Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books CNRS Éditions Sociologie La violence Le garde assassiné : paradigme lo...

La violence

 | 
Lucien Faggion
, 
Christophe Régina

Partie I. Histoires de la violence et violences de l’histoire

Le garde assassiné : paradigme local du trou dans la vicinité

Cas isérois entre 1813 et 1888

Nicolas Krautberger

Volltext

« Braconnier et garde s’entre-tuant dans la forêt, près de Béziers », dessin par H. Meyer, paru dans le Supplément au Petit Journal illustré, 10 mars 1895, première page

  • 1 Annexe 1.
  • 2 Kalifa D., L’encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995, (...)

1Mars 1895 : la couverture du Supplément au Petit Journal illustré représente un fait divers. La légende mentionne : « Braconnier et garde s’entretuant dans la forêt1. » Si l’on suit la thèse de Dominique Kalifa sur le rapport entre la publicité que la presse réserva à certains types de crimes et de délits à la fin du xixe siècle et leur fréquence effective dans la vie des justiciables, cette illustration prouverait que les meurtres d’agents de l’État dans l’exercice de leurs fonctions étaient en pleine disparition2. Néanmoins, le fait que la rédaction du journal commanda cette gravure pour attirer les clients signifie que cette scène jouait comme l’idéal-type d’une violence connue et reconnue par le plus grand nombre. Le meurtre de garde dans l’exercice de ses fonctions a un fondement socio-historique à élucider.

  • 3 Annexe 2.
  • 4 CNRS, Les Eaux et Forêts du XIIe au XXe siècle, Paris, CNRS, 1987, p. 494.

2Cependant, les résultats des premiers réflexes quantificateurs sont sans appel : les gardes homicidés ne furent pas légion à l’échelle nationale3. Et déjà les documents nécessaires à cette manie historienne transforment la nature des personnages – apparaissent les « victimes du devoir4 » –, travaillent les qualifications – homicide, meurtre, assassinat ou attentat – et profitent de ces modulations fortes des violences dites « rurales », voire « antiétatiques » pour brouiller des pistes historiographiques d’ordinaire surfréquentées. Alors que l’histoire institutionnelle s’épanouit normalement dans l’énumération ad nauseaum des distinctions fondant en corps toute administration, lorsqu’il s’agit de parler de l’homicide d’un garde, une certaine logique rassemble en un seul et même martyr gardes forestiers, gardes champêtres, gardes communaux, brigadiers et même gendarmes, policiers, douaniers ou agents du fisc tués dans l’exercice de leurs fonctions. Pour ce premier jeu de documents, ce qu’on assassine dans un garde, c’est la fonction de police judiciaire.

  • 5 Ricœur P., « L’historien et le juge », La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Seuil, 2000, p. 41 (...)

3À la rencontre des gardes homicidés au xixe siècle, le premier mouvement de l’historien sera donc un geste de défiance. Non pas que le contrat fiduciaire avec les témoins du passé soit invalidé dès lors qu’il s’agisse de parler d’un « a été » peu reluisant5 : il convient cependant de faire remarquer une certaine connivence des sources qui fait passer des amalgames grossiers pour des montées en généralité statistique. C’est ainsi que, selon le Code pénal de 1810, homicide et : il convient tentative d’homicide de fonctionnaire pouvaient être saisis comme un seul et même objet par les cours d’Assises ; tout comme les Chroniques forestières parlaient souvent d’assassinat pour relater une affaire de coups et blessures, dont le garde s’était sorti vivant. Si aucun garde n’a jamais été tué dans une salle d’audience, c’est aux Assises que ces homicides devinrent des pièces singulières de la collection plus générale des violences faites à agent dans l’exercice de ses fonctions. Et c’est sur cette statistique criminelle que l’Administration forestière participa, avec ses propres armes, à la fabrication du droit, préalable indispensable à la constitution d’un corps d’État.

  • 6 Corbin A., « L’histoire de la violence dans les campagnes françaises au XIXe siècle. Esquisse d’un (...)
  • 7 Chauvaud F., Les criminels du Poitou au XIXe siècle. Les monstres, les désespérés et les voleurs, P (...)
  • 8 Il s’agit de toute la constellation des travaux qui ont été réalisés dans le sillon du groupe de re (...)
  • 9 Claverie E., Lamaison P., L’impossible mariage. Violence et parenté en Gévaudan, XVIIe-XVIIIe-XIXe  (...)
  • 10 Chauvaud F., op. cit., 1999, p. 327 et Corbin A., « Préface », Ploux F., op. cit., p. 3.
  • 11 Passeron J.-C., Revel J. (dir.), Penser par cas, Paris, EHESS, 2005.

4Aussi en est-on arrivé à penser qu’il serait pertinent de discuter sur la possibilité d’un paradigme local du garde assassiné pour aborder, d’une certaine manière, l’histoire rurale française. L’historiographie concernant les violences au xixe siècle est vaste. Le bilan d’étape que proposa Alain Corbin en 1991 reste inévitable6. Une actualisation serait évidemment nécessaire eu égard à la prolongation de certains axes de recherche7, mais surtout en raison de l’apparition d’une véritable histoire sociale des corps administratifs du monopole de la violence légitime (police et gendarmerie) qui a entraîné une relecture des conflits à la lumière de la fonction de maintien de l’ordre notamment8. L’intérêt du paradigme local du garde assassiné est qu’il commande d’aborder cette partie des violences au village dans une démarche d’anthropologie historique9 : les homicides de gardes ne permettent pas de constituer des séries de cas. Ces événements impliquent de s’attacher aux situations. Sans chercher à minorer l’existence des autres affaires, dans lesquelles apparaissaient les gardes, ce paradigme viserait à étayer la thèse défendue par certains historiens10, selon laquelle le point de vue juridique est un point de vue hétéronome à l’histoire et doit être objectivé comme tel. Rien, sinon les raccourcis statistiques, ne permet de soutenir qu’il ne fait aucune différence qu’un garde ait été tué ou qu’il ait survécu à une tentative de meurtre. C’est, pourtant, ce qui ressort des sources judiciaires et administratives qui masquent que l’homicide d’un garde est avant toute autre chose, la disparition d’un homme au village. Aussi, comme il est proposé par les promoteurs d’une pensée par cas en sciences humaines11, la constitution du garde assassiné en paradigme local permettrait de penser à la fois l’occurrence passée de certaines interactions violentes entre individus et les modes de fabrication de ces réalités historiques par l’opération historiographique.

  • 12 Revel J., « L’histoire au ras du sol », Levi G., Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dan (...)

5Penser par cas les cas juridiques d’homicide de garde en Isère au cours du xixe siècle, ce n’est ni s’abandonner au gros œuvre structuro-fonctionnaliste de la comptabilité générale du crime visant à fabriquer des typologies de violences, ni s’enfuir dans l’indécidabilité perpétuelle d’une casuistique juridique fondée sur la mise en abyme d’observations cliniques toujours plus singulières les unes que les autres. C’est au contraire se donner une infime chance de découvrir à la surface même du substrat disciplinaire, au ras du sol dans lequel s’enracinent les catégories et l’arsenal linguistique avec lesquels penser et dire les pratiques socio-historiques anormales, autre chose que les catégories de l’entendement pénal, tels que les couples délit/délinquant ou crime/criminel. Il s’agit de tout faire pour ne pas avoir comme instruments d’analyse les produits même de l’espace que nous analysons. Tels d’improbables expérimentateurs12, nous désirons voir ce qui se passe dans la vicinité d’une poignée de villages isérois pour qu’un garde vienne à disparaître, homicidé.

Re-mettre les nomologies administratives de police rurale à pratique

  • 13 Guichard A.-C., Manuel de la police rurale et forestière, de la chasse et de la pêche, Paris, Picha (...)

6La légende de l’illustration du Petit Journal ne permet pas de déterminer précisément à quelle catégorie d’agent de police rurale rattacher ce garde assailli. Or cette indétermination qui constitue le mortier du paradigme du garde assassiné doit tout d’abord être « pensée contre » les nomologies administratives auxquelles certaines publications ont souvent attaché trop d’importance. Pouvoir parler de garde et de police rurale au xixe siècle nécessite de faire la part du feu théorique pour se donner les moyens de lire les archives au-delà des chiffres du Compte général de l’administration de la justice criminelle en France et des mots du Manuel de la police rurale et forestière, de la chasse et de la pêche13.

  • 14 Décret du 20 Messidor an III réaffirmé par la loi municipale du 18 juillet 1837.
  • 15 Gaveau F., L’ordre aux champs. Histoire des gardes champêtres en France de la Révolution à la Trois (...)
  • 16 Signorel H., Le garde champêtre. Officier de police judiciaire, Toulouse, Cléder, 1931, p. 12.
  • 17 AD38 6P1/2 : Tableaux et observations des réorganisations du régime forestier en Isère (1814, 1818- (...)

7À partir de la Révolution14, il incombait aux maires et aux conseils municipaux de financer la surveillance du terroir communal. Aussi était-il nécessaire de recourir à un garde champêtre : un individu chargé à la fois d’exercer une surveillance au cours de tournées quotidiennes effectuées à pied et de constater les délits commis15. Cependant, jusqu’à la loi municipale du 5 avril 1884, les maires pouvaient profiter d’un vice dans l’énoncé de celle de 1837 pour s’épargner cette dépense supplémentaire16. De fait, au xixe siècle, toutes les communes ne possédaient pas systématiquement de garde, mais à l’exemple de l’Isère, peu n’en avaient pas17.

  • 18 Perrot M., Robert P., Le Compte général de l’administration de la justice criminelle en France pend (...)
  • 19 Annexe 3 : respectivement 1 pour 3 pour 3,5 en 1845 ; et 1 pour 4 pour 4 en 1875.
  • 20 CNRS, op. cit.
  • 21 Les gardes forestiers furent étudiés dès le début des années 80 (Groupe d’Histoire des Forêts Franç (...)

8Le Compte général... attribuait l’exercice de la police rurale à cinq catégories d’officiers de police judiciaire : le gendarme, l’agent de police, le garde champêtre communal, le garde particulier assermenté et le garde forestier18. Entre 1845 et 1898, la proportion entre ces trois types de garde est restée relativement stable19. À partir de ces documents, une certaine historiographie20 établit que la nature du territoire à surveiller dictait la catégorie de garde adéquate : à l’ager et au saltus, le garde champêtre ; au saltus et à la sylva, le garde forestier. Le garde particulier permettait, ensuite, de raffiner cette érudition juridique en introduisant le critère civil de la propriété. Le garde champêtre était l’homme du maire et, donc, selon cette délégation, de la propriété communale ; le garde particulier était l’homme de son mandant et, donc, de la propriété privée. Et, à ce jeu-là, le garde forestier héritait de toute la singularité qui fait de l’exception la caution de la règle. Effectuant son service au sein d’un bien public – communal ou national –, son appartenance à une administration d’État en pleine institutionnalisation au cours du xixe siècle lui assura une histoire particulière qui fut pour beaucoup dans la relégation de celle du garde champêtre21.

  • 22 AD38 6P4/1 : lettre du préfet aux communes, en date du 15 septembre 1814, qui les enjoint de réunir (...)
  • 23 Philippar, Études forestières, Paris, Huzard, 1843, p. 14.
  • 24 Précédé de dix ans par la création des premières écoles secondaires forestières, voir Buttoud G., o (...)
  • 25 Ibid., p. 172-181.

9Or la moindre descente en archive ne laisse aucun doute : cette différenciation juridique était au social-historique ce que la norme est aux choses normales : une asymptote. Les archives des Eaux et Forêts, de même que les documents municipaux, donnent à voir que c’était, en règle générale, les mêmes individus qui cumulaient les charges et les traitements des garderies forestière, particulière et champêtre le cas échéant22. Cette première montée en généralité que suggère la légende de l’illustration et qu’autorisent les archives permet, un peu paradoxalement, de redescendre au ras des pratiques. Là prend tout son sens la remarque de Philippar qui reprochait, en 1843, à l’ensemble des gardes forestiers de ne rien entendre à la sylviculture et de passer leur temps à veiller aux délits23. Surveillance et/ou gestion forestière pour ces gardes « singuliers » ? Seule la création de l’école primaire des Barres en 187324 permet de présumer de la volonté des administrateurs d’apporter cette culture forestière aux derniers maillons de la hiérarchie – dernière étape du processus d’autonomisation du corps forestier que la loi du 30 octobre 1919 sur la domanialisation des gardes communaux fit changer de régime25. Avant cela, la fonction de garde doit être saisie dans le flou qui est consubstantiel aux notions indigènes dans leur usage pratique, car c’est ce flou, cette indétermination qui est à la fois la condition et le produit de leur fonctionnement, et que seul ce fonctionnement pratique peut et doit intéresser l’historien.

  • 26 Ibid., p. 158-159.
  • 27 Arnaud E., Les gardes champêtres, Paris, Jouve, 1925, p. 32.
  • 28 Gaveau F., « Gendarmes et gardes champêtres de 1795 à 1854. Une relation ambiguë », Luc J.-N. (dir. (...)
  • 29 Signorel H., op. cit., p. 5.

10La fonction principale des gardes était de surveiller l’espace rural. S’il peut paraître discutable de chercher le seuil d’une surveillance nominale dans le nombre moyen de gardes par habitant et par kilomètre carré à l’échelle nationale, il est certain que ce même nombre ne dise rien sur le zèle ou le dilettantisme avec lequel chaque garde avait toute latitude d’exercer son devoir en fonction de la multitude des contextes locaux. En revanche, ces velléités historiennes de calculs de densité26 sont à rapprocher de l’idée tout à fait fondée qu’un garde appartient à un territoire : ce territoire en hérite, tout comme la terre hérite de l’aîné en vertu du droit d’aînesse selon Marx. C’est la compétence territoriale qui constitue le garde – ce que les juristes appellent la compétence ratione loci – et non la densité de garde qui constitue le territoire. Selon cette logique, un territoire surveillé une fois était un territoire surveillé toujours27. Échelons multifonctionnels de la procédure criminelle28, codes et décrets les faisaient dépendre de tous les sommets judiciaires (procureurs généraux, procureurs de la République, cours d’appel, hiérarchie administrative29) et la modicité endémique de leurs rémunérations facilita dans une large mesure leur extrême labilité aux rapports de force du village. L’activité des gardes, accaparés par la double mission de surveiller et de punir, est aujourd’hui visible à l’aune des affaires judiciaires dans lesquelles ils étaient pris.

  • 30 Gaveau F., op. cit., p. 81-90.
  • 31 Annexe 4.
  • 32 CNRS, op. cit., p. 479.
  • 33 Annexe 5.

11Face aux chiffres de la transmission des dénonciations et des procès-verbaux au ministère public, le Compte général... relativise radicalement l’efficacité répressive du garde par rapport à la montée en puissance du gendarme30 : alors que le nombre de gendarmes passa de 15 000 à 21 000 dans la seconde moitié du xixe siècle, le nombre des affaires transmises par eux au correctionnel s’envola de 50 000 en 1845 à un peu moins de 190 000 en 1880. Au cours de la même période, l’effectif cumulé des trois types de garde passa de 73 000 à 84 000 (soit 4 à 5 fois plus que de gendarmes), pour une activité répressive croissant péniblement de 6 000 à 9 000 affaires (soit 8 à 21 fois moins que la gendarmerie)31. Toujours selon cette source, la quotidienneté des rapports entre officiers de police judiciaire et administrés relevait de deux grands types de délit : les délits forestiers et les délits de chasse. Trois années seulement après la promulgation du Code forestier en 1827, plus de 73 000 affaires de délits forestiers passèrent devant les tribunaux correctionnels, mettant en cause près de 116 000 personnes. En 1850, délits de chasse et délits forestiers représentaient toujours plus d’un délit sur deux et constituaient encore plus de 100 000 administrés en délinquants. En 1880, le taux de ces deux types de délits s’abaissa à moins de 20 % des affaires traitées par les tribunaux correctionnels en raison notamment de la loi du 18 juin 1859 qui autorisa les gardes attachés à l’Administration forestière à consentir des transactions : le délit étant transmué en contravention, l’affaire ne remontait plus devant les tribunaux32. En Isère, le rapport entre délits et contraventions forestières se stabilisa autour de 1 pour 4 sur les trente dernières années du siècle33.

  • 34 Gaveau F., « Essentiels et sans importance. Regards sur les gardes champêtres dans la France du XIX(...)
  • 35 Buttoud G., op. cit., p. 160-171.
  • 36 Thoral M.-C., « Les relations entre les gendarmes, auxiliaires de justice en milieu rural, et les c (...)
  • 37 AD38 6P2/18-19 : Gardes forestiers. Nominations (1885-1893).
  • 38 Leur nombre passa de 906 à 1 642 entre 1860 et 1900, sachant qu’elles ne dépassèrent pas les 2 000 (...)

12À travers ces premiers chiffres actant l’incommensurabilité des brigades de gendarmerie si heureusement adaptées aux nécessités pénales de la société française du xixe siècle, on comprend mieux pour quelles raisons la technologie de pouvoir, qui tournait derrière la fonction de garde, a souvent pu passer pour inefficace, voire contreproductive aux yeux des contemporains34. Ainsi c’est en partie pour tout ce que les autres officiers de police judiciaire n’étaient pas, et avant tout des villageois, des « homines loci », que cette histoire peut être intéressante. De fait, la fonction de garderie en général fut travaillée en profondeur par les deux modèles antithétiques du gendarme et du garde champêtre entre lesquels la fonction de garde forestier a évolué durant tout le xixe siècle. Le garde champêtre était un homme seul à la différence de la brigade de gendarmerie ; le propre de toutes les réorganisations forestières fut de se donner les moyens de l’embrigadement des gardes35. Le garde champêtre appartenait au territoire dont il avait la surveillance, à la différence des nominations extra-cantonales qui jouèrent très tôt dans la gendarmerie36 ; les dossiers des personnels forestiers permettent de voir qu’à partir de 1880, l’Administration recourait à un véritable jeu de chaises musicales pour assainir des situations locales tendues ou pour mettre à l’écart les gardes les plus incompétents37. Le garde champêtre habitait une maison particulière du village, à la différence du casernement gendarmique. La seconde moitié du xixe siècle vit l’explosion des constructions de maisons forestières en France, véritables casernes particulières à la lisière des villages pour loger les gardes forestiers et leur famille38.

  • 39 C’est notamment une hypothèse de travail qu’Alain Corbin a gardé à l’état d’implicite dans la parti (...)

13Ainsi, une fois démontré qu’il peut être permis de travailler sur le39 personnage socio-historique du garde tel qu’il fut représenté dans l’illustration du Petit Journal, il convient de s’en approcher par le biais de ces situations d’extrême violence dans lesquelles certains types d’agencements de l’écheveau relationnel du pouvoir au village permirent qu’on le fasse disparaître de cette vicinité, dont il était une pièce à part entière.

Conditions socio-historiques de possibilité du garde assassiné : l’indifférencié différenciant. Cas isérois, 1813-188840

Annexe 1 : matériel

  • 41 Pigenet M., « En marge des affaires : les archives judiciaires comme source d’histoire du quotidien (...)

14Au sein des différents documents qui constituent l’instruction judiciaire d’un homicide de garde, les transcriptions des auditions et des interrogatoires doivent être tenues pour des moments privilégiés au cours desquels l’historien peut espérer saisir le cliquetis des pratiques de construction de la vérité à travers le brouhaha permanent que produit la nécessité judiciaire de découvrir la vérité (le coupable, le mobile, l’arme du crime...). L’interrogatoire, créant de la parole tout en la privant immédiatement de liberté, savait déployer par devant elle les conditions nécessaires à sa vraisemblance, au « mentir vrai des prévenus qui émaillent leurs explications et alibis de détails vraisemblables41. » Aussi chaque témoignage que l’enquête fait émerger ne dit rien pris isolément, puisqu’ils sont à eux tous l’effet résultant de la projection de la procédure criminelle sur l’espace social du village : un espace fondamentalement relatif, où chaque propos doit être pondéré en fonction de qui dit quoi sur qui, à qui et à quel moment. Cet espace relatif transposé et mis en scène lors des situations d’interrogatoire demeure inaccessible à une simple démarche d’archéologie, car la pratique d’enquête n’était pas le sédiment passif accueillant et recouvrant ces mots et ces paroles : la pratique d’enquête fonctionnait à partir de ce tissu relationnel en faisant jouer les interstices, les fractures, les plis, de ses multiples tempos et de ses ruptures de rythme. Tous ces semi-aveux, que l’on fait par nécessité de tenir sa position relativement à ce qu’on a appris que tel ou tel a déjà dit lors d’une information précédente, n’était pas le seul fait du témoin, mais celui de la production collective d’un rapport de force multiscalaire – de la maisonnée à la chambre d’audience. Quoique les papiers d’une instruction judiciaire se donnent aujourd’hui à l’historien sous la forme d’une collation synchronique et synoptique de documents divers, il s’agit là d’une œuvre d’archiviste qui masque la durée et l’hétérogénéité de ces moments que furent les enquêtes au village.

  • 42 Passeron J.-C, Revel J., op. cit., p. 42-43.
  • 43 Farcy J.-C., Guide des archives judiciaires et pénitentiaires, 1800-1958, Paris, CNRS, 1992, p. 27.
  • 44 Ricœur P., op. cit., p. 359-369.
  • 45 Passeron J.-C., Le raisonnement sociologique : un espace non poppérien de l’argumentation, Paris, G (...)

15Toute la difficulté tient au fait que chaque information donnée par les acteurs doit être récoltée par l’historien en tant que différence dans un système de différences que structurait un certain nombre de schèmes de perception toujours disponible dans l’univers des stratégies possibles, mais plus ou moins probablement mobilisables en fonction d’un faisceau infini de raisons que trahissent d’infimes éléments anthropologiques déposés ça et là, au fil des mots – rien moins qu’au hasard. Une liste exhaustive en serait par définition impossible42. Aussi, au-delà d’une lecture impressionniste que Jean-Claude Farcy propose d’appliquer à de tels documents43, gageons qu’il soit envisageable, grâce à l’élaboration d’un paradigme comme celui du garde assassiné, de soustraire la scientificité si contestée de l’opération historiographique des griffes du Janus quantitatif/qualitatif, en relocalisant la représentance44 dans un espace non-poppérien de l’argumentation45 où elle pourrait trouver selon nous, de nouveaux horizons d’attente.

Annexe 2 : représentation-objet46

  • 46 Ricœur P., op. cit., p. 231-301.

16Pour quelles raisons un individu fut amené à tuer un garde dans l’exercice de ses fonctions ? L’illustration du Petit Journal et les tableaux de chiffres du Compte général... fabriquent une représentation-objet d’un tel mobile. Ils donnent à voir l’image d’un paysan qui enfreignait perpétuellement lois forestières et lois de chasse et qui était massivement réprimé pour cela par des officiers de police judiciaire opiniâtres.

17Or, les cas d’homicide de garde, tout en s’inscrivant dans cette représentation-objet, drainent un certain nombre de singularités importantes. Entre 1813 et 1888, les gardes isérois homicidés étaient, en effet, immanquablement en contentieux avec leur bourreau*. Ces différends pouvaient être récents*, ayant pour limite haute le flagrant délit qui fut parfois à l’origine de la situation d’homicide ; mais rien n’empêchait qu’il s’agisse d’affaires anciennes*. Cependant, le nombre total des affaires mises en jeu était toujours très faible* : les témoignages relatent en grande majorité un, voire deux procès-verbaux passés devant le juge de paix, ce que corroboraient ce dernier et son greffier recourant à leurs archives pour construire le mobile. À l’ouverture de l’enquête, la première vague de suspects rassemblait majoritairement les individus ayant été un jour en contentieux avec le garde homicidé* – ce que l’on savait soit de manière administrative avec les témoignages des représentants de l’autorité, soit de manière informelle grâce au bruit public qui court, objet de toutes les attentions gendarmiques*. De même, le choix de l’homicide au regard des sommes mises en jeu – voire de l’unique valeur des outils confisqués – apparaît économiquement disproportionné*. Enfin, la question de l’opiniâtreté* des gardes dans l’exercice de leurs fonctions finit de clore cette première esquisse d’un décalage patent entre le matériel archivistique et cette représentation-objet. L’hypothèse serait que ce décalage doit signaler l’existence d’un réseau souterrain de pratiques aveugles aux sources qui s’étendait loin sous cette infime croûte judiciaire – de la théorie des pratiques économiques que brandissent les archives judiciaires et une grande quantité de publications scientifiques, à la théorie générale de l’économie des pratiques qui reste un continent largement sous-exploré de l’anthropologie historique.

Annexe 3 : mésusage(s)

  • 47 Foucault M., Surveiller et punir. Naissance de la prison moderne, Paris, Gallimard, 1975, p. 261-29 (...)

18Les contentieux entre les gardes et leurs bourreaux s’enracinaient, en règle générale, dans ce qu’il y avait de plus juridiquement flou dans le finage communal. Il ne s’agissait jamais de vols de gerbes de blé dans un champ ou d’outils au voisin. C’était illégal au regard de la propriété privée, sous peine d’un arrangement ou, au pire, d’une vengeance ou d’une amende. En revanche, couper un sapin dans le bois communal*, tirer des grives dans le marais*, ouvrir des vannes pour arroser ses prés* tout en poussant un peu du bâton ses bêtes, afin qu’elles passent une nuit supplémentaire sur les communaux* ou dans les terres du voisin*, rien de tout ceci ne tombait clairement sous le coup de la loi : cela pouvait se faire du point de vue des droits d’usage et des biens collectifs. Un des rapports de force majeur du xixe siècle rural – qui plus est alpin – se joua autour de l’imposition des seuils légitimes à partir desquels un usage sur des biens tenus en indivis se transformait en abus. Et c’est parce que cette imposition revenait nomologiquement au garde, que le garde assassiné doit être situé en plein dans l’univers fractal de ce que Michel Foucault qualifiait d’illégalismes47. Tout se passe, en effet, comme si la plupart des pratiques agro-sylvo-pastorales potentiellement délictuelles au regard des droits d’usage et des lois étaient ontologiquement suspendues à la négociation avec le garde au sein du champ de pouvoir du village. Le propre de l’illégalisme était de fonctionner dans un univers de pratiques strictement compris dans cet espace intertidal que le judiciaire mouille en permanence sans jamais pouvoir s’en emparer et qui finit de justifier l’hétéronomie fondamentale du point de vue juridique dans une sociohistoire des relations de pouvoir.

  • 48 Vivier N., Propriétés collectives et identités communales : les biens communaux en France (1789-191 (...)

19Cette sociohistoire conduit notamment à ne pas cantonner ces droits d’usage à l’opposition historiographique raison d’État – particularismes locaux. Tous les villageois n’en avaient pas également besoin*. Les droits d’usage touchaient à la fois les questions de pâturage du bétail (caprin, ovin, porcin et bovin) et d’approvisionnement en bois (chauffage, outillage, construction), et s’appliquaient autant au terroir de la communauté propriétaire des droits qu’à celui d’une communauté voisine (fréquent concernant les herbes d’alpage dans les Alpes) ou qu’à des propriétés particulières48. Le principe de la vaine pâture étant d’économiser au maximum la nourriture du bétail, chacun pouvait envoyer son troupeau paître sur la terre d’autrui tant que ce terrain était en jachère ou venait d’être récolté. Le nombre de bêtes que chacun pouvait envoyer, ainsi que le temps de pâture dont il disposait, était proportionnel à la surface de terre qu’il y soumettait lui-même. Alors que les gros exploitants s’affranchirent très vite de ces contingences locales par le biais d’autres méthodes culturales, l’usage des biens communaux, bien qu’ayant survécu aux velléités libérales de partage révolutionnaire, ne concernait qu’obliquement les sans-terres. Les luttes de concurrence autour de cet enjeu économique intéressaient majoritairement la fraction des cultivateurs possédant le nombre de têtes de bétail maximal par rapport à leur capacité fourragère.

  • 49 Hanus P., Je suis né charbonnier dans le Vercors. Petite histoire des hommes dans la forêt, Grenobl (...)

20Également soumise à des accords communautaires tacites régis par le conseil municipal et les usages immémoriaux, l’utilisation des bois (vente, construction, pâturage, chasse) représentait majoritairement l’espace le plus susceptible de poser des problèmes à la surveillance des gardes. À la présence quasi généralisée d’un peuple marginal de forestiers vivant dans et par la forêt (scieurs de long, charbonniers, boîtiers49), le garde devait faire face aux exactions commises par ses propres voisins et connaissances que certains types de nécessités poussaient dans les bois à certains moments précis de l’année – pratiques dont le tempo est à rapprocher, d’une part, des rythmes naturels qui commandent (par exemple, de ne pas couper de bois au printemps) et, d’autre part, des périodes creuses de l’activité rurale en terme d’emploi et maigres en terme de soudure.

21En fin de compte, l’accès et le recours aux biens collectifs étaient pour certains un enjeu majeur dans la théorie générale de l’économie des pratiques rurales au village. Ces ressources n’étant pas infinies, les enjeux économiques primaires se doublaient d’enjeux symboliques puissants avec lesquels les maires des communes devaient jongler en permanence et dont les gardes assassinés furent généralement les victimes violentes.

Annexe 4 : bruits

22Si tous les villageois ne coupaient pas du bois illégalement dans les communaux, ne braconnaient pas le lièvre ou ne conduisaient pas leurs bêtes en dommage sur des terres indues, tout le monde, en revanche, au sein de la communauté villageoise au sens large (village, constellation des hameaux jusqu’aux cabanes de charbonnier isolées), savait exactement qui volait du bois*, de quel chasseur la revendeuse de gibier tenait ses grives* ou quelle famille monopolisait les herbes communales*. Cette division du travail de domination rurale (ceux qui transgressent, ceux qui taisent puisqu’ils profitent et ceux qui racontent) transparaît dans la parole des témoins et les revirements de leurs différents témoignages*. Les vachers et les bergères, dominés des dominés, étaient régulièrement ceux par qui le dénouement arrivait en temps voulu*.

  • 50 Ploux F., « L’homicide en France (XVIe -XIXe siècles) », Mucchielli L., Spierenburg P. (dir.), op. (...)

23Dans ces sociétés de l’honneur et de l’ethos agonistique50, les occasions de se faire valoir n’étaient pas rares, sans pour autant être infinies. Une des pratiques efficaces parmi d’autres consistait à prendre des libertés avec les règles, mais pas seulement... Aussi surprenant que cela puisse paraître, dans les cas qui nous occupent, on chante et on siffle en plein délit ou en en rapportant les fruits au village*. Cette désinvolture retournerait-elle de l’incapacité pratique du paysan à concevoir ce que peut être, par exemple, un délit forestier ? Pourquoi alors se mettait-il à courir, dès qu’il apercevait un garde ? Siffler et chanter dans ces moments précis participait à plein de cette confidentialité publique qui promettait à l’auteur de ces illégalismes de tirer de ces pièces de bois ou de ces carniers de grives, tout le capital symbolique inhérent non à la nature des objets du délit, mais plutôt aux manières, à l’art de les avoir obtenus. C’est, mutatis mutandis, la même logique qui pouvait conduire le meurtrier d’un garde à déclarer, en situation de semi-confidence (aparté chez le voisin, au cabaret ou à la veillée), qu’il n’y a plus à s’en faire, car le garde dort, ou à plaisanter qu’à cette heure précise le garde ne voit pas encore le soleil, alors que l’enquête piétine*.

24Les marges des droits d’usage étaient un espace privilégié de l’effectuation du rapport de force général au village. Recourir le moins possible à ses propres terres, déborder quelques peu sur les limites des communaux ou descendre à grands fracas des troncs de sapin sur des traîneaux à travers la forêt constituait l’univers des stratégies de domination possibles, dont les maisonnées entre elles disposaient pour travailler leur position relative, ainsi que dans ces maisonnées, chaque élément de la fratrie. Tout se passe alors comme si la présence d’un garde densifiait l’enjeu symbolique, car il était lui-même un des hommes du village à travers lequel il était possible, comme avec n’importe quel autre mâle de la communauté, de récolter ou de perdre du capital symbolique (disputes, menaces et invectives publiques), mais aussi parce qu’il possédait de surcroît le pouvoir particulier de faire respecter un certain partage du sensible des pratiques agro-sylvo-pastorales, tout en instaurant dans les limites de son territoire, de nouvelles normes. Pour la frange des individus cultivant leur capital social aux confins des droits d’usage, le personnage du garde, villageois normatif, en tant qu’indifférencié différenciant, démultipliait l’enjeu des pratiques illicites non dites, mais non-tues.

Annexe 5 : bruissements

25Si ces premiers éléments anthropologiques peuvent aisément justifier les conflits violents qui pouvaient opposer dans l’espace communautaire certains paysans à un garde autour de la gestion des illégalismes, justifient-ils, toutes choses égales par ailleurs, le décalage entre l’insignifiance des différends et le « coup de la mort » auquel ils purent donner lieu ?

  • 51 CNRS, op. cit., p. 487-488.
  • 52 Ricœur P., op. cit., p. 226-227.
  • 53 AD38 6P8/54 : Entraigues (1811-1900).

26Le problème de la rémunération des gardes est une nouvelle occasion de se défier de la doxa historiographique façonnée à l’image des jeux de sources purement juridiques et administratives51. Le fait que des décrets, des lois ou des circulaires aient légiféré durant tout le siècle sur le recrutement, la formation et la rémunération des gardes n’a épistémologiquement rien à voir avec le fait que les gardes aient été rémunérés pour leurs divers services : forestier, champêtre et/ou particulier52. Ce qui importe, c’est que le garde était un villageois chargé de surveiller et de normer les pratiques agraires sans pour autant tirer ses principales ressources de la terre*. C’est là le facteur de différenciation primordial de cet hominem loci. Si les gardes pouvaient évidemment posséder des terres et des bois particuliers*, les travaux quotidiens que demandent la culture ou l’élevage étaient incompatibles avec le service des tournées qui pouvait les tenir éloignés de chez eux des semaines durant*. De même, la culture de leurs terres par leurs propres mains mis en balance avec les tensions et les déplacements incessants était régulièrement un motif de démission que les gardes avançaient dans les lettres qu’ils adressaient au maire ou à la hiérarchie53.

  • 54 Corbin A., op. cit., p. 156.

27Cependant, en plus de cette rémunération « par le haut », il serait erroné de penser qu’avant la loi de 1859 sur les transactions en matière forestière, l’argent ne circulait pas « par le bas » entre le garde et l’illégaliste. À l’instar des pratiques agraires aux marges des droits d’usage, la pratique de garderie avait ses zones floues dans lesquelles les agents avaient toute latitude de déployer des stratégies individuelles en vue de constituer leur capital tant économique que symbolique. Cet argent pouvait circuler de manière licite, lorsque tel particulier proposait comme salaire pour la surveillance de ses bois la totalité des amendes récoltées*. En revanche, il semble que la plus grande quantité de cet argent circulait préférentiellement en dessous de l’infime partie des négociations ayant donné lieu à une procédure institutionnelle (partie d’autant moins infime que l’on progressait dans le siècle). C’est sur cette autre région du territoire complexe des illégalismes qu’il faut situer les affaires de concussions de garde* qu’on retrouve tant en Assises qu’en correctionnel. Entre le pot de vin et le salaire, il y avait autant de distance qu’entre le vol de bois et l’affouage*. La plupart des témoignages que rassemblent les procédures d’enquête autour des gardes homicidés mentionnent presque immanquablement que le garde, en plus d’avoir déjà été en contentieux avec son bourreau, avait décidé ce jour-là de ne pas fermer une énième fois les yeux et de dresser un procès-verbal – qu’il avait décidé unilatéralement de couper court à tout arrangement54 possible*.

28De manière régulière, une des préoccupations principales des enquêteurs une fois le coupable découvert, était de déterminer précisément la somme d’argent et les objets précieux que le garde aurait pu avoir sur lui le jour du meurtre* – simple préoccupation technique du ministère public pour étoffer le dossier de circonstances aggravantes, dirait le point de vue juridique au fait de l’incompréhensible et révoltante indulgence des jurys d’Assises au xixe siècle. Mais les juges de paix et les juges d’instruction ne cherchaient-ils pas un autre type de renseignements ? Au milieu des pièces judiciaires, le garde assassiné apparaît comme un personnage tintinnabulant. Alors que la question de l’uniforme et des insignes des gardes fut comme bien d’autres, un récurrent desiderata des autorités pour leur garantir des gages d’autorité, en revanche, la veste du garde, qu’elle ait été rousse, beige, grise, en toile ou à large col, était avant tout une veste bruissante*. Curieuse propriété pour un personnage que la quête du flagrant délit condamnait à la plus grande discrétion. C’est pourtant ainsi que les paroles des logeurs ou des cabaretiers rappellent systématiquement cette caractéristique acoustique des vêtements du garde qu’on connaissait pour avoir la fâcheuse habitude de sortir ostensiblement sur la table toutes ses pièces pour payer une bouteille ou de jouer avec cette monnaie au fond de sa poche en discutant*. Insignifiantes manies ? Si tout le monde savait qui volait du bois, on savait de la même manière combien le garde avait sur lui et de qui il pouvait tenir ces sommes.

29Aussi est-il légitime de voir dans la conjonction entre la problématique rémunération institutionnelle des gardes et le bruissement public de leur veste, la porte d’entrée d’un réseau parallèle de règlement des illégalismes qui ne retournait d’aucune des catégories de l’entendement pénal qu’étaient l’amende ou la concussion. Le décalage que les sources révèlent entre le nombre de contentieux, qui opposaient le garde à son bourreau ainsi qu’entre le montant des amendes et le choix de l’homicide pourrait condamner le raisonnement à piétiner dans le stéréotype du paysan violent semi-humain. Or ce décalage peut se résoudre plus finement par l’hypothèse d’une circulation permanente de petites sommes entre le garde et l’illégaliste qui n’ont jamais laissé de trace, sinon auditive. Quotidiennement exigés pour fermer les yeux une fois de plus, le garde pouvait venir chercher aux bois ou aux champs les subsides que lui garantissaient ces situations d’arrangement en relation duelle, qu’il devait par ailleurs avoir l’intelligence pratique de ne pas chercher à transposer n’importe quand et n’importe comment dans l’espace public du village autrement que par ces bruissements, sous peine, en refusant ostensiblement un verre de vin en préalable d’une discussion, de porter la situation à son point de tension maximale au-delà duquel le sens pratique, en fonction de tout un écheveau de facteurs initiaux (heure, date, différence d’âge, existence de liens familiaux, nature de ces liens, conditions matérielles de ces liens, statut des personnes présentes dans l’intimité de la situation, personnes présentes dans la confidentialité publique de la situation, etc.), enjoignait l’illégaliste à enclencher un certain type de stratégie en vue, au mieux de préserver sa réputation, au pire de profiter de cet instant pour mettre en jeu son honneur.

  • 55 Bourdieu P., Le sens pratique, Paris, Minuit, 1980, p. 146.

30Ce n’était donc rien moins que mécaniquement ou aléatoirement que ces situations spécifiques pouvaient engendrer un faisceau de réactions pratiquement équivalentes au sein d’un champ des possibles fini et défini par un agencement de causes socio-économiques dessiné à un instant t dans le référentiel de l’univers pratique des relations de pouvoir au village. L’idée de hiérarchisation de ces différentes réactions selon leurs conséquences, en tant que le pur produit de l’entendement pénal, n’est qu’une preuve de plus de l’incapacité du point de vue juridique à l’œuvre dans toute procédure criminelle – et du coup, dans tout travail scientifique non-objectivé –, de comprendre qu’un univers où le sens est partout et partout surabondant a pour fondement l’indétermination et la surdétermination de chacun des éléments et de chacune des relations qui les unissent. Pour quiconque détient la maîtrise pratique du système général de schèmes, la querelle à la sortie du cabaret, l’empoignade agrémentée de phrases simples visant à spécifier clairement que l’on ne craignait pas l’autre ou le jet de pierres à la tombée de la nuit étaient des pratiques grossièrement, c’est-à-dire pratiquement, équivalentes55. À ce jeu-là, l’homicide, en raison de son importance judiciaire, n’est jamais accessible directement à l’historien, autrement que sous sa forme psychanalysée, institutionnalisée – c’est-à-dire avouée, explicitée et, partant, détachée de la logique pratique par cette mise en mot à laquelle l’enquête force le coupable à se soumettre : « R : Oui, j’avoue, lay ensultha » (transcription judiciaire d’une expression de patois pour dire supprimer, faire disparaître).

  • 56 Passeron J.-C., op. cit., p. 374.

31La collation de tous les cas d’homicide de garde sous une même catégorie pénale et leur rapprochement historiographique dans le mode explication/compréhension des violences antiétatiques n’ont rien de naturel. En Isère comme ailleurs, un historien pourra toujours inférer de l’homicide d’un garde dans l’exercice de ses fonctions (information) le refus radical du projet politique que ce dernier était censé incarner au village (effet de connaissance) selon les nomologies administratives si heureusement lisibles, reliées et adaptées à la taille des étagères des salles d’inventaire (effet d’intelligibilité56). Et il sera d’autant plus légitime à le faire que le nombre de cas d’homicide sera grand (représentativité), qu’on pourra les rattacher synchroniquement aux tressaillements de la grande Histoire (cohérence) et que le mobile sera plus explicitement formulé (indice). A contrario, un autre historien féru de jurisprudence pourra toujours trouver, en chacune de ces affaires, de quoi rassasier sa soif de singularités, permettant ainsi d’abreuver d’une énième façon le sempiternel moulin de l’objectivisme et du subjectivisme à travers lequel devrait être saisi tout fait social.

  • 57 Passeron J.-C., Revel J., op. cit., p. 43.
  • 58 Bourdieu P., op. cit., p. 59.

32Seule l’acception d’une logique pratique de l’à-peu-près partout à l’œuvre dans le champ social du village permet de s’affranchir des circonvolutions infinies de la casuistique juridique, sans pour autant se priver de pouvoir inférer de la cohérence approximative et floue dans laquelle nous apparaissent les différents éléments anthropologiques qui font les cas de meurtre de garde, les schèmes générateurs à l’origine de ces produits systématiques que furent les gardes assassinés – systématique ne veut, ici comme ailleurs, jamais dire statistiquement représentatif. Que les armes du crime, que les lieux des exécutions, que les modalités d’élucidation de l’enquête aient été différents, comme tant de choses encore, importe comme autant de différences dans un système de différences que seule l’élaboration à-pratique d’une grille d’intelligibilité57 permet de relier entre elles. Alors seulement devient-il possible de rendre visible tout ce que l’enquête et les témoignages tentent de passer en douce comme des choses qui vont sans dire, puisqu’elles vont de soi, tels ces chants, ces sifflets et ces bruissements de monnaie qui ceignent les gardes assassinés. Tous ces éléments socio-historiques, qui ne retournent d’aucune catégorie, sont à l’espace géométrique d’une carte comme représentation de tous les chemins possibles pour tous les sujets possibles, une route réellement pratiquée et entretenue de plus58 vers l’ethos agonistique comme schème de perception fondamental de la logique pratique, dans laquelle on doit saisir l’histoire des interactions entre gardes et paysans dans la France rurale au xixe siècle.

33Enfin, peut-on soutenir, selon le paradigme du garde assassiné, que Moiroud, Papon, Pra, Barnavon, Chevrel et Philibert ont été tués dans l’exercice de leurs fonctions, respectivement par Rigoudy père et fils, Drogoz, Audran, les frères Billon Bruyat et les frères Gauthier, tout agencement relationnel de l’interconnaissance propre à faire varier la distribution relative du capital social au village égal par ailleurs, si et seulement si on choisit de situer la pratique scientifique en sciences sociales dans la capacité d’imprimer à un mot ou à un groupe de mots, la forme italique – de la justifier, de l’indexer et de l’altérer.

Anmerkungen

1 Annexe 1.

2 Kalifa D., L’encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995, p. 43-52, 303.

3 Annexe 2.

4 CNRS, Les Eaux et Forêts du XIIe au XXe siècle, Paris, CNRS, 1987, p. 494.

5 Ricœur P., « L’historien et le juge », La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Seuil, 2000, p. 413-436.

6 Corbin A., « L’histoire de la violence dans les campagnes françaises au XIXe siècle. Esquisse d’un bilan », Ethnologie française, 3 (1991), p. 224-236.

7 Chauvaud F., Les criminels du Poitou au XIXe siècle. Les monstres, les désespérés et les voleurs, Paris, La Crèche, 1999 ; Chauvaud F., Mayaud J.-L., Les violences rurales au quotidien, Paris, La boutique de l’histoire, 2005 ; Muchembled R., Une histoire de la violence, Paris, Seuil, 2008 ; Mucchielli L., Spierenburg P. (dir.), Histoire de l’homicide en Europe : de la fin du Moyen Âge à nos jours, Paris, La Découverte, 2009.

8 Il s’agit de toute la constellation des travaux qui ont été réalisés dans le sillon du groupe de recherche Criminocorpus.

9 Claverie E., Lamaison P., L’impossible mariage. Violence et parenté en Gévaudan, XVIIe-XVIIIe-XIXe siècles, Paris, Hachette, 1982 ; Ploux F., Guerres paysannes en Quercy. Violences conciliations et répression pénale dans les campagnes du Lot (1810-1860), Langres, La Boutique de l’Histoire, 2002.

10 Chauvaud F., op. cit., 1999, p. 327 et Corbin A., « Préface », Ploux F., op. cit., p. 3.

11 Passeron J.-C., Revel J. (dir.), Penser par cas, Paris, EHESS, 2005.

12 Revel J., « L’histoire au ras du sol », Levi G., Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, Paris, Gallimard, 1989, p. XV.

13 Guichard A.-C., Manuel de la police rurale et forestière, de la chasse et de la pêche, Paris, Pichard, 1829.

14 Décret du 20 Messidor an III réaffirmé par la loi municipale du 18 juillet 1837.

15 Gaveau F., L’ordre aux champs. Histoire des gardes champêtres en France de la Révolution à la Troisième république : pour une autre histoire de l’État, Thèse d’histoire, 2005.

16 Signorel H., Le garde champêtre. Officier de police judiciaire, Toulouse, Cléder, 1931, p. 12.

17 AD38 6P1/2 : Tableaux et observations des réorganisations du régime forestier en Isère (1814, 1818-1820) et 6P4/1 : Traitements des gardes forestiers du département de l’Isère (1850).

18 Perrot M., Robert P., Le Compte général de l’administration de la justice criminelle en France pendant l’année 1880 et rapport relatif aux années 1826 à 1880, Genève – Paris, Slatkine, 1989.

19 Annexe 3 : respectivement 1 pour 3 pour 3,5 en 1845 ; et 1 pour 4 pour 4 en 1875.

20 CNRS, op. cit.

21 Les gardes forestiers furent étudiés dès le début des années 80 (Groupe d’Histoire des Forêts Françaises, Jalons pour une histoire des gardes forestiers, Paris, CNRS/INRA, 1985 ; Buttoud G., L’État forestier. Politique et Administration des forêts dans l’histoire française contemporaine, Thèse de sciences politiques, 1983), tandis que l’histoire des gardes champêtres repose sur l’unique thèse de Fabien Gaveau, op. cit.

22 AD38 6P4/1 : lettre du préfet aux communes, en date du 15 septembre 1814, qui les enjoint de réunir les attributions de garde forestier et champêtre dans un seul agent ; 6P2/18 à 20 : Nomination des gardes forestiers entre 1885-1900 où apparaissent ceux qui cumulaient les deux types de garderies. Cette indifférenciation des fonctions apparaît à plusieurs reprises entre les lignes de CNRS, op. cit., p. 473, 485, 488.

23 Philippar, Études forestières, Paris, Huzard, 1843, p. 14.

24 Précédé de dix ans par la création des premières écoles secondaires forestières, voir Buttoud G., op. cit., p. 282-283.

25 Ibid., p. 172-181.

26 Ibid., p. 158-159.

27 Arnaud E., Les gardes champêtres, Paris, Jouve, 1925, p. 32.

28 Gaveau F., « Gendarmes et gardes champêtres de 1795 à 1854. Une relation ambiguë », Luc J.-N. (dir.), Gendarmerie, État et société au XIXe siècle, Paris, PUS, 2002, p. 84.

29 Signorel H., op. cit., p. 5.

30 Gaveau F., op. cit., p. 81-90.

31 Annexe 4.

32 CNRS, op. cit., p. 479.

33 Annexe 5.

34 Gaveau F., « Essentiels et sans importance. Regards sur les gardes champêtres dans la France du XIXe siècle », Sociétés & Représentations, 16, 2003, p. 245-255.

35 Buttoud G., op. cit., p. 160-171.

36 Thoral M.-C., « Les relations entre les gendarmes, auxiliaires de justice en milieu rural, et les citoyens en Isère, de 1800 à la fin des années 1830 », Dolan C. (dir.), Entre justice et justiciables. Les auxiliaires de la justice du Moyen Âge au XXe siècle, Laval, PUL, 2005, p. 193-211.

37 AD38 6P2/18-19 : Gardes forestiers. Nominations (1885-1893).

38 Leur nombre passa de 906 à 1 642 entre 1860 et 1900, sachant qu’elles ne dépassèrent pas les 2 000 en 1960, Buttoud G., op. cit., p. 165.

39 C’est notamment une hypothèse de travail qu’Alain Corbin a gardé à l’état d’implicite dans la partie « Les plaisirs de l’arrangement », Corbin A., Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot : sur les traces d’un inconnu (1798-1876), Paris, Flammarion, 2008, p. 139-178.

40 Tous les éléments factuels apparaissant dans cette partie sont tirés uniquement des six dossiers de procédure qu’ont générés les six affaires d’homicide de garde passées devant les Assises de Grenoble entre 1810 et 1900 : AD38 4U51, 104, 125, 157, 180 et 619 (exceptées les autres références dûment signalées). Au lieu de renvois incessants vers les pièces hétérogènes de ces six cas, on propose de signaler d’un astérisque les éléments spécifiques constitutifs du paradigme du garde assassiné, dans lesquels la pensée par cas permet de dévoiler le recouvrement et la synchronie des trois phases caractéristiques de l’opération historiographique (l’archive, le mode d’explication/compréhension et la représentation-opération) que la note infrapaginale participe d’ordinaire à masquer en attachant à un mot ou à un groupe de mots une origine de classe épistémologique. Ceci n’est rendu possible ici que par l’extrême exiguïté du lieu de travail (pas plus de 200 folios) où la cote d’archive serait aux détails intéressants, ce que la galaxie est à l’atome. Ceci n’empêche pas pour autant de commencer par réfléchir au secteur de l’espace logique dans lequel viendra se loger le contenu assertorique qui va suivre en fonction de la nature du matériel utilisé. Il s’agirait simplement de mettre en œuvre un expédiant graphique pour comprendre le récit du garde assassiné non seulement comme un moyen d’exposition, mais encore comme ce qui permet de rassembler les pièces d’une histoire qui n’existe pas en dehors de lui et de donner à celle-ci un ordre et une forme, cf. Ricœur P., Temps et récit, III, Le temps raconté, Paris, Seuil, 1985, p. 356.

41 Pigenet M., « En marge des affaires : les archives judiciaires comme source d’histoire du quotidien populaire », Chauvaud F., Petit J.-G., L’histoire contemporaine et les usages des archives judiciaires (1800-1939), Paris, Slatkine, 1998, p. 359 ; Chauvaud F., « La parole captive. L’interrogatoire judiciaire au XIXe siècle », Histoire et Archives, 1 (1997), p. 33-60.

42 Passeron J.-C, Revel J., op. cit., p. 42-43.

43 Farcy J.-C., Guide des archives judiciaires et pénitentiaires, 1800-1958, Paris, CNRS, 1992, p. 27.

44 Ricœur P., op. cit., p. 359-369.

45 Passeron J.-C., Le raisonnement sociologique : un espace non poppérien de l’argumentation, Paris, Gallimard, 2006, p. 361-398.

46 Ricœur P., op. cit., p. 231-301.

47 Foucault M., Surveiller et punir. Naissance de la prison moderne, Paris, Gallimard, 1975, p. 261-299.

48 Vivier N., Propriétés collectives et identités communales : les biens communaux en France (1789-1914), Paris, PUPS, 1998, p. 20-22.

49 Hanus P., Je suis né charbonnier dans le Vercors. Petite histoire des hommes dans la forêt, Grenoble, PNRV, 2000.

50 Ploux F., « L’homicide en France (XVIe -XIXe siècles) », Mucchielli L., Spierenburg P. (dir.), op. cit., p. 87.

51 CNRS, op. cit., p. 487-488.

52 Ricœur P., op. cit., p. 226-227.

53 AD38 6P8/54 : Entraigues (1811-1900).

54 Corbin A., op. cit., p. 156.

55 Bourdieu P., Le sens pratique, Paris, Minuit, 1980, p. 146.

56 Passeron J.-C., op. cit., p. 374.

57 Passeron J.-C., Revel J., op. cit., p. 43.

58 Bourdieu P., op. cit., p. 59.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift « Braconnier et garde s’entre-tuant dans la forêt, près de Béziers », dessin par H. Meyer, paru dans le Supplément au Petit Journal illustré, 10 mars 1895, première page
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16413/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 122k

© CNRS Éditions, 2010

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search