Version classiqueVersion mobile

Georges Friedmann

 | 
Pierre Grémion
, 
Françoise Piotet

Ouverture

Pierre Grémion et Françoise Piotet

Texte intégral

  • 1 Outre l’École normale supérieure qui nous a accordé l’hospitalité, nous voudrions adresser nos rem (...)

1Le présent ouvrage est issu d’un colloque qui s’est tenu à l’École normale supérieure le 7 juin 2002 à l’occasion du centenaire de la naissance de Georges Friedmann1.

  • 2 Georges Friedmann, Le Travail en miettes, Gallimard, 1956. En 1964, le livre passe au format de po (...)

2Des années 1920 aux années 1970 Georges Friedmann a incarné une certaine traversée intellectuelle et morale du xxe siècle. Toutefois, cette trajectoire est mal connue ou oubliée. Pour le grand public, le nom de Friedmann est associé à un titre, Le Travail en miettes. Le livre, qui paraît en 1956, est aussi celui des livres de Friedmann qui est le plus traduit à l’étranger – pas moins de huit traductions2. On sait encore que c’est un grand bourgeois en rupture de bourgeoisie : d’où sa proximité avec le communisme dans l’avant-guerre et l’immédiat après-guerre. Pour les jeunes générations d’enseignants ou de chercheurs, Friedmann est aujourd’hui rejeté dans le monde des mandarins d’autrefois quand il n’est pas, plus prosaïquement, ignoré.

  • 3 L’ouvrage reprend toutes les communications présentées le 7 juin 2002 auxquelles a été ajoutée une (...)

3C’est dans ce contexte qu’il nous a paru intéressant de réouvrir le dossier Friedmann à l’occasion du centenaire de sa naissance (il est né à Paris le 13 mai 1902) en réunissant deux générations : la génération qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, s’est retrouvée autour de Georges Friedmann pour participer au renouveau de la sociologie en France et la génération suivante, n’ayant pas connu Friedmann directement, et de ce fait plus libre pour ré-interroger l’œuvre. La réussite de cette entreprise nous a décidé à mettre en chantier ce livre à partir des communications présentées au colloque3.

4L’ordre des interventions suit chronologiquement la trajectoire de Georges Friedmann depuis l’aventure de la Revue marxiste jusqu’à La Puissance et la Sagesse, qui constitue en quelque sorte son testament spirituel, en passant par les voyages en URSS, la guerre, la Résistance, le rapport entre philosophie et sociologie, la sociologie industrielle et l’interrogation sur l’État d’Israël et la société israélienne au début de la décennie 1960. Les premières communications qui restituent le déroulement de cette trajectoire ont un caractère historique plus marqué grâce à l’ouverture d’archives publiques et privées. Ainsi, l’ouverture des archives soviétiques permet-elle pour la première fois de mettre en perspective les voyages de Georges Friedmann en URSS dans les années 1930. La communication de documents inédits par le professeur Liliane Boccon-Gibod, la fille de Georges Friedmann, a permis de retracer de manière fine l’itinéraire de Friedmann pendant la guerre.

5Après la restitution de ce parcours intellectuel viennent les témoignages d’Edgar Morin, Jean-René Tréanton, Henri Mendras, Jean-Daniel Reynaud et Alain Touraine, qui tous se sont retrouvés autour de Georges Friedmann dans la France d’après-guerre. L’évocation des relations singulières nouées par chacun d’eux, au sein d’un effort collectif, apporte un contrepoint précieux aux analyses précédentes.

6La variété des approches, des témoignages, des mises en perspectives, permettra ainsi au lecteur, nous l’espérons, de rendre Georges Friedmann plus présent en lui donnant le goût de revenir à l’œuvre.

  • 4 Il fallait également compter avec la disparition des témoins. C’est ainsi que David Riesman que no (...)
  • 5 Une nouvelle civilisation ? Hommage à Georges Friedmann, Gallimard, 1973. Il vaut la peine de rapp (...)

7Il était bien entendu impossible d’être exhaustif et deux limites de cet ouvrage doivent être soulignées. La première est l’absence de toute dimension internationale. Nous avons dû nous y résigner pour des raisons pratiques d’organisation : retrouver des témoins et les inviter à Paris représentaient une charge trop lourde dans le cadre du dispositif prévu4. La seconde dimension est moins une limite qu’une incitation à entreprendre des travaux complémentaires suggérés par la dynamique du colloque lui-même. Les cinq témoins de l’ancienne génération avaient tous contribué au livre d’hommage à Georges Friedmann, intitulé Une nouvelle civilisation ?, publié voici trente ans très exactement5. Au début de la décennie 1970, ils circonscrivaient ainsi les itinéraires les ayant conduit à la sociologie au lendemain de la guerre :

Nous avons pour la plupart rencontré Georges Friedmann hors des cadres et des normes académiques, au moment de la seconde naissance de la sociologie française. L’école durkheimienne s’était tarie durant l’entre-deux-guerres, et, après la Seconde Guerre, il y avait comme un no man’s land sociologique […].
C’est au sein du CNRS que devait s’opérer une seconde naissance. Après que le Centre d’Études sociologiques fut créé, il prit son essor avec Georges Friedmann. Qui venait à la sociologie alors ? D’une part des hommes et des femmes qui avaient vécu profondément une expérience sociale, et qui, devenus dissidents, déviants, heimatlos, cherchaient désormais à élucider leur propre expérience et à transformer leur prise de conscience en science. D’autre part, les jeunes gens qui, au terme de leurs études soit en philosophie, soit en histoire, soit en sciences politiques ou en droit, sentaient la nécessité de dépasser leur propre formation et désiraient approcher de façon plus directe et plus centrale les problèmes sociaux de notre époque.

8Une nouvelle civilisation ? est à peu près contemporaine de La Puissance et la Sagesse qui clôt l’œuvre de Georges Friedmann. L’un et l’autre livre paraissent après les ruptures politiques, intellectuelles et institutionnelles qui suivent l’année 1968 et l’un comme l’autre renvoient au monde d’avant cette coupure désormais historique. Entre l’hommage d’hier et le témoignage d’aujourd’hui se dessine nettement ce qui reste à accomplir : retracer le mouvement du développement de la sociologie entre 1945 et 1968 et la part qu’y prennent, indissolublement, Georges Friedmann et les jeunes gens qu’il réunit autour de lui. Pareille restitution relève d’un minutieux travail d’historien enchaînant sur l’acquis dégagé par le colloque. Nous ne pouvons que souhaiter que le présent volume puisse servir de déclencheur pour la mise en chantier d’un tel projet.

9Lors du colloque, Jean-René Tréanton a souhaité qu’un centre d’archives Georges Friedmann voie bientôt le jour. Espérons, là encore, que la manifestation du 2 juin soit la chiquenaude qui permette de donner corps à cette proposition. Nous serons heureux de verser à ce fonds l’enregistrement intégral des débats du colloque qui n’ont pas été repris dans le livre tiré de cette manifestation.

Notes

1 Outre l’École normale supérieure qui nous a accordé l’hospitalité, nous voudrions adresser nos remerciements à l’université Paris I et au CNRS qui ont rendu possible financièrement cette initiative. Nos remerciements vont ensuite à Sylvia Moreno (laboratoire Georges Friedmann) qui a pris en charge les tâches d’organisation de la manifestation. L’université Paris I a une nouvelle fois fait preuve de générosité en aidant à la publication de cet ouvrage.

2 Georges Friedmann, Le Travail en miettes, Gallimard, 1956. En 1964, le livre passe au format de poche (Gallimard, coll. « Folio »).

3 L’ouvrage reprend toutes les communications présentées le 7 juin 2002 auxquelles a été ajoutée une communication sur le Traité de sociologie du travail qui nous a semblé nécessaire à l’équilibre du volume.

4 Il fallait également compter avec la disparition des témoins. C’est ainsi que David Riesman que nous avions, un temps, envisagé d’inviter à Paris, est mort à New York quelques semaines avant l‘ouverture du colloque. Quoiqu’un peu plus jeune que Friedmann les deux hommes pouvaient être considérés comme de la même génération. Ils avaient surtout en commun une même attitude humaniste à l’égard de la sociologie et entretenaient d’étroites relations.

5 Une nouvelle civilisation ? Hommage à Georges Friedmann, Gallimard, 1973. Il vaut la peine de rappeler la nature des contributions de nos cinq témoins : Alain Touraine, « L’historicité », Edgar Morin, « L’écologie de la civilisation technicienne », Jean-Daniel Reynaud, « Tout le pouvoir au peuple – ou de la polyarchie à la pleistocratie », Jean-René Tréanton, « Labeurs et incertitudes d’une ethnogenèse », Henri Mendras, « Le paysan, la ménagère et le technocrate ».

Auteurs

Professeur des universités à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne. Directrice du laboratoire Georges Friedmann (Paris I -CNRS)

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search