Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale

 | 
Li Ma

Chapitre 8. Regards et témoignages

Le CLC vue par une petite fille ; lettres de Mme C. M. GIBB, 80 ans plus tard

Brian C. Fawcett

Texte intégral

1J’ai eu la chance de recevoir en 2001 de Mme C. M. Gibb de Glasgow (Écosse) une lettre dans laquelle elle se souvenait vaguement du court séjour qu’elle avait passé pendant son enfance, en visite chez son père qui servait alors dans le Chinese Labour Corps à Noyelles-sur-Mer, en France. Son fils recherchait des informations sur Internet au sujet du Chinese Labour Corps pendant la Première Guerre mondiale lorsqu’il trouva mon nom et mon adresse sur le site Web de la Royal Asiatic Society (Hong Kong Branch). Sur le site, il était indiqué que je menais des recherches sur le CLC, et elle se demanda si les informations suivantes me seraient utiles.

2Son père, John M. Morrison, fut appelé en 1916 et formé par les Scottish Rifles. Il fut nommé officier et posté à Glasgow où il eut la chance de vivre chez lui. Pendant les batailles de la Première Guerre mondiale on le déclara inapte au service actif et il fut affecté au Chinese Labour Corps. Avec l’aimable permission de Mme Gibb, je ne puis faire mieux que citer l’intégralité de sa lettre datée du 21 février 2001.

Mon père, John M. Morrison, était lieutenant dans la Highland Light Infantry et du printemps 1918 à la fin de l’été 1919 il fit partie du CLC no 8. Le pantalon en tartan et le glengarry de mon père fascinaient les Chinois. Ils prononçaient son nom “Modarn”. Pendant l’été 1919, les officiers britanniques furent autorisés à faire venir leurs familles en France et, alors âgée de 7 ans, je passai près de quatre semaines (du 17 août au 10 septembre) avec mon père, principalement, autant que je m’en souvienne, à Noyelles. Je me souviens qu’on me présenta aux Chinois qui me semblaient des hommes énormes avec de grands mentons, et je me rappelle aussi qu’avec ma mère, nous les regardions s’éloigner de l’hôtel en marchant, transportant les marchandises qu’ils avaient achetées (un homme s’éloignait en portant une immense cage à oiseau dorée). Un officier supérieur britannique portant un insigne rouge admirait aussi la scène, les larmes coulant sur ses joues. Il avait passé la majeure partie de sa vie en Chine et appelait les Chinois ses “enfants”.

Plus tard, lorsque mon père parlait des moments qu’il avait partagés avec les Chinois, il manifestait une profonde admiration pour eux et donnait l’impression que lui-même et d’autres officiers britanniques considéraient les Chinois comme physiquement et mentalement supérieurs à toutes les autres unités de travailleurs européennes ou non. L’interprète du CLC no 8 était un certain M. Wong qui venait de Shanghai et parlait de nombreuses langues. Au grand amusement du commandant de mon père, le capitaine Greenhill, M. Wong était non seulement indispensable pour communiquer avec les Chinois mais aussi pour communiquer avec les Français. Le cuisinier était un homme très expérimenté et doué qui fut volé par un officier d’état-major en mission pour le mess du quartier général. Le contremaître en chef était originaire de Tsinan (Jinan), dans la province de Shandong, et je pense qu’il avait sous ses ordres quatre contremaîtres, et les travailleurs étaient tous originaires du nord de la Chine. Mon père racontait que c’était tous des hommes de grande taille et qu’ils étaient très forts physiquement et hardis. Alors qu’il nettoyait des munitions, l’un d’entre eux fut grièvement blessé en tirant la goupille d’une grenade par curiosité, et au grand étonnement des Britanniques, il put retourner travailler après quelques semaines. Mon père racontait qu’en cas d’affection bénigne, les Chinois pratiquaient l’acupuncture entre eux, utilisant des aiguilles enfoncées dans un bouchon de liège.

L’unité que mon père avait rejointe reculait et avançait avec la dernière offensive allemande de la guerre. Il eut le plus grand mal à la retrouver au début, et après l’Armistice, il semblait travailler principalement dans la périphérie d’Amiens, où il reconstruisait les routes, enlevait les munitions, ramassait les corps, détruisait les carcasses d’animaux, dégageait les puits et creusait des fossés pour rétablir le drainage vers une terre arable. Il était indispensable que les agriculteurs français locaux soient capables de cultiver leurs champs au plus tôt, car la population qui avait été derrière les lignes allemandes était proche de la famine. La condition de certains des enfants français de ces régions impressionna profondément mon père ainsi que les Chinois qui semblaient adorer les enfants et avaient l’habitude de leur donner leurs rations.

Même si les Chinois étaient prêts à travailler dans l’eau jusqu’à la taille, ils refusaient souvent de travailler lorsqu’il pleuvait beaucoup, ce qui exaspérait tout le monde. L’un d’entre eux, qui insistait pour travailler un parapluie à la main, s’était fait casser ce même parapluie sur le dos par un contremaître. Les punitions consistaient en une amende ou des coups de fouet. Mon père demanda au contremaître en chef qu’elle était pour lui la meilleure punition et celui-ci lui assura que, puisqu’ils étaient tous là pour gagner de l’argent, les coups de fouet étaient le meilleur châtiment. Les travailleurs, d’après le contremaître en chef, seraient contrariés d’avoir une amende mais les coups de fouet ne leur faisaient aucun effet. Mon père racontait que cela s’était confirmé lorsque l’un des officiers avait refusé par principe de donner des coups de fouet et qu’il s’était fait poursuivre par une horde de Chinois en colère. Les coups de fouet étaient en général administrés par un contremaître et les autres travailleurs assistaient à la scène en se moquant de la stupidité de la victime qui s’était fait prendre. L’homme qui était alors attaché à un poteau avait souvent des feuilles de thé posées sur sa tête. Partout où les Chinois allaient, il y avait un feu et du thé qui infusait.

L’un des officiers de l’unité, un certain M. Ferguson, avait été volé et tué alors qu’il était de repos par des travailleurs européens qui avaient été mis en congé et abandonnés à leur sort (mon père pensait que c’était des Espagnols). Les Chinois qui aimaient beaucoup M. Ferguson partirent à sa recherche lorsqu’il fut porté disparu. S’ils avaient trouvé les meurtriers, ils n’auraient pas fait long feu, mais lorsque ma mère et moi, ainsi que Mme Jarvis, la femme d’un autre officier, sommes arrivées en France, la sécurité de la zone avait dû être renforcée. Nous devions rester plusieurs mois, mais les Chinois furent déplacés et mon père fut démobilisé plus tôt que prévu. L’un des travailleurs était un sculpteur très habile et mon père rapporta à la maison en guise de souvenirs deux douilles d’artillerie allemandes que l’homme avait décorées de dragons ornementaux en utilisant un rasoir, et une bague en argent qu’il avait façonnée à partir d’une pièce de monnaie française qui était ornée de caractères chinois. Il reçut également une montre en or de collectionneur qui appartient aujourd’hui à mon neveu, un autre John Morrison. Mon père demanda à M. Wong ce qu’il adviendrait des hommes lorsqu’ils rentreraient chez eux, et M. Wong répondit que s’ils ne dilapidaient pas tout leur argent au jeu pendant le voyage, ils seraient des hommes importants dans leurs villages. Il ajouta également que ce qui l’inquiétait le plus pour le futur, c’était les “hommes jaunes”, entendant par là les Japonais.

3Au cours d’une conversation téléphonique avec Mme Gibb, le 7 mars 2001, elle me raconta qu’elle se souvenait d’un spectacle monté par le Chinese Labour Corps pour les troupes à Noyelles-sur-Mer, pendant les mois d’août et de septembre, où des hommes s’étaient déguisés en femmes. Elle se souvenait qu’en tant que seule enfant d’un officier britannique sur le camp, elle fut plutôt intimidée lorsqu’ils s’approchèrent d’elle pour lui serrer la main, ils étaient si immenses !

4Je reçus une autre lettre de Mme Gibb, datée du 11 mars 2001, dans laquelle elle se souvenait que son père avait reçu une carte de la part des contremaîtres, dont elle m’a gentiment envoyé une copie. Elle ne se souvenait pas s’il l’avait reçue pour le Nouvel An européen ou chinois. En outre, elle affirmait qu’elle ne savait pas si c’était le contremaître en chef qui avait rédigé la carte ou bien l’interprète. La carte était en « soie » brodée sur laquelle était représenté un oiseau portant des fleurs en son bec et un rameau de fleurs bleues, et il était écrit : « Ne m’oublie pas ». On pouvait lire l’inscription : « À M. Morrison, avec nos meilleurs vœux pour la nouvelle année. De la part du contremaître en chef et des contremaîtres. » Je répondis à sa lettre le 15 mars, en lui communiquant les dates du Nouvel An chinois de 1917 à 1920.

5Le 31 mai 2001, j’envoyai à Mme Gibb des photos des bâtiments utilisés pendant la Première Guerre mondiale par le personnel étranger du CLC à Noyelles-sur-Mer. Ces photos représentaient l’Hôtel des Voyages (utilisé par les NCO), le Château de Thésy (qui servait aux officiers de mess et de cantonnement) et le Château de Fransu (qui servait au Col Fairfax de quartier général et de cantonnement).

6Le 17 juin 2001 Mme Gibb m’a écrit :

Je vous écris pour vous remercier pour les photographies que vous m’avez envoyées. Ma seule déception, c’est que le temps a passé et que je ne peux honnêtement pas dire si je me souviens de ces bâtiments. La seule partie de mon séjour à Noyelles dont je me souviens, c’est ma rencontre avec les Chinois. Pour une raison que j’ignore, je me rappelle plus clairement les courts instants passés à Calais où j’ai tissé des liens avec des enfants français. Cependant, je ne me souviens pas qu’il y ait eu d’escaliers là où nous séjournions et je remarque que l’Hôtel des Voyages est un bâtiment à un seul étage. En outre, il y avait un mur, il me semble, derrière lequel on trouvait des arbres fruitiers (ma mère tuait sans cesse des guêpes) de l’autre côté de la route, et une maison de ce côté, peinte en une couleur vive (jaune ou abricot). Les vieilles photographies de l’hôtel semblent le confirmer.
Malheureusement, mon père n’a pas tenu de journal, et bien que nous ayons conservé un certain nombre de cartes postales et de lettres qu’il avait envoyées, elles ne contiennent pratiquement aucune information sur ce qui se passait en France. Nous avons retrouvé une facture - probablement de Noyelles, dont je vous ai joint une copie, que mon père a dû conserver bien que je ne sache pas pourquoi. Non pas parce qu’il était écossais, car il n’était pas très économe. Il rapporta à ma mère des vêtements français qui firent sensation lorsqu’elle rentra à Glasgow.

7Le 22 août 2001, j’écrivis à Mme Gibb en lui précisant que j’avais envoyé une copie de la facture de son père à la Mairie de Noyelles pour leur demander s’ils connaissaient le signataire, mais que je n’avais pas reçu de réponse.

8J’écrivis de nouveau à Mme Gibb le 21 octobre 2001, en lui indiquant que nous nous étions rendus à Noyelles et à la Mairie, mais qu’ils avaient été incapables d’identifier la signature et les coordonnées figurant sur la facture de son père (voir plus haut).

9Le 15 mai 2002, j’envoyai à Mme Gibb une copie de mon article sur le CLC qui avait été publié dans le « Journal of the Royal Asiatic Society Hong Kong Branch ». Je remerciai Mme Gibb pour ses souvenirs qui avaient rendu mon article plus personnel.

10Le 24 mai 2002, Mme Gibb m’envoya une copie imprimée d’une carte de Noël de la « Third Army » datant de 1918, et sur laquelle elle avait écrit : « J’ai fêté mes 90 ans mercredi dernier, il ne peut y avoir beaucoup de personnes qui aient vu vivre les Chinois. De temps à autre, j’ai de vieux souvenirs des paroles de mon père à leur sujet - leur gentillesse envers les enfants, leur stoïcisme et leur inventivité. »

11Mme Gibb m’envoya également des copies de photos des officiers du CLC no 8, de son père aux côtés de M. Wong, l’interprète, et du contremaître en chef du CLC no 8.

Auteur

Chercheur indépendant.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site