Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence

 | 
Lucien Faggion
, 
Christophe Régina

Partie II. Violences au féminin

Un procès pour infanticide dans la juridiction de Boulay-Moselle en 1606

Antoine Follain et Rosine Hochuli

Texte intégral

  • 1 Diedler J.-C., Démons et sorcières en Lorraine. Le bien et le mal dans les communautés rurales de  (...)
  • 2 Cf. nos deux colloques « Les Justices de village. Administration et justice locales du XVe siècle (...)
  • 3 Follain A., Le Village sous l’Ancien régime, Paris, Fayard, 2008.
  • 4 Sur l’histoire et historiographie de la criminalité, voir Cornu L., Follain A., « Guide bibliograp (...)

1Les procès lorrains du xvie et du début du xviie siècle sont conservés dans le fonds du domaine ducal des Archives départementales à Nancy. Chaque année, le receveur de chacune des composantes du duché de Lorraine devait présenter un registre de comptes et une liasse de preuves. Les procès anciens ont été gardés à cause de ce caractère financier, chacun faisant preuve pour les dépenses et justifiant les recettes qui provenaient de la vente aux enchères des biens saisis. C’est ainsi que les toutes dernières lignes du document édité infra prévoient que les « biens [seront] déclairés acquis à qui appartiendra ; les despens de justice raisonnables prins au préalable sur iceux » (f° 7v°-8r°). Des milliers de procès jugés dans les plus « subalternes » des juridictions ont ainsi été conservés au dépôt central du duché de Lorraine, parmi quelques dix mille cotes d’archives financières, alors que presque partout ailleurs, de tels procès ont été perdus. Une cote sur deux consiste en un registre des comptes annuels et une sur deux consiste en un dossier de quittances, devis, etc., y compris un à dix procès comme celui que nous éditons aujourd’hui. Des historiens ont exploité ce gisement pour des travaux sur la sorcellerie1. Mais c’est toute la vie sociale, et ce sont tous les faits de mentalité, qui ressortent des procès criminels, dont nous avons entrepris l’exploitation. Il s’agit, pour nous et nos étudiants, de passer des thèmes de l’Administration et justice locales…2 et du Village sous l’Ancien régime…3 à une histoire des Villageois entre lesquels toutes les formes d’opposition et de violence ont une signification sociale4.

Le crime d’infanticide

  • 5 Decrusy, Isambert et alii, Recueil des anciennes lois françaises…, t. 13, p. 471-473. Cet édit n’e (...)
  • 6 R. Muchembled a compté qu’une femme sur cinq accusées devant le parlement de Paris l’est pour infa (...)
  • 7 Master dirigé par A. Follain.
  • 8 Première année de master.
  • 9 La transcription est donc de Pauline Courtois, Jean-Claude Diedler, Antoine Follain, Rosine Hochul (...)

2Dans le royaume, la répression du crime d’infanticide a été uniformisée par un édit d’Henri II en février 1556 « contre le recelé de grossesse et d’accouchement5. » Le crime est à coup sûr « énorme » et le criminel susceptible de la peine capitale. La justice est d’autant plus dure qu’elle n’a pas de meilleure occasion pour jouer son rôle de protectrice des plus faibles ; ce que recoupe la formule employée par la mère qui qualifie l’enfant tué par elle de « pouvre innocent », dont elle-même avait la « garde » (f° 2). La gravité de l’infanticide ne fait donc pas problème. Les historiens posent d’autres questions comme le pourquoi de l’infanticide et aussi : comment ? Combien ? Qui ? Mais les historiens ne peuvent disposer d’aucune statistique sur la fréquence de l’acte, car seule la répression est mesurable. De la formule employée dans l’édit de 1556 contre un « crime […] frequent en nostre royaume », on a pensé conclure qu’il y en avait beaucoup ce qui n’est pas satisfaisant sur le plan scientifique6. La Lorraine ducale n’est pas du royaume, mais de l’empire, même si elle s’en éloigne de plus en plus, et, par ses différences, elle offre à l’historien des opportunités intéressantes. Le procès que nous éditons a été tiré du corpus du master entrepris en 2008 par Rosine Hochuli sur les procès pour infanticide7. La transcription et mise en forme a été réalisée en séminaire de paléographie moderne8, et notre travail a été relu et validé par notre ami Jean-Claude Diedler qui est in fine notre expert ès procès lorrains9. Pour la présente publication, notre ambition se limite à éditer ce seul document et le présenter dans sa singularité en soumettant à nos lecteurs plusieurs pistes de réflexion. Nous en avons d’autres. À l’heure actuelle, nous n’avons pas de statistique concernant la fréquence de ce crime parmi toute la criminalité lorraine, mais nous pensons qu’en raison de la quasi-impossibilité pour une femme de cacher son état, de la réprobation du corps social et de la dureté avec laquelle l’infanticide est poursuivi dans le duché de Lorraine, peu de femmes ont pu échapper à la rumeur et « à justice ». Les registres des receveurs pourraient donc nous permettre d’établir une statistique judiciaire assez proche du fait lui-même.

3Dans le royaume, la question de droit est ainsi formulée :

« De quoy [les mères] estant prevenues et accusees par devant nos juges, s’excusent, disans avoir eu honte de declarer leur vice, et que leurs enfans sont sortis de leurs ventres morts, et sans aucune apparence ou esperance de vie ; tellement que par faute d’autre preuve les gens tenans tant nos cours de parlement qu’autres nos juges, voulans proceder au jugement des proces criminels faits à l’encontre de telles femmes, sont tombez et entrez en diverses opinions ; les uns concluans au supplice de mort, les autres à question extraordinaire, à fin de sçavoir et entendre par leur bouche si à la verité le fruict issu de leur ventre estoit mort ou vif ; apres laquelle question enduree pour n’avoir aucune chose voulu confesser, leur sont les prisons le plus souvent ouvertes […]. »

4La solution apportée en 1556 est d’imposer une déclaration obligatoire :

« toute femme qui se trouvera deuement atteinte et convaincue d’avoir celé, couvert et occulté, tant sa grossesse que son enfantement, sans avoir declaré l’un ou l’autre, et avoir prins de l’un ou l’autre tesmoignage suffisant, mesme de la vie ou mort de son enfant lors de l’issue de son ventre […]. »

  • 10 Dans son livre sur la Justice criminelle des duchés de Lorraine et de Bar… (1848), Charles-Emmanue (...)

5Faute de quoi « soit telle femme tenue et reputee d’avoir homicidé son enfant ; et pour reparation punie de mort […]. » Le principe consiste donc à imposer une déclaration de grossesse, attestant des bonnes intentions de la future mère à l’égard de l’enfant. Il y a, par contre, une présomption d’infanticide si un enfant qui n’a pas été déclaré meurt à la naissance, la mère étant dès lors réputée avoir tué son « fruit ». L’application même de la peine capitale inscrit ce crime dans un parcours judiciaire complet, avec appel jusqu’à un parlement ; et, en tout cas, une montée des Justices de village… jusqu’aux tribunaux royaux de bailliage et sénéchaussée. Or, à ce texte de 1556, il n’y a pas d’équivalent en Lorraine avant un édit du 7 septembre 1711, par lequel le duc Léopold introduit des dispositions comparables à celles qui ont été établies depuis un siècle et demi dans le royaume. Comme souvent, on a pris ce texte pour une mesure d’aggravation, alors qu’il a plutôt une signification contraire. Désormais, il incombera à la justice lorraine de fournir ses preuves et, notamment, de trouver et de produire le corps du bébé10. L’ancienne pratique judiciaire n’était pas autant embarrassée.

Un exemple de la procédure en Lorraine

6Nous n’avons pas tiré de notre corpus, par exemple, le procès de cette femme mariée qui tue son deuxième enfant, âgé de trois mois, et qui le fait d’un coup de couteau, exprès devant des membres de sa belle-famille. Nous avons choisi un procès plus court et apparemment simple : celui d’une jeune fille séduite qui se débarrasse d’un enfant non désiré. Nos lecteurs verront ce que l’on peut en tirer…

  • 11 Tout changera à partir des années 1660 et de la reconstruction de la Lorraine dévastée par la guer (...)

7L’« étiquette » du procès porte « Boullay domaine […] Liasse des acquictz servans au compte d’Adam Morbach capitaine et officier de Boullay rendu pour l’année finie au dernier du jour de décembre mil six cent et six […]. » Il s’agissait de l’une des places fortes orientales de la Lorraine ducale, entre Moselle et Sarre. Elle sera l’un des enjeux du conflit des années 1630 entre Louis XIII et le duc Charles IV. Ces places fortes sont placées sous l’autorité d’un capitaine qui exerce des pouvoirs de toute sorte. Il est, entre autres, responsable de la haute justice ducale. La division des attributions que l’on observe depuis longtemps dans le royaume de France, entre des officiers militaires, de judicature, de finance et de fiscalité, n’a donc pas encore gagné la Lorraine ducale, dont certains archaïsmes sont très avantageux pour la recherche historique11.

  • 12 Harau L., Les affaires de sorcellerie de la prévôté d’Arches, mémoire de master (dir. A. Follain), (...)

8Les actes d’un procès sont en général écrits en continuité sur les mêmes feuillets. Dans la prévôté d’Arches par exemple, les frais de justice inscrits sur les registres de compte attestent que « le procès » (une seule pièce, donc) était porté du lieu de justice villageois, où s’était déplacé le prévôt d’Arches, jusqu’au siège du bailliage de Vosges à Mirecourt, où le procureur inscrivait ses « requises », et de là à Nancy, où les échevins du tribunal du Change inscrivaient leur « avis », avant que le document ne revienne à son point de départ pour la continuation de la procédure12.

  • 13 Les autres procès de notre corpus sont beaucoup plus longs car ils comprennent une telle informati (...)

9Le procès de la jeune Mengette, accusée d’infanticide, est composé d’abord du procès-verbal de l’examen corporel et du premier interrogatoire, qui ont été effectués les 20 et 21 septembre 1606. Dans un procès lorrain complet, la justice procède d’abord à une « information » secrète consistant à faire venir, un par un, des déposants et à faire écrire leurs dires par le « clerc-juré » (ou ici le « tabellion et notaire »). Il n’est pas besoin qu’une plainte soit déposée, parce que l’action judiciaire peut commencer au village par une initiative des « jugeants » ou venir d’un officier comme le capitaine de Boulay, l’un ou les autres ayant été informés d’une rumeur ou d’un mauvais « bruit publicq ». On hésite à parler de témoins et de témoignages, car beaucoup des déposants n’ont rien vu et ne savent pas nécessairement ce qui est reproché à leur voisin(e). Ils dénoncent donc un comportement général, des manquements, une parenté indigne ou quoi que ce soit qui leur fait conclure qu’un(e) tel(le) n’est pas un homme ou une femme « de bien ». Les déposants répondent aussi à des questions sur les faits qui ont déterminé l’action judiciaire. La personne menacée n’a pas encore été emprisonnée (sauf si l’on craint sa fuite) et elle sera plus tard sommée à comparaître, interrogée, puis confrontée au « récolement » des témoins dont les dépositions sont lues, sans rien pouvoir y changer. La justice cherche à établir la preuve des faits criminels, puis à obtenir l’aveu du prévenu13.

  • 14 Le mot est impropre, mais le tabellion a sans doute été influencé par l’allemand « frisch » (fraîc (...)

10Dans le procès de Mengette, la phase préliminaire d’information secrète n’a pas été nécessaire, car une enquête matérielle a été menée par la sage-femme du village, accompagnée selon l’habitude de quelques matrones servant de témoins. La rumeur préalable est parfaitement résumée dans la formule « [elle] estoit soupçonnée d’ung commun bruict d’avoir esté enceinte et qu’elle estoit accouchée mais q[ue] l’on ne sçavoit où estoit devenu l’enfant » (f° 1r°). De plus, Mengette ne s’est pas rendue à l’église le dimanche, après avoir accouché dans la nuit (f° 4v°). Ce mauvais « bruit » a déterminé le maire, officier de village et agent seigneurial, à rendre compte au capitaine qui lui a commandé de faire examiner Mengette. Or une femme qui vient d’enfanter ne peut rien espérer de bon d’un tel examen. En outre, l’accusée reconnaît la plupart des faits dès le premier interrogatoire. Mengette avoue aussi où se trouve le corps « en l’estable des vaches ; et leur monstré la place où ils l’ont trouvé et déterré tout freche14. » Lorsque l’on a pris l’habitude de lire ces procès mot à mot, en pensant que chacun a été choisi à bon escient, on se demande si le fait de mentionner que le corps n’est pas du tout décomposé est ou non signifiant. Or le détail peut avoir son importance, car un enfant non baptisé ne peut connaître de rachat. Dans l’imaginaire de ces gens, le fait que le corps mis en terre ne se soit pas décomposé peut donc être ressenti comme une anomalie qui peut confirmer cette croyance. Une putréfaction rapide aurait garanti que l’âme avait été agréée par la divinité. L’état du corps regardé comme trop « frais » est alors interprété comme une preuve qu’une chose n’est pas comme il faudrait qu’elle soit... Nos lecteurs ont déjà compris que tout ira contre la prévenue, que tout le procès sera conduit à charge et que le destin de Mengette a été scellé sitôt la rumeur lancée et l’examen corporel effectué. La dénonciation de Mengette, puis l’interprétation en sa défaveur de tout détail, montrent aussi l’unanimité du corps social face à ce crime.

  • 15 Rappelons le beau titre de la thèse de Maryse Simon : Brûler sa voisine… (2003). La thèse a été éd (...)
  • 16 Guinkirchen, Moselle, ar. Boulay-Moselle, c. de Boulay-Moselle.

11L’interrogatoire est effectué le lendemain (21 septembre) « par et en présence » du capitaine et des « gens de justice » du village et seigneurie, qui sont au nombre de trois habitants15. La fois suivante, on retrouvera le capitaine et les « maire et gens de justice de Guenckirchen16, sçavoir Philippe Baur maire, George Cléhans, Mathieu Mengler et Symon du Puy, tous trois eschevins ». L’issue du procès ne faisant aucun doute, la sincérité de Mengette lors du premier interrogatoire semble être presque totale : « Interrogée si elle sçavoit bien pourquoy elle estoit detenue prisonniere en ce lieu. A dict qu’ouy […] » (f° 2r°) ; « si […] l’enfant […] esté vif ou mort. A dite […] qu’elle sentoit bien et sçait bien qu’il vivoit » (f° 4r°). Mengette reconnaît tous les faits et son état de criminelle, acceptant ainsi sa prochaine exécution. Mais comme nous le verrons, la spontanéité et la sincérité de ses aveux cachent une intention que nous pensons avoir identifiée et qui, pour elle, est le seul véritable enjeu de son procès, puisque pour elle-même il n’y a aucune autre issue que la mort.

12Le troisième temps du procès est l’avis des échevins de Nancy, qui est rendu le 25 septembre. La procédure lorraine ignore l’appel, y compris lorsqu’une sentence de mort peut être prononcée. Mengette n’aura donc qu’un seul procès, entièrement fait devant une Justice de village, mais dont les étapes sont suivies par l’autorité supérieure. Les échevins du tribunal du Change à Nancy rendent donc un premier « avis » sur les résultats de l’interrogatoire et ils permettent aux jugeants de poursuivre, en autorisant que soit appliquée la question à la prévenue. L’acte suivant est le procès-verbal du second interrogatoire sous la torture, auquel on a procédé dès le lendemain, 26 septembre. Des réponses sont obtenues par ce moyen, infligé, semble-t-il, sans avoir eu besoin d’user de trop de rigueur : « Et après qu’elle fut mis bas de la torture, a esté interrogée si s’estoit donc la pure vérité », puisque les aveux doivent être répétés librement, une fois le prévenu tiré des tourments (f° 7r°).

13Après quoi intervient un second avis des échevins le 29 septembre. Ce document ne porte pas les quelques lignes d’un procès-verbal de l’exécution, mais il serait illusoire d’imaginer une fin heureuse. Si l’on reporte le délai entre le premier avis du Change (le 25) et l’application de la question (le 26), on peut imaginer que la sentence implicite des jugeants et le second avis du Change (le 29) ont induit une exécution de la Mengette dès le 30 septembre. Tous les procès lorrains sont terminés avec une extrême rapidité.

Les enjeux d’un tel procès

14Du 20 au 29 septembre, les enjeux du procès n’ont jamais été la vie ou la mort de la mère infanticide, qu’il faut regarder comme condamnée sitôt qu’elle a été « soupçonnée d’ung commun bruict » ou disons à l’instant où les matrones « ont trouvés à ses poitrines qu’elle avoit du laict » (f° 1r°).

  • 17 Cf. le procès d’Anthoine Petermann pour meurtre « po[ur] servir d’exemple et terreur aux meschans  (...)

15Le premier enjeu est situé sur le plan judiciaire. Un tel procès est instruit pour savoir les faits, construire la « preuve suffisante » et pour dire ensuite les choses à la communauté des habitants : « pour répara[ti]on de quoy y a matière la condamner […] à la veue du peuple […] » (f° 7v°)17. Le premier interrogatoire a laissé des questions pendantes, qui impliquaient seule Mengette ou qui en impliquaient d’autres. Si elle a accouché seule : « Interrogée s’il n’y avoit personne auprès d’elle, lors qu’elle accoucha » (f° 3v°). Si l’enfant était mortné ou s’il a été tué par elle. Si la chose a été préméditée : « Interrogée si elle a heu envye de tuer et destruire son enfant et si elle l’at fait de vollonté » (f° 4v°). Cette question est d’ailleurs posée dans exactement les mêmes termes, lors de l’interrogatoire sous la question (f° 6v°). Si, enfin, quelqu’un est responsable de quoi que ce soit avec elle. La recherche d’éventuels complices est toujours présente dans les procès où la question est appliquée. Les jugeants ont pu s’estimer satisfaits, lorsqu’ils ont obtenu l’aveu « q[ue] vollontairement elle l’at destruit et q[ue] son intention estoit de ce faire » (f° 6v°) et, aussi, l’affirmation que « personne […] luy avoit donné le conseil de destruire son fruict et de l’enterrer » (f° 7r°). Notons que la prévenue a juré qu’elle soutiendrait jusqu’à la mort ce qu’elle a affirmé, d’abord sous la torture, puis librement. C’est une formule habituelle et nécessaire, car paradoxalement les aveux obtenus dans les tourments n’ont pas de valeur judiciaire. Mais les aveux ayant été répétés librement, et Mengette ayant « persisté », la procédure est « parfaite » dès ce moment sur le plan judiciaire.

16Le procès de Mengette est aussi révélateur de faits sociaux et de mentalités, qui touchent notamment au mariage, à la reproduction sociale et à l’histoire des femmes. Une première piste conduit à se demander si la rumeur qui a été lancée exprès contre Mengette et le recours dès lors inévitable au judiciaire, n’ont pas été un moyen pour se débarrasser d’une jeune fille aussi encombrante que l’était son « fruit ». Par rapport à d’autres situations, il est, en effet, étonnant que l’on fasse si peu de cas du père, qui est le jeune Jacob, fils de Hans Strass. Les réponses de Mengette révèlent assez de choses pour nous éclairer sur leur relation : employée chez des « maistres », Mengette est de condition modeste, alors que Jacob est fils « du fut vieulx maire ». Le fils du maître et la jeune employée ont « eu affaire » ensemble (f° 2v°). Cet amour conduirait à une mésalliance. Il semble bien, aussi, avoir été un amour unique : « avoit bonne cognoissance avec elle et ilz avoient heu affaire ensemble, pendant qu’elle servoit chez Hans Strass. » Nulle part il n’est question d’une conduite « impudique » et d’un autre partenaire. Plus tard, lorsque Mengette est retournée chez son père, Jacob Strass s’est introduit plusieurs fois dans la maison d’autrui « nuitament et entré par la fenestre en la chambre où elle couchoit chez son père. » Or, de cette effraction, il ne sera plus rien dit, alors qu’un tel acte est propre à susciter une opposition de tout le corps social. Force est de se demander si, en d’autres circonstances et concernant quelqu’un d’autre, Jacob Strass n’aurait pas été inquiété. Cet amour a malheureusement été prolifique : « A dict qu’ouy, avoir esté enceinte de Jacob. » Enfin, cet amour a été déçu par une alliance matrimoniale des Strass avec une autre famille, qui ne regardait pas les jeunes, car elle a été décidée par leurs parents : « depuis six sepmaines ençà qu’il s’est marié, il ne seroit plus venu » (f° 3r°). Or, de ces faits rapportés lors du premier interrogatoire, qui impliquaient Jacob Strass, il ne sera plus question lors du second. Ajoutons qu’en plus de la sage-femme (Elgerl Catharine), l’une des trois femmes qui examine la jeune Mengette est « Marye vefve de feu Hans Strass cy devant nommé. » On sait aussi que Hans, le père, était du milieu social d’où sont tirés les maires de village. Une autre matrone est la femme d’un autre ancien maire (« Marye femme de mayeur Philippe ») et, la troisième, est Engel du Puy qui pourrait être la femme de l’un des trois jugeants, Symon du Puy. La procédure a été initiée par le maire en place qui a répondu plutôt vite à la rumeur publique. Cette piste conduit à envisager une espèce de complot des principales familles de Guinkirchen pour faire disparaître une jeune femme encombrante.

  • 18 Ce qui est possible avec une primipare et les vêtements de l’époque, qui ne sont pas au plus près (...)

17Pourtant, au début du xviie siècle, une telle situation aurait pu avoir une autre issue. Rien n’empêchait Marie et Jacob Strass de reconnaître et de recueillir l’enfant sans la mère. Une compensation financière pour aider Mengette à l’élever aurait aussi été une issue possible. Ajoutons cependant qu’à la question « s’il ne luy a rien donné ou promis », la réponse de Mangette est : « A dit q[ue] non, ne luy avoir rien donné ni promis » (f° 3r°). C’est donc Mengette ellemême qui s’est mal conduite, qui a refusé son état de mère et qui a tué l’enfant. Son choix de tout cacher, plutôt que prévoir après la naissance qu’elle irait présenter un enfant aux Strass, s’explique sans doute par la crainte de son père (cf. infra). Peut-être pensait-elle avoir assez dissimulé sa grossesse pour faire disparaître toute trace après l’accouchement18. Or la rumeur courait déjà avant : « sa mère luy a bien dit qu’elle avoit entendue d’autres personnes qu’elle debvoit estre enceinte » (f ° 3r°). Soit elle n’avait pas réussi à dissimuler son état. Soit Jacob avait parlé à sa propre mère de l’état de Mengette. Il reste que, finalement, les Strass, les autres dominants de Guinkirchen et tout le corps social n’ont fait que punir son crime, comme aurait été puni n’importe quel autre infanticide.

  • 19 Il n’est nulle part question d’un autre enfant, ni fils, ni fille.
  • 20 Les noms étant peu fixés à cette époque dans la région, la provenance géographique ou la professio (...)
  • 21 Il y a notamment de l’embauche dans la guerre de Quatre-Vingts ans (1581-1609) entre l’Espagne et (...)

18Par-dessus tout, nous pensons que le véritable enjeu du procès, pour Mengette, n’est pas son propre sort, mais celui de sa mère. C’est, d’abord, la suspicion des gens de justice qui a ouvert pour nous cette piste. Car cette suspicion ne se porte pas vraiment, ou seulement, sur la culpabilité de la jeune femme, ce dont personne ne doute. Mais par leurs questions, les jugeants essaient surtout de savoir si la mère n’a pas prêté main-forte à sa fille. Les parents ne sont d’abord pas dissociés. Les jugeants veulent savoir « si ses père et mère ne s’ont apperceus qu’elle estoit enceinte » ou bien si l’un ou l’autre n’a pas été complice de l’infanticide. Par la suite, les jugeants ne portent plus aucun intérêt judiciaire à Barthel Le Masson. De lui, on sait qu’il a tenu à peu près son rôle de chef de famille, en faisant craindre à Mengette les conséquences de sa débauche sur leur honneur. On voit, surtout, qu’il fait peur à sa fille qui « craindoit trop [sa] collère et fascherie » (ce qu’elle répète trois fois : f° 3r°, 4v°, 6v°). Soupçonneux, le père a déclaré le samedi à sa fille incommodée : « Si tu me faict honte, je m’en iray si loing de vous q[ue] personne ne sçaura à parler de moy ! ». La menace est étonnante, puisque le père ne parle pas de chasser sa fille de la maison. Sa menace est d’abandonner les deux femmes (f° 3v°)19. Peu de choses, peut-être, le retiennent : on suppose que les Le Masson ont peu de biens. Comme on le verra, l’état de son épouse doit l’insupporter ; peut-être pense-t-il trouver aisément de l’embauche ailleurs20 ou, peut-être, Barthel a-t-il dans l’idée de se faire soldat21.

19Quant à la mère, nous savons par Mengette qu’elle est « une pouvre vielle femme caducque », impotente de corps, et peut-être faible d’esprit. Le retour de Mengette à la maison, à l’âge de 23 ans et après s’être absentée plusieurs années, est sans doute lié à l’état de la mère, chez qui Mengette est donc « demeuré jusques à p[rese]nt » (f° 2r°). Lors du second interrogatoire, Mengette ajoute seulement, après avoir confessé qu’elle projetait de s’en aller de chez son père, une fois remise de son accouchement (si son crime n’avait pas été connu), que cet éloignement aurait été « non pas toutesfois pour tout à fait quicter sa pouvre mere », à laquelle « elle luy heut encor fait du bien de tout son possible » (f° 6v°). Cette précision confirme que la mère ne peut vivre seule.

20Il nous semble donc que Mengette a voulu par ses dépositions obtenir deux effets au cours de son procès. Elle a, d’abord, voulu éloigner de sa mère les soupçons des jugeants et, ensuite, ôter à son père un prétexte pour abandonner une épouse « caducque ». C’est pourquoi, lors du premier interrogatoire, Mengette reconnaît seulement que sa mère a entendu des rumeurs et bavardages qui lui ont fait questionner sa fille. Mais elle éloigne sa mère de toute responsabilité en déclarant qu’« elle ne luy a rien voulu confesser » (f° 3r°). Interrogée sur le jour avant l’accouchement, lorsqu’elle était incommodée, Mengette ne peut dire que sa mère ne l’a pas « visitée », mais « toutes les fois elle l’at contanté de parolles » (f° 3v°). Dans la nuit, lorsqu’elle a enfanté, Mengette dit n’avoir eu « personne auprès d’elle » et, silencieuse et sans lumière, elle affirme n’avoir attiré l’attention de personne (f° 4r°). Ayant caché seule le cadavre « deans la paille du lict […] jusques le lundy suivant », elle dit encore avoir caché son état à sa mère « venue auprès d’elle » pour lui demander si elle viendrait à la messe. Mengette aurait répondu « qu’ouy », mais sa mère « pouvre vielle femme […] qui ne pensoit à au[tr]e cho[se] seroit allée [seule] en l’église » (f° 4v°). L’absence de la mère aurait alors permis à Mougette de se débarrasser seule du corps, en l’enterrant dans l’étable. Ainsi Mengette a tout avoué, tout en prenant assez de précautions pour disculper sa mère. Il ne devait échapper à personne que les deux femmes étaient soudées et c’est, sans doute, l’attachement de l’accusée à sa mère qui a motivé l’emploi de la torture, pour s’assurer que la mère n’avait pas été complice de la fille. Tourmentée, Mengette répète ses assertions précédentes et confesse seulement en plus « qu’ouy q[ue] vollontairement elle at destruit [son fruit] et q[ue] son intention estoit de ce faire » (f° 6v°). Judiciairement, cela ne fait pas de différence. En tout cas, elle n’a rien dit de plus qui aurait pu faire du tort à sa mère.

  • 22 Mengette est en effet le diminutif de Demengette, c’est-à-dire petite Dominique. Le prénom est ort (...)
  • 23 Choisi exprès pour sa brièveté (cf. note 11) ce procès a l’inconvénient de correspondre au topos d (...)
  • 24 « Haut » fait en tout référence au pouvoir ducal, depuis la « haute justice » jusqu’aux « hauts ch (...)

21Ainsi, partis du procès d’une jeune femme infanticide, qui représente déjà en soi une contribution à l’histoire judiciaire et à l’histoire de la criminalité, nous avons aussi trouvé de quoi contribuer à l’histoire des relations sociales et des mentalités au village ; et nous avons, en plus, mis au jour deux situations féminines qui représentent une contribution à l’histoire du genre. La première situation est, bien sûr, celle de la petite Demengette22 exécutée à 23 ans pour avoir cédé à un fils de maître, parti en épouser une autre et considéré aucunement responsable de ce qui est advenu23. L’autre situation est celle d’une épouse, dépendante en tout de son mari et menacée d’être abandonnée par lui. Les deux femmes, ensemble, témoignent aussi d’un amour entre une fille et sa mère ; de même que quantité d’autres procès témoignent des sentiments et mentalités des rustres qui n’ont laissé d’autre trace de leur existence que les éléments conservés dans des procès. Retenons également que les dominants de Guinkirchen nous ont peut-être donné l’exemple d’une manipulation de la justice ducale pour atteindre leur objectif véritable, qui était d’effacer une mésalliance. Il importe certes à l’État lorrain embryonnaire de manifester qui est le « haut justicier24 ». Mais, assurément, les justiciables lorrains ne sont pas seulement des sujets dominés par une justice qui leur tombe dessus par en haut. Ils sont eux-mêmes des acteurs judiciaires, y compris la jeune Mengette, qui a manifesté durant le court temps de son procès, une conscience suffisamment claire du système judiciaire, pour avouer seulement ce qu’elle voulait bien et obtenir certains effets dans l’intérêt de sa mère et contre les intentions de son père. Admettons, enfin, que les « jugeants » de Guinkirchen et les échevins du Change à Nancy ont peut-être été émus du sort qu’ils allaient faire à Mengette, car ils ont accordé une sorte de grâce à la prévenue en la condamnant seulement à « estre pendue et estranglée ». Une grâce, oui, car selon les usages germanophones et francophones, la peine coutumière était en effet, soit être brûlée vive, soit être ensevelie vivante, et nous avons relevé dans d’autres procès quelques particularités abominables.

Procès de Mengette fille de Barthel Le Masson du 20 au 30 septembre 1606 [Source : Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, b 3623]

Procès-verbal de l’examen et du 1er interrogatoire, datés des 20 et 21 septembre 1606

  • 25 Guinkirchen, Moselle, ar. Boulay-Moselle, c. de Boulay-Moselle.
  • 26 L’identité des filles (et fils) est celle du père, de même que l’identité de épouses est celle du (...)
  • 27 Sic. La région est germanophone et il s’agit d’une orthographe fautive du titre « maire ».
  • 28 Allusion à d’autres examens corporels qu’il ne sied pas de détailler. La pudeur est extrême dans l (...)

22[f° 1r°] Le vingtième jour du moys de septembre mil six cens et six, honnorable homme Adam Morbach capitaine de Boulay, estant adverti par Ph[i]l[ipp]e Baur, pour le p[rése]nt. maire de Guenckirchen25 office dud[it] Boulay, q[ue] Mangète fille de Barthel Le Masson26 dud[it] Guenckirchen estoit soupçonnée d’ung commun bruict d’avoir esté enceinte et qu’elle estoit accouchée mais q [ue] l’on ne sçavoit où estoit devenu l’enfant ; sur quoy led[it] sieur capitaine auroit commandé et donné charge aud[it] mère27 de commectre quelques femmes du village pour visiter lad[it] e fille, si elle a esté enceinte et si elle avoit enfanté ; à quoy satisfaisant led[it] maire auroit commis la sage femme, accompaignée de quelques autres femmes dud[it] village ; lesquelles (comme le maire a relaté) sont transportées auprès lad[it]e Mangete et joinct au[tr]es visita[ti]ons28, ont trouvés à ses poitrines qu’elle avoit du laict et qu’autrement ne pouvoit estre qu’il n’i heut ung enfant né ; auroient admonnesté lad[it]e fille de leur en dire la vérité ; laquelle, après avoir fait [f° 1v°] quelques negations, auroit en fin confessé qu’ouy ; qu’elle estoit accouchée d’ung enfant mais qu’il estoit mort et qu’elle l’avoit enterré en l’estable des vaches ; et leur monstré la place où ils l’ont trouvé et déterré tout frèche ; surquoy auroit led[it] maire mit lad[it]e fille en arrest de sa personne et aussi tost en adverti led[it] sieur capitaine ; lequel auroit ordonné d’ammenner icelle es prisons en ce lieu de Boulay ; ce q[ue] fut effectué les jour et an q[ue] dessus.

  • 29 Sans contrainte physique.

23Le lendemain 21e jour de septembre 1606, lad[it] e Mangète prévenue seroit esté examinée à l’amiable29 en ce lieu de Boulay par et en p [résen] ce dud[it] sieur capitaine et gens de justice dud[it] Guenckirchen, sçavoir George Cléhans, Mathis Menler et Symon du Puy ; le tout fidellement rédigé en escrit par le tabellion ez bailliage de Nancy, Vosges et Allemaigne, et notair impérial soubsigné, commit po[ur] greffier en ceste part ; et a lad[it]e prévenue respondue sur tous les interrogatz com[me] s’ensuit.

24[f° 2r°] Premièrement interrogée com[me] elle s’appelloit.

25A dite s’appeller Mangète.

  • 30 Germanisme.

26Interrogée de quelle aage elle estoit30.

27A dite avoir l’aage de vingt trois ans ou environ.

28Interrogée si Barthel le Masson de Guenckirchen et Anno sa femme estoient ses propres père et mère.

29A dit qu’ouy.

30Interrogée si depuis sa jeunesse elle avoit tousiours esté chez ses père et mère.

  • 31 Roupeldange, Moselle, ar. et c. Boulay-Moselle.

31A respondu q[ue] non ; avoir servit m[aist]res quelques années et entre au[tr]e trois ans aud[it] Guenckirchen ; sçavoir un an auprès de Hamantgen dud[it] lieu et les deux autres auprès du fut vieulx maire qui s’appelloit Hans Strass ; et q[ue] l’an dernier passé elle avoit servie à Rouppeldange31 d’où elle seroit revenue chez son père à Noel dernier passé ; et y demeuré jusques à p[rese]nt.

32Interrogée si elle sçavoit bien pourquoy elle estoit détenue prisonnière en ce lieu.

33A dict qu’ouy, qu’elle pensoit bien q[ue] s’estoit [f° 2v°] parce qu’elle n’avoit pas mieulx gardé le pouvre innocent.

34Interrogée ce qu’estoit donc ce innocent.

35A dict qu’elle entendoit l’enfant qu’elle a heu.

36Interrogée si donc elle avoit esté enceincte et de qui.

37A dict qu’ouy, avoir esté enceinte de Jacob, filz du devant dit Hans Stras.

38Interrogée combien de temps il y a qu’il a heu affaire avec elle.

39A dict avoir heu affaire avec elle ung peu après Noël dernier passé ; ne sçait à la vérité combien de jours ce fust après.

40Interrogée si auparavant il avoit heu cognoissance avec elle, et comment il serait venu auprès d’elle.

41A dicte qu’ouy, qu’il avoit bonne cognoissance avec elle et qu’ilz avoient desjà heu affaire ensemble, pendant qu’elle servoit chez Hans Strass père dud[it] Jacob ; mais q[ue] ceste fois ici il estoit venu nuitament et entré par la fenestre en la chambre où elle couchoit chez son père.

42Interrogée s’il l’est encor venu trouver d’au[tr] es fois en ce mesme lieu.

43[f° 3r°] A dict qu’ouy, l’avoir encore esté trouver jusques à trois ou quatre fois mais q[ue] depuis six sepmaines ençà qu’il s’est marié, il ne seroit plus venu.

44Interrogée s’il ne luy a rien donné ou promis.

45A dit q[ue] non, ne luy avoir rien donné ni promis.

46Interrogée si d’autre fois elle n’a plus esté enceincte de luy.

  • 32 Allusion probable à une éventuelle fausse-couche.

47A dict q[ue] non, n’avoir rien apperçeu32.

48Interrogée si elle n’a point usé de quelque recepte qu’elle ne devienne enceinte.

49A dit q[ue] non.

50Interrogée si ses père et mère ne s’ont apperceus qu’elle estoit enceinte, et s’ilz ne l’en ont chastié.

51A dict q[ue] sa mère luy a bien dit qu’elle avoit entendue d’autres personnes qu’elle debvoit estre enceinte ; mais qu’elle ne luy a rien voulu confesser, parce qu’elle craindoit trop le courroux de son père.

52Interrogée combien de temps il y a qu’elle est accouchée.

53[f° 3v°] A dite qu’il y avoit samedi passé huit jours.

54Interrogée où elle estoit quant le mal d’enfenter la printe.

  • 33 Scier : couper à la faucille.
  • 34 Le tabellion germanophone est sans doute influencé par l’allemand où toutes les consonnes se prono (...)
  • 35 Dans nos éditions de sources lorraines, nous faisons valoir les séquences parlées rapportées dans (...)

55A dite q[ue] le susd[it] samedi devant midi elle estoit au champs avec son père cieller33 des pois, où le mal la printe tellement qu’elle fut contrainte retourner à la maison ; dont le père la suiva ung espace de chemin et lui dit : Si tu me faict honte, je m’en iray si loing de vous q[ue] personne ne sçaura à parler de moy ! Sur quoy elle auroit respondue : Je ne vous feray point de honte ! Avec ce s’en alla en la maison de sond[it] père en sa chambre accoustumée ; et se mit au lict où elle demeura jusques dedans la nuite34 et ainsy accoucha nuitament sur le lict35.

56Interrogée si donc sa mère ne la venoit visiter parmi le jour.

57A dite qu’ouy qu'elle est venue la visiter mais q[ue] toutes les fois elle l’at contanté de parolles parce qu’elle ne pensoit q[ue] cela adviendroit.

  • 36 Appeler en criant.

58Interrogée s’il n’y avoit personne auprès d’elle, lors qu’elle accoucha et si elle n’a récrié36 gens pour l’assister.

59[f° 4r°] A dit q[ue] non, n’avoir heu personne auprès d’elle, et qu’elle n’a aussi appellé ni récrié personne ; pense bien q[ue] ses père et mère estoient endormis.

60Interrogée si elle n’avoit point de lumière auprès d’elle.

61A dit que non.

  • 37 Si elle n’avait pas vu si l’enfant était vivant ou mort.

62Interrogée si elle n’a donc point veu l’enfant, qu’il soit esté vif ou mort37.

63A dite ne l’avoir veu mais qu’elle sentoit bien et sçait bien qu’il vivoit.

64Interrogée où elle l’a mis ou ce qu’elle en a fait.

  • 38 À côté.
  • 39 Pour : « déjà ».

65A dit l’avoir mis à costiere38 auprès d’elle et y mis une paire de chause dessus ; et comme après elle l’at volu regarder qu’il estoit jà39 mort ; à lors elle l’auroit mis deans la paille du lict et l’y laissé jusques le lundy suivant.

66Interrogée si donc le diemange sa mère ne seroit venue auprès d’elle.

  • 40 Caduc : « Vieux, cassé, qui a desjà perdu de ses forces, & qui en perd tous les jours davantage. I (...)

67A dit qu’ouy q[ue] le diemange au matin sa mère seroit venue auprès d’elle et l’a demandée si elle ne se voulloit [f° 4v°] lever pour aller en l’église ; à quoy elle auroit respondue qu’ouy qu’elle se voulloit lever ; sur ce sa mère, comme une pouvre vielle femme caducque40 qui ne pensoit à au[tr]e cho[se] (ainsi qu’elle dit), seroit allée en l’église ; puis après elle se seroit levée et s’assis auprès du feu ; mais qu’elle n’auroit découvri ni dit à personne qu’elle estoit accouchée.

68Interrogée pourquoy elle ne l’avoit découvert et dit à sa mère.

69A dit qu’elle craindoit trop la collère et fascherie de sont père et mesme qu’elle vouloit éviter la honte ; mais qu’au contraire elle estoit entrée bien avant.

70Interrogée si l’enfant estoit filz ou fille.

71A dite ne l’avoir regardé et qu’elle n’en sçavoit rien.

72Interrogée si elle a heu envye de tuer l’enfant et si elle l’a fait de vollonté.

73A dit que non.

74[f° 5r°] Interrogée si quelque personne luy a conseillé de le tuer ou cacher secrètement.

75A dit q[ue] non, q[ue] personne ne luy a conseillé.

76Interrogée où elle a donc mis cest enfant mort.

77A respondue l’avoir enterrée en leur estable des vaches le lundi au matin.

78Interrogée pourquoy elle l’a enterré en l’estable.

79A dite ne sçavoir pourquoy ni comment cela luy soit venu en vollonté.

80Interrogée comment il fut devulgué q[ue] l’enfant estoit enterré en ung tel lieu.

81A dite q[ue] l’on avoit commis quelques fe[mm]es pour la visiter ; lesquelles ont demandées à voire ses poitrines ; ce qu’elle auroit fait et comme elles y trouvarent du laict, ont voulu sçavoir où estoit l’enfant ; surquoy elle les auroit tout aussi tost mennées en l’estable des vaches et les monstré la place où elle l’avoit miz ; aussi tost ilz l’ont déterré mais qu’elle ne sçavoit ce q[ue] l’on en a faict.

82Interrogée qui estoient les femmes q[ui] sont estés auprès d’elle.

83[f° 5v°] A respondu avoir estés Elgerl Catharine la sage femme, Marye femme de mayeur Ph[i]l[ipp]e, Marye vefve de feu Hans Strass cy devant nommé, Catherine femme de Mathieu Menler eschevin, et Engel du Puy.

84Ces interrogatz, responces et confessions vollontaires ainsi faictes, l’on a laissé la prévenue ez prisons susd[ites] jusques à autre ordonnance ; faict à Boulay les jour et an q [ue] dessus ; ainsy signé H. Wolff Hanelq[uin]

85Translaté d’allemant en françois et trouvé concordant en substance à son original par le tabellion et notaire soubscript.

86[Une signature :] H. Wolff Hanelq[uin]

1er avis des maître échevins et échevins de Nancy le 25 septembre 1606

87Les m[aistr]e eschevin et eschevins de Nancy qui ont veu les p[rése]ntz interrogatz, faictz à Mengeotte fille de Barthel Le Masson prévenue d’avoir destruict son fruict, ses responses à iceux contenants ses confessions et dénégations ; dient q[u’il] y a matiere de condamner lad[it]e Mengeotte d’estre applicquée à la question et au destroict d’icelle l’interroger bien particulierement sur les charges portées contre elle par son procès ; pour, ses [f° 6r°] responses rédigées en escript, y estre sur ce ordonné ce qu’à justice apertiendra ; faict à Nancy le XXV septembre 1606.

88[Trois signatures :] Bourgeois, Guichard, Debernecourt.

Procès-verbal de la question le 26 septembre 1606

  • 41 L’estrapade et ses variantes sont un type de supplice surtout pratiqué dans les régions germanopho (...)

89Honnorable homme Adam Morbach capitaine de Boulay, Estienne Toch contrerolleur dud[it] lieu, les maire et gens de justice de Guenckirchen, sçavoir Ph[i]l[ipp]e Baur maire, George Cléhans, Mathieu Mengler et Symon du Puy, tous trois eschevins, par advis de messieurs les m[aistr]e eschevin et eschevins de Nancy cy de dessus escrit, ont derechief interrogée Mengette fille de Barthel Le Masson dud[ict] Guenckirchen sur les charges portées contre elle par son procès cy dessus, par elle dényées ; et icelle persistante à ses denega[ti]ons, ont fait venir Lienart m[aist]re des haultes œuvres au bailliages d’Allemaigne ; lequel, par ordonnance et en p[rése]nce des dessus nommés, a despouillé lad[it]e Mengette depuis la teste jusques à la cinture, sans toutesfois luy hoster la chemise ; luy lya les mains par [f° 6v°] derrier sur le dos et ainsy l’applicqua par les mains à ses instrumentz de torture et la tira hault environ ung demy pied de terre41 ; estant ainsi au destroict de lad[it]e question, ilz l’ont interrogé pourquoy elle n’avoit decouvert et dit à sa mère, ou à quelque au[tr]e personne qu’elle estoit enceinte.

90A respondue qu’elle n’avoit au[tr] e cau[s] e, sinon qu’elle craindoit trop fort la fascherie et collère de son père.

91Interrogée si elle a heu envye de tuer et destruire son enfant et si elle l’at fait de vollonté.

  • 42 Cette précision confirme que la mère ne peut vivre seule.

92Surquoy après avoir respondue par négations trois à quatre fois, a en fin confessé qu'ouy q[ue] vollontairement elle l’at destruit et q[ue] son intention estoit de ce faire ; et q[ue] puis après elle s’en vouloit aller, non pas toutesfois pour tout à fait quicter sa pouvre mere42 mais qu'elle luy heut encor fait du bien de tout son possible.

93Interrogée comment et par qu’elle moyen elle l’at destruict.

  • 43 Tablier.

94A dit qu’estante sur son lict nuictament sans aucune clairté, en travaille d’enfenter, elle auroit prin l’enfant par ung bras et le tiré d’elle ; et puis après l’a poussé avec son pied droit jusques contre ung couffre qu’estoit devant son lict ; duquel coup elle renda mort led[ict] enfant ; puis après elle le print et l’envelloppa deans son devantier43 et le mis au [f° 7r°] pied de son lict ; où il demeura jusques le lundy au matin qu’elle l’enterra en l’estable des vaches co[mm]e cy devant déclairés.

95Interrogée pourquoy elle l’avoit enterré en l’estable des vaches.

96A respondue qu'elle n’avoit point d’au[tr]e place plus commode pour l’enterrer secrètement.

97Interrogée qui luy avoit donné le conseil de destruire son fruict et de l’enterrer.

98A respondue q[ue] personne en ce monde luy avoit donné conseil, sinon sa mauvaise vollonté ; dont elle prie Dieu luy pardonner.

99Interrogée si elle en a encor destruict au[tr]e fois, ou usé de quelque recepte ou brevage po[ur] les destruire.

100A dit q[ue] non q[ue] jamais de sa vie elle n’a esté enceinte q[ue] ceste fois ici et qu'elle n’at usé d’aucune recepte ni brevage.

101Et après qu’elle fut mis bas de la torture, a esté interrogée si s’estoit donc la pure vérité ce qu’elle vient à déclairer et si elle le voulloit bien maintenir par son serment.

  • 44 À la fois la sentence de mort et la punition divine.

102A respondue qu’ouy, q[ue] s’estoit la pure vérité et qu’elle le vouloit bien maintenir par son serment et en souffrir la mort44.

103[f° 7v°] Interrogée pourquoy elle ne l’at confessée avant d’avoir esté applicquée à la question.

  • 45 « hontir [s], avoir honte, répugner » cf. le Dictionnaire… de Godefroy. La langue employée au xvii(...)

104A dite qu’elle se hontia45 de dire tel mauvais act et qu’il n’i avoit au[tr]e cau[s]e.

105Surquoy elle fut remis ez prisons jusques à ce q[ue] le tout soit communicqué à ceulx qu’il appartiendra ; faict à Boulay le vingtsixie[me] de septembre mil six cens et six.

106[Une signature :] H. Wolff Hanelq[uin].

2e avis des maître échevins et échevins de Nancy le 29 septembre 1606

  • 46 « Encis » : violence ou meurtre commis sur une femme enceinte, ayant entraîné la mort de l’enfant, (...)
  • 47 Il y a des situations plus nettes. Par exemple, dans le procès d’Anthoine Petermann (cité supra), (...)

107Les m [aist] re eschevin et eschevins de Nancy ayants veu le procès verbal de la question donnée à la y dénommée Mengeotte depuys leur advis du vingt cinquiesme du p[rése]nt mois ; dient que par sa rec[ogn]oissance et confession volontaire elle est suffisamment convaincue du crime d’encis et paricide46 pour répara[ti]on de quoy y a matière la condamner d’estre exposée au carcant à la veue du peuple par l’exécuteur de haulte iustice ; puis conduicte au signe patibulaire et là estre pendue et estranglée ; ses biens déclairés acquis à qui appartiendra ; [f° 8r°] les despens de iustice raisonnables prins au préalable sur iceux47 ; faict à Nancy le pénultiesme septembre 1606. [Trois signatures :] N. Bourgeois, Guichard L, N. Debernecourt.

Notes

1 Diedler J.-C., Démons et sorcières en Lorraine. Le bien et le mal dans les communautés rurales de 1550 à 1660, Paris, Éd. Messene, 1996 ; Briggs R., The Witches of Lorraine, Oxford, Oxford University Press, 2007.

2 Cf. nos deux colloques « Les Justices de village. Administration et justice locales du XVe siècle à la Révolution, actes du colloque d’Angers des 30-31 octobre 2001 », Brizay F., Follain A., Sarrazin V. (dir.), Justice seigneuriale et régulation sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002, et Les Justices locales dans les villes et les villages du XVIe au XIXe siècle. Administration et justice locales, Follain A. (dir.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

3 Follain A., Le Village sous l’Ancien régime, Paris, Fayard, 2008.

4 Sur l’histoire et historiographie de la criminalité, voir Cornu L., Follain A., « Guide bibliographique », Les Justices de village, op. cit., p. 393-427. Sur le crime d’infanticide, il y a trop peu d’études sur la première modernité car il faut trouver des sources et savoir les lire. Quant au Moyen Âge, les sources sont rares et délicates à utiliser. Cette rareté fait par exemple l’intérêt de l’article d’Yves Brissaud, « L’infanticide à la fin du Moyen Âge. Ses motivations et sa répression », Revue historique du droit français et étranger, 50 (1972), p. 229-256. Cependant, les « lettres de rémission » qui composent le gros du corpus médiéval en matière criminelle sont des sources pas tout à fait judiciaires, en tout cas distinctes des procès. Ces lettres n’ont pas la sincérité des textes que nous tirons des archives lorraines. Il suffit par exemple d’imaginer ce que la prévenue de notre procès aurait raconté de son acte dans une telle lettre, et de comparer avec ce que les « jugeants » lui ont fait dire.

5 Decrusy, Isambert et alii, Recueil des anciennes lois françaises…, t. 13, p. 471-473. Cet édit n’est pas sans rapport avec un autre qui l’avait immédiatement précédé, contre les mariages clandestins, ce qui visait l’union des « enfants » sans l’assentiment de leurs parents.

6 R. Muchembled a compté qu’une femme sur cinq accusées devant le parlement de Paris l’est pour infanticide et 68 % des femmes exécutées l’ont été pour ce crime. Cf. « Homicide et infanticide devant le parlement de Paris (1575-1604) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 5 (2007), p. 1063-1094. Il s’agit de causes d’appel parmi un total de 12 209 mesures d’écrou. La difficulté est toujours de savoir ce qui est vraiment parvenu au parlement, par rapport à ce qui s’est produit très loin dans les provinces…

7 Master dirigé par A. Follain.

8 Première année de master.

9 La transcription est donc de Pauline Courtois, Jean-Claude Diedler, Antoine Follain, Rosine Hochuli et Marie Lishka. Jean-Claude Diedler a publié Démons et sorcières, op. cit., et, avec nous, les trois articles : « Justice et régulation sociale à Moyemont… (1490-1790) », Justices de village, op. cit., p. 75-92 ; « Justice et dysfonctionnements sociaux : l’exemple de la Lorraine du sud de 1545 aux années 1660 » ; « La justice sur les grands temporels de Lorraine du sud : de la justice instituée à la justice ressentie », édités tous les deux dans Ibid., p. 19-52, 131-158.

10 Dans son livre sur la Justice criminelle des duchés de Lorraine et de Bar… (1848), Charles-Emmanuel Dumont évoque des affaires médiévales rapportées par des sources de droit et n’étudie la question de l’infanticide (p. 149-151) qu’à partir de cet édit de 1711.

11 Tout changera à partir des années 1660 et de la reconstruction de la Lorraine dévastée par la guerre de Trente ans. Le cataclysme a d’ailleurs induit une lacune documentaire. La masse des archives est étonnante de la fin du XVe siècle jusqu’à 1625-1630, mais il n’y a plus rien entre cette date et 1655-1660.

12 Harau L., Les affaires de sorcellerie de la prévôté d’Arches, mémoire de master (dir. A. Follain), Université Marc Bloch Strasbourg 2, 2008, 329 p.

13 Les autres procès de notre corpus sont beaucoup plus longs car ils comprennent une telle information.

14 Le mot est impropre, mais le tabellion a sans doute été influencé par l’allemand « frisch » (fraîche, fraîchement).

15 Rappelons le beau titre de la thèse de Maryse Simon : Brûler sa voisine… (2003). La thèse a été éditée sous le titre Les affaires de sorcellerie dans le Val de Lièpvre, XVIe et XVIIe siècles, Strasbourg, Publications de la Société savante d’Alsace, 2006.

16 Guinkirchen, Moselle, ar. Boulay-Moselle, c. de Boulay-Moselle.

17 Cf. le procès d’Anthoine Petermann pour meurtre « po[ur] servir d’exemple et terreur aux meschans », Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, B 9592 ; ou celui pour vol dans une église de Libaire Maudray « pour réparation desquelz crimes de sacrilège et à l’exemple d’autres », id., B 8693. De telles formules accompagnent toutes les sentences. L’exemplarité est un caractère bien connu de la justice d’Ancien régime.

18 Ce qui est possible avec une primipare et les vêtements de l’époque, qui ne sont pas au plus près des corps.

19 Il n’est nulle part question d’un autre enfant, ni fils, ni fille.

20 Les noms étant peu fixés à cette époque dans la région, la provenance géographique ou la profession apparaît encore directement ; « Le Masson » pourrait fort bien correspondre à un métier artisanal qui lui permette de se déplacer plus facilement que s’il était paysan.

21 Il y a notamment de l’embauche dans la guerre de Quatre-Vingts ans (1581-1609) entre l’Espagne et les Provinces-Unies. Le siège d’Ostende, par exemple, a occupé des dizaines de milliers d’hommes de 1601 à 1604.

22 Mengette est en effet le diminutif de Demengette, c’est-à-dire petite Dominique. Le prénom est orthographié diversement dans le procès, y compris Mangète, que nous avons logiquement accentué.

23 Choisi exprès pour sa brièveté (cf. note 11) ce procès a l’inconvénient de correspondre au topos de la jeune fille séduite qui élimine le fruit accidentel de sa relation ; situation caractéristique du xviiie et plus encore du xixe siècle (notamment en Bretagne, où cela a été beaucoup étudié). Or, dans le premier lot de procès lorrains du master de Rosine Hochuli, il y a seulement deux jeunes filles pour une veuve, deux femmes mariées et deux vivant comme en ménage avec un prêtre. Cette dernière situation ne manquant sans doute pas d’intéresser nos lecteurs, précisons que l’un de ces procès commence au village de Coume qui relève aussi de la juridiction de Boulay. Après avoir avoué qu’elle a tué son enfant qui est celui du curé, la mère se rétracte pour dénoncer l’acte qu’elle incrimine au curé et expliquer qu’elle s’est accusée, parce que les supérieurs du curé les ont visités pour le remettre dans le droit chemin, et qu’il fallait taire sa conduite. Elle dit avoir été déjà deux fois enceinte du curé qui lui a donné des breuvages pour la faire avorter. Sous la torture, on lui fera avouer une participation au sabbat, la cause tournera donc au procès de sorcellerie et elle sera brûlée. Quant au curé, il niera tout, sauf les relations charnelles, et surtout son procès sera continué par l’Église… sans aucun moyen pour nous d’en savoir la fin.

24 « Haut » fait en tout référence au pouvoir ducal, depuis la « haute justice » jusqu’aux « hauts chemins ».

25 Guinkirchen, Moselle, ar. Boulay-Moselle, c. de Boulay-Moselle.

26 L’identité des filles (et fils) est celle du père, de même que l’identité de épouses est celle du mari. De même les matrones qui examinent Mangette sont dites X « épouse de » au début du f° 5v°.

27 Sic. La région est germanophone et il s’agit d’une orthographe fautive du titre « maire ».

28 Allusion à d’autres examens corporels qu’il ne sied pas de détailler. La pudeur est extrême dans les actes judiciaires lorrains. Des choses dites ne se rapportent pas (ou en ajoutant « à correction » pour s’excuser de les rapporter). Des situations inconvenantes ne se décrivent pas non plus, ou sinon le déposant se démarque de ce qu’il dépose.

29 Sans contrainte physique.

30 Germanisme.

31 Roupeldange, Moselle, ar. et c. Boulay-Moselle.

32 Allusion probable à une éventuelle fausse-couche.

33 Scier : couper à la faucille.

34 Le tabellion germanophone est sans doute influencé par l’allemand où toutes les consonnes se prononcent. Il écrit nuite dans la mesure où le t de « Nacht » se prononce.

35 Dans nos éditions de sources lorraines, nous faisons valoir les séquences parlées rapportées dans les dépositions, en utilisant le style italique.

36 Appeler en criant.

37 Si elle n’avait pas vu si l’enfant était vivant ou mort.

38 À côté.

39 Pour : « déjà ».

40 Caduc : « Vieux, cassé, qui a desjà perdu de ses forces, & qui en perd tous les jours davantage. Il se dit proprement de l'homme, ou de ce qui appartient à l'homme. » cf. Dictionnaire de l’Académie..., 1re édition. Le sens premier est aussi « qui tombe ».

41 L’estrapade et ses variantes sont un type de supplice surtout pratiqué dans les régions germanophones. Dans les autres procès lorrains, le supplice est l’échelle, sur laquelle le prévenu est attaché d’un côté et « tiré » de l’autre.

42 Cette précision confirme que la mère ne peut vivre seule.

43 Tablier.

44 À la fois la sentence de mort et la punition divine.

45 « hontir [s], avoir honte, répugner » cf. le Dictionnaire… de Godefroy. La langue employée au xviie siècle en Lorraine renvoie souvent au français des xive et xve siècles.

46 « Encis » : violence ou meurtre commis sur une femme enceinte, ayant entraîné la mort de l’enfant, ou commis par une femme sur l’enfant qu’elle portait. L’emploi de « parricide » n’est pas une erreur. Par extension, le mot qualifie « celuy qui tuë sa mere, son frere, sa soeur, ses enfants & c. » cf. Dictionnaire de l’Académie…, 1re édition, 1694. Au xixe siècle, le sens sera restreint aux ascendants.

47 Il y a des situations plus nettes. Par exemple, dans le procès d’Anthoine Petermann (cité supra), la formule « ses biens acquis et confisquez à Son Altesse, les frais de justice préalablement prins sur iceulx » correspond à la saisie de biens conséquents. La formule « ses biens déclairés acquis à qui appartiendra » ne doit mettre en jeu que des vêtements et peu de choses qui sont à elle, tandis que ni les biens de son père, ni ceux de sa mère, ne sont concernés par la saisie. Sur le plan matériel aussi, la mère n’est donc pas atteinte par l’exécution de la fille.

Auteurs

Université Marc Bloch – Strasbourg II
Étudiante en master.

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site