Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale

 | 
Li Ma

Chapitre 7. Sur les traces des travailleurs chinois

Travail et nostalgie sur le front de l’Ouest : l’Art des tranchées chinois et la Première Guerre mondiale

Nicholas J. Saunders

Résumé

L’expérience chinoise de la Première Guerre mondiale sur les zones de combat de France et de Belgique offre des perspectives uniques sur la manière dont les êtres humains appréhendent le sens complexe et souvent indéfinissable de leurs actes, la façon dont ils transposent leur identité dans la culture matérielle et la représentation qu’ils se font d’eux-mêmes par rapport aux autres. Dans le répertoire caractéristique d’objets fabriqués par les travailleurs chinois entre 1916 et le début des années 1920, on trouve des aspects personnalisés de la culture chinoise traditionnelle, de la modernité, de la guerre industrialisée, du paysage, du commerce et de la nostalgie des Chinois déplacés à travers le monde par le conflit moderne. Jusqu’ici, on a porté peu d’attention aux objets d’art chinois fabriqués pendant et après la guerre, malgré le récent regain d’intérêt intellectuel manifesté pour le rôle des travailleurs chinois (ceux sous contrôle français et le Chinese Labour Corps (CLC) sous contrôle britannique)2. Dans cet article, j’étudie brièvement une série de ces objets qui font partie de ce que l’on appelle communément l’« Art des tranchées3 », dans le but d’élucider le vaste réseau de questions conceptuelles susmentionnées.

Texte intégral

S’engager dans la Grande Guerre

1Les conflits du xxe siècle sont un phénomène culturel unique. Leur nature industrialisée possède une intensité matérielle et psychologique qui provoque des changements radicaux dans les attitudes humaines et le comportement humain. Le premier de ces conflits, la Grande Guerre de 1914-1918, a démontré que tous les conflits futurs seraient des « guerres de technologie » qui lieraient inextricablement la matérialité, l’humanité et la spiritualité, d’une manière mondialisée, comme jamais auparavant.

  • 4 Buchli, V., The Material Culture Reader, Oxford, Berg, 2002 ; Tilley, C. et al., Handbook of Mater (...)
  • 5 Schiffer M. B., The Material Life of Human Beings : Artifacts, behaviour, and communication, Londo (...)
  • 6 Hoskins, J. Biographical Objects : How Things Tell the Stories of People’s Lives, London, Routledg (...)

2Les récents progrès de notre capacité à conceptualiser et à étudier le passé ont vu la réévaluation de la culture matérielle et des manières dont nous interagissons constamment avec les objets qui nous entourent4. Nos relations avec les objets ne sont pas seulement une caractéristique distinctive et significative de la vie humaine5, mais elles nous aident également à déterminer notre propre « être social ». Autrement dit, les objets deviennent des métaphores de l’être6.

  • 7 Attfield, J., Wild Things : The material Culture of Everyday Life, Oxford, Berg Publishers, 2000, (...)
  • 8 Kopytoff, I., « The Cultural Biography of Things : Commoditization as Process », dans Appadurai A. (...)
  • 9 Appadurai, A., « Introduction : Commodities and the Politics of Value », dans A. Appadurai, The So (...)

3Les objets liés à la guerre occupent un point d’interaction dynamique entre les mondes animés et inanimés, créent et perpétuent différents engagements avec le conflit et ses conséquences, et nous invitent à aller au-delà de l’évident et du physique ainsi qu’à considérer l’hybride, le latent, et à constamment renégocier les relations entre les objets et les individus7. Aborder ainsi une culture matérielle nous permet d’établir une biographie de l’objet8 d’explorer sa « vie sociale » à travers l’évolution des valeurs et des attitudes qui lui sont associées au fil du temps9. Autrement dit, nous pouvons suivre les objets en les considérant comme des expressions du conflit au-delà du conflit lui-même, et étudier leurs nouvelles significations dans le présent.

4Le temps qui passe et les générations engendrent différentes interprétations de la culture matérielle de la guerre et donnent différentes réponses à cette culture, à mesure que les objets voyagent à travers l’espace social, géographique et symbolique. Chaque interprétation et chaque réponse offrent une perspective unique sur le réseau complexe d’objets, de personnes, de lieux et de valeurs, et contribuent ainsi au nouveau programme d’exploration des relations entre les individus et la guerre. Les bataillons français et britanniques constitués de travailleurs chinois, ainsi que les objets qu’ils ont fabriqués, offrent de nombreuses perspectives sur ces processus d’engagement plus vastes, ainsi que sur la nature de l’expérience chinoise pendant et après la guerre.

Les paysages du conflit et l’expérience chinoise

5Les paysages des zones de combat sont des « objets de guerre contestés » qui incarnent ces expériences humaines de violence et de mort. La nature industrialisée de la Première Guerre mondiale a redéfini les anciennes frontières entre la matérialité et la spiritualité, et entre l’émotion, l’objet et le lieu – non seulement pendant la guerre, mais aussi par la suite. Après 1918, le Front de l’Ouest n’est pas abandonné, mais devient plutôt un palimpseste de paysages superposés et équivoques, où la mémoire, le chagrin, la mort, le pèlerinage, la reconstruction et les morts accidentelles se rencontrent pour donner naissance à une nouvelle forme de paysage.

  • 10 Clout, H., After the Ruins : Restoring the Countryside of Northern France after the Great War, Exe (...)

6Les travailleurs chinois étaient exclusivement impliqués dans la création de ce nouveau paysage car ils étaient le seul groupe d’êtres humains dont la présence en ces lieux était constante – c’est-à-dire qu’ils étaient à la fois présents pendant les années de guerre et l’immédiat après-guerre. Là où leur main-d’œuvre quasi militaire avait apporté son soutien à une armée de soldats, après le 11 novembre 1918, ces travailleurs ont œuvré à évacuer les débris et les corps des anciens champs de bataille, en partie du moins, afin de soutenir le transfert contesté du paysage sous la responsabilité des civils10. Autrement dit, après la guerre, le rôle des travailleurs chinois consistait à remettre de l’ordre dans le désordre cataclysmique provoqué par quatre années de guerre industrialisée – pour créer un paysage sûr et moralement acceptable à partir d’un mélange de restes humains en putréfaction et de munitions explosives qu’ils évacuaient, non sans risque. Par conséquent, les Chinois accordaient une importance unique au paysage de guerre, et les objets qu’ils fabriquaient reflétaient cet attachement.

7Cette relation caractéristique était en partie due à la situation inhabituelle des travailleurs chinois aux termes de leurs contrats de travail – ils étaient simultanément essentiels et marginaux. Ils faisaient partie d’une armée alliée multiethnique, souvent située à proximité du front (parfois sur le front), et alors qu’ils n’étaient pas autorisés à combattre, ils partageaient néanmoins des risques mortels avec les soldats alliés. Après la fin de la guerre, les soldats sont repartis, mais de nombreux travailleurs chinois sont restés pour déblayer les débris d’une guerre que leur travail avait facilitée, mais à laquelle ils n’avaient pas directement participé. Pour les Chinois, le Front de l’Ouest partageait la plupart des aspects ambigus qu’un tel paysage possédait pour les soldats et les réfugiés, mais également quelque chose de plus. Pour les Chinois, c’était un paysage de conflit, mais jamais un paysage de combat, et la seule fois où ils furent officiellement autorisés à accéder aux zones du front, ce fut après l’Armistice.

8L’engagement distinctif des travailleurs chinois sur les champs de bataille (pendant et après la guerre) était caractéristique de leur situation marginale : ce n’était pas leur territoire ni même leur paysage culturel. C’est comme s’ils avaient uniquement été connectés à l’« idée du lieu » via leurs propres pensées et les souvenirs de leur pays. C’est pour cette raison, peut-être, que la plupart des images qui façonnent et ornent les objets qu’ils ont fabriqués sont des évocations romantiques de la culture chinoise traditionnelle plutôt que d’autres formes d’imagerie artistique omniprésentes (européennes) telles que l’art nouveau et les scènes liées à la guerre.

9Il n’est pas surprenant que toutes les sortes de matières physiques associées à ces paysages – la terre, la pierre ou le bois, en passant par les fragments d’os humain ou les « objets trouvés » sur les champs de bataille les plus typiques – aient un sens pour les travailleurs chinois qui étaient définis en partie par la tension ambiguë entre la mort qu’ils évoquaient et les souvenirs qu’ils rappelaient aux vivants. Comme pour les soldats pendant la guerre, et les réfugiés par la suite, il est impossible de séparer l’expérience chinoise de ces lieux et les objets qu’ils ont fabriqués.

  • 11 Saunders, N. J., op. cit., 2003.

10De par leur nature industrialisée, les conflits du XXe sont définis et dominés par un matériel de guerre en métal – armes à feu, balles, bombes et obus – qui peut lui-même être retravaillé et transformé en art. Ce matériel prend notamment la forme d’un ensemble d’objets connu sous le nom d’« Art des tranchées11 », et c’est ce terme qui sera appliqué aux objets fabriqués par les travailleurs chinois pendant et après la guerre.

L’art des tranchées

  • 12 Gell, A., Art and Agency, Oxford, Blackwell, 1998, p. 62.
  • 13 Saunders, N. J., op. cit., 2003, p. 11.

11L’art des tranchées est une catégorie d’objets en trois dimensions fabriqués à partir de matériel de guerre recyclé et d’autres matériaux par les soldats, les unités non combattantes (comme les Chinois) et les civils touchés par le conflit et ses conséquences. Dans ses formes et ses genres infiniment variés, l’art des tranchées révèle une cohérence conceptuelle qui illustre la manière dont les objets d’art – selon Alfred Gell – représentent « le lien visible qui unit un enchevêtrement invisible de relations, se déployant dans l’espace social et l’époque sociale12 ». Une définition utile veut que l’art des tranchées désigne tout objet fabriqué par les soldats, les prisonniers de guerre et les civils, à partir du matériel de guerre directement, ou de tout autre matériau, tant qu’il est associé temporellement et/ou spatialement au conflit armé ou à ses conséquences13.

12Un objet d’art des tranchées peut être fabriqué à partir de bois, de pierre, d’os et de textiles, ainsi qu’à partir des débris de guerre recyclés. Saisissant le « Zeitgeist » du conflit et représentant la grande majorité de ces objets, les objets fabriqués à partir des métaux de guerre recyclés – balles, douilles d’artillerie et ferraille – peuvent être façonnés en une variété de formes, d’un « vase à fleurs » à un avion miniature, en passant par un briquet. Des millions de ces objets ont probablement été fabriqués entre 1914 et 1939, et tous étaient, de bien des façons, des témoignages en trois dimensions d’expériences et d’héritages de guerre – pour le fabricant et le client, pour le soldat et le civil, ainsi que pour les hommes et les femmes.

13Ces objets sont liés à une expérience individuelle du paysage (pendant et après la guerre) et peuvent apparaître comme des objectivations de l’être, des symboles de mort et de deuil, des trophées, des souvenirs, des témoignages d’affection et comme des objets simplement fabriqués à des fins commerciales. Ces objets ne sont pas toujours ce qu’ils semblent être au premier abord. Ils étaient souvent fabriqués par une personne, mais parfois pour quelqu’un d’autre qui les avait commandés ; quelquefois, un seul objet était le fruit du savoir-faire de plusieurs individus, et raconte ainsi deux histoires au lieu d’une.

Les Chinois en objets

  • 14 Bailey P., op. cit., 2009, p. 7, note 2.

14Pour les travailleurs chinois, la fabrication, l’achat et la vente d’objets d’art des tranchées représentent un « monde dans un monde » dont on commence seulement à explorer les complexités, et qui promet de dévoiler des récits interdépendants impliquant les travailleurs chinois, les Européens (principalement « blancs » et souvent des femmes) qui commandaient et achetaient ces objets, et une population chinoise qui vivait déjà en France avant la guerre. Cette dernière était, en général, plus cultivée que les paysans du Shandong qui constituaient la majorité des bataillons de travailleurs chinois et qui, depuis le début du xxe siècle, gagnaient leur vie en sculptant et en vendant des figurines en pierre de savon de conception chinoise traditionnelle14.

  • 15 Saunders N. J., op. cit., 2003, p. 47-49.

15Parmi les différentes raisons justifiant la fabrication des objets d’art des tranchées, il semble que pour les travailleurs chinois, le bénéfice commercial était le facteur dominant ; rien n’indique actuellement que ces objets aient été organisés et préparés par les travailleurs chinois eux-mêmes ou envoyés / rapportés chez eux en souvenir. Pour les soldats européens, pendant la guerre, de nombreux objets étaient fabriqués en guise de souvenirs ou de trophées personnels ou familiaux, même si le bénéfice commercial était un facteur majeur. Après la guerre, la production d’objets fabriqués par les soldats s’est arrêtée presque aussitôt et a été remplacée par des objets fabriqués par des civils, des réfugiés tentant désespérément de gagner leur vie en fabriquant et en vendant des « souvenirs de guerre » aux pèlerins et aux touristes des champs de bataille15. Tout au long de ces deux périodes, cependant, les objets fabriqués par les Chinois semblent avoir été fabriqués exclusivement pour être vendus, tout d’abord aux soldats, puis aux réfugiés civils, aux pèlerins des champs de bataille et aux divers personnels militaires et quasi militaires européens participant au déblaiement des champs de bataille et à la construction de cimetières militaires.

16Contrairement aux grandes quantités de souvenirs d’art des tranchées fabriqués par des civils français et belges et créés pour les pèlerins des champs de bataille pendant l’entre-deux-guerres – et qui partageaient dans une certaine mesure une « iconographie liée à la guerre » avec les objets fabriqués par des soldats pendant la guerre – les créations de l’art des tranchées fabriquées par les Chinois étaient nettement différentes. La grande majorité de ces objets étaient décorés d’images chinoises traditionnelles – principalement des « dragons », mais aussi des paysages chinois (par exemple, des oiseaux perchés sur des pruniers en fleurs), de l’architecture et contenant parfois de la calligraphie chinoise – généralement liées à un poème ou à un aphorisme (voir ci-dessous). On en ignore encore les raisons, mais dans un monde de souvenirs d’art des tranchées dominé par des descriptions d’aspects de la guerre, les objets chinois étaient des évocations résolument paisibles, rurales et exotiques de l’Orient, ornées d’un texte « décoratif » (et clairement chinois ; bien qu’incompréhensible pour la plupart de ceux qui achetaient ces objets). L’art des tranchées chinois était, à bien des égards, simplement une nouveauté exotique. Le rôle que ces objets ont joué au sein des bataillons français et britanniques constitués de travailleurs chinois – outre le fait qu’ils constituaient un moyen de gagner de l’argent dont les travailleurs avaient cruellement besoin – ou au sein de la communauté chinoise vivant en France avant la guerre reste toujours à déterminer.

17Les fabricants (ou créateurs) chinois d’art des tranchées sublimaient leur quotidien passé à déblayer les champs de bataille et à rechercher des restes humains et le remplaçaient par les souvenirs et la nostalgie de leur patrie chinoise, ses styles d’art traditionnels et sa poésie. On ignore si c’était par choix ou parce que les acheteurs potentiels étaient prêts à payer un supplément pour ces objets attractifs inhabituels et exotiques – bien que ces deux facteurs aient pu jouer un rôle.

18Même si les fabricants d’art des tranchées chinois produisaient des objets qui ne représentaient pas les thèmes de guerre les plus communs que l’on retrouvait chez les objets fabriqués par les soldats et les civils européens, ils partageaient néanmoins une expérience viscérale avec ces derniers. Ramasser les éléments permettant de fabriquer un objet d’art des tranchées pouvait être une entreprise périlleuse, pour tous les participants. Le chroniqueur de guerre belge, Achire Van Walleghem, a conservé un récit de ces dangers à Dickebusch près d’Ypres. Voici ce qu’il relate le vendredi 26 mai 1916 :

  • 16 Van Walleghem, A., De Oorlog te Dickebusch en Omstreken : Brugge, 1965, p. 70-71, vol. 2.

Un terrible accident s’est produit à la ferme de Cyriel Lammerant. Trois soldats belges […] travaillaient sur une « fusée » (fusée pour projectiles), qu’ils souhaitaient dévisser pour pouvoir travailler l’aluminium. Malheureusement, il restait de la poudre sur la fusée et pendant qu’ils étaient occupés, il y eut une terrible explosion. L’adjudant perdit ses doigts et fut grièvement blessé au visage, le bras du chef fut transpercé à trois endroits et le soldat fut terriblement blessé à la poitrine et au ventre. Tous trois furent conduits à l’hôpital de Poperinge, où le soldat succomba à ses blessures le lendemain. Les deux autres se rétablirent au bout de quelques semaines16.

19Le danger était également présent dans des situations similaires après la guerre pour les travailleurs chinois, et, plus tard, pour les réfugiés, et un nombre inconnu de ces individus ont été mutilés et tués en ramassant ou en travaillant ces matières premières pour les transformer en des souvenirs d’art des tranchées.

  • 17 Saunders, N. J., op. cit., 2003, p. 139.
  • 18 Saunders, N. J., Trench Art, Princes Risborough, Shire Publications, 2002, p. 40.
  • 19 Saunders, N. J. et Dendooven D., Trench Art : Lost Worlds of the Great War, The trench art collect (...)

20Cette transformation a engendré une grande variété d’objets, dont chaque type incarnait une expérience individuelle du travailleur chinois de la zone de bataille et des zones arrière. À l’instar des soldats allemands sur la Somme qui sculptaient des tranchées miniatures avec la craie qu’ils excavaient17, et des poilus français qui traçaient des images de figures patriotiques à la craie, les travailleurs chinois fabriquaient des « lions gardiens » chinois traditionnels avec la craie et l’argile qu’ils trouvaient dans l’exercice de leurs fonctions18 (figure 1). De même, ces travailleurs chinois dont le travail consistait à couper et à sculpter le bois de construction, demandaient du bois afin de décorer leurs camps et de fabriquer des modèles de la jonque chinoise typique19 (figure 2).

21Pendant les premières années d’après-guerre, l’arrivée des pèlerins des champs de bataille et des réfugiés a créé un marché des souvenirs plus durables. Les travailleurs chinois ont réagi en fabriquant leurs propres types de « vase à fleurs » en métal représentatifs de l’art des tranchées, toujours aussi populaire, à partir des douilles d’artillerie vides qui jonchent les anciens champs de bataille. Ils les ont ornés principalement d’icônes inspirées de la mythologie chinoise, de paysages et de poésie, comme nous l’avons déjà mentionné.

22La fabrication de ces objets en métal nécessitait plus de travail et de savoir-faire que le modelage de la craie ou la sculpture sur bois, et demandait donc plus de temps : par conséquent, ces objets étaient plus « séduisants » et également plus chers mais très appréciés par les acheteurs de souvenirs. C’était un nouveau « paysage d’expériences » – en réalité plusieurs paysages superposés – où chaque expérience générait un ensemble distinctif de relations sociales entre les travailleurs chinois et les différents groupes d’acheteurs de souvenirs qui avaient remplacé les soldats alliés. Ces relations étaient multiples et organisées en fonction du « groupe social » d’acheteurs particulier avec lesquels les Chinois traitaient. Outre la division entre les hommes et les femmes, ces groupes comprenaient des réfugiés français et belges, des pèlerins des champs de bataille britanniques (principalement des femmes en deuil), des prisonniers de guerre allemands, et des employés de l’Imperial War Graves Commission qui recherchaient des corps et construisaient les cimetières militaires.

Figure 1 : Figure de « lion » représentative de l’art des tranchées du Chinese Labour Corps, peinte et sculptée avec la craie obtenue lors de travaux de main-d’œuvre dans le nord de la France. (© N. J. Saunders)

Figure 2 : Travailleur du Chinese Labour Corps posant avec une jonque représentative de l’art des tranchées chinois qu’il a fabriquée avec des déchets de bois obtenus lors de travaux de main-d’œuvre en France.
(Illustrated War News, vol. 6, sept 5 1917, p. 29).

23L’un de ces groupes était composé de plusieurs centaines de femmes britanniques issues de la classe moyenne et supérieure qui, chose rare à l’époque, avaient le permis de conduire. Elles étaient recrutées à partir de 1919 pour servir de chauffeurs dans diverses situations sur l’ancien Front de l’Ouest, et l’une de leurs responsabilités consistait à conduire tous les jours les « équipes de travail » du CLC britannique jusqu’à leurs zones de travail désignées, puis à les ramener.

  • 20 Summerscale K., The Queen of Whale Cay, London, Fourth Estate, 1998, p. 49.
  • 21 Ibid., 1998, p. 53.

24La mondaine britannique « Joe » Carstairs était l’une de ces femmes et se souvient de la manière dont les Chinois « utilisaient des outils brûlants pour façonner des motifs sur des douilles d’artillerie usagées qu’ils trouvaient dans les champs, et vendaient leurs curieux bijoux aux jeunes filles anglaises20 ». Un jour, on faillit assister à un meurtre lorsqu’une jeune fille paya plus cher un travailleur chinois qu’un autre pour un étui de balles décoré. Une autre jeune fille vécut une expérience similaire : « Je me souviens que l’un d’entre eux a dit qu’il me poignarderait parce que je lui avais commandé une douille d’artillerie sculptée qu’il avait ratée en la noircissant et que j’avais refusé de l’acheter21. »

  • 22 IFFM, « Toiling for War : Chinese labourers in World War 1 (Exhibition guide) », Ieper, n.d.
  • 23 Ibid., Shell case 2.

25Le savoir-faire avec lequel de nombreux travailleurs chinois façonnaient les douilles d’artillerie recyclées était manifeste lors de l’exposition Toiling for War : Chinese labourers in World War 1 – organisée au musée « In Flanders Fields Museum », à Ypres, en Belgique, en 201022. Cinquante-trois douilles d’artillerie étaient exposées, ornées de scènes et/ou de calligraphies chinoises caractéristiques, et parfois datées en anglais. Bien que la plupart des illustrations soient d’inspiration chinoise – dragons, fleurs de lotus, pruniers en fleurs, lions et individus portant des costumes traditionnels – d’autres révèlent un mal du pays plus littéraire. L’une des douilles d’artillerie comporte un poème de Meng Haoran (689-740 apr. J.-C.) qui relie la poésie chinoise classique et l’expérience vécue sur le Front de l’Ouest : « À Luoyang, j’ai rendu visite à des hommes de lettres ; ici, à Jiangling, je suis un peu plus qu’un lettré itinérant. J’ai entendu dire que les pruniers (en Chine) fleurissaient plus tôt cette année ; aucune comparaison n’est possible avec le printemps de ce pays23. » (figure 3). La métaphore et l’allusion peuvent caractériser cette œuvre, et l’inscription peut être l’expression du mal du pays de son créateur.

26L’un des exemples les plus rares et les mieux décorés de l’exposition est une douille d’artillerie allemande, fabriquée dans une usine de munitions à Karlsruhe en 1904, et vraisemblablement tirée quelques mois après le début de la guerre en 1914. Elle est probablement restée à l’abandon sur le front allemand jusqu’en novembre 1918 où un travailleur chinois l’a récupérée. Le bord de la douille a été soigneusement évasé vers l’extérieur et, sur le corps, on a finement sculpté un dragon chinois détaillé et accompagné d’un arbre bourgeonnant orné de fleurs au centre desquelles est perché un oiseau chantant (figure 4). L’œuvre finie a ensuite été chromée, un processus qui permet de ne pas avoir à polir l’objet, ce qui signifie que les motifs sculptés sont aussi intacts aujourd’hui qu’à la date de leur création, probablement entre 1918 et 1922. Le chromage a peut-être été la touche finale apportée par le fabricant chinois, bien qu’il ait pu tout aussi bien être ajouté une fois l’objet acheté et rapporté en Grande-Bretagne.

Figure 3 : « Vase à fleurs » représentatif de l’art des tranchées du Chinese Labour Corps fabriqué à partir d’une douille d’artillerie. Ce vase comporte un poème chinois de Meng Haoran (689-740 apr. J.-C.) qui fait allusion à la floraison précoce des pruniers à Jiangling, dans le sud de la Chine. Jaingling est peut-être une métaphore pour les Flandres françaises.
(© In Flanders Fields Museum)

Figure 4 : « Vase à fleurs » représentatif de l’art des tranchées du Chinese Labour Corps fabriqué à partir d’une douille d’artillerie allemande datant de 1904. Ce vase est magnifiquement orné d’un dragon chinois et d’un oiseau chantant perché sur un prunier en fleurs. Son bord a été évasé et la douille a entièrement été chromée.
(© In Flanders Fields Museum and N. J. Saunders)

Conclusion

27Les objets d’art des tranchées sont des récits de guerre gravés sur du métal, du bois, de la pierre, des os et des textiles plutôt que sur du papier. Ces objets, en tant que formes de culture matérielle liées au conflit, soulèvent de nombreuses questions, et parfois y répondent, au sujet de l’expérience humaine de la Grande Guerre et de ses conséquences pour les soldats et les civils. L’ambiguïté de l’art des tranchées saisit particulièrement bien l’essence de la guerre industrialisée pour les travailleurs chinois – eux-mêmes une présence ambiguë dans un paysage marginal – un peuple non européen pris dans une guerre européenne, une force non combattante mais pourtant quasi militaire principalement constituée de paysans travaillant sur les champs de bataille les plus mortels et les plus industrialisés que le monde ait jamais connus.

28En outre, on peut voir une certaine ironie à cela dans la mesure où la participation chinoise à la Première Guerre mondiale a été considérée (du moins par le gouvernement chinois) comme un moyen pour la Chine d’entrer dans les affaires mondiales en tant qu’acteur principal. Jusqu’à présent, et pendant près d’un siècle, les seules marques communes de la culture matérielle témoignant de la participation de la Chine à la guerre étaient les pierres tombales distinctement décorées dans les cimetières militaires chinois tels que le cimetière et le mémorial chinois de Noyelles-sur-Mer, le cimetière chinois de Ruminghem, le cimetière communal de Saint-Étienne-au-Mont et le cimetière militaire de « Les Baraques » en France, ou en Belgique, la petite section chinoise du cimetière de Lijssenthoek. C’est le prix que la Chine a payé pour avoir participé à la Grande Guerre – une matérialité commémorative qui témoigne de la souffrance et de la mort pendant et après le conflit. Pour que les morts retrouvent « un sentiment d’appartenance », le cimetière de Noyelles a été établi selon les règles du Feng Shui, où l’emplacement d’un ruisseau et la direction du vent ont été pris en compte.

29Plus récemment, l’étude anthropologique de la culture matérielle de la Grande Guerre a commencé à faire apparaître l’art des tranchées chinois comme une deuxième trace matérielle (et largement non reconnue) de la participation chinoise à la guerre. Ces objets sont aussi, en un sens, extrêmement précieux, car au même titre que les sculptures de guerre, ils sont une manifestation physique de la déduction des cinq années de paiement de réparation pour la Révolte des Boxers dont la Chine a bénéficié pour s’être alliée aux puissances victorieuses. Ce sont aussi, en un sens, des symboles ironiques du fait que, lors de la Conférence de la paix de Paris de 1919, le gouvernement chinois n’a pas reçu ce qu’il désirait le plus – le retour de la pleine souveraineté sur le Shandong, la province qui avait fourni la plupart des travailleurs chinois qui avaient créé cet ensemble d’objets.

30Les sculptures de guerre chinoises sont à jamais associées au paysage de l’ancien Front de l’Ouest, mais l’art des tranchées chinois est un groupe d’objets portables et mobiles, rajeunis par leur nouveau statut académique et disponibles pour de futures recherches et pour des expositions internationales. Tout aussi importants et différents des pierres tombales, ces objets chinois ne sont pas des marques tragiques de mutilation et de mort, mais des célébrations de la vie, de la nostalgie, des souvenirs et du commerce quotidien, pris dans un réseau de relations sociales créé par leur propre présence physique dans le monde.

31Ces relations n’ont pas pris fin au début des années 1920 ; elles se sont constamment régénérées et continuent d’ailleurs à nous impliquer de nouveau. Ces objets incarnent non seulement la présence chinoise sur le Front de l’Ouest, mais ce sont aussi les vies dépersonnalisées de leurs fabricants chinois – un mélange instable d’expériences de guerre d’une nation non combattante entraînée dans le tourbillon d’un conflit industrialisé.

Bibliographie

Bibliographie

Appadurai A., « Introduction : Commodities and the Politics of Value », dans A. Appadurai, The Social Life of Things, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 3-63.

Attfield J., Wild Things : The Material Culture of Everyday Life, Oxford, Berg Publishers, 2000.

Bailey P., « From Shandong to the Somme : Chinese Indentured Labour in France during World War 1 », dans Kashen A. J., Language, Labour and Migration, p. 179-196, Aldershot, Ashgate, 2000.
« Chinese Contract Workers in World War I : The Larger Context », dans Zhang Jianguo, Chinese Labourers and the First World War, Jinan, Shandong University Press, 2009, p. 3-18.

Buchli, V. (ed.), The Material Culture Reader, Oxford, Berg, 2002.

Clout, H., After the Ruins : Restoring the Countryside of Northern France after the Great War. Exeter, University of Exeter Press, 1996.

Dendooven, D. et P. Chielens., World War I : Five Continents in Flanders, Tielt, Lannoo, 2008.

Gell, A., Art and Agency, Oxford, Blackwell, 1998.

Hoskins, J., Biographical Objects : How Things Tell the Stories of People’s Lives, London, Routledge, 1998.

IFFM., Toiling for War : Chinese labourers in World War 1. (Exhibition guide), Ieper, In Flanders Fields Museum, n. d..

Kopytoff, I., « The Cultural Biography of Things : Commoditization as Process », dans Appadurai A., The Social Life of Things, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 64-91.

Saunders, N. J., Trench Art, Princes Risborough, Shire Publications, 2002.
Trench Art : Materialities and Memories of War, Oxford, Berg, 2003.
« People in objects : Individuality and the quotidian in the material culture of war », dans White C., The Materiality of Individuality. New York, Springer, 2009.

Saunders, N. J. et Dendooven D., Trench Art : Lost Worlds of the Great War. The trench art collection of the In Flanders Fields Museum, Ieper and Brugge, In Flanders Fields Museum and Uitgeverij Van der Wiele, 2004.

Schiffer, M. B., The Material Life of Human Beings : Artifacts, behaviour, and communication, London, Routledge, 1999.

Summerscale, K., The Queen of Whale Cay, London, Fourth Estate, 1998.

Tilley, C., Keene W., Kuchler S., Rowlands M., et Spyer P., Handbook of Material Culture, London, Sage, 2006.

Vanhaelmeersch, P. et Dendooven D., Gu Xingqing : Mijn herinneringen als tolk voor de Chinese Arbeiders in WOI, Tielt, Lanoo, 2010.

Van Walleghem, A., De Oorlog te Dickebusch en Omstreken, : II : Brugge, 1965, vol. 2.

Xu Guoqi, Strangers on the Western Front : Chinese Workers in the Great War, Cambridge, Harvard University Press, 2011.

Zhang Jianguo, Chinese Labourers and the First World War, Jinan, Shandong University Press, 2009.

Zhang Jianguo et Zhang Junyong (éds.), Over There : The Pictorial Chronicle of Chinese Labourer Corps in the Great War, Jinan, Shandong Pictorial Publishing House, 2009.

Notes

2 Bailey, P., From Shandong to the Somme, Aldershot, 2000 ; voir aussi le même auteur, « Chinese Contract Workers in World War I : The Larger Context », dans Zhang Jianguo, Chinese Labourers and the First World War, Jinan, Shandong University Press, 2009, p. 3-18 ; Dendooven, D. et Chielens, P., World War I : Five Continents in Flanders, Tielt, Lannoo, 2008 ; Zhang Jianguo (éd.), Chinese Labourers and the First World War, Jinan, Shandong University Press, 2009 ; Zhang Jianguo et Zhang Junyong (éds.), Over There : The Pictorial Chronicle of Chinese Labour Corps in the Great War, Jinan, Shandong Pictorial Publishing House, 2009 ; Vanhaelemeersch, P. and Dendooven, D., Gu Xingqing : Mijn herinneringen als tolk voor de Chinese Arbeiders in WOI, Tielt, Lanoo, 2010 ; Xu Guoqi, Strangers on the Western Front : Chinese workers in the First World War, Cambridge, Harvard University Press, 2011.

3 Saunders, N. J., Trench Art : Materialities and Memories of War, Oxford, Berg, 2003.

4 Buchli, V., The Material Culture Reader, Oxford, Berg, 2002 ; Tilley, C. et al., Handbook of Material Culture, London, Sage, 2006.

5 Schiffer M. B., The Material Life of Human Beings : Artifacts, behaviour, and communication, London, Routledge, 1999, p. 2, 4.

6 Hoskins, J. Biographical Objects : How Things Tell the Stories of People’s Lives, London, Routledge, 1998, p. 195.

7 Attfield, J., Wild Things : The material Culture of Everyday Life, Oxford, Berg Publishers, 2000, p. 1.

8 Kopytoff, I., « The Cultural Biography of Things : Commoditization as Process », dans Appadurai A., The Social Life of Things, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 64-91.

9 Appadurai, A., « Introduction : Commodities and the Politics of Value », dans A. Appadurai, The Social Life of Things, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 3-63.

10 Clout, H., After the Ruins : Restoring the Countryside of Northern France after the Great War, Exeter, University of Exeter Press, 1996.

11 Saunders, N. J., op. cit., 2003.

12 Gell, A., Art and Agency, Oxford, Blackwell, 1998, p. 62.

13 Saunders, N. J., op. cit., 2003, p. 11.

14 Bailey P., op. cit., 2009, p. 7, note 2.

15 Saunders N. J., op. cit., 2003, p. 47-49.

16 Van Walleghem, A., De Oorlog te Dickebusch en Omstreken : Brugge, 1965, p. 70-71, vol. 2.

17 Saunders, N. J., op. cit., 2003, p. 139.

18 Saunders, N. J., Trench Art, Princes Risborough, Shire Publications, 2002, p. 40.

19 Saunders, N. J. et Dendooven D., Trench Art : Lost Worlds of the Great War, The trench art collection of the In Flanders Fields Museum, Ieper and Brugge, In Flanders Fields Museum and Uitgeverij Van der Wiele, 2004, p. 10.

20 Summerscale K., The Queen of Whale Cay, London, Fourth Estate, 1998, p. 49.

21 Ibid., 1998, p. 53.

22 IFFM, « Toiling for War : Chinese labourers in World War 1 (Exhibition guide) », Ieper, n.d.

23 Ibid., Shell case 2.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Figure de « lion » représentative de l’art des tranchées du Chinese Labour Corps, peinte et sculptée avec la craie obtenue lors de travaux de main-d’œuvre dans le nord de la France. (© N. J. Saunders)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/17106/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 515k
Légende Figure 2 : Travailleur du Chinese Labour Corps posant avec une jonque représentative de l’art des tranchées chinois qu’il a fabriquée avec des déchets de bois obtenus lors de travaux de main-d’œuvre en France.(Illustrated War News, vol. 6, sept 5 1917, p. 29).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/17106/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Figure 3 : « Vase à fleurs » représentatif de l’art des tranchées du Chinese Labour Corps fabriqué à partir d’une douille d’artillerie. Ce vase comporte un poème chinois de Meng Haoran (689-740 apr. J.-C.) qui fait allusion à la floraison précoce des pruniers à Jiangling, dans le sud de la Chine. Jaingling est peut-être une métaphore pour les Flandres françaises.(© In Flanders Fields Museum)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/17106/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure 4 : « Vase à fleurs » représentatif de l’art des tranchées du Chinese Labour Corps fabriqué à partir d’une douille d’artillerie allemande datant de 1904. Ce vase est magnifiquement orné d’un dragon chinois et d’un oiseau chantant perché sur un prunier en fleurs. Son bord a été évasé et la douille a entièrement été chromée.(© In Flanders Fields Museum and N. J. Saunders)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/17106/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

Auteur

Maître de conférences (Senior Lecturer), Department of Archaeology and Anthropology, University of Bristol, Grande Bretagne, Email: nicholas.saunders@bristol.ac.uk.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540