Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale

 | 
Li Ma

Chapitre 7. Sur les traces des travailleurs chinois

En creux, en relief et en noir, souvenirs de Chine et d’Extrême-Orient dans le Soissonnais

Jérôme Buttet

Résumé

Parmi les inscriptions de la Guerre de 1914-1918 recensées dans un petit périmètre, principalement à l’Est de Soissons, figurent des caractères chinois. D’autres sources locales mises à contribution comme les cimetières militaires et les témoignages oraux ont donné des informations dignes d’intérêt. Elles attestent du passage de groupes de travailleurs chinois dans le contexte de la reconstruction de l’immédiat après-guerre. L’observation de ces documents in situ a permis de dégager quelques enseignements relatifs au contexte spatial, à la technique, à leur contenu et de les comparer avec les traces laissées par leurs prédécesseurs occidentaux. Ces quelques inscriptions sont de bien modestes archives mais leur pouvoir d’évocation ne laisse pas de nous émouvoir lorsqu’elles apparaissent dans le faisceau de la lampe.

Texte intégral

  • 2 Vatel H., Boittiaux M., Le Graffiti des tranchées, graffitis, sculptures et autres traces de la Gr (...)

1L’A. I. P. S, Association Pour l’Inventaire et la Protection des Sites ou Soissonnais 14-18, assure plusieurs missions de protection et de mise en valeur de sites et de monuments à l’ouest de Soissons comme la Carrière du 1er Zouaves et la ferme de Confrécourt, de publication de sources et celle d’inventaire des traces de la Grande Guerre2. La recherche de traces pariétales s’est enrichie depuis quelques années de sinogrammes et de figures insolites. D’éléments isolés, ils ont fini par s’additionner et constituer un petit corpus. Il faut ajouter les nécropoles militaires où reposent quelques-uns de ces travailleurs. Des témoignages oraux ont également apporté des informations concernant l’existence de camps chinois dans certaines communes. Le contexte de leur présence parmi d’autres nationalités, de 1918 à 1920, est essentiellement celui de la reconstruction, de la dépollution du champ de bataille et de la constitution des cimetières militaires. Le présent article n’a pour ambition que de présenter ces traces et leur contexte, et établir un bilan des recherches sur le terrain.

L’ancrage du Chemin des Dames

  • 3 H.O.E : Hôpital d’origine d’étapes ou d’évacuation. Larcan A., Ferrandis J.-J., Le service de sant (...)

2Les limites géographiques de la plupart des trouvailles s’échelonnent au nord avec le Chemin des Dames, au sud-ouest, Pierrefonds ; remontant la vallée de l’Aisne, des sinogrammes ont été relevés à Pernant, Coeuvres, Crouy, Bucy-le-Long, Vailly, Chassemy, le Chemin des Dames jusqu’à Ostel ; pour l’est ; la limite sud-est constituée par la vallée de la Crise, un ruisseau affluent de l’Aisne qui la rejoint à Soissons (figure 1). Si le Chemin des Dames accapare l’attention par le nombre de traces, les autres secteurs qui ont souffert des derniers combats d’août 1918 plus au sud et à l’ouest dévoilent aussi le passage et la présence de contingents chinois indiqués par des sépultures et des témoignages oraux comme à Serches et Couvrelles. Dans cette dernière localité, ils occupaient l’ancien H. O. E.3 dans des baraques Adrian et Bessonneau.

Figure 1 : Carte des environs de Soissons montrant différents lieux de découvertes de graffitis chinois. Service Géographique de l’Armée, Carte du théâtre des opérations, planche IX, Paris, Berger Levraut, 1915.

Les Chinois du Soissonnais, nettoyer, rassembler et reconstruire

  • 4 Circulaire N 143/7 du 2e Bureau, Service Médical, Paris, 15 juin 1916.
  • 5 Tombe 635 F travailleur chinois inconnu, matricule 8325. Cf. tableau des sépultures chinoises.
  • 6 Collectif, Reconstruction en Picardie après 1918, Paris, Réunion des musées nationaux, p. 302.
  • 7 Guides illustrés Michelin des champs de bataille, Le Chemin des Dames, Clermont Ferrant, Michelin (...)

3Certains ont choisi de prendre les armes et l’un d’entre eux repose au cimetière militaire de Vic-sur-Aisne. Il s’agit de Ma Yi Pao, né en 1894 dans la province du Yunnan. Il s’engage dans la Légion étrangère en 1917 puis est mortellement blessé après l’attaque sur Terny-Sorny, au nord de Soissons le 2 septembre 1918. Malgré la prescription du commandement en 1916 d’enterrer les hommes selon les rites et coutumes de leur territoire d’origine ou de leur religion, son ultime demeure est signalée par une stèle musulmane4. Mais la plupart de ceux qui firent le voyage jusqu’en France dans l’Aisne étaient des travailleurs venus pour la reconstruction à partir de la fin de la guerre, comme l’indique la plaque tombale de l’un d’eux, décédé le novembre 1918, au cimetière militaire de Crouy5. Les services de l’État-civil les emploient, chapeautés par la préfecture dans le cadre du STPU, le Service de Travaux de Première Urgence6. Ce sont des groupes d’une dizaine d’hommes sous la direction d’un petit gradé français et accompagnés d’un interprète, chargés d’exhumer les corps des tombes individuelles ou collectives avant de les inhumer dans les nécropoles militaires définitives, si nombreuses dans le secteur. Leur réalisation la plus visible est bien la création de ces lieux de recueillement, de mémoire et de pèlerinage7 (Tableau 1).

  • 8 « Une fois ce gros œuvre accompli, les travailleurs coloniaux – où l’on remarquait de nombreux Ind (...)
  • 9 Dorgelès R., Le Réveil des Morts, Paris, Albin Michel, 1923.

4Leur présence dans le secteur est assez mal connue. Contrairement aux autres travailleurs étrangers d’Afrique du Nord comme les Kabyles ou des Européens (Polonais, Italiens, Portugais et Belges), ils sont majoritairement repartis une fois leur contrat terminé en 1920. Quelques cartes postales et clichés de la reconstruction montrent des camps de baraquements en bois à la périphérie des communes dévastées. Quelques photographies ont immortalisé des scènes de chantiers. Une phrase dans un ouvrage sur la reconstruction mentionne les Indochinois8, mais pas de Chinois. C’est essentiellement à travers le prisme du roman de Roland Dorgelès, Le Réveil des Morts, qu’ils sont révélés9. Hormis la déformation littéraire, le texte transmet quelques informations qui ont été vérifiées sur place, comme l’emplacement de certains camps dont la proximité recèle des écritures.

Sites et emplacements

  • 10 Terme désignant le plafond des carrières.

5Les inscriptions les plus nombreuses se trouvent dans les creutes ou carrières qui bordent les plateaux.. Elles servirent de refuge aux combattants, de lieux de stockage de matériel et de munition et de soins. La température varie peu (11 à 13°), l’humidité constante, l’obscurité et une bonne ventilation permettent aux inscriptions de se conserver. Mais ces cavités sont menacées par le vandalisme gratuit ou intéressé, l’érosion naturelle qui agit sur des structures fragilisées par les bombardements et les piégeages, enfin, certaines carrières sont devenues inaccessibles par le comblement des entrées. La plupart des graffitis sont situés aux entrées ou à proximité. À l’intérieur, il faut scruter le ciel10 pour espérer en trouver. Ce type d’espace accueille la majorité des graffitis de la Grande Guerre, y compris de très anciens remontant au xviie siècle lorsque la carrière est saine. Alors que les parois verticales sont sujettes aux aléas des travaux, éraflures, surcharges, destructions volontaires ou non, la pérennité est assurée grâce au ciel. Lorsque l’uniformité des parois verticales fait défaut, la surface plane et régulière d’un ciel devient un support fort pratique.

  • 11 Desfossés Y., Jacques A., Prilaux G., L’archéologie de la Grande Guerre, Rennes, Inrap, Ouest Fran (...)

6Ces creutes ne sont pas les seuls endroits prospectés, ainsi quelques sinogrammes ont été trouvés à l’entrée d’abris creusés dans la roche par les combattants. Rares sont ceux toujours visibles sur les murs des villages, et un exemplaire sur un arbre existe encore dans une commune du Pas-de-Calais11. Il s’agit d’une jonque à voilure double, la proue vers la gauche.

Les techniques

7La manière la plus simple et la plus rapide de laisser une trace est de saisir une bougie et de tracer le message sur la paroi de la carrière ou au ciel. L’exercice paraît évident, mais la flamme n’est pas un pinceau ni un crayon. Pour que le texte soit lisible, il faut non seulement tracer correctement sans commettre d’écart latéral ni trop écraser, mais également respecter littéralement un certain temps de pose afin d’uniformiser le trait. Cette technique est celle qui laissa le plus grand nombre de messages. Comme le geste doit être ample afin de former correctement les caractères, leur taille est bien supérieure aux autres. Il arrive aussi qu’on rencontre des traces faites au charbon ou au fusain mais le matériau est moins gras et plus volatile et les caractères moins lisibles. Une autre manière, plus élaborée consiste à lisser la pierre et inscrire son message au crayon. Les autres graffitis sont gravés en incisant le support à l’aide d’une lame ou un objet pointu comme un clou. Enfin, certains artistes ont sculpté. Toutes ces techniques sont semblables à celles employées par les combattants de la Grande Guerre. Que disent ces inscriptions ?

De courts messages

  • 12 Lachaux G., Les Creutes, Cerneux, L’encrier du Poilu, 2005, p. 251.

8La majorité n’excède pas quatre caractères sauf pour deux d’entre eux. L’un est parfaitement lisible, et évoque « les héros de Jiang Shan » ville de la province du Zhejiang à l’est de la Chine (figure 2). Le second, situé à Ostel, a fait l’objet d’une traduction en mai 1982 qui mérite une relecture attentive du graffiti12. Tout ce que l’on peut avancer avec certitude est qu’il y est question de montagne et d’hommes (figure 3). La référence identitaire territoriale commune est très présente avec l’occurrence de la Chine, de façon parfois très minimaliste puisque réduite au seul « Zhong ». En revanche, ne figurent aucune date ni patronyme, ni précision toponymique que laissaient habituellement les soldats de la Grande Guerre. Cependant, un petit nombre de graffitis font surgir des individus anonymes qui revendiquent leur nationalité chinoise. L’évocation du ciel, d’un roi et du dragon sortent de l’ordinaire et renvoient à des contextes culturels, événementiels ou spatiaux qui nous échappent. En effet, même si le dragon est un symbole chinois très connu, sa polysémie nous interdit de privilégier une interprétation unique. Une seule inscription, plus personnelle, trahit explicitement une émotion ; elle est située à Pierrefonds, dans une cour du château et l’auteur vante la beauté ou la grâce des champs. Enfin, une autre, exécutée avec le plus grand soin et sculptée dans un cartouche, évoque la paix (voir Tableau 2).

Figure 2 : Secteur de Vailly-sur-Aisne. L’inscription signifie « Les nombreux héros de Jiang Shan ». Photo M. Boittiaux, 2010.

Figure 3 : Graffiti d’Ostel. L’inscription est difficilement déchiffrable. Photo H. Vatel, 1989.

Ceux qui sont restés : les Chinois morts pour la France

9Les cimetières aux alentours de Soissons ont été visités afin de recenser d’éventuelles tombes de Chinois. Il y en a très peu en comparaison avec les grandes nécropoles chinoises de la Somme et du Pas-de-Calais. Les tombes de Vauxbuin sont signalées par des stèles musulmanes comme pour le légionnaire de Vic-sur-Aisne. En revanche, ceux de Crouy ont eu droit à une stèle neutre qui ressemble aux tombes britanniques et chinoises de la Somme.

  • 13 http://www.1914-1918.net/labour.htm.

10Si, du côté anglais, les Chinois étaient regroupés dans une même grande unité, le Chinese Labour Corps13, du côté français, plusieurs situations ont coexisté : les travailleurs chinois, les travailleurs coloniaux et les travailleurs indigènes. Enfin, on peut être frappé par les informations lacunaires des plaques funéraires : seules deux d’entre elles remplissent toutes les rubriques réglementaires.

Conclusion

11Les traces relevées sont peu nombreuses. Nul doute qu’en élargissant le périmètre, d’autres apparaîtront. On peut constater que le Chemin des Dames ne fut pas le seul endroit que les travailleurs chinois ont occupé dans le périmètre étudié. Contrairement aux soldats occidentaux, leurs graffitis ne comportent que peu d’indications de circonstances telles que les dates, les patronymes et l’origine précise. Mais ces constatations sont provisoires et peuvent être démenties par de nouvelles découvertes ou interprétations plus fines de certains graffitis. Enfin, le témoignage le plus visible de leur séjour dans les zones dévastées, ce ne sont pas les graffitis, mais ces immenses cimetières militaires qu’ils ont contribué à créer et dans lesquels parfois ils sont restés.

Remerciements et contributions

12Cet article n’aurait pu aboutir sans l’aide précieuse des traducteurs : Li Ma (Université du Littoral Côte d’Opale), Marilyn A. Levine (Central Washington University), Yu-Sion Live (Université de la Réunion) et Christine Cornet (Université de La Rochelle).

13Les amis de l’Association Soissonnais 14-18 ont apporté leur contribution : Michel Boittiaux pour les photographies et ses conseils, Marc Loize, chercheur de graffitis, Rémi Hébert pour sa recherche sur le soldat chinois, Hervé Vatel, Stéphane Gonzales, Yves Tsao et Bruno Robert de l’Inrap, 1er adjoint à la mairie de Serches. Je remercie particulièrement les élèves du lycée des Métiers Le Corbusier qui m’ont fait découvrir certains sites.

Bibliographie

Bibliographie

Guides illustrés Michelin des Champs de bataille, Le Chemin des Dames, Clermont-Ferrant, Michelin et Cie, 1920.

Dorgelès R., Le Réveil des Morts, Paris, Ed. Albin Michel, 1923.

Collectif, Reconstruction en Picardie après 1918, Paris, Réunion des musées nationaux, 2000.

Lachaux G., Les Creutes, Cerneux, L’encrier du Poilu, 2005.

Desfossés Y., Jacques A., Prilaux G., L’archéologie de la Grande Guerre, Rennes, Ouest France, 2008.

Antier-Renaud C., Le Corre C., les soldats des colonies dans la Première Guerre mondiale, Rennes, Ouest-France, 2008.

Vatel H., Boittiaux M., Le Graffiti des Tranchées, graffitis, sculptures et autres traces de la Grande Guerre, Confrécourt, Soissonnais 14-18, 2008.

Sources

Les inscriptions répertoriées.

Registres de décès de la commune de Serches.

Les sépultures des nécropoles militaires de Crouy et Vauxbuin.

Annexes

Tableau 1 : Sépultures chinoises.

Tableau 1 : Sépultures chinoises.

Note1414

Tableau 2 : Liste des inscriptions.

Description

Technique

Lieu

Traduction, informations.

Quatre caractères.

Gravé.

Pierrefonds, château. Cour à droite. Oise.

les champs sont très beaux.

Un caractère.

Gravé.

Entrée de carrière de Blérancourdelle.

Wang : Le roi

Un caractère.

Gravé.

Entrée d’abri semi-circulaire. Pernant.

Tian : le ciel.

Un caractère.

Gravé.

Entrée d’abri semi-circulaire. Pernant.

Dong : l’Est

Un caractère.

Gravé.

Entrée d’abri semi-circulaire. Pernant. Aisne.

 ?

Trois caractères.

Gravé.

Coeuvres. Entrée actuelle maison de retraite

Tian Wang : céleste roi ou Ying Wei… parce que…)

Deux caractères dans un cartouche vertical.

Sculpté

Crouy. Entrée de carrière.

Sain et sauf.

Un caractère au-dessus d’une niche.

Gravé large et profond.

Bucy-le-Long. Carrière. Salle.

Zhong : le milieu, par extension, la Chine. L’auteur a surchargé une croix latine préexistante.

Deux visages de face, bonnet rond.

Gravé.

Septmonts. Pignon de maison.

Rappellent le bonnet porté par les Chinois.

Dragon crachant du feu : serpent avec deux pattes, des points, et de petits traits hérissés sur les deux côtés. Une flamme sort de la bouche.

Gravé.

Septmonts, rez-de-chaussée du clocher.

Symbole de puissance et de bienfaisance

Trois caractères à la verticale.

Gravé.

Presles et Boves, Chassemy. Entrée de carrière.

Le caractère du haut est illisible. Celui du centre : Shi : 10 ; le dernier en bas ressemblerait à Da : grand

Trois caractères à la verticale.

Gravé.

Presles et Boves, Chassemy. Entrée de carrière.

Zhongguo ren : un Chinois.

Un caractère.

Gravé.

Presles et Boves, Chassemy. Entrée de carrière.

Zhong : le milieu, par extension, la Chine.

Un caractère.

Gravé.

Presles et Boves, Chassemy. Salle, entrée de carrière

Dong : Est ; gravé sur le blason fait par un soldat de 1914.

Trois caractères dont un illisible.

Gravé.

Presles et Boves, Chassemy.

[Zhong ?] Guo ren : un Chinois. Gravé sur un autre blason d’un soldat de 1914.

Un caractère.

Gravé.

Presles et Boves, Chassemy Entrée de carrière.

Assez grand caractère. Dong : l’est.

Deux caractères.

Noir de fumée.

Ciel de carrière, non loin de l’entrée

Presles et Boves, Chassemy Zhongguo : la Chine.

Quatre caractères.

Mine, support lissé rectangulaire

Presles et Boves, Chassemy Carrière. Une petite salle.

Zhongguo ren zuo : Réalisé par un Chinois.

Trois caractères dont deux inidentifiables.

Noir de fumée.

Presles et Boves, Chassemy Carrière. Paroi chemin principal.

Zhong, Dong : Chine, Est.

Un caractère.

Noir de fumée.

Presles et Boves, Chassemy Ciel de carrière, en face de la précédente.

Xian : avant.

Un caractère.

Noir de fumée.

Presles et Boves, Chassemy Ciel de carrière, à côté de la précédente.

Caractère non reconnu.

Six caractères.

Noir de fumée.

Vailly-sur-Aisne Carrière, ciel de carrière

Jiangshan ying xiong bushao : Nombreux héros de Jiang Shan.

Un caractère. En bas à droite de la précédente.

Noir de fumée.

Vailly-sur-Aisne Carrière, ciel de carrière

radical signifiant : bateau.

Trois caractères.

Noir de fumée.

Vailly-sur-Aisne Carrière, ciel de carrière

Funanguo : Funan, territoire situé dans l’actuel Cambodge sur les rives du Mékong.

Trois caractères estompés à la fumée.

Noir de fumée.

Vailly-sur-Aisne Carrière, ciel de carrière

Premier caractère peu lisible, puis Faguo : la France.

Quatre caractères à droite du précédent.

Noir de fumée.

Vailly-sur-Aisne Carrière, ciel de carrière.

Taïping pour deux caractères. Et la mer ?

Un caractère.

Gravé.

Nanteuil-la-Fosse. Carrière.

Zhong. Non loin de l’endroit où Dorgelès écrivit le Réveil des Morts à la Ferme de Chimy.

Deux grands caractères

Noir de fumée.

Vailly-sur-Aisne Carrière, ciel de carrière

Qi Shi ou Fong Shi

Texte sur quatre colonnes.

Charbon de bois ou fusain.

Ostel. Carrière.

Traduction délicate qui en tout cas ne correspondrait pas à celle proposée en 1982 par M. Bruneaux.

Notes

2 Vatel H., Boittiaux M., Le Graffiti des tranchées, graffitis, sculptures et autres traces de la Grande Guerre, Confrécourt, Soissonnais 14-18, 2008.

3 H.O.E : Hôpital d’origine d’étapes ou d’évacuation. Larcan A., Ferrandis J.-J., Le service de santé aux armées pendant la Première Guerre mondiale, Paris, Éditions LBM, 2008, p. 170.

4 Circulaire N 143/7 du 2e Bureau, Service Médical, Paris, 15 juin 1916.

5 Tombe 635 F travailleur chinois inconnu, matricule 8325. Cf. tableau des sépultures chinoises.

6 Collectif, Reconstruction en Picardie après 1918, Paris, Réunion des musées nationaux, p. 302.

7 Guides illustrés Michelin des champs de bataille, Le Chemin des Dames, Clermont Ferrant, Michelin et Cie, 1920, p. 86

8 « Une fois ce gros œuvre accompli, les travailleurs coloniaux – où l’on remarquait de nombreux Indochinois – et les prisonniers de guerre allemands quittèrent le Soissonnais ». Collectif, op. cit., p. 89.

9 Dorgelès R., Le Réveil des Morts, Paris, Albin Michel, 1923.

10 Terme désignant le plafond des carrières.

11 Desfossés Y., Jacques A., Prilaux G., L’archéologie de la Grande Guerre, Rennes, Inrap, Ouest France, 2008, p. 50.

12 Lachaux G., Les Creutes, Cerneux, L’encrier du Poilu, 2005, p. 251.

13 http://www.1914-1918.net/labour.htm.

14 Bruno Robert, adjoint au maire de la commune. Source : Service des Sépultures militaires de Laon, registres de décès de la commune de Serches. La mort des deux premiers a été constatée par un médecin de Soissons mais la cause hélas, n’apparaît pas.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Carte des environs de Soissons montrant différents lieux de découvertes de graffitis chinois. Service Géographique de l’Armée, Carte du théâtre des opérations, planche IX, Paris, Berger Levraut, 1915.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/17100/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Légende Figure 2 : Secteur de Vailly-sur-Aisne. L’inscription signifie « Les nombreux héros de Jiang Shan ». Photo M. Boittiaux, 2010.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/17100/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Figure 3 : Graffiti d’Ostel. L’inscription est difficilement déchiffrable. Photo H. Vatel, 1989.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/17100/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Tableau 1 : Sépultures chinoises.
Légende Note1414
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/17100/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 259k

Auteur

Enseignant en Lettres et Histoire Géographie & Responsable d’inventaire « groupe Soissons » de l’Association Soissonnais 14-18, France.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site