Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence

 | 
Lucien Faggion
, 
Christophe Régina

Partie III. Violences du discours et discours de la violence

Texte et contexte : la violence dans les sermons protestants du xviiie siècle

Céline Borello

Texte intégral

  • 1 Combe E., Antoine Court et ses sermons, Lausanne, Bridel, 1896 ; Gosselin J., « Les sermons écrits (...)

1La fin officielle du protestantisme, proclamée par la révocation de l’Édit de Nantes en 1685, ne doit pas laisser penser à un silence des réformés de France. Des écrits officieux et des pratiques clandestines, mais également des textes publiés et des attitudes affichées au grand jour montrent que, derrière le droit, le fait est tout autre et que les disciples de Calvin n’ont pas dit leur dernier mot. Parmi ces écrits, les sermons des pasteurs sont une source qui permet d’appréhender l’histoire reformée du Siècle des Lumières. Une source aux confins de l’histoire, de la théologie et de la littérature, assez peu mobilisée pour le xviiie siècle1. Avant tout discours religieux délivré à l’occasion d’un culte public, il ne paraît pas, a priori, pouvoir intéresser une réflexion sur la violence. Pourtant, la lecture de ces textes montre qu’il peut être un indicateur de cette dernière – de sa perception, de son acceptation ou, à l’inverse, de son rejet et de sa stigmatisation –, car ces discours ne sont pas gratuits, mais souvent à vocation didactique pour l’auditoire. De plus, ces textes sont écrits par des ministres de la parole de Dieu, hommes participant, dans le contexte du xviiie siècle, à la reconstruction de leurs Églises, dans la clandestinité du Désert, et subissant une politique de persécutions de la part de la monarchie française. Enfin, le support biblique sur lequel s’appuient ces sermons livre parfois des scènes où la violence faite aux corps et aux esprits est extrême.

  • 2 En évoquant le père et le fils aîné : « La similitude de leurs conceptions et de leurs méthodes, le (...)
  • 3 Rabaut-Pomier fut également pasteur de l’Église réformée de Paris lorsque, par l’arrêté du 3 décemb (...)

2Selon ce double jeu de miroir entre texte et contexte, quelle est la violence présentée, quel rôle joue-t-elle dans le discours narratif et, au-delà, connaît-elle une présentation uniforme sur tout le siècle ? Pour une cohérence de sources, le choix s’est arrêté sur la première dynastie pastorale – au sens chronologique et sans doute aussi d’un point de vue de son rôle au sein des Églises –, celle des Rabaut2 : Paul, le père, ainsi que ses deux fils, Jean-Paul et Jacques-Antoine, respectivement nommés Rabaut-Saint-Étienne et Rabaut-Pomier, trois pasteurs qui officièrent, avant la Révolution, dans un espace entre Montpellier et Marseille3.

3Dans un premier temps, il est question de voir en quoi le sermon, au prisme de la violence, est le reflet du contexte historique de son écriture. L’analyse des textes laisse apparaître une claire montée en puissance du motif de la violence dans les sermons des années 1750, alors qu’il s’agit, à la fois pour cette famille et pour toute la communauté protestante, d’une période de persécutions fortes dues à la monarchie. La violence présente est alors déclinée suivant deux modalités. Tout d’abord, c’est la violence du texte biblique qui apparaît : la violence subie par les premiers chrétiens est présentée comme un modèle de vie et, surtout, de mort. C’est l’exemplarité du martyre, celui de Jésus-Christ en premier lieu, qui sert de pivot dans une actualisation toute calvinienne de l’histoire de l’Église des origines. Puis, la violence est également présente d’une autre façon, selon une perspective moins théologique et plus politique : la violence est alors à bannir, car signe de dérégulation sociale. Elle n’est plus alors le parallèle d’une injustice, mais l’opposée d’une paix sociale et religieuse à préserver, car elle est garante de la reconnaissance des assemblées religieuses protestantes.

Le texte du sermon : un miroir du contexte historique

  • 4 Rabaud C., Paul Rabaut : apôtre du Désert, Fischbacher, 1920 ; Bost H., Lauriol C. (dir.), op. cit.
  • 5 Dupont A., op. cit.
  • 6 Mayeur J.-M., Encrevé A., Hilaire Y.-M., Dictionnaire religieux de la France contemporaine, Paris, (...)
  • 7 Diény G., Essai sur la prédication de R. Saint-Étienne d'après la collection de ses sermons manuscr (...)
  • 8 A. Monod indique 215 sermons pour Paul Rabaut, ce qui correspond à ceux qui se trouvent sous la côt (...)
  • 9 Certains sermons de Rabaut-Pomier ne sont pas datés et ont été écartés de cette étude.

4Le texte du sermon est la mise sur papier de l’un des pivots du protestantisme : la Parole, fondée sur l’Écriture, unique source de Vérité. La prédication est un moment important de la vie du réformé et n’a jamais cessé, y compris durant l’obligation catholique imposée par l’Édit de Fontainebleau, en 1685. Ce sont les pasteurs du Désert qui ont porté cette voix à l’occasion d’assemblées clandestines et, parmi eux, Paul Rabaut (1718-1794) qui, avec Antoine Court, reconstitua les Églises protestantes dans la tradition de Calvin4. Il exerça son ministère à Nîmes, de 1741 à 1785, et fut aidé par son fils aîné, Rabaut-Saint-Étienne, à partir de 17655. Le cadet, Rabaut-Pomier, exerça d’abord à Marseille (1770), puis à Montpellier (1771-1792)6. La production historienne sur ces pasteurs, même si elle a parfois tendu vers l’édification, permet clairement de les situer comme des hommes clés de la reconstitution des Églises, pour preuve, le rôle fondamental de Rabaut-Saint-Étienne dans les pourparlers et la rédaction de l’Édit de 1787, accordant la tolérance civile aux non-catholiques. Or, étrangement, peu de travaux portent sur leurs sermons7. Même si tous, certainement, ne nous sont pas parvenus, ces trois individus ont laissé environ 340 textes sur une période allant de 1741 (Paul Rabaut) à 1813 (Rabaut-Pomier). Seuls ceux antérieurs à 1787, date qui marque le début de la reconnaissance civile des protestants dans le royaume, ont été mobilisés pour ce propos, soit un corpus de 300 sermons : 217 pour le père8, 57 pour Rabaut-Saint-Étienne et 26 pour Rabaut-Pomier9.

  • 10 BFP MS 716 – 7, pièce no 18 et Dardier C., op. cit., t. I, p. 168 : lettre du 31 mars 1745.

5Ces sermons ne sont pas tous des copies définitives, parfois nous n’en possédons que des brouillons. Ils se composent en moyenne de vingt à vingt-cinq folios, comportant tous une péricope qui permet le développement autour de deux divisions et une conclusion. Tel est le schéma classique du sermon modèle qui n’est pas toujours respecté, on le comprend d’autant plus pour les textes parvenus à l’état de brouillon, voire parfois avec des pages arrachées. Tous, non plus, ne comportent pas de date. Parfois, il est possible de faire des recoupements qui permettent de la découvrir : ainsi en est-il d’un sermon autour des paroles des Actes des apôtres 7, 54-60, sur le martyre d’Étienne, dont il sera plus loin question. C’est une lettre de Paul Rabaut à Antoine Court qui permet de situer sa première énonciation le 28 mars 174510.

  • 11 BPF MS 716 – 2, pièce no 10, sermon sur Jr 15, 7 : « J’ai désolé et fait périr mon peuple, et ils n (...)

6L’analyse initiale de ces documents est celle des exordes qui permettent de saisir les thèmes abordés dans les sermons conservés. Et, dès le début du texte, il est ainsi possible de voir le motif de la violence apparaître. Ainsi, le 18 octobre 1749, Paul Rabaut écrit-il un sermon sur les parole de révélation du prophète Jérémie 15, 7 : « j’ai désolé et fait périr mon peuple, et ils ne se sont point détournés de leur voie11 » ; ou bien encore, le 16 février 1753, sur ces paroles extraites d’Esaïe 22, 12-14 :

  • 12 BPF MS 716 – 3, pièce no 17, sermon sur les paroles d’Es 22, 12-14 « Et le Seigneur l’Éternel des a (...)

« Le Seigneur, l’Éternel des armées, vous appelle en ce jour à pleurer et à vous frapper la poitrine, à vous raser la tête et à ceindre le sac. Et voici de la gaîté et de la joie ! On égorge des boeufs et l’on tue des brebis, on mange de la viande et l’on boit du vin. Mangeons et buvons, car demain nous mourrons ! L’Éternel des armées me l’a révélé : Non, ce crime ne vous sera point pardonné que vous ne soyez morts, dit le Seigneur, l’Éternel des armées12. »

  • 13 Sermon sur ces paroles de l’Épître aux Hébreux XI, 35 : « D’autres ont été cruellement tourmentés (...)
  • 14 BPF MS 717 – 2, pièce no 38. Il s’agit ici d’un thème commun depuis un célèbre sermon d’A. Court, p (...)
  • 15 BPF MS 718 – 1, pièce no 21.

7Il serait possible de multiplier les exemples des sermons de Paul Rabaut qui s’appuient sur la violence issue du texte biblique, en particulier pour les années 1751-175613. Ce qui n’est plus le cas chez ces deux fils qui s’intéressent plus particulièrement à l’éducation, à la pauvreté, à la morale ou encore à la raison. Les thèmes privilégiés ne sont plus ceux d’une Église en proie aux persécutions, mais l’homilétique est morale et porte souvent sur des considérations sociales générales. Aussi Rabaut-Saint-Étienne prononça-t-il, à partir d’Hébreux 10, 25, un « Sermon sur les avantages et la nécessité du culte public pour le dimanche 22 février 1776 : N’abandonnons point nos mutuelles assemblées, comme quelques uns ont coutume de faire », avec la note suivante dans le titre : « il faudrait faire un sermon sur le véritable usage de la philosophie dans la religion14. » Ou bien son frère prêcha, en avril 1786, un « Discours sur les collectes du dimanche dont le texte est tiré de l’Épître de saint Paul aux Corinthiens 16, 2 : Que chaque premier jour de la semaine chacun de vous mette à part chez soi ce qu’il pourra assembler selon la prospérité que Dieu lui aura accordée15. »

  • 16 « Je me trouve bien de faire ainsi des sermons de circonstances », Lettre du 4 février 1750, Dardie (...)
  • 17 Pour l’analyse détaillée de la typologie des sermons (péricopes et contenus) de Paul Rabaut, il est (...)
  • 18 Lettre du 31 mars 1745, Dardier C., op. cit., t. I.

8La comparaison entre l’homilétique de deux générations de pasteur montre une progressive disparition de la violence dans les péricopes indiquant que l’on ne peut expliquer la présence de cette dernière dans les textes du père uniquement en argumentant sur la violence de certains extraits bibliques. Car les exordes résultent d’un choix opéré par le pasteur et, en tant que tel, il est possible d’expliquer la sélection par l’histoire personnellement vécue par le ministre de la parole de Dieu, créant ainsi une corrélation entre histoire biblique et histoire contemporaine. Et, d’ailleurs, Paul Rabaut ne se cache pas de prendre plaisir à faire ce qu’il appelle des « sermons de circonstances16 », qu’une typologie homilétique nommerait, ici, « sermons de persécutions17 ». La violence du quotidien de ce siècle de contrainte catholique imposée par la révocation de l’Édit de Nantes apparaît alors comme la rédaction du sermon sur le martyre d’Étienne, précédemment évoqué, où dans sa lettre à Court, Paul Rabaut indique : « A l’occasion de la mort de Mr Ranc, j’ai fait un sermon sur le martyre de saint Etienne ; je le prêchai dimanche dernier, et je le prêcherai dimanche prochain s’il plaît au Seigneur18. » À quoi répond le sermon :

  • 19 BPF, 716 – 1, pièce no 7, sermon sur les paroles de 1 Pi 2, 17 : « Craignez Dieu, honorez le roi. » (...)

« Je ne puis penser au martyre de St Etienne que je ne jette en même temps les yeux sur celui de notre cher frère, M. Ranc… Mais si nous ne nous plaignons pas des maux que nous souffrons, ne nous sera-t-il pas permis au moins de nous justifier et de faire l’apologie du pasteur dont nous regrettons la perte et de ceux qui sont exposés au même péril19. »

9Le « péril » évoqué indique la violence de la mort de ce pasteur, arrêté et exécuté, à Die le 12 mars 1745, suivant l’arrêt de la cour souveraine du parlement du Dauphiné :

  • 20 Condamnation à mort de Louis Ranc, Documents inédits et originaux, XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, P (...)

« La Cour a déclaré ledit Ranc dûment atteint et convaincu d’avoir fait les fonctions de prédicant dans diverses assemblées de religionnaires et en divers lieu de la province, pour réparation de quoi l’a condamné d’être livré entre les mains de l’exécuteur de la haute justice, mené et conduit la hart au col en la ville de Die, pour, dans la place principale de ladite ville et à une potence qui y sera dressée à cet effet, être pendu et étranglé jusqu’à ce que mort naturelle s’ensuive. Ordonne que la tête dudit Ranc sera coupée et portée au lieu de Livron, pour être mise sur un poteau au-devant de la maison du nommé Claissac20. »

10Le sermon s’inscrit à la fois comme texte théologique et comme texte historique, car il est historiquement inscrit dans un moment et il permet, en tant que tel, de faire une histoire de la violence autour de la communauté réformée du xviiie siècle. Les années 1750 sont, en effet, particulièrement tendues pour Paul Rabaut :

  • 21 Lettre du 19 mai 1752 à Court, Dardier C., op. cit., t. II, p. 204.

« Je viens d’apprendre de deux ou trois endroits différents, qu’on met en usage les moyens les plus diaboliques pour se défaire de moi. On emploie des soldats travestis, et d’autres gens de sac et de corde, qui armés de pistolets, doivent tâcher de me trouver ou en ville ou aux assemblées ; et s’ils ne peuvent me saisir vivant, ils sont chargés de me mander à l’autre monde par la voie de l’assassinat21. »

  • 22 Lettre du 14 juin 1752 à Court, Ibid., t. II, p. 209.

11Le mois d’après, on apprend le montant de sa mise à prix : « Je vaux plus que je ne valais il y a quelque temps ; ma tête était à 6 000 l[ivres] ; aujourd’hui elle est à 20 000 ; et au lieu de la corde, on me menace de la roue22. » En moyenne, la tête d’un pasteur était mise à prix aux alentours de 3 000 livres, cela montre l’importance que la capture du pasteur Rabaut pouvait avoir aux yeux des autorités et la place de ce personnage au sein du protestantisme. Les quelques feuilles conservées des carnets de cet homme permettent de situer le début des difficultés à la fin de l’année 1750 :

  • 23 BPF MS 310 Journal de Paul Rabaut, no 1 – « Mémoire pour servir à la chronologie », f° 4.

« Après avoir joui d’une grande tranquillité dans le Bas Languedoc depuis la Paix d’Aix-la-Chapelle [1748] on commença à mettre des détachements en campagne au mois de novembre 1750. […] Le dimanche suivant dudit mois Mr Vernizobres fit une assemblée à Uzès où il risqua d’être arrêté et où l’on fit plus de deux cents prisonniers dont on relâcha la plus grande partie. […]. Peu de jour après, on condamna les prisonniers d’Uzès, savoir cinq hommes aux galères à perpétuité, deux femmes à la Tour d’Aigues-Mortes leur vie durant et trente-huit hommes et femmes à tenir prison close à Nîmes pendant six mois23. »

12Les fils, qui commencent leur ministère à partir du milieu des années 1760, n’ont pas connu les mêmes difficultés d’existence dans leur pastorat, comme l’indique l’aîné dans une correspondance à Étienne Chiron, en 1765 :

  • 24 Dupont A., Rabaut Saint-Etienne, op. cit., p. 29.

« Tout va mieux dans notre province, et notre marche lente, uniforme et tranquille, nous faisons autant de progrès que nous pouvons l’espérer. [...] Nous devons ces heureux changements à l’esprit d’humanité que les philosophes ont rapporté parmi nous24. »

13On comprend la progressive éviction de la violence des exordes par une diminution de la violence réellement infligée à ces pasteurs et à la communauté protestante dans son ensemble. Mais au-delà du sermon, miroir du contexte dans lequel il s’inscrit, dans quel but et sous quelle forme la violence est-elle énoncée ?

La violence subie comme exaltation de la foi

14Les péricopes choisies pour les sermons ne sont pas les seuls moments où la violence affleure dans ces textes. Nous l’avons vu, les sermons sont parfois inscrits dans l’immédiateté d’une violence faite aux protestants. La violence n’est plus seulement celle des premiers temps de l’Église, mais celle d’un hic et nunc. Les développements sont également propices à faire état de cette dernière, immédiatement subie et raccrochée à un motif biblique, comme c’est le cas avec Rabaut père, ou bien comme référent mémoriel et histoire d’une communauté pour les fils, à l’instar de l’extrait de ce sermon de Rabaut-Pomier :

  • 25 BPF MS 718 – 1, pièce no 19, sermon sur Rom 12, 1 : « Je vous exhorte donc mes Frères, par les comp (...)

« Offrez vos corps à Dieu en sacrifice vivant & saint. Ce n’est pas qu’il faille se retirer dans des solitudes, se dérober à ces emplois qui maintiennent la tranquillité et le bonheur des peuples, se refuser aux besoins de l’État pour s’ensevelir dans le silence et la retraite. C’est avec raison que nous rejetons de concert avec la Sainte philosophie ces sacrifices religieux, utiles chez quelques peuples chrétiens qui ne sont pour quelques uns de ceux qui s’y dévouent qu’une tombe destinée à leur procurer une mort lente, qu’un sacrifice, disons mieux, qu’un martyre continuel, où la victime, après avoir reçu le coup fatal demeure à l’autel toujours mourante et ne prolonge ses jours que pour prolonger se peines. Arrachée à sa famille, les portes du monde sont fermées sur elle pour jamais, elle se voit dévouée sans retour par des vœux irrévocables au silence, et à la solitude. Nous ne venons pas non plus vous inviter, aujourd’hui que la religion de Christ à réuni sous ses étendards, ses anciens persécuteurs, dans ces temps caractérisés par un esprit de douceur et de tolérance nous ne venons pas, dis-je, vous inviter à marcher sur les traces de ces hommes qui généreusement intrépides bravaient les menaces des tyrans et voyaient sans s’émouvoir l’appareil de leurs supplices. L’obéissance que Dieu exige du Chrétien moderne renferme des devoirs plus faciles à pratiquer, il vous demande, non de lui immoler votre vie, ni même les agréments de la vie, mais seulement les plaisirs injustes et funestes du péché, il exige que vous soyez saints, dans vos corps pour ne commettre aucune action déshonnête et qui déshonore en vous le temps de la divinité25. »

15La première modalité d’expression de la violence est son énonciation positive en ce qu’elle est un motif d’exaltation de la foi. Et les différentes parties des sermons présentent parfois de longs développements pour évoquer la violence physique subie par la communauté réformée, comme dans ce sermon du 16 février 1753 :

  • 26 Paul Rabaut fait ici référence à la révocation de l’Édit de Nantes, en 1685.
  • 27 BPF MS 716 – 3, pièce no 17.

« Il y a plus de soixante sept années26 que le Seigneur frappa sur nos Eglises le coup de plus terrible & le plus accablant […]. Ces chrétiens dont quelques uns vivent encore éprouvèrent la persécution la plus violente dont on ait jamais entendu parler. Des dragons, dignes missionnaires de Rome, les contraignirent les armes à la main et les blasphèmes dans la bouche à abjurer leur sainte religion. Ils se virent enlever leurs enfants, les plus chers objets de leur affection, on ne contentait pas de leur tourmenter pendant leur vie, ils l’étaient encore dans leur lit de mort, & s’ils demeuraient fidèles à leur Dieu jusqu’au dernier soupir, leurs cadavres étaient traînés sur la claie et jetés à la voirie27. »

16L’histoire des violences des lendemains de la révocation de l’Édit de Nantes se réactive en ces temps de persécutions du milieu du siècle :

  • 28 BPF 716 – 3, pièce no 28, sermon sur Jn 6, 27 « Travaillés pour avoir non un aliment qui périt, mai (...)

« Ici je vois des troupes de fugitifs qui ne trouvant aucun repos dans leur patrie vont chercher des asiles dans les climats étrangers, là je vois d’autres réduits à se cacher dans les antres et les cavernes de la terre, & qui trouvent plus de compassion chez les bêtes féroces que chez les hommes. Ici, je vois des maris qu’on sépare de leurs femmes, des femmes qu’on éloigne de leurs maris ; là, des enfants qu’on arrache d’entre les bras de ceux qui leur ont donné le jour, pour leur faire sucer le venin de l’erreur & de l’idolâtrie. N’avons-nous vu ces objets qu’en éloignement mes chers frères ? Hélas, nous les avons encore devant nos yeux ! […] Tant de nos frères et de nos sœurs qui gémissent les uns sous la pesanteur d’une rame, les autres dans l’obscurité d’une prison. Nos Pasteurs poursuivis et mis à mort, nos assemblées religieuses proscrites, la table du Seigneur renversée, nos vierges enfermées dans des couvents, la famine que le Seigneur a envoyée sur le pays, non la famine du pain, ni la soif de l’eau mais la famine d’ouïr les paroles de l’Éternel28. »

17Rien n’est oublié dans ce passage : l’exil au Refuge, les galères, les emprisonnements à la Tour de Constance, les enlèvements d’enfants… La violence spirituelle est également abordée, en faisant référence à la contrainte des consciences que veut imposer la politique monarchique du xviiie siècle.

  • 29 PBF MS 716 – 2, pièce no 18.
  • 30 C’est ici le martyre de saint Étienne qui est développé dans ce sermon de Paul Rabaut.
  • 31 BPF MS 716 – 7, pièce no 18, Sermon sur les paroles d’Ac 7, 54-60, le martyre de saint Étienne.

18La violence et son énonciation sont volontairement rappelées, car elles entrent dans un discours de consolation et d’affermissement de la foi : il faut résister face à la violence et tenir ferme dans la foi du Christ. Elle est même le parcours qui prouve la légitimité de l’appartenance au christianisme – à entendre ici dans sa version protestante –, elle en est sa preuve comme cela apparaît dans le sermon du 20 décembre 1750, dont la péricope sont les paroles de l’Épître de Saint-Paul aux Romains 8, 17 : « Et si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers, héritiers dis-je de Dieu & cohéritiers du Christ pourvu que nous souffrions avec lui afin d’être glorifiés avec lui29. » L’ironie de la phrase veut que, dans la marge du sermon, on puisse lire : « à l’issue de cette assemblée, on fit sept prisonniers ». La violence subie est signe d’appartenance et, pour cela, la figure du martyr est mise en avant comme modèle de vie dans ce que l’on peut nommer des « sermons de consolation » : « Quiconque n’est pas disposé à souffrir comme lui30 la même mort plutôt que de trahir sa conscience, doit s’effacer du catalogue de Jésus-Christ31. »

  • 32 BPF MS 716 – 1, pièce no 28.

19La violence est utile, car elle prouve l’identité chrétienne, elle est brandie comme un étendard, et son corollaire est la fermeté dans la foi qui se rencontre dans les « sermons d’exhortation » : elle est alors présentée comme un moment dans l’attente d’une autre voie, celle de la souffrance dans la patience et dans l’espérance d’un jour meilleur dans ce monde ou dans l’au-delà. Dans un sermon du 22 mars 1748, sur le psaume 34, 20 « le juste a des maux en grand nombre mais l’Éternel le délivre de tous32 », Paul Rabaut explique à son auditoire :

« Il [Dieu] permet souvent que ceux qui lui sont les plus attachés soient les plus malheureux de tous les hommes, mais ce n’est pas pour toujours qu’il les laisse dans cet état. Tôt au tard, il met fin à leurs maux, & leur en accorde une pleine & entière délivrance. […] Vous avez besoin qu’on vous entretienne sur de semblables matières, vous mes chers frères, qui avez si souvent passé & qui peut-être passerez encore par le creuset des afflictions. Il est nécessaire que l’on vous remette en mémoire, que si le fidèle est malheureux ici bas, telle est sa destination, & qu’il doit se consoler par l’espérance que le même Dieu qui le châtie, sera son libérateur. »

20La visée didactique de cette violence apparaît d’autant plus que, dans le même discours, le pasteur dresse le portrait du mauvais chrétien en ce temps de persécutions monarchiques :

  • 33 BPF MS 716 – 1, pièce no 28.

« Cependant quelle répugnance n’a-t-on pas à souffrir les moindres afflictions. Quelle honte pour des chrétiens ! Ils savent que JC n’a prédit que croix & afflictions à ses disciples, ils savent qu’un grand nombre de fidèles ont marché dans cette route épineuse, ils savent qu’ils ne sauraient régner avec leur sauveur, sans souffrir avec lui, sans se charger de leur croix pour le suivre, sans renoncer à père, mère, frère, sœur, femme, enfants, maisons, champs, possession & même leur propre vie ! Ils savent toutes ces choses, on les leur a dites cent et cent fois, & cependant, ils ne veulent point se résoudre à souffrir. Ils sont prêts à faire les plus criminelles démarches pour prévenir les plus petits maux, ils signeront une abjuration, ils iront à la messe, ils désapprouveront nos saintes assemblées, ils promettront de ne plus y assister, pourvu qu’on leur épargne leur bourse, qu’on ne les confine point dans une prison, qu’on ne les envoie point ramer sur une galère, en un mot qu’on les laisse tranquilles.
Quelle espèce de Religion est la votre, chrétiens indignes de porter ce nom. Comment osez-vous vous vanter de croire en JC ? Si vous avez la foi que ce divin sauveur demande, vous serez disposé à confesser son saint nom, & à souffrir les plus cruels supplices, plutôt que de renoncer. Croyez-vous être plus sages que Dieu ? Il veut conduire ses enfants à la gloire par le chemin des afflictions, & vous voulez y aller par le chemin du repos, de l’aise, & de la prospérité. Fous & aveugles aimés vous mieux suivre la voie large qui conduit à la perdition, que le chemin étroit qui conduit à la vie. Pour évites des maux de courte durée, voulez-vous vous exposer à des supplices éternels33 ? »

21La punition tombe comme un couperet dans ce discours à visée pédagogique. Une nouvelle fois, le martyre est un viatique à suivre, comme dans le sermon du 26 novembre 1745 déjà évoqué où, parmi les conseils que le pasteur donne à ses fidèles, il en est un qui retient l’attention :

  • 34 BPF MS 716 – 1, pièce no 9, sermon sur Ap 3, 11 « Je viens bientôt : tenez ferme ce que vous avez d (...)

« Un quatrième conseil que nous vous donnons, c’est de lire les histoires des martyrs, et de réfléchir souvent sur la constance et la fermeté qu’ils ont fait paraître. On voit dans ces exemples qu’il n’est pas impossible de souffrir pour la religion, pour que des hommes faibles comme nous, sujets à toutes nos infirmités, ont eu le courage de sacrifier ce qu’ils avoient de plus cher, plutôt que d’abandonner leur ferveur ; […] on y voit enfin des modèles qui remplissent d’admiration, qui réchauffent nos cœurs & qui nous disposent à les imiter […] bientôt vos souffrances finiront, bientôt vous serez dédommagés des sacrifices qu’il vous aura fallu faire, bientôt vous recevez la couronne incorruptible de gloire. Amen34. »

  • 35 El Kenz D., « Calvin et la politique du martyre », Moreana, 173 (2008), p. 21-32.
  • 36 Bost H., « La conscience martyre des “Églises sous la croix” au XVIIIe siècle », Lestringant F., Mo (...)

22À travers la figure du martyr sont présentées les persécutions subies par les protestants français à la faveur de développements plus ou moins longs et montrent qu’elles sont le signe de la Vérité de la parole protestante. Le martyrologe protestant a, d’ailleurs, tout de suite été encouragé par Calvin35 et repris par la tradition réformée36. Les figures souffrantes sont alors Étienne, dont nous avons déjà mentionné un sermon qui lui fut réservé au moment de l’exécution de Pasteur Louis Franc, et également le Christ :

  • 37 BPF MS 716 – 1, pièce no 9.

« Mais il faut réfléchir surtout sur les souffrances du prince & du chef des martyrs, je veux dire notre charitable sauveur, sur les circonstances de sa mort, sur les motifs qui l’ont porté à la souffrir & sur les suites qu’elle a eu37. »

23Mais si la violence exercée à l’égard des protestants est énoncée, elle ne sert nulle part à un appel à la vengeance et à la violence en retour.

La violence refusée en tant que dérégulation de l’ordre

24La violence prend alors une autre tonalité dans ces sermons protestants du xviiie siècle. Elle est énoncée pour mieux être dénoncée : d’une part, elle ne répond pas aux principes religieux et, d’autre part, elle est une marque de dérégulation sociale qui n’est pas la voie que les protestants doivent emprunter dans ce xviiie siècle. En tout cas pas pour les Rabaut. La violence est, en effet, un faux zèle, car

  • 38 BPF MS 716 – 7, pièce no 18, sermon 1 Jn 3, 8 « C’est pour détruire les œuvres du Diable que le fil (...)

« le véritable zèle, qui doit animer tout serviteur de Dieu, ne doit jamais employer la violence. La vérité n’a pas besoin du bras séculier pour se soutenir et défendre, elle n’approuve point qu’on mette en usage des moyens si indigne d’elle pour la faire recevoir38. »

25Cette position, il faut le remarquer, va entraîner chez ces pasteurs une autocritique de l’histoire chrétienne à travers un zèle religieux, dévoyé par la recherche du pouvoir de ceux qui prirent la religion pour prétexte. Ainsi Rabaut-Pomier, à l’occasion de la signature du traité de paix entre la France et l’Angleterre le 3 novembre 1783, écrit un discours, le 27 décembre, qui dénonce les horreurs passées pour mieux présenter la nécessité de la paix :

  • 39 BPF MS 718 – 1, pièce no 22, sermon sur la « Prière de JC en faveur de ses bourreaux dont le conten (...)

« On objecte contre la religion chrétienne les guerres qui sont nées dans son sein. Mais si on lui oppose pour la calomnier les victimes sans nombre qui ont été immolées et qui s’immolent tous les jours, nous imputerons ces horreurs [...] à la superstition, au fanatisme, et à une politique anti-chrétienne ; l’on verra ces guerres qu’un zèle apparent pour la religion semblait avoir fait naître, conduites et inspirées par des hommes ambitieux à qui le sang ne coûtait rien pourvu qu’ils augmentent leur pouvoir39. »

26Il ne faut pas reproduire les erreurs, et un autre épisode dénoncé est celui de la guerre des Camisards, comme dans ce sermon de Paul Rabaut de 1744 :

  • 40 BPF MS 716 – 1, pièce no 7.

« s’il y eut des pasteurs pour lors dans le pays, ils auraient contenu ces misérables[les Camisards] dans le devoir en les exhortant à la patience et à la soumission aux volontés divines mais étant privés depuis longtemps dudit culte public, ils tombèrent dans l’ignorance, de l’ignorance dans le fanatisme, & du fanatisme dans la rébellion mais depuis que les ministres du seigneur ont fait entendre leurs voix dans le désert, l’Evangile a été prêché dans sa pureté, le fanatisme a disparu, l’esprit de rébellion est rentré dans les enfers d’où il était sorti & les peuples ont été instruits à craindre Dieu & à honorer le Roy40. »

27Il ne faut pas répondre à la violence par la violence en retour et le fanatisme, mais par la parole de la persuasion et du respect à l’ordre établi (« honorer le Roy »), en attendant des jours meilleurs. Cela rend indispensable le pardon à ceux qui oppriment. Là encore, la figure du martyr est opérante, car il pardonne à ceux qui le condamnent et le vouent à la mort, à l’instar du Chris dans ce sermon de Rabaut-Pomier :

  • 41 BPF MS 718 – 1, pièce no 1, sermon sur « ces paroles de la 1ère épître de Saint Pierre 2, 21 : « Ch (...)

« Jésus Christ à sa dernière heure pardonne ses ennemis exposé à toutes les ignominies & à tous les tourments que la barbarie humaine put imaginer, entouré de bourreaux acharnés à sa mort, il les voit d’un œil de bonté & emploie les derniers moments qui lui restent à prier son père en leur faveur, il n’y a personne d’entre vous qui n’ai présente à l’esprit cette prière généreuse qu’il fit pour eux41. »

  • 42 Plutarque, Vie des capitaines illustres, « Vie de Phocion (402-317 av. J.-C.) » – XXXVI.
  • 43 BPF MS 716-7, pièce no 18.
  • 44 Plutarque, op. cit., XXXVIII.
  • 45 Tritle L. A., Phocion the Good, Londres-New York, 1988 ; Bearzot C., Focione tra storia e gonfigura (...)

28Mais d’autres personnages sont aussi présentés, dépassant le cadre purement chrétien comme c’était le cas avec Jésus ou Étienne, et permettant de se situer plus dans la vie civile et civique : un soldat, Phocion, ou bien encore Gamaliel, juge au Sanhédrin, sont aussi exemplaires pour Paul Rabaut. Le premier retient son attention, car même s’il fut un homme de combat, il représenta aussi et surtout un homme de paix. Le récit de Plutarque sur la vie de ce capitaine fait notamment mention de ses derniers mots, alors qu’il était condamné : « Un de ses amis lui demanda s’il avait quelque chose à faire dire à son fils Phocos : « Oui, répondit-il, je lui fais dire de ne pas en vouloir aux Athéniens42. » Le sermon de Rabaut reprend ce passage en le travestissant légèrement pour ajouter du pathétique à la situation, car ce n’est pas à un ami, mais directement à son fils qu’il adresse ce conseil43. La figure de Phocion est celle de l’injustement opprimé qui pardonne et qui, ensuite, est glorifié par ses ennemis : « À vrai dire, il fallut peu de temps aux Athéniens pour apprendre par les faits quel chef et quel gardien de la modération et de la justice le peuple avait mis à mort44. » Cette réhabilitation posthume de Phocion joue, sans nul doute, dans le choix opéré par Paul Rabaut, de la figure de soldat athénien45. Gamaliel, membre du Sanhédrin, quant à lui, apparaît dans le même sermon en prononçant un « sage conseil » à suivre par « tout le monde » :

  • 46 BPF MS 716 – 7, pièce no 18 (conclusion). Il s’agit ici du passage des Actes des Apôtres 5, 34-39 : (...)

« Comme les juifs mettaient en délibération de faire mourir les apôtres, ce célèbre docteur dit : ne poursuivez plus ces gens-ci mais laissez les en repos, car si c’est une entreprise ou un ouvrage des hommes, il se détruira de soi-même, mais si cet ouvrage vient de Dieu, vous ne pouvez le détruire46. »

29Cette figure savante permet de montrer l’inutilité de la violence des hommes dès lors qu’il est question de chose touchant Dieu (la sagesse repose dans le non recours à la violence), tout comme Phocion indiquait que ceux qui sont du côté de la Vérité, et qui injustement périssent, connaissent un jour la reconnaissance. La violence présentée comme dévoiement est une exhortation à ne pas haïr l’autre, un appel à la paix civile, que l’on trouve dans d’autres sermons, comme celui du 2 février 1749 :

  • 47 BPF MS 716 – 1, pièce no 4, sermon sur Ps 122-6, 7 : « Priez pour la paix de Jérusalem que ceux qui (...)

« Vous demandés à Dieu qu’il inspirât à vos ennemis des sentiments de douceur, de charité, de tolérance, et alors votre propre cœur était rempli de haine, de colère, de désir de vengeance. Ah ! Ce n’est pas ainsi qu’on s’approche de Dieu, ce n’est pas avec de telles dispositions qu’on peut émouvoir ses compassions paternelles47. »

30C’est dans l’attente, et non dans la violence, que se situe l’attitude à adopter par les protestants du royaume de France. Ainsi Paul Rabaut, dans la lettre du 31 mars 1745, évoque ce parti pris et l’érige en principe de comportement pour lui :

  • 48 Lettre du 31 mars 1745, Dardier C., op. cit., t. I.

« Quoique j’aie un vaste champ pour déclamer contre l’église romaine, je me renferme dans des bornes fort étroites, et je ne dis rien qui ne s’accorderait avec cet esprit de modération dont doivent être animés les disciples de ce Jésus qui ne rendait point mal pour mal, ni outrage pour outrage ; c’est à porter mon troupeau à revêtir les disposition que Saint Etienne fait briller dans son martyre48. »

31Et le pasteur a un rôle particulièrement important à jouer ici. Tout d’abord, par son discours, on le voit, il est parole de patience et également de pacification, car c’est sa présence même qui assure une régulation sociale. Comme nous l’avons vu dans le passage dénonçant les Camisards, c’est l’absence de pasteur institué et d’assemblées collectives autorisées qui provoque le fanatisme et le « faux zèle », et est préjudiciable à l’ordre public. Il le martèle de nouveau dans son sermon du 28 mars 1745 :

  • 49 BPF MS 716 – 7, pièce no 18.

« Une chose bien remarquable est que lorsque arriva la révolte des fanatiques surnommée Camisards, il n’y avait point de pasteurs dans le pays, si on savait combien ils sont utiles, au lieu de travailler à les détruire, on ne négligerait rien pour les conserver & pour en augmenter le nombre49. »

  • 50 En référence à l’« intranquillité » évoquée par Nicolas J., La rébellion française, 1661-1789, Pari (...)
  • 51 BPF MS 718 – 1, pièce no 25, s. d. : « Discours sur les devoirs du pasteur et du troupeau », dont l (...)
  • 52 Art. II : « Quoique, grâce au Seigneur, ni nos pasteurs ni nos troupeaux n’aient pas besoin d’exhor (...)

32L’insistance à la non-violence, à la tranquillité sociale50, à supporter finalement sans se plaindre et sans montrer de désobéissance civile, alors que, par ailleurs, les violences subies sont réelles, s’explique si l’on sort du cadre purement théologique pour entrer dans le domaine politique. C’est que, pour Rabaut et ses fils, les protestants n’ont rien à gagner dans l’affrontement : le pasteur apparaît comme le rempart à une violence synonyme de dérégulation sociale et les assemblées religieuses gagnent en utilité pour la communauté, non simplement pensée en terme ecclésiologique. Rabaut-Pomier présente de la même façon le ministère du pasteur comme « un ministère de réconciliation et de paix51 ». Ce positionnement est partagé par de nombreux membres des élites protestantes, dès le synode national d’août 1744 qui prône un strict respect des autorités civiles52.

33Nous avons donc un recours à la non-violence qui s’inscrit dans une tentative visant à la reconnaissance des Églises réformées par le pouvoir monarchique : c’est en manifestant leur attachement au roi, en insistant sur la fidélité aux institutions que les huguenots démontrent leur capacité à être des sujets méritant une intégration à la nation, incorporation qui leur est refusée depuis 1685. Obéir au roi est un devoir du chrétien rappelé dans les sermons, à l’instar de celui de Rabaut-Saint-Étienne, en 1765 :

  • 53 BPF MS 717 – 1, pièce no 6, Les devoirs du Sujets envers leur roi ou. Sermon sur ces paroles de St (...)

« L’obéissance consiste dans la soumission aux ordres du Prince, & dans une prompte disposition à les exécuter. Ce devoir renferme encore la soumission à tous ceux qui sont envoyés de sa part pour publier ses lois, pour veiller à leur exécution, & pour exercer en son nom la respectable portion d’autorité qui leur a été confiée. Soyez fermes, dit St Pierre, pour l’amour du Seigneur à tout ordre humain, au Roi, comme à celui qui est au dessus des autres et aux gouverneurs comme à des gens qui sont envoyés de sa part pour punie les méchants & pur honorer les gens de bien. Deux preuves vont établir la nécessité indispensable de ce devoir. La 1ere est tirée de la nécessité d’un état de subordination parmi les hommes ; la 2de de l’approbation que Dieu a donnée à cet État53. »

34Et pour ces pasteurs, la résistance passive des réformés français ne peut nullement être assimilable à une rébellion, une sédition, suivant un habile argumentaire reposant sur l’impossibilité d’obéissance plutôt que sur le principe de désobéissance :

  • 54 BPF MS 717 – 1, pièce no 6.

« Mais lorsque le monarque nous ordonne de croire telle ou telle chose sous peine de mort : comme il ne dépend pas de nous de changer à chaque instant de façon de penser, comme cela ne dépend pas non plus d’un commandement humain, comme les ordres ne sont pas des démonstrations & qu’il n’y a que des démonstrations qui puissent nous convaincre de la vérité ou de la fausseté d’un chose, j’ose assurer qu’il est impossible d’obéir à un ordre exprès qui veut que nous regardions comme vrai & lumineux ce que notre esprit décide être faux & obscur. Refuser de se rendre à un pareil commandement n’est pas désobéissance : c’est impossibilité. Car qu’est-ce que la désobéissance ? C’est une transgression volontaire d’une loi quelconque. Mais dans un cas comme celui-ci, la transgression n’est pas volontaire, puisque à cet égard nous ne sommes pas les maîtres de notre volonté, & qu’il nous est impossible de l’assujettir à la volonté d’autrui. Des sujets qui refusent d’obéir à un ordre tel que celui dont nous parlons, ne peuvent donc point être appelés rebelle, pourvu qu’ils témoignent toujours que l’impossibilité seul met des bornes à leur obéissance & que rien ne diminue leur respect envers le monarque, devoir essentiel donc des sujets, ne peuvent jamais être dispensés54. »

35La violence peut donc, à la faveur du contexte d’écriture des sermons, apparaître sous différentes formes : idéalisée dans un but d’édification du fidèle-sujet de Dieu, mais aussi fustigée dans un souci de pacifier la société du fidèle-sujet du Roi. Elle est un motif narratif au carrefour du théologique et du politique de l’histoire du xviiie siècle protestant.

Notes

1 Combe E., Antoine Court et ses sermons, Lausanne, Bridel, 1896 ; Gosselin J., « Les sermons écrits du pasteur Mordant (1754-1813) », B.S.H.P.F., 1984, p. 97-107 ; Krumenacker Y., « Les sermons du pasteur poitevin François Gobinaud (1750-1791) », 111e Congrès National des Sociétés Savantes, Histoire moderne et contemporaine, t. II, 1986, p. 125-134 ; Selles O., « ‘Une épée à deux tranchants’ : prédications et politique dans quelques sermons d’Antoine Court », Bost H., Lauriol C. (dir.), Entre Désert et Europe, le pasteur Antoine Court (1695-1760). Actes du Colloque de Nîmes, Paris, H. Champion, 1998, p. 111-132 ; « Conférences de M. Hubert Bost », Annuaire EPHE, Section des sciences religieuses, 2003-2004, t. 112, p. 359-354 ; 2004-2005, t. 113, p. 1-6 ; Carbonnier-Burkard M., « Une prédication “laïque”. Les prêches des prédicants du “premier Désert” (1685-1700) », Arnold M. (dir.), Annoncer l’Évangile (XVe–XVIIe siècle), permanences et mutations de la prédication, Paris, Cerf, 2006, p. 221-246.

2 En évoquant le père et le fils aîné : « La similitude de leurs conceptions et de leurs méthodes, leur qualité d’éloquence et de persuasion, leur valent une très grande réputation et font d’eux les véritables directeurs de conscience du protestantisme français dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », Dupont A., Rabaut-Saint-Étienne, 1743-1793 : un protestant défenseur de la liberté religieuse, Paris, Labor et Fides, 1989 [1946], p. 33.

3 Rabaut-Pomier fut également pasteur de l’Église réformée de Paris lorsque, par l’arrêté du 3 décembre 1802, trois postes de ministre furent crées pour la capitale. Il commença à officier le 24 février 1803.

4 Rabaud C., Paul Rabaut : apôtre du Désert, Fischbacher, 1920 ; Bost H., Lauriol C. (dir.), op. cit.

5 Dupont A., op. cit.

6 Mayeur J.-M., Encrevé A., Hilaire Y.-M., Dictionnaire religieux de la France contemporaine, Paris, Beauchesne, vol. 5, p. 403 ; Lods A., Le pasteur Rabaut-Pomier membre de la convention nationale (1744-1820), Fischbacher, 1893.

7 Diény G., Essai sur la prédication de R. Saint-Étienne d'après la collection de ses sermons manuscrits, Cahors, 1907 ; Monod A., Les sermons de Paul Rabaut, pasteur du désert (1738-1785) : étude sur les manuscrits inédits de Paul Rabaut, suivie du texte de trois sermons annotés, thèse complémentaire de doctorat ès-lettres présentée à la faculté des lettres de l’université de Paris, Impr. G. Carayol, 1917.

8 A. Monod indique 215 sermons pour Paul Rabaut, ce qui correspond à ceux qui se trouvent sous la côte MS 716, mais deux autres sermons ont été donnés en 1936 (il n’a donc pas pu les repérer lors de son étude) à la Bibliothèque de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français (BPF) et sont conservés sous la côte MS 1121. Quelques sermons de Paul Rabaut ont été imprimés au xixe siècle : « La Livrée de l’Église chrétienne. Sermon que ces paroles du Cantique des Cantiques, II, 4 : Sa livrée, laquelle je porte, c’est Amour ! Prêché au Désert, le 23 avril 1750 », La chaire Évangélique, no 5, Paris, H. Servier, 1829 ; « La soif spirituelle. Sermon sur Jean, VII, 37 : “Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive”. Prêché au Désert le vendredi 31 août 1753, pour un service de communion », Dardier C., Paul Rabaut, ses Lettres à Antoine Court (1739-1755). Dix-sept ans de la vie d'un apôtre du désert, Paris, Grassart, 1884.

9 Certains sermons de Rabaut-Pomier ne sont pas datés et ont été écartés de cette étude.

10 BFP MS 716 – 7, pièce no 18 et Dardier C., op. cit., t. I, p. 168 : lettre du 31 mars 1745.

11 BPF MS 716 – 2, pièce no 10, sermon sur Jr 15, 7 : « J’ai désolé et fait périr mon peuple, et ils ne se sont point détournés de leur voie », 17 juillet 1749.

12 BPF MS 716 – 3, pièce no 17, sermon sur les paroles d’Es 22, 12-14 « Et le Seigneur l’Éternel des armées vous a appelés ce jour là aux pleurs, au deuil, à vous arracher les cheveux et à ceindre le sac. Voici il y a de la joie et de l’allégresse ; on tue des bœufs, on égorge des moutons, on mange la chair et on boit du vin. Puis on dit : Mangeons et buvons, car demain nous mourrons. Or l’Éternel des armées m’a déclaré disant : Si jamais cette iniquité vous est pardonnée, que vous n’en mouriez, a dit le Seigneur l’Éternel des armées », 16 février 1753.

13 Sermon sur ces paroles de l’Épître aux Hébreux XI, 35 : « D’autres ont été cruellement tourmentés & ont refusé d’être délivrés, dans la voie d’obtenir une plus heureuse résurrection » - 10 mars 1752 (BPF 716 – 3, pièce no 7) ; Sermon sur ces paroles de l’Épître de saint Jacques 1, 2 : « Mes frères regardez comme le sujet d’une très grande joie les diverses afflictions qui vous arrivent », 27 juillet 1752 (BPF 716 – 3, pièce no 10) ; « Soyez patients dans l’affliction », Rom 12, 12 – 17 septembre 1752 (BPF 716 – 3, pièce no 13) ; Sermon sur ces paroles du psaume 90, 15, « Réjouis-nous au prix des jours que tu nous as affligés & au prix des années auxquelles nous avons senti des maux » – 30 décembre 1755 (BPF 716 – 3, pièce no 27).

14 BPF MS 717 – 2, pièce no 38. Il s’agit ici d’un thème commun depuis un célèbre sermon d’A. Court, prononcé en 1718 : « Sermon dans lequel on fait voir la nécessité de l’exercice public de la Religion. Sur ces paroles de l’apôtre saint Paul aux Hébreux, chap. X, v. 5 : Ne quittons point nos mutuelles assemblées comme quelques-uns ont de coutume », Prononcé par A. Court au Désert, imprimé chez D. L., 1718.

15 BPF MS 718 – 1, pièce no 21.

16 « Je me trouve bien de faire ainsi des sermons de circonstances », Lettre du 4 février 1750, Dardier C., op. cit., t. II, p. 46.

17 Pour l’analyse détaillée de la typologie des sermons (péricopes et contenus) de Paul Rabaut, il est possible de reprendre la typologie d’A. Monod (Les sermons de Paul Rabaut, op. cit., p. 70-72). À noter qu’il comptabilise également les plans de sermons dont nous n’avons trouvé trace dans la collection de la BPF.

18 Lettre du 31 mars 1745, Dardier C., op. cit., t. I.

19 BPF, 716 – 1, pièce no 7, sermon sur les paroles de 1 Pi 2, 17 : « Craignez Dieu, honorez le roi. », 23-25 septembre 1744.

20 Condamnation à mort de Louis Ranc, Documents inédits et originaux, XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, BSHPF, t. 13, 1864, p. 335-336. Le nom de Claissac dans le document cité a remplacé celui de Glaizat suite à la rectification indiquée dans le BSHPF, t. 14, 1865, p. 208.

21 Lettre du 19 mai 1752 à Court, Dardier C., op. cit., t. II, p. 204.

22 Lettre du 14 juin 1752 à Court, Ibid., t. II, p. 209.

23 BPF MS 310 Journal de Paul Rabaut, no 1 – « Mémoire pour servir à la chronologie », f° 4.

24 Dupont A., Rabaut Saint-Etienne, op. cit., p. 29.

25 BPF MS 718 – 1, pièce no 19, sermon sur Rom 12, 1 : « Je vous exhorte donc mes Frères, par les compassions de Dieu, que vous offriez vos corps en sacrifice, vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui est votre raisonnable service », Décembre 1784. On voit dans ce sermon comment la période de persécution est passée et en quoi la violence du « Désert héroïque » est de l’ordre de la mémoire communautaire.

26 Paul Rabaut fait ici référence à la révocation de l’Édit de Nantes, en 1685.

27 BPF MS 716 – 3, pièce no 17.

28 BPF 716 – 3, pièce no 28, sermon sur Jn 6, 27 « Travaillés pour avoir non un aliment qui périt, mais un aliment qui se conserve jusques dans la vie éternelle, & que le fils de l’homme vous donnera, car c’est lui que le Père, c’est à dire Dieu, a marqué de son sceau », 28 novembre 1755.

29 PBF MS 716 – 2, pièce no 18.

30 C’est ici le martyre de saint Étienne qui est développé dans ce sermon de Paul Rabaut.

31 BPF MS 716 – 7, pièce no 18, Sermon sur les paroles d’Ac 7, 54-60, le martyre de saint Étienne.

32 BPF MS 716 – 1, pièce no 28.

33 BPF MS 716 – 1, pièce no 28.

34 BPF MS 716 – 1, pièce no 9, sermon sur Ap 3, 11 « Je viens bientôt : tenez ferme ce que vous avez de peur qu’on n’enlève votre couronne », 26 novembre 1745.

35 El Kenz D., « Calvin et la politique du martyre », Moreana, 173 (2008), p. 21-32.

36 Bost H., « La conscience martyre des “Églises sous la croix” au XVIIIe siècle », Lestringant F., Moreau P.-F. (dir.), « Martyrs et martyrologes », Revue des sciences humaines, 269 (2003), p. 245-268.

37 BPF MS 716 – 1, pièce no 9.

38 BPF MS 716 – 7, pièce no 18, sermon 1 Jn 3, 8 « C’est pour détruire les œuvres du Diable que le fils de Dieu a paru dans le monde », 19 décembre 1747.

39 BPF MS 718 – 1, pièce no 22, sermon sur la « Prière de JC en faveur de ses bourreaux dont le contenue au Chap. 23 : 34 de St Luc mais JC père pardonne leur car ils ne savent pas ce qu’ils font », 1786, 1787, 1790.

40 BPF MS 716 – 1, pièce no 7.

41 BPF MS 718 – 1, pièce no 1, sermon sur « ces paroles de la 1ère épître de Saint Pierre 2, 21 : « Christ a souffert pour nous nous laissant un modèle afin que vous suiviez ses traces », 2 avril 1779 et 11 avril 1784.

42 Plutarque, Vie des capitaines illustres, « Vie de Phocion (402-317 av. J.-C.) » – XXXVI.

43 BPF MS 716-7, pièce no 18.

44 Plutarque, op. cit., XXXVIII.

45 Tritle L. A., Phocion the Good, Londres-New York, 1988 ; Bearzot C., Focione tra storia e gonfigurazione ideale, Milan, Vita e Pensiero, 1985.

46 BPF MS 716 – 7, pièce no 18 (conclusion). Il s’agit ici du passage des Actes des Apôtres 5, 34-39 : « Alors un Pharisien nommé Gamaliel se leva au milieu du Sanhédrin ; c’était un docteur de la Loi respecté de tout le peuple. Il donna l’ordre de faire sortir ces hommes un instant. Puis il dit aux sanhédrites : “Hommes d’Israël, prenez bien garde à ce que vous allez faire à l’égard de ces gens-là. Il y a quelque temps déjà se leva Theudas, qui se disait quelqu’un et qui rallia environ quatre cents hommes. Il fut tué, et tous ceux qui l’avaient suivi se débandèrent, et il n’en resta rien. Après lui, à l’époque du recensement, se leva Judas le Galiléen, qui entraîna du monde à sa suite ; il périt, lui aussi, et ceux qui l’avaient suivi furent dispersés. À présent donc, je vous le dis, ne vous occupez pas de ces gens-là, laissez-les. Car si leur propos ou leur œuvre vient des hommes, il se détruira de lui-même ; mais si vraiment il vient de Dieu, vous n’arriverez pas à les détruire. Ne risquez pas de vous trouver en guerre contre Dieu”. On adopta son avis. »

47 BPF MS 716 – 1, pièce no 4, sermon sur Ps 122-6, 7 : « Priez pour la paix de Jérusalem que ceux qui t’aiment aient prospérité, que la paix règne toujours au-dedans de tes murs & la prospérité dans tes palais », 21 février 1749.

48 Lettre du 31 mars 1745, Dardier C., op. cit., t. I.

49 BPF MS 716 – 7, pièce no 18.

50 En référence à l’« intranquillité » évoquée par Nicolas J., La rébellion française, 1661-1789, Paris, Gallimard, 2008, p. 43.

51 BPF MS 718 – 1, pièce no 25, s. d. : « Discours sur les devoirs du pasteur et du troupeau », dont le texte est tiré de la 2e Epître de Saint Paul aux Corinthiens chap. 4, 1-2 : « Que la chance nous regarde comme les dispensateurs des mystères de Dieu, Or ce qu’on exige d’un dispensateur c’est qu’il soit trouvé fidèle. » Bien que sans date, il est possible d’affirmer, par certains passages, que ce sermon est antérieur à 1787.

52 Art. II : « Quoique, grâce au Seigneur, ni nos pasteurs ni nos troupeaux n’aient pas besoin d’exhortations pour s’affermie dans les sentiments de fidélités et d’obéissance qui sont dus aux Souverains, l’inclination de leur cœur s’accordant parfaitement, parce qu’on ne saurait trop l’inculquer, l’assemblée, se conformant à l’exemple de l’apôtre qui écrit à son disciple Tite : « Avertissez les fidèles d’être soumis aux princes & aux magistrats, & de leur obéie » (Tite, chap. II) – l’assemblée a ordonné que tous les pasteurs feraient au moins une fois chaque année un sermon sur cette matière », Hugues E., Les synodes du Désert, Paris, Fischibacher, 1885, t. 2, p. 189.

53 BPF MS 717 – 1, pièce no 6, Les devoirs du Sujets envers leur roi ou. Sermon sur ces paroles de St Pierre I Ep C. II v 17 : « Honorez le Roi », août 1765. Sur le fondement théologico-politique des protestants français voir BOST H., « Théories et pratiques politiques des protestants français de la Réforme à la Révolution », Knopper F., Breteau J.-L., Van Ruymbeke B. (dir.), « Protestantismes(s) et autorité, Protestantism and Authority, Anglophonia », French Journal of English Studies, 17 (2005), p. 13-24.

54 BPF MS 717 – 1, pièce no 6.

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site