Version classiqueVersion mobile

Georges Friedmann

 | 
Pierre Grémion
, 
Françoise Piotet

Troisième partie. Témoignages

Jean-René Tréanton

Texte intégral

  • 1 Edgar Morin fait signe que « oui ».

1En écoutant Edgar Morin, il y a un instant, je me remémorais les excellentes soirées que nous avons passées, dans les débuts du Centre d’Études sociologiques, boulevard Arago, à célébrer telle ou telle circonstance autour de quelques libations. J’ai, en particulier, le souvenir d’un sketch qu’Edgar ne serait sans doute plus capable de reproduire aujourd’hui1 où il tenait successivement, avec beaucoup d’humour, le double rôle de Gurvitch prononçant un discours à l’enterrement de Friedmann et de Friedmann en faisant autant, non moins hilare, à l’enterrement de Gurvitch. Nous étions jeunes et ne doutions de rien…

2S’il m’est permis d’évoquer une occasion plus personnelle, ma première rencontre avec Georges Friedmann me laisse un souvenir de désappointement. C’était en octobre 1949 ; je venais de lire Problèmes humains du machinisme industriel, qui m’avait captivé, et j’avais écrit à Friedmann pour lui demander s’il ne m’était pas possible de travailler sous sa direction. Il m’avait reçu très courtoisement, mais m’avait tout de suite posé la question : « Avez-vous suivi des cours de sociologie à la Faculté ? » Je dus avouer que non : j’étais un pur autodidacte. « Jeune homme, avait-il prononcé, allez d’abord vous asseoir sur les bancs de la Sorbonne, ce n’est qu’après que nous pourrons nous revoir. » La bouée de sauvetage me fut lancée par P.-H. Maucorps qui, quelques jours plus tard, se présenta chez moi pour me dire : « Je lance une enquête de sociologie, Georges Friedmann m’a donné votre nom, est-ce que je peux compter sur vous comme enquêteur ? » C’est ainsi que je me suis retrouvé « sbire » (ainsi nous appelait Maucorps) au Centre d’Études sociologiques, dont Friedmann, succédant à Gurvitch, venait de prendre les rênes.

3Puis-je ici me permettre une parenthèse ? Il n’existe pas de fonds d’archives Georges Friedmann, alors qu’on peut consulter, je ne cite que quelques exemples, des archives Raymond Aron, des archives Pierre Naville, déposées au Musée social, ou encore, pour évoquer un membre du groupe « Philosophies » dont il a été question aujourd’hui, des archives Norbert Guterman qui se trouvent à l’université Columbia et que l’Institut d’Histoire du temps présent commence à publier (je songe, en particulier, à sa très intéressante correspondance avec Max Jacob). Concernant Friedmann, une telle lacune est fort regrettable, car plusieurs d’entre nous – je suis sûr que c’est le cas d’Alain, d’Edgar, de Jean-Daniel et sans doute de quelques autres présents dans cette salle – possèdent des lettres ou d’autres documents qui pourraient contribuer à éclairer le rôle que Georges Friedmann a tenu dans son époque et qu’il serait donc très regrettable de voir disparaître sans laisser de trace. Pour vous en donner un aperçu, puis-je vous lire une lettre que m’adressa, un jour, mon bon maître et dont il m’apparaît souhaitable – dût-il m’en cuire – qu’elle passe à la postérité ? À vous de juger si j’ai raison.

4Voici les circonstances. Au début des années 1960, j’avais la responsabilité de mettre au point les textes que rédigeaient les collaborateurs (ils étaient 27) du Traité de sociologie du travail dirigé par Georges Friedmann et Pierre Naville. J’avais tout pouvoir pour négocier avec chacun les améliorations de fond et de forme, les suppressions, les ajouts, etc., qu’appelait sa contribution. Ce travail arrivait à sa fin, et je reçois de Friedmann le chapitre qui devait couronner le tout : un texte assez long qui couvre 35 pages imprimées à la fin du tome 2 et dont la première mouture devait faire une soixantaine de pages dactylographiées. Je trouvais ce texte trop copieux, chargé de redites qui l’alourdissaient ; je pensais qu’on pouvait l’améliorer en lui donnant une forme plus ramassée ; bref, emporté par mon élan ou poussé par quelque démon, j’en raturai une bonne partie et, en jeune inconscient que j’étais, je retournai à l’auteur une version « améliorée » que naturellement – même si ce n’étaient que des propositions – il lui était impossible d’entériner : je m’étais mis dans une situation psychologiquement délicate.

5Je songe, en vous racontant cela, à l’épisode de Gil Blas et de l’archevêque de Grenade, que Friedmann, je ne sais pourquoi, aimait à évoquer :

« – Vous avez lu Gil Blas ?, nous demandait-il.
– Certes…
– Vous vous rappelez l’épisode de l’archevêque de Grenade ?
– Oui, bien sûr ! »

6À quelle occasion nous en parlait-il ? Je n’en ai pas gardé le souvenir (peut-être voulait-il tout simplement sonder nos connaissances littéraires ?).

7Toujours est-il, pour en revenir à ma maladresse, que je me retrouvais dans une position aussi inconfortable que Gil Blas devant l’archevêque. Voici la lettre que je reçus, écrite de la main de Friedmann :

8Arronville, le 4 octobre 1961

  • 2 C’était probablement Naville qui m’avait trahi.

Mon cher Tréanton,
Il y aurait des choses à vous dire sur votre envoi, mais je manque de temps et ce dont je vous fais avant tout grief, c’est de m’en avoir fait perdre : aujourd’hui, en m’obligeant à vous écrire à propos de ce petit incident vraiment inutile ; précédemment (et plus encore) en m’infligeant la corvée de rendre à peu près présentable, non sans peine, un manuscrit que je vous avais explicitement confié (mon coup de téléphone du 27 septembre) non pour une mise en question du texte, mais pour me suggérer des sous-titres, manuscrit qui m’était demandé par une Revue et que vous m’avez rendu abondamment zébré de ratures et chargé de gloses tracées d’un crayon aussi appuyé que péremptoire (et même de notes rédigées au stylo-bille !).
Vous êtes « inquiet », m’avez-vous dit, au moment de clore le pli. Tranquillisez-vous : je ne serai pas sévère, eu égard aux qualités de cœur que vous m’avez témoignées et que je n’oublie pas. Mais je suis un peu inquiet moi-même à votre sujet. Je ne donne pas plus d’importance qu’elle n’en mérite à cette incartade et vous dirai même que j’apprécie que vous l’ayez dirigée contre moi qui vous ai donné quelquefois, et vous donnerai encore, la preuve que je vous veux du bien. Mais là où je vois une louable témérité, la plupart, à ma place, regretteraient de l’incorrection et de l’inconscience.
Je suis un peu inquiet, vous dis-je, car à divers indices, il me semble que votre « rôle », comme disent les psychologues, de co-directeur de revue, de coordinateur du Traité, de juge et de censeur vous fait parfois un peu « perdre les pédales ». Vous avez, croyez-moi, passé l’âge où l’on se pose en s’opposant. Il vous faut désormais vous affirmer par d’autres moyens qui vous donneront, j’en suis sûr, de plus valables et durables satisfactions.
Je ne vous parlerai pas de vos appréciations du texte. Certaines de vos critiques de détail sont justes. D’autres sont matériellement erronées. En tout cas, à la réflexion et de sang-froid, vous conviendrez, j’en suis sûr, de ce qu’il y a de choquant à insinuer que je ne suis pas l’auteur des passages qui vous déplaisent particulièrement. Le chapitre final n’est certainement pas un chef-d’œuvre, et je n’ai, au reste, jamais eu de telles prétentions. Ceci posé, on verra si les lecteurs ratifieront vos jugements tranchants (c’est le cas de le dire !) Vous êtes, bien entendu, parfaitement libre de trouver ce chapitre très mauvais et d’exprimer votre jugement ; toutefois – à moins que vous ne désiriez que l’écho plus ou moins assourdi m’en revienne – choisissez mieux vos interlocuteurs2.
Ne vous précipitez pas sur votre plume pour me répondre. Ce serait, de votre part, une nouvelle erreur. Laissez passer quelques jours, un peu de temps, ce « galant homme », et croyez-moi.
bien cordialement
G. Friedmann

9Admirable lettre d’un grand patron à un disciple pris en faute ! Friedmann était, non seulement un homme d’une réelle bonté, mais un esprit très nuancé qui s’efforçait toujours de voir une question sous ses multiples façettes : tout le contraire d’un sectaire.

10J’y songeais encore ce matin en relisant dans Fin du peuple juif ? Les quelques pages (au plus une dizaine sur 350) qu’il consacre à la question palestinienne : c’est très condensé, mais tout y est vu ou pressenti, compte tenu de l’époque où il écrivait.

  • 3 Parmi mes auditeurs du 7 juin, certains m’ont dit : « Tu as reçu un sceau d’eau froide ! » D’autre (...)

11À mon « incartade », sa réponse est à la fois ferme et pleine de compréhension, puisqu’elle va jusqu’à me créditer d’une « louable témérité »3.

12Dans ma jeunesse, il y a donc un certain nombre d’années, je donnais au fond raison à Gil Blas. Aujourd’hui que je suis parvenu à l’âge d’un archevêque – et bien que je sois pas le plus archevêque de nous cinq ! – j’incline, bien sûr, à prendre le parti des archevêques. En l’occurrence, Friedmann n’imita pas du tout celui de Grenade puisqu’il me conserva jusqu’à la fin de ses jours une amitié et une confiance dont je garde un souvenir ému et reconnaissant.

Notes

1 Edgar Morin fait signe que « oui ».

2 C’était probablement Naville qui m’avait trahi.

3 Parmi mes auditeurs du 7 juin, certains m’ont dit : « Tu as reçu un sceau d’eau froide ! » D’autres ont été plus sensibles à la bienveillance de cette formule.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search