Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books CNRS Éditions Sociologie La violence La société marseillaise au xixe s...

La violence

 | 
Lucien Faggion
, 
Christophe Régina

Partie I. Histoires de la violence et violences de l’histoire

La société marseillaise au xixe siècle : un contretemps dans le processus de civilisation des mœurs ?

Céline Régnard-Drouot

Texte intégral

  • 1 Pour une synthèse, Lagrange H., La civilité à l’épreuve. Crime et sentiment d’insécurité, Paris, PU (...)
  • 2 Muchembled R., Une histoire de la violence, Paris, Seuil, 2008, p. 470.
  • 3 Ambroise-Rendu A.-C., Peurs privées, angoisses publiques. Un siècle de violences en France, Paris, (...)

1Depuis une trentaine d’années, c’est-à-dire depuis l’entrée dans une période de récession et de chômage de masse, historiens et sociologues s’interrogent sur un processus d’inversion de la civilisation de mœurs en Occident et sur une résurgence des comportements violents, qui semblerait venir interrompre des siècles d’intériorisation et de détournement des pulsions violentes1. Tout récemment encore, une histoire de la violence concluait de la sorte : « Sommes-nous arrivés à un tournant ? Notre civilisation […] saura-t-elle sublimer davantage les pulsions juvéniles brutales […] pour éviter qu’elles ne saturent les marges déshéritées des grandes métropoles ou les stades et ne produisent des explosions en chaîne2 ? » L’augmentation de la violence n’est-elle pas d’ailleurs un sujet de prédilection des médias, un thème rebattu des campagnes politiques, à tel point que cet inquiétant lieu commun parcourt la société : la violence ne cesse de s’accroître3 ?

  • 4 Mucchielli L., « Une société plus violente ?… » ; Id., « Les homicides dans la France contemporaine (...)
  • 5 Chesnais J.-C., Histoire de la violence en Occident de 1800 à nos jours, Paris, Laffont, 1981 ; Cha (...)

2Il semble, pourtant, que la réalité soit plus complexe. Non seulement il est maintenant démontré que la violence n’augmente pas depuis les années 1970, du moins, tout dépend de ce que l’on appelle violence, et surtout de la façon dont on la mesure4 ; mais nous voudrions aussi souligner ici que le paradigme du processus de civilisation des mœurs peut être nuancé pour des périodes antérieures, notamment dans le cas particulier de Marseille dans la seconde moitié du xixe siècle. À partir de nos propres travaux, après avoir interrogé le processus de régression de la violence tel qu’il a été présenté par Norbert Elias, et dans sa lignée, dans de nombreux ouvrages historiques5, nous proposerons un déplacement des questionnements historiques sur la violence.

Violences à Marseille (1851-1911)

  • 6 Regnard-Drouot C., Marseille la violente. Criminalité, industrialisation, société 1851-1914, Rennes (...)

3Dans un récent travail sur la société marseillaise, nous avons étudié les violences interpersonnelles dans la seconde moitié du xixe siècle6.

4Grâce à un échantillon de 5 348 fiches élaborées à partir des registres de jugements du tribunal correctionnel de Marseille et des registres d’arrêts de la cour d’assises des Bouches-du-Rhône, nous avons constitué une base de données. Pour couvrir cette période de plus d’un demi-siècle, une technique de sondage a été choisie : seules les années correspondant aux recensements ont été retenues (soit treize sondages), afin d’obtenir un ratio entre le nombre d’infractions jugées et la population marseillaise. Pour le tribunal correctionnel, nous avons ensuite retenu la moitié des jugements de janvier et juillet. Pour la cour d’assises, la saisie a été exhaustive pour les crimes commis à Marseille.

  • 7 Autrement dit, la violence un qualificatif plus qu’un substantif. Cf. Rousseaux X., « Conclusion vi (...)
  • 8 Regnard-Drouot C., op. cit., préface de Jean-Claude Farcy, p. 6

5Noyées dans cette masse d’information, les violences – et non pas « la » violence, qui, si elle est une caractéristique de certains comportements, n’est pas poursuivie par la justice en tant que telle, mais parce que les actes en question constituent une infraction au Code pénal7 – ont été les objets d’une recherche pionnière. En effet, pour la France, il s’agit de la première étude historique des délits et crimes contre les personnes en milieu urbain sur le moyen terme8. Cette approche conjointe de violences, de gravité et de nature différente, repose sur l’idée que les conflits du quotidien et les violences criminelles sont comparables dans la mesure où ils découlent de situations souvent proches, voire similaires, qui s’inscrivent dans un contexte commun. La seule restriction apportée à cette appréhension large, pour ne pas dire totale, des violences, concerne les violences à caractère sexuel ou politique, qui nous ont paru relever de logiques et d’une criminalisation différentes des violences interpersonnelles telles que les coups, les rébellions ou les meurtres.

  • 9 Nous ne reviendrons pas ici sur les débats historiographiques concernant le « chiffre noir » ; nous (...)

6Alors que les effectifs policiers apparaissent constants par rapport à la population marseillaise jusqu’en 1908 – date de l’étatisation de la police – et que le nombre d’infractions incriminé est stable au cours de cette période, nous avons procédé à une mesure des violences interpersonnelles connues, afin d’estimer le degré de brutalité de la société marseillaise, mais aussi la dynamique des comportements dans une période de très forte croissance économique, démographique et urbaine. Conscients des limites de cette démarche, qui s’effectue au prisme du domaine judiciaire9, nous avons complété l’étude par l’analyse minutieuse de plusieurs centaines de dossiers de procédure correctionnelle et criminelle.

  • 10 Nous renvoyons aux annexes de notre étude pour de plus amples détails sur la constitution des stati (...)

7Les principales conclusions de cette étude montrent que les violences connues de l’institution judiciaire augmentent à Marseille dans la seconde moitié du xixe siècle. Comparons les données recueillies aux chiffres du Compte général de l’administration de la justice criminelle qui enregistre annuellement l’activité des tribunaux français depuis 182510.

Tableau 1 : Nombre de Marseillais jugés pour 100 000 habitants par type d’infraction

Tableau 1 : Nombre de Marseillais jugés pour 100 000 habitants par type d’infraction

Tableau 2 : Nombre d’individus jugés pour infractions contre les personnes pour 100 000 Français

Tableau 2 : Nombre d’individus jugés pour infractions contre les personnes pour 100 000 Français
  • 11 Les données du Compte général de l’administration de la justice criminelle étant fluctuantes, les c (...)

8D’emblée, l’aspect le plus frappant de cette comparaison est le haut niveau de criminalité et de délinquance violente dans notre échantillon. Pour les individus jugés en correctionnelle, c’est-à-dire pour les prévenus, les chiffres vont du simple au triple. L’importance du nombre d’accusés est également remarquable. On pourrait nous objecter le fait de comparer des corpus hétérogènes. La société marseillaise est loin d’être représentative de la société française, encore largement rurale à cette époque. Mais cette supériorité n’est pas uniquement due au caractère urbain de la délinquance et de la criminalité observée. En effet, si l’on isole, parmi les données du Compte général, les chiffres des principaux ressorts urbanisés de l’époque, les Bouches-du-Rhône occupent une place singulière11.

  • 12 La population de référence est celle du département équivalent au ressort selon les recensements of (...)

Tableau 3 : Nombre d’individus jugés dans les ressorts des cinq plus grandes villes françaises pour 100 000 habitants12

Tableau 3 : Nombre d’individus jugés dans les ressorts des cinq plus grandes villes françaises pour 100 000 habitants12

9Si l’on ne peut évoquer une constante supériorité du ressort aixois, il figure aux premiers rangs, que ce soit pour le nombre de jugements pour coups et blessures, pour homicides ou pour l’ensemble des prévenus et accusés. Les violences criminelles distinguent nettement la région marseillaise. Quant aux coups et blessures, leur fréquence est maximale dans trois départements au cours de la période : les Bouches-du-Rhône, la Seine et le Nord.

10Outre le nombre important de jugements pour violences, Marseille se singularise par le mouvement de ceux-ci au cours du demi-siècle étudié. Si l’on se reporte au tableau 1, on observe principalement trois phénomènes. D’une part, les injures atteignent leur fréquence maximale dans les années 1860 pour régresser fortement dans la décennie suivante. D’autre part, les coups et blessures, qui apparaissent comme la forme dominante d’infraction violente non mortelle au cours de la période, augmentent progressivement pour atteindre un sommet entre 1891 et 1906. Enfin, l’observation des jugements pour violences mortelles montre une tendance à la hausse s’illustrant dès 1886 et se confirmant à la fin de la période, notamment en 1906. On trouve là les principales tendances dégagées dans notre étude.

11À Marseille, le Second Empire apparaît, en effet, comme une période de transition. Les violences physiques prennent le pas sur les violences verbales. La régression du nombre de femmes dans notre échantillon y trouve un élément d’interprétation, les violences verbales étant à la fois plus fréquentes et plus dénoncées par la gent féminine. Dans le même temps, le rôle des marins et des ouvriers se renforce parmi les acteurs de la criminalité et de la délinquance marseillaise, expliquant l’augmentation des violences physiques. Dans l’espace marseillais, le Vieux-Port tend à concentrer une part grandissante des affaires de crimes et délits violents. Parallèlement, au cours de cette première période, les plaintes et les procès pour injures, diffamations ou calomnies reculent. Un durcissement des mœurs semble s’opérer chez les Marseillais qui désertent les commissariats lorsqu’ils sont injuriés. La modification des comportements violents se double donc d’une évolution dans leur appréhension et leur tolérance. Ces deux tendances complémentaires s’inscrivent à l’inverse des mécanismes du processus de civilisation dans lequel l’intériorisation et la maîtrise des comportements violents sont complémentaires de leur dénonciation et de leur traitement par la justice.

  • 13 Le sociologue Robert Castel va aujourd’hui jusqu’à créer le néologisme « précariat » pour qualifier (...)

12Les deux premières décennies de la Troisième République voient ce processus se poursuivre, puisqu’elles apparaissent comme un moment d’enracinement des comportements violents dans la société marseillaise et de poursuite du déclin des dépôts de plaintes pour injures. La période est marquée par une forte augmentation des coups et des meurtres, notamment dans les années 1880, infractions qui découlent pour la plupart de rixes au couteau dans les quartiers populaires. Les ouvriers, particulièrement les plus nécessiteux et les moins qualifiés, apparaissent de plus en plus nettement dans la sociologie des auteurs de violences. De fait, les Italiens étant nombreux dans cette catégorie de population, ils sont les principaux acteurs de cet essor de la brutalité, très largement lié aux catégories de la population que l’on qualifierait aujourd’hui de « précaires13 ». Dans Marseille, la géographie des violences se calque sur celle des quartiers populaires : le centre-ville joue toujours un rôle prééminent ; il faut désormais lui adjoindre les quartiers industriels en pleine explosion, notamment au nord de la Canebière.

  • 14 Nous renvoyons à la lecture complémentaire de Montel L., Marseille capitale du crime. Histoire croi (...)

13Le début du xxe siècle représente surtout une période de modification substantielle des violences criminelles. Tandis que le niveau des coups reste stable, le nombre des meurtres explose. Celui des assassinats progresse sensiblement. À cette évolution numérique s’ajoute une inflexion quantitative : les violences crapuleuses et préméditées acquièrent une visibilité inédite. Une économie criminelle émerge14. L’exploitation de la prostitution en centre-ville offre à des bandes organisées l’occasion de s’enrichir et de s’affronter. L’immensité du territoire de la commune marseillaise – 22 000 hectares – et la faiblesse des effectifs de la police municipale expliquent le développement d’une criminalité de grand chemin dans des zones peu ou semi-urbanisées. On assiste à un phénomène de tache d’huile et d’enracinement. Tache d’huile tout d’abord : l’extension des infractions contre les personnes à des groupes peu touchés par celles-ci jusque dans les années 1890 (les femmes, les mineurs, mais aussi les métiers des transports ou les individus sans qualification) témoigne de la propagation des modèles de comportements violents aux catégories populaires. Enracinement ensuite : l’accroissement de la proportion de Marseillais, et plus généralement de Français, parmi les auteurs d’infractions contre les personnes, mais aussi la confirmation d’une concentration des violences dans certains quartiers socialement et économiquement défavorisés, montrent que les comportements violents deviennent partie intégrante de l’identité de ces quartiers.

  • 15 « Norbert Elias et le xxe siècle. Le processus de civilisation à l’épreuve », Vingtième Siècle. Rev (...)
  • 16 Elias N., Über den Prozess der Zivilisation, Bâle, 1939, réédité en 1969. La parution en langue fra (...)
  • 17 Elias N., Du Temps, Paris, Fayard, 1996, p. 48.
  • 18 Aubusson de Cavarlay B., « La violence vue par les statistiques judiciaires. Catégories juridiques (...)

14Marseille serait-elle une entorse au modèle éliasien ? La société marseillaise ferait-elle l’école buissonnière ? Outre que l’on manque de points de comparaison avec d’autres villes connaissant une forte croissance dans la seconde moitié du xixe siècle, il serait plus juste de qualifier la société marseillaise d’élève indisciplinée. En effet, si le processus de civilisation des mœurs fait l’objet de débats sans cesse renouvelés15, il est parfois abusivement simplifié. Dans les deux ouvrages français consacrés à ce thème, Elias décrit bien un processus de longue durée avec des mouvements d’accélération et des moments de stagnation ou de régression16. Par ailleurs, Elias, sociolongue de la logue durée, approfondit cette idée en la rattachant à une caractéristique fondamentale du temps : pour lui, toute évolution est partiellement réversible et non linéaire. En tant que telle, elle « comporte de nombreux retours en arrière, des détours et des zigzags17. » On pourrait donc se contenter de faire de Marseille un contretemps dans le processus de civilisation. Mais il faudrait également souligner que la ville ne fait qu’accentuer une tendance observée sur l’ensemble du territoire national, où, pour la même période, l’augmentation des meurtres et des coups a été soulignée par les historiens à partir des données du Compte général de l’administration de la justice criminelle18.

15Il apparaît vite que la dialectique augmentation/régression de « la violence », outre qu’elle découle d’une lecture simplifiée d’une théorie sur certains aspects datée et fortement normative – puisqu’elle postule, sinon d’un plan, du moins d’un ordre vers lequel tendent les sociétés occidentales –, est une clé de lecture insuffisamment opératoire, ou du moins secondaire, pour la compréhension des phénomènes décrits. Sans nier que les violences interpersonnelles tendent, globalement, à régresser depuis le Moyen Âge, il est nécessaire de trouver une voie d’interprétation historique des contretemps à ce phénomène. Nous postulons que celle-ci requiert une analyse approfondie du contexte dans lequel les violences s’inscrivent. Dès lors, peut-être faut-il renoncer à une histoire globale de la violence en Occident pour l’époque contemporaine, pour privilégier les études de cas et les rapprochements ou les confrontations entre des contextes similaires ou hétérogènes.

Pour une lecture contextualisée des violences dans les sociétés contemporaines

16Explosif, c’est ainsi qu’aujourd’hui un journaliste qualifierait certainement le contexte marseillais de la seconde moitié du xixe siècle.

  • 19 Nous avons consacré une bonne partie de l’introduction de notre ouvrage Marseille la violente aux a (...)
  • 20 Raveux O., Daumalin X., Girard N. (dir.), Du savon à la puce. L’industrie marseillaise du xviie siè (...)
  • 21 Raveux O., Marseille, ville des métaux et de la vapeur au xixe siècle, Paris, Éditions du CNRS, 199 (...)

17Tout d’abord, comme beaucoup de villes touchées par l’industrialisation, Marseille connaît alors une très forte croissance, dont la particularité est de reposer essentiellement sur la main-d’œuvre19. En effet, les ressources naturelles font défaut dans la ville qui, dès le xviiie siècle, s’oriente vers un développement lié aux activités de son port de commerce20. La transformation des matières premières arrivées par voie maritime est, d’ailleurs, toujours un des principaux secteurs d’activité au début du xxe siècle. Ainsi, stimulées par l’activité portuaire, la raffinerie, la minoterie ou la savonnerie animent une prospère économie marseillaise. En outre, dès la première moitié du xixe siècle, la ville a connu une véritable révolution industrielle fondée sur la métallurgie et la mécanique21. Ces industries, également fortement demandeuses de main-d’œuvre, périclitent avant la fin du xixe siècle.

  • 22 On trouvera de plus amples références dans Témime E., Echinard P. (dir.), Migrance. Histoire des mi (...)

18Le développement économique marseillais appelle donc une main-d’œuvre peu qualifiée, peu rémunérée, constamment renouvelée, et en fait un de ses principaux atouts. De fait, l’accélération d’un mouvement migratoire ancien en direction de Marseille est la principale conséquence de ce modèle de développement particulier. Si, entre 1851 et 1914, la population de la ville connaît un quasi triplement, c’est surtout à un apport migratoire qu’elle le doit, et non pas à son solde naturel22. Parmi ces migrants, à partir des années 1880, la part des étrangers s’accentue. Alors que les individus originaires des départements provençaux, alpins et rhodaniens étaient majoritaires sous le Second Empire, ils sont désormais supplantés par des Italiens. Ces derniers forment jusqu’à 20 % de la population de la ville à l’extrême fin du xixe siècle. Parmi eux, les natifs du Sud de la péninsule tendent à se substituer aux Piémontais et aux Sardes, dont la présence à Marseille est ancienne. Ajoutons que, tout au long du demi-siècle, une multitude de nations se croisent à Marseille. Outre la présence ancienne de Suisses, d’Allemands et d’Anglais, des marins de toutes origines y font escale.

19Enfin, au début du xxe siècle, les industriels marseillais encouragent l’arrivée d’une docile main-d’œuvre en provenance d’Afrique du Nord pour palier la naissance de mouvements syndicaux parmi les Italiens. Ce modèle de croissance économique, où la main-d’œuvre occupe une place centrale, Marseille le doit donc indéniablement à sa fonction portuaire. Au développement précoce et brillant d’un commerce portuaire tourné vers la Méditerranée, que la construction de l’Empire colonial français et le développement des échanges avec celui-ci ne font qu’accélérer, s’ajoute le brassage de populations migrantes, lui aussi ancien, et auquel le xixe siècle apporte une accélération et un élargissement.

  • 23 Vovelle M., « Les migrations en Provence au xviiie siècle », Études régionales, Nice, PACA, 1981.

20Le sort de la main-d’œuvre sur laquelle se fonde la croissance industrielle de la ville est donc intimement lié aux rythmes et aux modalités de cette croissance. L’accélération des échanges commerciaux, de même que la construction des nouveaux ports au nord de la ville dans les années 1850 et 1860 expliquent la présence de marins et équipages de plus en plus nombreux. Ceux-ci fréquentent les cafés et les maisons de tolérance du centre-ville, et, égayés par l’alcool, se défient dans les rixes qui éclatent, de plus en plus nombreuses, dans ces quartiers animés. Les mêmes pratiques se retrouvent parmi les ouvriers venus s’embaucher sur les nombreux chantiers qui modèlent la ville durant ces deux décennies. Par ailleurs, la concentration de population, très forte sur la butte de peuplement historique de Marseille – le Panier, au nord du Vieux-Port – donne lieu à une proximité qui accroît les tensions dans le quotidien des catégories populaires. Ces quartiers, dont la fonction d’accueil et de passage pour les populations migrantes est une permanence dans l’histoire de Marseille23, voient le développement de conflits du quotidien liés aux voisinages difficiles ou au nécessaire partage des espaces communs.

  • 24 Roncayolo M., Les grammaires d’une ville, essai sur la genèse des structures urbaines à Marseille, (...)
  • 25 Roncayolo M., op. cit., p. 157.
  • 26 Lescure M., « L’industrialisation de Marseille… ».
  • 27 Entre 1840 et 1880 le taux d’ouvriers passe de 43 % à 16 % parmi les nouveaux déposants à la Caisse (...)
  • 28 Roncayolo M., op. cit., p. 157.
  • 29 Gaillard L., La vie ouvrière et les mouvements ouvriers à Marseille, de 1848 à 1872, thèse de docto (...)

21Non seulement l’industrie marseillaise multiplie les emplois peu qualifiés et mal rémunérés, mais aussi, dans les périodes de tension ou de crise, elle trouve dans la réduction des effectifs, un moyen de faire surface et d’essuyer l’orage à moindre coût24. Le contexte salarial est donc une deuxième clé de lecture pour l’histoire des comportements à Marseille dans la seconde moitié du xixe siècle. Au cours de cette période, malgré la croissance et le rayonnement de la ville – pensons aux expositions coloniales ! –, il apparaît particulièrement morose pour la plus grande partie des catégories populaires. Dans l’échelle des salaires nominaux moyens relevés en France de 1850 à 1900, Marseille régresse, alors que les rémunérations moyennes étaient largement favorables dans les années 1860, où elles se situaient juste derrière celles de la Seine, de la Seine-et-Oise et de Toulon25. Localement, cette situation est aggravée par une régression des salaires réels. Avant 1853, ces derniers sont non seulement élevés, mais leur mouvement est aussi ascendant. Le chômage est faible, les prix plutôt bas, le pouvoir d’achat en hausse. Jusqu’au milieu des années 1860, la croissance des salaires nominaux se poursuit, mais le contexte de variation des prix n’est plus aussi stable. La croissance industrielle, irrégulière et sélective, entraîne des crises ponctuelles. La conjoncture se modifie profondément à la fin des années 1860. À partir de 1867 et 1868, l’augmentation des prix, notamment des loyers, accroît le coût de la vie, même si les rémunérations restent élevées. En outre, le chômage aggrave ce recul des salaires réels. La situation ne s’améliore pas avec la Grande Dépression, durant laquelle les industries marseillaises résistent certes, se démarquant d’ailleurs des moyennes nationales, mais parviennent à ce résultat grâce à une compression sur les salaires26. Enfin, la reprise de la Belle-Époque ne touche que modérément Marseille. Malgré la baisse des prix, les faibles salaires et le chômage endémique perpétuent une situation difficile pour les catégories populaires, notamment les ouvriers. Durant la seconde moitié du xixe siècle, le pouvoir d’achat et les possibilités d’épargne se réduisent donc considérablement pour la main-d’œuvre marseillaise27. De plus, l’échelle des salaires s’accroît au cours du siècle28. En revanche perdurent les habitudes de consommation (nourriture, loisirs, habillement) qui avaient été prises avant les années 1860. La distorsion entre les besoins des individus et les possibilités offertes par les rémunérations s’en trouve accentuée29. La main-d’œuvre marseillaise voit donc ses conditions salariales se dégrader à partir de la fin du Second Empire, alors que l’économie reprend de la vigueur après la crise financière et immobilière liée à la spéculation autour du percement de la rue de la République, et qu’elle parvient à traverser les décennies de la Grande Dépression sans trop pâtir du ralentissement de la conjoncture nationale. Soulignons, en outre, que la multiplication d’emplois non qualifiés accroît les possibilités d’embauches journalières, la concurrence entre ouvriers et les mouvements sur le volume de la main-d’œuvre en cas de réduction de l’activité.

22L’examen du contexte socio-économique dans lequel évoluent les catégories populaires, majoritaires parmi les auteurs de comportements violents, permet d’éviter un certain nombre de contresens dans l’interprétation des statistiques établies pour Marseille à cette période. La croissance économique n’y induit pas de régression des comportements violents, parce qu’elle repose sur une main-d’œuvre nombreuse et malléable, dont les salaires réels stagnent. Dès lors, les disparités entre les catégories les plus modestes et les plus aisées s’accroissent, tout comme la distorsion entre les besoins – ou les désirs – et les possibilités d’y accéder. Entre 1880 et 1910, la principale période de développement des violences dans la société marseillaise voit la multiplication des conflits où l’honneur, dernier recours de celui qui n’a plus rien, vient pallier une grande nécessité. La plupart des rixes liées à la circulation de petites sommes d’argent y trouvent leur logique. Les dettes de jeu, les dettes de loyers ou encore l’accumulation de petits pécules en prévision d’un retour au pays sont à l’origine de nombreux conflits violents qui se multiplient au cours de ces décennies.

  • 30 Témime E., « Marseille, ville de migrations », Vingtième siècle, « Étrangers, Immigrés, Français », (...)

23En dernier lieu, il convient de ne pas négliger la dimension spatiale de ces phénomènes. La croissance démographique marseillaise induit un développement urbain rapide, que quelques tentatives de planification, tardives et désordonnées, ne parviennent pas à contrôler. Ainsi, les déséquilibres de la structure urbaine marseillaise créent de manière précoce des concentrations spatiales de facteurs criminogènes importants : pauvreté, promiscuité, jeunesse et masculinité de la population. Complexe, l’organisation spatiale de la ville se décline en 111 quartiers ayant une identité propre et une structure relativement autonome. Elle ne saurait donc être réduite à une ségrégation spatiale évidente30. Pour autant, on ne peut occulter la présence de foyers de violence liés au contexte social et économique de chaque quartier. Si l’on ne peut aisément dégager, comme à Paris, une ligne de partage claire entre quartiers populaires et quartiers bourgeois, ou entre centre et périphérie, il apparaît néanmoins une géographie des violences, à propos de laquelle une lecture des contextes particuliers s’impose.

  • 31 Attard-Maraninchi M.-F., « Les filles du port. Des Marseillaises pas comme les autres », Revue de M (...)
  • 32 Montel L., op. cit.

24Pour le début de la période, la concentration des infractions violentes commises aux alentours du port témoigne à la fois de la densité de population, de l’intensité des déplacements et de sa forte fréquentation liée à la présence de maisons de prostitution ou de cafés31. À la fin du demi-siècle, l’essor des comportements violents est particulièrement sensible dans deux types d’espaces. D’une part, ils se multiplient dans des quartiers comme Saint-Henri, situé au nord des nouveaux ports. Des tuileries y attirent une population ouvrière nombreuse, en grande partie immigrée, logée dans des conditions modestes, alors que les équipements de voirie, en particulier l’éclairage public, restent sommaires. Dans les années 1890, des ouvriers appauvris par le chômage ou tentés par le gain facile endossent pour quelques rapines les habits des criminels d’occasion, frayent avec des bandes de grand chemin, détroussent les Marseillais s’aventurant sur ces routes peu surveillées. D’une manière générale, les quartiers dont le fort développement est lié à une implantation industrielle (la Villette, le Rouet, la vallée de l’Huveaune) concentrent les principaux facteurs criminogènes. D’autre part, les règlements de comptes entre bandes rivales ensanglantent le « quartier réservé », royaume de la prostitution, dont l’artère principale est la rue Bouterie, derrière l’Hôtel-de-Ville. Dans les années 1905-1906, la bande de Saint-Jean et celle du Lazaret se disputent la maîtrise spatiale de l’économie de la prostitution. Les pratiques d’intimidation, de vengeance et l’essor de l’économie parallèle liée à divers trafics allègent alors considérablement le poids de la vie humaine. La violence est érigée au rang de norme pour qui veut survivre ou se faire un nom dans cette société particulière32.

  • 33 Chauvaud F., « Les violences rurales et l'émiettement des objets au XIXe siècle. Lectures de la rur (...)

25L’embarras avec lequel de nombreux historiens se saisissent de la question de l’histoire de la violence relève d’une méfiance à l’égard d’un objet polysémique et difficilement mesurable en dehors des sources de la répression33. De fait, l’histoire totale, quantitative, de « la » violence, telle une chimère, se dérobe. On lui préfère l’histoire culturelle des regards et des peurs sur la violence, s’appuyant sur des sources plus « sûres », car clairement analysées en tant qu’objets de représentation et non pas comme des reflets de la réalité. Les angoisses sécuritaires ne sont-elles pas, après tout, des phénomènes sociaux à part entière ? Ne témoignent-elles pas d’une intolérance fluctuante, mais grandissante à la violence, et donc, d’une évolution vers un idéal social pacifié, dans lequel la justice deviendrait l’arbitre des conflits les plus minuscules ?

  • 34 François Ploux pense que l’on « peut […] se demander dans quelle mesure la violence peut faire l’ob (...)
  • 35 Nous nous trouvons ici en plein accord avec les réflexions de Jean-Claude Farcy, « La violence et l (...)

26Pourtant, nous postulons qu’il est possible d’écrire une histoire des violences dans les sociétés contemporaines et de l’inscrire dans la problématique éliasienne, sans pour autant que celle-ci suffise à épuiser la complexe causalité des phénomènes décrits. À condition d’être mise en perspective avec des travaux similaires, la monographie présente, en effet, l’avantage de permettre l’étude approfondie d’une société et l’observation de l’enracinement des comportements dans des logiques propres à chaque contexte, comme l’a souligné François Ploux pour le Quercy34. Plus qu’une histoire de « la » violence, l’approche contextuelle privilégie l’histoire du recours à la violence dans la gestion des conflits interpersonnels. Il s’agit d’une démarche globale au sens où la violence n’est plus étudiée pour elle-même, mais en tant que révélateur de décalages ou de concordances entre les normes légales et sociales. L’étude peut dès lors surmonter le double écueil de la naturalisation ou de la fascination à l’égard de la violence35. Écrire une histoire sociale et anthropologique des violences est possible. Il est même souhaitable de multiplier les points de vue : d’une part, les conséquences du processus d’industrialisation sur les sociétés des xixe et xxe siècles, notamment les sociétés urbaines, sont loin d’être entièrement connues ; d’autre part, le parallèle avec la permanence de la crise et des violences urbaines à l’époque très contemporaine mériterait d’être poussé plus avant.

Notes

1 Pour une synthèse, Lagrange H., La civilité à l’épreuve. Crime et sentiment d’insécurité, Paris, PUF, 1995 ; Roché S., La société incivile, Paris, Seuil, 1996 ; Mucchielli L., « Une société plus violente ? Une analyse sociohistorique des violences interpersonnelles en France, des années 1970 à nos jours », Déviance et société, 2 (2008), p. 115-147.

2 Muchembled R., Une histoire de la violence, Paris, Seuil, 2008, p. 470.

3 Ambroise-Rendu A.-C., Peurs privées, angoisses publiques. Un siècle de violences en France, Paris, Larousse, 2001.

4 Mucchielli L., « Une société plus violente ?… » ; Id., « Les homicides dans la France contemporaine (1970-2007) : évolution, géographie et protagonistes », Muchielli L., Spierenburg P. (dir.), Histoire de l’homicide en Europe de la fin du Moyen Âge à nos jours, Paris, La Découverte, 2009, p. 132-162 : 157.

5 Chesnais J.-C., Histoire de la violence en Occident de 1800 à nos jours, Paris, Laffont, 1981 ; Chauvaud F., De Pierre Rivière à Landru. La violence apprivoisée au xixe siècle, Paris, Brepols, 1991.

6 Regnard-Drouot C., Marseille la violente. Criminalité, industrialisation, société 1851-1914, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

7 Autrement dit, la violence un qualificatif plus qu’un substantif. Cf. Rousseaux X., « Conclusion violence et judiciaire en Occident : des traces aux interprétations (discours, perceptions, pratiques) », Follain A., Lemesle B., Nassiet M., Pierre E., Quincy-Lefebvre P. (dir.), La violence et le judiciaire. Discours, perceptions, pratiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 347.

8 Regnard-Drouot C., op. cit., préface de Jean-Claude Farcy, p. 6

9 Nous ne reviendrons pas ici sur les débats historiographiques concernant le « chiffre noir » ; nous renvoyons à Farcy J.-C., « La violence et les historiens (France, période contemporaine) », Musin A., Rousseaux X., Vesentini F. (dir.), Violence, conciliation et répression. Recherches sur l'histoire du crime, de l'Antiquité au xxie siècle, Louvain, UCL Presses Universitaires de Louvain, 2008, p. 310-314.

10 Nous renvoyons aux annexes de notre étude pour de plus amples détails sur la constitution des statistiques. Regnard-Drouot C., op. cit., annexes.

11 Les données du Compte général de l’administration de la justice criminelle étant fluctuantes, les catégories ont été modifiées pour l’année 1901.

12 La population de référence est celle du département équivalent au ressort selon les recensements officiels.

13 Le sociologue Robert Castel va aujourd’hui jusqu’à créer le néologisme « précariat » pour qualifier les modes de vies reposant sur la précarité (Le Monde, 29 avril 2006).

14 Nous renvoyons à la lecture complémentaire de Montel L., Marseille capitale du crime. Histoire croisée de l’imaginaire de Marseille et de la criminalité organisée, 1820-1940, thèse en histoire, Université de Paris X-Nanterre, 2008.

15 « Norbert Elias et le xxe siècle. Le processus de civilisation à l’épreuve », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n ° 106, 2 (2010) ; Mucchielli L., « Une société plus violente ?… » ; Body-Gendrot S., Spierenburg P. (dir.), Violence in Europe. Historical and Contemporary Perspectives, Springer, New York, 2008 ; Spierenburg P., « Violence and the civilizing process : does it work ? », Crime, Histoire et Société/Crime, History and Society, 2 (2001), p. 87-105 ; Manuel E., « Long-term historical trends in violent crime », Crime and Justice. A Review of Research, 30 (2003), p. 83-142.

16 Elias N., Über den Prozess der Zivilisation, Bâle, 1939, réédité en 1969. La parution en langue française s’est faite en deux volumes : en 1973, La civilisation des mœurs est publiée chez Calmann-Lévy. Il s’agit de la partie traitant de l’évolution des mœurs dans la société occidentale depuis la Renaissance. En 1974, la seconde partie est publiée sous le titre La dynamique de l’Occident chez Calmann-Lévy et porte sur l’analyse historique et la synthèse anthropologique des phénomènes décrits dans le tome précédent.

17 Elias N., Du Temps, Paris, Fayard, 1996, p. 48.

18 Aubusson de Cavarlay B., « La violence vue par les statistiques judiciaires. Catégories juridiques et résultats. France 1836-1936 », Colloque IAHCCJ, La violence dans la longue durée, Paris, MSH, 3-4 juin 1994.

19 Nous avons consacré une bonne partie de l’introduction de notre ouvrage Marseille la violente aux aspects de cette croissance. On trouvera par ailleurs une synthèse dans Marseille au xixe siècle. Rêves et triomphes, Musées de Marseille/Musées nationaux, Marseille, Laffont, 1991.

20 Raveux O., Daumalin X., Girard N. (dir.), Du savon à la puce. L’industrie marseillaise du xviie siècle à nos jours, Marseille, J. Laffitte, 2003.

21 Raveux O., Marseille, ville des métaux et de la vapeur au xixe siècle, Paris, Éditions du CNRS, 1998.

22 On trouvera de plus amples références dans Témime E., Echinard P. (dir.), Migrance. Histoire des migrations à Marseille, t. 2, Aix-en-Provence, Edisud, 1991, notamment t. 2 : Témime E., Lopez R. (dir.), L’expansion marseillaise et « l’invasion italienne » (1830-1914), et Milza P., Français et Italiens à la fin du xixe siècle, Rome, École Française de Rome, 1981.

23 Vovelle M., « Les migrations en Provence au xviiie siècle », Études régionales, Nice, PACA, 1981.

24 Roncayolo M., Les grammaires d’une ville, essai sur la genèse des structures urbaines à Marseille, Paris, éditions de l’EHESS, 1996, p. 156 ; Lescure M., « L’industrialisation de Marseille, perspective du xixe siècle », Chastagnaret G., Mioche P. (dir.), Histoire industrielle de la Provence, Aix-en-Provence, Publication de l’Université de Provence, 1998, p. 11-21.

25 Roncayolo M., op. cit., p. 157.

26 Lescure M., « L’industrialisation de Marseille… ».

27 Entre 1840 et 1880 le taux d’ouvriers passe de 43 % à 16 % parmi les nouveaux déposants à la Caisse d’épargne des Bouches-du-Rhône, cf. Américi L., La Caisse d’Epargne des Bouches-du-Rhône. Un outil financier au service de l’intervention sociale, thèse de doctorat, histoire, Université de Provence Aix-Marseille I, 2000, p. 219 et suivantes.

28 Roncayolo M., op. cit., p. 157.

29 Gaillard L., La vie ouvrière et les mouvements ouvriers à Marseille, de 1848 à 1872, thèse de doctorat d’État, histoire, Aix-en-Provence, 1972, p. 450-451.

30 Témime E., « Marseille, ville de migrations », Vingtième siècle, « Étrangers, Immigrés, Français », 7 (1985), p. 37-50 : 50.

31 Attard-Maraninchi M.-F., « Les filles du port. Des Marseillaises pas comme les autres », Revue de Marseille, 166 (1993), p. 63-67 ; Ead., « Normaliser la transgression : discours et politiques à l’égard de la prostitution à la fin du XIXe siècle », Garnot B. (dir.), Ordre moral et délinquance de l’Antiquité au XXe siècle, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 1994, p. 95-103.

32 Montel L., op. cit.

33 Chauvaud F., « Les violences rurales et l'émiettement des objets au XIXe siècle. Lectures de la ruralité », Cahiers d’histoire, t. XLII, 1 (1997), p. 88.

34 François Ploux pense que l’on « peut […] se demander dans quelle mesure la violence peut faire l’objet d’une enquête historique qui viserait, même implicitement, à dépasser le cadre étroit de la monographie, à s’inscrire dans une perspective comparatiste ». De fait, il considère que sa propre étude n’a pas sa place dans une « impossible histoire de la violence ». Ploux F., Guerres paysannes en Quercy. Violences, conciliation et répression sociale dans les campagnes du Lot (1810-1860), Paris, 2002, p. 13.

35 Nous nous trouvons ici en plein accord avec les réflexions de Jean-Claude Farcy, « La violence et les historiens… », p. 323.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Nombre de Marseillais jugés pour 100 000 habitants par type d’infraction
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16407/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 2 : Nombre d’individus jugés pour infractions contre les personnes pour 100 000 Français
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16407/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 3 : Nombre d’individus jugés dans les ressorts des cinq plus grandes villes françaises pour 100 000 habitants12
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/16407/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

Auteur

Université de Provence (Aix – Marseille I) - TELEMME (MMSH)

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search