Version classiqueVersion mobile

La violence

 | 
Lucien Faggion
, 
Christophe Régina

Partie I. Histoires de la violence et violences de l’histoire

« Con corpi, e sangui »

Société et religion dans un procès du Conseil des Dix (Santorso, 1777-Venise, 1782)1

Alessandro Boarin
Traduction de Lucien Faggion

Texte intégral

Les délits

  • 1 L’article a été traduit de l’italien par Lucien Faggion
  • 1 Biblioteca Bertoliana de Vicence [désormais BBVi], Gaetano Maccà, « Annali manoscritti di Vicenza » (...)
  • 2 BBVi, Arnaldo Arnaldi Ier Tornieri, « Memorie di Vicenza del Conte Arnaldo I ° Arnaldi Tornieri che (...)
  • 3 Sur le sujet, voir Bellinati C. (dir.), Il Veneto e i giubilei. Contributo alla storia culturale e (...)
  • 4 Aussi est-il indiqué que « Alli 17 Maggio si fece la solennissima traslazione della Beata Vergine d (...)

1Le 21 avril 1777. À la différence d’autres épisodes criminels ou de la santé de l’évêque (« Que Dieu le préserve »), le fait survenu en 1777 ne trouve pas de place dans les « Annali » du père Gaetano Girolamo Maccà1, ni dans les « Memorie di Vicenza » du comte Arnaldo Arnaldi Ier Tornieri2. Pourtant, en période de jubilé3 et à l’imminence du « transport » attendu de la miraculeuse Madone del Summano à la paroisse de Santorso4, ce qui se produisit a profondément bouleversé les âmes de toute la communauté.

  • 5 Sur la « cernide », milice urbaine composée exclusivement des sujets qui répondent à des critères p (...)
  • 6 « Lavorator di lanifizio » : travailleur de laine. Sur les lainiers dans les centres mineurs de la (...)
  • 7 Povolo C., « La piccola comunità e le sue consuetudini », relation introductive au séminaire intitu (...)

2Certes, les violences ont été graves et répétées depuis le jour précédent, comme peut en témoigner, entre autres, Girolamo Zaltron, le caporal de la « cernide5 » qui, le soir du 20, après avoir été insulté, est contraint à la fuite. Ou Giacomo Gramola de feu Battista, « lavorator de lanifizio6 », que les bastonnades reçues n’empêchent pas de courir jusqu’à trouver refuge dans la sacristie de l’église, suivi par un coup de fusil et des cris, « tire-lui, brûle-le ». Des événements qui, au cours des semaines suivantes, engagent la communauté locale dans la redéfinition compromissoire des équilibres enfreints7, mais qui sont mis au jour, une fois pour toutes, par l’intromission du Conseil des Dix dans le procès instruit. Il ne s’agit pas seulement de petits épisodes de criminalité, parce que le chien de l’hôte roué de coups, la mule blessée durant la remise de la farine, effectuée de porte à porte, et les nombreuses « insolences » commises durant ces deux jours ne méritaient pas que l’on y prête autant attention.

  • 8 Dans une société où la loi des hommes est fortement marquée par la loi de Dieu, la distinction entr (...)

3« Je t’ai dans le c… », avait dit Francesco Broccardo tourné vers l’image de la Madone quelques instants avant de la poignarder. Il dut rendre compte de ce fait, surtout de ce fait, à la justice8.

Les personnes

  • 9 Archivio di Stato de Vicence [désormais ASVi], Archivio Notarile [désormais A.N.], Antonio Menegozz (...)
  • 10 Le chapiteau, qui n’existe plus, doit être identifié selon toute vraisemblance avec celui situé non (...)

4La justice, à vrai dire, est informée des événements avec un retard certain, car les représentants de la Commune concluent les clauses d’un accord avec l’agent de la comtesse Luchese Loredan Ruzzini Priuli pour la cession de tous les biens meubles et immeubles ayant autrefois appartenu au couvent supprimé de Monte Summano. Selon la chronique, le passage de propriété est signé dans le presbytère de Santorso le 24 avril9, non loin du chapiteau où se trouve la Madone balafrée par Francesco Broccardo seulement quelques jours auparavant10.

  • 11 Du reste, « più presto non fù di suo comodo, ne le stravaganze dei tempi ghe lo permise. » Archivio (...)
  • 12 Une mention sur le palais de la famille Marzari « che sorgeva sulla piazza del paese e di cui – ahi (...)
  • 13 L’assemblée villageoise du 7 juillet 1776, jointe au témoignage de Bortolo Scarmolin du 30 décembre (...)

5Mais, pur hasard, le chapiteau en question n’existe déjà plus, parce que le comte Giuseppe Marzari, ayant gagné un procès à l’issue incertaine qui durait depuis près d’une année, avait donné l’ordre à ses hommes, le 23 avril, de prévoir à sa « totale démolition et démembrement11 ». Rien d’étrange, au contraire. Il faut élargir la rue devant le Palais12 et, pour ce faire, il convient de sacrifier le chapiteau de la Vierge, pourtant rénové « sans la moindre dépense pour la Commune elle-même. » L’approbation populaire – 47 voix favorables et à peine cinq contraires – arrive, ponctuelle, le 7 juillet 177613.

  • 14 Dénonciation du degano Francesco Formilan du 27 avril 1777. De leur côté, les autorités religieuses (...)

6La transaction heureusement conclue avec l’agent de la Maison Priuli, le « degano » – qui est le chef de la commune – s’est rappelé d’informer la justice seulement le 27, au cas où Francesco Broccardo (mais aussi Bortolo Zaffonato et Antonio Cerbaro, personnages secondaires, néanmoins impliqués dans les événements) avaient besoin de temps pour organiser la fuite14.

  • 15 Sur l’office du Maléfice, dont la tâche est de former les procès qui doivent ensuite être résolus p (...)
  • 16 Supplique de Zuanne Broccardo, 14 mai 1777.

7Ainsi, près d’un mois plus tard, lorsque, en réponse à une supplique des gouverneurs, le notaire de l’office du Maléfice15 se rend pour quelques jours à Santorso, en ayant confiance dans la « plus grande sollicitude pour la continuation du procès, et pour soulever autant de témoins indolents et contestés, aussi bien dans les dépenses que dans les tracas des voyages16 », le chapiteau a disparu à l’instar des accusés eux-mêmes. Néanmoins, le cadre des événements qui apparaît dès les premiers interrogatoires s’avère clair et les responsabilités, surtout celles de Francesco Broccardo, extrêmement lourdes.

  • 17 « Osti e osterie occupano un ruolo centrale nell’ambito delle ritualità che contrassegnano i confli (...)
  • 18 Témoignage de Domenica Pettenà, 15 mai 1777.

8Tout commence après le « déjeuner » de ce 20 avril, lorsque, dans l’auberge de Domenico Nicoletti, se présentent Francesco Broccardo de feu Antonio dit Novello, Bortolo Zaffonato, de feu Orso, et Antonio Cerbaro, de feu Iseppo. Domenica Pettenà, l’épouse de l’hôte, comprend tout de suite par cette entrée tonitruante, ainsi que par les couteaux que les trois hommes montrent à tous, qu’il ne s’agit pas d’une visite de courtoisie, de retrouvailles avant que ne se terminent les cérémonies habituelles organisées pour le saint jubilé et que les gens ne s’en retournent repeupler l’auberge17. La menaçant de mort, ils lui demandent tout de suite à manger et à boire, et quelques coups de bâton suffisent à mieux rappeler la situation. Étant donné la tournure des événements, Domenica Pettenà cherche au moins à éviter des difficultés plus grandes, jusqu’à ce que la clientèle appréciée – voire embarrassante – s’en aille finalement, la laissant « plus morte que vivante par l’épouvante. » C’est ainsi que son mari la trouve, au retour de la procession, mais il n’est guère utile d’apporter des explications, puisque, dans l’auberge qui se remplit de clients, les trois réapparaissent une fois encore18. Fusil et couteaux à la main, ils demandent à boire et payent même ; puis, ils sortent, et c’est le jeune Francesco Calgaro, à deux reprises, qui se rend dans l’auberge pour prendre autant de chopes de vin en leur nom.

  • 19 La passion pour le jeu des cartes, juste une année auparavant, a fait passer un mauvais quart d’heu (...)

9Il est donc naturel qu’ils soient de retour, rentrent dans l’auberge et, « en blasphémant et insultant n’importe qui », réclament un paquet de cartes de jeu. Aux retards de l’hôte, ils se dirigent vers une pièce contiguë, où Valentin Rezan et Girolamo Zaltron ont l’intention de jouer avec deux autres villageois et, les cartes enlevées de leurs mains, ils les déchirent et les jettent à terre19.

  • 20 Témoignage de Domenica Pettenà, 15 mai 1777.
  • 21 Le « caporal de salaud » ; en italien : « caporal di mona ». Témoignage de Girolamo Zaltron, 15 mai (...)

10S’ensuit un mouvement de panique générale, auquel seule la pauvre Domenica Pettenà ne participe pas, contrainte à offrir de généreuses chopes de vin à Francesco Broccardo et à Bortolo Zaffonato « pour voir s’il était possible de les calmer », tandis que le mari luimême s’éclipse en laissant – comme la femme le dit plus tard – « ma vie et mes substances à la merci de ces scélérats20 ». Les deux sont rapidement rejoints par Antonio Cerbaro qui, ayant pris pour cible Girolamo Zaltron, dans la cohue générale, le pousse d’abord à terre et le poursuit jusqu’à la maison d’Antonio Zaltron où, faute de mieux, il se met à l’insulter au cri de « caporal de salaud21 ».

  • 22 Témoignage de Domenica Pettenà, 15 mai 1777.
  • 23 Témoignage de Giacomo Gramola, 16 mai 1777.
  • 24 Témoignage de Zuanne Billa, 28 décembre 1777.
  • 25 Témoignage de Bortolo Scarmolin, 15 mai 1777.

11Il est sur le point de sortir de l’auberge, lorsque Bortolo Zaffonato jure de tuer le premier qu’il rencontre sur son chemin et, tout de suite, la pieuse intention gagne également les autres22. Qu’elles ne soient pas de simples paroles, Giacomo Gramola peut le vérifier, car il est frappé à coups de bâton sans aucun motif apparent et contraint à la fuite23, à l’instar de Zuanne Billa, le fils de feu Girolamo qui, étant tombé sur la bande, s’entend dire contre lui : « pour la Vierge, il n’y a plus de temps pour toi24 ». Par chance, le syndic du village arrive, et ensemble avec le chapelain, ils s’interposent, en invitant les trois acolytes à rentrer chez eux25.

  • 26 Quoiqu’il ne soit pas mentionné par l’aubergiste, le fait apparaît dans le témoignage de Domenica P (...)
  • 27 Témoignage de Domenica Pettenà, 15 mai 1777.

12Au lieu de suivre l’excellent conseil donné, ils se dirigent vers l’auberge pour une dernière rencontre et là, « devenus plus bestiaux que jamais » (et évidemment affamés), ils commandent à un certain Domenico Nicoletti, déjà sur la voie de la sanctification, « une chope de vin, quatre petits pains et une tranche de veau et, ensuite, ils partirent, en me payant seulement le pain ». Aussi, dira l’hôte avec une satisfaction mal cachée et tardive, « je fermai les portes de ma maison et m’en allai au lit26 », en ne se rappelant même pas que les trois hommes, en abandonnant les lieux, avaient pris avec eux la chope désormais vide27.

  • 28 Témoignage de Domenico Cattaneo, 28 décembre 1777.

13Une heure de la nuit est déjà passée, lorsque, faute de mieux, la joyeuse brigade se rend enfin devant le presbytère où, en frappant à la porte et en criant des blasphèmes horribles, Antonio Cerbaro et peut-être le même Francesco Broccardo demandent de pouvoir voir l’archiprêtre, car ils veulent se confesser28. Et lorsque le domestique, en guise de réponse, les invite à s’en aller vaquer à leurs occupations habituelles, le compte des péchés a augmenté encore de quelques voix jusqu’à ce que, quoique privés de l’absolution divine, les trois sont finalement convaincus d’aller se coucher.

  • 29 Témoignage de Bortolo Scarmolin, 15 mai 1777.
  • 30 Témoignage de Domenico Nicoletti, 15 mai 1777.
  • 31 Témoignage de Domenica Pettenà, 15 mai 1777.
  • 32 Témoignage de Domenica Pettenà, 30 décembre 1777.
  • 33 Témoignage de Domenica Pettenà, 15 mai 1777.

14Le matin suivant, vers midi, ils se représentent à l’auberge en rangs serrés, Cerbaro étant allé avec d’autres hommes du village « travailler dans la rue qui, par cette commune, était aménagée pour le transport de la Bienheureuse Vierge de Monte Summano29. » Avec le mari parti de bonne heure pour le marché de Thiene30, il revient encore une fois à Domenica Pettenà la tâche ingrate de faire front aux humeurs des deux alcooliques, laquelle n’a rien pu faire, sinon se résigner à en subir, à nouveau, les violences et les affronts31. Mais, à en faire les frais, c’est surtout le chien de la femme, « une très belle bête, qui n’avait insulté personne32 », dont la docilité exemplaire n’est pas suffisante à éviter le coup de fusil de Francesco Broccardo33.

  • 34 Témoignage de Domenico Penzo, 3 février 1778.
  • 35 Témoignage de Domenico Nicoletti, 15 mai 1777.
  • 36 Témoignage de Domenico Cattaneo, 15 mai 1777.

15Ils s’en sont donc allés, en promettant de tuer le premier qu’ils rencontreraient, et ils sont presque de parole, puisque, le long de la rue communale, ils se trouvent face à un mulet que Domenico Penzo a attaché, alors qu’il remettait un sac de farine dans une maison voisine. S’en étant approché, « un animal très calme », selon l’avis de Penzo lui-même, Francesco Broccardo le frappe d’un violent coup de couteau sur le flanc et, comme si de rien n’était, il s’éloigne en compagnie de Bortolo Zaffonato34, en tournant leurs pas vers l’auberge. Ils s’entretiennent peu et, cette fois, « sans faire l’usage d’aucune violence », en se dirigeant ensuite vers le presbytère où, avec des manières aussi explicites que menaçantes, demandent de nouveau à voir l’archiprêtre35. Domenico Cattaneo a alors beaucoup à faire pour les convaincre que le patron ne se trouve pas dans la maison et, davantage que les mots, c’est la prompte disponibilité du domestique en fait de boissons qui permet de faire taire enfin n’importe quel doute à cet égard36.

  • 37 Témoignage du révérend don Antonio Broccardo, 31 décembre 1777.
  • 38 Sur l’iconographie de la Madone de Summano, ZIRONDA R., op. cit., p. 43-57.

16Ils occupent ainsi le reste de la journée à se promener dans le village, « en commettant à tous ceux qu’ils rencontraient par esprit d’iniquité et d’insolence, des insultes et des mauvais traitements, ne se contentant même pas de frapper ni de blesser », jusqu’à ce que, vers 23 h 30, leur vagabondage les conduit dans la contrée de la place37. Là, ils s’arrêtent devant la maison des nobles Marzari et, précisément, à l’endroit où se dresse un chapiteau « où se trouvait peinte la Sainte image de Marie Vierge avec l’Enfant dans les bras et d’autres Saints », probablement selon le modèle iconographique déjà utilisé dans le sanctuaire de Monte Summano38.

  • 39 Témoignage du révérend don Antonio Broccardo, 31 décembre 1777.
  • 40 « Espèce d’épée, mais de lame large, courte, d’une seule taille », Boerio G., Dizionario del dialet (...)
  • 41 Témoignage du révérend don Antonio Broccardo, 15 mai 1777.
  • 42 Témoignage de Francesco Bonagente, 1er janvier 1778.
  • 43 Témoignage du révérend don Antonio Broccardo, 31 décembre 1777.
  • 44 Témoignage de Gerolamo Zaltron, 28 décembre 1777.

17En tout cas, s’agissant d’un « impie qui ne chercha jamais à s’approcher des Saints Sacrements39 », Francesco Broccardo, à coup sûr, ne doit pas en avoir fait une question de style quand, après s’être adressé à plusieurs reprises à la Vierge en lui disant « je t’ai dans le c… », il dégaine le « palosso40 » qu’il tenait à la main, et frappe de façon répétée l’image avec une telle violence que la pointe de la lame est pliée. C’est « avec une terreur immense » que le révérend don Antonio Broccardo assiste à la scène, et il en est tant impressionné que, rappelle le prêtre encore plusieurs mois après l’événement, « je ne pus proférer aucun mot », mais il fuit sur le champ, en craignant pour sa vie41. S’étant remis de sa stupeur, il en parle ensuite à Signor Francesco Bonagente42 et à des gouverneurs de la commune43 ; le bruit se diffuse rapidement dans tout le village, au point que « tout le peuple en parlait alors sincèrement44 ».

  • 45 Témoignage de Domenico Nicoletti, 29 décembre 1777. Par le terme « Levant », on comprenait, à la fi (...)
  • 46 Témoignage de Domenico Nicoletti, 15 mai 1777. L’aubergiste cite comme témoin le villageois Orso Re (...)
  • 47 Témoignage de Francesco Formilan, 28 décembre 1777. Sur le secteur lainier de la province de Bergam (...)

18Il est ainsi naturel que Francesco Broccardo, Bortolo Zaffonato et Antonio Cerbaro, qui se rendent finalement compte de la gravité de la situation dans laquelle, même sur différents niveaux de responsabilité et de faute, ils sont impliqués, décident – chacun à son propre compte et selon ses propres inclinations – de quitter le village. Antonio Cerbaro le fait de manière radicale, lui qui n’a pas eu cependant le scrupule de se présenter à son travail après une nuit de noces et de violences au détriment de ses mêmes villageois et qui, alors, à ce qui se disait, s’enrôla dans l’armée de la République et partit pour le Levant. En revanche, on soutient que Bortolo Zaffonato se réfugia45 d’abord « dans les environs de Schio46 », pour se diriger ensuite vers Bergame « et y travailler les draps47 », tandis que même ceux qui sont bien informés ne savent pas où Francesco Broccardo, assurément le principal protagoniste des tristes histoires de ces jours-là, a pu trouver refuge.

  • 48 Lettre ducale d’Alvise Mocenigo, 30 mai 1777. Sur Alvise IV Mocenigo, doge de Venise de 1763 à 1778 (...)
  • 49 Suprême institution politique et judiciaire de la République de Venise, le Conseil des Dix peut dél (...)

19Cependant, Francesco Broccardo revient à nouveau au village, tandis que le Conseil des Dix, compte tenu de la gravité des faits, concède au podestat et au vice-capitaine de Vicence la reprise des interrogatoires, sur la base de son célèbre rite inquisitoire qui leur reconnaît la faculté de pouvoir promettre « le secret des témoins et l’impunité de certains complices48 », en déliant le procès du respect des statuts locaux et de la lourde procédure adoptée par l’office du Maléfice49.

Les défenses

  • 50 Un comparse du capitaine de campagne, Bortolo Accorsi, 16 février 1778. Sur la figure controversée (...)

20Dimanche, 15 février 1778. Santorso – vers minuit. Musique de fond et des personnes qui dansent. Un des danseurs, pour gagner la souplesse des mouvements, met les pistolets et le fusil sur un lit. Aussi, quand les ministres de campagne – une sorte de police de l’époque – font irruption dans le local, est-il facile pour eux d’encercler l’homme et de l’arrêter50.

21Judas, cette fois, n’a pas de nom. Le danseur capturé est Francesco Broccardo.

  • 51 La cour prétorienne est composée des recteurs vénitiens et des assesseurs – habituellement au nombr (...)
  • 52 Il en a exactement un de plus, étant né le 29 septembre 1759 d’Antonio Broccardo et de Catta Cazzol (...)

22Le jour suivant, face à la cour prétorienne de Vicence51 apparaît donc « un homme de taille médiocre, à la chevelure châtain à tresse, sans barbe, vêtu d’une chemise de drap blanc, d’une petite chemise sans poche de drap gris avec un filet de peau blanche, léger drap similaire, haut-de-chausses identiques, chaussettes de fil à plomb, des chaussures de peau de sumac enlacées de boucles… de l’âge, comme il le dit et comme l’aspect le montrait, de 18 ans52 ».

  • 53 Un indice de cette altérité me semble être l’attitude des trois hommes par rapport aux pratiques re (...)
  • 54 Antonio Cerbaro est orphelin, à coup sûr, après le 8 mai 1775, date à partir de laquelle le père av (...)
  • 55 « Molti atteggiamenti di questi giovani... vanno forse ricondotti al venir meno dell’autorità pater (...)

23Interrogé sur la raison – d’après lui – de son emprisonnement, il parle des événements du 20 et du 21 avril comme de choses nées « comme ça, en compagnie, par esprit d’insolence ». De simples actes derrière lesquels se cache peut-être le mal-être de jeunes incapables de se reconnaître pleinement au sein de la communauté et dans leurs règles53, d’orphelins54 ayant grandi dans des contextes de contrôle parental aux maillages assez élargis55.

  • 56 Selon Broccardo, en fait, environ un mois auparavant, les deux ont eu une dispute au cours de laque (...)

24À coup sûr, le vin eut sa part dans le déroulement des événements tout comme le souvenir d’une dispute qu’il avait eue un mois auparavant avec un certain Francesco Campanaro qui « ne faisait aucune estime de moi », ce qui l’avait rendu fou, après avoir rencontré, la nuit du 20 avril, le rival, accompagné de Zuanne Billa56. C’est pour cette raison que, selon lui, en passant devant le chapiteau, il invoqua la Vierge « qu’elle me fasse mourir si je ne me vengeais pas de Francesco Campanaro qui avait méprisé ma personne, et dans l’acte même je me mis à blasphémer avec les corps et les sangs » ; il balafra l’image « avec deux ou trois coups, en voulant faire comme une croix pour authentifier le fait de serment. »

  • 57 L’histoire qui voit la jeune se libérer du démon grâce à l’intercession de la Madone de Monte Summa (...)
  • 58 L’attitude d’un certain Pietro Fornarini est, à cet égard, significative de ce phénomène, car Forna (...)
  • 59 Interrogatoire de Francesco Broccardo, 25 février 1778.

25Il est clair que le divin est un fait tangible pour ces personnes comme le démontre l’histoire survenue en des temps non lointains d’Antonia de Lorenzo Sasso d’Asiago, peut-être un des derniers miracles attribuables à la Madone de Summano57. Dès lors, rien d’étrange si – comme il le disait – ce sont les intentions du Diable à l’avoir poussé à retourner dans le pays de Levico, où il s’est réfugié, une fois les enquêtes lancées, en qualité de sbire, lui dont le métier était de faire le cordonnier. Un travail dangereux et peu attrayant du point de vue économique, exercé la plupart du temps par des personnes de mauvaise réputation, privées d’autres alternatives valables58, mais qui donnait au moins le droit, ce qui n’est pas peu pour l’époque, de pouvoir porter légalement les armes. Presque un must pour un homme comme Francesco Broccardo qui continue en fait à exercer le droit, même après avoir abandonné la principauté de Trente pour les États de la Sérénissime République, comme il l’admet lui-même avec candeur devant les juges59.

  • 60 « Costituto » d’opposition. Sur la pratique judiciaire qui suit le transfert à Venise d’un dossier (...)
  • 61 Il s’agit d’une charge élective réservée aux patriciens destinée à défendre dans les jugements péna (...)

26Face à la gravité des accusations, la cour prétorienne est donc invitée à transférer l’accusé dans les prisons du Conseil des Dix, où il reste du mois d’avril 1778 au 7 mars 1781. Il y est finalement conduit, en présence de l’avogador Giacomo Boldù qui lui lut les contestations de la Justice et lui accorda trois jours pour préparer ses défenses60. De renvoi en renvoi, les défenses sont présentées seulement le 25 août et, contrairement aux normes qui règlent le rite des Dix, la plume qui les a écrites doit avoir appartenu à un des « Avocats des prisonniers61 », même si, sur la marge haute de la feuille, le chancelier ou le notaire qui l’a reçu a glosé, comme c’est l’usage, la formule : « pour sa défense, il dit. »

  • 62 Ibid., p. 4.
  • 63 En particulier, seul don Antonio Broccardo, le cousin de Francesco au second degré, et qui, lors de (...)
  • 64 Défense de Francesco Broccardo, 25 août 1781.

27Dans les faits contestés, soutient-on, il n’y a eu aucune délibération, mais il s’agit plutôt d’« une union d’opérations exécutées dans la fureur et dans l’agitation d’une raison aliénée, accomplies par le moyen du vin », bu avec satiété, au point que la « raison, cette simple distinction de l’homme qui est le seul responsable à concevoir des propres opérations, manquait totalement. » Ni même la qualité des témoins, qui ont juré « de veritate » et qui – étant considérés pleinement fiables – constituent l’instrument principal de la preuve62, au point de pouvoir démontrer de façon irréfutable les accusations contestées63. Est ainsi réclamée une sentence qui est non seulement juste, mais miséricordieuse, même en prenant en compte les trois années passées selon les rigueurs de la prison avant que les Dix ne trouvent finalement le temps pour expédier le procès64.

  • 65 « Diciotto mesi e tre anni sono i termini che ricorrono prevalentemente, le condanne standard » pou (...)
  • 66 Annotation de la sentence, 20 février 1782.

28En dépit des attentes, des mois doivent s’écouler, pour trois ans de service sur les galères de la République65, comme la Justice le décida enfin66. Une fois la peine réglée, les tentations du Diable le conduisent à nouveau à Santorso.

  • 67 Ainsi le trouve-t-on enregistré, ASVi, Corpo Territoriale, c. 3715, Pedelista per il Commun di Sant (...)

29Qui, dans le village, quelques années plus tard, ne sut pas reconnaître dans le misérable « filalana » (fileur de laine), Francesco Broccardo Novello67, l’homme qui, un soir d’avril, avait poignardé la Vierge ?

Notes

1 Biblioteca Bertoliana de Vicence [désormais BBVi], Gaetano Maccà, « Annali manoscritti di Vicenza », t. II, ms. 2103. Sur G. Maccà, voir Todeschini U., « Il padre Gaetano Girolamo Maccà. Storico del Territorio Vicentino », Gruppo Ricerca Storica di Sarcedo (dir.), Sarcedo. Storia e Cultura, Quaderno 3, Sandrigo, 2007, p. 6-8.

2 BBVi, Arnaldo Arnaldi Ier Tornieri, « Memorie di Vicenza del Conte Arnaldo I ° Arnaldi Tornieri che cominciano dall’anno 1767 18 Giugno, e termina no nel 1822 », t. I, ms. 3108.

3 Sur le sujet, voir Bellinati C. (dir.), Il Veneto e i giubilei. Contributo alla storia culturale e spirituale dell’evento in terra veneta (1300-2000), Padoue, 1999, p. 188-189.

4 Aussi est-il indiqué que « Alli 17 Maggio si fece la solennissima traslazione della Beata Vergine di Montesummano trasferendola dalla somità del detto Monte ove sino dai tempi di S. Prosdocimo ritrovavasi nella Chiesa di Sant’Orso posta alle falde di Montesumano stesso, e fu fatta solenità assai grande, e molto dispendiosa, e fu fatta una strada a bella posta, per dove si doveva passare. Alcuni giorni avanti furono stampati in Vicenza gli Avvisi di una tal solenità, e posti nei contorni. » BBVi, Gaetano Maccà, « Annali manoscritti di Vicenza », t. II, ms. 2103, 17 mai 1777. Comme G. Maccà le signale lui-même plus loin, la translation a eu lieu en réalité non pas le 17, mais le 19 mai, « perché i tempi cattivi non permisero ».

5 Sur la « cernide », milice urbaine composée exclusivement des sujets qui répondent à des critères physiques précis et de l’état civil, une milice employée comme troupe complémentaire de renfort en cas de nécessité, cf. Perini S., La difesa della Terraferma veneta nel Settecento, Sottomarina, 1998, p. 53-56.

6 « Lavorator di lanifizio » : travailleur de laine. Sur les lainiers dans les centres mineurs de la Terre Ferme vénitienne, Panciera W., L’arte matrice. I lanifici della Repubblica di Venezia nei secoli XVII-XVIII, Trévise, Il Cardo – Benetton, 1996, p. 177-181.

7 Povolo C., « La piccola comunità e le sue consuetudini », relation introductive au séminaire intitulé « Per una storia della comunità (Ricordando i primi anni ‘80) », qui s’est tenu à Este, au Cabinet de lecture, le 20 avril 2002, p. 6.

8 Dans une société où la loi des hommes est fortement marquée par la loi de Dieu, la distinction entre le crime et le péché est souvent ténue. À l’époque, il est souvent assez difficile de distinguer entre les deux niveaux, et c’est la justice séculière elle-même qui s’érige à la défense de la religion. Dans le cadre des crimes sans victimes sont donc reconnaissables les crimes qui, poursuivis par les tribunaux laïcs et ecclésiastiques, menacent directement les valeurs fondamentales de la société. Friedman L. M., Crime and Punishment in America History, New York, Basibooks, 1993.

9 Archivio di Stato de Vicence [désormais ASVi], Archivio Notarile [désormais A.N.], Antonio Menegozzo, carton 15499, 24 avril 1777. Pour une transcription du document, Zironda R., Santa Maria di Monte Summano. Storia del culto e della tradizione mariana a Piovene Rocchette, Carrè, 2000, p. 101-106.

10 Le chapiteau, qui n’existe plus, doit être identifié selon toute vraisemblance avec celui situé non loin du presbytère, devant lequel, dans les premiers jours de mai une procession défila, comme le rappelle également une chronique de l’année 1698 conservée dans les Archives paroissiales de Santorso. Cuman F., Pirocca T., Capitelli a Santorso. Saggio sulla pietà popolare nell’alto vicentino, Schio, 1976, p. 11.

11 Du reste, « più presto non fù di suo comodo, ne le stravaganze dei tempi ghe lo permise. » Archivio di Stato de Venise [désormais ASVe], Consiglio dei Dieci, Processi criminali, Vicenza, c. 30, fascicule 1, témoignage de Zuanne Broccardo du 15 mai 1777. Au sujet de ce fascicule processuel, seule l’indication de la partie citée sera désormais fournie.

12 Une mention sur le palais de la famille Marzari « che sorgeva sulla piazza del paese e di cui – ahimè - non rimane traccia », dans Puttin L., « Di una secentesca mappa di Santorso », Maggio a Santorso, tradizione, storia, attualità, 1974, p. 87.

13 L’assemblée villageoise du 7 juillet 1776, jointe au témoignage de Bortolo Scarmolin du 30 décembre 1777.

14 Dénonciation du degano Francesco Formilan du 27 avril 1777. De leur côté, les autorités religieuses du village n’ont évidemment pas retenu le devoir d’assumer l’initiative, laissant au degano de la communauté le soin d’en informer la justice. À rapprocher de cet événement les informations livrées par Meneghetti Casarin F., « Immoralità o intemperanza giovanile ? Una domenica di carnevale a Lisiera nell’anno 1785 », Povolo C. (dir.), Lisiera. Immagini, documenti e problemi per la storia e cultura di una comunità veneta. Strutture – congiunture – episodi, Vicence, N. Pozza, 1981, t. I, p. 843-869.

15 Sur l’office du Maléfice, dont la tâche est de former les procès qui doivent ensuite être résolus par l’autorité ordinaire du régiment, prévue et réglée par les statuts citadins, voir Povolo C., « Aspetti e problemi dell’amministrazione della giustizia penale nella Repubblica di Venezia. Secoli XVI-XVII », Cozzi G. (dir.), Stato, società e giustizia nella Repubblica veneta (secc. XV – XVIII), Rome, Jouvence, 1980 t. I, p. 161

16 Supplique de Zuanne Broccardo, 14 mai 1777.

17 « Osti e osterie occupano un ruolo centrale nell’ambito delle ritualità che contrassegnano i conflitti giovanili. L’osteria è parte integrante di una ritualità aggressiva destinata successivamente a sfociare spesso nello scontro violento ; luogo in cui le tensioni in atto trovano una loro prima manifestazione, di cui gli aspetti più visibili sono la sfida e la provocazione. » Quoiqu’elles renvoient à la réalité du xviie siècle, il me semble néanmoins que ces mots focalisent pleinement les faits qui ont lieu en avril 1777 à Santorso. Povolo C., « Confini violati. Rappresentazioni processuali dei conflitti giovanili nel mondo rurale dell’Ottocento », Da Passano M., Mattone A., Mele F., Simbula P. F. (dir.), La vite e il vino. Storia e diritto (secoli XI-XIX), Rome, Carocci, 2000, t. II, p. 1102.

18 Témoignage de Domenica Pettenà, 15 mai 1777.

19 La passion pour le jeu des cartes, juste une année auparavant, a fait passer un mauvais quart d’heure à Antonio Giordani de Cogollo del Cengio, lequel, se retrouvant dans l’auberge de Seghe de Velo d’Astico, s’était fait convaincre par le villageois Bastian Venzi de lui tenir compagnie, tandis que ce dernier parla avec une autre personne. Il le conduisit à la maison de Zuane Grotto, où ils furent donc rejoints par Antonio Ciscato et, là, il lui fut proposé de jouer aux cartes, en mettant en jeu le repas et, ensuite, de l’argent. Aussi Grotto et Ciscato l’obligèrent-ils avec les armes à rédiger un papier dans lequel il confessait être débiteur d’une somme de 4 000 lire, ce qui fut promptement exécuté « a motivo delle minazie fattegli. » ASVi, A.N., Giacomo Zuccolo, c. 16 036, 6 octobre 1776.

20 Témoignage de Domenica Pettenà, 15 mai 1777.

21 Le « caporal de salaud » ; en italien : « caporal di mona ». Témoignage de Girolamo Zaltron, 15 mai 1777.

22 Témoignage de Domenica Pettenà, 15 mai 1777.

23 Témoignage de Giacomo Gramola, 16 mai 1777.

24 Témoignage de Zuanne Billa, 28 décembre 1777.

25 Témoignage de Bortolo Scarmolin, 15 mai 1777.

26 Quoiqu’il ne soit pas mentionné par l’aubergiste, le fait apparaît dans le témoignage de Domenica Pettenà, le 15 mai 1777.

27 Témoignage de Domenica Pettenà, 15 mai 1777.

28 Témoignage de Domenico Cattaneo, 28 décembre 1777.

29 Témoignage de Bortolo Scarmolin, 15 mai 1777.

30 Témoignage de Domenico Nicoletti, 15 mai 1777.

31 Témoignage de Domenica Pettenà, 15 mai 1777.

32 Témoignage de Domenica Pettenà, 30 décembre 1777.

33 Témoignage de Domenica Pettenà, 15 mai 1777.

34 Témoignage de Domenico Penzo, 3 février 1778.

35 Témoignage de Domenico Nicoletti, 15 mai 1777.

36 Témoignage de Domenico Cattaneo, 15 mai 1777.

37 Témoignage du révérend don Antonio Broccardo, 31 décembre 1777.

38 Sur l’iconographie de la Madone de Summano, ZIRONDA R., op. cit., p. 43-57.

39 Témoignage du révérend don Antonio Broccardo, 31 décembre 1777.

40 « Espèce d’épée, mais de lame large, courte, d’une seule taille », Boerio G., Dizionario del dialetto veneziano, Venise, 1829, p. 399.

41 Témoignage du révérend don Antonio Broccardo, 15 mai 1777.

42 Témoignage de Francesco Bonagente, 1er janvier 1778.

43 Témoignage du révérend don Antonio Broccardo, 31 décembre 1777.

44 Témoignage de Gerolamo Zaltron, 28 décembre 1777.

45 Témoignage de Domenico Nicoletti, 29 décembre 1777. Par le terme « Levant », on comprenait, à la fin du xviiie siècle, les îles vénitiennes de Corfou, Zante, Céphalonie, Sainte Maure et Cerigo, ainsi que les places fortes de Prevesa et de Vonizza sur la côte de l’Épire. Topografia Veneta ovvero Descrizione dello Stato Veneto secondo le più autentiche relazioni e descrizioni delle Provincie particolari dello Stato marittimo, e di Terra Ferma, t. III, Venise, 1787, p. 31-98. Sur l’enrôlement des troupes et la défense du Levant, Perini S., op. cit., p. 61-65.

46 Témoignage de Domenico Nicoletti, 15 mai 1777. L’aubergiste cite comme témoin le villageois Orso Rezan, mais celui-ci, interrogé quelques mois après l’événement, aurait démenti.

47 Témoignage de Francesco Formilan, 28 décembre 1777. Sur le secteur lainier de la province de Bergame, Panciera W., op. cit., p. 200-205.

48 Lettre ducale d’Alvise Mocenigo, 30 mai 1777. Sur Alvise IV Mocenigo, doge de Venise de 1763 à 1778, voir Cappelletti G., Storia della Repubblica di Venezia dal suo principio sino al suo fine, vol. XII, Venise, 1855, p. 129.

49 Suprême institution politique et judiciaire de la République de Venise, le Conseil des Dix peut déléguer les tribunaux de la Terre Ferme avec la clause « servatis servandis » ou avec le propre rite inquisitoire. Au moyen de ce dernier, le tribunal est doté de pouvoirs exceptionnels aussi bien dans la manière de procéder que dans la formulation des peines. Povolo C., « Aspetti e problemi... », p. 165-167.

50 Un comparse du capitaine de campagne, Bortolo Accorsi, 16 février 1778. Sur la figure controversée d’Accorsi, déjà banni de la République de Venise et devenu ensuite – grâce, semble-t-il, à l’intérêt prêté par les Inquisiteurs d’État – capitaine de campagne à Brescia, Padoue, Udine et Vicence, voir Bianco F., Contadini, sbirri e contrabbandieri nel Friuli del Settecento. La comunità di villaggio tra conservazione e rivolta (Valcellina e Valcolvera), Vérone, Cierre, 2005, p. 108-112.

51 La cour prétorienne est composée des recteurs vénitiens et des assesseurs – habituellement au nombre de trois ou de quatre dans les villes les plus importantes. Il lui incombe la juridiction pénale ordinaire et extraordinaire ou déléguée. La première juridiction est assumée lorsque la cour et le podestat procèdent avec l’autorité ordinaire prévue et réglée par les statuts citadins, et, dans un tel cas, les procès sont formés presque exclusivement dans l’office du Maléfice par les notaires locaux, sous la direction et le contrôle de l’un des assesseurs, le juge du Maléfice. Les recteurs et la cour prétorienne sont, en revanche, investis de l’autorité extraordinaire quand ils sont appelés à juger des cas délégués par le Conseil des Dix, par la Sérénissime Seigneurie et par le Sénat. Pour un traitement complet de ces aspects, Povolo C., « Aspetti e problemi... », p. 157-162.

52 Il en a exactement un de plus, étant né le 29 septembre 1759 d’Antonio Broccardo et de Catta Cazzola. J’ai trouvé cette information dans un des registres dans lesquels M. Antonio Bille de Santorso a patiemment transcrit les actes de naissance conservés aux Archives paroissiales locales. Les registres sont disponibles, en consultation, auprès de la Bibliothèque de Santorso.

53 Un indice de cette altérité me semble être l’attitude des trois hommes par rapport aux pratiques religieuses, y compris le jubilé, et résumé par les mots de l’archiprêtre de Santorso : « Il Cerbaro e Zaffonato qualche volta li vidi ad adempiere a doveri del Cristiano. Francesco Broccardo poi tutto che molto abbi fatto per riddurlo a proprj doveri resisté sempre con constansa, e non fui mai capace di persuaderlo ad accostarsi alla Sacra Comunione. » Témoignage de don Giuseppe Faggionati, 4 janvier 1778.

54 Antonio Cerbaro est orphelin, à coup sûr, après le 8 mai 1775, date à partir de laquelle le père avait enregistré son propre testament en laissant usufruitière « di tutta la mia pocha facoltà » l’épouse Angela, fille de feu Angelo Zaffonato et l’instituait « tutrice, e curatrice del mio e suo figlio Antonio, minore, e della nubile mia e sua figlia Catterina. » La situation a été pire pour Bortolo Zaffonato, dont le père Orso, étant considéré que « in questa sua infermità non si trova assistido che d’Antonio uno de sudetti suoi quatro figli, e gli altri, cioè Matio, Pietro, e Bortolo absenti dalla casa paterna, ed impiegati chi in un mestier, e chi nell’altro a loro elletione », a prévu, le 1er mai 1773 de laisser à l’unique héritier, le fils Antonio, tout le mobilier de la maison, en partageant le reste « della di lui pocha facoltà », de manière égale entre tous les fils. ASVi, A.N., Antonio Menegozzo, c. 15504, respectivement f° 25, f° 6r°. Toutefois, dans mes recherches, je n’ai pas trouvé le testament d’Antonio Broccardo, fils de feu Novello.

55 « Molti atteggiamenti di questi giovani... vanno forse ricondotti al venir meno dell’autorità paterna ed al fatto di essersi trovati improvvisamente, in freschissima età, a briglie sciolte. Un tipo di educazione fondato quasi esclusivamente sul principio dell’obbedienza e della gerarchia può produrre questi esiti, quando venga appunto a mancare il freno che mantiene una tale subordinazione. » Meneghetti Casarin F., I vagabondi. La società e lo Stato nella Repubblica veneta alla fine del’700, Rome, Jouvence, 1984, p. 132.

56 Selon Broccardo, en fait, environ un mois auparavant, les deux ont eu une dispute au cours de laquelle Zuanne Campanaro le frappa à coup de couteau, « Costituto de plano » du 16 février 1778. L’accusé, une fois sa propre déposition réalisée, appelée ainsi « costituto de plano », peut contredire les allégations de ses adversaires et récuser certains témoignages.

57 L’histoire qui voit la jeune se libérer du démon grâce à l’intercession de la Madone de Monte Summano, se trouve rapportée dans ASVi, Corporazioni Religiose Soppresse da Venezia, Santa Maria di Monsummano, c. 402, 19 octobre 1709.

58 L’attitude d’un certain Pietro Fornarini est, à cet égard, significative de ce phénomène, car Fornarini, après avoir tué ses parents, pensa s’en aller « se faire sbire en Romagne ». Rossi C., « Un avvocato udinese e le sue difese penali : Francesco Duodo », Povolo C. (dir.), Processo e difesa penale in età moderna. Venezia e il suo stato territoriale, Bologne, Il Mulino, 2007, p. 204-205, note 59.

59 Interrogatoire de Francesco Broccardo, 25 février 1778.

60 « Costituto » d’opposition. Sur la pratique judiciaire qui suit le transfert à Venise d’un dossier processuel déjà entamé en Terre Ferme, Cozzi G., « La difesa degli imputati nei processi celebrati col rito del Consiglio dei X », Berlinguer L., Colao F. (dir.), Crimine, giustizia e società veneta in età moderna, Milan, Giuffrè, 1989, p. 5. L’Avogaria di Comun est la suprême magistrature d’appel de Venise, composée de trois avocats (les « avogadori ») – des patriciens vénitiens –, en fonction pour une durée déterminée.

61 Il s’agit d’une charge élective réservée aux patriciens destinée à défendre dans les jugements pénaux ceux qui n’ont pas les moyens de se permettre d’avoir un défenseur privé. Cozzi G., « La difesa degli imputati... », p. 28.

62 Ibid., p. 4.

63 En particulier, seul don Antonio Broccardo, le cousin de Francesco au second degré, et qui, lors de l’interrogatoire selon le « ritto », a juré seulement « de silentio », a assisté à la scène du coup de couteau contre l’image de la Madone. Cf. Zorzi D., « Sull’amministrazione della giustizia penale nell’età delle riforme : il reato di omicidio nella Padova di fine Settecento », Berlinguer L., Colao F. (dir.), op. cit., p. 292-293.

64 Défense de Francesco Broccardo, 25 août 1781.

65 « Diciotto mesi e tre anni sono i termini che ricorrono prevalentemente, le condanne standard » pour les crimes qui ne sont pas considérés comme particulièrement graves. Viaro A., « La pena della galera. La condizione dei condannati a bordo delle galere veneziane », Cozzi G. (dir.), Stato, op. cit., p. 416.

66 Annotation de la sentence, 20 février 1782.

67 Ainsi le trouve-t-on enregistré, ASVi, Corpo Territoriale, c. 3715, Pedelista per il Commun di Sant’Orso, f° 7v°.

Notes de fin

1 L’article a été traduit de l’italien par Lucien Faggion

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search