Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Homme trace

 | 
Béatrice Galinon-Melenec

Livre II. Le corps comme entour sémiotique

Du diagnostic médical au diagnostic social, le signe-trace au fil des jours

Béatrice Galinon-Mélénec

Texte intégral

Introduction : objectifs et ordre de présentation

  • 1 Pour une présentation du « symptôme comme communication », voir P. Watzlawick, J. H. Beavin J. H. (...)
  • 2 Pratique médicale sur laquelle nous reviendrons ultérieurement. Sur ce sujet, voir J. Colloc et L. (...)

1Ce chapitre vise à illustrer la notion de signe-trace généralisée dans « Fragments théoriques du signe-trace ». Les mots mis en italique renvoient à des paramètres qui entrent en jeu dans la compréhension de tout signe-trace que ce soit au stade de sa production ou au stade de son interprétation. Le diagnostic médical comme le symptôme1 sont interprétés ici en tant que signes-traces résultant d’interactions dont l’énumération – non exhaustive – souhaite initier à la complexité des paramètres – individuels et sociétaux – qui interagissent dans l’interprétation de tout signe-trace. Il s’agit donc bien d’éclairer l’application des facettes des signes-traces et non pas celles de la pratique médicale proprement dite2. La progression de la pensée se fait en partant du particulier vers le général, en mettant en évidence progressivement la nécessité d’englober de plus en plus de facteurs et en insistant sur la complexité de l’interprétation d’un signe-trace.

Du signe-trace au diagnostic médical

  • 3 Pour la revue de la littérature des sémiologues traitant de la trace, cf. supra le chapitre 1 (d’Y (...)
  • 4 Pathognomonique 1560 ; gr. pathognômonikos « qui connaît la maladie » ; Méd. : Signe pathognomoniq (...)
  • 5 Et donc du processus déductif.
  • 6 C’est-à-dire de processus non conscients où, comme nous le verrons plus loin, l’interaction et l’é (...)

2S’en référer à la situation de diagnostic médical pour saisir la complexité de ce qui se joue dans l’interprétation des signes a déjà fait l’objet de transfert pertinent dans d’autres domaines. Deux exemples (Ginzburg, 1989) sont bien connus des sémioticiens3 Giovanni Morelli, critique d’art qui repérait à de petits détails si les signes contenus dans une peinture traduisaient la trace d’un maître ou d’un copieur, était médecin. Conan Doyle, créateur de Sherlock Holmes, détective habile à repérer les plus petites traces laissées par un coupable, l’était également. Dans la mesure où la majorité des lecteurs connaît pour l’avoir expérimentée la situation de consultation médicale, il nous a semblé pertinent de la choisir pour introduire la prise en compte du rôle du contexte dans l’interprétation des signes. L’aspect pathognomonique4 du diagnostic – interprété ici en tant que signe-trace – permettra de mettre en évidence les limites de la rationalité5, la dimension probabiliste de l’interprétation et l’importance de l’intuition6 définie ici comme le signe-trace extériorisé du continuum de l’histoire de vie intériorisée.

Consultation et contexte interprétatif

Situation de consultation et asymétrie de la relation

  • 7 Le serment médical a remplacé le serment d’Hippocrate.
  • 8 Extrait du serment médical.

3La consultation constitue une situation de communication spécifique. La relation est cadrée d’une façon stricte : d’un côté, un patient et sa plainte ; de l’autre, un médecin qui a suivi des études universitaires lui permettant de poser un diagnostic visant à éliminer la souffrance. Les règles du jeu de la consultation sont supposées connues des deux parties en présence. Les questions posées au patient sur sa vie privée et le « toucher de son corps » lors de l’examen clinique (auscultation, palpation, etc.) sont interprétés dans ce contexte. Le serment médical7 oblige le médecin à se tenir à cette « règle du jeu » et à ne pas abuser de la confiance du patient ou de la patiente. En cas de manquement, il est susceptible de poursuites judiciaires et d’interdiction d’exercer la médecine8.

4La relation du médecin au patient est une « relation asymétrique » (Watzlawick, Beavin et Jackson, 1972) dans la mesure où par définition le second dépend du diagnostic du premier. L’asymétrie porte non seulement sur les connaissances et le pouvoir octroyé à l’une des parties en présence mais également sur le langage, le patient ne disposant pas nécessairement des mots pour préciser la nature de ses maux. Le médecin va compenser la difficulté d’expression verbale par une « traque d’indices » qui s’appuie sur une « check-list » de questions et d’examens cliniques visant à rechercher les indices lui permettant d’interpréter le symptôme. Le médecin dispose à cette fin de protocoles établis et de références synthétisant les relations observées entre symptômes et causes.

L’indexation du signe dans la littérature médicale

  • 9 Puis à hiérarchiser les résultats.
  • 10 Nerveux, respiratoire, sanguin, digestif, etc.

5Cependant l’indexation du signe dans la littérature médicale ne suffit pas à produire un diagnostic car chaque cas est différent et il convient que le médecin soit prudent dans son interprétation. En effet, un symptôme peut être au confluent de plusieurs systèmes et donc être la trace de plusieurs systèmes défaillants. À chaque système correspond une spécialité médicale. Le médecin sera donc conduit à s’interroger9 sur les différents processus relevant de plusieurs systèmes10 susceptibles de produire ce signe-trace, à opérer une traque des causes en faisant appel à différentes aides (analyses, avis des confrères, etc.).

Les limites de la rationalité

6Le médecin est toujours conduit à compléter le traitement rationnel des informations par une part d’intuition interprétée comme le signe-trace de l’ensemble de l’histoire de vie du médecin (formation, expérience, capacité d’écoute et de réception des signes non-verbaux, etc.). En effet, un médecin pratiquant la médecine de longue date aura intériorisé, consciemment ou à son insu, une multitude de corrélations dont le diagnostic portera la trace. C’est ainsi qu’un « vieux » médecin pourra faire valoir un savoir-faire lié à l’expérience.

La part de l’échoïsation des signes-traces dans la communication et dans le diagnostic

7En situation de consultation, deux personnes sont en coprésence : le patient et le médecin. Leur corporéité est constituée d’un ensemble de signes qui portent la trace de leur histoire individuelle. Aucun des deux n’y pense, à supposer même qu’ils en aient une connaissance théorique. Pourtant, ces signes-traces existent et, en partie inconsciemment, les deux personnes en présence reçoivent certains d’entre eux. Cette réception de signes renvoie au passé du récepteur ce qui le conduit à les connoter plus ou moins positivement.

  • 11 Ainsi, peut-on dire que la situation de communication médecin-patient relève, comme toute situatio (...)
  • 12 Le patient interrogé sur les raisons du choix d’un médecin traitant répondra simplement « le coura (...)

8Ainsi, bien que la relation soit une relation professionnelle de type consultation en vue de diagnostic, il existe une relation plus globale qui se met en place et qui induit plus ou moins de sympathie entre les co-actants. Nous dirons que les signes-traces émis par les deux personnes en présence se font plus ou moins écho11 de façon infra consciente pour les deux interlocuteurs. Selon le type d’échoïsation12 (positive, négative, banale, forte, etc.), l’ouverture à la réception des signes sera plus ou moins grande et la communication sera plus ou moins qualitative. Cette dimension interfère donc dans le diagnostic.

L’expression orale et écrite du diagnostic

9Le diagnostic est lui-même un signe-trace, au sens où le diagnostic porte en lui la trace du processus (raisonnement, intuition) qui l’a produit. Les termes utilisés dans l’expression du diagnostic sont les signes-traces de l’anticipation que fait le médecin quant à la capacité du destinataire à recevoir (entendre, comprendre, etc.) le contenu et la forme du message. Ce pré-supposé interprétatif conduit à une présentation ad hoc du diagnostic.

10Les courriers entre confrères en constituent un exemple. Ils répondent à des normes de présentation et les termes y sont d’autant plus choisis que le signe-trace que constitue le diagnostic fait ainsi l’objet d’une inscription mémorielle.

11En effet, l’archive médicale devient elle-même un signe-trace auquel il sera fait appel en cas de remise en cause du diagnostic. Le médecin devient donc d’autant plus prudent dans le choix des termes que ceux-ci pourront faire l’objet d’une mise en cause ultérieure.

Le patient

  • 13 Un signe-signal est un signe stimulus d’attention.
  • 14 Le malade triste et fatigué, recueil de 12 expériences de médecins spécialistes publiées par les L (...)

12Pour un médecin, les expressions et les comportements d’un patient constituent la substance même de la recherche de symptômes, mais ils n’acquièrent, comme tous les autres signes-traces, le statut de « signe-signal13 » qu’après filtrage, évaluation et jugement clinique. Les mots du patient, souvent imprécis au regard des référents théoriques médicaux, supposent de la part du médecin un effort pour apprécier le sens à donner à la plainte. Pour aboutir à cette précision, le médecin cherche à débusquer des « causes masquées » à partir d’un « interrogatoire » dont le protocole14 permet de mettre en évidence quelques dimensions du « signe-trace ». Il le complète d’explorations biologiques (étude des échanges chimiques cellulaires, etc.), endoscopiques (bronchoscopie, gastroscopie, etc.), d’imageries (radiologiques, scanner, IRM, etc.) et d’autres techniques d’investigation.

Recherche des conditions de production du symptôme et verbalisation

13Dans la majorité des cas, le médecin pose dès le début de la consultation des questions sur le contexte d’apparition du symptôme. L’interrogatoire comporte notamment des questions portant sur les facteurs biologiques (le rythme veille-sommeil, les aliments ingérés, etc.), les conditions physiques et nerveuses de travail (positions entraînant des troubles musculo-squelettiques, trop de stimuli provoquant un stress exagéré ou au contraire tâches trop monotones produisant une perte du sens donné au travail, etc.) et les conditions affectives (conflits professionnels, familiaux, sentimentaux, etc.).

Le dit du non-dit, la discontinuité comme signe-signal

14Quand un malade est connu du médecin de longue date, la notion de discontinuité joue un rôle signifiant. Prenons le cas d’un patient atteint d’une maladie chronique mais habituellement confiant dans l’avenir et plaisantant volontiers avec son médecin lors de ses visites de renouvellement d’ordonnance ou de contrôle. Le médecin interprète ces comportements comme le fait d’être face à un patient assumant sans problème majeur sa maladie chronique. La survenue d’une tristesse et/ou d’une fatigue lui apparaît comme insolite, c’est-à-dire comme un indice signifiant. Le médecin déclenche alors une série d’examens visant à découvrir la cause du changement. La première hypothèse interprétative sur l’origine du signe-trace portera probablement sur l’évolution de la maladie elle-même et/ou sur les effets induits par le traitement, mais le médecin ne se limitera pas à cette hypothèse et explorera différents systèmes pour trouver d’autres causes possibles.

Visibilité et invisibilité des signes

15Face à la multiplicité des causes pouvant provoquer un symptôme, le médecin généraliste hiérarchise ses explorations en commençant par celles qui engagent le plus le pronostic vital du patient (maladie hématologique, risque de cancer, etc.). Dans ce cas, le symptôme est traité comme trace associée à un événement qui touche un système interne ou un organe. Le généraliste explore la diversité des causes possibles en consultant ses confrères spécialistes.

Chaque spécialiste recherche la cause avec des moyens spécifiques d’investigation

  • 15 « (…) certaines asthénies correspondent parfois à un véritable conditionnement familial (qui) a cr (...)
  • 16 D’après R. Rulliere, cardiologue, ancien Professeur au Collège de médecine, dans « Le malade trist (...)

16Par exemple, pour le psychiatre, la trace de perturbation peut être à rechercher dans la biographie du patient15, le symptôme étant alors perçu en tant que signe-trace de l’histoire de vie. Le cardiologue16 s’emploiera à la recherche des causes de ces signes-traces en s’appuyant sur les instruments techniques pour ausculter le cœur et mesurer la tension artérielle et sur les résultats d’un électrocardiogramme, d’une radio, d’une échographie, d’une coronarographie ou d’examens biologiques.

17Chaque médecin consulté associe ainsi la traque des signes-traces inscrits dans la matière corporelle et s’appuie sur le discours du patient pour le guider dans l’interprétation des signes-traces du corps. Il va à la recherche de causes invisibles au regard des limites des sens.

Complexité du diagnostic

Mise en cause d’une affirmation élémentaire sur la relation cause-conséquence

  • 17 Pathos (maladie, souffrance) et gnome (esprit, jugement, certitude).

18Un symptôme est rarement pathognonomique17. Ainsi, si on admet qu’une angine (A) donne mal à la gorge (B) (ce qui revient à la relation d’implication « si A alors B »), on ne peut en conclure que « si B alors A », car le symptôme « mal à la gorge » peut avoir d’autres causes qu’une angine.

  • 18 Le sophisme place une relation logique là où il n’y a qu’une relation d’implication.

19En conséquence, nous dirons que le signe-trace ne peut faire l’objet d’une « affirmation du conséquent » du type « si A alors B » implique « si B alors A », sous peine d’aboutir à un sophisme18.

Étiologie19 et doute sur les causes du signe-trace

  • 19 L’étiologie est l’étude des causes des maladies.
  • 20 Notons que la connaissance historique relève d’une certaine manière également d’une démarche conje (...)

20Nous dirons donc que le fait que le signe-trace intègre en lui-même le processus qui l’a produit n’implique pas que le récepteur du signe puisse être certain d’avoir détecté le système causal qui a produit le signe-trace. Le processus qui produit le signe-trace est une « boîte noire » où s’enchevêtrent des interactions dont la compréhension rationnelle laisse toujours la part au doute. On peut donc estimer que le diagnostic portant sur la cause du signe-trace relève d’une méthode plus ou moins aléatoire20.

La réaction du patient

Le refus du diagnostic

  • 21 Soutenue toute sa vie par la chimie, une personne peut apparaître performante, valide, apte au mon (...)

21La demande de consultation qui porte seulement sur la délivrance d’une ordonnance chimique pour soulager un symptôme et non pas sur la recherche de la cause peut apparaître comme le signe-trace d’un raisonnement qui pourrait prendre la forme suivante : « Qu’importe la cause, ce qui importe c’est de retrouver au plus vite ma vie normale, ma performance, mon dynamisme, etc. » Dans le cas où il s’agit d’une lassitude psychologique, forme mineure de dépression aux yeux du patient, le raisonnement du patient peut parfois s’énoncer ainsi : « Je préfère être dynamique avec un soutien chimique que fatigué et las sans lui. De toutes les façons, je n’ai pas de prise sur la cause21. » Ainsi, même si le signe-trace devient invisible, il n’est pas inexistant pour autant. Il est masqué et sa cause demeure.

La demande d’effacement de la trace

  • 22 Il convient néanmoins de remarquer que les injonctions contemporaines au « toujours plus vite » pr (...)
  • 23 Ainsi, d’une façon beaucoup plus générale, une personne qui tient en permanence un discours satisf (...)

22De plus, l’espoir de masquer le signe-trace peut s’avérer illusoire dans la mesure où la dissimulation du signe-trace fonctionne surtout sur un environnement qui opère une observation globale ou rapide des signes22. Pour les autres plus soucieux de détails, le côté artificiel du comportement apparaît. Il est interprété comme le signe-trace de la volonté de masquer le signe-trace originel23.

  • 24 Nous profitons de ce renvoi au généraliste pour remercier le Docteur Marc-Henri Lemaire, médecin g (...)
  • 25 C’est ainsi que la France est le plus grand consommateur de psychotropes visant à donner une appar (...)

23Ainsi, la demande de diagnostic n’est pas toujours à l’origine d’une consultation en particulier chez le généraliste24. Le patient vient simplement chercher une ordonnance permettant la délivrance par les pharmaciens de produits visant à masquer25 le symptôme signe-trace (fièvre, fatigue, etc.). En effet, dans la mesure où rechercher la (les) cause(s) et la (les) soigner supposerait du temps, le patient soumis aux nécessités sociales de la performance et du paraître vient chercher des remèdes qui masquent son symptôme plus qu’ils ne soignent.

24Observant que cette démarche consistant à masquer le symptôme corporel et à éviter la recherche du processus qui le produit tend à se généraliser, nous proposons de la considérer en tant que signe-trace sociétal.

Du diagnostic médical au diagnostic social

25Ainsi, A. Ehrenberg dans son ouvrage La fatigue d’être soi expose que « la valorisation contemporaine du bien-être entre en tension avec la montée de l’individualisme et que de nouveaux questionnements se posent à un homme qui exerce sa liberté de pouvoir « sur soi » (Ehrenberg, 1998). La difficulté d’y répondre avec certitude engendre des angoisses et de la fatigue, signe-trace alimenté par le culte de la performance qui produit l’angoisse de ne pas être à la hauteur. L’énergie que chacun doit mobiliser pour devenir lui-même épuise ses forces.

  • 26 Observons que vouloir masquer une trace provient du fait que l’Homme anticipe l’interprétation qui (...)

26En fait, le développement de la société de l’apparence (Amadieu, 2002 ; Andrieu, 2006 ; Ferreri, Godefroy, Slama, et Nuss, 1998) et la généralisation de différentes formes de drogues (le médicament pouvant être une version licite de la drogue) laissent penser que cette volonté d’effacer les signes-traces est tout à fait généralisée26.

  • 27 Cf. Galinon-Mélénec B., Martin-Juchat F. (dir.), « Le corps médiatisé », deuxième partie de « Le c (...)
  • 28 Cf. la bibliographie et les analyses proposées par B. Galinon-Mélénec et F. Martin-Juchat (Galinon (...)

27Les investissements des uns et des autres dans la forme physique27, dans le respect de normes largement suggérées – si ce n’est dictées – par les médias28 et dans des croyances diverses apaisent l'inquiétude : ils font diversion et évitent à la personne d’être confrontée à la résolution individuelle de la complexité.

  • 29 Le désir d’évitement de la confrontation à la complexité peut nourrir une propension inconsciente (...)

28La permanence des stimuli use les nerfs. Pour récupérer il est nécessaire d’être moins en éveil permanent. Un peu d’endormissement de la conscience de la complexité apporterait du repos. Ce besoin légitime entre en tension contradictoire avec l’image de l’Homme performant tenu à une obligation d’éveil permanent29.

29Le médecin ne peut changer les contextes sociétaux. Il ne peut qu’aider à soulager la souffrance en fournissant des possibilités de récupération via la chimie ou via des arrêts de travail supposés éloigner le stress des stimuli permanents. Mais, ni la chimie ni les arrêts de travail ne résolvent les causes de ce type de fatigue, et proposer de telles solutions conduit nécessairement à la réapparition du symptôme.

30L'insatisfaction produite par le résultat apporte la recherche d'un nouveau mode de « sommeil éveillé ». Nouveau médicament, nouvelle ordonnance de soins, nouvelles croyances jouent le rôle de déclencheur d’une nouvelle phase d'espérance dans le changement. Cette projection positive modifie les processus internes à l’individu. Le signe-trace (du processus) que constitue le symptôme s’en trouve donc modifié positivement.

31Cette phase dure jusqu’à ce que la nouvelle situation engendrée par le changement se trouve à son tour envahie par de nombreux stimuli et que l’individu se trouve en situation de débordement psychique. Alors, le processus recommence.

  • 30 Être fatigué, c’est toucher l’infini, énonce également Roland Barthes (« La fatigue », Le Neutre, (...)
  • 31 Nous avons traité de ce sujet dans Galinon-Mélénec B., « “Suicide au travail” et communication. La (...)

32L'accélération de la succession des étapes diminue les temps de récupération ce qui installe la fatigue dans la chronicité. De notre point de vue, cet ancrage de la fatigue dans la durée constitue le signe-trace d’une conscience de la complexité du monde qui ne cesse de se généraliser et de s’intensifier30. Cette fatigue mérite d’autant plus une analyse que dans plusieurs cas qui ont défrayé les médias, il était le signe précurseur de « suicides au travail31 ».

Les interactions individu/environnement : principes

Normin, Normex : définitions

  • 32 Nous avons longuement développé ces idées dans Galinon-Mélénec B., Penser autrement la communicati (...)

33Tous les comportements sont des signes-traces dans la mesure où ils portent la trace du passé de l’individu. Depuis qu’il est vivant, l’individu reçoit des informations de son environnement et les intériorise. Cet environnement est à la fois continu (si on prend en compte toutes les échelles et le vivant comme le non-vivant) et discontinu (si on ne prend en compte que certaines dimensions du réel). Cette discontinuité produit des marques, des marquages, des différences. Le langage leur attribue des noms. La pensée les classe en catégorie. En intériorisant l’environnement, l’Homme intériorise le langage et les jugements, ainsi que les classements qu’il véhicule32. Nous désignons par « normex » les normes véhiculées dans l’environnement et par « normin » (normes internes) l’ensemble des normes ainsi intériorisées par un individu.

Le rôle des premières années dans l’ancrage de Normin

  • 33 Selon la terminologie de J.C. Abric (Abric, 1999).
  • 34 Mais elles évoluent lentement dans la mesure où normin génère des jugements (bien/mal, beau/laid, (...)

34Dans les premières années de la vie, moment où l’affect joue un rôle de fixation des règles du jeu, les normex intériorisées s’ancrent en profondeur. Il s’agit d’une sorte de « noyau dur33 » dans lequel s’intègrent les valeurs véhiculées par la famille, la culture, les croyances, le type de rapport au monde, etc. Bien entendu, les intériorisations faites à ce moment-là ne sont pas figées. Elles vont évoluer34 avec l’expérience de vie, mais elles joueront toujours un rôle majeur comme d’ailleurs toutes celles qui ultérieurement toucheront en profondeur l’affect.

Application à la vie professionnelle

La situation de recrutement

35Au moment de l’insertion sociale et professionnelle, l’individu s’oriente vers des choix qui constituent les signes-traces des normins. Le recrutement par une entreprise (au sens large) peut être interprété comme le signe-trace d’un jugement positif de l’entreprise sur les comportements, signes-traces des normins de l’individu. Autrement dit, comme une correspondance entre les normes de l’individu et celles de l’entreprise.

36Les normins de l’individu intègrent la représentation qu’il a de lui-même au présent et à l’avenir, ses rapports au conjoint, aux enfants, aux amis, au partage entre temps de loisir et temps de travail et son rapport à l’argent. Ainsi, à niveau d’études équivalent, le choix d’un concours qui permet d’entrer dans la fonction publique ou celui d’une entreprise internationale ou celui d’une « start-up » constitue le signe-trace des normins de l’individu.

Le contrat

37Le recrutement amène l’individu à vivre son temps professionnel dans une entreprise qui a elle-même des normes : modes de management, rapport entre capital humain et capital financier, sens de la responsabilité sociale, soutien à l’adaptation, formation continue individualisée, stabilité des règles du jeu, etc.

38Si l’acceptation du contrat de travail par l’individu s’est produite en toute connaissance de cause, on peut estimer qu’il a procédé à une « optimisation d’équation sous contraintes » et que, si les contraintes existent, elles sont acceptées et gérées.

L’apparition de Désanorm

39Si les contraintes pesant sur l’entreprise l’obligent à modifier ses propres normes de management ou si l’individu est soumis à des stimuli permanents, un désajustement (désanorm) entre normin et normex peut apparaître. Ce processus de désajustement produit d’abord du stress, puis de la fatigue.

  • 35 Nous remercions le Professeur Joêl Colloc, médecin et chercheur, de ses remarques sur ces approche (...)

40Si des comportements adaptatifs peuvent être mis en place, le désajustement produit une boucle d’apprentissage et une représentation de soi positive35.

41Si la boucle d’apprentissage est trop lente pour le contexte entrepreneurial concerné, que l’individu ne trouve pas dans son environnement – professionnel et familial – d’alternatives correspondant à normin et qu’il ne peut compter sur des soutiens dans la représentation de soi et dans l’apprentissage, il est possible que l’individu subisse une perte identitaire liée à la mise en cause de la pertinence de normin.

42L’organisation, quant à elle, a tendance à signifier ce désajustement par des tensions (se traduisant par des conflits au travail), des exclusions directes (menaces de licenciement) ou indirectes (harcèlement visant à produire de l’auto-exclusion), qui sont autant de signes-traces organisationnels des processus de désajustement entre normin et normex.

Debordpsy et tentation suicidaire

43Debordpsy désigne le seuil critique qui fait passer l’individu du supportable à l’insupportable.

  • 36 Conçu à partir du journal de consultation du Dr. Marie Pezet de la polyclinique de Nanterre « Souf (...)

44Il suppose l’accumulation de plusieurs facteurs36 :

  • le travail vidé de sa fonction identitaire : pression du rappel à la norme, vigilance aiguisée permanente, nécessité d’une hyperréactivité réactionnelle, impossibilité d’atteindre les objectifs imposés, obligation de résultats sous contraintes, risque de déqualification, menace de précarisation de l’emploi ;
  • la fragilisation psychologique due à : l’émission systématique de critiques, la demande permanente de justification, les consignes confuses ou contradictoires, les modifications arbitraires des conditions de travail, la surveillance des faits et gestes, la pratique de l’isolement, les attributions de travail subitement modifiées ;
  • le repli sur soi, associé à un sentiment d’inutilité : l’absence de coopération autour du salarié, le durcissement de la vie familiale, la fuite du contact social ;
  • l’impossibilité de pouvoir envisager des lieux où le réajustement soit possible37.

45Ainsi, si les suicides observés dans différents milieux professionnels ne relèvent pas également des mêmes référents, chez les uns comme chez les autres, le suicide peut être interprété comme le signe-trace d’un Désanorm associé à un Debordpsy. Dans cette hypothèse, il y a donc concours de causes à la fois individuelles et sociales.

Mise en cause d’un contexte sociétal plus large

46Cette analyse montre que les signes-traces ne sont pas seulement le fait des corps des personnes physiques et de leurs seuls comportements mais également des comportements des personnes morales (au sens juridique « d’organisation ») et du corps social en général.

47Ainsi, le niveau de communication établi dans une situation professionnelle peut-il, de notre point de vue, être analysé comme le signe-trace de l’interaction, non seulement entre des individus engagés directement dans la communication, mais aussi entre les individus et les systèmes environnant cette communication.

Conclusion : la complexité de l’interprétation

  • 38 C’est dans cette perspective que, ici, nous avons fait appel à plusieurs disciplines des sciences (...)

48Le premier exemple nous a montré que même pour le médecin qui fait profession d’interpréter les signes-traces du corps, cette interprétation, de la même façon que pour tout ce qui concerne l’Homme vivant, intègre l’interaction de systèmes complexes. Le symptôme, signe-trace par définition, ne peut être interprété par un seul spécialiste38 que de façon provisoire, au titre d’un raisonnement qui relève plus du tâtonnement que de la certitude ; et malgré tous les décloisonnements disciplinaires pour atteindre la compréhension de la complexité des interactions qui se produisent dans le corps du patient, le diagnostic comprend une large part d’intuition.

49Le second exemple nous a permis de repérer le poids des normes intériorisées, que ce soit par l’individu ou par le corps social, leurs rôles dans les interactions, leurs conséquences individuelles (fatigue stress, débordement psychologique pouvant aller jusqu’au suicide) ou sociales, en matière de communication des organisations. Ce processus ne se cantonne pas à la vie professionnelle : le déroulement de l’existence conduit à remettre plus ou moins en cause normin. Quand il y a un désajustement entre normin et normex, les relations doivent évoluer et, avec elles, les conventions et les contrats. Pour mettre en place de nouvelles conventions avec son environnement, l’Homme s’efforce de repérer des règles du jeu de l’existence qui soient plus pertinentes.

50À travers ces deux exemples, il est apparu que la justesse de l’interprétation du symptôme supposait de prendre en compte la complexité des facteurs qui entrent en jeu non seulement dans ce qui produit le signe-trace (le symptôme), mais également dans son interprétation.

Bibliographie

Références bibliographiques

Abric J.C., Psychologie de la communication. Théories et méthodes, Paris, Armand Colin, 1999.

Almeida (D’) N., La société du jugement. Essai sur les nouveaux pouvoirs de l’opinion, Paris, Armand Colin, 2007.

Amadieu J.F., Le poids des apparences, Paris, Odile Jacob, 2002.

Andrieu B., Le dictionnaire du corps en sciences humaines et sociales, Paris, CNRS Éditions, 2006.

Barthes R., « La fatigue », dans Le Neutre, Leçon au collège de France, enregistrement du 25 février 1978.

Bergson H., « L'intuition philosophique. Conférence faite au Congrès de Philosophie de Bologne le 10 avril 1911 », dans Henri Bergson, La pensée et le mouvant, Articles et conférences datant de 1903 à 1923, Paris, PUF, 1969, 79e éd.

Bougnoux D., Introduction aux sciences de l’information et de la communication, Paris, La Découverte, coll. Repères, nouvelle édition, 2002.

Boutaud J.J., Sémiotique et communication. Du signe au sens, Paris, L’Harmattan, 1998.

Bourdieu P., La distinction, critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

Brachet C., Le Foulgoc A., « La mise en scène du corps de Mon incroyable fiancé », dans Béatrice Galinon-Mélénec, Fabienne Martin-Juchat (dir.), Le corps communicant, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 67-127.

Colloc J., Lery L., « Prise de décision dans l’éthique au quotidien ; Comment décider le soin ? », dans Santé Décision Management, vol. 11, no 1-2, 2008, p. 243-254.

Cyrulnick B., Mémoire de singe et paroles d’Homme, Paris, Hachette littératures, coll. Pluriel, 1983.

Dejours C., « Séminaire Interdisciplinaire de pathologie du travail », Université d’Orsay, 2001.

Ehrenberg A., La fatigue d’être soi, Paris, Odile Jacob, 1998.

Fabre R., « La personne : une régulation par les normes ? », Hermès, « Traçabilité et réseaux », no 53, 2009, p. 175-181.

Ferreri M., Godefroy M., Slama F., Nuss P., « Identité esthétique et dysmorphesthésie », Confrontations psychiatriques, no 39, 1998, p. 301-326.

Galinon-Mélénec B., Penser autrement la communication. Du sens commun au sens scientifique. Du sens scientifique vers la pratique, Paris, L’Harmathan, 2007.

Galinon-Mélénec B., « “Suicide au travail” et communication. La mise en question des normes », dans Jacques Perriault, Éric Delamotte (dir.), « Profil d’apprentissage et normalisation », actes des séminaires 2010, Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC), à paraître.

Ginzburg C., « Traces. Racines d’un paradigme judiciaire », dans Carlo Ginzburg, Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et Histoire, Paris, Flammarion, 1989, p. 139-180.

Glowinski J., « La dépression, c’est une dissonance », L’Express, no du 31 janvier 2002, p. 106-109.

Collectif, Le malade triste et fatigué, Puteaux, Laboratoires Hoechst, 1979 (recueil de 12 expériences de médecins spécialistes).

Jeanneret Y., Penser la trivialité, volume 1, La vie des êtres culturels, Lavoisier Hermès sciences, Paris, 2008.

Lorenz K., Trois essais sur le comportement animal et humain, Paris, Seuil, Points, 1970.

Mandelbrot B., The Fractal geometry of Nature, San Francisco, W.H. Freeman & Co, 1982 ; Les objets fractals. Forme, chance et dimension, Paris, Flammarion, 1984 (2e éd.).

Merzeau L., « Du signe à la trace : L’information sur mesure », Hermès, « Traçabilité et réseaux », no 53, 2009, p. 22-29.

Montola S., « Reconfigurations des rapports sociaux de sexe au travers du corps sportif médiatisé », dans Béatrice Galinon-Mélénec, Fabienne Martin-Juchat (dir.), Le corps communicant, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 67-127.

Ricœur P., La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000.

Tarde G., Les Lois de l’imitation, Paris, Seuil, (1re éd. 1892), 2001.

Shannon C., Weaver W., La théorie mathématique de la communication, 1948, nouvelle éd., Paris, Retz, 1975.

Veyne P., Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil, 1978.

Watzlawick P., Beavin J.H., Jackson D.D., Une logique de la communication, Paris, Seuil, coll. Points, 1972.

Notes

1 Pour une présentation du « symptôme comme communication », voir P. Watzlawick, J. H. Beavin J. H. et D. D. Jackson (Watzlawick, Beavin et Jackson, 1972 : 77).

2 Pratique médicale sur laquelle nous reviendrons ultérieurement. Sur ce sujet, voir J. Colloc et L. Léry (Colloc et Lery, 2008).

3 Pour la revue de la littérature des sémiologues traitant de la trace, cf. supra le chapitre 1 (d’Y. Jeanneret) du Livre 1 et le chapitre 1 (de J.J. Boutaud et S. Dufour) du Livre 2.

4 Pathognomonique 1560 ; gr. pathognômonikos « qui connaît la maladie » ; Méd. : Signe pathognomonique : symptôme qui se rencontre seulement dans une maladie déterminée et qui suffit à en établir le diagnostic.

5 Et donc du processus déductif.

6 C’est-à-dire de processus non conscients où, comme nous le verrons plus loin, l’interaction et l’échoïsation des signes-traces des personnes en présence jouent un rôle prépondérant.

7 Le serment médical a remplacé le serment d’Hippocrate.

8 Extrait du serment médical.

9 Puis à hiérarchiser les résultats.

10 Nerveux, respiratoire, sanguin, digestif, etc.

11 Ainsi, peut-on dire que la situation de communication médecin-patient relève, comme toute situation de communication, d’une interaction de signes traces.

12 Le patient interrogé sur les raisons du choix d’un médecin traitant répondra simplement « le courant passe bien », ce qui est une autre façon d’énoncer que l’échoïsation des signes est positive.

13 Un signe-signal est un signe stimulus d’attention.

14 Le malade triste et fatigué, recueil de 12 expériences de médecins spécialistes publiées par les Laboratoires Hoechst, 1979.

15 « (…) certaines asthénies correspondent parfois à un véritable conditionnement familial (qui) a créé des habitudes défensives, autarciques », Ibid., p. 11.

16 D’après R. Rulliere, cardiologue, ancien Professeur au Collège de médecine, dans « Le malade triste et fatigué », op. cit. p. 27.

17 Pathos (maladie, souffrance) et gnome (esprit, jugement, certitude).

18 Le sophisme place une relation logique là où il n’y a qu’une relation d’implication.

19 L’étiologie est l’étude des causes des maladies.

20 Notons que la connaissance historique relève d’une certaine manière également d’une démarche conjecturale. Cf. Paul Veyne (Veyne, 1978).

21 Soutenue toute sa vie par la chimie, une personne peut apparaître performante, valide, apte au monde contemporain, tout en étant intimement persuadée qu’en réalité, elle n’est rien de tout cela. L’identité se parcellise, se fragmente et une fragilité existentielle permanente s’installe. A contrario, la personne qui admet de n’être que « soi-même » face à une infinité de possibilités gagne en responsabilité. Non soumis à la recherche animale du bienêtre, il gère son « ça » et se construit en construisant ses règles de conduite. La solution serait donc « facile » si tous les individus disposaient de la même force de caractère. Or, ce n’est pas le cas et la tendance à la dépression « est la contrepartie inexorable de l’homme qui est son propre souverain » (Ehrenberg, 1998 : 236).

22 Il convient néanmoins de remarquer que les injonctions contemporaines au « toujours plus vite » produisent effectivement une société de l’apparence où il convient de masquer les signes-traces d’une histoire de vie qui mettraient en péril la façade.

23 Ainsi, d’une façon beaucoup plus générale, une personne qui tient en permanence un discours satisfait sur tous les aspects de sa vie depuis de longues années peut apparaître comme une personne qui souhaite masquer les signes-traces de ses déconvenues.

24 Nous profitons de ce renvoi au généraliste pour remercier le Docteur Marc-Henri Lemaire, médecin généraliste au Havre pour sa relecture attentive de la partie médicale de ce chapitre.

25 C’est ainsi que la France est le plus grand consommateur de psychotropes visant à donner une apparence de bien être.

26 Observons que vouloir masquer une trace provient du fait que l’Homme anticipe l’interprétation qui sera faite de ses traces qui ne lui serait pas favorable. Ce désir est transversal à plusieurs domaines, que la trace soit inscrite dans les comportements, le corps étant entendu ici comme un média, ou dans un média matériel tel qu’Internet. Ainsi des entreprises se sont-elles créées pour gérer la réputation sur Internet, ce qui revient à noyer sous une masse d’informations ou à effacer des traces considérées comme gênantes dans certains contextes (la recherche d’emploi par exemple) et à mettre en avant celles qui sont porteuses d’effets positifs en terme d’image.

27 Cf. Galinon-Mélénec B., Martin-Juchat F. (dir.), « Le corps médiatisé », deuxième partie de « Le corps communicant », op. cit. p. 67-127, avec les contributions de Sandy Montola, « Reconfigurations des rapports sociaux de sexe au travers du corps sportif médiatisé » ; de Zeineb Touati, « Le corps féminin en Tunisie : entre images médiatiques et imaginaire collectif » ; et de Camille Brachet et Aurélien Le Foulgoc, « La mise en scène du corps de Mon incroyable fiancé ».

28 Cf. la bibliographie et les analyses proposées par B. Galinon-Mélénec et F. Martin-Juchat (Galinon-Mélénec et Martin-Juchat, 2007) et les conférences de l’université populaire du Havre, cycle sur le corps (enregistrements audio disponibles sur http://www.univ-lehavre.fr/ulh_services/leslundis-de-l-universite.html).

29 Le désir d’évitement de la confrontation à la complexité peut nourrir une propension inconsciente à vouloir retrouver le confort du ventre de la mère, période de vie, d’avant la naissance sociale, temps où la complexité du monde n'entraînait aucune interrogation, aucun doute. La recherche de l’endormissement de la conscience via les sens peut alors être interprétée comme le signe-trace de la nostalgie des processus d’interaction entre le corps de l’individu et celui de sa mère, figure fractale (cf. Mandelbrot) de la complexité du monde.

30 Être fatigué, c’est toucher l’infini, énonce également Roland Barthes (« La fatigue », Le Neutre, Leçon au collège de France ; 25 février 1978). Puis il précise : « C’est la façon que mon corps a de toucher l’infini. »

31 Nous avons traité de ce sujet dans Galinon-Mélénec B., « “Suicide au travail” et communication. La mise en question des normes », dans Jacques Perriault, Éric Delamotte (dir.), « Profil d’apprentissage et normalisation », actes des séminaires 2010, Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC), à paraître.

32 Nous avons longuement développé ces idées dans Galinon-Mélénec B., Penser autrement la communication, Paris, L’Harmattan, 2007.

33 Selon la terminologie de J.C. Abric (Abric, 1999).

34 Mais elles évoluent lentement dans la mesure où normin génère des jugements (bien/mal, beau/laid, juste/injuste, vrai/faux, etc.) qui conduisent à l’évitement de ce qui ne rentre pas dans normin. Par contre, si l’individu se trouve dans une situation non choisie et dans l’impossibilité de retrouver une situation qui corresponde à normin, les comportements engendrés par normin ne sont plus adaptés au nouvel environnement. Les nécessités de l’adaptation pour la survie conduisent alors souvent à l’apprentissage de nouvelles règles du jeu. Dans le cas contraire, l’individu devient « inadapté » au système dans lequel il se trouve.

35 Nous remercions le Professeur Joêl Colloc, médecin et chercheur, de ses remarques sur ces approches et de sa relecture générale du chapitre.

36 Conçu à partir du journal de consultation du Dr. Marie Pezet de la polyclinique de Nanterre « Souffrance au travail, 1997-2008 ».

37 À ce sujet, voir C. Dejours (Dejours, 2001 : 19).

38 C’est dans cette perspective que, ici, nous avons fait appel à plusieurs disciplines des sciences humaines et sociales pour initier une théorie générale de la trace humaine.

Auteur

Professeur des Universités en sciences de l’information et de la communication, directrice du CDHET (Communication et Développement des Hommes, des Entreprises et des Territoires), et fondatrice du réseau international « L’Homme trace ».
IDEES/Haute Normandie, CIRTAI/ Le Havre :
http://www.cirtai.org
http://cdhet.galilo.info
galinon@free.fr

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site