Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale

 | 
Li Ma

Avant-propos

Li Ma

Texte intégral

  • 1 Wou, Piontchong (Wu Benzhong 吴本中), Les travailleurs chinois et la Grande Guerre, éditions A. Pedon (...)

1Ce livre est le premier ouvrage en langue française sur les travailleurs chinois en France pendant la Première Guerre mondiale (si ce n’est un petit livre de P. Wou1 de 36 pages paru en 1939).

  • 2 http://www.iccwww1.org/Conference-2010.

2Il est issu des actes de communication du colloque international « Les travailleurs chinois dans la Première Guerre mondiale »2, organisé par l’Université du Littoral Côte d’Opale (ULCO) pour la France, et l’In Flanders Fields Museum (IFFM) pour la Belgique, en partenariat avec la Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société (MESHS, USR CNRS 3185) et avec la collaboration du KU Leuven (Belgique). Ce colloque a eu lieu du 26 au 30 mai 2010, 2 jours dans les locaux de l’ULCO à Boulogne-sur-Mer puis 2 jours à Ypres au IFFM et la dernière journée a été consacrée aux visites de différents cimetières de travailleurs chinois en Belgique, et surtout en France dans la région Nord-Pas-de-Calais et dans la Somme.

3Cet événement scientifique international représente le premier colloque organisé en Europe sur les travailleurs chinois de la Grande Guerre. Malgré quelques études anglo-saxonnes et chinoises, ce sujet reste assez peu exploré et quasi inconnu en France, ce qui est paradoxal puisque les faits se sont déroulés principalement en France. Pour pallier cette lacune, j’ai formulé le projet d’organiser un colloque international sur les travailleurs chinois pendant la Grande Guerre en Europe, et par la suite est née l’idée d’une collaboration pour organiser conjointement ce colloque de façon transfrontalière avec une équipe française et une équipe belge à Ypres. Ces deux organisateurs se trouvaient au cœur d’un territoire associé à ces événements historiques, puisque les quatre villes où se trouvent les sites de l’ULCO (Dunkerque, Boulogne-sur-Mer, Calais, Saint-Omer) ont toutes accueilli des camps de travailleurs chinois. Les célèbres cimetières chinois tels que ceux de Saint-Étienne-au-Mont, Ruminghem, Noyelles-sur-Mer sont à proximité. Concernant la Belgique, la main-d’œuvre chinoise a été également utilisée pour participer aux efforts de reconstruction d’Ypres, après les terribles batailles qui ont fait rage autour de cette ville perçue maintenant comme un symbole de la reconstruction de l’Europe après la guerre.

4L’objectif de la manifestation était aussi de mettre en avant le patrimoine historique et culturel régional. En effet, 80 % des travailleurs se trouvaient massés à proximité du front dans le Nord-Pas-de-Calais et la Somme, pendant la guerre, et après-guerre, certains ont participé à la reconstruction. Les camps chinois de l’époque, et les cimetières chinois actuels sont nombreux dans ces régions. Ce colloque international, organisé au cœur d’un territoire associé à ces événements historiques, a apporté une visibilité régionale, nationale et internationale et souligné son potentiel territorial associé à un lieu historique.

5Ce colloque a adopté une perspective interdisciplinaire : nous avons rassemblé des spécialistes de différentes disciplines (histoire, sinologie, japonologie, science politique, relations internationales, archéologie et anthropologie, lettres, littérature comparée, droit & économie, sciences de l’éducation, ainsi que des spécialistes de muséographie) venant de trois continents et de dix pays (France, Belgique, Grande-Bretagne, Allemagne, Chine, Taiwan, Singapour, Canada, États-Unis, Japon).

6Ce colloque a été coordonné par un comité d’organisation dont les membres sont Xavier Boniface, Imelda Elliott et moi-même pour l’équipe française, Dominiek Dendooven, Piet Chielens, et Philip Vanhaelemeersch pour l’équipe belge. Je tiens à remercier vivement les collègues de l’ULCO qui ont activement et efficacement participé à l’organisation locale ; tout particulièrement Michael Murphy, qui a apporté un soutien linguistique très apprécié pour la traduction et l’interprétation de l’anglais et du français et Hélène Le Bail qui s’est occupé de la coordination et a apporté également un soutien linguistique pour la traduction et l’interprétation du français vers l’anglais et le chinois lors de certaines communications. L’interprétation remarquable de Michael Murphy du français vers l’anglais et réciproquement a marqué les participants par ses précisions et performances. Le travail de Hélène le Bail était aussi remarquable dans l’organisation pratique ainsi que pour la coordination entre les différents participants et entre les organiseurs du colloque.

7Je souhaite également remercier François Schmitt (Directeur de Recherche au CNRS) qui a bien voulu apporter différents soutiens au colloque, dont la conception et la mise en place du site web du colloque. Ce site a été un important support pour les intervenants et toutes les personnes intéressées ; il continue de fonctionner et des nouvelles de recherches sur le sujet sont mises en ligne régulièrement.

8Mes remerciements vont également aux autres personnels de l’ULCO : Catherine Wadoux, Monique Randon et Jean-Marc Majchrzak, et à Annick Vandenbilcke de l’IFFM pour leur aide très efficace dans l’organisation de cet événement, organisation rendue plus complexe qu’un colloque classique par le fait que les participants ont voyagé d’un lieu à l’autre pendant le colloque, sur deux sites distants de plus de 100 km. Je remercie également les étudiants de l’ULCO, Céline Decodts, Jinjing Xie, Qi Guo, Jinzi Yang qui nous ont activement secondé durant les journées scientifiques à Boulogne-sur-mer en apportant des aides pratiques à tous les participants.

9Nous remercions également les différents spécialistes qui ont formé le comité scientifique du colloque :

Paul Bailey

Professeur, Durham University, UK

Michèle Barrett

Professeur, School of English and Drama, Queen Mary College, University of London, UK

Marianne Bastid-Bruguière

Directrice de recherche émérite au CNRS & Membre de l’Institut (Académie des sciences morales et politiques), France

Jean-Jacques Becker

Professeur émérite de l’Université Paris X Nanterre

Bruno Béthouart

Professeur des Universités, ULCO, France

Xavier Boniface

Professeur des Universités, ULCO, France

San-ching Chen

Chercheur émérite, Institute of Modern History, Academia Sinica, Taiwan

Imelda Elliott

Professeur des Universités, ULCO, France

Guido Latré

Professeur ordinaire, Université Catholique de Louvain, Belgique

Marylin A. Levine

Professeur, vice-présidente de l’Academic and Student Life, Central Washington University, USA

Yu-Sion Live

Maître de conférences, Université de la Réunion, France

Zhitian Luo

Professeur, Université de Pékin, Chine

Li Ma

Maître de conférences, ULCO, France

Chantal Metzger

Professeur des Universités, Université de Nancy II ; Rédacteur en chef de Guerres mondiales et conflits contemporains, France

Marc Rolland

Professeur des Universités, ULCO, France

Patrick Villiers

Professeur des Universités, ULCO, France

Philip Vanhaelemeersch

Chercheur contractuel, KU Leuven, Belgique

  • 3 Deux versions, l’une en langue anglaise et l’autre en langue chinoise, sont en préparation.

10Cette publication est un ouvrage académique, pluridisciplinaire, et en français3 sur cette période d’histoire. Elle est très attendue. En effet, depuis l’ouverture du colloque, j’ai reçu de nombreuses demandes d’enseignants-chercheurs historiens, de membres associatifs, d’animateurs de Musées, d’historiens amateurs, de retraités, à propos des actes du colloque. Le colloque a reçu une bonne couverture médiatique dans la presse écrite, et la radio, régionale, nationale et même internationale puisque la presse chinoise, des radios et chaînes de télévision chinoises ont mentionné l’événement.

11Le travail de la publication a été relativement long, car les articles ont été écrits dans trois langues différentes (anglais, chinois et français). Les actes des communicants ont été tous soumis (hormis les quatre invités) à l’examen d’un comité de lecture composé de Paul Bailey, Jean-Jacques Becker, Xavier Boniface, Marylin A. Levine, Li Ma, Chantal Metzger, assistés de relecteurs anonymes que je remercie vivement pour leur temps et la qualité de leurs critiques. Les articles en anglais et en chinois retenus ont été traduits en français par la société de traduction « trans4 europe » (de l’anglais vers le français). Ils ont été relus, examinés, et révisés par moi-même, François Schmitt, Jean-Luc Georges (professeur de Français à l’Université de Guangzhou, en Chine). La révision scrupuleuse de ce travail de traduction a été laborieuse. Cette étape nous a imposé une vigilance de tous les instants principalement pour atteindre la traduction la plus appropriée. La relecture finale en français a été effectuée minutieusement par Jean-Luc Georges et François Schmitt.

12Le colloque et sa publication ont bénéficié du soutien financier des institutions suivantes :

  • Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
  • Le ministère de la Défense
  • L’Université du Littoral Côte d’Opale
  • Le laboratoire HLLI-Histoire, Langues, Littératures, Interculturel de l’ULCO
  • La Cité nationale de l’histoire et de l’immigration
  • Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS)
  • Le Conseil général du Pas-de-Calais (CG62)
  • Le Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais
  • La Communauté d’agglomération du Boulonnais
  • L’In Flanders Fields Museum, Belgique

13Cet ouvrage est avant tout le fruit de nos auteurs. Je tiens à remercier tout particulièrement nos quatre invités, les professeurs Jean-Jacques Becker, Marianne Bastid-Bruguière, Marylin A. Levine, Paul Bailey, pour nous avoir honorés de leur présence durant le colloque et pour leur participation à cet ouvrage collectif. Je souhaite aussi vivement remercier tous les auteurs qui m’ont donné leur confiance, qui ont accordé beaucoup de temps à cette entreprise, qui ont fait preuve de patience lors des, quelquefois multiples, aller-retours avec les relecteurs pour préciser et repréciser leurs idées. Grâce à leur engagement, les articles réunis ici forment un ensemble passionnant.

  • 4 Chen-San-ching (Chen Sanjing 陈三T井«), Huagong yu Ouzhan 華工與歐戰 (Les travailleurs chinois et la Guerr (...)

14Je souhaite également remercier le spécialiste renommé, auteur du premier ouvrage qui est une référence académique en langue chinoise sur les Travailleurs chinois pendant la Grande Guerre, le professeur San-ching Chen4, pour ses conseils avisés et son soutien. Etant retiré, nous n’avons malheureusement pas eu le plaisir de sa présence.

15Mes remerciements vont également aux responsables de la recherche de notre université : au Pr. Robin Bocquet, Vice-président chargé de la recherche, au Pr. Bruno Béthouart, Directeur de la Maison de la Recherche en Sciences humaines, au Pr. Jacqueline Bel, Directrice du laboratoire HLLI-Histoire, Langues, Littératures, Interculturel, pour leurs importants soutiens financiers et matériels, tout le long de cette aventure, de l’organisation du colloque à la publication, et au Pr. Fabienne Blaise, Directrice de la Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société (MESHS), et son équipe Caroline Simon et Charlotte Hespel pour les aides apportées, notamment pour des montages de dossiers de demande de subventions.

16En somme, ce projet a d’abord débuté par une idée, qui s’est concrétisée par un projet, une équipe scientifique, et enfin, des résultats : tout ceci a pu se faire également grâce à mes deux collègues les professeurs Imelda Elliott et Xavier Boniface, qui ont fait équipe avec moi pour former le comité d’organisation et avec également nos partenaires de l’équipe belge. Leur soutien et leur travail d’équipe ont été un élément important pour permettre la réalisation de ce projet ; je les remercie aussi pour leur soutien dans ce travail de publication.

17Boulogne-sur-Mer

181er novembre 2011

Notes

1 Wou, Piontchong (Wu Benzhong 吴本中), Les travailleurs chinois et la Grande Guerre, éditions A. Pedone, Paris, 1939. C’est un ouvrage qui fournit des informations utiles et très claires sur les travailleurs chinois, notamment sur les Chinese Labour Corps (CLC), mais son contenu n’est que de 21 pages. De plus, les informations concernant les travailleurs recrutés par les Français sont très restreintes (3 pages de 11-14). Par ailleurs, l’auteur a mélangé les travailleurs chinois sous autorité française et le CLC alors que leurs contrats et leur gestion ont été très différents. Enfin l’auteur a écrit ce livre en pleine guerre anti-japonaise en Chine dans le but d’attirer l’attention du public et du gouvernement français et de militer en faveur d’un boycott des produits japonais.

2 http://www.iccwww1.org/Conference-2010.

3 Deux versions, l’une en langue anglaise et l’autre en langue chinoise, sont en préparation.

4 Chen-San-ching (Chen Sanjing 陈三T井«), Huagong yu Ouzhan 華工與歐戰 (Les travailleurs chinois et la Guerre européenne), Taipei, Zhongyang yanjiuyuan jindaishi yanjiusuo 中央研究院近代史成究所, 1986.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540