Version classiqueVersion mobile

L’Homme trace

 | 
Béatrice Galinon-Melenec

Livre I. Questions de langage

Complexité de la notion de trace

De la traque au tracé

Yves Jeanneret

Texte intégral

  • 1 Pour une analyse de ce projet, cf. Serres, 2002.

1Je n’aurai pas la légèreté de prétendre proposer ici une théorie de la trace, ni même une typologie de ses usages. Plusieurs se sont risqués à cette tâche insurmontable, dont les plus grands (Ricœur, 2000)1, sans grand succès : la trace, réalité d’évidence, paraît échapper à tout effort pour la circonscrire comme concept. Je me bornerai à considérer ses usages en discours en tant qu’opérations produisant ou occultant des savoirs. Que signifie qualifier de « trace » certaines productions communicationnelles, jusqu’à quel point est-ce pertinent et sur quelles difficultés cet usage débouche-t-il ?

  • 2 J’ai choisi de renvoyer à plusieurs analyses que j’ai faites sur des questions impliquées par cette (...)

2Je me limiterai en outre à des traces-artefacts produites par l’homme et extérieures à son corps : celles que décrit la socio-sémiotique des médias dans les situations et dispositifs de communication où la trace est exploitée pour sa valeur de représentation du monde et de support de l’énonciation. Il ne s’agira donc ici que de traces observables externes produites par les hommes, telles que les sciences de l’information et de la communication les mobilisent et les analysent. Les lignes ci-dessous laisseront de côté, du moins au départ – on va voir qu’il est impossible de ne pas les rencontrer – deux usages culturellement très importants du terme « trace » : la « trace mnésique », métaphore sans cesse reprise par les philosophes et les scientifiques depuis le morceau de cire du Thééthète (Platon : 139-140) pour désigner une riche gamme de phénomènes intra-psychiques et d’autre part la trace des processus naturels tels que la physique et la chimie les décrivent (traces de calcaire, de glucose, d’effondrement, etc.). L’analyse, qui doit tenir compte de ces dimensions de la notion, ne les prendra pas pour objet mais pour horizon. Ceci, pour ne pas alourdir une tâche d’une ampleur déjà déraisonnable, mais aussi parce que d’autres textes de cet ouvrage abordent de front la question de la mémoire et de sa sensorialité. Malgré tout, comme on va le voir, la socio-sémiotique des médias est embarrassée par la place considérable qu’occupe en elle un concept non spécifique2.

Un concept non spécifique

  • 3 Le concept de média ici mobilisé concerne dans toute sa diversité la production des dispositifs de (...)

3Cette difficulté est en elle-même intéressante. Au sein de l’univers médiatique auquel je me cantonnerai3, le terme « trace » constitue une catégorie à la fois répandue et non spécifique. Il nous semble naturel et vient spontanément à l’esprit et sous les doigts. Cette naturalité est évidemment un piège, mais son étrangeté nous apparaîtra si nous comparons cette notion à un concept spécifique aux faits de communication, comme le « signe ». Le premier (trace) explicite une réalité matérielle et présuppose un geste interprétatif, là où le second affirme sa valeur de sens sans réellement présupposer la qualité matérielle et sensible de son existence – d’où les considérables batailles menées autour du « signifiant », terme qui asservit toujours déjà la considération de la matière à la finalité d’un discours. Le terme « trace » n’indique pas un domaine communicationnel, mais il n’en est pas moins substantiellement lié, obliquement, à la question du sens – ou du moins de l’interprétation. Le promoteur d’une épistémologie des traces, l’historien Carlo Ginzburg (Ginzburg, 1989 [1986]) suggère la chasse comme source d’une pensée de la trace, hypothèse élargie aujourd’hui par la neuropsychologie aux activités de repérage nécessaires à la survie (Cukier, 2010). Il pose, en tout cas, que, considérer une trace, c’est y chercher le signe de quelque chose et souvent d’un autre être vivant.

4Il faut donc partir de cette définition de la trace qui lui confère un caractère orienté mais non spécifique aux questions de communication. Je propose de retenir cette définition provisoire : la trace est un objet inscrit dans une matérialité que nous percevons dans notre environnement extérieur et dotons d’un potentiel de sens particulier, que je propose de spécifier comme la capacité dans le présent de faire référence à un passé absent mais postulé. En termes de phénoménologie, le noème de la trace est : « Quelque chose ou quelqu’un est passé par là et je veux savoir ce qu’il en est. » L’analyse de Barthes, qui affirme que la photographie relève du « Ça a été » (Barthes, 2002 [1980] : 880) le confirme, car la photographie est un art de la trace. La trace serait, si l’on me suit, définie par ces différents traits réunis et tous nécessaires : une irrégularité matérielle, une « diaphorie » (Leleu-Merviel et Useille, 2008 : 35-43) n’est qualifiée comme trace que si elle est envisagée dans son présent comme le signe d’une chose passée et absente : ce que le schème perceptuel de l’incision ou de l’écrasement rend particulièrement bien, même lorsqu’il s’agit d’autre chose que de contact. En somme, la trace exprime l’idée d’une matérialité affectée par un phénomène, au-delà de la figure de l’incision, comme l’icône percien désigne la ressemblance sans se cantonner au domaine visuel.

5Mais ce signe présent ne renvoie au passé que pour qui mobilise une certaine visée future, car si l’on repère, collecte et interprète des traces, c’est en vertu d’un projet. C’est l’aspectualité de la trace : un objet matériel perçu dans le champ spatial (visuel ou proprioceptif) mais porteur d’un schème temporel. Ce n’est pas sa nature ni le contenu de son sens qui font la trace, mais le geste de vectoriser le perçu par cette fonction dynamique dans le temps. À certaines conditions, cet objet peut recevoir une définition communicationnelle, et ce sont ces conditions auxquelles je souhaite ici m’intéresser.

6Il me faut marquer malgré tout d’emblée que si l’examen ici mené porte sur les traces observables et extérieures au corps (les traces-artefact), il est impossible d’isoler ces dernières des processus qui sont évoqués, certes métaphoriquement et confusément, par l’idée de trace mnésique. Le philosophe Hermann Parret propose de regarder les « présences du temps passé » à partir d’une tripartition d’objets, qu’il nomme successivement « vestige », « archive » et « trace ». La distribution qu’il fait de ces termes ne relève pas du sens commun. « La culture indiciaire, écrit-il, réside dans les vestiges-indices analysés par l’archéologie et témoigne des civilisations passées. La culture textuelle rassemble tous les “textes” produits par la créativité humaine, qu’ils soient artistiques ou simplement instrumentaux […]. La culture mnésique est investie dans la mémoire des individus et des collectivités » (Parret, 2004 : 37). C’est donc à la troisième forme de présence du passé, le travail mémoriel insaisissable des hommes en société, qu’il donne le nom de « trace », réservant celui d’« archive » aux formulations discursives et celui de « vestiges » aux objets matériels considérés comme des indices : ce qui ne laissera pas de surprendre les chercheurs en communication et les sociologues, qui – on va le voir – mobilisent la trace dans une perspective d’analyse des indices de la culture matérielle. Parret adopte donc une définition de la trace entièrement symétrique de celle que j’ai retenue ici, qualifiant de trace précisément tout ce qui entre dans le non-inscrit.

  • 4 Derrida : 1967 ; 1972.
  • 5 Chez Derrida, le terme « différance » désigne un mixte du fait de produire du différent et de diffé (...)

7Ce n’est paradoxe qu’en apparence, car le philosophe n’entend pas expliciter cette tripartition mais la déconstruire : il montre en effet que ces trois univers s’entre-définissent, car le vestige et le texte ne valent qu’habités par une activité interprétative vivante. Nous verrons plus loin que l’analyse des études médiatiques désavoue cette thèse, puisqu’elle détache la mémoire sociale de l’inscription dans le corps individuel, mais qu’elle donne crédit à l’interdétermination qu’elle postule par l’appel secret qu’elle fait à la mémoire des esprits en société. Le recours de certains théoriciens à la notion de trace n’est-il pas le signe d’une volonté de ne pas couper la culture mémorielle du corps de la culture textuelle du document ? C’est du moins l’interprétation que propose Anne-Marie Christin du rôle crucial donné par Jacques Derrida à la notion de trace4, que pour sa part elle évite pour des raisons qui apparaîtront ci-dessous. La trace et l’archi-écriture qui la maximise font sans cesse référence à l’écriture pour congédier une conception métaphysique de la présence au bénéfice, non d’une prise en compte de l’organisation propre des écritures, mais d’une autre métaphysique, celle de la différence5. « La question centrale de ce projet […] n’était pas l’écriture elle-même mais une définition nouvelle du sujet. Cependant, la nouveauté même de cette définition, qui brise l’individualisme logocentrique en introduisant l’autre dans le je, a dissimulé le fait que la pensée de la trace qui la justifie […] ne prend appui sur l’écrit que dans la mesure où il l’annule » (Christin, 1995 : 16).

8Cette exploration théorique, fort succincte, de la non-spécificité de l’idée de trace, insertion (si l’on m’autorise l’image) au sein des faits de sens d’une catégorie qui en nie la spécificité, fournira son point de départ à un examen de ses usages actuels dans une discipline.

Rabattements indiciels, machines panoramiques

9Soumettre à examen la notion de trace est particulièrement important dans les sciences de l’information et de la communication où l’on en fait grand usage, car elle s’offre spontanément comme catégorie évidente et toute formée, tant dans les attentes sociales que la discipline suscite que dans les dispositifs matériels de communication que développent les acteurs politiques et économiques : sans doute en vertu même de sa promesse de non-spécificité. D’un côté, il est courant de penser qu’analyser scientifiquement une conduite ou un discours, c’est les utiliser comme trace d’une réalité qu’ils révéleraient ; de l’autre l’appareillage de « traçabilité des corps et des biens » (Mattelart, 2007 : 215-232) prolifère irrésistiblement depuis un siècle, revendiqué au nom de la « transparence » ou stigmatisé comme symptôme d’une « société de surveillance » (Deleuze, 1990 : 236). Ce que la figure de la trace concrétise à merveille.

  • 6 L’anglais « tracking » (eye-tracking) signifie à la fois traçage et traque. Les deux termes sont d’ (...)

10Cette figure, chargée de toute l’iconicité dont la langue est capable (qui la décline en empreinte, incision, stigmate, séquelle, etc.), incarne spectaculairement cette double attache, apparemment providentielle, qui relierait fermement la parole flottante du chercheur, d’un côté à un circuit direct de la communication, de l’autre à une capture du réel. Elle est caractéristique de « cet amalgame singulier, opéré par le sens commun, d’objets concrets (« les communications ») et de ce qui est censé être l’objet scientifique générique (« la communication ») », selon la formule de Jean Davallon (Davallon, 2004 : 31) : amalgame qui a pour particularité d’écraser les uns sur les autres connaissance et expérience, savoir et efficience. Mettre la main sur la trace, ce serait à la fois tenir un modèle performant de la communication et pouvoir manipuler du réel. « La recherche en sciences de l’information et de la communication, poursuit Jean Davallon, va ainsi se trouver constamment en butte à une évidence des objets […]. Pourquoi en effet construire des objets puisqu’on peut en trouver qui sont prédécoupés et déjà accompagnés de connaissance ? Mais elle est en outre sollicitée pour participer à la production de ces objets afin de les rendre plus communicationnels » (Davallon, 2004 : 32). Voici donc la communication doublement requise par la figure de la trace : pour traquer derrière l’apparence des langages la présence du social6, pour optimiser le fonctionnement des appareils de recueil de traces de ce même social. Les sciences de la communication sont hantées par le potentiel de la trace, qui est censée tout à la fois garantir une capture de l’extériorité et promettre la présence du monde dans le discours : ce qui donne, dans notre discipline, une singulière actualité et une étrange dimension instrumentale aux réflexions de Derrida sur le statut fantomatique de la trace, renvoi à l’origine qui insiste, mais se dérobe à l’arrière plan de nos discours les plus délibérés (Derrida, 1967 : 90-92).

11Avant d’engager un examen critique des questions révélées par cette figure, prenons le temps de mesurer sa double insistance, réaliste et opérationnelle. D’un côté, dans la tradition littéraire du naturalisme, la trace est le nom donné au texte lorsqu’il est considéré, non comme une production signifiante, mais comme l’indice d’une causalité sociale ou naturelle qu’il est censé expérimenter et révéler : un peu comme le lycéen qui veut absolument savoir si Baudelaire était drogué lorsqu’il écrivait ses poèmes, le désir de scientificité (Jurdant, 1999) compris d’une certaine manière imposerait au chercheur de découvrir les clefs de ce dont le discours serait la marque, en dehors de lui. De l’autre côté, la confection de dispositifs gigantesques de recueil de traces de toutes natures, potentialisés par l’appareil puissant du calcul statistique et informatique, permettrait de produire des représentations vraiment représentatives du même réel, qu’on nommera « cartographies » ou « atlas ». Arrêtons-nous un instant sur ces deux matrices de discours qui nous sont familières, puisque nous y sommes constamment exposés.

12Si périodiquement, dans un jury ou un comité, il se trouve quelqu’un pour déplorer que tel chercheur ne soit pas allé voir du côté des acteurs pour éclairer les textes, c’est parce que l’idée est très ancrée dans notre discipline que renvoyer les textes aux actions (le plus souvent telles qu’elles sont racontées) les explique davantage que le fait de supputer leur pouvoir organisateur en lui-même ou de les référer à leur interprétation. Pourtant, la réflexion épistémologique indique que les uns ne sont ni moins ni plus réels que les autres. Ce renvoi obsédant du texte comme objet signifiant au texte comme trace d’autre chose a bien des raisons qu’il serait immodeste de prétendre ici révéler. On peut seulement les éclairer par deux considérations, la genèse historique des critères de savoir, mais aussi le repérage de problèmes théoriques réels et particulièrement épineux.

  • 7 Le commentaire porte bien évidemment sur un discours manuélisé ; c’est la simplification nécessaire (...)

13La demande de trace, qui habite souvent le discours des étudiants entrant dans la discipline, est parfois renforcée par manuels, ce qui s’explique aisément par le travail vulgarisateur que ces derniers ont à opérer pour se faire entendre d’un public qui attend clairement des connaissances un moyen de saisir et manipuler le réel. Suivons ce cheminement dans l’un des manuels les plus utilisés aujourd’hui, la Sociologie de la communication et des médias d’Éric Maigret. Pour comprendre le rôle qu’y joue la notion de trace, il faut passer par la critique adressée à la sémiologie, en tant qu’analyse centrée sur les textes et leur signification. En effet, après avoir décrit les méthodes utilisées par ce courant dans les années cinquante et soixante (la référence majeure étant les Mythologies), l’auteur porte un jugement de disqualification qui repose essentiellement sur la mise en question de l’activité interprétative du chercheur : « La sous-estimation des capacités sémiotiques des publics ou plutôt la non-évaluation des réponses des publics à ce qu’ils seraient censés subir ne laisse de poser la question du statut du chercheur en chambre qui fait dépendre de la seule analyse interne et d’une forme d’introspection le regard qu’il a sur le monde social » (Maigret, 2003 : 120). Une telle critique est pleinement justifiée par le fait qu’une certaine sémiotique, longtemps dominante, a prétendu à une hypostase du signe et du texte, critiquée aujourd’hui activement par les sémioticiens eux-mêmes (Boutaud et Veron, 2007 ; Fabbri, 2008) et elle pointe la place problématique du public. Mais elle surévalue parallèlement la mise en valeur d’une approche indicielle des textes, que la sociologie est censée substituer au commentaire interprétatif des sémioticiens, conçu comme un moment littéraire aujourd’hui dépassé. Commentant le travail d’un sociologue, Éric Macé, le manuel conclut : « Il s’agit de rompre avec l’idée d’une essence – matérielle ou sociale – des signes en présentant ces derniers comme des médiations figées, comme le résultat d’une conflictualité sociale qui serait momentanément gelée […]. Les contenus des médias peuvent être vus comme les traces des interactions qui les ont constitués, comme des plis condensant les rapports sociaux, les logiques d’action et les mouvements culturels » (Maigret, 2003 : 244)7.

14En termes théoriques clairs, le terme de trace serait heureusement remplacé ici par celui d’indice qui désigne, si l’on en croit Peirce, les signes reliés à leur objet par un lien de contiguïté, un rapport factuel et causal. C’est ce qui justifie le parti-pris méthodologique d’écarter ou de suspendre tout au moins la portée symbolique du message, sa prétention à s’adresser à un tiers, pour chercher ce qui le détermine. Or, la plupart du temps, pour justifier ce travail, on parle de « trace » et non d’« indice », ce qu’on aurait tort de tenir pour anodin. Cette légère différence ouvre une scène figurative qui représente à l’esprit les déterminants de l’expression, personnels et sociaux, venant marquer de leur empreinte le corps même du texte.

15Un tel parti-pris de rabattre la prétention symbolique d’un geste communicationnel sur le fait causal d’une indicialité n’est pas purement gratuit. Il a une justification théorique qui tient à un paradoxe : le chercheur en communication souhaite souvent accéder à des processus sociaux et à des représentations dynamiques et il ne peut saisir ceux-ci qu’à travers des objets qui, arrêtés dans leur mouvement, n’en recueillent que la dimension observable. Paradoxe qu’Eliseo Veron, théoricien de la circulation des discours, avait parfaitement résumé avec son projet de « sémiosis sociale ». Il est utile de rappeler ce texte qui, dans sa densité, exprime parfaitement l’une des questions les plus épineuses de l’analyse communicationnelle. « L’analyse des discours, écrivait Veron, n’est ni externe ni interne. Elle n’est pas externe, car pour postuler que quelque chose est une condition productive d’un ensemble discursif donné, il faut montrer qu’elle a laissé des traces dans l’objet signifiant, sous forme de propriétés discursives. Inversement, l’analyse discursive n’est pas, ne peut pas être interne, car nous ne pouvons même pas identifier ce qui est à décrire dans une surface discursive, sans avoir des hypothèses sur les conditions productives » (Veron, 1986 : 124). Il expliquait plus loin que les opérations d’investissement de sens « sont reconstruites (ou postulées) à partir de marques présentes dans la matière signifiante. Ces opérations, autrement dit, sont toujours des opérations sous-jacentes, rétablies à partir de marques inscrites dans la surface matérielle. On peut parler de marques lorsqu’il s’agit de propriétés signifiantes dont le rapport soit aux conditions de production, soit aux conditions de reconnaissance, n’est pas spécifié […]. Lorsque le rapport entre la propriété signifiante et ses conditions (soit de production, soit de reconnaissance) est établi, ces marques deviennent des traces de l’un ou de l’autre ensemble de conditions » (125). Le passage d’une déontologie linguistique (qui veut que toute analyse repose sur des traits objectivables) à une enquête sociale sur la genèse et les enjeux des discours (ayant pour but de faire correspondre le texte à des déterminations) toutes deux métaphorisées sous la figure de l’objet qui en incise un autre, repose sur ce léger mais essentiel glissement de la marque à la trace. Ce faisant, le projet socio-sémiotique poursuit l’entreprise sociocritique en littérature, qui venait puiser dans les textes les traces laissées (ou supposément laissées) par un état de la langue et de la société (Duchet, 1971). Opération qui laisse en suspens la question de savoir par quelles médiations réelles le pouvoir social viendrait imprimer sa marque dans le texte, comme le fait le poids du corps dans l’empreinte du pas.

16Nous allons y revenir, mais il faut d’abord regarder à présent du côté des appareils. Le processus de numérisation des textes de toutes natures, héritier d’autres formes de traitement automatique des documents, a entraîné trois conséquences que nous voyons clairement se déployer devant nous : d’abord, un nombre croissant d’activités naguère secrètes et éphémères laissent désormais des traces écrites, car l’informatique exige que les objets et les actes passent par l’inscription pour exister ; ensuite, ces traces circulent beaucoup plus largement, émises par des auteurs plus divers, témoignant d’usages multiples, captées par des circuits proliférants ; enfin, toutes ces inscriptions deviennent traitables à grande échelle car la forme très variable qui les rend socialement partageables (texte écrit, photographie, dessin, son, parole enregistrée, etc.) se double toujours d’un code traductible en données calculables.

17Ces trois réalités autorisent des opérations de collecte, de décontextualisation, d’intégration, de cumul qui confèrent insensiblement à ces rassemblements documentaires le caractère d’incarnations (en termes courants, de traces, à une autre époque on aurait parlé de reflets) du corps social. La cartographie des documents sur Internet, qui fabrique des courbes, des graphes, des grappes, donne à ces objets une réalité sémiotique homogène, qui devient l’image complexe et mobile de tout un monde. L’analyste des signes ne se laisse pas duper par ces opérations complexes de transformation, transmutation, traductions qui produisent toutes de la différence et témoignent de l’imposition de sens (Fabbri, 2003) : en effet, pour être intégrées à un même espace, toutes ces productions dont les modes d’expression, les langages, le statut sont hétérogènes doivent être contraintes à un même formalisme. Il s’agit simplement de la soumission forcée d’une sémiosphère (Lotman, 1999), celle de la lecture à une autre, celle du calcul statistique. Mais la puissance même de ces appareils de transmutation sémiotique, qui fabriquent du nombre, de la série, de l’icône, du graphique donne insensiblement à ces objets hétérogènes l’apparence d’un spectacle placé devant le regard, livré à l’immédiateté de ce dont il témoigne. La trace collectée, devenue spectacle, et liée à un certain type de configuration du regard, accède à la prétention de créer une exploration, ou mieux, un panorama de la vie sociale (Flon et Jeanneret, à paraître).

  • 8 Site visité le 15 mai 2005 (http://www.webatlas.fr).

18Il suffit pour le comprendre de suivre le tour glissant des descriptions que fournissent de leur travail ces « cartographes » de l’Internet, collecteurs de traces d’usage quantifiées et figurées donnant insensiblement naissance à une étrange « science du Web » (Bautier, 2007). On voit dans ces récits se substituer peu à peu à une première définition en termes de traitement informationnel de documents la prétention plus ou moins affirmée d’explorer un monde devenu autonome, que révélerait le travail statistique. Parmi la masse considérable de ces projets, on peut prendre pour exemple, parmi beaucoup d’autres analogues, le « Webatlas » qui « entend […] ouvrir la voie à l’exploration et au relevé cartographique de [la] granularité sociale et communautaire du réseau […], il faut oser l'hypothèse du Web occupé comme un territoire, nourri de différents espaces, où se distribuent des acteurs, évoluant à différents niveaux selon les effets de résonance d'événements informationnels »8. La valeur épiphanique accordée aux traces présentes sur le réseau, du fait de leur capacité à engendrer des formes à la fois spectaculaires et collectivement ancrées finit par rendre indécidable le fait de savoir si c’est un univers documentaire ou une communauté d’acteurs que représentent les structures écrites explorées. Plus exactement, elle autorise la naturalisation d’une figure de rhétorique, la métonymie, qui fait passer d’un groupe de documents à un collectif de personnes. À travers la masse des traitements qui ont peu à peu contraint les documents de toutes natures à alimenter un observatoire quantitatif, l’hypothèse que tel ou tel trait dans l’écriture (la récurrence d’un terme, la présence d’un lien, la marque d’un geste de consultation) donne accès à la présence d’une réalité sociale est devenue aussi impérieuse qu’invisible.

19Ici encore, il faut admettre que ces traitements, pour sauvages qu’ils soient, ne sont pas purement fantaisistes. Ce sont les dimensions pragmatique et performative des textes – en l’occurrence des textes écrits de toutes natures – qui fondent cet usage des statistiques qui, comme tout traitement de cet ordre, ressortit à la fois au relevé de corrélations et à l’interprétation idéologique (Desrosieres, 1993). En effet, c’est bien parce que les textes attestent, en quelque sorte, ces usages, qu’ils peuvent ainsi offrir un fondement à ce qu’on doit bien nommer une traque des pratiques.

20Prenons un exemple très simple et tout à fait étranger à l’Internet, celui du guide touristique. La description détaillée qu’il donne de certains lieux fournit un cadre d’interprétation au lecteur-visiteur dont il oriente et informe le regard. Mais, dans le même temps, la présence de ce texte est la marque du fait que quelqu’un (l’auteur du guide, un membre de l’équipe, un autre voyageur dont le guide a repris les propos) a réalisé effectivement le voyage. C’est en ce sens que le guide touristique, qui par ailleurs est un appareil de représentation, peut être considéré comme un recueil de traces d’usage : témoignant d’usages effectués, il propose des usages anticipés (Davallon, Noël-Cadet et Brochu, 2003). Mais c’est ici précisément, lorsqu’on en est arrivé à ce point qu’il faut s’arrêter et marquer le pas, car la question est beaucoup plus complexe, délicate et fragile qu’il n’y paraît au premier abord.

La « trace », avec ou contre la médiation

21Ce bref aperçu sur deux pratiques (rabattement de la teneur symbolique des documents sur leur potentiel indiciel de révélation d’un social extérieur, fabrique de recueils massifs de traces écrites informatisées), ouvre un spectre de questions d’une complexité considérable. Je ne souhaite pas traiter ici ces questions, mais seulement en éclairer la possibilité, à partir d’un enjeu, la place faite à l’activité interprétative des hommes et d’un effort de distinction des concepts, qui consiste à affiner le terme global de trace par sa confrontation à trois concepts plus explicites, l’inscription, l’indice et le tracé. La visée de cet exposé synthétique est ouverte, car les questions ne seront pas résolues mais plutôt introduites dans un espace de pratiques où elles ont peine à se rendre visibles.

22Si l’on veut donner une interprétation sociale, culturelle, politique du traitement des « traces » sur l’Internet – le terme sera désormais mis entre guillemets, comme il l’est dans le titre de l’article sur lequel je m’appuie ici – il faut, pour se situer dans une perspective socio-sémiotique, admettre qu’il ne s’agit pas de simples traces d’activité, mais de traces d’usages inscrites dans un texte : les pratiques sont représentées et stimulées dans le texte, dans la mesure où elles ont été écrites, introduites dans l’ensemble intertextuels des écrits présents sur le réseau et ont en outre été rendues dynamiques par les possibilités opératoires offertes par le dispositif médiatique de l’Internet (Davallon et al. 2003). Cette inscription comporte deux caractères déterminants pour toute interprétation sociopolitique : d’une part, l’écriture sémiotise la pratique, c’est-à-dire qu’elle propose, non une activité, mais un scénario et un programme de cette activité, car elle a, comme on vient de le voir, la capacité de présenter à la fois au lecteur la trace d’une activité effectuée et la figure anticipée d’une activité possible ; d’autre part, cette écriture est une médiation, qui se définit à la fois par la logique sociale qui la porte et par la mobilisation des ressources du média.

  • 9 Une autre forme de délégation est décrite dans (Tardy et Davallon, à paraître).

23En l’occurrence, la capacité qu’offre le réseau Internet d’agir à la fois sur le plan sémiotique et sur le plan opératoire (de décrire des pratiques culturelles comme de les engager par le geste) détermine un style de médiation qui place les ressources de pensée et de représentation dans une certaine perspective. Davallon, Noël-Cadet et Brochu le montrent à propos du geste de désignation de ressources de lecture (il s’agit du fonds Gallica de la BNF) : ces ressources ne sont pas seulement « tracées », elles sont prises dans des gestes de médiation qui les mobilisent, les qualifient et les désignent. Symétriquement, l’engagement de l’usager des sites ne consiste pas seulement à suivre une trace, mais à s’impliquer dans un acte culturel particulier, mariant de façon originale la manipulation et la lecture. Or – et là réside un point essentiel – cette mise en écriture, en médiation et en manipulation de textes qui sont des représentations de pratiques passe par un dispositif éditorial et médiatique qui définit des cadres, des délégations d’énonciation et des conditions de visibilité pour les différents discours. En d’autres termes, si des « traces » sont collectées, elles sont aussi organisées et inscrites dans un espace qui leur donne sens et leur assigne une place : ce qu’expriment particulièrement deux processus déterminants, l’énonciation éditoriale (Souchier, 1998) qui fixe les conditions de présence des textes et leur visibilité et la délégation d’énonciation (Davallon, Noël-Cadet et Brochu, 2003)9 qui place les productions, non en simple continuité, mais en perspective par rapport à des logiques de médiation déterminantes.

24Cet exemple nous permet de revenir vers l’usage scientifique de la notion de trace, mais tenter de la préciser en la faisant « jouer » avec d’autres notions, voisines, capables d’introduire un peu de différence dans ce qu’elle convoque uniformément. Désigner certains écrits comme étant la trace d’une activité ou d’un geste, c’est en réalité supposer, non une opération unique, mais un processus très complexe qui accumule une série de médiations de nature hétérogène. Si l’on revient sur les deux exemples évoqués, le guide touristique et le site Internet à vocation culturelle, on peut imaginer trois stratégies possibles pour les interpréter, que je veux ici examiner tour à tour. On peut considérer les productions présentes sur tel ou tel site comme des indices de pratiques qui ont lieu, (le terme de « trace » étant alors la formulation métaphorique de ce caractère indiciel). Mais pour qu’une représentation de pratique soit présente sur le site – et donc, dans les termes considérés ici, que le texte porte trace d’un usage – il ne suffit pas que cette pratique ait eu lieu. Elle doit avoir fait l’objet d’un acte d’inscription, réalisé par son auteur ou par une autre personne, ou encore engendré par un dispositif d’enregistrement automatique. Ces procédures ont en commun de se matérialiser, pour un public, par un objet visuel prenant la forme d’un tracé interprétable dans le cadre d’une culture écrite donnée. C’est en effet transformation de l’indice en inscription, puis de l’inscription en tracé – c’est-à-dire le passage graduel du monde de la causalité à celui de l’expression – qui rend possible une lecture par les uns de ce que font les autres. C’est ce triple statut de la trace (indice, inscription et tracé) qui réalise la médiation entre des usages effectués et des usages anticipés. Il s’agit, non d’un phénomène naturel d’empreinte, mais d’un construit culturel qui tient à une élaboration documentaire.

Indices

25Reprenons donc un à un les concepts qui ont été mentionnés, non pour les étudier de façon approfondie – ce qui est impossible ici – mais pour comprendre ce qu’ils font à l’idée de trace.

26Comme on l’a vu plus haut, le concept d’indicialité est le nom rigoureux de ce qu’on nomme couramment « trace », par exemple lorsque tel ou tel chercheur prétend traverser les textes et les productions médiatiques avec le souci de les renvoyer à un extérieur qui les détermine. La référence qui exprime le mieux cette prétention cognitive est la sémiotique peircienne, qui est tout entière guidée par ce souci. Pour Peirce : « Un indice est un signe qui renvoie à l’objet qu’il dénote parce qu’il est réellement affecté par cet objet » (Peirce, 1978 : 140). À La différence de l’icône, qui repose sur l’analogie et du symbole, que régit la loi, l’indice est régi par la contiguïté, qui introduit en quelque sorte le réel dans l’économie du signe. On trouve même chez Peirce des formulations radicales, en concurrence avec d’autres qui leur sont contradictoires, et qui indiquent que l’indice n’aurait pas besoin d’être interprété pour être un signe. On voit bien donc comment le recours à l’indicialité paraît assurer à la science une certaine assurance dans le réel, qui était précisément ce que recherchait délibérément Peirce, avant tout épistémologue du vrai. La chose paraît imparable et c’est la raison pour laquelle l’indicialité et l’activité d’inférence qui lui est liée sont l’argument majeur des théoriciens entendant naturaliser le social.

  • 10 Pour une analyse plus complète de cette question, cf. Jeanneret, 2006.

27Pourtant, pour l’analyste des échanges médiatiques, cette posture pose beaucoup plus de questions qu’elle n’en résout. Sans entrer dans le détail de l’argument, je rappelle d’abord ceux qui tiennent à la théorie peircienne elle-même. Celle-ci n’est pas une typologie des objets mais des opérations et ce fait en lui-même rend extrêmement glissant le roc de la factualité. Peirce le démontre d’ailleurs lui-même lorsqu’il analyse, à propos du Robinson de Defoe, le cas canonique de la trace de pas (Tiercelin, 1993 : 59-60) : si la trace de pas de celui qui sera nommé Vendredi, qui est empreinte, semble le degré zéro de la trace, dont l’indicialité est incontestable, elle ne peut être référée à la présence d’un homme qu’après avoir traversé, interprétant par interprétant, toute la gamme des opérations interprétatives, pour aboutir au symbole. En d’autres termes, un peu provocateurs, le sociologue ne pourra donner une production médiatique pour trace de réalités sociales qu’en passant par cette fameuse « écriture dans l’âme » (Van Sevenant, 1999) que suppose la mémoire sociale. La trace du pied n’évoque l’homme entier et l’espoir qu’il représente que si l’idée s’en est inscrite dans l’esprit de Robinson, et le journal télévisé n’est trace d’interaction sociale que si ses concepteurs ont mobilisé une trace mnésique de cet univers. Mais comment les idées s’inscrivent-elles dans la pensée ? Roland Barthes écrit, à propos du cerveau d’Einstein, fétichisé comme site social du génie, « on veut nous faire entendre sans doute que les sismogrammes seront d’autant plus violents que la “relativité” est un sujet ardu. La pensée elle-même est représentée comme une matière énergétique, le produit mesurable d’un appareil complexe (à peu de chose près électrique) qui transforme la substance cérébrale en force » (Barthes, 2002 [1957] : 741). Cet exemple n’est pas donné ici pour ridiculiser la thématique de l’inscription (du social, de la pensée, de l’idéologie), mais pour bien souligner qu’il s’agit d’une représentation métaphorique. Peirce en était tout à fait conscient, car, si la « vulgate » tirée de son œuvre n’évoque que des objets reliés par une contiguïté physique, la gamme très étendue qu’il évoque des indices échappe à la seule causalité naturelle : ceci, notamment, parce que le terme qu’il emploie, « index » en anglais, fonctionne à la fois comme témoin d’une causalité réelle et comme organisateur d’une attention communicationnelle10.

  • 11 Le titre original de l’article de Ginzburg est : « spie : radici di un paradigma indiziario ».

28Mais c’est en sortant du modèle peircien que la complexité du raisonnement indiciel apparaît le plus clairement. L’idée d’un « paradigme indiciel » défendue par Carlo Ginzburg, loin de prétendre à une naturalisation de la connaissance, met l’accent sur le caractère hautement interprétatif du travail de l’historien. Dans ce paradigme, la notion de trace se rapproche de l’idée d’énigme. C’est le manque de documentation explicite qui justifie le recours à la trace, un terme qui traduit d’ailleurs en français un mot italien beaucoup plus ambigu, « spie11 », que l’historien a préféré au quasi-synonyme « tracce », « un mot ambigu qui signifie à la fois indices et espions » comme le faisait remarquer l’auteur lui-même dans un colloque récent (Ginzburg, 2007 : 37). De fait, le débat sur « le paradigme indiciaire » (une expression que l’historien dit regretter et avoir sans cesse évitée) porte bien sur la capacité d’interpréter des traces rares, des anomalies et sur l’extrême difficulté d’assurer une approche rigoureuse des objets constitués en indices dans le cadre d’une recherche. Roy Harris, théoricien de l’écriture, avait déjà observé que « chez Peirce la notion d’indice risque parfois de devenir un concept tellement vague que n’importe quoi peut être qualifié de signe “indiciaire”. Peirce affirme, par exemple, que “tout ce qui attire l’attention est un indice” (2.285). Mais, dans ce cas, on voit mal comment on peut refuser cet attribut à tout objet, quelle que soit sa fonction ou son origine » (Harris, 1996 : 211-212). Denis Thouard observe plus précisément que « les indices sont des signes relativement indéterminés, des signes qu’il faut d’abord parvenir à identifier comme tels » (Thouard, 2007 : 12) et que le raisonnement indiciel, comparé avec les modèles formels et textuels « accorde davantage de liberté à la reconstruction, mais d’autant moins de garanties de justesse » (Thouard, 2007 : 13). En effet, comme le remarque le philosophe Jean-Luc Ferry dans le même colloque, le paradigme indiciaire ne peut avoir le même sens dans les sciences de la nature et dans les sciences de l’homme : « Tant que l’on considère […] que les indices sont primitivement et fondamentalement des signes naturels, y compris lorsqu’ils se laissent déceler dans l’univers “spirituel”, il semble qu’une enquête réglée strictement sur la grammaire indiciaire laisse largement hors de son champ cognitif aussi bien l’élément d’une herméneutique littéraire, mettant au premier plan l’interprétation de textes canoniques, que celui d’une herméneutique sociale, intéressée à la compréhension du sens et des normes, des institutions et des cultures publiques » (Ferry, 2007 : 92) : ce qui le conduit, non à exclure l’indispensable raisonnement sur indices, mais à en donner une définition réflexive et non expérimentale, qui permet de proposer des interprétations causales dans des conditions entièrement différentes de celles des sciences de la nature.

29Je n’entrerai pas dans le débat épistémologique engagé par cette prise de position, mais reprendrai cette exigence du côté de la question qui m’intéresse ici, celle de l’analyse des constructions médiatiques. Les exemples précédemment cités, et en particulier celui des « cartographies » de pratiques sur le Web, présentent un caractère paradoxal sur lequel il convient de s’arrêter. Ils s’intègrent pleinement dans la logique du raisonnement indiciaire qui vient d’être évoqué et devraient à ce titre s’accompagner d’une extrême prudence quant aux hypothèses de représentation qu’ils proposent ; ils devraient surtout renvoyer à des hypothèses explicites sur la façon dont les pratiques, les idées et les valeurs sont censées avoir pu circuler pour donner de telles « traces ». Or, au contraire, ils fournissent ces représentations, sur le mode d’une exploration du réel, effaçant toutes les médiations qui faisaient le contexte et le mode de publicité des écrits traités. On ne peut, à mon avis, comprendre ce paradoxe que si l’on distingue deux processus, qui sont deux faces d’une médiation graphique originale : d’un côté, le recueil, la formalisation et le traitement des productions écrites qu’opèrent les « cartographes » convoquent en permanence le travail interprétatif, car tout choix, toute quantification, toute décision plastique repose sur du sens et de la valeur ; mais, d’un autre côté, les caractères de l’inscription graphique confèrent aux objets exposés le statut de spectacle. Ce sont des dispositifs de représentation qui donnent à penser que leur déploiement est en lui-même porteur d’un savoir global, au nom d’une certaine conception scopique de la connaissance. C’est le modèle du panorama : la connaissance du monde y est incarnée en une scène qui déploie des éléments de savoir, ordonne un regard surplombant et met à distance les pratiques sur lesquelles elle repose (Flon et Jeanneret, à paraître).

Inscriptions

30Cette remarque souligne à mon avis la nécessité de confronter la notion de trace au concept d’inscription. En effet, dans l’exemple qui vient d’être donné, comme dans toutes les productions médiatiques, la distance s’est introduite entre les pratiques représentées et les formes de l’expression. S’il existe une indicialité, celle-ci est indirecte. Si l’on revient à Peirce, les exemples donnés par ce théoricien privilégient la notion de contiguïté au sens fort : la girouette est poussée par le vent, le cri du cocher s’entend hic et nunc, le pied a réellement imprimé le sol. Il y a donc coïncidence de la trace au sens physique et de l’indice au sens logique, et surtout coïncidence entre observation du signe et établissement de la causalité. Rien de tel dans la communication écrite. L’écriture instaure la distance entre les partenaires de la communication, elle pose la discontinuité du lien communicationnel (Davallon et Jeanneret, 2006). La trace (écrite) joue en somme ici contre la trace (causale) : elle met à distance la présence physique des sujets de la communication comme les figures de la pratique. C’est par exemple ce qui explique que les documents écrits du réseau puissent relever du panorama et non du panoptique (Flon et Jeanneret, à paraître) : il ne s’agit pas de percevoir le détail des pratiques mais de les mettre à distance et de pouvoir les tenir d’un regard global.

31La notion d’inscription rend compte de cette réalité de la communication médiatisée, particulièrement écrite – qu’il s’agisse d’écrits imprimés ou d’« écrits d’écran » (Souchier, 1996). L’inscription concerne la dimension logistique de l’écriture et de la médiatisation, les conditions de collecte, de circulation et de reproduction des documents : c’est elle, par exemple, qui distingue le fonctionnement d’une bibliothèque de celui d’un site Internet diffusant des références textuelles (Davallon, Noël-Cadet et Brochu, 2003) comme la représentation des pratiques autorisée par le guide touristique éditorial de celle que mobilisent les sites Internet de tourisme « participatif » (Flon et Jeanneret, à paraître). C’est également le mode d’inscription des écrits qui permet de donner une réelle importance aux articulations fortes que permettent les médias informatisés entre la dimension sémiotique des formes, la dimension sociale des normes d’écriture et de lecture et la dimension technique des traitements et acheminements du texte : c’est elle, par exemple, qui distingue le « stéréotype » strictement reproduit dans l’imprimé industriel du « plastigramme » créé par la capacité des architextes informatiques à assimiler constamment les gestes d’écriture tout en assurant la pérennité de leurs formats (Tardy et Jeanneret, 2006 : 208-213).

32Cette importance de l’inscription donne à la médiation un rôle déterminant dans le partage de tout ce dont les médias portent la « trace ». Elle explique le rôle central que lui ont donné les sociologues qui entendent décrire la construction des accords, conventions et institutions par les acteurs sociaux eux-mêmes (un courant qu’on désigne aujourd’hui souvent par le qualificatif de « pragmatique »). Bruno Latour place par exemple les technologies de l’inscription au cœur de sa description du social. L’image de la trace s’associe chez lui à celle de la chaîne, ce que la formule des « mobiles immuables », vouée à un succès incontestable, a spectaculairement résumé. Les traces produites par les acteurs de leurs pratiques prennent forme comme des inscriptions qui permettent la fixation de rapports éphèmères, rendent possibles leur institutionnalisation et assurent la dissémination de complexes de savoir et de pouvoir qui pourront acquérir socialement, par ces liens même, le statut de fait et de valeur. C’est ainsi que cet auteur décrit les bibliothèques comme des « centres de calcul » qui optimisent la production et la circulation de traces structurées des pratiques et savoirs. « Des réseaux de transformations font parvenir aux centres de calcul, par une série de déplacements – réduction et amplification –, un nombre toujours plus grand d’inscriptions. Ces inscriptions circulent dans les deux sens, seul moyen d’assurer la fidélité, la fiabilité, la vérité entre le représenté et le représentant. Comme elles doivent à la fois permettre la mobilité des rapports et l’immuabilité de ce qu’elles transportent, je les appelle des « mobiles immuables », afin de bien les distinguer des signes » (Latour, 1996 : 38). Toute la difficulté de ce point de vue est la façon dont il traite la relation entre les procédures techniques et la production du sens. Les opérations mises en relief par Latour relèvent du logistique : chaîne de transmission, dureté des fixations, déplacements, miniaturisation, amplification. Ce travail de hiérarchisation, tout à fait compatible avec la théorie derridienne de la trace évoquée plus haut, est inconstablement une exploitation pertinente de la dimension matérielle et visuelle de l’écriture, cohérente avec le projet de détacher la pensée d’une métaphysique de la présence au bénéfice d’une socialité de la dissémination.

Tracés

33Le privilège latourien de l’inscription pose malgré tout la question d’un certain réductionnisme. Peut-on expliquer la genèse des institutions sociales (politiques, éthiques, cognitives) par la seule mise en cohérence des chaînes d’objets ou de sujets ? Ou plutôt, annoncer des chaînes d’objets et de sujets, n’est-ce pas chosifier ou objectaliser les sujets sociaux eux-mêmes ? On voit que fait retour ici la question, déjà rencontrée, du statut donné à l’indicialité, mais sur un terrain où ce sont les formes d’expression qui jouent le rôle déterminant : elles sont formes, en effet, dans la mesure où elles sont censées être saisies par un geste et un regard. Pour désigner les formes de l’écriture, auxquelles je me limiterai ici, je suggère la distance entre l’inscription comme trace et l’inscription comme tracé.

34Sarah Labelle (Labelle, 2004) a étudié un processus très proche de celui que décrit Bruno Latour lorsqu’il analyse les « centres de calcul » des bibliothèques : elle montre la façon dont les initiatives, d’ailleurs très hétérogènes, menées par différentes villes pour « entrer dans la société de l’information » sont rassemblées, alignées et uniformisées par un dispositif documentaire, le portail assigné à la publicisation de ces actions. D’une certaine façon, la « mise en série des singularités » qu’elle décrit s’apparente à la circulation de mobiles immuables. La logistique de l’inscription joue un rôle dans la redistribution des formats, formulaires, labels, listes qui disséminent sans cesse des figures exemplaires de la « ville numérique », « numérisée » ou « réticulaire » et permettent en tous lieux la présence du local. Mais la prise en compte déterminante des formes de la médiation affranchit l’idée d’inscription de la figure de la chaîne : ainsi des formes rédactionnelles et scripturales, comme le récit ou la liste et des contraintes que ces formats documentaires imposent à l’énonciation.

35Or, cette façon différente d’aborder les inscriptions (comme tracés plutôt que comme traces) a des effets majeurs quant aux conceptions très différentes de la culture et de la politique que promeuvent deux analyses que réunit par ailleurs le souci de la matérialité documentaire (si l’on veut, le lien entre trace physique et trace symbolique). Là où Latour met en évidence la reconstitution d’une chaîne d’acteurs, Labelle met en évidence certaines conditions de l’expression et certaines figures de la pratique. La prise en compte de l’épaisseur historique et du travail formel des disciplines documentaires définit une approche du politique où l’inscription, comprise comme tracé, c’est-à-dire acte de communication, joue un rôle structurant.

36Pour approfondir cette distinction – la dernière que je souhaite évoquer ici, il est intéressant de revenir à la discussion menée par Christin (Christin, 1995) des thèses de Derrida (Derrida, 1967). Pour elle, comme on l’a vu, envisager l’écriture comme trace, c’est la convoquer pour la révoquer. Les catégories déterminantes de l’écriture sont, au contraire, pour Christin, le support, l’intervalle, le tracé (distinct de la seule figure). En effet, il y a écriture lorsque le regard d’un lecteur scrute une surface, ses formes, leur interaction avec la matérialité qui les porte. On ne peut donc traiter l’écrit comme une trace, c’est-à-dire quelque chose qui livrerait son sens indépendamment du fait d’être regardé et interrogé. La trace tire en quelque sorte l’écrit vers son passé, elle en fait un outil de mémoire, alors que percevoir son réel pouvoir, c’est comprendre comment elle fomente une pensée et une conception du monde qui deviennent agissantes à partir de ce qu’elle propose.

  • 12 Je ne discute pas ici la question des matérialités multiples de l’écriture informatique. La notion (...)

37Chez cette théoricienne, la « pensée de l’écran » (Christin, 1995 : 6) est la condition essentielle de l’écriture, qui n’est ni une image comme une autre ni une simple transcription de la parole, mais un système de communication particulier qui repose sur la façon dont il convoque l’activité interprétative d’un lecteur-public. Il y a dès lors trois raisons pour lesquelles l’écriture ne peut être réduite à l’inscription (qu’elle est pourtant, sur le plan physique)12 ni encore moins à la trace : d’une part, elle procède d’abord de la lecture, ensuite le support et l’espace visuel qu’il offre font pleinement partie de son système symbolique, enfin les formes que l’écriture mobilise et engendre sont à la source d’une pensée active, qui ne s’élabore que quand les objets écrits sont rendus publics, offerts au regard et ouverts à la réécriture. Cet arrachement au motif de la trace (et non du tracé, on l’a bien compris) mène logiquement, chez une théoricienne conséquente et radicale, à la mise en question de l’écriture comme mémoire : une conception attachée pour elle à la culture alphabétique, qui réduit le signe écrit à la codification du déjà dit : « Que ce soit parce qu’elle offre le pouvoir de communiquer un message à distance […], qu’elle serve de véhicule à des dialectes ou à des langues de structure différente […], ce qui importe surtout aux créateurs et usagers de l’écriture pré-ou non-alphabétique est qu’elle soit le support, non d’une mémoire, mais au contraire de la nouveauté […] » (Christin, 2004 : 23-24).

  • 13 Cette thèse a été défendue par Jean Bottero. Emmanuël Souchier s’appuie, pour sa part, sur la reche (...)

38L’analyse que Emmanuël Souchier propose des entreprises cartographiques massives des « traces » sur l’Internet illustre bien ce point de vue, à propos d’un exemple d’actualité que nous avons déjà rencontré (Souchier, 2008). Il exploite les hypothèses des théoriciens actuels des origines de l’écriture qui, au lieu de relier celle-ci, comme on peut le faire dans une perspective « latourienne »13, aux nécessités économiques du calcul, la fait naître de la divination : en effet, pour qu’il y ait écriture, il faut que l’énonciation suppose une lecture, ou, pour le dire plus concrètement, celui qui écrit ne peut penser une écriture que s’il suppose quelqu’un qui sait déjà la lire. Si l’on suit cette hypothèse, c’est de la scrutation des objets censés porter le message des dieux (ciel étoilé, entrailles, carapaces, etc.) que naît la possibilité du geste, fort différent, de donner à lire des signes à d’autres hommes.

39Or, par-delà leur extrême technicité, les outils de la traçabilité contemporaines, atlas, panoramas et mappings de mondes sociaux qu’on suppose immergés dans la cybersphère, procèdent, dans leur esthétique, des écritures divinatoires. « Sur Internet, le cartographe produit des artefacts visuels, observe des correspondances à l’écran, les trie, les hiérarchise, établit des relations, et cela par le truchement d’outils logico-statistiques qui créent les signes mêmes qu’il va ensuite observer » (Souchier, 2008 : 103). Mais après tout, Carlo Ginzburg n’allait-il pas jusqu’à comparer le « paradigme indiciaire » au travail astrologique ? Attention, toutefois, si les signes paraissent pouvoir être des espions (« spie ») du social, il ne faut pas oublier que, comme « nous sommes tous des agents doubles » (Fabbri, 2003 : 110-129), le plus difficile est de savoir à quel monde nous appartenons…

  • 14 Projet ANR dirigé par Jean Davallon avec la participation d’équipes d’Avignon, de Paris 4, de Lille (...)

40En termes d’épilogue à ce parcours, de la trace à l’indice, à l’inscription et au tracé, nous pouvons revenir sur le projet de collecter les traces de l’identité sociale. C’est le projet du dernier programme de recherche auquel j’ai participé, le projet Tramedweb (Traces d’usage et médiations éditoriales dans les grands corpus du Web)14, que d’analyser le sens politique et culturel des grands rassemblements documentaires qui ont fleuri avec le « Web participatif ». Il s’agissait en l’occurrence de sites consacrés au tourisme et plus largement aux pratiques de visite de lieux et mobilisant des « traces d’usage » très hétérogènes de nombreux scripteurs de différents statuts. Les conclusions des équipes qui ont participé à ce projet me semblent corroborer l’importance des questionnements critiques ici développés. Il est certain que la prétention à drainer des traces sociales est la source de dispositifs de représentation d’autant plus puissants qu’ils effacent les médiations dont ils sont issus, en donnant à lire et à manipuler des objets « mis à plat » par le travail documentaire, l’industrialisation des formats et l’énonciation éditoriale des écrans. Il n’est pas moins vrai que des formes nouvelles de médiatisation se font jour, qui ont tendance à déconstruire bel et bien la culture du texte au bénéfice du fragment et la structure de la page au profit de patchworks permettant un basculement permanent entre des pratiques et des objets correspondant à des logiques de communication divergentes. On pourrait donc voir, à bon droit, dans ces objets, un triomphe de la forme indicielle minimale de l’information.

41Toutefois, réduire à cela ces écritures polyphoniques (polygraphiques) serait une erreur. En effet, tout montre en l’occurrence que l’écriture n’est pas seulement trace mais tracé, qu’elle produit du social au moins autant qu’elle en condense.

42On peut donner trois exemples de ces processus, qu’on peut rattacher au mouvement de l’archive (Foucault, 1969). Si les configurations textuelles complexes font place, en permanence, à une combinatoire de gestes énonciatifs minimaux, ce triomphe des « petites formes », loin d’effacer les processus de textualisation, impose une industrialisation sans précédent des formats d’écriture (Candel, Perrier et Souchier, à paraître). Si les processus complexes de délégation d’écriture permettent l’élaboration d’une figure du social, c’est bien le travail éditorial d’imposition de formes pour les fragments d’identité et la légitimation de représentations conformes du collectif qui crée cette nouvelle scénographie du social (Tardy et Davallon, à paraître). Si la construction documentaire permet l’élaboration d’une représentation des pratiques de lieu, l’organisation puissante d’une scénographie de l’écriture panoramique place au centre de la communication la pratique d’écriture elle-même et ses dispositifs au détriment des pratiques réelles des lieux, que la prétention d’un savoir total tient à distance de notre vue (Flon et Jeanneret, à paraître).

43Mais, finalement, Michel Foucault n’écrivait-il pas : « L’archive n’est pas ce qui recueille la poussière des énoncés redevenus inertes et permet le miracle éventuel de leur résurrection ; c’est ce qui définit le mode d’actualité de l’énoncé-chose ; c’est le système de son fonctionnement » (Foucault, 1969 : 171) ?

Bibliographie

Références bibliographiques

Arabyan M., Klock-Fontanille I. (dir.), L’écriture entre support et surface, Paris, L’Harmattan, 2005.

Barthes R., La chambre claire, dans Œuvres complètes, vol. 5, p. 785-891, Paris, Seuil, 2002 [1re éd. 1980].

Barthes R., Mythologies, dans Œuvres complètes, vol 1, p. 669-873, Paris, Seuil, 2002 [1re éd. 1957].

Bautier R., « Les réseaux de l’Internet : des artefacts bien (trop) vivants », Les enjeux de l’information et de la communication, 2007 (Texte en ligne : http://w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux/2007-meotic/Bautier/home.html).

Boutaud J.-J., Veron E., Sémiotique ouverte : itinéraires sémiotiques en communication, Paris, Hermès-Lavoisier, 2007. Candel É., Jeanne-Perrier V., Souchier E., « Petites formes, grands desseins : d’une grammaire des énoncés éditoriaux à la standardisation des écritures », dans Jean Davallon (dir.), L’économie des écritures sur le Web, Paris, Hermès-Lavoisier (à paraître).

Christin A.-M., « Espace et mémoire : les leçons de l’idéogramme », Protée, no 32/2, 2004, p. 19-28.

Christin A.-M., L’image écrite ou la déraison graphique, Paris, Flammarion, 1995.

Cukier A., « From Grammatology to the Living Body of the Undestander : Orality and Writing by Jacques Derrida in the Light of the Neuropsychological Point of Views on Reading and Empathy », colloque Oralité(s) et écriture(s), Université de Foggia, 10-12 juin 2010, Roma, Nuova Cultura (Actes à paraître).

Davallon J., Noël-Cadet N., Brochu D., « L’usage dans le texte : les ‘traces d’usage’ du site Gallica », dans Emmanuël Souchier, Yves Jeanneret, Joelle Le Marec (dir.), Lire, écrire, récrire : objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, Éditions de la BPI, 2003, p. 45-90.

Davallon J., Jeanneret Y., « The Discontinuities of Communication Links ». Culture and Communication, Proceedings of the 19th Congress of the International Association of Empirical Aesthetics, 29 août au 1er septembre 2006, Avignon, 2006.

Davallon J., « Objet concret, objet scientifique, objet de recherche », Hermès, no 38, 2004, p. 30-37.

Deleuze G., Pourparlers, Paris, Minuit, 1990.

Derrida J., De la grammatologie, Paris, Minuit, 1967.

Derrida J., La dissémination, Paris, Seuil, 1972.

Desrosieres A., La politique des grands nombres : histoire de la raison statistique, Paris, La découverte, 1993.

Duchet C., « Pour une socio-critique ou variations sur un incipit », Littérature, no 1, 1971, p. 5-14.

Fabbri P., Le tournant sémiotique, Paris, Hermès-Lavoisier, 2008 [1re éd. 1998].

Fabbri P., Elogio di Babele : traduzioni, trasposizioni, trasmutazioni, Rome, Meltemi, 2003.

Ferry J.-M., « Le paradigme indiciaire », dans Denis Thouard (dir.), L’interprétation des indices : enquête sur le paradigme indiciaire avec Carlo Ginzburg, Lille, Presses du septentrion, 2007, p. 91-102.

Flon E., Jeanneret Y., « Les modes de présence des lieux et de leurs pratiques dans l’écriture des sites de voyage », dans Jean Davallon (dir.), L’économie des écritures sur le Web, Paris, Hermès-Lavoisier (à paraître).

Foucault M., L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969.

Ginzburg C., « Réflexions sur une hypothèse vingt-cinq ans après », dans Denis Thouard (dir.), L’interprétation des indices : enquête sur le paradigme indiciaire avec Carlo Ginzburg, Lille, Presses du septentrion, 2007, p. 37-48.

Ginzburg C., « Traces : racines d’un paradigme indiciaire », dans Mythes, traces, emblèmes, mythologie et histoire, Paris, Flammarion, 1989 [1re éd. 1986], p. 268-286.

Harris R., Sémiologie de l’écriture, Paris, CNRS Éditions, 1996.

Jeanneret Y., « Prendre en considération l’aventure sémiologique », Hermès, no 48, 2007, p. 109-116.

Jeanneret Y., « Désigner, entre sémiotique et logistique » dans Ismaïl Timimi, Susan Kovacs, (dir.), Indice, index, indexation, Paris, ADBS Éditions, 2006, p. 17-36.

Jurdant B., « Le désir de scientificité », Alliage, no 41-42, 1999, p. 147-155.

Labelle S., « Le statut du local dans « la société de l’information » mondiale », dans Bruno Ollivier (dir.), Questionner l’internationalisation : cultures, acteurs, organisations, machines, Béziers, SFSIC/Jouve, 2004, p. 231-239.

Latour B., « Ces réseaux que la raison ignore : laboratoires, bibliothèques, collections », dans Marc Baratin, Christian Jacob, Le pouvoir des bibliothèques : la mémoire des livres en Occident, Paris, Albin Michel, 1996, p. 23-46.

Leleu-Merviel S., Useille P., « Quelques révisions du concept d’information », dans Fabrice Papy (dir.), Problématiques émergentes dans les sciences de l’information, Paris, Hermès-Lavoisier, 2008, p. 25-56.

Lotman J.-M., La sémiosphère, Limoges, PULIM, 1999.

Maigret É., Sociologie de la communication et des médias, Paris, Armand Colin, 2003.

Mattelart A., La globalisation de la surveillance : aux origines de l’ordre sécuritaire, Paris, La Découverte, 2007.

Parret H., « Vestige, archive et trace : présences du temps passé », Protée, no 32/2, 2004, p. 37-46.

Peirce C.-S., Écrits sur le signe, Paris, Seuil 1978 [posth].

Platon, Thééthète, Paris, Garnier-Flammarion, 1967 [368 bc].

Ricœur P., La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000.

Serres A., « Quelle(s) problématique(s) de la trace ? », Communication au séminaire Cercor, 13 décembre 2002 (Texte en ligne : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00001397/en).

Souchier E., « Internet : naissance d’une écriture divinatoire », Communication & langages, no 158, 2008, p. 93-106.

Souchier E. « L’image du texte : pour une théorie de l’énonciation éditoriale », Cahiers de médiologie, no 6, 1998, p. 137-145.

Souchier E. « L’écrit d’écran : pratiques d’écriture et informatique », Communication & langages, no 107, 1996, p. 105-119.

Tardy C., Davallon J., « La constitution de corpus d’identités entre calcul et témoignage », dans Jean Davallon (dir.), L’économie des écritures sur le Web, Paris, Hermès-Lavoisier (à paraître).

Tardy C., Jeanneret, Y. (dir.), L’écriture des médias informatisés : espaces de pratiques, Paris, Hermès-Lavoisier, 2006.

Tiercelin C., Peirce et le pragmatisme, Paris, PUF, 1993.

Thouard D., « L’enquête sur l’indice : quelques préalables », dans Denis Thouard (dir.), L’interprétation des indices : enquête sur le paradigme indiciaire avec Carlo Ginzburg, Lille, Presses du septentrion, 2007, p. 9-21. Lille.

Van Sevenant A., Écrire à la lumière : le philosophe et l’ordinateur, Paris, Galilée, 1999.

Veron E., La sémiosis sociale : fragments pour une théorie de la discursivité, Paris, Presses universitaires de Vincennes, 1986.

Notes

1 Pour une analyse de ce projet, cf. Serres, 2002.

2 J’ai choisi de renvoyer à plusieurs analyses que j’ai faites sur des questions impliquées par cette enquête générale, concernant le geste de désignation et la critique de la théorie peircienne de l’index, les relations entre logistique et sémiotique, les méconnaissances du projet sémiotique en communication et la critique du concept latourien d’« inscription ». Je n’ai pas repris in extenso ces analyses. Il pourra être utile pour le lecteur de s’y reporter. La discussion ici proposée s’inscrit en effet dans un projet plus vaste, qui concerne une économie politique de la trivialité étudiant les modes de collecte, éditorialisation et exploitation des productions circulantes.

3 Le concept de média ici mobilisé concerne dans toute sa diversité la production des dispositifs de médiatisation matérielle de l’acte communicationnel, du carnet à l’exposition.

4 Derrida : 1967 ; 1972.

5 Chez Derrida, le terme « différance » désigne un mixte du fait de produire du différent et de différer le sens, c’est-à-dire de l’ouvrir à un espace échappant au contrôle de celui qui parle.

6 L’anglais « tracking » (eye-tracking) signifie à la fois traçage et traque. Les deux termes sont d’étymologie différente (le trait, la piste) en français.

7 Le commentaire porte bien évidemment sur un discours manuélisé ; c’est la simplification nécessaire à ce produit éditorial pédagogique qui nécessite ce raccourci, qu’il serait erroné d’attribuer aux auteurs en tant que chercheurs. Pour une analyse plus approfondie de ce schème disciplinaire, cf. Jeanneret, 2007.

8 Site visité le 15 mai 2005 (http://www.webatlas.fr).

9 Une autre forme de délégation est décrite dans (Tardy et Davallon, à paraître).

10 Pour une analyse plus complète de cette question, cf. Jeanneret, 2006.

11 Le titre original de l’article de Ginzburg est : « spie : radici di un paradigma indiziario ».

12 Je ne discute pas ici la question des matérialités multiples de l’écriture informatique. La notion d’inscription n’en rend compte que partiellement (Cf. sur ce point Arabyan et Clock-Fontanille, 2005).

13 Cette thèse a été défendue par Jean Bottero. Emmanuël Souchier s’appuie, pour sa part, sur la recherche de Jean-Jacques Glassner.

14 Projet ANR dirigé par Jean Davallon avec la participation d’équipes d’Avignon, de Paris 4, de Lille 3, de Télécom-Paristech et de Paris 10.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search