Version classiqueVersion mobile

L’Homme trace

 | 
Béatrice Galinon-Melenec

Livre I. Questions de langage

Traces langagières en psychologie sociale de la communication

Nadia Lepastourel et Benoît Testé

Texte intégral

  • 1 Dans ce chapitre, le terme « trace » recouvre les « indices » pour Sperber & Wilson (Sperber et Wi (...)

1Ce chapitre propose un aperçu des recherches en psychologie sociale de la communication sur les « traces1 » langagières insérées dans les discours (Ghiglione, 1982). L’objectif général est de dresser un bref état des lieux des recherches mettant en évidence : 1/que certaines traces dans les discours sont révélatrices des appartenances sociales des locuteurs, de leurs attitudes vis-à-vis de l’objet du discours ou des buts de leurs communications, 2/que ces traces langagières affectent la réception des discours : les attitudes des récepteurs, leurs jugements, l’évaluation des messages.

2Dans ce chapitre, la notion de trace renvoie principalement à la forme des énoncés langagiers (i.e. à la structure) par opposition au fond sémantique des énoncés langagiers (Van Dijk, 1988). Deux types d’approches vont être distingués. Premièrement, une approche issue de la psychologie cognitive linguistique, tendanciellement à visée universaliste, qui envisage les traces langagières comme des indices liés à des processus cognitifs. Deuxièmement, une approche plus socio-cognitive qui envisage les traces langagières comme dépendant du contexte social dans lequel les discours sont produits.

Conception linéaire de la communication : des traces dans le langage reliées aux activités cognitives

3Les recherches présentées dans cette partie envisagent la communication comme relativement linéaire (Lasswell, 1948). Elles sont issues de la psychologie cognitivo-linguistique et basées sur une conception très cognitive du langage qui s’intéresse peu au contexte social dans lequel la communication s’insère. Ces recherches supposent des mécanismes universels reliant les traces langagières à des processus cognitifs. Le paradigme encodage-décodage détaillé par Krauss et Fussel (Krauss et Fussel, 1996) est une bonne illustration d’une telle conception linéaire de la communication. Le langage est envisagé comme un code utilisant des signes, mots et phrases véhiculant du sens. Selon ces auteurs, dans ce modèle, chaque signe ne peut avoir qu’un seul sens et chaque sens correspond à un signe unique. L’approche encodage-décodage conçoit la communication comme un processus simple dans lequel les locuteurs encodent d’abord leurs idées en signes puis les récepteurs décodent ces signes pour retrouver les idées sous-jacentes. Une spécificité de ces recherches est qu’elles théorisent finalement assez peu sur le processus de communication. Elles identifient par contre précisément, expérimentalement, les traces langagières spécifiques (verbes, adjectifs, modalisations…) ayant des effets sur les attributions ou les jugements des récepteurs.

Effets des traces langagières sur les attributions

4Parmi les recherches issues de la psychologie cognitive du langage, le Linguistic Category Model (LCM, Semin et Fiedler, 1988) est un point de départ intéressant. Semin (Semin, 1995) considère le langage comme un outil et les indices linguistiques comme des « outils cognitifs ». Selon cet auteur, « le langage est un moyen de présenter stratégiquement certains aspects de la réalité ou des idées dans le but d’influencer ou de formater les processus socio-cognitifs du récepteur d’un message » (Semin, 2000 : 76). Le LCM établit une classification de quatre catégories linguistiques sur un continuum concret/abstrait. Le pôle concret est caractérisé par l’utilisation de verbes descriptifs d'action (les DAV qui donnent une description neutre d'un comportement spécifique, ex : « parler ») et de verbes interprétatifs d'action (IAV qui fournissent une connotation positive ou négative au comportement décrit, ex : « insulter »). Le pôle abstrait regroupe les verbes d'état (SV qui ne décrivent pas un comportement, mais une émotion ou un état durable, ex : « détester ») et les adjectifs (qui décrivent une disposition de l'acteur d’un comportement, ex : « agressif »).

5Les premières études conduites sur le LCM (Semin et Fiedler, 1988) incluaient ces catégories linguistiques dans des phrases simples (exemples pour un DAV : « A tient la porte pour B » et pour un adjectif : « A est serviable »). Les phrases étaient lues par des participants qui répondaient ensuite à différentes questions sur le sujet de la phrase, la situation ou la phrase elle-même. Les résultats (Semin et Fiedler, 1988) montrent que les lecteurs de phrases contenant des DAV, IAV, SV ou adjectifs (dans cet ordre) évaluent le sujet de la phrase de plus en plus explicatif, la situation de moins en moins explicative, la phrase de moins en moins vérifiable et de plus en plus sujette à discussion. Un grand nombre de recherches confirme l’effet du niveau d’abstraction sur la perception du sujet et de l’objet d’une phrase comme cause d’un événement dans des contextes très différents (e.g. Burguet et Girard, 2008 ; De Poot et Semin, 1995 ; Platow et Brodie, 1999 ; Semin, Rubini, et Fiedler, 1995 ; Semin et De Poot, 1997).

  • 2 En psychologie sociale, le terme « endo-groupe » désigne les membres de notre groupe. L’exo-groupe (...)

6Dérivé du LCM, le modèle du Biais Linguistique Intergroupe (Linguistic Intergroup Bias, LIB) permet d’étudier le lien entre l’utilisation stratégique du langage et les stéréotypes (Maass et Arcuri, 1992 ; Maass, Salvi, Arcuri et Semin, 1989). Il s’agit d’une façon d’attribuer la responsabilité des comportements positifs aux caractéristiques intrinsèques des membres de son groupe, et la responsabilité des comportements négatifs aux caractéristiques intrinsèques des membres des autres groupes. Les comportements endo-groupes2 positifs (désirables) et exo-groupes négatifs (peu désirables) sont décrits plus souvent dans des termes abstraits tandis que les comportements endo-groupes peu désirables et exo-groupes désirables sont décrits plus souvent au moyen de termes concrets. Par exemple, pour un même comportement, un observateur dirait, pour un membre de son groupe, « il est serviable », induisant l’idée que le comportement est dû à des caractéristiques intrinsèques dispositionnelles de l’acteur, alors qu’il dirait pour un membre de l'exo-groupe, « il a tenu la porte à quelqu'un », induisant une explication situationnelle, externe à l’acteur. Par ailleurs, le type d’explication des comportements (dispositionnelle ou situationnelle) est lié à la perception de leur stabilité dans le temps : une explication dispositionnelle est liée à une plus grande stabilité du comportement qu’une explication situationnelle.

7Ce biais est notamment à l’œuvre dans la communication médiatique. Dans une étude portant sur la presse italienne sportive, Maass, Corvino et Arcuri (Maass, Corvino et Arcuri, 1994) ont montré que des journalistes sportifs italiens utilisent davantage de formulations concrètes quand ils relatent des comportements positifs de l’exogroupe (une victoire sur l’Italie apparaît alors comme un comportement limité à cette situation et dans le temps). Une seconde analyse de presse met en évidence que des journalistes juifs et non-juifs décrivent tous de manière négative des agressions antisémites. Pourtant, les journalistes non-juifs décrivent le comportement des agresseurs de manière plus concrète que ne le font les journalistes juifs. Enfin, une troisième analyse réalisée pendant la première guerre en Irak met en évidence que plus les journaux télévisés italiens décrivaient des comportements négatifs d’Irakiens (exogroupe), plus ils tendaient à utiliser un langage abstrait. Cette corrélation entre abstraction et négativité n’apparaît pas dans les descriptions de comportements de l’endogroupe (les armées occidentales). Récemment, Burguet et Girard (Burguet et Girard, 2008) ont également observé, via une analyse des titres et sous-titres de journaux français et étrangers au moment de la coupe du Monde de football 2006, que la presse française évoquait les actions positives des joueurs français de façon plus abstraite que celles des joueurs étrangers. Inversement, les actions négatives des français étaient décrites de façon plus concrète que celles des joueurs étrangers. Par contraste, la presse étrangère évoquait les actions positives des joueurs de leurs pays de façon plus abstraite que celles des joueurs français et présentait les actions négatives des joueurs de leur pays d’une façon plus concrète que celles des joueurs français.

8Le LCM et le LIB sont des modèles réputés pour leur cadre intégratif facilitant l’analyse des effets discursifs. Ils montrent principalement deux choses : 1/l’utilisation de traces langagières (verbes vs adjectifs) pour décrire un même événement varie suivant les motivations du locuteur, 2/leur utilisation affecte la perception des comportements et de la situation par les récepteurs. Ceci étant, certaines recherches semblent aujourd’hui aller dans le sens d’une modulation des effets des indices abstraits/concrets par le contexte dans lequel le discours s’insère (Lepastourel, Assilamehou et Teste, 2009). En outre, il semble que des aspects culturels jouent un rôle dans l’utilisation privilégiée de l’abstraction ou de la concrétude dans le discours quotidien.

Effets des traces langagières sur les attitudes et les jugements

9Également issues de la psychologie cognitive du langage, d’autres recherches mettent en évidence les effets de traces linguistiques sur des mesures de jugements et/ou de changement d’opinion. Ces recherches envisagent également davantage un ancrage social des pratiques discursives.

  • 3 Ce style powerless s’inspire de la description d’un style féminin peu autoritaire et indécis obser (...)
  • 4 Ces auteurs, comme d’autres, distinguent style et substance, similaire à la distinction forme/cont (...)

10C’est notamment le cas des études sur le style powerful/powerless. Le style powerless3 se caractérise par l’usage d’intensifs (très, sûrement…), d’hésitations (vous savez, et bien…), d’intonations questionnantes, de formules d’atténuation (sorte de, je suppose…), de formes de politesse (s’il-vous-plaît), alors que le style powerful évite ces traits (Erickson, Lind, Johnson et O’barr, 1978 ; Hosman et Wright, 1987 ; Lind et O’Barr, 1979 ; Warfel, 1984 ; Wright et Hosman, 1983). Dans une cour de justice, Erickson et al (Erickson, Lind, Johnson et OBarr, 1978) observent que la variation du style powerful/powerless (sans faire varier le contenu du message4) a des effets d’une part sur l’attractivité et la crédibilité du témoin, d’autre part sur l’acceptation de son témoignage. Les résultats montrent des effets du style sur la crédibilité perçue (qui regroupe des mesures du caractère convaincant des propos du témoin, de la perception de confiance et de compétence). Dans cette étude, les témoins powerful sont également perçus comme plus attractifs. Enfin, le style powerful encourage les participants à verser des dommages et intérêts plus importants aux victimes. Selon les auteurs, ce résultat implique que les participants ont accepté le contenu du message (i.e. ont été persuadés).

11Une autre recherche particulièrement intéressante montre les effets des formulations actives/passives (Henley, Miller et Beazley, 1995). Une analyse d’articles de presse relatant des agressions montre tout d’abord que les verbes connotés le plus négativement sont ceux davantage mis à la voix passive. Une étude expérimentale montre ensuite que les hommes et les femmes qui lisent des articles de presse écrits à la voix passive acceptent davantage la violence faite aux femmes que ceux qui lisent des articles écrits à la voix active. Un deuxième résultat est que seuls les hommes attribuent moins de responsabilité à un accusé (d’agression envers une femme) et moins de souffrance à la victime.

12En conclusion, les traces langagières ont des effets notables en réception. Ceci étant, les études présentées envisagent les effets des caractéristiques de style de façon largement linéaire. Les questions principales posées sont : quel sera l’effet d’un verbe ? D’un nom ? D’intensifieurs ? Les effets de caractéristiques des discours sur les attributions et jugements prennent peu en compte le contexte, i.e. la situation de discours. Pourtant, un nombre croissant de chercheurs en psychologie cognitive admet que les recherches sur l’utilisation du langage sont limitées par un manque de compréhension des processus sociaux impliqués dans la construction du langage. Une conception très individualiste du langage et dans le même temps généralisable à tous les contextes est remise en cause par des facteurs sociaux. D’ailleurs, le fait que l’utilisation des indices varie selon le niveau social (Erickson, et al., 1978) ou que des indices identiques aient des effets différents sur hommes et femmes (Henley, et al., 1995) indiquent bien qu’on ne peut considérer les choses de manière strictement linéaire. Dans une seconde partie, des recherches développant plus largement l’idée que les discours dépendent du contexte dans lequel ils s’insèrent vont être présentées.

Conception circulaire de la communication : prise en compte du contexte social

13En parallèle d’une vision linéaire et unidirectionnelle de la communication, de nombreux travaux envisagent la réception des discours comme une activité circulaire, les récepteurs ne pouvant être considérés comme passifs (Krauss et Chiu, 1997 ; Lunt et Livingstone, 2001).

14En psychologie sociale de la communication, le paradigme dialogique détaillé par Krauss et Fussel (Krauss et Fussel, 1996) est une des meilleures illustrations d’une conception circulaire de la communication. Ce paradigme envisage la communication comme un « processus de collaboration des participants afin de produire un sens partagé » (Krauss et Chiu, 1997 : 47). Dans ce cadre, Rommetveit (Rommetveit, 1974) argumente que la communication repose sur l’accord commun entre les locuteurs d’un « monde social temporairement partagé » (Rommetveit, 1974 : 29), sur la négociation par les interlocuteurs de « brouillons de contrats » (Rommetveit, 1974 : 125).

  • 5 La théorie du contrat de communication (Ghiglione, 1983, 1984, 1985, 1986) emprunte aux catégories (...)

15Parmi les modèles relevant du paradigme dialogique, le modèle « collaboratif » (Clark, 1996) est particulièrement élaboré. Le langage y est considéré à la fois comme une action commune (Clark, 1996 : 59) et intentionnelle (Clark, 1996 : 17). Lors d’une conversation, les communicants doivent s’accorder ensemble sur le sens de chaque énoncé avant de passer au suivant. Dans le cas d’une conversation ambigüe, ils mettent alors plus de temps à s’accorder sur le sens (Hupet, Seron et Chantraine, 1991). Un aspect particulièrement intéressant du paradigme dialogique est la prise en compte de la relation entre communication et processus cognitifs des participants. Alors que l’approche linéaire développe l’idée que le monde existe indépendamment de ce qui en est dit, le langage ne servant qu’à « dépeindre la réalité », ce n’est pas le cas de l’approche dialogique. La réalité existe par la communication. Pour Rommetveit (Rommetveit, 1992), cette approche est une approche socio-cognitive de la communication humaine. La production discursive est considérée comme une interaction circulaire dont les règles contractuelles doivent être respectées. La circulation de messages se fait entre deux interlocuteurs cognitivement actifs dont les intentions et cognitions marquent le discours. En psychologie sociale, la théorie des « attentes langagières » (Burgoon et Burgoon, 1975) et celle du contrat de communication5 (Ghiglione, 1986 ; Charaudeau et Ghiglione, 1997) relèvent d’une telle approche socio-cognitive de la communication. Les recherches élaborées dans ce cadre théorique général ont permis de mettre en évidence la production de traces langagières significatives pour les récepteurs. Leurs résultats alimentent l’idée que les récepteurs ont des attentes en termes de traces langagières relatives à des normes de discours, et que la perturbation de ces attentes influence la réception des messages.

Les théories des « attentes langagières » et de « violation des attentes »

16La théorie des « attentes langagières » (Language Expectancy Theory, Let, Burgoon, Jones et Stewart, 1975) a été élaborée notamment pour rendre compte du rôle des attentes langagières dans les effets des messages persuasifs. Le langage est considéré comme un système régi par certaines règles dans lequel les gens développent des « normes et des attentes concernant l’usage approprié du langage dans des situations données » (Burgoon et Miller, 1985 : 199). Ces attentes découlent de normes sociales (Burgoon et Burgoon, 2001). Par exemple, un langage intense (powerful) est attendu de la part de sources très crédibles alors qu’un langage faible en intensité (powerless) est attendu de la part de sources peu crédibles. Selon Burgoon et ses collègues, ce serait la confirmation fréquente d’un style langagier conforme aux attentes qui maintiendrait son utilisation. Autrement dit, l’exposition à certains types de discours réguliers entretient les attentes en termes de styles discursifs.

17La « théorie des attentes » a été étendue à celle de « violation des attentes » (Expectancy Violations Theory, EVT), développée pour l’étude des comportements non-verbaux mais qui « s’applique aisément au comportement verbal » (Burgoon et Burgoon, 2001 : 92). Selon cette théorie, dans certaines situations, les communicants transgressent les normes régissant l’utilisation du langage, intentionnellement ou accidentellement. Chez les récepteurs, la violation des attentes affecte la réception du message et son caractère persuasif. Le caractère approprié versus non approprié du comportement verbal ou non-verbal fonde notamment les attributions de crédibilité et de statut au récepteur. Si les récepteurs ne reconnaissent pas le comportement verbal ou non-verbal attendu, la réception du message en sera affectée.

  • 6 Précisons que Burgoon et Burgoon (Burgoon et Burgoon, 2001) critiquent eux-mêmes la nature tautolo (...)

18Selon cette théorie, une transgression négative des attentes (le langage d’une source supposée crédible ne l’est pas) inhibera les effets persuasifs. Dans ce cas, soit aucun changement d’attitude n’a lieu, soit le changement d’attitude du récepteur est inverse à celui prôné par le locuteur (nommé « effet boomerang » selon Kiesler, 1971). Une transgression des attentes n’est pourtant pas systématiquement perçue de manière négative. À l’inverse, une transgression positive des attentes (une source supposée crédible utilise un langage encore plus crédible qu’attendu) aura des effets persuasifs plus importants. Cette différenciation entre transgressions positives et négatives permet de comprendre pourquoi des émetteurs de haut statut sont particulièrement bien évalués quand ils tiennent des discours très diversifiés lexicalement (signe de haut statut donc conforme aux attentes), mais particulièrement mal évalués quand ils tiennent des discours peu diversifiés lexicalement (signe de bas statut donc violation négative des attentes) (Bradac, Courtright, Schmidt et Davies, 1976). Cette théorie a été appliquée dans le cas de discours des témoins judiciaires. Des études montrent que, si des témoins de la défense au style powerful apparaissent plus crédibles que des témoins au style powerless, cet effet principal interagit avec les attentes des récepteurs (Ruva et Bryant, 2004 ; Schmidt et Brigham, 1996). Ainsi, les témoins qui violent négativement les attentes des récepteurs (ils développent un style powerless alors qu’il est attendu d’eux un style powerful) sont évalués moins crédibles. Par contre, une violation positive des attentes (un style powerful quand on s’attendait à un style powerless) augmente l’attribution de crédibilité. Dans ces études, plus un témoin cité par la défense apparaît crédible, plus l’accusé est jugé coupable et plus les peines qui lui sont attribuées sont lourdes. Autre résultat intéressant, les participants jugent le procureur mieux disposé à l’égard du témoin powerful que du témoin powerless6.

  • 7 Cette distinction entre attentes prédictives ou prescriptives peut être assimilée à la distinction (...)

19Enfin, selon les auteurs, les attentes peuvent être soit prédictives soit prescriptives (Burgoon et Burgoon, 2001 ; Burgoon, Le Poire, et Rosenthal, 1995). Les attentes prédictives découlent du caractère typique d’un comportement et de la régularité avec laquelle il apparaît. Par contre, les attentes prescriptives sont en rapport avec des standards comportementaux idéalisés7. Elles tiennent compte d’aspects évaluatifs comportementaux comme le caractère approprié et la désirabilité du comportement.

Production de traces langagières par les locuteurs et identification par les récepteurs

20La théorie du contrat de communication est basée sur les mêmes principes que la théorie des attentes langagières. Pour Ghiglione, « il n’y a pas d’acte de communication qui ne renvoie simultanément à un transfert d’information et à l’établissement d’une relation » (Ghiglione, 1986 : 97). Elle a l’intérêt d’avoir, via plusieurs recherches expérimentales, mis en évidence des traces langagières caractéristiques de trois « programmes cognitivo-discursifs » (Bromberg et Dorna, 1985 : 51, cf. annexe) correspondant aux attitudes des locuteurs et à leurs objectifs persuasifs. Ces programmes sont liés à trois types de réalités : des réalités à affirmer (but 1), des réalités à construire (but 2), des réalités possibles (but 3), chacune caractérisées par certaines traces langagières (Bromberg et Dorna, 1985 : 51, cf. annexe).

21La production de ces traces langagières dépend notamment des attitudes et des buts de communication du locuteur. Deux premières études étayent l’hypothèse d’indices comme traces des attitudes du locuteur (Ghiglione, 1982, 1985). La première (1982) met en évidence que des femmes très favorables à l’avortement justifient leur attitude par des arguments dans lesquels « enfant » est précédé de déterminants indéfinis plutôt que de déterminants définis : pour elles, un enfant a moins d’existence que l’enfant. Dans la seconde étude (1985), les femmes devaient produire des phrases représentatives de leur opinion au moyen de différents termes (femme, enfant, avortement) et articles (un, le, une, la, des, les, l’). Elles devaient ensuite remplacer le mot « enfant » par un autre (bébé, fœtus, nouveau-né, nourrisson, embryon). Les résultats montrent : (1) que les femmes pro-avortement accolent au substantif enfant un déterminant indéfini plutôt que défini (l’inverse apparaît pour les femmes anti-avortement), (2) que les femmes « anti » utilisent plutôt des équivalents postnataux (nouveau-né, nourrisson, bébé) tandis que les « pros » utilisent indifféremment les termes pré et post-nataux. En terme d’effets d’attitudes, Ghiglione et Bromberg (Ghiglione et Bromberg, 1990), via une analyse de discours, montrent que les personnes ayant une opinion extrême en terme de politique développe dans leurs discours une réalité « affirmée » tandis que les personnes à opinion médiane développent davantage une réalité discursive « possible ».

  • 8 L’analyse de ce corpus a été faite au moyen du logiciel d’Analyse propositionnelle du discours (AP (...)

22Plusieurs chercheurs ont vérifié si les récepteurs identifiaient des discours au moyen de traces langagières spécifiques. Ainsi, les personnes auxquelles un discours est présenté, censé traduire un certain enjeu (par exemple, un texte censé célébrer le talent d’un peintre, donc affirmer ses qualités, donc relever du programme 1 de réalité affirmée), modifient les traces langagières du texte qui ne relèvent pas de l’enjeu qui leur était annoncé (en ôtant ou remplaçant des mots du texte…) (Ghiglione, 1988 ; Ghiglione et Trognon, 1993). La non-conformité des traces langagières avec le programme cognitivo-discursif annoncé les amène à modifier le texte afin de rétablir la conformité traces-programmes. À l’inverse, en cas de cohérence entre les indices discursifs du texte et le programme annoncé, les textes ne sont pas modifiés. Une recherche menée par Lepastourel et Testé (Lepastourel et Teste, 2004) permet de confirmer ce premier résultat en interrogeant les récepteurs explicitement sur leur reconnaissance. Via une analyse de discours, les auteurs observent que des articles de presse écrite se différencient en terme de style morphosyntaxique selon le thème dont ils traitent (judiciaire, économie, politique, sport8). Au moyen d’articles conformes et non-conformes au style morpho-syntaxique judiciaire identifié préalablement, une seconde étude avait pour objectif d’apprécier la capacité de lecteurs à reconnaître le caractère plus ou moins typique des articles. Les participants devaient lire deux articles afin de choisir lequel, au regard de son style, ressemblait « le plus à un véritable article de presse ». Les résultats montrent que les participants reconnaissent un article conforme au style morpho-syntaxique judiciaire et le distingue d’un article non-conforme à ce style. Enfin, une seconde partie de Ghiglione (Ghiglione, 1982) montre que les participantes « pro-avortement » auxquels un argument à configuration type « art indéfini + Nom » (un enfant) est présenté le jugent plus convaincant qu’un argument utilisant une configuration : « art défini + Nom » (l’enfant).

23Ces recherches confirment deux choses. Tout d’abord, la production de traces langagières varie selon différents facteurs (attitudes, buts). Ensuite, les traces langagières présentes dans un discours, parce qu’elles relèvent du contrat en place, permettent aux récepteurs, lors de leur lecture, d’identifier formellement le contrat auquel ils s’attendaient. Les récepteurs jugent même des arguments conformes aux attentes potentiellement plus convaincants. Selon Ghiglione, pour comprendre complètement le fondement social de la communication, il faut chercher « ce qui se passe quand ce fondement n’est pas respecté » (Ghiglione, 1982 : 52) et examiner des situations où les contrats endossés habituellement ne sont pas satisfaits. Plusieurs recherches, principalement pour des discours médiatiques, examinent les réactions des récepteurs lorsque le discours auquel ils s’attendent n’est pas celui « reçu ».

Effets des traces langagières sur la mémorisation et l’évaluation des messages

24La théorie du contrat de communication (Ghiglione, 1986) suppose que le non-respect des traces conduit à une rupture du contrat de communication pour le récepteur. Cette hypothèse a été mise à l’épreuve de différentes façons.

  • 9 Sur le contrat de lecture, cf. aussi la présentation de Veron (Veron, 1985).

25Un premier type de recherche visait à montrer que cette rupture altère la facilité avec laquelle des discours sont mémorisés. Burguet (Burguet, 1999) a réalisé des études impliquant la manipulation de la forme d’un article de presse : original vs « canonique », ce dernier étant réduit à une macro-structure textuelle délestée des « marques de dramatisation et de crédibilisation de l’information ». Ses résultats révèlent que des lecteurs habituels de journaux font une meilleure restitution de l’article original que de l’article canonique, ce qui n’est pas le cas de lecteurs occasionnels. Elle observe, dans une autre recherche (Burguet, 2000), que des lecteurs habituels d’un journal (Libération ou Le Monde) restituent mieux un article de ce journal que des lecteurs plus occasionnels. Selon Burguet, chaque journal a recours à une « scénographie discursive » particulière que les récepteurs identifient. Ces résultats invitent à penser que l’exposition aux médias crée un phénomène d’habituation qui permet le développement de certaines routines facilitant les traitements cognitifs, que Burguet nomme « contrat de lectorat9 ». Ils accréditent aussi l’idée plus générale d’un phénomène d’acculturation au discours des médias (Neveu, 2001).

26Un second type de recherches a porté sur l’impact de la rupture du contrat de communication sur la perception du message et ses effets. Lepastourel et Testé (Lepastourel et Teste, 2004) mettent en évidence que la conformité vs non-conformité d’un article au style judiciaire a des effets sur la mémorisation des informations et sur les jugements de culpabilité des lecteurs à l’égard de l’accusé. Lepastourel et Testé (Lepastourel et Teste, sous presse) montrent également que le respect, versus le non-respect, des traces langagières typiques du genre journalistique de l’enquête judiciaire influence la crédibilité attribuée aux articles de presse.

27En l’état, les recherches sont encore peu nombreuses et ont exclusivement porté sur les messages médiatiques, mais de futures recherches permettront de valider ces résultats sur différents types de communication.

Conclusion

28En complément d’une conception linéaire, une conception circulaire et relationnelle de la communication, permet selon nous, sans invalider la première, de mieux comprendre les mécanismes de production de messages à l’œuvre dans la communication. Les théories des « attentes langagières » et du « contrat de communication » prennent notamment en compte les attentes des récepteurs et les caractéristiques contractuelles des discours. Chaque approche se focalise sur une dimension différente de l’utilisation du langage et doit être considérée selon Krauss et Fussel (Krauss et Fussel, 1996) comme une description nécessaire mais incomplète du processus de communication. Ces deux approches sont différentes mais toutes deux pertinentes et complémentaires, la seconde ayant l’intérêt de tenir compte à la fois du « traitement cognitif du texte (psycho-cognitive du langage) et de l’activité de communication » (Georget et Chabrol, 2000 : 20). Si la deuxième approche a donné lieu à moins d’études à ce jour que la première, elle a, selon nous, le mérite d’élargir la conception théorique de la communication en psychologie sociale de la communication.

29Enfin, toutes les recherches présentées dans ce chapitre, quelque soit leur ancrage théorique, montrent clairement l’effet des traces langagières sur les attributions des récepteurs, leurs jugements, la réception ou l’évaluation des discours. Alors que l’utilisation du lexique est consciemment contrôlée par les locuteurs (par exemple, avec l’utilisation de « maghrébins » plutôt que d’« arabes » quand le contexte l’exige), les traces langagières des attitudes, préjugés, stéréotypes s’avèrent plus « subtiles » (Laver et Trudgill, 1979). Ces traces seraient également une composante communicationnelle moins contrôlée que les aspects de contenu informationnel (Bromberg et Trognon, 2005) dont les effets ne sont manifestement pas à négliger.

Bibliographie

Références bibliographiques

Austin J. L., How to Do Things with Words ?, New-York, Oxford University Press, 1962.

Bradac J. J., Courtright J. A., Schmidt G., Davies R. A., « The Effects of Perceived Status and Linguistic Diversity upon Judgments of Speaker Attributes and Message Effectiveness », Journal of Psychology : Interdisciplinary and Applied, no 93(2), 1976, p. 213-220.

Bromberg M., Dorna A., « Modèles argumentatifs et classes de prédicat : une expérience en situation de laboratoire », Psychologie Française, no 30(1), 1985, p. 51-57.

Bromberg M., Trognon A., « Communication et contrat de communication », dans Nicole Dubois, Psychologie sociale de la cognition, Paris, Dunod, 2005.

Burgoon J. K., Burgoon M., « Expectancy Theories », dans W. Peter Robinson, Howard Giles, The New Handbook of Language and Social Psychology, New-York, John Wiley & Sons, 2001.

Burgoon J. K., LE Poire B. A., Rosenthal R., « Effects of Preinteraction Expectancies and Target Communication on Perceiver Reciprocity and Compensation in Dyadic Interaction », Journal of Experimental Social Psychology, no 31(4), 1995, p. 287-321.

Burgoon M., Jones S. B., Stewart D., « Toward a Message-centered Theory of Persuasion : Three Empirical Investigations of Language Intensity », Human Communication Research, no 1, 1975, p. 240-256.

Burgoon M., Miller G. H., « An Expectancy Interpretation of Language and Persuasion », dans Howard Giles & Robert N. St-clair, Recent Advances in Language, Communication, and Social Psychology, London, Lawrence Erlbaum Associates, 1985.

Burguet A., « Le lecteur, le texte et le contexte », Psychologie Française, 44(1), 1999, p. 65-73.

Burguet A., « Le contrat de communication dans le discours de la presse », Revue Internationale de Psychologie Sociale, no 13(4), 2000, p. 151-180.

Burguet A., Girard F., « La Coupe du Monde de Football 2006 : analyse de la production des biais linguistiques intergroupes », Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, no 79, 2008, p. 85-103.

Charaudeau P., Langage et discours : éléments de sémiolinguistique (Théorie et pratique), Paris, Hachette, 1983.

Charaudeau P., « Problèmes de langage et problèmes d'analyse des médias », Bulletin de l'Unité de Recherche Linguistique, no 4, 1984, p. 2-7.

Charaudeau P., Ghiglione R., La parole confisquée. Un genre télévisuel : le talk show, Paris, Dunod, 1997.

Clark H. H., Using Language, Cambridge, GB, Cambridge University Press, 1996.

Cialdini R. B., Reno R.R., Kallgren C. A., « A Focus Theory of Normative Conduct : Recycling the Concept of Norms to Reduce Littering in Public Places », Journal of Personality and Social Psychology, no 58(6), 1990, p. 1015-1026.

De Poot C.J., Semin G.R., « Pick Your Verbs with Care When You Formulate a Question ! », Journal of Language and Social Psychology, no 14(4), 1995, p. 351-369.

Erickson B., Lind E.A., Johnson B.C., O'barr W.M., « Speech Style and Impression Formation in a Court Setting : The Effects of “Powerful” and “Powerless” Speech », Journal of Experimental Social Psychology, no 14(3), 1978, p. 266-279.

Ghiglione R., « Assertion, présupposition, existence rhétorique et influence », Recherches de psychologie sociale, no 4, 1982, p. 11-23.

Ghiglione R., « Système de communication - contrats de communication », Champs Éducatifs, no 4, 1983, p. 11-25.

Ghiglione R., « Situations potentiellement communicatives et contrats de communications effectifs », Verbum, no 7(2), 1984, p. 185-208.

Ghiglione R., « Communiquer ! Vous avez dit communiquer ? », Psychologie Française, no 30(1), 1985, p. 3-10.

Ghiglione R., L'homme communiquant, Paris, Armand Colin, 1986.

Ghiglione R., « Enjeux et discours : le paradigme de la cohérence », Revue Internationale de Psychologie Sociale, no 1(3-4), 1988, p. 367-387.

Ghiglione R., Bromberg M., « L'énonciateur dans l'énoncé : trois expériences », Revue Internationale de Psychologie Sociale, no 3(4), 1990, p. 591-619.

Ghiglione R., Trognon A., Où va la pragmatique ? De la pragmatique à la psychologie sociale, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1993.

Giles H., « Ethnicity Markers in Speech », dans Klaus Rainer Scherer, Howard Giles, Social Markers in Speech, Cambridge, Cambridge University Press / Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme, 1979.

Henley N.M., Miller M.D., Beazley J.A., « Syntax, Semantics and Sexual Violence : Agency and the Passive Voice », Journal of Language and Social Psychology, no 14(1-2), 1995, p. 60-84.

Hosman L.A., Wright J.W., « The Effects of Hedges and Hesitations on Impression Formation in a Simulated Courtroom Context », Western Journal of Speech Communication, no 51(2), 1987, p. 173-188.

Hupet M., Seron X., Chantraine Y., « The Effects of the Codability and Discriminability of the Referents on the Collaborative Referring Process », British Journal of Psychology, no 82(4), 1991, p. 449-462.

Jacques F., Dialogiques. Recherches sur la logique du dialogue, Paris, Presses Universitaires de France, 1979.

Kerbrat-Orecchioni C., « Les négociations conversationnelles », Verbum, no 7(2-3), 1984, p. 223-243.

Kiesler C.A., The Psychology of Commitment : Experiments Linking Behaviour to Belief. New York : Academic Press, 1971.

Krauss R.M., Chiu C.-Y., « Language and Social Behavior », dans Daniel T. Gilbert, Susan T. Fiske, Gardner Lindzey, Handbook of Social Psychology, vol. 2, Boston, McGraw-Hill, 1997.

Krauss R.M., Fussell S.R., « Social Psychological Models of Interpersonal Communication », dans E. Tory Higgins, Arie W. Kruglanski, Social Psychology : a Handbook of Basic Principles, New York, Guilford, 1996.

Lakoff R., Language and Woman's Place, New York, Harper & Row, 1975.

Laswell H.D., Power and Personality, Westport, Green Wood, 1948.

Laver J., Trudgill P., « Phonetic and Linguistic Markers in Speech », dans Klaus Rainer Scherer, Howard Giles, Social Markers in Speech, Cambridge, Cambridge University Press / Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme, 1979.

Lepastourel N., Teste B., « L'influence médiatique sur les jugements judiciaires : rôle du style d'écriture dans la formation des jugements », Psychologie Française, no 49(4), 2004, p. 473-488.

Lepastourel N., Assilamehou Y., Teste B., « Réception du Biais Linguistique Intergroupe dans le discours médiatique », 3ème Conférence Internationale de psychologie sociale de la communication, Tarbes, 2009.

Lepastourel N., Teste B., « Attentes langagières et réception de l'information médiatique judiciaire », L’Année Psychologique, sous presse.

Lind E.A., O'barr W.M., « The Social Significance of Speech in the Courtroom », dans Howard Giles, Robert N. St-Clair, Language and Social Psychology, Oxford, Blackwell & Baltimore, University Park Press, 1979.

Lunt P., Linvingstone S., « Language in the Media », dans W. Peter Robinson, Howard Giles, The New Handbook of Language and Social Psychology, New York, John Wiley & Sons Ltd, 2001.

Maass A., Arcuri L., « The Role of Language in the Persistence of Stereotypes », dans Gun R. Semin, Klaus Fiedler, Language Interaction and Social Cognition, Newbury Park, CA, Sage, 1992.

Maass A., Corvino G., Arcuri L., « Linguistic Intergroup Bias and the Mass Media », Revue Internationale de Psychologie Sociale, no 7(1), 1994, p. 31-43.

Maass A., Salvi D., Arcuri L., Semin G.R., « Language Use in Intergroup Contexts : the Linguistic Intergroup Bias », Journal of Personality and Social Psychology, no 57(6), 1989, p. 981-993.

Neveu E., Sociologie du Journalisme, Paris, La découverte, Repères, 2001.

Platow M.J., Brodie M., « The Effects of Linguistic Voice on Evaluations and Attributions of Ingroup and Outgroup Members », Asian Journal of Social Psychology, no 2(2), 1999, p. 187-200.

Rommetveit R., On Message Structure, Bristol, G.B., John Wiley & Sons, 1974.

Rommetveit R., « Outline of a Dialogically Based Social-cognitive Approach to Human Cognition and Communication », dans Astri Heen Wold, The Dialogical Alternative. Towards a Theory of Language and Mind, Oslo, Scandinavian University Press, 1992.

Ruva C.L., Bryant J.B., « The Impact of Age, Speech Style, and Question Form on Perceptions of Witness Credibility and Trial Outcome », Journal of Applied Social Psychology, no 34(9), 2004, p. 1919-1944.

Scherer K.R., Giles H., Social Markers in Speech, Cambridge, Cambridge University Press/Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme, 1979.

Schmidt C.W., Brigham J.C., « Juror's Perceptions of Child Victim-witnesses in a Simulated Sexual Abuse Trial », Law and Human Behavior, no 20(6), 1996, p. 581-606.

Semin G.R., « Interfacing Language and Social Cognition », Journal of Language and Social Psychology, no 14(1/2), 1995, p. 182-195.

Semin G.R., « Language as a Cognitive and Behavioral Structuring Resource : Question-answer Exchanges », dans Wolfgang Stroebe, Miles Hewstone, European Review of Social Psychology, Chichester, Wiley & sons Ltd, 2000.

Semin G.R., De Poot C.J., « The Question-answer Paradigm : You Might Regret Not Noticing How a Question Is Worded », Journal of Personality and Social Psychology, no 73(3), 1997, p. 472-480.

Semin G.R., Fiedler K., « The Cognitive Functions of Linguistic Categories in Describing Persons : Social Cognition and Language », Journal of Personality and Social Psychology, no 54(4), 1988, p. 558-568.

Semin G.R., Rubini M., Fiedler K., « The Answer Is in the Question : the Effect of Verb Causality on Locus of Explanation », Personality and Social Psychology Bulletin, no 21(8), 1995, p. 834-841.

Sperber D., Wilson D., La pertinence. Communication et cognition, Paris, Éditions de Minuit, 1989.

Van Dijk T.A., News as Discourse, Hillsdale, NJ, Lawrence Erlbaum Associates, 1988.

Veron E., « L'analyse du contrat de lecture : une nouvelle méthode pour les études de positionnement des supports presse », dans Médias : expériences, recherches actuelles, applications, Paris, Irep, 1985

Warfel K.A., « Gender Schemas and Perceptions of Speech Style », Communication Monographs, no 51(3), 1984, p. 253-267.

Wright J.W., Hosman L.A., « Language Style and Sex Bias in the Courtroom : the Effects of Male and Female Use of Hedges and Intensifiers in Impression Formation », Southern Speech Communication Journal, no 48(2), 1983, p. 137-152.

Annexes

Annexe

Tableau 2 : Type de programmes cognitifs et traces langagières correspondantes (Ghiglione & Trognon, 1993, : 67).

Tableau 2 : Type de programmes cognitifs et traces langagières correspondantes (Ghiglione & Trognon, 1993, : 67).

Notes

1 Dans ce chapitre, le terme « trace » recouvre les « indices » pour Sperber & Wilson (Sperber et Wilson, 1986), les « indices linguistiques » de Semin (Semin, 2000) ou les « marqueurs socio-langagiers » selon Scherer et Giles (Scherer et Giles, 1979).

2 En psychologie sociale, le terme « endo-groupe » désigne les membres de notre groupe. L’exo-groupe est composé des « autres », i.e. les membres des autres groupes.

3 Ce style powerless s’inspire de la description d’un style féminin peu autoritaire et indécis observé par Lakoff (Lakoff, 1975). Selon Erickson et al. (Erickson, Lind, Johnson et O’Barr, 1978), le niveau social est davantage prédicteur du style powerless que le sexe du locuteur.

4 Ces auteurs, comme d’autres, distinguent style et substance, similaire à la distinction forme/contenu (cf. Giles, 1979), tout en étant conscients que cette distinction est abusive. Ils considèrent le style comme relevant d’un sens « implicite » (an « implied meaning », : 270).

5 La théorie du contrat de communication (Ghiglione, 1983, 1984, 1985, 1986) emprunte aux catégories conversationnelles de Grice (Grice, 1975), à la notion d’intention de Sperber et Wilson (Sperber et Wilson, 1986), aux actes de parole d’Austin (Austin, 1962) mais aussi aux négociations conversationnelles de Kerbrat-Orecchioni (Kerbrat-Orecchioni, 1984) et au dialogisme de Jacques (Jacques, 1979). Ghiglione s’inspire également des travaux, déjà évoqués, de Rommetveit (Rommetveit, 1974) selon lesquels la communication sociale repose sur la négociation de contrats par les interlocuteurs. La notion de contrat de communication a été également développée par Charaudeau (Charaudeau, 1983, 1984), initialement « contrat de parole ».

6 Précisons que Burgoon et Burgoon (Burgoon et Burgoon, 2001) critiquent eux-mêmes la nature tautologique de la théorie des « attentes langagières ». En effet, les comportements communicationnels étudiés ne sont généralement pas décrits précisément a priori. Dans de nombreuses situations, il est donc difficile de déterminer si la violation des attentes observée sera négative ou positive. Dans ce contexte flou, les auteurs décident généralement qu’un changement d’attitude et/ou de comportement indique une violation positive des attentes. À l’inverse, si l’expérimentateur observe un effet boomerang ou n’observe pas de changement, c’est qu’une violation négative a eu lieu. Selon Burgoon et Burgoon (Burgoon et Burgoon, 2001), de telles interprétations des données empiriques rendent le modèle théorique infalsifiable. Pour pallier cette faille, il conviendrait donc de spécifier davantage la nature des comportements langagiers attendus.

7 Cette distinction entre attentes prédictives ou prescriptives peut être assimilée à la distinction entre normes descriptives (basées sur la fréquence des comportements, i.e. ce que la plupart des autres font) et normes injonctives (basées sur la valeur des comportements, i.e. ce que la plupart des autres approuvent ou désapprouvent) (Cialdini, Reno et Kallgren, 1990).

8 L’analyse de ce corpus a été faite au moyen du logiciel d’Analyse propositionnelle du discours (APD) Tropes qui a permis d’extraire les caractéristiques morpho-syntaxiques des articles des quatre domaines (Ghiglione, Matalon, et Bacri, 1985). Le détail des analyses est décrit dans Lepastourel et Testé (Lepastourel et Teste, 2004).

9 Sur le contrat de lecture, cf. aussi la présentation de Veron (Veron, 1985).

Table des illustrations

Titre Tableau 2 : Type de programmes cognitifs et traces langagières correspondantes (Ghiglione & Trognon, 1993, : 67).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16740/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

Auteurs

Maître de conférences, psychologie sociale
IDEES/Haute Normandie, CIRTAI/ Le Havre :
http://www.cirtai.org
nadia.lepastourel@univ-lehavre.fr

Maître de conférences HDR, psychologie sociale
Laboratoire Armoricain Universitaire de Recherche en Psychologie Sociale
CRCP, Rennes : http://www.sites.univ-rennes2.fr/crpcc/
benoit.teste@uhb.fr

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search