Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale

 | 
Li Ma

Chapitre 3. Les travailleurs chinois et la reconstruction

Les travailleurs « chinois » dans le contexte de la reconstruction

Philippe Nivet

Résumé

La Première Guerre mondiale a provoqué d’importantes destructions dans les départements du Nord et de l’Est de la France. Dans cette zone dévastée, en particulier dans la Somme et le Pas-de-Calais, des travailleurs chinois, dépendant les uns de l’autorité britannique, les autres du gouvernement français, vont participer aux travaux de la reconstruction, que les habitants souhaitent rapides. Malgré l’apport de main-d’œuvre que les Chinois procurent, les relations avec les habitants vont être conflictuelles. Les délits et crimes commis par quelques-uns d’entre eux, mis en exergue par la presse, les font percevoir comme une « classe dangereuse », dans un contexte de grande méfiance à l’égard de l’armée britannique et, plus largement, de tous les étrangers. Leur départ est donc réclamé par la population et ses représentants et assez rapidement obtenu.

Texte intégral

  • 2 Nogaro B., Weil L., La main-d’œuvre étrangère et coloniale pendant la guerre, Paris, PUF, 1926, p. (...)

1Au cours de la Première Guerre mondiale, le problème de la main-d’œuvre conduit les autorités françaises à s’intéresser, dès 1915, à la ressource potentielle existant dans les colonies et en Chine : entre 1914 et 1918, le ministère de la Guerre introduit en France plus de 220 000 ouvriers coloniaux et chinois et un service des travailleurs coloniaux est créé le 1er janvier 1916 au ministère de la Guerre. Une mission militaire, conduite par le lieutenant-colonel Truptil, est envoyée en Chine durant l’hiver 1915-1916 et aboutit, en mai 1916, à la signature d’une convention autorisant l’envoi des premiers contingents. On estime en 1918 que 36 941 travailleurs chinois ont été recrutés, aux côtés notamment de 48 955 Indochinois, en particulier des Annamites2. La Grande-Bretagne avait suivi l’exemple de la France et à son tour avait recruté des travailleurs dans ses concessions territoriales de Chine après avoir signé un accord en octobre 1916. Certains d’entre eux se retrouvent en France, dans les zones d’implantation de l’armée britannique. Ainsi, à la fin de la guerre, les Français vont-ils découvrir sur leur territoire plusieurs catégories d’Asiatiques : les Indochinois, les Chinois sous autorité britannique, dépendant du Chinese Labour Corps, les Chinois dépendant du gouvernement français.

  • 3 Procès-verbaux du Conseil général (désormais PVCG) du Pas-de-Calais, séance du 22 avril 1918, p. 2 (...)

2Occupés à toutes sortes de tâches pendant la guerre, par exemple dans les usines de guerre ou les ports, les Chinois, encore sous contrat, vont participer, en 1918-1919, à la première phase de la reconstruction. Les délibérations du Conseil général du Pas-de-Calais font ainsi état, en avril 1918, d’un marché passé avec le Service de l’organisation des travailleurs coloniaux en France pour la mise à disposition du service de reconstitution de 400 ouvriers chinois3. Pour comprendre pourquoi il a été fait appel à eux, il convient de revenir d’abord sur le bilan de la guerre et l’ampleur des reconstructions à mener, puis sur le retour rapide des réfugiés et l’urgence des travaux à effectuer dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre. Des extraits du roman de Roland Dorgelès, Le Réveil des morts (1923), le grand roman français sur la reconstruction, recoupés avec des sources archivistiques, issues notamment de débats d’assemblée, permettront de comprendre comment ces travailleurs chinois étaient perçus par les habitants des régions dévastées, immédiatement après la guerre.

L’ampleur des destructions

3La guerre a provoqué d’immenses dégâts sur le territoire français. Écrivant en 1920 Le Déclin de l’Europe, le géographe Albert Demangeon dépeint ainsi la catastrophe :

  • 4 Demangeon A., Le Déclin de l’Europe, Paris, Payot, 1920, p. 33-34.

Dans la France du Nord, c’est un cataclysme qui a tout renversé ; on ne déplore pas seulement la dévastation des forêts, des usines, des maisons, volontairement accomplie par l’ennemi ; il faut encore revoir par la pensée cette zone, longue de 500 kilomètres, large de 10 à 25, qui suit le front de la bataille et que le manque de culture, joint à la destruction de la bonne terre, a transformée en désert, en une steppe sauvage, en un champ d’éruptions […]. Partout où le cyclone a passé, il faut restaurer les bâtiments agricoles, renouveler le matériel des fermes, refaire parfois la fertilité du sol, reconstruire et rééquiper les usines, en un mot recréer toute la vie économique4.

  • 5 Becker J.-J., Berstein S., Victoire et frustrations 1914-1929, Paris, Seuil, 1990, p. 150.
  • 6 Clout H., After the Ruins, Restoring the Countryside of Northern France after the Great War, Unive (...)

4Bien que variables, les statistiques mettent néanmoins en valeur l’ampleur de l’œuvre à accomplir. D’après l’économiste Alfred Sauvy (1898-1990), les différents ministères concernés chiffrèrent, en 1921, à 34 milliards de francs-or le coût des biens perdus et de leur remise en état. Dans les dix départements partiellement ou totalement affectés par les opérations militaires, on estime que 11 000 édifices publics (mairies, écoles, églises…), 350 000 maisons avaient été détruits, 2 500 000 hectares de terrains agricoles devaient être remis en état, 596 000 hectares de terrains bâtis, 62 000 kilomètres de routes, 1 858 kilomètres de canaux, plus de 5 000 kilomètres de chemins de fer étaient à refaire5. Publiés par Hugh Clout6, d’après des sources fournies en 1923 par le ministère des Régions libérées, deux tableaux montrent bien l’ampleur des dévastations.

  • 7 Clout H., « La reconstruction rurale en Picardie » dans Reconstructions en Picardie après 1918, Pa (...)

5Ainsi, en Picardie, 97 600 bâtiments étaient entièrement détruits, 46 000 gravement endommagés et 76 200 partiellement endommagés. En tout, 254 villages et petites villes situés dans la zone des combats y furent anéantis ; 850 furent détruits à plus de 50 % et 704 moins sévèrement touchés. À l’intérieur du périmètre des régions dévastées de Picardie, six communes seulement sortirent indemnes de la guerre7.

Complètement détruites

Détruites à plus de 50 %

Endommagées

Intactes

Aisne

139

461

235

6

Ardennes

4

77

163

0

Marne

36

124

378

124

Meurthe-et-Moselle

34

92

203

0

Meuse

106

65

239

176

Nord

18

65

526

59

Oise

6

205

381

0

Pas-de-Calais

167

57

68

58

Somme

109

184

88

0

Vosges

1

4

68

0

Total

620

1334

2349

423

Table 1 : Dommages aux communes dans les régions dévastées

Complètement détruits

Gravement endommagés

Partiellement endommagés

Aisne

51 119

28 506

31 392

Ardennes

14 838

13 946

43 155

Marne

31 258

8 439

18 485

Meurthe-et-Moselle

9 636

14 369

15 092

Meuse

13 625

8 247

13 731

Nord

53 172

40 117

164 626

Oise

8 908

4 661

22 773

Pas-de-Calais

70 852

17 264

16 276

Somme

37 586

12 810

21 502

Vosges

2 049

609

4 477

Total

293 043

148 948

352 049

Table 2 : Dommages aux immeubles et fermes dans la zone dévastée.

L’urgence des travaux

  • 8 Nivet P., Les réfugiés français de la Grande Guerre, les « Boches du Nord », Paris, Economica, 200 (...)
  • 9 Lettre de septembre 1918, Archives départementales (désormais AD) du Loiret, 20 M 31.
  • 10 AD Somme, 99 R 3460.

6En dépit de l’ampleur des destructions, les populations réfugiées souhaitaient, dans leur majorité, revenir le plus rapidement possible dans leur ville ou leur village. Ce désir de retour rapide s’était déjà vu en Picardie en 1917, après le retrait des troupes allemandes sur la ligne Hindenburg, qui libère la quasi totalité du département de la Somme. On le retrouve en 1918. Il a des explications multiples. Les réfugiés ont souvent subi l’hostilité des habitants de leurs départements de refuge, qui les traitaient même parfois de « Boches du Nord8 », et ont hâte de ne plus subir de telles remarques. Ils veulent pouvoir récupérer, avant qu’il ne soit trop tard, des biens enfouis, ou éviter les pillages et les destructions qu’ils redoutent après le départ de l’ennemi, notamment de la part de militaires français ou alliés. Ils craignent également que les habitants restés sur place ou les premiers réintégrés ne les dépouillent de leurs biens. Une veuve de soixante-douze ans, originaire de Rocquencourt, dans le canton de Breteuil (Oise), souhaite ainsi rentrer rapidement, car elle sait qu’il y a « des évacués rentrés et qui réparent chez eux en empruntant ce qui leur manque chez les voisins absents9 ». Soucieux de sauver ce qui leur reste, les réfugiés souhaitent également se mettre rapidement au travail pour commencer la restauration de leurs maisons. Un réfugié picard, replié en Seine-Inférieure, explique en octobre 1918 qu’il souhaite réintégrer Moyen-court dès que possible. Ce retour rapide, explique-t-il, est nécessaire pour qu’il puisse boucher les trous de sa toiture : « Si on la laisse encore longtemps ainsi, le reste fondra, par la pluie et par la neige10 ».

7Ainsi, même si les pouvoirs publics, conscients des difficultés que vont rencontrer les réintégrés, tentent de limiter les retours, dès les premières semaines de la libération du territoire, on observe des retours massifs et désordonnés dans les départements du Nord et de l’Est. Visitant l’Aisne en octobre 1918, l’historien Gabriel Hanotaux a sous les yeux

  • 11 Hanotaux G., L’Aisne pendant la Grande Guerre, Paris, Félix Alcan, 1919, p. 84.

le premier spectacle du retour. […] Des familles rentrent. Vieillards, femmes, gamins (car les hommes sont à la guerre) traînant de petites charrettes, des brouettes, des voitures d’enfants, d’étranges véhicules faits avec des roues de bicyclettes ou de charrues et portant des matelas, des édredons, de vagues ustensiles de cuisine. Ils viennent, par bandes, chercher ce qui reste de leur foyer. Des bourgeoises en toilette, des vieux messieurs en chapeau melon, des mendiants en loques, des gosses toussant dans leurs cache-nez, tout cela tire, pousse, agrippe, aide en silence. Les yeux sont fixés sur une chose devinée au loin ; c’est le but, quelque maison en ruines. Qu’importe, on arrive ; on est chez soi parmi ces décombres, dans cette cave tapie au sol et qui n’en est que plus sûre11.

  • 12 Dorgelès R., Le Réveil des morts, Paris, Albin Michel, 1923, p. 10.

8Situant le début de son roman Le Réveil des morts quelques mois après la fin de la guerre, Roland Dorgelès évoque pareillement le caractère massif du retour dans un village de l’Aisne, Crécy : « Il se rapatriait ainsi de nouveaux habitants tous les jours. Sans maisons, sans argent, sans ouvrage, ils revenaient quand même, les vieux grimpés sur les camions de la troupe, les hardes et les gosses poussés sur une brouette, ne sachant pas comment ils mangeraient le lendemain12. »

  • 13 Warmé C., L’expérience de l’exode chez les populations picardes au cours des deux guerres mondiale (...)
  • 14 AD Somme, 99 R 3384.
  • 15 Huber M., La population de la France pendant la guerre, Publications pour la dotation Carnegie, Pa (...)
  • 16 AN, F/2/2103.
  • 17 Huber M., op. cit., p. 485.

9Dans la Somme, au 11 novembre 1918, 24, 6 % des habitants sont déjà revenus. À Amiens, lorsque l’autorisation de réintégration de la population évacuée officiellement depuis le 27 mars entre en vigueur, le 1er novembre 1918, plus d’un tiers de la population semble déjà rentré. Au 1er janvier 1919, trois mois à peine après la cessation des combats sur le territoire du département, on compte 163 869 personnes dans la région libérée : 49 % des habitants sont déjà rentrés13. À Pont-Noyelles, 200 des 430 habitants que comptait le village avant la guerre sont revenus au 1er octobre 1918. À la fin de juillet 1919, la commune, avec 402 habitants, a pratiquement retrouvé le chiffre d’avant-guerre14. L’arrondissement de Montdidier, qui ne comptait plus que 5000 habitants au moment de l’armistice, en abrite 8100 au 1er décembre 1918 et 30 000 au 1er novembre 1919 – contre 56 000 en 1911. La population de l’arrondissement de Péronne, à peu près désert à l’armistice, passe de 1600 habitants au 1er décembre 1918 à 32 000 au 1er novembre 1919 – contre 93 000 en 191115. En juin 1919, Léon Accambray, député de l’Aisne, après avoir parcouru 56 communes des cantons de Crécy-sur-Serre, La Fère, Coucy-le-Château, Anisy-le-Château et Chauny, estime que le pourcentage moyen de la population revenue dans cette région très dévastée de l’Aisne est de 27 % – 34, 5 % dans les communes non complètement détruites, 15 % dans les communes complètement détruites16. Au 1er juillet 1919, la population de l’ensemble du département est évaluée à 277 000 habitants, contre 530 000 au recensement de 1911, soit 52, 2 %, avec de fortes nuances selon les arrondissements17.

10Or, dans les zones atteintes par les faits de guerre, la terre est encombrée de tranchées – dont la moitié se trouve dans les départements du Pas-de-Calais et de la Somme – et de réseaux de fil de fer ; elle est semée de trous d’obus. Beaucoup de fermes et de villages sont complètement détruits, rendant impossible tout logement. Les moyens de communication manquent. Les routes sont barrées par des trous de mine aux carrefours. Les ponts, les ouvrages d’art des chemins de fer ont sauté. L’hygiène est déplorable, faisant craindre des épidémies. Des cadavres de soldats sont à peine enfouis dans le sol. Les chevaux morts sont encore à la surface des champs, exhalant une odeur putride. L’environnement est dangereux. Le long des voies, des petits parcs d’obus, de grenades ou d’explosifs peuvent tenter la curiosité des enfants. Les caves et les quelques pans de murailles qui ont résisté aux obus risquent de céder du fait de l’humidité. Les éboulements mettent en péril la vie des populations. Des travaux d’urgence sont nécessaires pour sécuriser les lieux où des habitants reviennent et amorcer la première reconstruction.

La question de la main-d’œuvre et le recours aux Chinois

11L’absence de main-d’œuvre se fait alors ressentir, en particulier pour le toilettage du sol. Le général Fayolle souligne à ce propos le 28 août 1918 :

  • 18 Comité départemental pour l’examen des questions relatives à la reconstitution des régions libérée (...)

Le travail à faire est très considérable et la main-d’œuvre dont nous disposons tout à fait insuffisante pour le mener à bien rapidement, même pour les munitions qui sont trouvées groupées déjà en approvisionnements constitués. Encore moins peut-il être question de procéder à un nettoyage méthodique portant sur les munitions isolées qui peuvent se trouver éparses sur le terrain reconquis18.

  • 19 AD Somme, KZ 358.
  • 20 AD Somme, KZ 358 (pour les deux citations précédentes).
  • 21 Congrès des maires de la région libérée du département de la Somme, Amiens, Imprimerie du Progrès (...)

12Visitant en octobre 1918 des communes de la Somme dévastée, dans le canton de Corbie, la gendarmerie fait le même constat : « En raison des ravages causés par la guerre sur tout le territoire de la commune, il est à craindre que la reprise de la vie normale soit lente, d’autant plus que la main-d’œuvre est très difficile [sic] et que les matériaux nécessaires aux réparations font défaut » note ainsi le chef de brigade pour les communes de Bresle, Bonnay et Henencourt19. À Gentelles, « la vie normale dans la commune ne reprendra son cours que dans un temps probablement très éloigné, car beaucoup d’ouvriers, qui ont tout perdu, ne reviendront jamais au pays ; plusieurs cultivateurs ont loué des fermes en Normandie » ; à Guyencourt, « la population, composée en grande partie d’ouvriers, est appelée à diminuer dans de notables proportions car beaucoup de ces derniers qui ne possédaient absolument rien dans le pays ne reviendront pas ; de plus, le peu de mobilier, linge, qu’ils possédaient a été pillé, donc plus rien ne les rappelle au pays20 ». La saignée démographique provoquée par la guerre accentue la crise de la main-d’œuvre en 1918-1919 et, lors de cette première phase de la reconstruction, la démobilisation des soldats n’était pas achevée. Lors du congrès des maires de la région libérée du département de la Somme, réuni à Amiens les 12 et 13 juillet 1919, le préfet Morain rappelle, au sujet du comblement des tranchées, des trous d’obus et de l’enlèvement des fils barbelés, que « pendant de longs mois nous avons réclamé pour les deux zones française et britannique l’envoi de main-d’œuvre sans pouvoir l’obtenir21 ».

  • 22 Sur le Pas-de-Calais, voir dans ce volume la contribution de Patrice Marcilloux.
  • 23 Journal des régions dévastées, no 2, 25 mai 1919, p. 27.
  • 24 Journal des régions dévastées, no 10, 20 juillet 1919, p. 149.
  • 25 Clout H., op. cit., p. 89, d’après M. Hénard, « La main-d’œuvre chinoise », Journal des régions dé (...)
  • 26 Selon Julien Raux (L’intervention des Chinois pendant la reconstruction du Pas-de-Calais, mémoire (...)
  • 27 Dans ce département, à la fin de mars 1919, le STPU emploierait 19 316 travailleurs, dont 8 728 pr (...)
  • 28 La Grande reconstruction, reconstruire le Pas-de-Calais après la Grande Guerre, AD Pas-de-Calais, (...)

13Dans ce contexte, et alors que des réintégrés se mettent eux-mêmes au travail pour restaurer leur propre maison malgré les risques, les travaux sont effectués d’abord par des entrepreneurs, comme l’entreprise Marichal pour le Pas-de-Calais22, puis par les équipes du Service des Travaux de Première Urgence (STPU). Créé un mois après l’armistice, par décret du 13 décembre 1918, le STPU avait pour mission la remise en état du sol, comprenant le déblaiement des matériaux, la destruction et le ramassage des projectiles qui n’auraient pas été enlevés par les soins de l’armée, la mise en culture des terres susceptibles d’être ensemencées, les premières réparations aux maisons endommagées (la « remise en habitabilité ») et l’installation d’abris provisoires pour les sinistrés qui rentraient ; il mettait des travailleurs à la disposition de l’autorité militaire chargée de l’enlèvement des projectiles23. Sa main-d’œuvre, qui dépasse les 260 000 hommes au cours de l’année 1919, et atteint peut-être les 300 000, inclut des civils français recrutés localement, soit entre 50 et 60 000 hommes, 200 000 prisonniers de guerre environ et des travailleurs coloniaux24. La presse a alors estimé à 25 000 le nombre de « Chinois » sous contrat avec le STPU25. Ces travailleurs sont, pour la plupart, affectés au signalement des obus26, à l’enlèvement des réseaux de fil de fer et barbelés, au nettoiement du sol, au comblement des tranchées, aux travaux provisoires des habitations, à la récupération d’objets mobiliers, et sans doute également à l’enterrement des cadavres. Dans le Pas-de-Calais27, dix compagnies chinoises sont mises à disposition, soit 4 250 hommes environ. Ils interviennent en janvier et février 1919 dans plusieurs communes, comme Achiet-le-Petit ou Corbehem, puis en juillet et août dans d’autres, comme Berles ou Foncquevillers, encadrés par des militaires et des civils, entre lesquels les relations sont souvent médiocres et qui sont rarement sinisants. Des compagnies chinoises sont également stationnées sous le contrôle de l’armée britannique : en mai 1919, elles se trouvent par exemple à Sallaumines, Auchy-les-Mines… 230 travailleurs chinois sont aussi employés à Lapugnoy pour le compte de la Compagnie des mines de Marles28.

  • 29 Dorgelès R., Le Réveil des morts, Paris, Albin Michel, 1923, p. 6.
  • 30 Ibid., p. 31.
  • 31 Ibid., p. 7.

14Cette présence chinoise dans les territoires dévastés est évoquée par Roland Dorgelès dès les premières pages du Réveil des morts. Dans le premier chapitre, il évoque les découvertes faites par les Chinois dans les tranchées et les « feux d’artifice » qui en découlent. « Les fusées se suivaient, rouges, blanches, vertes, montées sur un tremblant fil d’or. Avec les centaines de caisses trouvées dans les tranchées, les Chinois avaient de quoi s’amuser longtemps29. » Dans le second, c’est l’exhumation des corps qui est relatée : « Les Chinois, qu’on voyait travailler plus loin, avaient ouvert une dizaine de fosses, depuis le matin. […] Les Chinois, quand ils avaient sorti un corps, le plaçaient dans une grande toile de tente, dont ils nouaient les coins au milieu d’un bâton, et, l’un à chaque bout, ils emportaient leur charge d’os, comme ils faisaient dans leurs rizières30. » Mais ce que l’on retient surtout des pages de l’auteur des Croix de bois, c’est la mauvaise réputation de ces travailleurs auprès des populations autochtones. Dès les premières pages, il les campe de manière grotesque : « C’était […] un cortège de Chinois qui rejoignaient leur camp. Ils se suivaient en procession, tous affublés de capotes trop longues ou de défroques civiles dans lesquelles ils flottaient, les uns coiffés de képis, les autres de calots qu’ils enfonçaient jusque dans les oreilles ; un grand arborait même un bonnet de castor enjolivé de pompons31. » Dans le troisième chapitre, ils sont accusés de paresse :

  • 32 Ibid., p. 49.

Le district, qui commençait à fonctionner cahin-caha, n’employait guère comme ouvriers que des prisonniers de guerre et des Chinois et tandis que ceux-ci, bien nourris, chaudement vêtus, flânaient dans le pays, se mettant quatre pour conduire une brouette vide et restant assis des heures sur les tas de décombres qu’ils devaient enlever, les habitants, privés de tout, s’aigrissaient dans le désœuvrement32.

  • 33 Ibid., p. 51.
  • 34 Ibid., p. 58.
  • 35 Ibid., p. 50.
  • 36 Ibid., p. 58.
  • 37 Ibid., p. 50.
  • 38 Ibid., p. 49.

15Dorgelès note ensuite : « Ils arrivaient bien, pierre à pierre, à déblayer quelques rues, à combler quelques tranchées, mais cela s’accomplissait en quelque sorte malgré eux, par la force du temps, et parce qu’il était physiquement impossible d’en faire moins. Pour l’enlèvement des obus, ils y avaient tout de suite renoncé, trouvant la tâche trop périlleuse, et les explosifs attendaient dans les champs la venue d’artificiers français33. » Un peu plus loin, il écrit que « si étrange que cela pût paraître, les Chinois, le dimanche, parvenaient à travailler encore moins qu’en semaine34 ». Selon Dorgelès, les habitants trouvent que les Chinois leur manquent de respect, ne respectent pas leur intimité. « Silencieux, invisibles, ils se faufilaient partout, pas plus gênés pour pousser une porte que pour escalader un mur, et à tout moment des habitants rentrant chez eux en trouvaient d’installés à leur table, pas menaçants du tout, l’air avenant au contraire […]. Les déloger était impossible35. » Dans les rues, le dimanche, « taquins, ils se moquaient de tout le monde et tournaient en dérision les habitants qui se croyaient les plus malins36 ». Ils sont accusés d’actes de délinquance, explicables par leur origine : « C’étaient pour la plupart des vauriens racolés dans les ports, des coolies qui n’avaient jamais tenu une pioche, quelques étudiants pauvres, aussi, qui avaient trouvé ce moyen d’apprendre le français et de connaître l’Europe sans qu’il leur en coûtât un taël. Pendant deux ans, ils avaient travaillé à Lyon dans les usines de guerre, et il fallait les employer encore un an ou deux, pour achever leur contrat37. » Ainsi, selon Dorgelès, « les Chinois étaient devenus les maîtres de la contrée […], et, excepté les commerçants qui vivaient d’eux, tout le monde les regardait comme un fléau38 ».

16Les propos de Roland Dorgelès sont le reflet des plaintes des réintégrés à l’égard des Chinois, dont atteste par exemple le vœu des « Agriculteurs de la Somme », réunis le 19 avril 1919,

  • 39 Le Messager de la Somme, 4 mai 1919.

[…] que pour ramener la quiétude dans les villages réintégrés plus ou moins populeusement, les compagnies de travailleurs chinois soient éloignées et occupées dans des endroits où une surveillance active et continue puisse être faite. Les habitants épars dans les ruines, les femmes sont justement alarmées des méfaits répétés de ces bandes paresseuses dans lesquelles se rencontrent de nombreux et violents pillards et assassins. Le peu de travail effectué par les Chinois ne peut pas les faire regretter39.

  • 40 On fait ici référence au livre de Louis Chevalier, Classes laborieuses, classes dangereuses, Paris (...)
  • 41 Journal des régions dévastées, no 17, 7 septembre 1919, p. 266.
  • 42 Le Progrès de la Somme, 1er-2 février 1920.
  • 43 Le Progrès de la Somme, 27 janvier 1920. A l’occasion de leur procès, Le Messager de la Somme avai (...)
  • 44 Le Progrès de la Somme, 17 février 1920.

17Aux yeux des réintégrés, les Chinois apparaissent en effet, pour parodier l’expression de l’historien Louis Chevalier, comme une « classe dangereuse40 ». Ce sentiment est exacerbé par leurs agitations, comme, à la fin de l’été 1919, la tentative de 4 à 500 d’entre eux travaillant dans la région de Braisne (Aisne) de se diriger vers Soissons pour protester contre l’absence de salaire pendant un mois et contre une punition abusive infligée à l’un d’entre eux ; seule l’intervention d’un colonel, un colonial parlant leur langue, avait pu alors éviter le pire : des zouaves avaient été positionnés à Soissons pour les recevoir à coups de fusil41. Il est surtout entretenu par les faits divers sanglants que la presse relate avidement. Ainsi, le 7 septembre 1919, rendant compte d’un double assassinat commis à Hamelincourt (Pas-de-Calais), Le Messager de la Somme écrit : « Une fois de plus, les environs d’Arras viennent d’être plongés dans la plus profonde consternation à l’annonce d’un crime monstrueux commis par les Chinois », tandis que Le Progrès de la Somme, dressant le bilan de l’année 1919, note : « La criminalité n’a pas chômé dans la Somme en 1919 et c’est aux Chinois que nous devons la majeure partie des assassinats et attentats que nous avons eus à signaler. Aux derniers jours de 1918, deux Asiatiques avaient tué une femme et ses trois enfants à Boutillerie. Puis, en avril, dans la région du Marquenterre, à Saigneville, à Lannoy, à Ponthoile, les Fils du Ciel commettaient une série d’assassinats qui jetaient la terreur dans cette paisible contrée. Nous avons encore à leur actif le meurtre d’une jeune fille à Templeux-le-Guérard et d’une débitante à Villers-Bocage en octobre dernier42. » Le 26 janvier 1920 sont fusillés à la Citadelle d’Amiens trois des quatre Chinois condamnés à mort, le 14 novembre 1919, par le 1er Conseil de guerre de la 2e région, pour le double crime de Ponthoile, le quatrième ayant été gracié43, tandis que Chang-Yu-Chi, l’un des auteurs du quadruple assassinat de Boutillerie, condamné à mort par la cour martiale britannique de Flixecourt le 5 mai 1919 et auteur d’autres crimes commis après qu’il s’est évadé du camp de Vecquemont, est passé par les armes le 14 février 1920 aux Attaques, près de Calais44.

18 Le Journal des régions dévastées, qui paraît à partir du 18 mai 1919, fait fréquemment état, dans ses rubriques départementales, des récriminations contre les Chinois. Il relate ainsi les propos tenus par le maire d’Hautvillers (Marne) contre les 80 Chinois qui travaillent dans sa commune :

  • 45 Journal des régions dévastées, no 5, 15 juin 1919, p. 71. Cette question du rendement des travaill (...)

Il nous dit que ces orientaux, militarisés puisqu’ils sont sous les ordres de sous-officiers et d’officiers français, gagnent de 6 francs à 6 francs 50 par jour pour travailler de 6 heures du matin à 9 heures. Tout bien compté, c’est la journée de 3 heures, à raison de 2 francs l’heure. En Occident, nous n’en sommes encore qu’à la journée de 8 heures. Le reste du temps, ils embêtent les habitants. L’autre soir, au nombre d’une trentaine, armés les uns de gourdins et les autres de mousquetons, ils s’amusèrent à faire le siège d’une maison, déchargeant leurs armes, frappant des vignerons de leurs bâtons, jetant la panique dans le village45.

19Ces plaintes sont relayées dans les débats d’assemblées, parlementaires, locales ou consulaires. Le 13 février 1919, lors du débat sénatorial sur la situation des régions libérées, Louis Boudennot, sénateur du Pas-de-Calais, produit une lettre, datée du 2 février 1919, de Morel, membre de la commission agricole du Pas-de-Calais :

Depuis le 20 janvier, le travail des équipes de Chinois est absolument insignifiant. Les travailleurs emploient leur temps à démonter nos harnais et nos charrues pour les transformer en véhicules roulants qui leur servent à transporter leurs rapines ; de ce fait, 6 à 7000 francs de dégâts dans la région de Boiry et d’Adinfer. Les meules de blé sont visitées tous les jours et servent à leur procurer la paille du couchage. Les maisons en voie de réparation sont dépouillées de leurs portes. Le hangar de la société coopérative de Boiry a été brûlé presque complètement. Il en reste deux travées. Il en a été de même de nos approvisionnements en bois récupérés en vue d’établir des logements pour les animaux. La région est transformée, de jour, en champ de bataille, les coups de fusil partent dans toutes les directions, et des grenades sont jetées quand les visiteurs paraissent importuns […]. La nuit, les fusées et signaux lumineux éclairent leurs cantonnements. Je n’ai pas besoin de vous dire que les gens ne veulent plus et n’osent plus aller dans ces régions, et je me demande quand cessera cet état de choses.

  • 46 Journal officiel, Débats parlementaires, Sénat, 1919, p. 114.

20Le sénateur des Ardennes Lucien Hubert répond sobrement à cette dernière interrogation : « Quand on retirera les Chinois46. »

21Le 20 avril 1919, les Chinois sont également mis en cause au Conseil général de la Somme, comme le montre cet échange entre le sénateur Ernest Cauvin, par ailleurs conseiller général du canton de Boves, et Dusevel, conseiller général de Doullens, au sujet du nettoyage du sol :

Cauvin : « C’est […] très dangereux et il ne faut pas exposer la vie des nôtres. Vous avez des travailleurs préposés à ce service, il faut les faire travailler. Je n’accuse pas la main-d’œuvre française de ne pas faire son travail, mais on fait accomplir cette besogne par des Chinois au sujet desquels on m’a rapporté des faits regrettables. Ils ne font rien. » Dusevel : « Mais ils commettent des assassinats. »

  • 47 PVCG, Pas-de-Calais, séance du 1er octobre 1919, pp. 166-167 et pp. 190-194.

22Le 1er octobre 1919, le Conseil général du Pas-de-Calais fait sien un vœu d’Emile Basly, conseiller général socialiste de Lens, par ailleurs maire de cette ville et député, demandant que « les Chinois et les Annamites soient, dans le plus bref délai, retirés du département du Pas-de-Calais ». Les considérants sont explicites : « Les mœurs et l’attitude des Annamites et Chinois employés aux travaux de reconstitution dans le Pas-de-Calais les ont rendus absolument indésirables ; par les méfaits de toutes sortes dont ils sont coutumiers, ils constituent un véritable danger pour les populations au milieu desquelles ils vivent et qu’ils terrorisent littéralement. » Au cours de la même séance est également renvoyé à l’Administration, avec un avis favorable, un vœu de son collègue Amédée Petit, haut magistrat, ancien premier président de la cour d’appel d’Amiens, qui, « considérant que les crimes commis par les Chinois occupés au service de la Reconstruction des régions libérées se multiplient, que diverses personnes ont été l’objet, de leur part, d’attaques à main armée et ont péri » demande « que l’État français soit déclaré responsable, sauf son recours contre l’État britannique, des suites des méfaits accomplis par les Chinois occupés aux travaux de reconstruction des pays envahis et que des secours immédiats soient envoyés à ceux qui se trouvent privés par eux d’une aide ou d’un soutien ». Les conseillers renvoient également « avec le plus énergique appui à l’administration » un autre vœu, déposé par leurs collègues Emile Loth et Henri Bachelet, conseiller général de Croisilles, demandant « que des brigades de gendarmerie supplémentaires soient affectées à toutes les régions où se trouvent des camps de Chinois ; que les Chinois soient porteurs de cartes de circulation justifiant leur identité et indiquant le camp auquel ils sont affectés ; que les lois soient appliquées avec sévérité aux Chinois et aux colporteurs nomades trouvés porteurs d’armes prohibées ». Durant la discussion, Emile Loth met en valeur l’habileté avec laquelle les délinquants chinois perpètrent leurs attentats, il explique comment, après une fusillade, ils guettent les habitants dès qu’ils sortent, puis les assassinent, et comment ils coupent la toile ou le papier tendus sur les fenêtres des maisons dans les pays dévastés. Enfin il montre que le danger particulier résulte du fait que ces criminels utilisent les engins qu’ils découvrent sur les champs de bataille et se servent de grenades et d’armes de guerre à très longue portée47.

  • 48 Cité dans Lavalard R., La reconstruction dans la Somme et les régions dévastées, Péronne, 1996, p. (...)

23Les instances consulaires des départements libérés expriment également leur mécontentement. Le 13 octobre 1919, la Chambre de commerce de Péronne, « considérant que les coolies chinois, à la solde de l’armée anglaise, inspirent une véritable terreur dans tout le pays qu’ils occupent, que de nombreux méfaits leur sont imputables, quelques-uns même commis les armes à la main, demande instamment aux pouvoirs publics que l’arrondissement de Péronne en soit débarrassé et qu’ils soient réexpédiés en Chine48 ».

  • 49 Clout H., op. cit., p. 96.
  • 50 PVCG, Pas-de-Calais, séance du 1er octobre 1919, p. 192.
  • 51 La Grande reconstruction, reconstruire le Pas-de-Calais après la Grande Guerre, AD Pas-de-Calais, (...)
  • 52 Clout H., op. cit., p. 98.
  • 53 Le Progrès de la Somme, 24 février 1920.
  • 54 Cité par Raux J., op. cit., p. 102.

24Soumis à de telles pressions, les préfets cherchent à résoudre les difficultés. Le préfet de la Somme, Morain, approche à cette fin les autorités militaires britanniques49. Le préfet du Pas-de-Calais effectue également des démarches auprès d’elles et leur transmet de nombreuses réclamations50 ; de plus, il écrit, le 19 septembre 1919, au ministre des Régions libérées pour demander le retrait des Chinois de son département. Selon lui, il sera difficile de les loger l’hiver, d’autant plus qu’on ne sait pas comment ils supporteront le froid ; leur rendement serait très en dessous des autres travailleurs ; enfin, écrit-il, « la population est terrorisée par les vols, les actes de brigandage, les crimes commis par des travailleurs. La situation est devenue absolument intolérable. Les habitants sont obligés de se barricader entre eux, ils ne peuvent se risquer dans leurs champs qu’en nombre et seront obligés de quitter leur commune si les Chinois, pillards, voleurs et assassins, n’en sont pas éloignés51. » De ce fait, presque tous les travailleurs chinois du Pas-de-Calais sont rapatriés au cours de l’hiver 1919-1920, seuls 230 restent travailler dans les mines : ils sont remplacés par des Polonais. Les sinistrés continuent pourtant à exprimer leur hostilité à l’égard des travailleurs chinois, dont le nombre est alors décroissant dans les régions dévastées, surtout après la révolte des travailleurs chinois de Péronne de janvier 1920, quand environ 200 d’entre eux empêchèrent la police d’appréhender trois des leurs, cantonnés au camp de La Chapelette, accusés d’avoir volé 2000 francs52 : « Malgré les protestations des habitants des régions libérées, en dépit des réclamations formulées par leurs mandataires, l’Administration persiste à maintenir les Chinois dans nos régions. Pour le travail qu’on en tire, il vaudrait mieux 100 fois les renvoyer chez eux. Ils ne coûteraient plus rien au budget et leur absence rendrait la tranquillité aux habitants […]. L’impudence de ces Fils du Ciel ne connaît plus de bornes », note alors Le Progrès de la Somme53. Les autorités militaires avaient pourtant justifié le maintien de ces travailleurs afin d’accélérer la remise en état des territoires dévastés, comme le montre un communiqué du général Nollet, commandant le 1er corps d’armée, publié en août 1919 dans plusieurs quotidiens du Nord : « Le désir de voir tous les Chinois quitter la France ne peut se réaliser sans causer un préjudice énorme à la reconstitution des régions libérées, car les travailleurs fournissent un travail de déblaiement très effectif et si important que la main-d’œuvre civile et militaire ne pourrait y suppléer54. »

La méfiance à l’égard des étrangers

  • 55 Voir par exemple sur ce sujet le mémoire de master II de Jérémie Caillaud, La présence britannique (...)
  • 56 Lettre de Behancourt-par-Montigny citée par le contrôle postal d’Abbeville, 16 septembre 1918, SHD (...)
  • 57 Lettre de Moyenneville, citée dans le contrôle postal d’Abbeville (1er octobre 1918), SHD, départe (...)
  • 58 Contrôle postal d’Amiens, SHD, département terre, 16 N 1448.
  • 59 SHD, département terre, 16 N 1540, cité par Jérémie Caillaud, op. cit., p. 155.

25Cette hostilité à l’égard des travailleurs chinois est à rattacher à la profonde méfiance des autochtones à l’égard de l’armée britannique55, dont la présence est souvent vécue comme une occupation, ce que révèle le contrôle postal : « Quant aux Anglais, on ne peut pas se faire une idée du pillage qu’ils ont fait dans les villages évacués56 » ; « Je suis révoltée […] de voir la manière dont se conduisent les Anglais57 » ; « Je trouve que [les Anglais] s’installent trop en France et qu’il était inutile que nous nous battions contre les Boches pour être envahis par un autre peuple58. » Une note de mai 1918 sur les rapports entre les troupes britanniques et les populations du Nord, émanant du Service de renseignement aux Armées du GQG, souligne l’ampleur des plaintes formulées à l’égard des Anglais : « On compare les Anglais à nos ennemis : les Boches n’en feraient pas plus […]. En résumé, les plaintes sont presque unanimes. La tension croissante entre les troupes britanniques et la population civile du Nord, dont le moral est par ailleurs excellent, risque de créer un état de choses vraiment dangereux59. » L’incapacité des Alliés à surveiller la main-d’œuvre asiatique est également mise à leur débit, comme le souligne ce commentaire du Journal des régions dévastées après une réaction hostile à l’annonce faite par Clemenceau, en visite dans le Pas-de-Calais, d’un recrutement de main-d’œuvre étrangère :

  • 60 Journal des régions dévastées, no 15, 24 août 1919, p. 233.

Le Chinois ou le prisonnier confié aux alliés n’est soumis à aucune discipline, ou bien il joue et fume avec ses gardiens, ou bien il violente, assassine et vole. La terreur règne dans nos régions, vieillards, enfants, adultes reçoivent tour à tour les coups des malandrins. Le soldat allié qui les garde se désintéresse absolument de son service, mais par contre si une occasion s’offre de brimer les indigènes, il ne la manque pas60.

  • 61 Le Messager de la Somme, 12 octobre 1919.
  • 62 Le Messager de la Somme, 1er février 1920.

26Quand, en octobre 1919, cinq Chinois du camp de Feuquières-en-Vimeu ont assommé et volé une débitante de Chépy, Le Messager de la Somme redoute leur impunité « pour une double raison : La première, ils relèvent de l’autorité anglaise et celle-ci, dit-on, ferme les yeux sur bien des choses, au moins au camp de Feuquières. On ajoute que la surveillance y est déplorablement relâchée. La seconde : le parquet d’Abbeville, appelé à descendre sur les lieux du crime, ne s’est pas dérangé, paraît-il, sous prétexte que les accusés relèvent de la juridiction anglaise61. » Après les incidents du début de 1920, le maire de Péronne, qui prend un arrêté interdisant l’accès de sa ville aux Chinois, rend l’autorité anglaise responsable d’éventuelles contraventions62. Les sources françaises révèlent la volonté d’imputer aux Chinois travaillant sous l’égide de l’armée britannique les exactions les plus graves.

  • 63 PVCG, Pas-de-Calais, 1er octobre 1919, p. 191-192.
  • 64 Journal des régions dévastées, no 3, 1er juin 1919.

27Cette hostilité est également à mettre en relation avec le sentiment que le nombre trop élevé d’étrangers dans les régions libérées est une menace pour la sécurité. Le conseiller général du Pas-de-Calais Jean Paris le rappelle le 1er octobre 1919 lors du débat sur les Chinois : « Il y a d’autres travailleurs exotiques dont la présence provoque d’incessantes réclamations63. » Le Journal des régions dévastées écrit, en juin 1919, à propos des Vosges : « Nous passons sous silence l’œuvre inqualifiable exécutée par les 3000 Russes dont l’arrondissement est gratifié et dont le renvoi est demandé par tous les sinistrés vosgiens64. » Cet afflux de travailleurs venus d’ailleurs conduit à la mise en place d’une police spécifique dans les régions libérées :

Dès la reprise de nos régions dévastées, le gouvernement, préoccupé d’assurer l’ordre, la sécurité et la surveillance des étrangers et travailleurs, a obtenu du Parlement les crédits nécessaires à l’organisation d’une police spéciale. Il était, en effet, indispensable, en présence des conditions générales d’insécurité dans lesquelles se trouvait le territoire à reconstituer, de créer une force spéciale temporaire, capable de garantir l’ordre, en attendant que les forces de police normales puissent être réorganisées et renforcées.

  • 65 Rapport du préfet au Conseil général de la Somme, 1919, AD Somme 4 M 112.
  • 66 Procès-verbal du Conseil général de la Somme, 2e session ordinaire de 1922, p. 196 (les procès-ver (...)
  • 67 Cité par Raux J., op. cit., p. 87.

28écrit le préfet de la Somme en 191965. En septembre 1922 encore, le Conseil général de la Somme « considérant que la criminalité augmente dans des proportions regrettables, tout particulièrement dans des départements comme le nôtre, à cause de la main-d’œuvre cosmopolite qui y a été amenée pour les travaux de la reconstitution », demande aux pouvoirs publics de donner plus de moyens à la police et à la gendarmerie « pour arrêter les malfaiteurs et assurer ainsi l’exécution des jugements correctionnels66 ». Le souhait des élus des régions dévastées de voir partir ces étrangers et de voir facilité le retour des travailleurs autochtones est à maintes reprises exprimé, comme en témoigne cette intervention du conseiller général de Chaulnes, Boinet, au conseil général de la Somme le 20 avril 1919 : « Nous avons souvent de la main-d’œuvre étrangère qui travaille très peu et qui est payée très cher. Il serait possible de se procurer d’autre main-d’œuvre. Nous avons dans le pays beaucoup de main-d’œuvre spécialiste, des gens qui ne demandent qu’à rentrer et à travailler. » Les Chinois et les autres étrangers apparaissent comme une menace pour la main-d’œuvre française et pour le niveau des salaires comme l’atteste cet extrait du Réveil du Nord, d’obédience socialiste, le 16 août 1919 : « Pour le moment, nous ne sommes pas seulement menacés d’une avalanche d’Allemands, d’Autrichiens, de Polonais appelés à relever rapidement nos ruines, sans le préjudice du concours agissant des Chinois. Ces exotiques vont venir supplanter nos nationaux et rendre plus aiguë la crise actuelle, dont la gravité est cependant reconnue67. » Un tel point de vue reste tout de même paradoxal alors que, après la saignée démographique de la Première Guerre mondiale, le manque de main-d’œuvre est dénoncé dans les zones à reconstruire.

29Ainsi, alors que l’occupation « anglaise » est parfois assimilée à l’occupation « boche », il n’est pas surprenant que le parallèle apparaisse entre les méfaits commis par les Chinois et ceux de l’occupant allemand, par exemple dans un extrait de L’Écho du Nord du 30 mars 1919 :

  • 68 Ibid., p. 99.

Les habitants se plaignent journellement des exactions commises par les Chinois. Les Célestes s’habituent mal sur cette terre d’épouvante où le vent souffle par mille brèches et où l’hiver persiste à durer. Pour mettre un peu de clarté dans la grisaille du paysage et se chauffer, ils achèvent la destruction des maisons que la mitraille a frappées et détruisent celles que les barbares ont laissées debout. Une mesure énergique s’impose pour que les habitants si lourdement pressurés par les Boches ne continuent pas de l’être par les Chinois68.

  • 69 BDIC, F Δ 1146/4 B 695 et 2 B 155.
  • 70 Par exemple dans l’Oise en juin 1919 (Journal des régions dévastées, no 6, 22 juin 1919, p. 88).

30Dans l’immédiat après-guerre, les habitants réintégrés semblent soumis à une double tension : d’un côté, ils souhaitent la remise en état rapide de leurs contrées ; de l’autre, après avoir été incompris pendant leur période d’exil, ils sont méfiants à l’égard de l’étranger. Cette méfiance est généralisée, touchant même le Français venu d’autres provinces. Dans ces conditions, on comprend la suspicion, voire la crainte qu’ont provoquées les Chinois employés dans les travaux de reconstruction, dont témoignent même les copies des enfants des écoles : « les crimes qu’ils ont commis les firent détester » écrit, en 1920, un élève du collège de Calais, tandis qu’un écolier de Boulogne-sur-Mer estime que « les Chinois étaient méchants69 ». Leur mauvaise réputation, que l’on retrouve en 1923 dans Le Réveil des morts de Roland Dorgelès, contribue aux critiques adressées au Service des Travaux de Première Urgence, dont la suppression est très fréquemment demandée70 et qui est rapidement démantelé, en avril 1920, pour être remplacé par le Service des Travaux d’État.

Bibliographie

Bibliographie

Caillaud J., La présence britannique dans les départements de la Somme et du Pas-de-Calais pendant la Première Guerre mondiale (1914-1918), mémoire de master II sous la direction de Manon Pignot, Sophie Delaporte et Philippe Nivet, Université de Picardie, 2009 [consultable à la bibliothèque universitaire de l’Université de Picardie].

Clout H., After the Ruins, Restoring the Countryside of Northern France after the Great War, University of Exeter Press, 1996.

La Grande reconstruction, reconstruire le Pas-de-Calais après la Grande Guerre, Archives départementales du Pas-de-Calais éditeur, 2000.

Lavalard R., La reconstruction dans la Somme et les régions dévastées, Société archéologique de la région de Péronne éditeur, 1996.

Nivet P., Les réfugiés français de la Grande Guerre, « les Boches du Nord », Paris, Economica, 2004.

Nogaro B. et Weil L., La main-d’œuvre étrangère et coloniale pendant la guerre, Paris, PUF, 1926.

Raux J., L’intervention des Chinois pendant la reconstruction du Pas-de-Calais, mémoire de maîtrise sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau et Anne Duménil, Université de Picardie, 2001-2002 [consultable à la bibliothèque universitaire de l’Université de Picardie].

Warmé C., L’expérience de l’exode chez les populations picardes au cours des deux guerres mondiales, mémoire de maîtrise sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau, Université de Picardie, 1998 [consultable à la bibliothèque universitaire de l’Université de Picardie].

Notes

2 Nogaro B., Weil L., La main-d’œuvre étrangère et coloniale pendant la guerre, Paris, PUF, 1926, p. 25.

3 Procès-verbaux du Conseil général (désormais PVCG) du Pas-de-Calais, séance du 22 avril 1918, p. 24 (les procès-verbaux du Conseil général du Pas-de-Calais sont consultables sur Gallica).

4 Demangeon A., Le Déclin de l’Europe, Paris, Payot, 1920, p. 33-34.

5 Becker J.-J., Berstein S., Victoire et frustrations 1914-1929, Paris, Seuil, 1990, p. 150.

6 Clout H., After the Ruins, Restoring the Countryside of Northern France after the Great War, University of Exeter Press, 1996, p. 47.

7 Clout H., « La reconstruction rurale en Picardie » dans Reconstructions en Picardie après 1918, Paris, Réunion des musées nationaux, 2000, p. 117.

8 Nivet P., Les réfugiés français de la Grande Guerre, les « Boches du Nord », Paris, Economica, 2004.

9 Lettre de septembre 1918, Archives départementales (désormais AD) du Loiret, 20 M 31.

10 AD Somme, 99 R 3460.

11 Hanotaux G., L’Aisne pendant la Grande Guerre, Paris, Félix Alcan, 1919, p. 84.

12 Dorgelès R., Le Réveil des morts, Paris, Albin Michel, 1923, p. 10.

13 Warmé C., L’expérience de l’exode chez les populations picardes au cours des deux guerres mondiales, maîtrise sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau, Université de Picardie, 1998, p. 116.

14 AD Somme, 99 R 3384.

15 Huber M., La population de la France pendant la guerre, Publications pour la dotation Carnegie, Paris, PUF, 1931, p. 484.

16 AN, F/2/2103.

17 Huber M., op. cit., p. 485.

18 Comité départemental pour l’examen des questions relatives à la reconstitution des régions libérées, séance du 9 novembre 1918, rapport du préfet de l’Oise, AD Somme KZ 1540.

19 AD Somme, KZ 358.

20 AD Somme, KZ 358 (pour les deux citations précédentes).

21 Congrès des maires de la région libérée du département de la Somme, Amiens, Imprimerie du Progrès de la Somme, 1919, p. 7.

22 Sur le Pas-de-Calais, voir dans ce volume la contribution de Patrice Marcilloux.

23 Journal des régions dévastées, no 2, 25 mai 1919, p. 27.

24 Journal des régions dévastées, no 10, 20 juillet 1919, p. 149.

25 Clout H., op. cit., p. 89, d’après M. Hénard, « La main-d’œuvre chinoise », Journal des régions dévastées, 26 octobre 1919.

26 Selon Julien Raux (L’intervention des Chinois pendant la reconstruction du Pas-de-Calais, mémoire de maîtrise sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau et Anne Duménil, Université de Picardie, 2001-2002, p. 27), « contrairement à ce que pense l’opinion, les Chinois sous autorité française n’ont donc pas servi de démineurs. Leur tâche consistait à écumer l’ancien champ de bataille en ligne et à planter un bâton à chaque fois qu’ils découvraient un projectile, de façon à accélérer l’intervention des démineurs, qui passaient ultérieurement ».

27 Dans ce département, à la fin de mars 1919, le STPU emploierait 19 316 travailleurs, dont 8 728 prisonniers de guerre, 4 620 « Chinois », 1 188 travailleurs civils locaux, 4 700 travailleurs militaires et 100 experts en explosif (Hugh Clout, op. cit., d’après le rapport du préfet Villey, AN AJ 25/51).

28 La Grande reconstruction, reconstruire le Pas-de-Calais après la Grande Guerre, AD Pas-de-Calais, 2000, p. 47.

29 Dorgelès R., Le Réveil des morts, Paris, Albin Michel, 1923, p. 6.

30 Ibid., p. 31.

31 Ibid., p. 7.

32 Ibid., p. 49.

33 Ibid., p. 51.

34 Ibid., p. 58.

35 Ibid., p. 50.

36 Ibid., p. 58.

37 Ibid., p. 50.

38 Ibid., p. 49.

39 Le Messager de la Somme, 4 mai 1919.

40 On fait ici référence au livre de Louis Chevalier, Classes laborieuses, classes dangereuses, Paris, Plon, 1958.

41 Journal des régions dévastées, no 17, 7 septembre 1919, p. 266.

42 Le Progrès de la Somme, 1er-2 février 1920.

43 Le Progrès de la Somme, 27 janvier 1920. A l’occasion de leur procès, Le Messager de la Somme avait commenté : « Les débats ont établi que les Chinois étaient venus pour voler. C’est un peu partout le métier qu’ils font dans nos régions, surtout dans les pays dévastés où sont encore installés de grands camps de travailleurs » (23 novembre 1919).

44 Le Progrès de la Somme, 17 février 1920.

45 Journal des régions dévastées, no 5, 15 juin 1919, p. 71. Cette question du rendement des travailleurs chinois est également soulevée dans le Pas-de-Calais (Julien Raux, op. cit., p. 69-70).

46 Journal officiel, Débats parlementaires, Sénat, 1919, p. 114.

47 PVCG, Pas-de-Calais, séance du 1er octobre 1919, pp. 166-167 et pp. 190-194.

48 Cité dans Lavalard R., La reconstruction dans la Somme et les régions dévastées, Péronne, 1996, p. 45.

49 Clout H., op. cit., p. 96.

50 PVCG, Pas-de-Calais, séance du 1er octobre 1919, p. 192.

51 La Grande reconstruction, reconstruire le Pas-de-Calais après la Grande Guerre, AD Pas-de-Calais, 2000, p. 47-49. Pourtant, selon l’auteur de ce catalogue, les archives judiciaires montrent que la délinquance des Chinois semble davantage tournée vers des membres de leur propre communauté, plutôt que contre des Européens. Le compte rendu des conseils de guerre montre en effet également des crimes intracommunautaires. Ainsi, le Conseil de guerre d’Amiens condamne le 20 février 1920 à cinq ans de travaux forcés et dix ans d’interdiction de séjour un Chinois qui avait tué un de ses camarades lors d’une rixe au cours d’un jeu (Le Progrès de la Somme, 27 février 1920).

52 Clout H., op. cit., p. 98.

53 Le Progrès de la Somme, 24 février 1920.

54 Cité par Raux J., op. cit., p. 102.

55 Voir par exemple sur ce sujet le mémoire de master II de Jérémie Caillaud, La présence britannique dans les départements de la Somme et du Pas-de-Calais pendant la Première Guerre mondiale (1914-1918), sous la direction de Manon Pignot, Sophie Delaporte et Philippe Nivet, Université de Picardie, 2009, 217 p.

56 Lettre de Behancourt-par-Montigny citée par le contrôle postal d’Abbeville, 16 septembre 1918, SHD, département terre (anciennement SHAT) 16 N 1448.

57 Lettre de Moyenneville, citée dans le contrôle postal d’Abbeville (1er octobre 1918), SHD, département terre, 16 N 1448.

58 Contrôle postal d’Amiens, SHD, département terre, 16 N 1448.

59 SHD, département terre, 16 N 1540, cité par Jérémie Caillaud, op. cit., p. 155.

60 Journal des régions dévastées, no 15, 24 août 1919, p. 233.

61 Le Messager de la Somme, 12 octobre 1919.

62 Le Messager de la Somme, 1er février 1920.

63 PVCG, Pas-de-Calais, 1er octobre 1919, p. 191-192.

64 Journal des régions dévastées, no 3, 1er juin 1919.

65 Rapport du préfet au Conseil général de la Somme, 1919, AD Somme 4 M 112.

66 Procès-verbal du Conseil général de la Somme, 2e session ordinaire de 1922, p. 196 (les procès-verbaux imprimés du Conseil général de la Somme sont consultables notamment aux archives départementales de la Somme et à la Bibliothèque administrative de la ville de Paris, à l’Hôtel de Ville).

67 Cité par Raux J., op. cit., p. 87.

68 Ibid., p. 99.

69 BDIC, F Δ 1146/4 B 695 et 2 B 155.

70 Par exemple dans l’Oise en juin 1919 (Journal des régions dévastées, no 6, 22 juin 1919, p. 88).

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site