Version classiqueVersion mobile

La violence

 | 
Lucien Faggion
, 
Christophe Régina

Partie I. Histoires de la violence et violences de l’histoire

Incidents, rites et stratégies

La violence dans la négociation internationale à la fin du xvie siècle (Espagne, France Italie)

Fabrice Micallef

Texte intégral

  • 1 Le Person X., « Praticques » et « praticqueurs ». La vie politique à la fin du règne de Henri III ( (...)
  • 2 Bély L., L’art de la paix en Europe. Naissance de la diplomatie moderne, Paris, PUF, 2007, p. 131-1 (...)

1C’est une évidence, presque désormais un lieu commun historiographique : la négociation politique en Europe à l’époque moderne était un art du paraître et de la dissimulation. Lors de toute rencontre d’importance, il s’agissait de montrer la face la plus agréable et la plus impassible. Par un tact de tous les instants et un usage répété de la « caresse », tout était fait pour arrondir les angles, pour atténuer les tensions, pour ne pas laisser transparaître le moindre relent d’aigreur ou d’agressivité. L’ambiguïté et la douceur étaient de mise1. Ces règles et pratiques étaient en vigueur dans la vie politique en général, mais leur importance était décuplée dans les relations diplomatiques : face à la menace toujours possible de la guerre, la première vertu du prince chrétien, comme de l’ambassadeur, était la modération2.

  • 3 Bireley R., The Counter-Reformation Prince. Antimachiavellianism or Catholic Statecraft in Early Mo (...)
  • 4 Menager D., Diplomatie et théologie à la Renaissance, Paris, PUF, 2001, p. 3-6.
  • 5 Moreau P.-F. (dir.), Le stoïcisme au xvie et au xviie siècle, le retour des philosophies antiques à (...)
  • 6 De Franceschi S. H., « Les valeurs de l’honnête négociation : prudences et imprudences diplomatique (...)

2Cette conception s’enracinait d’abord dans l’idéal médiéval, rénové par les Jésuites, qui faisait du prince un imitateur de la bénignité du Christ3. L’ambassadeur était, quant à lui, associé à l’image de l’ange, médiateur et faiseur de paix entre les hommes4. Plus généralement, cette exigence de modération se comprend aussi dans le contexte de redécouverte de la philosophie stoïcienne, qui prônait le contrôle absolu sur les passions5. Et même si, comme l’a récemment montré Sylvio Hermann De Franceschi, le début du xviie siècle a vu l’avènement d’un « langage de vérité » sur la scène internationale, particulièrement dans la diplomatie française, cette vérité ne devait jamais s’exprimer de manière brutale ou agressive, mais rester dans les usages de la « prudence » : tact, calme et modération6.

3La fréquentation des sources confirme au premier abord cette image d’une négociation politique de part en part maîtrisée. Mais, peu à peu, dans les correspondances, discours, récits et mémoires, apparaissent une exception, puis une autre, résultant essentiellement des princes ou de leur entourage proche. Un mot plus haut que l’autre, une altération dans la voix, puis de l’aigreur, une remarque assassine, une colère, une menace. Les exemples sont rares, certes : sur un travail de dépouillement de deux ans, mêlant sources romaines, toscanes, vénitiennes, turinoises, provençales et parisiennes, on n’a pu dégager qu’une dizaine de cas. Dans une infime proportion, il arrive que le consensus autour de la « caresse » se brise : la violence apparaît sous le fard du tact.

  • 7 Suter A., « Histoire sociale et événements historiques, pour une nouvelle approche », Annales ESC, (...)
  • 8 Muchembled R., Une histoire de la violence de la fin du Moyen Âge à nos jours, Paris, Seuil, 2008, (...)

4Dans ces conditions, pourquoi consacrer un travail, même court, à des occurrences si peu nombreuses ? Parce que le statut heuristique de l’exception est toujours problématique : n’est-elle qu’un dysfonctionnement qui ne fait que confirmer la règle, sans plus ? L’exception, au mieux, permettrait dans ce cas de mieux comprendre la règle. Ou bien : cette violence exceptionnelle a-t-elle plus de sens, a-t-elle sa logique propre, qu’il importe de comprendre, malgré sa rareté7 ? Bref, ces quelques moments, observés ça et là, sont l’occasion de réinterroger la place de la violence dans les processus de négociation et, au-delà, dans la société occidentale de la première modernité : la tension de violence est-elle ancrée dans la culture aristocratique8, au point que les rites d’apaisement et de civilité mis en place pour la conjurer sont trop artificiels pour être absolument infaillibles ?

5Ce bref travail se contentera de poser quelques hypothèses : la rareté des cas empêche à ce stade de travailler de manière sérielle. On verra dans un premier temps que tout est fait pour donner aux instants de violence l’apparence de « dérapages » malencontreux. Mais des indices concordants amèneront, après cela, à formuler l’hypothèse, dans certains cas, d’un usage maîtrisé, à la fois pragmatique, rituel et symbolique de la violence.

La violence comme incident : une mise en scène ?

  • 9 Lambert G., L’histoire des guerres de Religion en Provence (1530-1598), Nyons, Chantemerle, 1972, 2 (...)

6La rareté des instants de violence a un double effet : elle accentue leur intensité et donne l’impression de ne pas avoir été voulue. Cependant, cette impression est largement construite. En 1591, le roi d’Espagne Philippe II accueille à Madrid son gendre Charles-Emmanuel, duc de Savoie. Depuis octobre 1590, ce dernier était entré en Provence à la tête de ses troupes. Il y avait été appelé par les catholiques du pays, pour les défendre contre leurs ennemis huguenots. Malgré quelques succès, l’argent manquait, et le jeune duc avait pris la décision de se rendre auprès de son beau-père, défenseur éternel de la cause catholique, pour obtenir de lui des secours en argent et en troupes9.

  • 10 Archivio di Stato de Florence [désormais ASF], Fondo mediceo del principato, 4921, f° 202, lettre d (...)

7L’accueil réservé par Philippe II est somptueux : selon le témoignage de l’ambassadeur florentin Lenzoni, le roi est allé lui-même à la rencontre du duc, « accompagné de tous les grands et seigneurs qui se trouvent en cour, et de sa garde d’archers. » Le prince des Asturies a embrassé Charles-Emmanuel avec une « grande démonstration d’amour », et le roi l’a traité « comme son propre fils ». Puis le cortège s’est mis en marche vers le palais, d’un aspect qui « n’aurait pu être plus beau », par la « multitude des cavaliers avec leurs chevaux et les dames richement parées ». Une fois arrivé, le duc a été couvert d’or et de présents10. Outre ces « caresses », Charles-Emmanuel est peu après complimenté, en plein conseil, sur son intervention en Provence :

« Monsieur de Savoye fict fort valoir au roy d’Espagne ses pratiques et conquestes de Provence, et le roy d’Espagne l’ayant enqui quelle part il avoit à Marseille, il luy respondit qu’elle estoit à luy, et sur ce le roy luy dit Vous avez plus fait que l’empereur mon père, qui toute sa vie n’avoit peu venir à bout de ce dessein. »

8Mais l’incident survient :

  • 11 Bibliothèque nationale de France, Dupuy 661, f° 55r°. Lettre de Guillaume Du Vair sur le séjour du (...)

« Et là-dessus [le roi] demanda comment il l’avoit acquise. [Le duc] luy répondit qu’il avoit Casau et Louis d’Aix [les consuls de Marseille] à sa dévotion et tout le peuple. Et lors Quand vous aurez, respondit [Philippe II] une bonne citadelle à Marseille, une garnison dans la ville et vous l’y aurez tenue dix ans, lors vous direz, et non plustost, qu’elle est à vous11. »

  • 12 Furetière A., Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois, La Haye-Rotterd (...)

9Le mémoire qui rapporte l’anecdote ne dit pas si le roi prononça ses paroles d’un ton sec ou sarcastique. La violence ici n’apparaît pas à l’état pur, elle ne fait même pas l’objet, dans le récit, d’une caractérisation sémantique. Il n’en reste pas moins qu’au milieu de la débauche d’honneurs avec laquelle le duc a été reçu, cette « parole malsonnante », pour reprendre la terminologie de l’époque, s’avère d’une grande brutalité : elle nie momentanément le fait que Charles-Emmanuel soit digne de la considération qu’on lui a accordée jusqu’ici. On se situe déjà dans la définition de la violence donnée par Furetière : « force dont on use envers quelqu’un pour luy faire quelque injustice12. » Néanmoins, la réplique du roi apparaît comme spontanée et naturelle. Comme si le vieux connaisseur de la chose politique et militaire qu’est Philippe n’avait pas pu s’empêcher de donner une leçon de prudence, à la volée, à un béjaune qui croit qu’il suffit de quelques intelligences pour tenir une place.

10Un autre exemple fait monter d’un degré sur l’échelle de l’agressivité. Vers la fin de l’année 1591, retourné en Provence, Charles-Emmanuel s’inquiète de ne pas avoir reçu de la part du duc de Mayenne, le chef du parti catholique français, de document officiel légalisant son intervention en Provence. Il envoie vers Mayenne un émissaire doté d’un long mémoire d’instructions sur la négociation à mener : il faut dire que l’intervention en Provence s’est faite à la demande des catholiques provençaux eux-mêmes, que Charles-Emmanuel a pris beaucoup de risques et qu’il serait injuste que ses efforts ne soient pas récompensés par la charge de gouverneur de la province qu’il a aidée. Puis, en toute fin du mémoire, surviennent ces propos :

  • 13 Archivio di Stato de Turin [désormais AST], Negoziazioni colla corte di Francia, carton [désormais (...)

« Vous lui remonstreres aussi que il n’y a rien de si dangereux ny que plus facilement puisse despiter et desdégner un cueur généreux, que au lieu de la deue reconoissance, l’on vienne à user d’ingratitude à son endroit, et que nous ne sommes pas de si bas cueur, ny desnué de moiens et d’amis, que nous voyans traictéz indignement, nous ne fussions pour nous en ressentir, mesmes en chose qui nous toucheroit de si près que l’honneur et la réputation, à quoy vous le prieres d’avoyr esgard se mettant à notre place, et considérant s’il seroit chose tolérable d’avoir fait tout ce que nous avons faict, et veoir que noz ennemis après tout cela ce mocquent de nous13. »

  • 14 Zarka Y.-Ch., « Raison d’État et figure du prince chez Botero », Zarka Y.-Ch. (dir.), op. cit., p.  (...)

11Ici encore, il n’y pas de caractérisation sémantique de la violence, mais seulement la suggestion d’une violence possible, la formulation d’une tension de violence. Malgré cette subtilité, la rupture est évidente avec l’attitude princière de maintien de soi prônée, entre beaucoup d’autres, par Giovanni Botero, théoricien piémontais de la raison d’État14. La place de ces paroles à la fin du mémoire donne l’apparence qu’à l’ultime moment de la rédaction de ces longues instructions, Charles-Emmanuel n’a pas pu contenir plus longtemps la formulation d’une menace à laquelle le contraignait son honneur de prince et de gentilhomme. Cette soudaine tension de violence apparaît comme l’expression d’une fierté aristocratique baroque, dont le duc de Savoie a perdu le contrôle, et qui vient briser le tact diplomatique habituel. La mise en scène est évidente.

  • 15 ASF, Fondo mediceo del principato, 4921, f° 311r°, 24 août 1591, lettre au grand-duc : « conoscendo (...)
  • 16 Continisio C., « Il Re prudente. Saggio sulle virtù politiche e sul cosmo culturale dell’antico reg (...)

12Au degré supérieur de la violence en négociation, on trouve les manifestations d’irritation, voire de colère, avec lesquelles apparaît enfin un vocabulaire de l’agressivité. En août 1591, Francesco Lenzoni, ambassadeur toscan à Madrid doit justifier devant Philippe II une initiative du grand-duc Ferdinand de Médicis. Ce dernier a fait installer une garnison au château d’If, place stratégique qui contrôle l’entrée dans le port de Marseille. Madrid interprète le coup d’éclat comme ayant été dirigé contre Charles-Emmanuel de Savoie, qui occupe alors la Provence avec l’appui de l’Espagne. Au cours des audiences de justification, Lenzoni a été frappé par l’aigreur du roi : « car je trouve l’altération de Sa Majesté inhabituelle, par rapport à la façon de dissimuler qu’Elle a naturellement toujours eue15. » Le terme utilisé par l’ambassadeur, « altération », ne suggère pas explicitement la violence, mais la brutalité vient de la rupture qu’il marque avec le modèle du roi prudent16, parfaitement incarné par Philippe II. Il semble que le Roi Catholique, monstre d’impassibilité, ait laissé, comme par mégarde, son masque se fissurer, face à l’impertinence de l’initiative florentine.

  • 17 Archivio di Stato de Venise [désormais ASV], Dispacci degli ambasciatori al Senato, Roma, c. 36, f° (...)

13Quelques années plus tard, en janvier 1596, Giovanni Niccolini, ambassadeur florentin à Rome, fait les frais d’une colère de Clément VIII. Le Toscan expose au pape la situation de Marseille, qui refuse de reconnaître l’autorité d’Henri IV, et s’apprête à se placer sous la protection espagnole. Florence réclame une intervention du pontife pour empêcher cela, mais le pape répond à Niccolini « avec colère, disant que la perte de Marseille, si elle arrive, aura lieu à cause du grand-duc, qui a voulu [devancer] les Espagnols de façon inconsidérée17. » Clément VIII fait allusion au fait que, depuis des années, Ferdinand est aussi impliqué dans les convoitises sur Marseille. Cette fois, la violence est explicitement nommée par le terme de « colère » ; et en continuité avec les cas précédents, la rupture du tact diplomatique apparaît comme spontanée, une réaction quasiment épidermique à l’impertinence de la requête toscane.

  • 18 ASF, Fondo mediceo del principato, 4613a, f° 168r°, 29 décembre 1597 : « messero il re in gran coll (...)
  • 19 Babelon J.-P., Henri IV, Paris, Fayard, 1982, p. 9-10.

14Un dernier exemple sera encore plus explicite. Depuis 1591, le château d’If était donc occupé par deux garnisons, une française et une florentine. En avril 1597, nouveau coup d’éclat du Médicis : les Italiens chassent les Français. Le grand-duc prétend, par la possession de la forteresse, s’octroyer une caution pour le remboursement des sommes d’argent que lui doit le roi de France. De longues négociations s’engagent. Mais durant l’automne suivant, les Toscans du château d’If capturent soixante Provençaux. Boniciani, le résident florentin à Paris, écrit au ministre Da Vinta que cette nouvelle « a mis le roi dans une grande colère, […] parlant des Amis [c’est-à-dire le grand-duc et sa femme] d’une manière fort vexée, affirmant avoir dissimulé le plus qu’il avait pu le mécontentement que lui causait » l’initiative florentine18. Même venant du sanguin Béarnais, que l’on sait plus prompt aux emportements19, la colère surgit encore sous les apparences d’un accident exceptionnel, d’une perte de maîtrise de soi.

  • 20 Bergeret J., Freud, la violence et la dépression, Paris, PUF, 1995.
  • 21 Elias N., La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Levy, 2002 (1939).
  • 22 Le Person X., op. cit., p. 260-269, 410-412.

15Au-delà de la gradation sémantique depuis la simple tension jusqu’à la colère, ces quelques exemples pourraient assez facilement donner l’idée suivante : dans la négociation, la violence serait un relent malencontreux de l’agressivité « fondamentale20 » que les codes de la négociation prudente tentent de maîtriser. Si l’on s’inscrit dans la vision classique de Norbert Elias, cette violence viendrait accidentellement polluer l’effort civilisateur qu’est la pratique de la négociation21. Mais on en conviendra : dans les exemples que nous venons d’aborder, l’aspect accidentel et exceptionnel fait toujours l’objet d’une mise en scène quasiment évidente. D’où la légitimité de cette hypothèse : la violence, au lieu d’être le moment où le théâtre des apparences se fissure, ne fait-elle pas partie de ce théâtre ? N’est-elle pas, pour reprendre l’expression employée par Xavier Le Person, un métalangage, c’est-à-dire un rite au sens bien précis, au même titre que les larmes ou « l’indisposition22 » ? C’est cette perspective qu’il nous faut à présent interroger.

La violence comme rite de hiérarchisation

16Pour comprendre sur quoi se fonde cette hypothèse, il faut resituer les contextes dans lesquels surviennent les moments de violence. On pourra ainsi se faire une idée plus précise du sens que pourrait avoir cette agressivité rituelle.

  • 23 Merlin P., « Saluzzo, il Piemonte, l’Europa. La politica sabauda della conquista del marchesato all (...)
  • 24 ASV, Dispacci degli ambasciatori al Senato, Spagna, c. 23, f° 12, 21 avril 1591, lettre de Tommaso (...)
  • 25 AST, Lettere ministri, Spagna, c. 4, 6 juin 1589, lettre de Belli à Charles-Emmanuel. Les Espagnols (...)
  • 26 Merlin P., op. cit., p. 28.

17Lorsque Charles-Emmanuel arrive en Espagne en 1591, ses relations avec son beau-père ne sont pas aussi bonnes que pourraient le laisser supposer le somptueux accueil qu’il reçoit : le roi d’Espagne, même s’il a fini par céder devant les instances de Charles-Emmanuel, n’était pas favorable à l’intervention de ce dernier en Provence23. Et il semblerait, par ailleurs, que la cour de Madrid n’ait été que tardivement avertie de la venue du duc de Savoie24. De manière générale, on sait par les dépêches d’ambassadeurs savoyards que Philippe II trouve son gendre trop ambitieux et impétueux25 : depuis la mort d’Henri III, Charles-Emmanuel est le candidat déclaré à la couronne de France, contre les prétentions que pourrait avoir l’infante d’Espagne Isabel, et il s’est attiré la réprobation générale en 1588 par l’invasion surprise du marquisat de Saluces, une enclave française en Savoie26. En 1591, cette mise en scène d’un accueil triomphal brutalement remis en cause par une remarque assassine n’est-elle pas un moyen pour le roi de remettre à sa place le petit duc qui se prend pour un conquérant ? De lui rappeler que la grâce de son beau-père ne lui est pas due et qu’il doit se contenter de ce qu’il a ?

18Si l’on reprend le cas des menaces du même Charles-Emmanuel au duc de Mayenne, il faut également les resituer dans un contexte précis : Mayenne, chef des catholiques français, a une importance politique réelle plus élevée que celle du duc de Savoie. Ce dernier, prince souverain, se trouve donc dans une dégradante situation de solliciteur face au cadet des Guise, une maison non souveraine. La menace pourrait apparaître de la part de Charles-Emmanuel comme une reconquête de dignité. Un effort symbolique pour faire valoir son rang, face à un duc de Mayenne qui s’est hissé au-dessus de sa place naturelle.

  • 27 Diaz F., Il granducato di Toscana. I Medici, Turin, UTET, 1976, p. 286.
  • 28 Ossat A., Lettres du cardinal d’Ossat avec des notes historiques et politiques de Mr. Amelot de La (...)

19Une perspective similaire semble se dégager des colères, dont les Florentins font les frais à la même époque. Ferdinand de Médicis est intervenu à plusieurs reprises dans les troubles de France, notamment en Provence, et il a eu des pratiques qui laissaient supposer qu’il servait ses propres ambitions27 : il était susceptible de convoiter la Provence au profit de sa femme, Christine de Lorraine, dont la famille s’estimait avoir été dépossédée de cette province par les rois de France. Henri IV, dans une lettre de février 1598 à l’évêque de Rennes Arnaud d’Ossat, exprime ce soupçon, évoquant « l’ombre de certaines prétentions de la maison de Lorraine sur le comté de Provence28. » Bref, l’ambition supposée de Ferdinand et ses ingérences hors de propos dans les affaires des autres sont unanimement critiquées, comme en témoigne ce passage d’une lettre du duc de Luxembourg au roi de France, relatant une conversation avec Clément VIII :

  • 29 Bibliothèque nationale de France, Dupuy 212, f° 220r°, 13 mai 1598.

« Il me peignit incontinent ledit grand-duc de toutes ses couleurs […], me disant que c’estoit un esprit brouillon et ambitieux, et qui trouvoit à redire au gouvernement d’un chacun, et luy sembloit que ny Rome, ny la France ny l’Espaigne ne se pouvoient assez bien gouverner sy ce n’estoit luy qui en donnast les préceptes ; que plusieurs fois il avoit pris la peyne de l’admonester de se contenter, puisque Dieu luy faisoit tant de grâces spéciallement de commander en un Estat de sy belle étendue, aux frontières duquel il n’avoit aucun voisin qui cherchast à luy en troubler la paisible possession sy luy-memes ne l’y forçoit, qui falloit plutost avoir l’œil ouvert pour veoir ses propres deffaultz que d’estre sy clairvoyant à ceulx d’autruy29. »

20Les colères successives de Philippe II, de Clément VIII et d’Henri IV sont à interpréter comme des manifestations d’autorité face aux impertinences successives de Ferdinand de Médicis.

  • 30 Goffman E., Les rites d'interaction, Paris, Éditions de Minuit, 1974, p. 25. « Lorsque la figuratio (...)
  • 31 Le Person X., op. cit., p. 462.

21À la lumière de tous ces contentieux, on peut formuler l’hypothèse que la remarque assassine, la colère, la menace seraient des rites implicites d’humiliation, infligés par un « grand » à un « petit » outrecuidant. Le sociologue Erving Goffman a montré que la violence interindividuelle vient souvent de ce qu’un des interlocuteurs s’estime en droit de s’affranchir des règles de ce qu’il appelle la « figuration », c’est-à-dire du tact30. Plus précisément, dans le contexte historique du xvie siècle, X. Le Person a également noté que « faire bonne chère, bon visage, implique une réciprocité d’attitude de la part de l’interlocuteur », mais si un interlocuteur s’extrait de cette réciprocité, le consensus de la « caresse » se brise31. C’est bien ce processus qui est à l’œuvre dans les cas étudiés. Les apparences de l’accident sont sauves, certes. Mais, implicitement, les souverains s’arrogent l’exorbitante et terrible prérogative de se délier des obligations du théâtre de la « caresse », pour basculer dans celui de la violence. Le monarque souverain s’affirme au-dessus des codes de la négociation, codes auxquels un prince inférieur, a fortiori son ambassadeur, ne peut déroger. Ce faisant, les « grands » rétablissent doublement leur supériorité face à leur interlocuteur, un prince face à un ambassadeur, un grand prince face à un prince inférieur. L’apparence de l’accident fait que cette symbolique se déploie dans le champ de l’implicite. Mais cela ne change rien à son importance : il s’agit de recréer la hiérarchie entre les couronnes, cette hiérarchie menacée par l’arrogance et l’ambition des petits ducs.

  • 32 Angiolini F., « Medici e Savoia. Contese per la precedenza e rivalità di rango in età moderna », Bi (...)
  • 33 Villard R., Du bien commun au mal nécessaire. Tyrannies, assassinats politiques et souveraineté en (...)

22Cette hypothèse a le mérite d’historiciser l’usage de la violence dans un contexte de représentations politiques extrêmement marquées par l’importance des préséances32. Par ailleurs, comme l’a montré R. Villard, la période de la Renaissance voit l’accaparement par les princes de l’usage légitime de toute violence, même dans sa dimension tyrannique, arbitraire et imprévisible. Cette prérogative est constitutive de leur souveraineté et les élève irrémédiablement au-dessus de leurs sujets33. Un procédé de hiérarchisation similaire semble ici à l’œuvre, transposé sur la scène internationale, autour de l’usage de la violence en négociation, réservé aux princes par rapport aux ambassadeurs ou aux princes importants par rapport aux princes inférieurs.

  • 34 Ces rites correspondent à la « violence symbolique » telle que l’ont définie Bourdieu P., Passeron (...)

23On peut ainsi nuancer le lieu commun historiographique qui affirme l’absoluité du rejet inconditionnel de la violence en dehors du champ de la négociation. Les cas étudiés révèlent l’usage d’une violence qui n’est pas conçue comme une menace pour les relations interhumaines, mais au contraire comme constitutive du social et du politique. Elle permet, en effet, l’institutionnalisation symbolique de la hiérarchie entre les couronnes, comme palliatif de l’absence de hiérarchie réellement institutionnalisée. Car dans les cas étudiés, les acteurs de la violence n’ont aucune suzeraineté sur ceux auxquels ils font subir leur agressivité : Mayenne est le lieutenant-général d’une couronne souveraine, il n’a de comptes à rendre qu’au roi de France. Charles-Emmanuel et Ferdinand sont des princes souverains, et la seule suzeraineté théorique qu’ils pourraient avoir à reconnaître n’est ni celle des rois d’Espagne, de France ou du pape, mais celle de l’empereur. Certes, le vide institutionnel n’est pas total : les usages de la préséance, les titulatures qui font des rois des « Majestés » et des ducs souverains de simples « Altesses », sont autant de rites implicitement discriminants34. Mais il arrive que ceux-ci ne suffisent plus : du fait de leur ambition, les « petits » ne jouent plus le jeu, ne se contentent plus de rester à la place qui leur est dévolue. La violence alors est utilisée pour symboliser les liens d’inégalité, constitutifs, dans l’esprit des « grands », de ce que devrait être l’ordre international.

  • 35 Surallés A., « Affects », Mesure S., Savidan P. (dir.), Dictionnaire des sciences humaines, Paris, (...)

24Ainsi la violence résulterait d’un usage codé de l’affect, en adéquation avec un système de représentations politiques. Cependant, on ne peut en rester là. La piste de la violence comme moyen d’expression d’un « corps performatif35 » doit être approfondie pour dépasser une simple histoire des « imaginaires ». Il ne faut pas exclure la possibilité que le choix de la violence puisse avoir des motivations plus pragmatiques, sans d’ailleurs entrer en contradiction avec la dimension d’un métalangage symbolique. Ce sera l’objet de la dernière partie de ce travail.

La violence stratégique : des usages pragmatiques

25Le rite d’humiliation, dans sa dimension symbolique, ne se suffit pas à lui-même. On attend toujours un effet concret de l’usage de la violence, utilisée alors comme un redoutable moyen de pression et de contrainte. Pour saisir cet usage, il est nécessaire d’approfondir la restitution des contextes dans lesquels surviennent les moments d’agressivité, ainsi que de leurs conséquences.

  • 36 ASV, Dispacci degli ambasciatori al Senato, Spagna, c. 23, f° 6, lettre de Tommaso Contarini au Sén (...)

26Reprenons le cas de l’échange entre Charles-Emmanuel et Philippe II. On peut penser que pour le roi d’Espagne, la remarque assassine infligée à son gendre n’est pas seulement destinée à l’humilier, elle doit lui faire prendre conscience de sa faiblesse, accentuer le besoin que le duc de Savoie a de l’aide de Madrid, et faire comprendre que cette aide ne peut être donnée au hasard. Philippe se trouve dans une position renforcée, et Charles-Emmanuel se sent obligé de donner des gages, comme en témoigne l’information transmise par l’ambassadeur vénitien à son Sénat : le duc, « pour rallier plus facilement le Roi Sérénissime et les autres à son projet, propose l’acquisition de Toulon, qui par sa situation serait d’une grande utilité pour la flotte et les navigations de cette couronne36. »

  • 37 AST, Lettere ministri forestieri, c. 52 : « Ce m’est beaucoup d’honneur que Votre Altesse veuille p (...)

27Évidemment, une telle stratégie, n’est pas automatiquement payante. Pour que la violence serve à obtenir ce qu’on veut, il faut être déjà dans une certaine position de force. Quelques mois plus tard, lorsque Charles-Emmanuel menace le duc de Mayenne pour obtenir de lui le gouvernement de Provence, il ne lui rappelle pas seulement son rang de prince souverain, mais il met aussi en jeu une capacité de nuisance réelle qu’il pourrait mobiliser contre lui, notamment, on le suppose, derrière l’allusion aux « amis puissants », en demandant à son beau-père Philippe II de retirer son secours aux catholiques français. Pour ce cas, la conséquence concrète n’est pas à la hauteur des attentes du duc de Savoie. Mayenne se contente, dans une lettre de mai 1592, de se justifier en arguant les tensions que crée la requête savoyarde et en reportant à plus tard la décision37. Il est notoire que Charles-Emmanuel n’a pas sur le roi d’Espagne l’influence qu’il sous-entend. La tension de violence n’était pas assez crédible pour être efficace.

  • 38 ASF, Fondo mediceo del principato, 4925, f° 93r°, 13 mars 1597, lettre de Guicciardini au grand-duc (...)
  • 39 ASF, Fondo mediceo del principato, 4925, f° 76, 19 mars 1597, lettre de Guicciardini à Da Vinta : « (...)

28Cette crédibilité, Philippe II et Henri IV l’ont assurément, lorsqu’ils infligent leurs colères aux représentants de Ferdinand de Médicis. Au début de l’année 1597, rappelons-le, les Florentins occupent une partie du château d’If. La garnison française avec laquelle ils cohabitent a souvent l’occasion de mettre à mal les navires espagnols qui passent au large de Marseille. Un galion d’importance, le Vassalo, a même été pris par les Français. À Madrid, le ministre espagnol Idiaques reçoit les excuses de l’ambassadeur toscan Guicciardini. Il n’en a cure et accuse la garnison florentine d’If, par son inaction, de se rendre complice de telles exactions, « non sans quelque signe dans la voix et le visage d’une altération que je n’avais jamais vue dans la manière calme de négocier38. » En associant la colère exceptionnelle au reproche de l’inaction, le serviteur de Philippe II ouvre implicitement la possibilité de représailles, si le grand-duc s’entête dans cette complicité passive. Guicciardini est tout à fait réceptif à l’ouverture de ce potentiel dévastateur et écrit au ministre Da Vinta que si les Espagnols entrent dans le château « ou par force ou par ruse pour le prendre […] notre capitaine et ses hommes ne laisseront pas de le défendre39. » La réaction pour mettre fin à ce risque ne se fait pas attendre. En avril, les Florentins d’If chassent les Français. Naturellement, la colère d’Idiaques n’est pas le seul facteur du coup d’éclat des Toscans, mais elle a contribué à la prise de conscience d’un risque qui a engagé Ferdinand à l’action.

  • 40 ASF, Fondo mediceo del principato, 4613a, f° 346, 29 décembre 1597, lettre de Boniciani à Da Vinta  (...)
  • 41 Berger de Xivrey J. (éd.), Recueil des lettres missives de Henri IV, Paris, Imprimerie nationale, 1 (...)

29Le même processus est, semble-t-il, à l’œuvre en décembre 1597, avec la colère d’Henri IV relatée plus haut. Le secrétaire d’État Villeroi transforme même l’irritation de son roi en menaces claires, en déclarant au résident florentin Boniciani que la manière de procéder du grand-duc « revenait à déclarer la guerre à Sa Majesté40. » Ici encore, la violence verbale, ouvrant la possibilité de violence militaire, a pour fin de contribuer à disposer Ferdinand à une négociation qu’il ne cesse de repousser. Quelques semaines plus tard, le Bourbon envoie à Florence Arnaud d’Ossat, évêque de Rennes, pour régler cette affaire, et ce fut un succès41.

30Dans de tels cas, la violence dans la négociation semble être utilisée comme un moyen de pression de la « dernière limite », comme la suggestion solennelle d’un possible militaire que l’interlocuteur n’a pas intérêt à voir se réaliser. Afin d’éviter l’actualisation du potentiel destructeur annoncé par la colère, il doit faire ce qu’on attend de lui, ici, agir ou accepter la négociation. Mais il faut aller plus loin que tous ces usages concrets du pouvoir de pression de l’agressivité, somme toute assez évidents. D’autres indices suggèrent des stratégies qui replacent l’utilisation de la violence dans la problématique du théâtre des apparences. Une dernière relecture de certains de nos exemples est nécessaire.

  • 42 Lambert G., op. cit., p. 208-209.

31Complétons la compréhension de l’épisode mettant en scène Philippe II et son gendre. Le duc de Savoie n’est pas venu seul à Madrid : il est accompagné de députés de Provence et de la ville de Marseille, ceux-là même qui l’avaient appelé à leur secours pour les défendre contre les huguenots. Ces derniers sont venus supplier le roi de les protéger et de soutenir l’effort de Charles-Emmanuel. Ils sont donc officiellement des alliés du Savoyard42. Suite à la remarque assassine de Philippe, les choses se passent ainsi, toujours d’après ce qui a été rapporté à Du Vair :

  • 43 BnF, Dupuy 661, f° 55r°.

« Monsieur de Savoye, qui désiroit obliger le roy d’Espagne, appella Fabréguant et les autres députéz, et leur persuada de dire au roy d’Espagne que la Provence avait résolu d’envoyer aux Estatz pour faire nommer ledit seigneur pour roy de France ; ce qu’ils ne voulurent faire, s’excusans sur ce qu’ils n’en avoient point la charge. Mais ledit duc se courrouçoit fort contre eux et leur disoit qu’ils perdoient tout. Enfin il les gagna et le leur fit dire43. »

32En mettant sèchement en cause l’assise de Charles-Emmanuel à Marseille, Philippe II a contraint ce dernier à enclencher sa propre spirale de violence et, ainsi, à se mettre en porte-à-faux vis-à-vis des Provençaux. La remarque de Philippe est à l’origine d’une tension soudaine entre les différents solliciteurs. Cette dissension naissante entre Charles-Emmanuel et les Provençaux présente un intérêt très pratique pour le roi d’Espagne : si Provençaux et Savoyard se méfient les uns des autres, ils seront plus facilement manipulables, car séparés.

  • 44 Goffman E., op. cit., p. 9.
  • 45 Le Person X., op. cit., p. 528-531.
  • 46 Zarka Y.-Ch., art. cit. de Lucinge R., De la naissance, durée et chute des Estats, Heath M. J. (éd. (...)
  • 47 Bibliothèque nationale de France, Colbert 31, f° 170r°, « Discours sur les affaires de France » : « (...)
  • 48 Lambert G., op. cit., p. 167-170.
  • 49 Cité par Marin L., Le récit est un piège, Paris, Éditions de Minuit, 1978, p. 11.

33Allons plus loin. On observe nettement dans ce cas un usage de la violence comme pratique du dévoilement. Dans le cadre des relations interindividuelles, chaque acteur revendique une « face », c’est-à-dire une « valeur sociale positive », qui n’est rien d’autre qu’une « construction44 ». La vie politique du xvie siècle, on l’a dit, était particulièrement marquée par ce jeu de « caresses », d’artifices permanents45. Depuis son entrée en Provence, Charles-Emmanuel arborait la « face » du prince désintéressé qui n’avait pas d’autre intention que le service de la religion catholique. Cette « face » correspond aux lieux communs des vertus princières prônées par les « miroirs du prince », dont dispose Charles-Emmanuel, et qui s’enracinent dans l’héritage médiéval : justice, libéralité, douceur, prudence, « hardiesse de l’esprit et du corps46 ». Mais une telle apparence avait un arrière-fond plus machiavélien : dans un mémoire de l’été 1590, l’évêque d’Asti Panigarola conseillait au duc de simuler le désintéressement pour servir ses ambitions47. Les Provençaux arboraient, quant à eux, la « face » de catholiques éplorés entièrement dévoués au duc, mais cette posture était en partie dissimulation : il s’agissait surtout de flatter Charles-Emmanuel48. Pour reprendre la terminologie utilisée par Gian Battista de Contugi dans son ouvrage publié à Venise au début du xvie siècle, Des pièges, de leur composition et de leurs usages, la posture des Provençaux était un « piège de la fantaisie » : on présentait au duc une image valorisante, afin de l’inciter à donner son aide militaire49. Les relations entre les Provençaux et le Savoyard étaient régies par ce jeu d’apparences, de « faces » construites.

  • 50 Goffman E., op. cit, p. 11.

34La violence, quand elle est voulue par un acteur, a souvent pour but de déstabiliser l’interlocuteur, afin de l’amener à perdre la face, à faire « mauvaise figure50 ». Ici, après la remarque royale, le duc de Savoie a été obligé de lever le masque du désintéressement, de dévoiler ses ambitions. Les Provençaux, de leur côté, ont été obligés de dire clairement au duc que, malgré les flatteries qu’on lui adressait, ses prétentions n’étaient pas à l’ordre du jour. Dans ce sens, la violence de Philippe peut être interprétée comme un habile procédé de dévoilement : il a amené ses solliciteurs à « tomber la face » et à s’imposer mutuellement une « mauvaise figure ».

  • 51 ASV, Dispacci degli ambasciatori al Senato, Spagna, c. 23, f° 20, 13 mai 1591, lettre de Tommaso Co (...)

35Outre le fait de diviser et donc d’affaiblir les interlocuteurs, cette réussite offre un autre avantage au roi d’Espagne : elle lui permet, non pas de garder pour lui seul l’image du prince désintéressé, mais de dévoiler, au contraire, ses propres ambitions sans que ce dévoilement paraisse scandaleux, étant donné les prétentions de Charles-Emmanuel et la mauvaise volonté des Provençaux. On sait par l’ambassadeur vénitien que Philippe dit, à son tour, qu’il « voudrait avoir en son pouvoir Marseille et d’autres lieux maritimes de la région51. » On peut donc supposer que Philippe, en provoquant le duc de Savoie, cherchait à obliger l’ensemble des acteurs à jouer cartes sur table, ce qui l’autoriserait à en faire de même. La violence serait ici un moyen pratique de rompre le théâtre de l’ambiguïté et de la « caresse », lorsque ce théâtre devient un obstacle à l’efficacité de la négociation : un procédé de dévoilement direct et brutal, lorsque le dévoilement par la douceur, le procédé le plus répandu, ne suffit plus.

  • 52 Gaufridi J.-F (de), Histoire de Provence, par messire Jean-François de Gaufridi, Aix, C. David, 169 (...)

36Charles-Emmanuel ne fait pas rien d’autre en menaçant Mayenne après son retour en Provence. Le chef des catholiques français a toujours été d’une grande ambiguïté vis-à-vis des actions du duc de Savoie : il l’a sollicité au début de l’année 1589, afin de secourir les Provençaux, mais il n’a jamais approuvé officiellement son intervention personnelle en Provence. Puis, en mars et en novembre 1591, ses émissaires Jeannin et Rochefort exhortent secrètement les Aixois et les Marseillais à ne pas laisser le Savoyard se rendre maître du pays. Cette politique de balance ambiguë devait permettre de profiter de l’aide militaire de Charles-Emmanuel tout en contrecarrant ses ambitions52. Les menaces du duc de Savoie ont clairement pour but de faire voler en éclat ce système de dissimulation. Elles doivent contraindre Mayenne à se dévoiler officiellement soit comme son ami, soit comme son ennemi.

  • 53 Diaz F., op. cit., p. 285sq.
  • 54 ASF, Fondo mediceo del principato, 4925, f° 51v°, 22 février 1597 : « onde stanti le cose in queste (...)
  • 55 ASF, Fondo mediceo del principato, 4613a, f° 134, 24 mai 1597 : « Se gli Amici non giustificano il (...)

37De même, les colères espagnoles, françaises et pontificales contre Ferdinand de Médicis se situent dans le contexte d’une décennie entière de politique ambiguë de la part du Florentin. Ce dernier n’a cessé de se livrer à un dangereux jeu de bascule, se présentant auprès de Philippe II comme un champion de la cause catholique, auprès des papes comme un défenseur des libertés d’Italie et apportant son soutien financier à Henri IV avant la conversion du Béarnais53. L’agressivité infligée aux représentants toscans a pour but d’amener le grand-duc, dans le cas précis des affaires de Marseille, à tomber le masque, à choisir sans ambages entre les deux rois. D’ailleurs, la question de l’ambiguïté n’est jamais éloignée des moments de violence dans la négociation. Quelques semaines avant son entrevue de mars 1597 avec Idiaques, Guicciardini, écrivant à Ferdinand, s’inquiétait de la situation du château d’If, « si les choses restent dans une telle ambiguïté54. » En mai, dans une lettre à Da Vinta depuis Paris, Boniciani suggère aussi cette exigence de transparence, en prévoyant de graves difficultés avec Henri IV, si le grand-duc et sa femme « ne justifient pas très clairement le fait55. »

38Ainsi, dans une culture politique dominée par l’ambivalence et la dissimulation, les acteurs qui peuvent se le permettre utilisent la violence en négociation comme une sorte de « garde-fou » : il s’agirait d’un exceptionnel et ultime moyen de contrecarrer des stratégies de communication entièrement fondées sur l’ambiguïté. Cette violence serait, finalement, un cas limite du « langage de vérité », étudié par S. H. de Franceschi. Mais, contrairement à ce « langage de vérité », l’usage de la violence en négociation n’est pas une spécificité française ; la violence semble davantage se comprendre dans la logique de l’économie des relations entre des acteurs puissants qui peuvent se permettre la clarté, et d’autres acteurs, plus faibles, et par conséquent contraints à un perpétuel louvoiement ; entre des princes qui sont chez eux et peuvent se permettre de s’écarter du tact diplomatique, et des ambassadeurs obligés de s’en tenir à la modération. Comme pour la dimension rituelle de la violence, on en revient à une question de hiérarchie, une transposition sur la scène internationale de la violence comme prérogative et attribut souverain.

  • 56 Villard R., op. cit.

39Même si elle était généralement le fait de princes et non d’ambassadeurs, la violence n’était pas totalement rejetée en dehors du champ de la négociation politique. Derrière les apparences de l’accident, elle était un outil exceptionnel, surchargé de sens, qui avait pour fonction de pousser à l’extrême la performativité du langage politique. Cette performativité était en partie symbolique, mais surtout extrêmement pragmatique : par son pouvoir de pression ou de dévoilement, elle devait amener l’interlocuteur à accomplir la volonté du locuteur, sans y être forcé par les armes. Au final, la violence en négociation semble avoir été l’ultime moyen pour éviter que la compétition politique, étouffée par la dissimulation, ne soit obligée de dériver vers un affrontement militaire. On peut donc conjecturer qu’il s’agissait d’une violence « instituante », c’est-à-dire construite et maîtrisée, créatrice de lien, érigée comme une défense contre la violence « instituée » qu’était la guerre. En ce sens, elle avait sa place dans une société politique qui découvrait et expérimentait différentes formes du « mal nécessaire56 ». La violence en négociation semble avoir été utilisée comme un de ces « maux nécessaires ». Paradoxalement, elle était un art de la paix.

Notes

1 Le Person X., « Praticques » et « praticqueurs ». La vie politique à la fin du règne de Henri III (1585-1589), Genève, Droz, 2002, p. 22-23.

2 Bély L., L’art de la paix en Europe. Naissance de la diplomatie moderne, Paris, PUF, 2007, p. 131-154.

3 Bireley R., The Counter-Reformation Prince. Antimachiavellianism or Catholic Statecraft in Early Modern Europe, Chapel Hill-Londres, University of North Carolina Press, 1990. Flandrois I., L’institution du prince au début du xviie siècle, Paris, PUF, 1992. Mechoulan H., « La raison d’État dans la pensée espagnole au siècle d’Or, 1550-1650 », Zarka Y.-Ch. (dir.), Raison et déraison d’État, théoriciens et théories de la raison d’État aux xvie et xviie siècles, Paris, PUF, 1994, p. 246-259.

4 Menager D., Diplomatie et théologie à la Renaissance, Paris, PUF, 2001, p. 3-6.

5 Moreau P.-F. (dir.), Le stoïcisme au xvie et au xviie siècle, le retour des philosophies antiques à l’âge classique, Paris, Albin Michel, 1999.

6 De Franceschi S. H., « Les valeurs de l’honnête négociation : prudences et imprudences diplomatiques au temps de l’Interdit vénitien (1606-1607) », Revue d’histoire diplomatique, 3 (2008), p. 193-221.

7 Suter A., « Histoire sociale et événements historiques, pour une nouvelle approche », Annales ESC, 3 (1997), p. 543-567.

8 Muchembled R., Une histoire de la violence de la fin du Moyen Âge à nos jours, Paris, Seuil, 2008, p. 19.

9 Lambert G., L’histoire des guerres de Religion en Provence (1530-1598), Nyons, Chantemerle, 1972, 2 vol., vol. 2, p. 159-184.

10 Archivio di Stato de Florence [désormais ASF], Fondo mediceo del principato, 4921, f° 202, lettre de Francesco Lenzoni à Ferdinand, 27 avril 1591 : « Il giorno di San Marco, circa la 22 hore, entro il duca di Savoia in Madrid, incontrato un miglio e mezo dal rè et principe, accompagnato da tutti li grandi et signori che si trovono in corte, et dalla sua gardia delli arcieri, che faceva una bella mostra per il numero, et arme, et cavalieri. Nell’incontro il principe usci di carroza et ando per trenta passi à incontrar il duca, abbraciandosi con ogni dimostrazione di amorevolenza ; et il re aspetto il duca in sù la porta della carroza, pero fuori della sua sedia, et in piedi, havendo comminciato, nell’intrar il duca in Spagna et seguitando in ogni cosa di tratarlo come proprio figlio, come si vedde in questo riceverlo et abbracciarlo con paterno amore. […] Non si poteva veder la più bella vista che quella d’all incontro fino al palazzo del rè per il popolo grande, e la moltitudine de cavalieri con lei cavalli, e dame ornater riccamente […]. Le stanze del duca son apparate di panniricchissimi, havendo il rè per questo prima ordinato tutto, e voluto veder presentialmente ; haveva fatto far il rè cinque vestiti per il duca, belli e galanti, quali ha trovato nelle sue camere con tutte quelle cose che possa haver di bisogno, et una gran borsa con molte migliai di scudi, perspendere in suoi gusti mentre stà in corte ; havendoli donato l’infanta unabella biancheria et catene di profumi, et altre gentilezze, con una quantita di guanti di fiore e d’ambra. »

11 Bibliothèque nationale de France, Dupuy 661, f° 55r°. Lettre de Guillaume Du Vair sur le séjour du duc de Savoie en Espagne, non datée. Du Vair tient certainement l’anecdote d’un des députés provençaux qui accompagnaient alors le duc de Savoie à Madrid.

12 Furetière A., Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois, La Haye-Rotterdam, Arnout et Reiner Leers, 1690, t. 3.

13 Archivio di Stato de Turin [désormais AST], Negoziazioni colla corte di Francia, carton [désormais c.] 4, fascicule 41. Instructions de Charles-Emmanuel à un anonyme, sans date.

14 Zarka Y.-Ch., « Raison d’État et figure du prince chez Botero », Zarka Y.-Ch. (dir.), op. cit., p. 101-121.

15 ASF, Fondo mediceo del principato, 4921, f° 311r°, 24 août 1591, lettre au grand-duc : « conoscendo io la alteratione di Sua Maestà cosa insolita, per la sua antiquata naturale dissimulatione. »

16 Continisio C., « Il Re prudente. Saggio sulle virtù politiche e sul cosmo culturale dell’antico regime », Continisio C., Mozzarelli C. (dir.), Repubblica e virtù. Pensiero politico e Monarchia Cattolica fra XVI e XVII secolo, Rome, Bulzoni, 1995, p. 311-353.

17 Archivio di Stato de Venise [désormais ASV], Dispacci degli ambasciatori al Senato, Roma, c. 36, f° 296, 6 janvier 1596, lettre de Giovanni Dolfin au Sénat de Venise : « [le pape] a risposto con colera, dicendo la perdita di Marsiglia, se seguirà, sarà causa del gran duca, che ha voluto [lecture difficile] Spagnuoli fuori di proposito. »

18 ASF, Fondo mediceo del principato, 4613a, f° 168r°, 29 décembre 1597 : « messero il re in gran collera, tache in pieno consigio, dove erano forse 16 o 18 persone, et tra esse il cardinale de Gondi, il conestabile, Monsignor di Retz et altri, parlando delli amici con parole molo risentite, affermando havere dissimulato il più che haveva potuto [la colère] che gli veniva fatta nell’essere stato cacciato il suo capitano di castel d’If. »

19 Babelon J.-P., Henri IV, Paris, Fayard, 1982, p. 9-10.

20 Bergeret J., Freud, la violence et la dépression, Paris, PUF, 1995.

21 Elias N., La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Levy, 2002 (1939).

22 Le Person X., op. cit., p. 260-269, 410-412.

23 Merlin P., « Saluzzo, il Piemonte, l’Europa. La politica sabauda della conquista del marchesato alla pace di Lione », Fratini M. (dir.), L’annessione sabauda del Marchesato di Saluzzo tra dissidenza religiosa e orthodossia cattolica, Turin, Claudiana, 2004, p. 15-61.

24 ASV, Dispacci degli ambasciatori al Senato, Spagna, c. 23, f° 12, 21 avril 1591, lettre de Tommaso Contarini au Sénat de Venise : « Tutti questi ministri publicamente affermano che il duca si sia mosso a venire in Spagna per propria risolutione, senza averla comunicata a S. M. tà se non quando non si poteva impedire. »

25 AST, Lettere ministri, Spagna, c. 4, 6 juin 1589, lettre de Belli à Charles-Emmanuel. Les Espagnols ont dit « che Vostra Altezza doveva contentarsi con li statsi che possedeva, senza far novità, massime fuor di tempo, che ella ha l’animo orgoglioso, et che bisogna temperarlo. » Cité par Merlin P., op. cit., p. 30.

26 Merlin P., op. cit., p. 28.

27 Diaz F., Il granducato di Toscana. I Medici, Turin, UTET, 1976, p. 286.

28 Ossat A., Lettres du cardinal d’Ossat avec des notes historiques et politiques de Mr. Amelot de La Houssaye, Amsterdam, P. Humbert, 1708, t. 3, p. 43.

29 Bibliothèque nationale de France, Dupuy 212, f° 220r°, 13 mai 1598.

30 Goffman E., Les rites d'interaction, Paris, Éditions de Minuit, 1974, p. 25. « Lorsque la figuration est traitée non comme un tâche à accomplir soi-même mais comme une obligation pour les autres, la rencontre ou l’entreprise sont alors moins la scène d’une considération mutuelle que le champ d’un affrontement. »

31 Le Person X., op. cit., p. 462.

32 Angiolini F., « Medici e Savoia. Contese per la precedenza e rivalità di rango in età moderna », Bianchi P. (dir.), L’affermarsi della corte sabauda : dinastie, poteri, elite in Piemonte e Savoia fra tardo Medioevo e prima età moderna, Turin, S. Zamorani, 2006. Bély L., La société des princes, xvie -xviie siècles, Paris, Fayard, 1999, p. 387-409.

33 Villard R., Du bien commun au mal nécessaire. Tyrannies, assassinats politiques et souveraineté en Italie (vers 1470-vers 1600), Rome, École française de Rome, 2008, p. 717-726.

34 Ces rites correspondent à la « violence symbolique » telle que l’ont définie Bourdieu P., Passeron J.-C., La reproduction : éléments d’une théorie du système d’enseignement, Paris, Éditions de Minuit, 1970.

35 Surallés A., « Affects », Mesure S., Savidan P. (dir.), Dictionnaire des sciences humaines, Paris, PUF, 2006, p. 16-18.

36 ASV, Dispacci degli ambasciatori al Senato, Spagna, c. 23, f° 6, lettre de Tommaso Contarini au Sénat : le duc « per tirare il Serenissimo Re et gli altri più facilmente nella sententia sua, propone l’acquisto di Tolon, il quale per il posto saria di gran momento all’Armata et alle navigationi di questa corona. »

37 AST, Lettere ministri forestieri, c. 52 : « Ce m’est beaucoup d’honneur que Votre Altesse veuille prandre lesdictes patentes de moy, et veux croire que ce n’est à autre intention que pour servir à la cause de la religion. Mais chacun en a discouru au contraire et aux despens d’elle et de moy, on nous a voullu blasmer que c’estoit pour dissipper l’Estat, et telz bruictz nuysent au party et à la réputation de l’ung et de l’autre. Nous sommes après à prandre une bonne résolution, qui sera de mon advis telle que Votre Altesse et tous les gens de bien en auront du contentement. »

38 ASF, Fondo mediceo del principato, 4925, f° 93r°, 13 mars 1597, lettre de Guicciardini au grand-duc : « non senza qualche segno nella voce et nel voldo di più alteratione di quello che io l’habbia già mai scorta nella sua placida et questa maniera di trattare. »

39 ASF, Fondo mediceo del principato, 4925, f° 76, 19 mars 1597, lettre de Guicciardini à Da Vinta : « o per forza o per furto ad espugnarlo, come gia pur sappiamo che hanno tentato, non potrar lasciar il nostro patrone et le sur genti di difenderlo, et cosi mettersi in uno ballo che non pare che gli convenga. »

40 ASF, Fondo mediceo del principato, 4613a, f° 346, 29 décembre 1597, lettre de Boniciani à Da Vinta : « dicendo che questo era à dichiarare la guerra à Sua Maestà. »

41 Berger de Xivrey J. (éd.), Recueil des lettres missives de Henri IV, Paris, Imprimerie nationale, 1843-1876, t. 4, p. 910.

42 Lambert G., op. cit., p. 208-209.

43 BnF, Dupuy 661, f° 55r°.

44 Goffman E., op. cit., p. 9.

45 Le Person X., op. cit., p. 528-531.

46 Zarka Y.-Ch., art. cit. de Lucinge R., De la naissance, durée et chute des Estats, Heath M. J. (éd.), Genève, Droz, 1984, p. 87.

47 Bibliothèque nationale de France, Colbert 31, f° 170r°, « Discours sur les affaires de France » : « que Votre Altesse marche droit aux affaires de Provence et face congnoistre par expédiens qu’elle n’est poulsée que de zelle de relligion. »

48 Lambert G., op. cit., p. 167-170.

49 Cité par Marin L., Le récit est un piège, Paris, Éditions de Minuit, 1978, p. 11.

50 Goffman E., op. cit, p. 11.

51 ASV, Dispacci degli ambasciatori al Senato, Spagna, c. 23, f° 20, 13 mai 1591, lettre de Tommaso Contarini au Sénat : « Il duca di Savogia procura di concertare con questi capi Francesi che egli posse tenere per se quelle parte della Provenza che ha occupato, ricercandi à Sua Maestà che gli dia forze per poterla difendere, et il re per cio vorebbe havere in suo potere Marseglia et altre terre maritime de quelle parti. »

52 Gaufridi J.-F (de), Histoire de Provence, par messire Jean-François de Gaufridi, Aix, C. David, 1694, p. 705. Ruffi A. (de), Histoire de la ville de Marseille, contenant tout ce qui s’y est passé de plus mémorable depuis sa fondation, recueillie de plusieurs autheurs, par M. Antoine de Ruffi, Marseille, C. Garcin, 1642, p. 390, 397.

53 Diaz F., op. cit., p. 285sq.

54 ASF, Fondo mediceo del principato, 4925, f° 51v°, 22 février 1597 : « onde stanti le cose in queste ambiguita, che nè Vostra Altezza possa constringere Busseto à portar rispetto à chi pare à lei, nè qua vogliono restar capaci di questa sua impossibilità. Bisogna calculare che Vostra Altezza resti sottoposta, apresso Sua Maestà, à tutte le stravaganze di Bussetto, et che tutti li disgusti et malesodisfationi che dalla sua furia saran’date à questa corona habbia da lei ad esser prese contro Vostra Altessa. »

55 ASF, Fondo mediceo del principato, 4613a, f° 134, 24 mai 1597 : « Se gli Amici non giustificano il fatto molto chiaramente, che non mostrano insieme consovvenire et havere quel animo verso di [Sa Majesté] che hanno havuto per il passato, […] sara difficile cosa che si mantenga, nello intrinsico tra il re et gli amici, quella buona intelligenza che ci era prima. »

56 Villard R., op. cit.

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search