Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale

 | 
Li Ma

Chapitre 1. Recrutement et transport vers la France en guerre

La « mission Truptil » et les travailleurs chinois en France

Li Ma

Résumé

Dans cet article, nous cherchons à répondre aux questions suivantes : que faisaient 140 000 travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale alors que cette guerre était essentiellement européenne ? Quel a été le processus d’acheminement ? Où se trouvaient-ils, et pourquoi faire ? Quelles étaient les différences entre ceux qui étaient recrutés par les Français et ceux qui l’étaient par les Britanniques ? Nous faisons un rappel historique du parcours de ces 140 000 jeunes hommes, qui parfois ignoraient complètement le sort qu’on leur réservait. Nous examinons les décisions politiques prises pour impliquer les travailleurs chinois en France dans la Grande Guerre, et les initiatives des Français dans le cadre de la « Mission Truptil » ainsi que leurs conséquences sur le sort de ces travailleurs.

Texte intégral

L’initiative des Français et la « mission Truptil »

Les moyens humains et les décisions politiques concernant le recrutement des travailleurs chinois

  • 1 Arrêté du 1er mars 1916 pris par le ministre du travail, cité par Viet V., « La politique de main- (...)

1Alors que la guerre ravageait le front de l’Ouest, la France comme le Royaume-Uni ont chacun fait appel à leur Empire colonial. Des hommes venant de tous les continents combattaient pour eux : des Sénégalais, Maliens Antillais, des Maghrébins, Algériens, Marocains, Tunisiens, Malgaches, des Africains du Nord, et d’Afrique Noire, et des Indochinois… pour les Français ; des dominions (Afrique du Sud, Australie, Canada, Nouvelles-Zélande), et ses colonies (l’Inde, le Bangladesh, le Pakistan, etc.) pour les Britanniques. Cette guerre prévue pour être courte était devenue une guerre longue et meurtrière. Le gouvernement français était confronté à un manque de moyens humains, d’une part pour combattre sur le front occidental, mais aussi pour assurer la main-d’œuvre à l’arrière du front. Il a donc créé une « Commission interministérielle de la main-d’œuvre (CIMO) » au début de septembre 1915 auprès du ministère du Travail, avec pour mission « le recrutement de la main-d’œuvre nationale et étrangère nécessaire aux exploitations industrielles, commerciales et agricoles et particulièrement aux établissements publics et privés travaillant pour la défense nationale1 ». Dès 1915, la question de faire appel à la main-d’œuvre chinoise se posait :

  • 2 Lettre du ministre des Affaires étrangères au ministre de la Guerre, le 11 juin 1915, Archives du (...)

M. Conty me répond que le recrutement de main-d’œuvre asiatique ne lui semble possible que sous certaines conditions et moyennant des précautions. […] On pourrait recruter de nombreux travailleurs par engagement contractuel mais l’assentiment des autorités chinoises serait nécessaire. Le gouvernement chinois interdit à ses sujets de s’engager au service des États belligérants : les engagements devraient être théoriquement pour le compte de l’entrepreneur nommément désigné et pour l’industrie privée ou agricole2.

  • 3 Li Yumin 李育民, Zhongguo feiyueshi 中国废约史v (L’histoire de l’abolition des traités inégaux en Chine), (...)
  • 4 Voir « Fulu : zhongguo daibiao tichu feichu 1915 nian ZhongRi xieding shuotie 附录:中国代表提出废除£一@九E一@五­ (...)

2Il est cependant à souligner que des propositions de participer à la guerre aux côtés des Alliés avaient déjà été évoquées par le gouvernement chinois fin août 1914, et aussi en juin et au début de novembre 1915 à travers l’envoi d’effectifs aux Alliés3. Mais ces propositions ont aussitôt avorté, car elles ont suscité des oppositions internes à la Chine, mais aussi des rejets, notamment de la part des Japonais qui acceptaient mal que des Chinois puissent plus tard s’asseoir avec eux à la table des négociations de paix. L’opposition japonaise avait peut-être aussi pour motivation de récupérer éventuellement des concessions allemandes en Chine4, dont Qingdao, qui était déjà à leur portée.

  • 5 Chen San-ching (Chen Sanjing), Huagong yu Ouzhan 华工u与O欧战 (Les travailleurs chinois et la Guerre eu (...)

3Après différents contacts pris par l’Ambassadeur français Alexandre Robert Conty avec Liang Shiyi, l’influent secrétaire général du président chinois Yuan Shikai, promoteur d’une participation de la Chine dans la guerre au côté des Alliés, la France et la Chine optaient pour l’envoi de travailleurs chinois en substitution à des effectifs armés : Yigong daibing 以工代兵. Cette proposition de Liang pouvait non seulement répondre au besoin urgent des Français, mais également éviter des problèmes liés au débat concernant l’envoi de troupes chinoises, et l’entrée en guerre de la Chine. Par ailleurs, les problèmes budgétaires de la Chine ne lui permettaient pas de faire la démarche d’envoyer des soldats chinois sur le front occidental. D’autre part, l’option de Yigong Daibing était un moyen de maintenir la neutralité de la Chine pour éviter d’éventuelles attaques allemandes à son encontre, tout comme éviter d’avoir des victimes chinoises militaires sur le front occidental. Non seulement ceci satisfaisait la demande des Français mais cela permettait aussi à la Chine de poser quelques conditions en contrepartie de cet envoi de main-d’œuvre5, en le considérant comme sa participation à la cause des Alliés dans la guerre. Pour la France, le fait d’avoir un soutien de main-d’œuvre illimitée ne pouvait pas mieux tomber pour combler ses immenses besoins de moyens humains.

La mission Truptil

  • 6 Le capitaine de Lapomarède, Attaché militaire en Chine et au Japon, à Monsieur le Général Commanda (...)
  • 7 Ibid.
  • 8 Qinghua daxue zhonggong dangshi jiaoyanzu 清华大j学中¤共@党Þ史v教Ð研ã组 (Groupe d’enseignement et de recherch (...)

4L’accord auquel sont parvenues les deux parties, française et chinoise, pour l’envoi des civils volontaires chinois pour la France exigeait un processus de négociation. Le 17 janvier 1916, le ministère de la Guerre envoya son représentant, le lieutenant-colonel Truptil, accompagné par un délégué du ministère du Travail et deux médecins militaires en Chine. Ils étaient chargés de négocier le recrutement des 50 000 travailleurs chinois6. Truptil se faisait passer pour un ingénieur agronome pour cette mission, qu’on appelle dans les archives françaises la « Mission Truptil »7. La Chine n’étant pas engagée dans le conflit, pour éviter une implication officielle du gouvernement chinois, qui pourrait nuire à sa position de neutralité, le recrutement passa par une compagnie « privée », la société Huimin 惠民. Cette société était en réalité créée par Liang Shiyi et son ami Ye Gongchuo 叶恭缚, vice ministre du Transport, à travers la Banque de communications (Jiaotong yinhang 交通银行æ), dans le but de s’occuper de ce recrutement8. Le directeur de la même banque, Liang Ru 梁汝 est également devenu le directeur de la société Huimin.

  • 9 Voir Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 16, et également « Note sur la mission chargée de recruter d (...)

5La première mission de Truptil a été un échec, essentiellement dû aux problèmes des Français : une mésentente entre le ministère de la Guerre, représenté par Truptil, et le ministère des Affaires étrangères, représenté par Alexandre Robert Conty. Ce dernier, qui avait déjà eu une entente avec Liang Shiyi, n’avait pas été ravi de la Mission Truptil, et son tuteur, le ministère des Affaires étrangères n’était pas satisfait non plus de cette intrusion d’un autre ministère9. Les désaccords et le manque de coordinations de la partie française mettaient en difficulté le recrutement. Mais les négociations restaient également assez difficiles. D’une part, il fallait satisfaire les exigences de la partie chinoise, qui n’ont finalement été satisfaites que lors de l’adoption de garanties dans le contenu du contrat : la garantie du caractère non militaire du travail, la durée, les conditions de travail, de séjour, de salaires, de l’accueil et du retour des travailleurs, etc. D’autre part, pour la partie française, le recrutement et le contenu du contrat devaient être également examinés par la CIMO où siégeaient des délégués de la CGT et des représentants du patronat. D’abord, il fallait être en conformité avec la législation du travail et celle de la protection de la liberté ouvrière imposée par le ministère du Travail ; mais les débats portaient également sur plusieurs autres volets. D’un côté, on reconnut le besoin réel d’une main-d’œuvre chinoise, de l’autre, on imposa des exigences dans le but de prévoir une immigration chinoise qui pourrait, à terme, nuire à l’intérêt des ouvriers français, avec le risque de recruter une main-d’œuvre à bon marché. C’était d’ailleurs dans ce sens que la CGT a fait réviser le contrat :

  • 10 XIXe Congrès national corporatif (XIIIe de la C. G. T.) (Tenu à Paris, Maison des Syndicats du 15 (...)

Par cette commission, nous avons obtenu la révision complète du premier contrat d’engagement des travailleurs chinois qui seront désormais, pour un nombre limité et pour une durée déterminée, recrutés par les éléments républicains et révolutionnaires chinois […] nous avons l’engagement du gouvernement que la main-d’œuvre étrangère ne sera jamais un obstacle au travailleur de retour du front pour reprendre sa place10.

  • 11 « Li Jun diyici baogao 李骏第Ä一@次¸报告i » « 1er rapport de Li Jun », 4 décembre 1917, dans le carton du (...)

6Enfin, après avoir réglé les différentes exigences entre les deux parties, et après deux longs mois de discussions, un contrat a été signé le 14 mai 1916 par Truptil, représentant la partie française, et par le directeur de la toute nouvelle société Huimin pour la partie chinoise. Celle-ci se chargerait des recrutements et la partie française de leur transport et de leur séjour en France11.

  • 12 Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 58 ; voir également Chen Sanjing, Lu Fangshang 吕芳Ú上W, Yang Cuihua (...)
  • 13 Fenggang ji mendizi 凤冈及Î门弟Ì子l éd., Sanshui Liang Yansun xiansheng nianpu 三水梁燕孙先ý生Í年~谱 (Chronologie (...)

7D’autres points méritent d’être soulignés : malgré le caractère civil et privé affiché par les deux parties, il s’agissait en réalité d’une intervention intergouvernementale des Français et des Chinois, ce qui n’a pas échappé aux yeux des Allemands et de l’Autriche-Hongrie, puisque leur protestation au sujet de ce recrutement ne s’est pas faite attendre12. Par ailleurs, après la signature de l’accord entre les deux parties, la partie chinoise demanda l’approbation de son ministère des Affaires étrangères, avant de procéder au recrutement des travailleurs chinois13.

Recrutements

Le contrat de recrutement de Huimin

  • 14 Voir le contrat du « Huimin gongsi hetong 惠民公司合同 » (« Contrat de Huimin »), reproduit par Chen San (...)

8Le contrat de Huimin est composé de 28 clauses14, très complexes et détaillées au point de préciser la quantité d’habits et de nourriture à distribuer aux travailleurs, le contenu des repas, le chauffage, la manière de distribuer leur salaire. Il était aussi précisé qu’en cas de maladies, notamment la syphilis, les ouvriers seraient soignés gratuitement, nourris et logés, mais avec un salaire journalier réduit d’une partie voire de sa totalité. Plusieurs caractéristiques importantes méritent d’être soulignées dans ce contrat d’embauche. D’abord, les travailleurs recrutés devaient être des jeunes hommes de 20 à 35 ans bénéficiant d’une excellente santé. Avant d’être recrutés, ils devaient subir un examen médical pour le confirmer (art. 24. b). D’autres points :

Neutralité et protection des travailleurs contre des injustices éventuelles :

  • Conserver la neutralité de la Chine ; les travailleurs recrutés doivent être volontaires et civils, ils travailleront dans des usines ou dans des fermes pour les travaux agricoles, ils ne doivent participer à aucun des travaux liés à la guerre. Le gouvernement français avec son représentant en Chine doit se porter garant sur ce point (art. 1).
  • Le gouvernement chinois pourrait en cas de nécessité envoyer un fonctionnaire diplomate en mission en France, pour observer les conditions de travail et de vie des ouvriers (art. 14).
  • Pendant leur séjour, les travailleurs chinois jouissent des mêmes droits que les citoyens français, du travail et de la protection de la liberté ouvrière ; de la liberté de croyance et de religion. Les employeurs français ont le devoir de les protéger de toutes sortes de maltraitances qui pourraient par exemple être infligées par d’autres travailleurs d’autres nationalités (art. 15).

Durée du contrat et du travail :

  • La durée du contrat d’embauche était de 5 ans, mais prévoyait que l’engagement pouvait être résilié au gré de l’employeur au bout de trois ans. Par contre, les interprètes ont un contrat de 2 ans, mais qui pouvait être renouvelable (art. 3 ; art. 18 ; art. 25).
  • La durée du travail est de dix heures par jour, mais les travailleurs chinois ont le même droit à des jours de repos que les ouvriers français. Ils ont également droit à une journée de congé pour la fête nationale chinoise (art. 9).

Obligations des employeurs :

  • L’embarquement et le rapatriement des travailleurs chinois sont gratuits et pris en charge par la partie française (art. 5).
  • En cas de blessures dues à un accident de travail, l’employeur a le devoir de les soigner et de les indemniser. Si le blessé devient invalide, il a droit aux allocations à vie. Et en cas d’accident mortel, la famille de la victime a droit à une indemnité de 135 francs si la mort est survenue avant 6 mois après la signature du contrat, et 270 francs après 6 mois.

Primes pour les travailleurs :

  • Chaque Travailleur recruté reçoit une prime de 50 francs pour sa famille, avant de quitter la Chine (art. 8).15
  • Huimin bénéficiait d’une prime de 100 francs par ouvrier recruté (art. 24. a).

9Enfin, selon le contrat, Huimin devait se charger de recruter 50 000 travailleurs au total, et dès sa signature, la société procéderait au recrutement de 2 500 travailleurs pour un embarquement immédiat (art. 2).

  • 16 Voir le contrat de « Shanghai Jijiang hetong ji gugong zhangcheng 上海机匠合同及雇工章程 » (Contrat de recrut (...)

10D’autres points sont à soulever en ce qui concerne le recrutement français : bien que ceci concernait la majorité des travailleurs, ceux-ci ne furent pas tous régis par le même contrat ni recrutés tous par Huimin. Certains contrats ne duraient que 2 ou 3 ans, par exemple certains ouvriers spécialisés en mécanique recrutés par la Mission Truptil à Shanghai16. Leur salaire a également varié : 5 francs 50 centimes/jour en général, et pour les contrôleurs, 8 francs 25 centimes/jour.

  • 17 Conférence Interministérielle de la main-d’œuvre : Procès-verbaux, séance du 24 février 1917, AN, (...)

11Les recrutements ont été entrepris dès la signature du contrat avec Huimin et, le 24 août 1916, un premier groupe de 1698 travailleurs chinois recrutés par une filiale de Huimin de Tianjin débarqua à Marseille17.

  • 18 Il semble que les salaires furent augmentés vers 1920 en France, voir Marianne Bastid-Bruguière da (...)

Tableau 1 : Salaires des travailleurs recrutés par la société Huimin18.

Tableau 1 : Salaires des travailleurs recrutés par la société Huimin18.

Les recrutements et les chiffres

  • 19 Voir la note 17.
  • 20 Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 26-29.

12La Société Huimin a créé quatre filiales à Tianjin, à Hong-Kong, à Pukou 浦口 et à Qingdao. 31 656 travailleurs ont été recrutés par la société dans ces quatre villes où ses quatre filiales avaient installé des points de recrutements19. Mais les recrutements des travailleurs n’étaient pas le monopole de la Société Huimin, même si Huimin s’est chargée de la majorité de cette tâche. Par la suite, d’autres compagnies privées chinoises (8 compagnies environ) ont participé aux recrutements, dans un but lucratif puisque les bénéfices étaient assez élevés20. Il faut également souligner que le processus de recrutement était sous la tutelle des gouvernements français et chinois, malgré son caractère officiellement privé.

  • 21 Fufa qinggong jiaxue, op. cit., vol 1, p. 198-215. La proposition de la fondation a été faite par (...)
  • 22 Le Mouvement avait été mis sur pied dès février 1912 à Pékin avec la fondation d’une association L (...)
  • 23 Fufa qinggong jiaxue, op. cit., vol 1, p. 238. Cependant Marianne Bastid-Bruguière (voir dans ce v (...)
  • 24 Le ministère du Travail et de la prévoyance sociale à Monsieur le ministre de la Guerre, 14 octobr (...)
  • 25 Voir Marianne Bastid-Bruguière pour les recrutements de Canton et de Hong Kong par l’intermédiaire (...)
  • 26 Voir « Guowuyuan qiaogong shiwuju diwuci tiaocha zai Fa huagong qingxingshu 国务院|侨工u事Æ务局½第Ä五­次¸调查d在 (...)
  • 27 « Le Président du Conseil à Monsieur le Ministre de la Marine », le 25 septembre, 1919, SHD-Archiv (...)
  • 28 Marianne Bastid-Bruguière dans ce volume a vérifié les chiffres auprès des archives du ministère d (...)
  • 29 Voir « Guowuyuan/Rapport 5 », op. cit.
  • 30 Xu Guoqi, China and the Great War. China’s pursuit of a new national identity and internationaliza (...)

13Certaines entreprises françaises sous tutelle des autorités françaises ou qui étaient subordonnées à l’autorité de la Mission Truptil sont aussi venues en Chine pour réaliser des recrutements, tout en étant indépendantes de Huimin. C’est le cas de la Société franco-chinoise d’éducation (Huafa jiaoyu hui 华法k教Ð育|会), fondée en 29 mars 1916 à Paris21 par les artisans du Mouvement de travail diligent et d’études frugales en France du 1912-192522 qui a également participé au recrutement dans le Yunnan et dans le Guangxi23 en octobre 1916. D’autres recrutements ont eu lieu également dans le Yunnan (Mission Louis Grillet24), dans le Sichuan, à Canton, à Hong Kong et à Shanghai25. Au total, les travailleurs chinois recrutés par les Français jusqu’au 19 octobre 1918, étaient au nombre de 36 96526. D’autres sources indiquent 36 93927 ou 36 94128. Cependant, il faudrait rester prudent pour donner un chiffre exact. D’abord, les autorités chinoises ont relevé un autre chiffre de 40 000. D’autre part, les archives françaises présentent de petites différences selon des sources indiquées. Les rapports des responsables et représentants des autorités chinoises (voir le rapport de Li Jun29, responsable des affaires des travailleurs en France du Bureau du Conseil d’État chargé de l’affaire des travailleurs chinois d’Outre-Mer) et françaises ont donné également des chiffres un peu contradictoires avec parfois un écart de plusieurs milliers (rapport datant du 22 octobre 1918 de l’ambassadeur français en Chine Auguste Boppe, indiquant un chiffre de 40 42930). Le chiffre arrondi souvent proposé par les historiens qui ont étudié l’affaire, et également diffusé par les médias est de 140 000 au total pour les travailleurs chinois en France, ce qui correspond à 40 000 sous l’autorité française, et 100 000 sous l’autorité britannique.

Lieux du recrutement et du départ des travailleurs

  • 31 Carte conçue par Denis Marin, cartographe au Laboratoire d’Océanologie et de Géosciences (Universi (...)

14Les principaux points de recrutements pour les Français étaient dans les villes et ports ouverts à Tianjin, Qingdao, Pukou, Shanghai, Guangzhou et Hong Kong (voir la figure 131), les Chinois recrutés venaient des provinces de l’est de la Chine : Hebei, Shandong, Henan, Jiangsu, Anhui, Hubei, Hunan, Jiangxi, Guangdong, Guangxi, mais la majorité était des hommes venant du nord-est de la Chine, du Shandong (figure 1). La raison de cette préférence pour des travailleurs venant du Shandong était principalement le fait de leur « bon physique » exigé pour le travail :

  • 32 Le capitaine de Lapomarède, op. cit., Pékin, 16 avril 1916.

La main-d’œuvre chinoise, surtout celle du Nord, doit nous donner satisfaction. Sobre, robuste, endurant et docile, l’ouvrier du Nord s’adaptera à notre climat et à des travaux même pénibles n’exigeant qu’un effort mécanique. Il ne s’agit bien entendu que d’hommes de peine, de coolies, de terrassiers. Le recrutement d’ouvriers d’art serait plus limité à Chang-Haï32.

  • 33 Des appellations sur ces travailleurs chinois volontaires comme « coolies », « la main-d’œuvre exo (...)
  • 34 Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 36-37 ; voir également « Li Jun dierci baogao 李骏第Ä二G次¸报告i » (2e r (...)

15Il s’agissait donc d’hommes robustes, forts physiquement, de coolies33 pour les travaux pénibles. La force physique de ces travailleurs permit de les utiliser pour les travaux pénibles comme dockers, mineurs et pour des travaux de reconstruction (hormis une petite partie des ouvriers spécialisés recrutés venant de Ningbo, Shanghai et de la région de Canton). Tous ces travailleurs étaient jeunes, et la plupart étaient des paysans, ou des migrants flottants (des paysans sans terre, ni travail), des serveurs, soldats, porteurs, vendeurs, employés de services, coiffeurs, ouvriers, mais la majorité restait des paysans très pauvres ou sans terre, généralement des illettrés34.

Figure 1 : Provinces d’origine des travailleurs chinois (rose) et villes de recrutement pour les Français et les Anglais.

Les Britanniques dans les pas des Français : le recrutement du Chinese labour Corps

Les négociations

  • 35 Par ailleurs, dès juin 1915, Liang Shiyi a contacté le colonel britannique, Attaché militaire en p (...)
  • 36 Parliamentary Debates, House of Commons, 5th ser., 24 juillet 1916, col. 1379 ; cité par Griffin N (...)
  • 37 Griffin N. J., op. cit., p. 34.
  • 38 Ibid., p. 43.
  • 39 Summerskill M., op. cit., p. 52-54 ; PRO, WO 32/11345, Recruitment of Chinese Labour, Jordan, Peki (...)
  • 40 Voir Griffin N. J., op. cit. ; Summerskill M., op. cit. ; Chen Sanjing op. cit., 1986, pour la par (...)

16Du côté des Britanniques, la question du recrutement des travailleurs chinois a été soulevée durant l’été 1916. Les Britanniques pourtant étaient jusqu’alors réticents à l’idée des Français de recruter de la main-d’œuvre chinoise35. En effet, les intérêts britanniques étant différents, notamment du fait de « l’alliance anglo-japonaise de 1902 ». Le Japon ne voyait pas d’un bon œil une participation de la Chine à la guerre en France parmi les Alliés. Il voulait pouvoir récupérer les zones d’influences allemandes en Chine. Or, la bataille de la Somme, notamment en juillet 1916, a causé de très lourdes pertes aux Alliés. Les combats du 1er juillet ont coûté aux Britanniques en un jour 60 000 victimes dont 19 240 morts. Au total, le bilan des victimes était de 620 000 alliés, et principalement des Britanniques avec plus de 400 000 hommes hors de combats dont la moitié était morts ou disparus. Suite à ce drame humain, les Anglais voyant les Français qui recrutaient des travailleurs chinois avec la Mission Truptil, changèrent de position, et décidèrent de suivre l’exemple des Français. La question du recrutement de la main-d’œuvre a été soulevée par Winston Churchill, et a été débattue le 24 juillet au House of Commons36. Le Secrétaire à la Guerre David Lloyd George, durant l’été 1916, exprima son soutien à l’utilisation de cette main-d’œuvre sur le sol français37. Le 14 août, les Britanniques ont informé Aristide Briand, alors Président français, de leur intention de recruter de la main-d’œuvre chinoise38. En octobre de la même année, le War Office envoyait son représentant Thomas J. Bourne accompagné de deux assistants en Chine pour entreprendre le recrutement du Chinese Labour Corps (CLC). Bourne est arrivé à Pékin fin octobre39, et partit 3 jours après à Weihai (le territoire à bail des Britanniques), pour entamer le recrutement, mais sans grand succès. Le bruit courut à Weihai, que les Chinois recrutés seraient utilisés pour combattre, et Bourne s’inquiétait également des obstacles au recrutement de la part des autorités locales chinoises. Par ailleurs, le recrutement à Weihai était différent de celui des Français ; il ne s’agissait pas d’une coopération, ce qui était aussi une des raisons des difficultés rencontrées. En fait, les Britanniques ne voulaient pas impliquer les Chinois dans leurs affaires, pour éviter toutes sortes de négociations40.

  • 41 Voir Ma L., dans l’introduction de ce volume.
  • 42 Voir la suite de l’article.
  • 43 Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 20 ; « Fa zhu Ying Shigongshi dian 发驻英^施I公使电 » (Télégramme à Son (...)

17Étant donnés certains obstacles rencontrés au début du recrutement, les Britanniques se sont donc rapprochés du gouvernement chinois pour demander leur soutien. Or les recrutements des trois Alliés (la Russie ayant effectué un recrutement de fin 1915 à 191741) ont amené la protestation des Allemands, qui ont fait savoir aux autorités chinoises leur mécontentement42. Inquiet, mais profitant par ailleurs de ce besoin urgent des Alliés, le gouvernement chinois a posé au gouvernement anglais quelques conditions afin de faciliter les recrutements du CLC sur son territoire. Ces conditions étaient principalement43 :

  • Rallongement de 50 années pour le paiement des indemnités (indemnités des Boxers) du « Protocole de paix Boxer » (Traité de 1901) sans augmentation des intérêts.
  • Révision et augmentation du tarif douanier.
  • Participation de la Chine à la conférence de la paix si d’autres pays neutres y participaient.
  • 44 Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 21-22 ; « Shou Ying Shigongshi dian 收英施公使电 » (Télégramme reçu de (...)

18Les Anglais ont donné une réponse vague en deux points : fournir une protection à la Chine en cas d’agression des Allemands, et un avis favorable pour alléger les problèmes financiers chinois44. Le 14 mars de la même année, la Chine décida de rompre ses relations diplomatiques avec l’Allemagne en échange d’une suspension du paiement des indemnités aux Alliés jusqu’à la fin des hostilités, et le 14 août 1917, la Chine du gouvernement de Duan Qirui 段祺瑞 déclarait la Guerre à l’Allemagne et à l’Autriche-Hongrie.

Recrutement

  • 45 Pour une analyse détaillée du choix de Weihai, voir Carol Tan dans ce volume ; voir également Summ (...)
  • 46 Plus de 50 000 travailleurs chinois ont été recruté en 1903-1904. Ensor R. C. K., England : 1870-1 (...)
  • 47 PRO, WO 32/11345, Recruitment of Chinese Labour, Under-Secretary of State for the Colonies, London (...)
  • 48 PRO, WO 32/11345, Recruitment of Chinese Labour, Hordan, Peking, to Foreign Office, London, 22 oct (...)

19Au début de cette mission, le choix d’une base pour un recrutement rapide était Hong Kong, mais l’administrateur anglais de Weihai insistait sur les avantages du choix de Weihai comme lieu idéal pour le recrutement45. Le choix de Weihai présentait en effet certains avantages opportuns : le lieu était parfait pour attirer des hommes forts, et en bonne santé mais pauvres, du Nord-Est, que les Français et Anglais appréciaient tant, et ensuite, il suffisait de les embarquer directement dans des bateaux pour la France. C’était également le lieu du recrutement des Chinois en 1903-1904 par les Britanniques pour les mines d’or d’Afrique du Sud. Certains Anglais trouvaient que les Chinois travailleurs en Afrique du Sud étaient très doux et obéissants, même face à des traitements inhumains46. Par ailleurs, Bourne a demandé d’utiliser l’ancien dépôt des recrutements à Weihai, inoccupé et appartenant à la Witwatersrand Native Labour Association de Johannesburg47. On songeait également à utiliser les mêmes types de bateaux que ceux utilisés pour le transport en Afrique du Sud, et de payer les mêmes recruteurs (des sociétés privées), pour un même tarif de 1 livres dix-sept shillings et six pence par homme recruté48.

20Outre Weihai, Qingdao était également devenu une base pour le recrutement du CLC (figure 1). Par ailleurs, certains missionnaires ont joué un rôle important dans le recrutement. Par exemple, des missionnaires britanniques baptistes ont été utilisés pour le recrutement de travailleurs dans le Shandong, comme l’indique la citation suivante :

  • 49 Williamson H. R., British baptists in China, 1845-1952, London, The Carey Kingsgate Press, 1957, p (...)

About 70, 000 Chinese were recruited in Shantung [Shandong] alone. The services rendered by our missionaries in this special work were greatly appreciated, not only by the British Government, but especially by the coolies and their families49.

  • 50 Chinese Labour Ordinance, as Amended in Committee and Submitted to the Legislative Council of the (...)
  • 51 Selon les contrats reproduits par Chen Sanjing, dans son ouvrage, voir Chen Sanjing, op. cit., 198 (...)
  • 52 Voir le contrat des Anglais chinois : « Yingren zhaogong hetong », op. cit.
  • 53 « Zhongguo canzhan zhi yiwu 中国参战之§义务 » (Le devoir de la Chine de participer à la guerre), Shanghai (...)

21De même le contrat du CLC ressemblait beaucoup à celui des mines d’or de 1903-190450. La durée du contrat était de trois ans, mais prévoyait que l’engagement pouvait être résilié au gré de l’employeur au bout d’un an. Les travailleurs chinois des Britanniques avaient tous le même type de contrat. Certains points ont été inspirés de celui de Huimin, mais avec un contenu beaucoup plus simple, même si le contrat contenait 23 Clauses (le contrat de Huimin fait 13 pages, alors que le britannique est de 4 pages et demie51). Il est limité aux questions pratiques, comme l’âge des recrues (20-40 ans), l’alimentation fournie, et le salaire (1 franc pour les non qualifiés, 1 franc 50 pour les ouvriers spécialisés), la garantie de ne pas participer aux travaux militaires, et de rester à une distance minimum de 16 kilomètres du front52. Ce contrat restait volontairement vague sur certains points, par exemple sur le type de travail, et les questions de la protection des droits des ouvriers, etc. La durée du travail était de sept jours sur sept, 10 heures par jour sans jour de repos (sauf quelques jours accordés pour les jours fériés chinois). La proximité du front a fait qu’il est arrivé que certains membres du CLC combattent contre les Allemands ou subissent des bombes allemandes53.

  • 54 L’erreur dans les chiffres est assez importante, et le chiffre exact est toujours inconnu faute de (...)

22Les premiers départs du CLC pour la France ont eu lieu en janvier 1917. Jusqu’en mars 1918, les départs ont été assez réguliers. Le nombre total de CLC recrutés par les Britanniques s’est élevé à environ 94 000. Comme pour la partie française, leur nombre exact est encore aujourd’hui inconnu : selon le Bureau des Affaires des travailleurs chinois émigrés du gouvernement chinois, le nombre de CLC recrutés est estimé à 100 000 hommes, alors que le gouvernement anglais a donné un chiffre de 93 474. L’écart est d’environ 6 000 personnes, ce qui est un nombre important54.

  • 55 Blick J., « The Chinese Lalor Corps in World War », in Papers on China, IX, Cambridge Mass., Harva (...)

23Les travailleurs recrutés ont tous subi un examen médical dans le seul but de choisir des hommes forts et en excellente santé physique. La sélection était sévère, il arrivait parfois que plus de 60 % des volontaires soient refusés en raison de petites maladies, par exemple le trachome55. En ce qui concerne les origines des hommes recrutés, tant pour les Français que pour les Anglais, ils venaient principalement du Shandong et aussi du Hebei (figure 1). La majorité était des paysans pauvres et illettrés. Les recrutements des Britanniques ont commencé en janvier 1917, et pris officiellement fin en avril 1918.

Concurrence française et britannique dans les recrutements et les protestations de l’Autriche-Hongrie et de l’Allemagne

Concurrence dans les recrutements

24Il est également à souligner que les Français et les Britanniques sont parfois entrés en concurrence dans le recrutement des jeunes hommes chinois. Les Français ont eu du mal à recruter rapidement, contrairement aux Britanniques, qui étaient bien organisés au niveau administratif, et qui occupaient aussi les deux villes-ports de Weihai (concession anglaise), et de Qingdao (ville occupée par son allié Japonais depuis novembre 1915), lieux idéaux pour cet exercice de recrutement de coolies robustes du Nord-Est. D’autre part, le manque classique de coordination entre les administrations françaises, et la concurrence interministérielle qu’ils se livraient nuisaient au recrutement. Mais il faut également souligner que l’occupation par les forces françaises du quartier « Laoxikai 老西开 » de Tianjin ne faisait qu’aggraver les choses, et a entraîné un sentiment anti-Français qui n’était bien sûr pas favorable au recrutement des Français voire des Britanniques (ce fut un obstacle au début de leur recrutement).

  • 56 Charbonnier J. et Charbonnier J-P., Christians in China : A.D. 600 to 2000, San Francisco, Ignatiu (...)

25L’affaire de Laoxikai (l’incident de l’église de Tianjin) fut en fait une extension de la concession française qui a été imposée au gouvernement chinois. Dès 1913, la France fit construire une église (Saint-Joseph) dans le quartier Laoxikai sans permission des Chinois, et en 1914, le consul français de Tianjin a déclaré que le quartier faisait partie désormais de la concession française, et que la police chinoise devait quitter les lieux. Ceci amena de vives répliques de la part du gouvernement chinois, et après deux ans de disputes, le 18 octobre 1916, les autorités françaises envoyèrent un ultimatum aux autorités chinoises demandant le retrait de la police chinoise dans les 48 heures. Le 20 octobre, les forces de l’ordre françaises occupèrent le quartier, ce qui amena la révolte de la population locale. Le 25 octobre, une assemblée générale eut lieu à Tianjin, pour instaurer un boycott des Français dans tous les domaines. Enfin, l’affaire se figea dans une situation d’ambiguïté sans issue : les Chinois sont restés fermes face à cette occupation forcée des Français56, mais ces derniers ne sont pas partis pour autant.

Protestations de l’Autriche-Hongrie et de l’Allemagne

  • 57 Voir Chan Sanjing., op. cit., 1986, p. 49-59. L’auteur a déjà rapporté une description des protest (...)
  • 58 « Huimin gongsi zhaogong dang (yi) » (Archives du recrutement de la société Huimin, vol. 1), cité (...)
  • 59 Chen Sanjing, p. 51-53.
  • 60 Ibid., p. 49.

26Parallèlement, les protestations de l’Autriche-Hongrie et de l’Allemagne devinrent de plus en plus virulentes57. Ils s’interrogeaient sur l’implication du gouvernement chinois dans cette affaire. Ils demandèrent à ce dernier d’émettre une déclaration officielle pour garantir le caractère non militaire des travailleurs chinois en France, et d’obtenir également une garantie officielle des Alliés dans cette affaire. Ils demandèrent aussi au ministère des Affaires étrangères chinois de mandater son ambassadeur chinois en France pour observer si les conditions de l’emploi civil étaient bien respectées58. Ces protestations étaient nombreuses et mettaient en cause le non respect de la neutralité du gouvernement chinois, notamment en pointant l’implication de certains fonctionnaires dans les recrutements par exemple dans celui des Russes59. Ils protestaient également sur le fait que le gouvernement chinois ne faisait pas respecter l’emploi non militaire des travailleurs, car certains ouvriers étaient employés à des travaux à caractère militaire, tels que de creuser des tranchées, de construire des abris à usage militaire, et également de travailler dans les usines d’armement60.

  • 61 Ibid., p. 52.
  • 62 Ibid., p. 50.
  • 63 Ibid., p. 51, p. 54.

27La réponse de la Chine s’appuyait sur le fait que le recrutement et l’envoi des travailleurs étaient tous gérés par l’intermédiaire d’agences privées, et que le gouvernement chinois en aucun cas n’était intervenu dans cette affaire. Le gouvernement chinois a aussi répliqué que la Chine n’a jamais interdit à ses citoyens d’aller travailler en dehors de son territoire61. Les contrats ont été examinés en détail par le ministère des Affaires étrangères chinois, et tous indiquaient bien qu’aucun emploi n’était lié à la guerre62. En plus, l’ambassadeur chinois en France Hu 胡 était mandaté pour mener des inspections, et veiller à ce qu’il n’y ait pas de violations du contrat63.

  • 64 Voir Summerskill M., op. cit., p. 58-59.

28N’étant ni convaincus ni satisfaits de ces réponses chinoises, les Allemands entamèrent des campagnes de sabotages64 dans les différents points de recrutements. Ils distribuèrent des tracts et utilisaient leurs journaux (en langues chinoises) pour dénoncer ces recrutements, qui selon eux, mettaient en cause la neutralité de la Chine ; ils mettaient en garde les travailleurs chinois sur les dangers qu’ils encouraient en France. Ils mentionnaient les risques de mourir sous les bombes, et indiquaient aux travailleurs que les promesses des recruteurs qu’ils ne seraient pas envoyés au front étaient des mensonges : « On recrute des coolies pour les employer au front » (Zhaomo kuli huaren, yigong zhanchang zhi qushi 招摹苦力华人H, 以供战之§驱使Ï). Ils allaient

  • 65 « Shoujin renjian weiyou zhiku, si zuo zhanchang zhi gui, yong wu gui gu zhishi 受尽人间未¼有³之§苦W, 死作战运 (...)

[Subir] des souffrances les plus atroces existant dans ce monde, et devenir des fantômes errants sur les champs de bataille, ne plus jamais retrouver leur chemin de retour, et même leurs restes ne pourraient être enterrés dans leur pays natal65.

  • 66 Voir les récits et chansonnettes rapportés par Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 57.
  • 67 Summerskill M., op. cit., p. 57. Il y avait également des compagnies anti recrutements provenant d (...)

29Les rumeurs produites par les Allemands se répandaient partout. Des tracts ont été distribués, accompagnés par des récits ou chansonnettes populaires décrivant la vie pénible qui attentait les travailleurs : être tués ou blessés dans une Europe où la guerre faisait rage66. Les Allemands sont allés jusqu’à déposer des tracts dans les bateaux qui amenaient des travailleurs vers la France. Par exemple dans un bateau, le Drufar transportant des travailleurs chinois recrutés par les Français67. Toutes ces campagnes de protestations et sabotages n’ont pas facilité les recrutements, notamment ceux des Français qui étaient très dispersés en différents lieux de la Chine.

Le transport des travailleurs chinois et du Chinese labour Corps

  • 68 « Guowuyuan/ Rapport 2 », op. cit., p. 192-193.
  • 69 Voir Glen Peterson dans ce volume. Voir aussi Zhao Shanlin, op. cit., p. 114. Chen Baoyu, op. cit. (...)

30Les embarquements se faisaient par la voie maritime. Les chemins parcourus pour arriver en France n’étaient pas sans dangers. Plusieurs dizaines de navires transportant des travailleurs chinois ont été attaqués par des sous-marins allemands, faisant plus de 750 victimes chinoises68. Le plus meurtrier a été le torpillage de l’Athos le 17 février 1917, faisant 754 morts dont 543 victimes chinoises. Le transport vers la France était également très long et pénible ; certains parcours duraient plus de trois mois, d’autres moins, mais toujours plus de 40 jours. Dans certains cas, en plus de la mer, il fallait utiliser la voie ferrée pour arriver à destination. C’était notamment le cas des Chinese Labour Corps, qui arrivaient d’abord au Canada côte ouest, et ensuite étaient transportés par train à travers tout le Canada pour arriver à Halifax, et enfin par bateau à nouveau pour achever le parcours vers la France69. D’autres arrivaient par navire directement au Havre ou à Marseille, mais tous passaient plusieurs mois pour ces transports. Les départs en Chine étaient les ports de Weihai, Qingdao, et Pukou, Tanggu 塘沽. Pour les Britanniques l’arrivée en France se faisait au Havre ou à Dieppe, et pour les Français c’était à Marseille.

  • 70 La présente figure est faite en s’inspirant d’une carte de Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 69.

31Les trois chemins maritimes sont décrits par Chen Sanjing (voir également la figure 2)70 :

32Avant les torpillages allemands :

  • pour les Français : départ de Pokou (près de Shanghai) vers le sud de l’océan Indien, puis traversée du canal de Suez, passage par Port-Said, et arrivée à Marseille ; ou passage par le cap de Bonne Espérance, escale au Cap traversée de l’océan Atlantique, puis passage du détroit de Gibraltar et débarquement à Marseille.
  • pour les Britanniques : départ de Weihai ou de Qingdao, et traversée de l’Océan Pacifique et de l’Atlantique pour arriver au Havre71.

33Après les torpillages allemands, le chemin a été réorienté pour les Français et les Britanniques (la route des Britanniques n’a pas été vraiment changée) :

  • départ de Weihai ou de Qingdao vers l’océan Pacifique, arrivée à Vancouver, traversée du Canada puis embarquement sur la côte atlantique pour arriver en France.
  • pour d’autres, traversée du Pacifique, traversée du Canal de Panama avec l’aide des Américains, puis de l’océan Atlantique pour arriver en France72 (à souligner que certains trajets passaient par Singapour, ou le Japon, et le Vietnam73).

Figure 2 : Les différentes routes d’acheminement des travailleurs chinois.

  • 74 Il y a eu des entraînements à Weihai, mais ils n’étaient pas destinés spécialement à la traversée (...)
  • 75 Blick J., op. cit., p. 120 ; « Huagong fu Fa zhi shikuang 华工u赴u法k之§实况 » (La vérité des travailleur (...)
  • 76 Blick J., op. cit., p. 120.
  • 77 Voir « 1er rapport de Li Jun », cité par Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 70.
  • 78 Zhao Shanlin, op. cit., p. 145.
  • 79 Blick J., op. cit., p. 120 ; Chen Baoyu, op. cit., p. 156.
  • 80 Dongfang zazhi, vol. 15, no 12, p. 197-198.
  • 81 « Fu Ou huagong fengyu lu 赴欧华工u风雨B录 » (Notes de vies turbulentes des travailleurs chinois en Franc (...)
  • 82 Zhao Shanlin, op. cit., p. 145.

34Le trajet parcouru était éprouvant du fait que, en plus de la dangerosité encourue, les travailleurs pour la plupart n’avaient jamais voyagé, ni quitté leur village, et n’avaient reçu aucune préparation ni entraînement74. Du jour au lendemain, ils devaient affronter des dizaines de milliers de kilomètres par mer. Il s’agissait d’un véritable choc pour ces hommes, qui pour la majorité d’entre eux n’avaient jamais vu la mer de leur vie, et qui, par conséquent, souffraient du mal de mer75. D’autres n’ont pas pu supporter ces voyages en groupe, entassés, régis par une stricte discipline alors que certains avaient l’habitude d’une vie plus ou moins vagabonde76. Des bagarres éclataient77. Les voyages étaient pénibles, surtout pour le parcours britannique. Après la traversée maritime, il fallait parcourir le Canada en train, et puis reprendre encore la mer. Ces changements interminables épuisaient fortement les travailleurs. D’autre part, il leur arrivait parfois de subir les bombes des Allemands78. Les épuisants voyages ont mis certains dans un état de nervosité dépressive, et d’autres tombaient malades, attrapaient des maladies au contact des uns des autres, dus au manque d’hygiène79. Certaines plus ou moins graves sévissaient tels la jaunisse et le scorbut du fait du manque de Vitamine C. Il y eut également des épidémies (diarrhée, etc.)80. Des personnes sombraient dans la folie et se jetaient dans la mer pour en finir81. Des récits de témoignages personnels écrits par des travailleurs eux-mêmes sur leur propre expérience après leur retour en Chine décrivent ces parcours terribles, des mois durant qui ne semblait jamais finir, et comment dès leur arrivée, ils étaient frappés de maladie et d’épuisement82.

Séjour en France

  • 83 La présente figure est faite en s’inspirant de la carte de Chen T., Chinese migrations. With speci (...)

35Dès leur arrivée, les travailleurs placés sous l’autorité des Français étaient répartis dans toute la France, pour travailler dans des usines (usine d’armements ou autres usines manquant de main-d’œuvre), dans des ports et des dépôts, ou encore dans des mines. Certains travaillaient dans les exploitations forestières et agricoles. Un petit nombre effectuait aussi des travaux près du front, en arrière, dans les garnisons des troupes françaises, où les risques n’étaient pas très importants (figure 383) à la différence des travailleurs sous autorité britannique.

Figure 3 : Lieux d’implantation des différents camps de travailleurs chinois, pour les États-Unis (EU), la France (FR) et la Grande-Bretagne (UK).

  • 84 Pour connaître les tâches effectuées par le CLC, voir également les témoignages personnels des tra (...)
  • 85 Wou P., op. cit., p. 28 ; voir aussi H. Watté, La belle vie du missionnaire en Chine, Maison du mi (...)
  • 86 Zhao Shanlin, op. cit., p. 147.

36Les travailleurs sous le commandement de l’armée britannique ont été regroupés en bataillons au sein du Chinese Labour Corps. Étant donné qu’à cette époque, la Chine n’avait pas encore déclaré la guerre à l’Allemagne et à l’Autriche-Hongrie, les Chinois ne pouvaient pas servir dans des unités combattantes, d’où leur utilisation en tant qu’unités de travailleurs. Ces travailleurs devaient contribuer à l’effort de guerre en creusant des tranchées, mais aussi en construisant ou en réparant les voies de communication (des lignes de chemin de fer, routes), en déchargeant et en transportant des équipements et des provisions. Certains bataillons ont travaillé par exemple dans la maintenance de pièces d’artillerie, ou dans les fabriques de chars. Les camps étaient en général situés à l’arrière, non loin du front, dans le nord de la France84. Du fait de cette proximité, certains camps chinois subissaient parfois les bombardements allemands. À certaines occasions, des travailleurs furent confrontés directement aux Allemands. Selon P. Wou, entre août 1917 et avril 1918 : « 131 chinois furent tués par les bombardements des Allemands à Calais et Dunkerque »85. Zhao Shanlin, l’un du CLC, écrit dans ses mémoires : « Des avions allemands venaient souvent nous bombarder. Un jour, l’endroit où s’abritait le 4e bataillon du CLC a été détruit sous ces bombes, et 74 travailleurs ont été tués86. »

37Le tableau 2 donne la liste des différents camps du CLC, dont la majorité était située dans les départements du Pas-de-Calais (voir également Xavier Boniface dans ce volume), du Nord et de la Somme (figure 4).

Figure 4 : Les camps de CLC dans le nord de la France.

Table 2 : Liste des camps du CLC en France et en Belgique, sous le commandement anglais et américain :

Camps du Pas-de-Calais

Autres camps

Ambleteuse

Abancourt (Oise)

Arques

Abbeville (Somme)

Audruicq

Borre (Nord)

Berguette

Bourbourg (Nord)

Boulogne-sur-mer

Caestre (Nord)

Bouvigny-Boyeffles

Dieppe (Seine-Maritime)

Calais

Dunkerque (Nord)

Dannes-Camiers

Flixecourt (Somme)

Erin

Ham (Somme)

Étaples

Le Havre (Seine-Maritime)

Hardelot

Nesle (Somme)

Houdain

Noyelles-sur-mer (Somme)

Moulle

Poperinghe (Belgique)

Ruminghem

Proven (Belgique)

Saint-Omer

Rouen (Seine-Maritime)

Samer

Verderonne (Oise)

Seninghem

Tournehem

Wimereux

  • 87 Voir les témoignages du CLC : Zhao Sanlin, Chen Baoyu, Li Yunfeng et Sun Gan op. cit. ; voir égale (...)
  • 88 Ibid., et voir aussi Blick J., op. cit., p. 122.

38Pendant cette période de la guerre, le CLC a subi un régime militaire extrêmement rigide, avec des conditions de travail très rudes87, contrairement à ceux qui étaient sous tutelle française, qui avaient un encadrement moins contraignant88 ; certains travaillaient avec d’autres ouvriers français. Concernant différents aspects du séjour des travailleurs chinois français et anglais, voir les articles dans les chapitres 2, 3, et 4 de ce volume.

Mémoire et commémoration

  • 89 Ma Li 马麵Ñ, « Faguo beibu de yizhan huagong 法国北部的一战华工u » (Les travailleurs chinois dans le Nord de (...)
  • 90 Concernant les travailleurs dans la reconstruction, voir Philippe Nivet et Patrice Marcilloux dans (...)
  • 91 Voir Sun Gan dans son carnet de notes, op. cit. p. 66-67.
  • 92 Concernant le retour des travailleurs, voir Marianne Bastid-Bruguière dans ce volume.
  • 93 D’après Marianne Bastid-Bruguière dans ce volume.
  • 94 Voir l’article « Anciens combattants chinois », Regard, 13 janvier 1938.
  • 95 Nous n’avons pas de chiffre exact pour cela, mais d’après Shenbao 申报 (12 mars 1937, cité par Chen (...)
  • 96 « Bulletin départemental de la reconstitution et des communes de l’Aisne », publié par la préfectu (...)

39Des CLC sont restés en France quelques temps après la signature de l’armistice de 1918 en raison des travaux de nettoyages d’après bataille à accomplir, et du manque de navires disponibles, mais le rapatriement des CLC a pris fin en automne 192089. Le rapatriement des travailleurs chinois sous autorité française, à l’inverse, s’est fait plus longuement car ces travailleurs ont participé à la reconstruction d’après-guerre, notamment pour du nettoyage et des tâches de réparation, par exemple pour la réfection des axes de communications terrestres et fluviaux90 dans le Nord de la France. Le dernier rapatriement organisé par le gouvernement français a été réalisé en février 1922. Le voyage de retour était aussi pénible ; il s’effectuait par la voie maritime ; il y eut des décès dûs aux accidents voire aux mauvais traitements lors du voyage91. Après cette date, seuls deux mille de ces travailleurs environ sont restés en France92, bénéficiant d’un contrat d’embauche. En 1929, il ne restait que mille anciens travailleurs en France93. Certains travaillaient dans des mines (par exemple dans la mine à La Machine), d’autres dans des usines (chez Renault par exemple)94, et certains Chinois se sont mariés avec des Françaises95. Mais les mariages sino-français n’étaient pas bien vus des autorités françaises96 :

La situation des Françaises, épouses d’ouvriers chinois, serait acceptable tant que leur mari réside en France et y travaille moyennant un salaire égal à celui des ouvriers français.

40Les Chinois qui sont restés se sont répartis dans toute la France. Le dernier survivant est mort, le 5 mars 2002 à La Rochelle à l’âge de cent cinq ans. Après 1925, la majorité des Chinois était regroupée à Paris, et avec ceux qui étaient arrivés avant-guerre (de Qingtian 青田), ajoutés à certains étudiants chinois restés après le mouvement travail-études des années 1920, ils ont formé la première communauté chinoise de France. Celle-ci se trouvait d’abord à la Gare de Lyon et dans quelques autres quartiers à Paris, puis la majorité de cette communauté s’est déplacée durant l’entre-deux-guerres vers le quartier des Arts et Métiers au nord de Paris, où se trouve aujourd’hui la plus importante communauté chinoise de Wenzhou.

Mémoire et cimetières chinois

41Combien y a-t-il eu de victimes chinoises, où sont-elles enterrées ? Y a-t-il une politique de commémoration de ces travailleurs en France ? Les questions de ce type sont nombreuses. Elles sont posées, non seulement par certains chercheurs et historiens, mais également par le public intéressé par cette partie de l’histoire. Je fais souvent des visites dans la région du Nord de la France où se trouvaient de nombreux camps et où subsistent maintenant plusieurs cimetières chinois. Fréquemment, j’ai droit à des questions du type :

42« Pourquoi sont-ils presque tous morts après la fin de la guerre, que leur est-il arrivé ? »

43« Pourquoi n’y a-t-il pas de cimetière pour les Chinois ayant travaillé pour les Français ? »

44« Est-ce qu’il y a un musée ou des endroits pour leur mémoire ? »

45« Est-ce qu’il y a des livres en français sur cette histoire ? »

46« Combien y a-t-il eu de morts ? »

47« Et leur famille ? Peuvent-ils venir visiter leur cimetière ? »

  • 97 Pour les Chinois anglais voir Wou P., op. cit., p. 16, pour les Chinois français, voir Marianne Ba (...)
  • 98 Wou P., op. cit. p. 16.

48Ces questions sont encore sans réponse, pour le « public » et les « curieux », mais aussi pour nous les historiens, notamment sur certains points, comme les chiffres exacts concernant les recrutements ou les victimes. En effet, en faisant des recherches sur les sources, il est difficile d’arriver à une conclusion précise en raison de désaccords entre les sources britanniques, françaises ou chinoises. Les archives concernant le sujet sont dispersées, en trois langues, mais avec certaines descriptions et notes différentes sur un même événement. Pour le nombre exact de morts, les trois parties ont également des appréciations différentes : selon les sources françaises il y eut plus de 1 500 victimes parmi les travailleurs chinois des Français (incluant les victimes de l’Athos), tandis que pour les sources britanniques il y eut 2000 victimes chez les CLC, selon les chiffres du War Office97. Or d’après certaines sources chinoises, le nombre de victimes était beaucoup plus élevé : par exemple, uniquement concernant les Chinois du côté britannique, 27 000 auraient disparu98. Les décès ont surtout été causés par des maladies, notamment la tuberculose et « la grippe espagnole », par des accidents, mais également par des bombardements allemands. Il y a eu aussi des exécutions suite à des révoltes, ou des décès consécutifs à différents types de bagarres.

  • 99 Voir Jérome Buttet dans ce volume.
  • 100 Fawcett B. C., « The Chinese Labour Corps in France, 1917-1921 », Journal of the Hong Kong Branch (...)

49Les cimetières chinois restent également difficiles à recenser, notamment en ce qui concerne les travailleurs sous juridiction française, car leurs cimetières n’ont pas été regroupés, contrairement à ceux des Britanniques. Les victimes ont été souvent enterrées dans les cimetières communaux ou dans des fosses communes. On trouve parfois une ou deux tombes dans des cimetières communaux99. Du côté britannique, les différents cimetières ont déjà été recensés : la figure 5 indique le nombre de tombes de ces principaux cimetières, à partir des données de Fawcett100. La figure 6 indique où se situent ces cimetières des CLC (les sites contenant plus de 10 tombes). Le cimetière de Noyelle-sur-mer qui regroupe 843 stèles est la plus grande nécropole chinoise de France.

Figure 5 : Nombre de tombes individuelles pour les principaux cimetières chinois du CLC.

Figure 6 : Les cimetières du CLC comportant plus de 10 tombes, tous situés dans le nord de la France, sauf un en Belgique.

Mémoire Collective Et Commémorations

50En ce qui concerne la mémoire collective, la France a reconnu tardivement le rôle de ces travailleurs chinois. Dès 1925, les travailleurs chinois engagés et restés en France ont adressé plusieurs revendications à travers l’Association générale des travailleurs chinois en France, qui représentait ceux qui étaient restés après la fin de leur contrat, et réclamaient aux autorités françaises des gestes de reconnaissance pour la contribution des travailleurs à l’effort de la Grande Guerre. L’Association demandait par exemple de dresser une plaque commémorative ou d’aménager un cimetière chinois, mais aucune des ces revendications n’a été retenue par le gouvernement français, en argumentant que le budget de l’État ne pouvait assumer une telle charge. Sans aucun soutien financier, le projet d’établir un cimetière chinois français n’a jamais vu le jour. C’est pourquoi jusqu’à aujourd’hui, il n’y a toujours pas en France de cimetière ou mémorial pour les travailleurs chinois. Il faudra attendre 1988 pour qu’une plaque commémorative soit apposée place Maurice Denis près de la gare de Lyon à la mémoire des travailleurs chinois. Et dix ans plus tard, le 2 novembre 1998, un monument en leur hommage a été érigé par le gouvernement français au Parc Baudricourt dans le 13e Arrondissement près du quartier chinois.

  • 101 Il y a également des tombes anonymes.

51Le gouvernement britannique avait, quant à lui, dès la fin de la guerre, intégré les décès des travailleurs chinois aux cimetières militaires gérés par l’Imperial War Graves Commission (aujourd’hui Commonwealth War Graves Commission – CWGC). Les tâches du CWGC consistent à répertorier et entretenir les tombes des soldats des forces militaires des États du Commonwealth, tombés lors des deux guerres mondiales, et à construire des mémoriaux pour les soldats non identifiés. Comme les autres cimetières de la CWGC, chaque cimetière chinois est ordonné en rangées de pierres tombales blanches. Leur nom, leur ville natale en Chine, la date de la mort101, le corps d’origine, sont gravés sur chaque pierre. Les pierres sont ornées également d’idéogrammes.

52Au final, la Mission Truptil a joué un rôle important dans cette présence chinoise en France pendant la Grande Guerre. Cette démarche de faire venir des ouvriers chinois sur le sol français en accord avec quelques initiatives d’hommes influents du gouvernement chinois, a fini par pousser le gouvernement de Duan Qirou à entrer en guerre, en faisant en sorte que ces travailleurs chinois soient vus comme une contribution de la Chine à la cause des Alliés. Ils ont ainsi, malgré eux, joué un rôle important dans l’histoire de la Chine, et leur expérience a bouleversé également toute leur vie.

Bibliographie

Bibliographie

Archives citées

Archives du Service Historique de la Défense, Département de l’Armée de Terre
(SHD-DAT) :
6 N 149 ;
7 N 435 ;
16 N 2912.

Archives nationales (AN) :
F14 11331 ; F14 11334.

Arch. dép. du Pas-de-Calais (APC) :
« Lettre de Baronnet à la Direction des Travaux de Première Urgence », le 29 mars 1919 : 10 R 1.

Archives du département du Nord :
« Arrêté », au Quartier Général, le 31 mars 1917.

The National Archives of the UK (TNA), Public Record Office (PRO), Kew :
WO 106/33 ; WO 106/35 ;
WO 32/11345 ;
FO 25/0933.

Les contrats et dossiers de recrutements

« Huimin gongsi hetong 惠民公司合同 » (« Contrat de Huimin »).

« Shanghai Jijiang hetong ji gugong zhangcheng 上海机匠合同及雇工章程 » (Contrat du recrutement des ouvriers spécialisés en mécanique de Shanghai).

« Yingren zhaogong hetong (renji gongsi) 英人招工合同 (仁记公司) » (Le contrat du CLC / La compagnie Renji).

« Yingguo zhaogong dang 英国招工档 » (Archives du recrutement du Royaume Uni, 3 vols).

« Huimin gongsi zhaogong dang 惠民公司招工档 » (Archives de recrutement de la société Huimin, 7 vols).

« Zhaogong zongan 招工总案× » (Archives complètes des recrutements).

Les contrats et archives concernant les recrutements sont consultables en chinois dans le carton E-1-4 dans le Zhongyang yanjiuyuan jindaishi yanjiusuo 中央研究院近代史研究所 (Institut d’histoire moderne, Academia Sinica), Taipei.

Journaux

Regard, 13 janvier 1938 (article : « Anciens combattants chinois en France »).

Shenbao 申报, 12 mars 1937.

Shanghai shibao 上海时报, 28 juillet 1916 ;
22 décembre 1917 (article : « Fu Ou huagong fengyu lu 赴欧华工u风雨B录 »
(Notes de vies turbulentes des travailleurs chinois en France).
14 février 1919 (article : « Zhongguo canzhan zhi yiwu 中国参战之§义务 » (Le devoir de la Chine de participer à la guerre).

Zhonghua xinbao 中华新s报 (un journal local de Shantou 汕头), octobre 1916.

Articles & ouvrages

Bastid M., Bergère M-C, Chesneaux J., Histoire de la Chine 2, De la guerre franco-chinoise à la fondation du parti communiste chinois, 1885-1921, Paris, Hatier Université, 1972, 223 p.

Blick J., « The Chinese Labor Corps in World War », in Papers on China, IX, Cambridge Mass., Harvard University, Center for East Asian Studies, 1955.

Charbonnier J. et Charbonnier J-P., Christians in China : A. D. 600 to 2000, San Francisco, Ignatius Press, 2007.

Chen Baoyu 陈宝玉É, « Wo zeng zai Ouzhou dang huagong 我曾在欧洲当华工u » (J’ai été engagé comme travailleur chinois en Europe), dans Zhongguo renmin zhengzhi xieshanghuiyi Tianjinshi weiyuanhui wenshiziliao weiyuanhui bian 中国人民政治协商Ó会议天Ñ津z市«委e员会文å史v资料Æ委e员会编 éd, Tianjin wenshi ziliao xuanji 天津文史资料Æ选辑 (Compilation des matériaux historiques de Tianjin), Tianjin renmin chubanshe 天津人民出版社, 1996, vol. 69, p. 154-163.

Chen San-ching (Chen Sanjing), Huagong yu Ouzhan 华工u与O欧战 (Les travailleurs chinois et la Guerre européenne), Taipei, Zhongyang yanjiuyuan jindaishi yanjiusuo 中央研究院近代史研究所 (Institut d’histoire moderne, Academia Sinica), 1986.

Chen San-ching, Lu Fangshang 吕芳Ú上W, Yang Cuihua 杨翠A华 éds., Ouzhou huagong shiliao 欧战华工u史v料Æ (Matériaux historiques des travailleurs chinois pendant la Guerre européenne), Taipei, Zhongyang yanjiuyuan jindaishi yanjiusuo, 1997.

Chen T., Chinese migrations. With special reference to labor conditions, Bulletin of the US Bureau of Labor Statistics, Washington, 1923, (reprint Taibei, Cheng Wen, 1967).

Dongfang zazhi 东方è杂志Ó, vol. 15, no 12, décembre 1918.

Ensor R. C. K., England : 1870-1914, Oxford, The Clarendon Press, 1936.

Fairbank J. K., The Great Chinese Revolution, 1800-1985, New York, Harper & Row, 1986.

Fawcett B. C., « The Chinese Labour Corps in France, 1917-1921 », Journal of the Hong Kong Branch of the Royal Asiatic Society, vol. 35, 1995, p. 33-111.

Fenggang ji mendizi 凤风及Î门弟Ì子l éd., Sanshui Liang Yansun xiansheng nianpu 三水梁燕孙先ý生Í年~谱 (Chronologie de Liang Yansun), Shanwu yinshuguan 商务印L书馆, 1946, vol. 1.

« Fulu : zhongguo daibiao tichu feichu 1915 nian zhongri xieding shuotie 附录 : 中国代表提出废除£一@九E一@五­年~中¤日é协定w说帖« » (Les Représentants du gouvernement chinois demandent de l’abolition du traité sino-japonais de 1915), dans Jindaishi ziliao bianjishi 《近代史资料》编辑室 éd. Miji lucun 秘変录存s (Carton secret : Recueil des télégrammes), Zhongguo shehui kexue chubanshe 中国社会科学出版社, 1984.

Griffin N. J., The Use of Chinese Labour by the British Marmy, 1916-1920 : The « Raw Importation », Its scope and Problems, thèse de doctorat, The Universty of Oklahoma Graduate College, 1973.

« Guowuyuan qiaogong shiwuju tiaocha zai Fa huagong qingkuangshu. dierci pilu 国务院|侨工u事Æ务局½调查d在b法k华工u情¡况书.第二次披露 » (Rapport de l’enquête sur les ouvriers chinois en France du Bureau du Conseil d’État chargé de l’affaire des ouvriers chinois d’Outre-Mer. Rapport 2.), Xin zhongguo 新中国, mai 1919, vol. 1, no 1.

« Guowuyuan qiaogong shiwuju diwuci tiaocha zai Fa huagong qingxingshu 国务院侨工u事Æ务局½第Ä五­次¸调查d在b法k华工u情¡形Î书 » (Rapport de l’enquête sur les travailleurs chinois en France du Bureau du Conseil d’État chargé de l’affaire des ouvriers chinois d’outre-mer. Rapport 5.), Xin zhongguo, juillet 1919, vol. 1, no 3.

Gu Xingqing 顾杏ö卿ë Ouzhan gongzuo huiyi lu 欧战工u作@回^忆录 (Souvenirs de mon travail dans la Guerre européenne), Shangwu yingshuguang 商务印L书馆, 1938, 3e édition, 74 p.

Huang Liqun 黄利群, Liufa qingong jianxue jianshi 留法勤工俭学简史v, (Une brève histoire du Mouvement Travail-Études en France), Beijing, Jiaoyu kexue chubanshe 教育科学出版社, 1982.

« Huagong fu Fa zhi shikuang 华工u赴u法k之§实况 » (La vérité des travailleurs chinois envoyés en France), Dongfang zazhi, vol. 15, no 6, juin 1918.

Jindaishi ziliao bianjishi 《近代史资料Æ》n编辑室Ç éd. Miji lucun 秘复录存s, (Carton secret : Recueil de télégrammes), Zhongguo shehui kexue chubanshe, 1984.

Karl, R., « A World Gone Wrong », London Review of Books, 33 (23), 1 December 2011, p. 23-24.

Li Changfu 李长傅Å, Zhongguo zhimin shi 中国殖民史 (L’histoire coloniale de la Chine), Shangwu yinshuguan, 1937.

Li Yunfeng 李云峰, « Yi wo dang huagong de jingli 忆我Ú当华工u的º经历 » (Mon souvenir en tant que travailleur chinois), dans Tianjin wenshi ziliao xuanji, p. 164-166.

Li Yumin 李育民, Zhongguo feiyueshi 中国废约史v (L’histoire de l’abolition des traités inégaux en Chine), Beijing, Zhonghua shuju 中华书局½, 2005.

Ma Li 马丽, « Faguo beibu de yizhan huagong 法国北部的一战华工u » (Les travailleurs chinois dans le Nord de la France pendant la Première Guerre mondiale), dans Zhang Jianguo 张建Ø国 éd., Zhongguo laogong yu diyici shijie dazhan 中国劳工u与O第Ä一@次¸世@界É大j战 / Chinese Labourers and the First World War, Jinan, Shandong daxue chubanshe 山东大j学出X版©社À, 2009, p. 56-94.

Nogaro B., Weil L., La guerre et le travail. La main-d’œuvre étrangère et coloniale pendant la guerre, Paris, PUF, Publication de la Dotation Carnegie, 1926.

Pomerantz-Zhang, Linda, Wu Tingfang (1842-1922) : reform and modernization in modern Chinese history, Hong Kong University Press, 1992.

Qinghua daxue zhonggong dangshi jiaoyanzu 清华大j学中¤共@党Þ史v教Ð研ã组 (Groupe d’enseignement et de recherche de l’Université de Qinghua sur l’histoire du parti communiste chinois) éd., Fufa qingong jianxue yundong shiliao 赴法勤工检学运动史v料 (Matériaux historiques sur le mouvement de travail diligent et d’études frugales en France), Beijing chubanshe 北京出版社, 1979-1981, 3 vols, vol. 1.

Raux J., L’intervention des Chinois pendant la reconstruction du Pas-de-Calais, mémoire de maîtrise sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau et Anne Duménil, Université de Picardie, 2001-2002 [consultable à la bibliothèque universitaire de l’Université de Picardie].

Roux A., La Chine au 20e siécle, Paris, Armand colin, 2004.

« Statistics of the Military Efforts of the British Empire During the Great War, 1914-1920 », H. M. Stationery Office, London, 1922.

Sun Gan 子小干 (texte répertorié par Sun Guanglong 子小光隆), Ouzhan (yizhan) huagong ji 欧战(一战)华工u记 (Carnet de notes d’un travailleur chinois pendant la Guerre Européenne), dans Zibo shizhengxie wenshi ziliao weiyuanhui 溜博市政协文å史v资料Æ委e员会编 éd., Zibo wenshi ziliao 溜博文史资料Æ (Matériaux historiques de Zibo), no 10, 2009, 150 p.

Su Lianyuan 苏连元¸, « wo canjiaguo diyici shijie dazhan 我参加过第Ä一@次¸世@界É大j战 » (J’ai participé à la Première Guerre mondiale), Chunqiu 春秋, 1997, no 3.

Summerskill M., China on the Western Front, Londres, Michael Summerskill, 1982.

Tianjinshi difangzhi bianxiu weiyuanhui 天津市地方志编修×委e员会 éd., Tianjin tongzhi dashiji 天津通>志大事记 (Grands événements historiques de la ville de Tianjin), Tianjin shehui kexue chubanshe 天津社会科学出版社, 1995.

Viet V., « La politique de main-d’œuvre et les travailleurs étrangers et coloniaux entre 1914 et 1950 », Immigration et marché du travail, no 1263, Septembre-Octobre 2006, p. 10-25.

Wang Jianmin 王健民, et Cheng Tingyu 程廷玉, « Yizhan huagong gaoji fangyi Huang Daorong 一战华工u高ª级翻½译黄道D荣 » (Huang Daorong, interprète de haut rang pour les travailleurs chinois), Jiaoshiyuandi 侨史v园地a, no Z1, 1996, p. 54-55.

Wang N., Émigration et politique : les étudiants-ouvriers chinois en France (1919-1925), Paris, Les Indes savantes, 2002.

Watté, H., La belle vie du missionnaire en Chine, Maison du missionnaire, Vichy, 1932.

Williamson H. R., British baptists in China, 1845-1952, London, The Carey Kingsgate Press, 1957.

Wou, Piontchong, Les travailleurs chinois et la Grande Guerre, Paris, éditions A. Pedone, 1939.

xixe Congrès national corporatif (XIIIe de la C. G. T.) (Tenu à Paris, Maison des Syndicats du 15 au 18 juillet 1918), Compte rendu des travaux, Paris, Imprimerie Nouvelle (association ouvrière), 1919.

Xu Guoqi, China and the Great War. China’s pursuit of a new national identity and internationalization, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.

Strangers on the Western Front : Chinese Workers in the Great War, Cambridge, Harvard University Press, 2011, 336 p.

Zhao Shanlin 赵山s林L, « Yizhan qijiang wo zai Faguo ren huangong jicha de huiyi 一战期Á间我Ú在b法k国任ô华工u稽]查d的º回^忆 » (Mon souvenir en tant que travailleur chinois en France pendant la Première Guerre mondiale), dans Tianjin wenshi ziliao xuanji, p. 149-153.

Zhongguo renmin zhengzhi xieshanghuiyi Tianjinshi weiyuanhui wenshiziliao weiyuanhui bian 中国人民政治协商Ó会议天Ñ津z市«委e员会文å史v资料Æ委e员会编 éd., Tianjin wenshi ziliao xuanji 天津文史资料选辑 (Compilation des matériaux historiques de Tianjin), Tianjin renmin chubanshe 天津人民出版社, 1996, vol. 69.

Notes

1 Arrêté du 1er mars 1916 pris par le ministre du travail, cité par Viet V., « La politique de main-d’œuvre et les travailleurs étrangers et coloniaux entre 1914 et 1950 », Immigration et marché du travail, no 1263, Septembre-Octobre 2006, p. 13.

2 Lettre du ministre des Affaires étrangères au ministre de la Guerre, le 11 juin 1915, Archives du Service Historique de la Défense, Département de l’Armée de Terre (SHD-DAT), 7 N 435 ; voir également dans la même série la « Note au sujet du recrutement de travailleurs chinois » de la Direction des troupes coloniales, 23 octobre 1915.

3 Li Yumin 李育民, Zhongguo feiyueshi 中国废约史v (L’histoire de l’abolition des traités inégaux en Chine), Beijing, Zhonghua shuju 中华书局½, 2005, p. 250 ; voir Ma L., dans ce volume : Introduction, « La Chine dans la Première Guerre mondiale ».

4 Voir « Fulu : zhongguo daibiao tichu feichu 1915 nian ZhongRi xieding shuotie 附录:中国代表提出废除£一@九E一@五­年~中¤日é协定w说帖 » (Les Représentants du gouvernement chinois demandent de l’abolition du traité sino-japonais de 1915), dans Jindaishi ziliao bianjishi 《近代史资料Æ》n编辑室Ç éd., Miji lucun 秘岌录存s (Carton secret : Recueil des télégrammes), Zhongguo shehui kexue chubanshe 中国社会科学出版社, 1984, p. 192.

5 Chen San-ching (Chen Sanjing), Huagong yu Ouzhan 华工u与O欧战 (Les travailleurs chinois et la Guerre européenne), Taipei, Zhongyang yanjiuyuan jindaishi yanjiusuo 中央研究院近代史研究所 (appelé ensuite Zhongyang yanjiuyuan), 1986, p. 9-10.

6 Le capitaine de Lapomarède, Attaché militaire en Chine et au Japon, à Monsieur le Général Commandant en chef des armées françaises (au G. Q. G., 2e bureau) : « Possibilité d’utilisation en France de la main-d’œuvre chinoise », Pékin, 16 avril 1916, SHD-DAT, 16 N 2912.

7 Ibid.

8 Qinghua daxue zhonggong dangshi jiaoyanzu 清华大j学中¤共@党Þ史v教Ð研ã组 (Groupe d’enseignement et de recherche de l’Université de Qinghua sur l’histoire du parti communiste chinois) éd., Fufa qingong jianxue yundong shiliao 赴法勤工检学运动史v料 (Matériaux historiques sur le mouvement de travail diligent et d’études frugales en France), (cité désormais Fufa qinggong jianxue), Beijing chubanshe 北京出版社, 1979, vol. 1, p. 227-228. Voir également une étude plus détaillée de Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 15-16.

9 Voir Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 16, et également « Note sur la mission chargée de recruter de la main-d’œuvre en Chine », 23 janvier 1919, Archives du ministère des Affaires étrangères, E 110-2 (cité par Chen Sanjing).

10 XIXe Congrès national corporatif (XIIIe de la C. G. T.) (Tenu à Paris, Maison des Syndicats du 15 au 18 juillet 1918), Compte rendu des travaux, Paris, Imprimerie Nouvelle (association ouvrière), 1919, p. 22 ; Nogaro B., Weil L., La guerre et le travail. La main-d’œuvre étrangère et coloniale pendant la guerre, Paris, PUF, Publication de la Dotation Carnegie, 1926, p. 11.

11 « Li Jun diyici baogao 李骏第Ä一@次¸报告i » « 1er rapport de Li Jun », 4 décembre 1917, dans le carton du « Huimin gongsi zhaogong dang (wu) 惠民公司招工档(五) » (Archives de recrutement de la société Huimin, 7 vols (vol 5)), (appelé ensuite « 1er rapport de Li Jun »), consultable dans le Zhongyang yanjiuyuan, cité par Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 16.

12 Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 58 ; voir également Chen Sanjing, Lu Fangshang 吕芳Ú上W, Yang Cuihua 吕芳Ú上W éds., Ouzhan huagong shiliao 欧战 华工u史料 (Matériaux historiques des travailleurs chinois pendant la Guerre européenne), Taipei, Zhongyang yanjiuyuan, 1997, p. 8-11, p. 15, p. 17.

13 Fenggang ji mendizi 凤冈及Î门弟Ì子l éd., Sanshui Liang Yansun xiansheng nianpu 三水梁燕孙先ý生Í年~谱 (Chronologie de Liang Yansun), Shanwu yinshuguan 商务印L书馆, 1946, vol. 1, p. 300, voir également Chen Sanjing, op. cit., 986, p. 16.

14 Voir le contrat du « Huimin gongsi hetong 惠民公司合同 » (« Contrat de Huimin »), reproduit par Chen Sanjing dans son annexe, op. cit., 1986, p. 191-203. Les contrats de recrutement des Français et ceux des Britanniques, des Russes sont consultables en chinois dans le Zhongyang yanjiuyuan.

15 Notons que les salaires des travailleurs sont différents (voir le tableau 1).

16 Voir le contrat de « Shanghai Jijiang hetong ji gugong zhangcheng 上海机匠合同及雇工章程 » (Contrat de recrutement des ouvriers spécialisés en mécanique de Shanghai), Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 209-213 ; voir également Marianne Bastid-Bruguière dans ce volume pour d’autres détails concernant les recrutements des ouvriers spécialisés.

17 Conférence Interministérielle de la main-d’œuvre : Procès-verbaux, séance du 24 février 1917, AN, F 14 11334 ; Huang Liqun 黄利群, Liufa qingong jianxue jianshi 留法勤工检学简史, (Une brève histoire du Mouvement Travail-Études en France), Beijing, Jiaoyu kexue chubanshe 教育科学出版社, 1982, p. 129. Voir également « Guowuyuan qiaogong shiwuju tiaocha zai Fa huagong qingkuangshu. Dierci pilu 国务院|侨工u事Æ务局½调查d在b法k华工u情¡况书.第二次披露 » (Rapport de l’enquête sur les ouvriers chinois en France du Bureau du Conseil d’État chargé de l’affaire des ouvriers chinois d’Outre-Mer. Rapport 2.) (appelé par la suite « Guowuyuan/ Rapport 2 »), Xin zhongguo 新中国, mai 1919, vol. 1, no 1, p. 231.

18 Il semble que les salaires furent augmentés vers 1920 en France, voir Marianne Bastid-Bruguière dans ce volume. Notons également que les salaires pouvaient varier selon les compagnies d’embauche. Par exemple, les travailleurs chinois qui ont été employés dans le Pas-de-Calais sous l’autorité du Service des Travaux de Première Urgence (STPU), dont le salaire était de 10 francs par jours ; voir la lettre de Baronnet à la Direction des Travaux de Première Urgence, le 29 mars 1919. Arch. dép. du Pas-de-Calais (cité ensuite APC), 10 R 1.

19 Voir la note 17.

20 Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 26-29.

21 Fufa qinggong jiaxue, op. cit., vol 1, p. 198-215. La proposition de la fondation a été faite par les promoteurs du Mouvement de travail diligent et d’études frugales en France (voir la note ci-dessous concernant ce Mouvement) le 29 mars 1916 (p. 198), et son assemblée générale d’inauguration a eu lieu le 22 juin de la même année (p. 202).

22 Le Mouvement avait été mis sur pied dès février 1912 à Pékin avec la fondation d’une association Liufa jianxue hui 留法俭学会 (Études dans la frugalité en France). L’objectif du mouvement était de faire venir des étudiants chinois en France pour un séjour de mi-travail et mi-étude. Ce mouvement a commencé à être mis en place au début 1912. Il a été interrompu en 1913, en raison de luttes de pouvoir interne, et aussi par manque de soutien financier de la part du gouvernement chinois ; puis par la Grande Guerre. Ce mouvement n’a été finalisé qu’en 1919 avec l’arrivée des 1600 étudiants (1919-1920), et a pris fin en 1925. Parmi les étudiants chinois qui faisaient partie de ce Mouvement, se trouvaient des artisans de la Chine nouvelle communiste tels que Zhou Enlai 周恩来, Deng Xiaoping 邓小平, Chen Yi 陈毅Ý, Li Lisan 李立三, Nie Rongzhen 轰荣療ø etc. Pour une étude détaillée à ce sujet, voir Wang Nora, Émigration et politique : les étudiants-ouvriers chinois en France (1919-1925), Paris, Les Indes savantes, 2002 ; Fufa qinggong jiaxue, op. cit., 1979-1981, 3 vols ; voir également Bastid M., Bergère M-C, Chesneaux J., Histoire de la Chine 2, De la guerre franco-chinoise à la fondation du parti communiste chinois, 1885-1921, Paris, Hatier Université, 1972, 223 p. ; Pour la lutte du pouvoir interne en Chine de 1913-1914, voir Alain Roux, La Chine au 20e siécle, Paris, Armand colin, 2004, p. 34 ; Fairbank J. K., The Great Chinese Revolution, 1800-1985, New York, Harper & Row, 1986, p. 247-250 ; Wang Nora, p. 108-109.

23 Fufa qinggong jiaxue, op. cit., vol 1, p. 238. Cependant Marianne Bastid-Bruguière (voir dans ce volume) à partir de différentes archives, a démontré que ces recrutements ont été un échec total.

24 Le ministère du Travail et de la prévoyance sociale à Monsieur le ministre de la Guerre, 14 octobre 1916, SHD, 6 N 149, Fonds Clémenceau, Mission de recrutement des ouvriers chinois.

25 Voir Marianne Bastid-Bruguière pour les recrutements de Canton et de Hong Kong par l’intermédiaire de l’entreprise française Gérin-Drevard ; pour le recrutement de Shanghai, voir la note 16 ci-dessus.

26 Voir « Guowuyuan qiaogong shiwuju diwuci tiaocha zai Fa huagong qingxingshu 国务院|侨工u事Æ务局½第Ä五­次¸调查d在b法k华工u情¡形Î书 » (Rapport de l’enquête sur les travailleurs chinois en France du Bureau du Conseil d’État chargé de l’affaire des ouvriers chinois d’Outre-Mer. Rapport 5.) (appelé par la suite « Guowuyuan /Rapport 5 »), Xin zhongguo, juillet 1919, vol. 1, no 3, p. 261.

27 « Le Président du Conseil à Monsieur le Ministre de la Marine », le 25 septembre, 1919, SHD-Archives centrales de la Marine, SSEB 7 ; cité par Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 34.

28 Marianne Bastid-Bruguière dans ce volume a vérifié les chiffres auprès des archives du ministère des Affaires étrangères et de la Guerre, et a proposé le chiffre de 36 941.

29 Voir « Guowuyuan/Rapport 5 », op. cit.

30 Xu Guoqi, China and the Great War. China’s pursuit of a new national identity and internationalization, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, p. 128-129 ; et voir également son 2e livre (qui a repris beaucoup de sa première publication) : Strangers on the Western Front : Chinese Workers in the Great War, Cambridge, Harvard University Press, 2011, 336 p. L’auteur a largement exagéré le rôle joué par les travailleurs chinois dans la Grande Guerre ; le contenu de cet ouvrage a occasionné des débats et des controverses : voir par exemple la critique de Rebecca Karl, “A World Gone Wrong”, London Review of Books 33(23), 2011, p. 23-24.

31 Carte conçue par Denis Marin, cartographe au Laboratoire d’Océanologie et de Géosciences (Université du Littoral Côte d’Opale, CNRS et Université de Lille 1). Les figures 1 à 4, et 6 dans cet article sont conçues par Denis Marin.

32 Le capitaine de Lapomarède, op. cit., Pékin, 16 avril 1916.

33 Des appellations sur ces travailleurs chinois volontaires comme « coolies », « la main-d’œuvre exotique » ou encore « les indigènes » ont été utilisées par des Français dans leurs archives. Voir les Archives nationales (AN), F14 11331, ministère des Travaux publics, Service central d’exploitation des ports maritimes au Chef d’exploitation du port de Rouen, 14 août 1917, au Service d’Organisation des Travailleurs Coloniaux, le 4 avril 1918 ; « Arrêté », au Quartier Général, le 31 mars 1917, Archives du département du Nord ; voir également Vincent Szlingier dans ce volume sur la catégorisation des travailleurs chinois employés par la France parmi les « Coloniaux ».

34 Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 36-37 ; voir également « Li Jun dierci baogao 李骏第Ä二G次¸报告i » (2e rapport de Li Jun), 10 juin 1918, dans le carton du « Huimin gongsi zhaogong dang (wu) », (appelé ensuite « 2e rapport de Li Jun »), consultable en chinois dans le Zhongyang yanjiuyuan, cité par Chen Sanjing, p. 37.

35 Par ailleurs, dès juin 1915, Liang Shiyi a contacté le colonel britannique, Attaché militaire en poste en Chine, David S. Robertson pour proposer l’envoi d’un effectif de 30 000 soldats chinois en Europe, en vue d’une participation dans la guerre du côté des Alliés. Mais cette proposition était jugée inadaptée par les Anglais. Voir dans les archives de The National Archives (TNA), Public Record Officie (PRO), Kew : David Roberson, « Memorandum on employment of Chinese for war purposes », 23 juillet, 1916, WO 106/35 ; « Jordan to Grey », 25 juillet 1916, WO 106/35 ; « Summary of Information Concerning the Recruiting of the Chineses labour Corps », 12 janvier 1917, WO 106/33. Pour les détails sur le recrutement de la main-d’œuvre chinoise, voir également Summerskill M., China on the Western Front, Londres, Michael Summerskill, 1982, p. 48.

36 Parliamentary Debates, House of Commons, 5th ser., 24 juillet 1916, col. 1379 ; cité par Griffin N. J., The Use of Chinese Labour by the British Marmy, 1916-1920 : The « Raw Importation », Its scope and Problems, thèse de doctorat, The University of Oklahoma Graduate College, 1973, note 47, p. 33. Cette thèse portait sur le recours de l’emploi de la main-d’œuvre chinoise des Britanniques dont CLC, c’est un travail minutieux basé sur d’importante source d’archives ; voir également Summerskill M., op. cit., p. 25, et les archives anglaises TNA, PRO, basé à Kew concernant le recrutement du CLC, cité ci-dessus.

37 Griffin N. J., op. cit., p. 34.

38 Ibid., p. 43.

39 Summerskill M., op. cit., p. 52-54 ; PRO, WO 32/11345, Recruitment of Chinese Labour, Jordan, Peking, to Foreign Office, London, 28 octobre, 1916.

40 Voir Griffin N. J., op. cit. ; Summerskill M., op. cit. ; Chen Sanjing op. cit., 1986, pour la partie du recrutement du CLC.

41 Voir Ma L., dans l’introduction de ce volume.

42 Voir la suite de l’article.

43 Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 20 ; « Fa zhu Ying Shigongshi dian 发驻英^施I公使电 » (Télégramme à Son Excellence Shi, l’ambassadeur chinois au Royaume-Uni), 25 janvier, 1917 ; « Shou zhu Ying Shigongshi dian 收驻英^施I公½使Ï电 » (Télégramme reçu de Son Excellence Shi, l’ambassadeur chinois au Royaume-Uni), 6 février 1917, dans Chen Sanjing et al., eds., op. cit., 1997, p. 469, p. 79. Voir également « Yingguo zhaogongdang (er) 英国招工档 (二) » (Archives du recrutement de Royaume Uni, 3 vols (vol 2)) (cité désormais « Yingguo zhaogong »), consultable en chinois dans le Zhongyang yanjiuyuan.

44 Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 21-22 ; « Shou Ying Shigongshi dian 收英施公使电 » (Télégramme reçu de Son Excellence Shi, l’ambassadeur chinois au Royaume-Uni », 21 février 1917, dans « Yingguo zhaogong », ibid.

45 Pour une analyse détaillée du choix de Weihai, voir Carol Tan dans ce volume ; voir également Summerskill M., op. cit., p. 65-72.

46 Plus de 50 000 travailleurs chinois ont été recruté en 1903-1904. Ensor R. C. K., England : 1870-1914, Oxford, The Clarendon Press, 1936, p. 377.

47 PRO, WO 32/11345, Recruitment of Chinese Labour, Under-Secretary of State for the Colonies, London, to commissioner, Weihai-Wei, 11 octobre, 1916 ; PRO, FO 25/0933, Correspondence, 1916.

48 PRO, WO 32/11345, Recruitment of Chinese Labour, Hordan, Peking, to Foreign Office, London, 22 octobre, 1916. Pour le contenu détaillé du contrat en version chinoise, voir « Yingren zhaogong hetong (renji gongsi) 英人招工合同 (仁记公司) » (Le contrat du CLC / La compagnie Renji), consultable dans le Zhongyang yanjiuyuan, on peut également le trouver dans Chen Sanjing (reproduit par), op. cit., 1986, p. 204-208 ; voir également Summerskill M., op. cit., p. 80-99.

49 Williamson H. R., British baptists in China, 1845-1952, London, The Carey Kingsgate Press, 1957, p. 100.

50 Chinese Labour Ordinance, as Amended in Committee and Submitted to the Legislative Council of the Transvaal by the Attorney General, voir également PRO, WO 106/33, History of the Chinese Labour Corps, Robertson, Peking, to D. M. I., London, 30 octobre 1916 ; et Alston, Peking, to D.M.I., London, 24 novembre 1916, cité par Griffin N. J., op. cit., p. 61, notes 99 et 100.

51 Selon les contrats reproduits par Chen Sanjing, dans son ouvrage, voir Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 204-208 pour le contrat des Britanniques ; et p. 191-203 pour celui des Français.

52 Voir le contrat des Anglais chinois : « Yingren zhaogong hetong », op. cit.

53 « Zhongguo canzhan zhi yiwu 中国参战之§义务 » (Le devoir de la Chine de participer à la guerre), Shanghai shibao 上海时报, 14 février 1919, cité par Chen sanjing, op. cit., 1986, p. 179 ; Zhao Shanlin 赵山s林L, « Yizhan qijiang wo zai Faguo ren huangong jicha de huiyi 一战期Á间我Ú在b法k国任ô华工u稽]查d由Ñ回^忆 » (Mon souvenir en tant que travailleur chinois en France pendant la Première Guerre mondiale), dans Zhongguo renmin zhengzhi xieshanghuiyi Tianjinshi weiyuanhui wenshiziliao weiyuanhui bian 中国人民政治协商Ó会议天Ñ津z市«委e员会文å史v资料Æ委e员会编 éd, Tianjin wenshi ziliao xuanji 天津文史资料Æ选辑 (Compilation des matériaux historiques de Tianjin), Tianjin renmin chubanshe 天津人民出版社, 1996, vol. 69, p. 149.

54 L’erreur dans les chiffres est assez importante, et le chiffre exact est toujours inconnu faute de cohérence dans les documents officiels : Wou, Piontchong a cité une lettre du War Office à la légation de Chine à Londres du 20 janvier 1921 (Les travailleurs chinois et la Grande Guerre, Paris, Pedone, 1939, p. 16) donnant le chiffre de 93 474 ; mais dans un autre rapport officiel britannique « Statement showing movement of vessels conveying Chinese coolies to France and numbers reported on each vessel », il est indiqué que 94 458 CLC ont été envoyés en France entre le 18 janvier 1917 et le 2 mars 1918 (Kew, WO 32/11345). Or dans « Statistics of the Military Efforts of the British Empire During the Great War, 1914-1920 », il était indiqué 92 129 89 recrutés, H. M. Stationery Office, London, 1922, p. 160. L’écart de la partie chinoise était encore plus impressionnante, puisqu’elle indiquait 100 000 recrutés par les Anglais (« Lettre du 13 octobre 1920, adressée à l’Ambassadeur de Chine à Londres par le Bureau des affaires des travailleurs émigrés », Wou, Piontchong, p. 16) ; dans un autre rapport, le responsable chargé des affaires des travailleurs chinois en France a encore avancé d’autres chiffres, au total 145 000 travailleurs ont été envoyés et employés par les Français et Britanniques : « (Jiaogong shiwu ju han 侨工u事Æ务局½函ç (Lettre du Bureau des affaires des travailleurs chinois émigrés) (25 novembre 1918), fu diaocha huagong zai Fa qingxing shu 附调查d华工u在b法k情¡形Î书 (accompagné du Rapport de l’enquête sur les travailleurs chinois en France) », Huimin gongsi zhaogong dang (qi) » (vol. 7 des Archives du recrutement de la société Huimin), cité dans Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 33.

55 Blick J., « The Chinese Lalor Corps in World War », in Papers on China, IX, Cambridge Mass., Harvard University, Center for East Asian Studies, 1955, p. 118 ; voir également Summerskill M., op. cit., p. 65 ; Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 61 ; Chen Baoyu 陈宝玉É, « Wo zeng zai Ouzhou dang huagong 我曾在欧洲当华工 » (J’ai été engagé comme travailleur chinois en Europe), dans Tianjin wenshi ziliao xuanji, op. cit., p. 155.

56 Charbonnier J. et Charbonnier J-P., Christians in China : A.D. 600 to 2000, San Francisco, Ignatius Press, 2007, p. 391 ; Linda Pomerantz-Zhang, Wu Tingfang (1842-1922) : reform and modernization in modern Chinese history, Hong Kong University Press, 1992, p. 243-247 ; Tianjinshi difangzhi bianxiu weiyuanhui 天津市地方志编修×委e员会 éd., Tianjin tongzhi dashiji 天津通志大事记 (Grands événements historiques de la ville de Tianjin), Tianjin shehui kexue chubanshe 天津社会科学出版社, 1995, p. 185-187.

57 Voir Chan Sanjing., op. cit., 1986, p. 49-59. L’auteur a déjà rapporté une description des protestations des Allemands et de l’Autriche-Hongrie. Je me contente donc ici de faire un rappel du fait. On peut également trouver des sources primaires en chinois sur cet exercice de protestation et riposte des 3 pays, voir Chen Sanjing et al., éd., op. cit., 1997, notamment dans les pages suivantes : p. 8-11, p. 15, p. 17 ; p. 199-232. Des aller-retour de télégrammes entres les ambassadeurs de l’Autriche-Hongrie et de l’Allemagne avec la Chine, en particulier au ministère des Affaires étrangères chinois, se trouvent également dans le carton de « Zhaogong zongan 招工总案× » (Archives complètes du recrutement), consultable en chinois dans le Zhongyang yanjiuyuan.

58 « Huimin gongsi zhaogong dang (yi) » (Archives du recrutement de la société Huimin, vol. 1), cité Par Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 51.

59 Chen Sanjing, p. 51-53.

60 Ibid., p. 49.

61 Ibid., p. 52.

62 Ibid., p. 50.

63 Ibid., p. 51, p. 54.

64 Voir Summerskill M., op. cit., p. 58-59.

65 « Shoujin renjian weiyou zhiku, si zuo zhanchang zhi gui, yong wu gui gu zhishi 受尽人间未¼有³之§苦W, 死作战运之§鬼­, 永无归骨©之§时 », Shanghai shibao, 28 juillet, 1916.

66 Voir les récits et chansonnettes rapportés par Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 57.

67 Summerskill M., op. cit., p. 57. Il y avait également des compagnies anti recrutements provenant des gouvernements locaux chinois, voir « shou Guowuyuan han 收国务院|函ç » (Lettre reçu du Conseil des Affaires d’État), dans Zhaogong zongan (1), op. cit., cité par Chen sanjing, 1986, p. 43 ; des critiques et interrogations concernant ces recrutements sont également apparues dans des journaux chinois : Shanghai shibao, Zhonghua xinbao 中华新s报 (un journal local de Shantou 汕头) etc.

68 « Guowuyuan/ Rapport 2 », op. cit., p. 192-193.

69 Voir Glen Peterson dans ce volume. Voir aussi Zhao Shanlin, op. cit., p. 114. Chen Baoyu, op. cit., p. 156.

70 La présente figure est faite en s’inspirant d’une carte de Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 69.

71 Dongfang zazhi 东方è杂志Ó, vol. 15, no 12, p. 197-198. D’après Chen Sanjing, le parcours de ce chemin était pénible et long, plus de 3 mois, et certains ont attrapé la jaunisse ou le scorbut en raison du manque de vitamines C (pas assez de réserves de fruits et de légumes). Ce chemin a été abandonné par la suite. Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 67.

72 Blick J., op. cit., p. 120.

73 Li Yunfeng 李云峰, « Yi wo dang huagong de jingli 忆我Ú当华工u的º经历 » (Mon souvenir en tant que travailleur chinois), dans Tianjin wenshi ziliao xuanji, op. cit., p. 165 ; Sun Gan 子小干 (texte répertorié par Sun Guanglong 子小光隆), Ouzhan(yizhan) huagong ji 欧战 (一占戈) 华工u记 (Carnet de notes d’un travailleur chinois pendant la Guerre européenne), dans Zibo shizhengxie wenshi ziliao weiyuanhui 溜博市政协文å史v资料Æ委e员会编 éd., Zibo wenshi ziliao 淄博文史资料Æ (Matériaux historiques de Zibo), no 10, 2009, p. 149. Voir également Summerskill M., op. cit., p. 57 ; Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 71.

74 Il y a eu des entraînements à Weihai, mais ils n’étaient pas destinés spécialement à la traversée de la mer, il s’agissait plutôt d’entraînements disciplinaires.

75 Blick J., op. cit., p. 120 ; « Huagong fu Fa zhi shikuang 华工u赴u法k之§实况 » (La vérité des travailleurs chinois envoyés en France), Dongfang zazhi, vol. 15, no 6, p. 36.

76 Blick J., op. cit., p. 120.

77 Voir « 1er rapport de Li Jun », cité par Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 70.

78 Zhao Shanlin, op. cit., p. 145.

79 Blick J., op. cit., p. 120 ; Chen Baoyu, op. cit., p. 156.

80 Dongfang zazhi, vol. 15, no 12, p. 197-198.

81 « Fu Ou huagong fengyu lu 赴欧华工u风雨B录 » (Notes de vies turbulentes des travailleurs chinois en France), Shanghai shibao, 22 décembre 1917. Concernant les voyages des travailleurs chinois, on peut trouver des descriptions dans les archives « Huimin gongsi zhaogong dang (wu) » (Archives du recrutement de la société Huimin, vol 5), dans le « 1er rapport de Li Jun », op. cit. Voir également la partie concernant les voyages des travailleurs dans Blick J., op. cit., Summerskill M., op. cit., et Chen Sanjing op. cit., 1986 ; les articles sur ce sujet dans la revue Dongfang zazhi, vol. 15, no 6, juin 1918 ; no 12, décembre 1918. Voir également des témoignages personnels des travailleurs : Chen Baoyu, op. cit., p. 155-156 ; Zhao Shanlin, op. cit., p. 143-145 ; Li Yunfeng, op. cit., p. 165 ; et Sun Gan, op. cit., p. 12-17. Gu Xingqing 顾杏ö卿ë, Ouzhan gongzuo huiyi lu 欧战工u作@回^忆录 (Souvenirs de mon travail dans la Guerre européenne), Shangwu yingshuguang 商务印L书馆, 1938, 3e édition, p. 1-15.

82 Zhao Shanlin, op. cit., p. 145.

83 La présente figure est faite en s’inspirant de la carte de Chen T., Chinese migrations. With special reference to labor conditions, Bulletin of the US Bureau of Labor Statistics, Washington, 1923 (reprint Taibei, Cheng Wen, 1967), mais a été complétée par moi-même pour certains points manquants. Les Chinois sous l’autorité des Américains ont été prêtés par les Français (5 000 personnes environ), selon Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 123.

84 Pour connaître les tâches effectuées par le CLC, voir également les témoignages personnels des travailleurs chinois qui ont servi sous les autorités britanniques. Chen Baoyu, op. cit., p. 157-158 ; Zhao Shanlin, op. cit., p. 146-148 ; Li Yunfeng, op. cit., p. 159-160 ; et Sun Gan, op. cit., p. 26-27, p. 32-33, p. 54, p. 61, p. 67, p. 84 ; Gu Xingqing, op. cit., 74 p., Su Lianyuan 苏连元¸, « wo canjiaguo diyici shijie dazhan 我参加过第一次世界大战 » (J’ai participé à la Première Guerre mondiale), Chunqiu 春秋, 1997, no 3, p. 25.

85 Wou P., op. cit., p. 28 ; voir aussi H. Watté, La belle vie du missionnaire en Chine, Maison du missionnaire, Vichy, 1932. Dans ce livre, le Père Watté a rapporté des témoignages sur plusieurs centaines de bombardements Allemands à Dunkerque dans un Camps du CLC ; Li Changfu 李长傅, Zhongguo zhimin shi 中国殖民史 (L’histoire coloniale de la Chine), Shangwu yinshuguan 商务印L书馆, 1937, p. 290 ; Wang Jianmin 王健民, et Cheng Tingyu 程廷钰, « Yizhan huagong gaoji fangyi Huang Daorong 一战华工u高ª级翻½译黄道D荣 » (Huang Daorong, interprète de haut rang pour les travailleurs chinois), Jiaoshi yuandi 侨史v园地a, no Z1, 1996, p. 55.

86 Zhao Shanlin, op. cit., p. 147.

87 Voir les témoignages du CLC : Zhao Sanlin, Chen Baoyu, Li Yunfeng et Sun Gan op. cit. ; voir également Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 121-123 ; Wou P., op. cit., p. 28.

88 Ibid., et voir aussi Blick J., op. cit., p. 122.

89 Ma Li 马麵Ñ, « Faguo beibu de yizhan huagong 法国北部的一战华工u » (Les travailleurs chinois dans le Nord de la France pendant la Première Guerre mondiale), dans Zhang Jianguo 张建Ø国 éd., Zhongguo laogong yu diyici shijie dazhan 中国劳工u与O第Ä一@次¸世@界É大j战 / Chinese Labourers and the First World War, Jinan, Shandong daxue chubanshe 山东大j学出X版©社À, 2009, p. 56-94.

90 Concernant les travailleurs dans la reconstruction, voir Philippe Nivet et Patrice Marcilloux dans ce volume. Voir également Raux J., L’intervention des Chinois pendant la reconstruction du Pas-de-Calais, mémoire de maîtrise sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau et Anne Duménil, Université de Picardie, 2001-2002 [consultable à la bibliothèque universitaire de l’Université de Picardie]. Ce très bon mémoire a présenté une étude basée sur de nombreuses sources d’archives.

91 Voir Sun Gan dans son carnet de notes, op. cit. p. 66-67.

92 Concernant le retour des travailleurs, voir Marianne Bastid-Bruguière dans ce volume.

93 D’après Marianne Bastid-Bruguière dans ce volume.

94 Voir l’article « Anciens combattants chinois », Regard, 13 janvier 1938.

95 Nous n’avons pas de chiffre exact pour cela, mais d’après Shenbao 申报 (12 mars 1937, cité par Chen Sanjing, op. cit., 1986, p. 154), parmi le millier de Chinois environ qui sont restés en France, la majorité s’est marié avec des Françaises.

96 « Bulletin départemental de la reconstitution et des communes de l’Aisne », publié par la préfecture de l’Aisne, Archives départementales de l’Aisne ; folio P 41. 1. Je remercie Yves Tsao pour cette référence.

97 Pour les Chinois anglais voir Wou P., op. cit., p. 16, pour les Chinois français, voir Marianne Bastid-Bruguière dans ce volume.

98 Wou P., op. cit. p. 16.

99 Voir Jérome Buttet dans ce volume.

100 Fawcett B. C., « The Chinese Labour Corps in France, 1917-1921 », Journal of the Hong Kong Branch of the Royal Asiatic Society, vol. 35, 1995, p. 33-111 ; voir également Xavier Boniface (ce volume) pour les recensements dans le Nord-Pas-de-Calais.

101 Il y a également des tombes anonymes.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Salaires des travailleurs recrutés par la société Huimin18.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16962/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Figure 1 : Provinces d’origine des travailleurs chinois (rose) et villes de recrutement pour les Français et les Anglais.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16962/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Figure 2 : Les différentes routes d’acheminement des travailleurs chinois.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16962/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Figure 3 : Lieux d’implantation des différents camps de travailleurs chinois, pour les États-Unis (EU), la France (FR) et la Grande-Bretagne (UK).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16962/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Légende Figure 4 : Les camps de CLC dans le nord de la France.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16962/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende Figure 5 : Nombre de tombes individuelles pour les principaux cimetières chinois du CLC.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16962/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Figure 6 : Les cimetières du CLC comportant plus de 10 tombes, tous situés dans le nord de la France, sauf un en Belgique.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16962/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 211k

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540