Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale

 | 
Li Ma

Chapitre 2. Les camps en France

Camps militaires britanniques et travailleurs chinois dans le Pas-de-Calais pendant la Grande Guerre

Xavier Boniface

Résumé

Le département du Pas-de-Calais concentre au cours de la Première Guerre mondiale quelques-unes des plus grandes bases militaires britanniques sur le continent : installations portuaires, hôpitaux, dépôts logistiques, camps d’entraînement sont installés, comme Étaples, dans les environs de Boulogne et de Calais, dont la proximité avec la Grande-Bretagne d’une part, et avec le front anglais, d’autre part, justifie l’importance stratégique. Ce sont dans de tels centres logistiques de l’armée britannique, à l’arrière du front, que les travailleurs chinois sont employés, dans des conditions souvent difficiles. Mais leur présence est aussi parfois mal acceptée par la population du Pas-de-Calais, d’où des tensions, notamment après l’armistice.

Texte intégral

1À la sortie méridionale de Boulogne-sur-Mer, le cimetière communal de Saint-Étienne-au-Mont possède un carré militaire comptant 160 tombes de travailleurs chinois et surmonté d’un monument en forme de demi-pagode, qui rappelle l’origine des défunts. Dans le Nord de la France, cette modeste nécropole est l’une des rares traces du concours de ces étrangers à l’effort de guerre des pays de l’Entente pendant le premier conflit mondial. Or, le département du Pas-de-Calais fait partie de ces territoires qui, comme le Nord et la Somme, ont reçu des dizaines de milliers de travailleurs chinois destinés à soutenir les armées alliées. Le cadre départemental ne semble a priori guère opératoire pour appréhender un tel phénomène, tant militaire et socio-économique que culturel. Néanmoins, il offre l’avantage d’une échelle géographique limitée, n’excluant d’ailleurs pas des comparaisons avec les espaces voisins, de Dunkerque à Noyelles-sur-Mer, pour analyser le sort, le labeur et la réputation de cette main-d’œuvre venue de l’Empire du Milieu. Durant la guerre, du fait de sa proximité à la fois avec la Grande-Bretagne et le front anglais, le Pas-de-Calais concentre quelques-unes des plus importantes bases logistiques britanniques, où des travailleurs chinois sont employés à partir de 1917. Il s’agit alors de s’interroger sur la place, le rôle et l’image de ces derniers dans et autour des camps militaires, et, plus généralement, sur leur participation à la guerre totale menée par la Grande-Bretagne. Travailleurs, ils n’en étaient pas moins exposés à la violence du conflit et aux contraintes liées aux opérations militaires. C’est à l’aune de sources françaises, témoignages, archives de la préfecture du Pas-de-Calais et de la Mission militaire auprès de l’armée britannique, que seront abordés les besoins en main-d’œuvre des bases anglaises, puis l’emploi des travailleurs du Chinese Labour Corps et enfin les tensions avec la population civile.

Les importants besoins en main-d’œuvre des bases britanniques du Pas-de-Calais

  • 2 Decelle J.-M. et al., 1914-1918, le Pas-de-Calais en guerre. Les gammes de l’extrême (Dainville), (...)

2Pendant la Grande Guerre, le Pas-de-Calais représente, « du point de vue logistique […], un entrepôt doublé d’une usine et d’un hôpital2 » pour les Britanniques. Ils y ont installé deux camps retranchés, à Boulogne et Calais, et un vaste camp d’entraînement, de repos et de transit à Étaples, ainsi que de très nombreux dépôts de matériels, de vivres et de munitions, outre des hôpitaux destinés à recevoir des milliers de blessés. Les parages du front anglais, dont un segment traverse le département à partir de 1916, ainsi que la proximité du Royaume-Uni, via les ports de la Manche, confèrent un caractère stratégique à ce territoire. Le Pas-de-Calais devient en outre au fil du conflit un condensé du monde en guerre puisque des troupes et des travailleurs de toutes cultures et nationalités, issus des empires coloniaux comme des puissances alliées, y transitent, y servent et y combattent.

  • 3 Chatelle A., Le Bon M. E., Boulogne et sa Marine pendant la guerre 1914-1918, Boulogne-sur-Mer, im (...)
  • 4 Wallet N., Le port de Boulogne/Mer et le trafic transmanche pendant la guerre 1914-1918, mémoire d (...)
  • 5 Gill D., Putkowski J., Le camp britannique d’Étaples, 1915-1919, Étaples, 1998, 80 p.
  • 6 Chatelle A. et Tison G., Calais pendant la guerre (1914-1918), Paris, librairie Quillet, 1927, 280 (...)
  • 7 Ditte (général), Calais (1914-1918), Paris, Fournier, 1924, p. 129 et 181.
  • 8 Hodicq Y., Montreuil-sur-Mer 1914-1918. Une petite ville du Pas-de-Calais au temps du G.H.Q. brita (...)

3Après une évacuation momentanée fin août 1914 devant l’avance allemande, Boulogne développe son trafic avec la Grande-Bretagne à partir de l’automne suivant. Le port vit au rythme de l’armée britannique qui y installe une centaine de hangars, de baraquements et d’entrepôts, tandis que des camps et des dépôts sont dressés tout autour de la cité3. Au début de 1915, Boulogne est en mesure de soutenir 300 000 hommes et 100 000 chevaux. Son trafic de passagers triple de 1915 à 1918, passant à trois millions d’hommes, tandis que celui de marchandises augmente de 0,9 million de tonnes en 1914 à plus de 2 millions en 1916 dont les approvisionnements militaires représentent plus de 80 %4. En février 1915, le camp retranché de Boulogne établit à Étaples une annexe d’abord prévue pour 40 000 hommes. Ce choix est justifié au regard de la présence d’un important embranchement ferroviaire conduisant vers l’Artois et la Somme, de la proximité du port boulonnais et de la disponibilité d’espaces de dunes et de landes. Avec ses terrains d’entraînement et sa vingtaine d’hôpitaux, ce camp britannique de 12 km2, le plus vaste en France, constitue une ville de fortune où peuvent être hébergées jusqu’à 100 000 personnes5. Enfin, en avril 1915, une autre annexe de la base de Boulogne est installée à Calais pour recevoir les volontaires de « l’armée Kitchener » et leurs approvisionnements. Les environs de la ville, y compris les terrains marécageux entre les canaux de Guînes et de Saint-Omer asséchés à cette occasion, se couvrent d’installations de toutes sortes. Le camp retranché s’étend jusqu’à Peuplingues, au sud-ouest, et Audruicq, à quelque 20 km au sud-est, rejoignant ainsi pratiquement la zone de front britannique6. À l’été 1917, il compte plus de 60 000 hommes, dont 10 000 travailleurs de diverses origines. Un an plus tard, son gouverneur, le général Ditte, estime qu’il y a 16 000 Chinois dans les différents sites du camp retranché, au-delà des remparts7. Outre ces implantations, les Britanniques disposent de nombreux cantonnements, dépôts et installations dans tout le département. Les villes abritent des états-majors, tel le Grand Quartier-Général à Saint-Omer, puis à Montreuil à partir de 19168.

  • 9 Chatelle A., Le Bon M. E., op. cit., p. 114.

4L’importante présence militaire britannique dans le Pas-de-Calais se caractérise donc par une organisation logistique gigantesque, qui requiert elle-même une main-d’œuvre abondante que les peuples belligérants, déjà fortement mobilisés et ayant subi de lourdes pertes, ne parviennent plus à fournir. C’est dans ce contexte qu’à partir de 1917, la Grande-Bretagne fait appel, entre autres, à des travailleurs chinois, pour les manutentions dans les bases et les dépôts de l’armée, ainsi que dans l’entretien des infrastructures de transport. En juin, ils sont 2 000 à débarquer à Boulogne9 où de difficiles conditions de vie et de travail les attendent.

Les éprouvantes conditions de vie et de travail auprès de l’armée britannique

  • 10 Summerskill M., China on the western front. Britain’s Chinese Work Force in the First World War, L (...)
  • 11 La grande reconstruction. Reconstruire le Pas-de-Calais après la Grande Guerre, catalogue d’exposi (...)

5La cartographie des lieux d’implantation des formations du Chinese Labour Corps recoupe à peu près celle des bases britanniques, au moins jusqu’à la libération complète du territoire fin 1918. Une vingtaine de camps peuvent être identifiés à la fin de la guerre dans le Pas-de-Calais (figure 1)10. Des détachements plus modestes ont sans doute également été constitués ailleurs, parfois de manière provisoire, pour des travaux ponctuels, notamment après 1918. Ainsi, en mai 1919, des compagnies de Chinois stationnent à Loos, Billy-Montigny, Sallaumines, Auchy-les-Mines, Laventie, Barlin11… Les implantations des camps s’ordonnent autour de deux pôles principaux : le Boulonnais – et plus généralement la côte d’Opale, de Calais à Étaples – d’une part, et l’Audomarois d’autre part, c’est-à-dire pour l’essentiel le nord et le nord-ouest du département.

  • 12 The Times, 28 décembre 1917, cité par Summerskill M., op. cit., p. 162.
  • 13 Ibid.
  • 14 Première Guerre mondiale, de la Flandre occidentale (Belgique) à l’Alsace. Le guide, Tournai, Cast (...)
  • 15 Watrin J., The British Military Cemeteries in the Region of Boulogne/Mer, Lewes, The Book Guild Li (...)
  • 16 Thomas S., art. cit., p. 51. Grive-Santini C., Guide des cimetières militaires en France, Paris, L (...)

6En revanche, la présence chinoise en Artois est moindre jusqu’en 1919, malgré le segment, pourtant jugé stratégique, du front britannique qui traverse cette région. Mais les travailleurs sont surtout affectés aux grandes bases logistiques, précisément situées près des ports et des embranchements ferroviaires, et donc à distance relative du front. En même temps, les Chinois sont les seuls, avec les Indiens, à être envoyés dans la zone des armées, même si ce n’est pas à proximité immédiate de la ligne des combats12 – peut-être parce que la Chine a déclaré la guerre à l’Allemagne. L’un des premiers détachements est ainsi affecté à la 1re armée, entre Aire-sur-la-Lys et Saint-Venant. Sur les 73 compagnies de travailleurs chinois de l’armée britannique présentes en France en septembre 1917, 11 (15 %) ont rejoint ce secteur, 19 (26 %) les 2e et 5e armées dans les Flandres, et 43 (59 %) restent plus en arrière, auprès des lignes de communication13. Cette répartition évolue après la fin de la guerre, avec une implantation à la fois plus importante et plus dispersée dans l’ancienne zone de front, notamment en Artois, qu’il s’agit de reconstruire. De petits détachements se déplacent alors en fonction des besoins. La difficulté de retrouver la trace de tous les camps du CLC est due au fait que certains d’entre eux sont des antennes. Celui de Ruminghem, où se trouvent l’état-major du 11e Labour Group et un hôpital pour les Chinois14, dispose ainsi d’une succursale près d’Audruicq. La répartition des camps du CLC transparaît encore à travers celle des cimetières ou des carrés de nécropoles où sont regroupés leurs morts (figure 2, table 1). Ils ont souvent été édifiés à proximité d’anciens cantonnements de travailleurs, comme à Saint-Étienne-au-Mont, où était implanté le Native Labour General Hospital no 215. La nécropole de Nolette (Somme) est la plus connue, mais le Pas-de-Calais compte également quinze cimetières où sont inhumés des Chinois : six d’entre eux comportent de 50 à 200 tombes, mais huit autres n’ont que des sépultures isolées (trois au plus)16.

Figure 1 : Emplacements des camps chinois dans le Pas-de-Calais.

Figure 2 : Emplacements des cimetières chinois dans le Pas-de-Calais.

Ayette

54 tombes

Longuenesse

64 tombes

Bailleul-Sir-Berthoult

1 tombe

Marœuil

1 tombe

Les Baraques

203 tombes

Le Portel

1 tombe

Bourlon

3 tombes

Rivière

2 tombes

Choques

16 tombes

Ruminghem

75 tombes

Croisilles

2 tombes

Sains-en-Gohelle

49 tombes

Étaples

1 tombe

Saint-Étienne-au-Mont

160 tombes

Hautes-Avesnes

12 tombes

Table 1 : Les quinze cimetières du Pas-de-Calais où sont inhumés des Chinois, et le nombre de tombes.

  • 17 Modern China, Oxford, 1919, p. 272, cité par Summerskill M., op. cit., p. 142.
  • 18 Ibid., p. 133. À Calais, c’est à l’hôpital général britannique no 30 qu’ont été constatés près de (...)

7À leur arrivée en France, les compagnies de travailleurs chinois ont d’abord été mêlées à des unités de diverses nationalités, avant d’être regroupées dans des camps spécifiques17, comme pour les autres contingents de soldats et de travailleurs des armées britanniques et françaises. C’est aussi un aspect de la militarisation effective de ces volontaires chinois. Les plus grands camps, constitués de tentes ou de baraques, peuvent héberger jusqu’à 3 000 travailleurs, mais les effectifs varient dans le temps et dans l’espace – il n’a pas été possible de les recenser, ni de préciser les dates des arrivées et départs des différentes unités. Des hôpitaux militaires britanniques possèdent des sections destinées aux Chinois, comme à Arques et à Moulle, près de Saint-Omer, ainsi qu’à Calais, qui disposent respectivement de 140, 300 et 30018 – une capacité élevée qui en dit long sur leur santé, soumise à rude épreuve. Ce regroupement des Chinois dans des camps ou des hôpitaux facilite leur encadrement tout en limitant un peu les effets de leur isolement moral et culturel.

  • 19 Archives diocésaines d’Arras, 4 Z 706/2, abbé Jean Debove, « registre historique de la paroisse de (...)
  • 20 Archives de Dunkerque [Fournier N.], Les travailleurs chinois à Dunkerque entre 1917 et 1921, Dunk (...)

8Ces travailleurs exercent des tâches de manutention, de terrassement ou de services, plus rarement de métiers requérant des compétences techniques. De nombreuses photographies représentent des Chinois effectuant des travaux de manœuvres ou de pionniers : ils entretiennent et construisent des voies ferrées, réparent les routes endommagées par le passage fréquent de convois militaires ou par les bombardements. Ils transportent les obus dans les dépôts de munitions, comme à Dannes19, l’un des plus importants sites britanniques de ce type en France ; ils chargent véhicules et trains ou sont dockers dans les ports, comme à Dunkerque (Nord)20.

  • 21 Labayle E., Byng Boys. Les Canadiens dans la Grande Guerre 1914-1918, Château-Thierry, 1999, 256 p

9Des travailleurs participent aux travaux agricoles et forestiers, à l’instar des Chinois du Corps forestier canadien21 qui exploitent des forêts que le gouvernement français a mis à disposition de l’armée britannique pour libérer du tonnage et éviter la saturation des installations portuaires en réduisant les importations de bois d’outre-Manche.

  • 22 Voir Decelle, op. cit., p. 176. Summerskill M., op. cit., chap 12, « At work », p. 114-122.
  • 23 Service historique de la Défense / département armée de terre (SHD-DAT), 7 N 2288, compte rendu so (...)
  • 24 Decelle J-M. et al., op. cit., p. 176. Hagen G., « Le Chinese Labour Corps », dans Dominiek Dendoo (...)
  • 25 L’exposition d’In Flanders Field Museum, 24 avril – 15 août 2010, Des bras parmi les fusils. Les t (...)

10À proximité du front, ils creusent des tranchées, voire des tombes pour les morts qu’ils aident à ensevelir. Après la guerre, ils sont encore sollicités pour l’exhumation de corps, la réalisation de cimetières militaires, le nettoyage et le comblement des tranchées22. Ils sont chargés du désobusage, surtout après le départ des prisonniers allemands, à partir de l’été 191923. La sociologie du recrutement, en partie constitué de travailleurs peu qualifiés, notamment de paysans, peut expliquer ce type d’emploi ; les besoins de l’armée requièrent une abondante main-d’œuvre, et pas seulement des compétences techniques ; les nécessités de la guerre ne laissent pas beaucoup de temps non plus pour former les étrangers ; enfin, l’affectation des Chinois à des emplois peu qualifiés relève peut-être, pour une part, de préjugés ou d’un sentiment de supériorité des Britanniques à leur égard. Toutefois, ces derniers les considèrent en même temps comme des travailleurs laborieux, efficaces, rapides, robustes, ne rechignant pas à la peine24. Tous ne sont d’ailleurs pas employés comme manœuvres, tels ceux affectés à la réparation des chars au Tank Corps’Central Workshop d’Érin25. La modernité de ces engins révèle en regard la qualification de ceux qui les entretiennent et la confiance que le commandement britannique place en eux. Ceux-là sont souvent des ouvriers ayant déjà acquis une expérience de l’industrie moderne dans leur pays. Peu à peu, les Chinois remplacent les soldats britanniques, comme au dépôt ferroviaire d’Audruicq, où s’activent deux compagnies de 500 hommes.

  • 26 Cité par Thomas S., op. cit., p. 58.

11Les travailleurs ont parfois apporté leurs outils avec eux. Un sous-officier britannique témoigne qu’ils « étaient équipés de pelles chinoises et de paniers de jonc tressé qu’ils portaient à chaque extrémité de longues perches de bambous26 ». Des instruments et des équipements leur ont ensuite été fournis par l’intendance anglaise, qui les dote également d’une tenue uniforme. En revanche, en tant que travailleurs civils non soumis à des missions de combat, ils ne perçoivent pas d’armement.

  • 27 Ditte, op. cit., p. 72.
  • 28 Wou P., Les travailleurs chinois et la Grande Guerre, Paris, éd. Pédone, 1939, p. 23-24. Decelle J (...)
  • 29 Cité par Thomas S., art. cit., p. 58.
  • 30 Hagen G., art. cit., p. 138.
  • 31 SHD-DAT, 7 N 2289, Wroughton, deputy adjudant general auprès du GQG des troupes britanniques en Fr (...)
  • 32 Summerskill M., op. cit., p. 144.

12Les conditions de vie des travailleurs sont rudimentaires au début, le temps d’organiser leur installation. À Calais, leur camp est dressé dans les dunes du Petit Courgain27 ; à Wimereux, ils campent sur des terrains humides et marécageux, tandis que les installations sanitaires et les blanchisseries n’existent pas ou sont sommaires28. Leur habillement laisse aussi à désirer. Les travailleurs manquent de chaussures et de manteaux au début de l’hiver 1917-1918. Leurs souliers en particulier sont inadaptés aux conditions climatiques : le témoignage du sous-officier déjà cité mentionne des « chaussons de feutre ». Il fallut changer tout cela, et « régler d’abord le problème des chaussures », mais les travailleurs « eurent beaucoup de mal à s’habituer [à celles] de l’armée », trop lourdes29. Souffrant du froid et de l’humidité, les Chinois tombent plus facilement malade. Quant aux conditions de travail, elles sont également souvent rudes. Les moments de repos, inexistants durant les premiers mois car non prévus dans les contrats de travail, n’excèdent pas une demi-journée par semaine ou un jour chômé par quinzaine, à partir de l’automne 1917, après intervention de l’ambassadeur de Chine à Londres30. Imposant une stricte discipline militaire, l’encadrement des camps ou des chantiers peut, dans certains cas, se montrer exigeant, autoritaire, voire brutal. Les sanctions, y compris corporelles, sont sévères. Les travailleurs écopent aussi de peines de prison en cas de grève. En cas de retard, d’absence ou d’insolence tant à l’égard de leur hiérarchie que des civils, ils doivent payer des amendes, dont le montant est élevé par rapport à leurs salaires. Les autorités britanniques s’opposent « énergiquement à toutes relations – tant civiles que militaires – entre Européens et Chinois31 », mais maints exemples témoignent du contraire. Les travailleurs doivent en théorie être consignés dans leurs camps gardés par l’armée. Toutefois, Summerskill nuance le caractère militaire de la discipline, en soulignant la capacité des travailleurs à protester et à être entendus, notamment lorsque les méthodes de travail qui leur sont imposées s’avèrent inadéquates32.

  • 33 Ditte, op. cit., p. 165. Chatelle A., Tison G., op. cit., p. 162. « L’extrait du registre aux acte (...)
  • 34 La Voix du Nord, 17 avril 1997.
  • 35 Ditte, op. cit., p. 91 et p. 155.
  • 36 Wou P., op. cit., p. 28.

13Les tâches à accomplir sont éprouvantes, voire dangereuses, tant à cause du travail lui-même que des circonstances de la guerre. Cette dangerosité explique l’importance des accidents mortels dont des dizaines de Chinois ont été victimes. L’incendie du pétrolier British Sovereign dans le port de Calais le 7 septembre 1918 tue plusieurs travailleurs qui s’activaient à son bord33. Une autre fois, pendant le déchargement d’un navire, un câble de grue se rompt et la palanque écrase une dizaine de dockers34. Les fortes concentrations d’hommes et de matériels dans le Pas-de-Calais attirent par ailleurs les bombardements aériens allemands, de plus en plus fréquents au cours des hostilités, du fait des progrès de l’aviation militaire, mais aussi de la proximité du front. Ces raids destructeurs font des victimes dans la population civile, ainsi que parmi les travailleurs coloniaux et étrangers, désormais directement exposés à la violence de la guerre. Les 3 septembre 1917, un raid aérien sur les Attaques tue 12 Chinois et en blesse 18 autres ; le 20 mars 1918, à Calais, 20 travailleurs périssent et 30 autres sont blessés dans les mêmes circonstances35. Au total, 131 Chinois meurent entre août 1917 et avril 1918 du fait des bombardements dans la seule région de Dunkerque et Calais36.

  • 37 Archives de Dunkerque, op. cit., p. 11-12.
  • 38 Voir, sur la « mutinerie », Allison W., Fairley J., Les Mutins, Étaples-sur-Mer, AMME éd., 1990, p (...)
  • 39 Public Record Office, WO 95/4018, Calais Base, War Diary or Intelligence Summary, décembre 1917. A (...)

14Les éprouvantes conditions de vie et de travail associées aux dangers de la guerre expliquent l’existence de refus d’obéissance ou de « mutineries », selon le terme consacré par les autorités militaires. Ce sont parfois de simples grèves, comme à l’aciérie Firminy de Leffrinckoucke (Nord), en juillet puis septembre 1917. Ce mouvement fait suite à des bombardements allemands sur l’usine : les travailleurs, paniqués, refusent de poursuivre leur tâche et s’enfuient37. La plus importante révolte s’est déroulée à Boulogne, dans le prolongement de la mutinerie des soldats de la base d’Étaples du 9 au 15 septembre 1917. À l’annonce de cette agitation, des Égyptiens de la 74th Labour Company et des Chinois, présents sur le port depuis trois mois, refusent de poursuivre le déchargement des navires pour protester contre leurs conditions de travail, l’alimentation inadaptée, les risques liés aux bombardements et les mauvais traitements. Après s’être répandus en ville, ils tentent de saccager un hôtel et un café, d’où ils sont rapidement expulsés, avant de s’attaquer à un établissement sélect fréquenté par les officiers. Immédiate, la répression fait 23 (ou 27) tués, 39 blessés et 25 emprisonnés parmi les Égyptiens et les Chinois. Selon le témoignage du caporal Rodgers, les officiers auraient ordonné de considérer ces deniers, non comme des « rebelles », mais comme « du bétail », et qu’ils « devaient être abattus comme des chiens enragés », quand bien même ils n’étaient pas armés38. Si les Britanniques répriment également avec dureté la mutinerie d’Étaples – dont le bilan précis n’est pas connu –, il convient néanmoins de s’interroger sur leur sévérité peut-être plus grande encore à l’égard des travailleurs étrangers ou coloniaux. Ainsi, le 16 décembre suivant, aux Fontinettes, la 21st Chinese Labour Company connaît des troubles dont la répression par des gardes armés fait 4 morts et 9 blessés39.

  • 40 Voir Chatelle A., Le Bon M. E., op. cit.
  • 41 Loez A., 14-18. Les refus de la guerre. Une histoire des mutins, Paris, Folio histoire, 2010, 690  (...)

15Les autorités et l’opinion françaises semblent avoir ignoré ces faits, au moins officiellement. La presse locale, soumise à la censure, n’en rend pas compte. Un tel silence révèle l’étroite mainmise qu’exercent les Britanniques sur les secteurs du port placés sous leur contrôle40. Mais la censure relative à des événements de ce type fait aussi partie des modes d’exercice de l’autorité en temps de guerre, comme cela avait été le cas lors des mutineries dans l’armée française au printemps 1917 – quoique celles-ci se soient produites loin des grandes villes, ce qui n’a pas empêché une circulation au moins limitée de l’information41. Ces troubles opposant des travailleurs à l’armée britannique restent néanmoins rares. En revanche, les tensions semblent plus fréquentes avec la population locale.

Des tensions entre habitants du Pas-de-Calais et travailleurs chinois

  • 42 Cabantous A. (dir.), Histoire de Dunkerque, Toulouse, Privat, 1983, p. 198.

16De multiples faits indiquent la méfiance, la réserve, la crainte, voire l’hostilité de la population à l’encontre des Chinois, auxquels elle reproche notamment leurs crimes et leurs méfaits. En outre, l’imposition de cette main-d’œuvre par les Britanniques suscite des oppositions, comme à Dunkerque, où les dockers français, ainsi concurrencés, craignent que le recours à des étrangers ne crée un précédent. Leurs protestations sont relayées par la Chambre de Commerce qui perd de l’argent à cette occasion42. Les tensions semblent plus vives entre la population et les Chinois employés par l’armée britannique qu’avec ceux travaillant pour les Français, ces deux catégories cohabitant dans le Pas-de-Calais après la guerre, une période avivant les craintes et les difficultés.

  • 43 Chatelle A., Le Bon M.-E., op. cit., p. 114.
  • 44 Témoignages oraux ou écrits d’habitants de la région de Lens, ou de leurs descendants, cités par T (...)
  • 45 Archives départementales du Pas-de-Calais (ADPDC), 11 R 1100, rapport du capitaine Richard, comman (...)

17Pour l’érudit boulonnais Albert Chatelle, « ces “jaunes” laisseront généralement de très mauvais souvenirs partout où ils passeront43 ». Le maire d’Écurie parle des « indésirables Célestes ». Maints témoignages recueillis en Gohelle vont dans ce sens44 : « Les gens de Bouvigny [ont] une peur bleue des Chinois » (Pierre Grenelle). Ces derniers « [sont] méchants comme tout », selon une jeune femme de l’époque. Pour Pierre Sevrin, « leur présence n’est pas rassurante. Rassemblés dans des camps, certains les quittent pour parcourir nos cités. Ils sont à la fois effrontés et voleurs […] ». Les témoins justifient ces craintes par les exactions qu’auraient commises les travailleurs. À Loos-en-Gohelle, c’est la mort d’un homme qui tentait de s’interposer pour protéger sa famille importunée par des Chinois (Mme Demarque). D’autres citent un mineur agressé à Marles par des travailleurs qui voulaient lui voler son pain (Mme Gaillard). Il est encore attribué à ces étrangers une « profanation des statues de la Sainte-Famille » lors du déblaiement de la tranchée à Notre-Dame de Lorette où elles avaient été installées au cours de la guerre. De son côté, la gendarmerie recense de nombreux crimes commis par des Chinois dans le département45. Le 22 juillet 1919, entre Mont-Saint-Éloi et Carency, trois travailleurs tuent « un démobilisé rentrant au pays avec sa femme et un enfants », avant de s’emparer de leurs valises. Le 27 août, à Hamelincourt, trois autres Chinois pénètrent dans une habitation où ils abattent deux hommes, puis menacent de mort une femme pour qu’elle remette toutes ses économies. D’autres maisons particulières sont encore attaquées, le 5 septembre à Équihen, le 12 à Ligny-Thilloy, le 13 à Vaulx-Vraucourt, mais sans toujours faire de victimes. Il y a encore des trafics de pièces d’or dans la région d’Audruicq.

  • 46 SHD-DAT, 7 N 2289, le cabinet du sous-secrétaire d’État à la Guerre à « Monsieur le Maréchal », 7 (...)
  • 47 SHD-DAT, 7 N 2289, le président de la Commission interministérielle des régions libérées au maréch (...)

18Ces affaires préoccupent les responsables de l’armée et de l’État, au plus haut niveau. En septembre 1919, le ministère de la Guerre alerte la présidence du Conseil sur « les méfaits répétés dont se rendent coupables les Chinois dans la région du Pas-de-Calais ». Un mois plus tard, il fait part au haut commandement que « les élus du [département] [lui] signalent de nouveau que des assassinats journaliers continuent à être commis » par ces travailleurs, « contre lesquels l’opinion publique est très surexcitée et qui sont une cause absolue d’insécurité dans toute la région de l’Artois46 ». Peu après, c’est le président de la Commission interministérielle des régions libérées qui attire l’attention du maréchal Foch sur le fait que la population de la Somme et du Pas-de-Calais « est terrorisée par les vols, les actes de brigandage, les crimes commis par les Chinois. La situation est devenue absolument intolérable, et les habitants ont peur d’être obligés d’abandonner leurs communes ». Or les démarches préfectorales effectuées à ce sujet « se sont heurtées à la plus parfaite indifférence des autorités britanniques47 ».

19Cela ne signifie pas leur passivité. Dès le 16 juin 1919, le colonel Purdon, qui commande les travailleurs chinois employés dans les armées britanniques en France, leur adresse ses recommandations dans une proclamation au ton imagé et empreinte de paternalisme, mais aussi de prudence :

Le Chef sait parfaitement que les travailleurs chinois sont dignes d’intérêt et habiles. Pour cette raison, et du fait de la distance qui les sépare de leur Mère-Patrie […] et de leur famille, il les considère comme ses enfants […]. Il a déjà été fait beaucoup pour calmer certains mécontentements […]. Les plaintes et pétitions légitimes seront examinées avec la plus grande bienveillance.

  • 48 SHD-DAT, 7 N 2289, proclamation du colonel Purdon (traduction), 16 juin 1919.

Bien que la majorité des travailleurs chinois soient des citoyens respectueux des Lois et consciencieux, il est possible que quelques mauvais individus se soient infiltrés parmi les honnêtes. Ces fortes têtes – s’il en existe – sont averties que toute tentative […] d’inciter aux actes illégaux […] sera punie très sévèrement […]. Comme l’herbe fléchit sous la violence du vent, la volonté de l’homme doit fléchir devant la Loi […]. Le travail, l’obéissance et l’économie vous assureront un joyeux retour au Royaume du Milieu ; mais bien triste est le sort du travailleur qui, pour avoir négligé ces principes, se retrouve en présence des siens, sans argent et sans dignité48.

  • 49 SHD-DAT, 7 N 2289, circulaire de l’état-major des troupes britanniques en France et en Belgique (t (...)
  • 50 SHD-DAT, 7 N 2288, compte rendu sommaire de la conférence du 18 octobre [1919].

20Ce rappel à la loi ne suffit pas. Pour le commandement britannique, il y a « nécessité d’apporter une surveillance plus étroite à ces travailleurs ». Aussi, en juillet 1919 sont complétées les dispositions de la circulaire du 13 avril 1918 concernant le suivi des sorties de corvées, la fréquence des rassemblements au camp, l’interdiction de la possession de vêtements civils, qui peuvent servir à « se déguiser », et du jeu, « une des causes principales d’indiscipline49 ». Puis, le 18 octobre suivant, une conférence franco-britannique se tient au ministère des régions libérées « en vue de mettre fin aux méfaits des travailleurs chinois ». Ces derniers ne peuvent être rapidement renvoyés dans leur pays, « à cause du manque de bateaux et de trains » et « parce qu’on a besoin [d’eux] pour l’évacuation et la destruction des munitions ». Toutefois, le commandement britannique s’engage à accorder à la police française « toute facilité dans l’exécution de ses enquêtes » au sujet des travailleurs. Il s’agit aussi d’interdire à ces derniers « de circuler en dehors des camps après la chute du jour ». Enfin, les autorités françaises employant des Chinois promettent de les empêcher de recevoir et d’héberger dans leurs camps leurs compatriotes qui sont au service des Britanniques50. En revanche, les réactions des autorités chinoises ne sont pas connues. Ont-elles seulement été prévenues de ce qui était reproché à leurs ressortissants ? Rien, dans les archives militaires et administratives, n’indique des contacts avec l’ambassade.

  • 51 Cabanes B., La victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français (1918-1920), Paris, S (...)
  • 52 Hagen, art. cit., p. 143.

21La mauvaise réputation des Chinois auprès des Français et les crimes qui leur sont imputés nécessitent d’être mis en perspective. La fin de la guerre s’accompagne des craintes de l’encadrement militaire de voir un relâchement de la discipline parmi les soldats mobilisés51, mais cette préoccupation se vérifie aussi dans les unités de travailleurs, qui se caractérisent parfois par des écarts de comportement et des désertions. La situation est plus difficile encore dans les régions récemment libérées, notamment dans l’ancienne zone du front, où l’autorité publique n’est rétablie que progressivement, au fur et à mesure du retour des habitants. Ces derniers retrouvent leur territoire dévasté, où vivent de nombreux étrangers, dont ces travailleurs, ce qui engendre des tensions. En outre, les Chinois sont soumis à des travaux pénibles affectant leur moral, nettoyage des champs de bataille et inhumations, alors que la fin des hostilités leur laissait au contraire espérer un retour rapide au pays52.

  • 53 ADPDC, 11 R 1100, le préfet du Pas-de-calais au ministre des régions libérées, 12 février 1919.
  • 54 SHD-DAT, 7 N 2289, Ministère de la Guerre, note pour l’état-major de l’armée (bureau spécial franc (...)
  • 55 Decelle J.-M. et al., op. cit., p. 177.
  • 56 SHD-DAT, 7 N 2289, direction des troupes coloniales / service de l’organisation des travailleurs c (...)
  • 57 SHD-DAT, 7 N 2288, compte rendu sommaire de la conférence du 18 octobre [1919].
  • 58 SHD-DAT, 7 N 2289, le président du Conseil au commandant régional des groupements de travailleurs (...)

22Selon les autorités françaises, les exactions supposées commises par des Chinois dans le Pas-de-Calais seraient à attribuer à ceux dépendant de l’armée britannique. Le préfet affirme ainsi qu’il ne faut pas mettre « tous les actes de pillage, tous les vols, tous les troubles constatés » au compte de ceux « employés par les entrepreneurs », mais « beaucoup sont imputables » à ceux au service des « Anglais53 ». De même, les enquêtes faites à ce sujet « démontr[ent] que dans la plupart des cas », les travailleurs des groupements français ne peuvent « être mis en cause54 ». En octobre 1919, servent en effet en Artois plus de 13 000 Chinois sous tutelle britannique et près de 5 000 sous commandement français55. Deux types de facteurs sont avancés pour expliquer la plus grande criminalité présumée des premiers. Il est d’abord reproché aux autorités britanniques l’insuffisance de l’encadrement de leurs unités de travailleurs, à la différence de ce qui se passe dans les groupements français. Aussi apparaît-il « indispensable d’insister auprès [d’elles] pour que les formations d’ouvriers chinois […] soient soumises à une discipline des plus rigoureuse et mises hors d’état de se livrer à de nouveaux méfaits56 ». À plusieurs reprises, les autorités militaires françaises font d’ailleurs valoir la nécessité de bien distinguer les travailleurs en fonction de l’armée qui les emploie, afin d’éviter les méprises quant à la responsabilité des méfaits commis. Ces derniers peuvent aussi être dus aux différences de solde – jusqu’à six francs par jour pour un Chinois d’un groupement français, un franc pour celui sous tutelle anglaise. L’augmentation du salaire du premier « a été consentie sur la demande du ministère du Travail et à la requête des syndicats ouvriers57 ». Néanmoins, le ministère de la Guerre finit par reconnaître que des Chinois sous tutelle française ont également commis des actes de brigandage en étant « habillés comme des ouvriers des armées britanniques58 », d’où des confusions. En réalité, cette affaire traduit surtout les poussées de tension entre alliés au lendemain du conflit.

  • 59 SHD-DAT, 7 N 2289, rapport cité de Wroughton au chef du Service de liaison français, 4 juillet 191 (...)

23La responsabilité de ces crimes n’incombe pas aux seuls travailleurs étrangers. Les exactions résultent des trafics avec une partie de la population, comme le constatent d’ailleurs les autorités britanniques. Selon elles, « le maintien de la discipline a été rendu des plus difficile du fait que les civils français ou belges ont encouragé ces Chinois aux achats et ventes illicites de fournitures [en] tous genres et leur ont permis l’accès de leurs demeures ». Ce sont eux « qui, par leurs actes, ont rendu très ardue l’obéissance » des travailleurs vis-à-vis des Britanniques, alors que ces derniers s’étaient opposés aux « relations […] entre Européens et Chinois59 ».

  • 60 ADA, 4 Z 706/2, registre cité, p. 269.
  • 61 ADPDC, 11 R 1100, le général Lacapelle, commandant le 1er CA, au préfet du Pas-de-Calais, 22 octob (...)
  • 62 Cabanes B., op. cit.
  • 63 Archives municipales de Calais, H 104, le général de Laguiche, chef de la Mission militaire frança (...)
  • 64 ADPDC, 11 R 1100, rapport de gendarmerie, 28 septembre 1919, dans Decelle J.-M., op. cit., p. 177.

24L’attitude des habitants favorise d’ailleurs les tensions. Pour l’abbé Debove, les travailleurs « ont été provoqués par les éléments grossiers que renferme chaque population »60. Selon un rapport, « des enfants jettent des pierres aux Chinois traversant les villages [de Barlin, Auchel, Bruay et Lozinghem] en camion. Cette façon de procéder a pour résultat d’augmenter l’antipathie des Chinois pour les civils et pourrait amener de la part des travailleurs des représailles regrettables61 ». Ces gestes enfantins expriment l’hostilité plus générale de la population à l’égard des étrangers. L’armistice puis le traité de Versailles lui ont fait espérer un rapide retour à la normale, alors que la présence de travailleurs chinois semble au contraire rappeler la continuation du conflit. Derrière la xénophobie latente, c’est une lassitude de la guerre et de sa difficile sortie qui s’exprime ainsi, et il est flagrant de ce point de vue que les tensions les plus vives datent de 191962. Tous les étrangers, comme les Polonais qui arrivent à partir de 1920, et les coloniaux présents dans le département, comme les Algériens, sont-ils pour autant l’objet d’un tel rejet, ou bien les Chinois sont-ils en proie à une hostilité plus prononcée que d’autres nationalités et cultures ? Les troupes britanniques ne sont plus toujours bien accueillies, comme le montrent, au lendemain du conflit, « les difficultés de cantonnement » qu’elles « rencontreraient » en étant « envoyées au repos, à l’arrière, du fait du peu d’empressement des habitants à les recevoir ». Par ailleurs « des exactions en tout genre » leur sont reprochées63. S’il est difficile de préciser l’ampleur et la spécificité d’un tel rejet en l’absence de sources permettant des comparaisons, la focalisation sur les crimes, réels, exagérés ou supposés imputés aux Chinois suggère néanmoins une stigmatisation particulière. L’attribution de ces exactions repose aussi sur des rumeurs, comme le suggère a contrario ce rapport de gendarmerie signalant « quelques vols dont rien ne prouve que les Chinois en soient les auteurs64 ». Les différences de genre de vie, de culture, de coutumes, de langue entretiennent les incompréhensions et la méfiance. Il s’y mêle peut-être aussi dans les esprits quelques réminiscences du mythe du « péril jaune » propagé à partir de la fin du xixe siècle. Enfin, la sévère discipline à laquelle l’encadrement britannique soumet les travailleurs chinois peut faire légitimer, auprès des civils, l’idée de leur dangerosité potentielle.

Conclusion

25Le fonctionnement de la logistique britannique à la fin de la guerre, et donc, pour une part, le succès allié, reposent, entre autres, sur l’apport de la main-d’œuvre chinoise. Celle-ci joue en effet en ce domaine un rôle d’autant plus important que l’armée de 1917-1918, dont les effectifs en ligne ont quintuplé par rapport à 1914, nécessite toujours plus d’armements, de munitions et d’approvisionnements divers. C’est notamment dans les importantes bases britanniques du Pas-de-Calais que le conflit a pu être gagné. Or la guerre industrielle requiert une main-d’œuvre bon marché, peu qualifiée, affectée à des travaux éprouvants, dangereux et pourtant nécessaires au bon fonctionnement des armées modernes. C’est souvent à ce type de tâches de manutention ou de terrassement que les Britanniques confinent des milliers de Chinois, réputés infatigables, dociles et robustes, au regard des critères subjectifs de l’époque. Ces travailleurs représentent pour l’ultime effort de guerre un apport incontestable, sans être décisif – d’autres contingents étrangers ou coloniaux, tels les Égyptiens ou les Indiens, sont également présents, mais leur départ de France semble plus précoce. La faible qualification des Chinois contribue peut-être à leur image dépréciative auprès des habitants du Pas-de-Calais, tandis que leur réputation se détériore au gré des crimes qui leur sont attribués, à tort ou à raison, après la fin des hostilités. L’exemple de ce département témoigne des difficultés de cohabitation entre la population civile, les militaires alliés et les travailleurs étrangers, suggérant que les premiers ressentent la présence des autres comme une forme d’occupation, notamment au lendemain immédiat du conflit. Sans doute est-ce aussi l’effet d’une propagande qui met finalement peu en scène les Chinois, parce qu’ils sont des travailleurs et non des combattants, alors qu’elle exalte plus facilement les contingents armés coloniaux. Leur emploi subalterne dans les camps britanniques du Pas-de-Calais et leur image dégradée dans l’opinion traduisent ainsi en creux une perception différentielle des acteurs de la guerre.

Bibliographie

Bibliographie

Références bibliographiques

Allison W., Fairley J., Les Mutins, Étaples-sur-Mer, AMME éd., 1990.

Archives de Dunkerque [Fournier N. ], Les travailleurs chinois à Dunkerque entre 1917 et 1921, Dunkerque, 2005.

Cabantous A. (dir.), Histoire de Dunkerque, Toulouse, Privat, 1983.

Chatelle A., Le Bon M. E., Boulogne et sa Marine pendant la guerre 1914-1918, Boulogne, impr. réunies, 1922.

Chatelle A. et Tison G., Calais pendant la guerre (1914-1918), Paris, librairie Quillet, 1927.

Decelle J.-M. et al., 1914-1918, le Pas-de-Calais en guerre. Les gammes de l’extrême, Dainville, Archives départementales du Pas-de-Calais, service éducatif, 1998.

Ditte (général), Calais (1914-1918), Paris, Fournier, 1924.

Gill D., Putkowski J., Le camp britannique d’Étaples, 1915-1919, Étaples, 1998. La grande reconstruction. Reconstruire le Pas-de-Calais après la Grande Guerre, catalogue d’exposition, Dainville, archives départementales, 2000.

Grive-Santini C., Guide des cimetières militaires en France, Paris, Le cherche midi éd., 1999.

Hodicq Y., Montreuil-sur-Mer 1914-1918. Une petite ville du Pas-de-Calais au temps du G. H. Q. britannique, Fauquembergues, Comité d’histoire du Haut-Pays, Études et documents no 29, 2002.

Hagen G., « Le Chinese Labour Corps », dans Dominiek Dendooven & Piet Chielens, La Première Guerre mondiale : cinq continents au front, Bruxelles, Éditions Racine, 2008.

Labayle E., Byng Boys. Les Canadiens dans la Grande Guerre 1914-1918, Château-Thierry, 1999.

Loez A., 14-18. Les refus de la guerre. Une histoire des mutins, Paris, Folio histoire, 2010.

Première Guerre mondiale, de la Flandre occidentale (Belgique) à l’Alsace. Le guide, Tournai, Casterman, 1996.

Summerskill M., China on the western front. Britain’s Chinese Work Force in the First World War, London, M. Summerskill, 1982.

Thomas S., « Des travailleurs chinois en Gohelle pendant la Grande Guerre », Gauheria, le passé de la Gohelle, no 52, août 2003.

Wallet N., Le port de Boulogne/Mer et le trafic transmanche pendant la guerre 1914-1918, mémoire de maîtrise, université du Littoral, 1996.

Watrin J., The British Military Cemeteries in the Region of Boulogne/Mer, Lewes, The Book Guild Limited, 1987.

Wou P., Les travailleurs chinois et la Grande Guerre, Paris, ed. Pédone, 1939.

Archives

Service historique de la Défense, Département de l’Armée de Terre (SHD-DAT), 7 N 2288 et 7 N 2289.

Archives départementales du Pas-de-Calais (ADPDC), 11 R 1100.

Archives municipales de Calais : H 104 et « Extrait du registre aux actes de décès de la ville de Calais ».

Archives diocésaines d’Arras (ADA) : 4 Z 06/2, abbé Jean Debove, « registre historique de la paroisse de Dannes 1905-1922 ».

Notes

2 Decelle J.-M. et al., 1914-1918, le Pas-de-Calais en guerre. Les gammes de l’extrême (Dainville), Archives départementales du Pas-de-Calais, service éducatif, 1998, p. 174.

3 Chatelle A., Le Bon M. E., Boulogne et sa Marine pendant la guerre 1914-1918, Boulogne-sur-Mer, impr. réunies, 1922, 142 p.

4 Wallet N., Le port de Boulogne/Mer et le trafic transmanche pendant la guerre 1914-1918, mémoire de maîtrise, université du Littoral, 1996, p. 167 (graphiques à partir des Compte rendus des travaux de la Chambre de commerce de Boulogne, 1914 à 1919).

5 Gill D., Putkowski J., Le camp britannique d’Étaples, 1915-1919, Étaples, 1998, 80 p.

6 Chatelle A. et Tison G., Calais pendant la guerre (1914-1918), Paris, librairie Quillet, 1927, 280 p.

7 Ditte (général), Calais (1914-1918), Paris, Fournier, 1924, p. 129 et 181.

8 Hodicq Y., Montreuil-sur-Mer 1914-1918. Une petite ville du Pas-de-Calais au temps du G.H.Q. britannique, Fauquembergues, Comité d’histoire du Haut-Pays, Études et documents no 29, 2002, p. 57.

9 Chatelle A., Le Bon M. E., op. cit., p. 114.

10 Summerskill M., China on the western front. Britain’s Chinese Work Force in the First World War, London, M. Summerskill, 1982, p. 125 (carte) et p. 208 (appendice) (les noms des lieux où les Chinois ont travaillé de manière ininterrompue de 1917 à 1919 sont suivis d’une (*)) : Arques, Audruicq (*), Berguette, Boulogne (*), Calais (*), Danne-Camiers, Erin, Étaples, Hardelot, Houdain, Moulle, Ruminghem, Saint-Omer, Seninghem, Tournehem (*), Wimereux. Il existe par ailleurs un camp à Ambleteuse (Chatelle A., Le Bon M. E., op. cit., p. 73), à Samer (Decelle, op. cit., p. 202) et à Bouvigny-Boyeffles (Thomas S., « Des travailleurs chinois en Gohelle pendant la Grande Guerre », Gauheria, le passé de la Gohelle, no 52, août 2003, p. 55).

11 La grande reconstruction. Reconstruire le Pas-de-Calais après la Grande Guerre, catalogue d’exposition, Dainville, archives départementales, 2000, p. 47.

12 The Times, 28 décembre 1917, cité par Summerskill M., op. cit., p. 162.

13 Ibid.

14 Première Guerre mondiale, de la Flandre occidentale (Belgique) à l’Alsace. Le guide, Tournai, Casterman, 1996, p. 228.

15 Watrin J., The British Military Cemeteries in the Region of Boulogne/Mer, Lewes, The Book Guild Limited, 1987, p. 74.

16 Thomas S., art. cit., p. 51. Grive-Santini C., Guide des cimetières militaires en France, Paris, Le cherche midi éd., 1999, 212 p.

17 Modern China, Oxford, 1919, p. 272, cité par Summerskill M., op. cit., p. 142.

18 Ibid., p. 133. À Calais, c’est à l’hôpital général britannique no 30 qu’ont été constatés près de la moitié des 59 décès de Chinois relevés, entre le 1er juillet 1917 et le 30 juin 1918, dans « l’extrait du registre aux actes de décès de la ville de Calais » (archives municipales de Calais – AMC –, non coté).

19 Archives diocésaines d’Arras, 4 Z 706/2, abbé Jean Debove, « registre historique de la paroisse de Dannes 1905-1922 », p. 279.

20 Archives de Dunkerque [Fournier N.], Les travailleurs chinois à Dunkerque entre 1917 et 1921, Dunkerque, 2005, p. 6-7.

21 Labayle E., Byng Boys. Les Canadiens dans la Grande Guerre 1914-1918, Château-Thierry, 1999, 256 p.

22 Voir Decelle, op. cit., p. 176. Summerskill M., op. cit., chap 12, « At work », p. 114-122.

23 Service historique de la Défense / département armée de terre (SHD-DAT), 7 N 2288, compte rendu sommaire de la conférence tenue au ministère des régions libérées, 18 octobre 1919.

24 Decelle J-M. et al., op. cit., p. 176. Hagen G., « Le Chinese Labour Corps », dans Dominiek Dendooven & Piet Chielens, La Première Guerre mondiale : cinq continents au front, Bruxelles, éd. Racine, 2008, p. 138.

25 L’exposition d’In Flanders Field Museum, 24 avril – 15 août 2010, Des bras parmi les fusils. Les travailleurs chinois pendant la Première Guerre mondiale, présente des photographies prises à Érin.

26 Cité par Thomas S., op. cit., p. 58.

27 Ditte, op. cit., p. 72.

28 Wou P., Les travailleurs chinois et la Grande Guerre, Paris, éd. Pédone, 1939, p. 23-24. Decelle J-M. et al., op. cit., p. 176.

29 Cité par Thomas S., art. cit., p. 58.

30 Hagen G., art. cit., p. 138.

31 SHD-DAT, 7 N 2289, Wroughton, deputy adjudant general auprès du GQG des troupes britanniques en France et en Belgique, au chef du Service de liaison français, 4 juillet 1919.

32 Summerskill M., op. cit., p. 144.

33 Ditte, op. cit., p. 165. Chatelle A., Tison G., op. cit., p. 162. « L’extrait du registre aux actes de décès de la ville de Calais » (AMC) contient les actes de décès de trois Chinois morts des suites de l’incendie. Le nombre total de victimes n’est cependant pas connu.

34 La Voix du Nord, 17 avril 1997.

35 Ditte, op. cit., p. 91 et p. 155.

36 Wou P., op. cit., p. 28.

37 Archives de Dunkerque, op. cit., p. 11-12.

38 Voir, sur la « mutinerie », Allison W., Fairley J., Les Mutins, Étaples-sur-Mer, AMME éd., 1990, p. 122-123.

39 Public Record Office, WO 95/4018, Calais Base, War Diary or Intelligence Summary, décembre 1917. Aimablement communiqué par Julian Putkowski.

40 Voir Chatelle A., Le Bon M. E., op. cit.

41 Loez A., 14-18. Les refus de la guerre. Une histoire des mutins, Paris, Folio histoire, 2010, 690 p.

42 Cabantous A. (dir.), Histoire de Dunkerque, Toulouse, Privat, 1983, p. 198.

43 Chatelle A., Le Bon M.-E., op. cit., p. 114.

44 Témoignages oraux ou écrits d’habitants de la région de Lens, ou de leurs descendants, cités par Thomas S., art. cit., p. 55-57.

45 Archives départementales du Pas-de-Calais (ADPDC), 11 R 1100, rapport du capitaine Richard, commandant la compagnie de gendarmerie du Pas-de-Calais, au préfet du Pas-de-Calais, 16 septembre 1919.

46 SHD-DAT, 7 N 2289, le cabinet du sous-secrétaire d’État à la Guerre à « Monsieur le Maréchal », 7 octobre 1919.

47 SHD-DAT, 7 N 2289, le président de la Commission interministérielle des régions libérées au maréchal commandant en chef les armées alliées, 18 octobre 1919.

48 SHD-DAT, 7 N 2289, proclamation du colonel Purdon (traduction), 16 juin 1919.

49 SHD-DAT, 7 N 2289, circulaire de l’état-major des troupes britanniques en France et en Belgique (traduction), signée du lieutenant-colonel Grazebrook, 4 juillet 1919.

50 SHD-DAT, 7 N 2288, compte rendu sommaire de la conférence du 18 octobre [1919].

51 Cabanes B., La victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français (1918-1920), Paris, Seuil, 2004, p. 76.

52 Hagen, art. cit., p. 143.

53 ADPDC, 11 R 1100, le préfet du Pas-de-calais au ministre des régions libérées, 12 février 1919.

54 SHD-DAT, 7 N 2289, Ministère de la Guerre, note pour l’état-major de l’armée (bureau spécial franco-britannique), 8 octobre 1919.

55 Decelle J.-M. et al., op. cit., p. 177.

56 SHD-DAT, 7 N 2289, direction des troupes coloniales / service de l’organisation des travailleurs coloniaux, note pour l’état-major de l’armée (bureau spécial franco-britannique), 30 septembre 1919.

57 SHD-DAT, 7 N 2288, compte rendu sommaire de la conférence du 18 octobre [1919].

58 SHD-DAT, 7 N 2289, le président du Conseil au commandant régional des groupements de travailleurs coloniaux de la 1re région, 5 novembre 1919.

59 SHD-DAT, 7 N 2289, rapport cité de Wroughton au chef du Service de liaison français, 4 juillet 1919.

60 ADA, 4 Z 706/2, registre cité, p. 269.

61 ADPDC, 11 R 1100, le général Lacapelle, commandant le 1er CA, au préfet du Pas-de-Calais, 22 octobre 1919.

62 Cabanes B., op. cit.

63 Archives municipales de Calais, H 104, le général de Laguiche, chef de la Mission militaire française, au préfet du Pas-de-Calais, 18 décembre 1918. Le maire de Calais au général Ditte, gouverneur, 7 janvier 1919.

64 ADPDC, 11 R 1100, rapport de gendarmerie, 28 septembre 1919, dans Decelle J.-M., op. cit., p. 177.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Emplacements des camps chinois dans le Pas-de-Calais.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16986/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Figure 2 : Emplacements des cimetières chinois dans le Pas-de-Calais.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16986/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540