Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale

 | 
Li Ma

Chapitre 4. La gestion des travailleurs chinois et leur vie au quotidien

Un quotidien violent ?

Réflexions sur les conditions de vie des travailleurs chinois en France pendant la Première Guerre mondiale

Céline Regnard

Résumé

Cet article a pour but de contribuer à une histoire du quotidien des travailleurs chinois de France pendant la Première Guerre mondiale. En mettant l’accent sur la violence dont ils sont alors les victimes mais aussi les acteurs, il s’agit d’essayer de comprendre la complexité des relations qui s’établissent entre eux, avec les administrations dont ils dépendent, avec les autres ouvriers ou encore avec la population française. Ce faisant, on entrevoit la dureté des conditions de leur séjour, mais aussi combien la violence qu’ils développent peut être facteur d’une réappropriation de leurs corps et de leurs destinées par delà les multiples injonctions auxquelles ils sont soumis.

Texte intégral

  • 2 Heam-Ogus T., Cent seize Chinois et quelques, Paris, Seuil, 2010, p. 25.

Il y avait des compagnonnages, mais aussi des conflits pas réglés, des rancœurs, des tranchées entre eux, ils savaient leurs vies plurielles, mais on les résumait à une irruption collective et homogène2.

  • 3 Et ce n’est pas le moindre mérite du présent colloque que d’y avoir très largement contribué.
  • 4 Nous considérerons comme violence toute manifestation de brutalité, morale ou physique. Ainsi, la x (...)

1L’histoire des travailleurs chinois en France pendant la Première Guerre mondiale, longtemps restée dans la confidentialité, est en passe d’être mieux connue, du moins pour ses grandes lignes et ses aspects factuels3. Pour autant, l’histoire du quotidien de ces hommes et de leurs conditions de vie reste très largement à écrire. C’est dans cette perspective que s’inscrit cette contribution, dont l’ambition est de percer à jour, à travers la thématique de la violence4, une partie de ces aspects apparemment prosaïques.

  • 5 Farge A., Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1989 et « Les archives du singulier. Quelques réflexi (...)
  • 6 Cette enquête est conservée pour partie à la Bibliothèque de Documentation Internationale Contempor (...)
  • 7 La Commission interministérielle de la main-d’œuvre (CIMO) ordonne les grandes lignes de l’embauche (...)

2Élargir le champ des connaissances suppose de mettre en œuvre des sources nouvelles, ou de lire d’un œil neuf celles qui sont déjà connues. Nous avons concilié ces deux approches. D’une part, nous avons travaillé à partir de sources judiciaires et policières, que nous avons utilisées dans leur vocation première : ces sources constituent un vivier d’information précieux lorsqu’il s’agit d’étudier le passé de ceux qui ne laissent pas de traces5. Les aspects conflictuels en constituent évidemment le cœur, mais elles renseignent aussi sur les relations entre les Chinois et la population française, sur leurs pratiques et habitudes, sur leurs conditions de vie et de logement. Nous avons en outre utilisé une enquête demandée par le ministère de l’Éducation nationale en 1920 afin de connaître l’opinion des instituteurs et élèves instituteurs sur les conséquences de la guerre dans l’Académie de Lille6. Nous avons complété ces sources par l’étude de coupures de presse régionale et nationale. D’autre part, nous avons remobilisé un certain nombre d’archives administratives, notamment des fonds de plusieurs ministères, et d’instances comme la CIMO et le STOC7.

3Nous voudrions ici mettre en évidence quelques-unes des multiples formes de violence qui marquèrent la vie des travailleurs chinois en France, et ainsi tester quelques hypothèses d’une recherche encore en cours. Il s’agira pour nous de montrer que les travailleurs chinois ont tout autant été des victimes que des acteurs dans ces conflits. Ainsi, nous serons amenés à nous interroger sur l’ambivalence de cette violence et sur son rôle dans un quotidien dont il n’est pas question de nier la dureté : quelle est la part d’impulsivité dans ces comportements violents et quelle est la part de calcul ? Notre ambition sera bien de dépasser l’image, sans doute juste mais réductrice, d’ouvriers chinois éternelles victimes de violences, et de montrer que le conflit est aussi, pour eux, une manière d’affirmer leur libre-arbitre dans un contexte qui tend à le leur nier.

4Quatre types de violence seront étudiés en fonction des protagonistes qu’elles mettent en scène : les violences entre Chinois, avec l’administration, envers les autres ouvriers et enfin avec les populations civiles qui les côtoient.

Des violences entre Chinois : l’exemple du crime d’Ollioules

  • 8 Nous transcrivons les noms chinois tels qu’ils figurent dans les archives.
  • 9 ADV, 2 U 735, procès-verbal de transport du juge d’instruction, 12/06/19. Ce groupement de travaill (...)
  • 10 La République du Var, 13/06/19.
  • 11 Il s’agit du groupement travaillant pour les établissements Keller et Leleux, voir Chen T., op. cit

5Le 9 juin 1919, un travailleur chinois du nom de Tsiao Joei Lin8 manque à l’appel du soir du groupement de travailleurs chinois de la Seyne-sur-mer9. Le 11 juin, en fin d’après-midi, deux ouvriers, attirés par l’odeur nauséabonde qui se dégage d’un petit poste de chasse maçonné situé à proximité d’un bois sur la commune d’Ollioules, au quartier de Piedardent, y pénètrent et découvrent le corps de l’ouvrier absent en état de décomposition avancé. La gendarmerie se voit alors saisie de l’affaire. Le lendemain, le juge d’instruction Charles Jacquot se rend sur les lieux, accompagné du substitut Fèvre et du légiste Guiol. Le juge et ses acolytes font ouvrir l’étroite cabane, découvrent le cadavre disposé face contre terre, la jambe et la main droite repliées sous le corps. La chaleur écrasante rend plus insupportable encore la puanteur qui en émane. On effectue le transport du corps à la lumière du jour, où il est constaté qu’un lien, rapidement identifié comme une partie de sa ceinture, est serré autour de sa gorge. Dans le cabanon où le sol est recouvert de paille, on ne relève aucune trace de lutte. La République du Var publie le lendemain un article relatant fidèlement les faits, et, devant l’absence d’information, n’écarte pas l’hypothèse d’un suicide10. En effet, les conclusions de l’autopsie, qui invalident cette thèse, ne sont pas encore publiques. Devant l’absence de piste, l’enquête s’enlise. Le 25 juillet, le groupement de travailleurs chinois quitte la Seyne-sur-mer pour Livet dans l’Isère11.

  • 12 ADV, 2 U 735, lettre de l’adjudant interprète Carret, au consulat de Chine à Paris, transmise au ju (...)
  • 13 Il prétend avoir été battu et forcé de signer une feuille blanche. Les résultats de l’enquête laiss (...)
  • 14 Ibid., dépositions de Li Tai Piao, Rho Tcheng, et Tchang Ngui Tching devant le juge de paix le 12/0 (...)
  • 15 La République du Var, 10/08/19.

6L’investigation est relancée par le témoignage accablant de l’adjudant-interprète Carret, commandant du groupement de la Seyne, qui, dans un courrier du 12 juillet, accuse le travailleur Sine Hai Chan, policier du groupement, d’avoir assassiné Tsiao Joei Lin afin de s’emparer de ses deux cents francs d’économies, ou plutôt, emporté par le dépit de ne point les lui avoir dérobés, puisqu’ils avaient été envoyés en Chine quelques jours auparavant12. Rapidement, Sine Hai Chan est arrêté au camp de Sainte-Marthe à Marseille, où il séjourne, sous le coup d’une mesure disciplinaire, en attente de son rapatriement. Dans des circonstances troubles, il a signé les aveux écrits de son crime13. Une fois ces confessions connues, le juge de paix de Toulon, agissant par délégation du juge d’instruction, obtient sans mal des témoignages accablants de la part de plusieurs ouvriers chinois, qui déclarent avoir vu Sine Hai Chan emporter le corps Tsiao Joei Lin vers les collines. Craignant l’accusé, qui faisait régner une discipline de fer dans le groupement, ils auraient gardé le silence par peur des représailles14. Ce rebondissement dans l’enquête est rapporté dès le 10 août par La République du Var qui, en plus d’affirmer que le mobile du crime n’est autre que l’argent, brosse un portrait bien noir de l’accusé : « C’est un individu dangereux qui doit avoir plus d’un méfait sur la conscience15. »

  • 16 Sur les archives judiciaires comme source voir : Chauvaud F., « La parole captive. L’interrogatoire (...)
  • 17 Parmi les mesures prises en 1919 figure à nouveau l’interdiction du jeu. Voir Xu Guoqi, China and t (...)
  • 18 Dupouy A., « Un camp de Chinois », La Revue de Paris, novembre 1919, p. 146-162, p. 151.

7Voilà donc un groupement de travailleurs chinois où l’on tue pour de l’argent, et où la terreur qu’inspire un policier engendre un silence collectif. Sans omettre la lecture critique de cette source judiciaire, où les témoignages se contredisent et où il ne fait pas de doute qu’une part de mensonge se glisse, quelques éléments subsistent avec certitude16. Tout d’abord, il semble unanimement attesté que les ouvriers chinois jouent de l’argent, ce qui est corroboré par de nombreux témoignages et fait d’ailleurs partie des points sur lesquels les administrations françaises et britanniques focalisent leur attention afin d’éviter les désordres qui pourraient en découler. La réglementation très stricte mise en place par les Britanniques au cours de l’année 1919 montre par ailleurs l’aspect récurrent de ces problèmes de maintien de l’ordre17. Mais force est de constater que ces préoccupations ne parviennent pas à endiguer une pratique très répandue, qui entraîne un racket sur les mises de la part des policiers chinois, et des violences entre les joueurs. En novembre 1919, dans La Revue de Paris, A. Dupouy décrit cette habitude dans son tableau d’un camp de Chinois près de Rouen : « Ce sont, nous est-il dit, d’effrénés joueurs. Ils misent des sommes assez rondes, et perdent parfois plus que leur mise. Cela fait des dettes, des créances, des querelles aussi ; et la police des jeux serait la principale affaire des policiers – qui sont Chinois – s’ils n’étaient aussi joueurs que les autres18. »

8La violence qui a précédé le meurtre d’Ollioules semble donc être le lot commun des Chinois dans la plupart des groupements de travailleurs. La somme rondelette accumulée par Tsiao Joei Lin a-t-elle contribué à en faire une victime offerte à la cupidité de l’accusé ? L’hypothèse est plausible, tout comme celle du racket de Sine Hai Chan sur les gains de jeu.

  • 19 ADV, 2 U 735, rapport médical du docteur Guiol, 17/08/19.
  • 20 ADV, 2 U 117, arrêt de la cour d’assises, 15/04/20.

9En outre, bien qu’on ne puisse le prouver, il est fort probable que Sine Hai Chan ait été battu – pour le faire avouer ou par simple vengeance – comme l’atteste un rapport médical détaillant des stigmates de violences19. Cet accusé incarne bien la complexité des phénomènes de violence dans le quotidien des travailleurs chinois : à la fois auteur et victime de brutalités, personnage aux multiples facettes, il laissera perplexe la justice française. Travaillant pour une compagnie privée, Sine Hai Chan est, d’après son contrat, justiciable des tribunaux civils. La cour d’assises du Var, qui le juge en avril 1920, prononce son acquittement, au nom des doutes subsistant quant à sa culpabilité20.

10Les relations entre Chinois, si elles ne sont pas exemptes de solidarité et de camaraderie, présentent donc aussi des aspects moins glorieux, mais non dénués d’importance, qu’omettent la plupart des récits de leur présence en France. Le jeu, pratique culturelle fondamentale pour ces ouvriers, est aussi l’occasion de gagner des sommes importantes qui leur permettent d’améliorer l’ordinaire au camp ou d’envoyer davantage d’argent à leurs familles. À travers les violences liées aux jeux, on perçoit donc un aspect plus humain de ces travailleurs chinois qui, en plus d’être des ouvriers soumis aux exigences des administrations militaires, n’en sont pas moins dotés de pulsions, et mettent en place des stratégies individuelles de réussite malgré un quotidien strictement normé.

Face à l’administration : souffrances, indocilité, résistance

  • 21 Il convient en effet de mentionner que le statut des Chinois sous commandement français ou britanni (...)
  • 22 Dornel L., « Les usages du racialisme. Le cas de la main-d’œuvre coloniale en France pendant la Pre (...)
  • 23 Dans une bibliographie abondante, nous renvoyons sur la notion de violence de guerre à Audoin-Rouze (...)
  • 24 Celle-ci constitue d’ailleurs une entorse au contrat signé par les travailleurs chinois et l’admini (...)

11Les relations qui existent entre les administrations militaires, françaises britanniques et américaines, et les travailleurs chinois, sont marquées par diverses formes de violence (des privations à la brimade en passant par la malnutrition) bien que le statut des travailleurs diffère d’une administration à l’autre21. La conception administrative de cette main-d’œuvre en termes raciaux est profondément dégradante et procède par ailleurs d’un racialisme prégnant22. Cette violence protéiforme, inhérente au contexte de guerre23, n’épargne d’ailleurs aucun acteur du conflit, et, a fortiori, pas les Chinois : des conditions de vie aux conditions de travail, une discipline militaire leur est imposée24.

  • 25 BDIC, F Δ res 798 (114), Fonds Ligue des droits de l’homme.
  • 26 Ibid., lettre du ministère de la Guerre à M. Buisson, Député, Président de la Ligue Française pour (...)
  • 27 AN, F14 331, circulaire du ministère de la Guerre, 01/03/18.
  • 28 Xu Guoqi, op. cit., p. 137.

12Outre l’existence de ces violences matérielles, morales ou intellectuelles, il est par ailleurs attesté que la hiérarchie militaire chargée d’encadrer les travailleurs chinois se livre à des violences physiques pour se faire obéir, pour faire respecter l’ordre, ou par simple abus d’une situation de pouvoir où l’incompréhension mutuelle et le manque de cadres sont propices au surgissement de conflits. Parmi de nombreux témoignages évoquant de ces pratiques, retenons la forme collective et solennelle de « L’Appel des ouvriers chinois en France » transmis en 1919 aux autorités françaises et à la Ligue des Droits de l’Homme. On peut y lire : « Dès notre embarquement nous fûmes maltraités. […] Pour ne pas subir les coups de fouets et afin de trouver du bois, nos pauvres et peureux ouvriers durent dans la nécessité, un jour, de rapporter des traverses de chemin de fer25 ! » Face à ces accusations l’administration militaire se défend : « Tout acte de brutalité a toujours été sévèrement interdit et il était expressément recommandé de traiter les ouvriers chinois avec considération et de s’occuper de leur bien être26. » En effet, du côté français, afin de couper court aux violences disciplinaires dont divers rapports se font l’écho, de l’embarquement jusqu’au séjour en France, le président du Conseil adresse une circulaire adressée aux commandants régionaux et locaux des groupements, le 1er mars 1918. Le message est limpide, et ne laisse aucun doute quant à l’existence des abus qu’il tente d’endiguer : « Il m’a été rendu compte que des travailleurs coloniaux chinois avaient été victimes des brutalités de la part du personnel d’encadrement des unités ou groupements. Il ne devrait pas être nécessaire d’appeler l’attention sur le caractère inadmissible d’actes de cette nature, leur gravité, les conséquences qu’ils peuvent avoir27. » L’interdiction de l’utilisation de la cravache et du bâton est réaffirmée ; des sanctions sévères sont promises. En effet, l’administration française se trouve dans une situation délicate vis-à-vis de la Chine. Celle-ci, qui apporte sa contribution à l’effort de guerre tout en n’y étant pas obligée par soumission coloniale, pourrait s’offusquer de ce manque de respect des contrats de travail. En 1917, le gouvernement chinois envoie d’ailleurs des enquêteurs en France afin de constater les abus dont sont victimes les ouvriers. Mais les intérêts chinois semblent de peu de poids face à la puissance des Alliés28.

  • 29 Service historique de la défense - Département armée de terre (SHD-DAT), 7 N 1297 : « Proclamation (...)
  • 30 Ibid., p. 135.

13Les Britanniques ne s’embarrassent pas de tels scrupules. Employant les Chinois pour des besognes militaires, ils en attendent logiquement « le respect et l’obéissance29 ». D’une façon générale, leur attitude est largement plus brutale à l’égard des ouvriers, qu’ils recrutent sans l’intermédiaire de syndicats, à des salaires inférieurs à ceux qu’offre la France, et selon les termes d’un contrat militaire, moins avantageux. Ils matent sans ménagement la moindre révolte, certains Chinois le payant de leur vie. Ainsi, par exemple le 10 octobre 1917, le jour de la fête nationale chinoise, un groupement de travailleurs refuse de se rendre au travail. L’officier donne l’ordre de tirer, provoquant la mort de cinq hommes et en blessant quatorze30.

14Sans omettre ces faits, tentons d’élargir la focale par l’analyse d’une violence multidimensionnelle. À ces brimades disciplinaires sont en effet articulés, comme cause ou comme conséquence, des comportements violents de la part des ouvriers. On peut les répartir en deux types d’attitude.

  • 31 Live Y. S., op. cit., p. 112, et Fournier N., Les travailleurs chinois à Dunkerque entre 1917 et 19 (...)

15Certains événements provoquent tout d’abord des violences que l’on pourrait qualifier de « réactives » de la part des Chinois. Épidermiques, dictées par la colère ou par la peur, elles se caractérisent par l’absence de concertation collective. Face à bien des événements ou des contraintes, les Chinois se montrent indociles, et cette indocilité peut se manifester, outre par la grève, dans une réaction violente. Les Chinois de Dunkerque, effrayés par les bombardements allemands incessants, refusent d’aller travailler en septembre 1917. L’armée, envoyée pour les déloger des baraquements où ils étaient retranchés, est accueillie par une pluie de pierres, de briques et d’outils, provoquant des morts et des blessés dans les deux camps. Une situation similaire s’était produite quelques mois avant à Firminy en janvier 191731.

16Les ouvriers chinois ne sont pas non plus passifs devant les violences qu’ils subissent de la part de leur encadrement. En janvier 1918, sur le port de Rouen, éclate un incident significatif. Le sous-lieutenant commandant le groupement des travailleurs chinois rapporte :

  • 32 AN, F14 11331, rapport du sous-lieutenant Tourret, commandant le groupement des travailleurs chinoi (...)

À un moment donné, un travailleur chinois voulut se coucher dans un wagon. Les soldats de l’Intendance (quatre) chargés de l’arrimage des caisses voulurent le forcer à descendre et à reprendre son travail. Le Chinois fut bousculé par un des soldats et riposta par un coup de pied sur la cuisse de celui-ci. Les militaires voyant l’agression dont leur camarade était l’objet intervinrent pour le défendre. À ce moment, dix des Chinois de l’équipe se précipitèrent au secours de leur camarade […]. Quelques minutes plus tard, le Chinois qui avait été bousculé dans le wagon (11355) cessant sa poursuite, revint sur ses pas et sans provocation aucune, s’armant d’un gros bâton se mit à frapper un autre soldat resté à son travail en appelant ses camarades à son aide. Le soldat fut littéralement roué de coups et eut juste le temps de se réfugier au poste de police des Douanes32.

17La scène ne s’arrête pas là : les Chinois vont chercher du renfort au camp voisin, et le groupe, armé de bâtons, revient assaillir le poste de police. Entre-temps, des civils s’arment et interviennent dans la « mêlée ». L’émeute n’est interrompue que lorsque les assaillants sont en joue des fusils des forces de l’ordre.

  • 33 AN, F14 11331, lettre de l’ingénieur chef Clavel au préfet de la Gironde, 02/02/18.

18La violence est donc une réponse à une situation d’oppression. Mais elle représente également un moyen, pour les Chinois, d’arriver à leurs fins. L’incident de Rouen est significatif de cette ambivalence. D’une réaction impulsive dans un premier temps, on bascule à une émeute où des leaders se dégagent et où une stratégie collective se dessine. Rapidement, les Chinois semblent prendre conscience que le désordre est une arme dans le bras de fer qui les oppose à leur hiérarchie. Gênée dans son objectif de rentabilité, soucieuse des apparences et du bon fonctionnement général du travail des étrangers, l’administration militaire dévoile ainsi une faille que les travailleurs chinois utilisent à plusieurs reprises. Les manifestations violentes à propos de la nourriture nous en fournissent un exemple. Le 2 février 1918, l’ingénieur en chef écrit au préfet de la Gironde pour lui signaler que le contrat des ouvriers chinois prévoit « la fourniture à chaque travailleur de 1 000 grammes d’un mélange de farine brute de froment et de sorgho destiné à la fabrication du pain chinois », mais il insiste sur les difficultés rencontrées pour l’alimentation des ouvriers. L’employeur leur a d’abord fourni du pain français (750 grammes) puis, « le 17 janvier, en raison de la pénurie de farine, cette ration a été réduite à 600 grammes, moyennant des substitutions ». Il ajoute : « Il en est résulté une agitation parmi les Chinois, agitation qui n’a pu être calmée qu’à grand peine ». Redoutant le pire, il souligne : « Aujourd’hui, en exécution d’un arrêté préfectoral, cette ration doit être réduite à 300 grammes. Il ne manquera pas d’en résulter de l’effervescence chez les Chinois […]. Il peut en résulter des troubles sérieux ». L’ingénieur en chef conclut : « Je vous prie […] de bien vouloir donner les instructions pour que la ration de 600 grammes de pain soit maintenue aux Chinois33. » Dans ce cas précis, l’agitation ne donne pas lieu à des violences envers les forces de l’ordre, puisqu’elle reste à l’état de menace. Néanmoins, en tant que telle, elle pousse l’ingénieur à prendre fait et cause pour eux.

  • 34 Xu Guoqi, op. cit., p. 133.
  • 35 AD BDR, 4 M 939, fiches signalétiques de recherche concernant les travailleurs coloniaux en rupture (...)

19Enfin, la violence est aussi, pour les ouvriers chinois, un moyen de recouvrer leur liberté. Xu Guoqi mentionne le cas des ouvriers sous commandement anglais fuyant pour rejoindre des camps sous administration française, où la vie est réputée moins dure34. Côté français, il existe des traces attestant la fréquence des évasions et de manifestations de brutalité les ayant facilitées. Dans les avis de rupture de contrat conservés à Marseille pour le mois de mai 1920, on peut lire par exemple : « A quitté le cantonnement à la suite d’un attentat sur un interprète chinois (décédé des suites de ses blessures) » ; ou encore : « A échappé en cours de route au soldat chargé de le ramener au dépôt35. »

20Dans le face à face avec les administrations militaires qui les encadrent, se révèlent les aspects d’une violence prégnante mais protéiforme. Les ouvriers chinois sont bien des victimes, pas toujours passives, de conditions de vie et d’une discipline violente. À travers leurs réactions, impulsives ou organisées, se dessine une affirmation et une réappropriation momentanée ou durable de leurs destinées.

Le monde ouvrier, un univers de tensions

  • 36 AN, 94 AP 135, note relative au recrutement de la main-d’œuvre étrangère coloniale et chinoise, 16/ (...)
  • 37 Elle est d’ailleurs attestée dans au moins un cas : en 1920, les ouvriers des usines de gaz parisie (...)
  • 38 Xu Guoqi, op. cit., p. 117

21Dès la formulation du projet d’acheminement d’ouvriers chinois en France pour contribuer à l’effort de guerre, le monde ouvrier français, la CGT en tête, exprime son scepticisme, voire son opposition36. L’argument principal repose sur la peur de la concurrence que risquent de représenter ces ouvriers étrangers sur le marché du travail français, à court ou à long terme. L’utilisation des Chinois comme briseurs de grève est également redoutée37. Ceci explique que les autorités françaises renoncent, dans un premier temps, à leur venue38. Quand elles se trouvent acculées à la nécessité de remplacer les bras manquants, elles prennent soin d’établir un contrat très avantageux, mettant les ouvriers chinois sur un pied d’égalité théorique avec les ouvriers français, et se montrent scrupuleusement préoccupées du contrôle et du retour des Chinois une fois le conflit terminé.

  • 39 Horne J. « Immigrant workers in France during World War I », French historical studies, 1985, no 14 (...)
  • 40 AN, F14 11331 : lettre du président du Conseil au ministre de la Guerre, 24/04/19.

22Malgré ces précautions, l’administration française ne peut endiguer des réactions d’hostilité sur le terrain. Ainsi, les Chinois, comme les ouvriers coloniaux ou étrangers en général, se trouvent-ils en butte à l’animosité des ouvriers français39. En avril 1919, des incidents éclatent sur le port de Rouen, à propos desquels le président du Conseil écrit : « Je crois devoir ajouter que si les travailleurs chinois employés au Port de Rouen n’ont pas toujours donné satisfaction dans l’exécution du travail qui leur a été confié, cela tient, en grande partie, à l’hostilité à laquelle ils ont été en butte, de la part de nombreux dockers ou chefs de chantiers, qui les ont traités sans ménagement40. » Les conflits n’éclatent pas qu’avec la hiérarchie ou envers des ouvriers plus qualifiés craignant une dévalorisation de leur statut. En 1916, des événements violents se déroulent dans les usines Schneider au Creusot et sont signalés au ministre de la Guerre. Dans le rapport de l’officier de service, on peut lire :

  • 41 AN, 94 AP 120 : message téléphonique du général commandant la 8e région au ministre de la Guerre, 2 (...)

Je vous rends compte que hier vers 17 h 30 une risque [sic] a eu lieu entre ouvriers français et chinois travaillant aux usines Schneider au Creusot, au cours de laquelle 2 Chinois ont été gravement blessés, l’un à la tête par une balle de revolver, l’autre le poumon perforé par coups de couteau […]. Cet incident a produit grande effervescence dans le camp contenant 600 ouvriers chinois, lesquels sont rentrés dans l’ordre qu’à l’arrivée de la troupe. Mesures sont prises pour éviter incident41.

  • 42 Xu Guoqi, op. cit., p. 147 et suivantes.

23La peur de la concurrence salariale, réelle dans le cas des Chinois employés par l’armée britannique, donne donc naissance à des incidents violents au cours desquels les parties en présence affichent ouvertement une solidarité nationale. Xu Gioqi va même jusqu’à attribuer l’éveil d’une conscience nationaliste chez les ouvriers chinois lors de leur séjour en France42. Sans nous prononcer sur cette question qui outrepasse nos préoccupations, nous noterons que les relations entre ouvriers français et chinois sont parfois tendues, ce qui n’empêche pas, bien entendu, les manifestations de solidarité et la propagation d’un certain nombre d’idées politiques.

  • 43 AN, 94 AP 134 : note au sujet des travailleurs coloniaux et des bataillons d’étapes, 16/01/17.
  • 44 AN, 94 AP 348 : messages téléphoniques de la 13e région au ministère de l’Armement 30/04 et 01/05/1 (...)
  • 45 ADV, 2 U 735 : interrogatoire de Sine Hai Chan, tribunal de Toulon, 25/08/19.

24Mais les Chinois ne sont pas que des victimes passives de la violence ouvrière. Leurs relations avec les Français ainsi que les autres travailleurs étrangers ou coloniaux présents en France durant la guerre sont marquées par une certaine agressivité. Si l’on note quelques heurts avec des ouvriers italiens à la poudrerie d’Oissel au début de l’année 191743, c’est avec les ouvriers maghrébins que les rapports semblent les plus tendus. En 1917, à Unieux, éclate une rixe particulièrement violente. Le 1er mai, un Kabyle renverse une brouette de cendres chaudes sur les pieds d’un Chinois, ce qui donne lieu à une mêlée générale lors de laquelle deux Kabyles sont grièvement touchés, un Chinois trouve la mort et vingt-cinq autres sont blessés. Le lendemain, le message suivant parvient au ministre : « le général demande que des mesures soient prises d’urgence, pour que les Chinois et les Kabyles et d’une manière générale les travailleurs de la main-d’œuvre étrangère soient dorénavant séparés autant que possible44. » Autre indice de cette hostilité : dans l’enquête sur le meurtre d’Ollioules en 1919, l’accusé, sommé d’émettre une hypothèse sur l’auteur du meurtre, déclare au juge d’instruction : « Il n’y aurait rien d’étonnant à ce que le crime ait été commis par des Arabes dont le camp est voisin45. » Ainsi, à plusieurs reprises, des incidents entre Chinois et Maghrébins sont signalés au cours des années 1916 à 1919.

  • 46 Dornel L., op. cit. p. 54.
  • 47 AN, F14 331 : note de la direction de l’intendance, 18e région, au ministre de la Guerre, 21/03/18.
  • 48 Dupouy A., op. cit., p. 147 et p. 152

25L’interprétation d’une telle hostilité n’apparaît pas aisée, et elle est, très probablement, multifactorielle. Il est fort possible tout d’abord que ces incidents relèvent de dissensions ethniques et religieuses. Les tensions entre musulmans et non-musulmans sont fréquentes en Chine. Par ailleurs, les Chinois, du fait de leur contrat, sont sans doute conscients d’avoir un statut privilégié au sein de la main-d’œuvre étrangère en France. Il est probable qu’ils supportent mal d’être mis en concurrence avec les Kabyles, qui sont des coloniaux. Or, aux yeux de l’administration française, les deux « races » possèdent des qualités proches, ce qui les rend interchangeables46. En 1918, le général commandant la 18e région ne stipule-t-il pas dans une note officielle : « En raison des travaux pénibles auxquels seraient employés ces travailleurs (relevage sur les quais) il y aurait intérêt à ce que ce soit de préférence des Kabyles ou des Chinois du Nord47 ? » Cette intériorisation chez les travailleurs chinois d’une certaine forme de supériorité au sein de la main-d’œuvre étrangère, et surtout vis-à-vis des coloniaux, est sous-entendue par A. Dupouy dans sa description des Chinois de Rouen en 1919 : « Nos Chinois, dès le premier jour, furent à Rouen comme chez eux. Ou plutôt non : comme en pays conquis. Exactement comme certains Parisiens débarqués en province, décidés à s’égayer de tout ; ou peut-être comme certains Occidentaux débarqués en Chine » note-t-il avec étonnement. Il poursuit : « L’irrévérence qui m’avait frappé dans la rue, je la retrouve ici. À peine l’un ou l’autre se lève-t-il devant le gradé qui nous accompagne. Je pense aux Arabes que j’ai vus, jadis, en Algérie, hommes du douar autant que tirailleurs, vieillards et enfants, toujours prêts à joindre les talons et à porter la main à la chéchia quand passe un officier48. »

26Concurrence ou xénophobie, quelle que soit l’explication qu’on leur donne, les manifestations de violence de la part des Chinois envers les autres ouvriers, français ou étrangers, sont bien réelles. Elles contribuent à complexifier la lecture de leur quotidien : en plus d’avoir été victimes d’un rejet évident de la part des autres ouvriers, ils se comportent eux-mêmes de cette façon. Comment l’expliquer ? La naissance d’une prise de conscience d’un destin commun et d’une certaine supériorité raciale n’est sans doute pas à exclure.

La fragilité des liens : les travailleurs chinois dans la société française

  • 49 Le Naour J.-Y., Misères et tourments de la chair durant la Grande Guerre. Les mœurs sexuelles des F (...)
  • 50 Sur ce point voir entre autres Chen T., op. cit., p. 154-155 ; Live Y. S., « Les travailleurs chino (...)
  • 51 La hantise de l’apparition d’une sexualité entre Chinois et Françaises repose à la fois sur le tabo (...)
  • 52 BDIC, La Guerre dans le Ressort de l’Académie de Lille 1914-1920, FD 1126 B 005, Abbeville et FD 11 (...)

27Malgré toutes les tentatives des administrations françaises et britanniques pour cantonner les Chinois dans leurs camps, des liens ne manquent pas de s’établir avec le reste de la société française. De nombreuses sources attestent la présence de Chinois dans les cafés, dans les maisons closes, dans les villages et les villes à proximité de leurs campements49. La volonté d’importer de la main-d’œuvre tout en laissant la société d’accueil indemne de sa présence s’avère ainsi totalement illusoire. Après la guerre, certains Chinois épousent des Françaises, et constituent la première colonie chinoise d’importance dans le pays50. Malgré la hantise du métissage, découlant directement de présupposés racistes forts, des liens durables s’établissent donc entre Chinois et Françaises51. Outre les aspects affectifs et sexuels, la culture locale se trouve marquée d’une empreinte chinoise dans les régions où les travailleurs séjournent. Dans l’enquête diligentée par le ministère de l’Éducation nationale en 1920 dans l’Académie de Lille figure une question intéressante sur les éventuels mots étrangers entrés dans les parlers locaux à la suite de la présence de troupes étrangères en France. Deux institutrices mentionnent quelques « mots Chinois » encore utilisés dans la région52.

  • 53 Ibid., FD 1126 B 005, Abbeville.
  • 54 Ibid.

28D’une certaine façon, les violences et les différentes formes de rejet ne sont pas surprenantes. L’affection ou l’aversion ne sont que deux aspects apparemment contradictoires de la réalité complexe des rapports à la société française. Au sein des populations qui côtoient les Chinois, les sentiments à leur égard sont profondément ambivalents. Admiration, pitié, attirance et répulsion se mêlent dans un discours qui n’est que très rarement exempt des présupposés racistes de l’époque. Sous la plume des instituteurs, les Chinois apparaissent tantôt comme des victimes de violences et de quolibets : « Ils se promenaient dans les rues, s’arrêtaient souvent devant la porte de l’école, riant béatement des jeux des petites filles qui s’éloignaient en disant : “comme ils sont laids !”53 » lit-on ; mais aussi comme des fauteurs de troubles : « Quant aux Chinois et aux Hindous, ils étaient plus brutaux, plus rudes et les crimes qu’ils ont commis les firent détester. Dès que les enfants voyaient un Chinois ils avaient peur »54.

29Incompris, rejetés, les Chinois font aussi preuve d’animosité envers les populations locales. En mai 1918, de graves incidents se produisent à la Seyne-sur-Mer, à proximité du groupement de travailleurs chinois employés par la Société des Forges et Chantiers de la Méditerranée. Le rapport de police mentionne :

  • 55 ADV, 2 R 20, le commissaire de police à M. le préfet du Var 14/05/18.

Les causes premières sont mal définies, plusieurs rixes ont éclaté presque simultanément, les renseignements recueillis se contredisent et les témoins font défaut, personne ne sait ou ne veut rien dire de précis. Vers 8 heures 15 une querelle s’éleva entre un Chinois et un Européen près des baraquements chinois du quai Hoche, l’intervention d’un interprète mit fin à cette scène. Mais vers cette même heure sur le quai du Port une autre querelle s’éleva entre quelques Chinois et des jeunes gens pour un motif inconnu ; d’autres Chinois ayant appris la chose à leur cantonnement arrivèrent au secours de leurs coreligionnaires55.

  • 56 Ibid.

30Qui des Seynois ou des Chinois est à l’origine de ces violences ? L’embarras du commissaire de police est significatif d’une hostilité sourde et partagée. Quoi qu’il en soit, la scène manque de tourner au massacre, et les Chinois, retranchés dans leur camp, ne doivent leur salut qu’à l’intervention des forces de l’ordre. Le commissaire conclut son rapport en indiquant qu’« une bonne partie de la population civile se montre assez hostile à l’élément Chinois, [et qu’] il ne serait pas étonnant de ce fait que, sans prendre la proportion de gravité des événements d’hier des rixes aient tendance à éclater par la suite entre ces indigènes et les Européens »56.

  • 57 Dornel L., La France hostile. Socio-histoire de la xénophobie en France (1870-1944), Hachette-litté (...)

31Dans un contexte économique et social tendu, il est classique de constater un sursaut des attitudes xénophobes57. Si le rejet raciste est davantage perceptible de la part des Français, il convient pourtant de ne pas omettre l’agressivité des Chinois, sans doute en partie liée aux moqueries et à l’hostilité dont ils sont victimes.

  • 58 Wieviorka M., La violence, Paris, Balland, 2004.

32Souligner la fréquence, l’ambivalence et la multiplicité des formes de violence qui émaillent le quotidien des travailleurs chinois, c’est donc, d’une certaine façon, orienter les regards vers une histoire qui tienne compte de leur capacité à agir en tant qu’individus et en tant que groupe. Qu’elle soit verbale ou physique, la violence est une manifestation de la subjectivité58. À ce titre, l’existence même de tels comportements de la part des Chinois constitue une insurrection, consciente ou non, contre la volonté des administrations militaires d’en faire des « corps-machines ». Leur corps, investi d’une ambition économique et politique, est également un instrument de résistance à celle-ci.

  • 59 Pour une synthèse : Vandroy-Fraigneau M.-A., « Les résistances à l’autorité », Hypothèses, 2003, no(...)
  • 60 Kamenarovic I.-P., Le conflit : perceptions chinoise et occidentale, Paris, éd. du Cerf, 2008, p. 5 (...)

33Si l’on retrouve des comportements semblables dans toutes les situations d’oppression ou presque59, il convient de souligner les spécificités de notre objet d’étude. Elles sont, pour une grande partie d’entre elles, d’ordre culturel, mais tiennent également au contexte intellectuel et politique de l’époque. On peut tout d’abord noter que le conflit revêt une dimension singulière dans la pensée chinoise. L’autorité n’étant pas considérée comme un principe divin ou transcendant, mais comme transitoire, il est dans l’ordre des choses qu’elle soit contestée et renversée, fut-ce violemment, si elle est considérée comme injuste60. L’âpreté avec laquelle les Chinois présents en France défendent, à plusieurs reprises, les termes de leur contrat, peut sans doute s’expliquer par ce trait spécifique de leur culture. Par ailleurs, bien de leurs réactions violentes sont à mettre en lien avec une certaine image d’eux-mêmes. Conscients de ne pas appartenir à l’univers des coloniaux et d’avoir été engagés par contrat, ils s’insurgent contre la trahison dont ils s’estiment victimes. Ce faisant, ils se montrent à la fois acteurs et victimes des préjugés raciaux de l’époque qui les placent bien en dessous des puissances occidentales.

Bibliographie

Bibliographie

Archives

Archives nationales (AN)

Archives départementales du Var (ADV) et aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône (AD BdR)

Département de l’Armée de Terre (SHD-DAT)

Références bibliographiques

Charle C., Histoire sociale, Histoire globale, Paris, Éditions de la maison des sciences de l’homme, 1993.

Audoin-Rouzeau S., Becker A., Ingrao C., Rousso H. (dir.), La violence de guerre 1914-1918. Approche comparée des deux conflits mondiaux, Bruxelles, Complexe, 2002.

Chen T., Chinese Migrations with special reference to labor conditions, Washington, Government Printing Office, 1923.

Dornel L., « Les usages du racialisme. Le cas de la main-d’œuvre coloniale en France pendant la Première Guerre mondiale » Genèses, no 20, septembre 1995, p. 48-72.

Farcy J.-C., « Les archives judiciaires et l’évolution de la recherche en histoire contemporaine », La Gazette des Archives, no 58-59, 1992, p. 251-261.

Fournier N., Les travailleurs chinois à Dunkerque entre 1917 et 1921, Ville de Dunkerque, 2005.

Heam-Ogus T., Cent seize Chinois et quelques, Paris, Seuil, 2010.

Horne J. « Immigrant workers in France during World War I », French historical studies, 1985, no 14, p. 57-88.

Kamenarovic I.-P., Le conflit : perceptions chinoise et occidentale, Cerf, 2008.

Le Naour J.-Y., Misères et tourments de la chair durant la Grande Guerre. Les mœurs sexuelles des Français 1914-1918, Paris, Aubier, 2002.

Live Y. S., « Les travailleurs chinois et l’effort de guerre », Hommes et migrations, no 1148, novembre 1991, p. 12-15.

Regnard C., Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société 1851-1914, Rennes, PUR, 2009.

Taguieff P.-A., La Force du Préjugé. Essai sur le racisme et ses doubles, Paris, La Découverte, 1987.

Vandroy-Fraigneau M.-A., « Les résistances à l’autorité », Hypothèses, 2003, no 1, p. 201-213.

Xu Guoqi, China and the Great War. China’s pursuit of a new national identity and internationalization, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.

Notes

2 Heam-Ogus T., Cent seize Chinois et quelques, Paris, Seuil, 2010, p. 25.

3 Et ce n’est pas le moindre mérite du présent colloque que d’y avoir très largement contribué.

4 Nous considérerons comme violence toute manifestation de brutalité, morale ou physique. Ainsi, la xénophobie sera considérée comme une forme de violence dans cette contribution.

5 Farge A., Le goût de l’archive, Paris, Seuil, 1989 et « Les archives du singulier. Quelques réflexions à propos des archives judiciaires comme matériau de l’histoire sociale », dans Charle C., Histoire sociale, Histoire globale, Paris, Éditions de la maison des sciences de l’homme, 1993 ; Farcy J.-C., « Les archives judiciaires et l’évolution de la recherche en histoire contemporaine », La Gazette des Archives, no 58-59, 1992, p. 251-261. Les sources que nous avons mobilisées sont pour l’essentiel conservées aux Archives départementales du Var (ADV) et aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône (AD BdR).

6 Cette enquête est conservée pour partie à la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC).

7 La Commission interministérielle de la main-d’œuvre (CIMO) ordonne les grandes lignes de l’embauche des Chinois pour la France à partir de 1916. Le Service de la main-d’œuvre coloniale et chinoise (SOTC) en dépend. Il gère spécifiquement la main-d’œuvre coloniale et chinoise.

8 Nous transcrivons les noms chinois tels qu’ils figurent dans les archives.

9 ADV, 2 U 735, procès-verbal de transport du juge d’instruction, 12/06/19. Ce groupement de travailleurs, sous commandement français, n’est pas celui qui est employé aux Forges et Chantiers de la Méditerranée en 1919, ni celui de Toulon (Arsenal maritime) ou de Carnoules (Compagnie Paris-Lyon-Méditerranée) Chen T., Chinese Migrations with special reference to labor conditions, Washington, Government Printing Office, 1923, p. 146. Il s’agit certainement d’un petit groupement temporaire rattaché à celui de Carnoules, également utilisé par la Compagnie PLM pour travailler sur les voies de la gare de la Seyne-sur-mer. Cf. Centre des Archives du Monde du Travail (CAMT), 77 AQ 286 fo 399.

10 La République du Var, 13/06/19.

11 Il s’agit du groupement travaillant pour les établissements Keller et Leleux, voir Chen T., op. cit.

12 ADV, 2 U 735, lettre de l’adjudant interprète Carret, au consulat de Chine à Paris, transmise au juge d’instruction et livret d’ouvrier de Tsiao Joei Lin, 12/07/19. En raison de l’insuffisance de l’encadrement militaire des groupements de travailleurs chinois et de la pénurie fréquente d’interprêtes, certains travailleurs sont désignés par les employeurs pour contribuer au maintien de l’ordre parmi leurs compatriotes. Qualifiés de « policiers », ils sont mieux payés que les ouvriers pour une tâche moins rude.

13 Il prétend avoir été battu et forcé de signer une feuille blanche. Les résultats de l’enquête laisseront toujours planer un doute sur la nature de ces aveux. Cf. ADV, Interrogatoires de Sine Hai Chan les 25/08/19 et 29/10/19.

14 Ibid., dépositions de Li Tai Piao, Rho Tcheng, et Tchang Ngui Tching devant le juge de paix le 12/09/19.

15 La République du Var, 10/08/19.

16 Sur les archives judiciaires comme source voir : Chauvaud F., « La parole captive. L’interrogatoire judiciaire au xixe siècle », Histoire et archives, no 1, janvier-juin 1997, p. 33-60 ; et Martin J.-C., « Violences sexuelles, étude des archives judiciaires, pratiques de l’histoire. », Annales HSS, no 3, 1996, p. 643-661.

17 Parmi les mesures prises en 1919 figure à nouveau l’interdiction du jeu. Voir Xu Guoqi, China and the Great War. China’s pursuit of a new national identity and internationalization, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, p. 134.

18 Dupouy A., « Un camp de Chinois », La Revue de Paris, novembre 1919, p. 146-162, p. 151.

19 ADV, 2 U 735, rapport médical du docteur Guiol, 17/08/19.

20 ADV, 2 U 117, arrêt de la cour d’assises, 15/04/20.

21 Il convient en effet de mentionner que le statut des Chinois sous commandement français ou britannique n’est pas similaire : l’État français emploie des ouvriers sous contrat, tandis que les Chinese Labour Corps employés par les Britanniques sont des corps civils employés sous régime militaire.

22 Dornel L., « Les usages du racialisme. Le cas de la main-d’œuvre coloniale en France pendant la Première Guerre Mondiale » Genèses, no 20, septembre 1995, p. 48-72.

23 Dans une bibliographie abondante, nous renvoyons sur la notion de violence de guerre à Audoin-Rouzeau S., Becker A., Ingrao C., Rousso H. (dir.), La violence de guerre 1914-1918. Approche comparée des deux conflits mondiaux, Bruxelles, Complexe, 2002.

24 Celle-ci constitue d’ailleurs une entorse au contrat signé par les travailleurs chinois et l’administration française. Voir Xu Quoqi, op. cit., p. 132-136.

25 BDIC, F Δ res 798 (114), Fonds Ligue des droits de l’homme.

26 Ibid., lettre du ministère de la Guerre à M. Buisson, Député, Président de la Ligue Française pour la Défense des Droits de l’Homme et du Citoyen, 12/10/20.

27 AN, F14 331, circulaire du ministère de la Guerre, 01/03/18.

28 Xu Guoqi, op. cit., p. 137.

29 Service historique de la défense - Département armée de terre (SHD-DAT), 7 N 1297 : « Proclamation by Furdon to All Chinese Labourers Under British Armies in France », 16/06/19 cité par Xu Guoqi, op. cit., p. 134.

30 Ibid., p. 135.

31 Live Y. S., op. cit., p. 112, et Fournier N., Les travailleurs chinois à Dunkerque entre 1917 et 1921, Dunkerque, 2005, p. 11. Après ces incidents, neuf Chinois inculpés de « rébellion envers des agents de la force armée » sont condamnés par le tribunal correctionnel de Dunkerque à des peines allant de 18 mois à 3 ans de prison. Sur les incidents de Firminy : Archives Nationales (AN), 94 AP 134 : Note au sujet des travailleurs coloniaux et des bataillons d’étape, 16/01/17.

32 AN, F14 11331, rapport du sous-lieutenant Tourret, commandant le groupement des travailleurs chinois du port maritime de Rouen au sujet des incidents survenus le 21 janvier à 14 heures 30 sur le quai Jean de Béthancourt (Hangar « D ») entre des travailleurs chinois, des militaires et des civils, 21/01/18.

33 AN, F14 11331, lettre de l’ingénieur chef Clavel au préfet de la Gironde, 02/02/18.

34 Xu Guoqi, op. cit., p. 133.

35 AD BDR, 4 M 939, fiches signalétiques de recherche concernant les travailleurs coloniaux en rupture de contrat (Chinois), 1920.

36 AN, 94 AP 135, note relative au recrutement de la main-d’œuvre étrangère coloniale et chinoise, 16/04/16.

37 Elle est d’ailleurs attestée dans au moins un cas : en 1920, les ouvriers des usines de gaz parisiennes se mettent en grève, des Chinois sont envoyés pour endiguer le mouvement. Voir Chen T., op. cit., p. 150.

38 Xu Guoqi, op. cit., p. 117

39 Horne J. « Immigrant workers in France during World War I », French historical studies, 1985, no 14, p. 57-88, p. 80 et suivantes.

40 AN, F14 11331 : lettre du président du Conseil au ministre de la Guerre, 24/04/19.

41 AN, 94 AP 120 : message téléphonique du général commandant la 8e région au ministre de la Guerre, 24/11/16

42 Xu Guoqi, op. cit., p. 147 et suivantes.

43 AN, 94 AP 134 : note au sujet des travailleurs coloniaux et des bataillons d’étapes, 16/01/17.

44 AN, 94 AP 348 : messages téléphoniques de la 13e région au ministère de l’Armement 30/04 et 01/05/17.

45 ADV, 2 U 735 : interrogatoire de Sine Hai Chan, tribunal de Toulon, 25/08/19.

46 Dornel L., op. cit. p. 54.

47 AN, F14 331 : note de la direction de l’intendance, 18e région, au ministre de la Guerre, 21/03/18.

48 Dupouy A., op. cit., p. 147 et p. 152

49 Le Naour J.-Y., Misères et tourments de la chair durant la Grande Guerre. Les mœurs sexuelles des Français 1914-1918, Paris, Aubier, 2002, p. 260 et suivantes.

50 Sur ce point voir entre autres Chen T., op. cit., p. 154-155 ; Live Y. S., « Les travailleurs chinois et l’effort de guerre », Hommes et migrations, no 1148, novembre 1991, p. 12-15.

51 La hantise de l’apparition d’une sexualité entre Chinois et Françaises repose à la fois sur le tabou de la sexualité interraciale et sur les problèmes administratifs complexes que poseraient les enfants nés de telles unions, notamment en termes de droit de la nationalité. Dans un contexte de déclin démographique, pensé comme le symptôme d’une décadence nationale et dramatiquement accéléré par le conflit, le contrôle sexuel des étrangers représente un aspect central de leur surveillance. Dornel L., op. cit., p. 60 ; sur la hantise du métissage Taguieff P.-A., La Force du Préjugé. Essai sur le racisme et ses doubles, Paris, La Découverte, 1987, p. 338-354.

52 BDIC, La Guerre dans le Ressort de l’Académie de Lille 1914-1920, FD 1126 B 005, Abbeville et FD 1126 B 695, Calais. Il s’agit en réalité de mots prononcés « à la Chinoise », vraisemblablement un dérivé de l’anglais.

53 Ibid., FD 1126 B 005, Abbeville.

54 Ibid.

55 ADV, 2 R 20, le commissaire de police à M. le préfet du Var 14/05/18.

56 Ibid.

57 Dornel L., La France hostile. Socio-histoire de la xénophobie en France (1870-1944), Hachette-littératures, 2004 ; Regnard C., Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société 1851-1914, Rennes, PUR, 2009.

58 Wieviorka M., La violence, Paris, Balland, 2004.

59 Pour une synthèse : Vandroy-Fraigneau M.-A., « Les résistances à l’autorité », Hypothèses, 2003, no 1, p. 201-213.

60 Kamenarovic I.-P., Le conflit : perceptions chinoise et occidentale, Paris, éd. du Cerf, 2008, p. 58-59.

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Provence, France.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site