Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books CNRS Éditions Sociologie La violence Pouvoirs des femmes, violence des...

La violence

 | 
Lucien Faggion
, 
Christophe Régina

Partie II. Violences au féminin

Pouvoirs des femmes, violence des mères

Marie-France Morel

Texte intégral

1L’intention de mon propos est d’exposer un point de vue légèrement décalé sur les études qui sont présentées ici. Pour comprendre dans la longue durée les origines du pouvoir masculin sur les femmes, ainsi que les violences des femmes sur elles-mêmes et sur leurs enfants, il me semble qu’il faut remonter aux mythes les plus anciens et aux sources antiques de la médecine occidentale.

La peur de la puissance des femmes

  • 1 D’après la médecine occidentale, jusqu’au xviie siècle, si les femmes produisent du différent, c’e (...)
  • 2 Héritier F., Masculin / Féminin. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996.

2Les anthropologues expliquent que les femmes n’ont pas toujours été d’éternelles victimes. De nombreux mythes d’origine (surtout amérindiens ou africains) racontent qu’à l’aube des temps, les femmes détenaient tous les pouvoirs, domestiques et politiques ; elles avaient inventé les outils, les armes, les objets rituels. Comme elles s’en servaient mal ou de façon désordonnée, les hommes ont dû intervenir pour les maîtriser et remettre les choses en ordre. Mais seules les femmes portent les enfants et les mettent au monde ; les hommes ont donc besoin d’elles pour se reproduire et assurer la continuité de la lignée. Ce pouvoir féminin est menaçant, puisqu’elles peuvent non seulement enfanter du même (des filles), mais aussi du différent (des mâles1). C’est la peur du pouvoir des femmes qui est, selon l’anthropologue Françoise Héritier, la source de la mainmise quasi universelle des hommes sur le corps et la fécondité des femmes2.

3Depuis toujours, les femmes sont associées à la fécondité de la terre : pour que la nature donne du fruit, il faut que les mères donnent naissance à une nombreuse progéniture. Dans la Grèce ancienne, ce pouvoir féminin, articulé autour de la maternité et de la fécondité des champs, est canalisé par la religion : des cérémonies religieuses complexes, réservées exclusivement aux femmes, comme les Thesmophories en l’honneur de Déméter, déesse des moissons, reconnaissent par leur rituel spécifique le pouvoir exorbitant des femmes de faire naître les citoyens de demain et d’assurer la production de céréales. L’historienne Vinciane Pirenne en explique la signification :

  • 3 Pirenne-Delforge V., « Maternité et divinité en Grèce antique : l’exemple de Déméter », Dermenjian(...)

« Les Thesmophories offraient […] aux femmes une série de positions d’autorité quasi politique dans la mise en relief de leur pouvoir sur la continuité de la communauté : continuité par la subsistance alimentaire, continuité par la procréation d’enfants légitimes. Mais cette reconnaissance rituelle était temporaire et strictement contrôlée. Quelques récits pseudo-historiques nous montrent aussi qu’elle était anxiogène [pour les hommes] par les schémas d’inversion qu’elle impliquait. Ainsi plusieurs épisodes guerriers, dans des lieux et en des temps différents, mettent en scène l’attaque par les ennemis de femmes occupées à célébrer les déesses Thesmophores. L’affaire tourne régulièrement à l’avantage des femmes qui protègent ainsi, parfois férocement, le secret qui doit peser sur leurs rituels. Le fantasme masculin de la violence féminine […] est sous-jacent dans ces récits. Mais le contrôle n’est jamais loin…3 »

4Si le pouvoir des mères est reconnu et honoré, les hommes se méfient aussi de la violence potentielle des femmes, souvent fantasmée, qu’il convient de domestiquer en contrôlant leur sexualité et leurs facultés procréatives.

« Tota mulier in utero »

5La médecine antique (Hippocrate, Aristote, Galien) définit la femme comme un homme imparfait. Alors que l’homme, chaud et sec, est valorisé dans sa constitution, la femme, froide et humide, est dévalorisée. Pour Galien, la femme possède les mêmes parties génitales que l’homme, mais elles sont rentrées et atrophiées à l’intérieur de son corps, faute d’avoir pu descendre, par manque de chaleur. Au centre du corps féminin se trouve l’utérus, décrit par Hippocrate (Des maladies des femmes) comme un animal remuant et malfaisant, ce que confirme Platon dans le Timée :

  • 4 Cité par Fouquet C., Knibiehler Y., La Femme et les médecins, Paris, Hachette, 1983, p. 31.

« Chez les femmes ce qu’on nomme la matrice ou utérus est, en elles, comme un vivant possédé du désir de faire des enfants. Lorsque pendant longtemps et malgré la saison favorable, la matrice est demeurée stérile, elle s’irrite dangereusement ; elle s’agite en tous sens dans le corps, obstrue les passages de l’air, empêche l’inspiration, met ainsi le corps dans les pires angoisses et lui occasionne d’autres maladies de toute sorte4. »

6Cette croyance à l’utérus migrateur permet d’expliquer la plupart des maladies des femmes. Chez les vieilles, la matrice fatiguée, desséchée, vide et légère, se déplace dans le ventre ; elle est attirée par le foie, plein de fluide, y adhère, peut bloquer le diaphragme et faire étouffer la malade. À tous les âges, les mouvements désordonnés de l’utérus constituent l’hystérie qui devient la grande maladie des femmes pour plus de vingt siècles.

7Dans la grossesse et l’accouchement, la puissance menaçante de la matrice est à son comble : n’importe quel monstre ou chimère peut sortir d’un corps féminin. Au xve siècle, à Paris, le chirurgien Gatinaria voit ainsi une femme enceinte expulser

  • 5 Cité par Fouquet C., Knibiehler Y., op. cit., p. 60.

« un morceau de chair assez gros, avec d’autres petits, et [accoucher] en même temps d’un animal pareil à une tanche, d’une couleur verte obscure sur le dos, rouge sur le ventre, et qui avait la peau si dure qu’on pouvait à peine l’entamer avec le couteau. Il avait du mouvement et se repliait comme un hérisson5. »

  • 6 Peter J.-P., « Entre femmes et médecins. Violences et singularités dans les discours du corps et s (...)
  • 7 Peter J.-P., « Entre femmes et médecins... », p. 345.

8À la fin du xviiie siècle, les médecins de la Société Royale de Médecine observent chez leurs patientes des troubles qu’ils attribuent toujours aux migrations de la matrice, dans un corps où dominent les humeurs froides et humides. La fragilité même des malades peut tout à coup se muer en un déchaînement imprévisible de forces furieuses, particulièrement chez les femmes enceintes et les parturientes6. Dans ces crises, la vraie puissance des femmes se révèle et confirme du même coup la nécessité de les maîtriser. Une femme est ainsi la proie de terribles convulsions : « il lui sortait de la bouche une fumée qui montait jusqu’au plafond ». Certaines sont capables de rendre d’énormes quantités de sang par tous les orifices (matrice, bouche, seins). D’autres développent de lourdes amnésies au terme d’accouchements accompagnés de crises de folie : « qu’est-ce que cet enfant-là que je ne connais pas ? », dit l’une ; « pourquoi ce ventre plat ? J’attends un enfant », dit l’autre. La matrice peut tout produire, le meilleur et le pire : « Les monstres y fructifient presque aussi couramment que d’innocentes vies y sont tragiquement broyées7. »

  • 8 Ibid., p. 346.

9Ces corps féminins, proches de la nature, font preuve d’une grande plasticité ; ils sont capables de se fondre dans l’ordre naturel, de le reproduire, voire de l’absorber. Ainsi à Draguignan, en 1785-1786, Anne Barbaroux, jeune fille de 14 ans, rend par les deux seins de petits corps étrangers, qui ressemblent à des graines et à des fleurs. Ailleurs, une autre fille développe un champignon à sa mamelle. « Tout germe en elles, à ceci près que ce peut être aussi dans le désordre, à tort et à travers8. »

10Selon Jean-Pierre Peter, ces archives indiquent bien la spécificité de la relation de pouvoir qui existe entre les femmes malades et les médecins :

  • 9 Ibid., p. 347

« Les femmes, dans la représentation médicale, sont […] faites d’une glaise molle. Tout y marque, un rien efface. Cela justifiera que la médecine ne prenne pas trop au sérieux la violence de leurs maux particuliers et fantasques, y compris lorsque de leurs crises, elles meurent ; ce n’était en fin de compte qu’un théâtre. […] Que la femme soit acculée à l’hystérie pour se faire entendre, et que personne n’écoute, tel est l’horizon de ces archives9. »

L’infanticide

  • 10 Cf. Gélis J., Les Enfants des Limbes. Mort-nés et parents dans l’Europe chrétienne, Paris, Audiber (...)

11L’infanticide, qui est au sens propre le meurtre d’un nouveau-né, est un grand invariant de tous les temps et de toutes les cultures. Parfois toléré dans certaines sociétés, comme moyen de réguler les naissances, il est particulièrement réprouvé dans la France d’Ancien Régime. Pour trois raisons : sur le plan pénal, il est considéré comme un meurtre, plus ou moins prémédité ; sur le plan politique, il enlève au royaume un futur sujet ; sur le plan religieux, il prive le nouveau-né du baptême, donc du salut éternel. Dans le contexte de la Réforme catholique, il est plus grave de lui rendre impossible l’accès à la vie éternelle que de lui ôter la vie terrestre10. Cette triple transgression occupe le sommet de la hiérarchie pénale, à l’égal du parricide, et mérite un châtiment exemplaire, la peine de mort. Cela ne concerne qu’une seule catégorie de coupables, des femmes, la plupart du temps filles ou veuves, qui ont souvent conçu le nouveau-né hors du mariage.

12C’est la dimension politique du geste fatal qui explique que le pouvoir royal soit en première ligne (avant l’Église) dans la prévention et la répression de ce crime, comme l’indique le fameux édit d’Henri II en 1556, qui oblige les filles mères à déclarer leur grossesse, pour ne pas être accusées d’infanticide, si le nouveau-né meurt. Resté en vigueur jusqu’à la Révolution, cet édit doit être connu de tous : lecture en est faite fréquemment, en chaire le dimanche dans les paroisses. Depuis le xvie siècle, en cas de décès d’un nouveau-né illégitime, la conviction de la culpabilité de la mère est obtenue grâce à un système de preuves dites légales : la femme, examinée par des sages-femmes ou des chirurgiens, doit porter les traces d’un accouchement récent ; elle doit être incapable de présenter le nouveau-né ; le cadavre doit avoir été retrouvé ; il faut prouver que le nouveau-né n’a pas été baptisé ou inhumé publiquement. L’expertise médicale doit préciser si le nouveau-né était mort-né ou viable à la naissance. Dans la réalité, compte tenu des compétences médicales de l’époque, les examens médicaux donnent souvent lieu à des conclusions équivoques.

13Les archives judiciaires (comme celles, présentées ici, du duché de Lorraine aux xvie et xviie siècles, ou de Marseille aux xviiie et xixe siècles) nous montrent de pauvres filles, cachant plus ou moins bien leur grossesse (alors que tout se sait dans la société villageoise ou dans les quartiers urbains), perdant la tête au moment de l’accouchement, ne pensant ensuite qu’à cacher, puis à supprimer le « fruit » de leur « péché ». Dans les procès, leur défense s’avère souvent stéréotypée : elles prétendent avoir ignoré qu’elles étaient enceintes, elles étaient seules au moment de l’accouchement qui s’est déclenché sans qu’elles n’aient pu prévoir quoi que ce soit pour accueillir le nouveau-né, elles ignorent les gestes élémentaires (ligature du cordon) à faire après une naissance. Après quelques mensonges vite contredits, elles ne peuvent qu’avouer leur crime et accepter la sentence de mort qui clôt souvent le procès. Quant au père présumé, connu le plus souvent, il n’est jamais inquiété.

  • 11 Paris, Fayard, 1999.
  • 12 La lenteur de cette procédure menée dans le ressort du parlement de Paris contraste avec l’extrême (...)

14Un beau récit d’infanticide au xviiie siècle a été donné par Marcel Lachiver, dans son « roman », Une fille perdue11. Il s’agit de Catherine Ozanne, vigneronne à Juziers, près de Meulan, « fille ancienne » de 39 ans, violée à son insu le 22 décembre, après une rude journée de battage du grain. Ne comprenant pas qu’elle est enceinte, elle nie sa grossesse jusqu’au bout. Elle accouche seule le 20 septembre 1771 et supprime le nouveau-né en cachant le corps dans les roseaux du bord de la Seine. À partir du moment où le cadavre est retrouvé, la procédure est enclenchée : arrêtée par le bailli du seigneur de Juziers, devant lequel elle finit par avouer, elle est transférée à Meulan le 17 octobre 1771 et y reste emprisonnée jusqu’à son procès devant le lieutenant général du baillage qui a lieu le 4 mars 1773. Trois chefs d’accusation pèsent sur elle : elle a refusé de déclarer sa grossesse, puisque, jusqu’au bout, elle a nié être enceinte ; elle a caché sa grossesse dans l’intention de supprimer l’enfant ; elle a prémédité le meurtre. Elle refuse de mettre en cause qui que ce soit d’autre, même pas le père présumé de l’enfant qui, à plusieurs reprises, lui a proposé le mariage et qui ne sera pas interrogé. En conséquence, elle est condamnée à mort ; la sentence donne immédiatement lieu à un appel devant le parlement de Paris, où elle est transférée en juin 1773. Son procès en appel, le 27 août 1773, confirme la sentence de mort. Ramenée à Meulan, elle est pendue sur la place du marché le 13 septembre 1773, soit deux ans après l’infanticide12.

  • 13 Tinková D., « Protéger ou punir ? Les voies de la décriminalisation de l’infanticide en France et (...)
  • 14 Cette conclusion s’impose au vu des chiffres absolus fournis par D. Tinková, contrairement à ce qu (...)

15Cette histoire, fondée sur les archives du procès, et étoffée par l’historien, en ce qui concerne la personnalité de l’accusée, dont il fait une bonne vigneronne et une jardinière hors-pair, peut être confrontée aux archives (très lacunaires) relatives aux procès pour infanticides venus en appel au xviiie siècle devant le Parlement de Paris (dont le ressort, rappelons-le, couvre les deux tiers du royaume). De 1700 à 1790, 746 personnes (presque toutes des femmes) sont jugées en appel pour « suppression de part, recel de grossesse, avortement » ou « exposition ayant entraîné la mort de l’enfant13 ». Au cours du siècle, et surtout après 1760, moins d’affaires sont rejugées à Paris, mais la proportion des accusées qui sont condamnées à mort augmente14. Par exemple, dans la décennie 1771-1780 (où est condamnée Catherine Ozanne), sur 77 accusées 28 (soit 36 %) sont condamnées à mort ; la plupart sont emprisonnées de un à trois ans.

16Il ne fait pas de doute que les condamnations à mort pour infanticide sont de plus en plus critiquées dans le contexte des Lumières : dans le sillage du fameux traité de Beccaria, Des délits et des peines (1764), hommes de loi et médecins s’indignent de la sévérité des peines infligées aux mères infanticides ; les juristes critiquent la validité des preuves et invoquent la présomption d’innocence pour les femmes accusées. Tous demandent qu’on organise la prévention, afin d’empêcher les mères de commettre l’irréparable. Les hôpitaux d’enfants trouvés qui, depuis la fin du Moyen Âge, recueillent les nouveau-nés abandonnés, sans poser de questions et sans rechercher les parents, ont été conçus à l’origine comme une alternative à l’infanticide. Mais à la fin du xviiie siècle, ils sont tellement engorgés par les abandons que la plupart des nouveau-nés y meurent dans leurs premiers mois. La Révolution décide de prendre le mal à la racine, en faisant cesser la stigmatisation des filles mères et des bâtards : elle déclare les enfants naturels « Enfants de la Patrie ». Mais elle n’a pas les moyens de verser des aides financières promises aux mères célibataires. Napoléon rétablit la discrimination des bâtards dans le Code civil et interdit la recherche en paternité (interdiction qui reste en vigueur jusqu’en 1912) ; le Code pénal de 1810 rétablit la peine de mort pour infanticide.

Les progrès de la médecine aliéniste au xixe siècle

17Comme le montre le travail de Francesca Arena, dès le début du xixe siècle, les médecins (Briand en 1821, Michu en 1826, Esquirol en 1838, pour les plus connus) sont nombreux à s’intéresser à l’état mental des mères infanticides ; l’ancienne criminelle devient peu à peu une aliénée, atteinte de « psychose puerpérale ». La médecine légale perfectionne les critères de jugement à son sujet, ce qui conduit, dans la révision du Code pénal de 1824, à admettre la possibilité de « circonstances atténuantes » dans les cas d’infanticides : « l’aliénation mentale des nouvelles accouchées et des nourrices » permet d’affirmer que le « délire infanticide » n’est pas toujours prémédité. Si l’état mental de l’accusée a été troublé par la grossesse et par l’accouchement, les jurys d’assises sont enclins à réduire la peine.

  • 15 Paris, Baillière, 1858, 390 p.

18Parmi la longue suite d’ouvrages d’aliénistes et de médecins légistes consacrés à l’infanticide, il faut faire une place à part au livre de Louis Victor Marcé, Traité de la folie des femmes enceintes, des nouvelles accouchées et des nourrices15. Cet ouvrage est appuyé sur plus de 80 récits de cas (provenant de sa pratique personnelle de médecin aliéniste à la Salpêtrière ou empruntés aux collègues français et étrangers, qui l’ont précédé). Il représente un effort nouveau de compréhension des mécanismes psychiques à l’œuvre chez une femme au moment de la grossesse, de l’enfantement et de l’allaitement. D’emblée, avec une grande liberté d’esprit pour son époque, Marcé remet en cause la maxime hippocratique « Tota mulier in utero », en refusant de tout expliquer par l’influence de l’utérus sur le psychisme de ces femmes :

  • 16 Marcé L. V., Traité de la folie des femmes enceintes, des nouvelles accouchées et des nourrices, P (...)

« C’est dans l’utérus que les anciens avaient placé le siège de l’hystérie et de toutes les vapeurs : “Là, dit Hippocrate, se trouve le point de départ de mille maux.” Platon et Arétée en avaient fait un animal capable de mouvement et de sentiment, s’élançant du bassin à la gorge, au milieu des attaques convulsives de l’hystérie. […] La grossesse est avec la menstruation un de ces états physiologiques qui, tout en rentrant dans le but de la nature, avoisinent l’état morbide ou du moins y prédisposent […] l’état utérin n’est pas à lui seul la cause de la maladie mentale, il agit comme prédisposition, il vient s’ajouter aux causes nombreuses que nous aurons occasion d’étudier ; mais l’influence déjà restreinte qu’il possède, il ne la conserve pas longtemps, car le délire une fois produit suit sa marche, quel que soit l’état de l’appareil génital16. »

19Cherchant d’autres causes à ces égarements, Marcé s’intéresse aux conditions matérielles de vie des femmes de milieux populaires, écrasées de travail dans des métiers souvent exténuants, comme celui de blanchisseuse. Beaucoup des cas de « folie puerpérale » (conduisant parfois à l’infanticide) concernent des « filles » (filles mères), terrassées par la honte ou les difficultés d’élever un bâtard, mais aussi des « dames », mères de famille déjà chargées d’enfants :

  • 17 Marcé L. V., Traité de la folie des femmes enceintes, op. cit., p. 33-34.

« La grossesse n’est pas un heureux événement pour toutes les femmes. Il en est pour lesquelles elle révèle aux yeux de tous une faute qu’elles auraient à tout prix voulu cacher ; pour d’autres, une augmentation de famille devient cause d’inquiétude et d’anxiété en raison des modiques ressources dont elles peuvent disposer. Chez celles qui, ayant dépassé l’âge moyen de la vie, sont déjà mères d’enfants adultes, une grossesse imprévue amène parfois un tel sentiment de honte qu’elles ne la déclarent qu’à la dernière extrémité et après avoir fait des efforts inouïs pour la cacher17. »

20L’accouchement est toujours anticipé comme une douloureuse épreuve, à laquelle certaines parturientes pensent ne pas survivre :

  • 18 Ibid., p. 135-136.

« Le travail de l’accouchement détermine une telle secousse que l’intelligence en est encore bien plus vivement ébranlée, et qu’un véritable délire maniaque peut éclater […]. Certaines femmes, au milieu d’un véritable accès de fureur, cherchent à exercer sur elles-mêmes ou sur l’enfant, des actes de violence pour abréger leurs souffrances18. »

  • 19 Ibid., p. 322.

21Les cas évoqués dans l’ouvrage ne sont pas tous dramatiques : si certaines mères tuent effectivement leurs nouveau-nés, chez les autres, la « folie » se manifeste par des hallucinations, des paroles ou des gestes incohérents. Ainsi cette mère de quatre enfants qui « avait voulu mettre dans un four son enfant qu’elle allaitait, voulant, disait-elle, le faire cuire » ; ou cette blanchisseuse multipare, qui, en mars 1857, a perdu une grande quantité de sang après son accouchement : « Elle errait ça et là, s’égarant dans les rues, faisant des achats qu’elle ne pouvait payer, mâchant du charbon, mangeant de la chandelle, faisant des potages avec des harengs saurs…19 »

  • 20 Ibid., p. 159.
  • 21 Ibid., p. 163-165.

22Distinguant la « folie des femmes enceintes » de la « folie puerpérale », Marcé se démarque de l’ancienne médecine humorale, en attachant peu d’importance aux désordres censés provenir du « lait rentré » ou de la suppression des règles. Il montre que « le travail de l’accouchement, avec les douleurs vives et les émotions violentes qui l’accompagnent parfois, […] est un profond ébranlement du système nerveux.20 » Selon lui, les causes de la folie puerpérale tiennent, d’abord, à l’hérédité et, surtout, à l’anémie, « souvent consécutive à des grossesses répétées, à des hémorragies, à une lactation trop prolongée ; […] des grossesses nombreuses et très rapprochées débilitent profondément l’organisme21. » La prévention de la folie des femmes enceintes et des nourrices est relativement simple :

  • 22 Ibid., p. 189.

« S’élever contre les grossesses trop nombreuses et trop rapprochées, arrêter promptement les hémorragies pendant l’accouchement, combattre toutes les causes d’épuisement, s’opposer à la lactation dans certaines circonstances données, surveiller l’apparition du retour de couches ; enfin éviter les émotions morales…22 »

  • 23 Ibid., p. 321-323.

23Les soins à prodiguer à ces malades sont assez simples : contrairement à ce que préconisent les Anciens, il faut absolument éviter la saignée ; le calme, le silence, les bains tièdes, quelques purgatifs et antispasmodiques pourront calmer l’excitation. Ensuite, si la femme présente des signes de chlorose, « il faut recourir au fer et à une nourriture tonique et reconstituante. » La malheureuse, qui mangeait du charbon et faisait du potage avec des harengs saurs, reçoit à l’hôpital de la Salpêtrière un régime fortifiant : « on lui donne du fer, du vin de quinquina et une bonne alimentation. » En quelques semaines, elle est guérie23.

24Comme ses collègues, Marcé plaide pour une atténuation de la responsabilité pénale des mères infanticides, en insistant sur le caractère « transitoire » de la folie qui conduit au geste fatal. La mère en proie au « délire maniaque » peut éprouver une véritable aversion pour son enfant. Mais, si elle est bien entourée au moment du délire, si on l’empêche de tuer, elle retrouvera peu à peu ses esprits et pourra par la suite s’attacher à son enfant.

25Marcé rappelle que, dès les années 1840, aliénistes et médecins légistes ont réussi à convaincre les jurys de se montrer indulgents envers les mères infanticides :

  • 24 Ibid., p. 143-144. Le cordon laissé au cou de l’enfant se retrouve dans un des infanticides étudié (...)

« En 1847, la cour d’assises de la Marne jugeait la nommée Rosalie Prunot, accusée d’infanticide. Depuis quelque temps on soupçonnait chez elle une grossesse ; un jour, elle se leva comme à l’ordinaire et se mit à l’ouvrage, mais elle dut y renoncer : un médecin appelé examina la malade et finit par lui faire avouer qu’elle était accouchée pendant la nuit. Elle déclara en même temps que l’enfant n’avait pas vécu et qu’elle l’avait caché sous la paille au grenier. Ce fut là qu’on le trouva en effet ; il avait autour du cou un cordon fortement serré et noué par un nœud, dit rosette ; à l’audience, elle finit par avouer qu’elle avait en effet serré un cordon autour du cou du nouveau-né, mais elle assura qu’en ce moment, elle avait la tête complètement perdue. Elle ne connaissait pas sa grossesse, dit-elle : effrayée par la venue des premières douleurs, atterrée par la vue d’un enfant, elle a eu l’esprit égaré et sa main a fait ce que désavouait son cœur : “si j’avais pu réfléchir, je n’aurais pas agi ainsi ; je suis jeune, j’aurais gagné assez pour me nourrir, moi et mon enfant.” Le défenseur établit que l’accusée était réellement folle au moment de l’accouchement : cette folie était si réelle, ajouta-t-il, que la malheureuse laissa au cou de la victime le cordon qui avait servi à donner la mort. Le jury prononça un verdict d’acquittement24. »

26Plus tard, dans la deuxième moitié du xixe siècle, la plupart des aliénistes et des spécialistes de médecine légale admettent presque tous l’irresponsabilité des mères infanticides : en 1877, Georges Rocher, dans son Étude sur la folie puerpérale, montre qu’après l’accouchement et ses douleurs, la femme peut être en proie à une folie transitoire, caractérisée par une indifférence à l’égard des proches, avec « abolition de la sensibilité morale et affective ». En 1886, R. von Krafft-Ebing, célèbre professeur de psychiatrie à Vienne, montre que la « manie puerpérale » s’explique par les conditions de vie déplorables des filles mères : c’est la « maladie sociale des mères célibataires ».

27Seul Ambroise Tardieu en 1880, dans son Étude médico-légale sur l’infanticide, réfute l’idée de l’innocence des mères infanticides. Pour lui, ces femmes qui prétendent être dans un état de « folie transitoire » sont des simulatrices. Pourtant, la plupart des tribunaux admettent de plus en plus l’irresponsabilité pénale (partielle ou totale) des mères infanticides. Dans le même temps, par des mesures d’assistance aux filles mères, la société cherche à prévenir l’infanticide, sans toutefois parvenir à en enrayer le mouvement.

  • 25 À l’époque du « Sturm und Drang » allemand, le plus fameux exemple de mère infanticide est le pers (...)
  • 26 Tinková D., « Protéger ou punir ?… », p. 52.

28Entre le début du xviiie siècle et le début du xxe siècle, on assiste donc à un complet revirement dans l’appréciation de la mère infanticide : comme l’écrit Daniela Tinková, on passe « de la mère dénaturée », à la jeune fille séduite et abandonnée de Beccaria, de Brissot et des « Stürmer » allemands25, puis à la « primipare convulsionnaire », à la « démente de la volonté » et, finalement, à une « malade, physiquement indisposée et juridiquement irresponsable26. »

29Aujourd’hui, grâce à la contraception, la plupart des nouveau-nés sont désirés ; les parturientes, presque toutes bien nourries, ne sont plus anémiées ; il n’y a plus de pression morale sur les mères célibataires (notons qu’on ne parle plus des « filles mères » ; le changement du vocabulaire est un signe de l’absence actuelle de stigmatisation). Pourtant, l’infanticide existe toujours, comme en témoignent plusieurs affaires récentes. Pourquoi ? Il semble que, comme le montrait Marcé dès 1858, un certain nombre de femmes refusent une grossesse qui les dérange et connaît un moment d’égarement total au moment de l’accouchement. Les spécialistes du psychisme féminin ont récemment mis en évidence le syndrome du « déni de grossesse », par lequel une femme enceinte arrive à nier et à masquer sa grossesse jusqu’au bout : près de 1 000 femmes seraient concernées chaque année, même si ce « déni » n’aboutit à la mort du nouveau-né que dans 10 % des cas. Longtemps après Médée, Mengette, Catherine Ozanne, Marguerite et bien d’autres, l’infanticide pose toujours des questions non résolues à la société, aux juristes et au monde médical.

Notes

1 D’après la médecine occidentale, jusqu’au xviie siècle, si les femmes produisent du différent, c’est parce que ce différent a été placé en elles par les hommes ; le ventre féminin a longtemps été considéré comme un simple réceptacle destiné à accueillir et à faire grandir la semence masculine.

2 Héritier F., Masculin / Féminin. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996.

3 Pirenne-Delforge V., « Maternité et divinité en Grèce antique : l’exemple de Déméter », Dermenjian G., Guilhaumou J., Lapied M. (dir.), La puissance maternelle en Méditerranée. Mythes et représentations, Paris, Actes Sud/MMSH/Barzakh, 2008, p. 50-51.

4 Cité par Fouquet C., Knibiehler Y., La Femme et les médecins, Paris, Hachette, 1983, p. 31.

5 Cité par Fouquet C., Knibiehler Y., op. cit., p. 60.

6 Peter J.-P., « Entre femmes et médecins. Violences et singularités dans les discours du corps et sur le corps d’après les manuscrits médicaux de la fin du XVIIIe siècle », Ethnologie française, VI, 3-4 (1976), p. 341-348.

7 Peter J.-P., « Entre femmes et médecins... », p. 345.

8 Ibid., p. 346.

9 Ibid., p. 347

10 Cf. Gélis J., Les Enfants des Limbes. Mort-nés et parents dans l’Europe chrétienne, Paris, Audibert, 2006. Jacques Gélis étudie, du xvie au xixe siècle, la fréquentation des sanctuaires à répit, où les parents qui avaient perdu un nouveau-né à la naissance avant qu’on ait pu le baptiser, portaient les mort-nés dans l’espoir qu’ils revivraient un court instant pour pouvoir être baptisés.

11 Paris, Fayard, 1999.

12 La lenteur de cette procédure menée dans le ressort du parlement de Paris contraste avec l’extrême rapidité de la condamnation et de l’exécution de Mengette à Boulay, en 1606. Il est vrai que le duché de Lorraine ne connaît pas la procédure d’appel en cas de condamnation à mort.

13 Tinková D., « Protéger ou punir ? Les voies de la décriminalisation de l’infanticide en France et dans le domaine des Habsbourgs (XVIIIe-XIXe siècles) », Crime, Histoire & Sociétés/Crime, History & Societies, 2 (2005), p. 43-72.

14 Cette conclusion s’impose au vu des chiffres absolus fournis par D. Tinková, contrairement à ce qu’elle prétend dans l’article (cf. le graphique no 2).

15 Paris, Baillière, 1858, 390 p.

16 Marcé L. V., Traité de la folie des femmes enceintes, des nouvelles accouchées et des nourrices, Paris, Baillière, 1858, p. 21-22 [rééd. en fac-similé, Paris, L’Harmattan, 2002].

17 Marcé L. V., Traité de la folie des femmes enceintes, op. cit., p. 33-34.

18 Ibid., p. 135-136.

19 Ibid., p. 322.

20 Ibid., p. 159.

21 Ibid., p. 163-165.

22 Ibid., p. 189.

23 Ibid., p. 321-323.

24 Ibid., p. 143-144. Le cordon laissé au cou de l’enfant se retrouve dans un des infanticides étudiés par Christophe Regina : « … elle porte un petit ruban de fil rouge de quatre pans de longueur et un pouce de largeur passé autour du col avec deux nœuds ordinaires dont l’empreinte se voit sur la gorge avec lequel cet enfant a été étranglé » (A. D. B. D. R. Marseille 2B 2065 no 3 1746).

25 À l’époque du « Sturm und Drang » allemand, le plus fameux exemple de mère infanticide est le personnage de Marguerite dans le Faust I de Gœthe (1808). Comme beaucoup d’autres en son temps, la jeune fille, séduite et abandonnée par son amant, est poussée à l’infanticide à cause de la rigueur extrême avec laquelle on traite en Allemagne les filles enceintes hors mariage. On leur impose une humiliante pénitence publique (Kirchenbusse), après laquelle elles sont mises au ban de la société. Cf. François A.-I., « La rédemption de Marguerite : de Gœthe à Boulgakov », Lamothe E., Sardin P., Sauvage J. (dir.), Les Mères et la mort. Réalités et représentations, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2008, p. 161-176.

26 Tinková D., « Protéger ou punir ?… », p. 52.

Auteur

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search