Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le darwinisme social en France (1859-1918)

 | 
Jean-Marc Bernardini

Partie II. De 1859 à la fin du siècle : la mise en place d’une équation française du darwinisme social

Avant-propos

Texte intégral

11859-1878 : ce premier découpage chronologique permet de mieux saisir l’émergence du darwinisme social en France au regard des « rythmes » de l’histoire des sciences et de l’histoire des idées. 1859 inaugure cette période au motif que Darwin publie cette année-là son ouvrage princeps L’Origine des espèces (...)... en Angleterre il est vrai. Pour la France, il fallut attendre la traduction en 1862 de Clémence Royer laquelle non seulement était étrangère au sérail des naturalistes mais fut également une pionnière des utilisations sociales du darwinisme. Trois années d’attente donc où personne pratiquement ne se fit l’écho de la révolution naturaliste. Selon la périodisation d’Yvette Conry, à ce « temps du mépris » devait succéder le « temps des résistances » au darwinisme qui perdura jusqu’en 1878. Cette date constitue notre deuxième borne chronologique puisque la nomination de Charles Darwin, précisément cette année là, comme correspondant étranger de l’Académie des sciences de Paris, inaugure sa reconnaissance institutionnelle en France.

  • 1 Paul Bert (1833-1886), docteur en médecine et physiologiste, devait résumer en 1871, dans la rubri (...)

2Cette attention particulière sur ces premières vingt années, de la découverte à la reconnaissance d’une théorie ou d’une œuvre, semblait également pertinente pour des raisons afférentes à l’histoire des idées. D’une part ces années 1877 à 1879 signalent la fin de la gestation du système politique républicain. Il est institutionnalisé certes depuis 1875, mais il fallut quelques années et la démission de Mac Mahon en 1879 pour l’asseoir avec autorité. À partir de ce moment, les républicains avec Jules Grévy comme Président de la République tenaient la Chambre, le Sénat et la République. Ce fait n’est pas anodin pour ce qui nous concerne car ces républicains allait passer d’un scientisme programmatique1 à un scientisme en actes, c’est du moins ce que craignirent nombre des opposants à la République dont une fraction non négligeable du clergé catholique. De ce point de vue, la césure de 1878 fait encore sens car elle inaugure le pontificat de Léon XIII lequel se singularisa de son prédécesseur Pie IX par une ouverture au monde moderne plus importante et par une vue peut être moins négative du progrès scientifique.

Notes

1 Paul Bert (1833-1886), docteur en médecine et physiologiste, devait résumer en 1871, dans la rubrique scientifique du premier numéro du journal gambettiste La République française, l’enjeu politique de la science : « [...] La science qui est déjà la libératrice de la pensée humaine, aspire à devenir la régulatrice des sociétés [...]. La science qui remplace la croyance par la démonstration, la résignation par la lutte victorieuse et qui tend logiquement vers sa seule expression politique possible, la République ! [...] Il n’est pas jusqu’à la politique pure, abandonnant son empirisme grossier et déloyal qui ne doit être traitée scientifiquement, puisqu’elle n’est que l’ensemble des moyens propres à faire produire aux forces d’une nation leur maximum d’action. Ainsi par ses méthodes, par ses découvertes, par leur application, la science conquiert la direction intellectuelle de la société ». La République Française, numéro 28, 4 décembre 1871, p. 1. Paul Bert fut le préparateur de Claude Bernard au Collège de France en 1863. En 1868, il remplace Flourens à la chaire de physiologie comparée de la Sorbonne et Claude Bernard à sa chaire en Sorbonne en 1869... Il entra en politique après 1870. En 1872, il fut député républicain de l’Yonne, en 1881-1882, ministre de Gambetta de l’Instruction publique et en 1886, il est gouverneur civil de l’Annam et du Tonkin. Il fut l’éditeur de la Revue scientifique de 1879 à 1885.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site