Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale

 | 
Li Ma

Chapitre 6. Études comparatives avec d'autres travailleurs

Des « Chinois » parmi les « Coloniaux » ; La catégorisation des travailleurs chinois employés par la France pendant la Première Guerre mondiale

Vincent Szlingier

Résumé

Les travailleurs chinois employés par la France pendant la Première Guerre mondiale furent administrés par le Service d’Organisation des Travailleurs Coloniaux (SOTC). Ils furent donc assimilés aux travailleurs issus de l’Empire français sur le plan de l’encadrement. Pour autant, furent-ils perçus comme des « coloniaux » à l’égal des Nord-Africains, des Indochinois et des Malgaches ? L’étude de la façon dont les travailleurs chinois sont désignés dans la correspondance du SOTC, mais aussi de certains des services qui les ont employés, permettra de dégager un panorama des appellations concurrentes selon les acteurs par lesquels elles sont utilisées. Si on employa les dénominations dérivées du vocable « colonial » pour désigner les travailleurs chinois, ce ne fut pas le cas de tous et d’autres formes, véhicules de conceptions coloniales ou non, purent parfois être privilégiées. L’importance du paramètre diplomatique apparaît alors comme un facteur perturbateur, compliquant encore un peu plus cette catégorisation difficile des travailleurs chinois.

Texte intégral

  • 2 Nogaro B., Weil L., La main-d’œuvre étrangère et coloniale pendant la guerre, Paris, Presses Unive (...)

1Les 37 000 travailleurs chinois recrutés pendant la Première Guerre mondiale par la mission Truptil pour combler le déficit de main-d’œuvre provoquèrent un grand embarras. Leur venue en France imposa la recherche de formules administratives innovantes. La solution retenue fut le regroupement des travailleurs chinois avec la main-d’œuvre issue de l’Empire français : des Algériens, des Marocains, des Tunisiens, des Malgaches, des Indochinois. Cet ensemble fut administré, au sein du ministère de la Guerre, par le Service d’Organisation des Travailleurs Coloniaux (ou SOTC), dont le personnel était globalement composé d’administrateurs coloniaux. Sur son organisation interne, on se permettra de renvoyer à la brochure coécrite par le lieutenant-colonel Weil, dans les années 19202. Mais l’autre intérêt de ce document est de présenter face à face les deux principales organisations d’administration de la main-d’œuvre non française, le SOTC et le Service de la Main-d’Œuvre Etrangère (ou SMOE), cette dernière organisation encadrant les travailleurs venus de pays européens comme l’Espagne ou l’Italie. Ce qui suscite une première question : comment expliquer que les travailleurs chinois furent classés parmi la main-d’œuvre coloniale plutôt que parmi la main-d’œuvre-étrangère ?

  • 3 Marcilloux P., « “Les chinois pillards, voleurs et assassins” ou la grande peur du travailleur col (...)
  • 4 Dornel L., « Les usages du racialisme. Le cas de la main-d’œuvre coloniale en France pendant la Pr (...)
  • 5 Gallagher J. et Robinson R., « The Imperialism of Free Trade », The Economic History Review, Secon (...)

2Les réponses à cette question sont curieusement absentes des documents sur l’organisation de cette main-d’œuvre. On peut se référer par exemple au rapport présenté par Henri Bérenger à la commission de l’armée du Sénat sur le sujet. L’association du recrutement des travailleurs chinois à celui des coloniaux semble aller de soi et n’est pas justifiée. Ici, nous abordons le terrain des représentations attachées à ces travailleurs au moment de leur venue en France. C’est la voie que prend Patrice Marcilloux dans sa contribution au colloque d’Arras sur les relations franco-chinoises. À partir de l’exemple du Pas-de-Calais, il reconstruit le faisceau de causes qui contribuent à générer l’image de « Chinois pillards, voleurs et assassins3 ». Cette approche doit être davantage mobilisée, et notamment pour dégager, en amont, les représentations qui ont pu peser sur l’administration des travailleurs chinois de la Grande Guerre. S’il faut prendre en compte le poids d’une vision racialiste, qui hiérarchisait les peuples sollicités par la France pendant la guerre et leur assignait des missions différenciées en fonction de qualités et de faiblesses dégagées par l’ethnologie4, d’autres facteurs doivent aussi être identifiés et leur poids déterminé. Deux pistes peuvent d’ores et déjà être avancées. La question de la présence chinoise dans les colonies françaises au xixe siècle mérite d’être mentionnée dans ce sujet. En effet, les déplacements de populations chinoises, dans le cadre du système de l’indenture ou du coolie trade, mirent face-à-face travailleurs chinois et administrateurs français. C’est une évidence en Indochine, mais ce fut aussi le cas à la Réunion, à Madagascar, dans les Antilles… Quelle fut l’importance de cette expérience de l’administration de travailleurs chinois dans un contexte « colonial » au regard de leur administration pendant la Première Guerre mondiale ? De la même façon, on ne peut faire l’économie d’une mise en perspective de la présence française en Chine avec le recrutement et l’emploi de travailleurs chinois pendant la guerre. Dans quelle mesure cette présence put-elle représenter une expérience d’administration « coloniale » pour les Français résidant en Chine ? Pour poser le problème autrement, quel gradient de « colonialité » doit-on donner à la forme de contrôle que la France a exercé sur des régions chinoises ? Peut-on parler, comme on le fait parfois pour le Royaume Uni, d’« empire informel5 », sinon dans les faits, au moins dans les représentations ?

  • 6 Balandier G., « La situation coloniale : approche théorique », Cahiers Internationaux de sociologi (...)

3Ces pistes dépassent le cadre de ce texte mais permettent de mettre en lumière la question structurante : à quel degré l’emploi des travailleurs chinois relève-t-il du colonial ? Dans quelle mesure peut-on parler, à l’image de Georges Balandier, de « situation coloniale6 » ? Laurent Dornel a déjà présenté les grandes caractéristiques de l’emploi des travailleurs coloniaux et chinois en France pendant la guerre : on se permettra donc de se focaliser plus particulièrement sur les questions qui tiennent à leur catégorisation. La méthode adoptée s’inspire en partie des études lexicographiques et sémantiques pour tenter de reconstituer une des modalités du discours produit à propos des travailleurs chinois pendant la Première Guerre mondiale. L’étude de la correspondance de différentes administrations en charge de leur emploi permet de dégager les termes choisis par les acteurs pour les caractériser, et procure des indices précieux sur la façon dont les travailleurs furent perçus, même s’il faut se garder de surinterpréter ces discours. Il s’agira donc de se demander dans quelle mesure ils ont pu être désignés comme « coloniaux » par les services qui les administraient et les employaient.

Des dénominations « colonialisantes » : des travailleurs « coloniaux », « indigènes » ou « exotiques »

4Un premier ensemble de documents renvoie aux travailleurs chinois au moyen d’un vocabulaire qui les assimile aux travailleurs coloniaux. Mais si travailleurs de Chine et de l’Empire sont associés, ce n’est pas toujours au moyen du terme « colonial ».

La correspondance du SOTC : une assimilation par le vocable « colonial »

  • 7 SOTC, Instruction relative à l’organisation des groupements de travailleurs coloniaux, 20 juillet (...)
  • 8 SOTC, 31 août 1917, SOTC, 12 novembre 1917, SHD-DAT, 7 N 161.
  • 9 SOTC, à ministère des Travaux publics, 1er février 1918, A, F14 11331.

5Le SOTC était en charge de l’affectation des groupements de travailleurs coloniaux et chinois aux différents employeurs susceptibles de les utiliser mais aussi de veiller à la bonne utilisation de ces travailleurs et à la résolution des conflits qui advinrent tout au long de la guerre. Le SOTC entretint donc une copieuse correspondance avec les employeurs (entreprises privées, services gestionnaires des ports maritimes, ministère de l’Armement, corps d’armées…), adressant recommandations et prescriptions quant à l’utilisation de la main-d’œuvre. On constate que dans la majorité des circulaires du corpus mentionnant à la fois les travailleurs issus des colonies et les travailleurs chinois, le sujet renvoie aux « travailleurs coloniaux » comme catégorie globale. Les Chinois étaient cités comme sous-ensemble des travailleurs coloniaux et non comme un ensemble distinct. Ce phénomène est particulièrement récurrent pour les circulaires concernant le recrutement du cadre de surveillance. Si l’on prend celle du 20 juillet 1918 sur l’organisation générale des Groupements de travailleurs coloniaux7, on constate, à la section du personnel encadrant, qu’il est question de personnes destinées à encadrer les travailleurs coloniaux d’une part, mais aussi chinois, et il s’agit alors de trouver des sinisants. D’autres thèmes apparaissent, comme l’alimentation et les salaires. Deux circulaires traitant de la majoration des salaires et des montants alloués pour l’alimentation des travailleurs nord-africains et chinois comportaient pour objets respectifs : « la prime pour l’alimentation des travailleurs Coloniaux », les « salaires des travailleurs coloniaux » et leur « alimentation8 ». L’objet des deux circulaires renvoie à l’ensemble des travailleurs concernés, y compris les Chinois. Dans un autre document, cette fois adressé au ministère des Travaux Publics au sujet des restrictions de pain à appliquer aux travailleurs chinois, le propos, dont le point de départ est leur situation particulière, s’oriente vers une généralisation à l’ensemble des travailleurs administrés par le SOTC : « Il est inadmissible, en effet, que l’égalité de traitement entre l’ouvrier français et le travailleur colonial qui est sans cesse poursuivie quand il s’agit du salaire, ne doive pas s’appliquer quand il est question de mesures désavantageuses9 ».

  • 10 SOTC à M. Le Général Commandant en chef les Armes du Nord et du Nord-Est, juin 1918 (date illisibl (...)
  • 11 Ibid., 19 juin 1918, SHD-DAT, 17 N 156.
  • 12 Ibid., 8 janvier 1918, SHD-DAT, 17 N 156.

6Dans un grand nombre de documents du SOTC mentionnant à la fois la main-d’oeuvre originaire de Chine et celle venant de l’Empire, la première est donc assimilée à la seconde. Plus révélateur encore, dans d’autres documents du corpus, les travailleurs chinois, pourtant les seuls mentionnés, sont désignés comme travailleurs coloniaux. Ces cas semblent liés en particulier à leur utilisation dans la zone des Armées, par exemple au sein des Divisions d’étapes des Groupes d’Armées du Nord et du Nord-Est. Dans plusieurs circulaires adressées aux états-majors de ces Armées, la formulation de l’objet renvoyait à la main-d’œuvre coloniale : « Interprétation des conditions de travail des travailleurs coloniaux10 » ; « main-d’œuvre coloniale11 » ; « Utilisation de la main-d’œuvre coloniale dans la zone des Armées12 ». Or ces trois documents traitaient de la seule utilisation de la main-d’œuvre chinoise. Nous avons donc plusieurs exemples d’une utilisation directe de la désignation « coloniale » des travailleurs chinois, sans l’intermédiaire de l’association avec d’autres travailleurs, notamment coloniaux.

Les travailleurs chinois employés par l’Armée : des travailleurs « indigènes »

  • 13 Grand Quartier Général, État-major, Direction de l’Arrière, « Note sur les conditions dans lesquel (...)

7Si, dans sa correspondance avec le Groupe des Armées du Nord et le Groupe des Armées de l’Est tout particulièrement, le SOTC qualifiait les travailleurs chinois de main-d’œuvre « coloniale », il n’employait pas, en revanche, le terme « indigène ». Mais il apparaît beaucoup dans les textes produits par le GAN et le GAE. On en trouve un bon exemple en 1917 dans une note sur l’emploi des travailleurs par l’Armée13, qui commence ainsi : « Les indigènes mis par le Service des Travailleurs Coloniaux à la disposition du Général en Chef sont, suivant le cas, des civils (Nord-Africains, Chinois), ou des travailleurs militarisés (Indochinois, Malgaches) ». L’auteur regroupe donc l’ensemble des nationalités dans la catégorie coloniale et distingue ensuite entre plusieurs types de coloniaux, militarisés ou non.

  • 14 Commandant de groupement de troupes d’étapes au Général de Division DE du GAN, Romilly sur Seine, (...)

8Cette dénomination n’était pas seulement utilisée dans ce genre d’instructions, de la hiérarchie vers les Commandants de groupement. Elle était aussi utilisée par ces derniers dans leurs rapports, tel celui du lieutenant-colonel Gondré sur la question des effets à livrer aux travailleurs sous ses ordres : « c’est indispensable pour obtenir le rendement qu’on est en droit d’attendre de la main-d’œuvre chinoise, en outre c’est une obligation de par le contrat d’engagement des indigènes14 ».

9Le terme d’« indigène » restait proche du champ lexical du colonial mais l’étanchéité de l’utilisation des appellations respectives au sein de l’Armée et du SOTC pose question. On peut supposer que l’expérience du monde colonial au sein de l’institution militaire restait davantage liée à la conquête et au maintien de l’ordre. Cela expliquerait le recours systématique au terme « indigène », plus marqué par l’idée d’altérité.

Des travailleurs « exotiques » dans les ports

  • 15 Ministère des Travaux publics, Service central d’exploitation des ports maritimes, à SOTC, 13 août (...)

10Les exemples d’utilisation de cette appellation abondent dans les archives du Service central d’exploitation des ports maritimes, au ministère des Travaux publics. Dès l’été 1917, ce service engagea des démarches pour répondre à la pénurie de main-d’œuvre affectée au déchargement des navires. Dans une demande adressée au SOTC pour l’envoi de travailleurs chinois sur les ports, le chef du service utilisa le terme de « main-d’œuvre exotique15 ». L’accord conclu avec le SOTC, il informe alors les chefs d’exploitation des ports qu’il serait question d’utiliser cette main-d’œuvre. L’utilisation du terme « exotique » fut ensuite reprise par les administrateurs des ports.

  • 16 Ministère des Travaux publics, Service central d’exploitation des ports maritimes, à Chef d’exploi (...)
  • 17 Ministère des Travaux publics, Service central d’exploitation des ports maritimes, à SOTC, le 4 av (...)

11Il ressort de ces documents que la notion de travailleurs « exotiques » semble recouvrir celle de travailleurs « coloniaux ». Une des lettres du Service central au port de Rouen explique le fonctionnement des contingents de travailleurs « exotiques », lesquels devaient être regroupés en dépôts dans les ports, pour être ensuite affectés quotidiennement aux employeurs ayant des besoins de main-d’œuvre16. Mais cette affectation devait suivre un régime de priorité aux termes duquel il était spécifié de faire d’abord appel à la main-d’œuvre française, puis à la main-d’œuvre « exotique », et enfin aux prisonniers de guerre. On voit que, dans cette présentation, les travailleurs « exotiques » devenaient une véritable catégorie au même titre que les captifs. Elle correspondait en fait, malgré la différence de nom, à celle des travailleurs « coloniaux ». Dans une lettre au SOTC, le chef du Service des ports maritimes demandait ainsi le 4 avril 1918 l’affectation de nouveaux contingents de travailleurs « exotiques » dont deux groupes de 100 travailleurs chinois et un groupe de 300 travailleurs nord-africains17.

  • 18 Ministère des Travaux publics, Service central d’exploitation des ports maritimes, à Chef d’exploi (...)

12Pour être plus précis, on retrouve dans certains documents des archives des Travaux publics des oppositions entre travailleurs chinois et coloniaux qui invitent à penser que la catégorie de travailleur « exotique » ne recouvrait pas exactement celle de « colonial » mais que, plutôt, elle l’englobait. Comme l’écrivait le Chef du Service des ports maritimes au Port de Bordeaux : « les ressources principales de main-d’œuvre […] consistent […], d’une part, dans les prisonniers de guerre, d’autre part, dans les travailleurs exotiques recrutés dans nos Colonies ou en Chine18 ». Les « exotiques » regrouperaient donc, aux yeux de l’auteur, les coloniaux et les Chinois. Il donnait par là même une appellation globale qui semblait peut-être plus cohérente étant donné la contradiction générée par la désignation des travailleurs chinois comme des coloniaux. Mais sans doute faut-il prendre cette interprétation avec précaution. Il est possible qu’elle ne soit qu’une idée avancée à un moment et abandonnée plus tard, étant donné qu’on trouve peu d’autres mentions de cette interprétation séduisante.

  • 19 Rapport de l’Ingénieur, Port de Bordeaux, 22 octobre 1917, AN, F14 11331.

13Par ailleurs, cette correspondance du ministère des Travaux publics n’était pas exempte de contradictions quant à la teneur de la main-d’œuvre « exotique ». Si en mai 1918, donc, elle englobait coloniaux et Chinois, d’autres contingents étaient initialement inclus, comme on peut le lire dans ce rapport d’Ingénieur : « Au mois de juin 1917, la question fut à nouveau examinée à la suite de la remise au port par le Capitaine de corvette Revol d’une note signalant la possibilité de l’emploi de la main-d’œuvre exotique des catégories suivantes : Chinois du Nord, Kabyles, Portugais19. »

14On est surpris de trouver dans cette liste les travailleurs portugais, ce qui amène à penser que la catégorie de travailleur « exotique » n’était pas dénuée de volatilité.

  • 20 « Réunion tenue au Ministère des régions libérées, le 18 octobre 1919, pour examiner la question d (...)

15Mais plus généralement, si le terme « exotique » fut aussi utilisé ailleurs (par exemple par le ministre des Régions libérées dans une réunion franco-britannique de 1919 relative aux contingents chinois dont se plaignaient les populations françaises20, il est intéressant de noter que le terme ne fut pratiquement jamais utilisé dans les documents qui nous restent du SOTC. Comme pour les unités militaires, on est donc confronté à une certaine spécialité des administrateurs de port. On ne peut qu’émettre des hypothèses pour expliquer ce décalage. Peut-être le terme « exotique » semblait-il approprié pour les administrateurs des ports français, restituant les idées d’éloignement géographique et de profonde altérité, caractéristiques à la fois des travailleurs de l’empire français et des travailleurs chinois ?

Des travailleurs « chinois », « étrangers », ou des « coolies » ?

16D’autres termes pouvaient désigner les travailleurs chinois, dans un sens qui les singularisait davantage au sein des travailleurs administrés par le SOTC. Comme les appellations « colonialisantes », le choix du vocabulaire variait selon les cas.

Une appellation primitive cantonnée aux opérations de recrutement : les « coolies » chinois

  • 21 Lettre d’Albert Thomas à Henri Bérenger du 12 décembre 1915, citée dans Henri Bérenger, Rapport fa (...)
  • 22 « Note relative au fonctionnement du Service d’organisation des travailleurs coloniaux », SOTC, 10 (...)
  • 23 « Opérations de recrutement d’ouvriers chinois », lieutenant-colonel Truptil à Cabinet du ministèr (...)
  • 24 Télégramme de Truptil pour ministère de la Guerre, Shanghai, le 30 octobre 1917, SHD-DAT, 7 N 398.

17Dans les documents mentionnant les opérations de recrutement menées par le lieutenant-colonel Truptil, on parlait beaucoup de « coolies ». On peut mentionner à nouveau le rapport Bérenger : « une mission est actuellement en route pour se rendre en Chine et rassembler la plus grande quantité possible de coolies »21. De la même façon, un des premiers documents du SOTC fraîchement créé indique : « on s’est préoccupé de rechercher […] les moyens de recruter des coolies chinois »22. Truptil lui-même dans son rapport de janvier 191623 utilisa le terme de « coolies », aux côtés de ceux de « travailleurs » et d’« ouvriers ». L’utilisation de cette dénomination en matière de recrutement fut aussi de mise pour le transport des travailleurs chinois. On trouve aux archives militaires un certain nombre de télégrammes envoyés par Truptil à l’administration de la guerre pour l’informer des progrès du transport des ouvriers chinois. Ils parlaient de transport de « coolies », comme celui-ci : « L’Australie a quitté Shanghai aujourd’hui avec 600 coolies24 »

  • 25 Conférence Interministérielle de la Main-d’Œuvre, séance du 24 février 1917, AN, F14 11334.
  • 26 Ibid., séance du 3 mars 1917, AN, F14 11334.

18Le terme était par la suite peu utilisé par le SOTC, les Divisions d’étapes des Groupes d’Armées du Nord et du Nord-est ou le ministère des Travaux publics et le personnel des ports maritimes. On en trouve des mentions dans les procès-verbaux de la CIMO, mais elles furent souvent accompagnées d’une précision entre parenthèses comme dans ces extraits : « M. le Commandant Weil ayant achevé de lire la première partie de son rapport relative aux ouvriers manœuvres (coolies)25 », « la question des incidents auxquels a donné lieu le système du versement de l’indemnité aux familles des « coolies » (manœuvres) donne lieu à échange de vues26 ».

  • 27 « Annamites d’usine », Le Fer rouge, 20 février 1916, AN, Fonds Albert Thomas, 94 AP 120.

19L’utilisation du terme fut ainsi souvent circonscrite et non pas générique, puisque des précisions devaient être apportées, au moins dans les procès-verbaux. Là encore, la question des motivations qui amenèrent les acteurs à délaisser ce terme utilisé au moins pendant le recrutement et le transport mériterait des développements spécifiques. Il y a sans doute là une question de représentations puisque, du côté de l’emploi britannique des travailleurs chinois, le terme de « coolie » était très répandu. On peut néanmoins avancer l’idée que ce dernier était chargé négativement et qu’il était donc malhabile de l’utiliser pour une main-d’œuvre qu’il s’agissait de faire accepter par les services administratifs et les employeurs privés. Il y a dans les archives d’Albert Thomas un article paru dans Le Fer Rouge en février 1916 et traitant des « Annamites », mais un passage est révélateur au regard de la question présente : « Quant aux “ouvriers” qui débarquèrent par la suite, ce n’étaient que de vulgaires coolies, parfaitement incapables d’un travail manuel quelconque, et simplement désireux de gagner de l’argent en voyant du pays27. »

Travailleurs « chinois » contre travailleurs « coloniaux » ?

  • 28 SOTC, 26 janvier 1918, SHD-DAT, 7 N 161.

20Dans bien des documents, ils sont simplement caractérisés comme des « travailleurs chinois » et non pas étiquetés comme des coloniaux. C’est le cas de la circulaire du 24 octobre 1918 qui concerne la façon dont les modifications de l’imposition du temps de guerre devaient affecter les travailleurs administrés. Son objet était l’« application des dispositions de la loi du 31 juillet 1917 aux Travailleurs Coloniaux et Chinois28 ». Or, de fait, les travailleurs chinois, qui n’étaient pas sujets français, ne pouvaient être concernés. On peut penser ici que la nuance tient à l’objet de la circulaire : dans certains domaines, la fiction administrative faisant des travailleurs chinois des coloniaux ne pouvait pas tenir.

  • 29 No 8.011-5/8, 1er mars 1918, SOTC, SHD-DAT, 7 N 161 ; SOTC, 28 mars 1918, SHD-DAT, 7 N 161.
  • 30 No 8.011-5/8, 1er mars 1918, SOTC, SHD-DAT 7 N 161.

21La complexité est renforcée par le fait que dans un certain nombre de documents, les auteurs ne tranchèrent pas. Ils utilisèrent à la fois des formulations qui assimilaient les travailleurs chinois à leurs homologues des colonies, et d’autres qui les singularisaient. On a ainsi plusieurs documents de mars 1918 condamnant les comportements violents à l’égard des travailleurs coloniaux et chinois29 : ils soulignent la nécessité de protéger ces derniers de réactions parfois hostiles des populations locales, ce qui indique, au passage, de la part des administrateurs du SOTC, un souci de veiller au respect humain des travailleurs. Ce texte révèle un décalage dans le mode de désignation des travailleurs chinois. La formulation de son objet ne les dissocie pas des coloniaux : « Rapports entre la population civile et les travailleurs coloniaux ». En revanche, dans le corps du texte, la nuance existe bien : « Les regrettables incidents […] appellent de nouveau l’attention sur la nécessité des mesures à prendre pour que les travailleurs coloniaux et chinois […] soient traités avec tous les égards auxquels ils ont droit30. »

22On a donc un certain entre-deux du point de vue de la formulation. Ces exemples, certes minoritaires, donnent néanmoins l’impression d’une certaine confusion, y compris au SOTC, organe qui impulse pourtant l’assimilation des travailleurs chinois aux travailleurs coloniaux.

Des « travailleurs étrangers »

  • 31 Henri Bérenger, op. cit.
  • 32 « Opérations de recrutement d’ouvriers chinois », lieutenant-colonel Truptil à Cabinet du Ministèr (...)

23On trouve enfin dans la documentation l’appellation plus neutre de « main-d’œuvre étrangère ». Celle-ci désigne les seuls Chinois dans le rapport d’Henri Bérenger31 sur le recrutement de la main-d’œuvre « indigène, coloniale et étrangère ». Ils étaient aussi par moment présentés comme tels par le lieutenant-colonel Truptil, chef de la mission de recrutement. Parlant du syndicat chinois recruteur, il annonçait qu’il serait « le correspondant de l’organisme français qui, en France, sera[it] chargé des questions relatives à l’utilisation de cette main-d’œuvre étrangère32. »

  • 33 SOTC, 31 décembre 1917, SHD-DAT, 7 N 161.

24Cependant, peu de documents du SOTC se réfèrent aux travailleurs chinois comme « travailleurs étrangers ». C’est le cas dans une circulaire de décembre 1917 qui avait pour objet la « Prime d’arrestation des Travailleurs Coloniaux et Étrangers en rupture de contrat33 » : étaient concernés les Nord-Africains, les Indochinois, les Malgaches et les Chinois. Mais cette source est l’une des seules à mentionner ces derniers comme travailleurs étrangers. Ce qui reste compréhensible car des risques de confusions avec les « travailleurs étrangers » du SMOE auraient pu surgir.

  • 34 Viet V., Hommes et Migrations, 2006.
  • 35 Répartition de la main-d’œuvre coloniale et étrangère à la date du 30 avril 1917, SOTC, AN, F14 11 (...)
  • 36 Mouvement de la main-d’œuvre étrangère et coloniale pendant le mois de janvier 1918, Conférence In (...)

25Cette position des travailleurs chinois un peu à cheval entre les catégories de travailleur « colonial » et « étranger » se retrouve dans les tableaux statistiques produits par le SOTC et par les services employeurs. En effet, la Première Guerre mondiale a été une période de grande rationalisation administrative34 et il reste de nombreux documents rendant compte des effectifs de travailleurs employés pour la défense nationale. Comme dans l’ensemble de la documentation, ces tableaux sont assez incohérents en ce qui concerne la catégorisation des travailleurs chinois. Mais des hypothèses peuvent être néanmoins formulées. Il semble en effet que, dans les documents produits au début de l’emploi de cette main-d’œuvre, les Chinois soient encore caractérisés comme des travailleurs étrangers35. À l’inverse, dans des documents plus tardifs, ils sont bien classés parmi les travailleurs coloniaux36. On peut donc supposer que les flottements dans la désignation de la main-d’oeuvre chinoise furent les plus importants dans une première phase marquée par une grande improvisation.

Des enjeux diplomatiques comme complications supplémentaires

La déclaration de guerre de la Chine : quel impact sur la désignation des travailleurs chinois ?

  • 37 SOTC, « Levée des punitions des travailleurs chinois à l’occasion de la déclaration de guerre » 19 (...)

26Parmi les documents consultés dans les archives du SOTC et des services employeurs, les mentions de la déclaration de guerre de la Chine, le 14 août 1917, ne sont pas nombreuses. Une circulaire du 19 août37 invitait les Commandants de groupement à informer leurs travailleurs de cette nouvelle, et disposait que ceux sanctionnés pour leurs agissements seraient exceptionnellement amnistiés, sauf dans les cas les plus graves. Certains passages sont particulièrement éclairants quant à la problématique du regard français sur les travailleurs chinois : « [ils] sont appelés à concourir à l’effort commun des Gouvernements alliés [en tant que] nationaux d’une puissance alliée volontairement venus en France, pour contribuer par leur travail à la Défense Nationale. »

  • 38 SOTC à ministère des Travaux publics, 29 septembre 1917, AN, F14 11331.

27Les Chinois semblent devenir un peu plus que des travailleurs « coloniaux » levés par la métropole ou des coolies attirés par l’appât du gain, et revêtir les habits de l’allié. L’adverbe « volontairement » souligne en particulier leur rôle actif dans leur engagement. La conséquence du point de vue de l’encadrement est quasi-immédiate : « leur témoigner tous les égards et la condescendance qui [leur] sont dus ». Le propos reste ambigu, mais semble ouvrir sur une évolution possible du regard. La déclaration de guerre fut aussi abordée dans une lettre du SOTC au ministère des Travaux publics au sujet du groupement du port de Rouen38. Le service répondait à une question concernant la surveillance des travailleurs chinois par des hommes en armes pendant leurs repas. Il indiqua notamment que les Chinois étaient des « travailleurs libres » venus « volontairement » en France pour contribuer à l’effort de guerre. En outre, du fait de la déclaration de guerre, ils devaient être « traités comme des alliés et n’être en aucun cas, l’objet ni d’insultes, ni de mauvais traitements ». Dans ce texte, le terme d’« alliés » fut donc utilisé pour désigner les travailleurs chinois, ce qui semble marquer un changement d’attitude à partir de la déclaration de guerre de la Chine contre les puissances centrales.

  • 39 SOTC, 19 décembre 1917, SHD-DAT, 17 N 156.
  • 40 SOTC à ministère des Travaux publics, Exploitation militaire et commerciale des ports maritimes, 1(...)

28Cependant, dans les documents du SOTC auxquels nous avons pu avoir accès, l’engagement de la Chine dans la guerre n’est plus abordé après août 1917 que pour servir de justifications aux restrictions à appliquer aux travailleurs chinois39. Au-delà de la réaffirmation de la nécessité de contraindre les travailleurs coloniaux (et chinois) aux mêmes réductions que celles imposées à la population française, une circulaire invita les Commandants à s’appuyer sur des argumentaires différenciés pour prévenir les manifestations de mécontentement de la part des travailleurs. Aux travailleurs coloniaux il s’agissait de rappeler leur lien fondamental à la Nation française et donc la nécessité pour eux de partager tous les sacrifices des Français. Quant aux travailleurs chinois, il fallait leur rappeler l’état de guerre entre la Chine et les puissances centrales et leur devoir de « contribuer pour leur part aux succès des armées alliées ». La référence au statut d’allié était plus indirecte et, somme toute, assez fonctionnelle. Dans une lettre du SOTC au ministère des Travaux publics de février 1918, on retrouve le même mécanisme. Il s’agissait de dénouer la contestation des travailleurs chinois de Bordeaux quant aux restrictions sur les quantités de pain allouées40. Le SOTC recommanda aux Commandants de groupement de faire valoir aux travailleurs chinois « l’obligation qui leur était imposée par la position prise par leur pays d’origine dans le conflit actuel ». S’il s’agissait du même type d’argument que dans l’exemple précédent, on ne peut s’empêcher de remarquer un certain reflux dans l’intensité de la mention. La « déclaration de guerre » devenait une prise de « position » dans ce qui n’était plus pour la Chine qu’un « conflit ». Il y avait donc dans ce passage une dévalorisation nette de l’engagement de la Chine, mais l’utilisation de ce type d’argument, même au détriment des travailleurs chinois, doit néanmoins être prise en compte comme un élément de complexité supplémentaire.

Un projet corollaire d’utilisation de « pionniers chinois »

  • 41 « Note sur la coopération chinoise », l’État-major de l’Armée, 3e Bureau A, à la Mission militaire (...)

29L’entrée en guerre de la Chine aux côtés des puissances de l’Entente s’accompagna d’un projet d’organisation de contingents sur le front européen, en plus des travailleurs déjà utilisés par la France et l’Angleterre. Il s’agissait d’envoyer en France des unités composées de soldats chinois entraînés41. Ces unités seraient des bataillons de « sapeurs du génie » affectés aux travaux du front et encadrés par des officiers et des sous-officiers chinois. L’effectif total pourrait atteindre 40 000 hommes, divisés en « bataillons de 4 compagnies de 150 hommes chacune ». Pour leur recrutement, ces formations seraient composées de Chinois du nord, volontaires, sélectionnés parmi les soldats de l’Armée régulière. Par ailleurs, un officier français serait rattaché à l’état-major de chaque bataillon. Ce projet suscita l’adhésion des gouvernements français et chinois, et, à première vue, l’assentiment des puissances alliées consultées. L’accord intervint et la note mentionne que le Maréchal Duan, l’homme fort à Pékin à cette période, annonçait pouvoir envoyer la première unité de 10 000 hommes dès la fin du mois de février 1918. Mais le projet se heurta à deux problèmes : celui du tonnage disponible pour le transport et celui des fonds nécessaires pour équiper et lever les bataillons de pionniers chinois. C’est en effet à ce moment que les alliés furent amenés à réduire leur tonnage d’Extrême-Orient, ce qui limita encore la capacité disponible de transport pour les soldats. D’autre part, le projet reposait sur un prêt américain qui ne se concrétisa finalement pas.

  • 42 Télégramme de l’Attaché militaire à Pékin au ministère de la Guerre, Pékin, le 21 janvier 1918, SH (...)
  • 43 Télégramme de l’Attaché militaire à Pékin, au ministère de la Guerre, Pékin, le 29 octobre 1917, S (...)
  • 44 Wou P., Les travailleurs chinois et la Grande Guerre, Paris, Pedone, 1939.

30Dans un télégramme au ministère de la Guerre, l’Attaché militaire à Pékin, tout en prenant acte des réticences des Alliés, implorait pourtant l’administration de la Guerre de tout faire pour que le projet se concrétise42. En effet, les négociateurs français avaient déjà engagé beaucoup d’énergie pour sceller l’accord avec les autorités chinoises. Les négociations sur les désignations, là encore, furent particulièrement intenses. Les autorités chinoises obtinrent notamment que le contingent soit nommé « Corps expéditionnaire chinois », à l’instar des Armées britanniques et américaines en France. Comme le suggérait l’attaché militaire pendant les négociations43, le terme de « pionnier » fut en outre abandonné car il ne reflétait pas assez l’idée de la participation aux combats. Pour des raisons attribuées à l’amour-propre des militaires chinois, il convenait de souligner que les engagés étaient bel et bien des combattants. En janvier 1918, les conditions étaient donc réunies du côté chinois pour acter cette collaboration. L’attaché militaire souligna notamment l’intérêt croissant en faveur de l’intervention parmi les milieux militaires pourtant traditionnellement germanophiles. En d’autres termes, l’engagement de la Chine dans la guerre était en mesure de renforcer l’influence de la France en Chine aux dépens de celle de l’Allemagne. C’était pour cette raison qu’il fallait absolument trouver une solution permettant de faire venir ce contingent de soldats chinois, quitte à demander la coopération du Japon et à abandonner le recrutement des travailleurs employés dans les usines de guerre et dans la chaîne logistique. Les deux projets étaient donc liés et il faut gager que ce fut un facteur de complexité supplémentaire. On peut en prendre pour exemple l’un des premiers travaux parus sur la question, l’ouvrage de Wou Piontchong44. Dans ce texte, au reste assez militant dans un contexte d’invasion japonaise, l’auteur se réfère à une lettre du général Foch pour prouver la nature militaire de l’emploi des travailleurs chinois en France et leur contribution à l’effort de guerre. Or le document cité, renvoie, non pas au recrutement de travailleurs chinois, mais bien à celui des « pionniers ».

Conclusion

31En somme, pendant la Première Guerre mondiale, les travailleurs chinois ont été désignés au moyen de nombreuses appellations concurrentes, ce qui témoigne des difficultés administratives générées par leur arrivée. Ces dernières sont à inscrire dans la problématique parallèle de l’appel aux travailleurs des colonies : c’était la première fois que la France accueillait sur le sol métropolitain autant d’hommes provenant de son Empire. Mais il est probable que l’administration des travailleurs chinois posa des problèmes d’autant plus délicats que ces travailleurs ne relevaient pas de la catégorie du colonial et qu’ils ne correspondaient pas non plus à la figure traditionnelle de l’étranger, souvent européen. L’analyse des appellations concurrentes montre ainsi la difficulté d’un classement des travailleurs chinois en une catégorie qui semble acceptable pour toutes les parties concernées.

32On observe ainsi la transformation de travailleurs qu’à l’origine on nommait coolies en « travailleurs coloniaux » au sein de la fiction administrative créée par le SOTC. En effet, pour ce dernier, composé majoritairement d’administrateurs coloniaux, cette appellation permettait une plus grande cohérence de l’action. Mais même au SOTC, les différences de statut entre Coloniaux et Chinois imposaient parfois l’expression d’une nuance et la singularisation des seconds par rapport aux premiers. La désignation éclatait donc en « travailleurs coloniaux et chinois » ou « travailleurs coloniaux et étrangers ». En outre, l’emploi des travailleurs par les services des ports maritimes au ministère des Travaux publics ou des Divisions d’Étapes au sein de l’Armée donnait lieu à une réappropriation. Si, chez les militaires, la récurrence du terme « indigène » rappelle la présence militaire dans l’Empire français, dans les ports le vocable « exotique » renvoie au domaine de l’extérieur, du lointain. Dans les deux cas, on devine des causalités sociologiques qui mériteraient d’être davantage creusées. Enfin, les enjeux diplomatiques qui affleurent dans la documentation nous rappellent que les travailleurs chinois restaient des ressortissants d’un État souverain, ce qui provoquait par moment une tension considérable avec cette fiction coloniale élaborée par le SOTC.

33Il faut bien sûr aller plus loin pour saisir les représentations liées à cette irruption chinoise dans un monde français bouleversé par la guerre. Cela passe par la recomposition du complexe jeu d’acteurs dont on voit apparaître ici la structure grossière. Il y a manifestement des tensions dans l’élaboration et la mise en œuvre du recrutement des travailleurs chinois, entre les administrateurs des ministères des Colonies, de la Guerre, du Travail, des Travaux publics, des Affaires étrangères et des Armements. Des réponses supplémentaires peuvent donc être probablement trouvées par une analyse approfondie des sources, notamment celles du Quai d’Orsay. Mais les tensions existent aussi, à l’évidence, entre le niveau central et l’échelon local, et le SOTC était en négociation permanente avec les employeurs, qu’ils soient publics ou privés. De ce point de vue, un élargissement du spectre aux autres employeurs ne pourra qu’enrichir cette approche. Enfin, il semble impossible de ne pas tenter de trouver des clefs supplémentaires dans les interactions entre les travailleurs chinois eux-mêmes et leurs chefs, et entre travailleurs coloniaux et chinois. De ce point de vue, l’horizon d’une histoire des travailleurs chinois en France, quand bien même il s’agirait de celle de leur réception, doit solliciter les traces de leurs témoignages, tant ceux des travailleurs restés en France que des travailleurs rentrés en Chine.

Bibliographie

Bibliographie

Archives

Archives nationales (AN)

Fonds du ministère des Travaux publics, Service central d’exploitation des ports maritimes : F14 11331 à 11337.

Papiers d’Albert Thomas : 94 AP 57, 94 AP 120.

Archives du Service Historique de la Défense, Département de l’Armée de Terre (SHD-DAT)

5 N 134, 7 N 161, 7 N 398, 7 N 1297, 17 N 156, 18 N 207, 19 N 1397.

Publications

Balandier G., « La situation coloniale : approche théorique », Cahiers Internationaux de sociologie, vol. 11, 1951, p. 44-79.

Dornel L., « Les usages du racialisme. Le cas de la main-d’œuvre coloniale en France pendant la Première Guerre mondiale », Genèses, 1995, vol 20, no 1, p. 48-72.

Gallagher J., Robinson J., « The Imperialism of Free Trade », The Economic History Review, Second series, vol. 6, no. 1, 1953.

Marcilloux P., « “Les chinois pillards, voleurs et assassins” ou la grande peur du travailleur colonial, 1918-1919 » dans Cesari L., Varaschin D., Les relations franco-chinoises au vingtième siècle et leurs antécédents, Arras, Artois Presses Université, 2002, p. 129-156.

Nogaro B., Weil L., La main-d’œuvre étrangère et coloniale pendant la guerre, Paris, Presses Universitaires de France, 1926.

Viet V., « La politique de main-d’oeuvre et les travailleurs étrangers et coloniaux entre 1914 et 1950 », Hommes et Migrations, no 1263, Septembre-octobre 2006, p. 10-25.

Wou P., Les travailleurs chinois et la Grande Guerre, Paris, Pedone, 1939.

Notes

2 Nogaro B., Weil L., La main-d’œuvre étrangère et coloniale pendant la guerre, Paris, Presses Universitaires de France, 1926.

3 Marcilloux P., « “Les chinois pillards, voleurs et assassins” ou la grande peur du travailleur colonial, 1918-1919 », dans Cesari L., Varaschin D., Les relations franco-chinoises au vingtième siècle et leurs antécédents, Arras, Artois Presses Université, 2002, p. 129-156.

4 Dornel L., « Les usages du racialisme. Le cas de la main-d’œuvre coloniale en France pendant la Première Guerre mondiale », Genèses, 1995, vol 20, no 1, p. 48-72.

5 Gallagher J. et Robinson R., « The Imperialism of Free Trade », The Economic History Review, Second series, vol. 6, no 1, 1953.

6 Balandier G., « La situation coloniale : approche théorique », Cahiers Internationaux de sociologie, 1951, p. 44-79.

7 SOTC, Instruction relative à l’organisation des groupements de travailleurs coloniaux, 20 juillet 1918, SHD-DAT, 7 N 161.

8 SOTC, 31 août 1917, SOTC, 12 novembre 1917, SHD-DAT, 7 N 161.

9 SOTC, à ministère des Travaux publics, 1er février 1918, A, F14 11331.

10 SOTC à M. Le Général Commandant en chef les Armes du Nord et du Nord-Est, juin 1918 (date illisible), SHD-DAT 17 N 156.

11 Ibid., 19 juin 1918, SHD-DAT, 17 N 156.

12 Ibid., 8 janvier 1918, SHD-DAT, 17 N 156.

13 Grand Quartier Général, État-major, Direction de l’Arrière, « Note sur les conditions dans lesquelles les Travailleurs coloniaux sont mis à disposition des Armées », 11 août 1917, SHD-DAT, 19 N 1397.

14 Commandant de groupement de troupes d’étapes au Général de Division DE du GAN, Romilly sur Seine, juin 1918, SHD-DAT, 18 N 207.

15 Ministère des Travaux publics, Service central d’exploitation des ports maritimes, à SOTC, 13 août 1917, AN, F14 11331.

16 Ministère des Travaux publics, Service central d’exploitation des ports maritimes, à Chef d’exploitation du port de Rouen, 14 août 1917, AN, F14 11331.

17 Ministère des Travaux publics, Service central d’exploitation des ports maritimes, à SOTC, le 4 avril 1918, AN, F14 11331.

18 Ministère des Travaux publics, Service central d’exploitation des ports maritimes, à Chef d’exploitation du Port de Bordeaux, 15 mai 1918, AN, F14 11331.

19 Rapport de l’Ingénieur, Port de Bordeaux, 22 octobre 1917, AN, F14 11331.

20 « Réunion tenue au Ministère des régions libérées, le 18 octobre 1919, pour examiner la question de la main-d’œuvre chinoise », SHD-DAT, 7 N 1297.

21 Lettre d’Albert Thomas à Henri Bérenger du 12 décembre 1915, citée dans Henri Bérenger, Rapport fait à la commission de l’armée sur le recrutement et l’emploi de la main-d’œuvre indigène, coloniale et étrangère, adopté au Sénat le 20 avril 1916, AN, 94 AP 57.

22 « Note relative au fonctionnement du Service d’organisation des travailleurs coloniaux », SOTC, 10 janvier 1916, SHD-DAT, 5 N 134.

23 « Opérations de recrutement d’ouvriers chinois », lieutenant-colonel Truptil à Cabinet du ministère de la Guerre, Pékin, le 26 janvier 1916, 5 N 134.

24 Télégramme de Truptil pour ministère de la Guerre, Shanghai, le 30 octobre 1917, SHD-DAT, 7 N 398.

25 Conférence Interministérielle de la Main-d’Œuvre, séance du 24 février 1917, AN, F14 11334.

26 Ibid., séance du 3 mars 1917, AN, F14 11334.

27 « Annamites d’usine », Le Fer rouge, 20 février 1916, AN, Fonds Albert Thomas, 94 AP 120.

28 SOTC, 26 janvier 1918, SHD-DAT, 7 N 161.

29 No 8.011-5/8, 1er mars 1918, SOTC, SHD-DAT, 7 N 161 ; SOTC, 28 mars 1918, SHD-DAT, 7 N 161.

30 No 8.011-5/8, 1er mars 1918, SOTC, SHD-DAT 7 N 161.

31 Henri Bérenger, op. cit.

32 « Opérations de recrutement d’ouvriers chinois », lieutenant-colonel Truptil à Cabinet du Ministère de la Guerre, Pékin, le 26 janvier 1916, SHD-DAT, 5 N 134.

33 SOTC, 31 décembre 1917, SHD-DAT, 7 N 161.

34 Viet V., Hommes et Migrations, 2006.

35 Répartition de la main-d’œuvre coloniale et étrangère à la date du 30 avril 1917, SOTC, AN, F14 11334 ; Effectif du personnel au 15 avril 1917, ministère des Travaux publics, AN, F14 11336.

36 Mouvement de la main-d’œuvre étrangère et coloniale pendant le mois de janvier 1918, Conférence Interministérielle de la main-d’œuvre, AN, F14 11332.

37 SOTC, « Levée des punitions des travailleurs chinois à l’occasion de la déclaration de guerre » 19 août 1917, SHD-DAT, 7 N 160.

38 SOTC à ministère des Travaux publics, 29 septembre 1917, AN, F14 11331.

39 SOTC, 19 décembre 1917, SHD-DAT, 17 N 156.

40 SOTC à ministère des Travaux publics, Exploitation militaire et commerciale des ports maritimes, 1er février 1918, AN, F14 11331.

41 « Note sur la coopération chinoise », l’État-major de l’Armée, 3e Bureau A, à la Mission militaire chinoise, le 15 février 1918, SHD-DAT, 7 N 398.

42 Télégramme de l’Attaché militaire à Pékin au ministère de la Guerre, Pékin, le 21 janvier 1918, SHD-DAT, 7 N 398.

43 Télégramme de l’Attaché militaire à Pékin, au ministère de la Guerre, Pékin, le 29 octobre 1917, SHD-DAT, 7 N 398.

44 Wou P., Les travailleurs chinois et la Grande Guerre, Paris, Pedone, 1939.

Auteur

Institut d’Études Politiques de Paris, France.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540