Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale

 | 
Li Ma

Chapitre 1. Recrutement et transport vers la France en guerre

Sans nom, sans visage et top-secret : le transport de travailleurs du « Chinese Labour Corps » à travers le Canada

Glen Peterson

Résumé

Ce chapitre étudie le voyage parcouru par des dizaines de milliers de travailleurs du Chinese Labour Corps (CLC) à travers le Canada en 1917-1918. Les navires transportant des travailleurs du CLC ont quitté d’avril 1917 à juin 1918 le port de Tianjin, au nord de la Chine, pour Vancouver sur une base quasi hebdomadaire. Les navires accostaient d’abord la station de quarantaine de William Head sur l’île de Vancouver avant de recevoir l’autorisation de continuer vers le port de Vancouver. Sur les quais de Burrard Street, dans le centre-ville de Vancouver, les travailleurs du CLC étaient alors directement escortés depuis les navires vers des trains fortement gardés pour le long voyage à travers le Canada jusqu’au port de Halifax, sur le littoral atlantique du Canada d’où ils reprenaient leur voyage en mer vers leur destination finale en France. Le but de ce chapitre est de mettre en avant l’organisation bureaucratique impressionnante de l’opération du CLC au Canada et les efforts extraordinaires déployés par le gouvernement canadien pour maintenir le secret de l’opération. En considérant la manière dont l’appareil d’État canadien a tenté de contrôler non seulement le déplacement physique des travailleurs du CLC, mais également le flux national et transnational des informations qui a entouré leur passage à travers le Canada, nous pouvons avoir un aperçu sur la façon dont les fonctionnaires de l’État canadien percevaient et comprenaient non seulement les « coolies » chinois qui étaient à leur charge, mais aussi la place de la Chine et des Chinois plus généralement durant ce moment crucial de l’histoire du xxe siècle.

Texte intégral

  • 2 La taxe d’entrée chinoise a été d’abord introduite en 1885 pour décourager l’immigration chinoise (...)

1Entre avril 1917 et mars 1918, plus de 82 000 travailleurs du CLC ont été transportés par train à travers le Canada depuis le port de Vancouver sur la côte Pacifique à Halifax sur la côte atlantique, d’où ils embarquaient à bord de navires à destination de la France. L’opération devait être top-secrète. Les trains transportant les travailleurs du CLC étaient fermés et escortés par des gardes armés afin de prévenir tout risque de fuite de travailleurs du CLC. C’était l’époque de la tristement célèbre « taxe d’entrée » du Canada, lorsque tout Chinois entrant au Canada était tenu de payer une taxe spéciale de 500 dollars visant à décourager l’immigration chinoise2. En fermant les trains et en empêchant les travailleurs de débarquer, le gouvernement canadien espérait non seulement maintenir le secret de l’opération mais aussi prévenir les accusations selon lesquelles les travailleurs du CLC se soustrayaient à la taxe d’entrée.

2Nous pouvons avoir une idée de l’ampleur de l’opération du CLC à travers le Canada et de la quête du gouvernement canadien pour la soustraire à la vue du public à partir des instructions données aux fonctionnaires canadiens qui étaient en charge de maintenir le secret de l’opération. Par un matin de la mi-mars 1917, le Censeur en chef de la presse du Canada durant la Première Guerre mondiale, le lieutenant-colonel Ernest J. Chambers, est arrivé à son bureau où il a trouvé une lettre du surintendant de l’immigration à Ottawa, l’informant d’un événement majeur qui était sur le point d’arriver sur la côte ouest du Canada, et pour lequel Chambers devait se préparer :

  • 3 Noté CPR dans la suite du texte.
  • 4 Department of the Secretary of State, Office of the Chief Press Censor, File No. C.P.C. 331. Subje (...)

Cher colonel Chambers,
Il est prévu qu’arrivent à Vancouver à bord de l’ex SS Empress of Russia, le ou vers le 2 (avril), entre 2 000 et 2 500 coolies chinois environ, ces derniers constituant la première charge de navire d’un grand nombre de ce type de personnes transférées de la Chine vers la France, en vertu d’un accord avec le gouvernement impérial. Je comprends que le déplacement concernera entre 6 000 et 20 000 personnes par mois, selon les moyens de transport. La Canadian Pacific Railway Company3 gère le transport à travers le Canada et nous nous efforçons d’organiser avec le gouvernement des États-Unis, le passage de ces personnes via l’État du Maine vers le port de Saint-John, Nouveau-Brunswick. Lorsque la navigation sera possible sur le Saint-Laurent (fleuve), il est probable que ces coolies seront expédiés par bateau au Québec. Un accord est en cours avec le Département de la Milice pour fournir des gardes. Ce Département accepte de faire entrer cette main-d’œuvre chinoise au Canada à Vancouver et de la laisser traverser de Vancouver à Port Atlantique4.

  • 5 Ernest Chambers (1862-1925) est né dans le Staffordshire, en Angleterre. Il arrive au Canada à un (...)

3La lettre met ensuite en garde que, puisque le transbordement par le Canada d’« un très grand nombre de coolies chinois » allait certainement susciter « beaucoup de commentaires », il était nécessaire de prendre des mesures pour veiller à ce que l’opération soit gardée secrète. En tant que Censeur en chef de la presse du pays, Chambers avait la responsabilité de veiller à ce que le passage des travailleurs du CLC à travers le Canada ait lieu dans des conditions de secret absolu ; « sans aucune publicité quelle qu’elle soit », pour reprendre ses mots5.

  • 6 National Archives of Canada, RG 6, E, vol. 620, File 331.

4Les documents faisant état des efforts non couronnés de succès de Chambers dans le but de maintenir le secret de l’opération du CLC sont rassemblés dans de remarquables archives composées de la correspondance de Chambers avec les divers fonctionnaires du gouvernement fédéral et local, des agences d’informations et des particuliers qui ont été officiellement impliqués ou mêlés à cet important effort bureaucratique pour contrôler le flux d’informations et empêcher que le public n’ait vent de ces dizaines de milliers de travailleurs qui étaient secrètement expédiés au Canada. Les archives comprennent non seulement des communications écrites entre Chambers et divers acteurs publics et privés et des organisations, mais également des lettres et des télégrammes personnels interceptés, des coupures de presse, et des photographies6. Dans ce qui suit, j’utilise cette documentation variée afin de faire la lumière sur plusieurs aspects de cet épisode peu connu de l’histoire du CLC. En premier lieu, cet article tente de donner une idée des acteurs impliqués pour rendre possible ce trafic humain à grande échelle. Le transport de plus de 82 000 travailleurs du CLC à travers le Canada dans des conditions de secret était une entreprise véritablement massive qui a nécessité la planification et la coordination de nombreuses branches du gouvernement et la coopération active de différents organismes publics et privés. Je souhaite ensuite mettre à jour dans la mesure du possible ce que cet épisode peut nous dire à propos des attitudes officielles du gouvernement canadien, non seulement envers les travailleurs du CLC, mais plus généralement, envers les Chinois, y compris les Canadiens d’origine chinoise, durant les premières décennies du xxe siècle.

Une opération sans précédent

  • 7 Summerskill M., China on the Western Front : Britain’s Chinese Work Force in the First World War, (...)

5Le déplacement des travailleurs du CLC à travers le Canada s’est déroulé sur une échelle qui n’a jamais été égalée, ni avant, ni depuis. Les Britanniques avaient prévu à l’origine de transporter les travailleurs du CLC vers la France via le canal de Suez et la Méditerranée, l’itinéraire le plus rapide et le plus direct de la Chine vers la France. Toutefois, après que le navire français l’Athos fut torpillé le 24 février 1917 par les sous-marins allemands en Méditerranée, et que 543 travailleurs chinois à bord sous contrat français furent noyés, les Britanniques décidèrent que l’itinéraire de la Méditerranée était trop risqué. Plusieurs itinéraires alternatifs ont été empruntés dont l’un consistait à atteindre l’Atlantique par le Cap de Bonne-Espérance et l’autre, à traverser le Pacifique et passer par le canal de Panama7. L’itinéraire principal impliquait cependant d’expédier par bateau des travailleurs du CLC depuis la station de recrutement britannique de Weihaiwei (威海卫), sur la côte septentrionale de la Chine par le Pacifique jusqu’à Vancouver, et de là, traverser le Canada par train jusqu’à Halifax sur la côte atlantique du Canada où les travailleurs étaient embarqués dans des navires pour la dernière étape de la traversée de l’Atlantique vers la France. L’ensemble de l’opération canadienne était supervisée par trois entités : le ministère de l’Immigration du gouvernement fédéral, qui était responsable de l’entrée et de la sortie des travailleurs du Canada, le Département de la Milice, qui a fourni les gardes présents dans tous les trains, et la société privée CPR, qui avait été contractée par le gouvernement fédéral pour assurer le passage des travailleurs à travers le Canada.

  • 8 Ibid., p. 70.

6Un total de 82 215 « coolies » chinois ont traversé le Canada de cette manière durant onze mois à partir du printemps 1917. Les navires transportant les travailleurs du CLC arrivaient à Vancouver sur une base hebdomadaire. La fréquence des navires et la taille de leur cargaison humaine ont augmenté après la mi-novembre 1917. La plus petite cargaison (10 janvier 1918) est arrivée avec à son bord 328 travailleurs, tandis que la plus grande (30 juin 1917) contenait 3 302 travailleurs du CLC. La plupart des navires qui arrivaient à Vancouver semblent avoir eu à leur bord environ 2 000 travailleurs du CLC ; le Bureau des affaires étrangères avait donné son accord pour que les travailleurs soient « assez entassés » à bord des navires8.

7Au départ de Weihaiwei, le voyage prenait une dizaine de jours. À l’arrivée, une fois qu’un navire s’était acquitté de la station de quarantaine du gouvernement fédéral à proximité de l’île de Vancouver et qu’il avait jeté l’ancre dans le port de Vancouver, les « coolies », tels qu’ils ont toujours été connus dans toute la correspondance officielle et publique envoyée durant leur déplacement à travers le Canada, restaient sur les navires pendant plusieurs jours voire dans certains cas plusieurs semaines en attendant que les trains les transportent vers l’est sur toute la vaste longueur transcontinentale du Canada. Après cette attente, les « coolies » étaient débarqués au quai de Burrard qui était situé au pied de la Burrard Street, dans le centre-ville de Vancouver, et embarqués dans des trains spécialement aménagés afin de commencer le voyage long de 5 000 kilomètres jusqu’à Halifax. Les manifestes des trains publiés par la Canadian Pacific Railway et distribués au Censeur en chef de la presse et à d’autres services compétents à chaque fois qu’un train était sur le point de quitter Vancouver, donnent une idée raisonnablement détaillée de ce que le voyage devait être. Les trains étaient fermés et surveillés par des gardes pour s’assurer qu’aucun « coolie » ne s’échappe, tandis que les portes et les fenêtres des trains semblent avoir été noircies afin d’empêcher les curieux de regarder à l’intérieur. Les trains étaient divisés en plusieurs « sections », chacune accompagnée de plusieurs gardes de la Milice canadienne et d’« officiers impériaux » britanniques qui devaient continuer à les commander durant leur service en France. Chaque section comportait également plusieurs médecins et traducteurs, tous « parlaient chinois et vivaient depuis longtemps en Chine ». La plupart des interprètes étaient des Chinois instruits qui avaient été recrutés pour l’opération du CLC sur la recommandation d’organisations de missionnaires en Chine et devaient rester avec les travailleurs pour la durée des contrats en France ; la plupart des médecins étaient des missionnaires chrétiens venus de Chine. Les « coolies » et leurs surveillants ont été transportés dans de « vieux » wagons du CPR. Ces wagons en bois et reconstruits à un coût minime étaient destinés à l’origine au transport des immigrants européens qui avaient été recrutés en grand nombre dans les premières décennies du siècle pour coloniser les Prairies canadiennes. Les planchers était faits de planches de bois huilées et les sièges, de lattes en bois, que l’on pouvait rabattre en couchettes. Aucune literie n’était fournie (les travailleurs du CLC portaient la leur. Celle-ci leur avait été attribuée avec quelques autres effets personnels avant leur embarquement de la Chine). L’éclairage consistait en des lanternes à gaz fixées au plafond des wagons ; des fourneaux étaient situés à l’extrémité de chaque wagon, où les travailleurs étaient tenus de préparer leurs propres repas à partir des rations qui leur étaient attribuées. Les programmes des trains stipulaient que les gardes, les officiers et les médecins accompagnants avaient le droit à « trois repas par jour de deuxième classe » préparés dans le wagon-restaurant du train. La compagnie ferroviaire prenait soin de demander que des stocks d’eau suffisants soient chargés dans les trains à chaque arrêt, car les réservoirs à bord ne pouvaient contenir qu’une quantité limitée d’eau.

  • 9 La flotte de la CPR du navire « Empress » a commencé à emprunter l’itinéraire transpacifique de Va (...)
  • 10 De 1902 à 1914, deux navires par an en moyenne ont été maintenus en quarantaine à William Head, la (...)
  • 11 On ne sait pas clairement où et comment les travailleurs ont été logés durant les deux semaines sé (...)

8Le premier navire transportant des travailleurs du CLC est arrivé à Vancouver le 3 avril 1917. Le SS Empress of Russia qui était détenu par la Canadian Pacific Railway, avait à son bord 1 921 « coolies » du CLC, en plus des 205 passagers de première classe et 134 autres de deuxième classe et sans compter ce que le journal qui couvrait l’arrivée du navire décrivait comme « quelques personnes de Pétrograd » et un certain « Comte Jean Kracitsky » – sans doute des Russes blancs qui avaient fui la révolution bolchevique9. L’arrivée du Empress of Russia a attiré l’attention de la presse, non pas en raison de la présence des nombreux travailleurs chinois – en effet, un article de journal notait simplement que le navire contenait « un grand nombre de personnes dans l’entrepont » – mais parce que le SS Empress of Russia avait été mis en quarantaine pendant plus de 24 heures à la station de quarantaine du gouvernement fédéral à William Head, à la pointe sud de l’île de Vancouver, en raison d’une épidémie de variole qui avait entraîné la mort de trois travailleurs du CLC à bord du navire. L’histoire a fait les gros titres d’un côté parce que c’était la première fois en quatre ans qu’un navire de passagers en provenance d’Asie avait été maintenu en quarantaine à cause de maladies infectieuses ; mais surtout parce que le navire précédent qui avait été mis en quarantaine à William Head avait donné lieu à un grand scandale politique qui était encore dans tous les esprits. En 1913, le SS Monteagle avait été mis en quarantaine pendant 17 jours à William Head après son arrivée en provenance de Chine. Normalement, seuls les passagers asiatiques qui étaient logés dans l’entrepont des navires étaient mis en quarantaine, mais cette fois-ci, des cas suspects de variole avaient été découverts dans l’entrepont et en première classe, nécessitant la mise en quarantaine de la liste entière des passagers du navire. Les passagers occidentaux indignés et surtout révoltés d’être logés dans les mêmes bâtiments de quarantaine que les passagers asiatiques du navire, avaient réclamé un traitement et des installations supérieurs (plus tôt cette même année, la station avait désigné un bâtiment pour les Chinois et l’autre pour les Japonais, mais aucun pour les Européens). Reflétant à la fois le poids politique des passagers occidentaux et la gravité apparente avec laquelle ce mélange « racial » injustifié était perçu à l’époque, le gouvernement fédéral avait réagi à la crise en convoquant une Commission royale pour enquêter sur les décisions médicales et administratives de l’inspecteur médical en chef de la station de quarantaine, le Dr Alfred Tennyson, qui avait fini par se suicider au cours des audiences de la Commission10. Aucun scandale de ce genre n’a éclaté cette fois-ci et deux semaines après avoir jeté l’ancre dans le port de Vancouver, à minuit le 18 avril 1917, le premier groupe de travailleurs du CLC a quitté le SS Empress of Russia pour embarquer dans quatre trains différents afin d’entamer le voyage de six jours à travers le Canada vers Halifax11. Cependant l’épisode de la quarantaine rappelle de façon poignante l’ampleur de la crainte des autorités comme de la population, et l’hostilité qui existait au Canada envers les « Orientaux » au moment de l’opération du CLC.

Un secret de polichinelle

  • 12 Rowe A., The Surveillance of the Chinese in Canada during the Great War, Thèse de Master non publi (...)
  • 13 Chambers avait trois assistants : l’un pour surveiller les publications en langue française et deu (...)

9L’opération du CLC au Canada et la tentative du gouvernement canadien de maintenir son caractère secret ont recoupé une campagne plus large de surveillance des Chinois au Canada menée par le gouvernement canadien durant la Première Guerre mondiale12. Comme l’opération du CLC était étroitement liée à la question plus générale de l’implication de la Chine dans la guerre, et avec l’émergence de branches du parti nationaliste chinois (Guomindang 国民党) au Canada exprimant leur ferme opposition à la fois à l’opération du CLC et à la participation de la Chine à la guerre, la campagne de surveillance de Chambers s’est rapidement étendue au-delà du processus de transbordement réel des travailleurs du CLC pour inclure également la surveillance et l’interception de toutes les communications télégraphiques sortant ou émanant du consul chinois à Vancouver, la surveillance et l’interception de toutes les communications impliquant la Ligue nationaliste chinoise et ses membres au Canada ; la surveillance quotidienne de la presse en anglais et en chinois pour les références illicites au CLC et les expressions d’opposition à l’effort de guerre allié ; le suivi de l’opinion sino-canadienne sur la guerre en Europe en interceptant tout le courrier personnel adressé à des personnes ayant des noms à consonance chinoise au Canada ; cela incluait aussi le ratissage des livres, photographies et enregistrements phonographiques pour les références au déplacement des travailleurs du CLC au Canada13. Chambers était déterminé à étendre son filet de surveillance le plus largement possible ; comme nous le verrons plus loin, les efforts eux-mêmes et les résultats qu’il trouvait dans ses filets étaient parfois très étonnants.

  • 14 Chambers’ correspondence, 14, 17, 19, 20, et 21 mars 1917, National Archives of Canada, RG 6 E, vo (...)

10Les efforts de Chambers pour assurer le secret de l’opération du CLC au Canada ont commencé presque dès le moment où il a été informé de l’arrivée imminente du premier navire. Le 12 mars 1917, deux jours après avoir été avisé de l’arrivée du premier navire en provenance de la Chine, Chambers écrivait à l’Agent général de la publicité de la CPR, lui demandant de « prévenir » les employés du chemin de fer de ne rien dire du tout sur les trains – comme si, disait-il, les trains transportant des travailleurs du CLC étaient des « trains d’or ». Deux jours plus tard, le journal Toronto Globe a rédigé un article court d’un paragraphe décrivant comment un médecin de Toronto, George P. Sylvester, s’était rendu à Shanghai pour rendre visite à sa fille quand il a obtenu un contrat du gouvernement français pour procéder à des examens médicaux sur des travailleurs chinois qui étaient envoyés en France. Bien que le reportage ne mentionnait aucun des travailleurs chinois qui allaient passer par le Canada en route vers l’Europe, Chambers écrivit immédiatement d’abord à Sylvester, puis, plus tard, à son gendre (qui avait répondu à la première lettre de Chambers), demandant qu’ils maintiennent désormais un silence complet au sujet des travailleurs chinois à destination de l’Europe. La réponse de Chambers est intéressante car non seulement elle montre le zèle apparent avec lequel il accomplissait sa tâche pour débusquer les contrevenants à la censure des informations, mais également parce qu’elle révélait la confusion fondamentale de Chambers à propos des personnes dont il essayait de garder secret le passage via le Canada. Dans sa lettre à Sylvester, Chambers faisait référence au plan du gouvernement d’« expédier par bateau bon nombre de ces Japonais » (je souligne) à travers le Canada14. Pour Chambers, et comme pour beaucoup d’autres Canadiens « blancs » de son époque, les Chinois et les Japonais étaient souvent confondus en une seule et même catégorie évocatrice d’étrangers « orientaux ». À une autre occasion, un groupe de curieux avait réussi à voir le transfert massif des travailleurs du CLC de leur bateau vers les trains en attente sur les quais de Burrard, à Vancouver, et ils avaient pris des photos de l’événement. Après avoir pris connaissance de l’existence de ces photographies, Chambers donna l’ordre que les personnes responsables soient poursuivies et les photos saisies.

  • 15 Chambers to W. Banks, Toronto Globe editorial office, lettre datée du 7 avril 1917. National Archi (...)
  • 16 Je remercie Marianne Bastid de m’avoir fait remarquer ce point.
  • 17 Summerskill M., op. cit., p. 179-194.

11Mais pourquoi au juste l’opération devait-elle être considérée comme tellement secrète ? Parfois, même Chambers lui-même semblait ne pas savoir pour quelles raisons il fallait maintenir le secret de l’opération du CLC. Dans une lettre datée du 7 avril 1917 à la rédaction du journal du Toronto Globe, Chambers écrivait : « il apparaît selon les instructions reçues du gouvernement d’accueil (c’est-à-dire le gouvernement britannique) qu’il y a d’importantes raisons militaires et internationales qui justifient que tous les efforts soient entrepris pour préserver le secret absolu sur l’usage de coolies en Europe et sur leur transport depuis la Chine vers l’Europe. Quant aux raisons exactes, je ne sais pas, mais la demande de secret par le gouvernement d’accueil est très spécifique et il semble considérer la question comme étant d’une grande importance15. » Si Chambers lui-même ne semblait pas en avoir conscience, l’une des plus importantes « raisons militaires et internationales » de maintenir le secret de l’opération avait quelque chose à voir avec les problèmes et les risques associés à l’expédition transatlantique16. Comme Summerskill et d’autres l’ont montré, la capacité d’expédition des Alliés était très faible durant la guerre, situation aggravée encore par la campagne de sous-marins allemands17. Par conséquent, le secret devait être maintenu sur toutes les questions relatives à la navigation maritime alliée, y compris le déplacement des travailleurs du CLC à travers le Canada, leur arrivée et leur départ prévus de Halifax.

  • 18 Le Japon a déclaré la guerre à l’Allemagne en août 1914 selon les termes de l’Alliance anglo-japon (...)

12Une autre raison pour maintenir le secret de l’opération du CLC avait à voir avec l’inquiétude croissante des Britanniques au sujet du sentiment pro-allemand qui se développait en Chine, en particulier parmi les partisans de Sun Yat-sen, dont beaucoup avaient été indignés par l’approbation ouverte de la Grande-Bretagne à la prise de contrôle japonaise du Shandong en novembre 1914, les autorités britanniques ayant même envoyé un contingent de troupes pour aider à la prise de contrôle. Les Britanniques craignaient que l’opposition au CLC parmi les partisans chinois de Sun en Chine et au Canada puisse entraîner des tentatives pour saboter le déplacement des travailleurs du CLC à travers le Canada. En effet, les craintes britanniques de sabotage avaient été alimentées par l’échec du récent soulèvement par des groupes de résistance anti-coloniale en Inde en décembre 1914, soulèvement qui avait été organisé par un groupe d’expatriés indiens basés en Amérique du nord, et que l’Allemagne avait soutenu par des fonds et par une tentative ratée d’expédier des armes aux rebelles. Ainsi, c’était le gouvernement britannique, qui en 1916 avait demandé à ce que le gouvernement canadien élargisse sa surveillance aux branches de la Ligue nationaliste de Sun Yat-sen au Canada ainsi qu’à tous les représentants diplomatiques du gouvernement de Pékin au Canada. L’année suivante, la surveillance fut étendue au courrier et à la correspondance télégraphique interne de tous les Chinois au Canada, et en 1918, la Ligue nationaliste, qui comptait près de 8 000 membres dans tout le Canada, a été interdite à la demande de la Grande-Bretagne18.

13Mais pourquoi les Canadiens étaient-ils si disposés à soutenir ces préoccupations britanniques ? Le racisme anti-chinois profondément enraciné de la part du gouvernement canadien et du public a certainement été un facteur important. Les Chinois étaient chroniquement suspects et servaient facilement de boucs émissaires en temps normal ; dans un contexte de guerre, ces braises vivaces de suspicion étaient facilement attisées par des accusations de trahison et de déloyauté. Mais on peut également voir à l’œuvre dans la réponse canadienne aux demandes britanniques, un respect canadien tout aussi inébranlable et aveugle pour l’autorité impériale Britannique, illustré par les remarques de Chambers citées plus tôt. Le troisième facteur à l’œuvre ici avait à voir avec la politique britannique de protection de ses colonies tout comme des personnes et des idées qui pouvaient ébranler l’empire mondial de la Grande-Bretagne. En d’autres termes, la préoccupation des Britanniques à propos des sentiments pro-allemands en Chine et parmi les Chinois d’outre-mer allait au-delà du simple fait de vaincre l’Allemagne et de remporter la guerre. L’antiimpérialisme croissant de Sun-Yat-sen et son impact sur les Chinois au Canada – illustré par la mise en place rapide de branches de la Ligue nationaliste chinoise parmi les communautés chinoises à travers le Canada à ce moment-là – était également un sujet de grande inquiétude pour les intérêts de l’empire britannique.

  • 19 Chambers to Livesay, Press Officer for the West, 22 avril 1917. National Archives of Canada, RG 6, (...)
  • 20 Lorsque le journal a interrogé l’agent local de la CNR, celui-ci a affirmé qu’il n’était pas au co (...)

14En une autre occasion, Chambers a attribué la nécessité de maintenir le secret de l’opération du CLC à une demande des États-Unis. Le gouvernement américain avait accordé au Canada l’autorisation de faire passer les travailleurs du CLC par l’État du Maine, avant que les États-Unis n’entrent officiellement dans la guerre en avril 1917. Dans un commentaire à l’un de ses associés exprimant sa surprise à propos des fréquentes fuites ayant lieu dans les médias aux États-Unis concernant l’opération du CLC, Chambers a écrit que « le secret concernant le déplacement des coolies est largement motivé par la volonté de rendre service au gouvernement des États-Unis qui (pour votre information secrète) a accordé son autorisation pour le transport de ces coolies par les États-Unis19 ». De son côté, le Canada avait également ses propres raisons internes de maintenir le secret de l’opération du CLC. Après tout, c’était l’époque de la tristement célèbre taxe d’entrée pour tous les Chinois qui arrivaient au Canada. Réservée aux Chinois, cette odieuse taxe était conçue uniquement pour décourager l’immigration chinoise. Comme les travailleurs du CLC étaient simplement en transit au Canada ils ont été exemptés de la taxe d’entrée – ce qui a très vite attiré l’attention et l’ire des syndicats dans l’ouest du Canada, dont beaucoup étaient farouchement opposés à l’entrée ou au travail de Chinois au Canada. Le 14 juin 1917, le journal The British Columbian titrait en Une : « Utilisation illégale de Chinois », dans laquelle le Secrétaire général des affaires et du Conseil à l’emploi de la Colombie-Britannique accusait la société gouvernementale Canadian National Railway/CNR (à ne pas confondre avec la compagnie privée CPR qui détenait le contrat du CLC) d’avoir « illégalement emprunté… 300 Chinois » parmi ceux qui « traversaient constamment le Canada vers la France » pour travailler sur une portion de la ligne de la CNR près de la petite ville de Goose Lake, en Saskatchewan. Le Secrétaire du Conseil à l’emploi a affirmé qu’il avait été averti par un agent de recrutement de Vancouver qui était en colère parce qu’il n’avait pas eu la possibilité de fournir les travailleurs. « Ils [les travailleurs du CLC] traversent le Canada sous douane, sans payer la taxe d’entrée, et il est donc illégal de les employer », a-t-il protesté20. Chambers a rejeté l’histoire tout en avertissant que « les Chinois canadiens influents » ainsi que « des éléments parmi les classes laborieuses » étaient opposés à l’opération du CLC et voulaient la faire échouer. Il était particulièrement important, a maintenu Chambers, de prendre « un soin particulier pour éviter que ces coolies n’entrent en contact avec les Chinois résidant au Canada ».

  • 21 Tel que reporté dans The Vancouver World 21 mars 1917. National Archives of Canada, RG 6, E, vol.  (...)
  • 22 Les lettres sont contenues dans les archives nationales du Canada, RG 6, E, vol. 620, File 331, Pa (...)

15Malgré tous les moyens extraordinaires mis en œuvre par Chambers et son petit groupe d’employés et de « bénévoles » pour maintenir le secret de l’opération du CLC et pourchasser les contrevenants, l’opération devint bientôt un secret de polichinelle. Même avant l’arrivée des premiers navires au Canada, il était de notoriété publique dans certains milieux que le gouvernement britannique avait réquisitionné la moitié de l’espace passagers sur tous les bateaux CP Empress en provenance de la Chine vers Vancouver, afin d’« assurer un espace suffisant au transport de marchandises orientales au Canada21 ». Comme l’ont révélé les innombrables lettres et télégrammes interceptés régulièrement par Chambers, la nouvelle que des travailleurs traversaient le Canada à bord d’un nombre sans précédent de trains fermés sur une base quasi hebdomadaire se propagea bientôt largement parmi les Chinois au Canada et leurs parents en Chine. Dans une de ces lettres interceptées, Lee Kaun Sit à Vancouver mettait en garde On Yick du comté de Xinning (新宁), dans la province du Guangdong, que les agents des Alliés « couvrent toute la Chine pour inciter les gens à être employés par les Alliés. S’ils écoutent ces agents, ils subiront toutes sortes de souffrances car l’auteur sait que plus de 10 000 Chinois travaillaient non loin des champs de bataille en Russie… des milliers de Chinois qui arrivent sur les bateaux Empress seront transférés en France subiront sans doute le même sort… ». Dans une autre lettre interceptée, un représentant de la Sing on Company à New Westminster, en Colombie-Britannique, informait ses collègues de la Shanghai Ice and Cold Storage Co. à Shanghai que « quelques milliers de Chinois appartenant à la province de Changton (Shandong) arrivent par bateau à vapeur et ils sont transférés sur le front en France. Ces gens sont voués à mourir. » Certaines lettres exprimaient leur opposition à la participation de la Chine à la cause des Alliés admirant les prouesses militaires de l’Allemagne. Sit Sing Bok de Vancouver a dit à Hong Fook Tung de Xinhui (新会), dans le Guangdong, « la Chine veut se joindre aux Alliés, et ce à cause du Premier ministre chinois mais le pays va souffrir en rejoignant les Alliés. L’Allemagne a anéanti cinq pays, à savoir, la Belgique, le Monténégro, la Serbie, la Roumanie, la Suisse. Ces Chinois qui arrivent à bord de ce bateau sur la ligne Empress vont être transférés sur le front dans les tranchées. Durant le trajet, plusieurs centaines de Chinois sont morts à cause du mal de mer… et les capitaines des navires ont jeté leurs corps dans la mer pour nourrir les requins. » Les rumeurs peuvent avoir été exagérées et les faits de l’opération du CLC, déformés, mais il ne fait aucun doute que de nombreux Chinois au Canada étaient pleinement conscients de ce qui se passait. Chow Jung Shing de Vancouver a écrit dans une lettre à la Société Way On à Guangzhou, qui n’est jamais arrivée car Chambers l’a interceptée : « Il s’agit d’un port britannique et je dois faire attention à ce que je dis22. »

L’opération du CLC et les « coolies » chinois

  • 23 Hayford, C. W., To the People : James Yen and Village China, New York, Columbia University Press, (...)

16Outre les efforts extraordinaires mais vains du gouvernement canadien de maintenir le secret de l’opération du CLC, un autre aspect de l’histoire mérite que l’on s’y intéresse. En examinant la façon dont l’appareil de censure du Canada a tenté en temps de guerre de contrôler non seulement le déplacement physique des travailleurs du CLC, mais aussi les flux nationaux et transnationaux de l’information qui entouraient l’opération, nous pouvons peut-être également avoir un aperçu de la façon dont les « coolies » chinois et les Chinois plus généralement, ont été perçus et compris par de nombreux Canadiens « blancs » au début du xxe siècle. Charles Hayford a décrit le CLC comme « un exemple révélateur de la façon dont les Chinois moyens avaient été traités par les puissances européennes et par leurs propres gouvernements ainsi que par les intellectuels23 ». On pourrait dire la même chose de la façon dont ils ont été traités également par le gouvernement canadien. Sans être nécessairement ouvertement racistes dans leurs descriptions et leurs représentations à la fois des « coolies » et des Canadiens d’origine chinoise, l’ensemble de la correspondance de Chambers et de ses adjoints a été profondément imprégnée de connotations et de soupçons racistes. La correspondance de Chambers nous révèle non seulement son ignorance sur les coolies chinois – en les prenant même pour des Japonais à un moment donné – mais également le peu de cas que lui et ses associés faisaient des Canadiens d’origine chinoise décrits dans la correspondance de Chambers comme impénétrables, intrinsèquement suspects et en qui on ne pouvait avoir confiance.

  • 24 En juillet 1917, le lieutenant adjudant-général britannique Général G.H. enjoint ses officiers « d (...)
  • 25 Voir par exemple, la lettre de Chambers à la Presse canadienne en date du 7 janvier 1917. National (...)
  • 26 Le mot « coolie » a été utilisé depuis le milieu du xviie siècle pour décrire les travailleurs man (...)
  • 27 Le même processus d’effacement et de refus de l’individualité a été appliqué sur une base régulièr (...)

17À la lecture de la correspondance de Chambers, on ne peut s’empêcher d’être frappé par l’omniprésence de l’adjectif « coolie » dans presque toutes les références aux travailleurs du CLC par les responsables canadiens, et par les connotations que cette étiquette semble avoir eu pour Chambers et ses subordonnés. Le terme « coolie » a largement été utilisé dans l’Empire britannique et ailleurs au xixe et au début du xxe siècles pour désigner les travailleurs asiatiques serviles, en particulier ceux de Chine et d’Inde. En effet, les travailleurs du CLC ont été officiellement appelés « coolies », même dans les contrats de recrutement qu’ils étaient tenus de signer, lesquels avaient été établis par le Bureau d’émigration, une agence du gouvernement britannique. Le terme avait une claire connotation péjorative, comme l’a noté l’un des principaux responsables britanniques du CLC24. Durant les rares occasions où un fonctionnaire ou un particulier envoyait à Chambers une lettre dans laquelle les hommes du CLC étaient simplement appelés des « travailleurs », Chambers prenait son crayon et insérait « coolie » avant « travailleur » afin de préciser exactement qui ils étaient25. Que signifiait le terme pour Chambers ? Quel genre de valeur idéologique et politique avait-il pour lui et pour d’autres personnes de sa génération26 ? De toute évidence, pour Chambers et ses associés, les « coolies » désignaient une catégorie particulière qui devait se situer au bas de la hiérarchie, en tant que travailleurs non-européens sans qualification. Le fait d’invoquer l’étiquette de « coolie » était un moyen de déshumaniser les hommes du CLC, de les priver de leur dignité en tant qu’êtres humains et de les réduire à une masse sans nom ni visage27. Par extension, ce processus de désignation et d’étiquetage remplissait également la fonction importante d’absoudre Chambers et ses collègues de la nécessité d’exercer toute forme de compassion ou d’empathie envers les travailleurs du CLC, voire, de ne s’engager dans aucune sorte de considération morale sur ce que lui et son gouvernement étaient en fait en train de faire. Les « coolies » étaient simplement une cargaison humaine qui devait être transportée d’un bout du continent à l’autre aussi rapidement, efficacement et – secrètement – que possible.

18En fin de compte, c’est peut-être la question du secret qui reste la plus criante. Au-delà de toutes les raisons et rationalisations militaires, bureaucratiques et politiques produites pour garder l’opération secrète – protéger la sécurité de la navigation maritime, conserver des intérêts britanniques en Chine et en Inde, empêcher que les Allemands prennent un avantage dans la propagande, prévenir les accusations des syndicats du Canada, – on ne peut s’empêcher de penser qu’au fond, l’obsession du secret était peut-être aussi en quelque sorte un aveu de culpabilité : l’inhumanité fondamentale de l’envoi des dizaines de milliers de travailleurs chinois en captivité sur toute la longueur continentale du Canada dans des trains surveillés et fermés.

  • 28 Voir Chambers à la Presse canadienne en date du 7 janvier 1918 ; Société Canadian Pacific Railway (...)

19L’un des incidents les plus révélateurs à cet égard a eu lieu vers la fin de l’opération, début janvier 1918. Le 8 janvier, un journal américain rapporta que les employés de chemin de fer avaient découvert vingt-cinq travailleurs chinois morts de froid alors que le train avait atteint la frontière canado-américaine, près de Bangor, dans le Maine. Il était indiqué que les travailleurs étaient morts de froid, tandis que le train traversait le Maine, en direction de Halifax à une température de moins 42 degrés. Il s’en est suivi une vague de correspondance bureaucratique entre les responsables canadiens. Visiblement alarmés, pensant que quelque chose de vraiment terrible s’était produit, ceux-ci étaient devenus fébriles au sujet des mesures à prendre. Dans sa correspondance avec l’agent du télégraphe du CPR qui avait intercepté un télégramme du Bureau d’informations du dominion donnant des détails de l’incident, Chambers se réfère de façon très détachée au fait que les « coolies chinois sont morts de froid ». Mais ensuite, au moment d’émettre « un ordre interdisant la publication de ces informations », il semble enfin se ressaisir, et dans la marge de sa lettre tapée à la machine, il écrit, de sa propre main, ces mots simples « ce qui n’est pas vrai28 ». D’un trait de sa plume, Chambers a cherché à effacer des mémoires la mort présumée de vingt-cinq Chinois sans nom ni visage. Il est parfois dit que les archives sont des collections d’enregistrements des tentatives faites pour tromper les gens ; elles sont rarement produites dans l’objectif de tromper l’historien qui tombe dessus des décennies plus tard.

Bibliographie

Bibliographie

Archives canadiennes

National Archives of Canada, Department of the Secretary of State, Office of the Chief Press Censor, File No. C. P. C. 331. Object : Passage de coolies chinois via le Canada. Date d’ouverture : 12 mars 1917.

National Archives of Canada, RG 6, E, vol. 526, File 628, Part 1 ; et vol. 620, File 331, Parts 1 et 2.

Références bibliographiques

Ambrose L. M., « Quarantine in Question : The 1913 Investigation at William Head, B. C. », CBMH/BCHM (The Canadian Bulletin of Medical History / Bulletin canadien d’histoire de la médecine), no 1, 2005, p. 139-153.

Bailey P., « Chinese Workers in Russia, 1860s – 1917 » dans Pan L. The Encyclopedia of the Chinese Overseas, Singapore, Archipelago, 1998, p. 330.

Bates J. F., The Year of Finding Memory: A Memoir, Toronto, Random House, 2010.

Hayford C. W., To the People : James Yen and Village China, New York, Columbia University Press, 1990.

Keshen J., « All the News that was Fit to Print : Ernest J. Chambers and Information Control in Canada, 1914-19 », Canadian Historical Review, no 3, 1992, p. 315-343.

McKeown A. M., Melancholy Order : Asian Migration and the Globalization of Borders, New York, Columbia University Press, 2008.

Rowe A., The Surveillance of the Chinese in Canada during the Great War, Thèse de Master non publiée, Simon Fraser University, 2000.

Summerskill M., China on the Western Front : Britain’s Chinese Work Force in the First World War, London, Michael Summerskill, 1982.

Wallace W. S., (éd.,) The Encyclopedia of Canada, vol. II, Toronto, University Associates of Canada, 1948.

Notes

2 La taxe d’entrée chinoise a été d’abord introduite en 1885 pour décourager l’immigration chinoise suite à l’achèvement de la Canadian Pacific Railway, dont la construction avait lourdement dépendu des travailleurs contractuels chinois. Elle a été initialement fixée à 50 dollars, avant de passer à 100 dollars en 1900 et à 500 dollars en 1903. En 1923, le parlement canadien a adopté La Loi d’exclusion des Chinois, qui a mis fin à l’immigration chinoise au Canada jusqu’à ce que la loi soit abrogée en 1947.

3 Noté CPR dans la suite du texte.

4 Department of the Secretary of State, Office of the Chief Press Censor, File No. C.P.C. 331. Subject : Passage of Chinese Coolies Through Canada. Date d’ouverture : 12 mars 1917. National Archives of Canada, RG 6, E, vol. 620, File 331. Superintendant of Immigration, Ottawa to Colonel Ernest Chambers, Deputy Chief Censor, Militia Department, 12 mars 1917. Sauf indication contraire, toutes les références d’archives dans le présent article sont issues des documents du Censeur en chef de la presse.

5 Ernest Chambers (1862-1925) est né dans le Staffordshire, en Angleterre. Il arrive au Canada à un jeune âge et étudie à Montréal. Il devient journaliste et auteur, et publie plus d’une douzaine de livres sur les différentes régions du Canada ainsi que des histoires de régiments militaires canadiens. En 1904, il est nommé « Gentilhomme huissier du bâton noir » (Gentleman Usher of the Black Rod), un poste officiel au Sénat canadien, et occupe ce poste jusqu’à la fin de sa vie. Chambers est nommé Censeur de câble pour l’Armée canadienne le 4 août 1914, puis Censeur en chef de la presse, le 11 juin 1915, poste qu’il occupera jusqu’au 1er janvier 1920. En qualité de Censeur en chef de la presse du pays, Chambers tire son autorité et son pouvoir de censure de la Loi sur les mesures de guerre, une loi du parlement adoptée le 22 août 1914 qui accordait au gouvernement fédéral des pouvoirs extraordinaires pour intervenir et agir au nom de la défense nationale. Pour une brève biographie de Chambers, voir dans Wallace W. S., The Encyclopedia of Canada, vol. II, Toronto, University Associates of Canada, 1948, p. 29. Sur le rôle de Chambers en tant Censeur en chef, voir Keshen J., « All the News that was Fit to Print : Ernest J. Chambers and Information Control in Canada, 1914-1919 », Canadian Historical Review, no 3, 1992, p. 315-343.

6 National Archives of Canada, RG 6, E, vol. 620, File 331.

7 Summerskill M., China on the Western Front : Britain’s Chinese Work Force in the First World War, London, Michael Summerskill, 1982, p. 3-5. Comme Summerskill le souligne (p. 24), ce n’étaient pas seulement les pertes humaines qui ont incité les Britanniques à abandonner le trajet de la Méditerranée : en 1916, la campagne des sous-marins allemands touchait de plein fouet la capacité de la flotte britannique avec des pertes de près de 1 000 navires par an. Seuls ces travailleurs chinois recrutés par la Grande-Bretagne ont été transportés vers la France via le Canada. Les quelque 35 000 travailleurs chinois recrutés par le gouvernement français ont été transportés en France en utilisant les itinéraires alternatifs décrits ci-dessus.

8 Ibid., p. 70.

9 La flotte de la CPR du navire « Empress » a commencé à emprunter l’itinéraire transpacifique de Vancouver et Victoria, en Colombie-Britannique, vers Hong Kong en passant par le Japon et la Chine en 1891. Durant la Première Guerre mondiale, les navires Empress de la CPR ont été réquisitionnés pour l’opération du CLC et comme transporteurs de troupes dans le cadre du Programme de réquisition des paquebots de grande ligne de la Grande-Bretagne.

10 De 1902 à 1914, deux navires par an en moyenne ont été maintenus en quarantaine à William Head, la variole en étant la raison la plus fréquente. Le reportage du journal sur l’arrivée et la quarantaine du SS Empress of Russia faisait référence à la mise en quarantaine du Monteagle quatre ans plus tôt, mais pas au scandale décrit ci-dessus. “Held Full Day at Quarantine”, The Province, 3 avril 1917 in Secretary of State RG 6, E, vol. 620, File 331, Part 2. Sur le scandale de la quarantaine de 1913, voir Ambrose L. M., “Quarantine in Question : The 1913 Investigation at William Head, B.C.”, CBMH/BCHM (The Canadian Bulletin of Medical History/Bulletin canadien d’histoire de la médecine), no 1, 2005, p. 139-153.

11 On ne sait pas clairement où et comment les travailleurs ont été logés durant les deux semaines séparant le moment où le bateau a été relâché et la date de départ du train de Vancouver. Par la suite, les travailleurs semblent avoir été transférés directement des navires aux trains en attente.

12 Rowe A., The Surveillance of the Chinese in Canada during the Great War, Thèse de Master non publiée, Simon Fraser University, 2000.

13 Chambers avait trois assistants : l’un pour surveiller les publications en langue française et deux autres pour surveiller les publications en langue anglaise ; tous étaient journalistes de profession. À son bureau à Elgin Street à Ottawa, Chambers était également aidé par un commis au classement, un dactylo et un sténographe. À Winnipeg, Toronto et Vancouver, un groupe de « volontaires » (deux dans chaque ville) suivaient les fils de presse et transmettaient les résultats au siège social de Chambers à Ottawa. Keshen J., op. cit., p. 323.

14 Chambers’ correspondence, 14, 17, 19, 20, et 21 mars 1917, National Archives of Canada, RG 6 E, vol. 526, File 628, Part 1.

15 Chambers to W. Banks, Toronto Globe editorial office, lettre datée du 7 avril 1917. National Archives of Canada, RG 6, E, vol. 620, File 331, Part 1.

16 Je remercie Marianne Bastid de m’avoir fait remarquer ce point.

17 Summerskill M., op. cit., p. 179-194.

18 Le Japon a déclaré la guerre à l’Allemagne en août 1914 selon les termes de l’Alliance anglo-japonaise de 1902, selon laquelle chaque partie s’engageait à venir en aide à l’autre si l’un d’eux était attaqué par un tiers. La même année, les agents diplomatiques allemands ont commencé à utiliser le fonds d’indemnisation des Boxers pour mener à bien une campagne de propagande pro-allemande visant notamment le sud de la Chine, qui était la base de Sun Yat-sen et où de nombreuses sociétés allemandes de premier plan telles que la Banque germano-asiatique étaient également concentrées. Bien que la Chine ait mis un terme à sa neutralité officielle et déclaré la guerre à l’Allemagne le 17 août 1917, cela n’a que peu atténué les soupçons britanniques à propos du sentiment pro-allemand en Chine, y compris parmi le gouvernement du Seigneur de la guerre à Pékin et parmi les partisans de Sun Yat-sen à l’étranger, y compris ceux au Canada. Voir Rowe A., op. cit.

19 Chambers to Livesay, Press Officer for the West, 22 avril 1917. National Archives of Canada, RG 6, E, vol. 620, File 331, Part 1.

20 Lorsque le journal a interrogé l’agent local de la CNR, celui-ci a affirmé qu’il n’était pas au courant et que, même si l’acte pouvait avoir eu lieu à son insu, il en doutait car aujourd’hui, « les Chinois ne sont jamais utilisés dans la construction de chemin de fer… [parce que]… ils se sont révélés être un échec et ont été écartés au profit des Japonais ». Chambers a ensuite demandé à Malcolm Reid, l’inspecteur de l’immigration pour la Colombie-Britannique de fouiller le passé de William Yates, le secrétaire du syndicat qui avait fait les allégations. Reid a rapporté à Chambers que Yates était un citoyen américain et un « agitateur socialiste » dont les « principales connaissances reposent sur la doctrine de Marx ». Reid lui a écrit en vitesse qu’il ne méritait pas que l’on s’en préoccupe, en déclarant qu’il n’était « pas un homme ayant des moyens ». Malcolm Reid, Immigration Inspector for BC to Chambers, lettre datée du 19 juillet 1917. National Archives of Canada, RG 6, E, vol. 620, File 331, Part 1.

21 Tel que reporté dans The Vancouver World 21 mars 1917. National Archives of Canada, RG 6, E, vol. 620, File 331, Part 1.

22 Les lettres sont contenues dans les archives nationales du Canada, RG 6, E, vol. 620, File 331, Part 1. Les références aux travailleurs chinois en Russie contenues dans la première lettre citée plus tôt étaient exactes. Selon diverses estimations, quelque 30 000 à 500 000 travailleurs chinois ont été recrutés par le gouvernement russe tsariste entre 1915 et 1917. Malgré l’assurance que les travailleurs ne seraient pas placés dans des missions de combat, un grand nombre d’entre eux était stationné à proximité du front, où jusqu’à 7 000 Chinois ont pu avoir été tués par les tirs allemands ennemis. Voir Bailey P., « Chinese Workers in Russia, 1860s – 1917 », dans Pan L., The Encyclopedia of the Chinese Overseas, Singapore, Archipelago, 1998, p. 330.

23 Hayford, C. W., To the People : James Yen and Village China, New York, Columbia University Press, 1990, p. 23.

24 En juillet 1917, le lieutenant adjudant-général britannique Général G.H. enjoint ses officiers « de ne jamais [considérer ou traiter] comme des coolies » les interprètes du CLC, car ils étaient généralement « issus d’une classe supérieure ». Summerskill M., op. cit., p. 80-81.

25 Voir par exemple, la lettre de Chambers à la Presse canadienne en date du 7 janvier 1917. National Archives of Canada RG 6, E, vol. 120, File 331, Part 2.

26 Le mot « coolie » a été utilisé depuis le milieu du xviie siècle pour décrire les travailleurs manuels, notamment en provenance d’Asie. L’étymologie du terme est incertaine ; elle se rapproche d’une variété de mots en ourdou, tamoul, turc ottoman et arabe avec des connotations similaires. Au xixe siècle, le terme semble également avoir été utilisé pour distinguer les travailleurs asiatiques sous contrat des migrants « libres », comme dans l’explication de la capitainerie de Hong Kong en 1854 qui assurait que « émigrants libres » et « coolies » doivent être compris comme « très différents, le premier terme désignant une catégorie de personnes qui avait payé leur passage, tandis que les seconds étaient ceux qui avaient eu leur passage payé pour eux dans le cadre d’un contrat ». Cité dans McKeown A. M. Melancholy Order : Asian Migration and the Globalization of Borders, New York, Columbia University Press, 2008, p. 85. Cette distinction peut avoir été à la base de l’utilisation officielle du terme « coolie » dans les contrats de recrutement du CLC. Cependant, comme McKeown l’observe (p. 88), à la fin du xixe siècle, le terme a acquis une connotation beaucoup plus péjorative, tandis que « l’image du coolie asiatique lié était devenue une partie indélébile de la culture du public dans les colonies de colons blancs ». En Chinois, le terme est transcrit comme « kuli » (苦力), qui signifie « force amère » ou « travail pénible ».

27 Le même processus d’effacement et de refus de l’individualité a été appliqué sur une base régulière à presque tous les immigrants chinois au Canada à cette époque, dont la plupart étaient des travailleurs non qualifiés. Judy Fong Bates écrit avoir découvert, en tentant de retracer l’arrivée de son père à Vancouver en 1914 que « les Chinois étaient considérés comme indésirables, peut-être même des sous-hommes. Lorsque j’ai recherché les archives du navire qui a amené mon père à Vancouver, j’ai découvert que les passagers qui étaient d’origine européenne avaient des destinations spécifiques : des villes comme Calgary, Regina, Winnipeg, Toronto, Montréal ; ils étaient reconnus en tant qu’individus, et en tant qu’Anglicans, de foi baptiste presbytérienne, catholiques. Mais les passagers chinois étaient une horde monolithique jaune ». Bates J. F., The Year of Finding Memory : A Memoir, Toronto, Random House, 2010, p. 19.

28 Voir Chambers à la Presse canadienne en date du 7 janvier 1918 ; Société Canadian Pacific Railway Télégramme du Bureau d’informations du Dominion (DNB) à Écho, Halifax, NS. et Free Press (FP), London, Ontario en date du 9 janvier 1918, le commentaire « ce n’est pas vrai » apparaît dans la lettre de Chambers à J. McMillan, Mgr., Telegraphs, CPR. en date du 11 janvier 1918, National Archives of Canada RG 6, E, vol. 120, File 331, Part 2. On ne sait pas vraiment si les décès ont effectivement eu lieu ou si toute l’histoire a été montée de toute pièce. Gregory James, qui a récemment dressé un inventaire exhaustif des pertes chinoises du CLC, est d’avis que les décès du train dans le Maine n’ont jamais eu lieu. Communication personnelle avec Gregory James.

Auteur

Maître de conférences, University of British Columbia, Canada.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540