Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale

 | 
Li Ma

Discours d’ouverture du colloque

Les Travailleurs chinois et la France pendant la Grande Guerre

Jean-Jacques Becker

Texte intégral

1Un dimanche de décembre 1967, Annie Kriegel présentait une communication à la Société d’Histoire Moderne. Une fois par mois, à la Sorbonne, devant tout ce que l’Université française comptait d’historiens importants de l’histoire contemporaine, se tenait ainsi une séance de cette société. Cette sorte de grand-messe mensuelle où tenaient le haut du pavé le doyen Pierre Renouvin, l’inspecteur général Gadrat, Ernest Labrousse… a disparu maintenant depuis longtemps.

  • 2 Kriegel A., Communismes au miroir français, Paris, Gallimard, 1974, p. 55-94.

2Celle qui était en train de devenir la grande historienne, au plan français et international, du communisme, avait choisi un sujet étrange : « Aux origines françaises du communisme chinois : ouvriers et étudiants chinois en France dans les années 10 et 202 ».

3Elle avait commencé ainsi :

Il est, dans un repli de la plaine picarde, un étrange cimetière. À l’écart du village de Noyelles-sur-Mer, à l’écart de la route, rien ne le signale. Pas de drapeau - ce n’est pas un cimetière militaire. À l’entrée un écriteau : le lieu est entretenu par sa Gracieuse Majesté britannique, ce dont témoignent d’impeccables pelouses. Mais il n’y a pas de croix ; de simples pieux et des inscriptions en caractères chinois. Pour qui, pour quoi, comment sont venus mourir sur notre terre, en 1917-1918, ces centaines de jeunes Célestes, comme on disait à l’époque ? Émue et intriguée, j’ai voulu en savoir davantage.

4L’objet de la communication d’Annie Kriegel était de montrer comment un certain nombre de jeunes Chinois venus en France à cette époque ont figuré par la suite parmi les créateurs du parti communiste chinois. Notre but aujourd’hui est différent, nous demander pourquoi et comment des Chinois se sont trouvés en France à cette époque.

5Première question, dans quelle mesure la guerre affectait-elle l’Extrême-Orient ?

6Quand la guerre qui allait devenir la Grande Guerre avait éclaté au début du mois d’août 1914, c’était un conflit uniquement européen qui opposait d’un côté l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie, de l’autre la Russie, la France, le Royaume-Uni. Si elle a été baptisée – faussement – par la suite « Guerre mondiale », car elle est restée pour l’essentiel une guerre européenne, c’est parce qu’indirectement et de façon plus ou moins importante, elle a touché différentes régions du monde, et surtout parce que les États-Unis y ont participé à partir de 1917.

7La Chine n’était aucunement concernée, mis à part que, dans le cadre de la guerre contre l’Allemagne, les possessions allemandes à travers le monde pouvaient être visées. Le Japon qui était alors allié de l’Angleterre avait proclamé sa neutralité, mais le gouvernement britannique lui avait rappelé ses obligations. Le 23 août 1914, le Japon était donc entré en guerre contre l’Allemagne : cela concernait la Chine, car outre de s’emparer de toute une série d’îles ou d’archipels qui étaient sous domination allemande dans l’Océan Pacifique, les Japonais s’attaquaient au territoire à bail que l’Allemagne possédait en Chine, le territoire de Qingdao dans la presqu’île du Shandong (ce qu’on appelait il n’y a pas si longtemps Tsing Tao dans le Chan Toung). Après une très forte résistance (1800 soldats japonais furent tués), les 3 000 soldats allemands durent capituler. Pour les Japonais, la guerre était terminée. Contrairement à ce que ne cessèrent d’espérer beaucoup d’hommes politiques français, y compris Clemenceau, ils se refusèrent à envoyer un seul soldat en Europe…

8En revanche, ils ont estimé que le moment était favorable pour étendre leur influence en Chine. En mai 1915, ils imposent à la Chine les « 21 Demandes » qui renforcent leur mainmise sur la Chine, en particulier en Mandchourie, et dont l’entière satisfaction leur aurait permis d’y établir un véritable protectorat. Néanmoins, sous la pression des États-Unis, ils devaient renoncer à certaines de ces demandes.

9Deuxième question, quelle était donc la situation en Chine ?

10En 1911, la dynastie dite mandchoue avait été renversée et la République établie. Le premier président en fut Sun Yat Sen, mais, dès 1912, il devait céder la place au général Yuan Che Kai (Yuan Shikai) qui resta au pouvoir jusqu’à sa mort brutale le 6 juin 1916. En fait, dès 1915, quand Yuan Che Kai se prépare à rétablir l’Empire en sa faveur, une grande partie de la Chine échappe à son autorité. Son pouvoir était très faible : il était incapable de résister aux pressions japonaises. Par rapport à la guerre européenne, le gouvernement chinois avait proclamé la neutralité de la Chine, dès le 6 août 1914. Toutefois, à partir de la fin 1915, alors que la guerre dure déjà de façon beaucoup plus longue qu’il n’avait été prévu et qu’on n’en voit aucunement la fin, les gouvernements français et anglais souhaitent pousser la Chine à entrer dans la guerre, ne serait-ce que pour fournir de la main-d’œuvre. Le Japon s’y oppose résolument. Parce que si la Chine avait participé à la guerre, elle aurait pu profiter du soutien de la France et de l’Angleterre pour faire pièce à l’influence japonaise. La situation se modifie quand les États-Unis entrent dans la guerre, ils font pression sur les États neutres pour qu’ils fassent comme eux. Ils parviennent à faire céder l’opposition japonaise.

11Le problème se situe alors en Chine : tant dans les milieux dirigeants que dans la masse de la population, les avis sont extrêmement divergents et c’est au milieu d’une extrême confusion que le gouvernement du moment entre dans la guerre, aux côtés des Alliés, le 14 août 1917.

12La participation réelle à la guerre de la Chine ne pouvait être que nulle si ce n’était l’envoi de main-d’œuvre. Au moment des traités de paix, le gouvernement chinois fit effectivement état de l’envoi de nombreux travailleurs en Europe. En réalité les choses ne s’étaient pas passées ainsi. L’explication ne se trouve pas en Chine, mais en France et dans le Royaume-Uni.

13Quand la guerre avait éclaté, tous les belligérants étaient convaincus qu’elle serait terrible, mais brève. Les réserves de matériel et de munitions avaient été calculées en fonction de cette idée. Il apparut très rapidement que la guerre exigeait un énorme effort industriel pour produire les matériels nécessaires.

14Le point de départ en France en fut une conférence à Bordeaux qui, le 20 septembre 1914, réunit le ministre de la Guerre, Alexandre Millerand et les principaux industriels du pays. Pour ne prendre que cet exemple, il y fut décidé de porter la production d’obus de 75 000 à 100 000 par jour alors que les possibilités de production étaient de 13 000 avant la guerre et étaient tombées à 2 000 en octobre 1914. La production d’obus était certes particulièrement importante, mais ce n’était qu’une parmi les productions nécessaires !

15Pour réaliser les objectifs indispensables, la France était d’autant plus handicapée qu’une partie de ses plus importantes régions industrielles était occupée par les Allemands depuis le début de la guerre. L’industrie de guerre française avait donc à régler toutes sortes de problèmes, et l’un des plus graves était celui de la main-d’œuvre, d’autant que la France était, parmi les belligérants, celui qui avait mobilisé le plus d’hommes proportionnellement à sa population.

16Comment faire ? D’abord demander à l’armée de rendre une fraction des mobilisés nécessaires à l’industrie. L’armée libéra ainsi environ 500 000 hommes, mais elle estima ne pouvoir faire davantage. Faire ensuite appel aux femmes : contrairement à ce que l’on croit habituellement, l’augmentation du personnel féminin fut assez faible pendant la guerre, elle ne concerna environ que 200 000 femmes, mais il y eut un important déplacement des emplois traditionnels, en particulier de l’industrie textile, vers les usines de guerre. Il fallut également faire appel à du personnel étranger, des Espagnols, des Grecs…, à des travailleurs « coloniaux », près de 80 000 Algériens, surtout des Kabyles, 35 000 Marocains, 18 000 Tunisiens, 49 000 Indochinois qu’on appelait alors des Annamites et plus de 4 000 Malgaches. On utilisa aussi des mutilés, des prisonniers de guerre (assez peu dans l’industrie, car c’était contraire aux règlements internationaux). Malgré cela, on était toujours aux limites du nécessaire : c’est ainsi qu’on pensa à utiliser le « réservoir » chinois, d’autant qu’il y avait déjà en France quelques ouvriers chinois qui étaient appréciés.

17Assez curieusement le service de la main-d’œuvre qui allait s’occuper de trouver de la main-d’œuvre chinoise fut celui qui s’occupait aussi de la main-d’œuvre coloniale… Cette entreprise ne fut en rien une initiative chinoise et fut de caractère privé. Un colonel français qui avait fait sa carrière en Extrême-Orient, le colonel Truptil, se présenta en Chine comme ingénieur agronome et traita à titre privé avec un organisme chinois créé pour l’occasion, le « syndicat Huimin ». Les négociations pour déterminer ce que serait le contrat de travail de ces ouvriers chinois furent d’ailleurs laborieuses et ce ne fut qu’en juin 1916 qu’elles furent menées à leur terme. Dans la pratique, compte tenu du temps du voyage, ce fut seulement au cours de 1917 que les ouvriers chinois arrivèrent en France.

18Certains en France avaient craint (ainsi le député socialiste du Rhône, Marius Moutet, dans une lettre du 30 janvier 1916, au ministre de la Guerre) que ce soit la lie de la population qui allait être recrutée. La majeure partie était toutefois composée de paysans pauvres et illettrés, mais, originalité de cette main-d’œuvre, elle comporta un petit nombre d’étudiants qui trouvaient ainsi le moyen d’aller gratuitement en Europe… C’est parmi eux qu’on trouva effectivement quelques-uns des futurs dirigeants communistes chinois.

19Dernière question, pourquoi le cimetière de Noyelles est-il britannique ?

20Tout simplement parce que le Royaume-Uni s’employa aussi à un important recrutement de travailleurs chinois et qu’un certain nombre d’entre eux sont morts en France et ont été enterré là.

21Au total, ce sont 190 000 travailleurs qui furent recrutés en Chine, mais un certain nombre (20 000) furent employés en Egypte et dans d’autres territoires contrôlés par les Britanniques, 150 000 seulement arrivèrent sur le territoire français. Dans leur grande majorité (100 000) ils étaient sous l’autorité britannique qui les utilisa largement pour des travaux de terrassement dans la zone du front, il y en eut à peu près 37 000 sous l’autorité françaises, mais qui furent principalement utilisés dans les usines, le reste de ces travailleurs chinois fut affecté à l’armée américaine.

22Tel fut le cadre de cette étrange épopée qui est le thème de notre colloque.

Bibliographie

Bibliographie

Kriegel A., Communismes au miroir français, Paris, Gallimard, 1974.
« Aux origines françaises du communisme chinois », Preuves, août-septembre 1968, p. 25-40.

Notes

2 Kriegel A., Communismes au miroir français, Paris, Gallimard, 1974, p. 55-94.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540