Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Georges Friedmann

 | 
Pierre Grémion
, 
Françoise Piotet

Deuxième partie. ŒŒuvres

Le « Traité de sociologie du travail »

Françoise Piotet

Texte intégral

  • 1 Friedmann G., Naville P. (sous la dir.de) (1962), Traité de sociologie du travail, 2 tomes, Paris, (...)
  • 2 Gurvitch G. (sous la dir.de) (1960), Traité de sociologie, 2 tomes, Paris, PUF.
  • 3 Daval R., Bourricaud F., Delamotte Y., Doron R. (1963), Traité de psychologie sociale, 2 tomes, Pa (...)
  • 4 Outre Georges Friedmann, il s’agit de Georges Balandier, Alain Girard, Jean-Daniel Reynaud et Jean (...)
  • 5 Chapoulie J. M. « La seconde fondation de la sociologie française, les États-Unis et la classe ouv (...)

1Lorsqu’il paraît en 1962, le Traité de sociologie du travail1 dirigé par Georges Friedmann et Pierre Naville a été précédé de peu (1958-1960) par la publication du Traité de sociologie2, dirigé par Georges Gurvitch ; il est rapidement suivi par celle du Traité de psychologie sociale3 publié en 1963 sous la direction de Roger Daval. Entre la fin des années 1950 et le début des années 1960 paraissent donc en France trois imposants traités de deux volumes chacun. Trois publications de cette envergure fournissent une bonne indication de la place que commence à occuper la sociologie dans le champ académique, même si chacun de ces traités ne nourrit pas les mêmes ambitions et ne vise pas des publics tout à fait identiques. Ces traités sont clairement identifiés par les noms de ceux qui les ont dirigés ; cependant, un certain nombre de ceux qui ont participé à leur rédaction se retrouvent dans les trois traités. Six des auteurs du Traité de sociologie du travail, dont Georges Friedmann ont contribué à la rédaction du Traité de sociologie4 et Yves Delamotte a été chargé de la rédaction d’un chapitre du Traité de psychologie sociale. Ces participations croisées prouvent l’existence d’une communauté scientifique encore étroite mais particulièrement dynamique. Les contributions des auteurs du Traité de sociologie du travail aux deux autres traités sont aussi significatives du rôle essentiel joué par la sociologie du travail et par son initiateur dans la « seconde fondation »5 de la sociologie en France.

  • 6 Une nouvelle civilisation. Hommage à Georges Friedmann (1973), Paris, Gallimard, Introduction.

2En effet, quinze ans seulement séparent ces publications du constat concernant l’état de la discipline au lendemain de la Seconde Guerre mondiale : « Il y avait comme un no man’s land sociologique… Il n’y avait pas de formation sociologique, plus de tradition sociologique, pas de recherche6. » La publication de ces traités témoigne donc de l’effort considérable accompli pendant ces quinze années. Pour en mesurer l’ampleur il faut retracer à grands traits l’histoire des créations institutionnelles et des premières recherches qui ont permis la rédaction de ces œuvres.

LE TEMPS DE LA CRÉATION INSTITUTIONNELLE

  • 7 Sur les débuts du CES : Heilbron Johan, « Pionniers par défaut ? » et Tréanton Jean-René, « Les pr (...)

3Au lendemain de la guerre, il n’y avait en France que quatre chaires de sociologie (deux à Paris, une à Bordeaux et une à Strasbourg) auxquelles il faut ajouter la chaire d’histoire du travail créée en 1945 au CNAM et sur laquelle fut élu Georges Friedmann. Titulaire de la chaire de sociologie de Strasbourg, Georges Gurvitch revenu des États-Unis avec, dans ses bagages, une Anthologie de la sociologie au xxe siècle écrite en collaboration avec Wilbert Moore, crée avec Henry Lévy-Bruhl en 1946 dans le cadre de cette toute nouvelle institution qu’est le CNRS, le Centre d’Études sociologiques (CES) dont il sera le premier directeur jusqu’à son élection à la Sorbonne. Il crée également à la même époque les Cahiers internationaux de sociologie, première revue de la discipline à paraître après la guerre. Jusqu’en 1949, le Centre d’Études sociologiques est d’abord conçu par G. Gurvitch comme un centre de conférences, une amorce de centre de documentation avec les ouvrages qu’il a rapportés des États-Unis et l’esquisse d’un lieu à partir duquel il serait possible de développer des enquêtes conduites par des universitaires qu’appelait de ses vœux son promoteur7. En 1948 enfin, au sein de l’EPHE est ouverte une sixième section : « Sciences économiques et sociales » où Georges Friedmann est élu cette même année.

4En 1949, Friedmann succède à Gurvitch à la tête du Centre d’Études sociologiques. La création de la sixième section à l’EPHE et les activités d’enseignement qui doivent se développer dans ce cadre rendent sans doute moins pertinente la poursuite des activités de formation au sein du CES. En accédant à la direction du Centre d’Études sociologiques Georges Friedmann reçoit la mission de le transformer en véritable « laboratoire », avec la possibilité de recruter de nouveaux chercheurs. Apparaissent alors au CES, parfois embauchés comme simples « sbires », ceux dont les noms figurent dans le traité (et ils n’y sont pas tous) et qui, poursuivant leurs propres carrières, deviendront nos maîtres. Le CNAM, l’EPHE où il tient un séminaire qui laissera des traces importantes dans la mémoire de ses participants, le Centre d’Études sociologiques qu’il dirigera pendant deux ans, ne résument pas, tant s’en faut, l’activité de Georges Friedmann. Outre l’enseignement qu’il assure également à Sciences Po, il participe activement à la renaissance de L’Année sociologique qui reparaît en 1949, publie, en 1950 Où va le travail humain ? Aux Éditions de Minuit il dirige une collection : « L’homme et la Machine », au sein de laquelle seront publiés une dizaine d’ouvrages. En partie dans son orbite se met en place en 1954, sous le double patronage du ministère du Travail et de l’Université de Paris, au sein de l’ISST dont le secrétaire général est Yves Delamotte (un des auteurs du Traité) un programme de recherche financé par le Commissariat au Plan et à la Productivité auquel participeront, entre autres, Alain Touraine, Michel Crozier, Jean-Daniel Reynaud, Claude Durand. Le Travail en miettes paraît en 1956. À l’EPHE Touraine crée en 1957 le Centre de Sociologie industrielle. En 1959, Sociologie du travail voit le jour dont il signe le premier article qui est une partie de son introduction au Traité dont le premier tome paraîtra un an plus tard.

  • 8 Elle ne figure que dans le programme du certificat de psychologie sociale au moment de la création (...)

5Des année 45 au début des années 60, le milieu des sociologues donne le sentiment d’être en constante « effervescence ». La création de nouvelles institutions, la croissance du nombre des postes offerts par le CNRS permettent d’accueillir de nouveaux chercheurs et des financements publics soutiennent la réalisation des premières recherches empiriques. Dans cette « seconde naissance » de la sociologie en France, Georges Friedmann joue un rôle essentiel à côté de Georges Gurvitch dont on a évoqué l’action mais aussi de Jean Stoetzel, Raymond Aron, Robert Daval, entre autres. Au cours de cette période plusieurs équipes sont créées qui n’occupent pas les mêmes territoires, même si les chercheurs qui en sont membres se croisent au sein du CES. Celui de Georges Friedmann est circonscrit au CNAM, à l’EPHE, au CES et à l’Institut d’Études politiques. La Sorbonne en est exclue, ce qui explique le retard pris dans l’enseignement de la sociologie du travail au sein de la discipline8. Avec le recul, ce qui frappe sans doute le plus n’est pas seulement l’énergie déployée pour créer de nouvelles institutions ou redonner force et vie à celles déjà existantes, créer de nouveaux supports de communication pour la discipline, revues ou collections ; c’est aussi l’extraordinaire appétit pour des « prises de risques » intellectuelles, pour le développement de connaissances nouvelles sur de nouveaux objets.

LES DÉBUTS DES RECHERCHES EMPIRIQUES

  • 9 Verry M., Les Laminoirs ardennais. Déclin d’une aristocratie professionnelle, Paris, PUF, 1955.
  • 10 Isambert-Jamati V., L’Industrie horlogère dans la régions de Besançon, Paris, PUF, 1955.
  • 11 Touraine A. Le Travail ouvrier aux usines Renault, Paris, Éd. du CNRS, 1955.
  • 12 Chapoulie J. M., « La seconde fondation », art. cit.

6Dans le domaine de la sociologie du travail, Friedmann va lancer dès 1948 plusieurs chercheurs dans des enquêtes dont le « schème de recherche » se réfère à sa thèse sur « Les problèmes humains du machinisme industriel ». Les laminoirs ardennais (Michel Verry)9 l’industrie horlogère (Viviane Isambert-Jamati)10, la Régie Renault (Alain Touraine)11 constituent les premiers terrains sur lesquels ces chercheurs débutants font l’apprentissage, parfois rude, du métier. Les entretiens conduits par Jean-Michel Chapoulie auprès de ceux qui ont vécu cette période sont très révélateurs12. Privilégiant l’analyse des « formules de recherche » utilisées par les chercheurs pour comprendre l’histoire de la discipline, Jean-Michel Chapoulie met en évidence l’évolution de ces « formules » entre la première vague de travaux de terrain qui viennent d’être cités et la seconde qui commence au milieu des années 50 (notamment l’enquête sur Mont-Saint-Martin conduite à la demande de la CECA pour comprendre la « résistance au changement » dans l’industrie sidérurgique). Les premières études « très centrées sur l’analyse des postes de travail, notamment dans leur dimension technique » sont suivies par une série d’études plus diversifiées mais « au caractère beaucoup plus analytique que les précédentes et l’idée de la variable y est omniprésente ». En peu de temps, le modèle de l’enquête s’affine. Le CES se révèle un vrai « laboratoire » d’échanges d’idées et de formation, de proximité entre « seniors » et « juniors ». Les jeunes chercheurs débordent d’activité. Ils lisent beaucoup, en particulier la littérature américaine, la seule qui soit disponible en sociologie du travail. Certains d’entre eux vont bénéficier de séjours d’études aux États-Unis (Michel Crozier, Alain Touraine, Henri Mendras), ils suivent le séminaire de Friedmann, séminaire ouvert, et ce n’est pas là sa moindre vertu, à des responsables d’entreprises ou à des fonctionnaires. Quelques-uns trouvent aussi le temps de militer. En moins de dix ans, cette équipe apparaît suffisamment mûre et formée pour que Georges Friedmann et Pierrre Naville estiment possible de répondre positivement en 1954 à la proposition de rédaction d’un traité sensé faire le point sur l’état des connaissances en sociologie du travail. Vu avec recul, le travail accompli est impressionnant. Ceci étant, il ne faut évidemment pas se cacher les difficultés et les frottements. Évoquer ici une équipe ne signifie pas une communauté sans conflits, ni concurrences, c’est, à tout le moins, souligner une passion partagée et ce n’est pas rien.

  • 13 J. D. Reynaud est particulièrement clair à cet égard (cf. le compte rendu d’entretien avec J. M. C (...)

7Il fallait du culot et de l’audace mais aussi de l’intuition pour saisir que le renouveau de la sociologie se ferait contre sa première fondation et c’est sans doute en grande partie à Friedmann qu’en revient le mérite. Jean-Michel Chapoulie à raison de parler d’une « nouvelle fondation » plus que d’une « refondation ». Ce dont ne veut pas cette « équipe », Alain Touraine et Jean-Daniel Reynaud sont les plus prolixes à ce sujet, c’est d’une sociologie à la Durkheim, tant en ce qui concerne sa conception du rôle de « la Société » que sa manière d’analyser les « faits sociaux ». Le Durkheim dont on ne veut plus est avant tout celui des « Formes élémentaires de la vie religieuse » travaillant sur l’analyse secondaire de données recueillies par les ethnologues. Le risque ne vient plus de la psychologie et encore moins de la psychologie sociale qui va fournir les règles de méthode des premières enquêtes13 mais de la philosophie dont il faut se détacher. Ce n’est pas là mince affaire. La sociologie n’existe, jusqu’à la création de la licence en 1958, qu’à travers la philosophie et le certificat de « morale et de sociologie ». Ceux qui la pratiquent ou s’y réfèrent, géographes, historiens, juristes et surtout philosophes, se gardent bien d’abandonner leurs disciplines de références quand bien même ils revendiquent leur appartenance à cette « nouvelle » discipline. Dans l’université, l’empirisme sent non pas le souffre mais est l’apanage des « second best » comme on le disait dans l’armée pour les sous-officiers devenus officiers à l’issue de l’école de Saint-Maixent. G. Friedmann, peut-être parce qu’il n’avait rien à prouver quant à ses capacités académiques et à cause sans doute de son histoire personnelle, de son expérience dans la Résistance, de son réseau de relations a su saisir l’opportunité offerte par la création du CNRS pour s’entourer d’une équipe de jeunes chercheurs plus motivés, quelles qu’en soient les raisons aux lendemains de la guerre (catholicisme social ou adhésion au PC), par la compréhension du monde du travail que par une carrière académique par ailleurs à priori inaccessible à la majorité d’entre eux compte tenu des règles de recrutement alors en vigueur. Edgar Morin décrira les premières années du CES comme une sorte de « cour des Miracles » accueillant aussi bien des normaliens comme A. Touraine ou J. D. Reynaud, que des militants du PC, un prêtre défroqué, ou de jeunes catholiques pétris de sens du devoir.

  • 14 Monjardet D., « À la recherche des fondateurs : les traités de sociologie du travail », in Le Trav (...)

8Opérant une comparaison entre les auteurs du Traité de sociologie de Gurvitch et celui de Friedmann-Naville sur la sociologie du travail, Dominique Montjardet14 observe que « sur les 33 auteurs du traité G, 23 sont professeurs d’université. Sur les 25 du traité FN, 2 seulement appartiennent à l’université mais n’y sont pas professeurs. » « Il s’agit de populations différentes, disjointes et qui apparaissent, in fine, concurrentes », ajoute-t-il, ce qui est rien moins que certain sauf à préciser le terme de concurrence et à ne pas oublier l’effet de génération et de statut. Il est peu probable qu’à l’époque, (comme le soulignent d’ailleurs tous les témoignages recueillis) les professeurs craignaient la concurrence des jeunes chercheurs du CNRS naissant. Tout au plus y voyaient-ils sans doute une main d’œuvre utile pour un travail empirique, se réservant les tâches plus nobles de la réflexion théorique. Il serait plus juste d’évoquer le terme de hiérarchie que celui de concurrence. Parmi les auteurs du Traité de sociologie du travail, treize font partie de la jeune équipe qui s’est rassemblée autour de Friedmann et Naville, Pierre Rolle étant le plus proche de ce dernier alors que les autres gravitent autour de Georges Friedmann. La capacité à s’inscrire dans la rédaction d’un Traité suggère la rapidité de leur professionnalisation ; sa réalisation est, d’une certaine manière, un exploit, dans tous les sens du terme.

LA CONCEPTION DU TRAITÉ DE SOCIOLOGIE DU TRAVAIL

  • 15 Gasparini G., « L’influence de G. Friedmann sur la sociologie du travail italienne. », contributio (...)
  • 16 Introduction, TST, 3e édition, 1970.
  • 17 Tréanton J. R., « Sur les débuts de la sociologie du travail », RFS 27/4, 1986, p. 735-740.

9Si l’on en croit Giovanni Gasparini15 citant les informations recueillies auprès de Pierre Naville, le traité n’a pas été vraiment voulu par ses auteurs, il a été conçu en réponse à une commande d’un éditeur (Armand Colin) qui visait une œuvre « commerciale ». Il faut entendre par là, comme le soulignent les auteurs du traité dans leur avant-propos, une œuvre destinée à « une gamme variée de lecteurs, étudiants, chercheurs, universitaires, certes, mais aussi praticiens et cadres de l’industrie aux divers échelons, ingénieurs et organisateurs, administrateurs, militants syndicalistes, et en général tous ceux qui s’intéressent aux problèmes humains de nos sociétés industrielles ». Ce traité est aussi « principalement centré sur le travail industriel […] fondé en grande partie sur des données relatives à la France mais aussi, souvent, sur des observations et des exemples empruntés à d’autres pays, à d’autres continents. Ainsi, tout en manifestant des préoccupations à la fois théoriques et pratiques qui caractérisent le développement des sciences sociales en France, il en transcende les frontières16. » Par ailleurs, comme le rappelle Jean-René Tréanton, véritable cheville ouvrière de ce travail collectif, « le Traité fut dès le départ une lourde guimbarde dont l’équipage tirait à hue et à dia et qui fut bien prêt de s’enliser… À vrai dire, on voit mal comment ses deux chefs de file, l’un tout à fait détaché du marxisme de sa jeunesse, l’autre porté vers des versions de celui-ci qui sentaient le bûcher, auraient pu imposer une ligne théorique à leurs collaborateurs. Chacun de ceux-ci travailla à sa guise. De l’un à l’autre, aucune circulation organisée des idées, encore moins des textes17.… » Malgré ses défauts et les limites dont certaines sont soulignées par les auteurs du traité eux-mêmes, celui-ci a incontestablement connu un succès éditorial : trois éditions en moins de dix ans pour un ouvrage de près de 900 pages réparties en deux volumes, une traduction en italien et une en espagnol dès 1964, une en polonais et une autre en tchèque en 1967. Mais il est plus que cela. Le traité consacre aussi l’institutionnalisation de la sociologie du travail et révèle toute la place prise par Georges Friedmann dans cette entreprise. Dans le parcours de cet intellectuel, la création institutionnelle autant que le besoin de la transmission des connaissances et le souci de susciter de nouvelles vocations de sociologues auront occupé une place considérable.

10Il faut maintenant rendre compte du traité.

11Si l’on commence par une lecture faciale, le traité à l’allure d’un monument : deux tomes respectivement de 432 et 441 pages au format original de 18,5 x 23,5, la taille du format masquant le volume réel de l’ouvrage qui, en format normal, aurait sans doute atteint les mille pages. Le traité est divisé en six parties et vingt-cinq chapitres, certains chapitres étant rédigés par des binômes. Sans revenir sur l’origine des auteurs déjà évoquée, force est de constater l’inégalité, au moins en volume, des contributions. Comme le laisse pressentir l’avant-propos signé par les deux auteurs du traité, Georges Friedmann et Pierre Naville, le plan de l’ouvrage et les principales têtes de chapitres ont été décidés par eux. Ils ont également choisi les collaborateurs chargés de ces différents chapitres. Toujours dans leur avant-propos, les deux auteurs prennent le soin de souligner certaines limites du traité : « L’étude des collectivités de travail… en particulier les bureaux, les exploitations agricoles, n’ont pas reçu toute l’attention qu’elles mériteraient et qu’elles recevront par la suite. » Le traité est ainsi « principalement centré sur le travail industriel ». Ce choix correspond manifestement aux préoccupations centrales des deux auteurs et à l’accumulation des recherches dans ce domaine, mais il révèle aussi sans doute, et pour des raisons plus obscures, quelques exclusions d’auteurs possibles.

12Toujours dans ce registre facial, force est aussi de constater, hormis l’avant-propos, la différence d’investissement des deux initiateurs du traité dans sa rédaction. L’espace occupé par Naville est le double de celui occupé par Friedmann. Il revient certes à ce dernier le soin de rédiger la première partie de l’introduction et la conclusion, ce qui traduit peut-être une prééminence qui n’est pas seulement d’ordre alphabétique. Dans tous les cas, cette prééminence formelle sera interprétée par certains lecteurs de manière très réductrice, omettant d’imputer à Pierre Naville toute la part qui lui revient. Il est sans doute abusif de parler d’introduction et de conclusion, les deux auteurs ayant été assez habiles pour ne pas utiliser ce terme. Le traité ne comporte que des « parties », la première étant consacrée aux questions de « Définitions et Méthodes », la dernière au « Travail et Civilisation industrielle ». Si le premier chapitre s’intitule bien introduction et méthodologie, les deux auteurs se sont partagés le travail : à Georges Friedmann le soin de traiter de l’objet de la sociologie du travail, à Pierre Naville la méthode, ce qui est une autre manière de traiter de l’objet. S’il revient à Friedmann d’écrire le dernier chapitre du traité mettant en perspective et à sa manière, « Les tendances d’aujourd’hui, perspectives de demain », Naville ne manque pas de glisser dans son chapitre sur « Travail et Guerre » qui figure dans cette partie sa propre vision de l’évolution du travail. Un « équipage qui tire à hue et à dia » ? Alors que Friedmann avec Jean-Daniel Reynaud et Jean-René Tréanton a joué sa partition dans le traité de Gurvitch, Pierre Naville investit le Traité de sociologie du travail, suivi de près par Alain Touraine (127 p. pour l’un, 94 p. pour l’autre). À l’exception de la partie concernant l’entreprise, Pierre Naville seul ou en collaboration avec Pierre Rolle, interviendra dans toutes les parties du traité et dominera la troisième partie consacrée au « Travail et Progrès technique » (avec toutefois une incursion d’Alain Touraine).

13Pour en terminer avec cette forme de lecture, deux remarques encore. Si la majorité des auteurs appartiennent au CNRS ou/et à l’EPHE, les auteurs du traité n’ont pas hésité à faire appel pour telle ou telle question précise, à des experts en partie extérieurs au monde universitaire : un médecin du travail expert auprès du BIT et de l’OMS (Jean-Jacques Gillon), un conseil en organisation, spécialiste des techniques d’organisation (Jacques Lobstein), un administrateur de l’INSEE (il est vrai attaché de recherche au CNRS) mais qui sera « l’inventeur » des catégories socio-professionnelles (Jean Porte). Il est également fait appel à un économiste (Jean Fourastié), un psychologue (Robert Pagès) et un anthropologue (Georges Balandier), autant de signes qui marquent la volonté d’ouverture qui préside à la naissance de la sociologie du travail et qui contribuent également à la distinguer de la sociologie académique. Un étonnement enfin : la mission confiée à Michel Crozier de traiter de la « sociologie du syndicalisme » plutôt que des questions d’organisation associées à la bureaucratie. M. Crozier avait certes effectué une mission de recherche sur ce thème aux États-Unis, mais il avait déjà entamé, au moment de la rédaction du traité, l’exploration du monde des employés de bureau et « le phénomène bureaucratique ». On ne dispose ici pour comprendre la tâche assignée à M. Crozier que de l’interprétation de Jean-René Tréanton qui explique cette « relégation » par les relations passées de Crozier avec Dolléans.

14Il est difficile de porter une appréciation globale sur le contenu du traité sans se resituer dans le contexte de l’époque où il a été écrit, contexte à la fois de transformation de la discipline et de sa place institutionnelle, nous l’avons évoqué, mais aussi contexte économique et social du lendemain de la guerre. La manière la plus juste de l’apprécier est sans doute de retrouver la manière dont il en fut rendu compte dans les revues spécialisées et l’accueil réservé à l’étranger.

LA RÉCEPTION DU TRAITÉ DE SOCIOLOGIE DU TRAVAIL

  • 18 RFS, juillet-septembre 1962, p. 340-342.

15C’est sous la plume d’Odile Benoit dans la Revue française de sociologie18 que l’on trouve un premier compte-rendu relativement bref sur le traité. L’analyse qu’elle en fait est peu approfondie et plutôt descriptive, passant en revue, dans l’ordre, parties et chapitres. Elle note d’entrée de jeu ce qu’elle considère comme le parti pris des auteurs de ne pas « étudier, à partir d’une ou plusieurs théories sociologiques, les problèmes du travail pour lesquels elles sont susceptibles d’apporter des réponses ou des interprétations[…] mais de partir des réalités industrielles et exposer, à propos d’elles, l’état des recherches sociologiques et leurs conclusions, quelle que soit l’orientation théorique dont elles dérivent, ou, à défaut, présenter des réflexions et des interprétations qui n’ont pas encore été soumises à la vérification ». Compte tenu « du faible développement des théories sociologiques » à l’époque de la conception du traité, le choix fait par les auteurs lui apparaît raisonnable, qui permet de mêler les parties descriptives à « la présentation systématique des résultats de recherche dans des domaines particuliers » et « des exposés de problème à résoudre ou d’études à entreprendre ». Ce parti pris « empirique » (mais l’est-il vraiment ?) jugé raisonnable n’empêche pas Odile Benoit de regretter, en conclusion, de n’avoir pas trouvé un exposé des « différentes approches théoriques qui se partagent la sociologie appliquée au travail » tout en portant un jugement globalement fort élogieux sur « un outil de travail des plus précieux ».

  • 19 Touraine A., « Note critique. Bilan de la sociologie du travail », p. 278-284, Sociologie du trava (...)

16Plus intéressante et étonnante est la longue note que consacre Alain Touraine à la présentation du traité dans Sociologie du travail19. Sous l’intitulé « Bilan de la sociologie du travail. À propos du Traité de sociologie du travail », titre qui en dit long, Touraine se livre à un remarquable exercice pour tenter de donner un fil conducteur de lecture du traité, risque que n’a pris aucun des deux directeurs de l’ouvrage. On peut en retenir les idées qui entrent en résonance avec la lecture que l’on peut en faire aujourd’hui sans oublier le contexte dans lequel il a été écrit.

  • 20 De Coster M., Pichault F. Traité de sociologie du travail, préface d’A. Touraine, Bruxelles, De Bo (...)
  • 21 Friedmann définit dans le traité la sociologie du travail « comme l’étude, sous leurs divers aspec (...)

17Pour Alain Touraine, il y a d’une certaine manière une véritable unité de point de vue entre la majorité des auteurs du traité (même s’il faut tout son talent pour la déceler lorsqu’elle n’apparaît pas avec évidence). Cette unité de point de vue, pour reprendre une expression qu’il utilisera plus tard dans l’introduction d’un autre Traité de sociologie du travail20, tient au fait que les auteurs qui ont participé à l’ouvrage ont pour caractéristiques d’être des « enfants de Weber » et non de Durkheim. On comprend ce qu’il veut dire dans la définition qu’il propose de la sociologie du travail, définition qui complète celle évoquée dans les propos introductifs du traité par Georges Friedmann21 :

« La sociologie du travail […] n’existe que dans la mesure où une conduite de travail doit être décomposée pour être analysée en termes soit de personnalité, soit de système social, soit de situation historique (et non chronologique) et possède une unité du fait que les valeurs qui orientent les acteurs, en s’intitutionnalisant, deviennent normes collectives de conduite, contrôlant ainsi des systèmes d’interaction. Ces valeurs et ces normes commandent, par divers processus de socialisation, les conduites individuelles. Mais parce que le travail et le travailleur sont aussi « nature » et pas seulement action sociale, surtout lorsque le travail est, dans son exécution même, subi, les conduites individuelles relèvent aussi d’un autre type d’analyse, dont les études de G. Friedmann sur les mécanismes psychologiques par lesquels l’individu surmonte les contradictions de sa créativité et de sa dépendance ont justement souligné l’importance. La sociologie du travail apparaît ainsi située au cœur de la sociologie, parce que son objet est l’expérience « historisante » par excellence : le travail, principe de définition d’une situation historique, ni matériellement, ni philosophiquement, mais comme action transformatrice de l’homme sur la nature, sur les autres hommes, et sur lui-même. »

  • 22 Touraine se réfère à la partie de l’introduction rédigée par Naville et en particulier au paragrap (...)
  • 23 Dans un numéro des Cahiers d’étude de l’automation crée et dirigé par P. Naville, celui-ci publie (...)

18Mais il y a aussi un traité dans le traité. Avec subtilité et finesse, Alain Touraine montre bien cependant que cette unité de point de vue que l’on vient d’évoquer n’est pas partagée par Pierre Naville : « On pourrait presque dire que l’ambition de P. Naville est de dégager, sans recours à l’étude interne des conduites sociales, des situations objectives, formalisables en des modèles opératoires et conduisant l’analyse à des propositions générales touchant la nature du travail22. » C’est dire que Naville est loin d’adhérer à l’approche qui privilégie, d’une certaine manière, l’étude interne des conduites sociales. Les réflexions de Pierre Naville et Pierrre Rolle sur l’automation, celles de Naville concernant les qualifications, s’opposent à celles de Friedmann au point qu’elles donneront lieu à polémique entre les deux auteurs par revues interposées au lendemain de la sortie du traité.23. Il n’en demeure pas moins que dans la mesure où Pierre Naville seul ou avec Pierre Rolle assurent le traitement de la question du travail et de la technologie dans le traité, c’est le point de vue de ce dernier qui domine cette question et non celui de Georges Friedmann qui trouvera à s’exprimer dans le Traité de sociologie de Georges Gurvitch.

  • 24 Düll K., « Regards étrangers sur la sociologie du travail française. Débat », Sociologie du travai (...)

19Dans sa note Touraine met encore en exergue des éléments qui donnent valeur au traité : l’intérêt porté à l’État et à son rôle déterminant en matière de conception des politiques du travail, la place accordée à l’entreprise même si celle-ci, comme le soulignera Klaus Düll n’est pensée que comme « terrain d’enquêtes » et comme organisation et non comme « instance majeure de médiation entre le procès de valorisation du capital et les structures des proces de travail concret24 ».

20L’effort important fait par Alain Touraine pour présenter le traité comme un « bilan de la sociologie du travail » montre sans doute que la lecture que l’on peut en faire comme l’a souligné Odile Benoit, est celle d’un ouvrage qui manque d’unité théorique. Le traité n’est peut-être pas un traité au sens classique du terme ; il est plutôt, comme l’écrit Alain Touraine lui même, « un symposium au cours duquel les participants sont amenés à apporter, implicitement plus qu’explicitement, pratiquement plus que théoriquement, leur réponse au problème de l’unité des recherches de sociologie du travail » ou au contraire, celle de « la collaboration de chaque discipline sociale à la connaissance d’un grand ensemble historique ».

  • 25 Düll K., Industrielsoziologie in Frankreich, Frankfurt, Europaïsche Verlagsanstalt, 1975.
  • 26 Rose M., Servants of post-industrial power ? Sociologie du travail in Modern France, London, Macmi (...)
  • 27 La Rosa M., La sociologia del lavoro in Italia e in Francia. Milan, Éd. F. Angeli, 1979.
  • 28 Casparini G., « L’influence de G. Friedmann sur la sociologie du travail italienne », op cit.

21Bien reçu en France au moment de sa parution, le traité l’est également à l’étranger comme en témoignent les mentions qui en sont faites dans les ouvrages de Klaus Düll25, Michel Rose26 et Michele La Rosa27, et les traductions qui en seront faites. Pierre Desmarez dans sa contribution au présent ouvrage évoque également l’accueil très élogieux réservé aux États-Unis au Traité. Dans le cadre du colloque de Bruxelles organisé en hommage à Georges Friedmann à l’occasion du dixième anniversaire de sa mort, Giovanni Gasparini s’est attaché à apprécier « l’influence de la pensée de G. Friedmann sur la sociologie du travail italienne28 ». Il accorde une place prépondérante au Traité dans cette influence. Traduit très rapidement en italien par M. Paci, « le Traité n’a cessé de représenter pour les chercheurs et les étudiants un reference book, on peut même dire le texte le plus important de référence dans le domaine. En dépit de son âge, ce texte continue à être employé dans plusieurs universités ». Malgré les défauts que lui reconnaît Gasparini (en particulier « son caractère fragmentaire et peu organique »), le Traité aurait joué, selon lui, un rôle essentiel dans l’institutionnalisation de la sociologie du travail en Italie.

  • 29 Heilbron J., « Pionniers par défaut », RFS 1991, XXXII/3, p. 365-379.

22Il y avait en 1950 douze chercheurs au Centre d’Études sociologiques, trente-sept en 1955 et quarante-deux en 1960 au moment de la parution du traité29. Dix-neuf d’entre eux gravitaient autour de Georges Friedmann (non exclusivement) et une dizaine d’entre eux s’intéressaient au « travail ». La sociologie avait quasiment disparu au lendemain de la guerre et la recherche empirique était à inventer (sans les moyens techniques dont on dispose désormais pour assurer le recueil et traitement des données). On peut certes aujourd’hui regretter tout ce qui n’a pas été fait et aurait dû l’être, oubliant les moyens et le contexte. On peut aussi, avec le recul, s’étonner de cet engouement quasi exclusif pour la classe ouvrière. Gageons que sans cette passion, jamais un tel travail n’aurait pu être accompli avec aussi peu. On a surtout reproché au Traité son absence d’unité théorique, mais Georges Friedmann n’était pas un sociologue théoricien. Pour créer la sociologie du travail, il a su s’entourer non pas de zélotes censés reproduire sa pensée et entretenir un culte, mais de tous les talents qui marqueront ensuite la discipline, chacun à leur manière. Le Traité est sans doute le point d’orgue et la fin d’une époque exceptionnelle. Grâce au Traité, la sociologie du travail est instituée. On pourrait sans doute faire la même analyse concernant le Traité de sociologie dirigé par Georges Gurvitch. À partir des années 1960, la sociologie du travail se déploie vers de nouveaux champs d’investigation, de nouveaux débats dont rend compte depuis la bien vivante revue : Sociologie du travail.

Notes

1 Friedmann G., Naville P. (sous la dir.de) (1962), Traité de sociologie du travail, 2 tomes, Paris, A. Colin.

2 Gurvitch G. (sous la dir.de) (1960), Traité de sociologie, 2 tomes, Paris, PUF.

3 Daval R., Bourricaud F., Delamotte Y., Doron R. (1963), Traité de psychologie sociale, 2 tomes, Paris, PUF, collection « Logos », préface de J. Stoetzel.

4 Outre Georges Friedmann, il s’agit de Georges Balandier, Alain Girard, Jean-Daniel Reynaud et Jean-René Tréanton.

5 Chapoulie J. M. « La seconde fondation de la sociologie française, les États-Unis et la classe ouvrière », RFS XXXII, 1991, x p. 321-364.

6 Une nouvelle civilisation. Hommage à Georges Friedmann (1973), Paris, Gallimard, Introduction.

7 Sur les débuts du CES : Heilbron Johan, « Pionniers par défaut ? » et Tréanton Jean-René, « Les premières années du CES », RFS (1991), XXII/3.

8 Elle ne figure que dans le programme du certificat de psychologie sociale au moment de la création de la licence de sociologie en 1958.

9 Verry M., Les Laminoirs ardennais. Déclin d’une aristocratie professionnelle, Paris, PUF, 1955.

10 Isambert-Jamati V., L’Industrie horlogère dans la régions de Besançon, Paris, PUF, 1955.

11 Touraine A. Le Travail ouvrier aux usines Renault, Paris, Éd. du CNRS, 1955.

12 Chapoulie J. M., « La seconde fondation », art. cit.

13 J. D. Reynaud est particulièrement clair à cet égard (cf. le compte rendu d’entretien avec J. M. Chapoulie, article cité).

14 Monjardet D., « À la recherche des fondateurs : les traités de sociologie du travail », in Le Travail et sa sociologie. Essais critiques, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1985.

15 Gasparini G., « L’influence de G. Friedmann sur la sociologie du travail italienne. », contribution au colloque en l’honneur de Georges Friedmann, Bruxelles, 1987. Document non publié, 14 p.

16 Introduction, TST, 3e édition, 1970.

17 Tréanton J. R., « Sur les débuts de la sociologie du travail », RFS 27/4, 1986, p. 735-740.

18 RFS, juillet-septembre 1962, p. 340-342.

19 Touraine A., « Note critique. Bilan de la sociologie du travail », p. 278-284, Sociologie du travail, 3/62.

20 De Coster M., Pichault F. Traité de sociologie du travail, préface d’A. Touraine, Bruxelles, De Boeck, 1994.

21 Friedmann définit dans le traité la sociologie du travail « comme l’étude, sous leurs divers aspects, de toutes les collectivités humaines qui se constituent à l’occasion du travail », I, p. 26.

22 Touraine se réfère à la partie de l’introduction rédigée par Naville et en particulier au paragraphe intitulé : « Interprétation et explication », t. I , p. 59-62.

23 Dans un numéro des Cahiers d’étude de l’automation crée et dirigé par P. Naville, celui-ci publie un article de C. Barrier-Lynn, fondé sur son analyse de l’évolution de la division du travail induite par le développement de l’automation. Cette dernière reproche à G. Friedmann sa vision trop optimiste et fausse des effets de l’automation sur la division du travail qui devrait permettre à terme « la reconstitution de l’ouvrier synthétique ». Le texte que publie dans ce même numéro P. Naville reproche la même chose à G. Friedmann en l’accusant d’être proudhonien et de penser que la machine automatique permettra une recomposition des tâches. Georges Friedmann manifestement blessé par une lecture qu’il juge partiale et erronée de ses travaux répondra aux deux auteurs dans un court article publié dans Sociologie du travail. P. Naville « Nouvelles recherches sur la division du travail », Cahiers d’étude de l’automation et des sociétés industrielles, n° 3, 1962 ; Friedmann G., « Proudhonien ? Optimiste ? » sociologie du travail, 4/62, p. 395-398.

24 Düll K., « Regards étrangers sur la sociologie du travail française. Débat », Sociologie du travail, 1/80, p. 55-74.

25 Düll K., Industrielsoziologie in Frankreich, Frankfurt, Europaïsche Verlagsanstalt, 1975.

26 Rose M., Servants of post-industrial power ? Sociologie du travail in Modern France, London, Macmillan, 1979.

27 La Rosa M., La sociologia del lavoro in Italia e in Francia. Milan, Éd. F. Angeli, 1979.

28 Casparini G., « L’influence de G. Friedmann sur la sociologie du travail italienne », op cit.

29 Heilbron J., « Pionniers par défaut », RFS 1991, XXXII/3, p. 365-379.

Auteur

Professeur des universités à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne. Directrice du laboratoire Georges Friedmann (Paris I -CNRS)

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540