Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale

 | 
Li Ma

Chapitre 8. Regards et témoignages

Les « Tchings » : mythe et réalité à propos du Chinese Labour Corps dans la région du front en Flandre occidentale

Dominiek Dendooven

Résumé

Pendant toute la durée de la Première Guerre mondiale, l’opinion publique belge est plutôt favorable à l’égard des troupes chinoises présentes dans la région du front. Toutefois, cette opinion se teinte chez certains d’une forme d’incompréhension vis-à-vis des us et coutumes et des mœurs des Chinois, voire d’une touche de xénophobie, comme en témoigne notamment le surnom de « Tchings » qui leur a été attaché. La fin des hostilités coïncide avec un retournement presque complet de l’opinion publique envers le contingent chinois. C’est ainsi qu’une fois que le conflit eut touché à sa fin, la présence des ouvriers chinois commence à devenir indésirable. Le retour des populations locales, couplé à l’absence de respect du droit dans l’ancienne zone de front, accentue encore ce phénomène. Utilisés après la guerre pour effectuer la basse besogne (nettoyer les champs de bataille), les ouvriers chinois se voient attribuer tous les méfaits et deviennent de fait les boucs émissaires attitrés pour tous les crimes et délits non résolus. De toutes les populations étrangères présentes lors du conflit, les Chinois sont ceux dont la barrière culturelle et linguistique s’avère la plus infranchissable pour les populations locales. Tous ces facteurs ont joué un rôle important dans la mythification du corps d’ouvriers chinois dans la mémoire collective de la région du Westhoek (Ypres). Les témoignages des populations locales ont été transmis à travers les générations qui ont suivi. Bon nombre de ces témoignages sont toutefois à prendre avec la plus grande précaution tant ils sont empreints de subjectivité.

Texte intégral

1« Ne voyagez pas seul et ne sortez pas le soir dans le sud de la Flandre occidentale, car vous risquez d’y rencontrer de nombreux coolies chinois qui font de cette région isolée une zone assez dangereuse. Si vous les rencontrez, ne montrez pas que vous avez peur et abstenez-vous de toute audace provocante ».

  • 2 De Wit J., Gids door de Vlaamsche slagvelden van Leie-zee-Yzer, s.l., 1919.

2Cet avertissement était imprimé en tête de l’un des premiers guides des champs de bataille belges, publié quelques mois après l’Armistice (11 novembre 1918)2. Son auteur, J. De Wit, n’était pas le seul à avoir cette opinion envers les ouvriers chinois encore présents en région flamande belge en 1919 pour nettoyer les champs de bataille des débris, munitions non explosées et cadavres. Des dizaines de témoignages de Belges attestent la prétendue mauvaise conduite des ouvriers chinois et la peur qu’ils inspiraient à la population locale, rentrée chez elle, ainsi qu’aux premiers touristes venus visiter les champs de bataille.

3Il est intéressant de noter que presque tous ces rapports négatifs sur les membres du Chinese Labour Corps concernent la période située juste après la guerre : l’année 1919. Les témoignages rédigés pendant les hostilités, tels que les journaux intimes datant de 1917 et 1918, mentionnent à maintes reprises les ouvriers chinois, mais rarement de manière aussi négative que celle observée dans ces déclarations ultérieures.

  • 3 Dendooven D., « Living Apart Together : Belgian Witness Accounts of the Chinese Labour Corps », da (...)

4Dans un précédent article, je me suis penché sur la façon dont la population locale dans la zone du front belge avait réagi face à la présence du Chinese Labour Corps pendant et immédiatement après la Première Guerre mondiale3. Toutefois, le présent article porte essentiellement sur la question de savoir pourquoi les opinions sur les ouvriers chinois, exprimées dans des journaux intimes, des lettres et des entretiens, divergent selon le moment où elles ont été consignées : avant ou après la fin de la guerre.

5La zone que j’étudie dans cet article est une zone très restreinte et dévastée par la guerre. Cette zone se situe dans le sud de la province belge de Flandre occidentale, une région rurale moins densément peuplée que le reste du pays, mieux connue sous le nom de Westhoek. La ville d’Ypres, qui ne possédait avant la guerre qu’environ 17 000 habitants, constitue le centre de cette région, alors que la ville de Poperinge, d’une superficie encore plus réduite, formait la base de la zone arrière.

6La plupart des habitants de la région ont passé au moins une partie de la guerre en exil, et pour certains, toute la guerre : soit ils ont fui, soit ils ont été évacués vers un autre endroit. Ainsi, les derniers habitants qui restaient à Ypres ont été évacués au début du mois de mai 1915 et ceux de la ville de Poperinge à la fin du mois d’avril 1918.

  • 4 Dendooven D. et Chielens P. La Première Guerre Mondiale. Cinq Continents au Front, Bruxelles, Édit (...)

7Les Flamands qui tenaient bon dans leur propre région étaient devenus minoritaires, non seulement en raison du grand nombre de réfugiés venant de l’intérieur du pays, mais aussi à cause de la présence de milliers de militaires. Il est important de souligner l’aspect multiculturel des forces militaires présentes en Flandre. Une étude récente a montré que pendant la Première Guerre mondiale et la période juste après la guerre, des représentants de pas moins de 55 cultures différentes, en provenance de nombreux États, étaient présents dans ce petit coin de pays inoccupé4. Si les Chinois faisaient partie de l’une de ces nombreuses cultures, ils comptent cependant parmi ceux qui ont le plus marqué la mémoire collective locale de leur empreinte.

  • 5 Le centre de documentation du Musée In Flanders Fields à Ypres (Belgique) est particulièrement ric (...)

8La présence de toutes ces cultures, y compris la culture chinoise, est mise en évidence de manière visible dans les journaux intimes, les mémoires et par la suite, dans les témoignages que la population locale du Westhoek nous a légués. Des récits de témoins oculaires ont été publiés au cours d’une période débutant pendant la guerre et se terminant récemment. D’autres récits attendent toujours d’être édités et peuvent uniquement être consultés dans des centres de documentation spécialisés5 ou sont encore en possession des familles.

9Outre les difficultés méthodologiques habituelles associées à l’interprétation de ce genre de documents extrêmement subjectifs, les sources d’origine belge posent certains problèmes spécifiques en termes de linguistique. Hormis une minorité de documents rédigés en français par un Belge francophone ou un Flamand appartenant à la haute société (pour qui le français était la langue culturelle), la plupart des documents ont été rédigés ou enregistrés dans le dialecte local de Flandre occidentale. Ce dialecte est si particulier qu’il est pratiquement incompréhensible pour les néerlandophones qui ne sont pas familiarisés avec cette langue régionale. C’est pourquoi ce recueil exceptionnel de sources reste relativement inconnu au-delà de la région du front d’où il est originaire. De plus, il est évident que les différents milieux socioculturels des témoins se reflètent à travers leurs récits. Les témoins instruits souhaitaient imprégner leurs récits de leurs connaissances et affichaient souvent une certaine curiosité qui dépassait le superficiel. Cependant, tous les récits des témoins ont une chose en commun, à savoir un sentiment très intense de stupéfaction, si ce n’est de xénophobie.

10Le principal témoignage d’un Flamand est sans aucun doute le long journal d’Achiel Van Walleghem. Achiel Van Walleghem, âgé de 35 ans en 1914, était un prêtre catholique en poste à la paroisse de Dikkebus (orthographié alors Dickebusch), à 5 kilomètres seulement à l’ouest d’Ypres. En raison des bombardements incessants pendant l’été 1915, il avait été forcé de s’installer 4 kilomètres plus loin vers l’ouest, à Reninghelst, mais il continuait d’assurer ses visites quotidiennes à Dikkebus. Il a maintenu cet usage jusqu’au 18 avril 1918, lorsque l’offensive allemande imminente l’a finalement conduit à s’exiler à Rouen (France), pour ne revenir dans une paroisse de Dikkebus dévastée qu’en mai 1919. Les descriptions d’Achiel Van Walleghem sont rarement dures. Cependant, ses journaux traduisent le sentiment général de supériorité occidentale qui régnait à cette époque et les préjugés qui ont favorisé la formation d’une certaine image. La première fois que le père Van Walleghem a mentionné les Chinois, il les a décrits en ces termes :

  • 6 Van Walleghem A., De Oorlog te Dickebusch en omstreken, tome 3, Bruges, 1967, p. 16-17.

De nombreux Chinois sont arrivés dans la région pour travailler pour les Anglais [sic]. D’où ils viennent et comment ils sont arrivés ici, je l’ignore. Bon nombre d’entre eux paraissent encore très jeunes. Ce sont des visiteurs étranges, qui ont des manières très enfantines, pas meilleures que celles de nos garçons de 10 ou 11 ans. Leur occupation favorite est de regarder les vitrines des magasins, de préférence des magasins de friandises et de fruits, et lorsqu’ils voient quelque chose qui leur plaît, ils entrent à dix en même temps, demandent le prix de tout et s’ils souhaitent acheter quelque chose, ils sont très méfiants de crainte qu’on ne les dupe. Néanmoins, beaucoup de commerçants en ont assez de leurs manières et feignent dès lors parfois de se fâcher, alors ils filent comme des souris. Jaunes, le nez plat et les yeux en biais, ils ont presque toujours un sourire idiot et passent presque tout leur temps à regarder autour d’eux, de sorte qu’il est assez étonnant qu’il n’y ait encore eu aucun accident sur nos routes encombrées. Ils ont une tenue en lin bleue et une autre dans un tissu gris plus épais, un imperméable et une capote, ils portent un chapeau de paille ou un calot brun avec des rabats sur les oreilles, mais ils sont fous de nos habits civils et s’ils mettent la main sur une casquette ou un chapeau, ils ne les quittent plus. Leur démarche est un peu maladroite et il est évident qu’ils ne sont pas habitués à porter des chaussures aussi lourdes. […] Ils ne sont pas paresseux et travaillent au moins autant que nos civils et que les soldats anglais. Mais quel vacarme lorsqu’un groupe de ces hommes passe à côté de vous. Ils crient à tort et à travers, c’est à qui parlera le plus fort. Je préfère lorsqu’ils chantent, leurs chants ne sont pas désagréables. Ils connaissent tous quelques rares mots en anglais mais presque aucun d’eux ne peut parler cette langue. Ainsi, il m’est arrivé de passer près d’eux peu avant midi et ils ne cessaient de me demander « Watch, watch ? » Quelle heure est-il ? Je pense que leur ventre commençait à crier car lorsque je leur ai montré qu’il était midi moins cinq, ils ont hoché la tête avec satisfaction car ils pourraient bientôt aller se remplir le ventre du riz qu’ils apprécient tant. […] Ce sont de grands enfants et il faut les traiter comme des enfants. C’est pourquoi pour maintenir l’ordre parmi eux, il faut utiliser des arguments percutants. Ainsi, leurs sergents ont une fine barre de fer qui s’abat parfois sur la peau de ces hommes : ils ne s’en font pas, rient et redeviennent sages. Ils ont d’autres punitions. Récemment, je suis passé près de leur camp et j’ai vu l’un d’entre eux avec un carcan autour du cou (une sorte de lunette de cabinets) et un autre avec un bloc et une chaîne autour du cou et, ainsi bouclés, ces hommes devaient creuser un fossé. Ils ne peuvent également pas se rendre dans les auberges. Il est certain qu’ils ne comprennent que très peu la guerre. Lorsqu’ils entendent un obus arriver, ils regardent bouche bée et lorsque l’obus explose, ils battent des mains et rient… (6 août 1917)6.

11Le fait que les Chinois étaient des travailleurs acharnés en plus d’être curieux de nature a continué de surprendre Achiel Van Walleghem. Il a utilisé leurs services à son retour dans les ruines de Dikkebus après la guerre :

  • 7 Ibid., p. 142.

L’école pour garçons était relativement bien préservée mais elle était devenue un grand abri rempli de terre, de poutres et de béton. J’ai pris quelques Chinois et ils ont travaillé là-bas pendant une demi-semaine. Ils ont finalement nettoyé la pièce qui allait devenir ma deuxième église, sans fenêtre, avec juste la moitié d’un toit et lorsque je disais la messe, les Chinois passaient la tête par les fenêtres pour observer ce que je faisais (mai-juin 1919)7.

  • 8 Margareta Santy (née le 31 octobre 1908, date de décès inconnue) vivait avec sa grand-mère (qu’ell (...)

12Les Chinois du Westhoek ont bien vite été appelés les « Tchings », une déformation de l’insulte en langue anglaise Chink (« Chinetoque »). Cependant, il est à noter que jusqu’au jour de leur départ, Achiel Van Walleghem a parlé d’eux en employant leur nationalité. Bien que non dépourvue d’une certaine xénophobie, l’attitude générale des civils belges envers les travailleurs chinois pendant la guerre leur était relativement favorable et les Chinois ont même pu compter sur une certaine sympathie de la part de la population. Margareta Santy8 s’est souvenue :

  • 9 Dumoulin K., Vansteenkiste S. & Verdoodt J., Getuigen van de Grote Oorlog. Getuigenissen uit de fr (...)

C’était l’hiver et ma mère était malade, couchée à côté du poêle, sur une paillasse. À un moment donné, un Tching qui venait régulièrement est entré. Il a vu ma mère couchée, s’est pris la tête dans les mains et a dit « Madame, ouh, ouh. Madame, Madame », puis il est parti en courant. Ma mère pensait qu’il avait peur de tomber malade lui aussi. Mais, en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, l’homme est revenu avec quelques sacs. Ils contenaient entre autres des oranges. Voici Madame, Madame, a-t-il dit. Le Tching avait de la compassion pour ma mère9.

  • 10 Jeanne Battheu (1910-2001) a visité la Talbot House à Poperinge en décembre 1916 pour la première (...)
  • 11 Hagen G., Eenen dwazen glimlach aan het front, Louvain, mémoire de Maîtrise inédit, 1996, p. 82.

13Tout au long d’un entretien, Jeanne Battheu10, une habitante de Poperinge, a qualifié les Chinois de « pauvres hommes » parce qu’ils étaient analphabètes et expatriés de même que parce qu’une partie de leurs officiers britanniques leur infligeait un traitement sévère11.

14Les relations entre les Chinois et la population locale étaient favorisées par des intérêts commerciaux, comme le démontre clairement le paragraphe suivant extrait du journal d’Achiel Van Walleghem et daté du 5 novembre 1917 :

  • 12 Van Walleghem A., op. cit., p. 70.

Un ordre a été donné aux Chinois afin de leur interdire l’accès aux magasins. Les civils ne peuvent plus rien leur vendre. Personne ne sait pourquoi. Certains disent que dans les cafés, les soldats australiens saoulaient les Chinois en leur versant du rhum dans leur café. D’autres disent qu’ils font trop de cadeaux aux femmes et aux enfants. Néanmoins, cette interdiction a été adoucie. Les Chinois sont puérils mais ils ne sont pas stupides. Ils connaissent la valeur des choses et il est difficile de les rouler. Ils recherchent toujours le meilleur et le plus beau et ils n’achèteront pas facilement de la camelote. Ils paient, mais ils marchandent souvent. Ils sont très attirés par les plus beaux magasins et c’est là qu’ils font en général leurs achats. Je ne sais pas combien ils gagnent, mais certains ont beaucoup d’argent sur eux. Ils achètent souvent des montres et des bagues. Pour les attirer dans leur magasin, certains commerçants ont appris quelques mots en chinois et trouvent que c’est un bon moyen12.

  • 13 Tel que le Registre des lettres reçues par le prévôt adjoint, 17 septembre 1917-8 janvier 1918, co (...)

15Il était interdit aux Chinois de se rendre dans les tavernes. Cependant, d’après les témoignages et les rapports officiels13, il apparaît qu’ils s’y rendaient fréquemment et que la population locale ne les en empêchait pas, car de toute évidence, elle tirait profit de ces visites fréquentes dans leurs cafés. Parfois, ils « parlaient » même d’organiser une fête ensemble : lorsque les Chinois ont célébré leur Nouvel An le 11 février 1918 dans les rues de Poperinge, les enfants de la ville sautaient et dansaient avec eux, tout en étant applaudis et photographiés par leurs parents. Les Belges et les Chinois étaient pris ensemble en photo.

16Après la fin des hostilités, l’attitude relativement positive de la population belge envers les travailleurs chinois a disparu et l’opinion publique s’est retournée complètement contre eux. À cette époque, les habitants des zones précédemment occupées par les Allemands ainsi que les réfugiés rentrés chez eux étaient également en contact avec le Chinese Labour Corps.

  • 14 Laura Lannoote est née à Houtem, près d’Ypres, en 1904. Entre les deux guerres, elle a travaillé d (...)
  • 15 De Boezingenaar, juin 1993. Ce récit a été enregistré par Georges Smagghe pour le « journal du vil (...)

17Lors d’un entretien, Laura Lannoote14 a déclaré qu’ils inspiraient plus la peur que la joie aux réfugiés rentrés chez eux : « C’étaient des types bizarres, habillés de manière ostentatoire, possédant des habitudes alimentaires étranges et parlant une drôle de langue. La seule chose qu’ils étaient incapables de faire, c’était de travailler15 », ce qui contraste de manière intéressante avec une citation du père Van Walleghem, mentionnée précédemment, dans laquelle il louait les Chinois pour leur côté travailleur. Plusieurs témoins ont déclaré qu’ils pensaient que des bandes armées de Chinois erraient dans la région. Même Achiel Van Walleghem avait une opinion différente à cette époque :

  • 16 Van Walleghem A., op. cit., p. 142.

En juillet [1919], 350 hommes étaient déjà rentrés [à Dikkebus]. Ils avaient travaillé dur à faire de la menuiserie et à niveler le sol. Certains étaient parvenus à planter ou à semer quelque chose, mais la plupart du temps il était trop tard et ce n’était guère prometteur. De plus, la région était peu sûre à cause de toutes sortes de gens étranges : les pillards du front et particulièrement les Chinois. Les officiers anglais, qui étaient désormais peu nombreux, n’avaient plus d’autorité sur ces hommes. Ils s’échappaient de leur camp et erraient armés de fusils et de grenades qu’ils trouvaient facilement. C’est ainsi qu’au début du mois de juin, Jules Bailleul, résidant au Canada, fut attaqué chez lui et reçut une balle pendant qu’il s’enfuyait. Il mourut quelques semaines plus tard16.

  • 17 Il est considéré comme une victime civile de guerre et son nom est inscrit sur le monument aux mor (...)
  • 18 Musée Royal de l’Armée, Bruxelles, « Archives de Moscou », boîte 3061, dossier : « Délits commis p (...)

18Hormis la date, Achiel Van Walleghem avait pratiquement raison : dans la nuit du 9 au 10 mai 1919, le logement provisoire de Jules Bailleul, une cabane en bois, à Sint-Hubertushoek (connue sous le nom de Canada Huts pendant la guerre), à Dikkebus, a été attaqué par trois personnes. L’une d’entre elles a touché Jules Bailleul à la tête avec un pistolet. La fille de celui-ci, qui n’était que légèrement blessée, a réussi à s’échapper. Quelques semaines plus tard, Jules Bailleul a succombé à ses blessures17. Quatre jours après ces évènements atroces, les journaux ont annoncé que les meurtriers étaient chinois, selon un communiqué officiel du ministre de l’Intérieur belge, Charles de Broqueville, le 30 mai 1919, basé sur un rapport de police18.

  • 19 Annales Parlementaires de Belgique, Sénat, Séances du 29 avril 1919, 6 mai 1919, 10 juin 1919, 17 (...)
  • 20 Ministère des Affaires étrangères, Bruxelles, Archives Diplomatiques, dossier 378 : « Reconstituti (...)

19Le fait que le ministre soit intervenu n’était pas une coïncidence : entre le 29 avril et le 19 août 1919, pas moins de six interventions en rapport avec le Chinese Labour Corps ont eu lieu au parlement belge19. À diverses occasions pendant l’été, les sénateurs de Flandre occidentale Struye et de Vrière se sont inquiétés de la présence des ouvriers chinois dans l’ancienne zone de front. Les sénateurs, citant principalement la presse, ont présenté à leurs collègues et aux ministres une liste de crimes et délits que les Chinois auraient commis et ont demandé le retrait rapide de toutes les « troupes coloniales ». Dans sa longue réponse datée du 17 juin 1919, le ministre belge de la Guerre, Fulgence Masson, a reconnu que sa marge de manœuvre était limitée : la Belgique ne pouvait prendre aucune décision concernant ces unités et l’armée britannique avait encore besoin d’elles, en particulier parce que la paix n’était pas encore officiellement conclue. La seule chose que le gouvernement belge pouvait faire était de prier son homologue britannique d’augmenter le nombre d’officiers attachés au Chinese Labour Corps et de renforcer la discipline au sein des unités chinoises, par exemple en imposant à tous les Chinois de rester dans un périmètre de 200 ou 300 mètres autour de leurs camps20. Dans sa réponse du 19 août 1919, après une nouvelle vague de crimes et délits que les Chinois auraient commis dans l’ancienne zone du front et après la signature officielle du traité de paix à Versailles le 28 juin, le ministre Masson déclarait que les 12 000 ouvriers chinois encore présents en Flandre occidentale effectuaient un travail utile et dangereux en nettoyant les champs de bataille et que cette tâche reviendrait aux Belges si les compagnies chinoises étaient retirées immédiatement. Par conséquent, il serait plus avantageux pour la Belgique de les laisser finir leur travail. Dans ses deux réponses officielles datées du 17 juin et du 19 août 1919, le ministre Masson soulignait que selon lui, le nombre de crimes et délits commis par les ouvriers chinois en Belgique était fortement exagéré par la presse et l’opinion publique.

  • 21 Ces rapports de police se trouvent dans les « Archives de Moscou » conservées au Musée de l’Armée (...)
  • 22 Les deux hommes sont commémorés par des monuments spécifiques dans le carré chinois du cimetière d (...)
  • 23 Musée Royal de l’Armée, Bruxelles, « Archives de Moscou », boîte 3061, dossier : « Délits commis p (...)

20En fait, l’affaire Bailleul était loin d’être le seul délit attribué aux ouvriers chinois par la presse et la population locale. Tout au long de l’année 1919, la presse belge a retracé un flot continu d’histoires de meurtres, cambriolages et vols perpétrés par des Chinois dans le Westhoek de Flandre. Dans certains cas, il a été prouvé que des ouvriers chinois étaient effectivement impliqués : tout au long de l’été 1919, alors que l’opinion publique et le parlement s’inquiétaient au sujet du soi-disant problème de criminalité chinoise en Flandre occidentale, la gendarmerie belge a conservé des rapports assez détaillés de tous les crimes et délits commis dans la région d’Ypres. Dans un rapport adressé au ministre de la Guerre, huit crimes et délits commis par des Chinois étaient répertoriés rien que pour le mois de juillet 1919 : des vols, des cambriolages, une tentative de meurtre et un homicide. Cette liste indiquait que certains de ces crimes et délits étaient l’œuvre de la même bande, étant donné qu’ils s’étaient déroulés dans le même village ou dans des villages voisins, au cours de la même nuit ou de nuits successives21. Un autre exemple, attesté par de nombreuses sources, rapportait une attaque à main armée de l’estaminet « À l’Étoile », – installé dans une cabane en bois à Hollebeke (à environ 7 kilomètres au sud-est d’Ypres) –, dans la nuit du 27 au 28 septembre 1919. Réveillé par le bruit d’explosions, l’aubergiste, Henri Taillieu, a saisi un fusil allemand et a tiré trois fois en direction de ses agresseurs. L’ouvrier 46564 a été tué sur le coup, le corps de l’ouvrier 62638 a été découvert quelques jours plus tard22. Trois autres ouvriers chinois ont été arrêtés une fois de retour dans leur camp à Voormezele. Les cinq agresseurs appartenaient à la 101e compagnie du Chinese Labour Corps. Ce n’est probablement pas une coïncidence si cette compagnie, qui possédait d’impressionnants états de service en Flandre, a quitté le pays pour la France moins d’une semaine plus tard, le 2 ou 3 octobre23.

21Dans d’autres cas, il est moins sûr que des Chinois aient été impliqués. Le 3 août 1919, le journal local de Poperinge, De Poperingenaar, rapportait qu’une attaque à main armée avait été perpétrée par une bande de 8 à 10 hommes dans un estaminet juste au-delà la frontière, à Boeschepe. Deux femmes avaient été tuées. Selon le journal, les criminels « avaient le visage noirci et étaient déguisés en Chinois, en Annamites et soldats anglais ». Ce fait pourrait indiquer que des bandes de criminels se déguisaient volontairement en ouvriers chinois.

22Cependant, l’intérêt de cet article axé sur les attitudes d’après-guerre concernant les ouvriers chinois réside dans le fait qu’un grand nombre de ces histoires sur les attaques à main armée et les meurtres perpétrés par des ouvriers chinois ont continué d’être racontées pendant des décennies et ont été transmises de génération en génération.

  • 24 Gaston Boudry était un agriculteur de Zillebeke (juste à l’est d’Ypres), où il est né le 31 mars 1 (...)

23Ainsi, en 1978 et 2001, des ouvrages contenant les résultats de dizaines d’entretiens avec les habitants les plus âgés de l’ancienne zone du front en Flandre occidentale ont été publiés. Le plus important d’entre eux s’intitule Van den Grooten Oorlog. Volksboek (« De la Grande Guerre. Livre populaire ») et a été réédité à plusieurs reprises depuis sa première publication en 1978. Il contient le témoignage suivant de Gaston Boudry24 :

  • 25 Maison Blanche, ou en Flamand, Wittenhuizen, est le nom d’un hameau situé le long de la route de K (...)
  • 26 Elfnovembergroep, Van den Grooten Oorlog. Volksboek, Kemmel, Malegijs, 1978, p. 319

Ypres était alors remplie de Tchings qui devaient tout nettoyer et déblayer. Labour Company, c’est comme ça qu’ils s’appelaient. Ils n’étaient pas très actifs. Ils ne faisaient que fouiller. Ils devaient nettoyer les champs de bataille mais ils les passaient au peigne fin. La première fille enterrée à Ypres, après notre retour, était une fille tuée par des Tchings à « la Maison Blanche »25 Elle avait environ seize ans. Elle était poursuivie par des Tchings sur la route. Elle est rentrée dans la maison et a fermé la porte. Ils ont tiré à travers la porte et elle a été tuée. Ces types ont appris à tirer après la guerre. Ils n’avaient jamais tiré auparavant, mais ils ont trouvé toutes sortes de choses en déblayant. Ils ont appris comment lancer des grenades et comment tirer26.

  • 27 Gabriella Vanpeteghem est née en 1908 dans une famille d’agriculteurs de Dranouter, un village bel (...)

24Le témoignage de Boudry comporte de nombreuses similitudes avec celui de sa veuve, Gabriella Vanpeteghem27, publié plus de vingt ans plus tard, au début du nouveau millénaire :

  • 28 Dumoulin K., Vansteenkiste S. & Verdoodt J., op. cit., p. 145.

Les Chinois devaient nettoyer le front après la guerre. Ils séjournaient à Bailleul, en France, dans la maison d’aliénés. Toutes les fenêtres avaient été condamnées pour les empêcher de sortir. Ils arrivaient en groupe d’environ quarante hommes et étaient escortés par des soldats anglais tous les cinq mètres. Ils devaient enlever les corps et les munitions. Même si on disait que les Tchings étaient incapables d’utiliser des armes, ils tiraient avec toutes sortes de fusils et de munitions qu’ils trouvaient sur le front. Pendant la journée, les gens avaient même peur de sortir et attendaient le soir qu’ils soient partis. La première fille à être enterrée à Ypres après la guerre avait été tuée par des Tchings sur la route de Kemmel28.

  • 29 Louis Garrein, fils d’un petit agriculteur de Zillebeke, près d’Ypres, est né en 1906. Sa famille (...)

25Louis Garrein29 a lui aussi apporté son témoignage à propos du CLC :

  • 30 Dumoulin K., Vansteenkiste S. & Verdoodt J., op. cit., p. 121.

En janvier 1920, nous sommes retournés à Zillebeke. Nous devions vivre dans une cabane en bois. Vivre là-bas était quelque chose d’horrible et il faisait extrêmement froid en hiver. Nous faisions cuire la nourriture avec de l’eau que nous puisions dans les cratères d’obus. Tout avait été réduit en pièces… Des Chinois étaient encore présents là-bas. Nous les appelions les Tchings. Ils n’étaient pas nombreux et ils ne restaient pas là longtemps. C’étaient des gars dangereux. La nuit, ils cambriolaient les gens qui vivaient dans des cabanes en bois. À Houtem, ils ont essayé d’entrer par effraction dans les locaux d’un coupeur de tabac. Ce dernier a saisi un fusil et a tiré à travers la porte. Un des Tchings est mort sur place, l’autre a réussi à s’enfuir30.

  • 31 Hôtel de Ville, Ypres, Administration municipale, Registre des décès. Le décès a été signalé par P (...)
  • 32 Musée Royal de l’Armée, Bruxelles, « Archives de Moscou », boîte 3061, dossiers : « Délits, commis (...)

26À nouveau, certains de ces témoignages semblent avoir reposé sur des faits : Marthe Staelens, 13 ans, a bien été tuée le 25 juillet 1919 lors de l’attaque du petit magasin familial. Elle a en effet été la première jeune fille à être enterrée à Ypres après le retour de l’administration municipale31. Notons cependant qu’aucun compte rendu officiel n’affirme qu’elle a été tuée par des ouvriers chinois. Son frère, Maurice, est le seul témoin à avoir assuré que les assaillants étaient chinois, même s’il a également précisé qu’il faisait nuit noire et qu’il n’avait pas pu voir grand chose. Personne n’a été arrêté pour ce meurtre32.

27Juste après la guerre, alors qu’il n’existait pratiquement aucune loi dans l’ancienne zone du front, que le poste de police le plus proche se trouvait à des dizaines de kilomètres et que les rares habitants déjà revenus vivaient dans des blockhaus ou des cabanes en bois construites à la hâte, les Chinois étaient les boucs émissaires idéaux pour tous les crimes et délits non résolus.

28Par ailleurs, comme nous l’avons vu, des sources plus objectives telles que les rapports de police font état du comportement dégradant des hommes du CLC. Celui-ci peut s’expliquer en partie par le fait que des armes étaient en effet disponibles facilement partout, que la présence des forces de police n’était toujours pas rétablie, que les Chinois avaient en quelque sorte été « trahis » par leur employeur britannique qui leur avait promis un retour rapide au pays après la guerre. Peuvent aussi être ajoutées à cela les relations sans conteste difficiles avec les anciens réfugiés revenus dans une région complètement dévastée et qui, après avoir tout perdu, voyaient tous ces hommes plutôt étranges errer dans leur pays. Pour de nombreux réfugiés belges tout juste revenus de la guerre, les Chinois étaient les seules troupes non occidentales avec lesquelles ils aient jamais eu de contact. Tout ceci explique probablement la forte présence des Chinois dans la mémoire collective actuelle en Flandre occidentale, ainsi que leur importante mythification.

  • 33 Témoignage de Piet Chielens, conservateur en chef du Musée In Flanders Fields et natif de Reningel (...)

29D’après les témoignages, les rencontres entre citoyens belges et ouvriers chinois étaient certes rares, mais pas inexistantes. La politique de ségrégation adoptée par l’armée britannique et la barrière insurmontable de la langue rendaient ces contacts extrêmement difficiles. De plus, en raison de tabous sociaux, certains éléments sont absents des comptes rendus et demeurent donc inconnus. Par exemple, pratiquement aucun cas de relations amoureuses ou sexuelles entre des femmes flamandes et des ouvriers chinois n’a été signalé. Or, il y en a eu, comme en témoigne l’exemple d’un homme surnommé « le Tching ». Né pendant la Première Guerre mondiale, il vivait encore dans le village de Reninghelst il y a quelques années et présentait de nombreuses caractéristiques physiques typiquement chinoises33.

  • 34 Cyriel Buysse (1859-1932) était un écrivain « naturaliste ». Bien qu’ayant reçu une éducation en l (...)

30Les différences d’opinion au sujet des ouvriers chinois sont particulièrement évidentes. Cyriel Buysse34, un célèbre écrivain flamand, l’atteste. Dans un article rédigé pour un journal néerlandais, publié en juillet 1919, Cyriel Buysse évoque un village dans lequel une procession religieuse solennelle a été organisée pour la première fois en cinq ans, « la bénédiction traditionnelle des fruits de la terre » :

Des prisonniers de guerre allemands vêtus d’uniformes gris sales, qui travaillent dans la région sous la surveillance de soldats belges et français ; d’anciens prisonniers de guerre russes que l’Allemagne a été contrainte de libérer et d’envoyer ici ; et puis, les autres créatures étrangères, les Annamites et les Chinois jaunes, avec leurs yeux bridés, qui sont là pour déblayer.

31Que pensent-ils, se demande Buysse :

  • 35 Buysse C, « Op wandel in Vlaanderen », Haagse Post, 19 juillet 1919, cité dans : Van Parys Joris, (...)

Un sourire indéchiffrable sur leurs bouilles figées. Se moquent-ils en silence de ce qu’ils voient ? Pensent-ils à leurs propres cérémonies religieuses, dans leur pays lointain ? Ou rêvent-ils déjà à l’avenir, à la future suprématie de leur race sur ces blancs appauvris et renversés, qui se sont suicidés après des années de folie ? Qui pourrait le dire ! Ils arborent un sourire mystérieux et énigmatique. Ils demeurent silencieux et attendent…35

32La population locale ne comprenait rien aux Chinois. Ils ne s’inscrivaient pas dans leur schéma mental, ce qui explique aussi leur grande mythification. Peut-être les termes « sourire indéchiffrable » et « bouilles figées » exprimaient-ils simplement l’incapacité des Flamands de l’époque à situer ces Chinois dans leur monde.

33Cependant, d’après les récits de témoins plus éduqués et pouvant donc être considérés comme faisant partie de l’élite intellectuelle, tels Achiel Van Walleghem ou Cyriel Buysse, nous pouvons déduire que des tentatives ont été faites pour comprendre l’autre. Comme le montre la dernière citation, dire qu’une personne a une bouille « figée » suggère une incapacité à situer l’expression des Chinois. Quelles émotions pouvait-on y lire ? Il y avait une certaine naïveté enfantine dans leur expression, selon les témoins de l’époque, mais aussi de la fierté sur leurs origines – tout cela peut être déduit du bref portrait que Buysse fait d’eux ci-dessus et dans lequel il exprime magistralement l’aspect paradoxal de cette image des Chinois. Ce paradoxe et l’impossibilité de se comprendre mutuellement sont probablement les concepts qui ressortent des témoignages flamands et qui ont donné lieu aux histoires, aux mythes presque, qui jouent aujourd’hui encore un rôle dans la mémoire collective de la région du Westhoek de la Flandre belge.

Bibliographie

Sources et Bibliographie

Archives

Ministère des Affaires étrangères, Bruxelles, Archives Diplomatiques, dossier 378 : « Reconstitution de la Belgique – Insécurité en Flandre – Travailleurs Chinois ».

Musée Royal de l’Armée, Bruxelles, « Archives de Moscou », boîte 3061, dossier : « Délits commis par les travailleurs chinois ».

Hôtel de Ville, Ypres, Administration municipale, Registre des décès.

Bibliographie

Annales Parlementaires de Belgique, Sénat, 1919.

De Boezingenaar, juin 1993.

Dendooven D., « Living Apart Together : Belgian Witness Accounts of the Chinese Labour Corps », dans Zhang Jianguo Chinese Labourers and the First World War, Jinan, Shandong University Press, 2009, p. 19-29.
« Living Apart Together : Belgian witness accounts of the colonial troops in Flanders during the Great War », dans Das S., Race, Empire and First World War Writing, Cambridge University Press, 2011. p. 143-157.
et Chielens P., La Première Guerre mondiale. Cinq Continents au Front, Bruxelles, Éditions Racine, 2008.

De Wit J., Gids door de Vlaamsche slagvelden van Leie-zee-Yzer, s. l., 1919.

Dumoulin K., Vansteenkiste S. & Verdoodt J., Getuigen van de Grote Oorlog. Getuigenissen uit de frontstreek, Koksijde, De Klaproos, 2001.

Elfnovembergroep, Van den Grooten Oorlog. Volksboek, Kemmel, Malegijs, 1978.

Hagen G., Eenen dwazen glimlach aan het front, Louvain, mémoire de Maîtrise inédit, 1996.

Van Parys J., Het leven, niets dan het leven. Cyriel Buysse & zijn tijd, Anvers/Amsterdam, Houtekiet/Atlas, 2007.

Van Walleghem A., De Oorlog te Dickebusch en omstreken, tome III, Bruges, 1967.

Notes

2 De Wit J., Gids door de Vlaamsche slagvelden van Leie-zee-Yzer, s.l., 1919.

3 Dendooven D., « Living Apart Together : Belgian Witness Accounts of the Chinese Labour Corps », dans Zhang Jianguo, Chinese Labourers and the First World War, Jian, Shandong University Press, 2009, p. 19-29.

4 Dendooven D. et Chielens P. La Première Guerre Mondiale. Cinq Continents au Front, Bruxelles, Éditions Racine, 2008 et Dendooven D., « Living Apart Together : Belgian witness accounts of the colonial troops in Flanders during the Great War » dans Das S., Race, Empire and First World War Writing, Cambridge University Press, 2011. p. 143-157.

5 Le centre de documentation du Musée In Flanders Fields à Ypres (Belgique) est particulièrement riche en récits de témoins « belges ».

6 Van Walleghem A., De Oorlog te Dickebusch en omstreken, tome 3, Bruges, 1967, p. 16-17.

7 Ibid., p. 142.

8 Margareta Santy (née le 31 octobre 1908, date de décès inconnue) vivait avec sa grand-mère (qu’elle appelait « maman ») dans un café à Saint-Julien (Sint-Juliaan), à l’est d’Ypres. Lorsque la guerre a éclaté, les deux femmes se sont enfuies à Poperinge, à 20 kilomètres à peine vers l’ouest, mais en sécurité. En 1921, la famille est finalement retournée à Saint-Julien, qui était dévasté. L’entretien a été enregistré dans le courant des années 1990.

9 Dumoulin K., Vansteenkiste S. & Verdoodt J., Getuigen van de Grote Oorlog. Getuigenissen uit de frontstreek, Koksijde, De Klaproos, 2001, p. 21-22.

10 Jeanne Battheu (1910-2001) a visité la Talbot House à Poperinge en décembre 1916 pour la première fois. Étant donné qu’elle résidait à Poperinge, elle s’est rendue souvent dans ce célèbre club pour soldats jusqu’à sa mort. Dans les dernières années, elle a souvent répondu à des interviews sur son enfance pendant la Première Guerre mondiale. (http://www.talbothouse.be/en/index.php?id=Bezoeken&sub=Tentoonstelling&more=Kind, consulté le 15 Septembre 2010).

11 Hagen G., Eenen dwazen glimlach aan het front, Louvain, mémoire de Maîtrise inédit, 1996, p. 82.

12 Van Walleghem A., op. cit., p. 70.

13 Tel que le Registre des lettres reçues par le prévôt adjoint, 17 septembre 1917-8 janvier 1918, conservé dans les archives de la ville de Poperinge.

14 Laura Lannoote est née à Houtem, près d’Ypres, en 1904. Entre les deux guerres, elle a travaillé dans une usine à Halluin (France) avant de s’installer à Boezinge où elle était propriétaire du Café De Sultan. Elle est décédée dans une maison de retraite à Comines, à une date inconnue.

15 De Boezingenaar, juin 1993. Ce récit a été enregistré par Georges Smagghe pour le « journal du village » de Boezinge et faisait partie d’une série plus importante dans laquelle les vieux villageois racontaient leur vie.

16 Van Walleghem A., op. cit., p. 142.

17 Il est considéré comme une victime civile de guerre et son nom est inscrit sur le monument aux morts de Dikkebus.

18 Musée Royal de l’Armée, Bruxelles, « Archives de Moscou », boîte 3061, dossier : « Délits commis par les travailleurs chinois ».

19 Annales Parlementaires de Belgique, Sénat, Séances du 29 avril 1919, 6 mai 1919, 10 juin 1919, 17 juin 1919, 9 juillet 1919 et 19 août 1919.

20 Ministère des Affaires étrangères, Bruxelles, Archives Diplomatiques, dossier 378 : « Reconstitution de la Belgique – Insécurité en Flandre – Travailleurs Chinois », témoigne du fait que des requêtes ont effectivement été adressées au gouvernement britannique.

21 Ces rapports de police se trouvent dans les « Archives de Moscou » conservées au Musée de l’Armée à Bruxelles. Les « Archives de Moscou » est le nom donné aux archives belges volées par les forces d’occupation allemandes durant la Seconde Guerre mondiale et par la suite transférées d’Allemagne vers Moscou par les troupes soviétiques victorieuses. Plus de 60 tonnes d’archives sont revenues en Belgique après 2002 et sont progressivement mises à la disposition des chercheurs.

22 Les deux hommes sont commémorés par des monuments spécifiques dans le carré chinois du cimetière de Lijssenthoek à Poperinge.

23 Musée Royal de l’Armée, Bruxelles, « Archives de Moscou », boîte 3061, dossier : « Délits commis par les travailleurs chinois ».

24 Gaston Boudry était un agriculteur de Zillebeke (juste à l’est d’Ypres), où il est né le 31 mars 1901. Il est décédé à Ypres le 16 octobre 1981.

25 Maison Blanche, ou en Flamand, Wittenhuizen, est le nom d’un hameau situé le long de la route de Kemmel, juste au sud d’Ypres.

26 Elfnovembergroep, Van den Grooten Oorlog. Volksboek, Kemmel, Malegijs, 1978, p. 319

27 Gabriella Vanpeteghem est née en 1908 dans une famille d’agriculteurs de Dranouter, un village belge situé à quelques kilomètres de la ville de Bailleul, à la frontière française. En 1931, elle a épousé Gaston Boudry, un agriculteur de Zillebeke et s’est installée dans ce village. Elle est décédée le 8 juin 2002 à Ypres.

28 Dumoulin K., Vansteenkiste S. & Verdoodt J., op. cit., p. 145.

29 Louis Garrein, fils d’un petit agriculteur de Zillebeke, près d’Ypres, est né en 1906. Sa famille s’est enfuie au début de la guerre et n’est rentrée qu’en 1920. Entre les deux guerres, il a établi un commerce local de charbon, de bière et d’autres boissons, commerce florissant qu’il a tenu jusqu’à sa retraite, devenant ainsi un personnage important du village. Il est décédé en 1999.

30 Dumoulin K., Vansteenkiste S. & Verdoodt J., op. cit., p. 121.

31 Hôtel de Ville, Ypres, Administration municipale, Registre des décès. Le décès a été signalé par Pierre Vandenbraambussche, chef de la police locale.

32 Musée Royal de l’Armée, Bruxelles, « Archives de Moscou », boîte 3061, dossiers : « Délits, commis par les travailleurs chinois ».

33 Témoignage de Piet Chielens, conservateur en chef du Musée In Flanders Fields et natif de Reningelst.

34 Cyriel Buysse (1859-1932) était un écrivain « naturaliste ». Bien qu’ayant reçu une éducation en langue française, il a rédigé la plupart de ses œuvres en néerlandais. Ses écrits sont empreints d’une profonde sympathie pour le commun des mortels dont il décrit la vie de manière saisissante et réaliste. Pendant l’occupation allemande de la Belgique durant la Première Guerre mondiale, Cyriel Buysse a séjourné aux Pays-Bas. En 1918, après l’Armistice, il est revenu en Belgique où son talent était désormais largement reconnu. Peu de temps avant sa mort, il a été anobli par le Roi Albert Ier.

35 Buysse C, « Op wandel in Vlaanderen », Haagse Post, 19 juillet 1919, cité dans : Van Parys Joris, Het leven, niets dan het leven. Cyriel Buysse & zijn tijd, Anvers/Amsterdam, Houtekiet/Atlas, 2007, p. 557. Haagse Post était un journal hollandais de l’époque.

Auteur

Conservateur adjoint, Musée In Flanders Fields, Ypres, Belgique.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site