Version classiqueVersion mobile

L’aveuglement organisationnel

 | 
Valérie Boussard
, 
Delphine Mercier
, 
Pierre Tripier

Conclusion. Aveuglement et dévoilement

Texte intégral

1Le principal intérêt de notre démarche est de faire émerger des causes insoupçonnées et systémiques aux dysfonctionnements organisationnels. Insoupçonnées car notre démarche révèle ce qui est le moins visible de la vie organisationnelle, son niveau cognitif. Systémiques car c’est dans les interactions entre systèmes cognitifs différents que se trouvent les difficultés d’une organisation.

2C’est donc au niveau double des interactions et de l’inter-connaissance des paradigmes en présence que peuvent se trouver les solutions d’amélioration des défauts. L’idée est donc de passer de l’aveuglement à la clairvoyance, de la même façon que l’on résout malentendus et quiproquos en explicitant les interprétations de chacun. Ce principe est même au cœur de l’analyse ethnométhodologique et interactionniste, puisque les travaux ont, entre autres, observé la façon dont les protagonistes d’une situation cherchent à comprendre comment ils doivent l’interpréter en fonction des protagonistes déjà en scène. De la même façon, le concept de définition de la situation inclut l’idée essentielle d’une dynamique : si un stock de définition existe pour qualifier une situation, ce dernier est aussi mis à l’épreuve à chaque nouvelle interaction, et de nouvelles définitions peuvent ainsi apparaître, par la force des interactions elles-mêmes.

3Le rôle de l’enquête dans ce genre de démarche est d’éclairer chaque paradigme par un autre. En typifiant les attitudes, en découvrant les incohérences, en montrant les similitudes là où les acteurs voyaient des différences, on peut imaginer créer de nouvelles dynamiques. L’enquête produit en fait la possibilité de réelles interactions là où les protagonistes jouaient dans des mondes fermés. En terme de démarche de changement, notre pratique de la sociologie appliquée au fonctionnement organisationnel se situerait donc à cheval entre le mode transférentiel et le mode expérimental, tels que les définit R. Sainsaulieu : provoquer de nouvelles définitions de la situation, c’est à la fois jouer sur l’apprentissage de nouvelles identités et cultures (cercles et principes de justice), mais c’est aussi, et les deux sont intimement liés, jouer sur les relations des acteurs dès lors qu’une modification subjective ou objective des positions des uns et des autres se trouve concernée.

4Pourtant, si nous ne doutons pas des effets de ces deux formes croisées d’apprentissage, il convient selon nous de souligner les limites d’une approche qui serait trop strictement cognitive. Nous avons insisté sur l’hétérogénéité des façons de connaître le monde, sur les ruptures entre niveaux. Mais l’absence de niveau unique ne signifie pas non plus absence de niveau surplombant. C’est aussi ce que nous a enseigné la découverte des paradigmes prégnants. Certains paradigmes, semblant plus opérants que d’autres, sont l’objet de dénonciation. Nous avons renoncé dans notre chapitre VII à utiliser le terme d’idéologie qui nous semblait trop connoté pour permettre une présentation correcte de nos hypothèses. Il nous paraît, à ce stade de notre réflexion, nécessaire de réouvrir le débat. Le processus que depuis K. Marx on nomme idéologie rend compte d’une dissimulation de la réalité des rapports sociaux de classe, par des arguments de nature quasi scientifique. C’est ainsi que les prétendues lois du marché cacheraient aux travailleurs leur position de classe dominée. Dans cette perspective, l’idéologie est surplombante, totale. Elle est distorsion de la réalité, faisant supposer que cette dernière puisse en fait être dévoilée dans toute sa nue vérité.

  • 1 P. Ansart, P., Les Idéologies politiques, op. cit.

5L’ensemble des travaux que nous avons exposés dans cet ouvrage nous conduit à renoncer à l’idée de cette vérité unique. De réalité nous ne pouvons parler qu’au pluriel. Chaque définition est un choix et un renoncement à un autre regard tout aussi valable. Dans ce sens, tout dévoilement est aussi une opération de dissimulation : on ne fait émerger qu’une représentation de la réalité qui, du même coup, dissimule toutes les autres. Doit-on dans ce cas renoncer à analyser l’organisation comme un champ idéologique ? Certainement pas car ce serait adopter une définition trop restrictive de l’idéologie. Ce concept, conçu de façon plus large, notamment par P. Ansart1, permet de saisir très précisément ce qui se joue dans l’empilement des niveaux de réalité organisationnelle.

  • 2 Ibid.

6P. Ansart voit dans toute idéologie la construction d’une image de la société. Cette dernière précise la place de chaque élément, présentant à la fois une vision ordonnée et normée de la société. L’idéologie distingue des frontières désignant les acteurs sociaux, individuels ou collectifs, leur donnant un sens, une raison d’être, une identité. Elle assigne des pouvoirs, elle définit leurs détenteurs et leur exercice, elle détermine un modèle global de relations sociales. Elle proclame un ensemble de valeurs majeures qui permet de distinguer le positif et le négatif, le bien et le mal, de juger les conduites. Cette présentation de la société se donne comme vérité et légitimité. Même plus, c’est un discours de légitimation où les principes sont justifiés par la conformité à la justice. Enfin, P. Ansart souligne le caractère paradigmatique des idéologies : elles disent à la fois ce qui doit être et ce qui doit être accompli. Elles impliquent certaines formes d’action et en condamnent d’autres. On retrouve dans cette définition les principales dimensions des paradigmes organisationnels tels que nous les avons présentés : cercles, communautés de justice et positions expriment bien ces images ordonnées et normées de l’organisation où se justifient le sens des rôles et les modèles d’actions. Mais plus encore : les paradigmes, aveugles les uns aux autres, voilent à ceux qui les partagent les façons différentes, contradictoires et inconfortables de percevoir les mêmes situations. Dans chacun des cas, ils se donnent pour généraux alors qu’ils sont incomplets et partiaux. C’est encore une autre caractéristique de l’idéologie que « d’opérer la totalisation de l’expérience sociale, réduire la complexité à quelques relations simples et exprimer par là l’essentiel de la totalité2 ». Cette notion est intéressante dans la mesure où elle suppose la coexistence et les tensions entre systèmes idéologiques. Faire une analyse sociologique des idéologies, c’est montrer la dynamique qui s’établit entre les producteurs d’idéologies et les récepteurs, porteurs eux-mêmes d’idéologies propres. C’est ce qui fait parler Pierre Ansart de « réseau idéologique concret », composé de « sous-systèmes rivaux atteignant des groupes différents selon des modalités particulières et des intensités variables, divisant éventuellement une même classe, reconstituant d’autres intégrations ». Le réseau idéologique concret suppose un feuilletage idéologique et l’analyse des interrelations entre les éléments du feuilletage. Il suppose un système d’emprise dans lequel sont pris les agents, mais également des réinterprétations et des réactions aux idéologies produites. La façon dont nous avons caractérisé les matrices organisationnelles ne nous semble pas si éloignée de ces dynamismes idéologiques.

  • 3 P. Berger et T. Luckman, La Construction sociale de la réalité (1966), op. cit.

7Mais il nous reste maintenant à comprendre en quoi ce rapprochement matrice organisationnelle-réseau idéologique nous conduit à envisager avec prudence les possibilités de décloisonnement des feuilletages organisationnels et la suppression de effets de méconnaissance. Les idéologies, quoique vues dans le cadre d’un réseau idéologique, ne sont pas neutres. Leur dimension paradigmatique projette les individus dans l’action. Dans une action normée et contrôlée. Les principes de celle-ci sont l’objet d’une légitimation, c’est-à-dire d’une justification de ce qui pourrait être tenu pour injuste, d’une défense contre les remises en cause3. Et d’une idéologie à l’autre, ce sont des ordres sociaux différents qui se font face. Et quand nous parlons ici d’ordre, ce n’est pas pour le réduire à une question de domination et de soumission. Nous avons suffisamment insisté dans notre chapitre VI sur la complexité de l’ordre social, pour pouvoir dire ici qu’il ne se résume pas à la question du pouvoir. Frontières, justice et positions définissent à chaque fois un ordre différent dans lequel les acteurs sociaux sont situés différemment. Et ces assignations ne sont pas équivalentes. Ce qui nous fait dire aussi que les ordres ne sont pas interchangeables. Méconnaître les paradigmes autres que le sien résulte autant d’un processus d’enfermement cognitif que d’une démarche politique de légitimation de son propre ordre social. Méconnaître, c’est aussi continuer à être et agir en vertu de dispositions qui vous définissent, vous placent et vous jugent. En conclusion, la matrice organisationnelle rend compte de tensions politiques et pas seulement cognitives. Ou, pour le dire autrement, parce qu’il y a des phénomènes cognitifs, il y a des phénomènes politiques. L’analyse de la relativité des définitions des situations, de la construction sociale des réalités, se doit de renouer avec les démarches de la sociologie de la connaissance. Là où il y a connaissance, il y a politique. Mais nous entendons ici politique dans un sens large lié à la constitution d’ordres sociaux complexes et dans un sens dynamique tel que le laisse entendre la notion de réseau idéologique. Nous souhaitons que notre lecteur, de la même manière, apprécie tous les enjeux politiques de la méconnaissance, au même titre qu’il faut apprécier les enjeux politiques de la connaissance.

8Ainsi, la démarche sociologique que nous proposons se veut modeste. Elle peut pointer des aveuglements. Elle peut éclairer les paradigmes en présence et leur tension. Elle peut aider les uns à s’enrichir des autres. Elle peut enclencher des dynamiques de redéfinition des paradigmes. Néanmoins, le dévoilement peut aussi ne pas correspondre à la fin des aveuglements pour peu que ces derniers soient constitutifs d’ordres sociaux complexes qu’ils solidifient. Notre approche réfute que, pour les acteurs sociaux, les construits cognitifs soient neutres. Les définitions et représentations renvoient à des éléments politiques du social tels que l’inclusion, la justice, l’équité et la légitimité, les classements et les positions. L’aveuglement organisationnel est donc aussi un produit de la construction, différenciée et méconnue, d’ordres sociaux superposés amenés à être confrontés les uns aux autres.

9En conclusion, si le changement organisationnel ne paraît pas impossible, il ne peut se réduire à une question de dévoilement. Mettre au jour les différentes définitions de la situation en co-présence peut effectivement déboucher sur de nouvelles définitions et une réduction – localisée – du feuilletage. Néanmoins, l’apparition de ces nouvelles définitions n’est pas que le résultat d’une réorganisation, à la lumière d’éléments nouveaux, des systèmes cognitifs. C’est aussi, et en cela nos conclusions ne diffèrent pas d’une sociologie des organisations plus classique, une réorganisation de jeux politiques.

Notes

1 P. Ansart, P., Les Idéologies politiques, op. cit.

2 Ibid.

3 P. Berger et T. Luckman, La Construction sociale de la réalité (1966), op. cit.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search