Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale

 | 
Li Ma

Chapitre 3. Les travailleurs chinois et la reconstruction

Les travailleurs chinois et la reconstruction du Pas-de-Calais

Patrice Marcilloux

Résumé

Entre février 1919 et novembre 1919, quelque 5 000 travailleurs chinois furent employés par le Service des travaux de première urgence à l’œuvre de remise en état des sols d’une partie du Pas-de-Calais dévasté. Bien que fortement limité dans le temps et malgré la modestie relative des effectifs concernés, cet épisode mérite l’attention. Il offre, comme en réduction, un terrain d’étude commode et peut-être pertinent pour la compréhension du phénomène global de la participation des travailleurs chinois à l’effort de reconstruction. À l’aide de sources largement inédites, on s’attache à établir les conditions d’emploi de ces travailleurs et leur perception par les populations locales et les élites politiques ou administratives. Au total, il apparaît que, par bien des aspects, le rejet apparemment unanime dont ils furent l’objet résulte avant tout de leur instrumentalisation au profit de débats plus larges, notamment celui sur le rôle de l’État dans la reconstruction.

Texte intégral

  • 2 Sur les raisons de cette meilleure conservation, Vidal N., Georges Besnier (1879-1961) ou l’intell (...)

1Dans un colloque consacré aux travailleurs chinois dans la Grande Guerre, la question de l’après tient inévitablement une grande place : les conditions de la démobilisation de ces forces laborieuses, de leur sortie de guerre, de leur devenir, individuel et collectif, puis les processus de remémoration, d’oubli et de commémoration, autant de points de vue utiles à la compréhension globale du phénomène historique qui nous occupe. C’est dans cette perspective qu’il nous a paru intéressant de porter notre attention sur une sorte d’excursus final de la participation des Chinois au premier conflit mondial : leur apport à l’effort de reconstruction. Il s’agit d’un épisode limité dans le temps comme dans les effectifs concernés, mais qui mérite néanmoins d’être analysé car il se situe dans une période particulière de la vie des populations sinistrées, caractérisée par une extrême sensibilité collective, et parce qu’il a fourni une occasion, nouvelle et différente, de contacts entre Chinois et habitants. Nous focaliserons notre étude sur l’exemple du Pas-de-Calais, pour lequel on dispose d’une documentation archivistique mieux conservée et plus abondante que dans d’autres départements dévastés2. Nous articulerons notre propos en trois temps : la réorientation d’une main-d’œuvre de guerre vers l’œuvre de reconstruction ; les conditions d’installation de cette main-d’œuvre et sa perception par les populations ; l’interprétation des récriminations à peu près unanimes dont elle fit l’objet.

Travailleurs chinois et reconstruction dans le Pas-de-Calais

  • 3 Il est certain que les autorités ont d’abord eu la volonté de retarder, puis de réguler le retour (...)

2Les sources que nous avons consultées ne permettent pas d’éclairer avec précision comment a pu émerger l’idée d’utiliser au service de la reconstruction les travailleurs chinois présents en France et il est toujours gênant pour l’historien d’invoquer la force des choses. Plusieurs facteurs ont joué. D’une part, il est certain que les autorités aux prises avec les énormes besoins des régions libérées et ruinées craignaient le manque de main-d’œuvre, la main-d’œuvre locale étant réputée dans l’esprit des responsables administratifs ne rentrer au pays que tardivement, une fois les conditions de reprise de la vie locale réunies3. Plus simplement, l’obligation de respecter la durée d’emploi contractuelle de ces travailleurs est à prendre considération : les travailleurs chinois avaient été en effet engagés à partir de 1916 et 1917 sur la base d’un contrat de travail de cinq ans qui n’était donc pas échu en 1918.

  • 4 AD Pas-de-Calais, 10 R 1/4024 dossiers 125-128 (cote provisoire). Les archives sur lesquelles repo (...)
  • 5 Ministère de la Guerre, direction des troupes coloniales, service de l’organisation des travailleu (...)
  • 6 AD Pas-de-Calais, 11 R 1100 (cote provisoire).
  • 7 Service historique de Défense, 8 NN 103/4. Je remercie M. Laurent Dornel de m’avoir signalé l’exis (...)

3En tout état de cause, la réorientation de cette force de travail en faveur de l’effort de reconstruction a soulevé de nombreuses difficultés, notamment organisationnelles. Pendant la guerre, les travailleurs chinois sous responsabilité française dépendaient administrativement de la direction des troupes coloniales, service des travailleurs coloniaux, du ministère de la Guerre. Ils travaillaient dans les arsenaux de l’État, dans les services de l’armée française ou dans des entreprises bénéficiaires de commandes du ministère de la Guerre. Dans le Pas-de-Calais, entièrement libéré depuis le 17 octobre 1918, l’administration militaire britannique passe progressivement la main et la préfecture se réinstalle à Arras dès novembre 1918. La responsabilité des travailleurs chinois au service de la reconstruction ne pouvait incomber à la seule autorité militaire. C’est donc l’administration embryonnaire des Régions libérées, en cours de constitution dans l’orbite préfectorale, qui pilote le processus. Tiraillée entre la volonté illusoire de tout faire et la nécessité de déléguer, elle utilise successivement deux modes de gestion des travailleurs chinois. Dans un premier temps, les travailleurs chinois sont mis à la disposition d’entreprises privées titulaires des premiers marchés de déblaiement passés par l’État. Dans le Pas-de-Calais, c’est l’entreprise parisienne Marichal-Pichon, titulaire d’un marché de déblaiement signé le 5 décembre 1918 avec l’administration des Régions Libérées, qui est choisie pour bénéficier de ce renfort humain. Cette mise à disposition est conforme aux obligations contractuelles souscrites par les deux parties, puisque l’administration s’était réservée le droit d’imposer à l’entrepreneur les suppléments de main-d’œuvre jugés indispensables, en donnant la préférence aux prisonniers de guerre et à la main-d’œuvre coloniale ou étrangère4. Elle est également prévue et encadrée par le règlement du 30 mai 1918 sur l’organisation et l’administration du service des travailleurs coloniaux édicté par le ministère de la Guerre5. De fait, à partir de janvier 1919, l’entreprise Marichal emploie jusqu’à 4 860 travailleurs chinois6. Mais, durant ces mêmes premiers mois de l’année 1919, la structuration et l’affirmation d’un service étatique en charge des travaux de nivellement, de déblaiement et de désobusage, le STPU (service des travaux de première urgence), change la donne. Soucieux de contrôler directement l’ensemble des travaux, le service multiplie les motifs de plaintes contre l’entreprise Marichal et demande son éviction. Deux rapports de l’ingénieur-chef du STPU soulignent dès janvier et février 1919 l’insuffisance de l’encadrement technique, l’indigence des conditions matérielles d’installation et accusent l’entreprise Marichal d’augmenter les effectifs chinois sans autorisation de l’administration, alors même que l’État prend automatiquement en charge une partie de leur salaire7. Le marché de l’entreprise est finalement résilié et le STPU reprend à son compte les travaux qu’elle assumait, à compter du 20 février 1919.

4Cette victoire du STPU ne suffit pas à clarifier la situation des travailleurs chinois. Abandonnés par l’entreprise évincée, qui refuse de payer les salaires de la première partie du mois de février, les Chinois ne sont que partiellement pris en charge par un STPU qui refuse de se plier aux clauses génériques contenues dans le règlement du 30 mai 1918 et réclame du ministère de la Guerre, dont dépendent toujours les travailleurs, la signature d’un contrat spécifique à l’administration des Régions libérées. Il faut attendre le 4 avril 1919 pour que cette signature intervienne. Le texte fixe de manière définitive les responsabilités des deux administrations : le ministère de la Guerre prend à sa charge l’encadrement militaire des compagnies de travailleurs chinois, ainsi que leur nourriture et leur habillement ; le ministère des Régions libérées assume tous leurs autres besoins, comme le logement, le chauffage, le couchage ou les soins médicaux. Les conflits entre les deux ministères n’en continuent pas moins, confinant souvent au ridicule. À plusieurs reprises, en avril, mai, juin 1919, l’encadrement militaire des travailleurs chinois met en cause les modalités de distribution de leur paye, refusant d’effectuer les opérations de paye individuelle, tandis que le STPU prétend se borner à remettre des sommes globales aux officiers commandant les compagnies. Le 10 juin 1919 encore, l’administration militaire réclame l’édification d’une baraque porte de Baudimont à Arras pour y faire la paye : elle reçoit une réponse dilatoire du STPU qui indique vouloir bien prendre en charge le montage du baraquement mais non sa fourniture.

5C’est néanmoins sur cette base fonctionnelle que le contingent de travailleurs chinois du STPU du Pas-de-Calais s’organise. À Arras, s’installe, pour le compte du ministère de la Guerre, un commandement supérieur des travailleurs chinois du Pas-de-Calais, placé sous le pouvoir hiérarchique d’un commandement régional des travailleurs coloniaux établi à Lille. Sur le terrain, on trouve des compagnies de 425 travailleurs, encadrés par des personnels militaires : un officier (capitaine ou lieutenant), un adjudant, 4 sergents, 11 caporaux et 12 hommes de troupe. Sur le papier, les 425 travailleurs chinois se répartissent entre 225 terrassiers, cultivateurs ou manœuvres, 100 ouvriers du bâtiment, 50 ouvriers du bois, 25 ouvriers du fer, 4 surveillants et 21 employés d’intendance. Ces compagnies sont au nombre de 6 en mars 1919 et 11 en juin 1919. Elles sont principalement implantées au sud d’Arras et au nord de Bapaume. Chaque compagnie se déploie dans un rayon d’une vingtaine de kilomètres en un certain nombre de détachements. L’effectif théorique total se monte donc à 4 675 travailleurs. Les états de paiement conservés confirment cet ordre de grandeur, tout en montrant de légères variations dans la composition interne des compagnies : 4 800 Chinois sont payés en février 1919, 4 680 en juin 1919, 4 950 en octobre 1919. Au total, 52 communes du Pas-de-Calais ont été concernées par la présence chinoise. Les deux tableaux et la carte ci-dessous (figure 1) donnent la liste des localités concernées et font connaître leur localisation géographique, ainsi que leur évolution au cours de l’année 1919.

Figure 1 : Les compagnies et détachements de travailleurs chinois employés par le service des travaux de première urgence dans le Pas-de-Calais en 1919.

N o du groupement

Chef-lieu du groupement

Détachements connus

1

Corbehem

Brebières, Gouy-sous-Bellonne

2

Boisleux

3

Achiet-le-Petit

Bucquoy, Ablainzevelle

4

Rivière

Ransart, Ficheux

5

Berles-au-Bois

Bienvilliers, Foncquevillers

6

Basseux

Blairville, Adinfer, Wailly

Tableau 1 : Les groupements de travailleurs chinois du Pas-de-Calais en avril 1919.

N o du groupement

Chef-lieu du groupement

Détachements

1

Noyelles-sous-Bellonne

Bellonne, Sailly-en-Ostrevent, Tortequenne

2

Boyelles

Boisleux-au-Mont, Boisleux-Saint-Marc, Boiry-Becquerelle, Hénin-sur-Cojeul, Saint-Martin-sur-Cojeul

3

Grévillers

Bapaume, Achiet-le-Petit, Avesne-lès-Bapaume, Biefvillers-lès-Bapaume

4

Rivière

5

Berles-au-Bois

6

Ligny-Tilloy

Rancourt, Beaulencourt, Riencourt-lès-Bapaume, Villers-aux-Flos

7

Hamelincourt

Ayette, Ecoust-Saint-Mein, Moyenneville, Saint-Léger

8

Gomiécourt

Courcelles-le-Comte

9

Sapignies

Achiet-le-Grand, Béhagnies, Beugnâtre, Bihucourt, Favreuil

10

Bienvillers

11

Ransart

Tableau 2 : Les groupements de travailleurs chinois du Pas-de-Calais en juin 1919.

  • 8 AD Pas-de-Calais, 10 R 1/4024 dossiers 125-128 (cote provisoire).
  • 9 La reconstitution des régions libérées du Pas-de-Calais. Situation au 1er janvier 1927, Arras, pré (...)

6Dès septembre 1919, le STPU entame un processus de réduction des effectifs. Des regroupements de compagnies ont lieu. Le 4 novembre 1919, le ministère de la Guerre notifie au préfet du Pas-de-Calais le retrait des travailleurs chinois du département. Un premier paquebot de rapatriement est prévu à Marseille le 15 novembre. Le 27 novembre 1919, le commandement départemental des travailleurs chinois est supprimé8. L’expérience dure donc à peine un an et ne concerne que des effectifs relativement modestes, au regard des 13 750 Chinois employés, en 1919, par l’armée britannique, ou des 17 950 prisonniers de guerre présents dans le département. Ces effectifs ne sont pas pour autant négligeables si on les compare aux 1 300 Nord-Africains ou aux 2 700 Polonais employés par le STPU durant la même période, à des tâches comparables9.

7Contrairement à ce qui a pu être dit, les Chinois n’étaient pas employés au désobusage proprement dit : leur contrat l’interdisait expressément, ce travail étant réservé aux prisonniers de guerre, avec l’approbation unanime des édiles locaux. Dès le 20 février 1919, une note de service du STPU décrit précisément l’organisation des travaux confiés aux Chinois. Six étapes sont distinguées. La première est celle de la signalisation des obus et matières dangereuses. Sur un terrain donné, en principe déjà partiellement remis en état par les armées, les Chinois, déployés en tirailleurs à quatre pas d’intervalle, piquettent les projectiles rencontrés avec de gros galons bien visibles. Une équipe de prisonniers de guerre passe alors pour ramasser les projectiles et confier ceux qui ne sont pas éclatés à un service spécialisé, britannique jusqu’en septembre 1919, français ensuite. Vient ensuite l’enlèvement des réseaux de fils de fer. Les Chinois doivent en former des dépôts au bord de la route la plus proche. Ce travail est suivi par le nettoyage du sol : il s’agit d’enlever les tôles, le bois et tous les éléments étrangers qui s’y trouvent. On passe alors au remblaiement des tranchées : les Chinois viennent ici en appui des travailleurs civils qui en ont la charge principale via des marchés attribués par le STPU. Enfin, sur demande écrite des propriétaires, les travailleurs chinois peuvent exécuter des travaux provisoires de mise hors d’eau, grâce à la pose de papier bitumé ou huilé. La note précise que les travailleurs chinois doivent ramasser tous les objets mobiliers restituables rencontrés dans le sol et les remettre contre reçu au maire, ou, à défaut, à un habitant notable.

  • 10 Photographie publiée dans Decelle J.-M., Grailles B. et Marcilloux P., Schoonheere F., 1914-1918, (...)
  • 11 AD Pas-de-Calais, 10 R, non coté.

8Dans des proportions que l’on connaît mal, mais avec des conséquences majeures sur les contacts avec la population, des travailleurs chinois peuvent aussi être mis à la disposition de particuliers, agriculteurs notamment, ou d’entreprises, par l’intermédiaire de l’Office de reconstitution industrielle (ORI). Nous avons pu disposer d’une photographie du Chinois de la ferme Wemaëre-Bachelet à Écoust-Saint-Mein, Chinois dont on se souvenait encore dans la famille10. Le 17 avril 1919, le commandant du sous-secteur d’Arras de l’ORI réclame et obtient 25 Chinois pour déblayer l’usine Lejosne de Bihucourt et 20 autres Chinois pour déblayer l’usine Fourcy à Corbehem. Un détachement de 230 Chinois est également attesté à Lapugnoy, au bénéfice de la Compagnie des mines de Marles11.

Conditions d’installation et perception

  • 12 AD Pas-de-Calais, 10 R 1/4024 dossiers 125-128 (cote provisoire).
  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid.

9Il ne fait aucun doute que durant toute cette période, les conditions d’installation et de vie des travailleurs chinois sont désastreuses. Les documents d’archives abondent en ce sens. Le 24 juillet 1919, un compte rendu d’inspection par le capitaine Leboeuf, commandant départemental, d’un détachement de la première compagnie installée à Noyelles-sous-Bellonne est sans appel : « État absolument désastreux. Toutes les tentes sont dans un état pitoyable et laissent l’eau suinter. De plus le camp lui-même construit dans un bas-fond n’est qu’un vaste étang d’eau et de boue où il est impossible de circuler12. » Il en résulte un état sanitaire fort déficient : une note du commandement départemental des travailleurs chinois signale au service médical que le dixième des effectifs de la 9e compagnie stationnée à Sapignies est atteint de la gale. Un rapport d’ensemble du chargé d’affaires pour les travailleurs chinois en France auprès de la légation de la République de Chine à Paris, rédigé en février 1919, confirme cette impression : « Tout le monde est d’avis que les travailleurs chinois ont été vraiment trop négligés et que nul Français n’aurait accepté ce genre de traitement13. » Un autre rapport du même agent, rédigé en mars 1919, à la suite d’une visite dans les groupements 1, 4, 5 et 6 de travailleurs chinois du Pas-de-Calais, confirme cet état de fait, insistant notamment sur l’absence de service médical14.

  • 15 Ibid.
  • 16 Lettre du lieutenant Collet, commandant la 11e compagnie chinoise, au commandant départemental des (...)
  • 17 Lettre du lieutenant Moser, commandant la 1re compagnie, au commandant départemental, 2 mai 1919, (...)

10Il est tout aussi certain que ces insuffisances d’intendance poussent les travailleurs chinois à la révolte et au maraudage. Fin avril 1919, un incident de paiement des salaires au groupement no 5 de Berles-au-Bois menace de dégénérer en émeute15. En mai 1919, le STPU ne fournissant pas de combustible à la 11e compagnie chinoise de Ransart, les travailleurs volent les traverses d’une voie Decauville proche et se servent en charbon dans les dépôts de la Compagnie des chemins de fer du Nord16. De même, en mai 1919, à Corbehem, une partie des travailleurs de la 1re compagnie s’installent sans autorisation chez un particulier, la ferme Évrard, et refusent ensuite d’en partir prétextant l’humidité de leur campement17.

11Tout cela explique sans doute aussi en partie les nombreuses récriminations formulées à longueur de rapport officiel et de correspondances administratives contre les travailleurs chinois. Il n’est pas inutile d’en dresser une typologie, car cette approche nous paraît porteuse de sens.

12La première catégorie de reproches porte sur la paresse de ces travailleurs et la faiblesse de leur rendement. Le 5 septembre 1919, un rapport du chef du secteur d’Arras du STPU établit le rendement moyen d’un travailleur chinois à 8, 5 m3 de tranchées bouchées par jour, chiffre très faible en comparaison du rendement moyen des travailleurs autochtones qui s’établirait à 10 m3 au moins, pouvant aller jusqu’à 15 ou 20 m3. Le directeur départemental des services de reconstitution, Masson, se montre sans appel : « Le rendement des travailleurs chinois est mauvais. […] Ils sont donc plus nuisibles qu’utiles à l’œuvre de reconstitution ». Le maire de Bully-Grenay embrasse la même opinion dans un courrier au procureur de Béthune : « Deux Européens feront plus de travail que 20 de ces hommes. »

  • 18 Ibid.

13Une deuxième catégorie de griefs concerne les armes à feu et les munitions non éclatées. Les Chinois récupèrent les armes disséminées et s’amusent à tirer des coups de feu en l’air ; ils s’exercent à faire éclater des obus à proximité des habitations. Une note du chef du STPU du 11 septembre 1919 au commandant de la 2e compagnie signale que les Chinois installés à proximité de Saint-Martin-sur-Cojeul ont pris l’habitude de neutraliser des obus non éclatés à côté des maisons et des dépôts de munition, avec tout le danger que cela représente18.

  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid.

14Une troisième catégorie d’accusations vise tous les trafics et vols, en particulier de biens issus des maisons ruinées de sinistrés non encore rentrés. Pour cette raison, une circulaire du ministère de la Guerre, direction des troupes coloniales, du 3 février 1919 interdit aux travailleurs chinois de pénétrer dans les maisons inhabitées19. En vain, semble-t-il. Le 6 mai 1919, c’est le maire et conseiller général de Corbehem, Jules Evrard, qui se plaint du vol par les Chinois de chaises qui avaient appartenu à sa maison20.

  • 21 Ibid.

15Enfin, une dernière catégorie rassemble des plaintes liées à l’approvisionnement en eau potable. Les Chinois sont accusés d’utiliser des récipients sales pour puiser l’eau dans les puits, ce qui a pour effet de les souiller. Le 5 juillet 1919, le préfet du Pas-de-Calais, saisi par le service départemental d’hygiène, ordonne au STPU de distribuer des seaux neufs aux Chinois21.

  • 22 AD Pas-de-Calais, 11 R 1100 (cote provisoire).
  • 23 Sur les 52 concernées par leur présence.
  • 24 Conseil général du Pas-de-Calais, deuxième session ordinaire de 1919, Procès-verbaux des délibérat (...)
  • 25 Ibid.
  • 26 Lettre au préfet du Pas-de-Calais, 12 septembre 1919, arch. dép. du Pas-de-Calais, 11 R 1100 (cote (...)

16Dans ces conditions, on ne sera pas surpris du nombre des voix qui s’élèvent pour réclamer leur départ immédiat. Dès le 19 septembre 1919, le préfet Robert Leullier demande au ministre des Régions libérées le retrait de tous les Chinois du Pas-de-Calais22. Les maires multiplient les démarches en ce sens : une bonne dizaine de communes saisissent les autorités pour réclamer le départ des travailleurs chinois23. Au conseil général, plusieurs élus importants relaient ces prises de positions. Émile Basly lui-même, élu de gauche et figure du bassin minier, fait voter un vœu en 1919 dénonçant les « méfaits de toutes sortes dont les Chinois et les Annamites sont coutumiers » et affirmant qu’ils « constituent un véritable danger pour les populations au milieu desquelles ils vivent et qu’ils terrorisent littéralement24 ». Sur d’autres bancs, Émile Loth et Henri Bachelet demandent une limitation de la liberté de circulation des Chinois et un renforcement des effectifs de gendarmerie25. Le président du conseil général en personne, Charles Jonnart, se déclare dans une lettre au préfet « décidé à intervenir de la façon la plus énergique pour que les Chinois ne soient plus disséminés dans les campagnes de notre département26 ».

Contextualisation et interprétation

17Pour autant, cette apparente unanimité contre les travailleurs chinois doit être relativisée et surtout, contextualisée et interprétée, à l’aune des difficultés, des incompréhensions, voire des angoisses caractéristiques des débuts de la reconstruction.

  • 27 AD Pas-de-Calais, 10 R 1/4024 dossiers 125-128 (cote provisoire).
  • 28 AD Pas-de-Calais, 11 R 1100 (cote provisoire).
  • 29 AD Pas-de-Calais, 10 R 1/4024 dossiers 125-128 (cote provisoire).
  • 30 Conseil général du Pas-de-Calais, première session ordinaire de 1920, Procès-verbaux des délibérat (...)

18En premier lieu, l’encadrement militaire des Chinois prend volontiers leur défense, incriminant plutôt les insuffisances de l’administration civile, Régions libérées ou STPU. Le 31 août 1919, le capitaine Leboeuf, commandant départemental des travailleurs chinois, prend la peine de rédiger une note pour signaler le rendement obtenu par la 4e compagnie de Wailly. Cette compagnie a bouché 23 523 m3 de tranchées en 2 222 journées de travail, ce qui correspond à une moyenne de 10, 5 m3 par travailleur et par jour. Et de conclure que ce résultat prouve une fois encore que « si les travailleurs chinois étaient sous la surveillance de civils consciencieux, de trois ou quatre bons gradés des travailleurs coloniaux, et d’un commandant de compagnie qui les serrerait de près, on pourrait arriver à un bon résultat, quoiqu’en disent les Régions libérées27 ». Ce même Lebœuf va plus loin et, le 15 septembre 1919, à la veille de son retour à la vie civile, il prend la liberté d’écrire directement au ministre des Régions libérées pour proposer de reprendre une partie des Chinois à son propre compte pour effectuer des travaux dans n’importe quel département sinistré. Au passage, il dénonce une « campagne menée par la presse » et la volonté de l’administration départementale des Régions libérées de « se débarrasser au plus tôt de ces travailleurs28 ». Les élus locaux n’hésitent pas à relayer des opinions divergentes et à entamer des démarches contradictoires. Le 16 mai 1919, le conseil municipal de Bailleulval prend une délibération pour protester contre le départ annoncé des Chinois alors qu’il reste une grande quantité de tranchées à combler29. Au conseil général, on entend des prises de position hésitantes. Le 4 mai 1920, le conseiller général Dupire fait voter un vœu dénonçant l’existence sur le sol départemental de nombreux vestiges de guerre, voies ferrées, magasins militaires, bâtiments abandonnés et menaçant ruine, qui se termine par un appel à la main-d’œuvre étrangère : « Que, pour parvenir aux travaux qui sont nécessaires à ces fins, il soit fait appel à la main-d’œuvre étrangère, pour partie au moins, de telle façon que les ouvriers de l’industrie ou de l’agriculture ne soient point détournés de leur labeur habituel30. » On le voit, les travailleurs chinois sont, comme d’autres mains-d’œuvre extérieures, victimes des contradictions des acteurs du temps qui dénoncent les risques de chômage, affirment leur préférence pour les ouvriers locaux, tout en constatant l’ampleur de la tâche à accomplir, en redoutant le manque de main-d’œuvre et en réclamant des apports extérieurs pour s’en prémunir.

  • 31 Marizis J., Les Sociétés coopératives de reconstruction (loi du 15 août 1920 et textes d’applicati (...)
  • 32 AD Pas-de-Calais, 26 J 20.

19Au-delà, la polémique sur les rendements doit aussi être lue comme une dénonciation de l’inefficacité non pas des seuls travailleurs chinois mais de l’ensemble des administrations en charge de la reconstruction. Les sinistrés réintégrés sont une population prompte à la revendication et qui s’organise pour faire valoir ses intérêts et faire jouer relais d’opinion et réseaux politiques. Les associations de sinistrés ou réfugiés, locales ou départementales, se multiplient ; des journaux sont fondés : Journal des régions dévastées pour la défense des sinistrés du Nord et de l’Est ; Le Pas-de-Calais libéré, organe de défense intégrale des sinistrés du Pas-de-Calais. La liberté de ton y est grande et les Chinois ne sont pas les seuls à l’éprouver. Toute une littérature prend pour cible l’administration et les fonctionnaires, brodant à l’envi sur l’impuissance d’un État qui a la tentation de tout faire et qui ne parvient qu’à tout gêner. L’avocat parisien Jacques Marizis, auteur de nombreux ouvrages sur les droits des sinistrés et les coopératives de reconstruction, exprime bien cette opinion dominante : « L’expérience a nettement démontré que les régions dévastées renaîtraient d’autant plus vite que l’Administration restreindrait plus ses initiatives, même les plus louables31. » Se cache, derrière les Chinois, une autre catégorie d’envahisseurs, plus nombreuse et plus dangereuse : les fonctionnaires. Charles Jonnart emploie pour les dénoncer des termes aussi vigoureux que ceux utilisés à l’encontre des travailleurs chinois, dans un discours prononcé à Notre-Dame-de-Lorette en 1925 : « Les débuts de la reconstitution furent peu encourageants. Une seconde invasion menaça nos pays sinistrés, moins meurtrière que la première, mais tout de même redoutable parce qu’elle favorisait trop les abus et le gaspillage : une armée de fonctionnaires venus de tous les points de France s’abattit sur les provinces du Nord et de l’Est32. »

  • 33 AD Pas-de-Calais, 1 J 200. Édition en cours par Bénédicte Grailles et Patrice Marcilloux.

20Il ne faut pas non plus être surpris de voir activer la question de l’eau contre les travailleurs chinois. L’alimentation en eau est un sujet dramatiquement crucial pendant toute l’année 1919 au moins. Inspectrice des régions libérées, l’infirmière Élise Guyot, note avec précision dans son journal, village par village, la liste des puits comblés, introuvables, inutilisables33. Le bruit court que les Allemands ont volontairement empoisonné les puits, de même qu’ils ont systématiquement noyé les installations minières. Dans de nombreuses communes, on doit faire bouillir l’eau et l’on est dépendant d’un approvisionnement quotidien en eau. Le cas d’Ecoust-Saint-Mein est typique. La commune est détruite à 100 % et elle bénéficie d’un contingent de 400 Chinois. Or, en dehors de quelques puits sur la route de Bapaume, elle ne dispose plus d’aucune source d’alimentation en eau. Des pompes sont mises à disposition par l’armée britannique mais elles tombent rapidement en panne. Les analyses faites par le Génie rural déclarent l’eau suspecte et il est recommandé de la faire systématiquement bouillir. Dans ce contexte, les accusations portées contre les Chinois peuvent être regardées comme l’expression tout à la fois d’une crainte et d’une impatience face au trop lent rétablissement des moyens nécessaires à la reprise d’une vie normale.

  • 34 Lettre du préfet du Pas-de-Calais au ministre des Régions libérées, 12 février 1919, AD Pas-de-Cal (...)
  • 35 AD Pas-de-Calais, 11 R 1100 (cote provisoire).
  • 36 Les archives de la cour d’assises du Pas-de-Calais font connaître neuf meurtres de Chinois perpétr (...)
  • 37 AD Pas-de-Calais, 11 R 1100 (cote provisoire).

21Enfin, bien que la présente contribution soit exclusivement consacrée aux travailleurs chinois sous autorité française dans le Pas-de-Calais, il faut rappeler qu’il y a également en 1919 dans le département de nombreux Chinois employés par l’armée britannique. Ils sont même presque trois fois plus nombreux. Or, les relations des populations avec les soldats anglais sont loin d’être toujours faciles. Les archives de la Claims Commission créée à Boulogne-sur-Mer en 1916 pour régler les litiges entre Anglais et civils français conservent plusieurs milliers de plaintes, y compris après la fin des hostilités. De sorte que l’on peut se demander si critiquer les Chinois des Britanniques, ce n’est pas aussi, indirectement, attaquer la présence prolongée des troupes britanniques dans le Pas-de-Calais. On prend d’ailleurs bien garde de distinguer les Chinois des uns et les Chinois des autres. En février 1919, le préfet du Pas-de-Calais accuse les Anglais, dans un courrier au ministre de Régions libérées, de laisser les Chinois disposer librement d’armes à feu et de grenades34. En septembre 1919, le préfet persiste dans cette analyse dans un courrier adressé au président de la commission interministérielle de coordination des travaux dans les Régions libérées : « Les Chinois qui se sont rendus coupables de délits et de crimes sont sous les ordres des Anglais et occupés aux travaux de récupération poursuivis par ces derniers35. » Les polémiques autour des meurtres commis par des Chinois sont typiques de cette volonté d’exonérer les Chinois « français » et de charger les Chinois « anglais ». À en croire le commandement départemental des Chinois du Pas-de-Calais, les Chinois placés sous le contrôle des autorités françaises n’ont tué que d’autres Chinois mais aucun habitant originaire du département36. Un cas litigieux survient néanmoins en août 1919. Le 27 août 1919, à Hamelincourt, trois Chinois font irruption dans une maison et tuent deux autochtones. L’existence à proximité du village d’un cantonnement de Chinois français et d’un cantonnement de Chinois britanniques sème le doute. Dans un rapport passionné, le capitaine Leboeuf conclut à la culpabilité des Chinois du camp britannique. Parmi les arguments avancés, certains peuvent faire sourire. Les Chinois se sont adressés à leurs victimes en disant « Monnaie ou tout de suite fin ». Or, affirme, péremptoire, le capitaine : « Je connais nos Chinois depuis fort longtemps et j’affirme que, dans une pareille circonstance, ils auraient dit “toi donner argent ou toi mort”. Nos Chinois dans leur jargon ne prononcent jamais le mot monnaie mais argent37. »

22Assurément, les conditions dans lesquelles les travailleurs chinois furent transportés, installés et utilisés ne furent guère favorables à leur acceptation par une population que les immenses difficultés d’une reconstruction lourde et anxiogène ne portaient pas à surmonter ses préjugés. L’analyse ne doit pour autant pas se borner à ce constat. Il ne suffit pas non plus de repérer l’efficience de quelques stéréotypes, de mécanismes de rejet de l’autre ou de logiques de bouc émissaire. L’image des travailleurs chinois dans la population, qu’ils soient employés par les autorités françaises ou par l’armée britannique, doit aussi être interprétée comme un marqueur des attentes et des désirs des habitants des régions du Nord de la France qui viennent de connaître non seulement les destructions, l’exil, mais encore, pour certains, l’occupation. Il en résulte le sentiment d’une impossible compréhension, d’une insurmontable barrière dressée entre les régions sinistrées et le reste de la France, qui expliquent une volonté de se reconstruire par soi-même, en privilégiant ses propres forces, en se méfiant de toute aide matérielle extérieure qui ne serait pas précédée d’un travail de dépassement de ce déficit de sentiment. Pascal Donadieu nous le dit excellemment, sous la plume de Maxence Van der Meersch, dans Invasion 14, alors qu’il découvre Paris :

  • 38 Van der Meersch M., Invasion 14, Paris, 1935, rééd. dans Gens du Nord, Paris, Omnibus, 1993, 1219  (...)

Il pensait à Lille, Roubaix, Tourcoing, villes mortes, villes funéraires, villes dépeuplées, encombrées de ruines croulantes, hantées de moribonds aux visages exsangues et hallucinants. Il en concevait, dans son âpre rigorisme, une haine contre Paris, contre le reste de la France, qui avait été heureux, qui n’avait pas souffert, n’avait pas vu. Il sentait bien que tous les gens de ces pays que la grande tourmente n’avait pas touchés ne pourraient jamais comprendre les envahis et qu’il y avait là, pour l’avenir, une source de mésentente et d’injustice. […] Et Pascal sentait en lui une révolte, l’indignation qu’on éprouve à se voir méconnu. Comparer ce Paris intact, joyeux, brillant, à peine effleuré par la guerre, cette foule heureuse, cette abondance, ce luxe, aux cités envahies, écrasées, funèbres au milieu de leurs industries mortes, à ces populations dont la tuberculose, la faim et le froid avaient fauché près de la moitié, à ces longues rues où poussait l’herbe, où s’écaillaient en plâtras les maisons délabrées, à ces intérieurs sans meubles, sans portes et sans vitres, sans lumière et sans feu ! Non, on ne se comprendrait jamais38.

Bibliographie

Bibliographie

La reconstitution des régions libérées du Pas-de-Calais. Situation au 1 er janvier 1927, Arras, préfecture du Pas-de-Calais, 1927, 1004 p.

Bussière É., Marcilloux P., Varaschin D., La Grande Reconstruction. Reconstruire le Pas-de-Calais après la Grande Guerre, actes du colloque d’Arras, 8-10 novembre 2000, Arras, archives départementales du Pas-de-Calais, 2002, 480 p.

Clout H., After the Ruins. Restoring the Countryside of Northern France after the Great War, Exeter, University of Exeter Press, 1996, XVIII-332 p.

Decelle J.-M., Grailles B., Marcilloux P., Schoonheere F., 1914-1918, le Pas-de-Calais en guerre. Les gammes de l’extrême, Arras, archives départementales du Pas-de-Calais, 1998, 247 p.

Grailles B., « Les dossiers de dommages de guerre 1914-1918, une question toujours ouverte ? », dans Aubry M., Chave I. et Doom V., Archives, archivistes, archivistique dans l’Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, entre gouvernance et mémoire (colloque organisé par l’Association des archivistes français et le centre de recherche sur l’histoire de l’Europe du nord-ouest, Roubaix, 2-4 décembre 2004), Lille, Centre de gestion de l’édition scientifique, 2006, 327 p., p. 55-69.

Marcilloux P. (dir.), La Grande Reconstruction, reconstruire le Pas-de-Calais après la Grande Guerre, catalogue de l’exposition présentée aux archives départementales du Pas-de-Calais du 9 novembre 2000 au 24 février 2001, Arras, archives départementales du Pas-de-Calais, 2000, 223 p. « Les “Chinois, pillards, voleurs et assassins” ou la grande peur du travailleur colonial, 1918-1919 », dans Cesari L. et Varaschin D., Les relations franco-chinoises au vingtième siècle et leurs antécédents, études recueillies, Arras, 2003, Artois presses université, p. 129-156.

Marizis J., Les Sociétés coopératives de reconstruction (loi du 15 août 1920 et textes d’application), Paris, Jules Tallandier, 1921, 64 p.

Van der meersch M., Invasion 14, Paris, 1935, rééd. dans Gens du Nord, Paris, Omnibus, 1993, 1219 p., p. 598-599.

Vidal N., Georges Besnier (1879-1961) ou l’intelligence et la vertu, Arras, archives départementales du Pas-de-Calais, 1998, 175 p.

Notes

2 Sur les raisons de cette meilleure conservation, Vidal N., Georges Besnier (1879-1961) ou l’intelligence et la vertu, Arras, archives départementales du Pas-de-Calais, 1998, 175 p., p. 131-164 et Grailles B., « Les dossiers de dommages de guerre 1914-1918, une question toujours ouverte ? », dans Aubry M., Chave I. et Doom V., Archives, archivistes, archivistique dans l’Europe du Nord-Ouest du Moyen Âge à nos jours, entre gouvernance et mémoire (colloque organisé par l’Association des archivistes français et le centre de recherche sur l’histoire de l’Europe du nord-ouest, Roubaix, 2-4 décembre 2004, Lille), Lille, IRHiS, Ceges, 2006, p. 55-69.

3 Il est certain que les autorités ont d’abord eu la volonté de retarder, puis de réguler le retour des réfugiés : fin 1918, les personnes domiciliées hors du département ne peuvent y pénétrer qu’avec un sauf-conduit accordé par le préfet ; on met ensuite en place des centres de triage, à Amiens pour le Pas-de-Calais, rapidement débordés devant l’afflux des réfugiés désireux de rentrer au plus vite. Marcilloux P. (dir.), La Grande Reconstruction, reconstruire le Pas-de-Calais après la Grande Guerre, catalogue de l’exposition présentée aux archives départementales du Pas-de-Calais du 9 novembre 2000 au 24 février 2001, Arras, archives départementales du Pas-de-Calais, 2000, p. 39-45.

4 AD Pas-de-Calais, 10 R 1/4024 dossiers 125-128 (cote provisoire). Les archives sur lesquelles repose cet article ne sont actuellement ni classées, ni inventoriées, ni cotées. Les cotes citées sont des identifiants provisoires qui ne correspondent pas forcément à des boîtes communicables en salle de lecture.

5 Ministère de la Guerre, direction des troupes coloniales, service de l’organisation des travailleurs coloniaux en France, Règlement du 30 mai 1918 sur l’organisation et l’administration du service des travailleurs coloniaux, Paris, 151 p. Ce règlement abroge et remplace un règlement du 29 juin 1916 : Instruction sur le fonctionnement des dépôts, centres de rassemblement et groupements de travailleurs indigènes. La compétence du service s’étend aux travailleurs coloniaux, indigènes et étrangers.

6 AD Pas-de-Calais, 11 R 1100 (cote provisoire).

7 Service historique de Défense, 8 NN 103/4. Je remercie M. Laurent Dornel de m’avoir signalé l’existence de ce dossier issu des archives rapatriées de Russie (direction du contrôle). On en trouve la version locale dans les archives départementales du Pas-de-Calais.

8 AD Pas-de-Calais, 10 R 1/4024 dossiers 125-128 (cote provisoire).

9 La reconstitution des régions libérées du Pas-de-Calais. Situation au 1er janvier 1927, Arras, préfecture du Pas-de-Calais, 1927, 1004 p., p. 296.

10 Photographie publiée dans Decelle J.-M., Grailles B. et Marcilloux P., Schoonheere F., 1914-1918, le Pas-de-Calais en guerre. Les gammes de l’extrême, Arras, archives départementales du Pas-de-Calais, 1998, p. 203.

11 AD Pas-de-Calais, 10 R, non coté.

12 AD Pas-de-Calais, 10 R 1/4024 dossiers 125-128 (cote provisoire).

13 Ibid.

14 Ibid.

15 Ibid.

16 Lettre du lieutenant Collet, commandant la 11e compagnie chinoise, au commandant départemental des travailleurs chinois, 27 mai 1919, Ibid.

17 Lettre du lieutenant Moser, commandant la 1re compagnie, au commandant départemental, 2 mai 1919, Ibid.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 AD Pas-de-Calais, 11 R 1100 (cote provisoire).

23 Sur les 52 concernées par leur présence.

24 Conseil général du Pas-de-Calais, deuxième session ordinaire de 1919, Procès-verbaux des délibérations, Arras, 1919, p. 166.

25 Ibid.

26 Lettre au préfet du Pas-de-Calais, 12 septembre 1919, arch. dép. du Pas-de-Calais, 11 R 1100 (cote provisoire).

27 AD Pas-de-Calais, 10 R 1/4024 dossiers 125-128 (cote provisoire).

28 AD Pas-de-Calais, 11 R 1100 (cote provisoire).

29 AD Pas-de-Calais, 10 R 1/4024 dossiers 125-128 (cote provisoire).

30 Conseil général du Pas-de-Calais, première session ordinaire de 1920, Procès-verbaux des délibérations, Arras, 1920, p. 9-10.

31 Marizis J., Les Sociétés coopératives de reconstruction (loi du 15 août 1920 et textes d’application), Paris, Jules Tallandier, 1921, 64 p., p. 5.

32 AD Pas-de-Calais, 26 J 20.

33 AD Pas-de-Calais, 1 J 200. Édition en cours par Bénédicte Grailles et Patrice Marcilloux.

34 Lettre du préfet du Pas-de-Calais au ministre des Régions libérées, 12 février 1919, AD Pas-de-Calais, 11 R 1100 (cote provisoire).

35 AD Pas-de-Calais, 11 R 1100 (cote provisoire).

36 Les archives de la cour d’assises du Pas-de-Calais font connaître neuf meurtres de Chinois perpétrés par des Chinois. AD Pas-de-Calais, 2 U 238, 2 U 241, 2 U 243.

37 AD Pas-de-Calais, 11 R 1100 (cote provisoire).

38 Van der Meersch M., Invasion 14, Paris, 1935, rééd. dans Gens du Nord, Paris, Omnibus, 1993, 1219 p., p. 598-599.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Les compagnies et détachements de travailleurs chinois employés par le service des travaux de première urgence dans le Pas-de-Calais en 1919.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/17016/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540