Version classiqueVersion mobile

La violence

 | 
Lucien Faggion
, 
Christophe Régina

Partie I. Histoires de la violence et violences de l’histoire

André Girard

Orphelin de guerre, peintre résistant

Thomas Rabino

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Peintre, publicitaire, dessinateur de presse, scénariste et écrivain à ses heures, homme du monde, séducteur assoiffé d’opulence et de succès, globe-trotter invétéré et père de quatre filles, André Girard (1901-1968) ne semblait, a priori, aucunement destiné à endosser le costume de chef d’un des plus importants réseaux de résistance, l’organisation Carte, créée en zone sud parmi les pionniers de la clandestinité. Plus étonnant encore, ce même réseau, aux effectifs largement composés de militaires revanchards, se trouva au centre d’un imbroglio opposant services secrets britanniques et américains à la France libre du général de Gaulle. Gare néanmoins au déterminisme : loin des années parisiennes placées sous le signe d’une apparente futilité, la vie de Girard, alias Carte, a également baigné dans la violence exacerbée propre aux décennies d’un siècle naissant.

L’existence d’André Girard passe par les carrefours de l’histoire. Première Guerre mondiale, occupation de la Rhénanie, monté...

Auteur

Université de Provence (Aix – Marseille I) - TELEMME (MMSH)

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search