Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale

 | 
Li Ma

Conclusion

Le retour en Chine des travailleurs chinois de la Grande Guerre : quel héritage ?

Marianne Bastid-Bruguière

Résumé

Sur la base de sources d’archives et de témoignages de terrain, l’enquête porte sur le rapatriement et la réinsertion des 36 941 travailleurs chinois recrutés par le gouvernement français et des 93 474 recrutés par le gouvernement britannique. 3 000 avaient été rapatriés avant juin 1918 pour raison sanitaire ou disciplinaire, 20 000 le furent aussitôt après l’armistice. Puis la nécessité de nettoyer les champs de bataille ralentit les départs. Mais dès l’automne 1919, la vague de violence entre Chinois et population locale sur l’ancienne zone de front et la crise économique précipitent le rapatriement d’une main-d’œuvre devenue « indésirable ». Moins de 3 000 restèrent en Europe, par choix, après janvier 1922. 3 103 étaient morts en Europe ou au cours du voyage, surtout de maladie. Parmi les quelque 124 000 rapatriés, à part les interprètes et environ 8 000 travailleurs plus qualifiés, la totalité était illettrée au départ. Le niveau d’instruction s’est peu amélioré car les initiatives en ce domaine ont été tardives et très épisodiques. Isolés dans leurs campements, les travailleurs n’eurent quasiment aucun contact avec le mouvement ouvrier français ou anglais. Leur combativité organisée, manifeste surtout dans le contingent français avec la fondation de l’Association des travailleurs chinois en octobre 1919, est l’effet d’une évolution interne à la communauté sous l’impulsion de Li Shizeng et de l’élite chinoise expatriée en France. Toutefois, l’apprentissage réel d’une action ouvrière de type syndical est limité à quelques dizaines d’individus. L’adhésion au communisme ne touche qu’un très petit nombre de travailleurs restés en France après 1922. Les travailleurs des contingents français et anglais de la Grande Guerre n’ont quasiment joué aucun rôle direct dans la lutte ouvrière ou révolutionnaire sur leur sol natal. En revanche, leur présence en France a permis aux jeunes intellectuels chinois venus étudier dans ce pays d’entrer en contact réel avec le monde ouvrier et de placer ses nouveaux problèmes au cœur du débat politique chinois.

Texte intégral

1Les travailleurs chinois de la Grande Guerre n’ont encore fait nulle part leur apparition dans les manuels scolaires. Il est pourtant inexact et, me semble-t-il, abusif de prétendre qu’ils ont été bannis de la mémoire collective et ignorés ou négligés par les historiens.

  • 2 Archives du ministère des Affaires étrangères (citées ensuite AE), E 49, folio 37, Lettre de Tcheng (...)

2En ce qui concerne la mémoire collective, il faut rappeler que dès 1920, tout en spécifiant que le budget de l’État ne pouvait en assumer la charge, le gouvernement français était prêt à donner toutes facilités aux autorités ou associations chinoises pour rassembler leurs morts dans un même cimetière et entretenir les tombes. À l’époque, déchirés par la guerre civile, les interlocuteurs chinois abandonnèrent leur idée. Elle fut reprise en 1925, avec la demande d’ériger un monument et d’autres demandes relatives aux pensions et rapatriements. Elle reçut également une réponse positive, sans engagement financier, en ce qui concerne cimetières et monument2. Le gouvernement britannique avait, quant à lui, dès la fin de la guerre, intégré les morts de son contingent chinois aux cimetières militaires dont l’Imperial War Graves Commission, créée en 1917, avait la charge.

  • 3 Summerskill M., China on the Western Front, Londres, Michael Summerskill, 1982.
  • 4 Chen San-ching, Huagong yu Ouzhan 與歐戰 (Les travailleurs chinois et la Première Guerre mondiale), (...)

3Pour ce qui est des études savantes, je me bornerai à citer ici deux ouvrages majeurs, fondés sur l’exploitation méthodique des archives et d’autres sources documentaires, qui sont exclusivement consacrés à ces travailleurs chinois de la Grande Guerre. Le premier est le livre de l’auteur anglais Michael Summerskill, paru en 1982, China on the Western Front, qui utilise principalement les archives anglaises3. Le second est l’ouvrage fondamental de l’historien taiwanais Chen San-ching, publié en 1986, Huagong yu Ouzhan 與歐戰 (Les Travailleurs chinois et la Première Guerre mondiale)4, qui utilise les archives du ministère chinois des Affaires étrangères et celles des compagnies de recrutement conservées à Taipei, ainsi que des archives françaises, des archives anglaises et de nombreuses sources imprimées en diverses langues. Beaucoup d’autres travaux plus spécifiques ont étudié le sujet et apporté des précisions complémentaires sur le recrutement, le transport, la gestion, les conditions de vie et de travail de cette main-d’œuvre.

4Cependant, dans cette littérature historique sur les travailleurs chinois de la Grande Guerre, le retour au pays, qui fut pourtant le destin commun de l’énorme majorité d’entre eux, a assez peu retenu l’attention jusqu’ici. C’est pourquoi j’ai pensé utile de l’examiner spécialement dans cette contribution. En effet, la question a une certaine importance pour mesurer et définir la signification historique de l’aventure collective et individuelle des travailleurs chinois de la Grande Guerre.

  • 5 Li Yongchang 李永昌 Lü E huagong yu shi yue geming 旅俄华与十月革命 (Les travailleurs chinois en Russie et l (...)
  • 6 AE, E 42, folios 159-160, note de Bradier sur la visite du chargé d’affaires de Chine, Paris, 4 aoû (...)
  • 7 Zhang Xunhou 张允侯,, Yin Shuyi 殷叙彝, Li Junchen 李峻晨 éds., Liufa qingong jianxue yundong 留法勤俭学运动 (Le m (...)
  • 8 AE, E 37, folio 11, Lettre du ministre de la Guerre au ministre des Affaires étrangères, Paris, 8 j (...)

5Je me limiterai aux travailleurs recrutés par le gouvernement français et le gouvernement britannique. Les travailleurs chinois présents en Russie, plus nombreux, ont fait l’objet d’un bon livre paru en chinois5. Depuis le printemps 1917, 40 000 d’entre eux avaient été évacués par la Sibérie. Puis, la guerre civile coupant les communications, un millier arrivaient à Constantinople en août 1919, convoyés par un diplomate de la légation de Chine à Petrograd qui sollicitait les gouvernements alliés de les employer ou de les rapatrier par mer6. Quelques-uns réussirent à gagner l’Europe occidentale : on signale ainsi, fin 1920, un ferronnier arrivé de Russie en 1919 aux Établissements Schneider à Harfleur7. Mais beaucoup restèrent plus longtemps en Russie et eurent sur la vie politique chinoise une action directe certainement plus marquante que leurs compatriotes du front occidental. Quelques dizaines de Chinois expulsés des Empires centraux après l’entrée en guerre de la Chine furent rapatriés par les Alliés, tel fut le cas de 43 travailleurs expulsés d’Autriche-Hongrie à la fin de 19178.

6En 1922, un jeune publiciste chinois éduqué en Angleterre, Diao Minqian 刁敏谦, écrivait des travailleurs envoyés sur le front occidental :

  • 9 Tyau Min-ch’ien T.Z., China Awakened, New York, Macmillan Company, 1922, p. 239-240.

Ces hommes sont entièrement différents de ce qu’ils étaient avant leur départ de Chine. Ils ont vu le monde et ont peut-être vu aussi plus de la vie réelle que nous ne prétendons en avoir vu nous-mêmes. Leur horizon mental s’est élargi, et ils sont plus ou moins éduqués. Dans leur propre domaine, ils sont devenus des experts, et ils ont appris quelque chose de l’organisation et du travail d’équipe. Ils savent la valeur de la coopération et comprennent le sens de l’efficacité, clé moderne de la réussite industrielle9.

7Il les voyait imposant l’amélioration des conditions de travail et contribuant au développement rapide d’une économie industrielle moderne en Chine. Cette vision optimiste a été largement véhiculée à l’époque et plus tard. J’ai essayé de la confronter avec la réalité que découvrent les archives et les documents aujourd’hui disponibles.

Le rapatriement : une expérience chaotique et frustrante

8Un premier point à éclaircir concerne les dispositions relatives au rapatriement prévues dans les contrats d’embauche.

  • 10 Sur les attributions et l’organisation de ce service : Archives du Service historique de la Défense (...)

9D’une façon générale, le contingent des travailleurs recrutés par les Anglais a été plus étudié que celui recruté par les Français. Une raison de cette différence tient à la dispersion des archives concernant le contingent français, et surtout au fait que le fonds le plus important, celui du Service d’organisation et de surveillance des travailleurs coloniaux en France (SOSTC), qui centralisait toute la gestion et la surveillance de ce contingent, n’a pas été conservé. Ce service, créé le 1er janvier 1916, au sein du ministère de la Guerre sous la Direction des troupes coloniales, comme service spécial provisoire, d’abord sans budget propre, pour gérer les travailleurs recrutés dans les colonies françaises et en Chine, a été abrité dans divers endroits. Il s’installa en premier lieu boulevard Saint-Germain, puis avenue La Bourdonnais, et disparut au début de 192210. On est obligé de reconstituer son activité à partir de correspondances et circulaires adressées à d’autres services. Je me suis appliquée à cette tâche, mais de façon encore incomplète.

  • 11 Chen T., Chinese migrations. With special reference to labor conditions, (reprint Taipei, Cheng Wen (...)
  • 12 SHD, 7 N 435, Lettre du ministre des Affaires étrangères au ministre de la Guerre, Paris, 11 juin 1 (...)
  • 13 On trouve une bonne vue d’ensemble dans SHD, 6 N 111, Rapport au Sous-Secrétaire d’État de la Prési (...)
  • 14 SHD, 5 N 134, no 186 bis, Note de la Direction des troupes coloniales pour le ministre de la Guerre (...)

10Contrairement à ce qu’assurent beaucoup d’auteurs, sur la foi du livre de Chen Ta11, souvent cité, mais fréquemment inexact, les travailleurs chinois du contingent français furent tous employés en France, mais ne furent pas tous régis par le même contrat, à la différence des travailleurs chinois des Anglais. Le modèle des contrats d’embauche français n’était pas le contrat anglais pour les mines d’or d’Afrique du Sud en 1904-1905, mais un contrat plus récent et moins dur utilisé par les Américains aux îles Samoa en 1909 et 191112. Les termes furent d’ailleurs longuement négociés et souvent révisés pour satisfaire à la fois les exigences de garanties de la partie chinoise et celles de conformité à la législation du travail et de protection de la liberté ouvrière imposées par le ministre français du Travail, le radical-socialiste Métin, et par la Commission interministérielle de la main-d’œuvre, présidée par le sénateur Henry Bérenger, où siégeaient des délégués de la CGT, et dont les réunions, plusieurs fois par semaine, suivaient de très près les problèmes afférents à la main-d’œuvre étrangère13. Une clause des contrats d’embauche prévoyait que l’engagement pouvait être résilié au gré de l’employeur au bout de trois ans, pour permettre de renvoyer les ouvriers jugés inutiles une fois la guerre terminée14. Dans la plupart des contrats français, l’engagement était en effet de cinq ans.

  • 15 AE, E 41, folio 72, Télégramme du chargé d’affaires de Martel, Pékin, 25 septembre 1916 ; folio 84, (...)
  • 16 Ce point est confirmé par un étudiant chinois venu visiter les travailleurs chinois de l’usine de m (...)
  • 17 SHD, 19 N 1397, Lettre de Boschetti, chef du SOSTC, aux directeurs d’établissements employant de la (...)
  • 18 AE, E 42, folio 154, Télégramme de Boppe, Pékin, 25 janvier 1919 ; folio 155, Télégramme de Boppe, (...)
  • 19 AE, E 42, folios 178-179, Dépêche du consul général Beauvais, Canton, 17 mars 1920.

11Cependant, 440 ouvriers spécialisés recrutés par la mission Truptil à Shanghai, et 105 par le canal de l’entreprise française Gérin-Drevard à Canton et Hong Kong, en octobre 1916, avaient un engagement de deux ans seulement15. D’autres avaient un engagement de trois ans16. Dans l’été 1918, le SOSTC s’était préoccupé de rapatrier ceux de ces travailleurs qui le souhaitaient et de proroger les contrats de ceux qui désiraient rester. La demande de prolongation devait être d’au moins six mois, au plus de deux ans, accompagnée de l’engagement du service employeur de garder le travailleur jusqu’au terme prévu de la prolongation, sauf cas de renvoi disciplinaire17. La plupart des travailleurs venus de Shanghai ne prolongèrent pas leur séjour et débarquèrent dans cette ville au début de janvier 191918. Les travailleurs recrutés par Gerin-Drevard arrivèrent à Canton au début de mars 192019.

  • 20 C’est le chiffre donné par le lieutenant Lucien Weil, qui faisait partie du personnel du SOSTC, dan (...)
  • 21 Nogaro B., Weil L., op. cit., p. 25.
  • 22 Un rapport du début juin 1918 précise que 1115 travailleurs chinois du contingent français ayant ro (...)
  • 23 Il semble n’y avoir eu aucune exécution parmi le contingent recruté par les Français. En revanche, (...)

12Le total des travailleurs recrutés par le gouvernement français s’élevait à 36 941 hommes20. Au 1er octobre 1918, il en restait 35 10921. La différence de 1832 représentait pour 61 % des rapatriements pour raison disciplinaire ou sanitaire22, et le reste des décès, surtout par maladie, et parfois à la suite de rixes ou d’accidents23.

  • 24 AN, AP 94/123, Ministère de l’Armement, rapport mensuel de la Direction de la main-d’œuvre pour sep (...)
  • 25 AE, E 37, folio 104, Dépêche du consul à Yunnanfu, 31 janvier 1919. Des hommages ont été récemment (...)
  • 26 Chen San-ching, op. cit., p. 159, 165-166.

13Il faut préciser encore qu’en dehors des contingents recrutés en Chine par les gouvernements britannique et français, un certain nombre de Chinois ont, de leur propre initiative, participé à l’effort de guerre en France et en Angleterre. Il s’agit essentiellement de personnes qui se trouvaient déjà dans ces deux pays lors de l’éclatement du conflit. Un rapport de septembre 1918 mentionne, par exemple, deux femmes chinoises parmi le personnel employé par les établissements privés français travaillant pour la défense24. On connaît aussi le cas de Ma Yipao, un jeune Chinois formé en France, qui y revint, de son Yunnan natal, en passant par l’Indochine, pour s’engager dans la légion étrangère, y perdit la vie et fut décoré à titre posthume25. Dans les sources tardives et la littérature secondaire, la présence de ces travailleurs supplémentaires, employés seulement dans les usines en temps de guerre et à la reconstruction d’après-guerre, embrouille les statistiques, en particulier le recensement exact des travailleurs des contingents gouvernementaux qui échappèrent au rapatriement. En effet, les travailleurs indépendants, qui n’avaient aucun droit au rapatriement, ont revendiqué ce droit lorsque la situation de l’emploi devint difficile, et tentèrent alors, parfois avec succès, de se faire assimiler aux travailleurs des contingents gouvernementaux26.

  • 27 Summerskill M., China on the Western Front, (Londres, 1982), p. 197.
  • 28 AE, E 42, folios 157-158, Dépêche du consul à Liverpool, 19 juin 1919.

14Les Anglais engagèrent le rapatriement progressif de leur contingent dès le lendemain de l’armistice, soucieux de réduire au plus vite leurs dépenses. 8 439 de leurs travailleurs étaient déjà partis à la fin mars 191927. En juin 1919, les quelques centaines de Chinois laissés en Angleterre furent touchés par la mesure générale qui, à la suite d’agressions répétées contre les Noirs, ordonnait le rapatriement immédiat de tous les travailleurs étrangers employés sur le sol anglais pendant la guerre28.

  • 29 SHD, 5 N 262, Lettre de Foch à Clémenceau, 13 juin 1919 : 7 N 2288, Vœu émis le 26 juin 1919 par la (...)

15Les autorités françaises, au contraire, retardèrent les rapatriements. Contrairement à ce qu’écrit Chen Ta, la raison n’en était pas la durée prévue par les contrats, car, de fait, dans la plupart des cas la clause de résiliation s’appliquait : 7 000 furent d’ailleurs rapatriés dans les premiers mois de 1919. Le vrai motif est qu’on avait besoin de main-d’œuvre pour nettoyer les champs de bataille et procéder aux travaux de reconstruction dans toutes les régions dévastées par les combats. C’est du reste sous la pression des militaires français que les autorités militaires britanniques conservèrent la plus grande partie de leurs travailleurs chinois pendant l’année 1919, pour les aider à nettoyer leur zone dans le Nord de la France, conformément à la décision prise par le Conseil suprême des armées alliées le 8 août 1919, à l’instigation de Foch29. Cette décision imposait à chaque armée alliée la destruction et l’enlèvement des munitions dans la zone qu’elle occupait lors de l’armistice.

  • 30 SHD, 7 N 1297, Procès-verbal de la réunion du 18 octobre 1919 au ministère de la Reconstruction ave (...)

16De leur côté, les travailleurs n’étaient pas pressés de regagner leur patrie. Beaucoup pensaient que l’arrêt des combats rendait leur séjour moins dangereux et que la paix allait leur offrir des occasions de travail plus rémunérateur, dans l’industrie. Lors des embarquements, ils cherchaient à s’évader30.

  • 31 SHD, 7 N 1297, Bonneuil, chef du Services des travailleurs coloniaux, au chef du Service de liaison (...)

17Cependant, les opérations de nettoyage et la crise économique provoquèrent des difficultés telles, qu’elles précipitèrent un rapatriement définitif. En effet, pour ces opérations dans le Nord, le Pas de Calais et la Somme, les campements des Chinois anglais et des Chinois français, jusqu’alors totalement séparés car toujours situés dans la zone respective de commandement des armées britanniques et françaises, se trouvèrent rapprochés, et en mouvement constant. Les travailleurs chinois en profitèrent pour passer d’un campement à l’autre, échanger leurs vêtements, profiter de la nourriture, de la meilleure paie et des facilités de sortie des camps français, échapper à la surveillance et se livrer à des brigandages31. L’arrêt des combats entraînait aussi un relâchement naturel de la discipline et de la crainte qui maintenait les travailleurs dans l’enfermement des camps. D’autre part, dans les départements français et en Belgique, la population locale rentrée dans ses foyers libérés était prompte à attirer les Chinois chez elle, soit pour des raisons mercantiles (vente de boissons, d’images pornographiques, prostitution et autres trafics), soit par sympathie.

  • 32 SHD, 19 N 1397, Note du quartier général de la 8e armée, 3 novembre 1916.
  • 33 Un relevé destiné à la conférence du 18 octobre 1919 au ministère de la Reconstruction avec le géné (...)

18De cette situation naquit une vague de violence et de criminalité dont les Chinois n’avaient jusqu’alors jamais donné l’exemple. Il y avait eu, surtout à leur arrivée en 1917, des incidents violents avec mort d’hommes, mais assez peu nombreux, presque toujours à l’intérieur des camps : soit contre d’autres travailleurs étrangers (notamment des batailles rangées contre les Kabyles), soit entre Chinois (entre gens du Nord et Cantonais32), soit contre leurs supérieurs européens. Cette nouvelle violence tournée contre le monde extérieur aux camps, souleva aussitôt des protestations véhémentes Par Li et sede la population, qui pourtant l’avait souvent provoquée. Bien que sanctionnée par des poursuites judiciaires et des condamnations devant les tribunaux ordinaires33, elle alarma les autorités locales, et nourrit de virulentes campagnes de presse. Elle inquiéta aussi les commandements militaires, d’autant que la main-d’œuvre chinoise se montrait très peu efficace pour le travail de déminage et désobusage.

19Au retour d’une inspection, Pétain écrivait crûment à Clémenceau, le 25 septembre 1919, pour dénoncer les graves inconvénients de la présence des Chinois :

  • 34 SHD, 7 N 2289, Pétain à Clémenceau, 25 septembre 1919. Ce carton contient aussi de nombreuses plain (...)

Le rendement de cette main-d’œuvre est pour ainsi dire nul. De plus ils sont une source constante d’incidents. La population unanime demande leur éloignement, pas seulement en Artois, mais aussi dans l’Est… Leur rapatriement s’impose à bref délai. Je sais que le ministre de la Reconstruction a le même avis34.

20Une réunion est convoquée le 18 octobre 1919 au ministère de la Reconstruction par le ministre Lebrun pour remédier aux problèmes créés par les Chinois et régler « le rapatriement complet d’une main-d’œuvre indésirable ». Le général Gibb, représentant le chef de l’armée britannique en France et en Belgique, y souligne que la plupart des crimes ou vols sont le fait de « Chinois français » mal surveillés et « trop gâtés ». Les officiers français observent que le nettoyage pratiqué par les Britanniques consiste surtout à récupérer les munitions utilisables, au lieu de détruire les engins dangereux. Le général anglais réplique que, ne disposant plus de prisonniers de guerre allemands pour cette opération, il est contraint d’y employer les Chinois avec de moindres résultats.

21Boschetti, chef du Service des travailleurs coloniaux s’efforce en vain de défendre les Chinois. Ils donnent ordinairement d’excellents résultats, dit-il. Dans l’intérieur où ils sont 18 000, personne ne s’en plaint, et au Creusot où il y en a 2 000, on en redemande.

  • 35 SHD, 7 N 1297, Procès verbal de la réunion du 18 octobre 1919 au ministère de la Reconstruction.
  • 36 SHD, 7 N 1297, Note de l’État-major de la 1e CA au chef du Service de liaison franco-britannique à (...)

22En conclusion, il est décidé de séparer rigoureusement les camps et d’accélérer l’évacuation des Chinois35. L’armée britannique rapatrie les siens au rythme de plus de 15 000 par mois. Le 20 novembre 1919, tous les Chinois français du Pas-de-Calais sont embarqués à Marseille, sauf 544 laissés dans les usines et les mines36.

  • 37 SHD, 7 N 2289, Lettre du ministre de la Guerre au ministre des Affaires étrangères, 8 novembre 1919 (...)
  • 38 Ibid., Rapports du Service de liaison franco-britannique à Wimereux des 31 octobre 1919, 17 mars et (...)
  • 39 Summerskill M., op. cit., p. 199.

23Comme au 31 octobre 1919, il restait en France 54 000 Chinois anglais, Clémenceau avait jugé utile de saisir le gouvernement britannique par la voie diplomatique pour hâter leur départ37. Au 17 mars 1920, ils n’étaient plus que 3 070 à attendre l’embarquement, y compris des condamnés par la justice. Les 60 derniers quittèrent Le Havre le 19 avril 192038. Les derniers rapatriés par les Anglais arrivèrent en Chine, à Qingdao, le 13 septembre 192039.

  • 40 SHD, 7 N 1297, Procès-verbal de la réunion du 18 octobre 1919 au ministère des Régions libérées pou (...)
  • 41 SHD, 7 N 1297, Lettre de l’état-major de la Section franco-britannique à l’officier chef de service (...)
  • 42 On en trouve l’écho dans de nombreux récits de visites effectuées par des Chinois dans des usines f (...)
  • 43 Contrairement à l’allégation de Chen T., op. cit., p. 154, le ministère de l’Intérieur n’a pas « in (...)
  • 44 Liufa yundong, vol. 2, p. 260-261, 890-894 (documents publiés en novembre 1919 et lettre du Préfet (...)

24Sur le contingent français, il restait 28 000 hommes en France au milieu d’octobre 191940. Les 10 000 employés dans les régions libérées, composés en grande partie « d’indisciplinés », sont rapatriés avant la fin de 191941. Ces mesures, prises souvent de façon expéditive, en prétextant la moindre incartade des travailleurs pour les envoyer au dépôt de Marseille où, entassés dans des conditions insalubres et sévères, ils devaient se nourrir à leurs frais en attendant leur embarquement, semèrent indignation et panique parmi les ouvriers chinois employés par la France, dont beaucoup comptaient prolonger leur séjour en bénéficiant de salaires plus élevés42. Quelques ouvriers avaient d’ailleurs épousé des Françaises. D’autres les imitèrent. Devant l’extension du phénomène et l’impossibilité d’obtenir d’une part la preuve que ces hommes n’étaient pas déjà mariés en Chine et d’autre part l’agrément de leur famille à leur union avec une Française, conditions exigées par un règlement chinois du 1er janvier 1919, le ministère de l’Intérieur avait publié des avis pour dissuader les Françaises d’épouser des Chinois43. Ces mises en garde, dénoncées comme une humiliation par des personnalités et des journaux chinois, attisèrent encore l’inquiétude. Une partie des ouvriers s’organisa alors en une Association des travailleurs chinois en France (Lüfa huagonghui 旅法华会), fondée à Paris le 11 octobre 1919 et enregistrée comme association de la loi de 1901 le 18 novembre 191944.

  • 45 Liufa yundong, vol. 2, p. 274 : récit du journaliste anarchiste Xiao Zisheng 萧子升, qui était alors à (...)
  • 46 Ibid., vol. 2, p. 275-276, 282-284.

25Avec l’appui de leur légation et de personnalités chinoises très introduites dans les milieux français, spécialement Li Shizeng (1881-1973), ami de Moutet, d’Herriot et de Painlevé, les dirigeants de l’association s’efforcent d’obtenir l’autorisation de rester en France en relevant désormais du ministère du Travail et non plus de celui de la Guerre, tout en conservant le droit à un rapatriement futur prévu par leur contrat. Les parlementaires socialistes sont alertés par Li Shizeng. Léon Jouhaux lui-même se laisse convaincre d’accompagner les chefs de l’Association des travailleurs chinois pour remettre une pétition à Clémenceau le 15 janvier 192045. De jeunes journalistes chinois et des protégés de Li Shizeng s’emploient à obtenir le soutien de la presse et de personnalités politiques françaises proches du ministère qui succède à Clémenceau. Mais la vague de grèves qui agite le pays rend le nouveau cabinet circonspect. L’activité que déploie l’Association des travailleurs pour susciter l’adhésion des ouvriers chinois dans les usines et groupements suscite l’inquiétude des autorités militaires. Dans plusieurs groupements de travailleurs chinois, affiches, conférences et réunions sont interdites au début de 1920. Pan Zhendong 潘振东, le chef de l’association, est même arrêté quelques jours en mars 1920, alors qu’il menait campagne dans le Nord pour faire signer un « Appel » au gouvernement français. L’intervention des députés Moutet et Lafont permet de le libérer et de réfuter l’accusation de « bolchévisme » portée à son endroit46.

  • 47 Sur ces deux organismes (Faguo huaqiao xieshe 法国华侨协社 et Guoji pinghe cujin hui 国际平和促进会),voir les do (...)
  • 48 Ibid., vol. 2, p. 277-278, récit de Xiao Zisheng, et p. 300-305, reportage de Li Huang 李璜,du 15 avr (...)
  • 49 Ibid., vol. 2, p. 298, récit de Xiao Zisheng.
  • 50 Ibid., vol. 2, p. 308, avis des dissidents ; vol. 2, p. 335, récit de Yuan Zizhen 子贞, un des chefs (...)
  • 51 Tous les événements mentionnés ci-dessus ne sont connus que par des documents chinois. Je n’ai pu e (...)
  • 52 Liufa yundong, vol. 2, p. 278-279, récit de Xiao Zisheng.
  • 53 Ibid., p. 310-319, divers documents sur l’activité ; vol. 2, p. 336, récit de Yuan Zizhen.
  • 54 Je n’ai pas retrouvé dans les archives de la Guerre les documents relatifs à cette question, mais l (...)

26À la suite d’une grande réunion de la communauté chinoise en France sur le problème des travailleurs, tenue le 6 avril 1920 à Paris à l’initiative de deux organismes créés l’année précédente par Li Shizeng, la Fédération franco-chinoise et la Société pour la promotion de la paix internationale47, il est décidé de saisir le gouvernement de Pékin pour exiger une action diplomatique énergique et de mener une campagne de pétitions auprès des autorités et du parlement français48. Le 26 mai 1920, accompagné de Moutet, Zhang Puquan 张溥泉 (prénom usuel : Ji 继, 1882-1947), ancien président du parlement, effectue une démarche « au nom des citoyens chinois de France » auprès de Millerand. Le président du Conseil lui promet seulement d’étudier la création d’un organisme nouveau chargé de gérer tous les travailleurs étrangers49. Dès le 10 avril, l’Association des travailleurs s’est divisée. Beaucoup craignent qu’une action publique trop bruyante ne compromette leur avenir, et refusent de verser les 1 000 francs que le consulat chinois exige comme caution pour leur rapatriement ultérieur en tant que « travailleur libre »50. La pétition sur laquelle Pan Zhendong a recueilli 4 000 signatures n’est diffusée, semble-t-il, que dans la presse chinoise51. Pan est reçu le 26 avril au ministère du Travail et écrit le 5 mai au ministre, qui se borne à l’assurer qu’il a demandé à son collègue de la Guerre d’améliorer le traitement réservé aux travailleurs chinois52. Les parlementaires français invitent d’ailleurs leurs amis chinois à modérer leurs exigences, vu la montée du chômage et les ravages de l’inflation pendant l’année 1920. Dans l’été, Pan Zhendong et ses amis essaient de ranimer le combat pour un nouveau contrat de travailleur libre. Mais trois mois plus tard l’ardeur s’est éteinte, du fait de la hausse du coût de la vie, des difficultés d’emploi et des rapatriements opérés par les autorités militaires53. Les départs continuent au cours de 1921. Finalement, le ministère de la Guerre décida que tous les travailleurs chinois, même ceux qui étaient en situation irrégulière pour avoir quitté leur travail, seraient rapatriés gratuitement jusqu’au 15 février 1922. Passé ce délai, ils perdraient le bénéfice du retour gratuit54.

  • 55 AE, E 491, Rapport du capitaine Brissaud Desmaillet au ministre de la Guerre sur les Chinois en Fra (...)
  • 56 Liufa yundong, vol. 2, p. 336.
  • 57 Levine M. A., Chen Sanjing, The Guomindang in Europe : a sourcebook of documents, Berkeley, Institu (...)

271850 restèrent en France avec un contrat d’embauche, parmi lesquels 70 seulement avaient une femme française55. Un millier d’entre eux, selon un dirigeant de l’Association des travailleurs, avait déposé la caution de mille francs au consulat pour le retour futur56. Un millier, qui venaient surtout du contingent anglais, restèrent aussi, mais se dispersèrent vers d’autres pays européens. En 1929, il ne restait en France que 1 000 travailleurs chinois de la Grande Guerre57.

  • 58 Wou, Piontchong (Wu Benzhong 吳木中), Les travailleurs chinois et la Grande Guerre, Paris, Pedone, 193 (...)

28Sur le total initial des 36 941 hommes du contingent français arrivé en France, on peut estimer que 34 000 regagnèrent la Chine, 1081 étaient morts, surtout de maladie. Avec les 91 379 travailleurs du contingent britannique revenus vivants58, c’est donc plus de 125 000 travailleurs qui ont regagné leur pays.

Des acquis modestes et surtout de l’ordre du vécu

29Que rapportaient-ils chez eux ? Qu’avaient-ils appris ou gagné pendant leur séjour ? En quoi étaient-ils différents des hommes partis quelques années plus tôt ? Sur cette question, on a peu de témoignages des intéressés eux-mêmes et les sources annexes sont très lacunaires, souvent peu fiables. Le tableau qui en ressort est celui de gains fort modestes à tous égards.

Instruction

  • 59 Outre le témoignage des agents recruteurs, qui chez les Anglais recouraient toujours aux empreintes (...)
  • 60 SHD, 7 N 161, Circulaire du SOSTC du 27 juillet 1918.
  • 61 Selon la proposition de Truptil et de la légation, l’armée française avait créé des écoles à Pékin (...)
  • 62 Zhang Yan, Niu Fengyu, Recueil inédit de témoignages sur 18 travailleurs chinois recueillis au Shan (...)

30Il faut d’abord rappeler que la plupart ne sont restés que trois ans, dix à quinze mille au plus ont séjourné cinq ans en Europe. Au départ, ils étaient en très grande majorité de simples manœuvres illettrés59. Ils savaient en général reconnaître les caractères de leur nom60, mais on ne comptait guère que 7 000 à 8 000 hommes sachant vraiment lire et écrire. Parmi eux se trouvaient environ 300 interprètes61, quelque 2 000 ouvriers spécialisés et des jeunes gens issus de familles un peu plus aisées, qui avaient saisi l’occasion pour partir à l’étranger. Les témoignages recueillis par Zhang Yan et Niu Fengyu en donnent des exemples62.

  • 63 C’est à cette date que l’armée britannique demande et obtient des autorités militaires françaises l (...)
  • 64 Wou P., op. cit., p. 25.
  • 65 Fufa, vol. 1, p. 152, reportage du journal Chenbao, 3-8 avril 1921 ; vol. 1, p. 255, enquête du Bur (...)
  • 66 Voir le témoignage de Chen Weixin 陈维新, qui avait justement mené une telle expérience d’avant-garde, (...)
  • 67 Shiu Wentang, Les organisations politiques des étudiants chinois en France dans l’entre-deux-guerre (...)
  • 68 Chen T., op. cit., p. 154.

31Les programmes d’éducation mis en œuvre par la YMCA, la Société d’éducation franco-chinoise et l’armée française commencèrent assez tard, eurent une extension restreinte et donnèrent des résultats limités. La YMCA, qui fit une énorme propagande autour de son entreprise, sur le moment et plus tard, ne débuta son travail auprès des Chinois qu’en juillet 191863. 90 « cabanes » furent ouvertes dans des localités diverses où les Chinois travaillaient sous commandement anglais ou américain, car les Français prêtèrent 10 000 Chinois à l’armée américaine pendant l’année 191864. Ces clubs offraient surtout des cantines, un petit magasin de produits chinois où les commerçants venus de Wenzhou se firent de bons revenus, des concerts, des jeux, de la gymnastique, du cinéma. Les cours du soir portaient sur l’anglais de base, très rarement sur le français car les étudiants chinois qui y enseignaient étaient anglophones. S’y ajoutaient l’enseignement de connaissances générales et, dans certains cas, l’apprentissage de la lecture et de l’écriture chinoise. Ces cours n’attiraient qu’une minorité des travailleurs et n’existaient qu’en certains endroits, notamment pour les cours d’alphabétisation en chinois65. Il n’était pas rare que les travailleurs soient forcés d’interrompre leur apprentissage à cause des fréquents déplacements des camps après l’armistice. Le plus souvent, on n’enseignait que 600 caractères chinois, alors que 1 500 sont nécessaires pour une capacité de lecture de base. Les performances plus efficaces furent très ponctuelles, limitées à quelques centaines de travailleurs, principalement du contingent anglais, et de très courte durée car ce contingent avait quitté l’Europe dès le printemps 192066, et fut suivi à la fin de l’année par les derniers collaborateurs chinois de la YMCA67. L’affirmation de Chen Ta, répétée par beaucoup d’auteurs, sur la foi d’une brochure de la YMCA, selon laquelle le taux d’alphabétisation était passé de 20 % à 38 %68 est tout à fait exagérée. La YMCA a surtout perfectionné une petite minorité qui possédait déjà des rudiments.

  • 69 Fufa, vol. 1, p. 256-257, extrait de Lü Ou jiaoyu yundong 旅欧教育运动 (Le mouvement d’éducation en Europ (...)
  • 70 Fufa, vol. 1, p. 261, donne un témoignage dans une usine de Saint-Étienne en 1920 : 15 seulement de (...)
  • 71 Fufa, vol. 1, p. 244, article du Shishi xinbao, 28-29 février 1920.
  • 72 Liufa yundong, vol. 2, p. 366.
  • 73 Ibid., vol. 1, p. 259, article du Shishi xinbao, 26 décembre 1920. À la poudrerie de Vonges, où tra (...)

32Les efforts de la Société franco-chinoise d’éducation, qui disposait de moyens bien plus faibles, n’obtinrent guère plus de résultats dans l’éradication de l’illettrisme, en dépit d’autres effets importants évoqués plus loin. Le fondateur de la société, Li Shizeng, avait ouvert en avril 1916 à Paris une école pour une vingtaine d’ouvriers chinois que lui et ses amis avaient fait venir avant la guerre, pour leur compte, et qu’ils employaient dans leur usine de soja en banlieue parisienne et ailleurs. Les amis français de Li, dont Painlevé, lui avaient procuré une subvention de 10 000 francs et l’usage d’un local. Soucieux d’améliorer le sort des travailleurs, de se constituer un groupe de pression et d’attirer d’autres crédits qui lui permettraient de subsister ainsi que sa clientèle, il avait offert aux autorités françaises d’ouvrir l’école aux travailleurs que recrutaient ces dernières69. Il s’ingénia surtout à envoyer en province sur les lieux de travail du contingent français, les étudiants qu’il faisait venir par ailleurs de Chine à partir de mai 1919, dans son programme « de travail diligent et études frugales ». Les étudiants, si possible embauchés par l’entreprise comme interprètes, surveillants ou simples ouvriers, devaient éduquer ces travailleurs chinois par des cours du soir et les encourager à l’apprentissage mutuel70. Il s’agissait principalement de conférences ponctuelles. Au début de 1920, il n’y avait que 10 écoles du soir permanentes, animées par des étudiants ; une des plus actives était à Montargis71. En juillet 1920, on en comptait une trentaine, la plupart organisées par l’Association des travailleurs sur le principe de l’aide mutuelle : les ouvriers les plus instruits apprenaient des rudiments de lecture et d’écriture à leurs camarades illettrés. Mais dès l’automne, par suite des querelles au sein de l’association et des déplacements de main-d’œuvre, les initiatives avaient été abandonnées72. Li Shizeng avait essayé aussi, sans grand succès, de persuader les interprètes chinois de donner des cours : beaucoup méprisaient les travailleurs73.

  • 74 Fufa, vol. 1, p. 154.

33En 1917, il avait créé un hebdomadaire à l’intention des travailleurs, Huagong zazhi 杂志 (Revue des travailleurs chinois, sous-titrée en français Revue chinoise populaire). D’autres journaux furent lancés dans le même but, mais dans un article publié en avril 1921, le correspondant d’un journal chinois de Shanghai avouait que, faute de savoir lire, les travailleurs ne s’y abonnaient pas74.

  • 75 SHD, 18 N 207, Directive du SOSTC aux commandants des groupements de travailleurs chinois, Paris, 2 (...)
  • 76 SHD, 7 N 161, Note de la présidence du Conseil à la Direction des troupes coloniales, Paris, 13 jan (...)
  • 77 Ibid., Circulaire du SOSTC du 24 février 1918. Il ne reste malheureusement aucune trace des réponse (...)
  • 78 Ibid., Circulaire du SOSTC du 11 avril 1918.
  • 79 Ibid., Circulaire du SOSTC du 17 mai 1918 ; 19 N 1397, Boschetti au général commandant de la 8e arm (...)

34De son côté, le Service des travailleurs coloniaux avait prévu dès juin 1917 des primes pour les ouvriers chinois qui suivraient des cours de français, vue la pénurie d’interprètes75. En janvier 1918, la Mission laïque française était chargée d’organiser l’enseignement régulier du français aux travailleurs étrangers76. Le SOSTC demande alors aux groupements de travailleurs l’envoi de statistiques sur le niveau d’instruction des travailleurs dans leur langue maternelle et en français77. Les cours sont étendus aux interprètes, qu’on trouve souvent très peu familiers des conditions en France78. Le SOSTC recommandait aux responsables des groupements d’organiser des cours de toutes sortes et accordait des subventions pour les fournitures scolaires, dont la Société franco-chinoise d’éducation bénéficia aussi pour ses œuvres d’enseignement79. Sur les Chinois, l’efficacité du dispositif paraît cependant avoir été assez épisodique.

  • 80 SHD, 7 N 161, Circulaire du SOSTC du 28 mars 1918.

35Au total, il semble raisonnable d’estimer qu’au retour, guère plus de 15 à 20 000 des travailleurs possédaient une instruction de base. Ils n’avaient pas davantage acquis des compétences techniques car ils avaient été employés surtout à des travaux de manutention et de terrassement, même ceux affectés à des usines. Seuls ceux recrutés à titre de « spécialistes » (soit 2000) eurent la faculté d’améliorer leurs qualifications : comme beaucoup d’entre eux se révélaient incompétents, ils furent soumis à des périodes d’essai dans les usines pour leur permettre d’atteindre une aptitude professionnelle suffisante80.

  • 81 Liufa yundong, vol. 2, p. 247-248, septembre 1919 ; p. 355-356, décembre 1920 ; p. 364, janvier 192 (...)

36À maintes reprises, journalistes et étudiants chinois doivent constater que la plupart des travailleurs n’ont aucun désir de s’instruire car ils n’y voient aucun avantage81.

Apprentissage syndical et politique

  • 82 SHD, 5 N 159, Télégramme du préfet de la Loire, Saint-Étienne, 4 juin 1917.
  • 83 Ibid., Télégrammes du préfet de la Loire du 17 et 23 juillet 1917.
  • 84 SHD, 5 N 160, Message téléphonique du général commandant la 13e division, 4 décembre 1917.

37Les travailleurs chinois eurent peu d’expérience du syndicalisme et du mouvement ouvrier français. Le contingent anglais était tenu enfermé dans ses camps et chantiers sous contrôle militaire. Pour le contingent français, les contacts furent très sporadiques et surtout visuels, car les Chinois ne comprenaient pas la langue du pays. Ils furent limités à quelque 5 000 ouvriers qui travaillaient dans le bassin de Saint-Étienne, à Toulouse et dans le bassin de la Loire lors des grèves violentes de juin 1917. En une occasion (4 juin 1917), le préfet de la Loire signale que les ouvriers militaires français ont décidé d’attirer les Chinois de Saint-Étienne au syndicat en leur faisant espérer une augmentation de salaire, et qu’à Firminy, le Syndicat des métaux lie également partie avec les 1100 Chinois des aciéries Holtzer à Unieux, « dont les excès sanglants contre les Kabyles et les Alsaciens remontaient à moins d’un mois82. » Les Chinois, effectivement, se mettent en grève (au début de juillet) et sont rapidement dispersés vers d’autres camps, dans d’autres régions83. Quand les troubles reprennent à Roanne, avec forte présence de la CGT, en décembre 1917, les Chinois employés à l’arsenal sont consignés dans leur cantonnement84.

38Les grèves, sabotages et autres incidents survenus parmi les Chinois employés en France en 1917, 1918 et 1919 sont des mouvements entièrement spontanés de protestation contre l’insuffisance de la nourriture, les mauvais traitements, les injustices, sans aucun lien avec le syndicalisme ouvrier français ou anglais. En revanche, plus libres que leurs compatriotes du contingent anglais, les travailleurs chinois du contingent français se sont volontiers rassemblés en associations et groupements divers, comme ils en avaient l’habitude chez eux. Ils furent poussés dans cette voie par les initiatives de Li Shizeng, avec des orientations nouvelles.

  • 85 AE, E 41, folio 143, article de L’Humanité du 16 janvier 1917 interdit par la censure.
  • 86 Ils se plaignirent avec véhémence des conditions de la traversée et la presse chinoise s’en fit l’é (...)

39Déjà au départ, les ouvriers spécialisés recrutés à Shanghai, étant la plupart illettrés et tous inquiets des termes du contrat qu’ils devaient signer, s’étaient cotisés pour payer les conseils d’un lettré de Nankin, qui leur recommanda, au cours d’une conférence tenue sur la concession française, d’exiger le traitement d’un ouvrier français. Le lettré fut interpellé par la police de la concession, au grand scandale de la presse locale, et les ouvriers furent embarqués en toute hâte par crainte de désistements85. Ils firent partie des plus « turbulents » pendant la traversée et à l’arrivée86.

  • 87 Liufa yundong, vol. 2, p. 246-247 : description par un journaliste chinois qui avait beaucoup circu (...)
  • 88 Ibid., vol. 2, p. 288 : discours de Ma Zhiyuan du 6 avril 1920 ; p. 334 : récit de Yuan Zizhen, un (...)
  • 89 Liufa yundong, vol. 2, p. 334, sur la création de l’organisation ; p. 247, sur le haut niveau d’ins (...)

40Un peu partout en France, les travailleurs s’étaient associés en multiples petits groupes d’entraide, sous une forme coutumière proche des sociétés secrètes, soumis à l’autorité souvent plus ou moins mafieuse de leurs contremaîtres (gongtou 头)87. À la fin de 1918 se créèrent des groupements plus larges. L’un (Zhonghua gongtuan中华团, Ligue ouvrière chinoise), dans le Sud, né à Marseille, avait établi une première filiale au Creusot et en comptait une dizaine, avec plus de 2 000 adhérents, à l’automne 1919. Il avait à sa tête Ma Zhiyuan 马志远 (1892 ?- 1940), un ouvrier libre, recruté par Li Shizeng dès 1912, qui avait fréquenté l’école ouvrière de ce dernier en avril 1916 et savait assez de français pour occuper depuis lors un emploi d’interprète88. Une autre organisation (Huagong gonghui 华工工会, Syndicat des ouvriers chinois), qui comptait aussi une dizaine de sections et près de 2 000 membres, avait été lancée dans le Nord de la France par Pan Zhendong 潘振东, ancien secrétaire d’une organisation ouvrière à Pékin, qui rédigeait fort bien en chinois et avait acquis quelque connaissance du français89. Ma et Pan adhéraient pleinement aux idées propagées par Li Shizeng et son entourage. Ils militaient pour que les travailleurs puissent sortir du contrat militaire et rester en France dans des conditions plus favorables à l’amélioration de leur niveau d’instruction. Impuissants à faire entendre leurs revendications aux autorités militaires, à la fin d’août 1919 ils sollicitent l’intervention de Li Shizeng et de l’élite intellectuelle et politique expatriée qui gravite autour de lui.

  • 90 Liufa yundong, vol. 2, p. 260-269, 274.
  • 91 Ibid., p. 272.

41Li Shizeng leur conseille la formation d’une organisation unitaire représentative. C’est ainsi qu’est fondée à La Garenne-Colombes, le 11 octobre 1919, au siège de la Fédération franco-chinoise, que préside Li, l’Association des travailleurs chinois, Huagong hui 华会, Elle fusionne les deux organisations de Ma et Pan avec une troisième, qui rassemblait les ouvriers libres employés par Li et ses proches, la Huagong gonghui 华公会. Une organisation démocratique et fédérative est adoptée, ratifiée par une assemblée de délégués des sections le 30 décembre 1919. Chaque section élit un délégué au Conseil (pingyihui 评议会) de l’association, lequel élit le président, le vice-président, vote le budget, contrôle les comptes, nomme les responsables des services spécialisés de l’association (secrétariat, éducation, finances, enquêtes, relations publiques, affaires générales). L’admission, soumise à recommandation et à un serment de s’abstenir du jeu et d’alcool, coûte 5 francs, la cotisation mensuelle est de trois francs, dont 3/10 pour la section. Les modes d’action concrète sont du ressort de chaque section, les organes centraux n’ayant que la charge des missions décidées par le Conseil90. Fin mars 1920, l’association se vante de 46 sections à travers toute la France91.

  • 92 Selon une statistique officielle citée par le Xingbao 醒报 (Journal du Réveil) du 1er janvier 1921, i (...)
  • 93 Liufa yundong, vol. 2, p. 336, récit de Yuan Zizhen, 25 avril 1923.
  • 94 Ibid., p. 331, à Mondreville dans le Calvados en novembre 1920 ; p. 341, au Creusot en décembre 192 (...)
  • 95 Voir les listes dans Liufa yundong, vol. 1, p. 54 ; vol. 2, p. 262, 268, 274, 280, 300-304, 312-313
  • 96 Cf. la transcription de son discours à l’assemblée du 6 avril 1920 et la profession de foi diffusée (...)

42Comme on l’a vu plus haut, l’action publique de l’Association des travailleurs chinois se borna à une campagne de pétitions signées par 4 000 travailleurs, soit moins du quart de ceux qui étaient encore en France à l’époque92. L’échec des démarches, les dissensions entre les chefs et parmi les troupes, dont beaucoup furent d’ailleurs rapatriées à l’automne 1920, conduisirent à la quasi extinction de l’association dès la fin de 192093. Quelques sections continuèrent des activités d’éducation94. Mais, pas plus que les organes centraux, on ne les voit jamais intervenir comme interlocuteurs du patron ou comme organisatrices d’une action ouvrière collective dans les conflits du travail. L’activité de l’association n’a mobilisé vraiment qu’une soixantaine d’individus, tous assez instruits, qui dirigent les sections, assistent aux assemblées générales à Paris, et restent à peu près les mêmes de 1919 à 1921. Parmi eux, un bon tiers n’appartiennent pas au contingent des travailleurs de la Grande Guerre, ce sont des hommes recrutés avant la guerre par Li Shizeng, auxquels il a procuré travail et complément d’instruction, et qui sont devenus soit ses proches collaborateurs, soit interprètes dans les groupements de travailleurs95. Au sein même des organes centraux, tous les postes de responsabilité étaient confiés à des protégés et associés de Li Shizeng : Ma Zhiyuan à la vice-présidence, Xia Lei 夏雷 et Lin Sheng 林生 au secrétariat, Qi Yunqing 齐云卿, Liu Hou 刘厚 et Liu Huitao 刘汇涛 aux finances, le journaliste anarchiste Xiao Zisheng 萧子升 à l’éducation. Si le président, Pan Zhendong, était bien un travailleur du contingent, sa défense enflammée de la liberté et des droits de l’homme, son souci de l’éducation et de l’autonomie (zizhi 自治) des travailleurs étaient dans le droit fil des idées propagées par Li Shizeng96.

43La combativité manifestée par les travailleurs chinois en France est l’effet des circonstances et d’une évolution interne à la communauté, non le fruit d’un transfert d’idées ou de modèles venu du syndicalisme français. C’est l’élite chinoise expatriée en France qui inspire et aide à mettre en œuvre les nouvelles formes d’organisation et les revendications générales qui se développent à partir de 1919 au sein des groupements de travailleurs chinois. Toutefois, l’apprentissage réel d’une action ouvrière de type syndical est limitée à un cercle très restreint de quelques dizaines de travailleurs, dont on ne retrouve que deux traces, purement individuelles, dans la vague d’agitation ouvrière qui accompagne la révolution nationaliste et l’essor du mouvement communiste en Chine entre 1921 et 1927 : celle de deux anciens dirigeants de l’Association des travailleurs, Ma Zhiyuan, qui n’appartient du reste pas au contingent des travailleurs de la Grande Guerre, et Yuan Zizhen (1887-1927).

  • 97 Ibid., vol. 2, p. 330, avis donné par Ma Zhiyuan.
  • 98 Wang Nora, Émigration et politique : les étudiants-ouvriers chinois en France (1919-1925), Paris, L (...)
  • 99 Ma Zhiyuan lieshi, op. cit.
  • 100 Shi Yisheng 施益生, « Huiyi Zhonggong lü Ou zhibu de guanghui yeji » 回忆中共旅欧支部光辉业绩 (Souvenirs sur les g (...)
  • 101 Ma Zhiyuan lieshi, op. cit.

44Ma Zhiyuan réalise un de ses rêves en entrant en novembre 1920 à l’École industrielle de Saumur97. Nora Wang affirme, sans donner sa source, qu’il est entré au parti communiste, sous l’effet de la propagande menée par Zhou Enlai et par les militants étudiants venus en France grâce au programme travail diligent-études frugales98. Selon les documents internes du PCC, c’est sous l’influence de Li Lisan 李立三, au Creusot, qu’il s’oriente vers le communisme, et grâce à la recommandation de Zhou Enlai qu’il est admis au parti en janvier 1923. Dès février, il est envoyé à Moscou. Après des études à l’Université communiste des travailleurs de l’Orient, il revient en France99. En mars 1924, il travaille chez Renault à Billancourt, où il est le responsable de l’Association des travailleurs chinois, en contact régulier avec Zhou Enlai et les étudiants communistes100. Il regagne la Chine en août 1924, travaille un temps dans une bibliothèque ouvrière à Tangshan au Hebei, passe six mois en prison pour propagande socialiste. À sa libération, il semble qu’il se soit écarté du parti, dont il avait toujours mal accepté le despotisme envers les ouvriers. Il mène une douzaine d’années de vie errante. Lorsque la guerre éclate avec le Japon en 1937, il revient à Gaoyang pour se battre contre l’envahisseur. En janvier 1938, on le trouve à la tête du comité de mobilisation pour la résistance, puis commissaire auprès du gouvernement de la sous-préfecture, chargé des industries, membre du comité municipal du parti communiste et responsable de l’organisation. Animé du vibrant sentiment national qu’il s’est forgé lors de son séjour en France, il œuvre pour unir toute la population locale dans la lutte contre l’occupant japonais. Il est arrêté en mars 1939 et exécuté le 1er avril 1940101.

  • 102 Cf. son récit en forme de confession du 25 avril 1923 : Liufa yundong, vol. 2, p. 332-337.
  • 103 Fufa, vol. 2bis, p. 846, rapport de Zhou Enlai du 13 mars 1923.
  • 104 Il a ressuscité cette association au Creusot en octobre 1922, avec un journal, Gongren xunbao 工人旬报 (...)
  • 105 Fufa, vol. 2bis, p. 759-761, 771, 774.
  • 106 Li Ling 李玲, 1924 nian Li Dazhao douliu Sulian qijian ruogan shishi zhishu 1924 年李大钊逗留苏联期间若干史实摭述 (Ex (...)
  • 107 Zhonggong Hebei shengwei dang shi yanjiushi Hebei sheng shehui kexueyuan 中共河北省委党史研究室河北省社会科学院 (Centr (...)

45Yuan Zizhen, lui, adhère au communisme sous l’effet des déceptions causées par l’échec du « combat pour la liberté », il veut désormais « se battre pour l’éducation des travailleurs »102, qui est alors le mot d’ordre de l’action des jeunes communistes chinois en France auprès de leurs compatriotes ouvriers. Il entre au parti en 1922, est élu membre suppléant du comité exécutif de la Section européenne de la Ligue de la jeunesse socialiste chinoise en mars 1923103. Il participe activement à Paris, au titre de secrétaire de l’Association des travailleurs chinois en France104, aux grandes réunions de protestation contre la mainmise des puissances sur le système ferroviaire chinois, au début de juillet 1923105. L’année suivante, il gagne Moscou, puis en décembre 1924, le parti l’envoie à Shijiazhuang ranimer le syndicat des cheminots106. Aux côtés de Peng Zhen 彭真, comme secrétaire du syndicat communiste, il mène la vie si dure à la direction française du chemin de fer que pour le protéger d’une répression policière sans merci, le parti l’envoie à Tianjin en septembre 1925. Il est à la tête du Département de la propagande et des syndicats locaux, siège au comité du parti de la ville. Arrêté le 13 août 1927, il est exécuté le 18 août107.

  • 108 Shu Zhang 舒障, Tamen wei zhengyi er zhan 他们为正义而战 (Ils se battaient pour la justice) : http://www.cpa (...)

46Quant à l’énergique Pan Zhendong, le premier dirigeant de l’Association des travailleurs, son nom n’est plus mentionné dans les sources après décembre 1920, sans qu’on puisse savoir s’il est resté en France ou retourné en Chine. On note en tout cas que le syndicalisme révolutionnaire de ses camarades Ma et Yuan ne s’est affirmé qu’à la faveur d’un prolongement de leur séjour en France. Cette circonstance est encore plus frappante pour trois autres travailleurs dont les noms ont survécus, associés à la cause communiste. Zhang Ruishu 张瑞书 (1893-1968), un ancien soldat illettré originaire du Shandong, arrivé en France en 1917, y était resté et avait réussi à se faire embaucher chez Renault en 1924. Il entra au Parti communiste français en 1925, devint militant syndical et fut envoyé par le parti français dans les brigades internationales en Espagne. Revenu à Paris en 1938, il fut bientôt arrêté, libéré grâce à l’intervention du PCF, qui lui paya le bateau pour rentrer en Chine. Parvenu à Chongqing, il gagna ensuite Yan’an à la fin de 1939, où il fut affecté comme magasinier au Jiefang ribao 解放日报 (Quotidien Libération). Après 1949, il fut employé à l’Agence Chine nouvelle et admis à la retraite en 1958. Son camarade Liu Jingtian 刘景田, né au Shandong en 1890, était un ancien brigand et connut un destin assez semblable. Arrivé en France en 1917 aussi, il avait travaillé dans un chantier naval, puis chez Renault en 1924. Il entra en 1927 au Parti communiste français, qui l’expédia en Espagne en novembre 1936. Il y fut brancardier, revint à Paris et retourna en Chine aux frais du PCF avec Zhang Ruishu. À Yan’an, il étudia à l’École centrale du parti et fut qualifié membre du Parti communiste chinois, comme Zhang, en 1946 seulement. Il travailla alors dans la construction, mais on ignore son sort ultérieur. Il en va de même de Yang Chunrong 杨春荣 (1888- ?), également membre du PCF, envoyé en Espagne, puis rapatrié à Yan’an108.

Gains matériels

  • 109 Le franc valait 35 cents chinois en 1916, 7 seulement en 1921 : Summerskill M., op. cit., p. 199.
  • 110 Fufa, vol. 1, p. 258, 261.
  • 111 AE, E 41, folio 143, article de L’Humanité du 16 janvier 1917 interdit par la censure. Il s’agit d’ (...)
  • 112 Fufa, vol. 1, p. 259, article du Shishi xinbao du 20 décembre 1920. Liufa yundong, vol. 2, p. 332, (...)
  • 113 Chen T., op. cit., p. 151, d’après le Bureau chinois d’émigration.
  • 114 Lettre citée par Chen T., op. cit., p. 154.

47Financièrement, le profit fut très inégal, selon le comportement de chacun, son goût de l’épargne ou sa propension au jeu, les besoins aussi de sa famille. La chute de la valeur du franc réduisit en partie les gains, surtout sur la part fixe envoyée aux familles109. Mais les salaires du contingent français furent augmentés. En 1920, nombre de travailleurs gagnaient 25 francs par jour, au minimum 20 francs, au lieu de 3 francs à leur arrivée110. La Banque industrielle de Chine, chargée d’opérer les transferts, leur offrait des placements assez avantageux pour leurs économies. Par un calcul fallacieux, L’Humanité prétendait en janvier 1917 que l’opération procurait 140 millions de francs à la banque111. À coup sûr, sa faillite en 1921 mit certains travailleurs en difficulté, mais ils furent assez rapidement remboursés. Des témoignages chinois affirment que nombre de travailleurs avaient accumulé de 2 000 à 5 000 francs d’épargne112. On signalait, en revanche, que sur un effectif de 80 000 rentrés de septembre 1919 à mai 1920, 3001 étaient arrivés sans un sou, ayant dépensé tout leur avoir pour se nourrir pendant leur longue attente au lieu d’embarquement113. L’estimation la plus fiable est celle du ministre chinois à Londres qui, dans un télégramme à son gouvernement, chiffre à 51 millions de francs l’épargne des travailleurs confiée aux banques françaises à la date du 26 mai 1919, ce qui donne une moyenne de 20, 65 francs par travailleur et par mois, soit 800 francs après trois ans de séjour, 1 300 francs après cinq ans, l’équivalent de 100 à 120 dollars chinois114. L’estimation paraît basse, car les interprètes et chefs de groupe, mieux rémunérés, pouvaient épargner davantage. D’autre part, dans leurs deux dernières années, les simples travailleurs réussissaient à mettre de côté jusqu’à 300 francs par mois. Il faut aussi prendre en compte le fait qu’une partie de l’argent avait été envoyée directement aux familles, qui pouvaient l’avoir utilisé uniquement pour se nourrir, mais également pour investir ou emprunter.

L’expérience vécue

48Dans l’ensemble, pour 90 % des rapatriés, le gain principal du séjour en France était, comme le montrent les témoignages recueillis par Zhang Yan et Niu Fangyu, une certaine expérience vécue de l’organisation sociale, des méthodes de gestion, des commodités domestiques et du paysage urbain d’un pays industrialisé. Ils ont acquis une certaine information sur le monde, dans beaucoup de cas un nouveau regard sur la Chine et un sens aiguisé de leur identité nationale, de leurs valeurs et de leur culture, mais aussi une compréhension et même, bien souvent, une sympathie humaine pour des gens de culture différente.

La réinsertion ingrate

  • 115 AE, E 42, folio 154-155, Télégrammes du ministre Boppe, Pékin, 25 janvier et 24 mars 1919 ; folio 1 (...)

49Le voyage de retour fut souvent aussi long et pénible que l’aller, avec naufrages, décès, et parfois de mauvais traitements contre lesquels les hommes et le gouvernement chinois protestèrent avec fracas à l’arrivée115. La réinsertion s’effectua dans des conditions généralement ingrates.

  • 116 Chen T., op. cit., p. 157-158.
  • 117 Chen San-ching, op. cit., pp. 167-172, en donne le détail d’après les archives chinoises.
  • 118 Article du 19 septembre 1920 de la revue Laodong jie 劳动界 (Le monde du travail), reproduit et tradui (...)

50Depuis le port de débarquement, les travailleurs avaient à rentrer chez eux par leurs propres moyens. Des plans avaient été proposés pour les utiliser dans les chantiers modernes. On avait suggéré de leur faire construire le chemin de fer prévu à Zhifu au Shandong, en participant eux-mêmes au capital grâce à leur épargne. La sous-préfecture modèle de Sanmenwan 三门湾 au Zhejiang avait proposé de les utiliser à la construction de son réseau routier, dans ses usines et son agriculture, grâce au patronage et aux capitaux d’un magnat de Singapour116. Mais ces plans restèrent lettre morte117. Le Bureau d’émigration officiellement chargé d’enregistrer les travailleurs à leur retour et de les aider à trouver un emploi en entreprise, se borna à verser un pécule aux plus démunis pour rejoindre leur village. La très grande majorité d’entre eux, qui venaient du Shandong, du Zhili et du Henan rentrèrent effectivement dans leur village. Ceux qui avaient des économies achetèrent un lopin de terre et améliorèrent leur sort. Les autres restèrent journaliers, petits artisans, ou s’engagèrent dans les armées régionales qu’entretenait la guerre civile, permanente à l’époque. Les ouvriers spécialisés venus de Shanghai et Canton reprirent un emploi à l’usine, mais devenus exigeants sur la paie, sans avoir acquis de grandes qualifications, ils furent souvent déçus et certains eurent comme seule ressource de se faire tireur de pousse. Ils estimaient être 4 000 chômeurs à l’automne 1920 à Shanghai et cherchaient secours sans grand succès auprès des organisations patronales et des municipalités étrangères118.

  • 119 Ibid., p. 50 ; Chesneaux J., Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927, Paris/La Haye, Mouton, 19 (...)
  • 120 AE, E 42, folios 185-186, Dépêche du consul Saussine, Tianjin, 18 mars 1922.
  • 121 Chow Tse-tsung, The May Fourth Movement, Cambridge Mass., Harvard University Press, 1964, p. 40, 25 (...)

51À l’instigation de leurs interprètes liés à la YMCA, dont les militants essayaient de les assister à Shanghai, fut fondée en 1920 une Association (ou Amicale) des anciens travailleurs chinois en France, Lü Fa huagong hui 旅法华会 ou Lü Fa huagong tongren hui 旅法华同仁会,, qui comptait alors 1600 membres119. Malgré ses statuts, elle n’avait guère d’activité de secours ou de protection pour ses membres et s’employait à faire de la propagande en faveur du retour au pouvoir de Duan Qirui, le chef militaire qui avait déclaré la guerre à l’Allemagne en 1917, grâce à quoi, écrivaient les tracts de l’Association, les travailleurs chinois « avaient joui du bien-être en France… et la Chine avait obtenu des avantages à la conférence de Washington120 ». Les vues de Chow Tse-tsung121, reprises par Nym Wales et d’autres, sur le rôle moteur et pionnier de cette association reposent seulement sur le texte de ses statuts et ne sont pas vérifiées par ses activités réelles.

  • 122 Levine M. A, Chen San-Ching, The Guomindang in Europe : a sourcebook of documents, Berkeley, Instit (...)
  • 123 Ren Guixiang 任贵祥, Huaqiao yu Zhongguo minzu minzhu geming 华侨与中国民族民主革命, (Les Chinois d’Outre-Mer et (...)
  • 124 Lettre du directeur général du 28 juin 1920 citée par Van Der Stegen, J., Les Chinois en France, 19 (...)
  • 125 Tyau T.Z., op. cit., p. 237.

52Bien qu’elle soit une des premières organisations ouvrières affichant dans son programme la défense des droits de l’ouvrier, cette association est une simple amicale qui ne joue aucun rôle dans les luttes ouvrières. Très rares sont d’ailleurs les travailleurs chinois de la Grande Guerre qui s’investissent vraiment dans le combat social ou politique. Les syndicats qui soutiennent la révolution nationaliste et les adhérents du Guomindang venus du milieu ouvrier se recrutent parmi les marins chinois des flottes britannique et française, liés dès l’avant-guerre aux syndicats anglais, ou parmi les travailleurs restés en France122. Ren Guixiang affirme que les travailleurs chinois rentrés de Russie en 1920 ont trouvé au Hebei, parmi leurs compatriotes rentrés de France, un soutien pour répandre le bolchévisme, mais sans preuve à l’appui123. On a vu plus haut que les quelques réels militants communistes étaient revenus assez tardivement en Chine, sans qu’on leur fasse confiance pour des responsabilités de premier plan, voire en leur imposant une longue période probatoire pour les admettre au parti chinois. À la différence des étudiants-ouvriers, les travailleurs de la Grande Guerre n’ont quasiment joué aucun rôle direct dans la lutte ouvrière ou révolutionnaire sur leur sol natal. C’est la fantasmagorie des patrons qui les voyait instigateurs de la grande grève des houillères de Tangshan en juin 1920124, et l’illusion des intellectuels progressistes qui saluait en eux le levain ou le noyau dur du combat révolutionnaire125.

  • 126 Cf. les récits recueillis par Zhang Yan, Niu Fengyu, op. cit.

53Souvent, à titre individuel, à cause de circonstances personnelles, d’un vécu affectif particulier ou d’accidents, pour le meilleur et pour le pire, le séjour en France a été un tournant dans la vie des travailleurs. Ils en ont fréquemment magnifié le souvenir. On est surpris, quand on connaît la réalité de ce séjour, de constater qu’ils en gardent en général un assez bon souvenir. Ce vécu hors de l’ordinaire grandit leur propre image, leur donne de la face, même si elle n’est guère reconnue autour d’eux et si leurs récits semblent mythiques ou peu crédibles à leur entourage126. Mais le séjour en France n’a vraiment rien changé dans le rôle collectif ou le destin collectif de ces travailleurs. Ils ne sont pas devenus des acteurs ou des agents directs du changement. Sur le cours de la guerre et les clauses de la paix, leur poids fut quasi nul.

Conclusion : le rôle des subalternes

  • 127 Blick J., « The Chinese Labor Corps in World War », in Papers on China, IX, Cambridge Mass., Harvar (...)

54On pourrait donc accepter la formule de Judith Blick, dans son étude de 1955, pour qui l’usage de la main-d’œuvre chinoise pendant la Grande Guerre n’a eu que des effets marginaux (tangential effects)127. Pourtant, je voudrais, en conclusion, attirer l’attention sur le fait que ces travailleurs ont été les instruments passifs de changements majeurs sur la scène sociale, culturelle, intellectuelle et politique en Chine, et par ricochet, dans le monde lui-même.

55Les contemporains, et à leur suite les historiens, ont souvent relevé l’utilisation de l’envoi des travailleurs en France par la clique cantonaise affairiste de Liang Shiyi 梁士诒 (1869-1933) pour arrondir leur trésor de guerre et acquérir une prépondérance sur la scène politique intérieure grâce à l’appui franco-anglais. Leur envoi aurait servi aussi Duan Qirui 段祺瑞 (1864-1936) afin d’obtenir d’un parlement réticent la déclaration de guerre à l’Allemagne, dont il espérait, à tort, tirer avantage contre le Japon lors de la conférence de la paix, en sorte d’assurer son propre maintien et son hégémonie à la tête de la République. On peut également rappeler que dans les discussions des hommes politiques chinois avec les Occidentaux sur l’abolition des traités inégaux ou les demandes d’aide et coopération, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, le thème de la contribution des travailleurs chinois à l’effort de guerre des Alliés a été un argument récurrent. En 1939 encore, Wu Benzhang publiait en français une brochure préfacée par Moutet, intitulée Les travailleurs chinois et la Grande Guerre, dont le but était de persuader la France et l’Angleterre d’aider activement la Chine contre le Japon, puisque la Chine les avait aidées lors du conflit mondial, en dépit de sa propre neutralité envers l’Allemagne. Mais cette instrumentalisation des travailleurs par le discours, le chantage ou la propagande a eu peu d’effet concret sur les réalités historiques et n’est pas le plus important.

  • 128 Il fait venir de la main-d’œuvre chinoise en France depuis 1908, d’abord de la sous-préfecture de G (...)

56La manipulation de la présence des travailleurs en France opérée par Li Shizeng et ses protégés me paraît d’une portée bien plus profonde. Li est le premier à avoir vraiment saisi l’occasion politique, avant même Liang Shiyi ou Duan Qirui128. Il l’a fait pour ses propres desseins politiques, afin de se constituer une clientèle, un groupe de pression, qui assure son influence à la fois en France et en Chine, et pour se procurer des fonds qui lui permettent de financer ses activités et de tenir son rang car il n’avait guère de fortune personnelle.

  • 129 Li Shizeng écrivit au ministère de la Guerre le 4 mars 1916, en proposant que sa Société franco-chi (...)
  • 130 Le jeune envoyé de Li Shizeng, Li Guang’an 李广安, était arrivé au Yunnan avec des contrats d’engageme (...)
  • 131 Voir les textes dans Fufa, vol. 1, p. 230-244, et Liufa yundong, vol. 2, p. 31-194, 246-262. Li ava (...)

57Dès janvier 1916, en apprenant par la presse que le gouvernement français recrutait des travailleurs chinois, il propose d’en procurer dans des conditions plus avantageuses que par le syndicat Huimin de Liang Shiyi, sans versement d’un forfait à une compagnie chinoise, et sous un régime qui convenait mieux à la Commission interministérielle de la main-d’œuvre car le travailleur aurait le libre usage de son salaire et le même traitement qu’un ouvrier français. Le ministère de la Guerre accepta, il envoya même en Chine des délégués pour faciliter l’opération129. Mais comme Li Shizeng n’avait qu’un sens limité de l’organisation pratique, il fut incapable de recruter le moindre travailleur130. Cependant, par les articles qu’il faisait écrire par ses amis dans la presse en Chine, et par les revues qu’il éditait à Paris sur ses projets et ses préoccupations concernant les travailleurs chinois en France, il faisait entrer les nouveaux problèmes du monde ouvrier au centre du débat politique en Chine131.

  • 132 Voir Li Shizeng xiansheng wenji, op. cit. : plus que les essais biographiques rédigés tardivement, (...)

58Que visait exactement Li Shizeng ? Lui-même était fils d’un très puissant fonctionnaire de la dynastie déchue, lié à toute l’élite politique de la jeune République. Il avait fait des études en France, s’y était imprégné de la pensée de Proudhon, de celle de l’anarchisme, de positivisme, d’esprit laïque, des idées de Lamarck sur l’évolution des espèces. Il avait adhéré dès 1905 au parti révolutionnaire de Sun Yat-sen. Il voulait une république à la Jules Ferry, fondée sur la science, l’éducation du peuple, le progrès social et le développement industriel moderne132.

  • 133 Voir Wang N., op. cit., p. 116-125.

59Il ne recherchait pas un haut poste public, contrairement à beaucoup d’autres, mais seulement une position de dignité qui lui assure un revenu convenable et lui permette d’être écouté dans les cercles gouvernementaux et par l’opinion, afin d’assurer le triomphe d’un pouvoir civil contre la militarisation croissante de la politique chinoise. Protecteur en France des ouvriers, puis des étudiants-ouvriers, puis des étudiants venus de Chine était une position qui lui convenait, s’il arrivait à obtenir qu’une partie des sommes versées par la Chine à la France au titre de l’indemnité des Boxers finance cette activité. Il s’y employa et finit par réussir en 1923, mais uniquement au titre de l’Institut franco-chinois de Lyon qui accueillait de nouveaux étudiants, sans procurer de subside à l’éducation ouvrière ni aucune voie d’accès aux étudiants-ouvriers133.

  • 134 Cf. les articles de septembre 1919 et février 1920 dans Liufa yundong, vol. 2, p. 246-252.
  • 135 Les étudiants, y compris les futurs communistes, s’avouent tous déroutés par la rudesse et l’incult (...)

60C’est le débat critique sur le sort des travailleurs, porté dès 1916 dans la presse chinoise par Li Shizeng, qui pousse la YMCA à intervenir et engage de nombreux étudiants et jeunes militants sociaux à se former au travail d’organisation au contact des travailleurs134. Ce débat tourne aussi l’attention des premiers jeunes communistes chinois vers les ouvriers. Les travailleurs chinois en France sont les premiers ouvriers avec lesquels les jeunes intellectuels chinois sont entrés en contact étroit, dont ils ont partagé la vie, grâce au mouvement travail-étude qu’avait lancé Li Shizeng en 1919 et qui les conduisit dans les usines où les travailleurs étaient employés et cuisinaient de bons repas à la mode chinoise135. Li Shizeng était également l’initiateur et l’inspirateur de l’éducation des ouvriers chinois en France à laquelle ses protégés anarchistes appelèrent le concours des étudiants. C’est par ce contact social avec le prolétariat que se sont formés non seulement beaucoup de dirigeants de la révolution nationaliste, mais aussi une grande partie des chefs historiques de la révolution communiste, dont Deng Xiaoping. Ils y ont appris à organiser le peuple, à lui parler. Par là, la migration des travailleurs laisse un héritage significatif, mais construit lors du temps de l’absence plus qu’à la faveur du retour.

  • 136 Submergée par le nombre, en pleine explosion du chômage et de l’inflation, la Société franco-chinoi (...)
  • 137 Le 28 février 1921, une manifestation est organisée contre la légation de Chine à Paris, et le 19 s (...)
  • 138 Fufa, vol. 1, p. 157-158, article du 29 août 1923 ; vol. 2bis, p. 774-776, reportage du Shishi xinb (...)

61On doit à la vérité de dire que les travailleurs chinois en France ne furent pas dupes. Dès la fin de 1920, les chefs de leur association avaient bien compris que leurs autorités et notabilités étaient beaucoup plus soucieuses du problème des étudiants-ouvriers, dont la situation devenait très précaire136, que du sort des travailleurs. Ils restèrent à l’écart des mouvements étudiants de protestation de 1921137. Mais lorsque les étudiants prétendirent accaparer la totalité d’un subside gouvernemental dont Cai Yuanpei avait promis une part aux travailleurs pour s’instruire aussi, une franche hostilité s’installa. On passa même à un pugilat sanglant le 15 juillet 1923 lors d’une réunion pour dénoncer l’impérialisme étranger en Chine. Des travailleurs interdits de parole par des étudiants trop bavards dénoncèrent les manœuvres dont ils étaient l’objet et en vinrent aux voies de fait138.

62L’histoire des travailleurs chinois du front occidental de la Grande Guerre appartient à ce que les historiens indiens appellent « l’histoire des subalternes ». Elle n’est pas en marge de la grande histoire, du récit des chefs, elle l’irrigue, elle en est le substrat anonyme.

Bibliographie

Bibliographie

Archives citées

Archives du ministère des Affaires étrangères (AE) :
E 37, folios 11 ; 104
E 41, folios 12 ; 23 ; 31 ; 25 ; 72 ; 111 ; 134 ; 143-145 ; 148-154 ; 64-66
E 42, folios 56 ; 66 ; 154-155 ; 157-158 ; 159-161 ; 164-165 ; 170 ; 176-179 ; 185-186
E 47, folio 57
E 49, folios 37, 39
E 491, folios 73-75

Archives du Service historique de la Défense, Vincennes (SHD)
4 N 63
5 N 134 ; 159 ; 160 ; 165 ; 262
6 N 111 ; 139 ; 149
7 N 161 ; 398 ; 435 ; 1297 ; 2288 ; 2289
16 N 1590
18 N 207
19 N 1397

Archives nationales (AN)
AP 94/ 123
F 7 12900

Ouvrages, articles

Benton G., Chinese migrants and internationalism : forgotten histories, 1917-1945, Londres, Routledge, 2007.

Blick J., « The Chinese Labor Corps in World War », in Papers on China, IX, Cambridge Mass., Harvard University, Center for East Asian Studies, 1955.

Chen San-ching, Huagong yu Ouzhan 與歐戰 (Les travailleurs chinois et la Première Guerre mondiale), Taipei, Zhongyang yanjiuyuan jindaishi yanjiusuo 中央研宄院近代史研究所 (Institut d’histoire moderne, Academia Sinica), 1986.
Qingong jianxue fazhan 俭学发展 (Le développement du travail diligent et études frugales), Taipei, Dongda tushu gongsi 东大图书公司, 1998. Qingong jianxue yundong 俭学运动 (Le mouvement de travail diligent et d’études frugales), Taipei, Cheng Chung Book CO. LTD 正中书局, 1981.

Chen Ta, Chinese migrations. With special reference to labor conditions, Bulletin of the US Bureau of Labor Statistics, Washington, 1923 (reprint Taipei, Cheng Wen, 1967).

Chesneaux J., Les syndicats chinois 1919-1927, Paris/La Haye, Mouton, 1965.
Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927, Paris/La Haye, Mouton, 1962.

Chow Tse-tsung, The May Fourth Movement, Cambridge Mass., Harvard University Press, 1964.

Levine M. A., Chen San-ching, The Guomindang in Europe : a sourcebook of documents, Berkeley, Institute of East Asian Studies, University of California, 2000.

Li Shizeng xiansheng wenji 李石曾先生文集 (Oeuvres de M. Li Shizeng), Taibei, Zhongguo Guomindang zhongyang weiyuanhui dangshi weiyuanhui 中国国民党中央委员会党史委员会 Comité d’histoire du Guomindang), 1980, 2 vols.

Li Yongchang 李永昌, Lü E huagong yu shi yue geming 旅俄华与十月革命 (Les travailleurs chinois en Russie et la Révolution d’Octobre), Hebei jiaoyu chubanshe 河北教育出版社, Shijiazhuang 石家庄 1988.

Ni Huiru 倪慧如,, Zou Ningyuan 邹宁远, Ganlan guiguan de zhaohuan–canjia Xibanya neizhan de Zhongguoren (1936-1939) 橄榄桂冠的召喚–——参加西班牙内战的中国人 (1936-1939) (L’appel de la couronne d’olives et de lauriers : la participation des Chinois à la guerre civile espagnole, 1936-1939), Taipei, Renjian chubanshe 人间出版社, 2001, rééditée à Pékin en 2009.

Nogaro B., Weil L., La guerre et le travail. La main-d’œuvre étrangère et coloniale pendant la guerre, Paris, PUF, Publication de la Dotation Carnegie, 1926.

Qinghua daxue zhonggong dangshi jiaoyanzu 清华大学中共党史教研组 (Groupe d’enseignement et de recherche de l’Université Qinghua sur l’histoire du Parti communiste chinois) éd., Fufa qingong jianxue yundong shiliao 赴法勤俭学运动史料 (Matériaux historiques sur le mouvement de travail diligent et d’études frugales en France), Pékin, Beijing chubanshe 北京出版社, 1979-1981, 3 vols.

Ren Guixiang 任贵祥, Huaqiao yu Zhongguo minzu minzhu geming 华侨与中国民族民主革命 (Les Chinois d’outre-mer et la révolution chinoise nationaliste et démocratique), Pékin, Zhongyang bianyi chubanshe 中央编译出版社, 2006.

Shi Yisheng 施益生, « Huiyi Zhonggong lü Ou zhibu de guanghui yeji 回忆中共旅欧支部光辉业绩 » (Souvenirs sur les glorieux succès de la cellule européenne du Parti communiste chinois), dans Tianjin wenshi ziliao xuanji 天津文史资料选辑 (Collection de matériaux littéraires et historiques de Tianjin), vol. 15, Tianjin, Tianjin renmin chubanshe 天津人民出版社, 1981.

Shiu Wentang, Les organisations politiques des étudiants chinois en France dans l’entre-deux-guerres, thèse de doctorat de l’Université de Paris 7, 1990.

Summerskill M., China on the Western Front, Londres, Michael Summerskill, 1982.

Tyau Min-ch’ien T. Z., China Awakened, New York, Macmillan Company, 1922.

Van Der Stegen J., Les Chinois en France, 1915-1925, mémoire de maîtrise à l’Université de Nanterre, 1974.

Wang N., Émigration et politique : les étudiants-ouvriers chinois en France (1919-1925), Paris, Les Indes savantes, 2002.

Wou Piontchong (Wu Benzhong 吳木中), Les travailleurs chinois et la Grande Guerre, Paris, Pedone, 1939.

Xingbao 醒报 (Journal du Réveil), 1er janvier 1921.

Zhang Xunhou 张允侯, Yin Shuyi 殷叙彝, Li Junchen 李峻晨 éds., Liufa qingong jianxue yundong 留法勤俭学运动, (Le mouvement de travail diligent et d’études frugales en France), Shanghai, Shanghai renminchubanshe 上海人民出版社, 1980-1986, 2 vols.

Zhang Yan, Niu Fengyu, Recueil inédit de témoignages sur 18 travailleurs chinois recueillis au Shandong, 2010 : notamment no 7 Li Jingzhen 李景真, no 11 Jiang Jinghai 蒋镜海, no 15 Zhang Zongfang 张宗方.

Sources internet

Hebei dang shi wang 河北党史网 (Réseau d’histoire du Parti au Hebei), Zhonggong Tianjin shiwei weiyuan Yuan Zizhen 中共天津市委委员袁子贞 (Yuan Zizhen, membre du comité municipal du Parti de Tianjin), http://www.hebzx.cn/Article/hbmr/200806/20080618101744.html (site consulté le 26 janvier 2011).

Li Ling 李玲, 1924 nian Li Dazhao douliu Sulian qijian ruogan shishi zhishu 1924 年李大钊逗留苏联期间若干史实摭述 (Exposé de quelques faits historiques durant le séjour de Li Dazhao en Union soviétique en 1924), http://cpc.people.com.cn/GB/69112/71148/71165/4972676.html (site consul té le 26 janvier 2011).

Li Weihan 李维汉, Li Weihan tongzhi huiyi Zhongguo shehuizhuyi qingniantuan lü Ou zhibu 李锥汉同志回忆中国社会主义青年团旅欧之部 (Souvenirs du camarade Li Weihan sur la cellule de la Ligue de la jeunesse socialiste chinoise en Europe), http://gjgqt.cn/PubNews/HTML/897.html (site consulté le 26 janvier 2011).

Ma Zhiyuan lieshi 马志远烈士 (Le martyr Ma Zhiyuan), http://www.hudong.com/wiki/马志远烈士 (site consulté le 26 janvier 2011).

Shu Zhang 舒晻, Tamen wei zhengyi er zhan 他们为正义而战 (Ils se battaient pour la justice) :
http://www.cpaffc.org.cn/yszz/detail.php?subid=1431&id=532 (site consulté le 26 janvier 2011).

Zhonggong Hebei shengwei dang shi yanjiushi Hebei sheng shehui kexueyuan 中共河北省委党史研究室河北省社会科学院 (Centre de recherche d’histoire du parti du comité provincial du Hebei à l’Académie des sciences sociales du Hebei), Peng Zhen tongzhi zai Hebei de geming huodong 彭真同志在河北的革命活动 (L’activité révolutionnaire du camarade Peng Zhen au Hebei), http://cpc.people.com.cn/GB/69112/99985/100001/9809304.html (site consulté le 26 janvier 2011).

Notes

2 Archives du ministère des Affaires étrangères (citées ensuite AE), E 49, folio 37, Lettre de Tcheng Tchong, secrétaire général de la Fédération des travailleurs chinois en France au Président du Conseil, Paris, 21 avril 1925 ; ibid, folio 39, Note de la Direction des affaires politiques et commerciales à la Direction des affaires administratives et techniques, Paris, 11 mai 1925. AE, E 491, folios 73-75, Note du ministère des Affaires étrangères à la légation de Chine, Paris, 4 juin 1925.

3 Summerskill M., China on the Western Front, Londres, Michael Summerskill, 1982.

4 Chen San-ching, Huagong yu Ouzhan 與歐戰 (Les travailleurs chinois et la Première Guerre mondiale), Taipei, Zhongyang yanjiuyuan jindaishi yanjiusuo 中央研宄院近代史研究所 1986.

5 Li Yongchang 李永昌 Lü E huagong yu shi yue geming 旅俄华与十月革命 (Les travailleurs chinois en Russie et la Révolution d’Octobre), Hebei jiaoyu chubanshe 河北教育出版社 Shijiazhuang 石家庄, 1988.

6 AE, E 42, folios 159-160, note de Bradier sur la visite du chargé d’affaires de Chine, Paris, 4 août 1919 ; ibid., folio 161, Télégramme de Berthelot au Haut commissaire français à Constantinople, Paris, 5 août 1919 ; ibid., folios 164-165, Copie d’un télégramme daté du 9 août 1919, reçu de Stockholm par Lu Zhengxiang, ministre des Affaires étrangères et délégué chinois à la Conférence de la Paix.

7 Zhang Xunhou 张允侯,, Yin Shuyi 殷叙彝, Li Junchen 李峻晨 éds., Liufa qingong jianxue yundong 留法勤俭学运动 (Le mouvement de travail diligent et d’études frugales en France), (cité ensuite Liufa yundong), Shanghai, Shanghai renminchubanshe 上海人民出版社, 1980-1986, 2 vols., vol. 2, p. 351 (texte d’un reportage paru dans le Shishi xinbao 时事新报 (Nouveau journal des affaires actuelles) du 5 décembre 1920).

8 AE, E 37, folio 11, Lettre du ministre de la Guerre au ministre des Affaires étrangères, Paris, 8 janvier 1918.

9 Tyau Min-ch’ien T.Z., China Awakened, New York, Macmillan Company, 1922, p. 239-240.

10 Sur les attributions et l’organisation de ce service : Archives du Service historique de la Défense, Vincennes, (cité ensuite SHD), 5 N 134, Note relative au fonctionnement du Service d’organisation des travailleurs coloniaux en France, signée par le général Famin, directeur des Troupes coloniales, et Boschetti, chef du service, Paris, 10 janvier 1916. 7 N 161, Notification du cabinet du ministre de la Guerre, signée Galliéni, 1er janvier 1916.

11 Chen T., Chinese migrations. With special reference to labor conditions, (reprint Taipei, Cheng Wen, 1967), Bulletin of the US Bureau of Labor Statistics, Washington, 1923, Ce livre consacre un chapitre aux travailleurs chinois employés en France pendant la Grande Guerre. Sur les Chinois recrutés par le gouvernement français, l’auteur utilise seulement des documents, dont certains d’origine française, alors disponibles au U.S. Bureau of Labor Statistics et au Bureau chinois de l’émigration, ainsi que des rapports publiés par le Comité international de la YMCA d’Amérique du Nord et quelques témoignages de responsables chinois de la YMCA.

12 SHD, 7 N 435, Lettre du ministre des Affaires étrangères au ministre de la Guerre, Paris, 11 juin 1915 ; Note de la Direction des troupes coloniales au sujet du recrutement de travailleurs chinois, 23 octobre 1915.

13 On trouve une bonne vue d’ensemble dans SHD, 6 N 111, Rapport au Sous-Secrétaire d’État de la Présidence du Conseil, début juin 1918. Le fonds Albert Thomas conservé aux Archives nationales contient d’autres documents complémentaires : Archives nationales (citées ensuite AN), AP 94/123, Monographie des services de la main-d’œuvre des fabrications de guerre au 1er janvier 1918 (rédigée par un ancien collaborateur d’Albert Thomas), Historique du Service ouvrier (sans date, probablement fin 1917), Procès-verbaux des réunions des chefs de section de la main-d’œuvre de mars à septembre 1917, Rapports mensuels de la Direction de la main-d’œuvre de mars 1917 à septembre 1918.

14 SHD, 5 N 134, no 186 bis, Note de la Direction des troupes coloniales pour le ministre de la Guerre, Paris, 14 février 1916, et Télégramme du ministre de la Guerre à Truptil, Paris, 16 février 1916. Suivant la suggestion du SOSTC, le ministre de la Guerre avait enjoint à Truptil de demander une résiliation possible au bout d’un an, mais devant la résistance des interlocuteurs chinois, un compromis avait été trouvé sur une durée de trois ans : AE, E 41, folio 12, Télégramme du ministre Conty, Pékin, 16 mars 1916 ; folio 23, ibid., Pékin, 20 avril 1916.

15 AE, E 41, folio 72, Télégramme du chargé d’affaires de Martel, Pékin, 25 septembre 1916 ; folio 84, Télégramme du consul Cremer, Hong Kong, 14 octobre 1916. Ce recrutement, approuvé par le ministre de la Guerre le 12 juin 1916, avait été proposé et exécuté par le sergent Gérin, alors affecté à l’atelier de réparation de l’aviation de Saint-Cyr, qui, dans le civil, dirigeait une importante maison de commerce à Canton. Ces ouvriers, prévus à l’origine pour les usines d’aviation, recevaient le salaire des ouvriers spécialisés français. Pour chacun, le ministère de la Guerre n’avait à sa charge que 15 francs de frais de recrutement, 600 francs de transport et la fourniture d’un habillement. Les opérations étaient subordonnées à l’autorité de Truptil, chef de la mission française de recrutement à Pékin : SHD, 6 N 149, Rapport du SOSTC au ministre de la Guerre, Paris, 18 mai 1916, et approbation du ministre de la Guerre, 12 juin 1916 ; Dépêche du ministre de la Guerre à Truptil, Paris, 21 novembre 1916.

16 Ce point est confirmé par un étudiant chinois venu visiter les travailleurs chinois de l’usine de moteurs La Chaléassière à Saint-Étienne, en 1920, dont le récit fut publié par le quotidien de Shanghai Chenbao 晨报, le 8 et 9 janvier 1921. L’article est reproduit dans Qinghua daxue zhonggong dangshi jiaoyanzu 清华大学中共党史教研组 (Groupe d’enseignement et de recherche de l’Université Qinghua sur l’histoire du parti communiste chinois) éd., Fufa qingong jianxue yundong shiliao 赴法勤俭学运动史料 (Matériaux historiques sur le mouvement de travail diligent et d’études frugales en France), (cité ensuite Fufa), Pékin, Beijing chubanshe 北京出版社, 1979, vol. 1, pp. 261-265. L’information citée est p. 264.

17 SHD, 19 N 1397, Lettre de Boschetti, chef du SOSTC, aux directeurs d’établissements employant de la main-d’œuvre chinoise, au commandant du Dépôt des travailleurs coloniaux de Marseille, aux commandants régionaux des groupements de travailleurs coloniaux et aux commandants de groupements de travailleurs chinois, juin 1918.

18 AE, E 42, folio 154, Télégramme de Boppe, Pékin, 25 janvier 1919 ; folio 155, Télégramme de Boppe, Pékin, 24 mars 1919.

19 AE, E 42, folios 178-179, Dépêche du consul général Beauvais, Canton, 17 mars 1920.

20 C’est le chiffre donné par le lieutenant Lucien Weil, qui faisait partie du personnel du SOSTC, dans l’ouvrage publié avec l’économiste Nogaro Bertrand, La guerre et le travail. La main-d’œuvre étrangère et coloniale pendant la guerre, Paris, PUF, Publication de la Dotation Carnegie, 1926, p. 25. Il est vérifié par les comptages que j’ai pu faire dans les archives du ministère des Affaires étrangères et de la Guerre concernant les chargements des bateaux arrivés à Marseille. Il est le même que celui cité en note par Chen T., op. cit., p. 144, d’après une note du 26 avril 1922 adressée par le Ministère de la Guerre au U.S. Bureau of Labor Statistics.

21 Nogaro B., Weil L., op. cit., p. 25.

22 Un rapport du début juin 1918 précise que 1115 travailleurs chinois du contingent français ayant rompu leur contrat avaient été rapatriés de ce fait, et que 104 étaient sur le point de l’être pour la même raison : SHD, 6 N 111, Rapport du ministère de la Guerre au Sous-secrétariat d’État de la Présidence du Conseil.

23 Il semble n’y avoir eu aucune exécution parmi le contingent recruté par les Français. En revanche, il y eut 10 exécutions par décision des cours martiales parmi le contingent anglais : Summerskill M., op. cit., p. 82.

24 AN, AP 94/123, Ministère de l’Armement, rapport mensuel de la Direction de la main-d’œuvre pour septembre 1918.

25 AE, E 37, folio 104, Dépêche du consul à Yunnanfu, 31 janvier 1919. Des hommages ont été récemment rendus à la mémoire de Ma Yipao par l’ambassadeur de France à Pékin, lors de la célébration du 90e anniversaire de l’armistice le 12 novembre 2008, et à Paris, par le secrétaire d’État aux Anciens combattants, en février 2009.

26 Chen San-ching, op. cit., p. 159, 165-166.

27 Summerskill M., China on the Western Front, (Londres, 1982), p. 197.

28 AE, E 42, folios 157-158, Dépêche du consul à Liverpool, 19 juin 1919.

29 SHD, 5 N 262, Lettre de Foch à Clémenceau, 13 juin 1919 : 7 N 2288, Vœu émis le 26 juin 1919 par la conférence réunie au ministère des Régions libérées, et Analyse des documents reçus du 1er au 15 août 1919 ; 7 N 2289, Dossier sur la Conférence interalliée du 16 août 1919 sur le nettoyage des régions libérées.

30 SHD, 7 N 1297, Procès-verbal de la réunion du 18 octobre 1919 au ministère de la Reconstruction avec le général Gibb, représentant le commandant en chef de l’armée anglaise en France.

31 SHD, 7 N 1297, Bonneuil, chef du Services des travailleurs coloniaux, au chef du Service de liaison français auprès du commandant des troupes britanniques en France et dans les Flandres, Paris, 7 novembre 1919.

32 SHD, 19 N 1397, Note du quartier général de la 8e armée, 3 novembre 1916.

33 Un relevé destiné à la conférence du 18 octobre 1919 au ministère de la Reconstruction avec le général Gibb, tenue pour remédier au problème, recense 23 actes criminels (meurtres, viols, vols à main armée) du 1er février au 18 octobre 1919 dans le Nord et la Somme : SHD, 7 N 1297.

34 SHD, 7 N 2289, Pétain à Clémenceau, 25 septembre 1919. Ce carton contient aussi de nombreuses plaintes locales contre les Chinois datées de juillet à novembre 1919, et une note de Clémenceau du 8 octobre 1919 enjoignant de prendre contact avec le général Asser, chef de l’armée britannique en France, pour régler les problèmes. Dans le carton 5 N 165, on trouve des télégrammes du maire de Lille, des préfets du Pas de Calais et de l’Aisne, datés de septembre et octobre 1919, réclamant le départ immédiat des Chinois, au nom des populations « terrorisées ».

35 SHD, 7 N 1297, Procès verbal de la réunion du 18 octobre 1919 au ministère de la Reconstruction.

36 SHD, 7 N 1297, Note de l’État-major de la 1e CA au chef du Service de liaison franco-britannique à Wimereux, Lille, 12 novembre 1919.

37 SHD, 7 N 2289, Lettre du ministre de la Guerre au ministre des Affaires étrangères, 8 novembre 1919, et Lettre de Clémenceau au ministre de la Guerre, 28 décembre 1919.

38 Ibid., Rapports du Service de liaison franco-britannique à Wimereux des 31 octobre 1919, 17 mars et 19 avril 1920.

39 Summerskill M., op. cit., p. 199.

40 SHD, 7 N 1297, Procès-verbal de la réunion du 18 octobre 1919 au ministère des Régions libérées pour examiner la question de la main-d’œuvre chinoise. Le chiffre est donné par Boschetti, qui précise que 10 000 Chinois se trouvent dans le Nord et 18 000 dans l’intérieur.

41 SHD, 7 N 1297, Lettre de l’état-major de la Section franco-britannique à l’officier chef de service de liaison franco-britannique à Wimereux, Lille, 12 novembre 1919. Dès le 22 août 1919, une circulaire du SOSTC avait enjoint à tous les commandants régionaux de « chercher le plus vite possible les travailleurs chinois susceptibles d’être rapatriés pour mauvaise conduite persistante, entrainant la rupture du contrat » ; le 29 octobre 1919, une autre circulaire ajoutait que les ouvriers chinois « en état d’absence irrégulière » étaient passibles d’un rapatriement d’office pour cause de rupture de contrat : SHD, 7 N 161.

42 On en trouve l’écho dans de nombreux récits de visites effectuées par des Chinois dans des usines françaises où travaillaient leurs compatriotes à l’automne 1919 et au cours de 1920 : voir les articles reproduits dans Liufa yundong, vol. 2, p. 256-260, 269-272, 337-338, 339-341, 347-367.

43 Contrairement à l’allégation de Chen T., op. cit., p. 154, le ministère de l’Intérieur n’a pas « interdit » les mariages avec les Chinois, mesure qu’il n’avait aucun pouvoir de prendre, mais a simplement diffusé dans les mairies des avis mettant en garde les femmes françaises contre les risques personnels qu’elles encouraient en épousant un Chinois : SHD, 7 N 161, Circulaire du SOSTC du 22 juin 1919.

44 Liufa yundong, vol. 2, p. 260-261, 890-894 (documents publiés en novembre 1919 et lettre du Préfet de police du 24 décembre 1920, conservée dans AN, F 7, 12900). La demande de reconnaissance est déposée le 11 novembre, la parution au Journal officiel du 18 novembre 1919.

45 Liufa yundong, vol. 2, p. 274 : récit du journaliste anarchiste Xiao Zisheng 萧子升, qui était alors à Paris, paru dans Huagong zazhi 杂志, no 46, 25 mai 1920.

46 Ibid., vol. 2, p. 275-276, 282-284.

47 Sur ces deux organismes (Faguo huaqiao xieshe 法国华侨协社 et Guoji pinghe cujin hui 国际平和促进会),voir les documents reproduits dans Liufa yundong, vol. 2, p. 424-444.

48 Ibid., vol. 2, p. 277-278, récit de Xiao Zisheng, et p. 300-305, reportage de Li Huang 李璜,du 15 avril 1920.

49 Ibid., vol. 2, p. 298, récit de Xiao Zisheng.

50 Ibid., vol. 2, p. 308, avis des dissidents ; vol. 2, p. 335, récit de Yuan Zizhen 子贞, un des chefs de l’Association des travailleurs, 25 avril 1923.

51 Tous les événements mentionnés ci-dessus ne sont connus que par des documents chinois. Je n’ai pu en retrouver aucune trace dans les archives françaises, sauf des demandes individuelles de prolongation de séjour : AE, E 42, folios 176-177, Envoi à la Présidence de la République et au ministre de la Guerre de traductions de lettres d’ouvriers chinois, Paris 9 juillet 1920. Certaines affirmations des témoignages chinois sont inexactes, notamment concernant un article de soutien publié par L’Humanité en mars 1920 : à l’époque, ce journal ne souffle pas mot du problème des travailleurs chinois.

52 Liufa yundong, vol. 2, p. 278-279, récit de Xiao Zisheng.

53 Ibid., p. 310-319, divers documents sur l’activité ; vol. 2, p. 336, récit de Yuan Zizhen.

54 Je n’ai pas retrouvé dans les archives de la Guerre les documents relatifs à cette question, mais la mesure est attestée par la correspondance des Affaires étrangères : AE, E 491, folios 73-75, Note du ministère des Affaires étrangères à la légation de Chine, Paris, 4 juin 1925.

55 AE, E 491, Rapport du capitaine Brissaud Desmaillet au ministre de la Guerre sur les Chinois en France, Paris, 26 juin 1925. Le total donné par le capitaine de « 3 000 ouvriers et apprentis » chinois en France inclut alors 1400 étudiants-ouvriers arrivés après la guerre.

56 Liufa yundong, vol. 2, p. 336.

57 Levine M. A., Chen Sanjing, The Guomindang in Europe : a sourcebook of documents, Berkeley, Institute of East Asian Studies, University of California, 2000, p. 146. Le chiffre de « 4000 à 5000 » donné par Wang Xingqi dans une lettre du 3 mars 1923 reproduite par ce recueil (p. 37-38) semble très excessif, à moins que l’auteur ne compte dedans les marins chinois, alors nombreux, employés sur les bateaux français.

58 Wou, Piontchong (Wu Benzhong 吳木中), Les travailleurs chinois et la Grande Guerre, Paris, Pedone, 1939, p. 16. L’auteur cite une lettre du War Office à la légation de Chine à Londres du 20 janvier 1921 précisant que sur le contingent qu’il avait recruté, le gouvernement anglais avait rapatrié 91 452 travailleurs chinois, dont 73 étaient décédés au cours du voyage. Par ailleurs, 1949 étaient morts en Europe. Chen San-Ching, op. cit., p. 153, cite Wou, mais avec une erreur d’impression sur les chiffres.

59 Outre le témoignage des agents recruteurs, qui chez les Anglais recouraient toujours aux empreintes digitales (Summerskill M., op. cit., p. 66, 69, 87, 102) et chez les Français observaient que la plupart des travailleurs signaient leur engagement avec une croix, les comptes-rendus du contrôle postal français constatent que sauf les lettres des interprètes, les courriers envoyés par les Chinois sont, à l’évidence, écrits par un écrivain public, souvent sur le même modèle : SHD, 7 N 398, Commission du contrôle postal de Marseille, rapport moral et politique, mai-décembre 1916, et 1917. Cependant, dans le petit contingent (6 000 hommes) des travailleurs recrutés par les Français à Hong Kong et Shanghai, la proportion d’illettrisme était bien moindre. Un rapport sur l’arrivée à Marseille en novembre 1916, de 431 ouvriers et 9 contremaîtres de Shanghai, et 105 ouvriers de Canton et Hong Kong note qu’on compte parmi eux peu d’illettrés, que la connaissance des idéogrammes est « assez répandue », que plusieurs parlent le pidgin-English, deux ou trois un peu de français. On constate la présence parmi eux de « quelques anciens boys [domestiques chez des étrangers], d’étudiants, de plusieurs révolutionnaires qui ont pris part aux derniers mouvements du Sud contre le Nord, aux troubles de Canton » : SHD, 7 N 398, Commission de contrôle de Marseille, Inspection du contingent de travailleurs chinois arrivé le 17 novembre 1916 par le vapeur Paul Lecat.

60 SHD, 7 N 161, Circulaire du SOSTC du 27 juillet 1918.

61 Selon la proposition de Truptil et de la légation, l’armée française avait créé des écoles à Pékin et Shanghai en janvier 1918 pour former des interprètes chinois en six mois : AE, E 47, folio 57, Télégramme de de Martel, Pékin, 1er novembre 1917 ; folio 59, ministre des Affaires étrangères au ministre de la Guerre, Paris, 7 novembre 1917, avec accord téléphonique du ministère de la Guerre du 3 novembre 1917 ; SHD, 6 N 149, Note du 2e bureau au ministre de la Guerre, Paris, 9 janvier 1918, et décision signée par Jules Jeanneney du 9 janvier 1918 allouant un financement de 1500 piastres chinoises par mois pendant un an. Ces écoles comptaient 326 élèves en mai 1918. Il était prévu d’en former 240 en un an pour compléter l’effectif d’une centaine d’interprètes déjà envoyés avec les travailleurs. Mais il semble que moins d’une dizaine de ces candidats fut expédiée en France. Dans de nombreux camps, on suppléa au besoin par des missionnaires sous les drapeaux, par des militaires des troupes coloniales ayant servi en Chine ou même par des travailleurs sortis du rang : SHD, 4 N 63, Note pour l’État-major des armées, Paris, 25 mai 1918, et Télégramme du commandant Tambrun, Pékin, 18 juin 1918. Les Anglais se procuraient des interprètes en donnant une formation sommaire à des Chinois recommandés sur place à Qingdao et complétaient, comme les Français, par des missionnaires et militaires coloniaux : Summerskill M., op. cit., p. 226.

62 Zhang Yan, Niu Fengyu, Recueil inédit de témoignages sur 18 travailleurs chinois recueillis au Shandong, 2010 (communication dans le colloque international « Les travailleurs chinois dans la 1ère Guerre mondiale », 26-30 mai 2010, Boulogne/mer & Ypres) : notamment no 7 Li Jingzhen 李景真, no 11 Jiang Jinghai 蒋镜海, no 15 Zhang Zongfang 张宗方.

63 C’est à cette date que l’armée britannique demande et obtient des autorités militaires françaises les permis de circulation (Red permits) pour le personnel chinois et américain que la YMCA veut employer pour « distraire » le contingent chinois des Anglais, comme elle le fait déjà pour leurs troupes : SHD, 16 N 1590, Lettre du directeur des services de la mission française attachée à l’Armée britannique au Général commandant en chef du Grand quartier général, 2 juillet 1918, et note de réponse du 9 juillet 1918.

64 Wou P., op. cit., p. 25.

65 Fufa, vol. 1, p. 152, reportage du journal Chenbao, 3-8 avril 1921 ; vol. 1, p. 255, enquête du Bureau d’émigration, mai 1919. En octobre 1920 au Creusot, sur 4000 travailleurs chinois presque tous illettrés, dont 1 000 ont signé une demande pour rester en France, la YMCA, après deux ans de présence, n’a réussi qu’à apprendre 600 caractères à 36 d’entre eux, et quelques rudiments d’écriture à 20 : Liufa yundong, vol. 2, p. 339-341, reportage publié dans le Qunbao 群报 de Canton, 29-31 décembre 1920.

66 Voir le témoignage de Chen Weixin 陈维新, qui avait justement mené une telle expérience d’avant-garde, lors d’une conférence à son retour à Shanghai en juin 1920, publiée dans le Shishi xinbao du 15 juin 1920 : Fufa, vol. 1, p. 272-274.

67 Shiu Wentang, Les organisations politiques des étudiants chinois en France dans l’entre-deux-guerres, thèse de doctorat de l’Université de Paris 7, 1990, p. 36. Le journal chinois créé par la YMCA pour les travailleurs cesse de paraître en janvier 1921.

68 Chen T., op. cit., p. 154.

69 Fufa, vol. 1, p. 256-257, extrait de Lü Ou jiaoyu yundong 旅欧教育运动 (Le mouvement d’éducation en Europe), 1916. AE, E 41, folio 25, Note de la Direction politique pour la Direction administrative sur la Société d’éducation franco-chinoise, Paris, avril 1916.

70 Fufa, vol. 1, p. 261, donne un témoignage dans une usine de Saint-Étienne en 1920 : 15 seulement des 70 ouvriers suivent les cours, mais ils lisent des journaux chinois et informent leurs camarades de l’actualité ; vol. 1, p. 251, dans une usine de Dunkerque en décembre 1920, une centaine des 290 travailleurs sont affiliés à l’Association des travailleurs chinois et s’instruisent mutuellement.

71 Fufa, vol. 1, p. 244, article du Shishi xinbao, 28-29 février 1920.

72 Liufa yundong, vol. 2, p. 366.

73 Ibid., vol. 1, p. 259, article du Shishi xinbao, 26 décembre 1920. À la poudrerie de Vonges, où travaillaient 930 Chinois, les interprètes avaient organisé un enseignement. De juillet 1917 à mars 1918, la fréquentation des cours de chinois était passée de 5 à 9 %, celle du cours de français de 2 à 5 %, celle du cours de science de 3 à 6 %. L’usine fut fermée le 1er janvier 1919 et les ouvriers dispersés ailleurs : Fufa, vol. 1, p. 252-254, rapport d’enquête du Bureau d’émigration publié à Pékin en mai 1919 ; SHD, 6 N 149, « Mouvement des travailleurs coloniaux et chinois en service dans les poudreries depuis l’armistice », tableau établi par le SOSTC, Paris, 13 janvier 1919.

74 Fufa, vol. 1, p. 154.

75 SHD, 18 N 207, Directive du SOSTC aux commandants des groupements de travailleurs chinois, Paris, 21 juin 1917.

76 SHD, 7 N 161, Note de la présidence du Conseil à la Direction des troupes coloniales, Paris, 13 janvier 1918.

77 Ibid., Circulaire du SOSTC du 24 février 1918. Il ne reste malheureusement aucune trace des réponses éventuelles à cette circulaire en ce qui concerne les Chinois.

78 Ibid., Circulaire du SOSTC du 11 avril 1918.

79 Ibid., Circulaire du SOSTC du 17 mai 1918 ; 19 N 1397, Boschetti au général commandant de la 8e armée, Paris, 26 juillet 1918. Fufa, vol. 1, p. 256.

80 SHD, 7 N 161, Circulaire du SOSTC du 28 mars 1918.

81 Liufa yundong, vol. 2, p. 247-248, septembre 1919 ; p. 355-356, décembre 1920 ; p. 364, janvier 1921.

82 SHD, 5 N 159, Télégramme du préfet de la Loire, Saint-Étienne, 4 juin 1917.

83 Ibid., Télégrammes du préfet de la Loire du 17 et 23 juillet 1917.

84 SHD, 5 N 160, Message téléphonique du général commandant la 13e division, 4 décembre 1917.

85 AE, E 41, folio 143, article de L’Humanité du 16 janvier 1917 interdit par la censure.

86 Ils se plaignirent avec véhémence des conditions de la traversée et la presse chinoise s’en fit l’écho : AE, E 41, folio 111, Télégramme de Truptil, chef de la mission de recrutement, au ministre de la Guerre, Shanghai, 21 novembre 1916. Leur première installation dans des camps pourtant bien aménagés s’accompagna de multiples incidents violents : ibid., folio 134, Lettre privée de Jantzen à Bodard, consul de France, Chatellerault, 8 janvier 1917. Cet interprète, ancien missionnaire au Yunnan, écrit : « Je tiens pour assuré que certains Chinois sont menés, soudoyés, pour créer du désordre ; car ces gens, c’est un fait, sont autrement maniables chez eux qu’ici et l’esprit de solidarité ne peut pas seul expliquer leur insubordination. »

87 Liufa yundong, vol. 2, p. 246-247 : description par un journaliste chinois qui avait beaucoup circulé à travers les groupements, en août 1919.

88 Ibid., vol. 2, p. 288 : discours de Ma Zhiyuan du 6 avril 1920 ; p. 334 : récit de Yuan Zizhen, un camarade de Ma Zhiyuan, avril 1923 ; p. 338, lettre d’un étudiant chinois au Creusot, février 1920 ; Ma figure sur la liste des élèves de l’école ouvrière ouverte à Paris en avril 1916 par Li Shizeng, Fufa, vol. 1, p. 256-257. D’après des archives internes du PCC, c’était un jeune charpentier de village pourvu d’une instruction primaire, originaire de Gaoyang au Zhili, que Li Shizeng et ses amis avaient fait venir en France en 1912 pour travailler à l’usine « La Viscose » à Arques-la-Bataille près de Dieppe ; quand l’usine avait fermé au début de la guerre, il avait travaillé à Paris et après un an à l’école ouvrière de Li Shizeng où il apprit à lire et parler le français, avait été embauché comme interprète et contremaître des travailleurs chinois affectés chez Schneider au Creusot : Ma Zhiyuan lieshi 马志远烈士 (Le martyr Ma Zhiyuan), http://www.hudong.com/wiki/马志远烈士 (site consulté le 26 janvier 2011).

89 Liufa yundong, vol. 2, p. 334, sur la création de l’organisation ; p. 247, sur le haut niveau d’instruction et le talent de rédaction de Pan ; il faut noter aussi qu’à la différence des autres ouvriers, Pan était souvent désigné avec son prénom de courtoisie, Shoushi 瘦石. Selon les informations de la Préfecture de police en décembre 1920, Pan avait alors 35 ans et était arrivé en France en 1916 : AN, F 7 12900, Lettre du Préfet de police au ministre de l’Intérieur, Paris, 24 décembre 1920.

90 Liufa yundong, vol. 2, p. 260-269, 274.

91 Ibid., p. 272.

92 Selon une statistique officielle citée par le Xingbao 醒报 (Journal du Réveil) du 1er janvier 1921, il restait en France 17 171 travailleurs chinois en décembre 1920.

93 Liufa yundong, vol. 2, p. 336, récit de Yuan Zizhen, 25 avril 1923.

94 Ibid., p. 331, à Mondreville dans le Calvados en novembre 1920 ; p. 341, au Creusot en décembre 1920 ; p. 347, à Dunkerque en novembre 1920 ; p. 364, à Saint-Étienne en décembre 1920.

95 Voir les listes dans Liufa yundong, vol. 1, p. 54 ; vol. 2, p. 262, 268, 274, 280, 300-304, 312-313.

96 Cf. la transcription de son discours à l’assemblée du 6 avril 1920 et la profession de foi diffusée par l’association en août 1920 : Ibid., vol. 2, p. 288, 313-316.

97 Ibid., vol. 2, p. 330, avis donné par Ma Zhiyuan.

98 Wang Nora, Émigration et politique : les étudiants-ouvriers chinois en France (1919-1925), Paris, Les Indes savantes, 2002, p. 243. L’adhésion de Ma au parti est attestée par les souvenirs de Li Weihan 李维汉, Li Weihan tongzhi huiyi Zhongguo shehuizhuyi qingniantuan lü Ou zhibu 李锥汉同志回忆中国社会主义青年团旅欧之部 (Souvenirs du camarade Li Weihan sur la cellule de la Ligue de la jeunesse socialiste chinoise en Europe), http://gjgqt.cn/PubNews/HTML/897.html (site consulté le 26 janvier 2011).

99 Ma Zhiyuan lieshi, op. cit.

100 Shi Yisheng 施益生, « Huiyi Zhonggong lü Ou zhibu de guanghui yeji » 回忆中共旅欧支部光辉业绩 (Souvenirs sur les glorieux succès de la cellule européenne du parti communiste chinois), dans Tianjin wenshi ziliao xuanji 天津文史资料选辑 (Collection de matériaux littéraires et historiques de Tianjin), vol. 15, Tianjin, Tianjin renmin chubanshe 天津人民出版社, 1981, p. 118.

101 Ma Zhiyuan lieshi, op. cit.

102 Cf. son récit en forme de confession du 25 avril 1923 : Liufa yundong, vol. 2, p. 332-337.

103 Fufa, vol. 2bis, p. 846, rapport de Zhou Enlai du 13 mars 1923.

104 Il a ressuscité cette association au Creusot en octobre 1922, avec un journal, Gongren xunbao 工人旬报 (Décade ouvrière), sous obédience communiste : Liufa yundong, vol. 2, p. 337 ; Shiu Wentang, op. cit., p. 38-39, 93.

105 Fufa, vol. 2bis, p. 759-761, 771, 774.

106 Li Ling 李玲, 1924 nian Li Dazhao douliu Sulian qijian ruogan shishi zhishu 1924 年李大钊逗留苏联期间若干史实摭述 (Exposé de quelques faits historiques durant le séjour de Li Dazhao en Union soviétique en 1924), http://cpc.people.com.cn/GB/69112/71148/71165/4972676. html (site consulté le 26 janvier 2011). D’après les archives consultées par l’auteur, Yuan Zizhen préside la séance de la cellule du parti communiste chinois à Moscou où Li Dazhao, le 12 octobre 1924, fait un long rapport sur la situation intérieure en Chine, et est envoyé en Chine le 3 décembre.

107 Zhonggong Hebei shengwei dang shi yanjiushi Hebei sheng shehui kexueyuan 中共河北省委党史研究室河北省社会科学院 (Centre de recherche d’histoire du parti du comité provincial du Hebei à l’Académie des sciences sociales du Hebei), Peng Zhen tongzhi zai Hebei de geming huodong 彭真同志在河北的革命活动 (L’activité révolutionnaire du camarade Peng Zhen au Hebei), http://cpc.people.com.cn/GB/69112/99985/100001/9809304.html (site consulté le 26 janvier 2011). Hebei dang shi wang 河北党史网 (Réseau d’histoire du Parti au Hebei), Zhonggong Tianjin shiwei weiyuan Yuan Zizhen 中共天津市委委员袁子贞 (Yuan Zizhen, membre du comité municipal du Parti de Tianjin), http://www.hebzx.cn/Article/hbmr/200806/20080618101744.html (site consulté le 26 janvier 2011).

108 Shu Zhang 舒障, Tamen wei zhengyi er zhan 他们为正义而战 (Ils se battaient pour la justice) : http://www.cpaffc.org.cn/yszz/detail.php?subid=1431&id=532 (site consulté le 26 janvier 2011). La source de cet article est l’enquête de Ni Huiru et Zou Ningyuan 倪慧如和邹宁远, Ganlan guiguan de zhaohuan—canjia Xibanya neizhan de Zhongguoren (1936-1939). 橄榄桂冠的召喚———参加西班牙内战中国人 (1936-1939) (L’appel de la couronne d’olives et de lauriers : la participation des Chinois à la guerre civile espagnole, 1936-1939), Taipei, Renjian chubanshe 人间出版社, 2001, rééditée à Pékin en 2009. Voir aussi Benton Gregor, Chinese migrants and internationalism : forgotten histories, 1917-1945, Londres, Routledge, 2007, p. 25, 68-69.

109 Le franc valait 35 cents chinois en 1916, 7 seulement en 1921 : Summerskill M., op. cit., p. 199.

110 Fufa, vol. 1, p. 258, 261.

111 AE, E 41, folio 143, article de L’Humanité du 16 janvier 1917 interdit par la censure. Il s’agit d’un calcul grossier fondé sur le chiffre initialement projeté de 70 000 travailleurs (alors que l’effectif ne fut que la moitié) et sur un coût de base de 1 000 francs par homme payé par le ministère de la Guerre pour le transport, les frais de recrutement et l’indemnité de départ versée aux familles. Le coût de base réel, avec nourriture et salaire pendant la traversée, était de 1 200 francs : AE, E 41, folio 31, Télégramme de Conty, Pékin, 12 mai 1916.

112 Fufa, vol. 1, p. 259, article du Shishi xinbao du 20 décembre 1920. Liufa yundong, vol. 2, p. 332, article du Huagong xunkan 旬刊 (titre français : Le travailleur chinois), organe de l’Association des travailleurs chinois en France, 15 février 1921 ; p. 348, reportage du Chenbao à Dunkerque, 13-14 janvier 1921 ; p. 254-355, reportage du Shishi xinbao, 5-6 décembre 1920.

113 Chen T., op. cit., p. 151, d’après le Bureau chinois d’émigration.

114 Lettre citée par Chen T., op. cit., p. 154.

115 AE, E 42, folio 154-155, Télégrammes du ministre Boppe, Pékin, 25 janvier et 24 mars 1919 ; folio 170, Télégramme de Boppe, Pékin, 24 novembre 1919 ; folio 178, télégramme du consul Beauvais, Canton, 17 mars 1920.

116 Chen T., op. cit., p. 157-158.

117 Chen San-ching, op. cit., pp. 167-172, en donne le détail d’après les archives chinoises.

118 Article du 19 septembre 1920 de la revue Laodong jie 劳动界 (Le monde du travail), reproduit et traduit dans Chesneaux J., Les syndicats chinois 1919-1927, Paris/La Haye, Mouton, 1965, p. 104-108.

119 Ibid., p. 50 ; Chesneaux J., Le mouvement ouvrier chinois de 1919 à 1927, Paris/La Haye, Mouton, 1962, p. 232-235, 287.

120 AE, E 42, folios 185-186, Dépêche du consul Saussine, Tianjin, 18 mars 1922.

121 Chow Tse-tsung, The May Fourth Movement, Cambridge Mass., Harvard University Press, 1964, p. 40, 256.

122 Levine M. A, Chen San-Ching, The Guomindang in Europe : a sourcebook of documents, Berkeley, Institute of East Asian Studies, University of California, 2000, p. 47, 54-55 ; Benton G., op. cit., p. 52-54.

123 Ren Guixiang 任贵祥, Huaqiao yu Zhongguo minzu minzhu geming 华侨与中国民族民主革命, (Les Chinois d’Outre-Mer et la révolution chinoise nationaliste et démocratique), Pékin, Zhongyang bianyi chubanshe 中央编译出版社 2006, p. 32-37.

124 Lettre du directeur général du 28 juin 1920 citée par Van Der Stegen, J., Les Chinois en France, 1915-1925, mémoire de maîtrise à l’Université de Nanterre, 1974, p. 77.

125 Tyau T.Z., op. cit., p. 237.

126 Cf. les récits recueillis par Zhang Yan, Niu Fengyu, op. cit.

127 Blick J., « The Chinese Labor Corps in World War », in Papers on China, IX, Cambridge Mass., Harvard University, Center for East Asian Studies, 1955, p. 133.

128 Il fait venir de la main-d’œuvre chinoise en France depuis 1908, d’abord de la sous-préfecture de Gaoyang 高阳 au Zhili (Hebei actuel), d’où est originaire sa famille, pour travailler dans sa fabrique de soja en banlieue parisienne, puis dans d’autres entreprises. En juin 1915, il explique à son ami Wu Zhihui 吳稚晖 (1864-1953) qu’en raison de la pénurie de main-d’œuvre en France, ses travailleurs sont mieux payés que les Français et peuvent mettre de l’argent de côté pour faire ensuite des études ou payer l’éducation de leurs enfants. Il prévoit donc d’en faire venir davantage, auxquels on pourra apprendre à se doter de meilleures organisations professionnelles, procurer une instruction technique et générale, de façon à constituer un « parti du travail » (gongdang 党), qui régénérera les basses classes de la société chinoise, tandis que le programme des étudiants-ouvriers contribuera à régénérer la classe moyenne : Li Shizeng wenji, 李石曾先生文集 (Œuvres de M. Li Shizeng), Taibei, Zhongguo Guomindang zhongyang weiyuanhui dangshi weiyuanhui 中国国民党中央委员会党史委员会 (Comité d’histoire du Guomindang), 1980, vol. 2, p. 308-309, 334.

129 Li Shizeng écrivit au ministère de la Guerre le 4 mars 1916, en proposant que sa Société franco-chinoise d’éducation effectue un recrutement dans le Sud de la Chine. Le ministère accepta le 6 mars 1916. La mission de recrutement fut constituée par une dépêche du 23 avril 1916, lui furent adjoints le chef de bataillon Grillet, les lieutenants Chassigneux et Vitry, le médecin de la Marine Victor Segalen, qui partirent le 24 janvier 1917, en passant par l’Indochine. À la demande du ministère du Travail et des Affaires étrangères, la mission fut placée sous l’autorité de Truptil : SD, 6 N 149, Lettre du directeur des troupes coloniales au directeur de la Société franco-chinoise d’éducation, Paris, 23 avril 1916 ; Lettre du cabinet du ministre du Travail au SOSTC, 14 octobre 1916 ; Lettre du SOSTC à Truptil, Paris, 21 novembre 1916 ; 6 N 139, Note de la Direction des troupes coloniales pour l’État-major 2e bureau, Paris, octobre 1917. AE, E 41, folios 144-145, Note sur la visite du commandant Grillet, Paris, 17 janvier 1917.
On doit noter qu’à l’époque et plus tard, dans tous ses écrits en chinois et ceux de ses protégés, Li Shizeng prétendait avoir un contrat de recrutement pour le compte du ministère du Travail, qui était venu le solliciter. En fait, il s’était d’abord adressé au ministère du Travail, le 31 janvier 1916, qui, devant la réticence des Affaires étrangères, l’avait dirigé vers la Guerre : AE, E 41, folios 148-154. Note de la sous-direction des Unions internationales sur la mission chargée de recruter de la main-d’œuvre en Chine, Paris, 23 janvier 1917.

130 Le jeune envoyé de Li Shizeng, Li Guang’an 李广安, était arrivé au Yunnan avec des contrats d’engagements imprimés par l’Imprimerie nationale, en s’intitulant chargé de mission du gouvernement français, et s’était vanté de son projet auprès du consul d’Allemagne, qui avait aussitôt protesté contre cette infraction à la neutralité chinoise. Gêné et hostile envers son auteur, le gouvernement chinois refusa d’approuver le contrat d’embauche proposé par Li Shizeng sous le prétexte qu’il protégeait mal le travailleur et sa famille et que les recrutements devaient passer aux mains du Bureau d’émigration qu’on mettait en place, si bien que les autorités locales refusaient tout recrutement, d’autant que la presse s’était emparée de la polémique : AE, E 41, folios 64-66, Télégramme du ministre Conty, Pékin, 27 août 1916, et traduction d’une lettre de Li Guang’an à la Société franco-chinoise d’éducation du 4 août 1916 ; E 42, folio 56, Dépêche du ministre de Martel, Pékin, 5 novembre 1917. Après avoir vainement attendu neuf mois l’approbation du contrat, Segalen et les officiers quittèrent la Chine à la fin de novembre 1917 : E 42, folio 66, Télégramme de de Martel, Pékin, 24 novembre 1917. Le Conseil des ministres décida d’arrêter tout recrutement de travailleurs chinois le 10 janvier 1918.

131 Voir les textes dans Fufa, vol. 1, p. 230-244, et Liufa yundong, vol. 2, p. 31-194, 246-262. Li avait créé au début de 1919, à l’ouverture de la conférence de Versailles, une agence de presse, dite Agence d’information à Paris 巴黎通信社, qui publiait un bulletin régulier en France et diffusait les nouvelles en Chine.

132 Voir Li Shizeng xiansheng wenji, op. cit. : plus que les essais biographiques rédigés tardivement, la correspondance avec Wu Zhihui et Cai Yuanpei (vol. 2, p. 285-345) et les articles (vol. 1, p. 1-229) antérieurs à 1920 sont fort éclairants.

133 Voir Wang N., op. cit., p. 116-125.

134 Cf. les articles de septembre 1919 et février 1920 dans Liufa yundong, vol. 2, p. 246-252.

135 Les étudiants, y compris les futurs communistes, s’avouent tous déroutés par la rudesse et l’inculture de leurs compatriotes prolétaires, qui pourtant les accueillent avec chaleur et respect. En revanche, le repas qu’ils savent offrir est toujours apprécié : Liufa yundong, vol. 2, p. 365-367, témoignage du 8-9 janvier 1921 à Saint-Étienne.

136 Submergée par le nombre, en pleine explosion du chômage et de l’inflation, la Société franco-chinoise d’éducation ne parvenait plus à leur trouver un emploi ou leur procurer un secours financier : voir Wang N., op. cit., p. 115-116, 132-137.

137 Le 28 février 1921, une manifestation est organisée contre la légation de Chine à Paris, et le 19 septembre, une centaine d’étudiants accourus de toute la France envahissent l’Institut franco-chinois de Lyon qui venait d’ouvrir en exigeant d’y être admis gratuitement et sans examen, à la suite de quoi 104 d’entre eux furent expulsés : Wang N., op. cit., p. 188-193, 213-228.

138 Fufa, vol. 1, p. 157-158, article du 29 août 1923 ; vol. 2bis, p. 774-776, reportage du Shishi xinbao, 1er septembre 1923.

Auteur

Membre de l’Institut (Académie des Sciences Morales et Politiques), Directrice de recherche émérite au CNRS, France.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site