Version classiqueVersion mobile

Angleterre et Amérique dans l’histoire institutionnelle française

 | 
Pierre-Xavier Boyer

Partie I. Les modèles anglais et américains : des leçons institutionnelles convergentes

Les modèles anglais et américains : des leçons institutionnelles convergentes

Texte intégral

1Dans le débat constitutionnel français de la fin du dix-huitième siècle, et jusqu’au dernier tiers du siècle suivant, les régimes anglais et américains ont fait l’objet de représentations très étroitement dépendantes. L’un comme l’autre étaient, en effet, considérés comme participant d’un seul et même principe technique d’organisation du pouvoir, dont dépendait l’essentiel de leur architecture. La chose peut surprendre, eu égard aux conceptions qui dominent dans la doctrine publiciste contemporaine, au sujet de ces deux ordres constitutionnels, très généralement placés en opposition nette, comme deux types distincts et incompatibles de régimes représentatifs.

  • 1 L’expression est notamment employée par Jules Michelet, qui l’emploie pour fustiger les représenta (...)

2À ce moment, pourtant, les liens qui unissent ces deux gouvernements sont assez puissants pour qu’apparaisse une informelle « école anglo-américaine1 », dont les représentants partagent de communes convictions quant à la distribution à opérer entre les pouvoirs. Cette convergence n’emporte pas pour autant une complète indifférenciation des régimes anglais et américain dans la réflexion française. Le premier, réputé reposer sur une conception du corps social héritée des temps féodaux, intègre en effet pour son fonctionnement les composantes aristocratiques et monarchiques, tandis que le second, en ayant pris naissance au sein des jeunes sociétés anglo-américaines, s’en montre exempt. Ainsi, le choix entre la voie anglaise (Chapitre premier) et la voie américaine (Chapitre second) n’est nullement déterminé, durant toute cette époque, par un choix relatif aux principes techniques d’organisation du pouvoir – qui restent fondamentalement les mêmes –, mais par un choix portant sur les composantes du corps social qui seront associées à la marche des institutions.

Notes

1 L’expression est notamment employée par Jules Michelet, qui l’emploie pour fustiger les représentants de cette « école ». (Histoire de la Révolution française, Paris, Gallimard, coll. de la Pléiade, 1952, t. II, p. 420).

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search