Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books CNRS Éditions Sociologie La violence Violence de l’histoire et histoir...

La violence

 | 
Lucien Faggion
, 
Christophe Régina

Partie I. Histoires de la violence et violences de l’histoire

Violence de l’histoire et histoire de la violence

Sources littéraires et historiographie de la Résistance en Italie

Marie Noëlle Sereno

Texte intégral

1Que peut apporter la littérature à l’histoire, que peut-elle dire que l’Histoire ne peut pas au sujet de la Résistance en Italie, telles sont les interrogations que nous nous sommes posées. Les textes littéraires tendent, en effet, à représenter et à recréer le vécu des résistants, leurs sentiments, leurs émotions, aspects qui ont été pendant longtemps absents des textes historiques.

  • 1 Battaglia R., Storia della resistenza italiana, Turin, Einaudi, 1953.
  • 2 Pavone C., La Resistenza oggi : problema storiografico e problema civile, dans Dizionario della Res (...)

2Deux historiens et trois romanciers servent de point de départ pour une confrontation entre les écrits historiques et les écrits littéraires sur le thème de la violence au cours de la Résistance en Italie. Les historiens sont deux résistants italiens qui ont écrit, près de quarante ans plus tard, une histoire de la Résistance. Le premier, Roberto Battaglia, publie en 1953 la première histoire générale de ces trois années de guerre contre les nazis et les fascistes1, un livre devenu un classique et, selon un de ses successeurs – Claudio Pavone –, également étudié ici, qui « a ouvert des chemins, proposé un découpage chronologique, abordé des problématiques qui ont largement conditionné l’historiographie successive2. »

  • 3 Pavone C., Una guerra civile. Saggio storico sulla moralità nella Resistenza, Turin, Bollati Boring (...)
  • 4 Pavone C., Une Guerre civile. Essai historique sur l'éthique de la Résistance italienne, Paris, Seu (...)

3Lorsque, trente-huit ans plus tard, Claudio Pavone écrit Una guerra civile. Saggio storico sulla moralità nella Resistenza3, traduite en 2005 en français4, il déclare, dans son avant-propos, qu’il s’est fondé sur l’œuvre pionnière de Roberto Battaglia. Quoique Claudio Pavone se considère comme un héritier de Battaglia, son histoire de la Résistance s’avère novatrice en raison de l’accent porté sur la complexité des engagements des hommes et sur leur ambivalence dans l’usage de la violence. Dans la préface à la traduction française d’Une guerra civile, Bernard Droz a écrit :

  • 5 Pavone C., op. cit., p. 13.

« D’emblée et unanimement reconnu comme un ouvrage majeur le livre de Claudio Pavone n’est pas une nouvelle histoire de la Résistance italienne ; […] [il restitue] ce que l’on aurait appelé en d’autres temps, l’“âme” de la Résistance italienne que l’auteur préfère ranger sous la rubrique de “moralité”5. »

4D’abord, il s’agit de montrer comment les représentations de la violence ont changé, entre 1953 et 1991, en se fondant sur l’exemple de ces deux historiens majeurs ; puis, de considérer comment la littérature a décrit ces comportements et, enfin, de comprendre pour quelles raisons la littérature a pu donner si tôt une vision de la Résistance démythifiée, alors que les historiens ont tardé à analyser cette période en prêtant leur attention aux histoires personnelles.

5Les trois romans retenus ont été rédigés par trois auteurs résistants ayant participé à cette guerre dans des régions différentes de l’Italie (Ligurie, Piémont, Vénétie). Ils sont devenus ensuite des écrivains reconnus dans le champ littéraire grâce à leur livre sur la Résistance.

  • 6 Calvino I., Il Sentiero dei nidi di ragno, Turin, Einaudi, 1947.
  • 7 Meneghello L., I Piccoli Maestri, Milan, Feltrinelli, 1964.
  • 8 Fenoglio B., Il Partigiano Johnny, Turin, Einaudi, 1968.
  • 9 Fenoglio B., Lettere, Turin, Einaudi, 2002, p. 82 : « Sto effettivamente lavorando a nuovo libro. [ (...)

6Deux d’entre eux, Italo Calvino (1923-1985) et Luigi Meneghello (1922-2007), ont écrit un seul roman sur la Résistance : Il Sentiero dei Nidi di Ragno6 d’Italo Calvino est publié en 1947, I Piccoli Maestri7 de Luigi Meneghello en 1964. Le troisième, Beppe Fenoglio (1922-1963), a consacré la presque totalité de son œuvre à la Résistance. Nous avons choisi son roman posthume, Il Partigiano Johnny8, publié en 1968, quoiqu’il semble avoir été écrit dès 1957, comme en témoigne une lettre adressée le 21 janvier de cette année-là à Italo Calvino : « Je suis effectivement en train de travailler à un nouveau livre […]. Je n’ai pas encore terminé la première mouture et il me faudra certainement pas mal de temps pour arriver à la version définitive. Le livre s’étend sur les cinq ans de 1940 à 19459. » La note du critique littéraire Luca Bufano, qui a rassemblé le corpus de lettres de B. Fenoglio, précise qu’il s’agit de la première rédaction du livre Il Partigiano Johnny. Les philologues italiens ayant cherché à dater les différentes versions de ce livre la datent de 1957, aujourd’hui la plus largement acceptée et, ainsi, retenue pour cette étude.

7Par l’analyse de la représentation de la violence dans trois romans, parus entre 1947 et 1964, et deux récits historiques, entre 1953 et 1991, il s’agit d’appréhender les éventuelles influences ayant pu interagir l’une sur l’autre : l’histoire et la littérature.

La violence de l’histoire

8L’attention doit être prêtée à une pratique de la discipline historique pouvant être définie de violente, quand les historiens omettent d’exposer l’existence de comportements brutaux de la part de certains résistants dans l’écriture des faits après la Résistance.

9Quarante ans plus tard, lorsque la recherche historique s’intéresse à la question de la violence des résistants, c’est pour la légitimer en la plaçant du côté de la libération et du combat juste. Les exagérations, la complaisance dans la cruauté dont ont fait preuve des partisans sont révélées, mais elles sont qualifiées de « surplus » de violence et, à cet égard, condamnées comme étant des exagérations. N’est-ce pas une autre forme d’arbitraire de notre discipline qui cherche à distinguer, parmi les actes cruels, ceux qu’elle peut justifier de ceux qu’elle condamne ?

10Lorsque Roberto Battaglia, dans la Storia della resistenza, décrit les violences, celles-ci se rapportent uniquement à celles commises par les Allemands ou les fascistes contre les résistants et les populations civiles. Deux passages de son histoire de la Résistance méritent ainsi d’être rapportés : le premier relatif à une offensive allemande effectuée en Vénétie en septembre 1944 ; le deuxième, à une énumération de représailles allemandes et fascistes au cours de l’été et de l’automne 1944 :

  • 10 Battaglia R., Storia della resistenza italiana, Turin, Einaudi, 1953, p. 491-492.

« La formation la plus sacrifiée et même complètement anéantie au cours de la bataille du Grappa fut “La Libera Italia”. Plusieurs centaines de partisans tombèrent sur le champ de bataille où furent tués par les brigands fascistes des villages voisins. Pour la seule ville de Bassano de Grappa, le 26 septembre, 31 partisans furent pendus : le tout fut exécuté en l’espace d’une demi-heure, chacune des victimes étant transportée en camion, chacune jusqu’à son arbre […]10. »

11Dans la description ayant trait aux massacres nazis, R. Battaglia cite les témoignages de survivants lors du procès de Walter Reder (1915-1991), officier SS à la tête de deux divisions chargées de la lutte antipartisane en Italie, qui fut jugé et condamné par une cour militaire italienne en 1951. Entre le 29 septembre et le 15 octobre 1944, les soldats de Reder exécutèrent plus de 3 000 personnes :

  • 11 Battaglia R., op. cit., p. 504-505.

« Nous pensons qu’il est impossible de chercher à décrire avec des mots ces expéditions terrifiantes. Nous pouvons seulement rassembler quelques témoignages des survivants à ces massacres et inviter tous ceux qui n'ont pas connu ou qui ont trop tôt oublié ce que fut le “nazifascisme” à réfléchir sur ces textes […]11. »

  • 12 Ibid., p. 508.

« Massacre de Marzabotto
Deux régiments de SS Adolf Hitler, de retour d’un ratissage, entourèrent la zone au-delà du fleuve Reno. Dans le hameau de Casaglia une foule s’était rassemblée dans l’église pour prier. Les Allemands firent irruption ; ils tuèrent le prêtre qui officiait ; dans l’église ils tuèrent trois vieillards qui n’obéissaient pas assez rapidement à l’ordre de sortir du lieu sacré. Les autres, au nombre de 147, parmi lesquels 50 enfants furent rassemblés dans le cimetière et mitraillés : 28 familles furent entièrement exterminées. Seuls quelques enfants eurent la vie sauve. Un petit de 6 ans qui ne voulait vraiment pas s’éloigner du lieu de la tragédie et qui pleurait : “Je veux mourir avec Maman” fut tué après par une grenade. 107 personnes furent tuées, dont 24 enfants dans le hameau de Caprara. Dans les fermes proches, 282 personnes moururent en groupe ou isolées et parmi eux 58 enfants et deux religieuses12. »

12Les extraits mentionnés sont représentatifs de la place que l’auteur donne à la violence dans son livre, écrit quelques années après la guerre. R. Battaglia souligne la férocité et la barbarie des nazis, ainsi que des fascistes, sous forme d’une série chronologique de combats dans lesquels les partisans luttent jusqu’à la mort à armes inégales contre un ennemi impitoyable, où il retrace les représailles contre les populations civiles et les conclut par l’énumération des victimes et, surtout, des femmes, des enfants et des vieillards.

13R. Battaglia décrit les traits essentiels de la guérilla, d’un point de vue essentiellement militaire, stratégique et événementiel. Les résistants sont représentés comme des héros martyrs qui se battent contre un ennemi plus puissant et d’une brutalité atroce, preuve en est le passage suivant qui retrace un épisode des combats ayant eu lieu sur la ligne gothique, dans la région de Bologne, en septembre 1944 :

  • 13 Battaglia R., Storia della resistenza italiana, Turin, Einaudi, 1953, p. 478-479.

« Une puissante division allemande (500 parachutistes et SS) encercle la maison basse où est détachée une partie des troupes de la XXXVIe brigade Garibaldi […]. L’attaque menée par surprise, de nuit est aidée par un ouragan et le petit groupe de partisans est isolé du reste des forces. Une première sortie est accomplie par un groupe de partisans qui franchit la ligne adverse pour rejoindre le commandement de la LXII brigade et demander du secours. Sous le signe de la “solidarité”, élément constant de la Résistance en Émilie, commence un épisode éclatant de la Résistance émilienne qui se conclura, comme nous le verrons, en atteignant les limites extrêmes du sacrifice. La nuit passe lentement, illuminée par les fusées des Allemands qui demandent eux aussi des renforts, pendant que dans la maisonnette il y a déjà des morts et des blessés. À l’aube, les Allemands écrasent à coup de mortier la maison faisant tomber le toit sur les assiégés ; ces derniers en profitent pour grimper sur les débris et tirer d’en haut, à découvert, sur l’ennemi. Les secours finissent par arriver, mais ils sont trop faibles pour renverser la situation […].
Les assaillants attaqués à revers, une fois la surprise passée, se reprennent rapidement, pendant que dans la maison les victimes se multiplient. À partir de ce moment, le sort du combat inégal est écrit. Une nouvelle sortie ouvre la voie de la fuite pour un autre groupe de partisans. Un moribond leur confie son sten pour “qu’au moins il continue à tirer contre l’ennemi maudit” ; puis, lorsqu’il reste plus de morts que de vivants, une sortie générale est décidée. Par la porte barrée par les tirs d’une mitrailleuse ennemie, les partisans surgissent à l’improviste, éliminant sous des rafales de mitrailleuses la position ennemie et réussissant ainsi à rompre l’encerclement. Mais tous ne sont pas là : dans la maison presque complètement détruite, sont restés, au milieu des compagnons déjà morts, les blessés assistés d’un camarade étudiant en médecine, Gianni Palmieri. À ceux qui l’exhortent à abandonner le lieu pour échapper à la mort certaine, il répond : “Mort ou pas mort, je suis médecin et je ne peux pas abandonner les blessés”.
Quand les Allemands entrent dans la maison […], ils tuent tout le monde, vivants et à moitié morts, et ils emportent le médecin partisan dont le corps sera retrouvé seulement plusieurs semaines plus tard abandonné dans les bois13. »

  • 14 Pavone C., Une Guerre civile. Essai historique sur l'éthique de la Résistance italienne, Paris, Seu (...)

14C’est avec une problématique différente que, quatre décennies plus tard, un autre historien, également résistant, Claudio Pavone, écrit une histoire de la Résistance, laquelle, selon Bernard Droz, « ne cesse d’interroger la complexité des motivations, des engagements, des attentes et des frustrations de cette minorité qui […] a du moins sauvé l’honneur de l’Italie14 ».

  • 15 Pavone C., op. cit., p. 19.

15Dans le chapitre intitulé « La violence », C. Pavone cherche à « savoir si, comment et pourquoi la violence serait licite15 », question que traduit le sous-titre de son livre, Essai historique sur l’éthique de la Résistance italienne. Dès le début, il écrit :

  • 16 Ibid., p. 488.

« on ne peut s’en tenir au domaine quantitatif, non seulement parce que le nombre des victimes, élevé en lui-même, et la réaction qu’il provoque transcendent la simple matérialité comptable, mais aussi parce qu’on risquerait d’éluder des problèmes historiques et moraux de fond, ceux que pose le fait de tuer d’autres hommes, et la légitimité de cet acte16. »

  • 17 Levi P., Les Naufragés et les rescapés, Paris, Gallimard, p. 24.
  • 18 Pavone C., op. cit., p. 501.

16L’historien des années 1990 s’interroge sur la façon dont il convient de légitimer la violence des partisans et de la différencier de celle exercée par les nazis et les fascistes. Une réponse est fournie par le romancier Primo Levi cité par Claudio Pavone : « L’oppresseur et la victime sont dans le même piège, mais c’est l’oppresseur et lui seul qui l’a préparé et déclenché17. » Une deuxième réponse est donnée par Italo Calvino qui, selon C. Pavone, « montre comment le recours à la violence incontournable dans ces circonstances, comportait le risque d’une identification à l’ennemi, dont seul pouvait sauver le recours aux fins objectivées par l’histoire18. » Ce point de vue est exposé dans un extrait du Le Sentier des nids d’araignée :

  • 19 Calvino I., Le Sentier des nids d'araignée, Paris, Julliard, 1981, p. 163, dans Pavone C., op. cit. (...)

« Ce poids de mal qui pèse sur les hommes du Marle, ce poids qui pèse sur nous tous, sur moi, sur toi, et dont on se soulage en coups de feu, en ennemis tués, c’est le même qui fait tirer les fascistes, qui les pousse à tuer avec le même espoir de purification et de rachat. Mais alors il y a l’histoire. Et il y a que nous autres, dans l’histoire, sommes du côté du rachat et eux, de l’autre. Chez nous, rien n’est perdu, pas un geste, pas un coup de feu, bien que pareils aux leurs, tu comprends ? Rien n’est perdu ; tout servira, sinon à nous libérer du moins à libérer nos enfants […]. C’est cela le vrai sens du combat, le sens total, au-delà de tous les autres sens officiels19. »

17En définitive, seule l’Histoire apporte toutes les justifications nécessaires à l’usage de cette violence, puisqu’elle détermine qui est l’oppresseur – celui qui a provoqué la violence –, pour l’opposer à celui qui l’utilise pour se défendre uniquement et qui se trouve du côté de la libération des hommes. Grâce à l’Histoire, toutes les violences ne sont donc pas mises sur le même plan.

18Toutefois, il reste à expliquer ce « surplus de violence » (C. Pavone), la cruauté gratuite, la complaisance dans la violence présente chez certains résistants lors du sort réservé aux prisonniers ou à des espions, et des représailles. Nous avons retenu un passage du journal d’Ada Gobetti, cité dans le livre de C. Pavone, où elle exprime sa préoccupation aux possibles réactions de son fils Paolo après l’exécution d’un individu suspect ordonnée par un chef partisan :

  • 20 Gobetti A., Diario partigiano, Turin, Einaudi, 1996, p. 92, dans Pavone C., op. cit., p. 498.

« Tandis que Paolo en parlait, j’observais son visage avec une certaine anxiété, craignant d’y découvrir des sentiments de satisfaction ou d’indifférence. Il m’a dit au contraire, avec une pudeur contenue : “Ça m’a fait une drôle d’impression”. Et j’ai respiré. Tuer peut être nécessaire, mais gare si l’on trouve cela simple et naturel20. »

19Et, paradoxalement, l’historien R. Battaglia, qui fait silence sur cette question dans son ouvrage d’histoire, l’aborde dans le roman qu’il écrit, dès 1945, sur son expérience partisane, à la première personne :

  • 21 Battaglia R., Un Uomo, un partigiano, Bologne, Il Mulino, 2004, p. 69.

« C’est étrange – me dit Bruno – on jette des grenades, pendant un moment on ne comprend plus rien à cause du fracas et de l’enfer qui enflamme soudain la route. Puis on entend des cris, des lamentations longues et déchirantes. Tout est fini on peut s’en aller en courant. Mais ces cris, je te l’avoue, je les entends encore […] ; et puis cette grande joie qui nous envahit tous pour avoir réussi : mais comment peut-on se sentir si heureux d’avoir tué d’autres hommes21 ? »

20R. Battaglia donne une représentation de la violence qui intègre cette question du « surplus de violence », du plaisir de tuer et même de l’acharnement dans la cruauté, tandis qu’il laisse ce sujet de côté dans son livre sur la Résistance paru en 1953. L’interrogation est portée sur la compréhension de cette évolution historiographique : pour quelles raisons R. Battaglia, à l’issue de la guerre, préfère-t-il parler de certaines réalités de la violence dans son roman et les exclure de son livre sur l’histoire de la Résistance, alors que C. Pavone, dans les années 1990, choisit d’y consacrer un chapitre dans son ouvrage relatif au même sujet. Est-ce que, à certaines périodes, seule la littérature peut traiter de réalités que l’Histoire ne peut pas aborder ? Pourquoi ? Comment expliquer l’évolution de l’historiographie sur ces thèmes.

Histoire de la violence dans la Résistance italienne à travers quelques textes littéraires

21Entre les années 1949 et 1964, la réalité du « surplus de violence » chez les partisans est évoquée par les trois écrivains étudiés. Ils parviennent à faire prendre conscience de ce qu’avait pu être la séduction de la violence, la brutalité, le plaisir de tuer aussi bien chez les nazis ou les fascistes que chez les résistants. Chacun emploie un style très différent dans leurs récits de fiction : une recherche de la langue très poussée dans le roman épique de B. Fenoglio, un art de la fable chez I. Calvino, une forme d’humour anglo-saxon pour L. Meneghello. Ils sont loin de la littérature sur la Résistance très idéologisée, soumise à la propagande politique et disposée à tout sacrifier (richesse lexicale, nuances psychologiques et stylistiques) à l’exigence de communiquer un message clair et compréhensible pour tous : un message de célébration des héros d’une guerre contre les « nazis-fascistes ».

22Grâce aux filtres stylistiques choisis, les trois auteurs décrivent des camarades, parfois aussi cruels et sadiques que ceux du camp adverse, et ne craignent pas de ternir l’image longtemps dominante des résistants, celle de justes menant une guerre juste de libération.

23Afin d’accéder à cette vision nouvelle dans les quinze années qui suivent la guerre, ils optent pour des formes nouvelles qui leur permettent de se soustraire à ce style pompeux et artificiel ayant jusqu’alors caractérisé les écrits hagiographiques sur la Résistance. I. Calvino choisit l’identification au regard et à la voix d’un enfant des bas-fonds, tandis que B. Fenoglio invente une nouvelle langue ni vraiment anglaise, ni vraiment italienne pour écrire un roman épique, et L. Meneghello se situe en opposition avec la tradition néoréaliste en introduisant l’auto-ironie et l’« understatement », marques stylistiques tout à fait inédites à l’époque.

24L’époque de la Seconde Guerre mondiale coïncide avec la formation littéraire de ces trois écrivains, nés au début des années 1920 : Calvino et Fenoglio se sont fait connaître comme « écrivains-combattants », en liant leurs premiers pas littéraires à leur entrée dans le monde adulte. Tous ont appartenu à des groupes politiquement différents, Calvino ayant été proche des communistes, Fenoglio des royalistes et Meneghello du Parti d’Action (républicain et socialiste modéré). Cependant, après la guerre, au moment où ils écrivent, ils ont évolué et adopté des positions différentes de celles qu’ils avaient eues pendant la Résistance.

25Voici un passage du livre de Beppe Fenoglio La Guerre sur les collines, où Tito et Johnny, deux partisans, se promènent dans le village qui sert de base à leur groupe :

  • 22 Fenoglio B., La Guerre sur les collines, Paris, Gallimard, 1973, p. 65.

« À un bout du village, un partisan dépeçait un veau pour le déjeuner. Johnny frétilla animalesquement, car il se sentait une faim dévoreuse, as new for a new-dimensioned man. Étalées à l’air ensoleillé et cristallin, les chairs luisaient d’un éclat doré : incroyablement barbouillé de sang, furieusement crispé dans son effort d’amateur maladroit pour calquer des souvenirs purement visuels, le boucher se tourna sur leur passage avec une irritation non dissimulée. […] léonin, le front très étroit, ses yeux de glace n’étincelaient que lorsqu’il laissait libre cours à sa férocité. Il sembla prendre très mal le goalless walking des deux partisans […]. Quelques pas plus loin, Tito expliqua que les paysans, il ne pouvait pas les supporter. – Dans le maquis, je précise. Comme partisans, je ne voudrais que des étudiants et des ouvriers. Des gens qui travaillent proprement, et par travail j’entends massacre, et qui travaillent proprement parce qu’en massacrant ils ont toujours l’estomac au bord des lèvres, tu me comprends. Les paysans, ce n’est pas pareil : ça les excite eux, et donc ils n’en finissent jamais, et donc ils s’embrouillent et font des salades. Ils massacrent avec les mêmes hurlements, les mêmes contorsions que lorsqu’ils attrapent un renard qui ravageait leurs champs ou leur poulailler, tu comprends ? Et ce n’est plus un renard, c’est des milliers d’hommes qu’ils doivent tuer22. »

26B. Fenoglio distingue entre « ceux qui ont l’estomac au bord des lèvres », quand ils doivent tuer, comme le fils d’Ada Gobetti, et ceux qui « s’excitent et n’en finissent jamais », quoiqu’il reconnaisse que les deux comportements peuvent caractériser les partisans.

27Dans Le Sentier des nids d’araignée, Italo Calvino raconte ce qui se produit dans le camp, lorsqu’un groupe de quatre Calabrais – un surnommé le Duc, le plus âgé, et ses trois beaux-frères – revient, un jour, avec le cadavre de l’un d’eux appelé le Marquis :

  • 23 Calvino I., Le Sentier des nids, op. cit., p. 123-125.

« [ils] posent le brancard devant la cabane et demeurent la tête nue et inclinée. Alors ils remarquent les deux prisonniers fascistes capturés lors du combat de la veille ; ils se tiennent là pieds nus, dépeignés, et épluchent des pommes de terre, dans leurs tenues aux galons arrachés, en expliquant pour la centième fois à tous ceux qui s’approchent, qu’eux, bien sûr, on les avait obligés à s’enrôler.
Le Duc ordonne aux deux prisonniers de prendre une pelle et une pioche et de porter le brancard jusqu’aux prés, pour y enterrer leur beau-frère [...]. Puis il [le Duc] leur ordonne de s’arrêter et de creuser une fosse […]. Les fascistes travaillent en hâte : ils ont déjà creusé une fosse profonde et regardent les beaux-frères.
- Encore, dit le Duc.
- Plus profonde ? Demandent les fascistes.
- Non, dit le Duc, plus large.
Les fascistes continuent de creuser et de rejeter de la terre ; ils font une fosse deux fois, trois fois plus large.
Ça suffit, dit le Duc.
Les fascistes étendent le cadavre du Marquis au milieu de la fosse ; puis ils en sortent pour la recouvrir de terre.
En bas ! dit le Duc. Recouvrez-le en restant en bas.
Les fascistes jettent des pelletées de terre, rien que sur le mort et restent chacun dans deux fosses séparées aux côtés du cadavre enterré. De temps en temps, ils se tournent pour voir si le Duc leur permet de remonter ; mais le Duc veut qu’ils continuent à jeter de la terre sur le beau-frère mort, de la terre qui s’élève déjà assez haut.
Puis le brouillard monte, et les hommes laissent les beaux-frères […] revolver braqué et s’en vont. Un brouillard opaque qui abolit les visages et étouffe les sons.
L’histoire des funérailles du Calabrais, une fois connue au commandement de brigade, suscita la désapprobation23. »

  • 24 Ibid., p. 116-117.

28Cet extrait exprime de quelle façon la haine créée par la souffrance et la violence, supportées par ces hommes, peut alimenter les passions de la peur, de la haine, du désir de vengeance et même de la furie destructrice. Le Marquis qu’Italo Calvino décrit ressemble aux paysans résistants de B. Fenoglio : « Le Duc de son métier, faisait de l’abattage clandestin et, même au détachement, quand il y a une bête à dépecer il s’offre pour le faire : il y a en lui comme un obscur culte du sang24. »

29Il est difficile d’imaginer aujourd’hui ce que cette image de résistants qui, par vengeance, enterrent vivants des prisonniers fascistes devant le détachement observant passivement le supplice pouvait avoir d’inhabituel. Il est nécessaire de rappeler que ces textes ont été écrits en 1947 et en 1957, années au cours desquelles l’image publique, historique, journalistique des résistants est, en Italie, celles de héros positifs, de martyrs, de combattants de la liberté. Ceux qui oseraient se dresser contre cette représentation ne pourraient être que d’anciens fascistes qui chercheraient à assimiler les résistants à de lâches assassins, justifiant ainsi leur passé. C’est dans ce contexte que l’on peut apprécier la nouveauté des images données par ces deux écrivains qui nous font percevoir les sentiments, les peurs, les instincts de ces hommes. À cet égard, la préface d’Italo Calvino pour la réédition de son livre, Le Sentier des nids d’araignée, en 1964, rend compte, très précisément, du contexte historique de l’après-guerre :

  • 25 Calvino I., Il Sentiero, op. cit., p. 14-15.

« Je voulais combattre en même temps sur deux fronts : lancer un défi aux détracteurs de la résistance et aux prêtres d’une résistance hagiographique et édulcorée […]. C’est alors que commençait la tentative d’une “direction politique” de l’activité littéraire : on demandait à l’écrivain de créer “le héros positif” de donner des images positives, pédagogiques de comportement social, de milice révolutionnaire […]. Le danger de voir assigner à la nouvelle littérature une fonction didactique et de glorification était dans l’air : quand j’écrivis ce livre je l’avais à peine pressenti et j’avais déjà la chair de poule, toutes griffes dehors contre la menace d’une nouvelle rhétorique […]. Ma réaction à ce moment-là pourrait être décrite ainsi : Ah ! Vous voulez “le héros socialiste” ? Vous voulez le “romantisme révolutionnaire” ? Eh bien ! Moi je vous écris une histoire de partisans dans laquelle il n’y a pas de héros et personne n’a de conscience de classe. Le monde des lingères, je vous représente le lumpen prolétariat ! […] Et ce sera l'œuvre la plus positive, la plus révolutionnaire de toutes25 ! »

30Mais les écrivains vont plus loin ; non seulement, ils nous lèvent un voile sur ces zones d’ombre de la Résistance, mais ils signalent aussi une de ses contradictions. En effet, comment ces hommes qui luttaient pour restaurer la dignité de l’homme contre la barbarie fasciste ont-ils pu utiliser les mêmes moyens que leurs adversaires ?

31Luigi Meneghello rapporte le récit de deux jeunes partisans Berto et son ami, lesquels viennent de rejoindre le maquis, leur première mission consistant à chercher des munitions dans un campement voisin :

  • 26 Meneghello L., Les Petits maîtres, Paris, Calman-Lévy, 1965, p. 268-269.

« Soudain un remue-ménage attira l’attention […]. Le groupe des hommes […] s’élargit en demi-cercle, entourant trois ou quatre gars fusils braqués et au milieu, deux hommes, sans armes, les mains en l’air […]. Le Commissaire s'avança de quelques pas, toujours soutenu par sa mitrailleuse. Il pivotait, en parlant, sur son talon gauche, et de légers mouvements de la pointe de sa savate accompagnaient ses paroles : “Riale Giovanni, et Riale Saverio, coupables de vol, condamnés à mort, exécution immédiate”.
Les deux frères criaient : “Non... Voleurs... Nom de Dieu...”.
Le Commissaire criait : “Si. Exécution. Nom de Dieu ! ”.
L’énervement bouscula le reste du débat, intervertissant les thèses :
Riale Giovanni et Riale Saverio : “Exécution. Nom de Dieu !”
Le Commissaire : “Voleurs. Nom de Dieu !”
Là-dessus, tout en parlant, le Commissaire tira ; les deux frères, tout en protestant, commencèrent à descendre sur les genoux, s’arrêtèrent un instant comme s’ils prenaient la pose, et s’écroulèrent dans un gargouillis.
Là-dessus aussi, les genoux de Berto s’entrechoquaient si fort qu’on devait, pensait-il, les entendre cogner.
Le Commissaire recula de deux pas, traînant ses savates et dit à Berto : “Bien visé, hein ?” […] Berto regarda le ciel, haut et serein, toujours impassible ; le visage de son ami, d’un blanc de craie ; et les deux frères recroquevillés dans l’herbe, la figure tournée vers le ciel, les yeux ouverts. Des taches sombres s’élargissaient sur leur poitrine26. »

32L’image livrée ressemble plus à celle d’une exécution sommaire, même si cette violence entre partisans s’explique par le contexte de la guérilla : les premiers maquisards avaient dû se débrouiller seuls et il n’était pas toujours facile de faire la différence entre les réquisitions pour la survie du groupe et la confiscation pour usage personnel. Afin de rendre claire la ligne de démarcation entre partisan et bandit, un système de punition avait été institué et, à l’encontre des partisans qui se comportaient en voleurs, le châtiment était presque toujours la mort, les circonstances de la guerre ne laissant guère d’autres solutions.

33L’épisode raconté par Luigi Meneghello, lequel montre les exagérations auxquelles ce contexte de guerre civile pouvait mener, relate la vie d’un commissaire partisan, dont l’action de tuer se situe à l’opposé de la bravoure, du courage et de l’intrépidité des partisans de la région de Bologne, décrits par R. Battaglia dans l’extrait cité au début de cet article. Luigi Meneghello met en lumière les contradictions existant entre les buts fixés et les moyens adoptés par les partisans, lesquels luttent pour le respect de l’honnêteté, de la morale et l’application de ces principes, tandis que le commissaire témoigne d’une grande désinvolture à l’occasion de l’exécution de deux partisans accusés de vol. Seul, le jeune partisan semble éprouver une grande émotion devant cette scène.

34Il reste, maintenant, à chercher si ces représentations littéraires ont pu influencer le travail des historiens : ont-elles pu jouer un rôle dans l’évolution de l’historiographie et peuvent-elles expliquer les différences entre les points de vue de R. Battaglia et de C. Pavone ? Mais il faut essayer de comprendre pour quelles raisons les écrivains ont pu donner, avant les historiens, une vision de la Résistance démythifiée.

Littérature et histoire

35Le livre de Roger Chartier, Au Bord de la falaise, résume, dans les dernières phrases, des pistes pour l’analyse de la littérature :

  • 27 Chartier R., Au Bord de la falaise, Paris, Albin Michel, 1998, p. 272-273.

« À distance de la tentation (qui fut forte chez les historiens, hélas) de réduire les textes à un pur statut documentaire, il faut travailler sur les écarts. Écarts entre les représentations littéraires et les réalités sociales qu'elles représentent en les déplaçant sur le registre de la fiction et de la fable27. »

36Dans l’étude réalisée à l’occasion du master intitulé « La Résistance en Italie (1943-1945) dans les écrits littéraires de Beppe Fenoglio et d’Italo Calvino », je me suis servi des romans de ces deux auteurs comme de témoignages et je les ai analysés comme tels, en me posant notamment les questions suivantes : le témoin était-il présent ? Était-il dans le lieu qu’il a décrit ? L’écriture n’est-elle pas trop éloignée dans le temps du vécu ? Les réponses devaient apporter la preuve d’une moindre reconstruction de la mémoire. Cette préoccupation, jamais réellement explicitée, m’a conduite, dès que c’était possible, à mettre en parallèle les textes des romans étudiés avec la réalité des faits, en les rapportant à l’histoire politique et militaire de la Résistance ou à l’étude de la vie des auteurs pour « prouver » que leur témoignage littéraire n’était pas une pure construction, mais reposait sur des faits réels et avait, donc, une valeur et une place en histoire.

37Le choix de romans écrits par deux hommes ayant participé à la résistance assurait que les récits écrits s’étaient forcément inspirés de leur vécu : ils étaient présents, lorsque les faits s’étaient produits, et ils y avaient pris part. Le témoin crédible est bien celui qui a été là où il dit avoir été et au moment où il le dit. Aussi ai-je réduit les textes à « un pur statut documentaire ». Afin de mieux appréhender les relations entre la littérature et l’histoire, en avançant dans la voie proposée par Roger Chartier, je me fonde sur son analyse :

  • 28 Chartier R., op. cit., p. 58.

« Le rapport du texte au réel se construit selon des modèles discursifs et des découpages intellectuels propres à chaque situation d’écriture. Ce qui conduit à ne pas traiter les fictions comme de simples documents, reflets supposés de la réalité historique, mais à poser leur spécificité en tant que texte situé en rapport avec d’autres textes et dont l’organisation comme la forme visent à produire autre chose qu’une description28. »

38Ainsi, il s’agit de ne pas se contenter des contenus pour tenter de saisir l’apport des œuvres littéraires dans la compréhension de certains aspects de l’histoire de la Résistance. Il faut construire un dispositif d’analyse qui intègre à la fois l’auteur, le public et le support matériel du texte. C’est peut-être ce type d’approche qui peut permettre de comprendre pour quelles raisons l’écriture de romans semble avoir été le seul mode possible d’expression d’une vision discordante de la Résistance, depuis les années d’après-guerre jusqu’aux années 1980, et pourquoi il a fallu passer par le roman pour traiter de la question de la violence des résistants eux-mêmes.

39Voyons, d’abord, le public : la période de l’après-guerre se caractérise en Italie, d’un côté, par une dévalorisation de la Résistance, qui assimile parfois les résistants à de simples délinquants, et, d’autre, par la célébration du « héros socialiste positif » sous l’influence du parti communiste. Pour quelles raisons B. Fenoglio et I. Calvino préfèrent-ils alors l’écriture de romans, donc de fictions, pour répondre à ces contradictions qui agitaient la société d’après-guerre ? La question est de savoir si seul le roman permet de tracer un tableau démythifié de la Résistance grâce au cadre de la fiction : ces auteurs ont utilisé un tel genre littéraire pour dire une vérité sur la Résistance qui ne pouvait être acceptée par le public que sous cette forme. C’est alors que, paradoxalement, par le roman, on accède à une plus grande vérité sur cette période historique.

40Dans le contexte des années d’après-guerre, seul ce genre littéraire semble avoir été susceptible de mettre au jour les contradictions ayant caractérisé les résistants, de révéler leurs « zones d’ombre ». Puisque le roman est un subterfuge pour parler de la réalité, il peut révéler ce qu’a vraiment été la Résistance sans prendre le risque d’être pris au sérieux.

41Alors que, pour beaucoup déjà, les morts de la Résistance sont considérés comme « inopportuns », un glissement s’est peu à peu opéré : ce n’est plus le fascisme qui est tenu pour une parenthèse (formule utilisée après guerre pour reconstruire l’unité du pays), mais la Résistance elle-même. Si le roman devient ce qu’avaient probablement espéré leurs auteurs, une œuvre universelle, il fait de la Résistance un événement inscrit à jamais dans l’histoire des hommes, qui devient « éternelle » au même titre que l’œuvre.

42Une mise en relation entre le monde représenté par l’œuvre et l’écrivain ajoute un élément important pour la compréhension de l’œuvre et de son rapport avec son contexte. À cet égard, Italo Calvino donne des informations très précises dans sa préface, déjà citée, de 1964 :

  • 29 Calvino I., Il Sentiero, op. cit., p. 20-21.

« Pendant des mois, après la fin de la guerre, j’avais essayé de raconter l'expérience partisane à la première personne, ou avec un personnage semblable à moi. J'écrivis quelques récits que je publiai d’autres que je jetai à la poubelle ; j’étais mal à l’aise ; je n’arrivai jamais à atténuer complètement les vibrations sentimentales et moralistes ; il se trouvait toujours quelques fausses notes ; mon histoire personnelle me paraissait humble, mesquine ; j’étais plein de complexes, d’inhibition en face de tout ce qui me tenait le plus à cœur.
Quand je commençai à écrire des histoires où le “je” n’entrait pas, tout se mit à fonctionner : le langage, le rythme, la forme étaient justes, fonctionnels ; plus je le rendais objectif, anonyme, plus le récit me donnait de satisfaction29. »

43Ainsi, il définit la nécessité de prendre ses distances avec son expérience pour pouvoir écrire. Il abandonne la première personne et adopte le point de vue d’un enfant, ce qui lui permet de traduire, le plus « justement » possible, le traumatisme de l’engagement dans cette guerre qu’a été la résistance :

  • 30 Ibid., p. 20.

« L’arrière plan du livre, c’étaient mes réflexions sur la violence depuis que je m’étais mis à prendre les armes. Avant de rejoindre les partisans, j’étais un jeune bourgeois qui avait toujours vécu avec sa famille, mon tranquille antifascisme était avant tout une opposition au culte de la force guerrière, une question de style, un “sens of humour” et tout d’un coup la mise en acte de mes options me conduisait au milieu de la violence partisane ou je me faisais juger suivant cet étalon. Ce fut un traumatisme, le premier30. »

44L’auteur est un jeune bourgeois qui se retrouve dans une situation étrangère à son éducation. Mais, en même temps, cette position l’autorise à rendre compte d’un aspect fondamental de la Résistance : les résistants sont des hommes hors du commun, des parias ou des héros, voire les deux, et sont, dès lors, amenés, à l’instar de l’écrivain, à échapper aux lignes de partage de la société. L’auteur livre donc une représentation de la Résistance qui ne renie rien de sa complexité, mais aide, au contraire, à mieux percevoir comment cette question de la violence a pu provoquer une déchirure aussi profonde.

  • 31 Livre paru en 1994 aux Éditions Belles Lettres.

45En conclusion, il reste à trouver une méthode pour aborder l’étude des éventuelles influences existant entre la littérature et l’histoire susceptibles d’expliquer les changements des représentations de la Résistance dans ces deux champs. Il conviendrait de pouvoir saisir l’évolution récente de l’historiographie de la Résistance et de la mettre en relation avec la production littéraire. Une telle démarche permettrait de mettre au jour les modifications ayant caractérisé à la fois cette période et l’historiographie, résultat probable d’un dialogue avec les œuvres littéraires. Le préalable à l’approfondissement de ce sujet exige un effort de découpage chronologique qui autorise l’étude de l’évolution de la littérature et de la redéfinition des approches historiques. Aussi faut-il élargir le champ des œuvres littéraires analysées, afin de vérifier si les historiens ont pu s’inspirer des idées et des réflexions des romanciers, et si ces derniers sont des lecteurs attentifs des recherches historiques. Cet article représente ainsi une première tentative de recherche sur ce terrain. Au moins sur le thème de la violence exercée par les partisans, il semble que ce sont les écrivains qui ont ouvert une voie aux historiens. Il est vrai que cette approche appartient largement, aujourd’hui, à l’histoire comme en témoignent des livres récents, par exemple, celui de Christopher Browning, Des Hommes ordinaires. Le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la solution finale en Pologne31.

Notes

1 Battaglia R., Storia della resistenza italiana, Turin, Einaudi, 1953.

2 Pavone C., La Resistenza oggi : problema storiografico e problema civile, dans Dizionario della Resistenza, Turin, Einaudi, 2001, p. 990.

3 Pavone C., Una guerra civile. Saggio storico sulla moralità nella Resistenza, Turin, Bollati Boringhieri, 1991.

4 Pavone C., Une Guerre civile. Essai historique sur l'éthique de la Résistance italienne, Paris, Seuil, 2005.

5 Pavone C., op. cit., p. 13.

6 Calvino I., Il Sentiero dei nidi di ragno, Turin, Einaudi, 1947.

7 Meneghello L., I Piccoli Maestri, Milan, Feltrinelli, 1964.

8 Fenoglio B., Il Partigiano Johnny, Turin, Einaudi, 1968.

9 Fenoglio B., Lettere, Turin, Einaudi, 2002, p. 82 : « Sto effettivamente lavorando a nuovo libro. […] Non ho ancora terminato la prima stesura e mi ci vorrà certamente un sacco di tempo per averne la definitiva. Il libro abbraccia il quinquennio 1940-45. »

10 Battaglia R., Storia della resistenza italiana, Turin, Einaudi, 1953, p. 491-492.

11 Battaglia R., op. cit., p. 504-505.

12 Ibid., p. 508.

13 Battaglia R., Storia della resistenza italiana, Turin, Einaudi, 1953, p. 478-479.

14 Pavone C., Une Guerre civile. Essai historique sur l'éthique de la Résistance italienne, Paris, Seuil, 2005, p. 13.

15 Pavone C., op. cit., p. 19.

16 Ibid., p. 488.

17 Levi P., Les Naufragés et les rescapés, Paris, Gallimard, p. 24.

18 Pavone C., op. cit., p. 501.

19 Calvino I., Le Sentier des nids d'araignée, Paris, Julliard, 1981, p. 163, dans Pavone C., op. cit., p. 501.

20 Gobetti A., Diario partigiano, Turin, Einaudi, 1996, p. 92, dans Pavone C., op. cit., p. 498.

21 Battaglia R., Un Uomo, un partigiano, Bologne, Il Mulino, 2004, p. 69.

22 Fenoglio B., La Guerre sur les collines, Paris, Gallimard, 1973, p. 65.

23 Calvino I., Le Sentier des nids, op. cit., p. 123-125.

24 Ibid., p. 116-117.

25 Calvino I., Il Sentiero, op. cit., p. 14-15.

26 Meneghello L., Les Petits maîtres, Paris, Calman-Lévy, 1965, p. 268-269.

27 Chartier R., Au Bord de la falaise, Paris, Albin Michel, 1998, p. 272-273.

28 Chartier R., op. cit., p. 58.

29 Calvino I., Il Sentiero, op. cit., p. 20-21.

30 Ibid., p. 20.

31 Livre paru en 1994 aux Éditions Belles Lettres.

Auteur

Université de Provence (Aix – Marseille I)

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search