Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale

 | 
Li Ma

Chapitre 1. Recrutement et transport vers la France en guerre

« Sans liaison ferroviaire » : Weihai Wei et le Chinese Labour Corps

Carol G. S. Tan

Résumé

Le territoire de Weihai Wei loué par la Grande-Bretagne, qui avait été administré par le gouvernement britannique pendant près d’une quinzaine d’années avant l’éclatement de la Première Guerre mondiale, est devenu le point d’embarquement des travailleurs recrutés qui étaient envoyés en France. L’administration britannique, ainsi que d’autres également présentes sur place, étaient tout à fait en faveur de l’utilisation de ce territoire de la sorte, car Weihai Wei ne s’était pas imposé comme un important port commercial, ni n’avait gagné en renommée, sauf en tant qu’endroit agréable pour y passer les vacances d’été. Cependant, l’implication dans le conflit de ce territoire n’alla pas jusqu’à son utilisation pour le retour des travailleurs chinois après la guerre. Suite à la décision qui avait été prise de ne pas construire de ligne de chemin de fer en direction de l’intérieur du Shantung (Shandong 山东), décision qui avait entraîné un déficit de développement commercial à Weihai Wei, le ministère britannique de la Guerre estimait que Weihai Wei n’était pas l’endroit le plus approprié pour le débarquement des travailleurs chinois de retour au pays.

Texte intégral

Introduction

  • 2 L’actuelle ville de Weihai (威海) est une extension de l’ancienne cité de Port Edward, qui abritait (...)
  • 3 Il existe des lettres d’Eckford, de l’entreprise Cornabe, reflétant l’enthousiasme suscité par le (...)

1Le territoire de Weihai Wei, loué par la Grande-Bretagne (Weihaiwei 威海卫)2, a lutté pour trouver sa place au sein de l’Empire britannique. James Stewart Lockhart, son premier Commissaire civil, et les entreprises britanniques qui étaient présentes à proximité, souhaitaient le voir transformé en centre de commerce. Ils avaient espéré qu’il devienne, au nord de la Chine, l’équivalent de ce que Hong Kong était pour le sud. Alors qu’il acquérait la réputation d’être un agréable refuge d’été pour Européens fuyant l’humidité estivale de Shanghai et d’ailleurs, et bien que des installations avaient été mises en place afin d’accueillir les vacanciers, Weihai Wei n’est jamais devenu une grande place commerciale de la Chine. L’une des raisons expliquant cette situation, est la promesse qu’avait fait le gouvernement britannique à l’Allemagne, que ni lui ni l’un de ses ressortissants ne construiraient une ligne de chemin de fer pour relier Weihai Wei à l’intérieur de la province du Shandong. L’autre explication, c’est la décision prise par la Royal Navy de ne pas fortifier le port de ce territoire, traitant ainsi Weihai Wei comme un simple endroit sympathique pour marins en quête de repos. Tandis que la Grande Guerre s’intensifiait, et que des rumeurs affirmaient que Weihai Wei serait amené à devenir le port d’embarquement de ce qui allait être appelé ultérieurement le Chinese Labour Corps, les officiels du gouvernement de Weihai Wei, toujours en quête d’un rôle important pour le territoire, étaient désireux d’être impliqués dans ce processus. Weihai Wei, comme eux et d’autres le soutenaient, disposait d’un port moins soumis aux tempêtes que le port voisin de Chefoo (Zhifu 芝眾, plus exactement Yantai 烟台) et était un endroit idéal pour recruter des hommes grands et en bonne santé, originaires du Shandong3.

Un début chaotique

  • 4 Lire le fascinant débat sur les pressions qui ont façonné la politique menée par la Grande-Bretagn (...)
  • 5 La Russie a obtenu Port Arthur, Talien (Dalian 大连) et les terres environnantes de la péninsule.
  • 6 Les autorités allemandes ont mis trop de temps à trouver un port leur convenant, et tandis que le (...)
  • 7 Voir l’analyse de la concurrence grandissante subie par les intérêts britanniques et de la manière (...)
  • 8 Pour plus d’informations, consulter Atwell P, British Mandarins and Chinese Reformers : the Britis (...)
  • 9 Nish I. H., « The Royal Navy and the Taking of Weihaiwei, 1898-1905 », The Mariner’s Mirror, 1968, (...)
  • 10 « The Convention between Great Britain and China Respecting Weihai Wei », Parliamentary Paper, Tre (...)

2On peut affirmer que dès le début ont été réunis les éléments donnant peu d’importance à Weihai Wei. L’acquisition du bail de Weihai Wei manquait de motif positif, puisqu’il s’agissait essentiellement d’avoir une implantation en Chine, et de contrebalancer la présence d’autres puissances dans la région. Au xixe siècle, les intérêts britanniques en Chine avaient été principalement des intérêts commerciaux. Après avoir atteint, dans ses relations commerciales avec la Chine, une position de suprématie parmi les puissances étrangères, la Grande-Bretagne avait pour objectif absolu de maintenir cette position et d’empêcher la fracture du marché chinois en parts contrôlées par des puissances étrangères différentes4. À la fin du xixe siècle, cet objectif semblait nécessiter l’acquisition de nouveaux droits sur le territoire. En 1895, ayant reçu la majeure partie de la dette de guerre résultant de sa victoire dans le conflit l’opposant à la Chine, le Japon se préparait à quitter Weihai Wei, qu’il avait occupé. La Russie, l’Allemagne et la France avaient prorogé les prêts accordés à la Chine afin de lui permettre de régler sa dette vis-à-vis du Japon. Cette « Triple Intervention » ne s’est pas déroulée sans contrepartie : la Russie a obtenu des droits sur la péninsule de Liaotung (Liaodong Bandao 辽东半b岛)5, la France en a acquis sur Kwangchouwan (Guangzhouwan 广州湾), et l’Allemagne s’est ultérieurement emparée du port de Tsingtao (Qingdao 青岛) puis, en mars 1898, a arraché le droit de louer Kiaochou (Jiaozhou 胶州)6. Au cours de cette « escalade de concessions », le gouvernement britannique et les autres gouvernements détenant des intérêts en Chine ont commencé à s’inquiéter des menaces pesant sur la position commerciale dominante de la Grande-Bretagne en Chine7. Beaucoup considéraient que la politique jusque-là passive à l’égard de la Chine devait être abandonnée et remplacée par une action plus positive. Pendant longtemps, les gouvernements souhaitèrent à tout prix éviter une implication territoriale en Chine mais, fin 1898, la mise en place des droits territoriaux semblait inévitable car, entre-temps, une réelle crainte de voir la Chine se partitionner avait fait surface. Le gouvernement britannique a donc forcé la Chine à prendre en compte son besoin d’une base navale, notamment parce que la Russie détenait Port-Arthur8. Comme l’a montré l’historien Ian Nish, les besoins en matière navale étaient marginaux face à la décision qui avait été prise d’obtenir Weihai Wei en bail. La Royal Navy s’était très peu impliquée dans les projets de bail du territoire. Cette affirmation va dans le sens des conclusions que l’on peut tirer d’autres sources, selon lesquelles la décision de louer Weihai Wei avait en réalité été guidée par des considérations géopolitiques9. Malgré une Chine réticente à l’idée d’abandonner le dernier port naval qui lui restait, les deux pays ont signé la Convention de Pékin10 le 1er juillet 1898. Le territoire dont il était question dans cette convention comprenait l’île de Liukung (Liugongdao 刘公岛) et, en face de celle-ci, une ceinture de terre sur le continent, mesurant 50 kilomètres de long et 15 kilomètres de large.

Des intentions incertaines

  • 11 Il est fait mention de cette demande dans un télégramme du 6 octobre 1906 envoyé par Grey à John J (...)
  • 12 Grey (Foreign Office) to Sir John Jordan (Peking), Telegram ; and Grey to Jordan, 23 novembre 1906 (...)
  • 13 Chinese Legation (Wang Tahsieh) to Grey, 20 décembre 1906 ; Grey to Jordan, 3 décembre 1906 ; Fore (...)

3Dès le départ, la location de Weihai Wei avait pour objectif de faire contrepoids à la présence des autres puissances étrangères dans cette région de la Chine. Les termes mêmes de la Convention de Pékin le reflétaient : le territoire était loué à la Grande-Bretagne « aussi longtemps que Port Arthur [resterait] sous occupation russe ». Le ministère britannique des Affaires étrangères avait préféré cette formulation plutôt qu’indiquer un nombre d’années pour la durée de validité du bail. Les fonctionnaires de ce ministère pensaient que si la Russie négociait une prolongation de son bail de 25 ans de Port-Arthur, ils éviteraient ainsi l’inconvénient de devoir renégocier le bail de Weihai Wei. Ils n’avaient pas prévu qu’en 1905, les troupes russes se retireraient de Port-Arthur après la défaite de la Russie dans son conflit face au Japon. Évidemment, tous ces éléments, parmi d’autres, étaient considérés par ceux qui avaient intérêt, d’un point de vue commercial, à ce que les Britanniques continuent d’administrer Weihai Wei. D’autres également ont été dissuadés de faire de Weihai Wei leur base de commerce. En octobre 1906, lorsque le ministre chinois à Londres a demandé à la Grande-Bretagne de rétrocéder le territoire à la Chine, qui aspirait à développer sa marine de guerre11, Sir Edward Grey, secrétaire d’État aux Affaires étrangères, a répondu que la Grande-Bretagne avait des obligations vis-à-vis du Japon qu’elle se devait d’honorer. De plus, la situation en Chine n’était pas redevenue « normale », le Japon et l’Allemagne étaient toujours présents dans le pays ce qui rendait le retrait britannique de Weihai Wei par conséquent « inopportun »12. La question du retrait britannique a été provisoirement résolue par un accord selon lequel la décision serait repoussée jusqu’au moment où la Chine disposerait d’une « véritable force navale »13. Plus tard, lorsque l’Allemagne s’est retirée de Kiaochou, on a expliqué le besoin qu’avait la Grande-Bretagne de conserver Weihai Wei par le fait que la zone était alors sous le contrôle des autorités japonaises. Les Britanniques, en réalité, sont restés à Weihai Wei jusqu’en 1930, sans jamais modifier les termes de la Convention de Pékin.

  • 14 Confidential Portions of a Report on the Civil Administration of Weihai-Wei by Mr G.T. Hare, 31 ma (...)
  • 15 Confidential Memorandum, C.P. Lucas, 7 juin 1904, Eastern No. 86, Weihai Wei, CO 882/6/17.

4Les faiblesses inhérentes de la clause concernée dans la Convention de Pékin, les évolutions de la situation géopolitique et l’échec de la recherche de fondements plus solides pour le bail n’étaient pas les seules sources d’incertitude pour le territoire. L’autre source d’incertitude était l’évaluation répétée de l’avenir du territoire par le gouvernement britannique. En 1902, le ministère des Colonies a étudié une proposition consistant à rendre à la Chine l’ensemble du territoire de Weihai Wei, mis à part Liukung et une petite bande de terre autour de la ville principale de Mat’ou (Matou 码头)14. L’idée derrière cette proposition, c’était que la protection des intérêts britanniques et européens ne nécessitait guère de posséder 800 kilomètres carrés d’un territoire essentiellement rural. On considérait que les droits et responsabilités britanniques devaient être réduits afin de ressembler à ceux des puissances étrangères dans leurs propres ports concernés par les Traités. Il faut bien constater que rien n’est ressorti des propositions, et qu’en 1904, un autre mémorandum concernant Weihai Wei était étudié15. Ce mémorandum énumérait ses avantages, parmi lesquels de faibles coûts administratifs et la possibilité d’administrer le territoire depuis Hong Kong, un port digne de ce nom, le fait que le territoire était la base du 1er Régiment chinois, et que le gouvernement avait déjà acheté toutes les terres de l’île de Liukung. Concernant ses désavantages, étaient mentionnées les possibilités limitées en matière de commerce et d’autres revenus, l’inexistence d’un engagement clair de la part de la Royal Navy d’utiliser le territoire, et l’absence d’arrière-pays valant la peine d’être exploité.

  • 16 Ibid.
  • 17 Mémorandum traitant des perspectives d’avenir du territoire de Weihai Wei en tant que centre de co (...)
  • 18 Le compte-rendu de la conférence a été publié dans Proceedings of Conference on Limitation of Arma (...)
  • 19 Memorandum by Stubbs, enc. to No. 1, Grindle to Foreign Office, 21 novembre 1921, FO 371/6645.
  • 20 Pour des informations complémentaires au sujet des échanges entre Balfour et le ministère des Affa (...)

5Charles P. Lucas, l’auteur de ce mémorandum et, à l’époque, sous-secrétaire d’État chargé des Colonies Occidentales, a appelé à la conservation du territoire, ne serait-ce que parce qu’il représentait un excellent « sanatorium pour les nombreux Anglais d’Extrême-Orient, la marine, l’armée, les civils, les négociants et les missionnaires »16. Bien que le mémorandum de Lucas ne fût pas mis en application, avant la fin de cette année-là, le ministère des Affaires étrangères avait reçu un rapport commandé par Sir Ernest Satow, le ministre britannique à Pékin, à propos des perspectives commerciales du territoire. Dans ce rapport, J. W. Jamieson, alors attaché commercial britannique à Shanghai, a dépeint un tableau plutôt sombre des perspectives de Weihai Wei. Même en supposant que la question de la jouissance du territoire de Weihai Wei pût être résolue de façon satisfaisante, il estimait qu’il serait difficile d’y détourner le commerce et les industries depuis d’autres ports situés à proximité17. Le retrait successif des puissances européennes de la région, déjà mentionné plus haut, a amené de nouvelles vagues de nombrilisme dans le gouvernement britannique, de nombreux ministères étant interrogés à propos du bien-fondé de ce retrait, ou sur Weihai Wei. Cela s’est répété au cours des préparations de la Conférence de paix de Paris quand, là encore, des opinions ministérielles étaient sollicitées. Le cas particulier de la conservation de Weihai Wei passait en effet au second plan par rapport à la nécessité de s’assurer que le statut des Nouveaux Territoires de Hong Kong, reposant également sur une location, n’était pas menacé. Trois ans plus tard, avant la Conférence sur la Limitation des Armements (souvent appelée « Conférence de Washington18 ») et avec la présence persistante du Japon dans la province du Shandong, le gouvernement britannique restait peu disposé à céder Weihai Wei. Un autre rapport concernant le territoire a encore été commandé par le ministère des Colonies. Sir Reginald Stubbs, Gouverneur de Hong Kong, a émis plusieurs propositions, parmi lesquelles celle d’abandonner l’ensemble du territoire, et a averti que le prestige britannique serait en danger si l’on continuait à admettre que le territoire ne se développe pas substantiellement, même s’il reconnaissait également que les perspectives de développement des industries locales étaient minces19. L’opinion générale du Gouvernement britannique, à la veille de la conférence, était que Weihai Wei devait être conservé aussi longtemps que le Japon resterait à Tsingtao. Toutefois, après le lancement de la conférence, Arthur Balfour, chef de la délégation britannique, a envoyé des télégrammes au ministère des Affaires étrangères, conseillant vivement d’étudier la possibilité de restituer Weihai Wei, notamment si la France et le Japon acceptaient eux aussi de céder leurs territoires en Chine. Fin janvier 1922, la position du gouvernement britannique était celle d’être préparé à céder Weihai Wei si certaines conditions étaient remplies. Ceci a permis à Balfour d’annoncer la restitution du territoire lors de la conférence du 1er février20. Par la suite, le long chemin conduisant vers la fin de l’histoire de Weihai Wei en tant que territoire administré par la Grande-Bretagne a commencé. Bien que les négociations aient pris fin en octobre 1924, la situation de trouble politique en Chine a empêché l’accord d’être signé avant le 18 avril 1930. En octobre de la même année, le dernier Commissaire britannique de Weihai Wei a pris part aux cérémonies fêtant la restitution avant de prendre le bateau pour quitter le territoire.

Weihai Wei dans la période d’administration britannique

  • 21 Les quatre marchés étaient situés à Feng-lin (Fenglin 凤林L), Ch’iao-t’ou (Qiaotou 桥头), Ts’ao-miao-t (...)
  • 22 Les cinq marchés supplémentaires étaient situés à Ku-shan-hou (Gushanhou 崮D山后), T’un-Hou-chia (Tun (...)
  • 23 Ibid.
  • 24 Le revenu annuel du territoire n’avait pas dépassé 105 934 $ (tous les montants sont indiqués en p (...)

6Sans autre projet naval ambitieux et sans investissement dans le commerce, il n’est pas surprenant que le territoire n’ait vécu qu’un développement économique et social modeste. Au cours de la période du bail, le nombre de villes commerciales dans le territoire est passé de quatre21 à neuf22 et, tandis que de plus en plus de Chinois se lançaient dans la petite entreprise, la ville de Port Edward (le nouveau nom donné à Mat’ou en 1902) grandissait à la fois en taille et en population. Un réseau routier était construit, d’abord pour la circulation des brouettes et des charrettes, puis, en 1928, pour les véhicules à moteur23. Les lignes téléphoniques ont relié l’île à Port Edward peu de temps après le début du bail, mais aucune d’entre elles ne connectait Port Edward à l’intérieur du territoire, pas même au cours de la seconde décennie de la location. Plus tard, de petites industries ont été développées dans lesquelles les habitants étaient employés à fabriquer dentelle, résille et soie. Une entreprise prospectait de l’or ; la mine ne donnant rien, elle a fermé en 1907. De même, les projets d’implantation de cultures de tabac ne se sont pas concrétisés. Bien que de nombreux Européens visitaient Weihai Wei en été, très peu d’entre eux s’y sont installés. Le North China Herald a joué son rôle dans la promotion des principaux équipements de Weihai Wei (natation, cyclisme, golf, bains soufrés) et la présence de la flotte navale britannique en été égayait sans aucun doute l’endroit. Le faible taux d’imposition à Weihai Wei n’a permis au territoire de s’autofinancer que durant la dernière décennie du bail. Un excédent a été accumulé au cours des six dernières années d’administration britannique, mais ceci en grande partie grâce aux économies permanentes engagées par l’administration24.

  • 25 La déclaration selon laquelle l’administration britannique de Weihai Wei a été mise en place sans (...)
  • 26 En 1910, on comptait 84 villages dans la Division nord et 231 villages dans la Division sud, Johns (...)

7Conformément au décret de Weihai Wei de 1901, le territoire était administré par une poignée d’officiers du gouvernement de Weihai Wei25, qui travaillaient presque tous dans les services gouvernementaux à Port Edward. Le pouvoir exécutif du territoire (son Commissaire) détenait le pouvoir de gouverner, d’adopter des lois et de juger des affaires à la Haute Cour. Dans la majeure partie de la période d’administration britannique, les officiers étaient principalement constitués du Secrétaire du Gouvernement et d’un ou deux responsables régionaux qui étaient à la fois administrateurs et magistrats. Jamais un juge professionnel n’a résidé dans le territoire. Au lieu de cela, un juge résidant à Shanghai se rendait plusieurs fois par an à Weihai Wei pour étudier des affaires. Outre ces officiels, on comptait un ou deux médecins, un assistant financier, et, pendant la majeure partie du bail, entre deux et quatre inspecteurs de police européens. Peu de temps après qu’une administration civile ait succédé aux autorités intérimaires, les 745 kilomètres carrés de territoire ont été séparés en deux divisions administratives qui, plus tard, disposaient toutes deux d’un responsable régional. L’île de Liukung, la ville de Port Edward et environ un tiers des villages du territoire dans la zone proche et au nord de Port Edward étaient inclus dans la Division nord, tandis que la Division sud comprenait la zone restante, plus rurale26 comprenant, selon des estimations, les deux tiers de la population. Pendant un certain nombre d’années, le responsable régional de la Division sud résidait et travaillait à Wen-ch’üan-t’ang, à 21 kilomètres de Port Edward. Le responsable régional, qui était aussi l’un des deux magistrats du territoire, était la personne à qui de nombreux villageois ordinaires adressaient leurs pétitions, futiles ou sérieuses, et il est évident que sa fonction avait son importance dans les relations entre le gouvernement et les administrés.

  • 27 Ibid., p. 95.

8Les responsables régionaux du territoire supervisaient aussi le système de chefs de village et de région. Les autorités britanniques avaient employé, à quelques différences près, ce qu’elles avaient interprété comme un système de contrôle social. En 1902, chacun des 300 chefs de village environ s’est vu attribuer des responsabilités bureaucratiques, ainsi que la responsabilité de signaler les délits et de régler les petits différends relevant du civil. Les chefs étaient des canaux de communication vitaux entre le gouvernement qui manquait de personnel et la population, estimée en 1901 à environ 128 000 personnes, et dont un recensement de 1921 indique un chiffre avoisinant les 154 000 individus. Le gouvernement a souvent utilisé les chefs pour tester ses projets, en particulier les chefs de district, surtout lorsqu’il prévoyait la mise en œuvre de nouvelles lois. Ce niveau supérieur d’autorité locale a été ajouté en 1905, avec la nomination de vingt-six chefs de district. Chaque chef de district était responsable de neuf à quinze villages. Les charges des chefs de district comprenaient la supervision de la collecte des taxes foncières, l’information de la population quant aux avis gouvernementaux et aux proclamations, la distribution de formulaires d’actes aux acheteurs et vendeurs de propriétés, le suivi régulier des litiges, et le maintien de l’ordre dans leurs régions27.

  • 28 Pour des travaux biographiques, consulter Airlie S., Thistle and Bamboo : The life and times of Si (...)
  • 29 Johnston R. F., op. cit.
  • 30 Les années passées par Johnston en tant qu’universitaire dans ce qui était alors l’École des Étude (...)

9Au cours de la période couvrant l’administration britannique de Weihai Wei, deux noms se sont démarqués pour leur influence sur le gouvernement britannique : James Stewart Lockhart et Reginald F. Johnston28. Tous deux étaient Écossais et amis. Lockhart, plus âgé que Johnston d’environ vingt ans, avait d’abord servi dans le gouvernement de Hong Kong, de fin 1879 à la veille de sa nomination à Weihai Wei, au printemps 1902, en tant que Commissaire du territoire. Étant donné que la plupart des mesures mises en œuvre par ses prédécesseurs de l’armée et de la marine étaient des mesures ad hoc, Lockhart était responsable de la mise en place de l’administration du territoire, du contrôle de l’établissement d’une police de Weihai Wei et de son développement, des avant-projets de lois, ainsi que du développement du système des chefs locaux mentionnés ci-dessus. Lockhart est devenu le Commissaire, et sûrement même le fonctionnaire, de Weihai Wei ayant été le plus longtemps en poste. Il n’a abandonné ses fonctions qu’au moment de son départ à la retraite, en 1921. Johnston est arrivé sur le territoire en 1904 et a été, pendant un court laps de temps, Secrétaire d’État dans les bureaux gouvernementaux à Port Edward avant d’être nommé responsable du district et magistrat de la Division sud en 1906, un poste qu’il a conservé jusqu’en 1916. En outre, il a ensuite été responsable titulaire du district (Senior District Officer) avant de devenir Commissaire de Weihai Wei pendant les trois années précédant la restitution. Lockhart et Johnston ont tous deux gouverné le territoire avec conservatisme, dans la mesure où aucun des deux n’a cherché à imposer des changements dans la structure sociale, les habitudes ou les coutumes des Chinois locaux. Le mouvement pour l’abolition du bandage des pieds, par exemple, n’a obtenu que des réactions mitigées de la part des deux hommes. Dans l’enseignement et les questions relatives aux femmes chinoises, les mesures qu’ils ont prises étaient rarement progressistes. En effet, ils partageaient la même admiration pour la civilisation chinoise et regrettaient la disparition de l’ancienne Chine. Tous deux parlaient couramment le cantonais tout d’abord, mais aussi le mandarin. Leur connaissance de la langue chinoise et de la Chine leur a fait gagner le respect de leurs pairs et des sinologues. Johnston a fait connaître Weihai Wei à ceux qui s’intéressaient à la Chine à travers la publication de son livre Lion and Dragon in Northern China29 en 1910. Les deux hommes ont envisagé d’entrer à l’université, mais seul Johnston a persisté dans cette idée pour devenir professeur de chinois après la restitution de Weihai Wei, poste qu’il a conservé pendant près de six ans30.

  • 31 Voir Atwell P., op. cit., p. 167.

10L’administration britannique s’est très peu ingérée dans la vie quotidienne des villages chinois, et semble avoir entretenu de bonnes relations avec les habitants du territoire. Si l’on excepte le mouvement d’opposition au début du bail, c’était un endroit paisible, à tel point qu’il se transformait en refuge lorsque des agitations secouaient certaines régions de la Chine proches de ses frontières. Et pourtant, trente ans plus tard, Weihai Wei ne s’était toujours pas suffisamment développé sur un plan économique et social pour devenir un bon exemple de ce qui pouvait être réalisé sous administration britannique. En fait, certains pensaient que le territoire était susceptible d’amoindrir le « prestige britannique » dans la région ; une fois la restitution nettement en vue, l’état lamentable de l’infrastructure du territoire et de ses équipements publics, qui résultait de nombreuses années de parcimonie, était en effet source d’embarras pour certains31.

Weihai Wei et le recrutement de membres du Chinese Labour Corps

  • 32 Le ministère de la Guerre avait annoncé sa décision de se servir de Wei-hai Wei vers la fin septem (...)
  • 33 May, Governor of Hong Kong, to Secretary of State for the Colonies, Telegram, received in Colonial (...)
  • 34 Langley, Foreign Office to Under-Secretary of State, Colonial Office, 11 septembre 1916, WO 32/113 (...)
  • 35 Jordan, Telegram, 26 septembre 1916, WO 32/11345.
  • 36 Alston, Telegram, no 358, 24 novembre 1916, WO 32/11345.
  • 37 Jordan to War Office, 12 novembre 1916, no 335, WO 32/11345.
  • 38 War Office to Jordan, Draft Telegram, 14 novembre 1916, no 224, WO 32/11345.

11En 1916, à l’opposé du contexte décrit plus haut, lorsque des projets visant à recruter des travailleurs chinois ont été envisagés, Lockhart, en qualité de Commissaire de Weihai Wei, s’est empressé de suggérer que le territoire serait un endroit idéal pour le recrutement et l’embarquement des travailleurs chinois32. Weihai Wei n’avait pas été le premier choix de base de recrutement des travailleurs. C’est à Hong Kong que l’on avait pensé en premier. Le gouverneur de cette colonie, F. H. May, avait souligné les avantages relatifs que présentait le recrutement d’hommes originaires du nord par le biais d’une base présente sur place. Ces avantages, parmi lesquels certains étaient fondés sur des stéréotypes dont souffraient les Chinois du nord, étaient qu’ils s’acclimataient au froid, qu’ils étaient habitués à la nourriture à base de blé, qu’ils étaient plus sensibles à la discipline et qu’ils n’étaient « pas infectés par le paludisme33 ». Effectivement, le ministère des Affaires étrangères avait, quelques semaines auparavant, déjà informé le ministère des Colonies du fait qu’il y avait « toutes les raisons de prévoir que, à cause des conditions climatiques des hivers en France, la majorité des coolies devra être recrutée parmi la population plus résistante du nord de la Chine34 ». Le choix consistant à recruter des Chinois du Nord et à se servir de Weihai Wei a également reçu le soutien de Sir John Jordan, le Ministre britannique à Pékin35. Jordan avait été en charge de dessiner les contours d’un projet ayant pour objectif de recruter des travailleurs via Weihai Wei. On pensait que ce projet, qui prévoyait que le recrutement intervienne par le biais de contrats de travail établis au nom du gouvernement de Weihai Wei, avait l’avantage d’éviter tout mouvement massif de transbordement de travailleurs à travers le territoire chinois ou par les eaux territoriales chinoises menant à Hong Kong. On craignait aussi qu’un tel transbordement puisse avoir pour conséquence de donner une pâle image des efforts britanniques en comparaison avec ceux des Français36. Il y avait une crainte évidente de voir les autorités locales chinoises faire obstacle à la mission de recrutement des travailleurs, mais on pensait que ce risque ne serait accru que si les opérations prenaient un caractère militaire. Des bruits, selon lesquels il était prévu que les travailleurs soient utilisés comme des combattants, avaient déjà couru. Le projet d’origine du Conseil de l’Armée avait impliqué la formation de bataillons avant le départ de Chine. Sir John Jordan, le ministre britannique en poste à Pékin, estimait que « si nous voulons que le projet [sic] réussisse, alors tous les efforts doivent être faits pour garder ici en arrière-plan le caractère militaire de l’organisation. C’est une des raisons pour lesquelles je désapprouve fortement l’entraînement et le cantonnement des coolies à Hongkong… et considère qu’ils devraient être transportés directement depuis Weihai-wei37 ». Par la suite, le ministère de la Guerre a également consulté Jordan à propos des mesures visant à « poursuivre la démilitarisation de l’organisation », parmi lesquelles figurait le fait d’embarquer les hommes à bord de bateaux ordinaires, de les regrouper en bataillons et d’attendre leur arrivée à destination pour les équiper d’uniformes38.

  • 39 Lockhart to Secretary of State for the Colonies, Telegram, 10 octobre 1916, CO 521/17 et WO 32/113 (...)
  • 40 Report submitted to the Commissioner, 31 octobre 1916, CO 873/488.
  • 41 Secretary of State for the Colonies to Governor General of the Union of South Africa, 26 octobre 1 (...)
  • 42 Ces améliorations et transformations sont mentionnées dans : War Office to the Secretary of State (...)
  • 43 9 novembre 1916, Senior District Officer to Messrs Lavers and Clark, CO 873/488.

12À Weihai Wei, Lockhart a facilité l’établissement d’un dépôt de coolies dans le territoire en suggérant au ministère des Colonies d’utiliser les bâtiments inoccupés appartenant à la Witwatersrand Native Labour Association de Johannesburg39. Il a également négocié l’accord de location gratuite de ces bâtiments à l’Agence d’émigration du ministère de la Guerre, à la simple condition que les bâtiments soient rendus dans l’état dans lequel ils étaient au début de la location. Les bâtiments étaient composés de deux ensembles de quatre immeubles principaux, chaque ensemble disposant de cuisines, de latrines, de lavoirs, ainsi que de quelques autres immeubles40. Le 26 octobre 1916, le gouvernement du Royaume-Uni a envoyé un message à la Witwatersrand Native Labour Association afin de la remercier de la mise à disposition de ses locaux41 et le 9 novembre 1916, ces bâtiments étaient sous le contrôle de l’Agence d’émigration du ministère de la Guerre. Les transformations (cloisons pour diviser l’espace à l’intérieur de deux des plus grands bâtiments, parquets, portes et fenêtres), les améliorations apportées au système d’évacuation et la construction de quelques autres bâtiments42 avaient déjà été pour la plupart mises en œuvre à ce moment-là43.

  • 44 Telegram, 16 octobre 1916, CO 521/17.
  • 45 Report of Inspector PD Crawley, Acting Financial Assistant, enc., Lockhart to Secretary of State f (...)
  • 46 Report of Inspector Whittaker, Annual Reports for 1917, CO 873/518.
  • 47 Report of the Junior District Officer, Annual Reports for 1917, CO 873/518.
  • 48 Ibid.

13Lockhart a été consulté sur la question de savoir si des troupes étaient nécessaires pour aider au maintien de l’ordre dans le dépôt, une proposition qu’il a rejetée en faveur du recrutement d’agents de police chinois supplémentaires44. L’emploi de la police civile a aussi contribué à minimiser l’aspect militaire des efforts consistant à recruter des Chinois pour le Labour Corps. Le développement de la police de Weihai Wei avait conduit à une bataille d’un an avec le ministère des Colonies et le ministère des Finances pour obtenir les fonds nécessaires, or le gouvernement pouvait difficilement se passer de ses policiers. Au départ, le corps policier était très réduit (16 fonctionnaires en tout en 1906), mais son effectif a crû fortement l’année suivante pour s’établir à 60, puis de manière plus régulière pour atteindre 91 fonctionnaires en 1912 et 95 en 1916. Un grand nombre d’agents spéciaux ont été recrutés pour travailler principalement au dépôt de coolies sous le commandement de l’un des inspecteurs européens, d’un sergent en chef et de quelques agents expérimentés, secondés par la police de Weihai Wei45. En 1917, on comptait 81 agents au dépôt de coolies tandis que les autres agents de police, sans compter le petit nombre d’inspecteurs européens, ne représentaient au total que 105 hommes46. On a également demandé l’avis de Lockhart sur l’installation d’un magistrat chargé des délits commis au dépôt ; plus tard, il a nommé, par l’exercice des pouvoirs conférés à sa fonction par le décret de Weihai Wei, un membre de l’Agence d’émigration du ministère de la Guerre pour occuper cette fonction de magistrat47. Bien que le recrutement de travailleurs ait été formellement conduit au nom du gouvernement de Weihai Wei, le travail quotidien au dépôt était laissé aux mains d’un représentant du ministère de la Guerre ; les fonctionnaires du gouvernement, déjà surchargés, étaient impliqués de façon minimale, uniquement pour montrer leur coopération auprès du représentant du ministère de la Guerre. Un des responsables médicaux du gouvernement de Weihai Wei, le Dr. Muat, s’est vu attribuer la tâche supplémentaire d’examiner chaque potentiel coolie, en raison des difficultés pour nommer un médecin s’occupant spécifiquement du dépôt. Il semblerait que les coolies potentiels ou recrutés attendant d’être embarqués pour l’étranger aient été confinés au dépôt des coolies et, par conséquent, que les activités au dépôt aient eu peu d’impacts négatifs sur le territoire. De plus, on a prévenu la propagation des maladies ; une grave épidémie de typhus survenue au printemps 1918 a été plus ou moins contenue à l’intérieur du dépôt. Bien sûr, le dépôt des coolies a rarement été évoqué dans les rapports annuels des activités gouvernementales. D’après l’auteur de l’un de ces rapports, une hausse des délits était attendue et le niveau de vie général dans le territoire s’était amélioré pour la majeure partie de la population. Ce même rapport indiquait que, d’après un chef de district, un certain nombre de familles dans le besoin dans le territoire étaient devenues prospères grâce aux versements effectués par leurs fils engagés dans le Chinese Labour Corps48.

La montée en puissance de Tsingtao et l’effacement de Weihai Wei

  • 49 Under-Secretary of State, Foreign Office to Secretary of the Army Council, 30 décembre 1916, WO 32 (...)
  • 50 Alston, Telegram, no 361, 13 août 1917, FO 371/6602.
  • 51 Ibid.
  • 52 Telegram, no 293, Jordan, FO 371/6602.
  • 53 “Report on the Demobilization of the Chinese Labour Corps”, GS Moss, War Office Emigration Agency, (...)
  • 54 “Report on the Demobilization of the Chinese Labour Corps”, GS Moss, War Office Emigration Agency, (...)

14Vers la fin de l’année 1916 a été émise l’idée d’installer une seconde base de recrutement à Tsingtao. Le 30 décembre de cette année-là, le ministère britannique des Affaires étrangères a écrit au Conseil de l’Armée pour lui suggérer qu’il serait possible d’augmenter le rythme de recrutement des travailleurs en utilisant une base supplémentaire. Les avantages que présentaient Tsingtao par rapport à Weihai Wei étaient les suivants : il s’agissait du terminus d’une ligne de chemin de fer parcourant le centre du Shandong et reliée aux lignes en provenance du Honan, du Chihli et d’ailleurs ; cette zone ferroviaire était désormais sous contrôle des Japonais dont le soutien, s’il était acquis, empêcherait toute opposition de la part des autorités chinoises ; Tsingtao disposait de quais et d’infrastructures navales modernes de toutes sortes ; cette ville était moderne, pleinement développée, et sa population importante permettait de prendre en charge les besoins d’un dépôt de coolies ainsi que l’« équipement » des hommes49. Un second dépôt de travailleurs a effectivement été installé à Tsingtao et a rapidement dépassé Weihai Wei en nombre de travailleurs embarqués depuis les ports respectifs. En effet, Tsingtao pouvait prendre en charge 10 000 travailleurs par mois, contre seulement 6 000 pour Weihai Wei50. En 1917, on se posait déjà la question de savoir s’il était nécessaire de disposer de deux dépôts. À ce moment-là, la réponse était qu’il fallait conserver Weihai Wei dans la mesure où l’utilisation de Tsingtao dépendait du bon vouloir des autorités japonaises51. Toutefois, lorsque le rapatriement des travailleurs s’est fait proche, le ministère de la Guerre a annoncé qu’il fermerait le dépôt de Weihai Wei pour des motifs d’« économie52 ». Le 28 juillet 1918, le dépôt des coolies de Weihai Wei a été définitivement fermé, et ses équipes britanniques et chinoises transférées vers Tsingtao. Ainsi, ce n’est pas vers Weihai Wei mais vers Tsingtao que les interprètes chinois et les travailleurs du CLC ont été rapatriés. Le dernier contingent de travailleurs sur le retour, comptant 73 personnes en tout, est passé par le dépôt de Tsingtao le 13 septembre 1920, puis a finalement été payé et rapatrié le jour suivant. Précédemment, le dernier contingent important (de 500 hommes) était arrivé en mai. Fin septembre, le « centre de paiement » de Tsingtao, le dernier du genre en lien avec le CLC, fermait53. Les équipements de Tsingtao comprenaient des entrepôts en location pouvant héberger 400 personnes et un camp d’une capacité de 1 200 places en périphérie de la ville. Alors qu’on a d’abord cru nécessaire de disposer d’un grand dépôt de rapatriement à proximité du port, la mise en place d’un système de paiement des travailleurs revenus a permis aux hommes arrivant par bateau d’être transférés, très rapidement après leur débarquement, vers des trains circulant dans la direction de leur région d’origine. L’Agence d’émigration avait conçu un système par lequel l’un de ses membres montait à bord du bateau arrivé à destination avec la liste des noms des travailleurs dans le but de gérer leur rémunération ; ceux d’entre eux qui avaient de la famille étaient ensuite libres de partir. Seuls les « sans-abri… sans attaches et sans responsabilités » et qui « constituaient les éléments les plus sauvages du Chinese Labour Corps » étaient retenus dans le grand camp situé à la périphérie de la ville de Tsingtao. En détenant ces hommes à l’intérieur du camp, l’agence pouvait leur « imposer la discipline » et ce « jusqu’à ce que leurs comptes aient été définitivement réglés et qu’il ait été mis fin aux liens qui les reliaient à l’Agence ». Avant l’installation de ce camp, ces hommes étaient détenus à Tsinan (Jinan 济南n) et à Weihsien (Weixian, 潍县, dans les environs de Weifang 潍坊{ aujourd’hui) ; leur comportement, suite à la paie qu’ils venaient tout juste de toucher, avait conduit à de fréquents conflits avec la police locale, souvent graves, ce qui entraînait en retour des tensions entre l’Agence d’émigration, les responsables locaux chinois et les commerçants54.

  • 55 Archer, Vice-Consul, Vice-Consulate, Tsingtao, to Alston, Pékin, 13 juin 1921 : FO 371/6602.

15À Tsingtao, alors que la mission de l’Agence d’émigration touchait à sa fin, une cérémonie a été organisée le 10 juin 1921 dans l’enceinte de l’Agence à la demande de plusieurs interprètes et travailleurs restés dans les environs, cérémonie au cours de laquelle 126 interprètes et autres hommes ont été décorés. Dans le discours qu’il a prononcé à la cérémonie, le Capitaine Bull, trésorier en charge des questions touchant au CLC, a déclaré que 93 357 membres du CLC étaient éligibles à une décoration et qu’il était « très gratifiant » de constater que « seule une petite minorité » d’hommes ayant servi n’ont pas, pour raison de mauvaise conduite, reçu de médaille. La cérémonie de Tsingtao ayant été unique en son genre, les autres anciens interprètes et travailleurs de l’ex-CLC auraient reçu leurs médailles par voie postale55.

Conclusion

16Plus d’un siècle après le début du bail et plus de quatre-vingts ans après la rétrocession du territoire à la Chine, on peut affirmer avec certitude, du moins pour l’instant, que l’on n’oubliera pas le passé de Weihai datant de l’époque où le territoire de Weihai Wei était loué par la Grande-Bretagne. Le voyage entrepris par Reginald Johnston entre Weihai Wei et la Cité interdite pour devenir le conseiller du dernier empereur de Chine, son propre livre traitant du territoire, ses biographies et celles de Lockhart, ainsi que la valeur que représente Weihai Wei en tant qu’étude de cas menée par l’administration britannique à propos de la population chinoise, tous ces éléments ont assuré suffisamment d’attention au territoire de Weihai Wei. Les actions menées ces dernières années par le service local des archives et les autorités de l’île de Liukung ont aussi permis aux visiteurs d’être informés sur l’époque britannique de l’histoire de Weihai. Néanmoins, à l’époque de sa location planait en permanence le danger que le territoire devienne un coin perdu et oublié de tous. Il semblait voué à rester dans l’ombre des autres ports, dans lesquels le prestige britannique se faisait plus visible.

  • 56 Coolie Depot, 9 Aug 1918, TJ Bourne (War Office Representative) to Lockhart, CO 873/538.

17T. J. Bourne, le représentant du ministère de la Guerre qui avait été en charge du dépôt de coolies de Weihai Wei, a exposé les raisons l’ayant conduit à fermer le dépôt56, expliquant ainsi que, du fait de l’absence de liaison ferroviaire entre le territoire et la Chine intérieure, Weihai Wei était « mal situé pour permettre une dispersion et un envoi rapides des coolies vers leurs domiciles [qui]… ne pouvaient par conséquent être rendus possibles que par la libre utilisation de très nombreux bateaux à vapeur locaux ». Dans une troisième et dernière évocation des chemins de fer dans sa lettre, il indiquait ceci : « Pourtant, sans liaison ferroviaire, il est impossible de faire du Territoire de Weihai-Wei, avec tous ses avantages infinis, le pied-à-terre britannique du nord de la Chine qui serait l’équivalent de ce que représente Hong Kong pour le sud, un centre, soit pour cette Agence gouvernementale, soit pour toute entreprise commerciale ou d’affaires de quelque taille que ce soit. »

  • 57 Consulter Lockhart pour le secrétaire d’État aux Colonies, 15 août 1918, CO 521/19.

18Lockhart s’est empressé de tirer parti de ces commentaires pour insister auprès du ministère des Colonies sur l’importance que représentait le fait de disposer d’une ligne de chemin de fer à Weihai Wei. Réexpédiant la lettre de Bourne, il écrivait à ses supérieurs à Londres qu’« il ne fait aucun doute qu’il est nécessaire de doter Weihai Wei d’infrastructures ferroviaires sur les lignes proposées par Mr. Bourne, si l’on souhaite que ce Territoire ait un jour de bonnes chances de se développer convenablement, et j’espère sincèrement que si l’occasion se présente de relier par train Weihai Wei à l’intérieur de la Chine, elle sera saisie »57. Son appel n’a pas été entendu, et jamais aucune ligne de chemin de fer n’a été construite. Le recrutement de dizaines de milliers de travailleurs pour la Grande Guerre aurait peut-être pu être, à cette époque, l’atout dont le territoire avait absolument besoin pour se distinguer des possessions britanniques ou des ports des traités voisins. Hélas, une décision prise à ses débuts allait empêcher Weihai Wei de profiter pleinement de cette consécration.

Bibliographie

Bibliographie

Archives Nationales de Grande Bretagne (The National Archives of the UK - TNA) : Public Record Office (PRO) : Colonial Office Series CO 521, CO 873 ; Foreign Office Series FO 371.

Airlie S., Thistle and Bamboo : The life and times of Sir James Stewart Lockhart, Hong Kong et New York, Oxford University Press, 1989. Reginald Johnston : Chinese Mandarin, Edinburgh, NMS Publishing, 2001.

Atwell P., British Mandarins and Chinese Reformers: the British administration of Weihaiwei (1898-1930) and the territory’s retum to Chinese rule, Hong Kong, Oxford University Press, 1985.

Griffin N. J., The use of Chinese labour by the British Army, 1916-1920; The “Raw Importation”, Its Scope and Problems, PhD thesis, University of Oklahoma, 1973.

Johnston R. F., Lion and Dragon in Northern China, Londres, J. Murray, 1910.

Lauterpacht H., Private Law Sources and Analogies of International Law, Londres, Longmans, 1927.

Tan C. G. S., British Rule in China: Law and the Administration of Justice in Weihaiwei 1898-1930, London, Wildy, Simmonds and Hill, 2008.

Willoughby W. W., China at the Conference, A Report, Baltimore, The Johns Hopkins Press, 1922. Foreign Rights and Interests in China, Taipei, Ch’eng-Wen Publishing Company, édition révisée et augmentée, 1966, 2 vols.

Young L. K., British Policy in China, 1895-1902, Oxford, Clarendon Press, 1970.

Bickers R., « Coolie Work », Journal of the Royal Asiatic Society, series III, vol. 5, 1995, p. 385-401.

Nish I. H., « The Royal Navy and the Taking of Weihaiwei, 1898-1905 », The Mariner’s Mirror, 1968, vol. 54, p. 39-54.

Notes

2 L’actuelle ville de Weihai (威海) est une extension de l’ancienne cité de Port Edward, qui abritait les bâtiments du Gouvernement britannique de Weihai Wei.

3 Il existe des lettres d’Eckford, de l’entreprise Cornabe, reflétant l’enthousiasme suscité par le projet consistant à faire de cette ville le port d’embarquement des coolies. Ces lettres présentaient à Lockhart les atouts du territoire et des hommes du Shantung, CO 873/172.

4 Lire le fascinant débat sur les pressions qui ont façonné la politique menée par la Grande-Bretagne en Chine vers la fin du xixe siècle, dans l’ouvrage de Young L. K., British Policy in China, 1895-1902, Oxford, Clarendon Press, 1970, p. 2-15.

5 La Russie a obtenu Port Arthur, Talien (Dalian 大连) et les terres environnantes de la péninsule.

6 Les autorités allemandes ont mis trop de temps à trouver un port leur convenant, et tandis que le temps s’écoulait, elles ont senti que la « Triple Intervention » ne leur permettrait pas d’exiger Kiaochou. « Heureusement » pour elles, deux missionnaires allemands ont été assassinés le 1er novembre 1897, ce qui leur fournissait une excuse pour la prise de Tsingtao.

7 Voir l’analyse de la concurrence grandissante subie par les intérêts britanniques et de la manière dont celle-ci a mené à la quête d’une « politique positive », les questions soulevées par la location du territoire de Weihai Wei et les débats au Cabinet : Young L. K., op. cit., 65-76.

8 Pour plus d’informations, consulter Atwell P, British Mandarins and Chinese Reformers : the British administration of Weihaiwei (1898-1930) and the territory’s retum to Chinese rule, Hong Kong, Oxford University Press, 1985, p. 10, et les sources qui y sont citées.

9 Nish I. H., « The Royal Navy and the Taking of Weihaiwei, 1898-1905 », The Mariner’s Mirror, 1968, vol. 54, p. 39-54.

10 « The Convention between Great Britain and China Respecting Weihai Wei », Parliamentary Paper, Treaty Series, no 14 (1898). Également signé en chinois. Elle est entrée en vigueur le jour de la signature et les instruments de ratification ont été échangés à Londres le 5 octobre 1898.

11 Il est fait mention de cette demande dans un télégramme du 6 octobre 1906 envoyé par Grey à John Jordan, FO 228/2621.

12 Grey (Foreign Office) to Sir John Jordan (Peking), Telegram ; and Grey to Jordan, 23 novembre 1906 et 21 novembre 1906, FO 228/2621.

13 Chinese Legation (Wang Tahsieh) to Grey, 20 décembre 1906 ; Grey to Jordan, 3 décembre 1906 ; Foreign Office to Wang Tahsieh, 4 janvier 1907 ; l’ensemble dans FO 228/2621.

14 Confidential Portions of a Report on the Civil Administration of Weihai-Wei by Mr G.T. Hare, 31 mars 1902, Eastern No. 80, confidentiel, CO 882/6/12, p. 388. Mat’ou devait être ultérieurement rebaptisée Port Edward. Hare avait servi plusieurs mois en tant que fonctionnaire du gouvernement de Weihai Wei en 1901 et 1902.

15 Confidential Memorandum, C.P. Lucas, 7 juin 1904, Eastern No. 86, Weihai Wei, CO 882/6/17.

16 Ibid.

17 Mémorandum traitant des perspectives d’avenir du territoire de Weihai Wei en tant que centre de commerce, en relation avec le territoire de Kiaochou (Jiaozhou 胶州) sous administration allemande et la Province du Shantung dans son ensemble, 9 septembre 1904, figurant au document confidentiel no 1, Jamieson to Lansdowne, Secretary of State for Foreign Affairs, Confidential Print FO 881/8284.

18 Le compte-rendu de la conférence a été publié dans Proceedings of Conference on Limitation of Armament held at Washington, 12 novembre 1921 - 6 février 1922, (français et anglais) ; une version courte est disponible dans Willoughby W.W., China at the Conference : a report, Baltimore, Johns Hopkins Press, 1922. Chez le même auteur, consulter Foreign Rights and Interests in China, Taibei, Ch’eng-Wen Publishing Company, édition révisée et augmentée, 2 vols, Taipei, 1966.

19 Memorandum by Stubbs, enc. to No. 1, Grindle to Foreign Office, 21 novembre 1921, FO 371/6645.

20 Pour des informations complémentaires au sujet des échanges entre Balfour et le ministère des Affaires étrangères pendant la Conférence de Washington, consulter Memorandum on the Rendition of Weihai Wei, FO 676/311. Même si, fin janvier 1922, Balfour avait convaincu le gouvernement britannique que Weihai Wei devait être cédé si la France et le Japon acceptaient également d’abandonner leurs droits, il avait, en fait, agi au-delà de ses instructions en annonçant la restitution de Weihai Wei sans conclure un accord précis avec la Chine à propos du maintien de l’usage de Liukung et du port par la Royal Navy.

21 Les quatre marchés étaient situés à Feng-lin (Fenglin 凤林L), Ch’iao-t’ou (Qiaotou 桥头), Ts’ao-miao-tzu (Caomiaozi 草庙子l) et Yang-t’ing (Yangting 羊亭).

22 Les cinq marchés supplémentaires étaient situés à Ku-shan-hou (Gushanhou 崮D山后), T’un-Hou-chia (Tunhoujia 屯侯嘉), P’o Yü-chia (Poyujia 泊于家), Peichiang-hsi (Beijiangxi 北港西) et Hsiao Yen-t’an (Xiaoyantuan 小盐疃) ; certains d’entre eux étaient originaires de l’extérieur de Weihai Wei : Annual Report for 1928, Colonial Reports – Annual, no 1446, FO 371/13899.

23 Ibid.

24 Le revenu annuel du territoire n’avait pas dépassé 105 934 $ (tous les montants sont indiqués en pesos mexicains) au cours de la période 1901-1911, puis était monté à 176 450 $ en 1919-20 pour culminer à 433 774 $ en 1929-30.

25 La déclaration selon laquelle l’administration britannique de Weihai Wei a été mise en place sans décret, tirée de Griffin N. J., The use of Chinese labour by the British Army, 1916-1920 ; The “Raw Importation”, Its Scope and Problems, PhD thesis, University of Oklahoma, 1973, p. 46-48, est incorrecte.

26 En 1910, on comptait 84 villages dans la Division nord et 231 villages dans la Division sud, Johnston R. F., Lion and Dragon in Northern China, London J. Murray, 1910, p. 129.

27 Ibid., p. 95.

28 Pour des travaux biographiques, consulter Airlie S., Thistle and Bamboo : The life and times of Sir James Stewart Lockhart, Hong Kong et New York, Oxford University Presse, 1989 ; et du même auteur Reginald Johnston : Chinese Mandarin, Edinburgh, 2001. Le nom de famille du premier est « Stewart Lockhart », mais pour des raisons pratiques, seul le nom « Lockhart » apparaît dans ce chapitre.

29 Johnston R. F., op. cit.

30 Les années passées par Johnston en tant qu’universitaire dans ce qui était alors l’École des Études Orientales sont étudiées plus en détail dans l’ouvrage de Bickers R, « Coolie Work », Journal of the Royal Asiatic Society, 1995, série III, vol. 5, p. 385-401.

31 Voir Atwell P., op. cit., p. 167.

32 Le ministère de la Guerre avait annoncé sa décision de se servir de Wei-hai Wei vers la fin septembre 1916.

33 May, Governor of Hong Kong, to Secretary of State for the Colonies, Telegram, received in Colonial Office on 9 October 1916, WO 32/11345. May indique que ces opinions étaient partagées par le consul général britannique à Canton.

34 Langley, Foreign Office to Under-Secretary of State, Colonial Office, 11 septembre 1916, WO 32/11345. Ce n’était pas la première fois que la question du recrutement de Chinois du nord était soulevée. Consulter Downing Street, Grindle (under Bonar Law’s instructions) to Under-Secretary of State, Foreign Office, 6 septembre 1916, WO 32/11345.

35 Jordan, Telegram, 26 septembre 1916, WO 32/11345.

36 Alston, Telegram, no 358, 24 novembre 1916, WO 32/11345.

37 Jordan to War Office, 12 novembre 1916, no 335, WO 32/11345.

38 War Office to Jordan, Draft Telegram, 14 novembre 1916, no 224, WO 32/11345.

39 Lockhart to Secretary of State for the Colonies, Telegram, 10 octobre 1916, CO 521/17 et WO 32/11345.

40 Report submitted to the Commissioner, 31 octobre 1916, CO 873/488.

41 Secretary of State for the Colonies to Governor General of the Union of South Africa, 26 octobre 1916, WO 32/11345.

42 Ces améliorations et transformations sont mentionnées dans : War Office to the Secretary of State for the Colonies, 21 septembre 1918, CO 521/19.

43 9 novembre 1916, Senior District Officer to Messrs Lavers and Clark, CO 873/488.

44 Telegram, 16 octobre 1916, CO 521/17.

45 Report of Inspector PD Crawley, Acting Financial Assistant, enc., Lockhart to Secretary of State for the Colonies, 31 janvier 1917, CO 521/18. Vingt agents spéciaux ont été recrutés pour commencer, mais leur nombre a augmenté au cours de l’année 1917.

46 Report of Inspector Whittaker, Annual Reports for 1917, CO 873/518.

47 Report of the Junior District Officer, Annual Reports for 1917, CO 873/518.

48 Ibid.

49 Under-Secretary of State, Foreign Office to Secretary of the Army Council, 30 décembre 1916, WO 32/11345.

50 Alston, Telegram, no 361, 13 août 1917, FO 371/6602.

51 Ibid.

52 Telegram, no 293, Jordan, FO 371/6602.

53 “Report on the Demobilization of the Chinese Labour Corps”, GS Moss, War Office Emigration Agency, 31 octobre 1920 ; Austin to Earl Curzon of Kedleston, 16 mai 1921, FO 371/6602. Les autres centres de paiement étaient situés à Tsinan, Choutsun (Zhoucun 周村) et Weihsien.

54 “Report on the Demobilization of the Chinese Labour Corps”, GS Moss, War Office Emigration Agency, 31 octobre 1920 ; Austin au Comte Curzon de Kedleston, 16 mai 1921, FO 371/6602.

55 Archer, Vice-Consul, Vice-Consulate, Tsingtao, to Alston, Pékin, 13 juin 1921 : FO 371/6602.

56 Coolie Depot, 9 Aug 1918, TJ Bourne (War Office Representative) to Lockhart, CO 873/538.

57 Consulter Lockhart pour le secrétaire d’État aux Colonies, 15 août 1918, CO 521/19.

Auteur

Maître de conférences en Droit ; chaire au Centre of South East Asian Studies (SOAS) ; chaire au Centre of East Asian Law (École de Droit, SOAS). Les noms de lieux ont été orthographiés sous leur forme contemporaine. Tous les documents officiels utilisés dans ce chapitre proviennent des archives nationales (The National Archives, TNA) et du Public Record Office (PRO) basé à Kew, en Angleterre. L’auteur souhaite remercier le Dr. Judy Maxwell et le relecteur anonyme pour leurs précieux commentaires sur les versions précédentes de ce chapitre. Toute erreur reste de la responsabilité de l’auteur.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site