Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale

 | 
Li Ma

Chapitre 5. Éducation et groupes d'influences

Assistance et éducation des travailleurs chinois pendant la Grande Guerre – Le rôle du Mouvement Travail-Études

Sylvie Démurger, Martin Fournier und Annie Au-Yeung

Zusammenfassung

Cet article examine les motivations qui poussèrent des intellectuels et réformateurs chinois à l’origine du Mouvement Travail-Études (MTE) à apporter une assistance aux ouvriers chinois recrutés par les Français et les Britanniques pendant la Première Guerre mondiale. S’appuyant sur l’exploitation d’articles et de témoignages proposés dans un journal en langue chinoise, le Huagong zazhi, publié en France sous le patronage des promoteurs du MTE entre janvier 1917 et juin 1920, il met en lumière les formes que cette assistance a prises, de l’aide au recrutement à l’assistance éducative et morale.

Volltext

Introduction

  • 2 Le nombre exact des travailleurs chinois envoyés en France dans le cadre de contrats signés avec l (...)
  • 3 Notons cependant que les quelques travaux qui ont analysé cet épisode particulier des relations fr (...)
  • 4 Ma L., « La place de la religion dans l’éducation par le YMCA des travailleurs chinois de la Grand (...)

1Le flux migratoire sans précédent entre la Chine et la France, que le recrutement d’environ 140 000 travailleurs chinois pendant la Première Guerre mondiale2 représente, a paradoxalement peu retenu l’attention des historiens, tant en Occident qu’en Chine, du moins jusqu’à une période récente3. Cet épisode constitue néanmoins la première migration de travail importante de la Chine vers l’Europe et il a certainement été déterminant dans le développement ultérieur des flux migratoires. Par définition même des contrats proposés aux candidats à l’émigration, cette migration avait en outre la singularité d’être destinée à n’être que temporaire : la quasi-totalité des travailleurs chinois sous contrat avait été rapatriée dès la fin de l’année 19214.

  • 5 Levine M. A., The Found Generation – Chinese Communists in Europe during the Twenties, The Washing (...)

2Reprenant les termes de M. Levine, les travailleurs chinois de la Grande Guerre peuvent être considérés comme des « pionniers de l’expérience interculturelle5 ». En majeure partie issus de familles paysannes, ils n’avaient pour l’essentiel jamais eu de contacts avec des Occidentaux avant leur arrivée en France. Symétriquement, leur arrivée constitue la première vague de migration chinoise de masse en France et les Français étaient tout aussi peu familiers des us et coutumes chinois que les Chinois l’étaient de ceux des Français ou des Britanniques qui les employaient. S’ensuivirent immanquablement des incompréhensions et tensions liées aux différences culturelles entre les communautés, qui rendirent presque immédiatement nécessaire une prise en charge des travailleurs chinois.

  • 6 Voir Ma L., op. cit. ; Xu Guoqi, op. cit. ; Wang P. C., « Caring Beyond National Borders : The YMC (...)
  • 7 Wang P.C., op. cit., p. 330.

3Ainsi, cette migration de travail massive a la particularité d’avoir impliqué non seulement les gouvernements et les commandements militaires des forces alliées qui l’ont décidée et organisée, mais également un certain nombre d’organisations civiles ou d’associations qui ont assisté les travailleurs chinois dans leur vie quotidienne. L’une des organisations les plus souvent citées est la YMCA, qui a joué un rôle dans le recrutement et l’assistance aux travailleurs chinois sous commandement de l’armée britannique, les Chinese Labour Corps (CLC)6. Les Britanniques firent explicitement appel aux missionnaires de la YMCA en Chine parce qu’ils étaient « capables de parler chinois et étaient familiers des coutumes et de la culture chinoises »7. Du côté français, un acteur clé dans le recrutement et l’aide aux travailleurs chinois fut le Mouvement Travail-Études (Qingong jianxue yundong 勤工u俭学运动, ci-après abrégé MTE), dont la contribution sur cette période est relativement moins connue et moins étudiée que celle de la YMCA.

  • 8 Après la signature de l’armistice, ils seront utilisés par les autorités françaises pour nettoyer (...)
  • 9 Voir notamment Bailey P., « The Chinese work-study movement in France », The China Quarterly, no 1 (...)

4L’assistance apportée aux travailleurs chinois pendant la guerre représente un épisode relativement court de l’histoire du MTE en France, épisode qui a pris place entre deux vagues d’envoi d’étudiants chinois (en 1912-1913 et en 1919-1921) et qui a sa propre spécificité du fait à la fois de l’origine différente de ces migrants, en majorité paysans non-éduqués, et de l’objet particulier de leur envoi en France, comme travailleurs employés dans les ports ou les usines, ou dans des tâches de manutention à l’arrière du front8. Si de nombreux travaux ont été consacrés au MTE, notamment parce qu’un certain nombre des futurs dirigeants communistes y ont participé comme « étudiants-travailleurs » entre 1919 et 19219, l’épisode particulier des travailleurs chinois de la Grande Guerre n’a été que partiellement abordé et reste pour l’essentiel peu étudié. L’objectif de cet article est d’examiner les motivations qui poussèrent les promoteurs du MTE à apporter une assistance aux ouvriers chinois et de mettre en lumière les formes que cette assistance a prises, en nous appuyant sur l’exploitation d’articles et témoignages proposés dans un journal en langue chinoise, le Huagong zazhi 华工u杂志Ó (Revue des travailleurs chinois, sous-titrée en français Revue chinoise populaire), publié en France entre janvier 1917 et juin 1920 (figures 1 et 2).

Figure 1 : Couverture d’un numéro du Huagong zazhi.

Figure 2 : Première page du no 1 du 10 janvier 1917 du Huagong zazhi.

Le mouvement travail-études

  • 10 Dirlik A., « The New Culture Movement Revisited : Anarchism and the Idea of Social Revolution in N (...)

5Le Mouvement Travail-Études a été initié par Li Shizeng 李石曾 (1881-1973), l’un des premiers anarchistes chinois, arrivé en France en 1902 comme étudiant rattaché à l’Ambassade de Chine. Li Shizeng fut fortement influencé par le mouvement anarchiste français, notamment par les travaux d’Élisée Reclus dans lesquels il trouva les fondements de son engagement pour promouvoir l’éducation des travailleurs et le concept de partage du temps entre travail et études, destiné à abolir à terme la distinction entre travailleurs et intellectuels10. Ce principe humaniste d’éduquer les ouvriers chinois (et inversement de former les étudiants chinois à la vie des ouvriers) sous-tendra l’ensemble de ses actions et sera au cœur du MTE.

  • 11 Bailey P., 1990, op. cit., p. 77.
  • 12 Bailey P., 1990, op. cit., p. 78.

6La première mise en application de cette théorie date de 1908, lorsque Li Shizeng crée à La Garenne-Colombes, dans la banlieue nord-ouest de Paris, une usine de transformation du soja (usine Caséo-Sojaïne, Doufu gongsi 豆腐公司) pour laquelle il fait venir 30 ouvriers chinois de son village natal dans le Hebei11. Il ouvre en même temps une école destinée à ces travailleurs chinois, dans laquelle le français, le chinois et des matières technologiques sont enseignés. Un mode de vie sévère est imposé aux ouvriers qui n’ont le droit ni de fumer, ni de boire, ni de jouer. Dans la conception de Li Shizeng, l’alliance d’un travail et d’études diligentes a en effet une fonction doublement morale et éducative, l’objectif étant de transformer les ouvriers chinois en citoyens informés et indépendants12.

  • 13 Bureau de l’Information du Conseil des Affaires de l’État de Chine, Les étudiants-ouvriers chinois (...)
  • 14 Deux autres associations sont créées la même année, l’une pour promouvoir l’abolition du jeu, de l (...)
  • 15 P. Clifford indique qu’après l’échec de la « seconde révolution » du Guomindang en 1913, l’associa (...)

7L’année 1912, année de la fondation de la République de Chine, marque une étape importante dans le projet éducatif et philanthropique de Li Shizeng. Appuyé par Cai Yuanpei 蔡元培 (1868-1940), nouveau ministre de l’Éducation, il initie le Mouvement Travail-Études qui permettra à près de 2 000 étudiants-ouvriers issus des classes moyennes et inférieures de la société chinoise de venir en France dans les années 2013. Différentes associations sont créées à l’initiative de Li Shizeng et de ses proches pour soutenir ce mouvement. Ainsi, en février 1912, il crée avec Cai Yuanpei, Wu Zhihui 吴敬恒 (1864-1953), Wu Yuzhang 吴玉章 (1878-1966) et Wang Jingwei 汪精卫 (1883-1944), l’Association pour l’Étude Frugale en France (Liufa jianxue hui 留法俭学会)14, dont l’objectif est d’aider les étudiants à partir en France en leur inculquant un code moral de frugalité ainsi que des notions de français dans deux écoles préparatoires, l’une à Pékin, l’autre à Chengdu, et en arrangeant leur accueil dans des écoles en France. L’envoi d’étudiants chinois en France à travers ce programme est cependant interrompu dès 1913 après la fermeture de l’école préparatoire de Pékin ordonnée par le Président de la République, Yuan Shikai 袁世凯15.

  • 16 Li Shizeng xiansheng wenji 李石曾先生文集 (Œuvres de M. Li Shizeng), Taibei, Zhongguo Guomindang zhongyan (...)

8Le recrutement massif d’ouvriers chinois à partir de 1916 donne une nouvelle impulsion au MTE, en offrant à ses promoteurs une opportunité quelque peu inattendue d’appliquer à grande échelle leurs idéaux en matière d’éducation et de réforme sociale. En 1917, Li Shizeng déclare ainsi que « les ouvriers chinois en France formeront le noyau d’une future classe ouvrière qualifiée, qui contribuera à la diffusion d’un savoir-faire industriel à son retour en Chine. Par ailleurs, ayant été exposés à la civilisation européenne, ces ouvriers pourront également aider à réformer la société et éliminer les coutumes indésirables16 ».

  • 17 Clifford P., op. cit., p. 684.
  • 18 Lüou zazhi 旅欧杂志Ó (Revue des Chinois d’Europe), no 1, 15 août 1916, pp. 9-10. De fait, l’école a ét (...)

9Avec le concours de Cai Yuanpei et le soutien de diverses personnalités françaises comme Marius Moutet, Edouard Herriot ou Alphonse Aulard, Li Shizeng fonde en juin 1916 la Société franco-chinoise d’éducation (SFCE, Huafa jiaoyu hui 华法k教Ð育|会), chargée de promouvoir la coopération et les échanges culturels entre la France et la Chine. La tâche immédiate de la SFCE sera en fait de développer les relations économiques entre la Chine et la France et d’aider à l’organisation de la main-d’œuvre chinoise pendant son séjour en France17. La même année, la SFCE ouvre une école de travailleurs chinois à Paris financée par le gouvernement français (à hauteur de 10 000 francs par an), qui propose des cours de chinois, de français, de maths, de sciences, de culture et d’organisation publique. L’un des objectifs était que les ouvriers les plus éduqués puissent servir d’interprètes dans les usines françaises et dispenser des cours du soir à d’autres travailleurs chinois. Les 24 premiers élèves furent des ouvriers chinois déjà résidant en France, qui obtinrent d’excellents résultats18. Enfin, appuyée par le ministère français du Travail, l’Association pour l’Étude Frugale en France jouera un rôle dans le recrutement des travailleurs chinois en 1916-1917.

Le recrutement de travailleurs chinois

  • 19 Huang Liqun 黄利群, Liufa qingong jianxue jianshi 留法勤工u检学简史v (Une brève histoire du Mouvement Travail (...)

10En février 1916, les autorités militaires françaises avaient envoyé un représentant en Chine chargé de négocier le recrutement de travailleurs chinois qui aideraient à la production d’armement. La Chine n’étant pas engagée dans le conflit avant août 1917, le recrutement passa d’abord par l’intermédiaire d’une compagnie « privée », la compagnie Huimin 惠民. Le contrat de recrutement de la compagnie Huimin fut approuvé le 14 mai 1916 et à la fin du mois d’août de la même année, le premier groupe de 1 700 travailleurs chinois recrutés par la compagnie Huimin pour le compte de l’Armée française débarqua à Marseille19.

  • 20 P. Clifford cite ainsi un article de Wu Zhuhui dans lequel celui-ci commente les médias britanniqu (...)
  • 21 Huagong zazhi, no 11, 10 août 1917.

11Le MTE fut impliqué dans le recrutement des travailleurs chinois pour diverses raisons, concomitantes et convergentes. Tout d’abord, les promoteurs du mouvement eux-mêmes craignaient que les travailleurs chinois ne soient maltraités, comme cela avait été le cas des coolies envoyés en Afrique du Sud ou aux États-Unis. De plus, ils craignaient que les travailleurs recrutés par la compagnie Huimin ne soient pas sélectionnés avec attention et qu’ils s’abandonnent au jeu, à la boisson ou à l’opium, autant d’activités qui renforceraient l’image négative des travailleurs chinois auprès de l’opinion publique européenne20. Dans un article publié en 1917 dans le Huagong zazhi, Li Shizeng critique ainsi explicitement la compagnie Huimin, qu’il accuse d’être à but uniquement lucratif, de traiter les ouvriers comme des esclaves et de les recruter sans critère de choix exigeant, créant de la sorte des situations conflictuelles. Il cite en exemple le cas de Tianjin, où la compagnie aurait recruté des « voyous » qui, incapables de changer leur comportement après leur arrivée en France, continuèrent de jouer et d’aller voir les prostituées, véhiculant ainsi auprès des Français une mauvaise image des Chinois21.

  • 22 Clifford P, op. cit., p. 683.
  • 23 Lüou zazhi, no 1, 15 août 1916, p. 8-9.
  • 24 Clifford P, op. cit., p. 683. P. Clifford ajoute que sur la durée de la guerre, le nombre des recr (...)
  • 25 Huagong zazhi, no 11, 10 août 1917.

12Le MTE trouva par ailleurs un soutien opportun du côté français, par le biais du ministère du Travail qui voyait d’un mauvais œil une implication trop poussée de l’Armée française dans le recrutement de travailleurs civils. Parallèlement au recrutement conduit par l’Armée et la compagnie Huimin, un nouveau plan de recrutement fut donc mis en place par le ministère du Travail en collaboration avec les promoteurs du MTE, via l’Association pour l’Étude Frugale en France dont Li Shizeng était le secrétaire. Li Guang’an (李广安), lui-même ancien ouvrier-étudiant de l’usine Caséo-Sojaïne, fut envoyé en avril 1916 dans le Yunnan et le Guangxi pour recruter des travailleurs chinois. P. Clifford indique qu’il en aurait recruté 5 000 entre août et septembre 191622. D’autres sources rapportent que dès juillet 1916, l’Ambassade de France aurait annoncé le recrutement de 2 500 ouvriers dans le Yunnan23. Selon P. Clifford encore, ce nouveau plan prévoyait de recruter 50 000 travailleurs, mais aucun document ne permet d’assurer que cet objectif a été atteint24. Dans son article d’août 1917, Li Shizeng mentionne en outre l’arrêt du recrutement en raison d’obstacles divers25.

  • 26 Lüou zazhi, no 2, 1er septembre 1916 ; cité par Clifford P, op. cit., p. 683.
  • 27 La CGT fit également pression auprès du gouvernement pour que les travailleurs chinois bénéficient (...)

13Les conditions du nouveau contrat proposé aux candidats chinois à l’émigration étaient différentes de celles qu’offrait le contrat Huimin ou le contrat établi par les autorités britanniques. En particulier, un contrat de 5 ans donnait aux travailleurs chinois la garantie qu’ils bénéficieraient de conditions de travail et de salaires identiques à ceux de leurs homologues français. Les arrangements salariaux devaient être établis directement entre l’employeur français et l’ouvrier chinois, sans intermédiaire, et l’employeur français s’engageait à prendre en charge l’éducation des travailleurs chinois. En échange, les ouvriers sélectionnés devaient être exempts de toute « mauvaise habitude26 ». Les conditions plus favorables offertes par ce contrat illustrent la convergence d’intérêt entre les deux parties : du côté chinois, elles s’accordent avec les principes défendus par les promoteurs du MTE, tandis que du côté français, elles satisfont les revendications des syndicats français (en particulier la CGT) qui dénonçaient l’emploi d’une main-d’œuvre étrangère bon marché susceptible de faire peser une pression à la baisse sur les salaires versés aux ouvriers français27.

L’assistance éducative et morale

Des sources de confrontation et de mécontentement au quotidien

14Une fois en France et quel que soit le type de contrat, les conditions de vie des travailleurs chinois étaient rudimentaires et leurs conditions de travail éprouvantes, voire dangereuses s’ils se trouvaient à proximité du front. Les sources de confrontations, certaines objectives, d’autres subjectives, furent nombreuses : violations de contrats, frustrations dues aux conditions de vie, malentendus liés à la langue ou aux différences culturelles, mauvaise réputation et xénophobie latente.

  • 28 Plus de 80 % des travailleurs chinois étaient illettrés lors de leur arrivée sur le sol français. (...)
  • 29 Blick J., op. cit., p. 122.

15Les conditions de travail imposées par l’armée ou l’usine et les traitements sévères auxquels ils étaient soumis étaient souvent difficiles à accepter pour des travailleurs chinois issus de la campagne, qui n’avaient aucune expérience de travail en usine ou en équipes hiérarchisées. Par ailleurs, pour la plupart illettrés28, ils ne parlaient pas la langue de leurs employeurs (à l’exception de quelques très rares interprètes) et ils étaient également peu au fait de la guerre qui faisait rage et dont les conséquences les avaient conduits en Europe. Leur connaissance des enjeux de la guerre ou même des belligérants était extrêmement limitée et il n’était pas rare de les voir fraterniser avec des prisonniers allemands jusqu’à leur céder une part de leurs rations29.

16De leur côté, si certains officiers les encadrant avaient une expérience chinoise (de militaire ou de missionnaire), le reste des troupes britanniques, les ouvriers des usines françaises ou les voisins de campement les observaient souvent avec une méfiance teintée de xénophobie et de préjugés.

  • 30 Chen T., op. cit., p. 156, rapporte en particulier un incident au cours duquel un officier américa (...)
  • 31 Blick J., op. cit., p. 123. La YMCA jouait également un rôle de modérateur dans les conflits entre (...)
  • 32 Chen T., op. cit., p. 150-151 ; Bailey P., « Recruitment of workers for Britain and France », dans (...)

17De nombreuses plaintes et protestations émanèrent des camps d’ouvriers chinois, le plus souvent liées aux conditions de travail, à l’insuffisance de nourriture, aux mauvais traitements imposés par leurs employeurs, aux violations de contrat, aux délais de paiement ou plus généralement à des problèmes de compréhension réciproque ou de différences culturelles30. Les interprètes étaient chargés de transmettre ces plaintes, et pour des cas plus graves, une brigade d’officiers spéciaux parlant chinois était chargée de faire le lien avec les employeurs britanniques ou français et d’informer les deux parties des différences culturelles pouvant donner lieu à des conflits31. Les protestations, pour la plupart pacifiques, prirent des tournures parfois plus violentes, 25 grèves ou manifestations violentes impliquant des travailleurs chinois ayant été recensées entre 1916 et 191832.

  • 33 Huagong zazhi, no 16, 10 décembre 1917.
  • 34 Huagong zazhi, no 22, 25 mai 1918.

18Aux tensions avec leurs employeurs ou avec la population locale s’ajoutaient par ailleurs des confrontations au sein de la communauté des travailleurs chinois : nombre d’incidents, allant de la simple bagarre à des gestes meurtriers et qui avaient souvent pour origine des dettes de jeu, sont ainsi rapportés. À titre d’exemple, le Huagong zazhi rapporte un cas de conflit entre deux ouvriers chinois à Châteauroux, qui conduisit l’un d’eux à dérober un pistolet dans son usine et à assassiner l’autre33. Un autre article rapporte qu’un ouvrier chinois fut condamné à 10 ans de travaux forcés pour meurtre (d’un de ses compatriotes), assortis d’une interdiction de rentrer en Chine pendant une durée de 20 ans34.

  • 35 Cette assistance était destinée à tous les travailleurs chinois présents sur le sol français, qu’i (...)
  • 36 À titre d’exemple, une école du soir fut organisée pour une centaine d’ouvriers d’une usine à Tour (...)

19Face aux difficultés d’adaptation et de compréhension réciproque qui étaient autant de sources de confrontations, les promoteurs du MTE entreprirent d’apporter une assistance éducative et morale aux travailleurs chinois35. Certains cours du soir furent ainsi organisés sous l’égide de l’Association pour le Travail Assidu et l’Étude Frugale (Qingong jianxue hui 勤工u俭学会) à destination des ouvriers chinois36. C’est dans ce cadre également que le journal Huagong zazhi fut lancé avec pour objectif d’assister les travailleurs chinois dans leur découverte de la culture française et de prévenir les incompréhensions ou comportements inadéquats de leur part, susceptibles de créer des conflits avec leurs employeurs ou la population locale.

Huagong zazhi : un journal destiné aux ouvriers chinois

  • 37 D’autres journaux destinés aux travailleurs ou immigrés chinois en France furent publiés à cette é (...)

20Le premier numéro de la Revue chinoise populaire (Huagong zazhi) parut le 10 janvier 1917, cinq mois après l’arrivée de la première vague de travailleurs chinois. La publication était assurée par le « Groupe d’éducation populaire » sous le patronage de la SFCE37, avec une fréquence annoncée de deux bulletins par mois. La rédaction était assurée par l’Association pour le Travail Assidu et l’Étude Frugale (Qingong jianxue hui), qui faisait appel périodiquement à des lettrés ou des hommes politiques (dont Cai Yuanpei, Li Shizeng, Wu Zhihui ou Wang Jingwei), ou reproduisait des témoignages de travailleurs chinois.

  • 38 Qinghua daxue zhonggong dangshi jiaoyanzu 清华大j学中¤共@党Þ史v教Ð研ã组 (Groupe d’enseignement et de recherch (...)
  • 39 Ces chiffres sont extraits du tableau présenté dans Qinghua University Faculty Research Unit on th (...)

21Au total, 18 numéros seront publiés au cours de la première année, puis à partir de février 1918, la publication deviendra mensuelle, en raison notamment de problèmes récurrents de financement38. La taille des numéros a également varié au cours du temps, avec en moyenne une trentaine de pages, mais jusqu’à 60 pages pour certains numéros dans les années 1919 et 1920. Ayant démarré avec un tirage d’environ 50 copies en mai 1917, le journal aurait atteint 30 000 lecteurs en 191839. Si ces chiffres peuvent paraître faibles au regard du nombre total de travailleurs chinois présents sur le sol français et européen, ils le sont moins si l’on considère la possibilité d’échanges ou de lectures collectives dans les usines ou dans les camps, et témoignent ce faisant d’un impact potentiellement non-négligeable.

22Dès le numéro de lancement du journal, qui présentait les objectifs et le contenu des numéros à venir, l’accent fut mis sur l’importance de l’éducation, l’acquisition d’un savoir-vivre conforme au mode de vie occidental et la diffusion d’informations sur la vie des travailleurs chinois en Europe ainsi que sur les évènements en Chine et dans le monde.

  • 40 Kaske E., « Mandarin, Vernacular, and National Language : China’s Emerging Concept of a National L (...)
  • 41 Ibid., p. 273 et p. 279.

23L’intention didactique du journal apparaît clairement dans le choix de la nouvelle langue vernaculaire chinoise écrite (baihua 白话) par opposition au chinois littéraire (wenyan文言) toujours utilisé au début du XXe siècle. Dans ce sens, le journal suivait un mouvement général de réforme éducative et pédagogique qui prit place dans la Chine de la fin de la dynastie Qing, quand plusieurs journaux en baihua (baihuabao 白话报) furent fondés, tous plus ou moins liés avec l’Organisation de l’Éducation de la Chine dirigée par Cai Yuanpei40. Comme le souligne E. Kaske, le baihua était envisagé comme un outil pour « éclairer le peuple », c’est-à-dire non seulement dans une volonté « d’alphabétisation », mais également dans un objectif d’éducation, notamment civique41.

  • 42 En 1913, le Ministère chinois de l’Éducation organisa une Conférence pour la Standardisation de la (...)
  • 43 Huagong zazhi, no 10, 25 juillet 1917.

24Dans ce contexte, le choix du baihua par les rédacteurs du Huagong zazhi indique une intention claire d’utiliser un langage à la fois simple à lire et aisé à comprendre, même si le baihua utilisé reste fortement teinté de wenyan. Dans une même démarche didactique visant à faciliter la lecture de la revue, la transcription phonétique récemment créée42 (zhuyin zimu 注音字母), assimilable en quelques jours seulement, fut également utilisée dans les premiers numéros avant d’être abandonnée à la demande des lecteurs43. Enfin, pendant toute la durée de la publication, une liste de mots ou phrases usuels en trois langues (français, anglais et chinois) était proposée à la fin de chaque numéro, sur une à quatre pages, les listes se rapportant à des thèmes variés comme les mesures, le corps humain, les transports, l’alimentation, l’habillement, les courses, la maison, l’école, la nature, etc.

La dissémination d’une éducation morale ancrée dans les principes du MTE

  • 44 Dirlik A., op. cit., p. 272.

25Au-delà de l’apprentissage des langues, l’objectif de la revue était de faciliter la vie quotidienne des travailleurs chinois en leur montrant les bienfaits d’un code moral en adéquation avec les principes du MTE. Ainsi, les premiers numéros furent presque entièrement dédiés à la dissémination de conseils aux nouveaux arrivants sur la vie quotidienne. Ils véhiculaient des valeurs morales profondément ancrées dans les idéaux d’éducation, d’assistance mutuelle (huzhu 互助), de droiture et de vie frugale défendus par les promoteurs du MTE. Comme le souligne A. Dirlik, le journal publiait des articles visant à éduquer les travailleurs et à leur faire abandonner leurs habitudes indésirables ; sa devise était « diligence, frugalité et études44 ». Il s’agissait ainsi d’encourager les ouvriers à « bien travailler » et à faire des économies qui leur permettraient de « bien étudier ». L’accent était mis sur le fait que cette éducation permettrait aux ouvriers d’améliorer leur vie et d’être heureux. Utilisant un discours ouvertement paternaliste, souvent sous la forme de « témoignages » de leurs pairs, le journal abondait de conseils visant à combattre les différents vices des travailleurs chinois (jeu, opium, alcool), et plus généralement leur attitude jugée puérile.

  • 45 À titre d’exemple, une rubrique annonce en décembre 1917 une distribution de vêtements au Creusot (...)

26La structure et le contenu des premiers numéros du journal sont instructifs à cet égard. Le journal était organisé en rubriques qui couvraient différents aspects susceptibles d’apporter aux ouvriers une information utile : les événements récents (dans le monde ou en Chine), des éléments de civilisation, d’histoire et de géographie, la vie des travailleurs chinois en Europe (incluant des transcriptions de « conversations » avec des travailleurs ou des témoignages individuels), un guide du savoir-vivre à l’attention des ouvriers chinois (huagong xuzhi 华工需Ý知¾), des biographies et un courrier des lecteurs. La revue fonctionnait également occasionnellement comme un service d’annonces, informant par exemple les lecteurs de l’arrivée de nouveaux ouvriers, des augmentations de salaires ou de la distribution de vêtements45.

  • 46 Huagong zazhi, no 1, 10 janvier 1917.
  • 47 Huagong zazhi, no 6, 25 avril 1917.
  • 48 Huagong zazhi, no 4, 25 mars 1917.
  • 49 Huagong zazhi, no 19, 25 février 1918.
  • 50 Huagong zazhi, no 13, 25 septembre 1917.
  • 51 Huagong zazhi, no 15, 25 novembre 1917.

27La rubrique sur les événements récents permettait à la fois d’enseigner des rudiments d’histoire et de géographie et de disséminer une information plus ou moins objective sur la guerre et sur la situation des travailleurs chinois en Europe. Ainsi, le numéro 1 présente une carte de l’Europe sur laquelle sont positionnés les différents belligérants. Dans un style très simple, les Allemands sont pointés du doigt comme étant responsables du déclenchement de la guerre : « Ce pays veut que le monde entier lui appartienne » ; C’est « l’ennemi de l’humanité46 ». Dans le numéro 6, le nombre de vaisseaux coulés dans les deux camps est reporté, de même que des informations sur une grève d’ouvriers allemands dans la plus grande usine d’armement et sur le début d’application du système de rationnement en Allemagne, autant d’éléments destinés à souligner les dysfonctionnements du côté allemand47. Plus objectivement, le numéro 4 rapporte le torpillage de l’Athos en Méditerranée le 17 février 1917, qui aurait fait plus de 700 morts parmi les ouvriers chinois48. Le numéro 19 annonce l’ouverture par le gouvernement chinois d’un Bureau des Affaires des Ouvriers chinois d’Outremer, chargé de s’occuper spécialement du recrutement des ouvriers et de leur départ en Europe49. Le numéro 13 fait état du renvoi, en août 1917, de seize ouvriers chinois d’une usine de Bourges pour cause de vols, jeux d’argents et bagarres50, tandis que dans un registre plus positif, le numéro 15 cite en exemple 900 ouvriers chinois qui, à Vonges, se sont organisés pour élever des cochons et planter des légumes en dehors de leur temps de travail et d’études51.

  • 52 Huagong zazhi, no 2, 25 janvier 1917.

28À cette rubrique informative s’ajoutaient différentes rubriques orientées plus nettement vers la diffusion d’une éducation morale visant à inculquer aux lecteurs des valeurs d’entraide mutuelle et un mode de vie conforme aux attentes d’un Occident moderne et civilisé. Sous le titre « Savoir-vivre à l’attention des ouvriers chinois », les numéros 2 et 3 proposaient ainsi en trois chapitres un ensemble de règles à suivre et de conseils, qui soulignaient essentiellement les différences culturelles entre la Chine et la France. Ainsi, il est recommandé d’être habillé proprement et de porter un chapeau lorsque l’on sort, de ne toucher à aucun objet lorsque l’on visite un musée, de ne pas parler fort au théâtre ou au cinéma quand le spectacle ou le film a commencé, de marcher sur les trottoirs dans la rue, de ne pas ramasser ce que les autres ont laissé ou perdu, etc.52

29Des conseils plus généraux visaient à guider les ouvriers dans leur vie quotidienne afin de leur forger une moralité fondée sur trois objectifs : l’entraide, un comportement économe et l’étude. Le numéro 3 présente ainsi cinq conseils de vie :

  1. Puisque nous travaillons, il faut que nous nous entraidions et il ne faut jamais que nous nous disputions ou que nous nous battions pour des petites choses au risque de casser notre amitié.
  2. Il ne faut pas emprunter de l’argent à des amis sauf en cas d’urgence.
  3. Il ne faut jamais prendre la mauvaise habitude de fumer ou boire. Les jeux d’argent sont absolument interdits.
  4. Il ne faut pas gaspiller l’argent et garder en tête que les salaires que nous gagnons ici, loin de notre famille, sont le prix de notre sang et de notre sueur.
  5. Le dimanche, il est possible de faire de nombreuses activités comme apprendre le français, lire ou visiter des musées, activités qui nous permettront d’apprendre et d’étendre nos connaissances53.
  • 54 Huagong zazhi, no 14, 25 octobre 1917.

30Venant à l’appui de ces conseils, une lettre de l’Ambassadeur de Chine en France adressée aux ouvriers chinois en France est reproduite dans le numéro 14. Elle leur rappelle qu’il leur est interdit d’arrêter le travail, que les jeux d’argent sont prohibés en Chine comme à l’étranger, qu’il est inadmissible de se battre et qu’il faut être ponctuel au travail54.

  • 55 Huagong zazhi, no 7, 10 mai 1917.

31Enfin, les transcriptions de « conversations » avec des travailleurs chinois en France offraient une manière alternative de disséminer des modèles de comportement mettant en exergue un mode de vie frugal doublé de respect pour les valeurs républicaines françaises. Le numéro 7 consacre ainsi plusieurs pages à un « dialogue dans un café » d’un ouvrier chinois avec d’autres ouvriers chinois qu’il a rencontrés à Paris. Dans cet entretien, l’un des ouvriers explique les raisons qui l’ont fait venir en France et ses attentes pour le futur. Il met en avant non seulement des motifs économiques, comme les salaires plus élevés en France qu’en Chine, mais également des idéaux politiques, la France étant présentée comme un modèle de République où les organisations syndicales savent défendre les intérêts des ouvriers, et l’ambition d’accumuler de l’expérience, des connaissances et une éducation générale qui lui seront utiles après son retour en Chine55.

Conclusion

  • 56 À cet égard, L. Ma cite un chiffre intéressant sur des travailleurs chinois d’un camp des Vosges : (...)

32Quel fut l’impact réel du Mouvement Travail-Études sur la vie quotidienne des travailleurs chinois pendant la guerre ? S’il est difficile de l’évaluer précisément à travers la seule publication d’un journal, le contenu et l’orientation du Huagong zazhi peuvent néanmoins donner quelques pistes de réponse. Tout d’abord, la durée même de la publication, qui s’étale sur 4 ans, témoigne en faveur d’une certaine « utilité » du journal qui n’aurait probablement pas perduré s’il n’avait pas eu un vivier de lecteurs56. De plus, le journal est parsemé d’informations pratiques qui s’adressaient à un lectorat très précis. C’est le cas notamment des annonces destinées aux ouvriers de telle ou telle usine. Enfin, après la fin de la guerre, le journal a évolué dans son discours et dans son contenu vers un rôle plus politique, illustrant là encore son utilité potentielle dans la diffusion de l’information. Les comptes-rendus sur des actions syndicales en faveur des ouvriers chinois sont ainsi de plus en plus fréquents et le journal fait explicitement appel à des témoignages d’ouvriers sur leurs conditions de vie et de travail dans les différentes usines. Les témoignages eux-mêmes deviennent plus prosaïques et perdent leur contenu moralisateur pour un contenu plus revendicateur.

33L’analyse proposée ici du rôle du MTE dans l’assistance aux travailleurs chinois pendant la Grande Guerre souligne en outre la particularité de celle-ci par rapport à celle qui fut offerte par la YMCA. Les promoteurs sont tout d’abord radicalement distincts. Ainsi, l’assistance fournie par la YMCA fut dirigée par les Britanniques et par les membres occidentaux de la YMCA (avec l’assistance de la branche chinoise) : l’impulsion fut donc exclusivement occidentale. À l’inverse, l’aide proposée par le MTE a servi des intérêts convergents entre d’une part, des intellectuels et réformateurs chinois désireux de mettre en pratique leurs idéaux en matière d’éducation, et d’autre part les autorités françaises désireuses d’encadrer une main-d’œuvre étrangère importante, source potentielle de conflits. Les liens historiques sont par ailleurs très nettement distincts puisque d’un côté, la YMCA anglophone fut expressément chargée par le commandement militaire britannique d’intervenir dans les camps des Chinese Labour Corps, tandis que de l’autre côté, le lien naturel des promoteurs du MTE était francophone du fait de leur implantation sur le sol français et de leur admiration marquée pour la culture française. Enfin, il y avait dans l’implication de la YMCA une dimension religieuse totalement absente des motivations du MTE, qui elles, reposaient essentiellement sur des considérations hu manistes.

Literaturverzeichnis

Bibliographie

Bailey P., « The Chinese work-study movement in France », The China Quarterly, no 115, 1988, p. 441-461.
« The Sino-French Connection : The Chinese Worker-Student Movement in France, 1902-1928 », dans Goodman D. S. G., China and the West : Ideas and Activists, Manchester University Press, 1990.
« Recruitment of workers for Britain and France », dans Pan L., The Encyclopedia of the Chinese Overseas, Curzon Press, 1999, p. 64-65.
« From Shandong to the Somme : Chinese Indentured Labour in France During World War I », dans Kershen A. J., Language, Labour and Migration, Ashgate, 2000.

Blick J., « The Chinese Labour Corps in World War I », Papers on China, Harvard East Asia Regional Studies Seminar, no 9, 1955.

Bureau de l’Information du Conseil des Affaires de l’État de Chine, Les étudiants-ouvriers chinois en France, China Intercontinental Press, 2005.

Chen Sanjing, Huagong yu Ouzhan 華工與歐戰 (Les travailleurs chinois et la Première Guerre mondiale), Taipei, Zhongyang yanjiuyuan jindaishi yanjiusuo 中央研究院近代史研究所 (Institute of Modern History, Academia Sinica), 1986.

Chen T., Chinese migrations, with special reference to labor conditions, Bulletin of the U. S. Bureau of Labor Statistics, no 340, 1923.

Clifford P., « Wu Zhihui y el movimiento para el studio frugal y el trabajo diligente », Estudios de Asia y Africa, vol. 14, no 4, 1979, p. 669-695.

Dirlik A., « The New Culture Movement Revisited : Anarchism and the Idea of Social Revolution in New Culture Thinking », Modern China, vol. 11, no 3, 1985, p. 251-300.

Horne J., « Immigrant workers in France during World War I », French Historical Studies, vol. 14, no 1, 1985, p. 57-88.

Huang Liqun 黄利群, Liufa qingong jianxue jianshi 留法勤工检学简史v (Une brève histoire du Mouvement Travail-Études en France), Beijing, Jiaoyu kexue chubanshe 教育科学出版社, 1982.

Kaske E., « Mandarin, Vernacular, and National Language : China’s Emerging Concept of a National Language in Early Twentieth Century China », dans Lackner M. et Vittinghoff N., Mapping Meanings : The Field of New Learning in Late Qing China, Brill, Leiden, 2004, p. 265-304.

Levine M. A., The Found Generation – Chinese Communists in Europe during the Twenties, The Washington University Press, 1993.

Li Shizeng xiansheng wenji 李石曾先生文集 (Œuvres de M. Li Shizeng), Taibei, Zhongguo Guomindang zhongyang weiyuanhui dangshi weiyuanhui 中国国民党中央委员会党Þ史v委e员会 Comité d’histoire du Guomindang), 1980, vol. 1.

Ma L., « La place de la religion dans l’éducation par la YMCA des travailleurs chinois de la Grande Guerre », Guerres mondiales et conflits contemporains, no 235, 2009, p. 101-115.

Qinghua daxue zhonggong dangshi jiaoyanzu 清华大j学中¤共@党Þ史v教Ð研ã组 (Groupe d’enseignement et de recherche de l’Université Qinghua sur l’histoire du parti communiste chinois) éd., Fufa qingong jianxue yundong shiliao 赴法勤工检学运初ì史v料Æ (Matériaux historiques sur le mouvement de travail diligent et d’études frugales en France), Pékin, Beijing chubanshe 北京出版社, vol. 1, 1979.

Summerskill M., China on the Western Front : Britain’s Chinese Work Force in the First World War, London, Michael Summerskill, 1982.

Wang N., Émigration et Politique. Les étudiants-ouvriers chinois en France, 1919-1925, Les Indes savantes, 2002.

Wang P. C., « Caring Beyond National Borders : The YMCA and Chinese Labourers in World War I Europe », Church History, vol. 78, 2009, p. 327-349.

Xu Guoqi, China and the Great War. China’s pursuit of a new national identity and internationalization, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.

Anmerkungen

2 Le nombre exact des travailleurs chinois envoyés en France dans le cadre de contrats signés avec les forces alliées reste sujet à débats. Voir en particulier la discussion de Xu Guoqi, China and the Great War, China’s pursuit of a new national identity and internationalization, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, p. 126-130.

3 Notons cependant que les quelques travaux qui ont analysé cet épisode particulier des relations franco-chinoises constituent des références et des sources précieuses d’information. On citera en particulier les deux ouvrages de référence suivants : Summerskill M., China on the Western Front : Britain’s Chinese Work Force in the First World War, London, Michael Summerskill, 1982 ; Chen Sanjing, Huagong yu Ouzhan 華工u與歐戰 (Les travailleurs chinois et la Première Guerre mondiale), Taipei, Zhongyang yanjiuyuan jindaishi yanjiusuo 中央研究院近代史研究所 (Institute of Modern History, Academia Sinica), 1986. Voir également Chen T., Chinese migrations, with special reference to labor conditions, Bulletin of the U.S. Bureau of Labor Statistics, no 340, 1923 ; Blick J., « The Chinese Labour Corps in World War I », Papers on China, Harvard East Asia Regional Studies Seminar, no 9, 1955 ; Horne J., « Immigrant workers in France during World War I », French Historical Studies, vol. 14, no 1, 1985, p. 57-88 ; Bailey P., « From Shandong to the Somme : Chinese Indentured Labour in France During World War I », dans Kershen A. J., Language, Labour and Migration, Ashgate, 2000 et Xu Guoqi, op. cit.

4 Ma L., « La place de la religion dans l’éducation par le YMCA des travailleurs chinois de la Grande Guerre », Guerres mondiales et conflits contemporains, no 235, 2009, p. 105-106.

5 Levine M. A., The Found Generation – Chinese Communists in Europe during the Twenties, The Washington University Press, 1993, p. 65.

6 Voir Ma L., op. cit. ; Xu Guoqi, op. cit. ; Wang P. C., « Caring Beyond National Borders : The YMCA and Chinese Labourers in World War I Europe », Church History, vol. 78, 2009, p. 327-349.

7 Wang P.C., op. cit., p. 330.

8 Après la signature de l’armistice, ils seront utilisés par les autorités françaises pour nettoyer les champs de bataille et pour aider à la reconstruction.

9 Voir notamment Bailey P., « The Chinese work-study movement in France », The China Quarterly, no 115, 1988, p. 441-461 ; Bailey P., « The Sino-French Connection : The Chinese Worker-Student Movement in France, 1902-1928 », dans Goodman D. S. G., China and the West : Ideas and Activists, Manchester University Press, 1990 ; Wang N., Émigration et Politique. Les étudiants-ouvriers chinois en France, 1919-1925, Paris, Les Indes savantes, 2002.

10 Dirlik A., « The New Culture Movement Revisited : Anarchism and the Idea of Social Revolution in New Culture Thinking », Modern China, vol. 11, no 3, 1985, p. 251-300 ; Bailey P., 1990, op. cit.

11 Bailey P., 1990, op. cit., p. 77.

12 Bailey P., 1990, op. cit., p. 78.

13 Bureau de l’Information du Conseil des Affaires de l’État de Chine, Les étudiants-ouvriers chinois en France, Beijing, China Intercontinental Press, 2005, p. 104.

14 Deux autres associations sont créées la même année, l’une pour promouvoir l’abolition du jeu, de l’opium et du concubinage (Association pour le Progrès et la Vertu, Jinde hui 进德w会)), l’autre prônant entre autres la réforme du système traditionnel de mariage (Association pour la Réforme Sociale, Shehui gailang hui 社会改良会). Bailey P., op. cit., 1990, p. 81.

15 P. Clifford indique qu’après l’échec de la « seconde révolution » du Guomindang en 1913, l’association a subi des pressions politiques qui ont conduit au déménagement, puis à la fermeture de l’école (Clifford P., « Wu Zhihui y el movimiento para el estudio frugal y el trabajo diligente », Estudios de Asia y Africa, vol. 14, no 4, 1979, p. 677). P. Bailey met par ailleurs en avant la suspicion de Yuan Shikai vis-à-vis des effets potentiellement subversifs d’un tel flux d’étudiants vers la France comme explication de la fermeture de cette école (Bailey P., op. cit., 1988, p. 447).

16 Li Shizeng xiansheng wenji 李石曾先生文集 (Œuvres de M. Li Shizeng), Taibei, Zhongguo Guomindang zhongyang weiyuanhui dangshi weiyuanhui 中国国民党中央委员会党Þ史v委e员会 Comité d’histoire du Guomindang), 1980, vol. 1, p. 220-225. Cité par Bailey P., op. cit., 1988, p. 448.

17 Clifford P., op. cit., p. 684.

18 Lüou zazhi 旅欧杂志Ó (Revue des Chinois d’Europe), no 1, 15 août 1916, pp. 9-10. De fait, l’école a été ouverte le 3 avril 1916, avant même l’assemblée générale d’inauguration de la SFCE qui a eu lieu le 22 juin 1916.

19 Huang Liqun 黄利群, Liufa qingong jianxue jianshi 留法勤工u检学简史v (Une brève histoire du Mouvement Travail-Études en France), Beijing, Jiaoyu kexue chubanshe 教育科学出版社, 1982, p. 129. La même source indique que sur les deux années, 1916 et 1917, 25 groupes de travailleurs chinois furent recrutés à Tianjin, Hong Kong, Qingdao, etc., soit 31 000 hommes au total (p. 11).

20 P. Clifford cite ainsi un article de Wu Zhuhui dans lequel celui-ci commente les médias britanniques prompts à critiquer l’Armée française parce qu’elle introduit en Europe des coolies « non civilisés ». Clifford P., op. cit., p. 686.

21 Huagong zazhi, no 11, 10 août 1917.

22 Clifford P, op. cit., p. 683.

23 Lüou zazhi, no 1, 15 août 1916, p. 8-9.

24 Clifford P, op. cit., p. 683. P. Clifford ajoute que sur la durée de la guerre, le nombre des recrutements effectués par les autorités militaires françaises (et la compagnie Huimin) dépassait très largement celui du MTE. 25.

25 Huagong zazhi, no 11, 10 août 1917.

26 Lüou zazhi, no 2, 1er septembre 1916 ; cité par Clifford P, op. cit., p. 683.

27 La CGT fit également pression auprès du gouvernement pour que les travailleurs chinois bénéficient du droit de grève et d’autres avantages octroyés aux travailleurs français. En 1920, la CGT prit à nouveau la défense des travailleurs chinois dans leur demande de rattachement au ministère du Travail et non plus à l’Armée de Terre (Huagong zazhi, no 46, 25 mai 1920). Voir également le compte rendu d’une réunion de la CGT dans le numéro du 8 janvier 1920 de La Bataille Syndicale.

28 Plus de 80 % des travailleurs chinois étaient illettrés lors de leur arrivée sur le sol français. Wang P. C., op. cit., p. 331.

29 Blick J., op. cit., p. 122.

30 Chen T., op. cit., p. 156, rapporte en particulier un incident au cours duquel un officier américain tenta d’accélérer le rythme du travail par un « let’s go » maladroit. Les ouvriers chinois ayant entendu gou 狗 (chien en mandarin) se sentirent insultés et cessèrent immédiatement le travail.

31 Blick J., op. cit., p. 123. La YMCA jouait également un rôle de modérateur dans les conflits entre les Chinois et leurs employeurs (Ibid., p. 128).

32 Chen T., op. cit., p. 150-151 ; Bailey P., « Recruitment of workers for Britain and France », dans Pan L., The Encyclopedia of the Chinese Overseas, Curzon Press ; 1999, p. 64-65.

33 Huagong zazhi, no 16, 10 décembre 1917.

34 Huagong zazhi, no 22, 25 mai 1918.

35 Cette assistance était destinée à tous les travailleurs chinois présents sur le sol français, qu’ils soient sous commandement britannique ou sous commandement français.

36 À titre d’exemple, une école du soir fut organisée pour une centaine d’ouvriers d’une usine à Tours, à raison de 3 heures de cours hebdomadaires (1 heure de chinois et 2 heures de français) dispensés bénévolement par des membres de l’Association pour le Travail Assidu et l’Étude Frugale. Huagong zazhi, no 18, 25 janvier 1918.

37 D’autres journaux destinés aux travailleurs ou immigrés chinois en France furent publiés à cette époque. On peut en particulier citer les titres suivants : Lüou zazhi (1916-1918), Lüou zhoukan 旅欧周刊 (Journal chinois hebdomadaire), 1919-1921 ; Huagong xunkan 华工旬¯刊Z (Travailleurs chinois), 1920-1921 ; et les revues publiées avec l’aide de la YMCA, Huagong zhoubao 华工周P报 (Revue hebdomadaire des travailleurs chinois), 1919-1920 ; Xingbao 醒报 (Journal du Réveil).

38 Qinghua daxue zhonggong dangshi jiaoyanzu 清华大j学中¤共@党Þ史v教Ð研ã组 (Groupe d’enseignement et de recherche de l’Université Qinghua sur l’histoire du parti communiste chinois) éd., Fufa qingong jianxue yundong shiliao 赴法里刀工俭字r运初ì史v料Æ (Matériaux historiques sur le mouvement de travail diligent et d’études frugales en France), Beijing, Beijing chubanshe 北足出版社, vol. 1, 1979, p. 255.

39 Ces chiffres sont extraits du tableau présenté dans Qinghua University Faculty Research Unit on the History of the Communist Party, op. cit., p. 254. Le même volume reproduit cependant un article du Chen bao 袁报 (Le Matin), daté du 3-8 avril 1921, qui souligne le fait que la majorité des ouvriers chinois étant illettrés, ils ne pouvaient ni lire ni comprendre le contenu du journal (p. 154).

40 Kaske E., « Mandarin, Vernacular, and National Language : China’s Emerging Concept of a National Language in Early Twentieth Century China », dans Lackner M. et Vittinghoff N., Mapping Meanings : The Field of New Learning in Late Qing China, Brill, Leiden, 2004, p. 278.

41 Ibid., p. 273 et p. 279.

42 En 1913, le Ministère chinois de l’Éducation organisa une Conférence pour la Standardisation de la Lecture des Caractères au cours de laquelle le zhuyin zimu, système de transcription visant à simplifier l’apprentissage du mandarin, fut créé (Kaske E., op. cit., p. 297). Ce système ne fut toutefois pas officiellement adopté comme alphabet phonétique national avant novembre 1918.

43 Huagong zazhi, no 10, 25 juillet 1917.

44 Dirlik A., op. cit., p. 272.

45 À titre d’exemple, une rubrique annonce en décembre 1917 une distribution de vêtements au Creusot de la manière suivante : « L’hiver arrive, la date de distribution approche. Tous les ouvriers chinois nouvellement arrivés au Creusot recevront un pantalon en laine neuf, 2 uniformes de travail en coton bleu, 3 paires de chaussettes, une paire de chaussures d’occasion et une veste d’occasion. Les ouvriers déjà présents depuis l’hiver dernier recevront un pantalon de laine neuf, 2 pantalons de coton bleu, 2 paires de chaussettes et une paire de chaussures d’occasion ». Huagong zazhi, no 16, 10 décembre 1917.

46 Huagong zazhi, no 1, 10 janvier 1917.

47 Huagong zazhi, no 6, 25 avril 1917.

48 Huagong zazhi, no 4, 25 mars 1917.

49 Huagong zazhi, no 19, 25 février 1918.

50 Huagong zazhi, no 13, 25 septembre 1917.

51 Huagong zazhi, no 15, 25 novembre 1917.

52 Huagong zazhi, no 2, 25 janvier 1917.

53 Huagong zazhi, no 3, 10 février 1917.

54 Huagong zazhi, no 14, 25 octobre 1917.

55 Huagong zazhi, no 7, 10 mai 1917.

56 À cet égard, L. Ma cite un chiffre intéressant sur des travailleurs chinois d’un camp des Vosges : 5 % d’entre eux étaient capables de lire la revue Huagong zazhi en mai 1917 ; ils étaient 30 % en mars 1918 (Ma L., op. cit., p. 110).

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Figure 1 : Couverture d’un numéro du Huagong zazhi.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/17055/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 263k
Bildunterschrift Figure 2 : Première page du no 1 du 10 janvier 1917 du Huagong zazhi.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/17055/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 326k

Autoren

Chargée de recherche au CNRS, GATE Lyon Saint-Etienne, UMR 5824, France

Maître de conférences, Université Lyon 2, France

Docteur en liguistique, retraitée.

© CNRS Éditions, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Freemium

open access

Angeboten von L’éditeur de ce site