Version classiqueVersion mobile

Le darwinisme social en France (1859-1918)

 | 
Jean-Marc Bernardini

Introduction

Texte intégral

1Quel est le véritable impact de la révolution darwinienne, de cette « blessure narcissique » infligée à l’homme pour reprendre une expression fameuse, dans l’histoire contemporaine française ?

2De prime abord, cette question paraîtra vraisemblablement saugrenue car on pourrait croire que tout a été dit sur ce sujet. Songeons à ces intenses remous médiatiques provoqués il y a quelques aimées par l’introduction en France de thèses, considérées comme darwiniennes sociales, de sociobiologistes anglo-saxons. A leurs parutions, les travaux du professeur de biologie à Harvard, Edward O. Wilson (The sociobiology : the new synthesis : 1975) et ceux d’autres sociobiologistes considérés alors comme plus outranciers comme l’anglais Richard Dawkins (The selfish gene : 1978) provoquèrent un tollé dans les milieux scientifiques américains. Les débats furent tout aussi tumultueux voire plus politisés, peu de temps plus tard, lors de l’introduction des idées sociobiologistes en France. La parution de la traduction de l’ouvrage de E. O. Wilson (1987) provoqua de nombreuses mises au point, dénonciations et autres rétrospectives sur les généalogies intellectuelles des avatars contemporains du darwinisme social. Aujourd’hui, les passions se seraient-elles tues ? Les derniers ouvrages d’Edward Wilson sont traduits et publiés sans provoquer de polémiques politiques, et on ne compte plus les nombreuses publications, recevant bonne presse, d’éthologie comparée ou d’études neurobiologiques empruntant des modèles darwiniens. Ces débats ont sans doute contribué à faire du darwinisme social un objet d’études... identifié. À titre indicatif, on mesure ainsi le chemin accompli en comparant la table des matières de deux sommes d’histoire des idées politiques, celles de Jean Touchard et de Pascal Ory, parues à une trentaine d’années d’intervalle. Si l’ouvrage de Jean Touchard datant de 1958 (Histoire des idées politiques, du xviiie siècle à nos jours) consacrait, dans le cadre d’une étude du libéralisme anglais, un bref paragraphe au darwinisme politique de Herbert Spencer en revanche il ne délivrait aucune information relative à un hypothétique darwinisme social en France. Par contraste, la Nouvelle Histoire des idées politiques dirigée par Pascal Ory et publiée en 1987, soucieuse « d’être bien de son temps », soulignait sa modernité dans ses remarques liminaires en abordant, outre la question des relations entre la psychanalyse et le politique, le féminisme, l’écologisme, un chapitre conséquent sur le thème du darwinisme social.

3Pourtant à regarder de plus près, le champ des études darwiniennes en France révèle quelques singularités.

4Prenons tout d’abord acte que depuis une petite dizaine d’années, une kyrielle d’auteurs (des sociologues, des politologues, des philosophes, des historiens des sciences voire des psychanalystes) intègrent une évaluation du darwinisme social dans leur problématique. Néanmoins, comparativement aux pays anglo-saxons où les ouvrages d’histoire sur le darwinisme social sont légion, dans la plupart des cas, il s’agit d’articles, d’études parcellaires et non de synthèse. Le seul ouvrage conséquent et de référence en la matière est justement à mettre à l’actif d’une universitaire américaine Linda L. Clark (1984 ; 1988, pp. 192-200). Cette dernière, dans ce qu’il faut bien nommer une étude pionnière, proposait en 1984 une définition critique et une typologie suggestive des principales figures du darwinisme social en France ainsi qu’un aperçu historiographique de l’évolution de ce concept aux États-Unis. Son étude s’interrompait à la fin de la Première Guerre mondiale avec pour ultime conclusion une rapide présentation des thèses sociobiologistes contemporaines vulgarisées par les chantres de la « nouvelle droite » des décennies 1970-1980. Sans vouloir négliger les précieux travaux d’une équipe de sociologues et de politologues du CNRS (Taguieff : 1984 ; Béjin : 1982 ; 1984 ; 1985), le colloque international « Darwinisme et société » (Tort : 1992 ; Béjin : 1992) accordant d’ailleurs une portion de débat congrue au darwinisme social en France, ou le récent Dictionnaire du darwinisme et de l’évolution (Tort : 1996), il nous faut bien admettre que cette étude n’a pas d’équivalent en France.

5Enfin, même si à l’instar de leurs confrères étrangers (Werner : 1984 ; Hobsbaum : 1989 ; Weber : 1991) certains historiens français spécialistes d’histoire contemporaine ne négligent plus dans leurs analyses le substrat scientiste du xixe siècle et la fascination des sciences biologiques des acteurs historiques de cette période (Sirinelli : 1988 ; 1993 ; Ory : 1989), les rares synthèses existantes ne sont pas l’œuvre des représentants de Clio. Il faut se rendre à l’évidence, les historiens de formation ont pour leur grande majorité déserté ce domaine de réflexion. À leur décharge, le partage des tâches est solidement respecté. Les scientifiques se préoccupent de l’histoire de leur discipline (biologie, physique, mathématique, etc.). L’épistémologie ou le discours critique des principes, hypothèses et résultats de la science est du domaine des philosophes et non des moindres si l’on songe à la figure tutélaire qu’est Gaston Bachelard, ou aux travaux plus récents de Georges Canguilhem ou de Gilles Gaston-Granger. Enfin, les investigations des dimensions sociales, politiques et éthiques de la sciences semblent réservées aux politologues et aux sociologues.

6Au final, comment expliquer le faible nombre de travaux français se préoccupant du darwinisme social : exprime-t-il la répulsion des chercheurs français quant à l’histoire d’une idéologie « politiquement incorrecte » ? Faut-il incriminer le désintérêt des historiens français pour l’étude d’une idéologie aux frontières de l’histoire des sciences ? Le darwinisme social fut-il un phénomène marginal en France ?

7Cette absence de la profession historienne est sans doute due à la spécificité et à... l’aridité des sciences dites « dures ». En conséquence, la tentation est grande d’abandonner leur histoire à des spécialistes. Pour preuve, Alexandre Koyré convaincu de l’autonomie de la logique scientifique, revendiquait une histoire « internaliste » des sciences. La science conçue comme une recherche de la vérité, ne pouvait être comprise et « mise en histoire » qu’en fonction de ses propres problèmes (Koyré : 1966). Cette thèse, excluant de facto les facteurs politiques, sociaux et économiques dans la détermination des progrès scientifiques, légitimait en retour la réserve des historiens se jugeant incompétents pour aborder de tels champs d’étude. Sans doute, un autre mode d’analyse du développement des sciences permettrait d’intégrer les professionnels de l’histoire. Déjà en 1945, Karl Popper dressait un vibrant plaidoyer en faveur d’une « sociologie de la connaissance » où la psychologie de la découverte était intégrée à une analyse du caractère social et institutionnel de la connaissance scientifique (Popper : 1956 ; 1988).

8Dans une certaine mesure cette thèse est reprise, complétée et défendue de nos jours par un nombre croissant de sociologues et d’historiens des sciences et des techniques, lesquels se font les chantres d’une histoire systémique ou « externaliste » des sciences. Le développement des sciences pourrait être assimilé à un processus dynamique, métastable, résultant d’un dialogue complexe entre un système scientifique, technique et le contexte économique et social (Gille : 1978, pp. 1111-1145).

9De ces constats, il résulte que ce champ d’études est encore à investir, à défricher ou pour le moins, le phénomène de circulation, d’enracinement ou de rejet du darwinisme et du darwinisme social en France reste à mieux connaître. Ainsi, à titre d’exemple, est-il possible aujourd’hui de pleinement expliquer la persistance du lamarckisme parmi les scientifiques français ? Certes l’explication est sans doute à chercher dans la prédominance d’une culture catholique, mais a-t-on complètement mesuré les effets, sur le développement des sciences biologiques en France, de l’infiltration et de la diffusion dans l’espace français des thèses darwiniennes sociales qu’elles soient défendues par des auteurs français ou par des philosophes ou des scientifiques étrangers tels Herbert Spencer, Ernst Haëckel pour ne citer que les plus célèbres ?

10Ce sont, pour partie, les tentatives de réponses à ce type de questions qui ont guidé l’écriture de cet ouvrage. Certains travaux pionniers ont certes déjà rendu compte de la lente pénétration des idées darwiniennes en France ou de la lente conversion au darwinisme de scientifiques français restés extraordinairement longtemps lamarckiens (Buican : 1974 ; 1984 ; Conry : 1974). L’onde de choc de cette révolution scientifique hors des cénacles des hommes de sciences est encore par trop méconnue. Le darwinisme étant également riche d’une méthode, d’une anthropologie voire d’une morale, il était fondé de s’interroger sur le degré d’imprégnation de la pensée française par les idéologies darwiniennes sociales, et de déterminer quels enjeux politiques, sociaux mais aussi scientifiques étaient révélés par ces débats relatifs à l’acceptation ou à la réfutation du darwinisme social.

11Au final, cette étude « hybride » du darwinisme social, car empruntant les territoires et les catégories de l’histoire des sciences, de l’histoire culturelle et des idéologies scientifiques, de l’histoire des sciences humaines et sociales voire de la sociologie de la connaissance scientifique, voudrait contribuer, par la restitution de ces passages entre les sciences biologiques et les idéologies scientifiques, à une meilleure appréciation de l’impact et de la réception de la révolution darwinienne dans l’histoire contemporaine française.

12Pour clore cette introduction, nous dirons quelques mots de l’organisation de cette étude de la diffusion et des réfutations du darwinisme social parmi les élites françaises de 1859 à 1918. Il semblait pertinent en première partie de cet ouvrage de définir et de défaire préalablement ces liens entre l’histoire du darwinisme scientifique et l’histoire des idéologies d’inspiration darwinienne. Il s’agit également de faire partager notre conviction que l’évolution et l’établissement d’un paradigme dans une communauté scientifique ne peut s’abstraire du contexte historique, idéologique et politique. L’histoire des réfutations du darwinisme social permettra d’expliquer pour partie les mésaventures du darwinisme en France. Un détour par l’histoire et l’évolution des définitions du darwinisme social en France et dans les pays anglo-saxons autorisera en première approximation une évaluation des difficultés. De surcroît, les débats de ces dernières années ayant le darwinisme pour objet seront restitués et synthétisés, d’une part parce qu’au delà des invectives échangées ils révèlent l’existence d’enjeux politiques, scientifiques et épistémologiques d’importance, et d’autre part ils permettront de soustraire l’étude du darwinisme à ces charges passionnelles.

13La seconde partie se focalisera sur la période s’étendant de 1859 à la fin du siècle. Au delà d’une typologie des multiples définitions et variantes du darwinisme social, nous dresserons cette fois, en parallèle, une carte des argumentaires et des réfutations mettant en relief à la fois les discours des scientifiques (biologistes ou sociologues), des parlementaires et des opposants religieux pour la plupart souvent antiévolutionnistes, en ce moment d’avènement en France d’un darwinisme social singulier. Notre recherche s’est avant tout orientée vers les auteurs reconnus ou s’autoproclamant darwiniens sociaux, eugénistes ou racistes et vers les disciplines ayant l’homme ou les sociétés humaines comme objet d’études et donc susceptibles de donner corps à ces théories par une intégration d’une thématique transformiste et évolutionniste (l’anthropologie, la sociologie, les sciences politiques, la médecine, etc.). Une attention particulière a été prêtée aux mouvements politiques et sociaux ayant eu recours à un argumentaire scientiste ou sociobiologiste (colonialisme, libéralisme économique, courants politiques d’extrême-droite, solidarisme républicain, marxisme scientiste, etc.). Puis parallèlement, nos efforts ont porté sur le repérage des dénaturations extrascientifiques pratiquées par les naturalistes et les biologistes ou sur l’analyse des raisons de leur opposition à ces extrapolations. Les argumentaires des discours s’opposant aux thèses darwiniennes sociales, racistes ou eugénistes en provenance du monde religieux ou des décideurs politiques (débats à l’Assemblée Nationale par exemple) ont également permis d’évaluer la réception du darwinisme en France et ont été des indicateurs précieux de l’audience des thèses sociobiologistes. Cette réception ou cette perméabilité aux théories biosociales a pu être mesurée quelquefois, par des études de presse liées à des événements singuliers (procès, banquets scientifiques, etc.) ou à des parutions d’ouvrages ou par la mise en évidence des réseaux de vulgarisation utilisés (prestige de certaines maisons d’édition ou de certains salons mondains, etc.).

14La troisième partie, recouvrant la période de 1900 à 1918, se présentera également sous la forme d’une opposition entre les thèses du darwinisme social et de « l’antidarwinisme social ». Cette dernière étude tentera de cerner les modalités de la récession d’une idéologie darwinienne et sera attentive aux discours des « repentis » du darwinisme social (génération scientiste des Novicow, Brunetière, Bourget, etc.), ainsi qu’aux incidences de la guerre sur une idéologie scientifique.

© CNRS Éditions, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search