Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale

 | 
Li Ma

Introduction : la Chine dans la Première Guerre mondiale

Li Ma

Texte intégral

La Grande Guerre – guerre totale

  • 2 Pour une connaissance plus détaillée concernant la Grande Guerre, voir les ouvrages de Becker J.-J (...)

1La Première Guerre mondiale (28 juillet 1914-11 novembre 1918) a été une guerre essentiellement européenne2. En effet, elle a principalement opposé des pays européens ; d’un côté les Alliés de la Triple-Entente (la France, l’Empire britannique, l’Empire russe), rejoints plus tard par le Japon, l’Italie, le Portugal et les États-Unis, et de l’autre les empires centraux (l’Autriche-Hongrie et l’Empire allemand), rejoints par la suite par l’Empire ottoman et le royaume de Bulgarie, d’autre part la majeure partie des batailles s’est déroulée sur le continent européen. Si ce conflit a provoqué le plus grand drame de l’histoire européenne, par le nombre de morts et par la destruction quasi complète de nombreuses villes, et totale de certaines autres comme dans les Flandres, le Nord et l’Est de la France, cette guerre a aussi été un véritable traumatisme dans le monde entier. Au total, les cinq continents ont été impliqués avec la participation de 24 États pour les Alliés et leurs colonies, et de l’autre côté les quatre Empires centraux avec leurs États et composantes.

La chine en 1914

2Lorsque la Grande Guerre a éclaté, la Chine était sous un régime Républicain avec à sa tête le président Yuan Shikai 袁世凯 qui en principe gouvernait un État souverain indépendant, mais la réalité était autre. La Chine de 1914 était en effet un pays « faible » qui s’enlisait dans une semi-colonisation et un appauvrissement économique de plus en plus grave, en raison de son retard de développement, mais surtout de par la présence de puissances étrangères sur son territoire, qui imposait domination et exploitation. Par ailleurs, la légitimité du régime de Yuan Shikai ne faisait pas l’unanimité en Chine, et malgré son statut de président de la République, son unique préoccupation était la restauration monarchique, ce qui ne facilitait pas l’avancée du pays vers une société de progrès et vers la modernisation.

  • 3 Suites aux deux Guerres de l’Opium, la Chine a subi diverses guerres d’agression étrangères sur so (...)
  • 4 La carte est conçue par Denis Marin, cartographe au Laboratoire d’Océanologie et de Géosciences de (...)

3Quelques décennies plus tôt, la Chine s’était vue imposer par les grandes puissances étrangères différents traités que les Chinois appellent « traités inégaux ». Ces traités mettaient fin aux deux guerres de l’Opium (la première de 1839 à 1842 contre les Anglais ; la seconde de 1856 à 1860 contre la France et le Royaume-Uni)3, ainsi qu’aux autres guerres d’agression qu’elle a subies par la suite et qui portaient atteinte à sa souveraineté nationale. À la suite de cela, les intérêts des Européens étaient présents partout dans le pays. En 1914, les principaux pays belligérants des deux camps avaient tous leurs zones d’influence en Chine. Voir le tableau 1 et la figure 14.

Tableau 1 : Concessions, territoires à bail et annexions.

  • 5 La Belgique était impliqué dans la Guerre, puisqu’elle a été envahie par les Allemands en 1914.
  • 6 Une petite île qui fait partie de Xiamen. Cette concession internationale appartenait aux dix État (...)

Pays

Concessions (villes et ports)

Territoire à bail

Annexions

Royaume-Uni

Tianjin 大洋*, Hankou 汉口, Shanghai (concession internationale, en commun avec les USA), Zhenjiang 镇江¿, Jiujiang 九江, Canton 广州, Xiamen 厦门

Weihai 威海

Hong Kong

Japon

Tianjin, Hankou, Suzhou 苏州{, Hangzhou 杭州, Chongqing 重庆, Fuzhou 栢州, Shashi 沙市

Liaodong 辽东 (Port-Arthur, Dalian)

Taiwan

France

Tianjin, Hankou, Canton, Shanghai

Guangzhou Wan 广州湾 (Zhanjiang 湛江)

Allemagne

Tianjin, Hankou

Qingdao育岛

Russie

Tianjin, Hankou

Autriche-Hongrie

Tianjin

Belgique5

Tianjin

Italie

Tianjin

Royaume-Uni, États-Unis, Allemagne, France, Espagne, Japon, Danemark, Pays-Bas, Suède et Norvège.

Gulangyu 鼓浪山与6 (concession internationale pour les 10 pays)

* Les États-Unis ont également eu une concession à Tianjin, mais la gestion de celle-ci a été cédée aux Britanniques en 1902.

Figure 1 : Les implantations des belligérants en Chine en 1914. RU (Royaume-Uni), J (Japon), F (France), R (Russie), A (Allemagne), AH (Autriche-Hongrie), I (Italie), B (Belgique).

  • 7 Liu Jingkun 刘敬坤, « Woguo jiushi daodi you duoshao zujie 我国旧时到ì底³有³多少租界 ? » (Combien de concessions (...)
  • 8 Li Yumin 李育民, Zhongguo feiyueshi 中国废约史v (L’histoire de l’abolition des traités inégaux en Chine), (...)

4On comptait au total plus de 27 zones de concessions étrangères en Chine : 25 gérées par chaque puissance indépendamment, et en plus deux concessions internationales dont Shanghai (Royaume-Uni et États-Unis), et Gulangyu7. À cela s’ajoutaient quatre territoires à bail, deux annexions ainsi que de nombreux ports ouverts. La Chine a donc subi d’importantes atteintes à sa souveraineté, en particulier pour les territoires à bail (outre les annexions). En plus de ces amputations territoriales, la Chine devait, d’une part, verser de très fortes indemnités de guerre aux vainqueurs et, d’autre part, limiter à un maximum de 5 % ses droits de douane depuis le traité de Nankin de 1842. Les zones d’influence et notamment les territoires à bail échappaient à la loi chinoise. Ce privilège d’extraterritorialité et certains pouvoirs exceptionnels possédés par ces concessions (l’autonomie du commerce, de la défense et de la gestion administrative) faisaient que les étrangers géraient leurs quartiers dans les villes chinoises de façon indépendante. En particulier, les territoires à bail, grâce à la présence de leur propre police, de leur armée, et d’une administration totalement autonome, étaient en pratique devenus de petits « États dans l’État » (Guo zhong zhi Guo 国中之国) tels que les appelaient les Chinois8.

  • 9 Par exemple c’est l’intitulé d’un ouvrage de Chen Sanjing 陈三T井« : Chen Sanching (Chen Sanjing), Hu (...)

5Cette forte présence des belligérants sur le continent chinois a amené en 1914 à placer, malgré elle, la Chine dans une situation de risque de guerre, cette « Guerre européenne » telle que l’appellent les historiens chinois et taiwanais9. Le risque d’entraîner la Chine dans la guerre européenne provenait de la présence de tous les belligérants réunis sur son territoire. D’autre part, la majorité des grandes villes chinoises soumises aux « Traités inégaux » était également accessible par mer, ce qui en faisait des lieux stratégiques lorsque la guerre a été déclarée en Europe. La guerre alors ne semblait plus se limiter à l’Europe, et la possibilité de voir éclater des conflits sur son sol devenait une réalité pour la Chine.

La Chine et la question de la neutralité

  • 10 « Zhonghua Minguo juwai zhongli tiaogui 中华民Á国局½外~中¤立ß条规 » (Règlements de la neutralité de la Répub (...)
  • 11 La Chine a adhéré à la Convention (V) concernant les droits et les devoirs des Puissances et des p (...)
  • 12 Voir Shenbao 申报 (Journal quotidien de Shanghai), du 6 août au 30 août 1914. Des articles avec des (...)
  • 13 Shenbao, op. cit., du 6 août au 30 août 1914.
  • 14 Ibid.

6Dans le souci d’éviter de se faire entraîner dans le tourbillon de la guerre et d’échapper au risque de voir un jour des batailles entre les deux camps s’étendre jusqu’à son territoire, le gouvernement chinois a proclamé dès le 6 août 1914 sa « neutralité absolue pendant la guerre européenne » en accompagnant cette proclamation d’une déclaration des « Règlements de la neutralité de la République de Chine » (24 au total, appelés par la suite « Règlements10 »). Elle a demandé aux États en guerre de respecter strictement la neutralité du pays. Selon ces « Règlements » : « Le gouvernement chinois est en droit d’interdire aux corps des occupants des États belligérants de se livrer à des hostilités et occupations conflictuelles sur le territoire chinois ainsi que dans sa zone maritime »11 ; ces « Règlements » interdisent le passage de troupes, d’armements et d’équipements et le stationnement de navires de guerre dans les ports chinois ; ils indiquent qu’en cas de contravention, les navires seraient internés et désarmés. Or, malgré cette volonté de neutralité, le continent chinois n’a pas vraiment échappé à des contentieux entre les belligérants. Tout d’abord, la Chine a subi immédiatement des conséquences économiques négatives pour son commerce. Ceci provenait du climat de tension provoqué par la guerre en Europe12 : les deux camps se livraient à différentes campagnes d’espionnages, répandant de fausses informations sur son territoire. Des guerres commerciales faisaient rage ; les luttes pour défendre des intérêts économiques et financiers devenaient de plus en plus violentes13 ; des rumeurs circulaient. Tout ceci a mis certaines grandes villes chinoises en état d’alerte permanent. Ces tensions dans les zones d’influence étrangère, entre des pays en conflit, inquiétaient les autorités chinoises. Les allers-retours des navires de guerre allemands et japonais dans les ports chinois étaient fréquents14, ce qui était aussi inquiétant, car l’alliance anglo-japonaise de 1902 pouvait pousser à tout moment le Japon à entrer dans la guerre européenne. Ceci a été confirmé quelques semaines après le début du conflit avec la déclaration de guerre des Japonais aux Allemands, et avec l’attaque par le Japon du territoire à bail des Allemands à Qingdao. Les combats ont duré plusieurs mois et ont fait des victimes civiles chinoises tout en créant des mouvements de paniques dans la zone. Au final, le conflit s’est terminé par la perte de Qingdao, tombé entre les mains des Japonais le 7 novembre 1914.

  • 15 Fenggang ji mendizi 凤冈及Î门弟Ì子l éd., Sanshui Liang Yansun xiansheng nianpu 三水梁燕孙先ý生Í年~谱 (Chronologie (...)

7Dès le début du mois d’août 1914, le ministre britannique en poste en Chine, Sir John Jordan, avait averti Liang Shiyi 梁士诒, l’influent secrétaire général de Yuan Shikai : « Le Royaume-Uni et le Japon sont alliés, le Japon va certainement entrer en guerre au côté des Anglais. Si la Chine ne récupère pas elle-même la ville de Qingdao occupée par les Allemands (dès maintenant), d’autres (les Japonais) le feraient à sa place15. » Certaines voix s’étaient élevées alors au sein du gouvernement chinois pour défendre une participation de la Chine dans la guerre, mais Yuan, qui nourrissait l’ambition de rétablir un nouvel empire chinois, ne voulait pas perdre le soutien des Allemands à sa cause, et refusa de prendre parti dans ce conflit encore limité à l’Europe.

  • 16 Li Yumin, op. cit., p. 250.
  • 17 « Shou zhu Riben Lugongshi han 收驻日é本»陆公½使Ï函ç » (Lettre de Son Excellence Lu, l’ambassadeur chinois (...)
  • 18 Fairbank J. K., La Grande révolution chinoise 1800-1989, Flammarion, 1989, p. 250. Les « 21 demand (...)

8Lorsqu’en août 1914, les Japonais ont attaqué les Allemands de Qingdao, la Chine voyait l’ambition impérialiste japonaise s’afficher clairement. Elle regrettait d’autant plus de ne pas s’être engagée dans la guerre au côté des Alliés. Pour tenter de contenir l’ambition japonaise, le Président chinois Yuan a évoqué avec le ministre britannique Sir John Jordan, l’idée éventuelle d’une entrée de la Chine en guerre aux côtés des Alliés, mais cette éventualité a reçu aussitôt l’opposition du Japon16. Le but des Japonais était en effet d’éviter que la Chine ait l’occasion, une fois la paix revenue, de revendiquer une récupération des zones d’influence allemandes, ce qui aurait limité l’ambition expansionniste du Japon en Chine. Selon une lettre datée de novembre 1914, le ministre des Affaires étrangères japonais de l’époque, en évoquant la question de Qingdao et des négociations de paix de l’après-guerre avec l’Ambassadeur chinois au Japon, a dit ceci : « Pour la Conférence de la Paix, la Chine n’ayant pas été un Allié pendant la guerre n’aurait pas sa place à la table des négociations17. » Par ailleurs, dès le 18 janvier 1915, quelques mois après s’être emparé de Qingdao, pendant que les belligérants européens étaient occupés à se battre à feu et à sang en Europe, laissant un peu leur intérêt chinois de côté, le Japon faisait connaître à la Chine ses « 21 demandes », qui visaient à étendre leur contrôle politique et économique et à faire du pays « un protectorat japonais »18.

La Chine dans la Guerre

  • 19 Li Yumin, op. cit., p. 250.
  • 20 Le Roux H., La France et le monde, Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1917-18, p. 228.
  • 21 Blick J., « The Chinese Labour Corps in World War », in Papers on China, IX, Cambridge Mass., Harv (...)
  • 22 Chen Sanjing, op. cit., p. 15-25 ; voir également « Waijiaojuan 外交卷 » (chap. « La diplomatie »), d (...)

9Comme nous l’avons vu, malgré sa déclaration de neutralité lorsque la guerre a éclaté, la Chine était déjà impliquée d’une certaine manière dans cette « Guerre européenne », en raison de sa situation spécifique du moment. C’est ainsi que vers le début novembre 1915, elle reprit la proposition d’une participation aux côtés des Alliés19 qui ne faisait toujours pas l’unanimité dans le camp des Alliés ni dans le milieu politique et intellectuel chinois ; les Japonais s’y opposaient farouchement. En effet, le Japon était inquiet de voir la Chine « se cacher au milieu des Alliés20 ». Cela gênait l’ambition du Japon de faire de la Chine un protectorat. Or la France et la Russie qui avaient des intérêts différents en Chine, manquaient terriblement de moyens humains21, et ont vu là l’occasion d’avoir un réservoir de main-d’œuvre. Dès l’année 1915, différentes visites ont été faites par l’Ambassadeur français Alexandre Robert Conty, le ministre britannique en poste en Chine, Sir John Jordan, et le ministre américain, Dr. Paul S. Reinsch auprès de Liang Shiyi (artisan de la participation chinoise dans la guerre au côté des Alliés), en vue d’une discussion autour de la participation de la Chine dans la guerre22.

  • 23 Yuan Shikai a réinstitué la monarchie le 12 décembre 1915 en se proclamant empereur de l’Empire ch (...)
  • 24 Li Yongchang 李永昌, Lü E huagong yu shiyue geming 旅俄华工u与O十Q月ë革²命R (Les travailleurs chinois en Russi (...)

10L’envoi d’effectifs militaires chinois a été rapidement écarté par les Alliés et par la Chine. En effet, le pays vivait une crise politique interne, le président Yuan Shikai qui se voyait lui-même en nouvel Empereur, cherchait le soutien des Alliés en vue d’instaurer l’Empire chinois23. Conscients que la question de l’entrée en guerre de la Chine et le rétablissement d’un nouvel empire chinois étaient liés, les Alliés n’entendaient pas s’impliquer dans une situation qui pouvait susciter des désordres et des révoltes provoquées par cette restauration monarchique. Ils préféraient plutôt une mise à disposition illimitée de la main-d’œuvre chinoise. Le gouvernement chinois, soucieux également de respecter sa neutralité au moment de ce choix, sous le conseil de Liang Shiyi, pensa que la décision d’accorder l’envoi de travailleurs civils et volontaires pour aider les Alliés en guerre, était la meilleure solution pour que la Chine participe à l’effort de guerre des Alliés. Ce fut là l’origine de l’envoi (1916-1918) de 140 000 travailleurs chinois dans la Première Guerre mondiale en France. Puis, devant les faits accomplis, et dans l’intérêt des deux parties (Chine et Alliés), la Chine a finalement rompu ses relations diplomatiques le 14 mars 1917 avec l’Allemagne, et déclaré la guerre à l’Allemagne et à l’Autriche-Hongrie le 14 août de la même année. Mais son effort de guerre dans la Première Guerre mondiale s’est effectivement limité à l’envoi de ces travailleurs chinois en tant que main-d’œuvre, dont 140 000 en France, et un nombre plus important en Russie, estimé à 200 000 (recrutés de fin 1915 à 1917)24.

Conséquences

  • 25 Pour la situation des travailleurs chinois recrutés par les Russes, et leur séjour en Russie, voir(...)

11Cette participation à la Grande Guerre a bouleversé la vie de plus de 340 000 jeunes Chinois ainsi que leur famille. En ce qui concerne les 140 000 recrutés pour la France25, une dizaine de milliers d’entre eux a laissé la vie sur cette terre qui leur était inconnue. Quelques milliers sont restés en France après la guerre, y ont travaillé et fondé une famille, et ont contribué à la première immigration chinoise en France. Certains mêmes se sont engagés pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais la grande majorité des travailleurs chinois sont retournés en Chine après la guerre. Une petite partie d’entre eux se sont consacrés dès lors à des activités politiques réformatrices ou révolutionnaires, d’autres sont devenus des anarchistes, tandis que la plus grande partie sont redevenus de simples ouvriers et paysans. Mais cette expérience unique les a tous marqués à vie.

12L’histoire des travailleurs chinois de la Première Guerre mondiale est un sujet méconnu en France, ayant de multiples ramifications dans différents domaines, touchant à l’histoire de la Première Guerre mondiale, l’histoire de la France et de la Chine, entre autres. C’est aussi un tournant dans l’histoire de la Chine. Elle a marqué le réveil d’une vieille Chine, qui était faible. En effet, la Chine est entrée officiellement en guerre aux côtés des Alliés en 1917 à travers la présence de ces travailleurs chinois en Europe, et a ensuite fait partie du camp des vainqueurs lors de la Conférence de paix de Paris. Elle espérait à cette occasion, grâce à l’effort fourni dans la Grande Guerre, obtenir la restitution des territoires du Shandong passés sous le contrôle des Allemands à la fin du xixe siècle. Or les Alliés ont décidé de livrer au Japon les concessions allemandes de la province du Shandong d’où venaient la majorité des travailleurs chinois. Ceci a été le déclencheur en Chine du « Mouvement du 4 mai » (1919) avec des slogans comme « Assez d’humiliations ! » ; « Recouvrons le Shandong ! » ; « Détruisons toutes les vieilleries ! ». Ce mouvement, tout d’abord uniquement patriotique, s’est transformé ensuite en une recherche de la modernisation en vue de reconstruire une Chine moderne et puissante. Le mouvement s’est propagé dans toute la Chine, il a été suivi par différents mouvements et en particulier par la naissance du Parti communiste chinois (en juillet 1921) qui a ensuite débouché sur la révolution communiste et la fondation de la République populaire de Chine le 1er octobre 1949.

Présentation de l’ouvrage

  • 26 La partie russe, voir les notes 24 et 25.

13Dans cet ouvrage, nous traitons des travailleurs chinois dans la Grande Guerre en France recrutés par les Français et par les Britanniques26. La structure de l’ouvrage est la suivante : nous reprenons d’abord le discours introductif de Jean-Jacques Becker qui pose la question de la présence des travailleurs chinois en France dans une « Guerre européenne » ? L’auteur rend également hommage à l’historienne du communisme Annie Kriegel, l’une des premières à aborder les origines du communisme chinois, notamment à soulever la présence des travailleurs chinois dans la Grande Guerre et à mentionner le cimetière de Noyelles-sur-Mer. Les articles sont ensuite répartis en trois parties regroupant 8 chapitres. L’ouvrage se termine par une conclusion de Marianne Bastid-Bruguière, qui analyse, à partir de nombreuses sources d’archives et de témoignages de terrain, le retour des travailleurs chinois, et propose une synthèse analytique de cette expérience chinoise pendant la guerre, en discutant les conséquences et l’héritage qui ont été les leurs. L’auteur discute également la question des chiffres concernant les recrutements et les rapatriements des travailleurs chinois pour les Français et pour le Chinese Labour Corps (CLC) des Britanniques.

14La première partie traite de la présence des travailleurs chinois en France dans la Grande Guerre et l’après-guerre et de leur contribution à l’effort de guerre et dans la reconstruction.

15Dans le Chapitre 1, nous rappelons tout d’abord le contexte du recrutement, les raisons de la présence des travailleurs chinois, leur parcours d’une mer à une autre, comment se faisaient leur embarquement et débarquement, ainsi que l’attitude du Japon au sujet de cet envoi :

  • Personnellement, je traite de la mission Truptil et fais un rappel historique sur les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale. L’article rappelle l’importance de l’initiative des Français au cours de la mission Truptil, une mission à l’origine de la présence des 140 000 travailleurs chinois en France, tout en soulignant les différences entre les travailleurs chinois sous contrat français et les travailleurs du CLC britannique, notamment pour le recrutement, le contrat, et la gestion.
  • Carol Tan aborde le choix du lieu stratégique de Weihai pour le recrutement du CLC en Chine, et rappelle la méthode utilisée dans le recrutement, l’établissement du dépôt de « coolies », et l’organisation de leur embarquement pour la France.
  • Glen Peterson évoque les modes de transports du CLC. L’auteur étudie le voyage parcouru par des dizaines de milliers de travailleurs du CLC à travers le Canada, en particulier les difficultés opérationnelles lors de ces voyages pénibles.
  • Jan Schmidt traite de l’attitude des Japonais vis-à-vis de l’envoi des travailleurs chinois en Europe, qu’ils considéraient comme de vulgaires produits, et aborde également l’envoi d’infirmières japonaises en Europe pour participer à l’effort de guerre des Alliés. L’article souligne que le Japon se voyait comme le seul et unique protecteur et représentant de l’Asie, et que les rares fois où les média japonais ont évoqué les travailleurs chinois présents en Europe, ils l’ont fait à travers un « regard impérialiste ».

16Le Chapitre 2 aborde les camps de travailleurs chinois pendant la guerre et l’après-guerre :

  • Xavier Boniface fait état des camps militaires britanniques et des travailleurs chinois dans le Pas-de-Calais. L’auteur rappelle les importants besoins en main-d’œuvre des Britanniques et les raisons de la présence des Travailleurs dans la zone, ainsi que les difficultés de leur vie quotidienne et les tensions avec les habitants des lieux d’accueil.
  • Hu Xinyu & Martine Raibaud décrivent le camp chinois de La Rochelle-Pallice (1919 – 1921). Les deux auteurs utilisent de précieux témoignages provenant des écrits, carnets, cahier des charges concernant ces travailleurs, trouvés dans différentes archives, qui illustrent bien la vie au quotidien des travailleurs. Elles suivent les traces de certains travailleurs restés en France, notamment en rencontrant la fille d’un de ces travailleurs.

17Le Chapitre 3 porte sur la participation des travailleurs dans la reconstruction après-guerre, et sur leurs problèmes avec la population locale :

  • Philippe Nivet évoque les importantes destructions dans les départements du Nord et de l’Est de la France, le contexte de la reconstruction et l’effort des travailleurs chinois dans cette reconstruction, ainsi que leurs conflits au quotidien avec les habitants, une population traumatisée par la présence de tous les étrangers sur leur territoire.
  • Patrice Marcilloux analyse l’emploi des travailleurs chinois dans la reconstruction dans le Pas-de-Calais, en utilisant de nombreuses archives inédites, et en rapportant les conditions d’emploi des travailleurs et leur perception par les populations locales ainsi que par les élites politiques et administratives. L’auteur met en lumière les causes du rejet dont les travailleurs furent l’objet, et s’interroge sur le rôle de l’État dans la reconstruction.

18Nous consacrons la seconde partie à « l’expérience vécue des travailleurs chinois au quotidien ».

19Le Chapitre 4 porte sur des aspects de la vie et du travail au quotidien des travailleurs chinois en France :

  • Paul Bailey pose d’abord la question de la relative négligence du sujet chez les historiens occidentaux et chinois. Ensuite, cet article explore en particulier les attitudes paradoxales et profondément ambivalentes à l’égard des travailleurs chinois parmi leurs employeurs français et britanniques.
  • Laurent Dornel utilise, à travers de nombreuses archives, des documents administratifs relatifs aux travailleurs chinois recrutés en France pendant la Première Guerre mondiale pour étudier la façon dont s’est élaboré le système de représentations des autorités militaires et politiques françaises au sujet de ces Travailleurs.
  • Céline Regnard décrit les conditions de vie des Travailleurs chinois et analyse la violence dont ils ont été les victimes mais aussi les acteurs, pour comprendre la complexité des relations qui s’établissent entre les Chinois et les administrations, et avec les autres ouvriers ou avec la population française.

20Le Chapitre 5 étudie les méthodes éducatives, leurs résultats, et leurs influences relatives sur les travailleurs chinois :

  • Marilyn Levine replace dans son contexte l’expérience du CLC en ce qui concerne la main-d’œuvre chinoise et le recrutement des étudiants en France avant la guerre, son développement pendant la guerre et les différents impacts de ces expériences après la guerre. Elle aborde plus globalement l’histoire du CLC dans un cadre de transition interculturelle aux résultats imprévus. Elle considère que le CLC a joué un rôle important dans l’effort de guerre pendant la Première Guerre mondiale, sur plusieurs aspects, incluant une importante contribution aux efforts de guerre, des échanges culturels et éducatifs, et le développement ultérieur de certains partis politiques.
  • Sylvie Démurger, Martin Fournier & Annie Au-Yeung examinent les motivations qui poussèrent des intellectuels et réformateurs chinois à l’origine du Mouvement Travail-Études (MTE) à apporter une assistance aux travailleurs chinois. Les auteurs s’appuyant sur l’exploitation d’articles et de témoignages proposés par un magazine, le Huagong zazhi 华工u杂志Ó Revue des travailleurs chinois, publié en chinois en France sous le patronage des promoteurs du MTE. Ils soulignent également les rôles différents joués par le MTE et par la YMCA, notamment dans l’assistance aux travailleurs concernant l’éducation.
  • Leah Yiya Lee & Peter Chenmain Wang font une analyse d’une autre revue destinée également aux travailleurs chinois (Huagong zhoubao 华工u周P报 Revue hebdomadaire des travailleurs) pour s’interroger sur les concepts, sens et contenu de la Revue comme moyen éducatif. Ils nous rapportent également à travers l’étude de témoignages publiés dans la Revue, la nature de la vie des travailleurs en France pendant la guerre.

21Le Chapitre 6 effectue une étude comparative avec d’autres travailleurs coloniaux en France et dans la guerre :

  • Vincent Szlingier pose la question de la catégorisation des travailleurs chinois employés par la France parmi les « Coloniaux » alors que ce sont des volontaires vus comme une contribution à l’effort de la guerre de la Chine. Par l’étude de la façon dont les travailleurs chinois sont désignés dans la correspondance des services qui les ont employés, l’auteur liste et analyse les appellations concurrentes selon les acteurs et s’interroge sur cette appellation, en particulier sur la possible dévalorisation de l’engagement de la Chine dans la guerre auprès des Alliés due à cette catégorisation.
  • Tobias Rettig fait une comparaison entre travailleurs chinois et travailleurs et soldats de l’Indochine française envoyés en France à la même époque. L’auteur souligne qu’une prévention délibérée semble avoir été mise en place par l’administration française afin d’éviter des rencontres entre les Chinois et les Indochinois, et il s’interroge sur l’origine et l’objectif de cette démarche.

22Enfin, la troisième et la dernière partie porte sur des témoignages, mémoire de cette expérience chinoise dans la Grande Guerre, présentés via différents regards et sous différents angles.

23Le Chapitre 7 étudie les traces et les objets laissés par les travailleurs.

  • Jérome Buttet présente de nombreuses traces laissées par des travailleurs chinois : des inscriptions en écriture chinoise faites par des travailleurs, dans les creuttes ou carrières du Soissonnais. À travers une analyse de leur contenu, il nous apporte des témoignages précieux provenant des travailleurs chinois eux-mêmes, qui nous permettent de décrypter notamment leur regard sur leur propre expérience au moment de leur séjour.
  • Nicholas J. Saunders nous présente l’art des tranchées des travailleurs chinois. L’auteur souligne que l’« Art des tranchées » est un art spécifique lié à la guerre, et correspond à des objets fabriqués à partir de métal, de bois, de pierre, d’os et de textiles, et qui sont devenus eux-mêmes des récits de guerre.

24Le Chapitre 8 est consacré aux mémoires et témoignages de cette expérience des travailleurs chinois dans la Grande Guerre.

  • Garry Randoll analyse le témoignage porté sur le CLC par le livre de Daryl Klein, publié juste après la fin de la guerre, sous le titre « With the Chinks ». L’auteur considère que ce récit est imprégné d’un fantasme impérial britannique, et qu’il se fait l’écho de tous les préjugés de race et de classe de l’époque, célébrant un sentiment de supériorité raciale et culturelle de « l’homme blanc ».
  • Dominiek Dendooven aborde le regard et l’opinion publique belge sur la présence des travailleurs chinois dans leur région. L’auteur nous rapporte de nombreux témoignages sur la vie quotidienne des travailleurs dans cette région. Il pointe une certaine incompréhension vis-à-vis des coutumes et des mœurs des chinois, qui entrainent d’une certaine manière de la xénophobie à leur égard.
  • Brian C. Fawcett nous rapporte un témoignage sur le CLC vu par une petite fille, et raconté quatre-vingts ans plus tard.

25Dans cet ouvrage collectif, quelques divergences de vues peuvent parfois apparaître entre différents auteurs, comme c’est bien naturel étant données la variabilité des sources, dans différentes langues, et provenant de différents pays, ce qui est amplement matière à confrontation d’interprétations et débats historiques. Nous espérons que le présent ouvrage sera une contribution utile à ces débats.

26Enfin, le tableau ci-dessous recense certaines archives en France sur le sujet, et la liste suivante mentionne certaines archives existant dans les autres pays. Ce tableau et cette liste sont le recensement des archives trouvées sur les travailleurs chinois, rapportées par les différents auteurs de ce volume, y compris par mes recherches personnelles. Ce tableau est bien sûr incomplet, mais il fournit les sources primaires principales concernant le sujet. Pour les archives en japonais, voir la bibliographie fournie par Jan Schmidt dans ce volume.

France

  • 27 En particulier sous-séries F7 et F14 dans « Papiers Albert Thomas », voir Laurent Dornel dans ce v (...)

Archives françaises

Fonds et séries

Archives du ministère des Affaires étrangères (MAE)

E 37, folios 11, 104
E 41, folios 12, 23, 31, 25, 72, 111, 134, 143-145, 148-154, 64-66
E 42, folios 56, 66, 154-55, 157-61, 164-65, 170, 176-79, 185-86
E 47, folio 57
E 49, folios 37, 39
E 111
E 491, folios 73-75
E 517-1
E 544-1, 491,
Nouvelle série Chine et nouvelle série Japon

Archives du service historique de la Défense, Département de l’Armée de Terre (SHD-DAT)

4 N 8, 63
5 N 134, 159, 160, 165, 216, 262
6 N 111, 130, 139, 149, 257
7 N 160, 161, 398, 435, 709, 829, 1297, 1689, 2121, 2288, 2289
10 N 63
16 N 1590, 2450, 2912, 2986, 3012, 3189, 3246
17 N 156
18 N 107, 207
19 N 1397

SHD-Archives centrales de la Marine

SSEA 76/ Chine
SSEB 5/ Travailleurs Coloniaux et Étrangers/Généralités
SSEB 7/ Le Président du Conseil
à monsieur le ministre de la Marine (25/09/ 1919)
SSEB 119/Transport Personnel

Archives nationales (AN)

94 AP 57, 120, 123, 134, 135, 348
F7 1290027 F14 331, 1131, 11331 à 11337
AJ 25/ 51
BB18 2589, 2596

Autres archives

- Archives départementales de Charente-maritime
- Archives départementales des Bouches- du-Rhône
- Archives départementales du Pas-de- Calais
- Archives départementales du Var
- Archives municipales de Dunkerque
- BDIC, F Δ 1146/4 B 695 et 2 B 155
- Procès-verbaux du Conseil général du Pas-de-Calais de 1918
(consultables sur Gallica)

Belgique

27Ministère des Affaires étrangères, Bruxelles, Archives Diplomatiques

28Musée Royal de l’Armée, Bruxelles.

Archives en Anglais

Royaume-Uni Canada

29Imperial War Museum, London

30East Surrey Museum, Surrey

31National Archives, Kew Library and Archives, Ottawa

États-Unis

32National Archives, College Park, Maryland

33Kautz Familly YMCA archives, University of Minnessota Libraries, Monneapolis

Des archives en chinois

Chine

34Zhongguo dier lishi danganguan 中国第二历史v档案×馆/ The Second Historical Archives of China, Nanjing.

35Weihai shi danganju 海市档案局 (Archives municipales de Weihai), Weihai.

36Shanghai tushuguan 上海图书馆/ Shanghai Library. Pour une consultation du Shenbao, un quotidien de Shanghai qui suit les événements de la Grande Guerre et les travailleurs chinois, et qui se révèle très complet à ce sujet.

Taiwan

37Zhongyang yanjiuyuan jindaishi yanjiusuo danganguan 中央石开究院近代史研究所档案馆 (Archives de l’Institute of Modern History, Academia Sinica) Taibei, Taiwan.

Bibliographie

Bibliographie

Becker J.-J., La Première Guerre mondiale, Paris, MA éditions, 1985.
1917 en Europe, l’année impossible, Bruxelles, Éditions Complexe, 1997. L’Europe dans la Grande Guerre, Paris, Belin sup. Histoire, 1996 (réédité sous le titre La Première Guerre mondiale, 2003).
Dictionnaire de la Grande Guerre, Bruxelles, André Versaille éditeur, 2008.

Blick J., « The Chinese Labour Corps in World War », in Papers on China, IX, Cambridge Mass., Harvard University, Center for East Asian Studies, 1955.

Chen Lite 陈里½特S, Ouzhou huaqiao shenghuo 欧洲华侨生Í活¡ (La vie des Chinois d’Outre-Mer en Europe), Haiwai yuekanshe 海外月刊社, 1933.

Chen San-ching (Chen Sanjing) 陈三T井«, Huagong yu Ouzhan 華工與歐戰 (Les travailleurs chinois et la Guerre européenne), Taipei, Zhongyang yanjiuyuan jindaishi yanjiusuo 中央研究院近代史研究所, 1986.

Fairbank J. K., The Great Chinese Revolution, 1800-1985, New York, Harper & Row, 1986.
La Grande révolution chinoise 1800-1989, Paris, Flammarion, 1989.

Fenggang ji mendizi 凤冈及Î门弟Ì子léd., Sanshui Liang Yansun xiansheng nianpu 三水梁燕孙先ý生Í年~谱 (Chronologie de Liang Yansun), Shanwu yinshuguan 商务印L书馆, 1946, vol. 1.

Henry L, Le Siège du Pé-t’ang dans Pékin en 1900, le Commandant Paul Henry et ses trente marins, Pékin, librairie française du Pé-t’ang, 1921.

Herzl Samoilovich Novogrudo & Dunaevsky Alexander/ [苏] Г. 诺沃U格æ鲁茨ý基, А. 杜纳耶C夫Ò斯, Zhongguo zhanshi tongzhi 中国战士h同P志Ó (Camarades, les soldats chinois), publié en 1959 à Moscou en Russe, trad. Ji Jiajun 系己家俊, Yunyi 韵逸, Beijing, Jiefangjun wenyi chubanshe 解放军文å艺出X版©社À, 1961. (Une version révisée a été réédité en 1962, Sur les traces de Pau, L’histoire d’une recherche documentaire, Moscou : Éditions militaires, 1962) [Новогрудский Г., Дунаевский А. По следам Пау: История одного литературного поиска, Издательство : М. : Воениздат, 1962].

Hou Yijie 侯宜杰, Yuan Shikai zhuan 袁世凯传 (Biographie de Yuan Shikai), Tianjin, Baihua wenyi chubanshe 百花文艺出X版©社À, 2003.

« La Chine et les puissances », Question diplomatiques et coloniales, 1er Juillet-15 septembre, 1900, p. 44-50.

Le Roux H., La France et le monde, Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1917-1918.

Li Changfu 李长傅Å, Zhongguo zhiminshi 中国殖民史 (L’histoire de la colonisation chinoise), Beijing, Shangwu yinshuguan 商务印L书馆, (réédition de 1937), 1998.

Li Yongchang 李永昌, Lü E huagong yu shiyue geming 旅俄华工u与O十Q月ë革²命R (Les travailleurs chinois en Russie et la Révolution d’Octobre), Shijiazhuang 石家庄, Hebei jiaoyu chubanshe 河北教育出版社, 1988.

Li Yumin 李育民, Zhongguo feiyueshi 中国废约史v (L’histoire de l’abolition des traités inégaux en Chine), Beijing, Zhonghua shuju 中华书局½, 2005.

Li Yushu 李毓澍 éd., ZhongRi guanxi shiliao. Ouzhan yu Shandong wenti 中日關係史料.歐戰與山東問題 (Matériaux historiques des relations sino-japonaises : la Guerre européenne et la question du Shandong), Taipei, Zhongyang yanjiuyuan jindaishi yanjiusuo, 1974, 2 vols.

Li Zhixue 李志学, « Diyici shijie dazhan zhong de fu E huagong 第一次世界大战中的赴俄华工 » (Les travailleurs chinois en Russie pendant la Première Guerre mondiale), dans Zhang, Jianguo 张建Ø国 ed., Zhongguo laogong yu diyici shijie dazhan 中国劳工u与O第Ä一@次¸世@界É大j战 / Chinese Labourers and the First World War, Jinan, Shandong daxue chubanshe 山东大j学出X版©社À, 2009, p. 109-118.

Liu Jingkun 刘敬坤, « Woguo jiushi daodi you duoshao zujie 我国旧时到ì底³有³多h少租界 ? » (Combien de concessions étrangères ont-elles existé en Chine pendant la période du milieu 19e au début du 20e ?), Minguo chunqiu 民国春秋 (Printemps et automne de la République), 1993, no 3, p. 39-41.

Montant, J.-C., « Les relations franco-chinoises pendant la Première Guerre mondiale », dans Cesari L. et Varaschin D., Les relations franco-chinoises au vingtième siècle et leurs antécédents, études recueillies, Arras, 2003, Artois presses université, p. 198-216.

Shenbao 申报 (Journal quotidien de Shanghai), du 1er août 1914 au 11 novembre 1918.

Roux A., La Chine au 20e siècle, Paris, Armand colin, 2004.

Zhang jianhua 张建Ø华, « Lü E huagong yu shiyue geming qianhou zhongguo xingxiang de zhuanbian 旅俄华工u与O十Q月ë革²命R前e后Z中¤国形Î象H的º转变 » (Les travailleurs chinois en Russie, et la transformation de l’image de la Chine dans l’avant et l’après de la Révolution d’Octobre), dans Zhang, Jianguo ed., Zhongguo laogong yu diyici shijie dazhan, Jinan, Shandong daxue chubanshe, 2009, p. 119-134.

Zhongguo dier lishi danganguan 中国第二历史v档案×馆编 éd., Beiyang zhengfu 北洋政府 (1912– 1927年) (Le Gouvernement de Beiyang, 1912-1927), dans Zhonghua Minguo shi dang’an ziliao huibian 中华民Á国史v档案×资料Æ汇编 (Recueil des archives et de documentations de l’histoire de la République de Chine), Nanjing, Jiangsu guji chubanshe 江苏古j籍y出X版©社À, 1997, vol. 3.

Notes

2 Pour une connaissance plus détaillée concernant la Grande Guerre, voir les ouvrages de Becker J.-J., La Première Guerre mondiale, MA éditions, 1985 ; L’Europe dans la Grande Guerre, Paris, Belin sup. Histoire, 1996 (réédité sous le titre La Première Guerre mondiale, 2003) ; 1917 en Europe, l’année impossible, Bruxelles, Éditions Complexe, 1997. Voir également la contribution du même auteur « Les Travailleurs chinois et la France pendant la Grande Guerre » dans ce volume.

3 Suites aux deux Guerres de l’Opium, la Chine a subi diverses guerres d’agression étrangères sur son territoire telle que la guerre des « Huit Nations alliées » (Autriche-Hongrie, France, Allemagne, Italie, Japon, Russie, Royaume-Uni et États-Unis), due à la Révolte des Boxers contre les étrangers. Voir « La Chine et les puissances », Question diplomatiques et coloniales, 1er juillet-15 septembre, 1900, p. 44-50 ; Henry L, Le Siège du Pét’ang dans Pékin en 1900, le Commendant Paul Henry et ses trente marins, Pékin, librairie française du Pét’ang, 1921. Pour une approche plus détaillée de cette période de l’histoire, voir Fairbank J. k., The Great Chinese Revolution, 1800-1985, New York, Harper & Row, 1986 ; Roux A., La Chine au 20e siècle, Paris, Armand colin, 2004, p. 13-17.

4 La carte est conçue par Denis Marin, cartographe au Laboratoire d’Océanologie et de Géosciences de l’Université du Littoral Côte d’Opale. Je le remercie pour la contribution apportée à cet ouvrage collectif.

5 La Belgique était impliqué dans la Guerre, puisqu’elle a été envahie par les Allemands en 1914.

6 Une petite île qui fait partie de Xiamen. Cette concession internationale appartenait aux dix États cités dans le tableau.

7 Liu Jingkun 刘敬坤, « Woguo jiushi daodi you duoshao zujie 我国旧时到ì底³有³多少租界 ? » (Combien de concessions étrangères ont-elles existé en Chine pendant la période du milieu XIXe au début du xxe ?), Minguo chunqiu 民国春秋 (Revue : Printemps et automne de la République), 1993, no 3, p. 39-41.

8 Li Yumin 李育民, Zhongguo feiyueshi 中国废约史v (L’histoire de l’abolition des traités inégaux en Chine), Beijing, Zhonghua shuju 中华书局½, 2005, p. 19.

9 Par exemple c’est l’intitulé d’un ouvrage de Chen Sanjing 陈三T井« : Chen Sanching (Chen Sanjing), Huagong yu Ouzhan 華工與歐戰 (Les travailleurs chinois et la Guerre européenne, Ouzhan 歐戰 « la Guerre européenne » est souvent traduit par « la Première Guerre mondiale »), Taipei, Zhongyang yanjiuyuan jindaishi yanjiusuo 中央研究院近代史研究所 (appelé ensuite Zhongyang yanjiuyuan), 1986.

10 « Zhonghua Minguo juwai zhongli tiaogui 中华民Á国局½外~中¤立ß条规 » (Règlements de la neutralité de la République de Chine) (6 août 1914), « Waijiaojuan 外交卷 » (chap. « La diplomatie »), dans Zhongguo dier lishi danganguan 中国第二历史档案馆编 éd., Beiyang zhengfu 北洋政府 (1912 – 1927 牵) (Le Gouvernement de Beiyang, 1912-1927), dans Zhonghua Minguo shi dang’an ziliao huibian 中华民Á国史v档案×资料Æ汇编 (Recueil des archives et de documentations de l’histoire de la République de Chine), Nanjing, Jiangsu guji chubanshe 江苏古j籍y出版社, 1997, vol. 3, p. 380. Voir également Jean-Claude Montant, « Les relations franco-chinoises pendant la Première Guerre mondiale », dans Cesari L. et Varaschin D., Les relations franco-chinoises au vingtième siècle et leurs antécédents, études recueillies, Arras, 2003, Artois presses université, p. 198-216.

11 La Chine a adhéré à la Convention (V) concernant les droits et les devoirs des Puissances et des personnes neutres en cas de guerre sur terre, La Haye, 18 octobre 1907. Selon l’article 11 de la Convention : « La Puissance neutre qui reçoit sur son territoire des troupes appartenant aux armées belligérantes, les internera, autant que possible, loin du théâtre de la guerre. Elle pourra les garder dans des camps, et même les enfermer dans des forteresses ou dans des lieux appropriés à cet effet. Elle décidera si les officiers peuvent être laissés libres en prenant l’engagement sur parole de ne pas quitter le territoire neutre sans autorisation ». http://www.icrc.org/dih.nsf/FULL/200 (site consulté le 11 novembre 2011). Les « Règlements de la neutralité de la République de Chine » s’appuyaient visiblement sur cette Convention, notamment l’article 11.

12 Voir Shenbao 申报 (Journal quotidien de Shanghai), du 6 août au 30 août 1914. Des articles avec des titres comme les suivants sont apparus sans cesse dans ce journal : « Ouzhou zhanshi zhi yingxiang yu gangshang 欧洲战事Æ之§影v响于_港ä商Ó » (La Guerre européenne et ses influences sur les commerçants de Hong Kong) (6 août 1914) ; « Ouzhan yingxiang yu gesheng 欧战影v响于_各U省Ù » (Guerre européenne et conséquences sur les provinces chinoises) (16 août 1914).

13 Shenbao, op. cit., du 6 août au 30 août 1914.

14 Ibid.

15 Fenggang ji mendizi 凤冈及Î门弟Ì子l éd., Sanshui Liang Yansun xiansheng nianpu 三水梁燕孙先ý生Í年~谱 (Chronologie de Liang Yansun), Shangwu yinshuguan 商务印L书馆, 1946, vol. 1, p. 195.

16 Li Yumin, op. cit., p. 250.

17 « Shou zhu Riben Lugongshi han 收驻日é本»陆公½使Ï函ç » (Lettre de Son Excellence Lu, l’ambassadeur chinois au Japon au gouvernement chinois), dans Li Yushu 李毓澍 éd., ZhongRi guanxi shiliao. Ouzhan yu Shandong wenti 中日關係史料 歐戰與山東問題 (Matériaux historiques des relations sino-japonaises : la Guerre européenne et la question du Shandong), Taipei, Zhongyang yanjiuyuan, 1974, vol. 2, p. 515.

18 Fairbank J. K., La Grande révolution chinoise 1800-1989, Flammarion, 1989, p. 250. Les « 21 demandes » ont été dénoncées par la presse, et ont provoqué des mouvements de protestation anti-impérialiste japonais en Chine. Ces demandes n’ont pas reçu non plus le soutien unanime des Alliés, puisque les Américains s’y opposaient également. Au final, Yuan Shikai a décidé de satisfaire une partie des demandes japonaises et signa le 25 mai 1915 un accord en échange du soutien japonais pour son projet de restauration d’un Empire chinois, ce qui a mis la Chine dans une position de faiblesse persistante.

19 Li Yumin, op. cit., p. 250.

20 Le Roux H., La France et le monde, Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1917-18, p. 228.

21 Blick J., « The Chinese Labour Corps in World War », in Papers on China, IX, Cambridge Mass., Harvard University, Center for East Asian Studies, 1955, p. 112.

22 Chen Sanjing, op. cit., p. 15-25 ; voir également « Waijiaojuan 外交卷 » (chap. « La diplomatie »), dans Zhongguo dier lishi danganguan éd., op. cit., 1997, vol 3.

23 Yuan Shikai a réinstitué la monarchie le 12 décembre 1915 en se proclamant empereur de l’Empire chinois (Zhonghua diguo da huangdi 中华帝Ò国大j皇Ó帝Ò) sous le nom de règne Hongxian (洪宪). Ce rétablissement de l’Empire chinois a été perçu comme une trahison de Yuan envers la République, et a entraîné des protestations et des révoltes en Chine, qui ont à nouveau plongé le pays dans le désordre et favorisé l’émergence de seigneurs de guerre. Le nouvel Empire chinois de Yuan Shikai a eu une vie dramatiquement courte puisqu’il a duré trois mois (12 décembre 1915 – 22 mars 1916). Yuan finalement se retira devant la colère nationale, et mourut le 6 juin de la même année d’une maladie du foie. Cette mort rapide était sans doute liée à sa frayeur face aux voix hostiles qui s’étaient élevées dans la Chine entière. Pour cet épisode de l’histoire, voir Hou Yijie 侯宜杰, Yuan Shikai zhuan 袁世凯传 (Biographie de Yuan Shikai), Tianjin, Baihua wenyi chubanshe 百花文艺出X版©社À, 2003.

24 Li Yongchang 李永昌, Lü E huagong yu shiyue geming 旅俄华工u与O十Q月ë革²命R (Les travailleurs chinois en Russie et la Révolution d’Octobre), Shijiazhuang 石家庄, Hebei jiaoyu chubanshe 河北教育出版社, 1988, p. 36-37. Voir également un livre en russe de Herzl Samoilovich Novogrudo & Dunaevsky Alexander publié en 1959, à Moscou, et traduit en chinois : [苏] Γ. 诺沃U格æ鲁茨ý基ò, A. 杜沾耶夫斯, Zhongguo zhanshi tongzhi 中国占戈士同志 (Camarades, les soldats chinois), trad. Ji Jiajun 紀家俊, Yunyi 韵逸, Beijing, Jiefangjun wenyi chubanshe 解放军文å艺出X版©社À, 1961, p. 16. La version a été révisée par les deux auteurs russes, et a été rééditée en 1962, Sur les traces de Pau, L’histoire d’une recherche documentaire, (Новогрудский Г., Дунаевский А. по следам Пау. История одного литературного поиска), Moscou, Éditions militaires, 1962, p. 21.

25 Pour la situation des travailleurs chinois recrutés par les Russes, et leur séjour en Russie, voir ibid. ; voir également Li Changfu 李长傅Å, Zhongguo zhiminshi 中国殖民史 (L’histoire de la colonisation chinoise), Beijing, Shangwu yinshuguan 商务印L书德w (réédition de 1937), 1998, p. 287 ; Chen Lite 陈里½特S, Ouzhou huaqiao shenghuo 欧洲华侨生Í活¡ (La vie des Chinois d’Outre-Mer en Europe), Haiwai yuekanshe 海外月刊社, 1933, p. 119 ; Li Zhixue 李志学, « Diyici shijie dazhan zhong de fu E huagong 第一次世界大战中¤的º赴u俄X华工u » (Les travailleurs chinois en Russie pendant la Première Guerre mondiale), dans Zhang, Jianguo 张建国 ed., Zhongguo laogong yu diyici shijie dazhan 中国劳工u与O第Ä一@次¸世@界É大j占e戈à/ Chinese Labourers and the First World War, Jinan, Shandong daxue chubanshe 山东大j学出X版©社À, 2009, p. 109-118 ; voir également dans ce même volume, l’article de Zhang jianhua 张建Ø华, « Lü E huagong yu shiyue geming qianhou zhongguo xingxiang de zhuanbian 旅俄华工u与O十Q月革命前运中国形象的转变 » (Les travailleurs chinois en Russie, et la transformation de l’image de la Chine dans l’avant et l’après Révolution d’Octobre), p. 127.

26 La partie russe, voir les notes 24 et 25.

27 En particulier sous-séries F7 et F14 dans « Papiers Albert Thomas », voir Laurent Dornel dans ce volume.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Les implantations des belligérants en Chine en 1914. RU (Royaume-Uni), J (Japon), F (France), R (Russie), A (Allemagne), AH (Autriche-Hongrie), I (Italie), B (Belgique).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16947/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 138k

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site