Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books CNRS Éditions Sociologie La violence L’importance de la violence dans ...

La violence

 | 
Lucien Faggion
, 
Christophe Régina

Partie III. Violences du discours et discours de la violence

L’importance de la violence dans la fondation et la conservation de l’ordre juridico-politique

Carl Schmitt et Walter Benjamin

Tristan Storme

Texte intégral

1Aux débuts des années 1920, tandis que la république de Weimar connaît une longue série de troubles intérieurs, deux penseurs, installés du même côté du Rhin, s’interrogent sur les origines de l’ordre juridico-politique et les modalités de sa préservation. La violence leur apparaît alors comme une notion centrale, approchée dans les écrits qu’ils rédigent durant cette période tumultueuse, et qu’il s’agira pour nous d’examiner de plus près et de percer à jour. En dépit de leurs divergences politiques manifestes, Carl Schmitt, juriste conservateur reconnu qui se compromit avec le nazisme jusqu’en 1942, et Walter Benjamin, philosophe converti au marxisme dès 1924, ami de Scholem et d’Adorno, ont en commun d’avoir concentré certaines de leurs réflexions vers un objet d’étude similaire : la naissance violente de l’État (ou domaine du droit public) et les conditions relatives à sa perpétuation.

  • 1 Derrida J., Force de loi. Le « Fondement mystique de l’autorité », Paris, Galilée, coll. « La philo (...)
  • 2 Scholem G., Walter Benjamin. Histoire d’une amitié, trad. Kessler P., Paris, Calmann-Lévy, 1989, p. (...)
  • 3 Benjamin W., « Critique de la violence » [1921], trad. Gandillac M. (de), revue par Rochlitz R., Œu (...)
  • 4 Derrida J., op. cit., p. 80.
  • 5 Benjamin W., « Critique de la violence », Œuvres I, op. cit., p. 212.

2D’abord refusé par la revue Die weissen Blätter en raison de sa longueur et de sa complexité, l’essai de Benjamin sur la violence, intitulé Zur Kritik der Gewalt, paraît en 1921 dans l’Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, une année avant la publication de la première Théologie politique de Carl Schmitt, où celui-ci jette les fondements de son décisionnisme juridique. Le mot allemand « Gewalt » ne se laisse pas traduire facilement en français : il signifie « violence », mais aussi « force » ou « pouvoir » — « violence autorisée, pouvoir légal, comme lorsqu’on parle de Staatsgewalt, le pouvoir d’État1 », écrit J. Derrida. L’essai en question témoigne de l’ambition benjaminienne de poser les jalons d’une « philosophie de la politique » et inaugure les réflexions du philosophe de Francfort à ce sujet2. Benjamin commence par récuser les termes dans lesquels s’est posée historiquement la critique philosophique de la violence. La tâche que l’auteur allemand attribue à une critique véritable de la violence est de « décrire la relation de la violence au droit et à la justice », étant donné qu’une cause « ne devient violence, au sens prégnant du terme, qu’à partir du moment où elle touche à des rapports moraux3. » La question primordiale de toute critique de la violence consisterait alors à saisir les cas déterminés où elle se justifie au nom de la moralité, ce que deux grandes traditions en philosophie du droit ont été inaptes à réaliser. « Jusqu’ici cette critique s’est toujours inscrite dans l’espace de distinction entre moyen et fin4. » En suivant de près l’exposé spinozien du XVIe chapitre du Traité théologicopolitique, Benjamin conclut que, pour les tenants de la doctrine jusnaturaliste, le recours à des moyens violents n’apparaît pas problématique dès lors que les fins à atteindre sont justes. Par conséquent, on ne saurait stipuler si de tels moyens en eux-mêmes – si la violence en tant que moyen – s’avèrent conformes à la moralité, puisque le droit naturel fait uniquement un grand cas de sa liaison à un but spécifique, juste ou injuste. La seconde orientation théorique que Walter Benjamin s’applique à écarter dans les premières pages de son essai est celle du droit positif qui ne saurait considérer le droit naissant que par la critique, non plus de ses fins, mais de ses moyens. Elle assurerait la justice des buts par l’usage de moyens conformes au droit. L’auteur conclut que « les deux écoles se rejoignent dans le dogme fondamental commun selon lequel on peut atteindre par des moyens légitimes à des fins justes et employer des moyens légitimes pour réaliser des fins justes5. » Benjamin appelle à sortir de ce « cercle » funeste et à évaluer la violence en elle-même, quel que soit son but.

  • 6 Derrida J., op. cit., p. 69.
  • 7 Carl Schmitt cité par Bredekamp H., « From Walter Benjamin to Carl Schmitt, via Thomas Hobbes », tr (...)
  • 8 Jean-Michel Palmier, qui est l’auteur d’une somme considérable consacrée à Benjamin, est d’avis que (...)
  • 9 Walter Benjamin cité par Taubes J., En divergent accord. À propos de Carl Schmitt, trad. Ivernel P. (...)
  • 10 Carl Schmitt écrit : « Walter Benjamin se réfère dans son livre […] à ma définition de la souverain (...)

3D’après Jacques Derrida, « Carl Schmitt, que Benjamin admira et avec lequel il entretint une correspondance, le félicita pour cet sai6 ». Même si le juriste a prétendu dans un courrier adressé à l’anarchiste berlinois Hansjörg Viesel que tous deux « entretenaient des contacts quotidiens [“we were in daily contact”]7 », rien ne permet d’affirmer l’existence de la relation épistolaire entre Schmitt et le philosophe marxiste8. À vrai dire, on ne connaît que la lettre, restée fameuse au demeurant, que Benjamin envoya le 9 décembre 1930 à l’attention du juriste conservateur et que ce dernier, semble-t-il, laissa sans réponse. Le penseur y reconnaît explicitement sa dette envers la présentation schmittienne « de la théorie de la souveraineté au xviie siècle […] [et les] modes de recherche9 » développés dans La Dictature –, ce qui explique sans doute les raisons pour lesquelles Scholem et Adorno écartèrent la missive en question de la Correspondance du philosophe, publiée en deux volumes dans le courant de l’année 1966. Vraisemblablement, une telle lettre aurait altéré l’image de Benjamin que ses anciens amis cherchaient à diffuser (Schmitt adhéra au nazisme et demeura antisémite jusqu’à sa mort). De tels éloges ne laissèrent pas Schmitt insensible, qui, pour la peine, mentionna ce courrier dans Hamlet oder Hekuba, ouvrage dans lequel il souligne, par ailleurs, la grande valeur intellectuelle du travail de son collègue10.

  • 11 Benjamin W., Origine du drame baroque allemand, trad. Muller S. et Hirt A., préface de Wohlfarth I. (...)
  • 12 Palmier J.-M., op. cit., p. 251.
  • 13 Ibid. Pour sa part, le philosophe italien Giorgio Agamben soutient une thèse différente : « La desc (...)
  • 14 Palmier J.-M., op. cit., p. 107.
  • 15 Benjamin W., « Sur le concept d’histoire » [1942], trad. Gandillac M. (de), revue par Rusch P., Œuv (...)
  • 16 Dans son ouvrage dévolu à Benjamin, Daniel Bensaïd affirme : « Séparés, matérialisme historique et (...)
  • 17 J.-F. Kervégan souligne que, dans la version la plus « forte » du théorème, « la pensée moderne du (...)

4Benjamin était, en effet, séduit par la théorie de la souveraineté développée par Carl Schmitt aux débuts des années 1920, si bien que, dans son Origine du Drame baroque allemand [« Trauerspielbuch »], il lui emprunte ses réflexions autour du souverain et de l’état d’exception, citant à trois reprises le premier chapitre de la Politische Theologie11. Jean-Michel Palmier soutient à cet égard que, à l’instar de Schmitt, Benjamin « voit dans la conception de la souveraineté absolue du prince, le meilleur remède12 » à la situation exceptionnelle. Qu’une part de l’exposé du Trauerspielbuch converge avec l’analyse schmittienne de la situation du droit au xviie siècle n’aurait rien d’étonnant, dans la mesure où les deux auteurs partageaient un intérêt similaire pour les soubassements théologiques de la philosophie de l’histoire13. On peut d’ailleurs reconnaître, avec Giorgio Agamben, que la relation entre la violence révolutionnaire benjaminienne, sur laquelle débouche l’essai de 1921, et l’état d’exception schmittien se révèle particulièrement étroite d’un point de vue architectonique, à tel point « que les deux joueurs qui s’affrontent sur l’échiquier de l’histoire [Benjamin et Schmitt] semblent bouger le même pion14 ». L’allégorie de la partie d’échecs renvoie à la première thèse du philosophe marxiste Sur le concept d’histoire, où « un nain bossu » théologique tire les ficelles de la marionnette appelée « matérialisme historique » pour lui permettre de gagner à tous les coups15. Le concept de « rédemption [“Erlösung”] » permettrait de briser la temporalité évolutionniste inhérente au progrès et de reformuler ainsi le matérialisme suivant la dimension théologique du messianisme qui récuserait la conception irréversible, inévitable et linéaire du temps. La lutte des classes serait à repenser dans une alliance avec la théologie, au sens d’un messianisme séculier16. Walter Benjamin paraît acquis au théorème de la sécularisation défendu par Schmitt en 1922, du moins dans son interprétation la plus « faible17 ». Tous deux partagent l’idée qu’une politique devient impossible dès l’instant où on la coupe de ses fondements théologiques, voire messianiques. Schmitt et Benjamin donnent ainsi l’impression de se situer sur le même terrain théorique, ils parlaient sur le même plan et s’exprimaient dans un langage théologico-politique analogue.

  • 18 Benjamin W., « Critique de la violence », Œuvres I, op. cit., p. 224.
  • 19 Ibid., p. 236.
  • 20 Derrida J., op. cit., p. 32.
  • 21 L’origine de l’autorité et la fondation de la loi « ne sont ni légales ni illégales en leur moment (...)
  • 22 Benjamin W., « Critique de la violence », Œuvres I, op. cit., p. 234.

5L’une des distinctions analytiques principales qui occupent le cœur du texte de Benjamin témoigne de l’importance de l’impact des Réflexions sur la violence de Georges Sorel sur la rédaction de Zur Kritik der Gewalt : « Toute violence est, en tant que moyen, soit fondatrice, soit conservatrice de droit18. » Entendons qu’attachée à la sphère des moyens, la violence est nécessairement tantôt fondatrice de droit, dans la mesure où elle instaure, institue l’ordre juridique, tantôt conservatrice de droit, dès lors qu’elle maintient l’autorité de la légalité en place. « La fondation de droit est une fondation de pouvoir et, dans cette mesure, un acte de manifestation immédiate de la violence19. » La violence originaire, celle qui instaure l’autorité juridique, est une violence sans fondement, puisque, par définition, en tant qu’ultime fondement du droit elle demeure infondée. On peut donc dire qu’elle ne se justifie elle-même à partir d’aucune légitimité préalable – elle ne reconnaît, bien sûr, aucun droit antérieur, elle consiste en un coup de force, en « une force performative20 » qui n’est ni juste, ni injuste, ni légale ni illégale (elle vise précisément à instruire la légalité)21. Benjamin rapproche la violence fondatrice de la « violence mythique », en stipulant que la violence des dieux grecs à l’encontre de Niobé, par exemple, mère de douze enfants selon l’Iliade (quatorze selon d’autres traditions), et qui s’était moquée de la fécondité de Léto, peut effectivement être regardée comme fondatrice de droit. La violence d’Artémis et d’Apollon tuant les Niobides à coup de flèches « fonde un droit bien plutôt qu’elle ne punit une infraction à un droit existant22 ». Niobé n’a pas violé le droit, c’est plus exactement par le triomphe des dieux qu’un droit est institué.

6Pareille compréhension de la naissance de l’ordre juridique n’est pas sans évoquer le scepticisme de Montaigne pour qui ce qui pousse les individus à obéir aux lois n’est certainement pas la justice de celles-ci, mais le fait qu’elles disposent de l’autorité – les lois ne sont pas « justes », mais elles ont l’autorité. L’autorité des lois repose, en conséquence, sur la « croyance » en cette autorité, bien plus que sur la conviction de leur caractère juste. Si bien qu’il apparaît que le droit repose, en dernière instance, sur un fondement que Montaigne appelle « mystique » :

  • 23 Montaigne M. de, « De l’expérience », Essais III, cité par Derrida J., op. cit., p. 29.

« Or les loix se maintiennent en crédit, non par ce qu’elles sont justes, mais par ce qu’elles sont loix. C’est le fondement mystique de leur autorité ; elles n’en ont poinct d’autre. […] Quiconque leur obeyt parce qu’elles sont justes, ne leur obeyt pas justement par où il doibt23. »

  • 24 Rosenzweig F., L’Étoile de la rédemption, trad. Derczanski A. et Schlegel J.-L., Paris, Seuil, 1982 (...)

7La fondation des États se fait donc toujours dans la violence. Cette idée se retrouve également dans Der Stern der Erlösung, le maître-œuvre de Franz Rosenzweig qui paraît la même année que l’essai de Benjamin : « C’est le sens de toute violence que de fonder un nouveau droit. Elle n’est pas une négation du droit, comme on le croit souvent, fasciné qu’on est par ses allures subversives : bien au contraire, elle le fonde24. » Carl Schmitt nous apprendra, une année plus tard, que cette violence fondatrice de droit peut se ramener à la « décision » originelle, à la « décision politique » qui incombe au pouvoir constituant.

  • 25 Agamben G., Homo sacer, I. Le pouvoir souverain et la vie nue, trad. Raiola M., Paris, Seuil, 1997, (...)
  • 26 Schmitt C., Théorie de la Constitution [1928], trad. Deroche L., préface Beaud O., Paris, PUF, 1993 (...)
  • 27 Schmitt C., op. cit.
  • 28 Kérvegan J.-F., « La critique schmittienne du normativisme kelsénien », Herrera C.-M. (dir.), Le dr (...)
  • 29 Pfersmann O., « Normativisme et décisionnisme », Raynaud J.-P., Rials S. (dir.), Dictionnaire de ph (...)

8Dans Homo sacer, Agamben soutient que le penseur marxiste présenta « le rapport entre pouvoir constituant et pouvoir constitué comme le rapport entre la violence qui fonde le droit et la violence qui le conserve25. » À l’instar de la rechtsetzende Gewalt benjaminienne, le pouvoir constituant que Schmitt approche avec minutie dans sa Théorie de la Constitution – en allemand « verfassunggebende Gewalt » – ne découlerait d’aucune norme antérieure. C’est plutôt la constitution qui reposerait sur « une volonté politique, c’est-à-dire un être politique concret26 » que le pouvoir constituant serait le seul à exprimer. Elle prendrait appui sur une décision politique qui émane de ce pouvoir non constitué « qui ne peut être aboli par aucune constitution s’opposant à lui27. » La question de l’origine de tout ordre normatif ou du fondement de la normativité de la norme est au centre du conflit juridico-philosophique qui oppose Schmitt au normativisme kelsénien durant les années weimariennes. Le juriste néokantien Hans Kelsen entend, pour sa part, « considérer le droit comme un ordre clos sur lui-même28. » En affirmant l’irréductibilité du Sein au Sollen, de l’être au devoir-être, Kelsen croit démontrer la non-juridicité des effets qu’un acte de volonté est susceptible d’occasionner. En d’autres mots, « ce qui est juridique n’est explicable que juridiquement […], l’existence d’une règle découlant toujours de l’existence préalable d’une autre règle29 » ; seul le droit est donc, dans ce cas, habilité à créer du droit. Pour Schmitt, le normativisme kelsénien s’enliserait dans la fiction de l’auto-fondation de l’ordre juridique, alors que la norme ne serait pas en mesure de fonder le droit. Dans sa Théologie politique de 1922, ce dernier radicalise ses positions décisionnistes en affirmant le caractère fondateur de l’instant de la décision en ce qui concerne la normativité juridique elle-même :

  • 30 Schmitt C., Théologie politique. Quatre chapitres sur la théorie de la souveraineté [1922], dans Th (...)

« Car tout ordre [“Ordnung”] repose sur une décision [“Entscheidung”], et même le concept d’ordre juridique [“der Begriff der Rechtsordnung”] qu’on emploie sans réflexion comme une chose allant de soi renferme l’opposition des deux composantes du juridique. Même l’ordre juridique repose, à l’instar de tout ordre, sur une décision et non sur une norme30. »

  • 31 Rabault H., « Carl Schmitt et la mystique de l’État total », Critique, 654 (2001), p. 876.
  • 32 Kervégan J.-F., « Carl Schmitt, un théologien du droit ? », Archives de philosophie du droit, 38 (1 (...)

9La qualité spécifique du droit doit être trouvée dans une décision suprême et fondatrice ; c’est parce que celle-ci existe que les règles juridiques pourront ensuite exister. On comprend qu’aux yeux du juriste conservateur, ce qui préexiste au système juridique en vue de permettre son existence, est un élément de décision « pure » qu’on ne peut déduire du contenu d’une norme. Cette décision pure – pure, car elle compose un fondement ultime non fondé ou infondé – est à la fois expression et négation de considérations irrationnelles. Si « la réalité se trouve soustraite à toute forme de rationalisme31 », elle autorise simultanément l’instauration d’un ordre juridique « rationnel ». Tout semble indiquer que, pour Schmitt, le politique détermine le droit, au sens où le droit est nécessairement d’origine « politique » ; il résulte de cette décision « politique » qui échoit au pouvoir constituant. Hans Kelsen était, d’ailleurs, persuadé que son confrère avait « toujours eu un point de vue exclusivement politique sur le droit32. » Le politique préexisterait au système juridique, dont la qualité spécifique doit être trouvée dans une décision constituante.

  • 33 Schmitt C., La Notion de Politique [1932], in La Notion de Politique, suivie de Théorie du partisan (...)
  • 34 Benjamin W., « Critique de la violence », Œuvres I, op. cit., p. 225.
  • 35 Derrida J., op. cit., p. 33. Nous soulignons.
  • 36 Cf. Bensaïd D., op. cit., p. 226.

10Dans les écrits weimariens de Carl Schmitt, la décision représente un réquisit de l’effectivité de la démocratie – elle procède d’une véritable conception du régime démocratique, là où le parlementarisme libéral se perdrait en discussions et recourrait à « la dynamique d’une concurrence perpétuelle et de débats sans fin33. » Pour une critique de la violence témoigne également d’un certain refus, ou d’une certaine contestation, de l’institution parlementaire qui vivrait dans l’oubli de la violence originaire dont elle est née : « Que disparaisse la conscience de cette présence latente de la violence dans l’institution juridique, cette dernière alors périclite [“verfällt”]. Les parlements aujourd’hui en donnent un exemple34. » On assisterait à un déclin, à une déchéance – au « Verfall » de l’histoire du droit, dont l’origine révolutionnaire se serait peu à peu effacée de la conscience de la démocratie parlementaire libérale. Tandis que la grève générale prolétarienne, concept emprunté à Sorel, vient « suspendre » le droit en vigueur dans l’intention d’en créer un nouveau, agissant comme « pouvoir constituant » pourrait-on dire, les réformes bourgeoises aboutiraient aux compromis parlementaires, à ce « pouvoir constitué » qui a perdu toute conscience du caractère fondateur de la violence qui l’a engendré. Car l’institution de tout État dépend d’un moment de violence révolutionnaire. Schmitt et Benjamin s’accordent ainsi pour défendre que le domaine du droit public naisse de et dans la violence. Le moment de la décision, « der Moment der Entscheidung », est cet instant fondateur du droit auquel on ne peut opposer aucune contre-indication juste ou légale. « Il y a là un silence muré dans la structure violente de l’acte fondateur35. » L’État de droit est toujours d’abord un État de violence. Mais si, pour le philosophe marxiste, la démocratie libérale a oublié cette violence révolutionnaire qui siège à sa racine, l’État ne se perpétue pas pour autant en dehors de toute violence et de toute brutalité36.

  • 37 Benjamin W., « Critique de la violence », Œuvres I, op. cit., p. 215.
  • 38 Ibid.
  • 39 Ibid., p. 222.
  • 40 Derrida J., op. cit., p. 101.

11Le droit aurait ensuite un « intérêt » à accaparer la violence et à en interdire l’usage aux individus, de peur que ceux-ci ne viennent menacer l’ordre juridique – Benjamin évoque « l’intérêt du droit à monopoliser la violence37 ». Chaque fois que la personne individuelle comme sujet de droit pourrait viser ses fins naturelles « de façon appropriée » en engendrant la violence, l’ordre juridique incline à instituer des fins légales. Il refuse l’usage des moyens violents aux individus, cherchant à limiter leurs buts naturels par l’instauration de buts légaux « dès lors que ces fins naturelles sont visées de façon trop violente38. » Or l’intention de protéger les fins légales n’explique en aucun cas l’intérêt qu’a le droit à confisquer la violence ; c’est en réalité la protection du droit lui-même, du « Rechtsordnung » en tant que tel, qui en constitue l’objectif in fine. La peine de mort représente sans doute l’exemple le plus paradigmatique d’un exercice de la violence qui permettrait de maintenir, voire d’affermir, l’applicabilité du droit. Confirmant l’idée d’une déchéance progressive de l’historicité du droit, Benjamin constate que s’en prendre à la peine de mort revient non pas à attaquer « le quantum de la peine », mais à attaquer « le droit lui-même dans son origine39 ». Son abolition ne signifierait nullement le démantèlement d’« un dispositif parmi d’autres », c’est bien plutôt « le principe même du droit40 » que l’on désavouerait.

  • 41 Ibid., p. 87.
  • 42 Benjamin W., « Critique de la violence », Œuvres I, op. cit., p. 217. Nous soulignons.
  • 43 Ibid.
  • 44 « La tradition des opprimés nous enseigne que l’“état d’exception” dans lequel nous vivons est la r (...)
  • 45 Schmitt C., Théologie politique I, op. cit., p. 15 (traduction légèrement modifiée). Schmitt utilis (...)
  • 46 Buci-Glucksmann C., « Benjamin Walter, 1892-1940. Thèses sur le Concept d’histoire », Châtelet F., (...)
  • 47 Rochlitz R., Le désenchantement de l’art. La philosophie de Walter Benjamin, Paris, Galimard, 1992, (...)

12La violence tenue à l’écart des mains des individus ne cesse pas pour autant de représenter une menace aux yeux des citoyens, la possibilité de la peine de mort venant d’ailleurs l’attester. La violence se fait conservatrice de droit – la « rechtserhaltende Gewalt » est cette menace qui procède du droit dans l’optique de protéger l’ordre juridique. À cet égard, le prolétariat fait office de sujet privilégié : les travailleurs sont, en effet, le seul sujet de droit à bénéficier d’un droit à la violence à côté de l’État, garanti sous la forme du droit de grève. Néanmoins s’il se sent menacé, l’État condamnera la grève comme illégale, stipulant qu’elle outrepasse les limites établies par le législateur. Il la renverra dans l’illégalité, tant il craint le surgissement d’une violence « fondatrice de droit », capable de « se présenter comme un ayant droit au droit41. » Le droit de grève, à travers le cas sorélien de la grève générale révolutionnaire, menace de suspendre le droit, et il le fait – il est « habilité » à le faire –, parce qu’il appartient déjà au droit. Lors de la grève générale révolutionnaire, « les travailleurs invoqueront toujours leur droit de grève, tandis que l’État qualifiera cette invocation d’abus, car, à ses yeux, le droit de grève n’a pas été entendu “ainsi”, et il édictera ses mesures d’exception42. » Parce que l’appareil étatique s’appuie sur une interprétation ambivalente –, puisque l’État reconnaît ce droit aux travailleurs en fonction de la « situation » du droit lui-même –, Benjamin peut parler d’une « contradiction objective » de l’ordre juridique qui admet très souvent une violence, dont les buts naturels sont regardés avec indifférence, mais qui, « dans un cas critique [“Ernstfall”]43 », occasionne pourtant sa répression via des mesures exceptionnelles. Le philosophe marxiste radicalisera cette référence à l’exception et au cas critique dans sa huitième thèse Sur le concept d’histoire, d’après laquelle l’état d’exception serait devenu la règle44. Une fois encore, Benjamin fait écho à la première Théologie politique de Carl Schmitt, comme c’était déjà le cas dans le Trauerspielbuch, avec pour ambition désormais d’opérer un renversement radical de la notion de souveraineté que le juriste allemand avançait sous la scansion suivante : « Est souverain celui qui décide de l’état d’exception [“Ausnahmezustand”]45. » La confusion tendancielle de l’anomalie et de la norme, que Benjamin croyait observer en son temps, réclamait l’établissement d’une politique pensée sur les bases d’une exception « véritable » ou « effective » [« wirklich »]. Il devenait impératif, selon lui, de « renverser les rapports entre la règle et l’exception, pour construire un concept d’histoire qui dépasse les catégories de légalité et de régularité propres au positivisme du xixe siècle46 ». Il n’est pas faux d’affirmer, par ailleurs, qu’une pareille entreprise prenant le contre-pied de la théorie schmittienne de la souveraineté ne déstabilise pas pour autant les présupposés théoriques, la systématicité et l’orientation méthodologique que l’auteur de Über den Begriff der Geschichte doit manifestement au juriste conservateur – Rainer Rochlitz va même jusqu’à percevoir, dans cette huitième thèse, « le recours à une politique autoritaire, indissociable du concept d’état d’exception forgé par Carl Schmitt47 ».

  • 48 Kérvegan J.-F., « La critique schmittienne du normativisme kelsénien », Herrera C.-M. (dir.), op. c (...)
  • 49 Schlegel J.-L., « Introduction », Schmitt C., Théologie politique I, op. cit., p. VIII.
  • 50 Ibid., p. 16.
  • 51 Ibid., p. 22.
  • 52 Agamben G., État d’exception, op. cit., p. 64.

13Dans sa Politische Theologie de 1922, Schmitt reprochait au normativisme kelsénien d’avoir non seulement consacré l’auto-fondation fictive de la normativité juridique, mais aussi écarté le cas exceptionnel dont il nie l’existence d’abord « en adhérant à la thèse positiviste de l’absence principielle de lacunes dans l’ordre normatif48 », ensuite en supportant l’idée de la prévision d’une auto-suspension de l’ordre par lui-même. L’exception, la situation anormale que ne prévoit pas la Constitution, priverait la validité normative de son sens, puisque, chez Kelsen, le souverain n’est pas du tout en mesure de s’extraire du système, il n’est aucunement disposé à décider de la suspension des normes. Dans une optique normativiste, « l’État se trouve alors pris au dépourvu par la situation exceptionnelle – celle précisément où il faut “décider”49 ». S’opposant vigoureusement aux conceptions de Kelsen, la définition schmittienne de la souveraineté signifie que l’ordre juridique est, en dernier ressort, garanti par la déclaration d’un état d’exception, par une « décision en un sens éminent50 » qui rendrait la norme de nouveau applicable à l’avenir du fait de la suspension de son efficacité. Si l’apparition du droit semble dépendre d’une décision, la préservation de l’ordre normatif repose elle aussi, « dans le cas critique », sur un acte similaire. Non sans évoquer la « rechtserhaltende Gewalt » benjaminienne, le juriste allemand écrit : « Dans le cas d’exception [“Im Ausnahmefall”], l’État suspend le droit en vertu d’un droit d’autoconservation [“Selbsterhaltungsrecht”], comme on dit51. » Si elle semble en soi extra-juridique, la violence souveraine qui s’exprime par l’entremise de la décision au sujet de l’exception a toutefois pour dessein de conserver le droit « en le suspendant ». Ce qui est pour ainsi dire « en question dans cette suspension », c’est « la création d’une situation rendant possible l’application de la norme52. » Comme l’avait déjà laissé entendre Walter Benjamin un an auparavant, afin de conserver le droit devant le cas critique qui en menace l’existence – devant l’« Ernstfall » que représente la grève générale prolétarienne –, l’État souverain n’a d’autre choix que de recourir à des mesures exceptionnelles. D’après Schmitt, c’est au souverain qu’incombe la proclamation de l’« Ausnahmezustand », en vue d’assurer la situation, dont le droit a besoin pour redevenir valide, c’est-à-dire de rétablir les conditions de possibilité de la validité de l’ordre normatif.

  • 53 Schmitt C., « Avant-propos », La Dictature [1921], trad. Köller M. et Séglard D., Paris, Seuil, 200 (...)
  • 54 Cf. Schmitt C., « La dictature du président du Reich d’après l’article 48 de la Constitution de Wei (...)
  • 55 Schmitt C., « Avant-propos », La Dictature, op. cit., p. 16. Quelques pages plus loin, le juriste a (...)

14Déjà dans La Dictature, Schmitt tenta d’approcher la notion d’exception. La pierre angulaire de cet ouvrage, paru la même année que l’essai de Benjamin sur la violence, réside dans l’opposition entre une « dictature de commissaire », qui suspend concrètement et provisoirement la Constitution pour en garantir la pérennité, et une « dictature souveraine », qui viserait, quant à elle, à abolir la Constitution en vigueur, afin d’en instaurer une nouvelle53. Le juriste conservateur voyait dans la possibilité d’une dictature commissariale, prévue par l’article 48 de la Constitution de Weimar, le meilleur moyen d’empêcher l’accomplissement du danger révolutionnaire, de prévenir l’instauration d’une dictature du prolétariat qui recourrait de façon abusive au pouvoir constituant du peuple54. Schmitt est d’avis que « la dictature est nécessairement l’“état d’exception”55 », elle ne survient qu’à titre exceptionnel dans l’objectif de suspendre provisoirement la Constitution, le temps de rétablir les conditions indispensables à son existence.

  • 56 Concernant l’influence des écrits de Georges Sorel sur la pensée de Schmitt, je renvoie le lecteur (...)
  • 57 Derrida J., op. cit., p. 104.
  • 58 Ibid. L’auteur souligne.
  • 59 Cf. Agamben G., « Seuil », Homo sacer, op. cit., p. 73-77. Le philosophe italien parle d’« une osci (...)

15Dans un enthousiasme partagé pour les textes de Georges Sorel56, Schmitt et Benjamin interprétaient la révolution prolétarienne comme une violence « fondatrice de droit », capable de surgir et d’abroger l’ordre en place. Face à ce péril, la violence de l’État se ferait « conservatrice de droit », afin de préserver « son origine » – elle n’est donc certainement pas coupée de la violence fondatrice, dont il s’agit de conserver ce qu’elle a institué. Au lieu de congédier la violence une fois le droit posé, ce qui constituait pourtant l’objectif de la décision originaire, la violence conservatrice la réitère, afin d’empêcher les individus et les travailleurs de mettre à mal l’ordre en vigueur – elle n’est que réitération de l’origine par le pouvoir constitué. C’est ce que Jacques Derrida nomme « le paradoxe de l’itérabilité », paradoxe qui « menace la rigueur de la distinction entre les deux violences57 » proposée par Walter Benjamin. L’itérabilité « fait que l’origine doit originairement se répéter et s’altérer pour valoir comme origine, c’est-à-dire pour se conserver58. » Tant que l’exception se distingue logiquement de la règle, distinction que le philosophe marxiste ébranlera dans ses Thèses en 1940, la dialectique entre les deux types de violence ne saurait être brisée59.

  • 60 Cf. Benoist A. (de), « Carl Schmitt et les sagouins », Éléments, 110(2003), disponible sur : http:/ (...)
  • 61 Schmitt C., La Notion de Politique, op. cit., p. 64 (traduction légèrement modifiée). L’auteur soul (...)
  • 62 Sartori G., « The essence of the political in Carl Schmitt », Journal of Theoretical Politics, 1 (1 (...)
  • 63 Schmitt C., « L’État de droit bourgeois », trad. Pesteil J.-L., Du Politique. « Légalité et Légitim (...)

16Pour Schmitt, le droit se laisse déterminer et précéder par le politique. Dans Der Begriff des Politischen, qu’il rédige cinq années après la parution de la Politische Theologie I, le juriste allemand entreprend de proposer une nouvelle définition du politique, une redécouverte de ce que peut bien signifier le phénomène du politique. Walter Benjamin confiera à son ami Gershom Scholem que le livre de Schmitt, dont il est ici question, était, pour lui, l’ouvrage politique le plus important de l’époque60. La formule qui ouvre le deuxième paragraphe du deuxième chapitre est, par ailleurs, demeurée célèbre : « La distinction spécifique du politique [“Die spezifisch politische Unterscheidung”] à laquelle peuvent se ramener les actes et les mobiles politiques, c’est la discrimination entre ami et ennemi [“die Unterscheidung von Freund und Feind”]61. » Dans la pensée du jeune Carl Schmitt, la formation de la volonté populaire est un réquisit indispensable du concept du politique. Il faut comprendre qu’il n’y a d’ennemi politique que s’il lui préexiste une entité groupale, une collectivité prédisposée à devenir politique, à discriminer l’ennemi, s’étant déjà elle-même « homogénéisée ». Quiconque chercherait à saisir pleinement les subtilités de la définition du politique chez le juriste allemand ne saurait nullement se satisfaire du seul syntagme de l’ami et de l’ennemi. Cette définition implique ou présume, en réalité, les trois notions que sont l’homogénéité, l’intensité et, finalement, l’hostilité. Giovanni Sartori a perçu avec justesse que ce qui définit le domaine suprême pour le publiciste rhénan, c’est « l’opposition de l’ami et de l’ennemi en conjonction avec un critère d’intensité62 », « intensité » essentielle à la génération d’une amitié nationale homogène. Car « pour que le peuple […] advienne à l’existence politique, il faut une certaine identité, une certaine homogénéité en son sein63 ». Le groupe ami, l’amitié initiale, devient homogène selon le regroupement d’individus autour d’un critère d’association singulier non spécifique qui représente une identité partagée. Pour le juriste, à la fin des années vingt, tout est à même de devenir politique, dans la mesure où la notion peut éclore de n’importe quel prétexte de regroupement, tant que celui-ci correspond au degré d’intensité d’association « maximal ». L’amitié homogène a donc pour condition négative fondamentale la réduction des pluralismes au bénéfice d’un seul et unique critère d’appartenance.

  • 64 Norris A., « Carl Schmitt on friends, enemies and the political », Telos, 112 (1998), p. 75 (traduc (...)
  • 65 Schmitt C., La Notion de Politique, op. cit., p. 67. Nous soulignons.
  • 66 Ibid., p. 71. Concernant cette « reale Möglichkeit », cf. les développements très éclairants de Jac (...)
  • 67 Schmitt C., Théorie de la Constitution, op. cit., p. 215. Nous soulignons.

17« Les conflits qui émergent entre ces différents groupes ne sont pas politiques, avant qu’ils n’atteignent un certain degré d’intensité – avant qu’ils ne constituent une menace pour l’existence du groupe64 » : c’est seulement après la formation d’une amitié homogène que l’ennemi vient sceller, de manière efficiente, la « politicité » du peuple unifié. L’ennemi est ce « quelque chose » qui engendre l’être-politique de la nation, en menaçant l’amitié homogène dans son existence, en niant le critère d’association du peuple auquel il fait face. « L’ennemi, ce ne peut être qu’un ensemble d’individus groupés, affrontant un ensemble de même nature et engagé dans une lutte pour le moins virtuelle [“eine wenigstens eventuell”], c’est-à-dire effectivement possible [“der realen Möglichkeit”]65. » Il menace de mettre à mort l’amitié par l’intermédiaire d’« une lutte armée » [“bewaffneter Kampf”], une lutte possiblement réelle. Schmitt insiste sur le fait que les mots “ennemi” et “lutte” ne sont pas à entendre en un sens symbolique ou métaphorique, il s’agit bel et bien de « la possibilité réelle de provoquer la mort physique d’un homme [“die reale Möglichkeit der physischen Tötung Bezug haben und behalten”]66. » La caractéristique première et essentielle du concept d’« arme » est de donner une mort sanglante et violente. En ce sens, la naissance du politique repose sur la conscience d’une mise à mort éventuelle. Parce qu’il menace ce que nous sommes existentiellement, cet ennemi, cet être étranger, radicalement autre, nous livre, de manière incontestable, quelque chose sur ce que nous sommes en tant qu’unité nationale. Le peuple acquiert « la conscience de sa spécificité politique et la volonté d’exister politiquement67 », suite au surgissement du groupe antagoniste, de ce groupe dont le critère d’association qu’il manifeste par sa seule présence compose un danger pour l’existence du groupe ami. Mais si le politique naît de la possibilité d’une mort violente pour les hommes liés au sein de l’amitié, le « status politicus » n’est certainement pas le monde de la guerre de tous contre tous, mais plutôt un « état » de restriction, de limitation des guerres par l’assertion d’un conflit potentiel unique, c’est-à-dire à travers l’application du binôme de l’ami et de l’ennemi. Schmitt est acquis au vieil adage augustien selon lequel la pleine sécurité ne serait pas de ce monde – « plena securitas in hac via non expectanda ». Cependant, en ramenant la guerre de tous contre tous qui caractérise le « status naturalis » à une lutte unique, le politique offre l’alternative d’une réduction de la violence naturelle des hommes. La guerre contre l’ennemi apparaît alors comme un moindre mal.

  • 68 Schmitt C., La Notion de Politique, op. cit., p. 57.
  • 69 Ibid., p. 85.
  • 70 Ibid.

18La première phrase de Der Begriff des Politischen est restée dans les mémoires : « Le concept d’État présuppose le concept de politique [“Der Begriff des Staates setzt den Begriff des Politischen voraus”]68. » Comprenons que l’État apparaît dans le « status politicus », à savoir postérieurement au surgissement de l’ennemi, pour venir se greffer sur l’amitié homogène devenue nation, ou plutôt pour lui donner forme politiquement. La forme étatique du politique constitue dès lors le pôle téléologique du politique : le « status politicus », véritable palingénésie du groupe en unité nationale, ne peut qu’être maintenu par l’État dans sa « politicité », au risque de dépérir dans une régénération de l’état de nature. C’était d’une seule et même voix que l’ennemi fut désigné comme tel par l’amitié initiale, car il permettait négativement aux individus de s’identifier comme amis : l’ennemi confirmait l’ancrage extrême de leur amitié, puisqu’ils parvinrent à le désigner simultanément comme tel. Cependant, un peuple donné ne sera jamais éternellement l’ennemi d’un autre peuple. Cela signifie que l’ennemi fondateur de la forme étatique n’est qu’un ennemi conjoncturel et que le critère existentiel d’association est à même de muter tout différemment. L’ère « politique » amène ainsi à une nouvelle question, celle de savoir « qui désigne l’ennemi ? », qui détermine la substance de l’« arkhetupos » de la décision ? Carl Schmitt est clair à ce sujet : « L’État, unité politique et centre de décision, détient et concentre un pouvoir énorme : il a la possibilité de faire la guerre et donc de disposer ouvertement de la vie d’êtres humains69. » La désignation de l’ennemi public réclame que les nationaux « soient prêts à mourir et à donner la mort70 », à tuer les êtres humains qui appartiennent au camp ennemi. Cette guerre n’est toutefois pas fondée sur le simple pouvoir discrétionnaire de l’État, dans la mesure où l’ennemi demeure celui avec lequel une lutte est, à la limite, effectivement possible. L’État ne fait que reconnaître l’ennemi qui existe déjà en tant que tel. En effet, l’ennemi ne serait pas l’« hostis », le « polémios », si le peuple rassemblé ne se sentait pas réellement et existentiellement menacé par la manifestation de l’autre, de l’étranger dont il est question.

  • 71 Ibid., p. 95 (traduction légèrement modifiée).
  • 72 Meier C., La Naissance du Politique, op. cit., p. 29.
  • 73 Schmitt C., Le Nomos de la Terre, trad. Deroche-Gurcel L., révisé, présenté et annoté par Haggenmac (...)
  • 74 Schmitt C., op. cit., p. 155.
  • 75 Schmitt C., Théorie du Partisan [1962], dans La Notion de Politique, suivie de Théorie du partisan,(...)

19Il s’ensuit logiquement que l’ordre européen et mondial ne peut que se présenter sous la forme d’un « pluriversum » d’États, animés dans leurs relations mutuelles par la dynamique de l’ami et de l’ennemi, véritable moteur des relations internationales. « Toute unité politique implique la possibilité réelle [“die reale Möglichkeit”] d’un ennemi et donc la coexistence d’une autre unité politique71. » Le critère spécifique du politique entraîne une organisation particulière de l’espace mondial qui, on l’a vu, coïncide avec une réduction de la conflictualité, avec une lutte intense mais unique. Schmitt emprunte, d’ailleurs, son concept d’ennemi à l’époque de la guerre limitée72. Dans Der Nomos der Erde, ouvrage qu’il rédige aux débuts des années 1940 mais qui paraîtra après la Seconde Guerre mondiale, le juriste conservateur constate que, depuis le xviie siècle, le droit public européen était fondé sur l’absence de distinction entre guerre juste et guerre injuste : les guerres offensives n’étaient pas taxées de « bella injusta », en dépit de leur caractère d’agression. « Au lieu de partir de la notion de justa causa, l’ordre du droit des gens interétatique part de celle de justus hostis, et qualifie toute guerre interétatique entre souverains égaux de guerre conforme au droit73. » Moyennant la détermination de l’ennemi juste, distingué du criminel, chaque souverain étatique décidait exclusivement pour savoir s’il existait ou non une cause de guerre juste. C’est de cette manière que « l’on obtient une notion de guerre non discriminatoire, car même l’État souverain menant une guerre sans justa causa n’en reste pas moins un justus hostis en tant qu’État74. » Il était indispensable que les puissances belligérantes acceptent de se reconnaître mutuellement comme des ennemis sans se discriminer comme des hors-la-loi ou des criminels, « de sorte que la conclusion d’une paix » soit « possible et même demeure l’issue normale et toute naturelle de la guerre75. » L’unité politique mènerait la guerre contre l’ennemi public jusqu’à ce que survienne la paix, jusqu’à ce que l’une des deux puissances combattantes sorte victorieuse de la lutte armée, qu’elle se retire sans accabler l’« hostis » outre mesure, et qu’un nouvel ennemi puisse alors être pointé du doigt. C’est cette formalisation juridique qui a permis, deux siècles durant, de restreindre et de circonscrire la violence guerrière.

  • 76 Par exemple, dans « Théories du fascisme allemand » [1930], trad. Rusch P., Œuvre II, Paris, Gallim (...)

20Dans son affection particulière pour l’anthropologie augustinienne, Carl Schmitt était persuadé qu’il y aurait toujours des guerres, et que chercher à les abolir plutôt qu’à les limiter ou à les réglementer conduirait à une hostilité absolue, à une « guerre d’extermination » que Benjamin avait d’ailleurs prophétisée dans certains de ses écrits76. Si le politique est issu de la possibilité réelle d’une violence mortifère, son effectivité assurerait, en retour, une limitation des conflits guerriers. Schmitt et Benjamin étaient d’accord pour reconnaître que le droit naissait et se conservait dans la violence. Mais dans la pensée du juriste westphalien, le droit, une fois établi, permet d’écarter la violence révolutionnaire sur le plan intérieur et l’escalade belliqueuse sur celui des relations internationales. Tandis que le philosophe marxiste tentera de développer le concept de « violence pure » [« reine Gewalt »], étrangère au droit, possédant une existence en dehors des limites juridiques, Schmitt s’appliquera à réinscrire la violence au sein de la sphère du droit, largement subordonné au politique, dans l’optique d’éviter la survenance des pires inhumanités. Aujourd’hui, depuis les attentats du 11 Septembre, ces deux auteurs sont souvent présentés comme des penseurs « visionnaires ». Leurs réflexions respectives auraient, entre autres, autorisé la préhension des tendances actuelles à la banalisation de l’exception, pathologie qu’aurait engendrée la démocratie libérale que Schmitt et Benjamin ne regardaient pas d’un très bon œil.

Notes

1 Derrida J., Force de loi. Le « Fondement mystique de l’autorité », Paris, Galilée, coll. « La philosophie en effet », 2005, p. 74.

2 Scholem G., Walter Benjamin. Histoire d’une amitié, trad. Kessler P., Paris, Calmann-Lévy, 1989, p. 114.

3 Benjamin W., « Critique de la violence » [1921], trad. Gandillac M. (de), revue par Rochlitz R., Œuvres I, présenté par Rochlitz R., Paris, Gallimard, coll. « Folio – Essais », 2000, p. 210. Nous soulignons.

4 Derrida J., op. cit., p. 80.

5 Benjamin W., « Critique de la violence », Œuvres I, op. cit., p. 212.

6 Derrida J., op. cit., p. 69.

7 Carl Schmitt cité par Bredekamp H., « From Walter Benjamin to Carl Schmitt, via Thomas Hobbes », trad. Thorson Hause M. et Bond J., Critical Inquiry, vol. 25, no 2, hiver 1999, p. 261 (traduction personnelle).

8 Jean-Michel Palmier, qui est l’auteur d’une somme considérable consacrée à Benjamin, est d’avis que « les tentatives pour restaurer entre eux un dialogue à peu près inexistant sont risquées », d’autant que leur correspondance semble se restreindre à une seule et unique lettre (Walter Benjamin. Le chiffonnier, l’Ange et le Petit Bossu, préface et notes de Perrier F., Paris, Klincksieck, coll. « Collection d’esthétique », 2006, p. 253).

9 Walter Benjamin cité par Taubes J., En divergent accord. À propos de Carl Schmitt, trad. Ivernel P., préface de Stimilli E., Paris, Payot & Rivages, 2003, p. 52.

10 Carl Schmitt écrit : « Walter Benjamin se réfère dans son livre […] à ma définition de la souveraineté ; il m’a exprimé sa reconnaissance dans une lettre personnelle en 1930 » (Hamlet ou Hécube. L’irruption du temps dans le jeu [1956], trad. Besson J.-L. et Jourdheuil J., Paris, L’Arche, 1992, p. 103). Dans le même opuscule, le publiciste de Weimar cite Ursprung des deutschen Trauerspiels de Benjamin comme l’un des « trois livres qui [...] [lui apportèrent] des informations précieuses et des éléments d’interprétations essentiels » pour ce qui concerne la question de l’origine de l’action tragique (ibid., p. 9).

11 Benjamin W., Origine du drame baroque allemand, trad. Muller S. et Hirt A., préface de Wohlfarth I., Paris, Flammarion, 2000, p. 65-66.

12 Palmier J.-M., op. cit., p. 251.

13 Ibid. Pour sa part, le philosophe italien Giorgio Agamben soutient une thèse différente : « La description benjaminienne du souverain baroque dans l’Origine du drame baroque allemand peut être lue comme une réponse à la théorie schmittienne de la souveraineté » (État d’exception. Homo sacer, II, 1, trad. Gayraud J., Paris, Seuil, coll. « L’ordre philosophique », 2003, p. 94). Benjamin aurait ouvertement déclaré, dans cet ouvrage, la caducité du dispositif théorique mis en place par son contemporain.

14 Palmier J.-M., op. cit., p. 107.

15 Benjamin W., « Sur le concept d’histoire » [1942], trad. Gandillac M. (de), revue par Rusch P., Œuvres III, Paris, Gallimard, 2000, p. 427-428.

16 Dans son ouvrage dévolu à Benjamin, Daniel Bensaïd affirme : « Séparés, matérialisme historique et théologie sont livrés à leurs infirmités respectives, la raideur mécanique de l’un, la disgrâce physique de l’autre. Une nouvelle alliance est nécessaire [nous soulignons] » (Walter Benjamin. Sentinelle messianique à la gauche du possible, Paris, Plon, 1990, p. 29). Cf. également Löwy M., Walter Benjamin : Avertissement d’incendie. Une lecture des thèses « Sur le concept d’histoire », Paris, PUF, 2001, p. 28-34.

17 J.-F. Kervégan souligne que, dans la version la plus « forte » du théorème, « la pensée moderne du politique reproduit la structure de la théologie (et plus particulièrement de l’eschatologie) chrétienne », tandis que dans une mouture plus « faible », on a affaire à « une “influence” souvent méconnue ou refoulée de la théologie sur la philosophie juridique et politique moderne » (« Les ambiguïtés d’un théorème. La sécularisation, de Schmitt à Löwith et retour », Fœssel M., Kervégan J.-F., Revault dAllonnes M. (dir.), Modernité et sécularisation. Hans Blumenberg, Karl Löwith, Carl Schmitt, Leo Strauss, Paris, CNRS Éditions, 2007, p. 109).

18 Benjamin W., « Critique de la violence », Œuvres I, op. cit., p. 224.

19 Ibid., p. 236.

20 Derrida J., op. cit., p. 32.

21 L’origine de l’autorité et la fondation de la loi « ne sont ni légales ni illégales en leur moment fondateur. Elles excèdent l’opposition du fondé et du non-fondé, comme de tout fondationnalisme ou de tout antifondationnalisme » (Ibid., p. 34).

22 Benjamin W., « Critique de la violence », Œuvres I, op. cit., p. 234.

23 Montaigne M. de, « De l’expérience », Essais III, cité par Derrida J., op. cit., p. 29.

24 Rosenzweig F., L’Étoile de la rédemption, trad. Derczanski A. et Schlegel J.-L., Paris, Seuil, 1982, p. 393-394.

25 Agamben G., Homo sacer, I. Le pouvoir souverain et la vie nue, trad. Raiola M., Paris, Seuil, 1997, p. 50.

26 Schmitt C., Théorie de la Constitution [1928], trad. Deroche L., préface Beaud O., Paris, PUF, 1993, p. 212.

27 Schmitt C., op. cit.

28 Kérvegan J.-F., « La critique schmittienne du normativisme kelsénien », Herrera C.-M. (dir.), Le droit, le politique. Autour de Max Weber, Hans Kelsen, Carl Schmitt, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 238.

29 Pfersmann O., « Normativisme et décisionnisme », Raynaud J.-P., Rials S. (dir.), Dictionnaire de philosophie politique, Paris, PUF, 2003, p. 509.

30 Schmitt C., Théologie politique. Quatre chapitres sur la théorie de la souveraineté [1922], dans Théologie politique, trad. et introd. Schlegel J.-L., Paris, Gallimard, 1988, p. 20.

31 Rabault H., « Carl Schmitt et la mystique de l’État total », Critique, 654 (2001), p. 876.

32 Kervégan J.-F., « Carl Schmitt, un théologien du droit ? », Archives de philosophie du droit, 38 (1993), p. 124.

33 Schmitt C., La Notion de Politique [1932], in La Notion de Politique, suivie de Théorie du partisan, trad. Steinhauser M.-L., préface de Freund J., Paris, Flammarion, 2004, p. 117.

34 Benjamin W., « Critique de la violence », Œuvres I, op. cit., p. 225.

35 Derrida J., op. cit., p. 33. Nous soulignons.

36 Cf. Bensaïd D., op. cit., p. 226.

37 Benjamin W., « Critique de la violence », Œuvres I, op. cit., p. 215.

38 Ibid.

39 Ibid., p. 222.

40 Derrida J., op. cit., p. 101.

41 Ibid., p. 87.

42 Benjamin W., « Critique de la violence », Œuvres I, op. cit., p. 217. Nous soulignons.

43 Ibid.

44 « La tradition des opprimés nous enseigne que l’“état d’exception” dans lequel nous vivons est la règle » (Benjamin W., « Sur le concept d’histoire », Œuvres III, op. cit., p. 433).

45 Schmitt C., Théologie politique I, op. cit., p. 15 (traduction légèrement modifiée). Schmitt utilise aussi bien le terme de « Ernstfall » que de « Ausnahmefall » ou de « Ausnahmezustand » pour désigner le cas critique, la situation exceptionnelle.

46 Buci-Glucksmann C., « Benjamin Walter, 1892-1940. Thèses sur le Concept d’histoire », Châtelet F., Duhamel O., Pisier É (dir.), Dictionnaire des œuvres politiques, Paris, PUF, 2001, p. 94.

47 Rochlitz R., Le désenchantement de l’art. La philosophie de Walter Benjamin, Paris, Galimard, 1992, p. 271. Susanne HEIL, qui rédigea l’une des premières monographies consacrées à Schmitt et Benjamin, soutient, pour sa part, que les deux penseurs partageraient la même conviction méthodologique suivant laquelle la prise en considération du « cas extrême » constituerait un passage obligé, si l’on entend découvrir l’essence de l’ordre juridique ou politique (“Gefährliche Beziehungen” : Walter Benjamin und Carl Schmitt, Stuttgart – Weimar, Metzler, 1996). À ce propos, cf. également Terpstra M., de Wit T., « Walter Benjamin en Carl Schmitt. Een politiek-theologische confrontatie », Benjamin Journaal, 5 (1997), p. 56-74.

48 Kérvegan J.-F., « La critique schmittienne du normativisme kelsénien », Herrera C.-M. (dir.), op. cit., p. 239.

49 Schlegel J.-L., « Introduction », Schmitt C., Théologie politique I, op. cit., p. VIII.

50 Ibid., p. 16.

51 Ibid., p. 22.

52 Agamben G., État d’exception, op. cit., p. 64.

53 Schmitt C., « Avant-propos », La Dictature [1921], trad. Köller M. et Séglard D., Paris, Seuil, 2000, p. 20.

54 Cf. Schmitt C., « La dictature du président du Reich d’après l’article 48 de la Constitution de Weimar » [1924], La Dictature, op. cit., p. 207-259.

55 Schmitt C., « Avant-propos », La Dictature, op. cit., p. 16. Quelques pages plus loin, le juriste affirme d’ailleurs : « Pour le dire de manière abstraite, le problème de la dictature se ramènerait au problème de l’exception concrète » (Ibid., p. 19).

56 Concernant l’influence des écrits de Georges Sorel sur la pensée de Schmitt, je renvoie le lecteur à : Herrera C.-M., « Lénine, Carl Schmitt, Sorel », Morvan P. (dir.), Droit, politique et littérature. Mélanges en l’honneur du Professeur Yves Guchet, Bruxelles, Bruylant, 2008, p. 473-491.

57 Derrida J., op. cit., p. 104.

58 Ibid. L’auteur souligne.

59 Cf. Agamben G., « Seuil », Homo sacer, op. cit., p. 73-77. Le philosophe italien parle d’« une oscillation dialectique entre la violence qui fonde le droit et la violence qui le conserve » (Ibid., p. 73).

60 Cf. Benoist A. (de), « Carl Schmitt et les sagouins », Éléments, 110(2003), disponible sur : http://www.grece-fr.net/textes/_txtWeb.php?idArt=180.

61 Schmitt C., La Notion de Politique, op. cit., p. 64 (traduction légèrement modifiée). L’auteur souligne.

62 Sartori G., « The essence of the political in Carl Schmitt », Journal of Theoretical Politics, 1 (1989), p. 63 (traduction personnelle). Nous soulignons. Cf. également Meier C., La Naissance du Politique, trad. Trierweiler D. avec la collaboration de Laroche F., Martin C., Kolecki W., Paris, Gallimard, 1995, p. 27-28.

63 Schmitt C., « L’État de droit bourgeois », trad. Pesteil J.-L., Du Politique. « Légalité et Légitimité » et autres essais, textes choisis et présentés par Benoist A. (de), Puiseaux, Pardès, coll. « Révolution conservatrice », 1990, p. 34.

64 Norris A., « Carl Schmitt on friends, enemies and the political », Telos, 112 (1998), p. 75 (traduction personnelle). Nous soulignons.

65 Schmitt C., La Notion de Politique, op. cit., p. 67. Nous soulignons.

66 Ibid., p. 71. Concernant cette « reale Möglichkeit », cf. les développements très éclairants de Jacques Derrida dans Politiques de l’amitié, suivis de L’oreille de Heidegger, Paris, Galilée, 1994, p. 145-157.

67 Schmitt C., Théorie de la Constitution, op. cit., p. 215. Nous soulignons.

68 Schmitt C., La Notion de Politique, op. cit., p. 57.

69 Ibid., p. 85.

70 Ibid.

71 Ibid., p. 95 (traduction légèrement modifiée).

72 Meier C., La Naissance du Politique, op. cit., p. 29.

73 Schmitt C., Le Nomos de la Terre, trad. Deroche-Gurcel L., révisé, présenté et annoté par Haggenmacher P., Paris, PUF, 2001, p. 121.

74 Schmitt C., op. cit., p. 155.

75 Schmitt C., Théorie du Partisan [1962], dans La Notion de Politique, suivie de Théorie du partisan, trad. Steinhauser M.-L., préface Freund J., Paris, Flammarion, 2004, p. 212. Nous soulignons.

76 Par exemple, dans « Théories du fascisme allemand » [1930], trad. Rusch P., Œuvre II, Paris, Gallimard, 2000, p. 198-215. Benjamin écrit notamment que « la guerre future » présentera « un visage qui abolira définitivement les catégories guerrières » et que « sa spécificité stratégique la plus saillante sera d’être une pure et radicale guerre d’agression » (Ibid., p. 200).

Auteur

Aspirant du FNRS (Belgique)
Centre de Théorie Politique, Université libre de Bruxelles

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search