Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence

 | 
Lucien Faggion
, 
Christophe Régina

Partie III. Violences du discours et discours de la violence

Les couleurs de la violence : une lecture médico-symbolique des lapidaires médiévaux (xiie-xvie siècles)

Valérie Gontéro-Lauzé

Texte intégral

  • 1 L’adjectif « fin » a conservé dans cet emploi son sens médiéval de « raffiné », « parfait ».

1Traité encyclopédique, le lapidaire est un genre qui remonte à l’Antiquité, et dont la vogue ne se dément pas jusqu’au xvie siècle. Chaque texte est constitué d’une succession d’articles – d’une dizaine à une centaine – qui énumèrent les particularités (étymologie, couleurs, provenance géographique, variétés, etc.) et les vertus (médicinales et magiques) de chaque pierre. Que recouvre exactement l’expression « pierres précieuses » ? De nos jours, cette appellation est limitée à quatre pierres : le diamant, le rubis, le saphir et l’émeraude. Les autres sont qualifiées de pierres semi-précieuses ou de pierres fines1. Au contraire, le champ minéralogique des « pierres precïeuses » est extrêmement vaste au Moyen Âge, comme le précise Françoise Féry-Hue :

  • 2 « La description de la pierre précieuse au Moyen Âge : encyclopédies, lapidaires et textes littérai (...)

« Pour les auteurs médiévaux de langue française, le mot « pierre » ou « pierre précieuse » sert à désigner tout élément d’un vaste ensemble minéralogique comprenant, outre les trois pierres précieuses au sens moderne (rubis, saphir, émeraude), le diamant, de nombreuses pierres fines, des matières d’origine végétale (ambre, jais, lignite) et animale (corail, perle) et des pierres fabuleuses (l’alectoire née dans le gésier du chapon, la pierre crapaudine, la pierre de la tête du dragon)2. »

  • 3 Voir les textes bibliques : Exode, XXVIII, 15-20 & XXXIX, 8-13, et Apocalypse de saint Jean, XXI, 1 (...)
  • 4 Pour les différents lapidaires de notre corpus, voir l’édition suivante : Anglo-norman lapidaries, (...)

2Pionnier de la littérature scientifique en langue vernaculaire, Philippe de Thaon rédige au xiie siècle deux lapidaires : le Lapidaire Alphabétique, qui passe en revue soixante-dix-huit gemmes selon cet ordre original pour l’époque, et le Lapidaire Apocalyptique, qui traite des douze gemmes du Pectoral d’Aaron et de la Jérusalem Céleste3. Ces pierres bibliques font l’objet d’un Lapidaire chrétien, qui propose une glose mystico-théologique après l’énoncé des traditionnelles caractéristiques minérales – ce traité est anonyme, comme la plupart des lapidaires médiévaux. À la même époque circulent de nombreuses traductions et adaptations en roman, en vers et en prose, du lapidaire médio-latin rédigé par l’évêque Marbode de Rennes au xie siècle, De Lapidibus, qui restera le lapidaire le plus célèbre du Moyen Âge. On peut citer d’autres textes, conservés dans un manuscrit unique, comme le Lapidaire de Cambridge ou le Lapidaire de Modène au xiiie siècle. Au xive siècle, Jean de Mandeville se voit attribuer une somme qui rassemble l’ensemble des connaissances sur les pierres ; ce monument ambitieux sera repris et amplifié au xvie siècle4.

  • 5 . Polysémique, le nom féminin violence peut désigner une force brutale, un caractère emporté et agr (...)

3Si la violence5 semble aller de soi dans les bestiaires, qui décrivent les bêtes sauvages et leurs mœurs parfois cruelles, elle occupe également une place cruciale dans les lapidaires. En effet, les vertus des gemmes sont essentiellement curatives et protectrices : les vertus médicales protègent des maladies ou les guérissent ; les vertus magiques permettent le plus souvent de se prémunir contre l’adversité, en particulier contre la violence. Les lapidaires de la tradition marbodienne affirment que les pierres sont très utiles aux médecins grâce aux qualités dont Dieu les a pourvues – d’où leur qualificatif « précieuses » ; leurs vertus sont plus nombreuses et plus efficaces que celles des plantes :

  • 6 De même, le prologue B de la deuxième version en prose : « E sachez ke Dampnedeus fit un des greign (...)

« Li mire i trovent grant succurs,
Cil ki cunuisssent lor valurs :
A faire medicinement
I trovent grant succurement.
Nus sages om duter ne deit
K’en pierres granz vertuz ne seit :
En erbes ne sunt tant trovees
Vertuz si seient esprovees.
Deus les i mist gloriuses :
Pur ce s’apelent preciuses
6. »
(First French Version, v. 33-42)

4De la violence des éléments à la violence des sentiments, tous les types de violence sont représentés, aussi bien la violence que l’on subit que celle que l’on abrite, violence physique comme violence morale. Les pierres précieuses ne servent malheureusement pas toujours à protéger des violences ; elles s’en font également l’instrument, jusqu’à donner la mort. Nous envisagerons les différentes facettes de la violence dans les lapidaires, ses changements de tonalités ou de couleur selon que l’on considère le macrocosme ou le microcosme, et comment la pensée analogique construit des passerelles entre les deux univers, dessinant ainsi une corrélation entre la couleur des pierres et leur rapport à la violence.

Du macrocosme au microcosme : de la violence des éléments à la violence des sentiments

La violence des éléments

  • 7 Les gemmes peuvent protéger de la violence des bêtes sauvages, telle l’oriste : « Les maulvaises be (...)
  • 8 Ce terme s’est conservé jusqu’à nos jours dans la langue anglaise.
  • 9 De même, le rubis balais protège de la vermine et de la tempête selon un mode d’emploi similaire : (...)

5Le monde est constitué de quatre éléments en équilibre – l’eau, la terre, le feu et l’air. Les phénomènes météorologiques violents, comme les orages et les tempêtes, témoignent d’un déséquilibre. Nombre de pierres protègent de la violence des éléments7. Ainsi le corail8, qui naît dans la mer et se transforme au contact de l’air et du soleil, protège des tempêtes et des dangers de l’eau. Très utile aux paysans, il garde les récoltes à l’abri du mauvais temps, en en particulier des ravages de la grêle. Le Lapidaire de Jean de Mandeville donne le mode d’emploi : pour rendre ces vertus efficientes, il faut réduire le corail en poudre et le répandre aux quatre coins du lieu9, ainsi quadrillé – notons que le chiffre quatre renvoie à un espace terrestre, il s’agit bien de pouvoirs à l’usage des hommes sur terre. Pendu à un arbre, le corail protège alors éloigne l’air vicié, qui fait pourrir les fruits – à chaque recette son résultat :

« 28. Il vault contre tempestes et peril de fleuves et de demoyne. Et se la pouldre du corail est semée en vigne ou aux champs aux quatre angles, tempeste ne gresle n’y nuira point, ainçois en acroistront et habonderont les fruys. Et se il est pendu en arbre pourtant fruyt, il gardera le fruyt de maulvais air. Il donne aussi bon conmancement et bonne fin de toutes choses, et vault contre la forte maladie et les diables doubtent moult celle pierre. »

6Ces vertus protectrices se trouvent déjà mentionnées dans la tradition marbodienne :

« Ki l’a sur sei n’avra poür
De fudre ne de tempesté.
Li chians u est rent gran plenté,
Ne gresles ne altres orages,
La u el gist, ne fait damages.
 » (First French Version, XX.
Coralium, v. 498-502)

  • 10 Le dictionnaire Godefroy en donne la définition suivante : « préjudice ou dégât causé à quelqu’un, (...)
  • 11 A contrario, les gemmes peuvent être victimes de la violence des éléments. Par exemple, la perle, q (...)

7Le nom masculin « damages10 » est l’un des rares termes à traduire explicitement la violence dans les lapidaires. Les éléments peuvent également engendrer des pierres11, à l’instar du feu qui, sous la forme de la foudre, donne naissance à une gemme :

« 34. Ceramon en gregois est dit fulgur en latin et en françois on l’appelle selustre. C’est le esplendissement qui esplendit devant le tonnaire car celle pierre chiet avec le selustre ou espart. Qui porte celle pierre chastement, elle garde de tempeste ou de fouldre, et aussi la maison ou la ville qui en sera environnée ou ensainte sera gardée de fouldre. Celle pierre garde les mariniers de tempeste, de fouldre et de perilz. Elle donne victoire en causes et en batailles. »

8Née de la foudre, la pierre « selustre » en protège. C’est à partir de la relation analogique, fondée sur l’identité ou l’inversion des qualités, que se distribuent les vertus médicales et magiques dans les lapidaires.

9Confronté au quotidien à la violence des éléments, l’homme peut s’en protéger grâce aux gemmes, mais les quatre éléments ont également un impact sur sa santé, selon la théorie humorale.

La violence des humeurs

10La doctrine médicale de la théorie des humeurs remonte à l’Antiquité, et est restée en vigueur jusqu’au xviiie siècle. Selon cette théorie, la santé du corps et de l’âme repose sur l’équilibre des quatre humeurs, qui se concilient avec les quatre qualités (chaud / froid / sec / humide). C’est le dérèglement du subtil équilibre entre ces éléments qui provoque les maladies ; le dérèglement humoral s’explique par l’effet des quatre éléments, à mettre en relation avec les quatre humeurs. Quand l’une de ces humeurs prédomine de façon chronique chez un individu, on parle de tempérament.

Humeur

Tempérament

Élément

Sang (chaud et humide)

Sanguin

Air

Phlegme ou pituite (froid et humide)

Phlegmatique

Eau

Bile jaune (chaude et sèche)

Colérique

Feu

Bile noire ou atrabile (froide et sèche)

Mélancolique

Terre

  • 12 Regarder une pierre est l’un des moyens de recevoir ses qualités. Dans l’épilogue de son Lapidaire (...)

11Les pierres sont à même de remédier à ces dérèglements. Selon le Lapidaire de Jean de Mandeville, le saphir, la calcédoine, la pierre « conte », la pierre de l’azur, l’onyx soignent la mélancolie ; l’émeraude est efficace contre la luxure ; la topaze contre l’« ire » et la luxure. Les perles soignent l’« ire », la tristesse, les fluxions de sang et d’autres humeurs. À contrario, la pierre « alabandine » provoque la mélancolie si on la regarde12. D’autres éléments de la Création ont une influence sur la santé des hommes, comme les planètes. Ainsi les phases de la lune provoquent des changements d’humeur, rendent « lunatique », état que le diamant ou la pierre de lune peuvent soigner. La théorie des humeurs propose de combattre une maladie par son contraire. Les vertus médicales des pierres reposent sur cette notion d’analogie inversée. Ainsi la gélace (de l’étymon grec « chalazias », « grélon »), pierre froide, apaise les maladies chaudes et éteint le feu ; elle est liée à la bile jaune, l’humeur du feu :

« 41. Galayse ou galatine est pierre blanche semblant a ung grelon qui chiet du ciel et est tres dure si conme dyamant et est tres froide. Car se on la met devant une maison ardent, elle estainct le feu ; elle est ades froide et est faicte de rousée du ciel si conme la parle. La plus grande est a la quantité de la moitié d’une noys. Elle apaise ire et luxure et vault contre les chauldes maladies, fievres et aultres maulx ; se on l’a en sa bouche, elle fait departir la soif. On treuve en Ymde les meilleurs et en Bretaigne sont les plus grans. »

12Vivante, la pierre possède des caractéristiques physiques, mais éprouve également des sentiments.

La violence des sentiments

  • 13 Ainsi on distingue les diamants mâles et femelles : « Li diamaunt masle est bruns, semblable de cul (...)

13Pour l’encyclopédisme médiéval, les gemmes sont comme les autres créatures : elles naissent, se reproduisent13 et meurent si on les maltraite. Les lapidaires pratiquent un véritable anthropomorphisme à l’égard du monde minéral et attribuent aux gemmes des sentiments violents, comme la haine. La « diadice », pierre liée à la nécromancie qui possède la faculté de ressusciter les morts et de donner l’immortalité, déteste la mort, particularité que tous les lapidaires mettent en exergue : « La piere est sainte e mort het ; Kant ele i tuche bien le set » (First French Version, LVII, Diadocos, v. 913-920).

14Le Lapidaire de Cambridge élargit cette haine à toutes les créatures mortes, dressant ainsi un tableau macabre : « Trestoz les morz het durement / Homes et bestes ensement » (LVI. Diadice, Cambridge version, v. 1309-1310).

15Pourquoi la « diadice » déteste-t-elle la mort ? Cette haine est en fait motivée par la peur de mourir, semble-t-il. En effet, si la « diadice » touche un homme mort (qui va alors ressusciter), elle perdra par là-même ses pouvoirs, ses vertus, et sera alors comme morte. La même logique s’observe pour l’émeraude qui, selon le Lapidaire de Jean de Mandeville, déteste la luxure. Portée pendant un acte sexuel, la pierre se brisera et perdra tous ses pouvoirs :

« 6. Elle donne richesse, dignité, honnesteté et fait sagement parler, guerist de fievres et anichille la maladie dont on chiet, appellée epilence, se on la pent en son col. Elle conforte fortement la veüe et guerist la maladie des yeulx. Honme et fenme quant ilz habitent entre eulx charnelement ne la doivent mye avoir sur eux car la pierre se trouble, romp et empire. »

  • 14 Existe-t-il une corrélation entre la couleur verte et la luxure ? Rien ne permet de l’affirmer. Cep (...)

16De même, « une pierre verde14 goutée ainsi conme de goutes d’or » déteste la luxure, et mérite le titre de « tres saincte pierre » :

« 108. Elle est bone a gens qui sont paoureux car elle donne hardement et sens et bonnes contenances et grace et honneur de tous ceus ou il veult, mais qu’il se tiengne de luxure car elle het luxure sur toutes choses et est appellée tres saincte pierre. »

17Le Lapidaire de Jean de Mandeville mentionne un autre sentiment violent, l’orgueil, le pire des péchés capitaux ; la pierre « cautame » est comparée à l’amétyste en ces termes : « 58. Cautame est pierre si conme l’amatiste, mais elle est de plus subnoyre couleur et plus espesse, et ne n’est mye si orgueilleuse. »

18Il s’agit de l’unique exemple du texte où une pierre est qualifiée d’« orgueilleuse », et c’est d’autant plus étonnant que les lapidaires s’accordent à dire que l’amétyste n’est pas très précieuse, car c’est une pierre très répandue. Le dictionnaire Godefroy traduit également cet adjectif par « tempétueux », « orageux ». Le sens reste ici aussi obscur que la couleur de la pierre.

Palette des violences

  • 15 Pastoureau M., Histoire symbolique du Moyen Âge occidental, Paris, Seuil, 2004 ; Id., Le petit livr (...)

19Le code chromatique du xiie siècle était fondé sur trois couleurs : le noir (non teint, sale), le blanc (non teint, propre) et le rouge (le coloré, la couleur par excellence), selon les études de Michel Pastoureau15. Évoquer la couleur revient alors à suggérer le rouge. Jusqu’à la fin du xiiie siècle, le rouge demeure la couleur préférée de l’Occident médiéval, avant d’être concurrencé puis supplanté par le bleu. Le système chromatique s’élargit alors à six couleurs : noir, rouge, blanc, bleu, vert, jaune. Les couleurs des pierres précieuses dépassent largement la gamme de ces systèmes, car elles rendent compte de la réalité du monde minéral, d’une immense richesse chromatique. Néanmoins, certaines couleurs, plus chargées de symboles que d’autres, sont privilégiées et associées à davantage de vertus.

Le rouge sang

  • 16 « Zachalias de Babylone, vers 70 avant notre ère, considérait l’hématite comme un talisman assurant (...)

20Du grec « haimatos », « sang », l’hématite16 en possède la nuance de couleur rouge. On lui prête par conséquent des vertus liées au sang, plus particulièrement la faculté d’arrêter toutes sortes d’hémorragies :

« Ematistes si est une manière de piere autre ke l’amastite ; ele est semblable a couleur de sanc. […] Et qui la lime a le keus ovek yaue ou ovec vin et la boive, chelui qui rake sanc, si li proufite mout ; et si restraints les fleurs as femmes kant eles en ont trop. Ele oste morte char de plaie, et estache menisoun, et est bone lavee en vin, et beu le vin, contre venin et contre morsure de serpent. » (Third prose lapidary, XXI. Haematitis, l. 1-2, 5-9)

21L’escarboucle, la pierre le plus célèbre de la littérature médiévale, ne possédait dans la tradition marbodienne que son incroyable qualité lumineuse. Les clercs, regrettant qu’une pierre si belle n’ait pas d’autres pouvoirs, l’ont progressivement confondue avec le rubis (et avec la « dracontite », comme nous le verrons plus loin). Pierre de feu – héritage de son étymon « carbunculus », littéralement « petit charbon ardent » –, l’escarboucle protège de la colère et des intempéries. La pierre ouvre le Lapidaire de Jean de Mandeville, indice de sa prééminence dans la hiérarchie des gemmes :

« 1. Celle pierre a pluseurs vertus car elle acquiert et garde les dominacions et les seignories, elle en hausse celluy qui le porte et se procure paix et concorde. Elle fait priere et devocion envers Dieu, elle apaise yre et garde de sedicions et fait la personne qui la porte seür de tous perilz ; et se on la met en eaue chaulde, l’eaue cesse de bollir et poil ameindrist la chaleur ; et se celle pierre est mise a cler soleil par ung espasse de temps, elle rendra rayes rouges stincelens si conme feu. Elle garde les fruitz des arbres, des vignes et de la terre de fouldres et de tempestes et veult estre portée en la senestre partie de la personne. »

22Ce lapidaire en prose décrit une autre pierre liée au sang, et qui pourrait figurer en bonne place dans le Lapidaire chrétien : la « pierre del mach », transformée par l’eau qui a servi à nettoyer les blessures du Christ, peut soigner les hémorragies, mais aussi une myriade d’autres maladies :

« 106. La pierre del mach : sont dictes toutes les pierres trouvées au curtil ou jardin ou messire Jhesu Christ fust mis quant il fust ostez de la croix et mis au sepulcre Joseph de Armathie ; et Nicomedes gectast l’eaue de ses lavemens avec le sang sur les pierres qui estoient au jardin et les pierres tantost se muerent en aultres diverses couleurs : les unes en rouge, les aultres en vert, en jaune, en azur et en aultres couleurs. Et toutes ont vertu d’estaindre le sang de quelque lieu qu’il ysse hors du corps et sont les fenmes portans delivrez sans peril ; garissent les fievres et moult d’autres maladies. Se on boit du lavement en eaue d’icelle pierre, celle eaue de soy aussi clarifie les yeulx et garist la maladie des yeulx. Elle acroist devocion et garde de malvaiz esperis, donne grace divine et garde de mort non pourveüe. »

  • 17 Voir l’exposition virtuelle de la Bibliothèque Nationale de France : http://expositions.bnf.fr/roug (...)

23Le rouge est également la couleur de la mise en scène du sacré et du pouvoir. Le rubis balais, autre variété de rubis, hérite de sa couleur rouge des vertus liées au pouvoir17. Cette pierre rend celui qui la porte supérieur à toute forme d’adversité – violence des sentiments ; violence des éléments et des animaux sauvages, violence de la guerre :

« 2. Balays est de plus palle couleur que le fins rubiz et si ne reclarsist mye en celle maniere. Il est trouvez en pluseurs parties si conme en Ymde, en Ethiope et en Libie et est la tierce maniere des rubiz. Et en sont de deux manieres : rouge et violez, ly ung et ly aultre ostent les vaynes pansées et les fantosmes et amenrissent tristesse et rendent lié ycelluy qui le porte et refraignent luxure. Et qui le monstre a son ennemy, elle procure paix et donne seür trespas entre ses ennemys et en aultres lieux perilleux ne serpent, ne aultre venimeuse beste n’aproucheront les lieux ou elle sera, ne aussi tempestes en cel lieu donmaige ne feront. »

Le bleu du ciel

  • 18 De même, Hugues de Saint-Victor : « Quoi de plus agréable à voir que le ciel lorsqu’il est serein, (...)

24Dans les lapidaires, la couleur du saphir est traditionnellement comparée à celle du ciel18. Le Lapidaire de Cambridge fait l’apologie de cette pierre :

« Saphirs est bons et beals en dei,
Si l’aiment mult li plusur roi,
Kar il est clers, et sa bealté
Semble le ciel et sa clarté.
 » (V. Sapphirus, v. 147-150)

  • 19 Les Lapidaires français du Moyen Âge des XIIe, XIIIe et XIVe siècles, réunis, classés et publiés ac (...)

25Grâce à sa couleur qui évoque le ciel, et donc le domaine divin, le saphir est progressivement devenu, par analogie, la couleur du roi, représentant de Dieu sur terre, puis de l’aristocratie en général. Au xiiie siècle, le Lapidaire de Modène19 débute son article sur le saphir avec ces vers :

« Saphirs est moult de grant vaillance,
Moult a vertu, moult a poissance.
Cil qui plus set et plus l’onneure
Par segnerie est el deseure.
Cil duc, et prince, et conte, et roi,
Moult l’ainme cascuns en son doi.
Au pur ciel de color resamble.
 » (IV. Le Saphir, v. 98-106)

26À la même époque, le blason « d’azur semé de fleurs de lys d’or » est adopté par la monarchie capétienne, et ce en étroite relation avec le culte marial, comme l’explique Michel Pastoureau dans son ouvrage sur la couleur bleue :

  • 20 Pastoureau M., Le Bleu, op. cit., p. 60.

« Depuis la fin du XIIe siècle, et peut-être un peu plus en amont, le roi capétien use d’un écu d’azur semé de fleurs de lys d’or, c’est-à-dire d’un écu à fond bleu parsemé à intervalles réguliers de fleurs stylisées de couleur jaune. Il est à cette époque le seul souverain d’Occident qui porte du bleu dans ses armoiries. Cette couleur, qui fut d’abord dynastique avant de devenir strictement héraldique, a probablement été choisie quelques décennies plus tôt en hommage à la Vierge, protectrice du royaume de France et de la monarchie capétienne20. »

27La promotion du bleu touche conséquemment les gemmes de la même couleur, et surtout le saphir, associé désormais au ciel et à la royauté. Dès lors, le saphir reçoit le titre de « gemme des gemmes » :

« Saphirs est covenables a Deu et a reys et a cuntes. /…/Dampnedeus ama taunt le saphir ke il l’apela sainte pere, et gemme des gemmes. Quant l’em regarde le saphir si deit l‘em aver sa pensee et sun quor al celestien regne. » (Second prose lapidary, II. Sapphirus, l. 1 & 11-13)

  • 21 Annie Mollard-Desfour, linguiste à l’Institut national de la langue française (INALF) du CNRS, indi (...)

28Le saphir devient la panacée universelle, capable de guérir toutes sortes de maladies et d’éloigner les violences21 – il possède le pouvoir magique de délivrer de prison. Tous les lapidaires précisent cette caractéristique, mais c’est celui de Jean de Mandeville qui est le plus prolixe :

« 5. Qui le porte honnestement, il garde de envye, de sedicion et de chartre ; et se on touche du safir es trois parties de sa face et a ses lyens ou fers esquelx il est emprisonnez et ly huys de la chartre en soit touchiez, tantost ly emprisonnez sera delivrez. Le safir reconcilie a Dieu le pecheur. Il concorde les ennemys et malvueillans. Il vault aux fievres et aux aultres maladies dedans le corps et rappelle le dormir. Il conforte la veüe et atrait la sueur et les enflures et la langue empeschée amande ; se on le lye sur son piz, il adoulcist la couleur et atrempe, et se on le lye sur son cuer, il toult melencolye et les vaines pansées. Il guerist la maladie que l’en dit noli me tangere se on l’en touche pluseurs fois, mais la pierre s’en empire et amenrist. »

  • 22 Parmi les pierres aux vertus multiples, le diamant (du latin adamas, « invincible ») procure force (...)

29D’autres pierres bleues sont particulièrement valorisées. La turquoise est présentée comme plus efficace que le diamant pour protéger de la violence du combat22 – déduction totalement empirique qui témoigne bien du désir de valoriser cette pierre bleue :

« 98. Toutes ses pierres confortent la veüe et gardent contre les choses adverses, donnent hardiesse et bonnoureté et enhortent a dire les chouses a venir. Et le cheval de celluy qui porte celle pierre ou le cheval qui chevache, se il est touchiez de celle pierre, ne peult estre morfonduz pour boyre eaue froide. Et dient les Yndois et les aultres Orientaulx que cele pierre vault plus en bataille et mieulx garde honmes de mort que la pierre du dyamant et affirment ce avoir prouvez de plusours fois car moult de fois ont trouvez bleciez et malmenez en bataille ceulx qui avoient les dyamans en leurs doiz, mais ilz n’ont mye veü nulz honmes bleciez ne malmenez qui le vray turcas portast en son doit. »

Les couleurs de la bestialité

30Certaines pierres naissent dans les animaux, et un certain nombre dans les bêtes sauvages. Il convient de se demander si ces gemmes héritent de la bestialité, plus exactement comment se traduit cette origine animale dans leurs couleurs et leurs vertus.

  • 23 Voir Voisenet J., Bêtes et Hommes dans le monde médiéval. Le bestiaire des clercs du Ve au XIIe siè (...)
  • 24 L’adjectif hardi désigne la violence dans son acception positive : la fougue, l’énergie vitale.

31La robe tachetée de la « panthere » se retrouve dans la polychromie de la gemme qui porte le même nom. Si la polychromie était dépréciée au Moyen Âge, la « panthere » semble faire exception : les bestiaires23 ne tirent aucune considération négative de son pelage bigarré. Avatar féminin du léopard, la panthère possède une image fortement positive, et se caractérise par son odeur suave. La pierre hérite de cette image méliorative : elle permet de remporter les batailles, rend « hardi24 » et prodigue quantité de bienfaits. À chaque couleur correspond une vertu – ce que le lapidaire n’explicite pas :

« Jaspe paunter de mutes colurs et de meinte maneres en i ad. Ky ad ceste et vout aller en bataille et il voille veintre, il la deit esgarder quant le soleil leve, kar mult li eyde a veintre sun adversarie : mult li tent hardi. Elle rent a homme grant plenté de tuz bens. Et tauntes culurs cum ele ad, tauntes ad ele par desus tut iceo vertus. » (Second prose lapidary, XXXIII. Pantheros, v. 1-6)

32Un autre lapidaire développe la qualité de « hardiesce » de l’animal, et la peur qu’elle inspire aux autres bêtes sauvages, au point de leur donner la fièvre – par analogie inversée, la pierre « panthere » protège de la fièvre :

« Penthere est une beste mout avenant et plaine de grant hardiesce, si que quant li lion, li lupart, li tigre, quand il ouent la vois de lui, il sont plain de si grant peur que il ont les fievres ; mais je ne sai se autres bestes le doutent aussi. Si dient li ancien perrier que qui porte ceste piere, il ne puet avoir fevres. » (Third prose lapidary, XX. Pantheris, l. 7-11)

33Les lapidaires présentent l’ambre, le « ligure », comme de l’urine de lynx fossilisée. La pierre se présente sous différentes nuances, en fonction de la couleur de l’urine. Du fait de son origine, elle possède des vertus liées au système urinaire et au ventre : la férocité de l’animal n’a ici pas d’incidence sur les vertus de la gemme.

« 30. Ligure est une pierre qui vient d’une beste appellée lux : aucunefoiz de son orine endurcist en pierre ; aucuneffoiz celle pierre croist en Hermenye, de ly a son pareil ; aucunefoiz est de couleur de safram si conme ambre et a taches subnoyres ; aucunefoiz est rouge conme ung charboncle maiz il ne luyt point de nuyt ; aucuneffoiz est verde si conme prez car il change et mue sa couleur selon la varieté de l’orine. L’eaue enquoy celle pierre sera lavée vault contre l’enflure de l’estomac et la douleur du ventre et lache le ventre et rent la couleur pardue, atrayt a soy les festuz ainsi que jayet ou ambre. L’eaue enquoy elle sera cuyte, lavée, brise la pierre et destruyt la gravelle se on la boit. »

  • 25 Les gemmes possèdent couramment des vertus antipoison, comme les jacinthes : « Elles valent contre (...)

34La « dracontite » est le nom de la gemme qui naît dans la tête du dragon, souvent identifiée à l’escarboucle. Le dragon est pour la mentalité médiévale un avatar du serpent, d’où les vertus liées au venin et aux bêtes venimeuses. L’animal qui incarne le Mal génère une pierre qui provoque l’innocuité du poison25 :

« 101. Dracomdes est pierre trouvée en chief du dragon es parties d’Orient, qui destruyt le venin et aneanticz les empoissonnez et garde celluy qui la porte de bestes venimeuses. L’eaue de son lavement vault si conme triacle contre venin, et se une apostume venimeuse est lavée d’icelle, tantost estainct toute malice et la malvaistié de ly en ceste maniere est sans nulz perilz. »

35Certaines pierres ne naissent pas dans les animaux, mais sont utilisés par les espèces animales, puis par les hommes qui profitent de leur savoir instinctif. Ainsi la pierre de l’aigle hérite du symbolisme royal de l’oiseau une faculté à apaiser la colère des puissants. L’aigle utilise cette pierre pour prévenir toute forme de violence contre ses aiglons – notons l’utilisation du verbe « violer », très rare dans ce contexte :

« Tant de puissance a iceste piere, qu’ele apaise les ires des puissans et pour medecine l’use li aigles, que boisdie ne li soit faite, ne venim mise a li ne a ses poulés ; et la porte a soun ni, que si poulet ne soient violés par aucun oisel. » (Third prose lapidary, XXVII. Aetites, l. 21-24)

  • 26 Voir Gontéro-Lauzé V., « Les gemmes marines : au carrefour du lapidaire et du bestiaire (d’après Ph (...)

36Ces pierres d’origine animale constituent un moyen terme entre le règne animal et le règne minéral, témoignage des passerelles génériques entre le bestiaire et le lapidaire26. Les textes leur accordent des vertus en étroite relation avec l’animal-souche, dont les pierres récupèrent les qualités ou bien annulent les vices. Est-ce à dire qu’une pierre ne peut pas posséder de pouvoirs négatifs ? Rares, les pierres néfastes sont pourtant bien attestées dans les traités.

Le noir mortifère

37La pierre néfaste par excellence est l’onyx : sa couleur noire s’assortit de pouvoirs négatifs, que les lapidaires notifient afin de mettre en garde les lecteurs :

« 19. Onix est pierre noyre avec blanches vaines ou rouges ou blaues. Il n’a mye moult de vertus mais de vices. Qui le porte au col ou au doit, il donne veoir les diables et donne moult de fentosmes en dormir, procure yres, esmeült tençons, mais elle donne adresse. Se on la pent au col d’ung enfant, il acroist salyve ; et se ung honme la pent au col, il acroist tristesse et appareille toutes maladies de melencolie. »

38Certains textes lui attribuent cependant le pouvoir de garder en bonne santé :

« Onicle rent homme hardi et corajus et irrus. Et si cil ky le porte en sun dei u a sun col pendu, il vout parler a sun ami mort de nuit, il luy parole en dormaunt ; et al matin luy sovent de ço dunt li mort est besuingnus. E a celuy ky le porte rend salu et acrest beauté. Onicles est neyrs. » (Second Prose Lapidary, VII. Onyx, l. 2-7)

39Les vertus positives de l’onyx préfigurent la promotion de la couleur noire, qui va s’affirmer au xive siècle. Le « sardonyx », la pierre qui annule les pouvoirs de l’onyx, définit le contraire de la violence, la tempérance : « Il atempre home irrus et fet homme ben reposer de nuyt, et rent homme simple et chaste et vercundeus » (Ibid., VIII. Sardonyx, l. 2-3).

  • 27 Les minéraux fournissaient en effet à cette époque la majorité des poisons, par exemple avec l’arse (...)

40La « mede » tient son nom de Médée, héroïne antique célèbre pour ses infanticides et parangon de la violence féminine. Cette gemme ambivalente possède les pouvoirs de mort et de vie. La première version en prose romane du De Lapidibus de Marbode de Rennes en énumère les vertus médicinales, donc positives, puis les vertus négatives, notamment la capacité de rendre aveugle. Cette pierre peut également s’utiliser comme poison27 et fait mourir de la « mort noire » – surnom de la peste :

« E s’il li dune pur puison,
Si vomira tut le pulmun.
Neire est la piere en sa culur,
Mult a gran force e gran vigur.
Bien est neire a cels k’ele ocit :
De neire mort les descunfit.
 »
(XXXVI. Medus – De Medo, v. 717-722)

41Les deux facettes de ces pouvoirs sont présentées en termes de couleur, avec une opposition noir/blanc qui marque bien que l’antinomie des qualités s’organise autour de la dichotomie chromatique : « Ceste piere est tute neire, mes ses vertuz ne sunt mie neires tutes, kar eles sunt blanches quant eles aient, et neires suant eles nuisent » (First Prose Lapidary, XXVIII. Medus, l. 12-15).

  • 28 Certaines pierres associées à la violence permettent d’atténuer la souffrance des condamnés, comme (...)

42Plus prolixe, le Lapidaire de Jean de Mandeville attribue à la « mede » de nombreux pouvoirs, et explique comment l’utiliser pour rendre aveugle ou tuer son ennemi28 :

« 40. Mede est pierre venant du royaulme de Médée. Les ungs sont vers et les aultres subnoirs, de couleur sur. Se ung le frote sur une verde coe et on le destrempe de let de fenme qui n’ait eü que ung enfant masle, il rent la veüe que on a de longtemps pardue. Et si on le 31 destrempe de let de brebiz qui n’ait eü que ung soul agnel masle, il guerist des emorroydes anciennes et guerist frenesie et goute de rains. Et doit celle confeccion estre gardée en ung vaissel d’argent ou de voyre et doit estre donnée avec vin, et se on la frote sur une coe et le destrempez avec l’eaue, et le donnez a son ennemy a laver ses yeulx, il perdra tantost la veüe. et se on la donne a boire a son ennemy tantost pardra son polmon et morra. »

43Enfin, nous retiendrons l’exemple de la pierre « athomates », pierre que ce lapidaire en prose présente pour ses vices, comme l’onyx. De couleur flave, « jaunâtre », la gemme provoque la violence des sentiments (la haine), les disputes et la défaite à la bataille. Enchâssée sur un anneau, elle diffuse son influence mortelle sur le corps de l’ennemi :

« 88. Athomates est pierre flave si conme cacedoyne et au mylieu si conme une blanche fleur en tache qui resplendist du fons de la pierre et trespasse tout jusques au chief dessuz. Et n’est mye mise en cest livre pour ses vertus mais pour ses vices afin que chascun se garde de portez celle pierre car elle multiplie les corroux, debas et tançons et fait celluy qui la porte hayneux et le confont en batailles, si conme il a esté pluseurs fois aprouvez ; mais qui veult son ennemy malicieusement confondre, mecte celle pierre en ung anel et le donne a son ennemy si conme par amour faincte et son ennemy ne durera mye longuement. »

  • 29 First french version, op. cit., XXX. Hieracitis, vv. 619-620.

44Cette pierre à la couleur indécise, pourtant claire, est noircie de pouvoirs négatifs. Ce dernier exemple montre bien que la couleur de la gemme n’est pas un indice toujours fiable. Pourtant, en soulignant que la « gerachite », malgré sa couleur noire, possède des vertus positives29, le clerc médiéval qui a rédigé la première traduction du lapidaire de Marbode manifeste la suspicion qui entoure les gemmes obscures : de la même façon que les gemmes rouges, comme l’escarboucle ou l’hématite, possèdent des vertus liées à la lumière ou au sang, les gemmes noires, associées à la nuit et aux ténèbres, véhiculent majoritairement des vertus négatives. La pensée analogique qui fonde ce discours scientifique s’ancre fréquemment sur les couleurs des gemmes, mais le réseau minéral médiéval n’est ni rigide ni figé, comme le prouvent les exceptions et des variations.

***

  • 30 « Rappelons tout d’abord que la violence est omniprésente dans la société des XIIIe -XVe siècles. E (...)
  • 31 Rappelons qu’au Moyen Âge, l’adjectif merveilleux désigne ce qui sort de l’ordinaire et provoque la (...)

45Des guerres aux empoisonnements, du sang vermeil à la mort noire, ce panorama des vertus des gemmes dresse le portrait d’une société où la violence règne en maître30. Miroir des mentalités médiévales, les lapidaires nourrissent l’imagination des clercs, qui écrivent aussi bien des traités encyclopédiques que des ouvrages fictionnels. Les vertus des gemmes se retrouvent logiquement dans la littérature romanesque de l’époque et les modalités de la violence participent du « merveilleux31 » : l’escarboucle du dragon ; l’onyx du défunt, le saphir du prisonnier.

Notes

1 L’adjectif « fin » a conservé dans cet emploi son sens médiéval de « raffiné », « parfait ».

2 « La description de la pierre précieuse au Moyen Âge : encyclopédies, lapidaires et textes littéraires », Romania, CVII, 1986, p. 92-103 : 92.

3 Voir les textes bibliques : Exode, XXVIII, 15-20 & XXXIX, 8-13, et Apocalypse de saint Jean, XXI, 19-20.

4 Pour les différents lapidaires de notre corpus, voir l’édition suivante : Anglo-norman lapidaries, éd. Studer P., Evans J., Paris, Champion, 1924 [Genève, Slatkine Reprints]. Pour la version longue du Lapidaire de Jean de Mandeville, voir ma transcription sur le site du CUERMA de l’Université de Provence : http://www.univ-provence.fr/document.php?pagendx=3008&project=cuerma ; c’est cette version longue inédite, avec plus d’une centaine de gemmes, qui constitue notre corpus premier (sigle JDM en notes), enrichi d’autres lapidaires que nous citerons pour étayer notre démonstration.

5 . Polysémique, le nom féminin violence peut désigner une force brutale, un caractère emporté et agressif, la force d’un sentiment ou d’un élément ou bien encore une contrainte. Au pluriel, le mot renvoie à des actes brutaux et imposés.

6 De même, le prologue B de la deuxième version en prose : « E sachez ke Dampnedeus fit un des greignurs tresors des peres, et lur duna greingnur vertu et greygnure pusance ke as herbes. Mut duyssum estre luy reddivables des vertuz k’il mist pur nus e tuz nus abaundona » (Second prose lapidary, l. 8-11).

7 Les gemmes peuvent protéger de la violence des bêtes sauvages, telle l’oriste : « Les maulvaises bestes saulvaiges ne peuvent nuyre a celluy qui la porte et la poudre de luy beüe guerist de morsure de venimeuse beste » (JDM, article 50) ; « Ele vaut encontre venim et encuntre blesçure de beste sauvage. Cil ki l’ad poet aller par desers et par hermitages entre bestes sauvages : ja a luy ne tucherunt » (Second prose lapidary, XXX. Oritis, l. 1-4).

8 Ce terme s’est conservé jusqu’à nos jours dans la langue anglaise.

9 De même, le rubis balais protège de la vermine et de la tempête selon un mode d’emploi similaire : « Mult refreidist homme de chalur de luxure ; et ki la tuche as quatre parties de sa chaumbre u de sa sale u de son verger, ja nuls mauveys verms n’i atouchera, ne tempeste n’i charra ky mal le face. Ele defent medlees, e ki la mustre a sun enemi, meyntenaunt li est tard k’il soyt acordé a luy. Si l’em la porte entre ses enemis, returner s’en purra saus ses membres » (Second prose lapidary, XIII. Balas, l. 2-7).

10 Le dictionnaire Godefroy en donne la définition suivante : « préjudice ou dégât causé à quelqu’un, à quelque chose. » Il désigne l’acte de violence lui-même ou bien son résultat.

11 A contrario, les gemmes peuvent être victimes de la violence des éléments. Par exemple, la perle, qui se développe dans l’huître à la faveur de la rosée, peut être expulsée par temps d’orage : « Et se il tonne ou tempeste au temps de la conception des parles, elles se defont et vont a neant » (JDM, article 13).

12 Regarder une pierre est l’un des moyens de recevoir ses qualités. Dans l’épilogue de son Lapidaire alphabétique, Philippe de Thaon donne les quatre posologies appliquées aux pierres précieuses : « Ensurquetut quatre maneres / Mustrat medicine des peres :/ Pur le tocher, pur le porter, / Pur le beivre, pur l’esguarder » (v. 1693-1696).

13 Ainsi on distingue les diamants mâles et femelles : « Li diamaunt masle est bruns, semblable de culur a oylle. Li diamaunt femele est plus blaunc et resemble a culur de cristal » (Second prose lapidary, I. Adamas, l. 4-5).

14 Existe-t-il une corrélation entre la couleur verte et la luxure ? Rien ne permet de l’affirmer. Cependant, la couleur verte est au Moyen Âge, symbole d’instabilité et de changement, et évoque également la Nature, dans son perpétuel renouveau et sa force inépuisable, qui éveille les sentiments et la fougue des amoureux au printemps. Ne parle-t-on pas d’un homme « toujours vert » ?

15 Pastoureau M., Histoire symbolique du Moyen Âge occidental, Paris, Seuil, 2004 ; Id., Le petit livre des couleurs, Paris, Éditions du Panama, 2005 ; Id., Bleu. Histoire d’une couleur, Paris, Seuil, 2000 ; Id., Noir. Histoire d’une couleur, Paris, Seuil, 2008.

16 « Zachalias de Babylone, vers 70 avant notre ère, considérait l’hématite comme un talisman assurant une suite favorable aux pétitions que son propriétaire adressait aux rois. Pline l’Ancien, au Ier siècle, la déclare excellente contre les saignements. Cette dernière croyance se retrouve en Amérique du Nord, où les Indiens enduisent leur visage d’hématite rouge avant la bataille : comme chez les peuples méditerranéens, elle est censée donner l’invulnérabilité. Tout en étant considérée « vile », l’hématite est encore utilisée au xvie siècle en tant que talisman pour gagner des procès et acquérir la grâce, comme médecine pour les maladies des yeux, contre les venins, les maladies du foie, etc. », Bariand P., Poirot J.-P., Larousse des pierres précieuses, Paris, Larousse Bordas, 1998, article Hématite, p. 163.

17 Voir l’exposition virtuelle de la Bibliothèque Nationale de France : http://expositions.bnf.fr/rouge/index.htm.

18 De même, Hugues de Saint-Victor : « Quoi de plus agréable à voir que le ciel lorsqu’il est serein, resplendissant comme un saphir et caressant le regard par la sensation vivifiante de sa clarté ? », texte cité par Umberto Eco dans Histoire de la Beauté, Paris, Flammarion, 2004, p. 125.

19 Les Lapidaires français du Moyen Âge des XIIe, XIIIe et XIVe siècles, réunis, classés et publiés accompagnés de préfaces, de tables et d'un glossaire, éd. Pannier L., Paris, Vieweg, 1882 (BEHE).

20 Pastoureau M., Le Bleu, op. cit., p. 60.

21 Annie Mollard-Desfour, linguiste à l’Institut national de la langue française (INALF) du CNRS, indique que « En France, une coutume unit chimie et symbolisme du bleu censé éloigner tout ce qui est néfaste : on peint les charrettes avec un bleu (bleu charrette ou charron) fait d’une matière colorante à base de bleu de Prusse et de sulfate de baryte et ayant la propriété d’être un répulsif pour les insectes, mouches et abeilles », voir l’article en ligne « Les mots de couleur », http://www.cnrs.fr/Cnrspresse/n391coul/html/n391coula03.htm.

22 Parmi les pierres aux vertus multiples, le diamant (du latin adamas, « invincible ») procure force et pouvoir à celui qui le porte, protège des cauchemars et des fantômes, du venin et du poison mortel, évite les colères et les tensions et fait retrouver l’esprit aux fous ; dernière vertu, et non des moindres, cette gemme permet de remporter la victoire sur ses ennemis et de ne jamais être mis à mal dans un combat.

23 Voir Voisenet J., Bêtes et Hommes dans le monde médiéval. Le bestiaire des clercs du Ve au XIIe siècle, Turnhout, Brepols, 2000.

24 L’adjectif hardi désigne la violence dans son acception positive : la fougue, l’énergie vitale.

25 Les gemmes possèdent couramment des vertus antipoison, comme les jacinthes : « Elles valent contre les serpents et contre venin » (JDM, article 14). Certaines pierres ont la capacité de détecter la présence du poison : elles se mettent alors à suer, comme le diamant ou le jaspe. Le Lapidaire de Jean de Mandeville donne le mode d’emploi de la pierre d’aigle utilisée comme détecteur de poison : « Et se aucun doubte de estre empoisonnez, mecte celle pierre sur la table et se venin i est, il n’aura desir de mengiez ces viandes tant que la pierre sera sus, mais se la pierre est ostée dessus la table, il desirera de mangiez » (article 31).

26 Voir Gontéro-Lauzé V., « Les gemmes marines : au carrefour du lapidaire et du bestiaire (d’après Phisice, une version du lapidaire de Jean de Mandeville) », Connochie C. (dir.), Mondes marins au Moyen Âge, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2006, p. 189-197 (Senefiance 52).

27 Les minéraux fournissaient en effet à cette époque la majorité des poisons, par exemple avec l’arsenic ; voir Collard F., Le crime de poison au Moyen Âge, Paris, PUF, 2003.

28 Certaines pierres associées à la violence permettent d’atténuer la souffrance des condamnés, comme la pierre memphites, pierre de feu qui anesthésie le corps de ceux qu’on va immoler ou décapiter : « Memphites est pierre d’un lieu en Egipte que on dit Memphiz et a couleur ainsi que feu. Celle pierre trouvée, broyée et destrempée d’aysil, donnée a boire a ceulx que on veult ardoir ou coupper la teste, leur oste qu’ilz ne sentent mye si grant douleur » (JDM, article 70).

29 First french version, op. cit., XXX. Hieracitis, vv. 619-620.

30 « Rappelons tout d’abord que la violence est omniprésente dans la société des XIIIe -XVe siècles. En témoignent des litanies de méfaits, fournies par les archives judiciaires et par différents auteurs contemporains : pillages, rapts, boutements de feu, sacrilèges, efforcements de femmes, vols, homicides, etc. », Martin H., Mentalités médiévales II. Représentations collectives du xie au xve siècle, Paris, PUF, 2001, p. 255.

31 Rappelons qu’au Moyen Âge, l’adjectif merveilleux désigne ce qui sort de l’ordinaire et provoque la fascination, l’admiration ou la crainte. Un monstre comme un combat violent peuvent être qualifiés de merveilleux. Sur les pierres précieuses dans la littérature médiévale, voir, notamment, Gontéro-Lauzé V., « La clarté de l'escarboucle dans les romans antiques », PRIS-MA, Recherches sur la littérature d'imagination au Moyen Âge, Clarté : Essais sur la lumière I, ERLIMA, Poitiers, t. XVII, 33, janvier-juin 2001, p. 57-71 ; Ead., « Les gemmes dans l’œuvre de Chrétien de Troyes », Cahiers de Civilisation Médiévale, Université de Poitiers, Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale, 45, 2002, p. 237-254 ; Ead., « L’anel faé. Analyse d’un motif merveilleux dans la littérature arthurienne en vers des XIIe et XIIIe siècles », Les Lettres Romanes, Louvain, Université Catholique de Louvain, 2003, t. LVII, no 1-2, p. 3-18.

Auteur

Université de Provence (Aix – Marseille I) - Cuerma

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540