Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Homme trace

 | 
Béatrice Galinon-Melenec

Liminaire

Prolégomènes illustrés de la trace, l'exemple du 20 juillet 1969

Béatrice Galinon-Mélénec

Texte intégral

Introduction. La trace au futur : la conquête de l’espace

  • 1 Cf. Arnheim R., Image et cognition, PUF, 1989, 288 p.
  • 2 Dans cette préface illustrée, nous simplifions les liens et indiquons des renvois aux chapitres de (...)
  • 3 Et cela pour tout type de média. À ce sujet, cf. Darras B., Casanova F., « Multimédia et métasémiot (...)

1Ce chapitre propose une introduction imagée de quelques facettes – non exhaustives – de la trace, facettes qui sont présentées en utilisant un vocabulaire plus abstrait dans « L’universalité de la trace. Le XXIe siècle, siècle de la trace ? ». Le recours à l’illustration souhaite inviter aux raisonnements1 et accroître le désir de connaissances en montrant aux lecteurs non familiers des sciences humaines et sociales qu’ils sont confrontés en diverses occasions aux questions soulevées dans l’ouvrage. L’objectif est de les inciter ainsi à se référer aux chapitres théoriques2 qui explicitent les arrières plans conceptuels. L’usage de l’italique offre un repérage visuel immédiat des termes qui font l’objet de développements par les auteurs de L’Homme trace. En même temps, les commentaires sur la médiatisation visuelle d’un événement offrent l’opportunité de mettre en évidence l’intérêt de prendre de la distance par rapport aux images diffusées par les médias3.

2Dans ce contexte de présentation des dimensions de la trace, nous avons choisi d’analyser un événement qui a marqué le XXe siècle en permettant à l’Homme de concevoir un avenir hors des frontières terrestres dans lesquelles il était jusqu’alors cantonné. Cet événement est majeur non seulement parce qu’il correspond à une prouesse technique, mais aussi parce qu’il est l’illustration moderne du désir de mobilité de l’Homme, désir ancestral qui répond à la nécessité de trouver de nouvelles ressources pour répondre à ses besoins. À chaque étape de l’histoire, des innovations techniques (la roue, la vapeur, etc.) ont ouvert de nouvelles perspectives dont les conséquences économiques, culturelles et politiques constituent dans notre présent les traces du passé. Cette dimension temporelle de la trace (la trace du passé dans le présent) se doit d’être placée en perspective dans une approche plus complète qui intègre le futur (qui implique ce que sera l’interprétation des traces laissées par l’Homme d’aujourd’hui).

  • 4 De nombreux événements scientifiques marquent cette période de l’évolution de l’Homme. Dans cet ouv (...)
  • 5 Sur la question de la trivialité, cf. Jeanneret Y., Penser la trivialité, Lavoisier et Hermès, 2008
  • 6 Cet angle, choisi pour les besoins de la cause, n’est qu’une des facettes de la trace. La question (...)
  • 7 Cf. infra le chapitre d’Yves Jeanneret « Complexité de la notion de trace ».
  • 8 Cf. infra Benjamin Steck, « Flux et territoires : de la trace à la marque, une question de distance (...)
  • 9 Les questions posées par les migrations sont posées, plus particulièrement, directement ou indirect (...)
  • 10 Galinon-Mélénec B., Penser autrement la communication, du sens commun vers le sens scientifique ; d (...)

3La stratégie de communication de la NASA concernant la trace de pas4 laissée sur la lune nous a paru, malgré (ou à cause de) sa trivialité,5 intéressante à analyser pour évoquer le rapport entre l’intentionnalité6 de la trace et son interprétation. Le fait que ces traces intentionnelles soient comprises implique certains attendus que nous présentons rapidement pour rappeler l’indexation7 de la signification et introduire certains chapitres. Dans le même objectif, considérant que nous n’avons pas accès à la trace elle-même (la trace du pas de l’homme sur la lune) mais à la trace de trace (les images de l’événement), l’intention affichée de la trace laissée pour le futur dissimule de fait l’intention de la mise en visibilité d’une trace pour le présent. Le pas de l’Homme sur une autre planète entre en correspondance avec d’autres traces, évoquées par les auteurs, traces d’hommes quittant leurs lieux d’origine, traversant les territoires8, traçant des chemins, inscrivant leurs tracés, choisissant les lieux propices à leur sédentarisation, bousculant les peuples déjà installés, imposant leur culture. Mais aussi, avec celle des migrants9 qui se déplacent sur la planète terre à la recherche de terres d’asile où ils espèrent trouver des conditions politiques, culturelles, économiques qu’ils ne trouvent plus en quantité ou qualité dans leur pays d’origine. Enfin, cette trace de pas présente l’avantage de symboliser le concept d’une trace qui condenserait passé, présent et avenir dans une forme de capital permanent de représentations10.

L’instrumentalisation de la trace : étude d’un cas médiatique11

La mise en spectacle d’une trace symbolique

  • 12 « That’s one small step for (a) man, one giant leap for mankind », phrase de Neil Armstrong au mome (...)
  • 13 Retransmis en direct sur l'ensemble de la planète, il est estimé que 500 millions de téléspectateur (...)
  • 14 La question de la marque est développée dans plusieurs chapitres dont ceux de Benjamin Steck, Miche (...)
  • 15 Dans cet ouvrage, des auteurs repèrent la trace du passé dans le présent, et étudient assez fréquem (...)

4La trace de pas de l’Homme sur la lune est hautement symbolique d’« un grand bond pour l’humanité12 ». Ce pas du 20 juillet 1969 à 2 heures et 56 minutes a été retransmis par les télévisions du monde entier13. Des photographies extraites de ces films ont fixé sur papier la trace de cet exploit. On y remarque une mise en scène soigneusement orchestrée où la trace des pas de l’homme apparaît en premier plan. Ce choix de l’empreinte du pas renvoie à la définition la plus répandue et primaire de la trace. L’objectif de cette mise en visibilité de la trace de pas répond à la nécessité de valider l’existence de l’exploit accompli par l’Homme, validation à faire valoir autant auprès des contemporains de l’exploit (de l’espèce humaine ou d’autres espèces aptes à repérer l’exploit) qu’aux générations (humaines ou non humaines) qui suivront. Un marquage que l’Homme voudrait indélébile pour signifier aux autres êtres aptes à le voir et à l’interpréter que lui, l’Homme, est bien venu sur la lune. Dans cette démarche de marquage14, l’Homme est supposé s’adresser à l’avenir15 et laisser une trace de l’espèce humaine à ce qui sera peut-être demain le « posthumain ».

5Un dispositif lourd avait ainsi été mis en place par la NASA pour donner à l’événement un poids sémiotique incontestable. Cette lourdeur a provoqué un questionnement gnoséologique : ce qui a été porté à notre connaissance via les médias a-t-il réellement existé ?

Spectacle ou réalité ?

  • 16 Entre le 11 et le 15 juillet 2009, la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter a photographié les sites d (...)
  • 17 Cf. infra « Complexité de la notion de trace ».
  • 18 On rejoint ici le rapport que le détective entretient avec la trace et l’indice.
  • 19 Sur la question des territoires, cf. le titre III.

6Un certain nombre de personnes mettant en cause le visible, l’apparent, transmis par les médias, des expéditions16 ont été lancées en vue de légitimer la réalité des traces captées par les images. Il s’agit de prouver que les films et les photographies ne sont pas truqués, que ces traces de traces (la photographie est elle-même une trace17) ne sont pas fabriquées pour conduire à une interprétation qui éloignerait18 de la véracité des faits. Pour comprendre cette mise en cause, il faut repérer que cet homme qui pose le pied sur la lune n’est pas issu de n’importe quel pays. Il est originaire d’un pays, symbole de ce qui fut un jour le pays de la migration vers un nouveau monde, le pays qui à l’époque de l’exploit est en concurrence avec l’URSS dans la conquête de l’espace. L’enjeu entre les deux puissances est très fort. La NASA s’est engagée et avec elle, le président américain. La NASA est de fait soupçonnée de ne pas avoir été en mesure de tenir ses engagements et, ne pouvant techniquement accomplir cet exploit, d’avoir produit des images visant à laisser des traces objectives d’un exploit qui en fait n’aurait pas eu lieu. Les médias auraient été instrumentalisés par la NASA pour construire de toutes pièces un événement actualisant la notion du mythe américain pionnier ouvrant l’avenir de l’Homme vers la conquête de nouveaux territoires19.

7Ainsi toute trace est polysémique et est interprétée différemment selon les contextes et les enjeux qu’elle représente dans les systèmes (politiques, économiques, médiatiques, symboliques, etc.) où elle s’insère.

Le rapport image20/commentaire dans la signification de la trace

  • 20 Sur la question de la relation de la figuration de la trace, de la mise en discours de l’indicible (...)
  • 21 La photographie montre nettement les traces de ses pas. Si on imagine que la photographie est authe (...)
  • 22 Cf. Dragan I., « Traces de l’éphémère dans l’information médiatique », conférence donnée à l’univer (...)
  • 23 Sur la question de la relation du rapport expérientiel direct, cf. infra « L’indice et l’indiciel. (...)
  • 24 Sur la question des traces langagières et le lien entre langage, traces, activités cognitives et ju (...)

8En juillet 1969, la retransmission de l’événement sur les écrans de télévision du monde entier produit un effet de réalité. Les images21 donnent à l’information une authentification22, une sorte de « rapport expérientiel médiat23 » entre le téléspectateur et le monde des faits. Les commentaires des journalistes contribuent à orienter le sens à attribuer aux images transmises : ils « sémiotisent » l’information. Par le contenu de leur narration24, ils fournissent à la fois du vraisemblable, du spectaculaire et du performatif : oui, l’Homme est bien en train de marcher sur la lune, oui l’avenir est ouvert, oui l’Homme peut mettre son intelligence, son savoir et sa science pour aller toujours plus loin ; et parmi les humains, celui qui est à la pointe de l’avancée technologique et mérite d’être repéré par le futur, c’est l’américain (le drapeau sur l’image est américain). Les signes-traces deviennent clairement des signes-signaux.

La signification du drapeau

Le drapeau en tant que signe-symbole

9L’image véhiculée met en scène des signes-symboles : en premier plan, les traces de pas fortement ancrées dans le sol montrant le trajet de l’astronaute, puis l’astronaute à côté et devant lequel est planté le drapeau américain (Cf. figure 1 « Aldrin salutes the U.S. flag » en annexe).

  • 25 Dictionnaire LE Robert 1, 1990, p. 1993 : « Sens 1 o : “[…] La trace de vos pas… n’était… pas effac (...)

10Le fait que les traces de pas apparaissent au premier plan renvoie comme par magie au premier sens que le dictionnaire LE ROBERT donne au mot « trace » : celle laissée par « le passage d’un être ou d’un objet25 ». Cette dimension primaire de la trace (de l’ordre de la matérialité) est immédiatement complétée par une dimension secondaire, celle du symbole (le drapeau). La trace du passage de l’homme sur la lune n’est pas seulement l’empreinte du pas inscrite dans un sol, marqué « au fer rouge » comme peut l’être la peau de la bête, mais aussi le drapeau américain trace symbolique de l’appartenance nationale de l’Homme qui a posé le premier son pied sur la lune.

Le drapeau en tant que trace d’usage26

  • 26 Sur la question des traces d’usage, cf. le chapitre d’Yves Jeanneret, op. cit.
  • 27 Sa présence est intentionnelle et le but est de laisser une trace incontestable et symbolique (le d (...)
  • 28 La conquête d’un territoire se symbolise par le fait de planter un drapeau.
  • 29 Pendant les douze années qui précèdent l’événement (1957-1969), le monde est en pleine « Guerre fro (...)

11Malgré son aspect trivial, le signe-signal volontairement placé (le fait de planter le drapeau national)27 pour signifier (ici la conquête d’un nouvel espace) n’induira pas automatiquement la compréhension du signe. L’interprétation du signe-signal ne pourra être faite « comme souhaitée » que si les récepteurs (ici du siècle ou millénaire futur) connaissent la symbolique de ce signe d’usage chez les terriens du XXe siècle. Autrement dit, le drapeau devient trace d’usage28 (ce qui le distingue de la trace de pas qui est trace de passage). Pour interpréter qu’il s’agit d’un drapeau américain, il faut également repérer en quoi ses couleurs et ses signes correspondent à un symbole significatif de l’identité du conquérant. Pour mieux saisir, les raisons de ce signe-signal, il faudrait également que les récepteurs du signe connaissent le contexte politique de l’époque (la guère froide URSS/USA29).

Exemple de trace institutionnelle : la médaille remise à Neil Armstrong

  • 30 La fonction de la distinction honorifique en tant que trace institutionnelle est analysée infra par (...)

12L’exploit de Neil Armstrong a duré deux heures et trente minutes. C’est peu dans la vie d’un homme. Du fait de l’enjeu de ces minutes dans les différents systèmes, il est important d’en pérenniser la trace. La NASA crée une distinction, la Congressional Space Medal of Honor, trace institutionnelle30 pour récompenser « tout astronaute s'étant distingué en mission par ses efforts et par ses contributions pour le bien-être de la nation et de l'humanité ». Cette distinction portée par l’astronaute transforme l’événement, par définition éphémère, en une nouvelle matérialité (la médaille) trace symbolique d’une reconnaissance collective de la nation. La trace ici n’est plus directement liée au fait – comme peut l’être l’empreinte du pas – elle est directement liée à l’intention collective d’un devoir de reconnaissance de la nation envers un individu.

Processus dynamiques des systèmes individuels et sociaux

Polysémie des traces et recherche d’indices

13Le programme Apollo qui a conduit l’Homme à se poser sur la lune ayant fait l’objet d’une rumeur mettant en doute la véracité de la mission et l’authenticité des documents, les contestataires de la réalité de l’événement se transforment en détectives privés pour lever le doute. En août 2006, la NASA a annoncé avoir égaré les cassettes (enregistrements vidéo et télémétriques) de la mission Apollo 11, et avoir nommé une équipe chargée de les retrouver.

  • 31 Source : Futura-sciences.com, 18 juillet 2009. À défaut, elle a récupéré auprès de diverses sources (...)
  • 32 Pour la question de l’enjeu de la disparition des traces, nous renvoyons infra aux chapitres qui tr (...)
  • 33 Effacer le signe-trace pour effacer la reconnaissance de la trace est le souhait des meurtriers, co (...)

14En juillet 2009, la NASA a indiqué ne pas avoir retrouvé les cassettes originales de l'enregistrement31. Cette disparition de traces32 peut être interprétée comme un indice plaidant en faveur de la manipulation des images et de la non-réalité de la mission Appollo. Sachant que la mise en cause de la réalité des faits s’est faite dès 1969, date de l’événement, on peut tout à fait penser que la disparition des images-traces est volontaire. Ainsi, paradoxalement, l’absence de trace peut-elle prendre la forme d’une trace, l’indice d’un effacement33.

L’absence de trace comme indice

15Dans le cas d’une mise en scène soigneusement orchestrée, tous les signes sont placés dans un objectif d’identification, leur caractère est démonstratif. Ils sont là pour produire un sens voulu. Cependant, la réalité étant un entrelacement complexe de signes, toute simplification laisse transparaître, en creux, la trace de l’effacement de signes-traces. L’effacement de signes-traces portant de l’ombre à la visibilité des signes volontairement mis en avant pour induire du sens peut être envisagé. Trop peu de signes-traces peut donc devenir un signe invisible-visible, un langage muet mais signifiant.

L’indexation du signe-trace

  • 34 « War and Protest - the US in Vietnam (1969 - 1970) », BBC, 17/04/2002.
  • 35 Sur ce thème, cf. infra les chapitres de Béatrice Galinon-Mélénec et celui d’Annick Monseigne.
  • 36 En 1974, les journalistes du Washington Post révèlent qu’il y a eu en 1972 la pose de micros dans l (...)
  • 37 Sur les questions de communication politique, cf. infra le chapitre d’Annick Monseigne.
  • 38 Cf. infra titre 2 « Fragments théoriques du signe-trace ».

16Pour lever l’indétermination du sens des signes, une solution consiste à indexer des signes à un élément de référence. Pour les partisans du doute, la recherche se fait sur les comportements du Président Nixon pendant la période. Pour eux, le fait que Nixon ait demandé en mai 1969 au FBI d’intervenir afin d’éviter les fuites dans la presse34, à propos de bombardements secrets qu’il a autorisés sur le Cambodge, est un premier indicateur de la grammaire génératrice des comportements35 de Nixon. Le fait que, plus tard, il ait dû démissionner à l’issue de l’affaire du Wattergate36 légitime encore davantage l’idée que Nixon37 puisse manipuler des traces pour faire obstruction au dévoilement de la réalité des faits. Ainsi indexée, la disparition des films dans les archives de la NASA apparaît-elle à leurs yeux comme le signe-trace38 d’une continuité comportementale de Nixon. Cette indexation corrobore l’interprétation d’un événement artificiellement construit, d’un artefact politico-médiatique à des fins de démonstration de pouvoir.

La traçabilité des traces

  • 39 Par exemple : http://www.ina.fr/sciencesettechniques/espace/video/CPF86601499/apollo-11-premiers-pa (...)
  • 40 Pour des illustrations de la question du lien entre traces, traçabilité et développement des techno (...)

17Cette disparition des images n’est pas totale car des images de l’événement subsistent, notamment grâce aux archives des médias (journaux, émissions de télévision39, etc.). Grâce également, aux traces qui circulent sur Internet40, et dont le caractère de mondialisation rend l’effacement sinon impossible du moins difficile. Ces images font l’objet d’un examen attentif des « enquêteurs » à la recherche d’indices plaidant à la faveur de l’une ou l’autre thèse. Ainsi, le fait que le drapeau « flotte » au vent alors qu’il n’y a pas d’atmosphère sur la lune est pour les uns un indice de manipulation de la trace (l’image trace), pour les autres une simple erreur visuelle : le drapeau ne flotte pas, il est plissé comme en témoigne sa fabrication imitant l’aspect fripé.

Le retour au terrain

  • 41 Sur la dimension causale de la trace, cf. infra « Complexité de la notion de trace » et « Fragments (...)
  • 42 Sur la dimension résiduelle, cf. infra « Les distinctions honorifiques en tant que traces instituti (...)

18Dans la perspective de recherches de preuves, de nouvelles expéditions sont entreprises : si lors de l’une d’elles, un robot photographie les traces de pas sur la lune, le raisonnement qui s’effectue est le suivant : s’il y a une trace de pas sur la photographie, c’est qu’il y a effectivement trace de pas sur le sol lunaire ; s’il y a trace du pas humain sur le sol lunaire, c’est bien que l’Homme y a posé le pied. On voit donc qu’il y a là un rapport de causalité41 intégrant une dimension temporelle : la continuité et la succession entre présent et passé. On voit également que c’est l’existence présente d’un phénomène qui renvoie à l’existence passée (dimension résiduelle42) d’un autre phénomène qui est en cause et que ce renvoi n’est possible que parce que celui qui observe la trace (l’empreinte de la semelle dans le sol) corrèle le phénomène présent (observation immédiate) avec le phénomène absent (l’homme sur la lune).

19Remarquons également qu’il y a ici deux formes de traces, celle qui est inscrite dans la matière-sol (l’empreinte du pas) et celle qui circule (l’image). L’une comme l’autre sont interprétées à partir de processus dynamiques qui mettent en jeu des systèmes multiples individuels et sociaux.

Conclusion : au-delà de la diversité des facettes de la trace

20Souhaitant adresser cet ouvrage à un large lectorat d’origine culturelle différenciée, nous avons conçu ce chapitre de présentation de la trace humaine pour introduire la terminologie plus conceptuelle utilisée par les auteurs de l’ouvrage L’Homme trace.

21Dans cette présentation, nous avons souhaité mettre en évidence un des points central de l’ouvrage : le sens de la trace doit être compris par une mise en rapport entre un fait et la capacité réceptive et interprétative que l’on peut en avoir, cette capacité pouvant évoluer dans le temps et dans l’espace. La trace se repère et s’interprète en fonction de processus d’interactions entre un individu en situation d’interprétation et les environnements (individuels, familiaux, culturels, sociaux et plus généralement humains et non humains) dans lesquels il s’insère.

22Avec cette illustration des différentes facettes de la trace, nous espérons conduire l’étudiant et l’autodidacte vers la découverte de la palette conceptuelle présentée dans l’ouvrage par des sémioticiens, des sociologues, des psychologues, des géographes, des théoriciens et praticiens des sciences de l’information et de la communication. Au-delà de leurs différences, le plus souvent liées à leur appartenance disciplinaire, ces auteurs entraînent le lecteur dans la conviction de ce qui les rassemble : l’« Homme trace » porte en lui et hors de lui la déclinaison multimodale de sa complexité ; l’interprétation de ses traces suppose de replacer le sens au cœur de l’entrelacement de systèmes complexes eux-mêmes en interactions.

Récapitulatif des mots mis en italiques

23Dans l’ordre d’apparition dans le texte, mots mis en italiques pour signifier un renvoi à des développements spécifiques opérés dans les chapitres de L’Homme trace :

24Intention, interprétation, indexation, visibilité, représentation, symbole, empreinte, marquage (marque), dispositif, sémiotique, apparent, médias, réalité, traces de traces, objectif, instrumentalisé (instrumentalisation), territoires, polysémie, systèmes, authentification, rapport expérientiel, signe, signes-traces, signes-signaux, sens, matérialité, trace d’usage, trace de passage, identité, trace institutionnelle, indice, démonstratif, invisible, signifiant, archives, rapport de causalité, dimension résiduelle, présent/absent, processus dynamiques, capacité réceptive et interprétative, individu en situation, environnements, déclinaison multimodale, complexité, entrelace

Bibliographie

Références bibliographiques43

Arnheim R., Image et cognition, Paris, PUF, 1989.

Balle F., Les médias, Paris, PUF, Que sais-je ?, 5e éd., 2010.

Balle F., Médias et Sociétés, Paris, Montchrestien, 14e éd., 2009

Boursin F. (dir.)., Dialogues politiques images et miroirs, Revue Communication & langage, no 148, 2006.

Courbet D., Communication médiatique : les apports de la psychologie sociale. Pour une pluralité épistémologique, théorique et méthodologique en SIC, Thèse d’HDR, Université de Provence Aix Marseille, 2004.

Darras B., « L’enquête sémiotique appliquée à l’étude des images. Présentation des théories de C. S. Peirce sur la signification, la croyance et l’habitude », dans Anne Beyaert-Geslin (dir.), L’image entre sens et signification, Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 15-34.

Darras B., Casanova F., « Multimédia et métasémiotique iconique », MEI, Multimédia et savoirs, no 11, 2000, p. 157-169.

Davallon J., « Sociosémiotique des images », dans Anne Decrosse (dir.), L’esprit de société, Liège, Mardaga, 1993, p. 241-280.

Debray R., Vie et mort de l’image, Paris, Gallimard, 1994.

Eco U., « Sémiologie des messages visuels », dans Communications, no 15, 1970, p. 11-55.

Dragan I., « Traces de l’éphémère dans l’information médiatique », conférence donnée dans le cadre d’un séminaire de recherches CDHET/CIRTAI, Université du Havre, mars 2010.

Joly M., Introduction à l’analyse de l’image, Paris, Armand Colin, 1993.

Miège B., Médias et communication en Europe, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1990.

Mathien M., Histoire, mémoire et médias, Bruxelles, Bruylant, 2009.

Miège B. (dir.), Journalisme et pratiques journalistiques, Grenoble, Revue Les enjeux, 2002.

Odin R., Cinéma et production de sens, Paris, Armand Colin, 1990.

Veyrat-Masson I., Cohen E. (dir.), Télévision, la quête de l’indépendance, dossier de la revue Le temps des medias, no 13, 2010.

Walter J., La Shoah à l’épreuve de l’image, Paris, P.U.F., 2005.

Annexes

Annexe

Figure 1 : Aldrin salutes the U.S. Flag
(Source : cliché AS11-40-5875 :
http/:history.nasa.gov/ap11ann/kippsphotos/5875.jpg
44).

Notes

1 Cf. Arnheim R., Image et cognition, PUF, 1989, 288 p.

2 Dans cette préface illustrée, nous simplifions les liens et indiquons des renvois aux chapitres de l’ouvrage dans cette optique. Pour mieux saisir les référents théoriques, il convient de se reporter aux chapitres proprement dits et à leur bibliographie.

3 Et cela pour tout type de média. À ce sujet, cf. Darras B., Casanova F., « Multimédia et métasémiotique iconique », MEI, Multimédia et savoirs, no 11, 2000, p. 157-169.

4 De nombreux événements scientifiques marquent cette période de l’évolution de l’Homme. Dans cet ouvrage, les traces de l’Homme ont été interrogées dans une inscription matérielle extérieure à lui-même. Mais, l’avancée de la science permettant de mêler matière inerte et chair pour effectuer la maintenance des corps et pour développer ses capacités sensorielles et cognitives, il conviendrait également d’étudier comment l’Homme fait évoluer les corps humains et leurs modes de reproduction. C’est l’objet d’un prochain ouvrage.

5 Sur la question de la trivialité, cf. Jeanneret Y., Penser la trivialité, Lavoisier et Hermès, 2008.

6 Cet angle, choisi pour les besoins de la cause, n’est qu’une des facettes de la trace. La question de l’intentionnalité ou de la non-intentionnalité de la trace trouve des réponses différentes selon les contextes et les événements. Une lecture attentive des différents auteurs réunis dans cet ouvrage permettra d’en saisir les nuances.

7 Cf. infra le chapitre d’Yves Jeanneret « Complexité de la notion de trace ».

8 Cf. infra Benjamin Steck, « Flux et territoires : de la trace à la marque, une question de distance ».

9 Les questions posées par les migrations sont posées, plus particulièrement, directement ou indirectement dans les chapitres de Marc Bernardot, de Gino Gramaccia, de Michel Lesourd et Benjamin Steck.

10 Galinon-Mélénec B., Penser autrement la communication, du sens commun vers le sens scientifique ; du sens scientifique vers la pratique, L’Harmattan, 2007 et infra dans le titre 2 les chapitres explorant la notion de « signe-trace ».

11 La relation entre trace et médias fait l’objet de plusieurs analyses dans l’ouvrage, en particulier en ce qui concerne les nouvelles technologies de la communication. On se réfèrera ainsi au chapitre collectif du groupe Nu avec Jacques Labiche et Maryvonne Holzem, au chapitre de Christian Papilloud, à celui de Fabienne Martin-Juchat et Julien Pierre, ainsi qu’à celui d’Yves Jeanneret, sans exclure les autres tant les médias influencent en permanence nos interprétations et, à ce titre, font l’objet de nombreux enjeux.

12 « That’s one small step for (a) man, one giant leap for mankind », phrase de Neil Armstrong au moment où il pose son pied gauche sur la lune. Source : http://history.nasa.gov.

13 Retransmis en direct sur l'ensemble de la planète, il est estimé que 500 millions de téléspectateurs et d'auditeurs ont suivi l'atterrissage et la marche du premier homme sur la lune.

14 La question de la marque est développée dans plusieurs chapitres dont ceux de Benjamin Steck, Michel Lesourd, Nadia Lepastourel et Benoît Testé et Yves Jeanneret.

15 Dans cet ouvrage, des auteurs repèrent la trace du passé dans le présent, et étudient assez fréquemment la trace involontaire laissée par l’Homme. D’autres étudient l’intentionnalité d’une trace laissée pour l’avenir.

16 Entre le 11 et le 15 juillet 2009, la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter a photographié les sites d’alunissages à la recherche des traces prouvant la véracité de l’événement.

17 Cf. infra « Complexité de la notion de trace ».

18 On rejoint ici le rapport que le détective entretient avec la trace et l’indice.

19 Sur la question des territoires, cf. le titre III.

20 Sur la question de la relation de la figuration de la trace, de la mise en discours de l’indicible de la trace, cf. le chapitre de Jean-Jacques Boutaud et Stéphane Dufour proposant une analyse de « l’empreinte gustative ».

21 La photographie montre nettement les traces de ses pas. Si on imagine que la photographie est authentique, elle capte sous forme de trace (la photographie est une trace) la trace du pied de l’homme posé sur la lune. L’empreinte de la semelle sur le sol lunaire est d’autant plus profonde que le poids de l’homme est lourd.

22 Cf. Dragan I., « Traces de l’éphémère dans l’information médiatique », conférence donnée à l’université du Havre, CDHET/CIRTAI, mars 2010.

23 Sur la question de la relation du rapport expérientiel direct, cf. infra « L’indice et l’indiciel. Empreinte gustative et trace figurative ».

24 Sur la question des traces langagières et le lien entre langage, traces, activités cognitives et jugement, cf. Nadia Lepastourel et Benoît Teste « Traces langagières en psychologie sociale de la communication ».

25 Dictionnaire LE Robert 1, 1990, p. 1993 : « Sens 1 o : “[…] La trace de vos pas… n’était… pas effacée” (Muss.).(…) ». Sens suivi de celui de piste : “Des traces de pas sur la neige conduisait à un pavillon” (Carco), (…). Sens de preuve d’une chose qui a existé : “Les tâches de sang trouvées sur le sol témoignaient que la personne disparue de son domicile avait été blessée. (…) La porte ne portait aucune trace d’effraction et les policiers conclurent qu’il s’agissait d’un familier de la victime”[…]. »
En ce qui concerne le rapport institution et instrumentalisation de la trace, cf. infra Gino Gramaccia « Les institutions de la médiation symbolique en quête de l’Homme trace ».

26 Sur la question des traces d’usage, cf. le chapitre d’Yves Jeanneret, op. cit.

27 Sa présence est intentionnelle et le but est de laisser une trace incontestable et symbolique (le drapeau planté sur un sol étranger est un signe, signal de conquête ; ses couleurs et leurs positionnement sont signifiants d’une appartenance à un pays : les USA) du passage de l’Homme (américain puisque le drapeau est la marque de l’Amérique) sur la lune.

28 La conquête d’un territoire se symbolise par le fait de planter un drapeau.

29 Pendant les douze années qui précèdent l’événement (1957-1969), le monde est en pleine « Guerre froide ». L’URSS et les États-Unis se livrent une compétition technologique acharnée où la supériorité technologique devient le signe-trace de la performance du système politique qui les produit. Les vols habités et l’envoi d’un homme sur la lune deviennent alors un objectif prioritaire, symbole d’une supériorité non seulement technologique mais « globale ».

30 La fonction de la distinction honorifique en tant que trace institutionnelle est analysée infra par Gilles Gauthier dans le chapitre « Les distinctions honorifiques en tant que traces institutionnelles ».

31 Source : Futura-sciences.com, 18 juillet 2009. À défaut, elle a récupéré auprès de diverses sources – TV notamment – des retransmissions de la mission Apollo 11, qui ont été restaurées.

32 Pour la question de l’enjeu de la disparition des traces, nous renvoyons infra aux chapitres qui traitent des migrants et en particulier à ceux de Marc Bernardot et de Gino Gramaccia.

33 Effacer le signe-trace pour effacer la reconnaissance de la trace est le souhait des meurtriers, comme de tous ceux qui craignent que les signes traces deviennent des indices de leur culpabilité réelle ou imaginée.

34 « War and Protest - the US in Vietnam (1969 - 1970) », BBC, 17/04/2002.

35 Sur ce thème, cf. infra les chapitres de Béatrice Galinon-Mélénec et celui d’Annick Monseigne.

36 En 1974, les journalistes du Washington Post révèlent qu’il y a eu en 1972 la pose de micros dans les locaux du Parti démocrate américain qui siège dans l’immeuble du Watergate. Les journalistes continuent l’enquête et dévoilent un grand nombre de pratiques illégales dans l’équipe présidentielle de Nixon.

37 Sur les questions de communication politique, cf. infra le chapitre d’Annick Monseigne.

38 Cf. infra titre 2 « Fragments théoriques du signe-trace ».

39 Par exemple : http://www.ina.fr/sciencesettechniques/espace/video/CPF86601499/apollo-11-premiers-pas-sur-la-lune.fr.html.

40 Pour des illustrations de la question du lien entre traces, traçabilité et développement des technologies de communication, nous renvoyons infra aux chapitres de Julien Pierre et Fabienne Martin-Juchat « Facebook et les sites de socialisation : émergence d’un modèle de surveillance librement consentie » et Christian Papilloud « L’intégration sociale par la traçabilité ». En ce qui concerne la question des traces laissées sur le Web, on se réfèrera au chapitre de Julien Pierre et Fabienne Martin-Juchat, ainsi qu’à leur bibliographie.

41 Sur la dimension causale de la trace, cf. infra « Complexité de la notion de trace » et « Fragments théoriques du signe-trace ».

42 Sur la dimension résiduelle, cf. infra « Les distinctions honorifiques en tant que traces institutionnelles » par Gilles Gauthier.

44 Apollo 11 Image Gallery All photographs on this website are courtesy of the National Aeronautics and Space Administration, specifically the NASA History Office and the NASA JSC Media Services Center.

43 Pour une bibliographie plus généraliste des auteurs, cf. la bibliographie du chapitre introductif « L’universalité de la trace. Le XXIe siècle, siècle de la trace » et de la conclusion générale « Déclinaisons du paradigme de la trace ».

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Aldrin salutes the U.S. Flag(Source : cliché AS11-40-5875 :http/:history.nasa.gov/ap11ann/kippsphotos/5875.jpg44).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16674/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

Auteur

Professeur des Universités en sciences de l’information et de la communication, directrice du CDHET (Communication et Développement des Hommes, des Entreprises et des Territoires), et fondatrice du réseau international « L’Homme trace ».
IDEES/Haute Normandie, CIRTAI/ Le Havre :
http://www.cirtai.org
http://cdhet.galilo.info
galinon@free.fr

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site