Version classiqueVersion mobile

L’Homme trace

 | 
Béatrice Galinon-Melenec

Liminaire

L’universalité de la trace

Le xxie siècle, siècle de la trace ?

Béatrice Galinon-Mélénec

Note de l’auteur

Ce chapitre destiné à un public plus familier du vocabulaire en sciences humaines et sociales présente certaines des notions illustrées dans le précédent chapitre dans un vocabulaire plus spécifique.

Texte intégral

  • 2 Bergson H., Matière et mémoire, Presses Universitaires de France, 72e éd., 2008.

1Partant du principe que le passé nourrit le présent pour propulser l’Homme dans le futur, le titre de l’ouvrage L’Homme trace, qui renvoie aux traces de l’Homme, à leurs productions et à leurs interprétations, aurait pu s’écrire « L’Homme trace aujourd’hui son futur à partir de son passé » pour signifier que l’intelligence des événements se produisant après coup, la compréhension du passé, née au travers de ses traces, propulse dans le présent un ressort nouveau2.

  • 3 Comme expliqué infra dans « Fragments théoriques du signe-trace », dans le contexte théorique qui e (...)

2Dans la société contemporaine, la question de la traçabilité3 jouit d’un intérêt tout à fait considérable et de sphères d’application très diversifiées, et cela sans que ne soit réellement interrogée la signification de la trace. Il existe une forme d’entente muette sur le sens du terme, comme s’il allait de soi. Et c’est ainsi qu’aujourd’hui, dans tous les domaines professionnels, des personnes se spécialisent dans la production ou dans l’effacement de traces, dans leur collecte ou dans leur interprétation à partir d’approches tantôt qualitatives tantôt quantitatives. Cette approche superficielle de la trace laisse penser qu’il n’est point nécessaire de réunir des chercheurs de plusieurs disciplines pour aller au-delà de cette apparente simplicité. En fait, il apparaît pertinent de mettre en évidence en quoi l’interprétation de la trace relève d’une forme d’herméneutique visant à attribuer du sens à ce qui est observé.

  • 4 Cf. infra Martin-Juchat F. et Pierre J., « Facebook et autres sites de socialisation : une surveill (...)
  • 5 Sur cette question d’une lecture des objets contemporains à travers des sources anciennes, consulte (...)
  • 6 Cf. Perriault J., La logique de l’usage, essai sur les machines à communiquer, L’Harmattan, 2008.

3Par exemple, l’usage des nouvelles technologies de communication4 – dont Internet – trouve des réponses dans les traces laissées par l’Homme à travers son histoire5. C’est dire que l’inquiétude actuelle de la résurgence du passé dans le présent à travers les données numériques mérite d’être interrogée et replacée dans des analyses approfondies qui scrutent les traces laissées par l’Homme à chaque tournant décisif de son histoire ; par exemple – pour n’évoquer que les questions de communications à distance – au moment décisif de l’apparition de l’écriture ou de celui de l’imprimerie. À chaque étape, à chaque technique nouvellement découverte, s’observe l’empreinte de la technique sur les mentalités, les comportements, les modes de vie, les logiques d’usage et les modèles de connaissance6. Les rappeler et mettre en évidence que la trace existe en tous lieux, en toute matière et également en tout individu permet de situer cette nouveauté dans la permanence des processus qui construisent la trace humaine.

  • 7 Cf. infra Galinon-Mélénec B., « Fragments théoriques du signe-trace ».
  • 8 Cf. infra Lepastourel N. et Teste B. « Traces langagières en psychologie sociale de la communicatio (...)
  • 9 Bourdieu P., La distinction, critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

4Les inquiétudes concernant les traces laissées sur le Web ne devraient pas faire oublier que l’Homme traverse à chaque instant de sa vie des événements résultant d’interactions de systèmes complexes aussi bien individuels, que familiaux et sociaux, événements qui laissent des traces conscientes ou inconscientes dans sa matière corps, dans sa représentation du monde, dans ses comportements7 en général et dans son langage en particulier8. Ainsi à travers son histoire individuelle et sociale, chaque Homme développe une sensation spécifique qui lui donne plus ou moins d’appétence, d’appel gourmand pour tel ou tel aliment, pour telle ou telle boisson. Comment expliquer la saveur ressentie autrement que par la trace ? (Boutaud) Comment traduire le goût et l'image gustative à travers le langage (Boutaud). En ce sens, il serait possible d’énoncer que la coupure individu/société9 est un artefact, tant l’individu, nourri depuis sa naissance par ses interactions avec l’environnement humain et non humain, ne peut nier que son identité (Martin-Juchat, Pierre, Steck) contient ces traces d’interactions qu’elles soient en co-présence ou à distance.

  • 10 Cf. infra Steck B., « Flux et territoires : de la trace à la marque, une question de distance ». Gr (...)

5Ainsi, indispensable lien entre hier et aujourd’hui, la trace humaine se retrouve depuis l’origine de la présence de l’Homme sur terre. Incontournable, inhérente au temps qui passe, la trace de l’homme que ce soit à l’intérieur de lui (usure des organes, empreinte dans la mémoire consciente ou inconsciente, etc.) ou dans son environnement est partout. Car dans la mesure où il a une action sur son environnement – non humain comme humain, l’Homme le modifie peu ou prou, et en modifiant l’environnement interagit sur lui-même. Remarquons néanmoins que le fait que l’Homme laisse des traces de son passage10 ne signifie pas nécessairement qu’elles soient reconnues (repérées, observées, interprétées). Ainsi, l’humain porte au plus intime de lui-même des traces de son passé et ne les reconnaît pas nécessairement, alors même qu’elles agissent sur son action présente qu’il place ainsi également à l’abri de l’éphémère.

6Quand elle est repérée, la trace prend toujours sens dans une dynamique qui relie son contexte de production et d’interprétation. Car l’origine de la trace doit être également interrogée. En effet, elle peut être fabriquée de toutes pièces pour en jouer, créer de faux indices, lancer autrui sur des interprétations voulues. La justesse de l’interprétation se situe dans cette dynamique. Ainsi, même si une trace paraît figée dans sa matérialité, son sens se rejoue dans l’interprétation présente qui, elle-même, est trace de la perspicacité et de l’entendement de celui qui interprète.

  • 11 Cf. Jeanneret Y., « Complexité de la notion de trace. De la traque au tracé » et Groupe NU, Labiche(...)

7En ce sens, cet ouvrage lui-même est trace ; une trace matérielle : le livre ; et plus immatérielle : celle de l’état des connaissances des auteurs ou plus exactement du tri qu’ils en ont fait pour offrir au lecteur une approche logique et didactique de leur représentation de la trace. La lecture également est trace : trace du processus d’interprétation du texte11, trace des connaissances du lecteur.

  • 12 Cf. bibliographie en fin de chapitre.

8Plus loin encore, un examen de l’ensemble du vivant montrerait l’universalité de la trace. Ainsi, inhérente au vivant, elle aurait pu, depuis longtemps, être l’objet de nombreuses recherches et publications en sciences humaines. Ce n’est pas le cas. Par contre, trace de l’actualité du questionnement et peut-être indice d’une montée d’inquiétude, un certain nombre de recherches12 récentes l’ont choisie comme sujet d’étude. En contribuant à faire émerger un sens de la trace au croisement de différentes disciplines (sciences de l’information et de la communication, sciences du langage, psychologie sociale, informatique, sociologie, géographie), l’ouvrage L’Homme trace s’inscrit dans ce mouvement et participe de la compréhension de la trace dans une logique à la fois théorique et pratique.

Quelques facettes de la trace

9Compte tenu de l’universalité de la trace, les auteurs réunis dans cet ouvrage ne prétendent pas à l’exhaustivité dans la présentation des différentes facettes de la trace. Ils s’attachent plus spécifiquement à en caractériser certains traits en les plaçant en perspective. Nous les présentons ici brièvement tout en renvoyant, entre parenthèses, aux auteurs qui les analysent dans leurs chapitres et en signalant, par l’italique, les termes qui sont réunis dans l’index de fin d’ouvrage, cet index ayant pour objectif de permettre au lecteur de saisir la déclinaison du sens des termes utilisés.

La discontinuité matérielle

10En premier lieu, la question est de repérer la nature de la trace : est-elle de l’ordre de la matérialité ? (Jeanneret). Si oui, comment alors expliquer le raisonnement du détective qui interprète le fait qu’il n’y ait aucune empreinte – au sens pris dans le contexte policier – dans un lieu habituellement fréquenté par l’Homme ? Dans ce cas, l’absence de trace est interprétée comme une trace, la trace d’un effacement volontaire et donc la trace du passage d’un effaceur de trace. Ainsi, ce qui attire l’attention de l’enquêteur, c’est la discontinuité : à cet endroit précis, il devrait y avoir des traces du passage de l’Homme – elles sont présentes partout ailleurs – et, à cet endroit précis où il y a des raisons de s’interroger sur ce qui s’est passé, ces traces sont absentes.

11Cette association de la trace à la mobilité naturelle de l’Homme et aux traces qu’il laisse sur son passage sera déclinée dans l’ouvrage dans différents chapitres de chercheurs géographes (Steck, Lesourd) ou sociologues (Bernardot) ou en sciences de l’information et de la communication (Gramaccia). Avec ces auteurs, il apparaît que la question de savoir qui peut vouloir effacer la trace de tout passage renvoie non seulement à une personne mais aussi à des organisations et des institutions (Gramacia, Bernardot), institutions qui peuvent vouloir fixer la trace d’un événement qu’ils souhaitent valoriser aux travers de marques symboliques visibles et dont le sens perdure dans le temps (Gauthier).

  • 13 Cf. infra Jeanneret Y., « Complexité de la notion de trace. De la traque au tracé ».
  • 14 Ibid.

12Cette interprétation – qui présuppose une relation de causalité, nous y reviendrons13 – introduit également la question de la différence à établir entre trace, indice et signe14. Cette distinction explorée depuis longtemps par des sémiologues qui la situent ici dans une approche épistémologique (Jeanneret, Boutaud) reste relativement peu familière à des chercheurs d’autres origines disciplinaires. Si le premier analyse ici les traces artefacts (c’est-à-dire les traces portées par les objets matériels) et laisse au second les traces portées dans et par le corps, les deux auteurs offrent une traversée bibliographique qui fournit des outils non spécifiques à leur discipline de compréhension de la trace.

Le pré-supposé interprétatif

  • 15 Pour la question de l’enjeu de la disparition des traces, nous renvoyons aux chapitres de l’ouvrage (...)
  • 16 Effacer le signe-trace pour effacer la reconnaissance de la trace est le souhait des meurtriers com (...)
  • 17 Cf. infra Monseigne A., « L’homme interactionniste en politique ».

13Dans le contexte sémiotique, la disparition d’une trace15 peut être interprétée comme un indice plaidant en faveur d’une mise en scène. L’absence de trace prend alors, paradoxalement, la forme d’une trace, l’indice d’un effacement16. Autre exemple, s’il est interprété que tous les signes sont placés dans un objectif d’identification, que leur caractère est démonstratif17 et qu’ils sont là pour produire un sens voulu, c’est qu’il y a en amont une hypothèse interprétative selon laquelle il peut s’agir d’une mise en scène soigneusement orchestrée.

  • 18 Cf. infra Galinon-Mélénec B., « Fragments théoriques du signe-trace » et « Du diagnostic médical au (...)

14Cependant, la réalité étant un entrelacement complexe de signes, toute simplification laisse transparaître, en creux, la trace de l’effacement de signes-traces18. L’effacement de signes-traces portant de l’ombre à la visibilité des signes volontairement mis en avant pour induire du sens peut être envisagé (Monseigne). Trop peu de signes-traces peut donc devenir un signe invisible-visible, un langage muet mais signifiant. Passant d’une analyse de la trace à l’indice, il deviendra possible d’en examiner une circularité aboutissant à la notion de signe-trace (Galinon-Mélénec).

L’indétermination du signe

  • 19 Hume, (1947), Enquête sur l'entendement humain, Aubier Montaigne pour la traduction, Flammarion, 19 (...)

15Pour reprendre l’exemple de l’enquête, le signe (l’absence de trace) n’est signifiant que pour le détective et encore pas pour n’importe lequel d’entre eux. Pour l’un d’entre eux ; celui qui indexe (Jeanneret) le signe à une représentation des comportements d’un habile coupable dont l’objectif est de manipuler des traces pour faire obstruction au dévoilement de la réalité des faits. Ainsi indexée, la disparition des traces de passage apparaît-elle aux yeux du détective comme le signe-trace (Galinon-Mélénec) d’une continuité comportementale. Le détective a l’expérience de ce comportement chez 1, 2, 3,….n coupables. Par un processus d’induction bien connu (Hume19), cette indexation corrobore l’interprétation d’un événement artificiellement construit, d’un artefact.

L’inscription mémorielle

  • 20 Par exemple : http://www. ina.fr/sciencesettechniques/espace/video/CPF86601499/apollo-11-premiers-p (...)

16Cependant, malgré cette volonté de disparition de traces liées à la réalité d’un événement passé, il peut exister d’autres traces, des traces de traces : un enregistrement vidéo ou audio à partir de matériels dont l’existence était inconnue du coupable. Cette mémoire matérialisée de l’événement constitue une autre forme de trace, qui, elle, est obligatoirement associée à une inscription (Jeanneret, Labiche, Holzem, Groupe Nu) matérielle. Dans d’autres contextes, entrent dans cette taxinomie les archives que le support soit de type relativement ancien (lettres, livres, journaux, émissions de télévision20, etc.) ou plus moderne (traces laissées sur le Web), le média n’échappant pas aux processus décrits et portant en lui la trace indicielle (Boutaud) des systèmes qui l’ont produite.

17Ces traces peuvent également être effacées ; mais plus difficilement. D’où la prudence de tout individu dans la mémoire duquel reste gravée la devise « les paroles s’envolent, les écrits restent ».

  • 21 Pour des illustrations de la question du lien entre traces, traçabilité et développement des techno (...)
  • 22 Ici le terme « enquêteur » renvoie à tout individu à la recherche de traces, d’indices.
  • 23 Sur l’analyse des traces laissées sur le Web, cf. infra le Titre I de l’ouvrage et en particulier l (...)

18Plus les destinataires sont nombreux ou incontrôlables, plus il convient d’être prudent. Ainsi, les traces qui circulent sur Internet21, de par leur caractère de mondialisation potentielle, rendent l’effacement sinon impossible du moins très difficile. Ces traces font l’objet d’un examen attentif des « enquêteurs22 » à la recherche d’indices plaidant à la faveur de l’une ou l’autre interprétation23.

L’implicite temporo-causal

19Dans la perspective de recherche de preuves, on voit que la trace s’inscrit dans un rapport de causalité intégrant une dimension temporelle : la continuité et la succession entre présent et passé. On voit également que ce qui est en cause est l’existence présente d’un phénomène qui renvoie à l’existence passée d’un autre phénomène, une dimension résiduelle (Gauthier) et que ce renvoi n’est possible que parce que celui qui observe la trace (l’empreinte sur une arme de doigts autres que ceux du supposé suicidé) corrèle le phénomène présent (observation immédiate) avec le phénomène absent (la présence d’un tiers ayant touché l’arme). Remarquons également que les traces laissées par ce tiers n’indiquent pas nécessairement que cet individu soit coupable d’un meurtre. Aboutir à déterminer qui est le présumé coupable nécessite d’associer raisonnement et intuition dans un processus dynamique qui met en jeu des systèmes multiples individuels – les personnes en interactions – et sociaux – modalités de l’enquête, légitimité de l’enquêteur, système juridique, etc. Le résultat, comme tout produit d’interactions communicationnelles, comprend la trace de la relation dominant/dominé (Bernardot, Galinon-Mélénec, Gramaccia, Lesourd) qui peut-être implicitement ou explicitement significative de trace des pouvoirs institutionnalisés (Gauthier, Gramaccia).

  • 24 De plus, dans la recherche des traces de l’histoire de l’Homme se joue une dimension identitaire su (...)

20S’éloignant de l’illustration de la recherche de traces par le détective, celle de l’archéologue à la recherche de vestiges matériels (bâtiments, outils, poteries, armes, vêtements, pièces de monnaie) ou humains (crânes, os, etc.) de ce qu’a produit l’Homme ou de l’Homme lui-même au cours de l’histoire de l’humanité présente d’autres avantages. Il met en évidence la nécessité de faire appel à des systèmes interprétatifs différents (sciences humaines, sciences de la terre, sciences naturelles...) pour interpréter la trace24. Il donne ainsi une mesure de l’interprétation de la trace placée au nœud de l’entrelacement de différents systèmes. Il montre aussi que le clivage entre passé et présent est une sorte d’artefact dans la mesure où ce qui se joue dans l’interprétation c’est l’interaction entre le passé et le présent. Dans cette perspective, la trace gagne une dimension dynamique qui la place à l’interface des systèmes directs (personnes et environnement immédiats qui interagissent dans cette production) et indirects (contexte économique, culturel, etc.) qui la produisent.

Des contours à définir

  • 25 Cf. infra les chapitres des auteurs sémiologues de la communication (Jeanneret et Boutaud) et la co (...)

21Quelles que soient les disciplines, la trace reste polysémique et n’est pas ici revendiquée comme concept car le degré de contrôle épistémologique de son usage semble encore insuffisant. Pour aboutir au statut de concept, la trace – ici présentée dans une diversité disciplinaire voulue – aurait dû systématiser le dévoilement des préconceptions théoriques à l’origine, la « grammaire générative » (Chomsky) des énoncés des chercheurs. Or, les disciplines ne sont pas égales quant à l’avancée des travaux relatifs à la trace. Et si des sémiologues présents dans l’ouvrage en connaissent depuis longtemps la pluralité de sens25, d’autres chercheurs ont avec cet ouvrage initié leur questionnement.

22Aussi nous contenterons-nous – dans une étape provisoire – d’attribuer à la trace le statut de notion et d’en examiner les usages par les différents auteurs. Nous disons bien « auteurs » et non pas « disciplines » car au sein même des disciplines des divergences existent. Par exemple au sein des sciences de l’information et de la communication (SIC), le rôle de l’approche interprétative est pour les uns, incontournable (Jeanneret, Boutaud), alors que pour les autres elle s’oppose au statut de l’objectivité des faits (Gauthier).

Itinéraire

23L’usage de la notion de trace ne pouvant donc être assimilé à une spécification disciplinaire et les contraintes éditoriales nous conduisant à des regroupements, le sommaire s’articule sur une autre logique. Partant d’une conception de ce qui est longtemps apparu comme le propre de l’Homme, le langage, (Titre I), la présentation des facettes de la trace suit un itinéraire qui interroge l’interaction entre l’intériorité et l’extériorité de l’Homme via le corps (Titre II) et s’élargit à diverses dimensions historiques, politiques et spatiotemporelles des usages sociaux de la trace (Titre III).

I. Le langage

24Dans ce titre, nous « traquerons » (Yves Jeanneret) le sens du mot « trace », nous explorerons l’usage de l’utilisation de l’écriture via le numérique (Groupe NU, Fabienne Martin-Juchat et Julien Pierre) et nous nous demanderons comment la psychologie sociale aborde les traces langagières (Nadia Lepastourel et Benoît Testé).

1. Complexité de la notion de trace. De la traque au tracé, Yves Jeanneret26

  • 26 Cf. bibliographie de l’auteur.
  • 27 Revue de la littérature comprenant – entre autres références – les écrits de R. Barthes, d’A. M. Ch (...)

25À partir d’une définition provisoire selon laquelle « la trace est un objet inscrit dans une matérialité que nous percevons dans notre environnement extérieur et dotons d’un potentiel de sens particulier », Yves Jeanneret se propose en premier lieu de la spécifier comme la capacité dans le présent de faire référence à un passé absent mais postulé. Puis, tout en considérant ses usages en discours en tant qu’opérations produisant ou occultant des savoirs, il s’interroge sur le fait de qualifier de « trace » certaines productions communicationnelles ; jusqu’à quel point est-ce pertinent ? Sur quelles difficultés débouche cet usage ? Sa « traque » du sens de la trace le conduit à offrir au lecteur une revue de la littérature27 sur le sujet. La naturalité apparente de la trace tombe alors au profit d’une compréhension complexe qui situe cette notion au regard d’autres plus ou moins déjà explorées : le signe, l’indice, l’index, l’inscription, les tracés, etc. Tout en limitant l’analyse aux « médias dans les situations et dispositifs de communication où la trace est exploitée pour sa valeur de représentation du monde et de support de l’énonciation », l’auteur contribue ainsi à une spécification de la trace qui dépasse largement les champs d’application exposés.

2. Les interactions homme-machine : La trace en perspective, Groupe NU28, Jacques Labiche, Maryvonne Holzem

  • 28 Cf. bibliographie des auteurs.

26Ces auteurs qui constituent une communauté auto-dénommée indisciplinaire de chercheurs des Universités de Rouen et de Caen, analysent comment les systèmes numériques actuels (interface de dialogue, bases de données,…) conduisent à une interaction système/utilisateur forcément appauvrie, parce qu’ancrée dans un environnement prédéfini propre à produire des réponses sous forme de thésaurus qui réorientent la question de l’utilisateur. Observant qu’à des requêtes en langue naturelle, le système répond en termes de requêtes acceptables par lui-même, les auteurs remettent en question la pertinence de ce fonctionnement et jettent les bases de la conception d’un environnement numérique de travail (E.N.T.) capable de s’enrichir d’apports successifs dus à des interactions de plus en plus denses et complexes. Ils s’interrogent à la fois sur la nature du couplage sujet / environnement / informatique et sur l’interprétation textuelle à l’œuvre en navigation intertextuelle (herméneutique numérique). Ils cherchent à définir de nouvelles approches pour les échanges de contenus en reconsidérant les interfaces cognitives et interactives à mettre en œuvre pour l’accès à ces contenus, surtout lorsque la collection de documents augmente en masse. Ces questions théoriques sont abordées à partir d’observations portant sur des documents ayant trait au droit du transport et à la logistique pour la gestion des risques.

3. Facebook et autres sites de socialisation : une surveillance librement consentie, Fabienne Martin-Juchat29 et Julien Pierre30

  • 29 Cf. bibliographie de l’auteur.
  • 30 En thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication depuis 2009 à Grenoble III (...)

27Ces deux chercheurs en sciences de l’information et de la communication (SIC) observent l’adoption massive de sites de socialisation (facebook, twitter, etc.) par une catégorie d’Internautes et s’interrogent tant sur les motivations que sur les enjeux de ces traces. Ils inscrivent ces pratiques dans un processus identitaire complexe, entre récit auto-documenté et réputation auprès des pairs. Pour les appréhender, ils croisent une approche psychosociologique et une approche issue de l'interactionnisme symbolique. À l’examen de la facilité d'accès des traces mises en ligne, du maillage du graphe social du membre et du risque de consultation par des tiers non sollicités, ils s'interrogent également sur la tension entre la trace et l'oubli, entre la logique de transparence (consciente ou non) et la logique de surveillance (verticale ou transverse). À travers un dispositif d'observation participante et une série d'entretiens menée auprès d'apprentis et d'acteurs périphériques (en entreprise ou en formation), ils observent comment l'utilisation de Facebook (notamment) peut conduire à une forme de surveillance librement consentie, à partir de l’hypothèse d’une indifférence au regard des enjeux. Ils remarquent que ce manque de conscience (politique et comportementale) oblige à l'apprentissage d'une compétence sociale nouvelle, caractéristique des phases de développement des technologies de l’Information et de la Communication (TIC) telles qu'elles avaient été précédemment identifiées lors de l'émergence des messageries d’entreprise. Le constat du développement du contrôle de l'identité numérique les conduit à poser les questions de sécurité, d'éthique et de construction de soi.

4. Traces langagières en psychologie sociale de la communication, Nadia Lepastourel31 et Benoît Testé32

  • 31 Cf. bibliographie de l’auteur.
  • 32 Cf. bibliographie de l’auteur.

28Ce chapitre propose un aperçu des recherches en psychologie sociale de la communication portant sur les « traces langagières » insérées dans les discours. L’objectif général est de dresser une revue des principaux auteurs mettant en évidence d’une part, la présence dans le discours de traces révélatrices des appartenances sociales des locuteurs, de leurs attitudes vis-à-vis de l’objet du discours ou des buts de leurs communications et, d’autre part, le fait que ces traces langagières affectent la réception des discours, les attitudes des récepteurs, leurs jugements et l’évaluation des messages. La notion de trace renvoie ici principalement à la forme des énoncés langagiers, à leur structure, par opposition au fond sémantique. Les approches privilégient les recherches en psychologie qui envisagent les traces langagières comme des indices liés à des processus cognitifs et comme dépendant du contexte social dans lequel les discours sont produits.

II. Le corps comme entour sémiotique

29La corporéité caractérise la condition humaine. Aussi apparaît-il difficile d’éviter les questionnements induits par cette dimension qui influe non seulement sur nos perceptions – au travers des sens – mais aussi sur nos comportements, c’est-à-dire sur les interactions entre l’Homme et son environnement. Ainsi, Jean-Jacques Boutaud et Stéphane Dufour se demandent-ils comment se construit la sensation intime du goût, quelles manifestations sensorielles elle recouvre, et comment décrire et surtout communiquer aux tiers la sensation ressentie. Béatrice Galinon-Mélénec, elle, scrute la notion de « signe-trace », transversale de son point de vue à tous les signes, et en propose une illustration à partir de l’analyse de situations de « souffrance au travail » décrites par des « médecins du travail », souffrance pouvant aboutir au suicide, atteinte ultime au corps vivant. À sa suite, Annick Monseigne, consultante en communication politique, nous propose de déplacer notre compréhension de la communication politique, en la situant dans l’approche de l’échoïsation corporelle de « signes-traces ». Enfin, Christian Papilloud, montre comment le corps du passant ordinaire peut devenir la cible d’individus qui ont pour simple objectif d’en faire, via les images transmises par téléphone mobile, un spectacle plus ou moins porteur de violences corporelles.

1. L’indicible et l’indiciel : Empreinte gustative et trace figurative, Jean-Jacques Boutaud33 et Stéphane Dufour34

  • 33 Cf. bibliographie de l’auteur.
  • 34 Cf. bibliographie de l’auteur.

30Deux chercheurs en sciences de l’information et de la communication travaillent ici « le discours sur le sensoriel », devenu un lieu commun de la communication individuelle, de la communication publicitaire, du marketing sur le lieu de vente ou de la communication événementielle. La motivation première de ce discours est de toucher le sujet, de l'atteindre, par un contact indiciel avec le monde, faisant d'abord appel aux sens, aux sensations, avant l'émergence du sens lui-même. Un contact indiciel à travers lequel s'effacerait la médiation, à moins que la médiation ne garde ou ne porte en elle quelque trace indicielle de contact avec l'objet. Ce phénomène est plus marqué encore lorsqu'il s'agit de communiquer sur les sens, les objets ou les domaines sensoriels, comme le goût, l'attrait du parfum ou l'enchantement sensoriel lié à l'expérience. Une hypothèse est que la communication gagne en intensité, en profondeur aussi, dès qu'elle cherche, dans ses vertus expressives, les moyens de garder la trace de l'expérience première, directe, ou qu'elle travaille ses formes expressives comme autant d'empreintes pour concevoir une expérience à reconstruire. L'empreinte, la trace, l'indice – les auteurs démêlent ici le fil de ces manifestations sensibles et expressives – les engagent à décrire des stratégies figuratives (images, objets, espaces, situations, etc.) qui maintiennent ou créent un lien somesthésique, synesthésique, avec la sensation d'origine ou les manifestations sensorielles inscrites dans la visée de la communication. Le goût et l'image gustative vont nourrir cette réflexion sur l'indicible et l'indiciel, les possibilités de rendre visible et sensible, le propre de la notion intime du goût.

2. Du diagnostic médical au diagnostic social, Béatrice Galinon-Mélénec35

  • 35 Cf. bibliographie de l’auteur.

31L’auteure part d’un exemple, le diagnostic médical, pour introduire la notion de « signe-trace » qui sera théorisée dans le chapitre suivant. Le point de départ : une situation banale, la consultation pour cause de fatigue. Ce symptôme est considéré comme un signe-trace. L’auteur montre la difficulté de répondre à la question « trace de quoi ? ». L’élargissement progressif des interrogations est l’occasion de montrer l’enchevêtrement des causalités et la difficulté de la justesse interprétative. La pertinence de la question apparaît d’autant plus grande que le nombre de cas de suicides en contexte professionnel oblige médecins et chercheurs en sciences humaines et sociales à s’associer pour interpréter ces signes-traces.

32Pour analyser les cas limites de stress en milieu professionnel, l’auteur introduit des notions nouvelles : les « Normin » (normes internes) et les « Normex » (normes véhiculées dans l’environnement). Elle analyse comment leur mise en contact et en interaction produit tantôt de l’insertion (dans le cas envisagé, il s’agit d’insertion professionnelle, de recrutement), tantôt des tensions (se traduisant par des conflits au travail), tantôt des exclusions directes (menaces de licenciement) ou indirectes (harcèlement visant à produire de l’auto-exclusion). Elle situe le seuil critique qui fait passer l’individu du supportable à l’insupportable dans le passage au « Désanorm » (désajustement entre Normin et Normex) et dans l’impossibilité de pouvoir envisager des lieux où le réajustement soit possible. À l’occasion de cette analyse, l’auteure montre que les signes-traces ne sont pas le fait des seuls comportements des personnes physiques, mais également des comportements des personnes morales (au sens juridique d’organisation) et du corps social en général.

3. Fragments théoriques du signe-trace, Béatrice Galinon-Mélénec

33L’auteure propose de rapprocher les termes signe et trace en « signe-trace » en vue de signifier que le processus qui a produit le signe est présent dans le signe. Cette proposition explore quelques-uns des paramètres présentés dans l’ouvrage. Pour l’auteure, en devenant « signes-traces », les paramètres renvoient, en infra, à l’histoire qui les a construits et s’intègrent, en supra, dans une matrice dont la résolution produit un signe-trace résultant.

4. L’homme interactionniste en politique, Annick Monseigne36

  • 36 Cf. bibliographie de l’auteur.

34Annick Monseigne, consultante en communication politique et docteur en sciences de l’information et de la communication, présente ici une étude de terrain ayant abouti à montrer l’importance des situations informelles d’interactions maire/citoyens par rapport aux discours construits par le maire et ses conseillers en communication à propos de la participation. Dans l’observation de la perception par le citoyen de l’expression, formelle et informelle d’un maire revendiquant une démarche de participation, le rôle de l’échoïsation corporelle des signes-traces en interaction apparaîtra essentiel. Sans nier ni la probable stratégie par les Hommes politiques (en particulier les Hommes politiques à dimension nationale par opposition à une dimension locale) de la mise en visibilité contribuant à la qualification de ces signes, ni l’indicidabilité interprétative fondamentale, elle tente de repérer le rôle de la proxémie dans ses dimensions concrète et abstraite dans leur interprétation et leur qualification par les citoyens.

5. L’intégration sociale par la traçabilité, Christian Papilloud37

  • 37 Cf. bibliographie de l’auteur.

35Christian Papilloud, sociologue, s’intéresse au développement de la traçabilité humaine via la miniaturisation des technologies contemporaines et la généralisation de l’usage de l’ordinateur personnel ou du téléphone portable. Il analyse cette émergence de la systématisation du contrôle médial (contrôle du rapport des acteurs sociaux à leur environnement par recours à une technologie digitale) en s’interrogeant sur les implications du résultat d’une traçabilité qui n’est plus l’instrument privilégié d’un appareil institutionnel chargé de traquer la déviance. Pour illustrer son analyse, il prend l’exemple du happy slapping, initialement « joyeuse baffe » technologiquement orchestrée, devenu au fil du temps un acte de violence physique filmé, perçu par les délinquants comme une mise en spectacle de leurs actes de délinquance, spectacle diffusé en instantané par le téléphone portable. Toute personne détentrice d’un téléphone portable devient donc potentiellement dangereuse. Faut-il supprimer le téléphone portable pour autant ? Évidemment, non. Il convient plutôt d’examiner les motivations des slappeurs, les réactions de leurs victimes, et le rôle possible des systèmes personnels (les questions d’identité, de représentation de soi, d’appartenance à un groupe) et sociaux (la police, la justice, les organisations d’intégration sociale, etc.). La question centrale devient alors la capacité et la volonté des particuliers à rester traçables afin que l’ordre social puisse être assuré via un contrôle médial généralisé.

III. Mobilité, traces, marques et intentionnalité

  • 38 Cette tension pourrait également être analysée comme provoquant un nomadisme moderne : le nomadisme (...)

36La mobilité a toujours participé à l’histoire de l’Homme, ne serait ce que pour trouver la nourriture nécessaire à sa survie. Ce ne sera qu’avec l’agriculture qu’il pourra s’offrir le privilège de la sédentarité. Avec l’apparition des lieux où il se fixe, l’Homme va devoir répondre à de nouveaux problèmes : identification des lieux et des Hommes qui y sont associés, communication, transports etc. L’Homme n’est pas seulement un petit poucet laissant derrière lui des traces, repères territoriaux lui permettant de revenir sur ses pas, il est aussi celui qui rêve d’un ailleurs où « l’herbe serait plus verte », cette analogie ne se référant pas seulement aux ressources du sol mais également aux conditions économiques et culturelles d’existence. Poussé ainsi vers l’ailleurs, l’Homme conditionné par sa corporéité s’inscrit incontestablement à chaque instant dans un lieu défini. Ainsi en tension permanente entre l’ici et maintenant et l’ailleurs, il retrouve sa mobilité initiale38. Comme toujours, dans ses déplacements, il laisse volontairement ou involontairement des traces et établit des marquages, souvent volontaires, de son passage. Pour les auteurs réunis ici, la distinction entre trace et marque est centrale. Les différentes disciplines convoquées en précisent les enjeux sociaux : les uns (Steck, Lesourd) l’analysant à partir de notions transversales aux géographes (territoires, mobilité, etc.), les autres à partir de la dimension institutionnelle (Gramaccia, Gauthier, Bernardot).

1. Flux et territoires : de la trace à la marque, une question de distance, Benjamin Steck39

  • 39 Cf. bibliographie de l’auteur.

37Pour Benjamin Steck, l’homme du passé était strictement configuré par une territorialité de proximité, peu importe qu’il fût sédentaire ou nomade. Il était d’ici ou de là-bas. La révolution des transports a réduit les dimensions du monde et celle des moyens de communication, a accéléré les flux d’informations et permis leur diffusion immédiate en temps réel. Les migrants contraints ou volontaires, pauvres ou riches, du Nord ou du Sud, disposent désormais d’instruments pour configurer le monde autrement que les générations précédentes. L’être humain peut prétendre à une sorte d’ubiquité où l’ici et le là-bas ne se distinguent plus aussi nettement qu’ils ne le faisaient. Dans le temps même de son action particulière, bien que strictement géo-référencée, l’être humain entre en relation quasi permanente avec l’ailleurs, pourtant physiquement éloigné. Son identité en est profondément transformée. Elle n’est plus seulement une question de construction territoriale de proximité. Elle est une identité réticulaire, un système de lieux mis en relation, par delà la distance qui les sépare. La continuité n’est plus dans la contiguïté. Elle est dans la circulation. Ces déplacements qui font système laissent des traces de leur passage sur les territoires parcourus. Ces traces relèvent de l’éphémère intrinsèque au mouvement. Mais l’être humain ne peut pas être que mouvement et son ancrage territorial qui le stabilise dans un cadre de repères consubstantiel à son existence nécessairement spatialisée, laisse des marques, formes urbaines, structures agraires, marchés, lieux du sacré… C’est cette articulation entre l’enracinement et le passage qui forge aujourd’hui les territoires.

2. Les institutions de la médiation symbolique en quête de l’Homme-trace, Gino Gramaccia40

  • 40 Cf. bibliographie de l’auteur.

38Pour Gino Gramaccia, la trace mérite d’être interrogée au regard de l’institution ou plus exactement du déclin d’une institution qui perdrait son modèle de référence originel, l’institution religieuse et son corollaire, le sacré, pour se dégrader en modèle organisationnel. Celui qui aux yeux de l’institution est un profanateur, un intrus, apparaît comme « en trop ». Son passage laisse des traces qui le désignent comme intrus. Dans cette optique, la trace est une métaphore de la bavure, un analyseur, un incitateur qui pousse l’institution à réagir. À partir de l’institution comme repère programmatique et des analyses de Dubet, Lourau et Lapassade, Gino Gramaccia analyse le rapport de pouvoir qui s’installe entre l’intrus (le sans-papier, le migrant, le précaire), son partisan et l’institution dont le fonctionnement se délite pour tendre vers un modèle organisationnel qui fait de la traçabilité une référence majeure.

3. Les distinctions honorifiques en tant que traces institutionnelles, Gilles Gauthier41

  • 41 Cf. bibliographie de l’auteur.

39Gilles Gauthier étudie les distinctions honorifiques (ordres, décorations, médailles, prix, etc.) et les situe en tant qu’atrophies de pouvoirs institutionnels. À ce titre, elles peuvent être conçues comme des traces : des résidus purement symboliques vidés de tout droit et de toute exigence véritables.

40Les distinctions honorifiques constituent néanmoins des faits sociaux dont il peut être d'un certain intérêt de connaître la nature et de comprendre la construction. Le problème à la fois ontologique et épistémologique qu'elles posent peut être formulé comme suit : Comment une communauté humaine parvient-elle à édifier une instance sociale suffisamment consistante et donc parfaitement repérable qui reste par ailleurs totalement formelle, sans dénotation effective et même sans visée référentielle ? Si, comme le pense Derrida « Une trace ineffaçable n'est pas une trace », comment concevoir la permanence des distinctions honorifiques ?

4. Traces coloniales. Le « Blanc » et « l’Indigène », regards-traces croisés dans la mondialisation, Michel Lesourd42

  • 42 Cf. bibliographie de l’auteur.

41Que reste-t-il du regard colonial ? Au delà des rapports inégalitaires fortement repérés, Michel Lesourd se demande si la troisième mondialisation a effacé les représentations mises en place, organisées et véhiculées par les pouvoirs des États coloniaux lors des deux premières mondialisations de l'Europe.

42La mobilité planétaire – non seulement celle des migrants réputés pauvres, en quête d'emploi dans les pays développés mais aussi celle des riches, celle des élites ou des classes moyennes qui circulent entre les métropoles mondiales pour des raisons de loisirs ou professionnelles – crée de nouvelles représentations des hommes et des sociétés. Les souverainetés politiques se sont renforcées, les capacités économiques « au Sud » ont transformé des régions entières. Mais la planète nomade est aussi celle des capitaux, des communications virtuelles de l'information en temps réel, des circulations multiples. Ces mobilités ont produit un nouveau regard.

43Michel Lesourd interroge ce regard post colonial, celui du Nord comme celui du Sud. Quel regard la mobilité, la mondialisation financière et la révolution des TIC – avec leurs effets de pouvoir, de contrôle et de domination – génèrent-elles en ce début du XXIe siècle ? Chez l'homme au Nord et l'homme au Sud ? Chez l'ancien colonisateur comme chez l'ancien colonisé ? L’analyse qui privilégie l'axe de la relation Europe-Afrique, non seulement francophone, mais aussi lusophone et anglophone, se base sur quelques textes fondateurs et sur l'étude de l’impact des technologies de l'information et de la communication. Michel Lesourd s’attache ici à préciser la permanence et la mutation du regard colonial individuel et collectif, en le situant comme base du mode de relation entre sociétés africaine et européenne.

5. À la recherche des sans-traces : cultures, espaces et citoyennetés, Marc Bernardot43

  • 43 Cf. bibliographie de l’auteur.

44La contribution de Marc Bernardot interroge les conséquences théoriques et politiques de la difficulté, voire de l’impossibilité, de certains groupes sociaux de laisser des traces durables dans la culture, dans l’espace et comme citoyen. Il revient tout d’abord sur les réflexions épistémologiques de certaines disciplines comme l’archéologie ou l’histoire à propos de l’étude de groupe (les paysans du Moyen Âge, les pauvres de l’époque moderne ou les peuples sans écriture), puis examine comment cette question de l’étude des traces – appliquée aux catégories populaires, aux parias et aux migrants – est abordée par les sciences sociales contemporaines (sociologie, science politique, anthropologie). Enfin, il analyse en quoi les modèles actuels de prise en charge et de contrôle de ces groupes contribuent à cette absence de traces, dans l’espace de la ville, de la culture et de la citoyenneté, à partir d’une double action dialectique de visibilisation victimaire et d’invisibilisation des menaces.

Conclusion

45Cet itinéraire – qui ouvre la voie de l’expression conjointe de chercheurs de diverses disciplines – permet au lecteur de situer les points de convergence et de divergence des sciences humaines et sociales convoquées. Mais, au-delà de leurs différences, les auteurs s’inscrivent dans une conviction commune : il existe bien un « Homme trace » qui porte en lui et hors de lui la déclinaison multimodale de la complexité, et l’interprétation de ses traces suppose de replacer le sens au cœur de l’entrelacement de systèmes complexes en interactions.

Bibliographie

Références bibliographiques

Arnaud M., Merzeau L. (dir.), Hermès, « Traçabilité et réseaux », no 53, 2009.

Bergson H., Matière et mémoire, Paris, Presses Universitaires de France, 72e éd., 2008.

Bernardot M., Camps d’étrangers et de Loger les immigrés. La Sonacotra 1956-2006, Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2008.

Groupe Nu, « Conception et usages d’un environnement numérique de travail pour une aide à l’interprétation de documents juridiques », dans Maryvonne Holzem, Éric Trupin (dir.), Interactions & usages autour du document numérique, Actes du onzième Colloque International sur le Document Électronique, Rouen-France, Europia Productions, 2008, p. 124-136.

Bourdieu P., La distinction, critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

Boutaud J.J., Un monde devenu food ?, Précy sous Thil, Éds De L’Armancon, 2010.

Boutaud J.J., Scènes gourmandes, Paris, Éds Rocher, 2006.

Candau J., « Traces singulières, traces partagées ? », Socioanthropologie, no 12, 2002 (Texte en ligne : http://socioanthropologie.revues.org/index149.html).

Davallon J. (dir.), « Les traces d’usage dans un corpus de sites de tourisme », dans Économie de l’écriture sur le Web, 2 tomes, à paraître.

Fisher G.N., La trace de l’autre, Paris, Odile Jacob, 2005.

Galinon- Mélénec B., Penser autrement la communication. Du sens commun vers le sens scientifique. Du sens scientifique vers la pratique, Paris, L'Harmattan, 2007.

Galinon-Mélénec, B., Martin-Juchat F. (dir.), Le corps communicant. Le XXIe siècle, civilisation du corps ?, Paris, L'Harmattan, 2008.

Gauthier G., « L’immigration et l’identité nationale : une polémique vide d’arguments », dans Philippe J. Maarek (dir.), La communication politique de la présidentielle de 2007. Participation ou représentation ?, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 137-147.

Gauthier G., « La structure et les fondements de l’argumentation éditoriale », Les Cahiers du journalisme, no 17, 2007, p. 322-342.

Ginzburg C., « Traces. Racines d’un paradigme judiciaire », dans Carlo Ginzburg, Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et Histoire, Paris, Flammarion, 1989, p. 139-180.

Gramaccia G., Les actes de langage dans les organisations, Paris, L'Harmattan, 2001.

Gramaccia G., Laborde A., Maurin J.L., « Rituels de la co-présence dans les projets d’innovation », dans Hugues Hotier (dir.), Non-verbal et organisation, Paris, L'Harmattan, 2000, p. 49-76.

Holzem M., Labiche J., « Toward Digital Hermeneutics Based on a Semiotic of Cultures », dans Proceedings 10th IASS-AIS World Congress of Semiotics, La Corogne, Espagne, 22-26 Septembre, 2009, p. 227-229.

Hume D., (1947), Enquête sur l'entendement humain, Aubier Montaigne pour la traduction, Paris, Flammarion, 1983 (édition citée).

Jeanneret Y., La vie triviale des êtres culturels, volume 1 de Jeanneret Y., Penser la trivialité, Lavoisier & Hermes-sciences, collection Communication, médiation et construits sociaux, Paris, 2008.

Jeanneret Y., « Peut-on parler d’humanités numériques ? », dans Université populaire du Havre, enregistrement audio disponible sur le site CDHET (http://cdhet.galilo. info).

Labiche J., Saidali Y., Trupin E., Holzem, M., Beust P., « Interactions avec une base de documents : environnement numérique et perception sémiotique des changements indicibles », RIHM, Revue des Interactions Humaines Médiatisées, vol 10 (2), 2009, p. 67-84.

Lepastourel N., Teste B., « L’influence médiatique sur les jugements judiciaires : rôle du style d’écriture dans la formation des jugements », Psychologie Française, no 49, 2004, p. 373-388.

Lepastourel N., Mange J., Georget P., « Is Your Language a Social Clue ? Social Lexical Markers and Social Identity », Journal of Language and Social Psychology, no 28(4), 2009, p. 364-380.

Lesourd M., Le Cap-Vert, Paris, Éditions du Jaguar, 2007.

Lesourd M. (dir.), Afrique, vulnérabilité et défis, Pornic, Éditions du temps, 2003.

Martin-Juchat, F., Le corps et les médias : la chair éprouvée par les médias et les espaces sociaux, Bruxelles, De Boeck, 2008.

Martin-juchat, F., « Penser conjointement les différents types d’interactions dont celles numériques », dans Pascale Weber, Jean Deslaux (dir.), De l’espace virtuel du corps en présence, Nancy, PUN, 2010, p. 65-72.

Mille A., Marty J.C. (dir.), Analyse de traces et personnalisation des environnements informatiques pour l’apprentissage humain, Hermès Sciences Publications, collection IC2 informatique et système, 2009.

Monseigne A., « Un essai sur la trace sémantique de deux notions phares : Participation, communication : un bain sémantique partagé », Repenser la communication dans les organisations publiques, Communication & Organisation, no 35, 2010.

Papilloud C., La réciprocité, Paris, L’Harmattan, 2003.

Papilloud C., Le don de relation, Paris, L’Harmattan, 2003.

Perriault J., La logique de l’usage, essai sur les machines à communiquer, Paris, L’Harmattan, 1992.

Perriault J., « Jeunes générations, réseaux et culture numérique », dans Ethnologie et prospective : l’empreinte de la technique, Colloque de Cerisy la Salle, juillet 2009.

Serres A., Quelle(s) problématique(s) de la trace, séminaire Cercor, Rennes, 2002.

Testé B., Hausberger M., Henry L., Barbu S., « Contextual Sensitivity and Bird Song : A Basis for Social Life », dans D. Kimbrough Oller, Ulrike Griebel (dir.), Évolution of Communicative Flexibility : Complexity, Creativity, and Adaptability in Human and Animal Communication, Vienna series in Theoretical Biology, London : MIT Press, 2008, p. 121-138.

Testé, B., « Le traitement de la valeur sociale dans les groupes. Vers une approche sociocognitive des décisions consensuelles », dans Jean-Léon Beauvois, Robert-Vincent Joule, Jean-Marc Monteil (dir.), Perspectives Cognitives et Conduites Sociales, vol. 9. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004.

Steck B., Steck J. F., La France, Paris, Bréal amphi, 2008.

Steck B., Cleach J.Y., Le Morvan J., La France, Paris, Bréal, 2000.

Notes

2 Bergson H., Matière et mémoire, Presses Universitaires de France, 72e éd., 2008.

3 Comme expliqué infra dans « Fragments théoriques du signe-trace », dans le contexte théorique qui est le notre « tout est signe-trace ». En conséquence, prétendre explorer l’infini des traces relèverait de l’absurde. Notre ambition se cantonne ici à produire une prise de conscience de l’importance d’une notion, la trace, qui pour être omniprésente dans le langage, n’est que peu questionnée en termes de signification. Pour nourrir la réflexion, les auteurs proposent des illustrations. Chaque lecteur en puisera de plus significatives pour lui dans ses connaissances et dans ses expériences de vie.

4 Cf. infra Martin-Juchat F. et Pierre J., « Facebook et autres sites de socialisation : une surveillance librement consentie », Papilloud Ch., « L’intégration sociale par la traçabilité » et Groupe NU, Labiche J., Holzem M., « Les interactions homme-machine : La trace en perspective ».

5 Sur cette question d’une lecture des objets contemporains à travers des sources anciennes, consulter la conférence de Jeanneret Y., « Peut-on parler d’humanités numériques ? », Université populaire du Havre, enregistrement audio disponible sur le site CDHET, http://cdhet.galilo.info.

6 Cf. Perriault J., La logique de l’usage, essai sur les machines à communiquer, L’Harmattan, 2008.

7 Cf. infra Galinon-Mélénec B., « Fragments théoriques du signe-trace ».

8 Cf. infra Lepastourel N. et Teste B. « Traces langagières en psychologie sociale de la communication ».

9 Bourdieu P., La distinction, critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

10 Cf. infra Steck B., « Flux et territoires : de la trace à la marque, une question de distance ». Gramaccia G., « Les institutions de la médiation symbolique en quête de l’Homme trace ». Bernardot M., « À la recherche des sans-traces : cultures, espaces et citoyennetés ». Lesourd M., « Traces coloniales. Le “Blanc” et “l’Indigène”, regards-traces croisés dans la mondialisation ».

11 Cf. Jeanneret Y., « Complexité de la notion de trace. De la traque au tracé » et Groupe NU, Labiche J., Holzem M., « Les interactions homme-machine : La trace en perspective ».

12 Cf. bibliographie en fin de chapitre.

13 Cf. infra Jeanneret Y., « Complexité de la notion de trace. De la traque au tracé ».

14 Ibid.

15 Pour la question de l’enjeu de la disparition des traces, nous renvoyons aux chapitres de l’ouvrage qui traitent des migrants et en particulier à ceux de Bernardot M., infra op. cit. et de Gramaccia G., « Les institutions de la médiation symbolique en quête de l’Homme trace ».

16 Effacer le signe-trace pour effacer la reconnaissance de la trace est le souhait des meurtriers comme de tous ceux qui craignent que les signes-traces deviennent des indices de leur culpabilité réelle ou imaginée.

17 Cf. infra Monseigne A., « L’homme interactionniste en politique ».

18 Cf. infra Galinon-Mélénec B., « Fragments théoriques du signe-trace » et « Du diagnostic médical au diagnostic social ».

19 Hume, (1947), Enquête sur l'entendement humain, Aubier Montaigne pour la traduction, Flammarion, 1983 pour l'édition citée.

20 Par exemple : http://www. ina.fr/sciencesettechniques/espace/video/CPF86601499/apollo-11-premiers-pas-sur-la-lune.fr.html. Cf. infra Galinon-Mélénec B. « Prolégomènes illustrés de la trace, l’exemple du 21 juillet 1969 ».

21 Pour des illustrations de la question du lien entre traces, traçabilité et développement des technologies de communication, nous renvoyons aux chapitres de Pierre J. et Martin-Juchat F., « Facebook et les sites de socialisation : émergence d’un modèle de surveillance librement consentie » et à Papilloud Ch., « L’intégration sociale par la traçabilité ». En ce qui concerne la question des traces laissées sur le Web on se réfèrera au chapitre de Pierre J. et Martin-Juchat F. et à leur bibliographie.

22 Ici le terme « enquêteur » renvoie à tout individu à la recherche de traces, d’indices.

23 Sur l’analyse des traces laissées sur le Web, cf. infra le Titre I de l’ouvrage et en particulier les chapitres d’Yves Jeanneret, de Fabienne Martin-Juchat et de Julien Pierre.

24 De plus, dans la recherche des traces de l’histoire de l’Homme se joue une dimension identitaire sur l’espèce humaine. Et, à l’heure où se pose la question de la frontière à venir entre l’humain et le post humain, symboliser l’Homme par rapport aux traces matérielles de son passé pouvait nourrir une sorte de cartographie de l’histoire de l’humanité.

25 Cf. infra les chapitres des auteurs sémiologues de la communication (Jeanneret et Boutaud) et la conclusion de l’ouvrage.

26 Cf. bibliographie de l’auteur.

27 Revue de la littérature comprenant – entre autres références – les écrits de R. Barthes, d’A. M. Christin, de J. Davallon, de J. Derrida, de P. Fabri, de M. Foucault, de C. Ginzburg, de B. Latour, d’H. Parret, de Ch. S. Peirce, de P. Ricœur, d’E. Souchier et d’E. Veron.

28 Cf. bibliographie des auteurs.

29 Cf. bibliographie de l’auteur.

30 En thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication depuis 2009 à Grenoble III ; thèse intitulée Pratiques, usages et enjeux sociopolitiques de l’identité numérique.

31 Cf. bibliographie de l’auteur.

32 Cf. bibliographie de l’auteur.

33 Cf. bibliographie de l’auteur.

34 Cf. bibliographie de l’auteur.

35 Cf. bibliographie de l’auteur.

36 Cf. bibliographie de l’auteur.

37 Cf. bibliographie de l’auteur.

38 Cette tension pourrait également être analysée comme provoquant un nomadisme moderne : le nomadisme numérique. À ce sujet, cf. « Mobilité et ubiquité. Vers le nomadisme numérique », Les cahiers de l’ANR, no 1, juin 2009.

39 Cf. bibliographie de l’auteur.

40 Cf. bibliographie de l’auteur.

41 Cf. bibliographie de l’auteur.

42 Cf. bibliographie de l’auteur.

43 Cf. bibliographie de l’auteur.

Auteur

Professeur des Universités en sciences de l’information et de la communication, directrice du CDHET (Communication et Développement des Hommes, des Entreprises et des Territoires), et fondatrice du réseau international « L’Homme trace ».
IDEES/Haute Normandie, CIRTAI/ Le Havre :
http://www.cirtai.org
http://cdhet.galilo.info
galinon@free.fr

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search