Version classiqueVersion mobile

La violence

 | 
Lucien Faggion
, 
Christophe Régina

Préface

Arlette Farge

Texte intégral

1Il se passe, à propos de la violence et de son histoire, la même chose qu’à propos d’autres thèmes sensibles de l’historiographie tels que l’amour, le corps, la criminalité, l’enfance, etc. Tout le monde a un avis sur le thème, qu’on soit ou non historien. Certains remarquent combien ces attitudes sont universelles, que violence il y eut, violence il y a, violence il y aura. Une sorte d’invariant (peu contrôlé) enduit les notions et concepts d’une quasi-certitude : incontournable, inévitable, la violence ferait partie des universaux. Par ailleurs, les historiens ont une prédilection pour cet objet qui fait effraction dans le cours ordinaire des choses, car là où il y a violence, là se retrouvent des traces, des indices, des documents, manuscrits et archives de police, permettant d’organiser des interprétations.

2D’autres encore (historiens aussi) ont été très séduits par l’hypothèse éliasienne prouvant avec talent que les mœurs se civilisaient et que l’histoire se déroulait dans une direction permettant d’annoncer une décroissance de la violence qui se serait affirmée depuis longtemps. Par contre, nos contemporains (qui en font d’ailleurs un thème politique) s’inquiètent de sa virulence actuelle, de sa recrudescence et de sa montée en puissance, de l’abaissement de l’âge concerné par la violence, de l’inquiétante insécurité gagnant chaque jour nos cages d’escalier et cours d’école.

3Que dire alors ? L’ouvrage présenté ici est d’une très grande richesse, parce qu’interdisciplinaire et bien structuré ; il rassemble énormément de contributions passionnantes aidant à situer les moments de violence dans la totalité de leur contexte – qu’il s’agisse d’infanticide, de violence religieuse, de cruauté judiciaire et ecclésiale, de violence féminine, de violence assumée par l’art, par le discours d’intellectuels, d’idées de rédemption, grâce à la violence infligée sur les corps, etc. Il s’agit toujours d’approches aiguës et ancrées historiquement. S’y côtoient donc certains aspects de la violence politique, comme certains moments de violences extrêmes, sociétales, révolutionnaires, coloniales et contre-coloniales, générationnelles ou sexuelles. Dans quelques articles, violence d’église et rédemption se nouent de façon étonnante, tandis que les exécutions publiques sont situées dans un contexte sacrificiel que l’Église prend à son compte. W. Benjamin, P. Bourdieu, Marie-Thérèse de la Croix, Sade, Carl Schmitt sont alors les personnages à part entière de ces figurations de la violence. Bien entendu, ni police ni justice ne sont évacuées. Comment le pourraient-elles, puisque c’est souvent à partir de leurs énonciations qu’on peut retrouver non seulement les traces d’actes violents, mais aussi les effets produits par elle. Qu’il y ait de la stratégie dans l’accomplissement des violences semble l’une des données vertébrales de cet ouvrage, et la façon micro historique de se pencher sur des événements ou singuliers ou de plus grandes ampleurs est diserte sur la démonstration qu’une violence est – peu ou prou – un événement rationnel effectué ou pratiqué ensuite par des débordements où la raison abandonne son territoire.

4Le corps est évidemment au centre de ce travail : pas de violence sans corps meurtri, et il faut entendre corps par l’expression « corps et âme », bien entendu. C’est là un des autres intérêts de l’ouvrage. À travers toutes les contributions, le corps règne en majesté, et il serait à souhaiter que quelque chose de plus ambitieux encore vienne « discuter » de ces corps.

5Il n’en est pas moins, que malgré l’intensité et la richesse des contributions, le « blesser l’autre » pour vivre, survivre, exister, s’il existe depuis longtemps, n’épuise jamais son sens. Car la souffrance infligée peut être aussi bien une nécessité (guerres, légitime défense). Pourtant, le lieu souvent fréquenté par nos activités, c’est-à-dire la violence de soi à l’autre, de soi sur soi est une énigme. J’entends par énigme, ce point focal où aucune explication, aussi valable qu’elle soit, ne pourra en rendre compte de façon définitive. De plus, la violence qui fait partie de la construction de notre être (pour le pire et parfois le meilleur) est l’une de ces disruptions de l’histoire qu’aucune explication n’épuisera, et qui, de toute nécessité, est une activité humaine qu’il faut sans cesse étudier et analyser.

6La violence crée et détruit tout à la fois. Qui peut relever le défi de ce paradoxe ? Qui sait aujourd’hui définir exactement l’être humain à travers elle ? Et qui voudrait, en un même moment, n’approcher l’être humain que par tant d’horreurs perpétrées ?

© CNRS Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search