Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale

 | 
Li Ma

Chapitre 8. Regards et témoignages

With the Chinks de Daryl Klein : ou écrire contre l’histoire

Garry Randoll

Résumé

Les unités chinoises du CLC ont été particulièrement mal servies par leur historien autoproclamé, Daryl Klein, dans son With the Chinks de 1918. Alors même que commençaient à paraître en anglais des récits en prose (inspirés par de nouvelles traductions d’œuvres de Barbusse et Duhamel parues en 1917 et 1918) qui, à l’image de la poésie de Sassoon et Owen, remettaient en question les valeurs pour lesquelles la guerre avait été menée depuis 1914, Klein, dans son texte, semble partir en sens opposé. Ainsi, alors que d’autres, comme B. P. Adams, adoptaient de nouvelles perspectives sur la guerre, en harmonie avec l’esprit de mutinerie et de révolte qui prévalait alors dans les tranchées sur tous les fronts – notamment celui de l’Est –, Klein se fait l’écho de tous les préjugés de race et de classe qu’il avait appris au contact de la bourgeoisie marchande des concessions en Chine. Là où Adams découvre en cette fin de conflit de nouvelles solidarités et fraternités dans les mouvements de révolte, Klein célèbre le sentiment de supériorité raciale et culturelle de « l’homme blanc » qui sous-tend le fantasme impérial qui était à l’origine même de la guerre.

Texte intégral

  • 2 Publié par la Naval and Military Press, en collaboration avec le Department of Printed Books de l’ (...)

1À l’exception, peut-être, de la guerre civile américaine, aucun conflit dans toute l’histoire n’a généré une si riche moisson d’écrits littéraires et quasi littéraires que la Grande Guerre de 1914-1918. L’objet ici sera d’examiner et de situer dans son contexte littéraire et historique un des rares textes à émerger de la guerre qui soit exclusivement consacré aux conditions dans lesquelles ont été formées et emmenées en Europe les unités de travailleurs chinois recrutées vers la fin de la guerre dans ce qui deviendrait pour les Anglais le Chinese Labour Corps (CLC). L’ouvrage de Daryl Klein, au titre malheureux With the Chinks, est paru en 1918, et a été republié récemment2 dans une édition facilement accessible. Les valeurs sur lesquelles est fondé le livre de Klein sont à bien des égards en nette contradiction avec celles qui sous-tendent la plupart des textes contemporains consacrés au conflit, en particulier ceux qui relatent à chaud le vécu des tranchées. Il constitue de ce fait un genre d’exception culturelle, statut qui provient en partie de la nature et des fonctions des unités dont il est question et en partie de la perspective très particulière adoptée par le narrateur pour les décrire. À la différence de certaines autres unités impliquées plus ou moins directement dans les opérations militaires de la guerre, d’origine aussi bien britanniques qu’étrangères, celles composées de travailleurs chinois, nous le verrons, n’ont pas été très dignement représentées par leur historien auto-désigné : le fait de constater les limites de ce récit imparfait et de la perspective de son auteur, permettra peut-être de réparer, ou au moins d’atténuer, l’injustice qu’il a commise.

  • 3 Selon la transcription actuelle, Qingdao. Pour des raisons de clarté, la convention adoptée par Kl (...)
  • 4 Il déclare dans l’avant-propos : « When in China I joined the Chinese Labour Corps I kept a diary (...)

2Pour commencer puisque tous ne connaissent pas l’ouvrage de Klein, un bref résumé sera peut-être utile. Il se trouve que l’arrivée de Klein et de ses unités du Chinese Labour Corps au front (ou près du front) occidental ne constitue pas le début du récit, mais sa fin. La plus grande partie du texte est consacrée à une description de l’entraînement de ces travailleurs dans un site adapté à cet effet près de Tsingtao3, au cœur de l’hiver 1917-1918, et du long voyage qui les a amenés de Chine en Europe, qualifié par le narrateur de « the interminable journey ». Au cours de ce voyage, Klein et un détachement de 4000 travailleurs chinois traversent les deux tiers du globe terrestre, la mer de Chine, le Japon, le Pacifique, le Canada (où ils se reposent pendant dix semaines), puis ils passent par le Canal de Panama, la Jamaïque et New York, et enfin traversent l’Atlantique infesté de sous-marins allemands, avant d’arriver en France. Klein lui-même qualifie son récit de « diary » qui se transforme petit à petit en « yarn », ce qui permet de le classer dans la catégorie « littérature de guerre », même si l’action au front ne figure pas dans le texte4.

  • 5 Falls C., War Books A Critical Guide, London, Peter Davies Ltd., 1930, p. vii.
  • 6 Fussell P., The Great War and Modern Memory, London et New York : Oxford University Press, 1975, c (...)
  • 7 Blunden E., Undertones of War, London : Cobden-Sandersen, 1928 ; Graves, R., Goodbye to All That, (...)
  • 8 Middlebrook M., First Day on the Somme, London, Allen Lane, 1971.
  • 9 Parmi les plus réussis d’entre eux, on citera They Called it Passchendaele (1978), London, Michael (...)

3L’immense canon des écrits en anglais générés plus ou moins directement par la Première Guerre mondiale constitue un des chapitres les plus impressionnants et les plus riches de la littérature anglaise. Cyril Falls, auteur de plusieurs volumes de l’histoire officielle du conflit, observe que « the Great War has resulted in the spilling of floods of ink as well as of blood5 », mais il ne pouvait pas deviner, en écrivant ces mots, à quel point l’histoire allait les confirmer. « Oh », déclarait Paul Fussell un demi-siècle plus tard, « what a literary war6 ». L’ensemble des écrits dont la monographie de Klein ne constitue qu’un tout petit fragment, est dominé par la production d’une poignée de jeunes poètes, eux-mêmes impliqués, et parfois blessés ou tués, dans l’action militaire : Wilfred Owen, Ivor Gurney, Siegfried Sassoon et d’autres. Les récits en prose à la première personne ont également foisonné, et comme pour témoigner du caractère catastrophiquement destructeur du trauma subi, ont continué à paraître pendant des décennies après la fin de la guerre, et même presque jusqu’à la fin du siècle. Les récits de ce type publiés pendant la guerre semblent en revanche avoir été assez peu nombreux, les principaux romans traitant du conflit – notamment ceux de Blunden, Graves et Sassoon, et le monumental texte de T. E. Lawrence sur la campagne du Moyen-Orient – ne paraissant qu’au cours des années 1920-19307, comme s’il avait fallu une longue période de guérison silencieuse avant de pouvoir évoquer l’horreur vécue. Il semble même que le processus se soit poursuivi pratiquement jusqu’à maintenant, et que First Day on the Somme de Martin Middlebrook (1971)8 ait initié une floraison tardive de souvenirs d’anciens combattants de la guerre, comme ceux recueillis dans la longue série de volumes traitant de différents aspects du conflit édités – avec plus ou moins d’adresse pour certains d’entre eux – par Lyn MacDonald9, preuve supplémentaire de l’immensité de l’ombre jetée par la guerre sur tant de vies. Tous ces textes sont parus en Angleterre, alors que d’autres, ailleurs, de Dos Passos, Hemingway et Ford Madox Ford à Barbusse, Remarque et Jünger, ont donné au phénomène une dimension mondiale.

4Si le récit superficiel et presque naïf de Klein va à l’encontre de cette grande tradition à bien des égards, c’est en partie le résultat du statut particulier, un peu périphérique et non militaire, des unités dont il parle, et en partie des limitations humaines et culturelles propres à l’auteur lui-même. La spécificité de l’ouvrage de Klein est encore plus flagrante lorsqu’il est comparé à ses contemporains exacts, ces rares récits autobiographiques en prose publiés pendant les dix-huit derniers mois de la guerre.

  • 10 Carrington C., Soldier from the War Returning, London, Hutchinson, 1965, p. 11. Le texte doit beau (...)
  • 11 Voir Carrington C., op. cit., p. 104-108.
  • 12 Ibid., p. 221-223.
  • 13 Ibid., p. 144-146.

5Pendant ces derniers mois du conflit, l’endurance humaine était mise à terrible épreuve dans les tranchées. La troisième bataille d’Ypres – la « Passchendaele » des Anglais –, la grande poussée allemande du printemps 1918 et l’ultime passage décisif des alliés, ont poussé les belligérants jusqu’à l’épuisement : mutinerie, soulèvement et guerre civile semblaient être les issues inévitables par lesquelles le changement social radical viendrait balayer l’Europe dans le sillage du conflit impérial. Le biographe de Rudyard Kipling, Charles Carrington, a tenté deux fois d’écrire le texte qui révélerait « the First world war from below », du point de vue de « a combatant soldier in a line regiment10 », et au moment où il a fait paraître l’ultime version, Soldier from the War Returning, en 1965, il en était arrivé à la conclusion que les dix-huit derniers mois de la guerre avaient constitué une de ces périodes critiques de l’histoire où victoire et révolution semblaient tenir en équilibre dans les deux camps. Pas plus enclin que le sujet de sa célèbre étude biographique à épouser une idéologie progressive militante, pas moins lucide non plus, Carrington souligne que malgré la réputation peu glorieuse de leur conduite des affaires militaires et stratégiques au front, les officiers de l’état-major faisaient preuve d’une excellente efficacité lorsqu’il s’agissait d’étouffer toute velléité d’insoumission dans les rangs11. En admettant lui-même avoir été tenté, vers la fin de la guerre, par le pacifisme et même le socialisme12, il observe que la tension qui régnait dans les tranchées du front occidental à cette époque était le reflet exact des conditions quasi révolutionnaires à Paris et à Berlin, et du soulèvement alors ouvert en Russie13.

6La grande ironie du texte de Klein est d’avoir été publié en plein milieu de cette période d’extrême tension, comme à contresens du mouvement et de la logique de l’histoire. Au moment même où toute l’humanité semblait divisée par cette titanesque confrontation des vieilles ambitions impériales, le texte de Klein s’obstine à faire l’inventaire de toutes les facettes de l’iniquité culturelle qui se trouve au cœur du projet impérial, cette incompréhension absolue de « l’Autre » qui est la condition et le corollaire nécessaires à son annexion économique, puis politique et militaire.

  • 14 Hynes S., A War Imagined, London, The Bodley Head, 1990, p. 203.

7Lorsqu’il évoque ces années critiques où l’humanité a atteint un point de rupture, et les produits culturels générés par ces années, Samuel Hynes constate la rareté des récits autobiographiques en anglais traitant de la vie au front en 1917. « Perhaps, » déclare-t-il, « the difficulty was that war, while it was being fought, did not seem to be narrative at all, did not seem, that is, to be a continuous and coherent action that moved through related events to a conclusion14. » C’est en effet l’absurdité de la guerre industrielle moderne, en nette opposition à l’ambiance de bravado belliqueuse dans laquelle elle a été entreprise et menée pendant ses premières années, qui est étonnamment absente des récits anglais en prose jusqu’aux tout derniers mois du conflit, et Hynes suggère que ce sont les traductions en anglais de deux ouvrages français d’Henri Barbusse et de Georges Duhamel qui, les premières, ont révélé aux lecteurs britanniques la réalité des conditions du front au moment de Passchendaele.

  • 15 Ibid., p. 205.
  • 16 Voir Hynes S., op. cit., p. 205, pour une discussion du commentaire de C. E. Montague sur le livre
  • 17 Ibid., p. 204.
  • 18 Duhamel G., Vie des Martyrs, Paris, Mercure de France, 1917, p. 229.

8 Le Feu d’Henri Barbusse, lauréat du prix Goncourt en 1916, est paru en anglais sous le titre Under Fire en juillet 1917, selon Hynes « the first novel to reach the English public with an unameliorated rendering of the horror of war15 ». À ce moment critique de l’histoire de l’attitude anglaise envers la guerre, Le Feu avait un caractère profondément subversif16, grâce autant à son réalisme sans compromis qu’à sa perspective politique – selon Hynes « a Socialist sermon against war17 ». Vie des Martyrs, de Georges Duhamel, paru en France en 1917, et en Angleterre sous le titre The New Book of Martyrs en mars 1918 (soit quatre mois avant la publication du texte de Klein) s’est avéré encore plus subversif. Duhamel a servi en tant que chirurgien militaire au front occidental pendant toute la guerre, et son livre décrit simplement et sans parti pris politique les blessures physiques et psychiques subies dans les tranchées par les simples soldats de ligne, « car il ne suffit pas », précise-t-il à la fin du texte, « de porter le couteau bienfaisant dans la plaie ou d’en renouveler les linges avec certitude et adresse. Il faut encore, sans rien altérer, pouvoir retracer dans sa vérité et sa simplicité votre histoire de victimes émissaires, l’histoire de ces hommes que vous êtes pendant la douleur18 ». Le texte de Duhamel est subversif en ce sens qu’il introduit dans la controverse grandissante autour de la conduite des affaires au front avec un réalisme médical désarmant, les notions de « martyrs » et de « victimes émissaires ». Ainsi, pour la première fois, une œuvre en prose confirme la simple vérité que la rumeur chuchotait déjà : que le destin du simple soldat, en 1917-1918, n’était que de partir, de souffrir, et de souffrir encore, jusqu’à la mutilation ou la mort.

9Tel est donc le contexte dans lequel est paru en 1918 With the Chinks. Dans le milieu cosmopolite des concessions commerciales et bancaires en Chine, les ouvrages de Barbusse et de Duhamel devaient certainement être connus, et leur signification d’autant mieux comprise qu’il arrivait tous les jours des nouvelles de ce qui serait bientôt Leningrad, où les conditions de combat identiques du front oriental commençaient à provoquer des conséquences inéluctables. Que ces conditions, et ces conséquences, soient très présentes à l’esprit de Klein au moment où il écrivait son texte est confirmé par le fait que parmi l’équipe très disparate d’« officiers » qui accompagnaient les unités chinoises pendant leur entraînement et leur voyage en Europe, se trouvait un ancien officier de l’armée impériale russe qui avait fui le soulèvement bolchevik alors en cours, et qui en connaissait bien les causes. Il semble donc certain, que soit de source familiale ou personnelle, soit par la lecture de Barbusse ou Duhamel, soit enfin par ses interminables discussions avec l’ex-officier russe au mess, Klein devait être parfaitement au courant du sacrifice et du martyr subis par les combattants au front alors qu’il écrivait son récit.

10Une dernière description des conditions au front, publiée au moment où Klein commençait son service avec les recrues chinoises à Tsingtao doit être évoquée ici. Le récit de Bernard « Bill » Adams, Nothing of Importance, commence, comme celui de Klein, comme un journal de guerre personnel, mais petit à petit il se transforme en réflexion approfondie sur ce qu’il observe autour de lui dans les tranchées du front occidental. Le texte d’Adams constitue une synthèse de ceux de Barbusse et de Duhamel, et ses conclusions sont d’une importance considérable du point de vue aussi bien littéraire qu’humain.

  • 19 Et non pas, comme le suggère Hynes S., op. cit., p. 219, celle d’Oxford.

11Après de brillantes études de lettres classiques, Adams avait quitté l’Université de Cambridge19 peu avant le début de la guerre, s’était enrôlé en novembre 1914 comme lieutenant aux Welch Fusiliers (le régiment de Sassoon et de Graves), et avait vécu l’action dans les tranchées près de Fricourt entre octobre 1915 et juin 1916, avant d’être grièvement blessé et renvoyé en Angleterre. C’est pendant sa convalescence qu’il a rédigé son texte, qui décrit ses huit mois passés au front, et peu après son retour en France, Adams a été tué en février 1917, sept mois avant sa publication.

  • 20 Adams, B.P., Nothing of Importance, London, Methuen, 1917, édition facsimilée non datée publiée pa (...)
  • 21 La signification de la phrase apparaît vers la fin du texte, dans un passage explicatif quasi-épip (...)

12Presque tout dans le livre d’Adams le place à l’opposé de celui de Klein, et au cœur de cette opposition se trouve la douleur éprouvée par Adams devant le spectacle du martyr de « ses » hommes au front : malgré sa jeunesse, il signale ainsi avec une clarté saisissante le mouvement de l’histoire. Structuré comme un bildingsroman autobiographique, le texte d’Adams20, dans sa volonté de décrire la réalité de la guerre, retrace l’émergence chez l’auteur d’un sentiment complexe d’horreur et de révulsion devant le spectacle de l’immense sacrifice de la génération des tranchées. Témoin des souffrances de ceux qui l’entourent au front, Adams subit des moments de crise morale profonde dès lors qu’il s’éloigne momentanément de l’action, tantôt dans la campagne autour du village de Morlancourt où son régiment est en repos, tantôt dans les rues sombres autour de la cathédrale d’Amiens. La gratuité de la douleur qu’il observe autour de lui, et le sentiment d’entrer petit à petit en communion avec ces hommes sacrifiés qui souffrent, s’expriment enfin dans la réitération incantatoire de la phrase « A certain man drew a bow at a venture21 »…

13Ce qui importe dans le récit d’Adams est moins l’émergence ironique d’un sentiment d’empathie avec les objecteurs de conscience en Angleterre que celle, bien plus significative, d’un sentiment de communauté avec les hommes au front de tout rang, la communauté indivisible, née de la souffrance et dans la souffrance, de ceux qui sont confrontés ensemble à la mort. Il devient ainsi le témoin du processus historique qui est à l’œuvre : le conflit des empires engendre en son sein une nouvelle solidarité, une fraternité même, dans la souffrance partagée, une souffrance et une fraternité qu’on n’aurait pas pu imaginer en 1914, et qui, si on s’y opposait, engendreraient mutineries et soulèvements comme ceux qui éclataient déjà au camp d’entraînement d’Étaples, dans les tranchées françaises et allemandes et à travers des secteurs entiers du front oriental.

14La grave faiblesse de Klein, dont la conscience et la sensibilité sont à tout point de vue diamétralement opposées à celles d’Adams, est d’avoir vécu à un moment d’une importance critique de l’histoire de l’humanité sans s’en être aperçu, de n’avoir rien compris au sens de son époque. Le fait même qu’après être arrivé en France, avoir vu les conditions du front, et avoir même entendu les témoignages des combattants revenant des tranchées, Klein ait pu autoriser la publication de cet ouvrage, et avec un tel titre, montre la mesure de son ineptie et de son immaturité humaine et culturelle.

  • 22 With the Chinks, p. 71.
  • 23 Ibid., p. 71.
  • 24 Ibid., p. 71. Ce passage important est daté « January ». L’officier fait allusion aux « Officer Tr (...)

15Manifestement, le rôle – contractuellement au moins – relativement périphérique que devaient jouer les unités chinoises une fois arrivées au front y est pour quelque chose dans l’inconséquence de Klein. Son texte témoigne à chaque page du malaise engendré par l’impression d’être officier dans une unité pas tout à fait comme les autres, destinée à n’intervenir que d’une façon très accessoire au front. La question est posée explicitement à plusieurs reprises pendant le premier mois d’entraînement des recrues en Chine, une fois par un des officiers, « a missionary and mountaineer of Japan22 », qui demande « Are those of us who have youth and sound bodies justified in joining the C. L. C.23 ? », question reformulée plus brutalement encore par un autre officier « What you mean to say […] is, are we a bunch of bally slackers for not going home straight and getting into some O. T. C.24 ». La question douloureuse n’est toujours pas résolue six mois plus tard lorsqu’au cours du voyage vers la France, en escale à New York avant la traversée hasardeuse de l’Atlantique, un troisième officier, lorsqu’il rencontre sa sœur dans un restaurant de la cinquième avenue exprime le même doute sur sa fonction :

  • 25 Ibid., p. 243-244. Ce passage est daté « June ». Il est intéressant de se rappeler que le lecteur (...)

He felt with some misgiving that he was being lionized. He didn’t want or deserve it; months ago he had said his real farewell, away in China, who had held out her hands to him, and beflagged and tin-deified him until he felt that never in this world would he become a hero. This was quite aside from the consideration that as yet he had done nothing worth speaking about; he had merely been with a battalion of coolies for a few months; he had seen strange parts of the world with them; he was going to take them to France. He was less of a soldier than old Sammy who sat at the next table, trained and in uniform, probably going over there in the same convoy as himself. Yes, technically he had not even got his commission, and he sat there in ignominious mufti25.

16Ce passage en dit long sur l’état d’esprit de l’encadrement des travailleurs chinois, et Klein se révèle incapable de grandir, de mûrir moralement et humainement, comme l’avait fait Adams avec ses montagnards de Snowdon en face de Fricourt.

17Il serait futile de citer extensivement les passages qui témoignent de l’autisme culturel manifeste de l’auteur : il ne serait pas excessif de suggérer que le texte ne contient pratiquement rien d’autre. Alors que le récit d’Adams est celui d’une conscience qui s’ouvre aux réalités humaines, culturelles et politiques, celui de Klein est celui d’un vécu incompris, et par conséquent d’une verbosité toujours plus hystérique, mais toujours plus vide, dépourvu de tout cheminement analytique. Alors qu’Adams découvre que le progrès dans la solidarité et la fraternité est inéluctable, Klein n’avance pas, rabâchant sans cesse l’impondérable et multiforme altérité du Chinois, et son propre sentiment de solitude confuse et apeurée.

18Le lecteur n’apprend rien des origines ou du passé de Klein, vraisemblablement liés aux activités commerciales ou bancaires des concessions européennes qui assuraient la fonction impériale en Chine à l’époque. En revanche, ce qui est très apparent dans le texte est le fait que le profond mépris qu’il ressent pour les Chinois et pour la Chine est un des fondements de sa psyché, et au cœur de sa personnalité. Et ce mépris est le résultat d’un double malaise chez Klein, malaise de « race », d’une part, mais aussi malaise de classe.

19Le premier se manifeste en un stéréotype primaire et persistant, exprimé non seulement par Klein lui-même, mais aussi par ses collègues officiers, qui, à l’image de Hitard

  • 26 Ibid., p. 97-98.

would not credit the coolie with any sense of gratitude, with any good faith, with any trustworthiness. He said it was all very well to idealise them – that is to place them on the moral level with the white man – in camp, where the conditions of life were as near perfect as possible; that is they were heartily fed, warmly clothed, and dryly housed […]. Like lions they lay down with the hart and the lamb so long as they were contented. Empty their bellies let the north wind blow on them and the rain of Flanders lash them and they roared like the ungovernable beast.
[…]
There isn’t a spark of gratitude in a Coolie, deprive him and discomfort him as I have already described, and he’ll forget everything decent and indecent that you ever did for him. Being primitive he lives completely in the moment. His memory – such as it is – serves him only for bad, not for good. So long as you treat him well he will remember you, turn your back on him and he will forget you; maltreat him and he will show his teeth26.

  • 27 Cf. p. 99.

20Cette diatribe raciste heurte la sensibilité moderne, mais jouit de l’approbation explicite des collègues du mess, ainsi que celle, plus voilée, du narrateur27. C’est lui qui qualifie le long processus de l’entraînement des travailleurs chinois de « the Sausage Machine », et qui note dans son journal sans apprécier la portée culturelle de ses propos :

  • 28 Ibid., p. 7.

Spent the morning overseeing certain functions of the Sausage Machine
1) The hair-cutting function.
2) The cleansing function.
These are midway functions of a process which turns an ordinary workaday uninviting coolie into a clean, well-clothed and smartly active human being. An astonishing process which is doing a great good for a corner of China. If the whole nation, male and female, could pass through the Sausage Machine it would make the people anew, as it is making them, two or three hundred a day, in this camp28.

21Avec l’arrogance caractéristique de ceux qui pratiquent ce genre de stéréotype quasi colonial, Klein a parfois recours à un paternalisme lourd, supposé prouver sa grande finesse d’esprit ; un passage de la préface est instructif à cet égard :

  • 29 Ibid., p. viii-ix.

This long journey [with the C. L. C. recruits to the front in France] gave me an opportunity to observe the mental shock and change which a coolie suffers as he leaves the placid East and is shown the brilliant wonders of the West. […] That is not to say that he left China a barbarian. If this little work in the least modifies the popular conception of the “Chinese coolie” it will have done much. As children, we were taught to believe that both Cain and coolies were murderers from the beginning; no coolie was to be trusted; he was a yellow dog; he would stick a knife into you in a dark alley on a dark night. He was treacherous. Today we have outgrown this puerility, but still retain a deep distrust of the coolie and his ways. Nothing could be more unfair. The coolie whom we trained and brought to France is a simple, jolly fellow. He is content with the very simplicities of life; he steals, but not overmuch; he is extraordinarily happy; he grins and grins; he is good to his fellow creature. […] I have often compared him to a child because of his simplicity, his playfulness, his frank delight with life, his quaintness and his affectionate character29.

  • 30 Kipling, R., From Sea to Sea, London, Macmillan, 1900, vol. 1, p. 277. Il s’agit d’une série de le (...)

22Dans ses deux extrêmes – le dédaigneux et le paternaliste – ce passage est pire encore que le pire de Kipling. En effet, lorsqu’en 1889 ce dernier revenant en Angleterre après avoir quitté définitivement l’Inde, fit une courte escale en Chine lui laissant le temps de se rendre à Hong Kong et à Canton, il ne put retenir son admiration pour un peuple si travailleur et discipliné : « [we] have conquered the wrong country. Let us annex China30 ! »

23La description faite par Klein de la traversée du canal de Panama, où ceux qu’il qualifie de « Chinks » ou de « coolies », contemplent ces autres, qualifiés de « laughter-loving coons » amassés sur les berges, doit constituer un des plus sinistres passages dans son accumulation de stéréotypes racistes en langue anglaise.

  • 31 With The Chinks, p. 7, 8.
  • 32 Ibid., p. 246. Même Jule interrompt le récital de la fiction officielle : « Horrified, he heard hi (...)
  • 33 Ibid., p. 135-136.
  • 34 Ibid., p. 3.
  • 35 Ibid., p. 14.

24L’angoisse générée par le sentiment de l’altérité raciale des hommes qu’il amène au front est visiblement intensifiée par un sens marqué de supériorité de classe. Au cours de cet hiver de 1917-1918, la simple présence de l’officier russe fugitif devait aggraver, consciemment ou inconsciemment, le malaise de ce pseudo-officier responsable d’une unité de travailleurs réduits presque au statut d’esclaves. Les recrues chinoises, issues « chiefly from the province of Shantung », où ils avaient été « farmers or labourers of one kind or another31 », sont d’autant plus facilement transformés en une foule hétéroclite de « yellow dogs » et de « jolly fellows » que leur origine essentiellement féodale semble relever d’une phase de l’histoire très éloignée des affectations sophistiquées de la bourgeoisie commerciale des concessions. Personne n’est convaincu par l’égalitarisme de façade professé par la version officielle du statut des travailleurs chinois évoquée par l’ancien banquier Jule, selon laquelle « the whole matter is placed before them in the light of a business proposition32 » : en réalité, pour la communauté européenne « his attitude towards existence is the attitude of a domestic animal33 », le camp d’entraînement est « for all the world like a prison camp34 », l’entraînement lui-même n’a rien à voir avec celui des recrues des armées d’Europe : les unités de travailleurs chinois « cannot in fact be shaped at all. It has to be hammered35… ».

25Le malaise manifeste de Klein doit quelque chose, donc, à ce sentiment complexe d’humiliation de classe. Les officiers européens participant à l’entraînement de ces travailleurs chinois ont l’impression non seulement d’être exclus du milieu authentiquement militaire en ce temps de guerre, mais vivent leur mission à la tête de ces unités de travailleurs comme un véritable déclassement, alors qu’on leur rappelle que

  • 36 Ibid., p. 12.

It is not desirable to put too military a construction upon our duties. In other words, do not spread the notion that they are going into the front line trenches. Do not lead them to suppose that they are China’s first hundred-thousand. And do not think of yourself as a C. C., but as a supervisor of labour, a ganger par excellence, a glorified stevedore36.

  • 37 Ibid., p. 132-133.
  • 38 Un bref résumé de sa carrière peu glorieuse est donné p. 133-134.
  • 39 Ibid., p. 254-255.

26Il est significatif (et le contraste avec Adams et ses hommes des Welch Fusiliers est ici particulièrement accablant) qu’après six mois passés à entraîner, puis à traverser la moitié du globe, avec les 450 hommes qu’il appelle « the O.K. party », les seuls dont il reconnaît pleinement l’existence en tant qu’êtres humains sont un professeur diplômé dont la « superior intellectual training would sooner or later place him above his fellows37 », un ancien officier de l’armée chinoise38, et un médecin chinois, « bookish and didactic », pour qui le séjour en France ne serait qu’un interlude, après lequel « [he] would go back to Peking and take the final exam […] and come out right on top39. »

27Pour résumer, donc, là où Adams découvre au front un nouveau sentiment de solidarité et de fraternité dont serait – et sera – fait l’avenir, Klein ne trouve parmi les travailleurs chinois qu’altérité et atomisation qui remontent du passé subliminal le plus sombre. Pour chacun d’entre eux l’expérience constitue une leçon emblématique en cette année de la Révolution d’octobre. Les hommes du Chinese Labour Corps méritaient, en effet, un meilleur exécuteur littéraire. Ils en auraient peut-être eu, si le destin leur avait amené un T.E. Lawrence oriental : les sept piliers de la sagesse ne faisaient manifestement pas partie de l’architecture culturelle ou morale de Daryl Klein. Un tel défenseur littéraire occidental des forces du travail de la Chine apparaîtrait une douzaine d’années plus tard, lors d’un nouveau conflit, en la personne d’André Malraux qui, dans Les Conquérants et dans La Condition Humaine célèbre la force et la détermination dont ils ont fait preuve dans leur propre conflit, qui devait durer deux décennies encore avant que leur propre victoire ne soit acquise.

Bibliographie

Bibliographie

Adams J. B. P., Nothing of Importance : a Record of Eight Months at the Front with a Welsh Battalion, October, 1915, to June, 1916, London, Methuen, 1917. Édition facsimilée non datée, The Naval and Military Press, London.

Barbusse H., Le Feu, Paris, Flammarion, 1916. Trad. Under Fire, London, 1917.

Blunden E., The Undertones of War, London, Cobden-Sanderson, 1928.

Carrington C., Soldier From the War Returning, London, Hutchinson, 1965.

Duhamel G., Vie des Martyrs, Paris, Mercure de France, 1917. Trad. The New Book of Martyrs, London, 1917.

Falls C., War Books : A Critical Guide, London, Peter Davies, 1930.

Fussell P., The Great War and Modern Memory, London & New York : Oxford University Press, 1975.

Graves R., Goodbye to All That, London, Jonathan Cape, 1929.

Hynes S., A War Imagined, London, The Bodley Head, 1990.

Kipling R., From Sea to Sea, London, Macmillan, 1900.

Klein D., With the Chinks, (édition facsimilée non datée), London, The Naval and Military Press, en collaboration avec l’Imperial War Museum Department of Printed Books. Préface de l’édition originale datée juillet 1918.

Lawrence T. E., Seven Pillars of Wisdom, London, Jonathan Cape, 1935.

MacDonald, L., They Called it Passchendaele, London, Michael Joseph, 1978. Republié par Penguin Books, 1993.
The Roses of No Man’s Land, London, Michael Joseph, 1980. Republié par Penguin Books, 1993.
Somme, London, Michael Joseph, 1983. Republié par Penguin Books, 1993. 1914-1918 Voices and Images of the Great War, London, Michael Joseph, 1988. Republié par Penguin Books, 1991.
1914, London, Michael Joseph, 1987. Republié par Penguin Books, 1989.
1915 The Death of Innocence, London, Hodder, 1993. Republié par Penguin Books, 1997.
To the Last Man – Spring 1918, London, Viking, 1998. Republié par Penguin Books, 1999.

Malraux A., La Condition Humaine, Paris, NRF/Gallimard, 1933. Les Conquérants, Paris, Grasset, 1928.

Middlebrook M., The First Day on the Somme, London, Allen Lane, 1971.

Sassoon S., Memoirs of an Infantry Officer, London, Faber, 1930.

Notes

2 Publié par la Naval and Military Press, en collaboration avec le Department of Printed Books de l’Imperial War Museum de Londres. Cette édition fac-similé non datée a servi de source pour toutes les citations de la présente étude.

3 Selon la transcription actuelle, Qingdao. Pour des raisons de clarté, la convention adoptée par Klein pour la transcription des noms de lieux et de personnes chinois sera suivie dans la présente étude.

4 Il déclare dans l’avant-propos : « When in China I joined the Chinese Labour Corps I kept a diary at first, recording fairly fully my impressions of the work from day to day. […] To begin with, I had no story to tell, but once away from camp in China […] the germ of narrative crept into my diary and I found myself spinning something of a yarn – the yarn, in fact, of our voyage from China to France. » With the Chinks, p. vii.

5 Falls C., War Books A Critical Guide, London, Peter Davies Ltd., 1930, p. vii.

6 Fussell P., The Great War and Modern Memory, London et New York : Oxford University Press, 1975, chapitre V, p. 155-190.

7 Blunden E., Undertones of War, London : Cobden-Sandersen, 1928 ; Graves, R., Goodbye to All That, London, Jonathan Cape, 1929 ; Sassoon, S., Memoirs of an Infantry Officer, London, 1930 (deuxième des Complete Memoirs of George Sherston (1937)) ; Lawrence, T. E., Seven Pillars of Wisdom, London, Jonathan Cape, 1935 (imprimé à titre privé en 1926).

8 Middlebrook M., First Day on the Somme, London, Allen Lane, 1971.

9 Parmi les plus réussis d’entre eux, on citera They Called it Passchendaele (1978), London, Michael Joseph, 1978, et chez le même éditeur The Roses of No Man’s Land (1980), Somme (1983), 1914 (1987), 1914-1918 Voices and Images of the Great War (1988), ainsi que 1915 The Death of Innocence, London, Hodder, 1993. Suite au succès populaire de ces volumes, de nombreux autres recueils du même type ont paru, notamment une série publiée par l’Imperial War Museum. Collectivement, ces volumes constituent un composant important – peu reconnu encore aujourd’hui – de la littérature populaire en langue anglaise du xxe siècle.

10 Carrington C., Soldier from the War Returning, London, Hutchinson, 1965, p. 11. Le texte doit beaucoup au volume antérieur du même auteur, publié sous le pseudonyme Charles Edmonds, A Subaltern’s War, Peter Davies, 1929. Mais Le Rudyard Kipling : His Life and Work de C. Carrington (London, Macmillan, 1955) reste une des études les plus complètes de son sujet.

11 Voir Carrington C., op. cit., p. 104-108.

12 Ibid., p. 221-223.

13 Ibid., p. 144-146.

14 Hynes S., A War Imagined, London, The Bodley Head, 1990, p. 203.

15 Ibid., p. 205.

16 Voir Hynes S., op. cit., p. 205, pour une discussion du commentaire de C. E. Montague sur le livre.

17 Ibid., p. 204.

18 Duhamel G., Vie des Martyrs, Paris, Mercure de France, 1917, p. 229.

19 Et non pas, comme le suggère Hynes S., op. cit., p. 219, celle d’Oxford.

20 Adams, B.P., Nothing of Importance, London, Methuen, 1917, édition facsimilée non datée publiée par la Naval and Military Press. « It is », déclare Adams dans sa préface, « the spirit of the war as it came to me, first in big, incoherent impressions, later as a more intelligible whole… » (p. xvii).

21 La signification de la phrase apparaît vers la fin du texte, dans un passage explicatif quasi-épiphanique de sa Conclusion. Voir Adams B. P., op. cit., p. 298-300.

22 With the Chinks, p. 71.

23 Ibid., p. 71.

24 Ibid., p. 71. Ce passage important est daté « January ». L’officier fait allusion aux « Officer Training Corps », où étaient formés les futurs officiers de l’armée régulière.

25 Ibid., p. 243-244. Ce passage est daté « June ». Il est intéressant de se rappeler que le lecteur a appris que l’officier en question avait « [thrown] up a good banking job in China to go home with the coolies » (p. 131).

26 Ibid., p. 97-98.

27 Cf. p. 99.

28 Ibid., p. 7.

29 Ibid., p. viii-ix.

30 Kipling, R., From Sea to Sea, London, Macmillan, 1900, vol. 1, p. 277. Il s’agit d’une série de lettres parues dans The Pioneer, Allahabad, en 1889-1890, et recueillies avec d’autres écrits journalistiques par Macmillan. Ce sont les numéros VII à X de la série qui sont consacrés à la description de l’escale en Chine.

31 With The Chinks, p. 7, 8.

32 Ibid., p. 246. Même Jule interrompt le récital de la fiction officielle : « Horrified, he heard himself talking like a book. Wasn’t he making himself a bore ? » (p. 246).

33 Ibid., p. 135-136.

34 Ibid., p. 3.

35 Ibid., p. 14.

36 Ibid., p. 12.

37 Ibid., p. 132-133.

38 Un bref résumé de sa carrière peu glorieuse est donné p. 133-134.

39 Ibid., p. 254-255.

Auteur

Maître de Conférences, Université du Littoral Côte d’Opale, France.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540