914 à 1918. Ainsi dans les divers articles ou ouvrages que nous avons recensés, il est rarement fait référence aux thèses originales allemandes. La critique du darwinisme social « belliciste » allemand vise le plus souvent des militaires ou des historiens pangermanistes (le maréchal Moltke, le général Bernhardi, l’historien Treitschke), rarement des anthroposociologues, tel L. Woltmann. À titre emblématique, citons E. Lavisse et Ch. Andler lesquels constatent en 1915 : « [...] il est certain que l’histoire politique ressemble beaucoup trop encore à l’histoire naturelle ; mais nous devons vouloir que – de plus en plus – elle lui ressemble de moins en moins. Prétendre que la lutte pour l’existence doive régir l’humanité comme la nature, est un abus étrange de la grande hypothèse darwinienne, car l’humanité a sur la nature cette supériorité qu’elle se propose une fin morale. C’est par l’effort moral et social que l’homme est parvenu après tant de siècles à « jouir » d’une vie un peu meilleure que celle du sauvage à l’état de nature, comme dit un disciple de Darwin, Huxley, lequel oppose la loi morale à « la loi gladiatoriale de l’existence ». [...] Renan avait prédit aux vainqueurs de 1870 qu’ils en arriveraient à faire des guerres anthropologiques. Ils y sont arrivés en effet, et comment des guerres de cette sorte, des guerres d’histoire naturelle, ne seraient-elles pas atroces ? ». La dénonciation de certaines thèses darwiniennes sociales est en réalité pour d’autres (J.-L. de Lanessan, R. Anthony, P. Chalmers Mitchell, E. Boutroux, etc.) le prétexte à une critique plus générale du système scientifique allemand ou des paradigmes scientifiques en vigueur Outre-Rhin (in Durkheim : 1915, pp. 37, 40 ; Lanessan : 1918, pp. 45, 159 ; Chalmers Mitchell : 1916).

  • 2 Voir par analogie, une analyse comparée des rencontres entre « la subjectivité collective et la ré (...)

11Ainsi à de rares exceptions près, le souci des scientifiques français n’est pas la défense d’une science sans frontière. En cette période de guerre, les représentants de la science n’échappèrent pas au maëlstrom idéologique du chauvinisme ambiant. Tous n’étant pas mobilisés, l’inflation verbale ou la surenchère idéologique de l’arrière devait être un témoignage de la mobilisation des esprits et sans doute pallier le non engagement physique. Certaines réactions françaises à la propagande des scientifiques allemands ou, réciproquement, les faits de propagande des scientifiques français durant ce conflit ne furent pas sans incidence sur l’histoire des idées scientifiques. Ce qui compte ici, c’est moins la réalité des faits incriminés de part et d’autre de la frontière que l’impact des prises de position idéologiques sur l’évolution des idées scientifiques2.

  • 3 « L’appel des intellectuels allemands aux nations civilisées », La Revue scientifique, 52e année, (...)
  • 4 « Les universités françaises aux universités des pays neutres », La Revue scientifique, du 1-07 au (...)

12Les scientifiques français apportèrent leur premier écot aux excès nationalistes à la suite de la publication de « L’appel des intellectuels allemands aux nations civilisées » et du « Manifeste des universités allemandes » largement diffusés par la presse française lors des premiers mois du conflit (4 octobre 1914)3. Les réactions furent violentes si on juge par le nombre des communiqués de la communauté scientifique française, depuis les recteurs des universités françaises en passant par les représentants des diverses Académies jusqu’au manifeste symétrique « Les universités françaises aux universités des pays neutres4 ». « L’appel des intellectuels allemands [...] » était signé par quatre vingt treize célébrités allemandes dont la grande majorité était composée des grands professeurs, des « mandarins » des universités allemandes, toutes disciplines confondues, ce qui explique la réaction des diverses corporations universitaires françaises (Paul : 1972). Les biologistes français ne furent pas de reste, car parmi les quatre vingt treize signatures se trouvaient celle de « l’Excellence et professeur de zoologie à Iéna », Ernst Haëckel. Ce texte d’intellectuels allemands, diffusé à partir de la Suisse, était une longue protestation constituée de six dénégations contre les accusations de barbarie portées à l’encontre des armées allemandes par la propagande des alliés. Les principales avaient pour objet la réfutation de la paternité allemande de la guerre, de la violation de la neutralité de la Belgique par l’Allemagne, de la brutalité « gratuite » des soldats allemands ou de la destruction volontaire des lieux de culture tel l’hôtel de ville de Louvain. Ce texte n’exprimait pas ou ne développait pas une philosophie darwinienne, seules certaines formules peut-être, purent prêter le flanc, nous le verrons, à une critique prompte à repérer une éventuelle imprégnation darwinienne de la culture allemande. L’introduction du texte témoigne d’une intention polémique et exprime l’idée que la régression à l’état de nature n’est pas du fait de l’Allemagne :

« En qualité de représentants de la science et de l’art allemand, nous soussignés, protestons solennellement devant le monde civilisé contre les mensonges et les calomnies dont nos ennemis tentent de salir la juste et bonne cause de l’Allemagne dans la terrible lutte qui nous a été imposée et qui ne menace rien moins que notre existence. »

13Quelques lignes plus loin, le militarisme semble « naturellement » justifié :

  • 5 « L’appel des intellectuels allemands aux nations civilisées », La Revue scientifique, 52e année, (...)

« Il n’est pas vrai que la lutte contre ce qu’on appelle le militarisme ne soit pas dirigée contre notre culture, comme le prétendent nos hypocrites ennemis. Sans notre militarisme, notre civilisation serait anéantie depuis longtemps5. »

14Le « Manifeste des universités allemandes » signé par vingt deux recteurs, dont celui de Strasbourg, est de ce point de vue plus explicite :

  • 6 « Manifeste des universités allemandes », La Revue scientifique, 52e année, 2e semestre, du 1-07 a (...)

« Si dans cette terrible guerre dans laquelle notre peuple ne lutte pas seulement pour sa puissance mais pour son existence et toute sa civilisation, l’œuvre de destruction devait être plus grande que dans la guerre précédente, et si les trésors d’art devenaient la proie de la fatalité destructrice, il ne faut pas oublier que la responsabilité de cette calamité incombe toute entière à ceux qui ne se contentèrent point de déchaîner cette guerre abominable, mais encore n’hésitèrent pas à donner des armes à la population pacifique pour qu’elle tende des embûches à nos troupes confiantes contre toutes les lois de la guerre et les coutumes des peuples civilisés6. »

15Indépendamment du fait de savoir si ces allégations relatives aux atrocités commises appartiennent aux domaines du fantasme, de la réalité ou du registre de la propagande, un thème surgit comme une constante dans ces plaidoyers : la nécessaire lutte pour l’existence de la nation allemande. Habituelle rhétorique guerrière dira-t-on, indépendante de toute culture biologique. Le fait n’est pas si certain, au regard de la réaction des scientifiques français... ou du moins, ils voulurent bien voir dans ces manifestes une conséquence, une cristallisation des théories et doctrines darwiniennes. C’est l’interprétation qu’en délivra par exemple un Jean-Louis de Lanessan (Lanessan : 1915, p. 346). Ces textes servirent de repoussoir et expliquent la crispation des scientifiques français sur des théories biologiques françaises... en l’espèce lamarckiennes.

  • 7 « La victoire du droit », Le Temps, 10.08.1914, p. 1 ; « Les intellectuels allemands », Le Temps, (...)
  • 8 « Académie française (...) », Revue scientifique, du 1-07 au 31-12-1914, p. 172 ; « L’Académie des (...)
  • 9 E. L. Trouessart (Prof, au Muséum d’histoire naturelle), « La trop grande Allemagne et les dangers (...)
  • 10 E. Perrier, « Le changement de front des intellectuels », « Causerie scientifique, Le monde vivant (...)

16En un premier temps, la surenchère porta sur le concept de barbarie. Dans l’invective, les savants délivraient leur vision « évolutionniste ». De Bergson aux divers représentants des Académies, l’Allemagne était la nation « barbare » voire diffusant une « barbarie savante », régressant à l’état sauvage et agitant des doctrines qui « feraient reculer de vingt-cinq siècles la civilisation et rendraient l’homme au niveau de la brute7. » À l’autre bout de l’échelle de la civilisation, évidemment, était positionnée la civilisation française représentante de la « civilisation humaine » et de ces « civilisations latines et anglo-saxonnes [...] qui ont produit depuis trois siècles la plupart des grandes découvertes dans les sciences mathématiques, physiques et naturelles »8. Pour certains d’ailleurs, l’idée même que les allemands considèrent les français comme « des nègres africains » était insupportable9 ! Pour le biologiste Edmond Perrier, il s’agissait plutôt d’une chronique d’une barbarie annoncée. Dans sa « causerie scientifique » du Temps du 23 octobre 1914, il rappelait le scandale provoqué, le 20 juillet 1912 à Londres, par le docteur Von Luschan de Berlin lors du congrès international des races, qui – rappelle E. Perrier – « était naïvement réuni pour apporter la paix au monde ». Le docteur Von Luschan avait défendu le militarisme prussien comme moyen de lutte pour l’existence de la culture allemande. Dans ce même article, E. Perrier se gaussait aussi – avec amertume d’ailleurs car il partageait son lamarckisme – de la versatilité du professeur Haëckel... mise sur le compte de sa sénilité. Quarante ans auparavant celui-ci n’avait-il pas défendu l’idée des inconséquences eugéniques de la guerre10 ?

  • 11 Voir Poincaré : 1915 ; « Du rôle de l’Allemagne dans l’évolution des sciences biologiques », la Re (...)

17Avant d’analyser plus finement l’incidence de la mobilisation « idéologique » des biologistes français sur le développement des idées évolutionnistes, il convient de dire qu’ils ne furent pas isolés et que l’ensemble de la communauté scientifique française se mobilisa. La mobilisation « idéologique » et les manifestations chauvines des savants ne furent d’ailleurs pas anecdotiques mais massives s’exprimant bien au delà de la réaction épidermique lors de la publication de « L’appel des intellectuels allemands (...) » et du « Manifeste des universités allemandes ». Les titres des articles, des ouvrages évoquent à eux seuls, la chute et la déchéance de la science dans l’arène des conflits nationaux : « La science française » (L. Poincaré ; « Du rôle de l’Allemagne dans l’évolution des sciences biologiques » (F. Henneguy) ; « L’histoire des sciences et les prétentions allemandes » (E. Picard) ; « Ernst Haëckel et son évolution »(M. Caullery) ; Les Allemands et la Science (G. Petit et M. Leudet)11.

  • 12 La table des matières est ainsi déclinée : « La science française à l’exposition de San Francisco (...)

18De même, les scientifiques français s’exprimèrent à l’envi dans divers organes de presse et évaluèrent les apports scientifiques, méthodologiques des hommes de sciences et des institutions allemandes à l’aune de pratiques et de théories françaises, et dans leurs divers territoires de compétence. Mais ce furent également des mobilisations collectives et concertées et, à deux reprises, les scientifiques furent des agents actifs de propagande, comme le signale H. W. Paul dans son étude. Lucien Poincaré dirigea ainsi un ouvrage qui collationnait quatorze articles de scientifiques français, brossant un état des lieux de la Science française pour l’exposition universelle de San Francisco en 191512.

  • 13 Préface de Paul Deschanel, membre de l’Académie française et président de la Chambre des Députés, (...)

19Dans un registre analogue, parut en 1916 sous la direction du professeur Gabriel Petit et du journaliste Maurice Leudet un livre regroupant l’ensemble des articles publiés par Le Figaro à partir du début de l’année 1915 et signés par la fine fleur de l’intelligentsia scientifique française. Encore une fois, la seule lecture des intitulés des articles délivre une claire information des intentions polémiques. La table des matières liste les articles suivants : M. Barrès : « L’indignité des savants allemands » (p. 25) ; E. Boutroux : « La science allemande (p. 47) ; A. Chauveau : « La science vit de liberté » (p. 69) ; A. Dastre : « Du rôle restreint de l’Allemagne dans le progrès des sciences » (p. 75) ; Y. Delage : « Histoire naturelle du Doctus Bochensis » (p. 99) ; P. Duhem : « Science allemande et vertus allemandes » (p. 137) ; E. Gaucher : « La thérapeutique commerciale des allemands » (p. 153) ; A. Gautier : « La science et l’esprit allemand » (p. 167) ; F. Henneguy : « L’Allemagne et les sciences biologiques » (p. 205) ; L. Landouzy : « Médecine allemande et médecine française » (p. 231) ; F. Le Dantec : « Le bluff de la science allemande » (p. 243) ; R. Lote : « Rôle national de la science allemande. L’université dans l’État » (p. 251) ; S. Meunier : « La géologie à la prussienne » (p. 263) ; E. Perrier : « L’Allemagne savante » (p. 275) ; E. Picard : « L’histoire des sciences et les prétentions allemandes » (p. 286) ; Professeur Pinard : « Puériculture, obstétricie française, obstétricie allemande » (p. 301) ; Sir W. Ramsay : « La part médiocre des Germains dans la découverte scientifique » (p. 325) ; S. Reinach : « La science caporalisée » (p. 325) ; Ch. Richet : « Science française et science allemande » (p. 345), etc.13.

20Comparativement à l’ouvrage de G. Petit et de M. Leudet, la compilation dirigée par L. Poincaré semble des plus mesurée. Son projet est simple : il s’agit de délivrer, à l’extérieur de l’hexagone, l’image d’une France réactive au plan de ses sciences fondamentales. Si l’exercice est aisé dans les domaines de la physique, des mathématiques, voire de la sociologie, il apparaît plus périlleux dans le domaine de la biologie. Et de fait, l’aveuglemement nationaliste fait rejeter le néodarwinisme – car non français – au profit d’un douteux néolamarckisme. C’est entre autres la démonstration développée par H. Bergson lui-même :

« Plus d’un naturaliste revient aujourd’hui à Lamarck, soit pour combiner ensemble lamarckisme et darwinisme, soit même pour remplacer le darwinisme par un lamarckisme perfectionné. C’est dire que la France a fourni à la science et à la philosophie, au xviiie siècle, le grand principe d’explication du monde organisé, comme au siècle précédent, avec Descartes, elle leur avait apporté le plan d’explication de la nature inorganique. » (in Poincaré : 1915, p. 19)

  • 14 in Poincaré : 1915, p. 322. Pour confirmer son orientation néolamarckienne, F. Le Dantec pouvait a (...)

21Le biologiste F. Le Dantec n’était pas de reste, lui pour qui « notre grand Lamarck » est « le père de la biologie »14. L’ensemble des articles publiés par G. Petit et M. Leudet montre des scientifiques français encore plus polémiques. Les propos mesurés sont rares, aussi est-ce avec surprise que l’on note parmi les vingt huit auteurs s’étant exprimés, sous la plume de Ch. Richet (professeur à l’Académie de médecine de Paris et membre de l’Institut) ou du professeur Grasset (professeur de la faculté de médecine de Montpellier et membre associé de l’Académie des sciences) que la science est une œuvre collective, le patrimoine d’aucune nation et qu’il s’agit uniquement de juger « l’œuvre non scientifique » ou « les paroles extra-scientifiques » des savants allemands (in Petit : 1916, pp. 200-220, 360-361). Une synthèse des divers articles délivre une représentation communément partagée de la science allemande. Les habiletés techniques ou la capacité de production des laboratoires et des institutions allemandes sont rarement contestées, par contre la qualité de leur production ou leur capacité d’innovation est sujette à caution. Les savants argumentent ainsi sur des idées reçues : « la lourdeur germanique contre la finesse et la subtilité des races latines ou anglo-saxonnes ». (F. Le Dantec ; E. Gley ; M. Boulle ; Professeur Pinard ; F. Henneguy ; A. Gautier). De même, alors que l’utilisation par les scientifiques allemands d’argumentations de nature anthropologique est un sujet de réprobation par leurs homologues français, ces derniers développent d’identiques rationalisations raciales et évolutionnistes. A. Alexandre en appelle « au sursaut d’énergie de la race française » pendant que le paléontologue M. Boulle annonce la régression de la race allemande en raison de son hétérogénéité ethnique par opposition à l’unité ethnique de la race française laquelle est « façonnée par les mêmes milieux, nourrie par le même sol, baignée dans la subtilité de la même athmosphère, vivifiée par le même soleil ». « Et tout cela s’explique par les lois naturelles de notre grand Lamarck sur l’influence des milieux et sur l’hérédité » (in Petit : 1916, pp. 7, 36-37). Enfin, le dernier couple argumentaire d’opposition exploité par les scientifiques français, ce qui ne sera pas sans conséquence sur l’orientation du cadre de recherche des études transformistes et évolutionnistes de l’après-guerre, est la dénonciation des grands systèmes métaphysiques allemands contre la rationalité et « le bon sens » des chercheurs français (Lote in Petit : 1916, p. 259). La critique des systèmes métaphysiques de E. Haëckel et de Weismann ne provient pas de seconds couteaux de la biologie mais de prestigieux naturalistes et biologistes comme Y. Delage, qui dénonce les travaux « truqués » de Haëckel et les « déterminants fantômes » de Weismann, E. Gley, professeur au Collège de France, les biologistes E. Perrier et F. Le Dantec. La rhétorique darwinienne sociale est rarement exploitée, sauf par E. Perrier pour mieux rejeter un darwinisme « étranger ».

  • 15 Pour une étude comparative des traditions de recherche allemandes et françaises se référer aux tra (...)

22Cet appel massif à une science française ou à un retour à certaines sources françaises de certaines doctrines scientifiques expliquent sans doute la crise française du darwinisme et le retard patent de la France, après guerre, dans le domaine de la génétique. Cette réaction française est sans doute un péché d’orgueil, une manière d’en finir, en conviennent F. Le Dantec et F. Henneguy, avec la suprématie scientifique allemande manifeste depuis 1870. La guerre permit également à des scientifiques d’exprimer un ressentiment cultivé de longue date, lié à des traditions de recherche et à une philosophie de la science bien différentes de celles de l’Allemagne. Cet antagonisme entre savants allemands et français, exacerbé par la guerre de 1914-1918, est perceptible depuis le début du xixe siècle comme en témoigne la mauvaise réception française à ces sciences allemandes issues d’une philosophie de la nature (la théorie d’Oersted sur les forces électriques à l’œuvre dans les liaisons chimiques fut ainsi mal accueillie en 1813)15.

23Ce chauvinisme scientifique devait difficilement s’interrompre après guerre. Dès 1915, Émile Picard, membre de l’Institut et professeur en Sorbonne, annonçait :

« Une réforme s’imposera dans les congrès internationaux. Ceux-ci sont devenus un tremplin pour le germanisme ; nous arriverons, on doit l’espérer, à organiser avec nos alliés et amis des congrès d’où l’Allemagne sera exclue, pour la raison que par sa barbarie, elle s’est mise en dehors des nations civilisées [...]. Les savants, comme les industriels et les commerçants, n’hésiteront pas, s’il est nécessaire, à faire quelques sacrifices temporaires, en raison du but indispensable à atteindre, qui est d’isoler le plus possible l’Allemagne, pour lui ôter toute possibilité de reprendre ses rêves de domination universelle. Le sang de millions de morts l’exige, et nous serons récompensés au centuple, en retrouvant notre liberté dans tous les domaines et en faisant fructifier nous-même nos initiatives [...]. Viendra-t-il un temps où l’Allemagne, sortie de sa démence, sera digne de rentrer dans le concert des nations civilisées ? On voudrait l’espérer mais l’histoire des peuples germaniques à travers les âges autorise toutes les méfiances. » (Picard in Petit : 1916, p. 298)

De la réfutation du pangermanisme à une « induration » du lamarckisme et du lamarckisme social

  • 16 Ainsi lorsque les divers scientifiques recensés critiquent le pangermanisme, ils ne font jamais ou (...)

24Au delà d’une recension des manifestations patriotiques de ces acteurs préoccupés de science fondamentale, au demeurant peu étonnantes en cette période « d’union sacrée » selon la formule du Président de la République Raymond Poincaré, notre propos est plutôt de comprendre l’induration du néolamarckisme en France. En d’autre termes, il s’agit de mesurer le rôle du contexte – ici de la propagande pangermaniste-, d’évaluer la prégnance des liens entre les communautés scientifiques de différentes nationalités dans la persistance d’un paradigme scientifique ou dans l’orientation d’un cadre de recherches. Par analogie avec la situation politique, sans doute pourrait-on parler d’une « union sacrée » des biologistes français autour des théories néolamarckiennes et néolamarckiennes sociales. La thèse serait sans doute outrancière car, si modeste soit-il, il existait un faible courant néodarwinien et par ailleurs des biologistes vitalistes voire fixistes s’exprimèrent durant la période. En raison de l’atmosphère de réprobation du darwinisme, l’intervention de ces derniers pouvait être des plus opportunistes... Ce fut donc sur un double front, à des moments chronologiques différents d’ailleurs, que les « mandarins » français de l’évolutionnisme lamarckien eurent à combattre : se défendre d’un darwinisme utilisé – ou fantasmatiquement utilisé, nous l’avons vu16 – à des fins de propagande par certains militaires allemands et pangermanistes et tenter d’argumenter contre les tentatives de remise en question des thèses évolutionnistes au nom d’un spiritualisme bien en vogue.

25Que le « mandarinat » de la biologie française fut alors majoritairement lamarckien, les travaux de Denis Buican et d’Yvette Conry l’ont suffisamment démontré. Les passations de pouvoir – et dans un même élan la transmission du lamarckisme ! – entre les anciennes et les nouvelles générations de biologistes français se firent précisément durant ou juste après ce premier conflit mondial. Or curieusement, non seulement ces anciennes et ces nouvelles générations de scientifiques partagèrent de communes analyses scientifiques mais ils exprimèrent à quelques nuances près d’identiques convictions lamarckiennes sociales. En ce sens, cette idée de « mandarinat », propre à caractériser ces savants français détenteurs du pouvoir institutionnel et responsable de la chape de plomb lamarckienne en France, est adéquate. Au plan des thèses scientifiques, ils résistèrent au néodarwinisme de la fin du xixe siècle et ne reconnurent pas la jeune génétique du début du xxe siècle... et durant le premier conflit mondial, ils édifièrent presque de concert une vulgate néolamarckienne sociale. De sorte que l’on est en droit de s’interroger sur l’aubaine que constitua la Première Guerre mondiale pour ces biologistes français d’échapper à la révision des cadres de recherches ou plus sérieusement sur l’effet de frein d’une guerre, sur la réflexion et la remise en question d’un paradigme internationalement battu en brèche. D’ailleurs, durant la période, des darwiniens sociaux patentés du xixe siècle comme G. Vacher de Lapouge ou G. Le Bon soit réagirent négativement à la propagande allemande, de concert avec leurs compatriotes, ou se cantonnèrent à des travaux de commandes sans référence explicite à une idéologie darwinienne sociale (Vacher de Lapouge : 1915, pp. 640-654 ; Le Bon : 1916, 314 p. 1917 ; Moscovici : 1981, p. 91).

  • 17 Le Temps, 26 août 1914, p. 2 ; 27 septembre 1914, p. 3 ; 13 octobre 1914, p. 3 ; etc. ; voir Perri (...)
  • 18 Cf les notices biographiques relatives à R. Anthony, in H. V. Vallois, « Notice nécrologique », Bu (...)

26Ainsi, il n’est pas indifférent de constater que la majorité des biologistes et des néolamarckiens français d’importance réagirent aux événements de 1914 à 1918. Ils offrent à l’historien un matériau inestimable pour appréhender les dérives idéologiques ou les liens entre les sciences et les idéologies en ce moment critique de l’histoire des sciences, en cette période de crise française du transformisme caractéristique du premier tiers du siècle. Pour l’ancienne génération, on relève par exemple les interventions du professeur de biologie générale en Sorbonne Félix Le Dantec (1869-1917) et du directeur de la station biologique de Roscoff, membre de l’Institut et professeur de physiologie, de zoologie et d’anatomie comparée à la Sorbonne, Yves Delage (1854-1920), au sein de la compilation d’articles polémiques et chauvins publiés par le professeur Gabriel Petit et par le journaliste Maurice Leudet (in Petit : 1916, pp. 99, 243). Le directeur du Muséum d’histoire naturelle, professeur d’anatomie comparée et président de l’Académie des Sciences Edmond Perrier (1844-1921), outre sa participation aux diverses mobilisations idéologiques collectives des savants précités et ses diverses publications, tenait une rubrique scientifique régulière, ses libres « causeries scientifiques », dans le très sérieux journal Le Temps qu’il transformait régulièrement en ouvrages17. Une même énergie anima le médecin et naturaliste, ex-ministre de la marine et ex-gouverneur de l’Indochine, Jean-Louis de Lanessan (1843-1919) qui livra à des moments réguliers ses impressions d’homme de sciences sur les utilisations idéologiques des théories darwiniennes (Lanessan : 1915 ; 1918). La nouvelle génération s’exprimait par les plumes d’Étienne Rabaud (1868-1956), alors maître de conférences en Sorbonne mais futur titulaire de la chaire de biologie expérimentale à la Sorbonne ou de Raoul Anthony (1874-1941), élève d’Edmond Perrier et d’Etienne Jules Marey, professeur d’anthropologie anatomique à l’école d’anthropologie de Paris (chaire de Paul Broca) et au Muséum d’histoire naturelle et futur secrétaire général de l’école d’anthropologie de Paris, à partir de 192618. Étienne Rabaud, et dans une moindre mesure Raoul Anthony, développèrent leur philosophie biosociale à la suite des réfutations des ouvrages du darwinien P. Chalmers Mitchell et du professeur vitaliste Grasset (Chalmers Mitchell : 1916 ; Grasset : 1917, pp. 65-69 ; Rabaud : 1916, pp. 709-714 ; 1917, pp. 163-164).

27Cette production, sur laquelle nous allons revenir, contraste avec le silence des néodarwiniens et des généticiens français et on ne trouve pas – à notre connaissance – de considérations analogues dans les écrits du professeur de zoologie générale Lucien Cuénot (1866-1951) ou du généticien Émile Guyénot (1885-1963). Il est vrai que le premier était sinon marginalisé du moins provincialisé puisqu’il enseignait à Nancy et le second était alors un modeste préparateur en Sorbonne dans le laboratoire d’évolution des êtres organisés du professeur Maurice Caullery. Émile Guyénot ne devait trouver une reconnaissance institutionnelle qu’en 1918 avec une chaire à l’université de Genève et un poste de sous-directeur de la station zoologique de Wimereux grâce aux bons offices de Maurice Caullery. Ce dernier, ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé et docteur en sciences naturelles, fut le titulaire, à la suite d’Alfred Giard, de la chaire de zoologie et d’évolution des êtres organisés en Sorbonne de 1909 à 1941. Il fut le seul parmi les néodarwiniens à émettre officiellement quelques avis sur le conflit de 1914-1918... mais d’une manière somme toute mesurée. Dans ses allocutions comme président de la société zoologique de France ou dans ses articles de la Revue scientifique, il se plaint surtout de la désorganisation de la vie scientifique, en raison de l’arrêt de la circulation des informations scientifiques ou de la mort de ses collègues au front (Caullery : 1915, p. 289). S’il participe au débat d’idées relatif au mélange des genres entre les sciences et les idéologies, c’est pour mieux fustiger la perte de neutralité scientifique de ses collègues allemands, car précise-t-il :

« [...] Professionnellement, des savants devraient être formellement en garde contre les maquillages grossiers de la réalité, à la fois par habitude de l’analyse des phénomènes et par le respect de la vérité que la pratique de la science inspire. Sans renier leur pays dans les circonstances présentes, ils pouvaient au moins se taire. Or il n’en a rien été. Publiquement, dans des manifestations bruyantes comme le manifeste des 93, ou d’une façon plus discrète, mais tout aussi significative, l’immense majorité d’entre eux a, d’une façon systématique adhéré aux mensonges les plus audacieux et les plus puérils de leur gouvernement, et fait tous ses efforts pour les proposer et les imposer. » (Caullery : 1916, p. 678)

28Ainsi E. Haëckel, dont il ne mésestime pas les mérites scientifiques, est la cible de ses critiques. Sont visés, l’opportunisme politique du savant de Iéna et, participant cette fois à la curie générale avec « l’élite » scientifique française, le simplisme de son système philosophique, le monisme. De ce point de vue M. Caullery peut évaluer avec confort, car engagé sur les chemins de la science de l’hérédité et du néodarwinisme, il avait déjà effectué sa révolution copernicienne.

29Ce profil bas dans l’attaque de la science allemande ne fut pas adopté par les anciennes et les nouvelles générations du néolamarckisme français. Par delà les spécificités de leurs territoires de compétences respectifs ou des angles d’attaque choisis, il est possible de trouver des dénominateurs communs dans les divers systèmes argumentaires :

  • Ainsi, la légitimité du transfert des théories évolutionnistes dans le champ de la propagande politique n’est jamais remise en question. Quand certains zoologues darwiniens étrangers (P. Chalmers Mitchell) ou professeurs vitalistes et fixistes (Pr Grasset) défendent l’idée, pour des raisons quelquefois diamétralement opposées d’ailleurs, d’un irrémédiable fossé entre le règne animal et l’homme, ils génèrent de furieuses défenses « sociobiologistes » et évolutionnistes de la part de néolamarckiens comme Etienne Rabaud (Rabaud : 1917, pp. 163-168).
  • Les attaques visent d’abord systématiquement les assises scientifiques darwiniennes et weismanniennes des rationalisations pangermanistes réelles ou supposées. L’attitude belliciste d’une nation ennemie sert à mieux déconsidérer le système scientifique darwinien, soit la critique d’une a-scientificité présumée du néodarwinisme autorise la déconsidération des revendications allemandes.
  • Cette invalidation du darwinisme par des faits relevant d’une conjoncture historique aboutit toujours à une défense du néolamarckisme « politiquement correct » pour les esprits français au plan non seulement de ses postulats scientifiques mais de ses implications sociobiologistes.
  • 19 Weismann (1834-1914) souffrait effectivement d’une grave maladie des yeux de sorte qu’il fut soust (...)

30La déconsidération des thèses néodarwiniennes et du weismannisme s’engagea quelquefois dans les voies grossières d’une propagande, il faut bien le dire vulgaire. Faut-il rappeler l’humour douteux d’Yves Delage qui fut bien mal inspiré lorsqu’il écrivit son article « L’histoire naturelle du Doctus Bochensis – Variété mal connue de l’espèce homo sapiens » faisant référence à la « presbytie intellectuelle de Weismann » ou le mépris un peu court de Félix Le Dantec à l’égard des thèses de Weismann et de ses disciples19. Leurs articles n’empruntent pas leurs arguments au registre scientifique. Le weismannisme et la science de l’hérédité sont déconsidérés parce que... germaniques. Mais on note que ces deux scientifiques ne réfutent pas les importations des thèses darwiniennes dans le champ politique. Il est vrai que Félix Le Dantec par exemple, partageait sur certains sujets les « mêmes dispositions mentales » qu’Ernst Haëckel de sorte que certains chercheurs voient en ces biologistes « le type idéal » de sociobiologistes « justificateurs continuistes du conservatisme ». Rappelons que la philosophie éclectique « darwino-lamarckienne » de Le Dantec était pessimiste et quelques années avant le début du conflit, dans certains de ses ouvrages, il affirmait déjà que la nature de l’homme était structurée par l’égoïsme, fruit des ancestrales luttes pour l’existence ; les notions morales et sociales tel l’altruisme étant trop récemment acquises, il n’était pas choqué par l’incessante réémergence du conflit, de la lutte ou de la loi du plus fort. Cette acceptation fataliste de l’ordre des choses lui fut d’ailleurs reprochée en son temps par des néolamarckiens comme Jean-Louis de Lanessan, il est vrai politiquement plus à gauche (Le Dantec : 1905 ; 1906 ; 1911 ; Acanfora in Tort : 1992, pp. 107-110 ; Lanessan : 1918, pp. 19-20).

  • 20 Parmi les thuriféraires de la force, R. Anthony classe Treitschke, Lamprecht, De Lasson, Ostwald, (...)

31Enfin pour conclure, revenons sur ces dénominateurs communs entre les divers systèmes argumentaires des néolamarckiens français. Manifestement les textes de ces néolamarckiens présentent des parentés de vue quant à l’évaluation de la valididité scientifique du darwinisme ou aux modalités de réfutation des thèses des militaires allemands ou des divers parangons de la doctrine de la force (de Georges Valois à Félix Le Dantec !)20. De même, la question de la légitimité du transfert des sciences biologiques vers les sciences sociales ou de l’importation des lois relatives aux règnes végétal et animal fait consensus. En revanche, des contrastes sont patents, sans être véritablement antagonistes, quant à la philosophie biosociale exprimée.

32Deux arguments ou thématiques structurant un darwinisme social belliciste font problème à nos lamarckiens : d’une part l’idée que la doctrine de la force ou de la guerre est une loi de progrès et de nature inéluctable, d’autre part le fait que l’Allemagne se considère comme une race forte, supérieure, devant qui les autres races ou nations doivent se plier au nom d’une impérative loi darwinienne d’expansion vitale et brutale. Ou, autrement dit, pour reprendre la formule du philosophe spiritualiste Émile Boutroux (1845-1921), comment combattre l’idée darwinienne défendue par les allemands selon laquelle ils sont « l’espèce la mieux armée dans la lutte pour l’existence » ? (in Chalmers Mitchell : 1916, pp. VIII-IX) Chacun des auteurs va donc s’évertuer à démontrer que « la lutte pour la vie » peut avoir différents sens, qu’elle n’est pas le seul facteur d’évolution ou qu’elle s’applique à des moments singuliers ou selon des conditions particulières pour les sociétés humaines. Tous se refusent à définir la lutte en un sens restreint de conflit mobilisant des forces physiques et brutales... Elle doit être métaphorique, car rappelle J.-L. de Lanessan : « Le résultat de cette lutte est non pas le triomphe des espèces ou des individus les plus forts, mais la persistance des individus ou des espèces qui sont les mieux adaptés aux diverses conditions de leur existence » (Lanessan : 1918, p. 58). Dans la mesure où pour les divers néolamarckiens, et là également l’idée fait consensus, les lois naturelles s’appliquent indifféremment aux individus, aux espèces ou aux organismes sociaux, il résulte que les Germains, nation par trop récente, ne peuvent selon E. Rabaud imposer leur loi à une France, fruit d’une longue élaboration biosociale, et donc s’étant lentement adaptée à son milieu : « En fait tout changement dans les conditions de vie ne pourra être suivi d’adaptation que s’il se produit graduellement et en tenant compte de la nature des organismes intéressés, car un organisme quelconque n’est pas indifféremment adaptable à des conditions absolument quelconque [...]. Un simple décret ne transforme pas la mentalité d’un pays, ni ne lui impose une civilisation qui n’a pas été faite pour lui. [...] Les Germains [...] ont méconnu ce truisme, commettant le plus colossal des contresens biologiques » (Rabaud : 1916, pp. 712-713). De son côté, Edmond Perrier résume ainsi la formation d’une société civilisée ou, pourrions nous ajouter, sa vision d’un certain ordre biopolitique :

  • 21 Perrier : 1914, p. 3 ; Une idée analogue est développée par R. Anthony pour qui la lutte doit se t (...)

« Nous devons retenir – ce qui est une leçon de la vraie science – que les sociétés civilisées sont de véritables organismes vivants ; qu’un organisme ne dure que s’il est exactement adapté aux conditions dans lesquelles son existence doit s’accomplir ; que cette adaptation n’est parfaite que si l’indépendance de tous les éléments dont il est formé est tempérée par une étroite et sage discipline et que cette discipline est essentiellement fonction, pour chaque organisme, du milieu dans lequel il est placé21. »

33J.-L. de Lanessan enrichit la notion d’organisme en y associant les caractéristiques, essentielles au plan évolutionniste, d’association dans la lutte et d’entraide ou d’altruisme social... ce qui n’est pas indifférent dans le contexte de la guerre de 1914-1918 (Lanessan : 1915, p. 353 ; 1918, p. 146). L’ensemble de ces démonstrations pouvait induire des théories raciales symétriques à celles des allemands. Ce que prouvèrent les travaux de deux professeurs du Muséum d’histoire naturelle, E. Perrier et R. Anthony. Dès les premiers mois du conflit, E. Perrier fait reparaître un article vieux de trente-cinq ans de l’anthropologue fixiste Armand de Quatrefages de Bréau. Ce pamphlet, intitulé La Race prussienne avait été publié à l’occasion de la précédente guerre franco-allemande de 1870. La thèse défendue est simple : la nation allemande est, au plan anthropologique, trop récemment constituée et donc instable. Sa fragilité est attribuable à un imparfait métissage avec l’élément prussien aux trop récents antécédents barbares et sauvages. Pour Edmond Perrier, les théoriciens pangermanistes s’étaient laissés intoxiquer par les chimères anthropologiques, peu connues en France admettait-il, de Gobineau et de Vacher de Lapouge concernant l’hypothétique supériorité des races aryennes. Chimères toutes relatives d’ailleurs pour E. Perrier, puisque l’on verra qu’il discuta le plus sérieusement du monde des solutions eugéniques proposés par G. Vacher de Lapouge (Perrier : 1914(b), p. 2). D’une certaine manière, il ne fait pas bon d’être prussien car, selon R. Anthony dans la mesure où la sélection et la lutte ne sont pas les seuls facteurs d’évolution, vouloir pour une race se spécialiser en utilisant un seul facteur évolutif a pour conséquence de restreindre ses chances d’adaptation et donc d’accélérer les processus d’extinction (Anthony : 1917, p. 189). J.-L. de Lanessan ne dit pas autre chose, lorsqu’il affirme, se fondant sur une philosophie évolutionniste, que la lutte brutale pour l’existence caractérise un moment daté et passé de l’histoire humaine. Que des races supérieures rationalisent leurs guerres internes par cet argument est pour cet auteur une régression et un acte anti-évolutif (Lanessan : 1918, p. 125).

34Un large consensus existait également parmi ces néolamarkiens concernant la légitimité de l’utilisation des sciences naturelles par les sciences sociales, morales ou politiques. C’est au nom d’une non-scientificité des thèses darwiniennes sociales et non d’une illégitimité de l’application aux sociétés humaines des lois biologiques que J.-L. de Lanessan réfute l’idéologie allemande de « la loi du plus fort ». La morale est fausse car fausse est la science ! (Lanessan : 1915, pp. 225, 348) On mesure cet accord tacite entre les scientifiques français au travers de leur fraiche réception de thèses d’auteurs profitant de la conjoncture historique et du trouble des esprits scientifiques pour développer et accréditer une philosophie spiritualiste ou, par souci de défense du darwinisme, proposer une rupture épistémologique entre les sciences biologiques et les sciences sociales et morales. Le zoologue darwinien anglais Chalmers Mitchell soutenait dans Le Darwinisme et la Guerre, traduit et publié en 1916, que la sélection naturelle était non validée par la science et minorée par Darwin lui-même. Il ajoutait encore que les nations n’étaient pas des unités anthropologiques (donc le concept de guerre des races était sans fondement), que la guerre était antisélective voire anti-eugénique selon les travaux de G. Vacher de Lapouge et enfin que la sélection avait produit la conscience génératrice de lois morales. Voilà autant de constatations qui prouvaient le radical fossé entre l’homme et l’animal. Le philosophe spiritualiste E. Boutroux (1845-1921) préfaçait l’ouvrage et revendiquait haut et fort cette radicale dichotomie :

« [Ce qui crée et maintient une nation ce n’est pas la fatalité naturelle] [...] c’est la conscience, telle qu’elle apparaît chez l’individu. Et c’est avec la conscience, l’éducation, œuvre de la conscience. Une nation est une conscience collective, manifestée, réalisée dans la littérature qu’elle a produite et qu’elle maintient vivante. S’il en est ainsi, l’application pure et simple de la loi du « struggle for existence » aux sociétés humaines est illégitime. Car il est clair qu’entre des êtres conscients et libres, il peut et il doit exister d’autres rapports qu’entre les animaux, chez qui l’instinct aveugle est prédominant. C’est donc bien [...] la science elle-même, la philosophie fondée sur l’observation des réalités, qui proteste contre l’asservissement de l’homme aux lois de la matière ou du monde purement animal. » (in Chalmers Mitchell : 1916, p. XII)

35C’est la thèse développée de manière moins élégante et plus maladroite par le professeur Grasset de la faculté de médecine de Montpellier. Selon lui, l’homme arrivé au fait de son évolution était une espèce fixe au plan physiologique ne poursuivant son évolution qu’au plan psychique. À ce titre, il revendiquait une morale spécifique pour l’espèce humaine (Grasset : 1917, p. 65). Cette remise en question d’une philosophie déterministe et d’une sociobiologie néolamarckienne françaises devait susciter une gerbe de critiques. Etienne Rabaud résume la ligne de défense des néolamarckistes français refusant la différenciation entre l’homme et l’animal :

  • 22 Rabaud : 1916, p. 710 ; Voir également Drzewina : 1917(a), p. 95 ; 1917(b), p. 95 ; Lanessan : 191 (...)

« Sur l’essence et les origines de la morale, les controverses, loin d’être apaisées, reprennent et se précisent à mesure que progresse notre connaissance des phénomènes biologiques. L’idée fait jour que, fut-elle spéciale aux hommes, la morale ne serait cependant qu’une manifestation particulière de l’interaction générale des organismes, et rien ne prouve que le développement qu’elle a acquis chez certaines races humaines tienne à un état de conscience. [...] Si la sélection est un phénomène général, elle s’applique nécessairement à l’homme en raison même de ses origines animales22. »

  • 23 En 1918, il comprenait « MM. Fallières, ancien président de la République, Léon Bourgeois, Charles (...)

36Au final, tous ces scientifiques revendiquent non seulement une philosophie biologique mais également un droit de regard sur la conduite des affaires au nom même d’un monisme philosophique... qu’ils critiquent chez Ernst Haëckel. Il est vrai que les sciences fondamentales et a fortiori les sciences biologiques ne furent pas immédiatement considérées comme stratégiques par les gouvernements se succédant de 1914 à 1918. Mais la tardive mobilisation des savants et la timide politique gouvernementale de Recherche et de Développement pouvait laisser croire à une revalorisation par la République du rôle des savants. Nous avons précisé les importantes positions institutionnelles des divers néolamarckiens étudiés. Outre leurs rôles politiques passés, si l’on songe à la carrière politique de Jean Louis de Lanessan, leurs liens avec les hommes politiques du temps ne peuvent non plus être occultés. Ainsi le conseil d’administration du Muséum d’histoire naturelle était composé d’anciens ministres de l’Instruction publique23. Leur lamarckisme social était certes coloré par leurs options et leur passé politiques, plus ou moins conservateurs d’ailleurs. Si E. Rabaud et R. Anthony se cantonnent à un lamarckisme social de « défense patriotique », il n’en va pas de même d’E. Perrier et de J.-L. de Lanessan.

37Le principal souci d’E. Perrier relève de l’eugénisme... d’un eugénisme lamarckien précisément. Comment prouver que la France n’est pas une race inférieure, dégénérée ? Comment expliquer la dénatalité française et comment renforcer le peuple français ? Le débat sur la hiérarchie raciale est rapidement évacué au nom d’un évolutionnisme lamarckien, nous l’avons vu. Constatons que le président de l’Académie des sciences E. Perrier ne refuse pas de débattre sur le territoire des sciences anthropologiques. Plus difficile est d’expliquer la dénatalité... et sur ce point, les arguments mobilisés sont peu scientifiques. Sont appelés à la rescousse explicitement les arguments lapougiens sur les méfaits des villes, de l’industrie, de l’alcoolisme... et des idées « dissolvantes » de 1789, du syndicalisme, de la propagande malthusienne. En bref, E. Perrier n’épargne pas au lecteur un florilège de la pensée conservatrice (Perrier : 1915, pp. 105-108). Comment pallier cette dénatalité, assimilée à une dégénérescence de la race française ? L’eugénique de Georges Vacher de Lapouge, depuis le métissage avec certaines races vigoureuses jusqu’à la sélection des tarés en les envoyant... au front par exemple, ne le choque pas :

« Cette façon de purifier la race ne serait pas d’une application courante à la vérité. Mais pour une fois.... On éviterait de donner, au point de vue de la repopulation, un tour de faveur aux indignes. » (Perrier : 1915, p. 148)

38En tous cas s’il laisse paraître quelque scepticisme ou s’il semble à court de solutions, il est catégorique sur les modalités d’une biopolitique régie par « une République de paix sociale et religieuse, de stabilité des pouvoirs publics, de réciproque bienveillance » (Perrier : 1915, pp. 142-145)

39Par contraste, avec J.-L. de Lanessan, on retrouve l’apologie du régime démocratique, d’une République radicale et solidariste. Son souci n’est pas anthropologique ; il ne craint pas la décadence raciale de la France. Ses inquiétudes sont plutôt politiques. Au crépuscule d’une vie de médecin, de naturaliste et de républicain radical, il s’inquiète de l’émergence de théories darwiniennes sociales connotées par l’opinion comme des philosophies matérialistes. Ne risquent-elles pas de donner raison aux spiritualistes (il cite Grasset et Bergson) qui considèrent que le transformisme et le matérialisme qu’il induit sont des dissolvants de toute morale et de toute société ? (Lanessan : 1918, pp. 1, 23-24). Étant profondément évolutionniste et matérialiste, sa philosophie est porteuse d’une morale, d’une sociobiologie et d’un ordre politique. On comprend ainsi sa critique de la scientificité des thèses darwiniennes au profit du lamarckisme. Il s’agit pour Lanessan, de défendre les fondements philosophiques et donc la légitimité d’un ordre démocratique, républicain radical et solidariste (Lanessan : 1918, pp. 124-125). Cette morale de l’altruisme social, fruit tardif de l’évolution, est héritable mais elle nécessite un véritable programme éducatif. La biopolitique de Lanessan passe par l’éducation :

« Puisque toutes les passions naissent de la recherche exagérée de la satisfaction des besoins naturels, le but principal de l’éducation devra être de faire contracter aux enfants dès le premier âge, l’habitude de ne satisfaire ces besoins que dans la mesure de la nécessité. [...] Après leur formation dans l’esprit des enfants, dans celui des hommes et dans celui des sociétés humaines, les idées morales deviennent ce que Fouillée appelait des idées forces, ce que je désignerais par le terme plus scientifique d’idées déterminantes. Si l’éducation les a développées dans la direction indiquée plus haut et qui est conforme à la nature, elles détermineront une conduite dégagée de passions et les hommes seront détournés de l’emploi de la force. » (Lanessan : 1918, pp. 166-168)

40Cette photographie des débats des lamarckiens sociaux durant la guerre de 1914-1918, n’accrédite-t-elle pas l’idée d’un long xixe siècle pour l’histoire des idées scientifiques en France ?

Hors de la communauté scientifique : le silence

41Fidèle à notre problématique de départ, nous avons été surtout attentif aux principaux émetteurs des discours sociobiologistes, soit la communauté scientifique, et nous avons plutôt privilégié l’analyse de leur système argumentaire cherchant à comprendre cette curieuse persistance du lamarckisme en France. Une autre grille de lecture aurait pu être utilisée, eu égard au statut revendiqué par ces scientifiques dans la société française : celui de clercs ou d’intellectuels. Leurs activités politiques passées, leurs prétentions biopolitiques, tout indique qu’ils souhaitèrent jouer ce rôle. Aussi, leurs productions peuvent être analysées à l’aune de celles des autres clercs et inscrites dans le cadre plus global de ces propagande et surenchère idéologiques de l’arrière... de ce « chœur des vieillards » dont nous parlent P. Ory et J.-F. Sirinelli dans leur ouvrage Les Intellectuels en France, de l’affaire Dreyfus à nos jours. La chronologie de la parution de leurs articles, leurs ouvrages, une analyse des thèmes abordés – quelques sondages de presse le montrent – révèlent au fond deux temps. De 1914 à 1916, les scientifiques se sont livrés à une surenchère idéologique ou se sont mobilisés intellectuellement en participant à des actes de propagande, à défaut d’une mobilisation physique. Ces articles relevant du « chauvinisme scientifique » paraissent à jet continu dans la presse sauf moment de désorganisation. Divers sondages dans Le Temps, Le Figaro, la Revue des Deux Mondes, L’Écho de Paris, la Revue scientifique, Le Correspondant, etc... sont, de ce point de vue, révélateurs. D’ailleurs les ouvrages collectifs de ces scientifiques, soit les compilations de leurs divers articles de propagande datent des années 1915-1916. Après cette date, la production en général se raréfie ou perd son caractère polémique et laisse place à des ouvrages plus mesurés et plus argumentés si l’on prend comme indicateur les publications des néolamarckiens français.

  • 24 Dans son analyse de la presse des tranchées de la guerre de 1914-1918, S. Audoin-Rouzeau ne fait p (...)
  • 25 « Cette étude mérite d’être signalée, car l’éminent professeur y démontre avec une grande clarté q (...)
  • 26 « Leur race d’après M. de Quatrefages » par Félicien Pascal, Le Correspondant, 25 Septembre 1914, (...)
  • 27 Se référer par exemple à Sageret : 1917, p. 250 ; Avant de défendre ses thèses lamarckiennes et se (...)

42Faut-il incriminer le profond consensus de la nation durant ces quatre années de guerre, le solide encadrement moral et psychologique, la forte mobilisation physique des nouvelles générations, la méconnaissance ou l’effet anesthésiant d’une propagande darwinienne sociale allemande ? En tout cas, hors de la communauté des scientifiques – des spécialistes de la biologie et des sciences naturelles – on trouve peu trace de débats, de polémiques autour de la question du darwinisme social24. Nos divers sondages de presse délivrent certes une moisson importante d’articles mais après recoupement d’informations, ce sont toujours les mêmes articles de ces scientifiques qui sont réfractés dans divers organes de presse selon une subtile alchimie relevant de la ligne politique ou philosophique du journal ou de l’auteur. Ainsi, Le Correspondant délivre une critique positive de l’ouvrage du vitaliste professeur Grasset25, ou résume avec gourmandise l’article ancien de l’anthropologue fixiste Quatrefages de Bréau. La période est propice à une remise en question de l’évolutionnisme26. Tandis que E. Perrier, J.-L. de Lanessan, F. Le Dantec, Y. Delage ont plutôt leurs entrées au Temps, dans la revue de Th. Ribot La Revue philosophique de la France et de l’étranger, la confidentielle revue du Journal des économistes ou La Revue scientifique. Au final, ces débats apparaissent byzantins tant les néolamarckiens français développèrent de concert une argumentation antidarwinienne. Lorsque l’on lit des thèses de doctorat soutenues durant la période ou des travaux de vulgarisation de ces débats par des auteurs aujourd’hui obscurs, on retrouve ce reflet de l’air du temps : soit une reproduction du discours néolamarckien social des notables scientifiques ou une tentative de remise en question de la problématique évolutionniste27. Ce fait était annonciateur de débats plus larges au sortir de la guerre en des moments plus calmes pour une réflexion sur les représentations, les idéologies scientifiques voire les théories scientifiques. La Revue des Deux Mondes consacra en 1919 un article à « la crise darwinienne », lointain écho de la Crise du transformisme de F. Le Dantec en 1909. Le débat fut sur la place publique après la guerre ! (Beaunier : 1915).

43De surcroît, cette crispation lamarckienne ne fut pas relayée par d’autres groupes sociologiques, hors de la communauté scientifique. À la différence de la période antérieure à 1914, les littérateurs ou les hommes politiques, scientistes ou de culture scientifique, ne se firent pas les relais des débats scientifiques. Ce fait est à noter car c’est une manière commode pour l’historien d’apprécier la diffusion d’une idéologie. Des personnalités à fort capital de sympathie ou ayant un crédit moral ou intellectuel auprès de l’opinion sont des relais potentiels de diffusion, de communication des débats idéologiques. Cette absence de réaction relative à la question darwinienne est manifeste chez des hommes à la culture évolutionniste reconnue comme G. Clemenceau, A. France et M. Barrès. G. Clemenceau, médecin de formation, et, sa vie durant, curieux de l’histoire des idées transformistes et évolutionnistes, fut muet sur cette question, de 1914 à 1918. En 1910, encore, lors de conférences prononcées à Buenos Aires en Argentine, il affirmait :

« La violence est le premier principe des rapports des hommes avec tous les êtres vivants. Il faut manger et pour cela, mer : c’est l’arrêt du destin [...]. La terre doit donner ses fruits. On s’assemble, on se groupe pour la mieux exploiter. Les groupements trouvent en face d’eux des groupements fondés pour les mêmes fins : d’où la concurrence, la lutte, la guerre. Simultanément, à l’intérieur de chaque groupement se développe l’oppression des faibles par les forts ; encore la violence et la guerre, mais cette fois, la guerre au dedans. [...] À l’extérieur du groupement, l’emploi de la force, dépendant des querelles de frontières ou des appétits de conquêtes, a gardé tout son appareil de violence éperdue. Il s’est même fortifié par le perfectionnement incessant des moyens de donner la mort. On le voit, les deux évolutions de la force à l’intérieur et à l’extérieur du groupement ont suivi une marche opposée. Au dedans, la force brutale s’est atténuée. Au dehors, elle s’est développée. Si bien que toute l’histoire des peuples, les uns au regard des autres, est de violences, de meurtres, de batailles, de guerres continuelles [...] Qu’on le veuille ou non, qu’on le déplore ou non, la guerre est au premier plan dans l’esprit des peuples. [...] Mon éminent ami, Léon Bourgeois, qui est un optimiste, ce dont on doit le louer, tandis qu’en cette affaire, je suis plutôt pessimiste, pour mon malheur et pour celui de ceux qui m’écoutent, Léon Bourgeois a dit que la lutte pour la vie n’était qu’un concours pour la vie. Moi, je vois la lutte pour la vie plus en noir et j’appréhende les conflits qui pourront en résulter. » (Clemenceau : 1930, pp. 117, 119, 120, 122, 128)

  • 28 Clemenceau : 1968, p. 63 ; on trouve d’autres références aux « soubresauts des races » ou à « l’id (...)

44Or une lecture de ses chroniques de guerre publiées dans son quotidien L’Homme libre puis L’Homme enchaîné de 1914 à 1918 ou de ses multiples interventions à la Chambre des députés montre que ces thèmes sont rarement abordés. Il en appela à la victoire « des forces morales » et « des soldats de la civilisation » ou loua la « noblesse de la race française » (Clemenceau : 1935, pp. 9, 10, 27, 45 ; 1968, p. 241). Comme la plupart de ses compatriotes, il utilisait une rhétorique symétrique à celles des pangermanistes. En 1916, lors d’une intervention dans une réunion du « Comité franco-britannique », il dénonçait ainsi l’ennemi : « Allez les voir, les plaines ravagées de notre frontière orientale. Elles vous diront ce qu’a pu y accomplir une monstruosité de sauvagerie. La foi des accords internationaux outrageusement violés, que dis-je ? les droits élémentaires de l’humanité foulés aux pieds par des créatures à faces humaines, avec l’approbation éhontée d’une science qui n’est pas la science et d’une philosophie qui n’est pas la philosophie. Elles vous diront qu’une si prodigieuse convulsion de barbarie n’appelle pas moins qu’une révolution de l’humanité, pour une guérison définitive, par un développement de force supérieur capable d’imposer, non plus la domination du fer pour le fer, qui n’est qu’une atrocité déshonorante, mais par le fer au service du droit, la souveraineté du droit qui est la civilisation28. » On le voit, au total sur ce sujet il fut allusif et peu idéologique.

45Il est notoire qu’A. France fut peu bavard durant ce premier conflit. Néanmoins, lui qui possédait une solide culture darwinienne, ses chroniques littéraires dans le quotidien Le Temps et ses biographes l’attestent, n’aborda pas ce thème dans ses rares ouvrages parus durant le conflit, hormis la concession au temps à ces « qualités de la race française » (France : 1916, p. 5 ; Ory : 1986, p. 70 ; Bancquart : 1962). Enfin, un constat identique pourrait être établi après avoir dépouillé les pléthoriques Chroniques de la Grande Guerre de M. Barrès, archétype de l’écrivain patriote et de l’intellectuel mobilisé et écouté puisque ses chroniques furent publiées dans L’Écho de Paris tirant à cinq cent mille exemplaires... mais archétype également d’un nationalisme fondé sur une conception biologique, déterministe, lamarckienne et irriguée dans sa jeunesse par les travaux de J. Soury. Or ses chroniques ne délivrent aucun commentaire savant du darwinisme social belliciste allemand. À l’image de la mauvaise foi de ses confrères scientifiques, il critiqua sur son territoire de compétence, la méthodologie ou la fausse érudition de ses collègues d’outre-Rhin et plus généralement il fit montre d’un racisme symétrique à celui des Allemands (Barrès : 1920, tome 2, pp. 150-156). Contre la doctrine de la force, il opposait la supériorité morale et la mission éternelle de la France en foi de quoi, les Allemands pouvaient être assimilés à une race inférieure ! (Barrès : 1920, tomes 1 et 4, pp. 166-167, 173-175, 281-282) Cette supériorité de la race française est manifeste selon M. Barrès dans sa capacité à mobiliser de nombreuses « races amies », témoignage de sa puissance de civilisation et de persuasion, car souligne-t-il :

« Les 93 Allemands, signataires du fameux Manifeste des intellectuels, défendent aux anglais et à nous de nous poser « en défenseurs de la civilisation » parce que nous offrons au monde le spectacle savoureux de lâcher sur « la race blanche, les mongols et les nègres ». Il n’est à retenir de cet argument qu’un aveu de la peur que nos vaillants auxiliaires inspirent au militarisme allemand, qui voudrait agenouiller par la force tous les peuples devant l’idole germanique et qui ne sait pas ou même ne peut plus comprendre comment nos officiers sont aimés et admirés de leurs tirailleurs noirs. [...] Les officiers allemands n’obtiendront jamais de leurs soldats derrière lesquels ils courent le revolver au poing, l’affection que nos tirailleurs prodiguent à leurs chefs, comme des enfants à leurs pères. Nos Marocains, nos Sénégalais, les Hindous, les Peaux-Rouges Canadiens eux mêmes, s’il en est, ont beau promener sur nos champs de bataille des pigments divers et des indices craniens fort variés, leur présence témoigne de la puissance de civilisation et de persuasion de la France et de l’Angleterre. » (Barrès : 1920, tome 5, pp. 342-343)

46Ainsi, note-t-on que l’univers et l’outillage mental des intellectuels français diffèrent peu de celui de leurs homologues allemands. Ils sont peut-être simplement privés d’un arsenal argumentaire scientifique ou, si nous souhaitons faire une lecture positive, la propagande allemande a permis aux clercs et plus précisément à la communauté scientifique de faire l’économie d’une certaine dérive darwinienne sociale mais en même temps l’a empêchée d’évaluer sereinement les apports scientifiques du darwinisme.

Persistance d’un eugénisme lamarckien français

  • 29 J. Léonard, « Eugénisme et darwinisme : espoirs et perplexités chez les médecins français du xixe (...)

47Hors du cercle restreint et vieillissant des biologistes et naturalistes français, une seconde communauté scientifique semble avoir été perméable à une philosophie évolutionniste ou à un interventionnisme biopolitique : il s’agit du milieu médical. Edmond Perrier personnalise d’ailleurs le trait d’union entre les deux communautés et entre deux champs de réflexion. Rappelons qu’il avait coprésidé avec l’obstétricien A. Pinard, la première réunion de la « Société française d’eugénique », qui s’était tenue le 22 décembre 1912 dans le grand amphithéâtre de la faculté de médecine de Paris sous le patronage du radical solidariste L. Bourgeois et du sénateur P. Doumer29. E. Perrier fut d’ailleurs par la suite le président de ce mouvement et le directeur de la revue L’Eugénique. Malgré les personnalités qui présidèrent à la naissance de ce mouvement, il ne s’agit pas de grossir démesurément son audience alors qu’il n’était composé en 1914 que d’une centaine de membres sociétaires appartenant à la profession médicale pour la plupart (Léonard in Conry : 1983, pp. 200-201 ; Carol : 1995, pp. 77-83).

  • 30 « Article I – La société a pour but : 1 – La recherche et l’application de connaissances utiles à (...)

48Deux particularités typaient déjà ces médecins eugénistes d’avant guerre : d’une part ils étaient majoritairement lamarckiens et croyaient en l’hérédité des caractères acquis et d’autre part ils étaient obsédés par la question de la dépopulation à la fois au plan qualitatif et quantitatif de sorte qu’ils souhaitaient une forte intervention des pouvoirs publics sur ce point. Ce principe était inscrit dans les statuts de la société et fut plus fermement affirmé lors d’une réunion de bilan quelques mois avant le début du conflit30. Lucien March, directeur de la Statistique générale de France et secrétaire général de la Société d’eugénique, y affirmait :

  • 31 L’Eugénique, n° 3, mars 1914, p. 89 ; Lefaucheur in Tort : 1992, pp. 429-430.

« Nous devons viser à accroître le nombre de nos adhérents. Notre société n’a pas pour objet exclusif des échanges de vues. Elle s’est proposée aussi d’organiser ou de faciliter les recherches qui contribueraient à éclaircir les nombreux problèmes qui sont de son ressort. Enfin, elle vise à généraliser et à fortifier le sentiment de la race, au sens critique du mot, car cette idée renferme un puissant élément de stabilité sociale et de progrès permanent [...]31. »

49Le conflit de 1914-1918 va donc accélérer et raffermir les réflexions de ces quelques médecins eugénistes et néolamarckiens au moins sur deux plans : celui de la philosophie biologique qui charpente leur interventionnisme biopolitique et celui des modalités de l’action politique même.

50À l’instar de leurs collègues naturalistes, ils participèrent à la redéfinition des postulats et de la philosophie de leur action eugéniste à rencontre de la propagande allemande darwinienne sociale. Rares sont ceux, tel un docteur Larger, à abandonner l’optimisme d’une philosophie lamarckienne et à ressusciter les théories de la dégénérescence par l’hérédité pathologique ou de l’évolution régressive. D’une certaine manière, ils anticipaient ainsi le constat d’un Paul Valéry qui affirmait en 1919 que les civilisations sont mortelles. Le docteur eugéniste Héricourt en 1917, n’annonçait-il pas :

« L’histoire montre que les sociétés périssent et disparaissent comme les individus. Les pessimistes pourraient donc voir dans leurs maladies le présage de leur inévitable mort. Mais nous voulons croire qu’il est encore temps, pour notre pays, de reculer l’échéance fatale. » (Héricourt : 1918, p. 4 ; Larger : 1917, pp. 27, 127)

51La majorité des médecins eugénistes affirmait plutôt avec plus de force un lamarckisme et un lamarckisme social aux conséquences beaucoup plus acceptables pour un esprit français. Le docteur Adolphe Pinard, membre de l’Académie de médecine, fait ainsi l’éloge de sa discipline, l’obstétrique, qu’il baptise « eugénétique » :

« [...] Notion sacrée, base de l’humanité : le respect absolu de toute personnalité humaine quelle que soit son infirmité et quelle que soit son origine. Ainsi que la nature, elle veut la perpétuation de l’espèce, mais sans être, comme elle, impitoyable pour les individus [...] Elle veut par la science éclairer le génie de l’Espèce au profit de l’individu. » (Pinard in Petit : 1916, p. 123)

  • 32 L’annonce publicitaire était ainsi libellée : « Les conférences de la guerre ; La guerre et la vie (...)

52D’autres, comme le docteur Roux et les professeurs Chauveau et Chauffard de l’Académie de médecine, furent encore plus incisifs lors des premières conférences de l’» Alliance d’hygiène raciale » du mois de janvier 1915, présidées par Léon Bourgeois, consacrées au thème de la guerre32. Le professeur Chauffard résume ainsi la position de ses collègues :

« La condition de résistance pour une nation est de s’adapter, c’est-à-dire de se mettre en harmonie et en équilibre avec les nécessités présentes. L’adaptation c’est la loi la plus grande de la biologie, car nous ne vivons et nous ne conservons notre santé physique et morale que par l’adaptation. Qui est incapable de s’adapter succombe. Eh bien, disons le très haut, notre race française s’est d’emblée et admirablement adaptée à ce danger imprévu [...]. La guerre est le réactif le plus sensible de la résistance nerveuse d’une race. Si l’épreuve a été dure, elle a tourné à notre honneur, elle a porté le témoignage que la race française n’a pas dégénéré. » (Chauffard : 1915, pp. 18-25)

53Cette vision lamarckienne de l’idée de nation ou de constitution raciale va donc structurer les modalités de leur interventionnisme biopolitique depuis les mécanismes internationaux jusqu’à la politique de santé nationale. La guerre et toute politique de violence sont bannies car contrevenant à la longue et lente création et élaboration d’une nation s’adaptant petit à petit à son milieu et en raison de l’indélébilité des variations et caractères acquis avec le temps (Roux : 1915, p. 17 ; Chauveau : 1915, p. 49). Cette redéfinition de la philosophie eugéniste est souvent un préalable car leur souci est de rendre compte d’une dénatalité persistante et aggravée par des épreuves subies par le pays ou d’envisager le remède futur en vue du renforcement de la population. Sur l’état des lieux relatif à la qualité de la race française, les avis divergent selon les options politiques. Nous avons vu qu’Edmond Perrier cherchait les causes du côté de l’insalubrité des villes, des méfaits de l’industrie, de l’intempérance des ouvriers ou des idées dissolvantes de 1789 menant à l’individualisme des comportements voire à une politique hédoniste de néomalthusiens libertaires. Il ne fut pas le seul à défendre de tels points de vue. On retrouve de tels arguments dans la presse d’une droite nationaliste. Un ouvrage d’un certain Galeot, publié en 1917 aux éditions de la Librairie nationale et intitulé L’Avenir de la race, le problème du peuplement en France met explicitement en cause l’idéal démocratique qu’il soit socialiste ou républicain corrupteur de la famille par la vulgarisation de l’idée individualiste. Il en appelle à une politique nataliste, car une nation nombreuse peut à la fois dégager une élite de la masse et coloniser, témoignage de sa puissance (Galéot : 1917, pp. 121-134) Si le triptyque « élite-hérédité-sélection » de cet auteur montre que le discours biologisant d’une droite nationaliste non républicaine sommeillait malgré les réticences d’un Maurras, il reste que le thème de la politique nataliste était largement partagé par les eugénistes mais la présentation de leur doctrine insistant sur une politique hygiéniste était plus compatible avec l’idéal démocratique. La politique hygiéniste visait à stabiliser ou à améliorer ce que le professeur Chauffard appelait la « qualité raciale ». Ainsi la lutte contre l’alcoolisme, la syphilis, la tuberculose et la stérilité fait partie de la préoccupation des auteurs recensés (Boigey : 1917, p. 6 ; Tissié : 1918, p. 50 ; Chauffard : 1915, p. 20 ; Héricourt : 1918 ; Larger : 1917). Elle recueillait l’adhésion a minima de l’ensemble de ces eugénistes convaincus que la majorité des problèmes de l’amélioration de l’espèce passait par une modification du cadre de vie (le milieu) et une attention particulière portée aux problèmes de l’hérédité.

54Au plan des réformes souhaitables, cela se résumait par le refus de toute mesure néomalthusienne (l’avortement), par l’encouragement à des mariages d’affinités électives et non d’arrangements sociaux, par des aides matérielles à la famille, à une lutte contre l’alcoolisme, à un souhait d’amélioration des conditions de salubrité du cadre de vie ou à une politique d’éducation physique. Le docteur Philippe Tissié, président de la Ligue française de l’éducation physique, proposait dès la fin du conflit, en vue du redressement de la race française :

« L’éducation physique [...] peut être résumée dans la proposition suivante : on marche avec ses muscles, on court avec ses poumons ; on galope avec son cœur ; on résiste avec son estomac ; on arrive avec son cerveau. Elle peut, par une méthodique application du mouvement physiologique pondérable et psychologique impondérable, avoir une heureuse influence sur la formation du caractère et, par le caractère, sur la vie de la Nation, sur l’évolution de la Race et sur le relèvement des déchets, de l’humanité. » (Tissié : 1918, p. 147).

  • 33 Ch. Richet, « La sélection humaine », in Eugénique et sélection (ouvrage collectif), Paris, F. Alc (...)
  • 34 Dr J. Héricourt, Les Maladies de la société (...), p. 237.

55Ainsi lorsqu’ils se sont exprimés, ce qui est somme toute rare puisque nous n’avons relevé qu’une dizaine d’ouvrages pour la période, ces médecins ont continué à développer un eugénisme lamarckien et hygiéniste et l’ont même confirmé par opposition à la doctrine de la lutte allemande. Le Docteur Ch. Richet, qui pourtant fit paraître après 1918, des ouvrages ou des articles vantant un eugénisme à la fois positif et négatif, prit des positions beaucoup plus modérées pendant le premier conflit mondial. Dans son livre Les Coupables publié en 1916, il reprenait la classique antienne de l’égale « supériorité des races blanches » et dénonçait la « régression barbare des allemands ». De même soulignant que la guerre était régressive au plan social et racial, il proposait afin de pallier les conséquences de l’hécatombe d’encourager la natalité française, entre autres par des mesures comme les allocations familiales33. Sans aller jusqu’à la politique antisocialiste esquissée par Edmond Perrier ou antirépublicaine comme définie par Galéot, l’ordre biocratique visé n’en est pas moins étrange si l’on postule à la suite d’Héricourt : « La femme, par sa nature [...] est avant tout un utérus, et [...] toutes ses fonctions gravitent autour de l’importante fonction de cet organe essentiel [...]34. » L’auteur de ces paroles convenait néanmoins que :

  • 35 Dr J. Héricourt, Les Maladies de la société (...), pp. 275-276.

« [...]Les races civilisées sont en proie à des dégénérescences complexes faites des tares héréditaires de la syphilis, de l’alcoolisme et de la tuberculose, toutes ces hérédités s’aggravant mutuellement dans un cercle fatal. La stérilité, volontaire ou non, est un des résultats de cette déchéance, comme par une sorte de défense naturelle contre l’abâtardissement de la race et contre toutes les douleurs physiques et morales qui en résultent. [...] Mais l’étude des remèdes à leur opposer est [...] un peu décevante ; non que les indications ne soient précises, mais les applications en apparaissent hérissées de difficultés de toutes natures, dont la plus grave est notre terreur des mesures radicales, qui seules, cependant, pourraient être efficaces35. »

56Cette voie moyenne de l’eugénisme français, pour reprendre l’expression de Nadine Lefaucheur, n’a donc pas fait la promotion de solutions extrêmes. Qu’un médecin polygraphe, comme le docteur Binet-Sanglé, médecin militaire, professeur à l’École de psychologie, se propose, dans un ouvrage « d’anthropogénétique » au titre provocateur Le Haras humain, d’appliquer pour partie les théories de G. Vacher de Lapouge soit de créer à partir d’un élevage, une aristocratie des éléments eugéniques (« les étalons humains ») et d’appliquer une eugénique négative (euthanasie, stérilisation, avortement, contraception, etc.), il reçoit les foudres de la profession. Jacques Léonard rappelle les comptes rendus du chroniqueur du Progrès médical :

  • 36 Citation du Progrès médical du 25 mai 1918, pp. 187-188 par Léonard in Conry : 1982, p. 207 ; Bine (...)

« Je suis sûr que les médecins militaires penseront, comme moi, qu’il est nécessaire, pour l’honneur de la corporation, que le médecin principal qui, en pleine guerre a signé Le haras humain, cesse de figurer sur l’Annuaire du Service de Santé36. »

  • 37 Héricourt : 1918, pp. 192-194 ; Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, séan (...)

57Ces soucis eugénistes se concrétisèrent en action politique et c’est en cela, quoique les termes sont un peu forts, que l’on peut parler d’une certaine vision biopolitique des médecins français même si elle semble modeste comparativement à l’eugénisme à l’œuvre dans les pays anglo-saxons et nordiques durant la même période. Si l’on se réfère aux débats parlementaires afférents, c’est au nom de la régénération de la « race française » et plus spécifiquement en vue d’éviter des désordres sociaux et d’opérer une « transformation sociale », en « [sauvant] la classe ouvrière, la race française de son mortel ennemi l’alcoolisme » que la loi du 16 mars 1915 interdit la vente et la fabrication de l’absinthe et de liqueurs similaires et que la loi du 9 novembre 1915 interdit l’ouverture de nouveaux établissements pour la vente de spiritueux37. Ces actions parlementaires ne doivent pas être mises mécaniquement sur le compte d’un lamarckisme diffus, notons simplement que la culture lamarckienne de ces médecins français s’est greffée sur une culture hygiéniste qui lui était antérieure. L’anti-alcoolisme français, comme l’a démontré la thèse de Didier Nourisson, naît sur un terreau complexe de grandes peurs sociales, de craintes des désordres causés par la classe ouvrière, par la hantise d’une dépopulation liée à la dégénérescence de la race. Ces mesures sont donc à pondérer car :

« Les anti-alcooliques du début du xixe siècle sont loin d’avoir gagné la partie, c’est-à-dire d’avoir favorisé une modification du mode de consommation : soulignant les efforts accomplis au cours de « vingt années de lutte », le secrétaire de la Ligue Nationale Contre l’Alcoolisme de 1914 affirmait implicitement son insuccès ; la Grande Guerre, qui allait faire du « pinard » et de « gnôle » les véritables vainqueurs, confirmait bientôt les difficultés de l’entreprise. » (Nourisson : 1988, pp. 491-507)

58De même, d’une politique nataliste devaient surgir ces débats parlementaires visant à punir l’avortement et la provocation à l’avortement de un à cinq ans de prison et d’une amende de cinq cents à dix mille francs d’alors, législation répressive qui ne fut pas sans incidence sur le mouvement libertaire néomalthusien (Héricourt : 1918, pp. 266 ; Guerrand : 1990). Au final, les concrétisations législatives furent minces et les historiens de l’eugénisme (Jacques Léonard, William Schneider, Nadine Lefaucheur, Anne Carol) considèrent que le mouvement eugénique en France n’accoucha au total, et seulement au sortir de la Seconde Guerre mondiale, que d’une législation relative à l’instauration du certificat médical prénuptial. Cette première loi instaurant le certificat prénuptial date précisément du 16 décembre 1942. Elle est explicitement une mesure eugéniste car elle invoquait « la sauvegarde physique et morale de la race ». L’ordonnance du 2 novembre 1945 devait annuler cette loi mais confirmait l’instauration du certificat prénuptial.

  • 38 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, séances du 26 juin 1915, interventio (...)
  • 39 Voir les propositions de Malvy, ministre de l’Intérieur, Brisac, directeur de l’assistance et de l (...)

59Ces résultats législatifs ne résument pas toute l’action des eugénistes lamarckiens français ou tout simplement des médecins et politiques préoccupés de la pureté de la « race française » ou du redressement de la natalité française. Lors de débats parlementaires, certains par exemple tentèrent de protéger les survivants d’une fratrie décimée au front en l’affectant à l’arrière par intérêt « pour l’avenir de notre nation et de notre race »38. D’autres médecins, toujours par souci de « pureté raciale », souhaitaient faire avorter les femmes ayant subi dans les régions exposées les violences de l’ennemi. En raison d’une campagne contre l’avortement, des mesures furent prises pour que la puissance publique assiste les femmes en couches et facilite l’intégration des enfants au sein de l’Assistance publique39. Ces derniers exemples, s’ils illustrent la multiplicité des interventions des eugénistes lamarckiens français, surtout natalistes, révèlent aussi le pragmatisme de décisions prises en temps de guerre.

Notes

1 Faisant l’éloge funèbre de scientifiques morts au combat (Garreta ; G. de la Baume Pluvinet ; M. Brément ; E. d’Aremberg, etc.) et se plaignant de la cessation de publications scientifiques, le professeur de zoologie M. Caullery précisait en juillet 1915 : « La date du premier août [...] marquera [...] une formidable discontinuité. La France de Demain sera séparée de celle d’Hier par un profond fossé. Si un espoir peut diminuer en nous l’amertume de tant de ruines présentes et le regret de tant d’existences fauchées, c’est que nous sentons quelle provision d’énergie et de confiance en elle-même la race française aura faite dans la lutte. » Caullery : 1915, p. 289.

2 Voir par analogie, une analyse comparée des rencontres entre « la subjectivité collective et la réalité externe de la guerre, un croisement du rationnel et de l’irrationnel » à propos de la propagande relative aux atrocités commises par les armées, dans J. Horne, « Les mains coupées : atrocités allemandes et opinion française en 1914 » et A. Kramer, « Les atrocités allemandes : mythologie populaire, propagande et manipulations dans l’armée allemande », in Becker : 1994, pp. 133-164.

3 « L’appel des intellectuels allemands aux nations civilisées », La Revue scientifique, 52e année, 2e semestre, du 1-07 au 31-12-1914, pp. 170-172 ; Le Temps, 13 octobre 1914, p. 2 ; le « Manifeste des universités allemandes », La Revue scientifique, 52e année, 2e semestre, du 1-07 au 31-12-1914, p. 203.

4 « Les universités françaises aux universités des pays neutres », La Revue scientifique, du 1-07 au 31-12-1914, pp. 203-204 ; « La réponse des physiciens français au manifeste des intellectuels allemands », La Revue scientifique, du 1-07 au 31-12-1914, p. 204 ; « Une réponse à l’appel des nations civilisées des intellectuels allemands », Ch. Lallemand, membre de l’Institut et du bureau des longitudes, La Revue scientifique, du 1-07 au 31-12-1914, p. 205 ; « Réponse de l’Académie de médecine », La Revue scientifique, du 1-07 au 31-12-1914, p. 205 ; « Quelques appréciations sur la guerre et quelques réponses au manifeste des Intellectuels allemands », La Revue scientifique, du 1-07 au 31-12-1914, p. 172 ; « Le manifeste des universités allemandes, Réponse des universités françaises », La Revue scientifique, du 1-07 au 31-12-1914, p. 205, etc.

5 « L’appel des intellectuels allemands aux nations civilisées », La Revue scientifique, 52e année, 2e semestre, du 1-07 au 31-12-1914, pp. 170-171.

6 « Manifeste des universités allemandes », La Revue scientifique, 52e année, 2e semestre, du 1-07 au 31-12-1914, p. 203.

7 « La victoire du droit », Le Temps, 10.08.1914, p. 1 ; « Les intellectuels allemands », Le Temps, 16.10.1914, p. 2.

8 « Académie française (...) », Revue scientifique, du 1-07 au 31-12-1914, p. 172 ; « L’Académie des sciences et les Allemands », Le Temps, 5.11.1914, p. 1.

9 E. L. Trouessart (Prof, au Muséum d’histoire naturelle), « La trop grande Allemagne et les dangers du gigantisme », La Revue scientifique, 29 mai au 5 juin 1915, p. 195.

10 E. Perrier, « Le changement de front des intellectuels », « Causerie scientifique, Le monde vivant ». Le Temps, 23.10.1994, p. 3.

11 Voir Poincaré : 1915 ; « Du rôle de l’Allemagne dans l’évolution des sciences biologiques », la Revue scientifique, 27 février au 6 mars 1915, pp. 70-79 (F. Hennreguy) ; « L’histoire des sciences et les prétentions allemandes », Le Figaro, 5 janvier 1915 (E. Picard) ; « Ernst Haëckel et son évolution, À propos du militarisme », La Revue scientifique, 11-18 novembre 1916 (M. Caullery) ; Les Allemands et la Science, Paris, F. Alcan, 1916 (G. Petit et M. Leudet).

12 La table des matières est ainsi déclinée : « La science française à l’exposition de San Francisco » par L. Poincaré ; « La philosophie » par H. Bergson ; « La sociologie » par E. Durkheim ; « La science de l’éducation » par Paul Lapie ; « Les mathématiques » par Paul Appell ; « L’astronomie » par B. Baillaud ; « La physique » par E. Bouty ; « La chimie » par A. Job ; « La minéralogie » par A. Lacroix ; « La géologie » par E. de Margerie ; « La paléobotanique » par R. Zeiller ; « La paléontologie zoologique » par M. Boulle ; « La biologie » par F. Le Dantec ; « Les sciences médicales » par H. Roger et « La science géographique » par E. de Marronne, (tome 1, Paris, Larousse, 1915, 397 p.).

13 Préface de Paul Deschanel, membre de l’Académie française et président de la Chambre des Députés, Paris, F. Alcan, 1916.

14 in Poincaré : 1915, p. 322. Pour confirmer son orientation néolamarckienne, F. Le Dantec pouvait alors s’appuyer sur l’école américaine avec E. D. Cope, Primary Factors of organic evolution, Chicago, 1896 ou S. A. Packard, Lamarck, the founder of evolution, New-York, 1901.

15 Pour une étude comparative des traditions de recherche allemandes et françaises se référer aux travaux de Kleinert : 1988, pp. 219-229 ; En 1813, le traducteur de l’œuvre d’Oersted (Recherches sur l’identité des forces chimiques et électriques, 1813), Marcel de Serres notait en préface les différences culturelles entre les scientifiques allemands et français. Ces derniers précisait-il, à la différence des allemands, partent de l’expérience pour arriver à des idées générales et sont réticents à toute systématisation a priori.

16 Ainsi lorsque les divers scientifiques recensés critiquent le pangermanisme, ils ne font jamais ou rarement allusion à la ligue pangermaniste du Dr Hasse, fondée en 1891. Leurs attaques les plus fréquentes visent les ouvrages du Général Von Bernhardi (Notre avenir, écrit en 1912 et traduit et publié en 1915, Paris, Louis Conrad éditeur ou L’Angleterre vassale de l’Allemagne (S.d.n.l.). Notre avenir fut publié avec une préface de G. Clemenceau. Ce dernier y condamnait la non historicité du pangermanisme de l’historien pangermaniste Treitschke (1834-1896) et de son disciple Bernhardi et se refusait à réfuter point par point la doctrine pangermaniste : « [de] ce malheureux Bernhardi, tout doublé qu’il soit du savant Haëckel, si puissant observateur de l’univers, qui se trouve seulement hors d’état de s’observer lui-même », Clemenceau : 1968, p. 5 ; Voir Anthony : 1917, pp. 89-90 et Lanessan : 1918, p. 19.

17 Le Temps, 26 août 1914, p. 2 ; 27 septembre 1914, p. 3 ; 13 octobre 1914, p. 3 ; etc. ; voir Perrier : 1915 ; 1918.

18 Cf les notices biographiques relatives à R. Anthony, in H. V. Vallois, « Notice nécrologique », Bulletins et mémoires de la société d’anthropologie de Paris, t. 2, 1941, pp. 1-12 et Second exposé des titres et travaux scientifiques de M. R. Anthony (1898-1921), Paris, Doin, 1921, 80 p. ; R. Anthony avait déposé en 1941 près de 300 travaux principalement en anthropologie ... Les deux notices insistent sur son fort attachement au néolamarckisme qu’il avait découvert à Lyon dans les années 1895-1896, alors qu’il était étudiant en médecine (p. 8 de la notice nécrologique).

19 Weismann (1834-1914) souffrait effectivement d’une grave maladie des yeux de sorte qu’il fut soustrait aux recherches expérimentales de laboratoire pour se consacrer aux problèmes théoriques de sa discipline. Cf. Buican : 1989, p. 167 ; Delage in Petit : 1916, p. 99 ; « Je n’ai pas attendu la guerre actuelle et les atrocités germaniques pour comprendre que la plupart des gigantesques constructions scientifico-philosophiques de nos voisins de l’est ne sont que des outres gonflées de vent, de billevesées [...]. L’essentiel est de mettre des lunettes et un bonnet, puis l’on monte en chaire et l’on parle gravement. Cela réussit pourvu qu’il y ait des imbéciles qui vous écoutent. Ne dites pas que le mot est trop dur, il ne saurait y avoir de bluff s’il n’y avait pas des imbéciles pour se laisser bluffer », in Le Dantec in Petit : 1916, pp. 243, 244. 250.

20 Parmi les thuriféraires de la force, R. Anthony classe Treitschke, Lamprecht, De Lasson, Ostwald, Von Bernhardi, G. Valois, in Anthony : 1917, pp. 21-23 ; J.-L. de Lanessan pour sa part vise Von Bernhardi, F. Le Dantec, G. Bonnier pour son article « la guerre chez les abeilles » ! paru dans la Revue hebdomadaire du 19 août 1916 ; Lanessan : 1918, pp. 19-20.

21 Perrier : 1914, p. 3 ; Une idée analogue est développée par R. Anthony pour qui la lutte doit se traduire par l’idée de "concurrence vitale sans combat" soit une simple adaptation de l’organisme (individuel ou social) à son milieu lui permettant de réaliser toutes ses potentialités dans la paix. Anthony : 1917, pp. 187-190.

22 Rabaud : 1916, p. 710 ; Voir également Drzewina : 1917(a), p. 95 ; 1917(b), p. 95 ; Lanessan : 1918, p. 21 ; Anthony, 1917, p. 24 ; Perrier : 1915, p. 60.

23 En 1918, il comprenait « MM. Fallières, ancien président de la République, Léon Bourgeois, Charles Dupuy, Maurice Faure et Steeg ». Léon Bourgeois présidait également la société des amis du Muséum. In E. Perrier : 1918, p. XXI.

24 Dans son analyse de la presse des tranchées de la guerre de 1914-1918, S. Audoin-Rouzeau ne fait pas mention d’un quelconque commentaire des « poilus » se rapportant aux argumentations pseudo-scientifiques de la propagande allemande, in Audoin-Rouzeau : 1986, pp. 191-199.

25 « Cette étude mérite d’être signalée, car l’éminent professeur y démontre avec une grande clarté que le principe bismarckien « la force prime le droit » est complètement faux en biologie humaine [...] », citation d’un extrait du Correspondant dans un article anonyme du quotidien Le Temps intitulé « Les intellectuels français et les intellectuels allemands », 3 novembre 1914, p. 2.

26 « Leur race d’après M. de Quatrefages » par Félicien Pascal, Le Correspondant, 25 Septembre 1914, pp. 980-991 ; Voir également une critique acerbe du « naturalisme grossier » et de l’évolutionnisme des milieux scientifiques et des médecins de la fin xixe imputés à une mode allemande par Léon Daudet dans l’article « Hors du joug allemand », in Le Correspondant, 10 janvier 1915, pp. 111-141.

27 Se référer par exemple à Sageret : 1917, p. 250 ; Avant de défendre ses thèses lamarckiennes et ses revendications de « progrès social », l’auteur consacre une partie de son ouvrage à combattre les utilisations par G. Valois ou P. Bourget du néo-fixisme de R. Quinton ; Voir également Ferrière : 1915 ; Chappuis : 1917.

28 Clemenceau : 1968, p. 63 ; on trouve d’autres références aux « soubresauts des races » ou à « l’idéal de civilisation » dans sa préface d’un ouvrage de Jean Destrée (1916) et dans sa déclaration ministérielle à la chambre des députés du 20 novembre 1917 (Clemenceau : 1968, pp. 60, 130-131).

29 J. Léonard, « Eugénisme et darwinisme : espoirs et perplexités chez les médecins français du xixe siècle et du début du xxe siècle », in De Darwin au darwinisme, Paris, Vrin, 1983, pp. 200-201.

30 « Article I – La société a pour but : 1 – La recherche et l’application de connaissances utiles à la reproduction, à la conservation et à l’amélioration de l’espèce : elle étudie en particulier les questions d’hérédité et de sélection dans leur application à l’espèce humaine, les questions relatives à l’influence des milieux, de l’état économique, de la législation, des mœurs sur la valeur des générations successives et sur leurs aptitudes physiques, intellectuelles et morales ; 2 – De concourir au développement des sciences dans leurs parties susceptibles d’application aux études de la société ; 3 – De favoriser éventuellement la formation de sociétés locales ayant le même objet ; 4 – De répandre dans le public les notions favorables aux perfectionnements des générations successives, » L’Eugénique, n° 3, mars 1914, p. 4.

31 L’Eugénique, n° 3, mars 1914, p. 89 ; Lefaucheur in Tort : 1992, pp. 429-430.

32 L’annonce publicitaire était ainsi libellée : « Les conférences de la guerre ; La guerre et la vie de demain » ; Sous ce titre général et qui indique assez clairement leur esprit une série de conférences organisées par « L’Alliance d’hygiène sociale » que préside Léon Bourgeois et données avec le concours de « l’Association des infirmières visiteuses de France » et de la « Society of friends » de Londres, sera donnée au cours de 1915 dans la salle du Musée social, 5 rue Las Casas. Les noms des conférenciers sont les suivants : René Viviani, président du Conseil, A. Ribot, de l’Académie française et ministre des finances, Henri Bergson, de l’Académie française, Emile Boutroux, de l’Académie française, F. Buisson, Pr Chauffart, de l’Académie de médecine, Paul Flat, Arthur Fontaine, E. Fuster, marquise de Ganay, Charles Gide, Gabriel Hanotaux, de l’Académie française, Pr Landouzy, de l’Institut, Ernest Lavisse, de l’Académie française, Louis Liard, de l’Institut, Léopold Mabilleau, Mlle Milliard, Dr Matthieu, Pr Pinard, de l’Académie de médecine, Joseph Reinach, Risler, Rist, Dr Roux, de l’Institut, Mlle Jules Siegfried, Paul Strauss, sénateur. », Revue scientifique, 2 au 9 janvier 1915, p. 2.

33 Ch. Richet, « La sélection humaine », in Eugénique et sélection (ouvrage collectif), Paris, F. Alcan, 1922. Dans cet article d’après-guerre, il délivre quelques points de définition et quelques aspects de sa doctrine eugéniste : "« Toute sélection doit être prolongée, pendant longtemps, très longtemps, si l’on veut obtenir quelques résultats durables [...]. C’est dans ce sens que le lamarckisme et le darwinisme [...] se confondent. L’influence transformatrice du milieu, c’est le lamarckisme. La transmission héréditaire des transformations ainsi effectuées, c’est le darwinisme. [...] Cette transformation ne devient héréditaire que si pendant un temps extrêmement long, le milieu transformateur continue à exercer son influence. [...] N’ayons pas l’immodeste prétention de vouloir créer un surhomme, une variété nouvelle de la race humaine. Car, même si cela était possible – ce qui est plus que douteux – on risquerait de commettre quelque grave erreur, quelque lourde ommission qui rendraient cette race nouvelle peu viable, ridicule peut-être. Soyons plus barrés dans nos désirs. Cherchons la sélection en laissant l’homme tel qu’il est, mais en choisissant parmi les hommes, c’est-à-dire en prenant les meilleurs, de manière à créer non une humanité différente de l’humanité présente, mais une humanité constituée par les meilleurs types de l’humanité présente. » (pp. 37, 40).

34 Dr J. Héricourt, Les Maladies de la société (...), p. 237.

35 Dr J. Héricourt, Les Maladies de la société (...), pp. 275-276.

36 Citation du Progrès médical du 25 mai 1918, pp. 187-188 par Léonard in Conry : 1982, p. 207 ; Binet Sanglé : 1918. Ce médecin était l’auteur de plus de trente articles et ouvrages couvrant des champs aussi divers que l’anthropologie, l’anatomie, la psychologie, la pathologie, l’hygiène, etc. En page de garde, son ouvrage se voulait sous les auspices de Darwin et de La Descendance de l’homme (p. 70 de l’édition de 1891) : « Les personnes légèrement imbéciles tendent à se laisser guider en tout par la routine et l’habitude, et on les rend d’autant plus heureuses qu’on encourage cette disposition. »

37 Héricourt : 1918, pp. 192-194 ; Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, séances du 11 février 1915, intervention de M. Jobert, (p. 123) et du 12 février 1915, intervention de M. César Trouin, (p. 143).

38 Journal officiel, Débats parlementaires, Chambre des Députés, séances du 26 juin 1915, intervention de M. A. Bouge (débats et refus d’adoption de l’amendement, pp. 1007-1008).

39 Voir les propositions de Malvy, ministre de l’Intérieur, Brisac, directeur de l’assistance et de l’hygiène publique, des docteurs Barrier, Pinard (de l’Académie de médecine) et Henrot (maire de Reims), in Lejeune : 1915, pp. 61-66 ; Sur ces faits voir les travaux récents de Audoin-Rouzeau : 1995.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site