Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books CNRS Éditions Sociologie La violence La créativité perverse : la Sœur ...

La violence

 | 
Lucien Faggion
, 
Christophe Régina

Partie II. Violences au féminin

La créativité perverse : la Sœur Marie-Thérèse de la Croix, abbesse du refuge d’Aix, et Jean de Cabanes

Christophe Regina

Texte intégral

  • 1 Sous la direction de Martine Lapied, professeur émérite à l’Université de Provence.
  • 2 Regina C., « Entre oubli et renaissance. Destinée d’un poète parlementaire aixois, Jean de Cabanes (...)
  • 3 Deux copies manuscrites du texte de la Satiro contro la sœur de la Croix de Jean de Cabanes sont c (...)

1Singulier personnage que Marie-Thérèse de Languisière, de la ville de Paris, fortuitement apparue dans une recherche consacrée à la prostitution aixoise au Siècle des Lumières1. La vie de cette dame, dite Sœur de la Croix, a été « décrite » par Jean de Cabanes, poète parlementaire2, auteur d’une satire rédigée en provençal et riche de plus de 1 000 vers. Ce texte original permet de mettre en perspective la valeur testimoniale des œuvres littéraires, qui ne sont pas toujours de simples fictions, et les archives3. Pour quelles raisons s’agirait-il de « créativité perverse » qui passerait pour un probable oxymore ? Pourtant, il n’y a pas de contradiction entre création et perversion qui, l’une et l’autre, ne peuvent fonctionner indépendamment, création et perversion faisant système. Le degré de perversion est proportionnel à celui de création, l’individu semblant d’autant plus pervers que grande est sa capacité à créer. Il existe un possible consensus tacite autour de la créativité, associée à des valeurs positives, voire divines, la création étant entachée par la tradition judéo-chrétienne du récit de la création du monde majoritairement encline au bien. Traiter de créativité perverse ne va donc pas de soi, la perversion s’associant aisément, dans les représentations collectives, avec la folie pathologique.

2L’objet de cette analyse est au moins double : d’une part, envisager un destin hors du commun, celui de Marie-Thérèse, qui se situe entre la fiction et la réalité ; d’autre part, comprendre de quelle manière, au-delà des crimes et des violences rapportés, la figure de l’abbesse catalyse l’ensemble des clichés attribués aux femmes. Existe-t-il une adéquation entre l’image de la femme fantasmée et la réalité de la féminité ? Il s’agit, d’abord, de retracer la vie de l’abbesse telle qu’elle a été livrée par Jean de Cabanes, puis de chercher à caractériser ce récit en le confrontant aux archives judiciaires, dont il subsiste des traces. L’enjeu de cette analyse réside dans l’appréciation d’une rencontre de deux génies créatifs, celui du poète parlementaire et celui de la féminité diabolisée sous les traits de la Sœur de la Croix.

  • 4 Le Parlement de Provence, 1501-1790, Actes du colloque d’Aix-en-Provence 2001, Aix-en-Provence, Pu (...)
  • 5 Bougerel J., Projet d’une histoire des hommes illustres de Provence, Aix, 1718.
  • 6 Augustin Pontier, membre de l’Académie d’Aix, fit publier, en 1830, L’histourien sincere sus la gu (...)
  • 7 Regina C., « Entre oubli et renaissance. Destinée d’un poète parlementaire aixois, Jean de Cabanes (...)
  • 8 J’ai publié avec la coparticipation de Philippe Gardy, chercheur au CNRS LAHIC de Bordeaux, un ouv (...)

3Mais qui sont-ils ? Probablement né le 27 décembre 1653 à Aixen-Provence, Jean de Cabanes exerça au sein du Parlement aixois la charge de conseiller, qu’il hérita de son frère aîné4. Peu d’informations le concernent, sinon celles qu’Augustin Pontier, au xixe siècle, en donne dans la préface de L’histourien sincere, une des œuvres de Jean de Cabanes, publiée en 1830, reprenant déjà ce que le père Bougerel5 avait avancé : à savoir que le parlementaire avait été « cité avec éloge par ses contemporains, comme l’un des meilleurs poètes provençaux de son temps6. » Dès 1698, Jean de Cabanes abandonne sa charge parlementaire pour la somme de 50 000 livres. Libéré de ses fonctions et héritier de son frère aîné, il put continuer à s’adonner à sa passion de l’écriture. « S’il est difficile de dater avec exactitude chacune de ses œuvres, il est, en revanche, possible d’affirmer que ses prérogatives parlementaires et les procès ayant rythmé son quotidien lui permirent de bénéficier d’une source inépuisable d’inspiration. Jean de Cabanes mourut le 26 février 1717 à Aix. Il est fort probable que certaines de ses œuvres furent rédigées, alors qu’il était en activité, tirant profit des rebondissements multiples et variés des affaires importantes traitées dans le cadre de son propre travail d’écriture. Et, effectivement, son œuvre est d’une grande richesse7. » Homme de plume de talent, Jean de Cabanes est l’auteur de nombreuses œuvres : des contes au théâtre, des énigmes à la satire ou, encore, les sentences et les maximes, la diversité de la production doublée d’une qualité stylistique fonde l’originalité et la distinction du poète parlementaire, dont la richesse a été minutieusement et remarquablement étudiée par Philippe Gardy8. L’œuvre de Jean de Cabanes est en provençal, ce qui contribue à rendre plus singulière la production de notre auteur à une époque où triomphe, depuis longtemps chez les gens de plume, l’utilisation d’un français codifié et académique.

  • 9 Roux-Alphéran F., Les rues d’Aix ou recherches historiques sur l’ancienne capitale de Provence, Ai (...)
  • 10 A.D.B.D.R. Aix-en-Provence, 20 HD E 352, 1703-1704.
  • 11 A.D.B.D.R. Aix-en-Provence, 29 HD E 22, 1671-1791.

4L’héroïne de sa satire, la Sœur Marie-Thérèse de la Croix, a longtemps été envisagée comme une simple invention sortie de l’imaginaire de l’auteur. En effet, La Satire de la Sœur de la Croix narre les terribles exactions d’une abbesse au sein du Refuge d’Aix-en-Provence, satire d’une virulence si extrême qu’elle fut tenue pour une pure fiction, idée unanimement partagée par les érudits locaux qui en appréciaient le style autant que la drôlerie, persuadés qu’il ne s’agissait que d’un récit divertissant. Pourtant, ils se trompaient, car la Sœur a existé. Doutant au départ de l’existence de ce personnage, il nous a semblé que le récit libéralement raconté par Jean de Cabanes devait cependant reposer sur une connaissance profonde des procès criminels et d’autres affaires ayant dû exciter sa créativité littéraire. Une telle idée a été confortée par ce qu’en a rapporté l’historien aixois Roux-Alphéran qui, en 1846, dans son ouvrage intitulé Les Rues d’Aix9, en évoquait la mémoire. Selon la satire, la Sœur de la Croix s’était retrouvée en justice à une dizaine de reprises. Les recherches en archives conduites jusqu’ici ont permis de mettre en évidence l’existence effective de l’abbesse tant décriée, grâce à son implication dans un litige l’ayant opposée à l’Hôpital Saint-Jacques en 170310, ainsi qu’au registre de délibération des recteurs du Refuge, dans lequel elle tient une grande place11. Évoqués dans la satire de Jean de Cabanes, ce différend et ce registre ont, donc, constitué une première piste, afin d’établir, d’une part, l’existence de la Sœur de la Croix et, d’autre part, de saisir la nature de l’inspiration de l’auteur. Les crimes les plus horribles attribués à la Sœur de la Croix sont peut-être totalement ou en partie fictionnels, dans la mesure où il n’a pas été possible de retrouver tous les procès dans lesquels elle aurait été impliquée et sur lesquels il conviendra de revenir. Archives lacunaires ? Archives (volontairement ?) détruites ? Fruit de l’imagination de Jean de Cabanes ? En 2003, dans le mur des caves du palais de justice d’Aix-en-Provence, des sacs entiers de procédures ont été retrouvés, sacs ayant servi de remblais, dont seul un nombre peu élevé a pu être sauvé, le restant étant fort détérioré. Les procès intéressant la Sœur s’y trouvaient-ils ? Il semble probable que certains d’entre eux aient été détruits, car l’abbesse, selon Jean de Cabanes, a compté parmi ses protecteurs non seulement les parlementaires aixois les plus puissants, mais aussi tous les « bigots », qui ne tarissaient pas d’éloges envers celle que Jean de Cabanes qualifia de « guenon, de misérable souillon, de gueuse ». Si le mystère reste pour le moment entier, il est toutefois nécessaire d’envisager le récit d’un destin créatif singulier et celui d’un itinéraire féminin enclin à la violence. La satire s’ouvre sur les vers suivants :

« Le cœur gros, la larme à l’œil,
pénétré jusqu’au fond de l’âme
plein de rage devant ce qui se dit,
je sens mes esprits se remplir de colère
et je souhaiterais, dans ma rage,
commettre meurtres et carnages.
Vous ! cruelles furies de l’enfer,
bourreaux du démon Lucifer,
qui n’êtes portés à rien d’autre
qu’à broyer les âmes damnées,
accourez tous à mon secours,
je n’implore nul autre que vous,
infusez dans ma tête
le venin, le poison, la peste,
j’ai besoin, dans ces vers,
de faire connaître à l’univers
une malheureuse scélérate,
pire qu’une possédée du démon,
qui, depuis treize ou quatorze ans,
a surpassé tous les tyrans
de plus de deux ou trois cent mille
à propos d’un million de filles
et, ce qui excite ma passion,
sous prétexte de dévotion. »

  • 12 Voir Bailbe J., « Le thème de la vieille femme dans la poésie satirique du XVIe siècle », B.H.R., (...)
  • 13 Dareau F., Traité des injures dans l’ordre judiciaire, ouvrage qui renferme particulièrement la ju (...)
  • 14 Benabou E.-M., La prostitution et la police des mœurs au XVIIIe siècle, Paris, Perrin, 1987.
  • 15 Jousse D., Traité de la justice criminelle de France, Paris, 1771, 4 vol.

5Le ton est donné, la haine qu’inspire à l’auteur la Sœur de la Croix est manifeste. Outre l’emphase et les débordements hyperboliques propres au genre de la satire12, l’entrée en matière met en évidence l’aspect passionnel et passionnant qui suit cette apostrophe aux démons de l’enfer ici convoqués, afin de lui inspirer suffisamment de mépris sur la vie que l’auteur aixois se propose de raconter. Peu d’informations sont connues de la vie de l’abbesse, sinon ce que fournit Jean de Cabanes. Probablement née dans les dernières décennies du xviie siècle à La Flèche, ville de la vallée du Loir, Marie-Thérèse est la fille d’Antoine Drouilla, barbier et boucher de son état, et c’est de ce dernier que provient le surnom attribué par Jean de Cabanes dans sa satire, « la Drouilla » ou « la Drouillade ». Le lettré aixois indique qu’on « peut parier que d’un tel père ce qui sortirait ne vaudrait guère, sa mère étant également l’horreur de toutes les femmes de bien ». Le poète parlementaire, dans sa genèse du génie pervers de la Drouilla, évoque l’histoire familiale qui annonce les vices de la Sœur en devenir. Dans l’art de la calomnie, il n’est pas rare d’incriminer la généalogie de celui ou de celle qui se trouvent chargés des maux les plus infâmes, en cherchant à établir la preuve d’une prédisposition au crime et au vice13. L’histoire passe rapidement sur l’enfance et l’adolescence de la Drouilla qui se résume à son activité de prostituée, dont la maquerelle était sa mère. Ayant transmis à un trop grand nombre de clients tous les maux vénériens possibles et imaginables, craignant d’être arrêtée, la Drouilla trouva refuge à Paris, où elle poursuivit le commerce de ses charmes. Non sans ironie, Jean de Cabanes ne manque pas de commenter les motivations de cette fuite en indiquant que les « filles de sa profession ont toutes cette passion, elles croient que dans cette ville pour peu qu’elle soit habile, en faisant folie de son corps, une fille ramassera des montagnes d’or14. » Sa notoriété croissante se doubla d’une publicité grandissante qui lui valut un procès : « la gueuse fut emprisonnée », mais elle évita le fouet grâce à ses talents lubriques. En revanche, elle ne put échapper à la condamnation de bannissement qui faisait partie des peines préconisées à l’égard des filles de mauvaise vie15. Commence alors le périple de Thérèse de Languisière en France.

  • 16 Carte réalisée par Christophe Regina.

Carte du périple de la Sœur de la Croix, de La Flèche à Aix-en-Provence16

  • 17 Trexler R. C., « La prostitution florentine au XVe siècle », Annales, 6 (1981), p. 983-1015. Voir (...)

6À Paris, elle fit la rencontre d’une femme « aussi abominable qu’elle », avec laquelle elle décida de reprendre la route « mais, par crainte d’un fâcheux incident, toutes deux, vêtues en hommes, s’en vont jusqu’en Provence » avec le projet de gagner la ville de Livourne, haut lieu de la prostitution dans l’intention d’accroître les fruits de leur commerce17. Étant arrivées à Toulon, attendant d’être embarquées pour Livourne, elles voulurent enrichir leurs bourses par quelques prestations qui leur valurent d’être arrêtées et mises en prison. L’auteur aixois ne manque pas de préciser que

« voyant venir la tempête, expertes à changer de masque, disent en prenant un air malheureux qu’elles étaient inspirées par Dieu et courraient villes et pays pour convertir les femmes débauchées et les remettre sur le bon chemin ; des personnes de bonne foi se laissèrent prendre et comme on manquait, dans la galère, d’une mère qui fût prudente, on les pria de s’arrêter en leur disant qu’en aucun autre lieu elles ne trouveraient, pour exercer leurs saintes œuvres, de plus pauvres aides que dans ce pays-là. »

7Elles promettent alors de s’installer là et

« pour donner du crédit à leur jeu, en un tournemain, les deux scélérates se font voir comme des saintes ; avec un air modeste et contrit, elles abusent tout leur public, s’habillent de pied en cap d’une longue robe de bure, avec un cordon pour ceinture pourvu de nœuds comme ceux du pain ; et pour mieux embellir leur personnalité, l’une se fait appeler sœur du calvaire, et l’autre sœur de la croix. Leurs gestes, leurs actions, leur voix, leur pas, leur démarche, leur apparence, endorment les gens de la côte et parviennent jusqu’au haut pays. »

  • 18 Regina C., « Brimer les corps, contraindre les âmes : l’institution du Refuge au XVIIIe siècle. L’ (...)

8Si Jean de Cabanes blâme ces femmes, il ne peut cependant, à demi-mots, s’empêcher de saluer leur inventivité et la résilience dont elles font preuve. De « putains », les voilà saintes et de dévergondées, en abbesses transformées ! Leurs simagrées et leur emphase sont telles que la réputation des deux femmes est connue jusqu’à Aix-en-Provence, où le procureur général Vergons, auquel le poète parlementaire voue une haine sans fin, décide de faire venir la Sœur de la Croix, afin qu’elle préside à la destinée des filles de mauvaise vie recluses dans le Refuge, où elles sont censées expier leurs fautes par le travail et la prière18. Ce Vergons, le pire des débauchés selon Jean de Cabanes, n’accéda à ses fonctions que par l’heureux décès de ses aînés, mais la ville ayant connaissance des vices dont il était l’auteur, il dut s’inventer une nouvelle respectabilité : « il crie, il hurle contre le vice, il dit qu’il veut purger pour toujours ce pays des mauvaises gens, qu’il veut faire de la Provence un temple de pure innocence […] », et, si on l’avait écouté « il aurait mis tout Aix en prison ». Vergons fait venir la Sœur de la Croix à Aix, et Jean de Cabanes de s’en indigner en s’exclamant « Ah ! Satan, malheur à qui tombe entre tes mains ! ». Dès son arrivée, la Sœur de la Croix

« s’arme d’une mine sévère, s’impose d’un ton brusque, gesticule avec son bâton, mais aussi quand elle est en ville, elle est honnête, prude, civile, les bigots et les bigotes sont charmés par ses moindres mots, on la comble d’honneurs, de louanges : le Seigneur a envoyé un ange […] pour gouverner ce couvent. »

  • 19 Le taureau d’airain ou taureau de Phalaris est un instrument de supplice. Phalaris fut un tyran d’ (...)

9Nouvellement établie, elle créa l’effervescence, toutes les femmes de la bonne société la suppliant même d’assurer l’éducation de leurs filles, les carmélites s’empressant de fêter chacune de ses visites. « À toutes elle se dévoue », quand certaines sont malades, « de la fièvre ou de la jaunisse, elle les soigne, elle les purge, elle les saigne ». Mais au sein du Refuge, le masque tombe et, « naturellement portée à toutes sortes de méchancetés, elle inventa un lieu de supplice bien pire que le taureau d’airain19. »

  • 20 La Sœur « leur fourra sa main, aussi profond qu’elle put, dans un endroit que je n’ose pas nommer, (...)
  • 21 Il s’agit de Madeleine de Bérulle, nommée abbesse de l’abbaye de Sainte-Claire, à Sisteron, le 15 (...)

10Commence alors le récit du génie pervers déployé pour torturer les filles et les femmes détenues au Refuge. La Sœur de la Croix fit appeler ce lieu de torture « le malaise ». Il s’agissait d’un trou dans le mur « garni de pointes de fer, de haut en bas et en travers, sauf à l’endroit destiné à poser les pieds ». À la moindre incartade, « cette maudite Méduse » faisait enfermer dans ce lieu de torture une victime de son choix : après lui avoir administrée « cent coups de fouet, elle lui rompt jambes, bras et cou », puis elle les « abandonne un temps dans ce théâtre en leur interdisant, néanmoins d’y faire leurs excréments ». Jean de Cabanes indique qu’une malheureuse eut un jour la faiblesse de ne point se retenir, incitant la Sœur à lui donner à manger ce qu’elle avait déféqué. Critiquant le règlement des Refuges qui proscrivaient toute proximité entre détenues, de crainte de susciter chez elles plus de subversion que de contrition, l’auteur ajoute qu’il est strictement interdit aux pénitentes de s’adresser la parole sans risquer d’être mises aux fers. Mais, parmi les tortures qu’elle se plaît à infliger, la Drouilla se délecte à manier les « fers chauds mieux que ne le ferait le bourreau sur la potence » ou à prélever « deux ou trois livres de sang, elle qualifie cela de jeu d’enfants ». Pour se divertir, « elle dit dans leur prison "demain saignée générale que chacune prépare son bras" ». La passion de la Sœur de la Croix pour les arts du potager s’explique par sa propension particulière à enterrer jusqu’au cou ses victimes qu’elle se complaît, ensuite, à arroser comme des « salades ». La surenchère de l’horreur ne s’arrête pas là, d’autant que Jean de Cabanes tient à préciser que « ce que je dis est la réalité », qu’elle fit périr trois jeunes filles en les suspendant par les aisselles au plafond20. Le poète aixois s’indigne que ces sévices aient duré pendant plus de treize ans en toute impunité. Le procureur Vergons se montre complaisant à l’égard de la Drouilla qui, pour son plus grand plaisir et celui d’autres parlementaires, organise des orgies au Refuge, au cours desquelles les pénitentes censées se repentir de leur prétendue lubricité sont en réalité prostituées. Ces mêmes hommes aiment se rendre auprès de la Sœur, devenue à ses heures médecin et proposant à ses amis souffrants des « bouillons, aliments, juleps, potions et lavements ». La Sœur de la Croix jouit, de plus, du soutien inconditionnel des bigots qui « font feu et flammes », « soulèvent la ville et la cour », « avec une extrême violence ». Si la Drouilla est perverse, elle ne semble pas manquer, néanmoins, de bon sens et tient le Refuge d’une main de maître, sachant en tirer profit et prestige. Elle est consciente que, pour avoir du succès auprès de la société aixoise, il faut parvenir à ce que tous parlent d’elle et de sa vertu. Ayant compris que les bigots n’étaient plus aussi bien vus qu’auparavant, elle trouva un stratagème pour auréoler à nouveau sa personne de la sainteté qu’elle n’avait pas. Elle apprit qu’une dénommée Claire Pons, retirée du monde et de ses turpitudes, « menait une vie angélique ». « Notre démon la vient tenter » et parvint à convaincre Claire Pons de gagner le Refuge, où ses prières et ses bonnes œuvres serviraient davantage que dans la solitude de la retraite où elle séjournait. Dès son arrivée, Claire ne put voir sans « horreur et sans peine prisons, tortures et chaînes, abominations, saletés, tourments, supplices, cruautés, mille barbaries inhumaines exercées sur des chrétiennes » et voulut alors s’enfuir de cette maison de l’enfer. Cependant, en fin stratège, la Sœur en décida autrement : la bonne réputation de Claire pouvant donner crédit à son récit, elle la séquestra et la jeta aux fers où elle reçut « cent coups de fouet ». Claire fut ainsi détenue sept longues années, son calvaire ne prenant fin qu’à la suite d’une visite mondaine au Refuge effectuée par la Dame de Senas et Madame de Bérulle, abbesse de Sisteron21. Passant près de la cellule de l’infortunée Claire Pons, ces dames de qualités demandèrent à la Drouilla qui était cette pauvre femme qui se plaignait ainsi. La Drouilla leur assura qu’elle « était coupable des crimes les plus scélérats qui peuvent être imaginés et que l’enfer avait créés. » Claire implora le secours de ces visiteuses providentielles, lesquelles exigèrent de la voir, se doutant qu’il y avait anguille sous roche, mais la Drouilla s’emporta et rétorqua : « De quoi vous mêlez-vous ? Vous me faîtes rire, à vouloir trouver à redire sur ce que je fais dans mon couvent, si vous êtes religieuse, on voit bien qu’il vous faut vous défroquer ! » À ces mots s’ajouta un violent soufflet administré aussi bien par la Sœur de la Croix que par « deux méchantes, qui étaient en sentinelle ». La Dame de Bérulle porta aussitôt plainte, mais en vain, car la Drouilla réussit à se retrancher derrière ses protecteurs parlementaires et reçut l’indispensable soutien du parti bigot, au sein duquel figuraient les Dames Lestang, Ricard et Pioulenc. La Dame de Bérulle est déboutée, Claire Pons jetée en prison, alors qu’elle considère ce nouvel enfermement comme le paradis en regard de l’enfer, dont la justice l’avait extraite. De ce triomphe, la Drouilla tira l’idée de se croire tout permis. À la mort de son protecteur Vergons, elle s’empresse ainsi de lui trouver un remplaçant dans la personne de Lebret, dont elle achète le soutien en lui rendant de grands services, comme celui de faire avorter les filles qu’il a mises enceintes.

11En 1703, au terme de quinze années d’activité, elle compte se retirer, fait l’acquisition de l’enclos de Peynier, situé au nord d’Aix, un achat qui donne lieu à un procès contre l’hôpital Saint-Jacques. Elle prétendait vouloir y ouvrir une école de jeunes filles, dont le règlement a été retrouvé, document ayant les aspects d’un véritable manifeste :

  • 22 A.D.B.D.R. Aix-en-Provence 29 HD E 22, Livres semainiers des recettes et des dépenses. Registre co (...)

« Année 1702, Au nom de la très sainte trinité
Cette communauté a été établie à l’instar des sœurs de la croix de la ville de Paris par la sœur Marie Thérèse de la Croix supérieure de la maison de notre dame du refuge de la ville d’Aix sous l’autorité et la permission de Monseigneur l’archevêque de la même ville suivant les lettres écrites de Paris les 22 juillet, 12 août, et 23 septembre 1702.
La fin de cet établissement et l’emploi des dites sœurs est de former les personnes de leur sexe à la piété, de donner moyen à celles qui la pratiquent de s’y maintenir, de préserver celles qui pourraient être en danger et relever celles qui sont tombées dans le péché.
En particulier on travaillera dans cette communauté à conserver les jeunes filles dans l’innocence et à les élever dans la piété, à instruire les nouvelles converties dans la foi. On y donnera retraite aux femmes de chambres et aux filles de services qui se trouveront sans condition, on y ferra les exercices de la retraite pour les dames et demoiselles : on y recevra les dames et demoiselles, veuves ou filles qui veulent vivre dans la retraite, les femmes et filles paralytiques, les plaideuses qui n’ont pas de logement ou qui y peuvent être en danger, les femmes et les filles qui sont exposées au danger et qui veulent l’éviter, celles qui veulent l’éviter, celles qui veulent réparer leur chute par une pénitence volontaire, les filles ou femmes non mariées qui se trouvent enceintes ; et on s’y chargera du soin et de la conduite des filles et femmes condamnées par les arrêts de la cour à être renfermée ; et on y travaillera aussi également à la destruction du péché, à l’établissement du bien et à la sanctification des âmes.
Pour l’établissement de cette communauté il a été fait acquisition d’un enclos de terres, vignes et jardin situé hors la porte notre dame près de l’hôpital St Jacques, ainsi qu’il est fait mention dans le contrat d’acquisition énoncé dans le présent registre au titre des acquisitions, donations, et dettes actives page 722. »

12Elle achète son enclos pour la somme de 15 000 francs, dont « 5000 comptant que messieurs de Gueidan et Sarraire » lui avaient prêtés. Aussitôt dans les murs, elle ouvrit un lupanar. Afin d’aménager son temple de débauche, elle dépouille le Refuge de tous ses meubles, dans l’intention de n’avoir rien à débourser, ce dont se plaignent, par ailleurs, les recteurs de l’établissement. Elle se qualifie désormais de sœur hospitalière et se retire « dans son Versailles où tous le jour elle fait bombance des aumônes amassées grâce à son langage raffiné ». Ayant quitté sa fonction d’abbesse du Refuge, elle continue pourtant à en percevoir les revenus, en faisant même valoir ses droits prétendument acquis par ordre de l’archevêque à gérer l’ensemble des hôpitaux d’Aix ! Les filles du Refuge demandèrent qu’une information soit instruite contre la Drouilla, ouvrant un nouveau procès. Accusée de « vol, meurtre, poison, abomination, sortilège, assassinats et sacrilège », elle parvient néanmoins à être sauvée grâce à ses nombreux soutiens, regagnant son enclos « l’air triomphant ». Une Parisienne de passage s’arrêta dans le « Versailles » de Drouilla, laquelle la détroussa de tous ses biens, donnant lieu à l’ouverture d’un autre procès. En 1707, alors que les troupes du duc de Savoie envahissaient la Provence, un bourgeois découvrit dans l’enclos de la Drouilla quatre ou cinq timbres pour battre de la fausse monnaie. Selon Jean de Cabanes, la Sœur de la Croix était réputée pour ses talents de graveurs et il ne faisait ainsi aucun doute qu’elle agissait de façon malhonnête, mais, une fois de plus, grâce à ses protecteurs, elle échappa à la sanction. Jean de Cabanes rapporte ainsi :

« Eh bien ! Que vous le croyiez ou non, il n’y a pourtant rien de plus vrai ! Et trente personnes de considération en fournissent l’entière assurance ; les grands vicaires, les curés s’en trouvent tellement ulcérés et des dépositions secrètes en rendent les preuves si parfaites qu’ils vont prier les gens du roi d’ouvrir une information sur de tels faits ; cette authentique ordure, de notoriété publique, la voilà, comme le veut le droit, emprisonnée une fois de plus. Elle fut arrêtée et condamnée à faire amende honorable avec flambeau à la main, à être fouettée jusqu’au sang, et à être bannie. »

  • 23 Sur la question de l’exécution publique, Bastien P., L’exécution publique à Paris au XVIIIe siècle (...)
  • 24 A.D. du Var, 3 E 6/207, Notaire Joseph Mourchon. Copie de l’acte passé devant notaire à Toulon, du (...)

13À tous les carrefours de la ville où elle est conduite, la foule excite le bourreau, afin qu’il l’a fouette sans que cette dernière ne daigne rien exprimer de sa douleur23. Une fois humiliée, elle fut bannie, clôturant le dossier sulfureux de la « putain » devenue abbesse, médecin, sorcière et sadique qui emporta avec elle les crimes et les vices commis. Elle disparut aussi vite qu’elle s’était inventée sainte. Qu’en fut-il, par ailleurs, de son acolyte, la Sœur du Calvaire à laquelle fut confiée la direction du refuge de Toulon ? La copie d’un acte notarié, très endommagé, passé à la demande de Magdeleine Ollivier qui séjourna au Refuge de Toulon, a été retrouvée après une longue investigation personnelle menée dans des archives maigres et non classées. Dans ce document, Magdeleine Ollivier demandait de pouvoir y passer le reste de ces jours, ce qui fut accordé par la mère supérieure Marie-Thérèse Moreau de Paquinerie, dite la Sœur du Calvaire24. Singulièrement, elle s’appelait Marie-Thérèse, comme sa grande amie la Sœur de la Croix. Un autre document découvert dans les registres de délibération de l’hôpital du Saint-Esprit de Toulon atteste que la Sœur de la Croix se rend en 1687 au Refuge de Toulon, au sujet d’une des pénitentes. Une telle histoire, aussi passionnante soit-elle, invite à une lecture de ce qui est caché.

  • 25 Boyer d’Argens J.-B. (de), Thérèse philosophe ou Mémoire pour servir à l’histoire du père Dirrag e (...)
  • 26 Abbé du Prat, Vénus dans le cloître, ou la Religieuse en chemise, Herblay, Éditions de l’Idée libr (...)
  • 27 Sade D. A. F. (de), Justine ou les Infortunes de la vertu, Paris – Londres – New York – Sambel, Éd (...)
  • 28 Rosset F. (de), Les histoires mémorables et tragiques de ce temps, où sont contenues les morts fun (...)
  • 29 Ronzeaud P., « Du mauvais genre à la subversion des genres : l’Autre femme au XVIIe siècle », La f (...)
  • 30 Olivier J., Alphabet de l’imperfection et malice des femmes, Rouen, Chez la veuve de R. Daré, 1658
  • 31 Au moment de son arrestation le 15 septembre 1440, il n’est pas accusé d’avoir violé, torturé et a (...)

14Poser la question de la créativité perverse, revient à rechercher l’existence d’une autre forme de créativité, rendant perceptible l’existence d’autres systèmes de valeurs et, partant, la nécessité de définir plus amplement l’acte créatif en tant que tel. Ce récit du génie pervers mis en vers par le poète parlementaire aixois se situe au croisement de plusieurs discours : celui de l’informatif, de l’argumentatif et du narratif. Tous les personnages évoqués dans la satire ont réellement existé et il a été possible de prouver, au-delà de l’existence de la Sœur de la Croix, une adéquation entre la fiction et la réalité, dont la marge d’appréciation mérite d’être considérée, dans l’hypothèse où la Sœur de la Croix a réellement servi de prête-nom à l’imagination de l’auteur aixois. D’un point de vue littéraire, la religieuse perverse fait partie des topoi du champ littéraire européen au Siècle des Lumières : elle apparaît aussi bien chez Vivant-Denon, Boyer d’Argens25, l’abbé du Prat26 que chez Sade27. Cependant, déjà au xviie siècle, l’image de la religieuse perverse tient une large place dans l’œuvre de François de Rosset28. La religieuse retranchée dans son couvent, dont les mortifications de l’âme et du corps sont incompréhensibles pour le plus grand nombre, nourrit les fantasmes, soulève des interrogations tout comme la crainte et la méfiance. Cette féminité contrainte éveille des rêveries inavouables suscitées par le secret des couvents. Si l’idée de tenir ce récit pour une narration du réel – qui prouverait ainsi l’existence effective de la Sœur de la Croix –, est pertinente, il s’avère que, au-delà des mots de haine et des amplitudes hyperboliques déployées pour qualifier cette femme et ses méfaits, le discours de Jean de Cabanes peut être lu comme une projection de tous les travers et vices prêtés aux femmes de mauvaise vie, ainsi qu’aux femmes en général, si ténue est la limite fixée sous l’Ancien Régime entre la putain et l’honnête femme29. L’image de la femme démon fait alors jour et la mise en vers de cette monstruosité prend une dimension cathartique30. La cruauté de la Sœur n’est pas sans évoquer la comtesse hongroise, la sanglante Elisabeth Báthory qui, à l’instar de la Sœur de la Croix, aurait torturé et saigné des milliers de jeunes filles. Elle renvoie aussi à une version féminine du célèbre Gilles de Rais qui mourut en 144031. La Sœur de la Croix constitue le lien entre la femme « fiction » et la femme inapprivoisée qui, dans un cas comme dans l’autre, suscitent à la fois méfiance et crainte. Finalement, la question de l’existence, réelle ou supposée, d’une telle femme passe au second plan et aboutit à la question de la liberté féminine qui, en définitive, demeure centrale. Si la satire est aussi virulente, c’est aussi parce qu’elle verbalise une autonomie des femmes qui tend à s’affirmer à la fin du xviie siècle et au xviiie siècle. L’idée d’une nature féminine encline à la douceur et, partant, à la faiblesse est une pure absurdité. Jean de Cabanes semble, en réalité, dénoncer non pas la possibilité pour une femme d’agir comme un homme, mais la libre expression de la féminité, versant émotionnel symétrique de la masculinité, qui s’affirme par l’exercice de la violence, plaçant du coup les femmes sur une position d’égalité avec les hommes. L’œuvre de Jean de Cabanes préexiste à l’œuvre sadienne qu’elle a peut-être inspirée. Cependant, on sait que la source première d’inspiration du Marquis était celle de ses propres expériences sexuelles. Il faut donc supposer que la verbalisation par l’écriture d’une féminité extrémisée par la violence, sortie de sa condition par la satire, n’est rien d’autre qu’une vision réaliste, dont les traits sont grossis par ce genre littéraire qui autorise l’expression de tous les excès. Le génie pervers féminin ici mis en scène n’est qu’une facette du génie féminin en tant que tel, qui ne serait être réifié aux seuls aspects positifs arbitrairement investis dans une nature féminine à la fois apparente et rassurante. Au contraire, seule la nature féminine, excessive et irrationnelle, est censée expliquer, voire justifier, la cruauté et la violence de la Sœur de la Croix, et non sa capacité naturelle à exercer la violence. C’est parce qu’elle est perfide – et femme –, cruelle, débauchée, qu’elle est violente. Une telle idée se retrouve à l’origine même de l’institution du Refuge, volontairement, exclusivement réservée et consacrée aux femmes, jugées trop faibles pour être envoyées sur les galères royales, mais retenues assez fortes pour endurer une vie d’ascèse et de piété. Pourtant, le terme galère désigne à la fois le refuge et les navires royaux, mettant sur un même plan la finalité répressive de ces institutions au sein desquelles les formes de violences divergent et partagent la même finalité : brimer les âmes et contraindre les corps.

15Il convient de dissocier l’union inconsciente faite habituellement entre créativité et positivité, et d’admettre comme postulat la neutralité de la créativité. La Sœur de la Croix est un symbole de créativité, dénoncée par Jean de Cabanes – parce que celle-ci est tenue pour incompatible avec l’image de la femme voulue par société –, et la réalité de la femme en tant qu’être, au lieu de la simple projection idéale et idéelle des valeurs, dont la société l’investit. Un tel hiatus entre femme rêvée et femme vécue rend acerbe le portrait livré par Jean de Cabanes dans sa satire. L’auteur aixois ne comprend pas ou, au contraire, ne comprend que trop bien la distance étiologique existant entre fiction et réalité au point d’oublier la féminité, telle qu’elle est dans sa réalité.

Notes

1 Sous la direction de Martine Lapied, professeur émérite à l’Université de Provence.

2 Regina C., « Entre oubli et renaissance. Destinée d’un poète parlementaire aixois, Jean de Cabanes », Provence Historique, Les traces mémorielles en Provence. Permanences, effacements, réactivations, Marseille Fédération Historique de Provence, 2010.

3 Deux copies manuscrites du texte de la Satiro contro la sœur de la Croix de Jean de Cabanes sont conservées, l’une à la BNF, à Paris (cotes 12508 et 12513, p. 854-952), l’autre à la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence, laquelle s’intitule « Leis/ Pouesiés prouvençalos/ de/ Moussu de Cabano/Gentillome de la villo/DAix », cote MS 162 (624), p. 486-540.

4 Le Parlement de Provence, 1501-1790, Actes du colloque d’Aix-en-Provence 2001, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2002.

5 Bougerel J., Projet d’une histoire des hommes illustres de Provence, Aix, 1718.

6 Augustin Pontier, membre de l’Académie d’Aix, fit publier, en 1830, L’histourien sincere sus la guerro doou duc de Savoyo en prouvenço, en 1707, Poème provençal inédit de Jean de Cabanes, Écuyer d’Aix, Précédé d’une notice sur ce poète et sur ses divers ouvrages, Aix-en-Provence, 1830.

7 Regina C., « Entre oubli et renaissance. Destinée d’un poète parlementaire aixois, Jean de Cabanes », Provence Historique, Les traces mémorielles en Provence. Permanences, effacements, réactivations, Marseille Fédération Historique de Provence, 2010.

8 J’ai publié avec la coparticipation de Philippe Gardy, chercheur au CNRS LAHIC de Bordeaux, un ouvrage intitulé Lucifer au couvent. La femme criminelle et l’institution du Refuge au siècle des Lumières, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2009. Voir également Gardy P., Un conteur provençal au XVIIIe siècle : Jean de Cabanes, suivi de vingt contes, Aix-en-Provence, 1982 ; Id., L’Écriture occitane aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles : origine et développement d’un théâtre occitan à Aix-en-Provence, 1580-1730, l’œuvre de Jean de Cabanes, Lille, Atelier national reproduction des thèses, Univeristé de Lille 3 ; Béziers, Centre international de documentation occitane, 1985 ; Id., Jean de Cabanes, Contes en vers prouvençaus, Pau, Letras d’Òc, 2010.

9 Roux-Alphéran F., Les rues d’Aix ou recherches historiques sur l’ancienne capitale de Provence, Aix-en-Provence, 1846-1848, 2 t., article « rue des champs ».

10 A.D.B.D.R. Aix-en-Provence, 20 HD E 352, 1703-1704.

11 A.D.B.D.R. Aix-en-Provence, 29 HD E 22, 1671-1791.

12 Voir Bailbe J., « Le thème de la vieille femme dans la poésie satirique du XVIe siècle », B.H.R., t. XXVI, 1964, p. 98-119, ainsi que Debailly P., « L’effacement des genres dans la satire classique en vers au XVIe siècle et au XVIIe siècle », L’Effacement des genres dans les lettres et les arts, Valenciennes, Presses universitaires, 1994, p. 45-57 ; Desan P., « Usage et définition de la satire au XVIe siècle », Irony and Satire in French Literature, French Literature series, vol. XIV, North Carolina University Press, 1987, p. 1-11 ; Duval S., Martinez M., La satire : littératures française et anglaise, Paris, A. Colin, 2000 ; Fleuret F., Perceau L., Les Satires françaises du XVIIe siècle, Paris, Garnier, 1923, 2 vol. ; Jeanneret M., Eros rebelle, littérature et dissidence à l’âge classique, Paris, Seuil, 2003.

13 Dareau F., Traité des injures dans l’ordre judiciaire, ouvrage qui renferme particulièrement la jurisprudence du Petit Criminel, Paris, 1775.

14 Benabou E.-M., La prostitution et la police des mœurs au XVIIIe siècle, Paris, Perrin, 1987.

15 Jousse D., Traité de la justice criminelle de France, Paris, 1771, 4 vol.

16 Carte réalisée par Christophe Regina.

17 Trexler R. C., « La prostitution florentine au XVe siècle », Annales, 6 (1981), p. 983-1015. Voir aussi Turno M., Il malo esempio : donne costumate e prostituzione nella Firenze dell’Ottocento, Florence, Giunti, 2003.

18 Regina C., « Brimer les corps, contraindre les âmes : l’institution du Refuge au XVIIIe siècle. L’exemple d’Aix-en-Provence, 1700-1787 », GENRE & HISTOIRE, no 1, automne 2007. Consultable en ligne : http://genrehistoire.fr/document.php?id=97&format=print.

19 Le taureau d’airain ou taureau de Phalaris est un instrument de supplice. Phalaris fut un tyran d’Agrigente, en Sicile, qui fit rôtir ses opposants à l’intérieur d’un taureau d’airain.

20 La Sœur « leur fourra sa main, aussi profond qu’elle put, dans un endroit que je n’ose pas nommer, et elle leur fit souffrir le martyre aussi cruel qu’incroyable, elle leur arrache tripes, boyaux, les éventre pour les vider comme une poule que l’on voudrait mettre dans la marmite. »

21 Il s’agit de Madeleine de Bérulle, nommée abbesse de l’abbaye de Sainte-Claire, à Sisteron, le 15 août 1688. Cette abbaye fut fondée au XIIIe siècle par Gérarde de Sabran sur la demande d’Alasie de Mevolhon et supprimée en 1750. Madeleine de Bérulle est morte le 7 mars 1710, ce qui nous permet de confirmer la chronologie des événements narrés dans la satire, c’est-à-dire de l’extrême fin du XVIIe au début du XVIIIe siècle. Voir Feraud J.-J.-M. (abbé), Histoire, géographie et statistique du département des Basses-Alpes, Marseille, éd. Lafitte, reprints, 1861, p. 256.

22 A.D.B.D.R. Aix-en-Provence 29 HD E 22, Livres semainiers des recettes et des dépenses. Registre concernant l’origine, l’établissement et l’état de la communauté des sœurs hospitalières sous le titre des sœurs de la Croix établies en la ville d’Aix hors la porte de notre Dame, 1702.

23 Sur la question de l’exécution publique, Bastien P., L’exécution publique à Paris au XVIIIe siècle : une histoire des rituels judiciaires, Seyssel, Champ Vallon, 2006.

24 A.D. du Var, 3 E 6/207, Notaire Joseph Mourchon. Copie de l’acte passé devant notaire à Toulon, du 29 août 1710.

25 Boyer d’Argens J.-B. (de), Thérèse philosophe ou Mémoire pour servir à l’histoire du père Dirrag et de mademoiselle Éradice, présentation, notes, chronologie et bibliographie par Lotterie F., Paris, Flammarion, 2006.

26 Abbé du Prat, Vénus dans le cloître, ou la Religieuse en chemise, Herblay, Éditions de l’Idée libre, 1952.

27 Sade D. A. F. (de), Justine ou les Infortunes de la vertu, Paris – Londres – New York – Sambel, Éditions Bel Air « collection Vénus », 1969.

28 Rosset F. (de), Les histoires mémorables et tragiques de ce temps, où sont contenues les morts funestes et lamentables de plusieurs personnes, arrivées par leurs ambitions, amours desreiglées, sortilèges, vols, rapines et par autres accidens divers, Paris, P. Chevalier, 1619.

29 Ronzeaud P., « Du mauvais genre à la subversion des genres : l’Autre femme au XVIIe siècle », La femme au XVIIe siècle : actes du colloque de Vancouver, University of British Columbia, 5-7 octobre 2000, Tübingen, G. Narr Verlagen, 2002, p. 33-52.

30 Olivier J., Alphabet de l’imperfection et malice des femmes, Rouen, Chez la veuve de R. Daré, 1658.

31 Au moment de son arrestation le 15 septembre 1440, il n’est pas accusé d’avoir violé, torturé et assassiné 140 enfants, mais d’être entré armé dans une église et d’avoir, pendant l’office, violenté un homme lige du duc de Bretagne. Ce n’est que le 8 octobre suivant que les véritables chefs d’accusation furent révélés devant le tribunal de l’Inquisition : sodomie, sorcellerie et meurtre.

Table des illustrations

Légende Carte du périple de la Sœur de la Croix, de La Flèche à Aix-en-Provence16
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16464/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k

Auteur

Christophe Regina est ATER en histoire moderne à l'Université de Provence (Aix-Marseille I) et membre du laboratoire Telemme (MMSH). Il prépare une thèse consacrée aux expressions de la conflictualité féminine à Marseille au Siècle des Lumières.

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search