Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale

 | 
Li Ma

Chapitre 2. Les camps en France

Le camp chinois de La Rochelle-Pallice (1919-1921)

Hu Xinyu et Martine Raibaud

Résumé

En 1917, 124 travailleurs chinois sont employés par les chantiers navals Delaunay-Belleville de La Pallice. Comme d’autres ports français, La Rochelle souffre d’une grande pénurie de main-d’œuvre. Pendant la Guerre, des ouvriers kabyles puis des prisonniers allemands travaillent sur les docks. À la suite de l’Armistice, ils sont remplacés par des travailleurs chinois, logés dans le camp chinois de La Pallice. En mars 1919, la Chambre de Commerce de La Rochelle signe un contrat avec l’armée pour le recrutement de 500 ouvriers chinois. Ces derniers seront transférés en majorité des autres camps. Notre étude, basée sur les archives de ce Camp, présente son organisation et la vie quotidienne de ces 434 travailleurs chinois, âgés de 20 à 35 ans, main-d’œuvre recrutée dans le nord de la Chine (mission du Colonel Truptil).

Texte intégral

  • 2 Rigaud S., « L’homme qui a connu trois siècles », Sud Ouest, mardi 4 janvier 2000 ; « Wouei Cheng T (...)

1À l’origine de ce travail, il y a une rencontre. Lors de la réception donnée en 2001 à l’hôtel de ville de La Rochelle, en l’honneur de l’Ambassadeur de Chine, Son Excellence Wu Jianmin 吴建民, nous avons fait la connaissance de M. Zhu Guisheng 朱桂生. M. Zhu était alors âgé de 105 ans. Originaire du Jiangsu, il avait signé en juillet 1916 un contrat de travail de cinq ans. Embarqué pour la France, il était arrivé à Marseille après plus de cinq mois d’un voyage épuisant, passé en compagnie de plus de six cents de ses camarades dans des cales. Il avait été affecté dans différents camps, Reims puis Mâcon avant de rejoindre celui de Thouars. Ayant rencontré sa future femme, il se marie en 1922 et obtient plus tard la naturalisation. À la fin des années trente, il vient s’installer à La Pallice. Il y fait plusieurs métiers : grutier, docker et électricien. Dans le même quartier, habite alors une douzaine de familles chinoises à tel point que l’on surnomme ce secteur « le quartier chinois2 ».

  • 3 Fonds XXe, IV 150, « Camp chinois ». Elles ont été depuis transférées aux Archives Départementales (...)
  • 4 On citera entre autres : Bertaud C., « Les Chinois de La Rochelle : Le Camp de La Pallice (1919-192 (...)
  • 5 Summerskill M., China on the Western Front Britain’s Chinese Work Force in the First World War, Lon (...)
  • 6 Il comprendra au maximum 455 travailleurs chinois.

2C’est grâce à cette rencontre et à l’histoire de M. Zhu que nous nous sommes intéressées au Camp chinois de La Rochelle-Pallice. Nous avons eu accès aux archives du camp, localisées alors dans les archives de la Chambre de commerce3. Nous sommes très reconnaissantes à l’archiviste Christophe Bertaud qui nous a permis de consulter le fonds du camp chinois. Christophe Bertaud est lui même très intéressé par ce sujet. Il a d’ailleurs mené ses propres recherches qui ont donné lieu à plusieurs publications4. En travaillant dans ce fonds, nous avons cherché en vain des photographies de ces hommes. Ils n’ont laissé que des matricules, des noms, des signatures et des empreintes de pouces pour ceux qui ne savaient pas écrire. C’est donc une histoire sans visage qui a pratiquement disparu de l’histoire locale. Même s’il subsiste quelques lieux de mémoire sur le port de La Pallice, sauvegardés au nom du patrimoine industriel de la Région, l’histoire de ce camp est mal connue. Dans la liste donnée par Michael Summerskill des camps en France où se trouvaient des travailleurs chinois sous commandement français pendant la Grande Guerre, celui de La Rochelle est curieusement absent5. De fait, c’est un camp de petite taille6, situé en zone Sud loin des tranchées. Il est intéressant de se pencher sur l’histoire de ce camp pour voir s’il est différent des autres ou bien s’il leur ressemble.

3Revenons sur l’origine de ce camp, liée au contexte particulier dans lequel se trouvait le port de La Rochelle pendant la Grande Guerre.

La Rochelle dans le contexte de la Grande Guerre

Développement des activités portuaires

  • 7 Bertaud C. et Praud T., « Le port de commerce, un siècle de développement », Aunis-Eco, décembre 20 (...)

4Situé à l’ouest de la ville, le port de la Pallice avait été créé en 1890. Dès 1893, la Pacific Steam Navigation Company quitte Bordeaux pour La Rochelle pour exploiter sa ligne transatlantique Liverpool-Valparaiso7.

  • 8 Usine d’engrais de la Compagnie du Phospho-Guano La Rochelle (Charente-Maritime), 336 avenue Denfer (...)
  • 9 Tissage et filature de jute et chanvre, le Comptoir Linier puis La Rochelaise de confection, La Roc (...)

5Le port de la Pallice comprend alors plusieurs secteurs d’activité. Une vingtaine d’entreprises industrielles s’y sont installées. L’activité chimique apparaît dans la région, bien avant la Guerre, sous des formes variées, le plus souvent liées aux besoins agricoles. Ainsi la Société Phospho-Guano qui s’y implante dès 1897. Cette société importe des phosphates d’Afrique du Nord et du guano d’Amérique du Sud. Elle fabrique des engrais et des superphosphates très appréciés sur le marché à partir des déchets de poissons, de nitrates et de phosphates importés8. Le secteur du textile est très actif avec le « Comptoir linier9 ». Les chantiers navals sont également importants.

6De nombreuses marchandises transitent par le port : du bois d’Amérique du Sud, des céréales et du charbon. À côté de la marine marchande, la pêche et la marine de guerre constituent les activités principales. Les bateaux de pêche, chargés de morue croisent ainsi des torpilleurs.

7La Grande Guerre qui éclate en août 1914 a plusieurs effets sur le port de La Pallice.

La recrudescence des activités

  • 10 Bertaud C., op. cit., Écrits d’Ouest, no 15, 2007, p 7.
  • 11 En 1921, la Compagnie importe entre 50 à 60 000 tonnes de phosphate par an et entre 45 à 50 000 ton (...)
  • 12 L’Écho Rochelais, 5 mai 1916 ; L’actualité du Poitou-Charentes no 62, p. 43.

8Le mouvement général des marchandises qui était de 955 861 tonnes en 1914 passe en 1918 à 1 688 645 tonnes10. Plusieurs entreprises travaillent dans le secteur des explosifs : la Compagnie Chimique du Sud-Ouest, la Société Phospho-Guano qui fournit de l’acide sulfurique pour satisfaire au besoin urgent d’explosifs11. Les accidents ne sont pas rares et une terrible explosion dans la poudrerie Vandier ravage une partie du quartier le 1er mai 1916. On dénombre 177 victimes dont des femmes12. Ces dernières ont remplacé les hommes envoyés au front.

La pénurie de la main-d’œuvre et la volonté française de recrutement de la main-d’œuvre coloniale (mission truptil)

  • 13 Idem.
  • 14 Lettre du 16/12/1915 du Président de la Chambre de commerce de La Rochelle au ministre du Commerce, (...)
  • 15 Bertaud C., « Le camp chinois de la Chambre de commerce de la Rochelle (1919-1921) », Revue d’Histo (...)

9Comme d’autres ports français, La Rochelle souffre d’une grande pénurie de main-d’œuvre. Sur les 1500 dockers d’avant-guerre, il n’en reste que 30013. Dès 1915, la Chambre de Commerce de La Rochelle émet le vœu d’avoir recours à une main-d’œuvre étrangère14. Pendant la Guerre, des prisonniers allemands et tchèques travaillent sur les docks. Il est également fait appel à des ouvriers belges réfugiés à La Rochelle. Au moment de l’Armistice, sur les 2800 prisonniers travaillant à La Pallice, la majorité, soit 2000 environ, sont allemands. Leur remplacement suite à leur déplacement dans les régions dévastées pose un grave problème. Dans un premier temps, il est décidé de recourir à une main-d’œuvre kabyle. Plus de 300 ouvriers arrivent d’Algérie. Cette main-d’œuvre ne se maintiendra pas à La Rochelle et partira ailleurs à la recherche d’une meilleure rémunération15.

Le camp chinois de La Rochelle-Pallice

Le choix de la main-d’œuvre chinoise

10On trouve dans les archives de la Chambre de commerce de La Rochelle un texte du Général Famin, qui dirigeait les troupes coloniales en Chine, vantant les mérites des Chinois du Nord :

  • 16 Voir rapport du Général Famin cité dans Bertaud C., op. cit., Revue d’Histoire Consulaire, no 27, 2 (...)

Le Chinois du Nord est souple, intelligent, patient, minutieux, adroit et résistant. Vivant sous un climat très rigoureux pendant la saison d’hiver, il est capable de s’acclimater parfaitement dans nos régions. Il suffit de le loger convenablement, de le nourrir en s’efforçant de lui fournir des aliments sensiblement semblables à ceux de son pays. Ces conditions étant remplies, il restera vigoureux et susceptible de donner un excellent rendement… Il ne faut pas perdre de vue que l’Asiatique en général et le Chinois en particulier n’ont pas comme nous le sens de l’exactitude… On n’arrivera que lentement à leur faire prendre nos habitudes… C’est en usant de patience, qu’on obtiendra le meilleur rendement et la disparition des fautes légères dont les ouvriers chinois peuvent être coutumiers… En résumé, il faut, avec les Chinois, avoir beaucoup de patience et de la fermeté sans brusquerie. Il faut les traiter avec considération et s’inquiéter de leur bien être. L’employeur qui saura utiliser cette main-d’œuvre en obtiendra les meilleurs résultats16.

  • 17 Voir l’Écho rochelais du 26 mars 1919.
  • 18 Voir le plan du port de la Pallice en 1921 et l’implantation du camp chinois.

11Depuis 1917, 124 travailleurs chinois travaillaient sur les chantiers navals de Delaunay-Belleville. Cette main-d’œuvre avait une excellente réputation. Il est donc décidé de faire appel à des ouvriers chinois, recrutés grâce à la Mission Truptil. Le 4 mars 1919, la Chambre de commerce de La Rochelle signe un contrat avec l’Organisation des Travailleurs coloniaux de France. C’est ainsi que naît l’idée de l’établissement d’un camp chinois à La Pallice17. Le camp chinois était situé du côté de la rue des Antilles et de la rue des petites Antilles, rue Champlain18.

  • 19 Voir Cahier des charges relatives à la mise à la disposition d’industriels de la main-d’œuvre chino (...)

12Ces ouvriers chinois âgés de 20 à 35 ans ont signé un contrat de travail19. Ce sont des travailleurs civils. Ils font partie des troupes coloniales et sont placés sous la responsabilité de l’armée. Dans le « Cahier des charges, clauses et conditions relatives à la mise à la disposition d’industriels de la main-d’œuvre chinoise – ouvriers recrutés par la Mission Truptil », il est écrit :

[Les travailleurs chinois] sont tenus de se conformer aux règlements de l’établissement dans lequel ils sont employés : ils devront exécuter les travaux qui leur sont confiés avec zèle et célérité. Ils devront être traités avec bienveillance et il sera veillé à ce qu’ils ne soient l’objet d’aucune brimade de la part des autres ouvriers. […] Les travailleurs jouiront de la protection et de la liberté assurée à tout citoyen par les lois françaises et notamment de la liberté de pratiquer leur religion.

13Il est aisé de constater que même si ces travailleurs sont la cible de stéréotypes habituels sur les Chinois, leurs employeurs ont des obligations à leur égard qu’ils doivent observer. Leur protection et leur liberté de culte sont garanties par les lois françaises. Ce rappel à la loi figure en bonne place sur le cahier des charges.

La construction du camp

14Le camp chinois est construit au sud du bassin de La Pallice à proximité du camp des prisonniers de guerre. Sa construction a commencé en mars 1919. Il se compose d’un pavillon d’administration, d’un pavillon de 65 m² comprenant la cuisine et les douches, d’un pavillon contenant l’infirmerie, les lavabos et les W.C., d’un autre de 190 m2 pour le réfectoire et de deux autres de 190 m² chacun pour le dortoir. Tous sont construits en briques et recouverts d’ardoises.

L’administration du camp

  • 20 Lettre du sous-secrétaire d’État de la Guerre au président de la Chambre de commerce, Paris, le 3 a (...)

15La gestion du camp est assurée par une dizaine de personnes et son bon fonctionnement réside dans la coopération et la coordination de ses divers services. Le camp est administré et commandé par un capitaine, assisté d’une personne chargée de toute la comptabilité. La police du camp est conduite par un adjudant, assisté par un sergent-vaguemestre, un caporal chargé de l’ordinaire, un soldat secrétaire et un soldat surveillant. Le camp est fermé et gardé. Il existe des baraques disciplinaires où les ouvriers chinois peuvent être mis à l’isolement. Une lettre datée du 3 avril 1919 émanant de la Direction des troupes coloniales et destinée au Président de la Chambre de commerce de La Rochelle rappelle l’impérieuse nécessité de construire des locaux disciplinaires spécifiquement pour les travailleurs chinois afin de mettre fin aux dispositions spéciales qui consistaient à réserver des places dans les locaux disciplinaires des prisonniers allemands20. Au sein des ouvriers chinois, il existe une hiérarchie entre les chefs d’équipe, les interprètes et les ouvriers.

Le travail et la vie quotidienne des travailleurs chinois

16D’après le cahier des charges, la ration alimentaire de l’ouvrier chinois comporte 100 g. de riz, 1 kg d’un mélange de farine brute de froment et de sorgho destiné à la fabrication du pain chinois, 180 g. de viande ou poisson frais, 230 g. de légumes verts ou 60 g. de légumes secs, 15 g. de graisse et 15 g. de sel. Ces ouvriers travaillent pour une trentaine d’entreprises dont 14 entreprises de déchargement et 5 entreprises de produits chimiques. Tous les jours, la veille au soir, les entreprises font connaître leur besoin de main-d’œuvre auprès de la Chambre de commerce. Cette dernière facture aux entreprises ses services de recrutement et perçoit 10 francs pour une journée de 10 heures de travail par travailleur chinois. Le salaire de ce dernier est de 5 francs mais il est réduit à 3 francs s’il est logé et nourri. Une indemnité forfaitaire de 1 franc est versée à chaque ouvrier contraint au chômage.

17Le 29 mars 1919, il se produit une révolte des travailleurs chinois travaillant chez Phospho-Guano. Ces derniers ont appris par un contremaître français qu’il existait une grande différence entre les sommes versées à la Chambre de commerce par l’entreprise et le salaire qu’ils percevaient. Ils se mettent en grève pour avoir des explications. Il est intéressant de noter le passage suivant dans la lettre du Président de la Chambre de commerce adressée le 29 mars 1919 au Directeur de la Compagnie du Phospho-Guano :

  • 21 AD17.

Les Chinois qui, pour la plupart, ne réfléchissent pas mais agissent plutôt par impulsion, en ont immédiatement déduit que les interprètes et les divers intermédiaires auxquels ils ont affaire, lésaient considérablement leurs intérêts et c’est armés de ces arguments qu’ils sont venus se plaindre amèrement au Commandant du camp et qu’ils ont refusé de travailler21.

18Dans cette lettre on apprend que, quelques jours plus tôt, le groupement chinois de Delaunay-Belleville s’était révolté pour des raisons similaires et avait pris à partie l’interprète. Celui-ci gravement blessé avait dû être conduit à l’Hôpital.

19Le mois précédent dans un échange de correspondance entre le Président de la Chambre de commerce de La Rochelle et la Direction des Troupes coloniales, le Président demande le renvoi de 129 travailleurs chinois venus d’Etampes « animés d’un mauvais esprit et (qui) émettaient des prétentions contraires au contrat » et leur remplacement par un contingent venu de Nantes. La Direction des Troupes coloniales émet un refus car ce contingent a déjà été réaffecté mais surtout le sous-secrétaire d’État de l’administration de la Guerre écrit :

  • 22 Lettre du Colonel, Directeur des Troupes coloniales au Président de la Chambre de Commerce de La Ro (...)

J’ajouterai que les travailleurs chinois provenant d’Etampes avaient donné jusqu’à ce jour toute satisfaction et il est à présumer que si leur attitude n’a pas été correcte, c’est qu’ils se sont trouvés à La Rochelle dans des conditions différentes de celles qui résultent de leur contrat de travail22.

  • 23 Lettre du Directeur de l’usine de La Pallice, le 16 mars 1920, AD17.

20Cette dernière supposition rappelle les considérations du Général Famin sur les Chinois du Nord. Ainsi si des conflits se produisent, le problème est à imputer aux entreprises et aux structures qui font travailler ces ouvriers chinois et non à ces derniers. D’après le cahier des charges, il est retenu sur le salaire d’un ouvrier 25 centimes pour les vêtements et chaussures et 25 centimes pour les frais de maladie. Une somme est constituée pour l’assurance décès. Il existe, par ailleurs, une assurance pour les accidents de travail ainsi qu’une assurance chômage. Les 12 décembre 1919 et le 27 janvier 1920, deux Chinois sont blessés dans l’usine de la Compagnie du Phospho-Guano, l’assurance « La mutualité industrielle » leur verse des indemnités23.

  • 24 Bertaud C., op. cit., Écrits d’Ouest, 2007, p. 53.
  • 25 Lettre du Responsable à La Rochelle de l’Entreprise Graigola Merthyr, du 12 février 1920 au préside (...)

21Le cahier des charges stipule également que l’envoi d’argent dans les familles des ouvriers en Chine doit être facilité. Ainsi un certain Oueng Tcheng Pong, âgé de 34 ans, poignardé à la gorge en juillet 1919 et mort des suites de ses blessures, nous apprend la presse locale, avait envoyé ses économies en Chine pour ses deux enfants et ses vieux parents24. Le cahier des charges indique également qu’il faut respecter la fête de la République chinoise. Le 20 février 1920, les ouvriers du Camp de La Rochelle ont une journée de congé pour le Nouvel an chinois. Ce congé est parfaitement compris des entreprises. Ainsi le responsable de l’une d’entre elles écrit au président de la Chambre de commerce de La Rochelle dans sa lettre du 12 février 1920 : « Nous partageons entièrement les raisons qui vous font désirer pour eux cette mesure de bienveillance…25 »

  • 26 Cité par Bertaud C., op. cit., Écrits d’Ouest, 2007, p. 52 et AD17.

22Une autre caractéristique de ces ouvriers est la mobilité. Ceux du Camp de La Rochelle viennent d’Etampes, de Nanterre, de Suze et de Cherbourg. Même s’ils vivent dans ce camp gardé, ils ne sont pas pour autant des prisonniers. Certains vont ainsi au cinéma pour se distraire, comme en témoigne l’incident du 12 mai 1920 où un Chinois, pris à partie à la sortie du cinéma par trois individus reçoit des plombs dans la figure. Les rapports avec les autres dockers peuvent être violents. Le commandant du Campement note qu’il a dû intervenir à plusieurs reprises auprès du Commissaire de police « pour faire cesser des actes de brutalité bien regrettables et indignes d’hommes civilisés26 ».

La clôture du camp

  • 27 Lettre du commandant Chauvin, chef du service d’exploitation du port de La Rochelle à M. le Directe (...)
  • 28 Lettre du chef de service au Président de la Chambre de commerce, le 6 mars 1920, AD17.
  • 29 Lettre du président de la Chambre de commerce au Chef du Service des Travailleurs Coloniaux, minist (...)
  • 30 Ibid., le 3 novembre 1920, AD17.

23Suite au retour de la main-d’œuvre civile, il est décidé de fermer le Camp. En mars 1919, en effet, plusieurs classes sont libérées, elles constituent un contingent de 500 hommes mais il manque encore 500 hommes pour faire face au départ de 1800 prisonniers27. En 1919, les ouvriers chinois connaissent deux mois de chômage. Cette tendance se répète l’année suivante plusieurs fois. Dans le même temps, le prix des denrées principales augmente, ce qui entraîne l’augmentation du coût de la main-d’œuvre chinoise. En 1920, 315 travailleurs sont retirés du camp. Il n’en reste plus que 13528. Il semble que plusieurs critères prévalent pour désigner les travailleurs chinois appelés à quitter le camp. Sont particulièrement visés « ceux qui ont chômé depuis un certain temps et qui n’ont pas été spécialisés29 » et « des travailleurs qui ont donné lieu à certaines réclamations de la part des employeurs30. »

24Le 4 mars 1921, à 11 heures du matin, les 68 derniers ouvriers chinois sont renvoyés au dépôt de la main-d’œuvre coloniale située à Marseille.

De nouvelles racines

  • 31 Nous avons rencontré une de ses filles le 28 juin 2010.

25Les travailleurs chinois ont beaucoup contribué aux activités portuaires de La Rochelle pendant et après la Grande Guerre. Même si la plupart de ces travailleurs ont quitté la France après la Guerre, le petit nombre qui est resté a constitué les premiers membres de la communauté chinoise de La Rochelle. Ces travailleurs chinois s’étaient installés dans le quartier de La Pallice avec femmes et enfants. Ainsi la famille de M. Zhu Guicheng était-elle très liée à celle de M. Liu Desheng 银月生. M. Liu s’était sauvé deux fois du dépôt de Marseille qu’il avait été contraint de rejoindre pour repartir en Chine. Après une dernière tentative réussie, il parvint à revenir à pied à La Rochelle pour rejoindre la jeune fille dont il était tombé amoureux. Il l’épousa et quinze enfants sont nés de cette union31. Nous avons rencontré l’avant-dernière fille de M. Liu. D’après elle, il n’y a pas eu d’opposition de la part de la famille à ce mariage. Au contraire, M. Liu était perçu comme un très bon parti par sa belle-mère. Cette dernière a dit à sa fille que si elle épousait un Chinois, au moins son mari ne boirait pas et ne la battrait pas ! Dans le quartier, la réputation des travailleurs chinois était très bonne car ils étaient considérés comme endurants, bons pères de famille et responsables. Après un mariage haut en couleurs, la nouvelle épouse se trouva complètement libre de prendre toutes les décisions concernant la famille. En quelque sorte, elle était le chef de famille. Son mari lui remettait son salaire. Elle gérait seule le budget familial. En dépit de conditions de vie difficiles – elle travaillait durement malgré ses multiples grossesses –, elle jouissait d’une liberté inhabituelle pour une femme mariée à cette époque. M. Liu, quant à lui, cultivait son potager et mangeait la cuisine chinoise qu’il se préparait lui-même. Il ne parlait pas chinois à ses enfants et n’évoquait jamais la Chine ni la vie à l’intérieur des Camps. Il avait d’ailleurs coupé tous ses liens avec sa famille d’origine en Chine. Les familles chinoises du quartier constituaient une sorte de grande famille élargie, au sein de laquelle les enfants grandissaient au rythme des fêtes et des événements familiaux.

  • 32 Pour reprendre l’expression chinoise « luodi shengen 落地生根 » (tomber par terre et engendrer des raci (...)

26En dépit de conditions de vie difficiles dans les camps comme celui de La Rochelle du fait du travail, de l’isolement et des préjugés, ces jeunes hommes en tombant sur le sol français ont néanmoins réussi à y faire croître de nouvelles racines32. Leur histoire se perpétue chez leurs descendants et elle mérite de trouver sa place dans notre Histoire.

27De nos jours, il n’y a pas à proprement parler de quartier chinois. Les descendants des travailleurs chinois ont même quitté le quartier de la Pallice. Plusieurs vagues migratoires se sont succédé dans la seconde partie du xxe siècle. Ainsi dans les années 1970, plusieurs familles chinoises appartenant à la diaspora chinoise en Asie du Sud-est ont fui les persécutions dont elles étaient victimes, au Cambodge ou au Vietnam. Enfin, l’ouverture de la Chine dans les années 1980 ainsi que la fondation d’un cursus d’études chinoises à l’Université ont contribué à l’émergence d’une communauté chinoise, bien intégrée dans la vie rochelaise.

  • 33 Note du Commandant régional au Commandant du groupement du service du port, septembre 1919, AD17.
  • 34 Lettre d’un interprète français de langue chinoise Jisson au Président de la Chambre de Commerce, M (...)
  • 35 Lettre du sous-secrétaire d’État de l’Administration de la Guerre au Président de la Chambre de Com (...)
  • 36 Summerskill M., op. cit., p. 151.
  • 37 Ibid., p. 158.

28Aujourd’hui, l’existence même de ce camp chinois de La Rochelle-Pallice est peu connue des Rochelais. C’était un camp de petite taille situé dans un port de la côte Atlantique. Les travailleurs chinois étaient mobiles, ils passaient d’un camp à l’autre. Plusieurs mouvements de travailleurs sont observés entre Lorient, Bergerac33, Nantes34, Etampes35 et La Rochelle. La vie différait peu d’un camp à l’autre sous commandement français. Sous cette direction, ces travailleurs jouissaient d’une relative liberté. Contrairement à leurs camarades placés sous commandement britannique, ils n’étaient pas soumis à des marches militaires et se rendaient en marchant normalement à leur usine36. Un témoin rapporte avoir vu des travailleurs chinois se promener dans les rues de Rouen de manière décontractée37. Ce sont précisément ces moments de liberté qui ont permis à certains comme MM. Liu et Zhu de nouer des contacts avec la population pour s’enraciner et créer une nouvelle famille.

Bibliographie

Bibliographie

L’Actualité du Poitou-Charentes no 62, p. 38-43.

Archives de la Chambre de Commerce de La Rochelle, Fonds XXe, IV 150, « Camp chinois », transférées aux Archives Départementales de la Charente-Maritime le 29 septembre 2009, série 41 ETP 941, en abrégé AD17.

Archives Départementales de la Charente Maritime, série 41 ETP 19e art 957, Fonds CCI, Guerre 1914-1918, 14-15, IV 150, dossier sur le relèvement économique.

Bertaud C., « Les Chinois de La Rochelle : Le Camp de La Pallice (1919-1921) », Écrits d’Ouest, Cahiers d’Histoire régionale, d’art et de littérature, La Rochelle, Société rochelaise d’histoire moderne et contemporaine, no 15, 2007, p. 29-61.
« Le camp chinois de la Chambre de commerce de la Rochelle (1919-1921) », Revue d’Histoire Consulaire, no 27.
« Le camp chinois de La Pallice (1919-1921) – une main-d’œuvre vitale pour les entreprises portuaires », Aunis-Eco, 8 septembre 1999, no 114.

Bertaud C. et Praud T., « Le port de commerce, un siècle de développement », Aunis-Eco, décembre 2005.

Chauveau E., « Des Chinois à La Pallice », Sud Ouest, mardi 27 janvier 2004.

Chen Sanjing 院三井, Huagong yu Ouzhan 华エ与欧战 (Les travailleurs chinois et la Grande Guerre en Europe) Taipei (Taibei), Zhongyang yanjiuyuan jindaishi yanjiusuo 中央研究院近代史研宄所 (Institute of Modern History, Academia Sinica), 1986.

L’Écho Rochelais : no du 5 mai, 1916 ; no du 26 mars 1919 ; no du 18 mai 1921.

« Un port. Des femmes, des hommes et des entreprises », Paroles des Rochelais, Cahiers de Laleu, La Pallice, La Rossignolette, no 6, décembre 1999.

« Photos souvenirs », Cahiers de Laleu, la Pallice, La Rossignolette, La Rochelle, Paroles des Rochelais, no 8 décembre 2000.

Rigaud S., « L’homme qui a connu trois siècles », Sud Ouest, mardi 4 janvier 2000.

Summerskill M., China on the Western Front Britain’s Chinese Work Force in the First World War, Londres, Michael Summerskill, 1982.

« Wouei Cheng Tchou Le parcours d’un sage », La Rochelle-Le Journal, avril 1999. http://inventaire.poitou-charentes.fr (site consulté le 8 avril 2011).

Annexes

Annexe I. Les travailleurs chinois pendant la Grande Guerre. principales entreprises rochelaises employant des

– L’entreprise Delaunay-Belleville

– Les Chantiers de la Pallice

– L’usine Bertrand

– La Compagnie Chimique du Sud-Ouest

– L’usine de Phospho-Guano

– L’entreprise Faustin

– La Société Commerciale de La Pallice

Annexe II. Le nombre des travailleurs chinois à La Pallice (1917-1925)

Année

Nombre d’ouvriers chinois

1917

124 (à l’entreprise Delaunay-Belleville)

1919 (février)

325

1919 (mai)

434

1920

130

1921

146

1921 (4 mars)

68

1925

4

Source : D’après Sylvie Denis – Archives municipales de La Rochelle

Figure 1 : Plan du camp chinois de La Pallice (Archives municipales de La Rochelle, AD17).

Figure 2 : Cahier des charges, clauses et conditions relatives à la mise à la disposition d’industriels de la main-d’œuvre chinoise – ouvriers recrutés par la Mission Truptil et contrat de Chambre de commerce de La Rochelle avec l’Organisation des Travailleurs coloniaux de France signé le 4 mars 1919 (Idem). Photo Hu Xinyu.

Figure 3 : Livre de caisse de la comptabilité du camp chinois (Idem). Photo Hu Xinyu.

Figure 4 : Couverture du livre de caisse du camp chinois de La Pallice (Idem). Photo Hu Xinyu.

Figure 5 : Document comptable du camp chinois de La Pallice (Idem). Photo Hu Xinyu.

Figure 6 : Reçus de la Chambre de commerce de La Rochelle signés par des travailleurs chinois (idem). Photo Hu Xinyu

Figure 7 : Certificat d’immatriculation auprès du consulat de la République de Chine de M. Liu Desheng, daté du 6 octobre 1921 (Archives privées de la famille de M. Liu Desheng). Photo Cédric Rochereul.

Figure 8 : Arrêté municipal du 18 janvier 1944 au sujet de la promotion de M. Liu Desheng au grade de cantonnier de 3e classe (Idem). Photo Cédric Rochereul.

Figure 9 : Décret de naturalisation de M. Liu Desheng, daté du 14 juin 1932 (Idem). Photo Cédric Rochereul.

Figure 10 : Carte d’identité de l’épouse de Liu Desheng (Idem). Photo Cédric Rochereul.

Figure 11 : Carte d’identité de Liu Desheng établie en 1960 (Idem). Photo Cédric Rochereul.

Figure 12 : Livret militaire de M. Liu Desheng (Idem). Photo Cédric Rochereul.

Figure 13 : Titre de libération des obligations militaires de M. Liu Desheng (Idem). Photo Cédric Rochereul.

Figure 14 : Facture de location de voitures pour le mariage de M. Liu Desheng le 30 septembre 1922 (Idem). Photo Cédric Rochereul.

Figure 14 : Photo de mariage de M. Liu Desheng le 30 septembre 1922 (Idem). Photo Cédric Rochereul.

Notes

2 Rigaud S., « L’homme qui a connu trois siècles », Sud Ouest, mardi 4 janvier 2000 ; « Wouei Cheng Tchou. Le parcours d’un sage », La Rochelle-Le Journal, avril 1999.

3 Fonds XXe, IV 150, « Camp chinois ». Elles ont été depuis transférées aux Archives Départementales de la Charente-Maritime, le 29 septembre 2009, série 41 ETP 941, AD17.

4 On citera entre autres : Bertaud C., « Les Chinois de La Rochelle : Le Camp de La Pallice (1919-1921) », Écrits d’Ouest, Cahiers d’Histoire régionale, d’art et de littérature, 2007, no 15, p. 27.

5 Summerskill M., China on the Western Front Britain’s Chinese Work Force in the First World War, Londres, Michael Summerskill, 1982, p. 87.

6 Il comprendra au maximum 455 travailleurs chinois.

7 Bertaud C. et Praud T., « Le port de commerce, un siècle de développement », Aunis-Eco, décembre 2005.

8 Usine d’engrais de la Compagnie du Phospho-Guano La Rochelle (Charente-Maritime), 336 avenue Denfert-Rochereau, La Pallice, Inventaire général du patrimoine culturel industriel de la Région Poitou-Charentes, http://inventaire. poitou-charentes.fr (site consulté le 8 avril 2011).

9 Tissage et filature de jute et chanvre, le Comptoir Linier puis La Rochelaise de confection, La Rochelle (Charente-Maritime), 10 Boulevard Emile-Delmas, La Pallice, Inventaire général du patrimoine culturel industriel de la Région Poitou-Charentes, http://inventaire. poitou-charentes.fr (site consulté le 8 avril 2011).

10 Bertaud C., op. cit., Écrits d’Ouest, no 15, 2007, p 7.

11 En 1921, la Compagnie importe entre 50 à 60 000 tonnes de phosphate par an et entre 45 à 50 000 tonnes de nitrate chilien, voir « La prospérité économique de La Rochelle », L’Écho Rochelais, 18 mai 1921.

12 L’Écho Rochelais, 5 mai 1916 ; L’actualité du Poitou-Charentes no 62, p. 43.

13 Idem.

14 Lettre du 16/12/1915 du Président de la Chambre de commerce de La Rochelle au ministre du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes, Archives départementales de la Charente-Maritime, série 41 ETP 19e art 957, Fonds CCI, Guerre 1914-1918, 14-15, IV 150, dossier sur le relèvement économique.

15 Bertaud C., « Le camp chinois de la Chambre de commerce de la Rochelle (1919-1921) », Revue d’Histoire Consulaire, no 27, 2005.

16 Voir rapport du Général Famin cité dans Bertaud C., op. cit., Revue d’Histoire Consulaire, no 27, 2005, et AD17.

17 Voir l’Écho rochelais du 26 mars 1919.

18 Voir le plan du port de la Pallice en 1921 et l’implantation du camp chinois.

19 Voir Cahier des charges relatives à la mise à la disposition d’industriels de la main-d’œuvre chinoise dans AD17.

20 Lettre du sous-secrétaire d’État de la Guerre au président de la Chambre de commerce, Paris, le 3 avril 1919, AD17.

21 AD17.

22 Lettre du Colonel, Directeur des Troupes coloniales au Président de la Chambre de Commerce de La Rochelle, le 28 février 1919, AD17.

23 Lettre du Directeur de l’usine de La Pallice, le 16 mars 1920, AD17.

24 Bertaud C., op. cit., Écrits d’Ouest, 2007, p. 53.

25 Lettre du Responsable à La Rochelle de l’Entreprise Graigola Merthyr, du 12 février 1920 au président de la Chambre de commerce de La Rochelle, AD17.

26 Cité par Bertaud C., op. cit., Écrits d’Ouest, 2007, p. 52 et AD17.

27 Lettre du commandant Chauvin, chef du service d’exploitation du port de La Rochelle à M. le Directeur de l’Office de placement gratuit à la Préfecture, le 16 février 1919. AD17.

28 Lettre du chef de service au Président de la Chambre de commerce, le 6 mars 1920, AD17.

29 Lettre du président de la Chambre de commerce au Chef du Service des Travailleurs Coloniaux, ministère de la Guerre, le 28 août 1919, AD17.

30 Ibid., le 3 novembre 1920, AD17.

31 Nous avons rencontré une de ses filles le 28 juin 2010.

32 Pour reprendre l’expression chinoise « luodi shengen 落地生根 » (tomber par terre et engendrer des racines).

33 Note du Commandant régional au Commandant du groupement du service du port, septembre 1919, AD17.

34 Lettre d’un interprète français de langue chinoise Jisson au Président de la Chambre de Commerce, Marseille le 24 février 1919, AD17.

35 Lettre du sous-secrétaire d’État de l’Administration de la Guerre au Président de la Chambre de Commerce, le 28 février 1919, AD 17.

36 Summerskill M., op. cit., p. 151.

37 Ibid., p. 158.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Plan du camp chinois de La Pallice (Archives municipales de La Rochelle, AD17).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16995/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Figure 2 : Cahier des charges, clauses et conditions relatives à la mise à la disposition d’industriels de la main-d’œuvre chinoise – ouvriers recrutés par la Mission Truptil et contrat de Chambre de commerce de La Rochelle avec l’Organisation des Travailleurs coloniaux de France signé le 4 mars 1919 (Idem). Photo Hu Xinyu.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16995/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Figure 3 : Livre de caisse de la comptabilité du camp chinois (Idem). Photo Hu Xinyu.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16995/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Figure 4 : Couverture du livre de caisse du camp chinois de La Pallice (Idem). Photo Hu Xinyu.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16995/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Figure 5 : Document comptable du camp chinois de La Pallice (Idem). Photo Hu Xinyu.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16995/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 6 : Reçus de la Chambre de commerce de La Rochelle signés par des travailleurs chinois (idem). Photo Hu Xinyu
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16995/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 7 : Certificat d’immatriculation auprès du consulat de la République de Chine de M. Liu Desheng, daté du 6 octobre 1921 (Archives privées de la famille de M. Liu Desheng). Photo Cédric Rochereul.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16995/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Figure 8 : Arrêté municipal du 18 janvier 1944 au sujet de la promotion de M. Liu Desheng au grade de cantonnier de 3e classe (Idem). Photo Cédric Rochereul.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16995/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende Figure 9 : Décret de naturalisation de M. Liu Desheng, daté du 14 juin 1932 (Idem). Photo Cédric Rochereul.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16995/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Figure 10 : Carte d’identité de l’épouse de Liu Desheng (Idem). Photo Cédric Rochereul.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16995/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Figure 11 : Carte d’identité de Liu Desheng établie en 1960 (Idem). Photo Cédric Rochereul.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16995/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Figure 12 : Livret militaire de M. Liu Desheng (Idem). Photo Cédric Rochereul.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16995/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Légende Figure 13 : Titre de libération des obligations militaires de M. Liu Desheng (Idem). Photo Cédric Rochereul.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16995/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Figure 14 : Facture de location de voitures pour le mariage de M. Liu Desheng le 30 septembre 1922 (Idem). Photo Cédric Rochereul.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16995/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Figure 14 : Photo de mariage de M. Liu Desheng le 30 septembre 1922 (Idem). Photo Cédric Rochereul.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16995/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 182k

Auteurs

Université de La Rochelle, membre associée au CRHIA EA 1163 

Université de La Rochelle, CRHIA EA 1163, membre associée au CECMC, UMR 8173.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site