Version classiqueVersion mobile

Georges Friedmann

 | 
Pierre Grémion
, 
Françoise Piotet

Deuxième partie. ŒŒuvres

Georges Friedmann, médiateur de la sociologie industrielle

Pierre Desmarez

Texte intégral

  • 1 Friedmann utilise l’expression dans plusieurs textes (voir par exemple Friedmann, 1950a et 1950c), (...)

1Sociologie industrielle ou sociologie du travail ? On se souvient que Friedmann pose la question dans l’article par lequel il inaugure la revue créée en 1959 par M. Crozier, J.-D. Reynaud, A. Touraine et J.-R. Tréanton (Friedmann, 1959). Comme l’indique le titre choisi pour la nouvelle revue, il penche pour l’appellation « sociologie du travail », en évoquant le caractère non industriel de certaines collectivités de travail qu’il juge dignes de retenir l’intérêt des sociologues : petite exploitation agricole, chalutier de pêche, grand magasin, conducteurs de train, etc. (Friedmann, 1959, p. 2-3). En plaidant aussi contre la légitimité d’une sociologie des administrations (« dès qu’il y a travail, il y a aussi […] administration » [ibid. : 4]) et en évoquant enfin l’ambiguïté de l’expression « relations industrielles » (ibid., p. 4-5)1.

2La discussion sur la terminologie ne s’arrête pas là. Dans le numéro suivant de Sociologie du travail, J.-D. Reynaud y participe, en se demandant, dans un compte rendu du manuel de Schneider (Reynaud, 1960 ; Schneider, 1957) : où est l’unité de la sociologie industrielle ? Friedmann y revient lui-même dans le Traité de sociologie du travail, en 1961 (Friedmann, 1961-1962).

3Quand Friedmann emploie-t-il l’expression « sociologie industrielle » pour la première fois ?

4Je ne l’ai pas trouvée dans les Problèmes humains du machinisme industriel (Friedmann, 1946), pas plus d’ailleurs que l’expression « sociologie du travail ». Friedmann parle seulement de « sociologie de l’entreprise » (ibid., p. 317) et de « psychosociologie de l’entreprise » (ibid., p. 313). C’est peu de temps après, dans l’article « Industrie et Société aux États-Unis », paru dans les Annales en 1948, qu’il utilise « sociologie industrielle » (Friedmann, 1948, p. 72). Friedmann y parle aussi, indifféremment semble-t-il, de « psycho-sociologie de l’industrie » et de « sociologie du travail ». Je reviendrai sur cet article, qui se retrouve dans Où va le travail humain ? en 1950.

5Dans l’avant-propos de la rubrique de L’Année sociologique intitulée « Technologie » qu’il inaugure en 1949, Friedmann évoque aussi la « sociologie industrielle », « dont on commence à parler comme d’une branche importante des recherches sociologiques » (Friedmann, 1940-1948, p. 762). Ici encore, « sociologie du travail » et « sociologie industrielle » paraissent être utilisées comme synonymes et Friedmann ajoute « la sociologie du travail est nécessairement une psychosociologie » (ibid., p. 763).

6Cette sociologie industrielle (ou du travail), Friedmann estime qu’elle doit « s’efforcer d’éclairer, sans parti pris ni complaisance sentimentale, avec la froide lucidité de la science, les problèmes les plus inquiétants de la civilisation technicienne, et par conséquent aider, dans une certaine mesure, à les dépasser » (ibid., p. 764).

  • 2 Pour une biographie de Mayo, voir Trahair, 1984.

7À l’appui de cette affirmation, Friedmann évoque un nom « qui, écrit-il, a toutes les raisons de l’être au seuil de cette rubrique » (ibid., p. 765), celui d’Elton Mayo, l’animateur des célèbres expériences de Hawthorne2. Dans son plus récent livre (qui est alors Mayo, 1945), poursuit Friedmann, Mayo prédit que le progrès technique suscitera le chaos social et l’anarchie, tant que la psychologie et la sociologie ne seront pas capables d’effectuer des analyses concrètes et de définir des moyens efficaces de coopération entre individus, dans les groupes humains. Friedmann précise encore que cette prédiction de Mayo se trouve dans un chapitre « désabusé » intitulé « The Seamy Side of Progress ». Ce « revers du progrès », Friedmann l’évoquera à nouveau, une vingtaine d’années plus tard, citant toujours Mayo (cette fois sans référence précise), au début de La Puissance et la Sagesse (Friedmann, 1970, p. 23).

  • 3 Dans les livraisons de 1948-1949 (PUF, 1951) et 1949-1950 (PUF, 1952), la section est signée par F (...)

8La rubrique « Technologie » de L’Année sociologique que je viens d’évoquer va changer de nom dès la deuxième livraison de la nouvelle série (1948-1949). Elle s’intitulera « Sociologie du travail » et Touraine la co-dirigera avec Friedmann3. Son contenu montre que Friedmann et son équipe repèrent les ouvrages et articles américains qui vont marquer le développement de la sociologie industrielle.

9Le présent texte a l’ambition de cerner la place que Friedmann donne à cette sociologie industrielle américaine dans les principales études qu’il a consacrées au travail après guerre et le rôle que sa pensée a pu jouer dans les débats qui ont à l’époque lieu outre-Atlantique. Le parcours que je propose suit une chronologie approximative sur la période qui va de Problèmes humains du machinisme industriel (1946) à la troisième édition de Où va le travail humain ? (1963).

PROBLÈMES HUMAINS DU MACHINISME INDUSTRIEL

  • 4 L’avant-propos indique que le livre parut en fait en février 1947.

10Commençons donc par les Problèmes humains du machinisme industriel4.

  • 5 On en trouvera un compte rendu et une analyse détaillés dans Gillespie, 1991.

11On se souvient que Friedmann y consacre de nombreuses pages aux États-Unis et accorde une importance particulière aux expériences menées dans les années vingt et au début des années trente aux usines Hawthorne de la Western Electric, près de Chicago5. Ces expériences ont impliqué ou intéressé, à l’époque, directement ou indirectement, toute une génération de penseurs dont beaucoup sont évoqués dans l’œuvre Friedmann et dont certains – ce sont en partie les mêmes – ont profondément influencé la discipline après la Deuxième Guerre mondiale. Citons quelques noms :

  • 6 Sur Henderson, voir Barber, 1970 ; Desmarez, 1986b. Pour des souvenirs, voir par exemple : Roethli (...)

12E. Mayo, F. J. Roethlisberger, W. L. Warner, W. F. Whyte, B. B. Gardner, G. C. Homans, R. K. Merton, C. Barnard et last but not least T. Parsons. Ils ont en commun d’avoir fréquenté Harvard et contribué, à des degrés divers, à l’entreprise de popularisation de la sociologie de Pareto menée dans l’entre-deux-guerres sous la houlette – sans doute faudrait-il plutôt dire sous la férule – du biochimiste L. J. Henderson6.

13Dans Problèmes humains du machinisme industriel, Friedmann fait allusion, à plusieurs reprises, aux conversations qu’il a eues avec Elton Mayo à Royaumont en 1939. C’est aussi cette année-là que Harvard University Press publie l’ouvrage auquel Friedmann se réfère principalement pour résumer les expériences de la Western Electric, le célèbre Management and the Worker (Roethlisberger, Dickson, Wright, 1939). Il se base aussi sur des textes de Mayo (en particulier sur Mayo, 1933) et sur quelques autres articles antérieurs à l’implication de ce dernier dans les expériences de Hawthorne (1928). Friedmann n’utilise pas les Social Problems… (Mayo, 1945), ni les publications de l’ethnologue W. Lloyd Warner, qu’il ne mentionnera que dans la deuxième édition (1955), sans pour autant modifier son texte.

14Revenons, très rapidement, sur la manière dont Friedmann analyse les travaux de l’équipe de Mayo.

15Il estime qu’il s’agit là d’un pas décisif vers la reconnaissance de l’importance des facteurs sociaux dans l’entreprise, qui repose sur une critique de la rationalisation techniciste. En présentant l’entreprise comme un « système social » dans lequel une organisation technique et une organisation humaine sont en interdépendance, Mayo et son équipe ont accompli un progrès, écrit Friedmann. Cette conception de l’entreprise comme système social est une « base sociologique » qui permet d’expliquer pourquoi des changements techniques provoquent des déséquilibres. À cet « esprit sociologique » se combine un « esprit d’ethnographie sociale » dont Friedmann attribue la paternité à l’intervention de Warner.

16Cette reconnaissance des apports des expériences de Hawthorne n’empêche pas Friedmann de formuler une série de critiques. Rappelons-en deux.

17Friedmann reproche à Mayo et ses collaborateurs de mettre un accent exclusif sur un aspect de la réalité : ils ne visent que les courants unitaires et centripètes et ne s’intéressent pas aux courants différenciateurs et centrifuges, sauf exception. Et quand ils détectent des courants de cette nature, ils leur attribuent « toujours une causalité et une finalité strictement bornées à l’entreprise » (Friedmann, 1946, p. 315). Ils ne voient pas, par exemple, que la limitation du rendement dépasse l’entreprise car elle rattache l’ouvrier à d’autres ouvriers et à la condition du travailleur salarié. Friedmann attribue cette première limitation à la dualité des fonctions des expérimentateurs : d’un côté scientifiques, de l’autre, conseillers de la direction.

18La deuxième critique que Friedmann formule est sans doute encore plus connue. Elle consiste à reprocher à l’équipe de Mayo de considérer l’entreprise comme une structure sociale fermée, une sorte d’entité collective évoluant indépendamment de son environnement ; l’entreprise est comme suspendue dans le vide ; il y a autour des Hawthorne Works une sorte de vacuum social (ibid., p. 317).

19La première édition de Problèmes humains du machinisme industriel fait l’objet d’un long compte rendu dans l’American Journal of Sociology, qui paraît en mars 1948, signé par E. C. Hughes, alors professeur à l’université de Chicago (Hughes, 1948).

20Comment Hughes réagit-il au livre de Friedmann ? Il commence par signaler que la manière dont celui-ci rend compte du travail de Mayo et des expériences de la Western Electric est particulièrement intéressante pour le lecteur américain. Deux points retiennent l’attention de Hughes. Il évoque d’abord la critique que je viens de mentionner, en disant que les auteurs cités par Friedmann traitent de l’usine comme si elle était dans un « vide social ». Et Hughes de traduire un passage (Friedmann, 1946, p. 307) dans lequel Friedmann reproche aux chercheurs américains de ne pas prendre en considération l’appartenance des travailleurs à des groupes sociaux situés en dehors de l’usine ; il rappelle que, s’ils avaient procédé de la sorte, ils auraient été amenés à donner de la limitation de la production une autre interprétation que celle qui fait appel à une « irrationalité » des travailleurs.

21À ceci Hughes répond que les auteurs critiqués par Friedmann étaient conscients de cette limite et qu’il existe des travaux plus récents auxquels ce dernier n’a « apparemment pas eu accès », qui traitent des relations entre le comportement au travail et les autres rôles sociaux des travailleurs.

  • 7 Dans la première édition des Problèmes humains… (1946), Friedmann ne renvoie au travail de Warner (...)

22Hughes ne cite malheureusement pas de texte précis à ce propos, mais sans doute fait-il allusion aux recherches déjà publiées sous la direction de l’ethnologue W. L. Warner dans le cadre de la série Yankee City ou même au Deep South de Davis et des Gardner, paru en 1941 (Warner, Lunt, 1941 ; Warner, Lunt, 1942 ; Davis, Gardner, Gardner, 1941)7.

23Le deuxième point qui retient l’attention de Hughes est plus curieux puisqu’il consiste à attribuer à Friedmann une critique des travaux du groupe de Harvard que je ne retrouve pas explicitement dans Problèmes humains du machinisme industriel, et qui consiste à attirer l’attention sur la répartition inégale des « sentiments » entre les membres du système social de l’entreprise ; si les membres d’un système social sont soumis à la « logique des sentiments », pourquoi les managers y échapperaient-ils ?

24À cela, Hughes répond, prenant cette fois encore la défense des auteurs des expériences de Hawthorne, que les chercheurs acceptent cette idée, dans l’abstrait, mais qu’ils n’ont pas encore consacré assez d’énergie à l’étudier.

  • 8 Hughes fera plus tard une référence élogieuse à l’apport de Friedmann à l’analyse de la division d (...)
  • 9 On notera que, curieusement, le bilan de Gurvitch et Moore (Gurvitch, Moore, 1947) de 1945 ne la m (...)

25La manière dont Hughes rend compte des idées de Friedmann8 est l’indice du fait que Problèmes humains du machinisme industriel se trouve impliqué, alors qu’il n’a évidemment pas été conçu pour cela, dans les discussions houleuses qui ont lieu aux États-Unis à partir de 1946 sur la sociologie industrielle, une spécialité dont l’institutionnalisation vient de commencer et qui est présentée comme d’un « grand intérêt » par Parsons et Barber dans leur panorama de la sociologie des années 1941-1946 (Parsons, Barber, 1948, p. 256)9. Cette implication de Friedmann va être amplifiée par la traduction de quelques pages de Problèmes humains du machinisme industriel (justement une partie de celles qui traitent de la Western Electric), dans Social Forces, en 1949 (Friedmann, 1949b).

26Friedmann va ainsi participer à l’impressionnante vague de critiques portées par les tenants de diverses disciplines à l’encontre des travaux menés par le groupe de Mayo, qui va se déployer dans une série de livres et d’articles qui paraissent à partir de 1947.

  • 10 On en trouvera une synthèse dans Desmarez (1986a). Notons néanmoins que les critiques de l’époque (...)
  • 11 Chez certains sociologues, le changement d’attitude vis-à-vis de Mayo est radical. C’est par exemp (...)

27Je ne vais pas m’étendre ici sur la nature de ces critiques10. Retenons simplement que la plupart de celles qui sont formulées par les sociologues qui se réclament de cette sociologie industrielle naissante consistent à attirer l’attention sur le caractère managérial de la démarche de Mayo et ses collaborateurs, sans pour autant mettre en cause le cadre d’analyse qu’ils adoptent11. Cette façon de voir les choses se retrouvera chez Friedmann, nous allons le voir.

OÙ VA LE TRAVAIL HUMAIN ?

  • 12 Parmi lesquels, figure semble-t-il, E. C. Hughes (Cuin, Gresle, 1992 : 58), avec lequel Friedmann (...)

28À la fin de l’année 1948, Friedmann accomplit un voyage aux États-Unis, d’une durée de dix semaines, au cours desquelles il visite des entreprises (dont les usines de Hawthorne, « à plusieurs reprises » [Friedmann, 1946, p. 298]) et s’entretient avec des collègues12. Ce voyage, qui le mène de Boston au Mississippi (pour reprendre le titre de l’article dans lequel il livre ses impressions, qui paraît dans Esprit [Friedmann, 1949a]), l’incite à s’intéresser davantage à la situation des Noirs, sur laquelle il reviendra ensuite, dans plusieurs articles et ouvrages.

29S’agissant des États-Unis, Friedmann publie à la même époque des textes dans les Cahiers internationaux de sociologie et les Annales qui formeront, légèrement étoffés, deux chapitres de Où va le travail humain ?, dont la première édition paraît en 1950 (Friedmann, 1948, 1950a et 1950b).

  • 13 Distrait, Friedmann écrit deux fois « General Electric » (1950c : 112).
  • 14 Auteur d’une thèse (en 1948) et de plusieurs articles (Sheppard, 1949 et 1950) sur les travaux de (...)

30Les recherches américaines y sont à nouveau très présentes et nous retrouvons les expériences de la Western Electric13. Tout en attirant l’attention sur la conception du facteur humain comme « être social » et le « système social » composé de groupes formels et informels, Friedmann qualifie lui aussi alors la démarche de managerial sociology, pour reprendre le terme à succès de Sheppard14.

31Ce qui irrite cette fois le plus Friedmann, ce sont les techniques de « counseling » qui sont, dit-il « doctrinalement » fondées sur les travaux de Mayo (Friedmann, 1950c, p. 142 et 145). Il n’y faisait allusion qu’en passant dans Problèmes humains du machinisme industriel, mais va cette fois dénoncer ce système « adroit et subtil » de réduction des tensions internes, cette « thérapeutique des relations industrielles ». À la deuxième édition de Où va le travail humain ? (1953), Friedmann va d’ailleurs ajouter un appendice portant exclusivement sur cette question, qui est en fait le long compte rendu d’un article publié par Jeanne et Harold Wilensky, en 1951 dans l’American Sociological Review et qui se base sur l’expérience que Mme Wilensky a acquise comme « counselor » à Hawthorne, ainsi que sur des documents internes qui révèlent les ambitions manipulatrices du programme (Wilensky, Wilensky, 1951). Les Wilensky jettent une « lumière nouvelle » sur ces expériences, dit Friedmann.

32Où va le travail humain ? contient aussi un chapitre intitulé « Industrie et Société aux États-Unis », auquel j’ai déjà fait allusion (il a été publié dans les Annales, en deux livraisons en 1948). Il s’agit là d’un texte clé pour comprendre le rapport de Friedmann avec la sociologie industrielle américaine.

  • 15 On en trouve aussi un compte rendu dans l’Année sociologique (Isambert, Isambert, Lobstein, 1940-1 (...)
  • 16 Pour plus de détails, voir par exemple : Desmarez (1986a, p. 80-84) et Chapoulie (2001 : 219 sq.). (...)

33Friedmann y analyse en détail un classique de la discipline publié en 1946, sous la direction de W. F. Whyte (l’auteur de Street Corner Society), Industry and Society (Whyte, 1946)15. Cet ouvrage collectif rassemble une série de contributions émanant d’un groupe qui s’est constitué à l’université de Chicago en 1943, le Committee on Human Relations in Industry. Je ne vais pas m’étendre sur cette équipe16, mais je pense tout de même utile de rappeler qu’elle était constituée de chercheurs de plusieurs disciplines (principalement sociologues et ethnologues) qui étaient désireux de mettre leurs compétences au service des entreprises et soucieux d’échanger des idées avec des responsables d’entreprises et des syndicalistes.

  • 17 Friedmann précise que cet effort a été inspiré par les travaux des ethnologues comme Warner, les L (...)

34Pour Friedmann, Industry and Society est un recueil remarquable, riche, attachant, perspicace, de haut standing scientifique, qui marque un tournant de la sociologie américaine : après une riche moisson d’observations, les chercheurs s’engagent dans une activité théorique qui ne manque pas d’ampleur (Friedmann, 1950c, p. 197) et représente un sensible progrès par rapport au « pot-pourri troublant » sur lequel se basent leurs prédécesseurs. Ce qui a probablement séduit Friedmann, c’est sans doute, même s’il ne le dit pas clairement, que le projet des auteurs était, comme le titre de leur livre l’indique, d’examiner les relations entre les entreprises et leur environnement, ce qui était une façon de combler le vide social dans lequel Mayo et ses collaborateurs situaient le système social de l’usine17. Car cette dernière notion, Friedmann le souligne, reste bien l’idée centrale, avec son organisation formelle et informelle, et son fameux état d’équilibre.

  • 18 Cet objectif est ce qui a amené, Touraine un peu plus tard (après la publication de Whyte [1951]), (...)

35Après avoir passé en revue les différentes contributions à l’ouvrage (Friedmann qualifie certaines d’entre elles d’essais savoureux, pleins d’expérience sociologique : Davis, Hughes, Harbison), il salue les hautes ambitions des « sociologues de Chicago » (ibid., p. 174 et 192), qui, selon lui, consistent à tenter de réaliser une « OST véritable », à poser les bases d’une politique de coopération constructive et à apaiser les conflits industriels18. Réaliser l’OST que Taylor avait inscrite, prématurément dit Friedmann, au fronton de sa doctrine c’est-à-dire construire des instruments aussi efficaces, « à la limite », que ceux dont une bonne direction d’entreprise dispose dans le domaine des sciences physiques, chimiques ou mécaniques (ibid., p. 199-200).

  • 19 Tout comme le chapitre consacré à G. Navel. Selon Marie-Thérèse Basse, ces coupes (qui concernent (...)

36Et Friedmann de terminer ce chapitre en exprimant sa crainte de voir apparaître, tant du côté des syndicats que des entreprises, des managers qui gouverneraient les hommes comme les choses. Il renvoie ici au livre de Burnham, L’Ère des organisateurs, paru en 1941 (et traduit en français en 1947). Si cette préoccupation reste exprimée dans la troisième édition d’Où va le travail humain ? la majeure partie du chapitre que je viens d’évoquer disparaîtra de l’édition au format de poche19.

  • 20 Caplow cite Où va le travail humain ? dans la bibliographie de son Sociology of Work (Caplow, 1954 (...)

37Quand Où va le travail humain ? paraît, en 1950, l’ouvrage fait aussi l’objet d’un compte rendu dans les deux grandes revues américaines de sociologie : American Journal of Sociology et American Sociological Review20.

  • 21 Friedmann cite ce livre (Homans, 1950) à quelques reprises. Il va aussi présenter Homans quelques (...)

38Le compte rendu dans l’American Sociological Review est signé par G. C. Homans (Homans, 1951). Homans considère l’ouvrage comme étant d’une haute tenue intellectuelle, mesuré et réfléchi. Il estime que le travail de Friedmann aborde un domaine de la sociologie industrielle qui a été peu traité par les chercheurs américains : les conséquences de la spécialisation croissante des individus. Le point de vue de Friedmann est un point de vue moral, dit-il ; il a peut-être raison, mais les recherches sur lesquelles reposent ses affirmations sont encore insuffisantes pour que l’on puisse en être sûr. Curieuse affirmation pour un auteur dont le livre paru la même année que celui de Friedmann, fonde une théorie générale du fonctionnement des groupes humains sur cinq études de cas réalisées par d’autres21.

  • 22 Qui publiera en 1960 ce qui est habituellement considéré comme le premier manuel de Field Work, av (...)

39Le compte rendu d’Où va le travail humain ? dans l’American Journal of Sociology est lui aussi assez mitigé. Il est signé par un chercheur de l’université de Chicago, B. H. Junker22, qui considère Friedmann comme un humaniste profondément préoccupé par l’avenir de l’Homme, mais qui tient plus de l’artiste que du scientifique (Junker, 1952). Il mentionne, en paraissant y adhérer, la phrase que Friedmann emprunte à ses propres Problèmes humains du machinisme industriel sur l’unité de l’homme et la nécessaire unité des sciences de l’homme. Junker s’attarde aussi sur le chapitre que Friedmann consacre à la trajectoire de Navel. Là où un sociologue américain verrait un marginal ou un ouvrier qui a trouvé une voie d’ascension sociale par la littérature, Friedmann décèle l’indice d’un conflit entre l’homme et le milieu technique, écrit Junker. Enfin, celui-ci souligne l’intérêt du chapitre portant sur la psychosociologie du travail à la chaîne.

40Suite à la parution, en 1955, de la traduction américaine de Problèmes humains du machinisme industriel, les grandes revues américaines y consacrent un compte rendu. J’en évoque quelques-uns.

  • 23 Friedmann a d’ailleurs ajouté une référence à cet article dans l’édition américaine de Problèmes h (...)

41Le plus dur parmi eux est celui de Wilensky, dans l’American Journal of Sociology (Wilensky, 1956). Il considère que Friedmann accorde trop d’importance aux expériences de la Western Electric (qu’il qualifie de « old stuff ») ; il ignore peut-être alors le rôle que Friedmann a donné à l’article consacré au counseling à Hawthorne (Wilensky, Wilensky, 1951), dans la deuxième édition (1953) d’Où va le travail humain23 ?

42Tout en estimant que ce sont les cas européens (trop courts) et la bibliographie qui représentent la principale valeur du livre pour le lecteur américain, Wilensky précise néanmoins que « heureusement », le pessimisme et le penchant pour les slogans marxistes de Friedmann ne l’empêchent pas de conserver de la prudence quand il tire ses conclusions.

  • 24 Et de Knox (1956). Mentionnons encore Feldman (1956-1957), ainsi que l’évocation de Friedmann dans (...)

43Dans l’Industrial and Labor Relations Review, l’auteur du compte rendu est W. F. Whyte, alors à Cornell (Whyte, 1956). Il déclare avoir affaire là à une des meilleures critiques de Mayo et des expériences de la Western Electric. Whyte mentionne la première des critiques évoquées par Hughes quelques années auparavant, celle du vide social et de ses conséquences sur l’interprétation que l’on peut donner à la limitation de la production. À la différence de Hughes24, il ne prend pas la défense du Management and the Worker, mais va plutôt reconnaître le caractère justifié de la critique, tout en expliquant que traiter à la fois d’une entreprise et de la communauté qui l’entoure représente une question de recherche très complexe.

  • 25 L’œuvre de Moore est, curieusement, peu utilisée par Friedmann. Celui-ci l’évoque néanmoins dans l (...)
  • 26 Friedmann ajoutera une série de références à ce sujet, dans la bibliographie révisée pour l’éditio (...)
  • 27 Moore termine son texte en disant qu’il est injustifié de traduire des ouvrages rédigés en françai (...)

44Le dernier des comptes rendus que j’évoquerai est celui de W. E. Moore, dans l’American Sociological Review25. Dans ce texte (Moore, 1956), qui est globalement positif, Moore reproche néanmoins à Friedmann de se centrer trop exclusivement sur les relations que le travailleur, comme individu, entretient avec son travail et de ne pas traiter suffisamment de l’organisation26 et en particulier de ces travailleurs, de plus en plus nombreux, dont la mission est de manipuler d’autres travailleurs. Il estime d’ailleurs que le livre n’aurait pas dû s’appeler Industrial Society, mais plutôt Men and Machines27.

  • 28 Ouvrage qui mentionne (p. 5) Où va le travail humain ? parmi ses rares références.

45La sociologie américaine occupe relativement peu de place dans Le Travail en miettes (Friedmann, 1956). Quelques chercheurs sont cités au passage, Homans étant le plus discuté, avec bien sûr le livre de Walker et Guest (1952)28.

  • 29 Si l’on en croit Rose (1985, p. 267-268), cela a été différent au Royaume-Uni.

46Traduit en anglais en 1961 sous le titre The Anatomy of Work, (Friedmann, 1961), Le Travail en miettes ne paraît pas avoir eu une grande influence aux États-Unis29, même s’il a fait, comme les autres, l’objet de comptes rendus dans de prestigieuses revues (Pollock, 1960 ; Faunce, 1962 ; Karsh, 1964).

LE TRAITÉ DE SOCIOLOGIE ; LE TRAITÉ DE SOCIOLOGIE DU TRAVAIL

47Dans le Traité de sociologie publié sous la direction de Gurvitch, dont le premier volume paraît en 1958, la cinquième section s’intitule « Problèmes de sociologie industrielle ». Elle contient quatre chapitres. Les deux premiers sont signés par Friedmann et Reynaud ; ils portent sur la sociologie des techniques et du travail et sur la psychosociologie de l’entreprise. Les deux autres sont signés par Friedmann et Tréanton ; ils portent d’une part sur le syndicalisme, l’autogestion et les conflits et, d’autre part, sur vie de travail et vie hors travail (Industrie et Société).

48Si Mayo n’est pas cité dans ces textes, les expériences de la Western Electric sont néanmoins évoquées dès les premières lignes de la section. Et les classiques de la sociologie industrielle américaine sont mentionnés : Roethlisberger et Dickson, Barnard, Gardner, Whyte, Warner.

49Dans ce recueil, l’expression « sociologie industrielle » ne paraît pas poser de problème, mais les auteurs prennent soin de préciser que la spécialité n’a pas seulement pour objet l’entreprise et sa vie interne, mais aussi l’ensemble de la société industrielle et que c’est cette « orientation » qui fait que la « sociologie industrielle reste une » (Friedmann, Reynaud, Tréanton, 1967, p. 442).

  • 30 Sur la genèse du Traité, voir Tréanton, 1986.

50J’en viens enfin aux contributions de Friedmann au Traité de sociologie du travail, qui a notamment, comme le disent Friedmann et Naville dans l’avant-propos, l’ambition de combler le vide laissé par les manuels américains30. On y retrouve notamment (Friedmann l’avait lui-même annoncé) le texte qui inaugure Sociologie du travail, que j’ai évoqué ci-dessus.

  • 31 Friedmann fait en outre plusieurs fois usage des travaux de Chester Barnard, à qui il emprunte sa (...)

51À ce moment-là, la distance prise par rapport à Mayo et à ses collaborateurs est plus grande que jamais. Friedmann rappelle, en les exprimant d’une manière plus affirmative, les critiques qu’il a déjà formulées, que ce soit dans Problèmes humains du machinisme industriel ou dans Où va le travail humain ? attirant l’attention sur les « leviers d’amélioration et de progrès » (Friedmann, 1961-1962, p. 23) que représentent le conflit et les allégeances divergentes à l’égard du syndicat et de l’entreprise. Dans son élan, Friedmann va aussi associer les travaux réalisés par Whyte ou Homans au début des années cinquante à ceux de Mayo et Roethlisberger (ibid., p. 23, note 1). S’il s’agit là de la seule allusion faite par Friedmann à Mayo dans le Traité, cela ne l’empêche pas de convoquer à nouveau Management and the Worker, Whyte, Selekman, à plusieurs reprises, pour traiter de la question des statuts et des rôles ou encore de l’importance des motivations « échappant aux prévisions rationnelles » (Friedmann, Isambert, 1961-1962, p. 87). Dans ce cas, leurs travaux sont présentés comme relevant de la sociologie du travail31.

52Les auteurs des deux comptes rendus du Traité de sociologie du travail dans les grandes revues américaines sont de vieilles connaissances : Harold L. Sheppard pour l’American Journal of Sociology (Sheppard, 1963) et William F. Whyte pour l’Industrial and Labor Relations Review (Whyte, 1963).

53Whyte salue un « important événement » qui, ajoute-t-il, montre que, même si l’œuvre de Friedmann est connue depuis longtemps aux États-Unis, on n’a peut-être pas réalisé la richesse de la contribution française à ce domaine. Sheppard signale que c’est sans doute la première fois qu’un tel effort de synthèse a été mené à bien dans le monde. Et il résume ce qui lui paraît peut-être l’apport le plus original de Friedmann à la sociologie industrielle : partant d’un fait empirique, Friedmann l’analyse en tant qu’indice ou que manifestation de quelque chose qui va au-delà de ce fait et parvient à lui conférer un sens qui le dépasse.

54Dans les préliminaires de la section « Problèmes de sociologie industrielle » du Traité de sociologie de Gurvitch, Friedmann, Reynaud et Tréanton écrivent que « la sociologie industrielle rencontre à chaque instant, à chaque étape de ses recherches, le problème de son rôle social » (Friedmann, Reynaud, Tréanton, 1967, p. 441). En un sens, disent-ils, « elle renverse le rêve de Comte : elle n’est pas un élément d’une dictature scientifique appuyée sur une religion du progrès ». Au contraire, en « posant avec rigueur les grands problèmes devant l’opinion », « en étendant la connaissance et en établissant un terrain d’objectivité pour l’accord des esprits, elle doit contribuer à éclairer les décisions et à étendre le champ de ceux qui y participent » (ibid., p. 442).

55Tout au long de son œuvre, cette volonté n’a jamais quitté Friedmann et la diffusion de ses livres prouve qu’ils n’ont pas intéressé que les spécialistes, spécialistes qui ont profité de la façon dont Friedmann a pu se saisir de cette sociologie industrielle américaine pour alimenter leurs propres recherches. Si, au lieu de connaître la longue éclipse qui l’a caractérisée aux États-Unis, la sociologie du travail a pu, en France, conserver sa vivacité, en particulier en assimilant de manière critique les travaux de ses prédéceseurs américains, il me semble que c’est notamment à l’impulsion de Friedmann qu’elle le doit.

Notes

1 Friedmann utilise l’expression dans plusieurs textes (voir par exemple Friedmann, 1950a et 1950c), mais lui préfère ensuite « relations humaines » (ou « human relations ») ; voir la note explicative de la p. 119 de l’édition parue dans la collection « Idées » de Friedmann, 1950c.

2 Pour une biographie de Mayo, voir Trahair, 1984.

3 Dans les livraisons de 1948-1949 (PUF, 1951) et 1949-1950 (PUF, 1952), la section est signée par Friedmann et Touraine. Friedmann signe la rubrique seul dans le numéro de l’année 1951. P. Naville et J.-R. Tréanton prennent le relais en 1952 (paru aux PUF en 1955).

4 L’avant-propos indique que le livre parut en fait en février 1947.

5 On en trouvera un compte rendu et une analyse détaillés dans Gillespie, 1991.

6 Sur Henderson, voir Barber, 1970 ; Desmarez, 1986b. Pour des souvenirs, voir par exemple : Roethlisberger (1977, p. 60) et Wihyte (1994, p. 53).

7 Dans la première édition des Problèmes humains… (1946), Friedmann ne renvoie au travail de Warner que via Mayo (1933) ; il citera les volumes de Yankee City dans les éditions suivantes.

8 Hughes fera plus tard une référence élogieuse à l’apport de Friedmann à l’analyse de la division du travail (Hughes, 1959, p. 453).

9 On notera que, curieusement, le bilan de Gurvitch et Moore (Gurvitch, Moore, 1947) de 1945 ne la mentionne pas, même si on y trouve quelques allusions à Mayo (1933) et à Roethlisberger, Dickson, Wright (1939).

10 On en trouvera une synthèse dans Desmarez (1986a). Notons néanmoins que les critiques de l’époque prennent un contenu très différent de celles qui sont avancées dans un texte antérieur (Gilson, 1940), qui conteste essentiellement la nouveauté des thèses avancées dans Management and the Worker. A. Touraine prend aussi part aux débats de cette période (voir par exemple : Touraine, 19481949a).

11 Chez certains sociologues, le changement d’attitude vis-à-vis de Mayo est radical. C’est par exemple le cas de W. E. Moore. Titulaire d’un cours de sociologie industrielle dès 1940-1941, celui-ci participe activement aux débats auxquels je fais allusion (Moore, 1947 et 1948). Or, s’il reconnaît une dette à l’égard de Mayo dans la première édition de son ouvrage de 1946 (MOORE, 1946), il la tait et ajoute une section critique à la deuxième édition (Moore, 1951).

12 Parmi lesquels, figure semble-t-il, E. C. Hughes (Cuin, Gresle, 1992 : 58), avec lequel Friedmann restera durablement en relation (Chapoulie, 1991 : 343).

13 Distrait, Friedmann écrit deux fois « General Electric » (1950c : 112).

14 Auteur d’une thèse (en 1948) et de plusieurs articles (Sheppard, 1949 et 1950) sur les travaux de Mayo et de son équipe, H. L. Sheppard est un des traducteurs (avec W. J. Goode) de Friedmann (1949b) et l’artisan de l’édition américaine des Problèmes humains du machinisme industriel, qui paraît en 1955.

15 On en trouve aussi un compte rendu dans l’Année sociologique (Isambert, Isambert, Lobstein, 1940-1948). Touraine l’évoque également (Touraine, 1952, p. 137-138).

16 Pour plus de détails, voir par exemple : Desmarez (1986a, p. 80-84) et Chapoulie (2001 : 219 sq.). Parmi les membres de ce groupe, on trouve plusieurs chercheurs déjà cités : Whyte, Warner, Hughes, H. L. Wilensky, B. B. Gardner (qui a aussi été impliqué dans le counseling à Hawthorne et est l’auteur d’un « classique » de l’école des relations humaines (Gardner, 1945). Chester Barnard en était proche.

17 Friedmann précise que cet effort a été inspiré par les travaux des ethnologues comme Warner, les Lynd, Davis et les Gardner (Friedmann, 1950c, p. 198).

18 Cet objectif est ce qui a amené, Touraine un peu plus tard (après la publication de Whyte [1951]), à ranger Whyte parmi les « sociologues de la paix industrielle » (Touraine, 1954, p. 133).

19 Tout comme le chapitre consacré à G. Navel. Selon Marie-Thérèse Basse, ces coupes (qui concernent aussi la bibliographie et l’index des noms) sont dues aux contraintes éditoriales du format de poche (lettre à P. Desmarez du 20 août 2002).

20 Caplow cite Où va le travail humain ? dans la bibliographie de son Sociology of Work (Caplow, 1954 : 321) et adresse ses remerciements à Friedmann (p. VIII), sans lui donner de place explicite dans le texte.

21 Friedmann cite ce livre (Homans, 1950) à quelques reprises. Il va aussi présenter Homans quelques années plus tard comme un « pénétrant sociologue de l’industrie » (Friedmann, 1956 : 72). Quelques chapitres plus loin, D. Bell est considéré comme « un des plus pénétrants parmi les jeunes sociologues industriels des États-Unis » (Friedmann, 1956, p. 183). Dans la dernière édition, il devient « un des plus pénétrants parmi les analystes de la société industrielle aux États-Unis » (Friedmann, 1956 [édition Idées], p. 190).

22 Qui publiera en 1960 ce qui est habituellement considéré comme le premier manuel de Field Work, avec une introduction de Hughes (traduite en français dans Hughes, 1996).

23 Friedmann a d’ailleurs ajouté une référence à cet article dans l’édition américaine de Problèmes humains du machinisme industriel (Friedmann, 1955, p. 427).

24 Et de Knox (1956). Mentionnons encore Feldman (1956-1957), ainsi que l’évocation de Friedmann dans le panorama de Landsberger (1958). Ce dernier ne paraît connaître que Friedmann, 1949b.

25 L’œuvre de Moore est, curieusement, peu utilisée par Friedmann. Celui-ci l’évoque néanmoins dans l’introduction du Travail en miettes, à propos des classifications de professions. Friedmann présente aussi Moore (1951) comme un « important ouvrage » (Friedmann, 1950c [2e édition, 1953], p. 385) et un « livre classique » (Friedmann, 1946, p. 405). Touraine s’y réfère davantage (voir par exemple le compte rendu qu’il donne de Moore [1946] « Un des livres fondamentaux de la sociologie industrielle » [Touraine, 1948-1949b] et Touraine, 1954, p. 131).

26 Friedmann ajoutera une série de références à ce sujet, dans la bibliographie révisée pour l’édition de 1961 (Friedmann, 1946, p. 408).

27 Moore termine son texte en disant qu’il est injustifié de traduire des ouvrages rédigés en français car les doctorants américains doivent avoir au moins une connaissance passive de cette langue…

28 Ouvrage qui mentionne (p. 5) Où va le travail humain ? parmi ses rares références.

29 Si l’on en croit Rose (1985, p. 267-268), cela a été différent au Royaume-Uni.

30 Sur la genèse du Traité, voir Tréanton, 1986.

31 Friedmann fait en outre plusieurs fois usage des travaux de Chester Barnard, à qui il emprunte sa définition de l’organisation, en se référant à un livre qu’il cite à plusieurs reprises dans son œuvre, The Functions of The Executive (Barnard, 1938). Barnard a été le président de New Jersey Bell Telephone Company (1927-1948) (la Western Electric faisait partie du Bell System), le président de la Fondation Rockefeller (1948-1952) (qui finança les travaux de Mayo). Barnard fut aussi, dans l’entre-deux-guerres, un des animateurs du cours de sociologie dirigé par Henderson à Harvard et, en 1946, un des auteurs du collectif Industry and Society (Whyte, 1946). Dès 1939, il complimenta Roethlisberger au sujet de Management and the Worker (Gillespie, 1991 : 209) et devint enfin président de la National Science Foundation (1952-1954).

Auteur

Professeur des universités à l’Université Libre de Bruxelles. Directeur du Centre de Sociologie du Travail, de l’Emploi et de la Formation (ULB)

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search