Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Homme trace

 | 
Béatrice Galinon-Melenec

Liminaire

L’« Homme trace », arguments

Béatrice Galinon-Mélénec

Texte intégral

  • 1 Terme utilisé en médecine, issu du verbe anglais to scan, pour signifier une méthode d’imagerie mé (...)

1Grâce à la technologie, la majorité des activités de l’Homme d’aujourd’hui laisse des traces qui permettent à des tiers de tracer son profil. Le boîtier EDF révèle à quelle heure il ouvre sa lumière ; la carte à puces de la RATP signale l’heure et le lieu de sa prise de transport en commun ; son téléphone mobile, ses mails, son GPS, sa carte bleue, etc. fournissent des informations sur ses déplacements et ses activités. Ces traces s’enregistrent et, connectées entre elles, sont susceptibles de scanner1 l’individu, de faire apparaître une image de lui qui n’est visible que depuis la généralisation de l’usage de la numérisation. Ainsi l’« Homme trace » désignerait cet Homme du XXIe siècle laissant partout les traces de son passage et de ses activités, susceptible d’être traqué par les marchands, observé au plus intime par des voyeurs de toute nature, sanctionné pour tout écart au regard de la norme… autant de risques soulevant des inquiétudes légitimes au regard du respect de l’intimité, du respect des libertés individuelles et de l’éthique. Ces phénomènes récents ayant suscité de très intéressantes analyses de la part de nos collègues chercheurs en sciences humaines, nous entreprenons dans cet ouvrage d’englober ces aspects dans une définition de l’« Homme trace » intégrant, de façon complémentaire aux précédentes, d’autres traces langagières, d’autres traces corporelles, d’autres traces de mobilité. Il en ressort que si notre appellation l’« Homme trace » souhaitait se faire l’écho de préoccupations contemporaines, elle renvoie plus structurellement à des hypothèses sur la nature fondamentale de l’homme. Il est assez généralement admis en effet que l’Homme porte les empreintes de son histoire et de l’environnement dans lequel il s’est construit, que les comportements de l’Homme, ses actions, ses choix, ses jugements, laissent des traces dans son environnement. Il s’agit donc, ici, tout en rappelant dans plusieurs chapitres les fondements de cette hypothèse anthropologique, d’aller plus loin dans l’analyse. Par exemple, sont posées les questions portant sur la transparence, la visibilité, l’attention, la perception, le contexte, l’authentification des traces et sur le jugement porté sur elles. Sont progressivement aussi enrichies les assimilations de sens entre trace et empreinte, trace et marque, trace et quantité infime, trace et impression, trace et mémoire.

2L’« Homme trace » fut d’abord un projet d’ouvrage individuel reliant la figure de l’« Homme trace » et la notion de « signe-trace » dans une double dimension, théorique et pratique, illustrée par l’examen des paramètres en jeu dans toute communication interpersonnelle en co-présence. De ce projet initial, demeure un chapitre théorique (« Fragments théoriques du signe-trace ») et plusieurs chapitres illustratifs. Ils permettent de comprendre que, pour nous, « tout est signe-trace » et, qu’à ce titre, prétendre explorer l’infini des traces relèverait de l’absurde. Ainsi, les traces étudiées dans l’ouvrage ne peuvent prétendre à l’exhaustivité et sont exposées uniquement dans l’objectif de mettre en évidence un certain nombre de paramètres interférant dans l’interprétation de la trace. Transformer L’Homme trace en un ouvrage collectif posait donc la question du choix des exemples, des disciplines scientifiques et des auteurs à solliciter. Il se fit sur des critères particuliers : la proximité scientifique, culturelle et amicale, et la possibilité de participation à des séminaires de recherches sur le sujet. Cette publication qui offre la possibilité de partager une partie des échanges ainsi établis ne donne la place qu’à une partie d’entre eux. D’autres publications suivront. Le peu de références sur le sujet a rendu la tâche ardue à la majorité des auteurs. Je les remercie très sincèrement d’avoir malgré tout tracé avec moi le début du chemin.

Notes

1 Terme utilisé en médecine, issu du verbe anglais to scan, pour signifier une méthode d’imagerie médicale balayant tous les éléments avant de reconstituer une image globale.

Auteur

Professeur des Universités en sciences de l’information et de la communication, directrice du CDHET (Communication et Développement des Hommes, des Entreprises et des Territoires), et fondatrice du réseau international « L’Homme trace ».
IDEES/Haute Normandie, CIRTAI/ Le Havre :
http://www.cirtai.org
http://cdhet.galilo.info
galinon@free.fr

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site