Version classiqueVersion mobile

Georges Friedmann

 | 
Pierre Grémion
, 
Françoise Piotet

Première partie. Histoire

Annexe 2. Témoignage de Georges-Philippe Friedmann recueilli par Madame Merlat le 21 mars et le 16 avril 19461

Texte intégral

De l’armistice à l’installation à Toulouse

  • 1 Transcription de la copie conservée dans le fonds Daniel Latapie, « Témoignages », tome IV, et aux (...)

1Démobilisé le 1er août 40 à Marmande (château de Gontaut, siège de l’état-major du Centre régulateur commun).

2Début août : F. retrouve sa femme en Dordogne, puis prend contact avec le directeur général de l’Enseignement technique H. Luc, dont il était l’adjoint. Celui-ci lui déconseille de reprendre un poste à Paris et lui prépare un service à Toulouse à l’ENS d’Enseignement technique et à l’École des beaux-arts. Le statut racial était en préparation et F. ne veut pas courir le risque d’être contraint d’abandonner son poste après quelques mois d’enseignement, ce qui devait arriver à quelques-uns de ses amis dans le même cas que lui (Jankélévitch, Albert Bayet). Signalons ici que lorsque F. sera rayé des cadres pour raison raciale, Luc qui avait toujours été en excellentes relations avec lui fera preuve d’une remarquable « pleutrerie ». En août 1940, il eut une attitude parfaitement veule ; peut-être s’est-il quelque peu ressaisi ensuite. Mais il n’en est pas moins resté en place jusqu’au bout. Sans doute fait-on remarquer qu’il tenait à sauvegarder « son œuvre ». Mais jusqu’à quel point un haut fonctionnaire peut-il rester en place pour défendre ses œuvres ?

Installation à Toulouse et premières prises de contact : jeunes socialistes et vieux syndicalistes

3F. s’installe à Toulouse. Il ne peut songer à rentrer à Paris, d’autant qu’il se sait sur la liste Abetz (des livres interdits) et qu’il a eu l’honneur des échos de Gringoire. Il vit d’abord très difficilement, puis « réussit à creuser son trou ». Il estime dès ce moment qu’il y a du « travail partout » pour qui veut faire quelque chose.

4Toulouse était depuis des années une des capitales du parti socialiste ; en même temps que la patrie de La Dépêche de Toulouse.

5Le parti socialiste sombre de façon assez lamentable. Son journal local, Le Midi socialiste, fait virer du rouge au noir son titre dès le lendemain de l’armistice. Il faut dire que les figures patentées du PS toulousain, comme Bedouce, Ellen-Prévot, ancien normalien devenu député-maire, Barthe, député de l’Hérault mais qui vivait à Toulouse, appartenaient au genre « mou et corrompu ». On ne peut en dire autant de Vincent-Auriol qui se tint bien dans son fief de Muret. Ajoutons à cela que le ton de La Dépêche qui avait toujours été le grand journal du Midi ne contribue pas à raidir les attitudes.

6Mais c’est cependant parmi les socialistes que F. rencontre tout de suite quelques-unes des figures les plus rigoureuses et les plus marquantes de la Résistance toulousaine à ses débuts. En effet, quelques jeunes socialistes, des moins de trente ans en général, révoltés contre leurs aînés et écœurés de la « disparition honteuse » et la lâcheté de leur parti dans la région, réagirent en Français.

7Il en rencontre aussi chez les syndicalistes. Au nombre de ces socialistes et syndicalistes, F. cite :

  • Achille Auban qui fut un des premiers à le « contacter » ; garçon extrêmement bien, tout à fait pur.

  • Paul Descours, ancien instituteur, plein de talent, qui pourrait être une des têtes du PS, mais qui a refusé d’être candidat à l’Assemblée constituante et est à présent à Toulouse co-directeur de Liberté, quotidien socialiste du soir – mal fait d’ailleurs.

  • Camille Soula, l’enfant terrible du PS toulousain, pétillant d’intelligence et de pittoresque, ami intime de Blum et de Vincent Auriol, socialiste par fidélité à ses amitiés, car il ne comprend rien à la politique. Il était professeur à la faculté des sciences de Toulouse, et F. vit beaucoup de gens chez lui. Il est aujourd’hui co-directeur avec Laugier et Wallon de l’institut qui a pris la succession de l’institut Carrel. Arrêté en 1943, il fit cinq mois de prison. Soula avait été un des collaborateurs d’Europe, ce qui explique ses liens avec F.

  • Julien Forgues, homme d’une soixantaine d’années, ancien boulanger, secrétaire de l’union régionale des syndicats, vieux syndicaliste français réformiste, mais jouissant d’une grosse situation personnelle dans le Midi, qui lui avait permis de se maintenir en place malgré les progrès communistes. C’était un homme remarquable, plébéien placide et fin, « sentant encore le four du boulanger », qui avait gardé toutes ses liaisons avec la CGT à Paris, avec Jouhaux, Pineau et Robert Lacoste, alors percepteur à Thonon.

  • Madame Subra, « l’altera ego » de Forgues, femme tout à fait supérieure, d’un grand courage, aujourd’hui conseiller municipal socialiste de Toulouse.

8C’est probablement en janvier 1941 que F. vit Marrane, conseiller général communiste de la Seine, qui sous le nom de Godart ou de Forestier cherchait à nouer des liens avec la Résistance extra-communiste.

Voyage à Paris de F. (janvier 1941)

9Le 5 janvier 1941, F. vient à Paris où il rencontre ses amis Cassou, Aveline, les Duval, Agnès Humbert. Il était du reste demeuré en constantes relations avec eux grâce à une correspondance assurée par des messagers, il savait donc, avant de les revoir, leurs premiers efforts.

10Il est aussitôt admis à leurs réunions, et fait la connaissance de Vildé à la Closerie des Lilas le 5 ou le 6 janvier 1941.

11Vildé et F. « s’accrochent très bien ». Vildé demande à F. de le représenter à Toulouse et de lui servir d’agent de liaison ; en prévision de sa venue prochaine dans cette ville, il lui demande quelques noms de personnes sûres. Il est décidé, à l’issue de cette conversation, que l’action de F. à Toulouse s’exercera surtout dans le sens de la propagande. Avant tout, il importe de désintoxiquer les gens qui n’ont d’autre pâture que la presse vichyssoise. Il faut donc, pour les éclairer, établir un réseau de fabrication et de diffusion de tracts.

12Après un séjour de 15 jours ou trois semaines au cours duquel il revoit Vildé, F. quitte Paris et repasse la ligne de démarcation dans les Landes, près de Grenade-sur-Adour.

Retour à Toulouse, voyage de Vildé et constitution d’un premier Comité de Résistance (février 1941). Propagande par tracts

13À Toulouse, il reprend aussitôt contact avec ses amis. À la fin de janvier ou au début de février 1941, au cours d’un dîner qui a lieu à Saint-Cyprien, faubourg ouvrier de Toulouse, sur la rive gauche de la Garonne, Vildé est mis par F. en présence d’un certain nombre de gens qui doivent constituer un premier Comité provisoire, destiné à travailler en liaison avec le groupe du musée de l’Homme. Ce sont Auban, Descours, Forgues, Silvio Trentin, professeur de droit italien réfugié en France depuis 1926, qui tenait à Toulouse une librairie, homme très respectable et courageux, mais proudhonien d’esprit confus, Canguilhem, alors professeur de philosophie au lycée de Toulouse, aujourd’hui maître de conférences à Strasbourg, qui se comporte bien ; enfin un dernier personnage plus contesté, sans doute peu courageux, Paul Vigneaux [sic pour : Vignaux], syndiqué chrétien, « poulain de Gilson », aujourd’hui directeur d’études à l’École des hautes études, qui quitte le groupe de façon un peu précipitée quelques mois plus tard, après s’être fait appeler par Maritain pour enseigner en Amérique au collège catholique Notre-Dame. Il devient aux États-Unis un des principaux conseillers du Département d’État et son attitude anti-gaulliste a été sévèrement jugée.

14Au dessert, Vildé se lève et fait un exposé court, mais très tendu. Il fut à la fois très émouvant, cassant et maladroit. F., qui garde pour lui une grande admiration, voit en lui un homme d’action avec des « techniques primitives ». Il demande de but en blanc aux assistants un serment d’allégeance au général De Gaulle. Quelques-uns sont mis « à rebrousse-poil » par cette exigence, les uns parce que, comme beaucoup de Français, ils se défient d’un général, les autres comme Vigneaux parce qu’ils redoutent de trop s’engager.

15Canguilhem se récuse, car il était déjà en pourparlers avec Libération. Auban, Descours, Forgues et F. acceptent, Trentin aussi, quoiqu’avec plus de réticence, car il était assez personnel et aimait à faire figure de chef. De plus il était déjà en contact avec le réseau de Bertaux, lequel était déjà en liaison avec l’IS pour une première réception d’armes. Ce réseau aboutit d’ailleurs vite à la catastrophe.

16En février 1941, le petit Comité prépare des chaînes de diffusion. Il s’adjoint un ami de Descours, curieux homme, ouvrier franc-maçon, d’un grand courage, Pataud, qui avait de prodigieuses liaisons dans les usines. F. rédige presque tous les tracts, les tape lui-même ou les fait taper par sa femme.

17En avril 1941 arrive Cassou, à la suite des arrestations qui ont démoli Résistance à Paris. Cassou, Descours, Auban et F. qui se nomment plaisamment les Quatre Anabaptistes forment alors un groupe autonome qui rédige et diffuse des tracts. Ils réussissent à avoir toutes sortes d’accointances et disposent au bout de quelque temps de Roneo et de 15 ou 20 machines à écrire. F. et ses amis avaient décidé de rompre tous les liens avec les débris de Résistance dès qu’il [sic] avait connu l’arrestation de Vildé.

18F. avait depuis quelque temps des doutes sur Gaveau qui était venu à Toulouse pour le voir à un moment où, heureusement, F. était absent de la ville. F. reconnaît que Vildé manquait de prudence et de méthode : il notait les noms en clair, circulait beaucoup et, à Toulouse, avait pris contact avec la femme de Cathala, assistante à la faculté des sciences, personne que tout le monde alors jugeait très dangereuse par son imprudence.

Contacts avec d’autres mouvement, en particulier avec Combat

19Parallèlement à son travail avec Vildé, F. recherchait des contacts avec d’autres mouvements, car dès 1941, il estimait nécessaire une coordination entre les divers groupes de résistance.

20Au début de 1941, à Lyon, il voit André Philip qu’il avait autrefois connu auprès de Bouglé, avec François de Menthon qu’Aveline lui présente (en avril 1941).

21À Montpellier, il rencontre René Courtin, professeur d’économie politique qui collaborait à Liberté et fut dès 1940 « un très authentique résistant ». Il y voit encore Vermeil et Marc Bloch, ce dernier qu’il vit au début de 1942 était un des rares universitaires israélites qu’en raison de ses services de guerre et de sa valeur, Vichy avait dû maintenir en service.

22C’est sans doute en février 1941 que F. « contacte », sans le faire pour cela entrer dans son groupe, un garçon « admirable », Dunkerquois d’origine qui habitait à Toulouse, rue du Sang-de-Serpe, Vanhove, qui était lui-même en liaison avec Liberté. Le nom de Vanhove lui avait été indiqué par Courtin et Menthon. C’est Vanhove qui reçut à Toulouse les premiers ballots du journal Liberté. Dès lors, F. a pratiquement fait partie du mouvement, qui allait devenir Combat, après la fusion Vérité de Frenay – Liberté de Menthon.

23Les liaisons de F. avec Combat sont d’autant plus serrées que son ami Aveline à Lyon travaillait lui-même avec Combat et en particulier avec Menthon, qu’on nommait tout simplement François. F. a vu plusieurs fois Menthon qui lui paraît d’une parfaite honnêteté, mais peu vigoureux, peu lucide, sentimental, hésitant sur le rôle révolutionnaire qu’aurait pu jouer le mouvement. De ce fait, il a fait faire à Combat certaines erreurs. Il connaît aussi Rémy Roure, du Comité directeur de Combat.

24Les liaisons étroites avec Combat n’empêchent pas F. de garder des rapports avec Libération, par Philip et son secrétaire, le pharmacien Senier.

25À Toulouse, lorsque Vanhove avait reçu les paquets de journaux, il fallait les diffuser ; on se sert pour cela des mêmes chaînes de diffusion que celles qu’on utilisait pour les tracts des Quatre Anabaptistes.

26À cette époque, F. fait la connaissance d’un garçon étonnant qu’il ne prit pas au sérieux au premier abord. Georges Papillon, étudiant de 30 ans, semblait un personnage sorti des Caves du Vatican ou des Faux Monnayeurs, mais il se révéla admirablement courageux et se fit tuer en août 1944 dans la région parisienne (voir brochure donnée par Hamon).

27En octobre-novembre 1941, F. voit aussi le Docteur Parent, un de ses militants [sic] de Combat à Toulouse.

28Dès 1941, on songe à créer des groupes de Combat dans la région. Comme la famille de F. allait souvent en Dordogne, où elle résidait généralement à Excideuil, F. était en rapport avec la direction de Combat dans le Limousin, mais les deux garçons qui, dans le canton d’Excideuil, en avaient la responsabilité, durent bientôt s’enfuir (date ?).

29Noter qu’au cours de toute l’année 1941, F. fit de fréquents voyages à Lyon où il était tenu au courant du développement des différents mouvements. La maison de Louis Martin-Chauffier à Collonges était alors le secrétariat général des feuilles clandestines et le « talent prodigieux » de Martin-Chauffier lui permettait d’écrire des articles aussi bien pour Combat que pour Libération, sans le moindre parti-pris (voir aussi Altmann Chabot de Franc-Tireur).

La situation au printemps de 1942 [Témoignage recueilli le 16 avril 1946]

30Au début de 1942, Combat précise son organisation à Toulouse. Le comité central du mouvement désigne le docteur Parent comme chef régional, au printemps de 1942.

31Parent était un militant démocrate-populaire très dévoué. Médecin-aliéniste, il possédait plusieurs cliniques dans la région, ce qui donnait la possibilité de donner « asile » aux militants. Plein de dévouement, mais imprudent et peu fait pour le travail clandestin, il amena toutefois avec lui quelques militants démocrates-chrétiens et c’est par son intermédiaire que s’effectua la liaison entre Combat et les milieux ecclésiastiques ou catholiques sociaux résistants qui étaient relativement nombreux dans le diocèse de Toulouse.

32F. organise des chaînes de diffusion du mouvement Combat.

Les premières manifestations (printemps-été 1942)

33La première manifestation fut celle du 12 juin 1942, lors de la conférence du professeur Grimm qui faisait alors dans toute la France une tournée de propagande en faveur de la collaboration. Sa conférence eut lieu au théâtre du Capitole. Les étudiants groupés autour de Papillon jetèrent des ampoules lacrymogènes dans la salle, ce qui provoqua un certain trouble et amena des arrestations. En même temps, place du Capitole, une manifestation très imposante groupa plusieurs milliers de personnes qui s’étaient massées dans les rues et les cafés avoisinants. Un certain nombre d’entre elles parcoururent la place en chantant La Marseillaise, sous le regard assez bienveillant des agents. Un peu plus tard, une charge au pas gymnastique de la police spéciale de Vichy oblige les manifestants à se disperser.

34Une seconde manifestation est prévue pour le 14 juillet 1942, mais elle est beaucoup plus rapidement « réprimée ».

Réorganisation de Combat. Le Cercle d’études (1942-1943)

351 – Vers la fin de 1942, Teitgen venu de Montpellier, peut-être accompagné de Sussel (qui ne dut pas jouer un rôle important), « fendit l’oreille » de Parent dont s’étaient plaints les militants toulousains de Combat, car il s’était avéré aussi peu efficace qu’imprudent et inadapté à la lutte clandestine. Son remplaçant qui ne devait pas être de meilleure qualité, fut Hauriou, professeur à la faculté de droit. Assez « attentiste » au début de l’Occupation, il était venu peu à peu à la Résistance sous l’influence de son ami Trentin. Le chef régional adjoint fut Dubard (pseudo) qui s’occupa de toute la partie pratique de la lutte ; Hauriou se réserva la direction, qu’il assumait d’assez haut, les contacts avec les autres régions, avec le comité central (qui était surtout composé de juristes comme lui).

36Au bout de quelques mois, Hauriou « fut appelé, ou se fit appeler » en Afrique du Nord comme délégué de la Résistance métropolitaine, à la suite d’une menace d’arrestation par les Allemands.

372 – Au cours de l’hiver 1942-1943, se créent les Cercles d’études de Combat à Toulouse, en même temps que dans les autres régions. À cette « expérience intéressante » participèrent des gens de diverses tendances :

  • Ecclésiastiques, comme l’abbé René de Naurois, neveu de Monseigneur de Solages, recteur de l’Institut catholique, jeune prêtre intelligent et plein d’ardeur qui, avant la guerre, avait fait des études à l’Institut Français de Berlin, était devenu aumônier à l’École des cadres d’Uriage, en avait été remercié et avait enfin été recueilli à Toulouse dans un couvent assez retiré grâce au libéralisme de Monseigneur Saliège. Il passa en Espagne après l’invasion de la zone-sud par les Allemands, devint aumônier des FFC à Londres d’abord, puis sur le théâtre d’opération et est sans doute aujourd’hui à Berlin avec les forces d’occupation.

  • Syndicalistes, comme Albert Guigui, correcteur à l’édition toulousaine de Paris-Soir qui, s’il avait été un peu douteux avant-guerre alors qu’il était de l’équipe de Belin à Syndicats, s’était très bien conduit depuis 1940. Il partit pour Londres et depuis « on l’a laissé tomber », peut-être parce qu’il est mal avec les communistes.

  • Intellectuels, comme Étienne Borne, philosophe catholique, alors professeur au lycée de Toulouse, Maury et Hauriou, professeurs à la faculté de droit, Jean Cassou, Friedmann.

  • Hommes politiques comme Léo Goldenberg (alias Hamon) et un peu plus tard Charles d’Aragon, aujourd’hui député MRP du Tarn.

  • Industriels, comme Guibert, bien connu « dans les milieux sociaux ». Dans les cercles, on examinait les grands problèmes, constitutionnels, sociaux, économiques qui se poseraient dans la France d’après-guerre. Courtin communiqua à F. les résultats des discussions du Cercle de Montpellier, lors d’un des voyages de F. dans cette ville. On espérait pouvoir mettre sur pied les projets que l’on transmettrait au Comité de Libération nationale.

  • C’est vers cette époque qu’on vit assez souvent à Toulouse Jacques Renouvin (alias Sicard), espèce de géant plein de courage et de témérité, tête brûlée aussi, qui ne parlait que « plastic » et avait à son actif plusieurs explosions de boutiques de collaborateurs, et opérations plus importantes. Renouvin, qui est mort en déportation, était le chef des Groupes-Francs de Combat. Il fut arrêté en gare de Brive, en même temps que Delon, bijoutier de Brive, chef de Combat dans cette ville. Delon était d’une imprudence effrayante. La très jolie villa qu’il habitait dans la petite rue qui porte aujourd’hui son nom, était un véritable entrepôt de Combat et on y venait, presque au grand jour, prendre les numéros du journal. C’est ainsi que furent pris les jeunes gens qui étaient responsables du mouvement à Excideuil (cf. témoignage antérieur de F.) – Friedmann, qui avait rendez-vous avec Renouvin à Brive ce jour-là, dut à un contretemps d’échapper à l’arrestation.

38Ainsi pendant les années 1942-1943, F. travaille pour Combat, fait de fréquents voyages à Lyon et à Paris, envoie des articles à Libération, par Collonges et Martin-Chauffier.

Contacts avec les FTP et avec l’Organisation des Patriotes soviétiques

39Parallèlement à son action dans Combat, F. coopère à partir de juillet 1943 avec les FTP À cette époque, en effet, un de ses vieux amis communiste, technicien occupant une très haute situation, dont il tait le nom, le met en contact avec le deuxième bureau de l’EM FTP et avec son chef pour la zone sud. Dès lors F. consacre une partie de son activité à leur rechercher des renseignements d’ordre militaire et économique, concernant les industries de guerre, les photographies d’aérodromes, la production, les sabotages, à l’exclusion des renseignements ferroviaires. En effet, F. qui connaissait le chef du service SNCF savait que son travail était admirablement conduit et jugeait inutile « de faire du doublage ». Cette activité dure jusqu’au 6 juin 1944.

40D’autre part, à partir du début de 1944, F. est en liaison avec un des responsables, peut-être même le chef pour la zone sud, du travail de propagande mené par l’Organisation des Patriotes soviétiques, dans l’armée Vlassov, c’est-à-dire parmi les pseudo-volontaires russes recrutés dans les camps de prisonniers russes en Allemagne et portant l’uniforme allemand. (cf. les trois documents joints).

41L’armée Vlassov était pour les Allemands une « très grosse affaire ». Ils utilisaient ces unités géorgiennes, mongoles, bouriates pour les tâches les plus affreuses, les lâchaient sur les fermes de Dordogne, de Corrèze, de la Creuse, après les avoir droguées avec de l’alcool. Ils poursuivaient par là un triple dessein : briser la résistance, faire leur propagande anti-soviétique, (« Voilà vos alliés de l’armée rouge », pouvaient-ils dire aux Français), enfin s’attacher par ces crimes des mercenaires à qui ils répétaient que, condamnés à mort en Russie, ils n’avaient plus qu’une ressource, celle de se dévouer corps et âme au IIIe Reich.

42F. transmet à l’Organisation des Patriotes soviétiques des renseignements sur les déplacements et les effectifs des corps Vlassov et fait passer des papiers expliquant la manœuvre allemande, dans la presse clandestine.

43Le chef de l’organisation était un certain Marcel, ami personnel de F., intellectuel d’origine russe, militant extraordinaire, très grand seigneur, presque du type « héros du cinéma russe ». Arrêté au Puy, il réussit à démontrer qu’il n’avait pas fait ce pourquoi on l’avait arrêté. Son dialogue avec le colonel allemand qui l’interrogea fut remarquable. Il se présenta à celui-ci comme un patriote russe, le colonel, séduit par sa grande allure, voit en lui quelqu’un de sa classe, il appartenait lui-même à la haute bourgeoisie industrielle. Il estime que tous deux appartiennent à un monde qui est en train de disparaître. Au bout de 12 jours, Marcel est relâché. Son organisation était alimentée par des évadés soviétiques, demeurés fidèles à la Russie et en contact avec le PCF. Elle vise à désagréger les unités de pseudo-volontaires et à diriger les « déserteurs » vers les maquis.

Travail de SR

44Pour le SR, F. a des accointances à la mairie de Toulouse et surtout à la préfecture de la Haute-Garonne. Il connaît là un chef de division extrêmement courageux, toujours prêt à rendre service, Antoine Poggioli, probablement radical, aujourd’hui préfet des Hautes-Pyrénées. Poggioli fournit de fausses pièces d’identité, des renseignements, et F. en rapport avec le bureau des relations franco-allemandes à la préfecture. Il avait dans son service un grand nombre de résistants. Il faisait en outre partie d’un réseau du BCRA, le réseau Ajax dont le nom ne vient pas du héros de L’Iliade mais, parce qu’il comptait surtout des Corses – presque tous policiers d’ailleurs –, des deux premières syllabes d’Ajaccio. Autour de Poggioli, se trouvaient des hommes forts actifs, en particulier Sirinelli, policier corse qui succéda à Poggioli comme secrétaire général de la police à Toulouse, Fribourg qui joua un rôle discret mais réel, qui est aujourd’hui en Autriche et qui, avant-guerre, était secrétaire de rédaction à l’information (pour les questions économiques et financières).

Les dernières semaines et la Libération (juin-août 1944)

45À partir de mai 1944, F. a des contacts de plus en plus serrés avec les camarades qui préparaient la prise de pouvoir dans la région de Toulouse. Parmi les membres du CDL clandestin il voit Carovis (alias Jean), Debauges, professeur du lycée, aujourd’hui conseiller général SFIO de la Haute-Garonne, et surtout Jean Cassou.

46En juin, sur ordre du CNR, l’EM du Commissaire de la République (Cassou) se retire près de Toulouse, sur la colline de Paulhac, par crainte d’une répression policière annoncée. F. passe là quelques jours auprès de Cassou, mais comme trop de militants s’y pressent, alors que le canton voisin de Montastruc est infesté de miliciens fort dangereux, F. juge la résidence malsaine et se replie au Sud de Toulouse chez un militant SFIO à qui des amis l’avaient recommandé. Il se rend d’ailleurs souvent à Toulouse et voit Cassou. Au bout d’une quinzaine de jours, le CDLP et le commissaire de la République regagnent Toulouse, aucune expédition policière n’y ayant été lancée.

47Dans l’été 1944, Cassou demande à F. de faire partie de son équipe. Tous deux étudient certains problèmes. Pour essayer de régler la question des tribunaux, urgente à un moment où on parlait beaucoup de « règlements de comptes », F. envoie à Cassou un juriste qui avait été impeccable pendant l’occupation, Gaston Calbayrac, dont la femme était professeur de philosophie au lycée de Toulouse et qui est lui-même aujourd’hui président de Cour à Montpellier.

  • 1 Ces tracts ne figurent pas dans les copies consultées.

48En outre, F. et Cassou se préoccupent de la propagande et du développement culturel dans les maquis (cf. tracts joints : 1 – Propagande de Cassou ; 2 – Liberté et discipline de Friedmann1).

49Enfin, dans la région au sud de Toulouse, F. s’occupe de la création de milices patriotiques, qui coordonneraient l’action des militants socialistes et communistes hors des maquis.

50F. assiste à la Libération près de Toulouse, dans le canton de Carbonne, le 19 août 1944.

51Le 20 au matin, il entre à Toulouse dans une des premières voitures françaises qui passèrent par la route d’Espagne. L’entrée fut inoubliable. En passant par Muret, il tomba au milieu d’un combat entre maquisards et Allemands. Les Français étaient commandés par un magistrat d’un grand courage, qui était un des chefs de district FFI, Marc Granier, lequel est maintenant conseiller juridique à la préfecture de la Haute-Garonne.

52Quand il atteignit la préfecture, les camarades tiraillaient encore avec les miliciens réfugiés sur le haut des toits de la Cathédrale Saint-Étienne.

Notes

1 Ces tracts ne figurent pas dans les copies consultées.

Notes de fin

1 Transcription de la copie conservée dans le fonds Daniel Latapie, « Témoignages », tome IV, et aux Archives départementales de la Haute-Garonne, 16 J 24. Le texte est ici publié après correction et harmonisation typographique d’après le document original.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search