Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale

 | 
Li Ma

Chapitre 5. Éducation et groupes d'influences

Naissance d’un magazine destiné aux travailleurs chinois en Europe – analyse du concept, du contenu et du sens de la Revue hebdomadaire des travailleurs chinois

Leah Yiya Lee et Peter Chen-main Wang

Résumé

Il était inimaginable de publier en France un magazine destiné aux travailleurs chinois de la Première Guerre mondiale, en particulier parce que la plupart de ces travailleurs commençaient à peine à apprendre à lire le chinois. Pourtant, Yan Yangchu 晏阳初 (James Y. C. Yen) et ses confrères secrétaires de l’YMCA ont rempli cette mission impossible en publiant Huagong zhoubao 华工u周P报 (Revue hebdomadaire des travailleurs chinois, appelée par la suite Revue), une publication chinoise qui a marqué l’histoire des travailleurs chinois et l’histoire de la Première Guerre mondiale. La Revue était un projet qui devait être lancé, édité, géré et publié par les secrétaires chinois de la YMCA, avec le soutien de la YMCA. Par conséquent, le sens et les caractéristiques de cette revue peuvent être interprétés comme une expression de la philosophie de la YMCA. Grâce à la disponibilité de la Revue, aux documents de l’Église et aux sources biographiques des rédacteurs en chef, les chercheurs sont désormais en mesure de déterminer comment et pourquoi les rédacteurs en chef sont parvenus à remplir leur mission avec succès. Ce succès devient une évidence lorsque l’on examine de près leur perception et leur attitude à l’égard de la situation française. Leur politique éditoriale destinée à attirer les lecteurs et à interagir avec eux a aussi participé à ce succès, tout comme leur présentation de l’approche du programme YMCA (spirituelle, éducative, sociale et physique) et le nationalisme présenté dans le contenu de la Revue. Cet exemple nous donne en fait une idée sur la nature de la vie des travailleurs en France pendant la Première Guerre mondiale.

Texte intégral

  • 2 La plupart des conflits et des troubles se produisaient dans les bataillons britanniques. Selon le (...)
  • 3 Il faut préciser qu’il existait relativement peu d’associations chinoises en France à l’époque qui (...)
  • 4 On rapporte que, « En France, les travailleurs chinois de trente-et-un camps placés sous le comman (...)

1En raison de la grave pénurie de main-d’œuvre touchant l’Angleterre et la France pendant la Première Guerre mondiale, près de 140 000 travailleurs chinois ont été enrôlés pour travailler pour les troupes alliées en Europe. Pourtant, en France, il a été difficile de faire de cette main-d’œuvre massive idéale une réalité. Les barrières culturelles et linguistiques séparant les travailleurs chinois de leurs commandants ont été à l’origine de nombreux malentendus qui, combinés à une mauvaise gestion et à des attitudes raciales de la part des officiers alliés, ont provoqué nombre de conflits, de grèves et de mutineries de la part des travailleurs chinois2. En outre, de nombreux travailleurs chinois se laissaient tenter par de nombreux vices en raison du travail long, difficile et ennuyeux qu’ils devaient accomplir et du manque d’installations de loisirs dans leurs lieux de vie. Quand la nouvelle est parvenue aux cercles chrétiens, les YMCA3, à la fois britanniques et nord-américains, ont profité de cette occasion pour proposer leur service4.

  • 5 Parmi les 109 secrétaires de l’YMCA travaillant pour les travailleurs chinois, 74 étaient des étud (...)
  • 6 Il existait au moins deux autres magazines destinés aux travailleurs à la même époque que la Revue (...)
  • 7 Yan Yangchu fut le rédacteur en chef des numéros 1 à 17, alors que Ruoyu Fu 傅若愚 était corédacteur (...)
  • 8 En réalité, la Revue avait un bien plus grand impact que ne l’indique le nombre de tirages. On rac (...)

2Le Comité international de la YMCA (Amérique du Nord) était enthousiaste à l’idée de s’occuper des travailleurs chinois, d’ancrer des influences civiles, occidentales et chrétiennes, et de laisser les travailleurs devenir des messagers en transmettant leur compréhension de l’Occident et du christianisme à leurs compatriotes. Pour faire de cette vision une réalité, 109 secrétaires de la YMCA ont été mobilisés afin de remplir cette mission. Yan Yangchu était l’un des 39 secrétaires-étudiants chinois des États-Unis qui répondirent à l’appel5. Lorsque Yan débarqua en France à la mi-juin 1918, il commença tout d’abord par écrire et lire les lettres des familles pour les travailleurs. Puis, il pensa qu’il serait beaucoup plus utile de leur apprendre à écrire simplement afin qu’ils puissent eux-mêmes rédiger des lettres et lire le journal à l’avenir. En raison du succès de ce programme d’alphabétisation, Yan décida de publier une revue hebdomadaire. Une revue pouvait, d’une part, être lue par de nombreuses personnes et, d’autre part, offrir plus de substances aux travailleurs. C’est ainsi qu’est née la Revue6. 45 numéros de cette Revue ont été publiés, entre le 15 janvier 1919 et le 1er janvier 19207. Le tirage de la revue variait entre 10 000 et 15 000 exemplaires8.

3Il est un fait connu que la Revue a joué un rôle significatif dans la vie des travailleurs chinois en Europe. Pourtant, peu d’historiens ont proposé une étude complète de cette revue. Il est donc clair, pour les chercheurs contemporains, que certaines questions importantes restent sans réponse. Par exemple, comment Yan Yangchu a-t-il commencé à concevoir une revue hebdomadaire pour attirer, divertir et instruire les travailleurs chinois en Europe ? Quelle était sa politique éditoriale ? Quel type de lecture Yan et les deux autres rédacteurs en chef pensaient-ils que les travailleurs chinois devaient avoir ? Comment se sont-ils servis de cette revue pour former un travailleur moderne, fidèle à son pays, civil dans l’esprit et menant une vie équilibrée ? Comment ont-ils utilisé cette revue en tant que forum leur permettant d’interagir avec les lecteurs et les autres contributeurs ? L’objectif de cette étude est d’aborder ces questions en étudiant le concept, le contenu et la signification de la Revue hebdomadaire des travailleurs chinois.

La politique éditoriale de la Revue

  • 9 « Rapport spécial de la revue hebdomadaire, » Huagong zhoubao 华工u周P报 (appelé par la suite Revue), (...)

4Yan Yangchu comprenait parfaitement ses lecteurs – la plupart d’entre eux n’avaient pas reçu d’éducation formelle. Ainsi, dans le premier numéro de la Revue, Yan expliqua comment il allait éditer cette publication : « Cette revue a été spécialement conçue pour illuminer les travailleurs chinois, améliorer leur moralité et cultiver l’amitié parmi les travailleurs chinois9. »

5En vertu de cette politique, la une de chaque numéro était consacrée au bienfait de l’esprit, de l’âme et du corps des travailleurs chinois. Chaque « une » comptait environ 1 000 mots. On trouvait d’autres rubriques, telles que les sections « Compte rendu récent en Europe et en Amérique, » « Actualités récentes de notre pays natal, » et « Situation récente des travailleurs chinois. » Certaines rubriques apparaissaient de temps à autre, comme « Histoire simplifiée de la guerre européenne, » « Biographies de personnages éminents, » « Histoires intéressantes sur le monde, » et « Résumé de l’histoire chinoise. » On trouvait également des histoires drôles et des bandes dessinées aux coins des pages de la Revue.

6Le modèle de la Revue était simple. Chaque page était divisée en deux parties : une colonne supérieure et une colonne inférieure. Chaque colonne comptait 30 lignes de 20 mots. Chaque page pouvait contenir 1 200 mots. Par conséquent, une revue de 4 pages contenait généralement 4 000 mots. Les rédacteurs en chef n’appliquaient pas les signes de ponctuation modernes dans la Revue. Il existait deux moyens de souligner les parties importantes de leurs articles – placer des petits cercles à côté des mots ou foncer les caractères. L’application de ces deux tactiques démontre que les rédacteurs en chef avaient la ferme intention de transmettre leurs idées à leurs lecteurs.

7Afin d’éduquer efficacement les travailleurs chinois, les rédacteurs en chef ont adopté une stratégie de dialogue. D’une part, ils utilisaient la stratégie de « l’information » et de « l’enseignement » dans leurs articles pour bien faire passer leurs messages aux lecteurs. D’autre part, ils appliquaient la stratégie de « l’appel à contributions » pour susciter la réponse de leurs lecteurs. En outre, la première réponse des lecteurs reprenait parfois non seulement leurs points de vue mais renforçait également les effets de leur enseignement.

8Par exemple, l’un des messages les plus importants et les plus fréquents que la Revue souhaitait faire passer aux travailleurs chinois était qu’ils devaient faire preuve d’autoréflexion pour leur bien, celui de leurs familles et de leur pays. Les rédacteurs en chef faisaient de nombreuses recommandations à leurs lecteurs pour leur rappeler qu’ils représentaient la Chine en Europe. Par conséquent, les travailleurs devaient bien se comporter et inciter les autres à les respecter ainsi que leur pays. En outre, ils devaient rapporter de nouveaux points de vue et essayer d’améliorer le contexte à leur retour en Chine. Yan souleva cette idée dans le deuxième numéro de la Revue, dans laquelle il déclarait :

  • 10 Yan Yangchu, « Observations préliminaires », Revue, no 2, 29 janvier 1919.

[…] Mes frères, vous qui aimez tant votre famille, vous devez faire en sorte qu’elle prospère. Vous devez faire tout ce qui est en votre pouvoir pour éviter toutes les habitudes qui causeront la perte de votre famille, peu importe ce que vous avez ramené de Chine ou appris en France… Vous pouvez réaliser votre rêve d’enrichir votre famille et de devenir un homme indépendant en économisant plus de francs et en apprenant d’autres techniques utiles.
Parlons de l’image de notre pays. Nous comprendrons la valeur de notre patrie lorsque nous quitterons notre foyer et nous connaîtrons l’amour de notre pays lorsque nous quitterons ses frontières. Puisque vous êtes dans un pays étranger, les sentiments que vous éprouvez pour votre famille doivent être plus forts et vous devez avoir un plus grand sens du patriotisme… Puisque vous êtes en France, vous devenez un représentant de la Chine. Les étrangers considéreront que tous vos actes sont les actes du peuple chinois… Dans cette perspective, l’honneur et la honte de notre pays dépendront de vos actes. Compatriotes ! Compatriotes ! Comment pouvez-vous ne pas réfléchir à vos actes à l’étranger10 ?

9Un autre rédacteur en chef, Fu Ruoyu, a suivi ce principe en tenant des propos similaires dans le numéro suivant. Cet article, intitulé « Les travailleurs chinois doivent préserver la dignité nationale », commençait ainsi :

  • 11 Fu Ruoyu 傅若愚, « Les travailleurs chinois doivent préserver la dignité nationale », ibid., no 3, 5 (...)

Comment devons-nous interpréter la “guo-ti” 国体 ? Guo 国 signifie “pays” et ti 体 “dignité”. Par conséquent, “guo-ti” signifie “dignité nationale”… Si les travailleurs chinois souhaitaient préserver la “guo-ti”, ils ne devaient pas faire cinq choses : ne pas réprimander, ne pas se battre entre eux, ne pas s’adonner à des jeux d’argent, ne pas voler, et enfin, ne pas fréquenter de prostituées11.

10C’est à cette même époque que la stratégie consistant à recueillir l’avis du public a été lancée. Afin d’attirer l’attention de leurs lecteurs et d’obtenir des réactions de leur part, les rédacteurs en chef utilisaient la stratégie de « l’appel aux articles » ou de la « sollicitation d’articles » pour promouvoir la communication du côté des travailleurs. La pratique du « zheng-wen » 征文 (appel aux articles) avait été adoptée même aux débuts de la Revue.

11À la page 2 du deuxième numéro, Yan écrivait un avis portant le titre « Attention ! Attention ! » :

  • 12 Yan Yangchu, « Attention ! Attention ! », ibid., no 2, 29 janvier 1919.

Le personnel de notre revue sait que beaucoup d’entre vous écrivent très bien. Si nous souhaitons atteindre notre objectif, à savoir améliorer la connaissance et cultiver la moralité, nous avons besoin de votre contribution. En outre, puisque vous vous trouvez dans un pays étranger, vous avez sûrement de nouvelles idées et de nouvelles connaissances. Pourquoi ne pas saisir cette occasion pour les partager avec les autres ? Si votre article est imprimé par nos soins, tous les lecteurs en profiteront… Grâce à l’échange de nos idées, nos connaissances seront améliorées et notre pensée s’élèvera12.

12La Revue a également adopté une manière pratique d’encourager les travailleurs à écrire des articles : Yan organisait de temps à autre un concours de rédaction et préparait des prix pour les gagnants. Yan concevait également les thèmes du concours d’articles, par exemple « Les relations entre les travailleurs chinois en France et l’intérêt de la Chine » ; « La raison pour laquelle la Chine s’affaiblit » et « Que pensez-vous de la promotion de l’éducation de masse en Chine ? » Le gagnant du premier prix du concours recevait entre 15 et 20 francs. Le revenu journalier moyen des travailleurs chinois étant de 5 francs, nombre d’entre eux étaient ravis de donner leur opinion.

  • 13 Fu Shensan 傅省三, « Les relations entre les travailleurs chinois en France et leur patrie », ibid., (...)

13À l’évidence, les sujets du concours de rédaction étaient bien conçus. Ils étaient conçus, d’une part, pour susciter l’autoréflexion des travailleurs chinois et, d’autre part, pour que les travailleurs soutiennent eux-mêmes les thèmes de la Revue. Selon Fu Shensan 傅省三, le lauréat du premier prix du premier concours de rédaction, les travailleurs chinois avaient de grands espoirs pour eux-mêmes. Ils avouaient qu’ils ne connaissaient pas les relations qui les unissaient à leur pays avant de quitter ses frontières pour se rendre en Europe. Cependant, lorsqu’ils sont arrivés en France et qu’ils ont vu le sacrifice que des étrangers faisaient pour leur propre pays, ils ont inévitablement développé le sens du patriotisme. En outre, leur attitude à l’égard des femmes avait changé et ils allaient abolir de mauvaises habitudes comme le bandage des pieds, à leur retour en Chine13. Le point le plus étonnant dans la rédaction de Fu était son attitude à l’égard des Occidentaux. Il déclarait :

  • 14 Ibid.

Par le passé, nous pensions que les Occidentaux étaient supérieurs à nous. Aujourd’hui, nous avons l’occasion de rivaliser avec eux sur le plan intellectuel et physique. Nous nous sommes aperçus qu’ils n’étaient pas supérieurs à nous. Si nous continuons à nous instruire après notre retour, je suis persuadé que notre pays aura un grand avenir. Aujourd’hui, la Conférence de paix de Paris a placé la Chine en bas de la liste des participants et ne lui a pas permis de s’exprimer. Nous, les travailleurs chinois, avons été tant stimulés par cette attitude [négative], comme au sortir d’un rêve. Nous nous élevons à présent au nom du patriotisme. Nous rêverions toujours si nous n’étions pas venus en France14.

  • 15 Wu Xiangxiang 吴相湘, Yan Yangchu zhuan 晏阳初传 (Biographie de Yan Yangchu), Taipei, Taiwan shibao wenhu (...)

14L’article de Fu était très significatif, à bien des égards. Il démontre non seulement que les travailleurs chinois faisaient de très bonnes observations sur leur environnement en Europe mais qu’ils faisaient aussi de profondes réflexions sur leurs anciennes coutumes et leur pays. Le plus important, c’est qu’ils avaient désormais pleinement confiance en eux. Ils savaient qu’ils n’étaient pas inférieurs aux Occidentaux et qu’ils pouvaient contribuer au développement de leur pays. Ils étaient désormais éveillés et se considéraient comme des citoyens patriotiques de Chine. Comme l’a souligné un historien moderne, ce genre de déclaration de la part d’un travailleur chinois est extraordinairement significatif, même avant l’éclatement du Mouvement du 4 mai – un symbole du nationalisme moderne en Chine15.

  • 16 « Rapport spécial de la revue hebdomadaire, » Revue, no 18, 18 juin 1919.

15Outre « l’appel aux articles », la Revue utilisait également la méthode des « énigmes chinoises » pour obtenir la participation des lecteurs. Dans le dixième numéro de la Revue, on trouvait trois « énigmes. » D’après le commentaire, le premier lecteur qui donnerait la bonne réponse pouvait gagner 5 francs. Les attentes des rédacteurs en chef furent dépassées lorsque 150 personnes envoyèrent la bonne réponse. La Revue eut bien du mal à départager les concurrents et à désigner la personne qui avait donné la bonne réponse en premier16. Ce type d’interaction entre la Revue et les lecteurs était très intéressant et démontrait que la Revue était très populaire parmi les travailleurs chinois, et que ces derniers faisaient preuve d’intelligence lorsqu’ils donnaient des réponses.

16Le dernier point de la politique éditoriale concernait le niveau de langue de la Revue. Comme nous l’avons mentionné au début de cette section, les rédacteurs en chef gardaient à l’esprit que leurs lecteurs avaient une éducation primitive. Par conséquent, la langue de la Revue était simple et facile à comprendre, et les exemples étaient vivants et intéressants. Ce genre de modèle est devenu une autre caractéristique distinctive de la Revue. Les rédacteurs en chef répétaient souvent leurs messages pour renforcer l’effet de communication, probablement parce que les lecteurs n’étaient pas bien instruits. Tout au long des numéros, les mêmes messages étaient présentés de manière claire et didactique.

Analyse du contenu de la Revue hebdomadaire des travailleurs chinois

  • 17 Pour l’histoire du YMCA, voir Doggett L. L. History of the Young Men’s Christian Association, New (...)

17La Revue était un projet qui devait être lancé, édité, géré et publié par les secrétaires du YMCA chinois, avec le soutien du YMCA. Par conséquent, le sens et les caractéristiques de cette revue peuvent être interprétés comme une expression de la philosophie du YMCA. Le YMCA a été fondée par George Williams à Londres en 1844, dans le but de servir les jeunes hommes sur le plan spirituel, mental et physique. Cette idée et cette organisation se sont largement imposées en Angleterre, en Europe et également en Amérique du Nord. Peu à peu, le YMCA a fini par représenter la création de jeunes hommes sains et équilibrés à travers des programmes d’activités spirituelles, éducatives, sociales et physiques17. Deuxièmement, le sens et les caractéristiques de la Revue peuvent être compris en évaluant son « caractère chinois ». Yan et ses corédacteurs en chef étaient des Chinois qui s’étaient rendus en Europe pour servir leurs compatriotes. L’idée du nationalisme était un facteur important de leur esprit éditorial. Cette section se servira de l’approche du programme du YMCA (spirituel, éducatif, social et physique) et du nationalisme comme d’un prisme pour analyser le contenu de la Revue.

Programme spirituel

18Tandis que, dans les quartiers militaires français, le YMCA n’était pas autorisé à prêcher l’Évangile ou à célébrer des services religieux dans le camp, on racontait que certains secrétaires du YMCA menaient secrètement ces activités parmi les travailleurs chinois. Cependant, la Revue, en tant que magazine public, ne pouvait mener aucune action secrète. En outre, elle devait être acceptée par les censeurs militaires avant de pouvoir être publiée. Par conséquent, les rédacteurs en chef devaient transmettre leurs messages chrétiens d’une manière délicate et indirecte afin de ne pas être arrêtés par la censure.

19La Revue ne trouvait pas de bon prétexte pour parler du christianisme dans les premiers numéros. L’occasion s’est présentée d’elle-même en mars 1919. À cette époque, le Colonel G. H. Cole, le chef du Chinese Labour Corps, rentrait au Canada. La Revue profita de cette occasion pour en faire la « une » du huitième numéro (26 mars 1919). L’article débutait ainsi : « M. G. H. Cole est un chrétien du Canada. » L’article expliquait ensuite comment Cole, alors qu’il n’était encore qu’étudiant, avait décidé d’aider la Chine en se rendant au pays. Cole s’était rendu en Chine en 1905 afin d’instruire les Chinois et de « changer leur cœur ». Il travailla pour le YMCA en Chine jusqu’à l’éclatement de la Première Guerre mondiale. L’article concluait ainsi :

  • 18 Yan Yangchu, « M. G. H. Cole », Revue, no 8, 26 mars 1919.

M. Cole n’est pas chinois mais son amour pour la Chine est plus profond et fervent que le nôtre. Pour quelle raison est-il devenu cette personne ? D’après moi, c’est parce qu’il est chrétien. Puisqu’au fond de son cœur il ressent un amour universel pour le Christ, lorsqu’il a appris que Notre Chine était faible et que le cœur des hommes était mauvais, il a quitté sa mère et sa famille pour se rendre en Chine afin de nous aider et de nous exhorter à faire le bien. Mes compatriotes, excepté le christianisme, quelles autres religions peuvent créer un homme bienveillant et civique tel que M. G. H. Cole18 ?

  • 19 Yan Yangchu, « Changer les cœurs, IIe partie », ibid., no 12, 7 mai 1919.

20Parmi tous les numéros de la Revue, « Changer les cœurs » est l’article le plus direct et le plus représentatif du message du christianisme. Écrit par Yan Yangchu, l’article commençait au numéro 11 pour se poursuivre jusqu’au numéro 14. À première vue, l’article semble soutenir que la faiblesse et la pauvreté des Chinois proviennent de leurs cœurs corrompus. En outre, il affirme que les religions alors présentes en Chine – le confucianisme, le bouddhisme, le taoïsme et l’Islam – bien que jadis populaires parmi les Chinois, ne pouvaient rien faire pour guérir les cœurs corrompus et ne pouvaient pas façonner le gentilhomme idéal pour « renforcer l’esprit, réglementer la famille et diriger la nation19 ». Quant aux pays occidentaux, et notamment les États-Unis, ils sont devenus riches et puissants parce que leur peuple avait un sens moral.

  • 20 Yan Yangchu, « Changer les cœurs, IIIe partie », ibid., no 13, 14 mai 1919.

21Comment les États-Unis parvenaient-ils à faire en sorte que tant de gens soient dotés d’un sens moral ? Selon l’observation de Yan, la réponse était que les États-Unis invitaient un bon docteur capable de soigner les problèmes de cœur et d’abolir l’égoïsme dans le cœur des hommes. Yan concluait ainsi : « Mes compatriotes, le docteur divin des États-Unis est Jésus Christ. » La meilleure preuve du succès et de l’efficacité du docteur est que les missionnaires qui arrivaient en Chine venaient d’Amérique et d’Angleterre. « Si leur cœur n’était pas guéri par Jésus et qu’ils n’avaient pas de sens moral et de la bienveillance, ils s’occuperaient seulement de leur famille, de leur propre peuple. Pourquoi se soucieraient-ils de la vie et de la mort des Chinois20 ? »

  • 21 Yan Yangchu, « Changer les cœurs, IVe partie », ibid., no 14, 21 mai 1919.

22Yan prévoyait que certaines personnes pourraient se demander si le christianisme, religion occidentale, était bénéfique pour la Chine. Yan réfutait cette idée en soutenant que Jésus était né en Asie, et pas en Europe ni en Amérique. En outre, Yan étayait son argumentation en prenant comme exemple sa propre expérience et celle d’autres secrétaires chinois du YMCA du Chinese Labour Corps. La raison pour laquelle ils servaient en France, c’était que leurs cœurs avaient été guéris par le divin Jésus Christ ; ils faisaient preuve de sens moral et éprouvaient de l’amour pour leurs compatriotes21.

  • 22 « Situation actuelle des travailleurs chinois », ibid., no 22, 16 juillet 1919.

23D’autres brefs commentaires traduisant l’influence chrétienne étaient répartis ici et là dans la Revue. Parmi les exemples les plus courants, on trouvait des récits et des remerciements de la part des travailleurs chinois pour le service accompli par les secrétaires de l’YMCA. Lorsque les travailleurs exprimaient leur gratitude, ils utilisaient des termes tels que « Croix » et « Seigneur et Salut » dans leurs salutations22. Il est impossible de dire à quel point les messages chrétiens ont pu être utiles et efficaces pour les travailleurs chinois. Cependant, les travailleurs savaient quels termes ils devaient employer pour faire l’éloge des services de ces missionnaires et secrétaires-étudiants chinois.

Programme d’éducation

  • 23 Bieler S., « Yan Yangchu : Reformer with a Heart for the Village », dans Hamrin C. L. et Bieler S. (...)

24Le programme d’éducation était ce dont les travailleurs analphabètes ou semi-analphabètes avaient le plus besoin et c’était également par là que les secrétaires-étudiants chinois remplissaient pleinement leur mission. Ce programme proposait de nombreux cours dans diverses matières : chinois, anglais, français, histoire-géographie et mathématiques. De nombreux articles étaient également consacrés aux affaires publiques, à la citoyenneté, à la santé et à l’hygiène, et au sens de la Première Guerre mondiale. L’objectif de ce programme était de faire évoluer les travailleurs chinois et d’atteindre l’idéal d’une citoyenneté moderne. La Revue devint un instrument utile pour susciter l’intérêt des travailleurs et les inciter à étudier de nombreux sujets et à proposer de nombreux matériels pédagogiques. En effet, pour obtenir son diplôme, le premier groupe d’étudiants de la classe de chinois devait écrire une lettre à la maison et lire la Revue23.

25La plupart des contenus de la Revue étaient liés au programme d’éducation du YMCA. Bien que les travailleurs chinois eussent beaucoup de choses à apprendre, les rédacteurs en chef de la Revue prenaient soin de leur fournir les informations les plus utiles et qui s’appliqueraient le plus à leur vie après leur retour au pays. Par conséquent, l’histoire, la géographie, les coutumes et les pratiques, ainsi que les lieux touristiques européens devaient leur être utiles. Ces sujets étaient non seulement importants pour leurs vies actuelles mais c’était probablement aussi les premières questions qu’on leur poserait à leur retour en Chine. Différents aspects de la Première Guerre mondiale, ainsi que les « Actualités récentes d’Europe et d’Amérique » contenues dans chaque numéro, permettaient aux travailleurs chinois d’acquérir une très bonne connaissance de l’Europe.

26La plupart des travailleurs chinois venaient de zones rurales et avaient vécu de l’agriculture en Chine. Il était très probable qu’ils retournent travailler dans des fermes ou des productions agricoles à leur retour en Chine. Peut-être est-ce la raison pour laquelle les rédacteurs de la Revue publiaient tant d’articles sur l’agriculture. Un étudiant-secrétaire chinois, Yang Bingxun 杨炳±励, avait fait ses études dans une université agricole du Kansas avant de se rendre en Europe. Il apporta sa contribution à la Revue en rédigeant trois articles traitant des maladies affectant les récoltes (numéro 16, 17 et 40). On peut citer d’autres articles utiles pour les agriculteurs, notamment « Le coton » (numéro 24) et « Élever des cochons » (numéro 32).

27La Revue comportait des articles abordant une grande variété de sujets différents, de la vie quotidienne à la science moderne, en passant par le caractère humain et l’histoire chinoise. L’une des raisons pour lesquelles le rédacteur en chef souhaitait probablement que la Revue traite de plusieurs sujets différents est qu’il souhaitait éviter le style « manuel scolaire » qui aurait pu provoquer l’ennui des travailleurs chinois et les inciter à ne pas lire la revue après une longue journée de travail. L’inclusion de nouvelles connaissances et d’informations pratiques, ainsi que d’histoires drôles et de charades, rendait la Revue vraiment plus lisible et intéressante aux yeux des travailleurs.

  • 24 On trouve une brève explication de la raison pour laquelle la Revue enseignera les caractères simp (...)

28La Revue servait également de matériel pédagogique pour le programme d’éducation du YMCA, et comportait de temps à autre de nouveaux sujets d’étude. Par exemple, un système de symboles phonétiques était peu à peu devenu populaire en Chine. Puisqu’il était facile à apprendre et efficace pour lire les mots chinois, les rédacteurs en chef de la Revue ont décidé de promouvoir ce système afin que les travailleurs puissent étudier les nouveaux sujets par eux-mêmes. À partir du 21e numéro, la Revue comportait de temps à autre des leçons sur les symboles phonétiques nationaux24. Elle proposait également à ses lecteurs un système de signes de ponctuation. Il faut souligner que même si les symboles phonétiques nationaux et les signes de ponctuation étaient une nouveauté pour la plupart des gens en Chine, les rédacteurs en chef faisaient tout leur possible pour vivre avec leur temps.

  • 25 Wang Bujen 王布仁, « Encourager mes compatriotes à étudier », op. cit., no 8, 26 mars 1919. Certains (...)

29La Revue elle-même devint le promoteur du programme d’éducation du YMCA et lui consacra de nombreux articles. Elle comportait plusieurs brefs commentaires sur l’inauguration de cours de chinois à divers endroits et leurs activités, et se réjouissait toujours du succès de certains cours ou cours du soir. Les travailleurs participaient également à la Revue en faisant des commentaires d’appréciation sur le programme d’éducation du YMCA25. Avec le témoignage et le soutien des travailleurs eux-mêmes, il n’est pas surprenant qu’autant de travailleurs aient été attirés par le programme d’éducation du YMCA.

Programme social et physique

30Pour les secrétaires du YMCA, les programmes sociaux et physiques étaient étroitement liés. Les travailleurs chinois avaient terriblement besoin de se détendre après 10 heures de travail par jour dans les champs. Par le passé, ils se laissaient tenter par les jeux d’argent, l’alcool et la prostitution. Cependant, leur laisser-aller avait souvent de graves conséquences. Par conséquent, les secrétaires du YMCA ont mis un point d’honneur à préserver la santé et l’hygiène des travailleurs chinois et à maintenir l’équilibre de leur corps et de leur esprit.

  • 26 « Situation actuelle des travailleurs chinois », op. cit., no 31, 17 septembre 1919 ; « Situation (...)
  • 27 Cette note mentionnait également les programmes spirituels et éducatifs de leur centre. Ils organi (...)
  • 28 Par exemple, il était annoncé dans la Revue qu’une compétition de boxe aurait lieu entre le Batail (...)
  • 29 Comme l’annonçait la revue, une rencontre de football devait avoir lieu entre un bataillon de trav (...)

31Outre les programmes spirituels et éducatifs, les secrétaires du YMCA ont adopté deux autres méthodes pour s’attaquer aux vieux défauts qui existaient dans les camps. La première méthode consistait à chasser les problèmes de leurs environnements. Les secrétaires du YMCA ont tout d’abord souligné les problèmes liés au laisser-aller des travailleurs et les ont encouragés à fonder une association autonome pour instaurer un espace sain. Selon la Revue, un assez grand nombre d’associations ont vu le jour afin de mettre un terme à ces vices26. La seconde méthode consistait à monter de nombreuses équipes de sport pour les travailleurs. Un grand centre de travail décrivait leurs programmes très en détail. Des jeux, des spectacles de magie, des films et des représentations théâtrales étaient organisés à l’intérieur et des matchs de football, de basketball et de baseball avaient lieu à l’extérieur27. Les travailleurs chinois organisaient parfois des rencontres sportives entre les différents camps28. Quelquefois, ces rencontres avaient lieu entre les travailleurs chinois et les habitants des alentours29.

  • 30 Voir le « Résumé de la célébration animée de la fête nationale », Ibid., no 38, 5 novembre 1919.

32Les travailleurs chinois fondaient différents types de sociétés de spectacles. Ils organisaient des représentations en public lors d’occasions spéciales. Par exemple, pendant la fête nationale de la Chine (10 octobre 1919), on assista à de nombreux rassemblements de célébration dans les camps de travailleurs. Lors de cette occasion spéciale, les travailleurs chinois organisèrent diverses représentations : marche avec des échasses, navigation à sec, chants de l’opéra de Pékin, danses du lion et chorales30. Les comptes rendus de ces activités indiquaient souvent que les spectacles des travailleurs chinois avaient été chaleureusement accueillis par leurs officiers et d’autres observateurs étrangers.

  • 31 La Revue racontait que plusieurs travailleurs chinois étaient entrés en conflit avec des soldats n (...)

33On peut comprendre qu’à travers les liens tissés pendant les nombreux jeux, les rencontres sportives et parmi les troupes de spectacles, l’amitié était cultivée parmi les travailleurs chinois et leur identité renforcée. Ceux-ci prenaient soin les uns des autres31. La Revue jouait aussi un rôle important en favorisant la sympathie entre les travailleurs chinois. La catégorie « Actualités des travailleurs chinois » apparaissait dans presque tous les numéros et comportait des avis de décès, de maladies, de personnes disparues, d’activités bénévoles, de bons résultats dans les études, d’événements sportifs et de bravoure ou d’honneur de certains travailleurs. Outre la promotion de l’amitié et de la compréhension entre les travailleurs chinois, le rédacteur en chef souhaitait également qu’ils apprennent de l’expérience des autres et qu’ils s’en inspirent.

  • 32 « Discussions sur le bon sens », ibid., no 19, 25 juin 1919.

34En ce qui concerne la santé et l’hygiène, les rédacteurs en chef adoptaient également une approche pratique. Tous les articles médicaux étaient présentés en fonction des besoins pratiques des travailleurs chinois. Le premier groupe d’articles médicaux concernait leur vie actuelle en Europe. Par exemple, un article racontait comment prodiguer les premiers soins en cas d’hémorragie ou de fracture. Un autre article expliquait comment prévenir les insolations32. Les hémorragies, les fractures et les insolations étaient peut-être les problèmes les plus fréquents que rencontraient les travailleurs chinois dans les champs ou à l’usine.

  • 33 Gong Zhibin 龚质彬l, « Principes de prévention de la tuberculose », ibid., no 3, 5 févier 1919 ; no 4 (...)

35Le deuxième groupe d’articles portant sur la santé considérait les besoins à long terme des travailleurs chinois. À cette époque, les deux maladies les plus contagieuses en Chine étaient la tuberculose et le trachome. La Revue parlait de ces maladies et expliquait comment les prévenir33. Les travailleurs chinois n’ont peut-être pas eu besoin de ces informations en France puisqu’ils avaient passé des examens physiques avant leur arrivée et que les hôpitaux français pouvaient les soigner. Apparemment, ces articles étaient publiés dans la Revue pour que les travailleurs puissent partager leurs connaissances à leur retour en Chine.

Esprit nationaliste

36Bien que l’esprit nationaliste ne fasse pas partie du programme du YMCA, c’était l’un des principaux facteurs qui encourageaient les étudiants-secrétaires chinois à se rendre en Europe. Le service qu’ils rendaient à leurs compatriotes témoignait de leur amour pour la Chine et pour les Chinois. Pourtant, à cette même époque, la Chine n’était pas traitée de manière équitable sur la scène internationale. Lors de la conférence de Paix de Paris, au lendemain de la Première Guerre mondiale, la Chine n’a pas été considérée sur un même pied d’égalité que les autres pays du côté des vainqueurs. En outre, les droits de l’Allemagne sur le Shandong n’ont pas été rendus à la Chine mais transférés au Japon. On peut donc se demander, avec intérêt, comment les rédacteurs en chef de la Revue réagissaient face à la réalité internationale lorsqu’ils encourageaient leurs compatriotes à rester fidèles à leur pays et à faire preuve de nationalisme.

37Les Chinois fondaient de grands espoirs dans la conférence de Paix de Paris. La Chine a participé à la Guerre mondiale et devait partager l’honneur de la victoire. Dans ce contexte, les rédacteurs en chef laissaient souvent transparaître, consciemment ou non, leur esprit nationaliste dans le contenu de la Revue. Deux méthodes s’offraient à eux pour propager l’idée du nationalisme. La première était la promotion directe de l’esprit nationaliste dans leurs articles et la deuxième consistait à rappeler indirectement le nationalisme dans des sujets connexes. Le choix de la première ou de la deuxième méthode était également influencé par la censure des officiers britanniques.

  • 34 Yan Yangchu, « La souveraineté nationale de la Chine », ibid., no 4, 12 févier, 1919 ; no 5, 19 fé (...)
  • 35 Yan Yangchu, « La Conférence de Paix », ibid., no 10, 16 avril 1919 ; Yan Yangchu, « La crise de l (...)

38Aux débuts de la Revue, les rédacteurs en chef ont adopté les deux méthodes pour prôner le nationalisme. Alors que l’on considérait, aux débuts de la Revue, que la méthode indirecte devait rappeler aux travailleurs chinois qu’ils devaient bien se comporter car ils représentaient la Chine aux yeux des Français, les rédacteurs en chef employaient énormément la méthode directe en faisant des commentaires sur les événements actuels. À partir du numéro 4, Yan écrivit un article réparti sur 3 numéros et intitulé « La souveraineté nationale de la Chine. » Puisque certains « traités inégaux » existaient entre la Chine et les pays étrangers, Yan suggérait que la fin de la Première Guerre mondiale soit une bonne occasion pour la Chine d’obtenir réparation et de récupérer les concessions occupées par les Allemands dans la province du Shandong. Il espérait sincèrement que les pays alliés traiteraient avec la Chine d’une manière juste et en appliquant des principes élevés34. On trouve plusieurs articles similaires dans les numéros suivants35.

  • 36 « Annonce de la revue », ibid., no 18, 18 juin 1919.
  • 37 Les deux autres difficultés étaient les « problèmes d’impression » et « l’obstruction du service p (...)

39La décision de la conférence de Paix de Paris de transférer les droits de l’Allemagne au Japon a été un coup dur à la fois pour les rédacteurs en chef et pour les travailleurs chinois. La décision a déclenché une vague de protestations en Chine et provoqué la montée du nationalisme. Pourtant, pendant un mois et demi, la Revue eut peu de choses à dire à ce sujet. La réponse à ce long silence est finalement apparue dans une petite note, au coin du numéro 18 : « Depuis que la Conférence de Paix de Paris a rendu sa décision, les travailleurs chinois de la France entière nous envoient leurs réactions. Certaines comportent des propos sévères, d’autres des expressions indirectes. Ceux qui s’opposent à cette décision sont nombreux. Néanmoins, la Revue est dans une situation difficile et ne peut publier ces contributions. Nous vous présentons nos excuses les plus sincères et vous demandons pardon36. » En effet, la Revue était alors surveillée de près par la censure et continua de l’être jusqu’à la fin. Dans le dernier numéro de la revue, le rédacteur en chef a fait part des difficultés rencontrées par la publication à ses lecteurs et a indiqué en toute franchise que la « censure sévère » était l’une des trois difficultés37.

40Dès lors, la Revue ne fit plus aucun commentaire sur la conférence de Paix de Paris. Les vieilles idées selon lesquelles les travailleurs « représentaient la Chine » qui attiraient l’attention des ressortissants sur la « face de la Chine » sont redevenues le thème principal de nombreux articles, notamment : « Conseil sincère aux travailleurs chinois » (numéro 20), « Suggestions polies aux travailleurs chinois » (numéros 35 à 36), « Autre conseil à nos compatriotes – les travailleurs chinois » (numéro 37), « Adieu à nos lecteurs » (numéro 39), « La dernière étape des travailleurs chinois [à Paris] » (numéro 44). Les rédacteurs en chef ont mis en garde les lecteurs à maintes reprises en leur faisant bien comprendre que leur comportement à Paris était étroitement lié à la réputation de la Chine.

  • 38 Fu Ruoyu, « Le devoir impérieux des ressortissants », ibid., no 22, 16 juillet 1919 ; no 23, 23 ju (...)

41Les travailleurs chinois rentrant peu à peu en Chine, la Revue changea d’approche et se concentra sur leur vie future en Chine. Dans des publications ultérieures, certains articles mettaient l’accent sur l’obligation que l’individu avait envers son pays. On espérait que les travailleurs chinois comprendraient les relations entre les individus et la nation. Malgré ses millions d’habitants, la Chine ne pouvait pas devenir puissante sans que ces individus ne participent aux affaires publiques. Afin que les ressortissants comprennent ce qu’on attendait d’eux, la revue faisait la liste des huit devoirs fondamentaux d’un citoyen moderne et l’esprit nationaliste en faisait partie38.

  • 39 Fu Ruoyu, « Le devoir impérieux des ressortissants, IIIe partie », ibid., no 27, 20 août 1919.

42En général, la Revue abordait ses lecteurs d’une manière simple, amicale et sentimentale quand il s’agissait de l’esprit nationaliste. On ne trouvait jamais de slogans grandiloquents ni de nobles idéaux, ni de théories occidentales dans ses articles. La revue soulignait simplement : « Le destin de la Chine est à un moment critique de son histoire, entre la vie et la mort, comme une feuille frémissant au beau milieu d’une tempête déchaînée. Tout ce que nous pouvons espérer, c’est que les patriotes se lèvent pour sauver ensemble le pays. C’est ainsi que les ressortissants doivent remplir leur devoir impérieux39. » Peu importe s’il était transmis à l’aide de la méthode directe ou indirecte, le message était parfaitement clair et a influencé l’esprit de ses lecteurs.

Conclusion

43La Revue hebdomadaire des travailleurs chinois est née en Europe, au début du vingtième siècle. Cette revue est le fruit de l’amour, de l’intérêt et de la passion des chrétiens chinois qui souhaitaient façonner les travailleurs chinois pour en faire des citoyens modernes selon les principes du YMCA, pour qu’ils puissent acquérir des connaissances pratiques qui leur seraient utiles pendant leur séjour en France et plus tard en Chine, et pour qu’ils retrouvent confiance en eux et dans le patriotisme. Cette revue a dévoilé sa mission : l’humanisme et l’identité chinoise. Ce qui fait de cette revue une publication inhabituelle dans l’histoire des journaux chinois, c’est qu’elle a été publiée en Europe par des personnes qui n’étaient pas des professionnels. Sous un autre angle, cela aurait été impossible si la dévotion religieuse et l’amour désintéressé n’avaient pas tiré les ficelles.

44Peu de gens pouvaient s’imaginer comment concevoir un hebdomadaire pour des travailleurs peu instruits et obligés de travailler dix heures par jour dans les champs. La Revue hebdomadaire des travailleurs chinois pourrait être considérée comme un journal expérimental. Tous les rédacteurs en chef n’étaient pas des professionnels, ils étaient des étudiants à cette époque. La présentation et le style de la Revue étaient primitifs et la langue vernaculaire. Pourtant, les formulations sincères, les informations pratiques, les conseils et les mises en garde répétés, ainsi que les bonnes techniques permettant d’établir le dialogue avec les lecteurs répondaient aux besoins des travailleurs chinois. Les nombreux dons des travailleurs, même s’il s’agissait parfois de petites sommes, démontraient la popularité et l’importance de la revue aux yeux de ses lecteurs. Cette revue était également un projet expérimental en matière d’éducation de masse des Chinois et a été largement appliqué en de nombreux lieux au cours des décennies qui suivirent. Il ne faut donc pas sous-estimer la signification de cette publication.

45Pour les rédacteurs en chef de la Revue, la plus grande difficulté n’était peut-être pas de travailler avec des ressources limitées dans un environnement primitif. Ce qui les humiliait et les embarrassait profondément c’était qu’on leur interdisait de parler ou de commenter la dure et cruelle réalité de la politique internationale qui se déroulait à la Conférence de paix de Paris. La Revue, autrefois promotrice de la souveraineté nationale, devait garder le silence alors que la Chine était en effervescence et que de nombreuses protestations avaient lieu. Pourtant, les rédacteurs en chef ont eu la sagesse de ne pas contester les autorités à ce sujet et étaient tout à fait conscients que toute agitation des travailleurs chinois aurait pu provoquer une dure répression de la part des forces alliées. Par conséquent, ils ont adopté la méthode indirecte en encourageant continuellement l’amour des travailleurs chinois pour leur pays. Ces travailleurs, informés en partie par la Revue par leurs expériences de travailleurs dans un pays étranger, ont été à jamais changés et ont continué, après leur rapatriement, à participer grandement à des mouvements comme le Mouvement du 4 mai ainsi qu’à la résolution des problèmes rencontrés par les travailleurs en Chine.

Bibliographie

Bibliographie

Bailey P. J., Reform the People : Changing Attitude Towards Popular Education in Early Twentieth-Century China, Vancouver, University of British Columbia Press, 1990.

Bieler S., « Yan Yangchu : Reformer with a Heart for the Village », dans Hamrin C. L., et Bieler S., Salt and Light : Lives of Faith That Shaped Modern China, Eugene, Oregon, Pickwick Publications, 2009.

Blick J., « The Chinese Labour Corps in World War I », Papers on China, vol. IX, Cambridge Mass., Harvard University Press, Center for East Asian Studies, 1955, p. 111-45.

Chen San-ching 陈三T井«. Duoshou yu jingying : Jinxiandai Zhongguo shi yanjiu luncong 舵手与菁英:近现代N中¤国史v研ã究s论丛 (Timoniers et élites : études sur l’histoire moderne de la Chine), Taipei, Xiuwei zixun keji 秀威資訊科技, 2008. Huagong yu Ouzhan 华工u与O欧战 (Les travailleurs chinois et la Première Guerre mondiale), Taipei, Zhongyang yanjiuyuan jindaishi yanjiusuo 中央研宄院近代史研究所 1986.
« Jidujiao Qingnianhui yu Ouzhan huagong 基督教青年会与欧战华工u » (Les YMCA et les travaileurs chinois pendant la Guerre européenne), Zhongyang yanjiuyuan jindaishi yanjiusuo jikan 中央研宄院近代史研究所集刊 (Bulletin of The Institute of Modern History Academia Sinica), no 17a, juin 1988.

Chen T., Chinese Migrations, With Special Reference to Labor Conditions, Washington D. C, Government Printing Office, 1923.

Cole G. H., « With the Chinese in France », n. d., conservé à The Kautz Family YMCA Archives of the United States, Minneapolis, Minnesota.

Doggett L. L. History of the Young Men’s Christian Association, New York, Association Press, 1922.

Faris P. P., « Friends for the Chinese in France », The Continent, vol. 49, no 45, 7 novembre, 1918.

Gewurtz M. S., « For God or for King : Canadian Missionaries and the Chinese Labour Corps in World War I », dans Chen Min-sun et Shyu L. S., China Insight : Selected Papers from the Canadian Asian Studies Association Annual Conference Proceedings, 1982-1984, Ottawa, Canadian Asian Studies Association, Carleton University, 1985.

Hayford C. W., To the People : James Yen and Village China, New York, Columbia University Press, 1990.

Hersey R. M., « General Statement Regarding The Y. M. C. A. Work for the Chinese Labourers in France », mars 1919, YMCA Archives of the USA.

Hopkins H. C., History of the Y. M. C. A. in North America, New York, Association Press, 1951.

Jidujiao qingnianhui zhu Fa Huagong zhoubao 基督教青年会驻法k华エ周P报 (Revue hebdomadaire des travailleurs chinois des YMCA en France), Paris, YMCA, janvier 1919-janvier 1920, no 1-no 45.

LaFargue T., China and the World War, Stanford, Stanford University Press, 1937.

Latourette K. S., World Service of the Young Men’s Christian Association of the United States and Canada, New York, Association Press, 1957.

Levine, M. A., The Found Generation : Chinese Communists in Europe during the Twenties, Seattle, University of Washington Press, 1993.

Lewis J. F., China’s great convulsion 1894-1924, Heathsville, VA. Sun on Earth Books, 2005.

Ma L., « La place de la religion dans l’éducation par le YMCA des travailleurs chinois de la Grande Guerre », Guerres Mondiales et Conflits Contemporains, no 235, 2009, p. 101-115.

Si I. H., « With the Chinese Labourers “Somewhere” in France », The Chinese Students’ Monthly, vol. 13, no 8, juin 1918.

Summerskill M., China on the Western Front : Britain’s Chinese work force in the First World War, London, Michael Summerskill, 1982.

Taft W. H., et al. (éds.) Service with Fighting Men. An Account of the Works of American Young Men’s Christian Associations in the World War, New York, Association Press, 1924.

Wang Peter Chen-main, « Caring Beyond National Borders : The YMCA and Chinese Labourers in World War I Europe », Church History : Studies in Christianity and Culture, vol. 78, no 2, juin 2009.

Wu Xiangxiang 吴相湘, Yan Yangchu zhuan 晏阳初传 (Biographie de Yan Yangchu), Taipei, Taiwan shibao wenhua chuban qiye youxian gongsi 台湾时报文å化Æ出X版©企ø业有³限­公½司q, 1981.

Xu Guoqi 徐国琦g, Wenming de jiaorong – diyici shijie dazhan qijian de zai Fa huagong 文明的交融—第一次世界大战期Á间的º在b法k华工u (Convergence de deux civilisations : recherche sur les travailleurs chinois en France pendant la Première Guerre mondiale), Beijing, Wuzhou chuanbo chubanshe 五洲传播½出X版©社À, 2007.

Yu Huafei于华飞, Ma L., 马骊, et Philippe N., « Yizhan shiqi zhu Fa huagong jiaoyu yu gongren zhengzhi yishi juexing » 一战时期Á驻法k华工u教Ð育|与O工u人H政F治意识觉醒ô (L’éducation des Travailleurs chinois en France pendant la Première Guerre mondiale), Beifang Luncong 北方论丛, no 3, 2009, p. 111-116.

Zhang, Jianguo 张建Ø国 (ed.), Zhongguo laogong yu diyici shijie dazhan 中国劳工u与O第Ä一@次¸世@界É太Ó/ Chinese Labourers and the First World War, Jinan, Shandong daxue chubanshe 山东大j学出X版©社À, 2009.
et Zhang Junyong 张军勇i (éds.) Wanli fu Rongji : Diyici shijie dazhan canzhan huogong jishi 万里赴戎机:第一次世界大战参战华工u纪实 / Over There : The Pictorial Chronicle of Chinese Labourer Corps in the Great War, Jinan, Shandong huabao chubanshe 东圆报出X版©社, 2009.

Notes

2 La plupart des conflits et des troubles se produisaient dans les bataillons britanniques. Selon le chercheur Michael Summerskill, les Chinois « entretenaient des relations plus faciles avec leurs employeurs français qui étaient moins troublés par la différence entre les races ». Summerskill M., China on the Western Front : Britain’s Chinese work force in the First World War, London, Michael Summer-skill, 1982, p. 151.

3 Il faut préciser qu’il existait relativement peu d’associations chinoises en France à l’époque qui prenaient également en charge et soutenaient les travailleurs chinois. Ces organisations chinoises étaient formées sur la base de diverses affiliations, telles que l’identité ou la fraternité chinoise, les causes politiques ou la promotion des études à l’étranger. Parmi les associations les plus célèbres qui existaient avant janvier 1920, on trouvait, par exemple, Hua Fa jiaoyu hui 法华教Ð育会 (Société franco-chinoise d’éducation), fondée en mars 1916 par Cai Yuanpei 祭兀培 dans le but de promouvoir l’échange d’étudiants et de cultures. Huaqiao xieshe 华侨协社À (Association des Chinois d’Outre Mer), fondée en août 1919, a servi de point central à de nombreuses associations chinoises en leur permettant de se réunir et d’organiser des activités, et Liufa qingong jianxuehui 留法勤工u俭学会 (Société de travail diligent et d’études frugales en France) a été fondée en mars 1915, à Paris, pour encourager et promouvoir les principes du travail « diligent » et des études « frugales ». On peut trouver une brève introduction sur les principales associations chinoises en France dans l’ouvrage de Levine M. A., The Found Generation : Chinese Communists in Europe during the Twenties, Seattle, University of Washington Press, 1993, p. 246-252. Cependant, en termes d’acceptation officielle par les forces alliées et de service sur place dans les bataillons de travailleurs chinois, aucune autre association ne pouvait rivaliser avec la YMCA.

4 On rapporte que, « En France, les travailleurs chinois de trente-et-un camps placés sous le commandement britannique devaient être aidés par l’English National Council of the “Y” et, pour les secteurs sous commandement français et américain, par le Comité international de la YMCA ». Lewis J. F., China’s great convulsion 1894-1924, Heathsville, VA. Sun on Earth Books, 2005, p. 120. Pour d’autres études connexes portant sur le travail de la YMCA en faveur des travailleurs chinois, voir Ma L., « La place de la religion dans l’éducation par le YMCA des travailleurs chinois de la Grande Guerre », Guerres Mondiales et Conflits Contemporains, no 235, 2009, p. 101-115 ; voir également dans ce volume les contributions de Bastid-Bruguière M., « Le retour en Chine des travailleurs chinois de la Grande Guerre : quel héritage ? » et de Démurger S., « Assistance et éducation des travailleurs chinois pendant la Grande Guerre – Le rôle du Mouvement Travail-Études ».

5 Parmi les 109 secrétaires de l’YMCA travaillant pour les travailleurs chinois, 74 étaient des étudiants chinois, dont 29 venaient directement de Chine, 39 des États-Unis, 5 du Royaume-Uni et l’un d’eux était un étudiant chinois qui faisait ses études en France. Wang Peter Chen-main, « Caring Beyond National Borders : The YMCA and Chinese Labourers in World War I Europe », Church History : Studies in Christianity and Culture, vol. 78, no 2, 2009, p. 341-342.

6 Il existait au moins deux autres magazines destinés aux travailleurs à la même époque que la Revue hebdomadaire des travailleurs chinois en France. Le premier s’intitulait Lü Ou zazhi 旅欧杂志Ó (Revue des Chinois en Europe), l’organe officiel de la Société franco-chinoise d’éducation qui faisait la promotion du mouvement Travail-Études et donnait parfois des informations sur les travailleurs chinois. L’autre se nommait Huagong zazhi 华工u杂志Ó (Revue des travailleurs chinois), un mensuel publié par l’Association du travail diligent et d’études frugales qui survécut de janvier 1917 à décembre 1920. Ce magazine avait aussi pour ambition d’éduquer les travailleurs chinois. Il faisait également la promotion des principes du travail, de la frugalité et des études, mais ne touchait pas à l’esprit du YMCA ou au christianisme. Pour d’autres informations sur ces magazines, voir Chen Sanching 陈三T井«, Duoshou yu jingying : Jinxiandai Zhongguo shi yanjiu luncong 蛇手与#英:运现代N中¤国史v研ã究s论丛 (Timoniers et élites : étude sur l’histoire morderne de la Chine), Taipei, Xiuwei zixun keji 秀威資訊科技, 2008, p. 370-372 ; Levine, M. A., op. cit., p. 100-101.

7 Yan Yangchu fut le rédacteur en chef des numéros 1 à 17, alors que Ruoyu Fu 傅若愚 était corédacteur en chef. Après le départ de Yan en avril 1919, Fu reprit la direction de la rédaction des numéros 18 à 39, et Lu Shiying 陆士h寅G devint corédacteur en chef. Il semblerait que Lu fût le seul rédacteur en chef des numéros 40 à 45.

8 En réalité, la Revue avait un bien plus grand impact que ne l’indique le nombre de tirages. On raconte que les « interprètes qui connaissaient raisonnablement bien le chinois dans sa forme écrite et parlée, rassemblaient les personnes les moins alphabétisées et lisaient à voix haute le résumé de chaque numéro, une initiative fortement applaudie par les ouvriers dont la curiosité était souvent insatiable. » Lewis J. F., op. cit., p. 125.

9 « Rapport spécial de la revue hebdomadaire, » Huagong zhoubao 华工u周P报 (appelé par la suite Revue), no 1, 15 janvier 1919.

10 Yan Yangchu, « Observations préliminaires », Revue, no 2, 29 janvier 1919.

11 Fu Ruoyu 傅若愚, « Les travailleurs chinois doivent préserver la dignité nationale », ibid., no 3, 5 févier 1919.

12 Yan Yangchu, « Attention ! Attention ! », ibid., no 2, 29 janvier 1919.

13 Fu Shensan 傅省三, « Les relations entre les travailleurs chinois en France et leur patrie », ibid., no 7, 12 mars 1919.

14 Ibid.

15 Wu Xiangxiang 吴相湘, Yan Yangchu zhuan 晏阳初传 (Biographie de Yan Yangchu), Taipei, Taiwan shibao wenhua chuban qiye youxian gongsi 台湾时报文å化Æ出X版©企ø业有³限­公½司q, 1981, p. 52.

16 « Rapport spécial de la revue hebdomadaire, » Revue, no 18, 18 juin 1919.

17 Pour l’histoire du YMCA, voir Doggett L. L. History of the Young Men’s Christian Association, New York, Association Press, 1922. Hopkins H. C., History of the Y.M.C.A. in North America, New York, Association Press, 1951. Latourette K. S., World Service of the Young Men’s Christian Association of the United States and Canada, New York, Association Press, 1957.

18 Yan Yangchu, « M. G. H. Cole », Revue, no 8, 26 mars 1919.

19 Yan Yangchu, « Changer les cœurs, IIe partie », ibid., no 12, 7 mai 1919.

20 Yan Yangchu, « Changer les cœurs, IIIe partie », ibid., no 13, 14 mai 1919.

21 Yan Yangchu, « Changer les cœurs, IVe partie », ibid., no 14, 21 mai 1919.

22 « Situation actuelle des travailleurs chinois », ibid., no 22, 16 juillet 1919.

23 Bieler S., « Yan Yangchu : Reformer with a Heart for the Village », dans Hamrin C. L. et Bieler S., Salt and Light : Lives of Faith That Shaped Modern China, Eugene, Oregon, Pickwick Publications, 2009, p. 176.

24 On trouve une brève explication de la raison pour laquelle la Revue enseignera les caractères simplifiés (c’est-à-dire l’emploi des symboles phonétiques nationaux) à la première parution du texte dans la Revue). Voir Gao Chengen 局承恩, (éd.) « Enseigner le texte des caractères simplifiés », Revue, no 21, 9 juillet 1919.

25 Wang Bujen 王布仁, « Encourager mes compatriotes à étudier », op. cit., no 8, 26 mars 1919. Certains articles similaires allaient dans ce sens. Par exemple, Li Xianzhang 李宪章¹ a écrit un poème intitulé « Exhortation à l’étude et à la prise de décision » (no 13), ainsi qu’un autre poème baptisé « Exhortation à mes compatriotes pour l’amour de la patrie et la poursuite des études » (no 29).

26 « Situation actuelle des travailleurs chinois », op. cit., no 31, 17 septembre 1919 ; « Situation actuelle des travailleurs chinois », ibid., no 33, 1 octobre 1919.

27 Cette note mentionnait également les programmes spirituels et éducatifs de leur centre. Ils organisaient une fête au début de chaque mois. Les secrétaires du YMCA se rendaient à l’hôpital pour prêcher l’Évangile le samedi et donnaient des sermons, rendaient des hommages, organisaient des études bibliques et une réunion de prières le dimanche. Sept cours étaient dispensés dans les matières suivantes : histoire, géographie, anglais, français et symboles phonétiques nationaux. On pouvait également assister à un séminaire de littérature, aller à la bibliothèque et fréquenter un groupe épistolaire. Voir « Situation actuelle des travailleurs chinois », ibid., no 23, 23 juillet 1919.

28 Par exemple, il était annoncé dans la Revue qu’une compétition de boxe aurait lieu entre le Bataillon 148 et le Bataillon 191 dans la région du Havre. « Situation actuelle des travailleurs chinois », op. cit., no 16, 4 juin 1919.

29 Comme l’annonçait la revue, une rencontre de football devait avoir lieu entre un bataillon de travailleurs et un lycée voisin. « Situation actuelle des travailleurs chinois », ibid., no 15, 28 mai 1919.

30 Voir le « Résumé de la célébration animée de la fête nationale », Ibid., no 38, 5 novembre 1919.

31 La Revue racontait que plusieurs travailleurs chinois étaient entrés en conflit avec des soldats noirs des Antilles ; l’ensemble du camp des travailleurs chinois avait accouru pour se battre et l’on déplorait des victimes des deux côtés. « Situation actuelle des travailleurs chinois », ibid., no 16, 4 juin 1919.

32 « Discussions sur le bon sens », ibid., no 19, 25 juin 1919.

33 Gong Zhibin 龚质彬l, « Principes de prévention de la tuberculose », ibid., no 3, 5 févier 1919 ; no 4, 12 févier, 1919 ; et no 7, 12 mars, 1919. Fu Ruoyu, « Hygiène – Prévention des maladies oculaires », no 16, 4 juin 1919.

34 Yan Yangchu, « La souveraineté nationale de la Chine », ibid., no 4, 12 févier, 1919 ; no 5, 19 févier 1919 ; no 6, 26 févier 1919.

35 Yan Yangchu, « La Conférence de Paix », ibid., no 10, 16 avril 1919 ; Yan Yangchu, « La crise de la Conférence de Paix », ibid., no 11, 30 avril 1919 ; Fu Ruoyu, « Félicitations à la Société des Nations », ibid., no 12, 7 mai 1919.

36 « Annonce de la revue », ibid., no 18, 18 juin 1919.

37 Les deux autres difficultés étaient les « problèmes d’impression » et « l’obstruction du service postal » ; « Étude de la revue à son anniversaire ». ibid., no 45, 1er janvier 1920.

38 Fu Ruoyu, « Le devoir impérieux des ressortissants », ibid., no 22, 16 juillet 1919 ; no 23, 23 juillet 1919 ; no 27, 20 août 1919 ; no 29, 3 septembre 1919.

39 Fu Ruoyu, « Le devoir impérieux des ressortissants, IIIe partie », ibid., no 27, 20 août 1919.

Auteurs

李宜涯 est directrice du Center of General Education de la Chung Yuan Christian University

王成勉 est directeur du Graduate Institute of History de la National Central University. Les deux auteurs de cet article souhaitent profiter de cette occasion pour exprimer leurs remerciements au Professeur Li Ma et aux autres organisateurs de la Conférence internationale sur les Travailleurs chinois de la Première Guerre mondiale pour leur invitation et leur accueil chaleureux. Les auteurs tiennent tout particulièrement à remercier le relecteur anonyme pour ses remarques éditoriales incisives qui ont permis d’améliorer cet article.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540